Version classiqueVersion mobile

Presse et culture dans l’Espagne des Lumières

 | 
Maud Le Guellec

Conclusion

Texte intégral

1Au terme de l’analyse de ces quatre facettes, il apparaît que la presse culturelle espagnole du xviiie siècle est à la fois inséparable de l’ensemble des écrits de l’époque et différente de ceux-ci.

2Issues des mêmes machines à imprimer et soumises à un système financier encore imparfait, les publications périodiques adoptent pour la plupart un format in-quarto ou in-octavo, conformément à la norme générale. Et lorsque, après trois ou six mois de parution, un journal est mis en tome par ses éditeurs, rien, alors, ne démarque visuellement du livre le recueil de numéros ainsi composé. Les journalistes et les contributeurs, comme l’ensemble des auteurs, n’hésitent pas à mettre à profit les écrits d’autrui pour étoffer leurs propos, sans annoncer nécessairement ces emprunts. Ils n’hésitent pas non plus à utiliser un pseudonyme pour signer leurs travaux, voire à publier ceux-ci de manière anonyme ou sous couvert d’un prête-nom. Une partie des évolutions chronologiques dont témoigne la presse se fait, de même, parallèlement à celle de l’ensemble de la production espagnole. L’amélioration de la qualité du papier et de la typographie correspond à une véritable volonté gouvernementale de combler le retard pris par l’Espagne dans ce domaine. La prose du xviiie siècle délaisse progressivement les dislocations syntaxiques et la grandiloquence baroque au profit d’une plus grande simplicité stylistique : une tendance que suivent les publications périodiques.

3Mais malgré ces similitudes indéniables, la presse culturelle se démarque par bien des aspects de la production du siècle au cours duquel elle naît et se développe. Si l’usage de la double colonne n’est que peu répandu, le numéro du périodique se distingue des autres écrits de l’époque par sa brièveté et par sa structuration en plusieurs unités – si ce n’est en plusieurs rubriques –, visuellement de plus en plus démarquées. D’un point de vue discursif, la presse culturelle met en place un réseau polyphonique particulièrement dense, au sein duquel les lecteurs sont appelés à s’exprimer et à échanger informations et réflexions avec les journalistes eux-mêmes ou avec d’autres contributeurs. D’un point de vue formel, l’originalité de la presse culturelle espagnole réside à la fois dans sa façon d’agencer tonalités diverses et genres non journalistiques et dans sa capacité à créer des formes inédites. Au sein des pages des périodiques éclairés, le prologue se décline à travers de nouvelles modalités, les articles d’information s’écrivent à la manière des faits divers que l’on connaît de nos jours et, surtout, les critiques littéraires, dramatiques, artistiques et taurines font leur apparition. D’ailleurs, les périodiques eux-mêmes témoignent de leur nouveauté en ne cessant d’interroger les stratégies à employer, les textes à privilégier. Ils témoignent aussi de leur spécificité : le réseau interne de références qui se met en place entre les publications, les relations d’entraide et de compétition qui se tissent entre les unes et les autres, l’apparition de parodies proprement journalistiques sont la preuve que les journalistes ont conscience de publier des écrits à part.

4Au vu de ces caractéristiques, il convient à présent de répondre aux questions soulevées dès le titre de cet ouvrage : la presse culturelle espagnole du xviiie siècle est-elle un genre nouveau ? Correspond-elle à une pratique nouvelle ?

  • 1 « fuego de artificio, con figuras de repeticiones y numerosas sorpresas » (ERTLER, 2009b, p. 455).

5Revenons, pour cela, sur la typologie des publications périodiques de l’époque. Aux journaux polyvalents, caractérisés par l’extrême diversité des éléments qui les composent – articles d’information et articles d’analyse, critiques dramatiques et confidences de contributeurs, poèmes et énigmes – s’opposent les journaux spécialisés. Ces derniers, à leur tour, se distinguent par la nature de leur spécialisation. Certains, comme le Diario de los literatos ou l’Aduana crítica, se composent exclusivement de critiques d’ouvrages. D’autres, plus nombreux, ont pour objet la critique des mœurs espagnoles. Quant aux journaux polyvalents, une partie d’entre eux est entièrement tournée vers les lettres, les arts, les sciences et les modes de vie, tandis que d’autres intègrent également des éléments non culturels. Face à ces différentes catégories, il convient de se demander si chacune d’entre elles, séparément, peut être considérée comme un genre en soi. C’est le cas, on l’a vu, pour les onze périodiques spécialisés en critique de mœurs qui appartiennent à la catégorie des « spectateurs ». À la suite du quotidien d’Addison et Steele, ce sont ainsi plus de cinq cents publications qui ont été éditées dans toute l’Europe avec la même posture énonciative, les mêmes préoccupations et la même structure que The Spectator, dans un « feu d’artifice, avec des figures répétées et de nombreuses surprises »1. Les périodiques spécialisés en critique d’ouvrages, eux, se caractérisent par un même objet d’étude et par des règles communes. Les articles critiques, en effet, répondent à des critères néoclassiques bien établis, qui uniformisent l’écriture et la structure de chaque analyse. La situation est tout autre pour les journaux qui, quoique spécialisés en critique de mœurs, ne se placent pas dans la lignée du quotidien d’Addison et Steele. Les réflexions qu’ils mènent sur l’éducation ou la justice, le théâtre ou la religion se font sous les formes les plus diverses – essais, dialogues, récits de bal, satires, utopies – sans que cette variété formelle ne soit contrebalancée par la cohérence narrative qui caractérise les « spectateurs ». Quant aux journaux polyvalents, ce sont de véritables miscellanées, composées à la fois de genres qui existent en dehors de la presse et de genres qui y trouvent leur origine. Difficile, dans ces conditions, de considérer ces deux types de périodiques comme des genres à part. Ce sont les éléments dont ils sont constitués qui sont à considérer comme tels, de même que, dans la presse actuelle, ce sont l’éditorial, le reportage, l’interview ou le portrait qui se définissent en tant que genres, et non le journal à proprement parler.

6 Si l’on considère à présent la presse culturelle dans son ensemble, il semble également difficile de lui accorder véritablement le statut de genre. Certes, sa polyphonie, sa variété et ses préférences stylistiques la définissent comme un tout, au-delà de la typologie exposée. En son sein naissent même de nouvelles formes. Néanmoins, la pluralité des catégories de journaux qui la composent, la dépendance dont elle fait preuve par rapport à un certain nombre de genres non journalistiques, la fréquence des articles qui, se continuant sur des semaines ou des mois, ne s’adaptent pas au format du numéro font que la véritable cohérence de la presse culturelle du xviiie siècle n’est pas tant à chercher d’un point de vue générique que d’un point de vue structurel. C’est en tant que pratique nouvelle que je souhaite donc la définir.

7Une pratique caractérisée, tout d’abord, par la posture spécifique dont témoigne la presse vis-à-vis de son époque. Maux du siècle, sorties d’ouvrages, représentations théâtrales, les périodiques culturels sont, en partie, tournés vers la réalité du siècle auquel ils appartiennent. Si les rythmes de publication adoptés sont souvent malmenés par la censure et par les problèmes économiques et structurels que rencontrent les publicistes, si son rapport à l’actualité varie selon les rubriques, il n’en reste pas moins que la presse introduit une nouvelle temporalité dans le monde de l’écrit, qui détermine en partie son contenu et ses caractéristiques formelles. Cette réactivité, aussi imparfaite soit elle, est donc un des traits qui font que la presse culturelle occupe une place à part dans le panorama des écrits du siècle. Une autre caractéristique de cette presse naissante est la pluralité de ses centres d’intérêt. Histoire et géographie, musique et corrida, sessions publiques des Académies et poésie : tous les savoirs, tous les événements culturels sont de son ressort, de même que le sont les modes de vie des Espagnols du siècle des Lumières. La pratique journalistique se définit ainsi par sa polyvalence. Même les périodiques spécialisés sont concernés par cette pluralité : les ouvrages commentés sont ainsi successivement scientifiques, juridiques ou littéraires. La spécificité de la presse comme pratique, enfin, tient aux nouveaux rôles qui incombent aux différents interlocuteurs en présence. Auteurs, traducteurs, éditeurs : les journalistes sont tout cela à la fois. Les lecteurs, eux, doivent s’habituer à un nouveau mode d’appréhension des textes, dans leur brièveté et leur retour périodique. Contributeurs, mécènes, ils prennent part à la constitution de l’ouvrage, et la relation qui s’établit entre eux et les journalistes est ainsi plus étroite qu’elle ne l’est habituellement entre lecteurs et auteurs.

8C’est probablement par sa manière de mettre en pratique la norme si répandue du docere delectando, enfin, que la presse culturelle se fait la plus novatrice. Les journalistes, en effet, ont pour ambition d’être au service de l’information, de l’instruction et de l’éducation d’un lectorat ample et hétéroclite. Or, sans être la seule raison des choix formels de la presse, cette volonté de garantir l’efficacité du discours explique une grande partie de ses caractéristiques. Afin de s’adapter aux goûts et aux attentes de l’ensemble de ses lecteurs, la presse culturelle se doit de redoubler d’ingéniosité. Choisir des formats courts, varier les formes employées, privilégier un langage simple rend l’instruction accessible au plus grand nombre, aux lecteurs très occupés comme à ceux peu habitués à se concentrer de manière prolongée. Laisser la parole aux contributeurs, donner l’illusion que les voix qui s’expriment au fil des pages sont beaucoup plus nombreuses qu’elles ne le sont en réalité ou, encore, insérer dialogues, lettres « étrangères » et utopies permet de confronter différents points de vue et de multiplier d’autant les chances d’attirer l’attention des lecteurs sur un abus que les journalistes souhaitent voir disparaître. Accorder une large place à l’énonciation à la première personne, donner corps aux différents locuteurs qui prennent la parole au fil des numéros et aux différents personnages auxquels il est fait allusion rend les arguments défendus plus concrets et plus convaincants.

  • 2 « con afear cuanto pueda el abuso, para que se determinen a huirle los que infelizmente se hallasen (...)

9La presse culturelle espagnole, notamment lorsqu’elle aborde la question des modes de vie et du fonctionnement de la société, utilise ainsi tous les moyens à sa portée pour rendre ses propos plus percutants, et atteindre des populations à l’écart des circuits éducatifs traditionnels. À ce titre, d’ailleurs, elle entretient des rapports privilégiés avec le théâtre. En multipliant les anecdotes, en décrivant le comportement d’une petimetra et de son cortejo, en donnant à voir la réception d’un article par une tertulia de village, les journaux tentent de reproduire l’impact que les histoires représentées sur scène ont sur les spectateurs. À l’instar des comédies de mœurs, ils choisissent non pas de dénoncer l’avarice ou l’oisiveté mais de dépeindre – de préférence en forçant quelque peu le trait – l’avare et l’oisif. C’est ainsi que La Pensadora gaditana dit se contenter « d’enlaidir l’abus autant que possible, pour que ceux qui, malheureusement, s’y livreraient, se décident à le fuir »2. Si l’importance de l’analphabétisme au xviiie siècle et le coût non négligeable que cela représentait de s’abonner à un périodique ou de l’acheter de manière régulière font que l’on ne peut aller jusqu’à qualifier la presse culturelle de populaire, il me semble que les journalistes mettent tout en œuvre pour la rendre le plus accessible possible. Le Diario de los literatos de España et le Mercurio literario, plus érudits, laissent ainsi progressivement place à des publications qui ont pour ambition d’être encore plus utiles à la nation, en élargissant et en diversifiant leur lectorat.

10Du Diario de los literatos à Minerva o el Revisor general, la presse culturelle s’impose progressivement dans le panorama des écrits du xviiie siècle. De 1737 à 1808, elle continue, il est vrai, d’entretenir des rapports étroits avec les pratiques de l’écrit qui l’ont précédée et qui lui sont contemporaines. Les métaphores issues de la tradition littéraire des siècles antérieurs s’immiscent dans ses réflexions sur l’homme, sa nature et son rapport au monde. Le genre épistolaire, si prisé, influence la manière dont les publicistes s’adressent à leurs lecteurs. Selon les publications, selon les numéros, le burlesque des romans picaresques et le goût pour le naturel du néoclassicisme se devinent derrière récits et descriptions. Parce qu’elle est traversée par les héritages, les tendances et les modes qui caractérisent le xviiie, la presse culturelle est, bel et bien, de son siècle. Mais si les rapports qu’elle entretient avec les genres qu’elle côtoie sont si étroits, c’est parce qu’à son tour, elle les modèle. Son exigence de brièveté et de vulgarisation, son goût pour la diversité et la force d’évocation ne laissent pas les formes textuelles qu’elle emprunte intactes. Soumise aux codes d’écriture de son époque, la presse est elle-même à l’origine de nouveaux codes, auxquels les auteurs, les lecteurs et les autorités sont contraints de s’adapter.

Notes

1 « fuego de artificio, con figuras de repeticiones y numerosas sorpresas » (ERTLER, 2009b, p. 455).

2 « con afear cuanto pueda el abuso, para que se determinen a huirle los que infelizmente se hallasen en él comprendidos » (La Pensadora gaditana, 1er mars 1764, p. 241).

© Casa de Velázquez, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search