Version classiqueVersion mobile

Presse et culture dans l’Espagne des Lumières

 | 
Maud Le Guellec

Quatrième partie. Fonctions et fonctionnement

Chapitre xiii. Lorsque la presse parle de la presse : un fonctionnement en vase-clos

Texte intégral

1Le contenu de la presse culturelle, ses choix stylistiques et son fonctionnement s’expliquent donc en grande partie par les objectifs qu’elle s’est assignés. Au nom de l’information, de l’instruction et de l’éducation, au nom du divertissement – en partie mis au service de l’efficacité du discours –, les journalistes choisissent d’éditer un texte plutôt qu’un autre, d’analyser une tragédie à l’affiche dans la ville où ils publient leur périodique, d’alterner dans les tonalités et les genres employés. Telles sont les finalités affichées. Et pourtant, la presse du xviiie siècle échappe en partie à cette relation de cause à effet. Il est des éléments de son fonctionnement qui répondent au contraire à une logique interne indépendante. Une logique qui fait de la presse un univers particulier : un univers qui pratique constamment l’auto-référence.

Le règne du métatextuel

2La première facette de ce retour sur soi se manifeste chaque fois qu’un journal parle de lui-même, de son contenu, de son écriture ou de sa réception, que ces auto-références soient le fait des journalistes eux-mêmes ou de l’un des contributeurs qui prend la parole tout au long de la publication.

En constant questionnement

  • 1 « zaherir ni ofender específicamente las personas ni las comunidades o cuerpos particulares » (Cité (...)
  • 2 « escrito injurioso o libelo infamatorio, que tire directamente a denigrar, oscurecer o quitar la h (...)

3Nouvelle venue dans le panorama des écrits de l’époque, la presse culturelle ne cesse de s’interroger sur la meilleure manière de mener à bien ses objectifs. Une interrogation qu’illustrent notamment les multiples réflexions portant sur la question de la critique et celle de la satire. Le xviiie, on le sait, est le siècle de la critique. Mais le siècle de quelle critique ? Une distinction s’impose, dans l’analyse des ouvrages et des pièces, entre une critique juste et modérée et une critique partiale, davantage guidée par des querelles de personnes que par le seul mérite de l’ouvrage. Dans la Real Orden du 29 novembre 1785, Floridablanca prend d’ailleurs soin de préciser que les journaux ne doivent pas « humilier ni offenser nommément les personnes, les communautés ou les groupes constitués »1. Dans le domaine des critiques de mœurs s’opposent à leur tour la mauvaise satire, définie par le Père Isla comme un « écrit injurieux ou un libelle infamant, qui vise directement à dénigrer, à ternir ou à détruire l’honneur de son prochain », et la bonne satire, « genre d’écrit inventé pour corriger et réprouver les mœurs corrompues des hommes ; ou critiquer leurs mauvais ouvrages, soit par des sentences enlevées, soit par des astuces, des plaisanteries, des piques et des traits d’esprit, en visant uniquement et directement les mœurs et en cherchant uniquement à les rendre ridicules, [sorte de satire] qui ne peut blesser et heurter les personnes que par incidence ou par réflexion »2.

  • 3 « procuraré que la censura sea según el mérito de la obra, disimulando los defectos leves, que son (...)

4Nombre de prologues font allusion à l’une ou l’autre de ces distinctions. L’Aduana crítica insiste sur l’esprit de modération et de tolérance qui doit guider toute critique d’ouvrage et déclare à ce propos : « je ferai en sorte que la censure se fasse en fonction du mérite de l’ouvrage, en passant sous silence les défauts légers, qui sont inévitables dans des écrits qui n’émanent pas de l’Oracle Divin, et en présentant les défauts qui seront relevés avec une nécessaire modération, en évitant une trop grande rigueur »3. Le Correo de Valencia présente la nouvelle rubrique de « L’homme à travers les mœurs » en ces termes :

  • 4 « Se verán el carácter, genio y costumbres del mundo, puestas al costado de las nuestras, dando lug (...)

On verra le caractère, l’esprit et les coutumes du monde, mis côte à côte avec les nôtres, ce qui laissera libre cours à la satire modérée, condiment et sel qui assaisonne les mets, mais on utilisera ces aromates dans une juste proportion, pour ne pas gâcher les plats par l’excès de vinaigre, ne pas irriter par l’abus âcre de sel et ne pas indisposer en rajoutant trop de sucre. On a toujours vu ce genre comme le plus appréciable et le plus utile, et la difficulté est uniquement de viser juste quant au degré de critique qu’exige la coutume dont on parle, et ne pas pécher par excès ou par défaut. Les saveurs aigres-douces, lorsqu’elles sont modérées, sont les plus utiles à notre nature4.

  • 5 « si mis pinturas o los sucesos que refiera en mis Pensamientos, hubiese quien maliciosamente los a (...)

Quant aux « spectateurs », spécialistes en critique de mœurs, ils insistent tout particulièrement sur le fait que leurs satires ne sont pas des invectives, que leur propos n’est pas de s’attaquer à des individus mais à des vices. La Pensadora prévient ainsi ses lecteurs que « au cas où quelqu’un adapterait malicieusement mes peintures ou les événements que je rapporte dans mes Pensamientos à quelque individu en particulier, je garantis dès à présent et j’affirme que de semblables matières n’ont et n’auront jamais d’existence en dehors de mon imagination »5. Et El Censor décrit son travail d’écriture comme un travail d’effacement de toute référence personnelle :

  • 6 « Luego, pues, que noto una cosa digna de censura, echo a correr y me vengo a casa, haciendo con la (...)

Ainsi, dès que je remarque une chose digne d’être censurée, je me mets à courir et je rentre chez moi, une main sur la bouche et en faisant tous les efforts possibles pour me contenir jusqu’à atteindre ma maison. Là, la première chose que je fais, c’est m’épancher complètement et écrire sans réserve tout ce qui me vient à l’esprit sur la question qui m’occupe. Ensuite, à tête reposée, je retouche petit à petit ce que j’ai écrit : j’adoucis ce qui pourrait être trop âcre ; je fais abstraction des individus qui ont donné lieu à cette question et les efface complètement de ma mémoire, je donne à mes censures et à mes satires toute la généralité dont elles ont besoin pour ne blesser personne en particulier6.

  • 7 « Quien siembra sátiras, solo coge por fruto espinas » (Caxón de sastre, n° 11).
  • 8 « los buenos hablan poco sobre asuntos determinados y con moderación ; los otros son como los toros (...)
  • 9 Memorial literario, février 1784, pp. 96-97.
  • 10 « lo que igualmente nos llena de regocijo es el ardor y estímulo con que la juventud estudiosa se a (...)
  • 11 « con tanto decir y escribir, no se advierten más progresos que los que de antemano se manifestaban (...)

5Or, s’il est logique que les prologues, auto-réflexifs par nature, s’attardent à définir la position des journalistes vis-à-vis de notions aussi fondamentales, il est en revanche significatif que tant d’autres textes le fassent à leur tour. Certains se récrient face à la mauvaise critique : le Caxón de sastre intitule son onzième numéro « Qui sème des satires ne récolte que des épines »7. Le 24 février 1806, le Correo de Xerez fait la distinction entre les véritables critiques et ceux qui ne le sont pas : « les bons parlent peu et avec modération sur des questions déterminées ; les autres sont comme des taureaux qui se fixent un but, ferment les yeux et se jettent sur tout ce qu’ils trouvent sur leur chemin, homme, cheval, chien, quitte à s’enfoncer eux-mêmes jusqu’au cœur l’épée qui se dresse devant eux »8. D’autres font l’historique de la satire, à la manière du Memorial literario qui retrace l’origine de l’interdiction des satires personnelles dans les comédies grecques9 ou de Ramón de Jaurigarzai qui, au numéro du 10 octobre 1792 du Diario de Sevilla, place sa « Letrilla satírica » sous l’autorité de Lucilius, d’Ovide et d’Horace. D’autres, enfin, prennent soin de définir les concepts les uns par rapport aux autres. E.B.L., au numéro du 19 juillet 1807 du Diario de Valencia, fait ainsi de manière très précise une distinction entre « censurar », « criticar » et « satirizar » (p. 74). L’auto-questionnement qui traverse constamment la presse culturelle porte également sur son degré d’efficacité. Confiant, le Memorial literario envisage la possibilité que les initiatives dont le périodique rend compte soient nées précisément du désir d’être relayées par la presse. On peut lire ainsi l’affirmation suivante, en mars 1784 : « ce qui nous remplit également de joie, c’est l’ardeur et l’enthousiasme avec lesquels les jeunes studieux s’appliquent dans la pratique de leur profession, parfois en vue de la récompense, parfois à la seule fin d’avoir la satisfaction de voir leurs travaux annoncés dans ce Memorial Literario »10. D’autres fois, les journalistes et leurs contributeurs déplorent au contraire la vanité de leurs efforts, notamment en matière d’éducation. « El amigo de todos » fait l’éloge du Correo de Murcia mais n’en reste pas moins sceptique concernant son effet sur la société : « on a beau dire et écrire, on ne remarque pas plus de progrès que ceux qui, auparavant déjà, prenaient la forme d’un excès de crânerie, de désinvolture, d’effronterie et de désir de courtiser »11. Et « El amante de los pobres » plaint avec humour le sort réservé à l’auteur du Semanario de Salamanca :

  • 12 « V. será el vox clamantis in deserto : ¿por qué ? ¡Pobre inocente ! En una palabra, porque no hay (...)

Vous serez la vox clamantis in deserto : pourquoi ? Innocent que vous êtes ! En un mot, parce qu’il n’y a pas un seul de ceux qui lisent votre Semanario qui pense que c’est à lui que vous parlez. La maja se dit : ça, ça vaut pour Madame Unetelle, celle-ci que ça vaut pour celle-là. La danseuse de boléro pense qu’elle n’en est pas une ; le courtisan, le poudré, le petimetre, et sic de caeteris, tous de la même façon et unanimement s’en lavent les mains et personne ne voit la faute chez lui. Seuls les pauvres priseurs de tabac en paient le prix et ne peuvent pas se cacher : le vent suffit à les dénoncer, et de fil en aiguille, à tout savoir on arrive12.

6Entre optimisme et pessimisme, les journalistes et les contributeurs hésitent, mais semblent néanmoins s’accorder sur l’idée que si l’entreprise est ardue, le moindre résultat est une véritable victoire. Les Discursos literarios déclarent à ce propos, dès le premier numéro :

  • 13 « Mudar todos los errores y desterrar los males públicos es tan imposible, como que sería necesario (...)

Venir à bout des erreurs et chasser les maux publics est tellement impossible qu’il faudrait l’aide d’un ange qui descendrait du ciel exprès pour opérer une telle révolution. Non, les hommes, pas même par les lumières de leur esprit, ne pourront obtenir d’autre effet que de rendre leur situation moins mauvaise. […] Mais l’obstacle que constitue l’enchaînement des abus et des erreurs ne doit pas empêcher d’en appeler contre eux, car s’il n’est pas possible de tout réformer, il est au moins possible de faire reconnaître certaines vérités relatives auxquelles seul un esprit sophistique et une morale dissolue peuvent s’opposer13.

  • 14 « El más mínimo beneficio en favor de la educación pública debe fijar la atención de las almas sens (...)

Quant aux Efemérides, elles insistent sur le fait que toute information, tout exemple moral est bon à prendre : « Le plus petit bénéfice en faveur de l’éducation publique doit retenir l’attention des âmes sensibles et vertueuses ; le bien qui peut advenir à un seul village, à un seul quartier, à une seule chaumière, à un seul foyer trouvera toujours bon accueil dans les Efemérides »14.

Autocritique

7Une autre manifestation de la dimension fortement métatextuelle de la presse culturelle est l’importance accordée à ce qui a été publié dans des numéros précédents du périodique. L’interrogation se fait alors plus concrète et ne porte plus sur les stratégies adoptées mais bien sur les textes eux-mêmes.

  • 15 « humildes conceptos, durísimos versos », « voces superfluas y sinónimos sin tino » (Pasatiempo lit (...)
  • 16 « la discreción, oportunidad y verdad de sus alusiones y pensamientos » (Correo de Sevilla, 12 nove (...)
  • 17 Semanario de Cartagena, 22 septembre 1786, p. 30.
  • 18 Correo de Murcia, 2 février, p. 79.
  • 19 « el papel más insustancial, el correo más sin noticias y la estafa más mal introducida que se ha c (...)

8Ce retour, la plupart du temps, est ponctuel. Le regard de l’un des journalistes ou de l’un des contributeurs se porte sur l’un ou l’autre des éléments du périodique concerné. Un poème, très souvent. Un lecteur du Pasatiempo literario revient ainsi sur la letrilla publiée dans le premier numéro du périodique, « El campo laudable », La vénérable campagne, à laquelle il reproche ses « concepts humbles, [ses] vers très durs », ses « mots superflus et [ses] synonymes sans mesure »15. Le 12 novembre 1803, les éditeurs du Correo de Sevilla commentent l’épître de Juan de Vera y Vargas publiée le 12 octobre, insistant notamment sur « la retenue, l’opportunité et la vérité de ses allusions et réflexions »16. Parfois, cependant, c’est l’ensemble du périodique qui est considéré : ses choix d’organisation, de contenu ou de style. Ainsi, un lecteur anonyme suggère au Semanario de Cartagena d’inclure dans ses numéros l’actualité de toutes les causes criminelles17. « El M. George Patroclo », en février 1793, fait le bilan de la qualité des textes publiés par le Correo de Murcia depuis le 1er septembre 1792, avant d’envisager toute une série de sujets dont les éditeurs pourraient traiter dans les numéros à venir18. C’est sur un tout autre ton que s’exprime un contributeur dans une lettre que les éditeurs du Correo de Madrid publient le 28 juillet 1787, en la présentant comme la « segunda bomba » (p. 348) qui leur ait été adressée. Le périodique y est présenté comme « le papier le plus creux, le journal le plus vide de nouvelles et l’escroquerie la moins bien menée qu’on ait connue dans cette époque que vous appelez barbare »19.

  • 20 On trouvera les « Juicios críticos sobre la literatura del Diario de Barcelona » de Juan de Casasol (...)
  • 21 « La física de la naturaleza del olfato y olores que se explica en el número 84 da bastante fundame (...)
  • 22 On trouvera les « Reflexiones sobre la literatura del mes de… » de Blas Bueno aux numéros suivants  (...)
  • 23 « Por esta vez Sr. Público, no hay segunda parte, la cual sería muy lastimosa si hubiese de revolve (...)

9À côté de ces exemples, de loin les plus courants, de retour ponctuel sur un numéro du périodique ou sur l’ensemble de celui-ci, certains journaux dédient pour leur part une place spécifique au discours métatextuel. La parole est alors donnée, chaque mois, à un collaborateur qui fait le point sur le contenu des derniers numéros. Dans le Diario de Barcelona, Juan de Casasola propose, en 1794, des analyses mensuelles du périodique qui s’attardent sur un grand nombre des articles, lettres et poèmes publiés jour après jour20. Les évaluations sont nécessairement succinctes mais prennent souvent le temps d’évoquer à la fois le fond et la forme de chaque élément. On peut lire ainsi au numéro du 23 avril le rapport suivant : « La physique de la nature de l’odorat et des odeurs qui est expliquée au numéro 84 donne assez d’arguments pour convaincre de la bonne ou mauvaise influence que celles-ci peuvent avoir sur notre santé ; mais le style est violent et par endroits obscur »21. Le 23 février 1795, après un mois d’interruption, Blas Bueno se propose d’occuper le poste que Juan de Casasola annonce laisser vacant les 20 et 21 janvier. Il reprend alors la tâche selon la même méthode22. Dans le Diario de Madrid, c’est même sur une période de plus de cinq ans – avec une interruption entre juillet 1799 et février 1800 – qu’« El censor mensual » ou ses remplaçants, supposés ou véritables, se charge de présenter aux lecteurs le « Juicio de los Diarios del mes de… ». Le ton en est plus mordant, comme le montrent ces quelques lignes de conclusion du 13 juillet 1797 : « Cette fois, Monsieur le Public, il n’y a pas de seconde partie : celle-ci serait vraiment déplorable s’il fallait remuer toute la boue des compositions que j’ai laissées de côté. Au revoir. = Le Censeur mensuel »23.

10Ponctuels, les jugements portés par des contributeurs sur les numéros précédents du périodique qu’ils ont l’habitude de lire manifestent déjà l’importance qu’accorde la presse culturelle au discours réflexif. Une importance qui s’accroît encore lorsque ces jugements sont instaurés en articles à répétition, assumés par des collaborateurs réguliers.

Mise en scène de la lecture

  • 24 « Los inteligentes han recibido con aprecio los Romances escogidos de la Historia de las guerras ci (...)
  • 25 « los clamores que a poco tiempo se dejaron oír contra mi obra hicieron revivir mis esperanzas », « (...)

11Les éditeurs, par ailleurs, se plaisent à évoquer la réception que connaissent leurs discours. Probablement informé par des lettres de lecteurs, le Semanario de Salamanca est en mesure d’affirmer : « Les personnes intelligentes ont reçu avec plaisir les Romances choisis de l’histoire des guerres civiles de Grenade, soit pour la simplicité et l’audace de leur expression, soit pour la vivacité de leurs images, soit pour la noble délicatesse de leurs sentiments »24. En réponse aux écrits polémiques parus à son sujet ou aux débats qu’il suscite, El Censor déclare que « les clameurs qui se sont fait entendre il y a peu contre mon ouvrage ont fait renaître mes espérances » et évoque, satisfait, « les persécutions dont j’ai ensuite fait l’objet, les efforts qui ont été déployés pour m’obliger à me taire et les nombreux papiers qui, depuis quelque temps, sont publiés contre moi »25. Mais ce qui est remarquable, surtout, c’est la façon dont certaines lettres – fictives, pour la plupart – s’attardent à décrire le rapport qui s’établit entre le périodique et son lectorat.

  • 26 « Mi primer anhelo, al despertar los martes y sábados, es hojear el Semanario, brujulear por entre (...)
  • 27 « hasta que llega el instante del correo, los minutos me parecen horas, las horas años y los días s (...)

12Le rapport ainsi représenté peut être celui, individuel, d’un lecteur face à un article spécifique ou face à un périodique dans son ensemble. « Luis Peralvillo, ex-Anagnoste del Dr. Barroso » décrit ainsi au Semanario de Salamanca dans quel état d’esprit il reçoit chaque numéro du bi-hebdomadaire : « Ma première envie, lorsque je me réveille le mardi et le samedi, est de feuilleter le Semanario, de vagabonder entre ses pages encore intactes, de sauter des passages érudits aux faits curieux et des faits curieux aux passages érudits »26. D.A., lui, décrit sa difficulté à patienter lorsqu’il attend l’arrivée du Correo de Murcia : « jusqu’à ce qu’arrive le moment du courrier, les minutes me semblent des heures, les heures des années, et les jours des siècles »27. Au numéro 7 de La Pensadora gaditana, c’est au style indirect que cette réception est mise en scène, lorsque le contributeur décrit les réactions de Celio, le cortejo de sa femme, face à un discours de Beatriz Cienfuegos portant sur la tendance des hommes du xviiie siècle à devenir efféminés :

  • 28 « […] se puso como un demonio, y dijo : que no sabía cómo se permitía escribir tales desatinos en C (...)

[…] il est devenu comme fou et s’est écrié qu’il ne savait pas comment on laissait, à Cadix, que soient écrites de telles bêtises, qu’il était impensable que les hommes doivent se montrer avec des chausses attachées et des braies à la mode des Cids et des Bernards, que tout cela était bon pour l’époque où l’on ne savait que manier l’épée et où l’on ne reconnaissait pas d’autre habileté que celle de taillader les Maures ; que maintenant l’époque était autre, que la propreté, le maintien et le bon goût dans l’habillement étaient ce à quoi on accordait le plus d’attention, et ce qui rendait les hommes appréciables dans les plus grands festins ; que s’il connaissait la Pensadora, il lui dirait qu’elle est une ignorante bavarde qui prétend réguler le cœur magnanime des riches par la petitesse et la misère du sien et qu’elle ferait mieux de se munir d’un balai et de laisser de côté la plume28.

De temps à autre, il arrive que ce soient les réactions de la persona du journaliste en tant que lecteur qui sont décrites. La plupart du temps, il est alors envisagé comme le lecteur des courriers reçus, comme c’est le cas au numéro du 29 décembre 1795 du Semanario de Salamanca :

  • 29 « Cuando la flema me domina paso en revista los papeles que caen en la caja del Semanario, y esto m (...)

Lorsque je suis dominé par le flegme, je passe en revue les papiers qui arrivent dans la boîte du Semanario, et cela me suffit pour sortir de l’apathie ou de l’insensibilité qui me maintenait dans l’inaction. Des éloges, qui ne me déplaisent pas lorsqu’ils sont modérés et ont l’air d’être de bonne foi avant même qu’on ne les ait lus, des railleries, des satires, des avertissements opportuns ou inopportuns, et même des insolences me font parfois sortir de mes gonds, me font regretter de m’être lancé comme écrivain de journaux ou me font éclater de rire lorsque je vois les différentes extravagances et les opinions opposées de mes lecteurs29.

  • 30 « Discursos que me habían parecido antes muy decentes me parecen malditamente después de impresos ; (...)

Parfois, il est même envisagé comme lecteur de son propre périodique. Ainsi, El Censor explique qu’il lui arrive souvent de relire avec énervement les discours précédemment publiés : « des discours qui m’avaient semblé auparavant tout à fait décents me semblent affreux une fois imprimés ; et le pire, c’est que chaque nouvelle lecture me révèle mille défauts que je n’avais pas perçus avant. Ainsi, il est rare que j’en aie un entre les mains sans que je le jette, avant même d’avoir fini de le lire, fâché que je suis contre lui et contre moi-même »30.

  • 31 La suite de cette lettre ne sera jamais publiée, car les informations relatives à l’inondation que (...)
  • 32 « un médico ladino y un abogado zambombo. El primero es un engullidor eterno de gacetas, y el segun (...)
  • 33 El Regañón, 1er février 1804 ; 17 mars 1804 (lettre de Castro Urdiales) ; 16 mai 1804 (lettre d’« E (...)

13Plus couramment, néanmoins, ce n’est pas la réception privée d’un poème ou d’un tome qui est représentée, mais bien sa réception publique, image du mode de transmission oral que l’on évoquait plus haut. Le 23 février 1788, un soldat du régiment d’infanterie de León raconte qu’il a lu quelques numéros du Diario pinciano à ses compagnons et rapporte leurs impressions sur les différentes rubriques. Il recense ainsi les articles qui ont eu le plus de succès : les exemples de faits d’armes espagnols, la présentation des punitions imposées aux pícaros, celle des comedias et bailes31. Déterminer l’ authenticité des lettres de lecteurs, on l’ a vu, n’est jamais chose facile. Néanmoins on peut penser que celle-ci, vraisemblable, a été envoyée par un véritable lecteur du périodique. La situation est différente en ce qui concerne le récit de réception inclus au numéro du 14 janvier 1802 du Correo de Xerez. « El boticario honrado » – « Le pharmacien honnête » – y décrit les deux principaux membres de la tertulia qu’il se plaît à réunir chez lui : « un médecin roué et un avocat rond comme un tambour. Le premier est un dévoreur éternel de gazettes, et le second aime plus tenir entre ses mains un périodique qu’un gitan n’aime dérober un bel âne »32. La lecture dont il fait le récit est celle du numéro du 8 novembre de l’année précédente et notamment du problème de lien de parenté posé par « Un pariente interesado », que l’avocat et le médecin sont persuadés d’avoir déjà lu quelque part. Le caractère fictif de cette réception publique ne fait ici aucun doute, comme le montre déjà la description satirique des deux contertulianos ou comme le prouve le fait que le narrateur, incapable de comprendre les métaphores utilisées par ses deux amis, prend tout ce qu’ils disent au pied de la lettre. Mais fictive ou non, cette mise en scène de la lecture de périodique est encore une manifestation de la tendance qu’a la presse culturelle à parler d’elle-même. Une tendance particulièrement flagrante dans El Regañón general, dans lequel de nombreux numéros font place à la représentation de la lecture du périodique au sein de diverses tertulias. Les lecteurs d’El Regañón prennent ainsi successivement connaissance de la lecture de la réflexion de R.Ll. sur la vanité, dans une tertulia réunissant le narrateur, son frère, ses fils et le médecin du village, de celle de l’article des collations de noël par la tertulia d’Apollon ; ou encore de celle de la critique anonyme rédigée à l’encontre des théories du docteur Brown33.

  • 34 « sin saber cómo me hallé con la pluma en la mano, y en la imaginación una disposición muy propensa (...)

14À travers l’ensemble de ces récits, la presse culturelle devient à son tour l’objet des techniques narratives qui lui sont chères : saynètes et dialogues, tout est mis au service d’une écriture de la suggestion. D’ailleurs, il existe un pendant à cette mise en scène de la réception des périodiques : celle de leur écriture. Quelques courriers de lecteurs décrivent ainsi comment leur est venu le désir d’écrire au sein de la presse et comment s’est déroulé ce processus de création. « El C.S. » fait revivre le moment où il a cessé de résister à la tentation de devenir auteur dans le Correo de Murcia : « sans savoir comment je me suis retrouvé la plume à la main, avec dans l’imagination une disposition très encline à dicter ce que j’avais avant laissé pendre à un clou dans un coin de celle-ci. Dans ces circonstances critiques je pris un papier et, en laissant libre cours à mon désir, j’écrivis ce qui suit »34. Il arrive même que cette mise en scène de l’écriture du périodique ne soit pas le fait d’un contributeur mais bien d’un journaliste, et concerne la genèse de la publication elle-même. C’est notamment le cas dans les prologues et numéros préliminaires d’El Caxón de sastre cathalán, d’El Novelero de los estrados, d’El Duende de Madrid ou de Minerva, dans lesquels est retracée la discussion au cours de laquelle l’idée du périodique est née. Quant au Duende especulativo, n’arrivant pas à décider quel type d’œuvre donner au public, il annonce à ses lecteurs :

  • 35 « determineme dejar suspensa mi resolución y consultarla con mis amigos, exponiendo a la tertulia d (...)

Je résolus de laisser ma décision en suspens et de consulter mes amis, en exposant à la tertulia nocturne mes inquiétudes, afin que les participants, plus heureux que moi dans leurs projets, plus fertiles en inventions et d’une imagination plus vive et perspicace, me montrent la voie par laquelle je pourrais m’exposer au public avec un écrit utile, agréable et adapté au temps que nous vivons35.

Auto-publicité

15Reste à souligner un dernier aspect de cette propension qu’ont les journaux culturels à parler d’eux-mêmes : la dimension réflexive dont témoigne une part de la publicité incluse dans la presse.

  • 36 « Este número y los demás que se publicarán todos los sábados se hallarán, con los antecedentes, en (...)

16De nombreux éléments de paratexte – appels à souscription, indications des lieux de vente –, sorte d’affiche interne qui remplace ou duplique celles placardées dans la ville, constituent la base de cette auto-publicité. Ainsi, l’Aduana crítica indique à la fin de son numéro du 3 septembre 1763 : « On trouvera ce numéro et les autres qui seront publiés tous les samedis, avec les précédents, au kiosque de Sebastián Gutiérrez, sur les marches de S. Felipe, et dans la librairie de Castillo, en face des marches. Cette annonce remplacera celle que l’on donnait jusqu’ici par affiche ».36 À ce niveau, le soin graphique tout particulier que l’Espíritu de los mejores diarios accorde au médaillon suivant, pendant de la page de garde et qui rappelle chaque mois les conditions de souscription, est révélateur de cette volonté d’auto-promotion.

Espíritu de los mejores diarios,
31 mars 1788

Espíritu de los mejores diarios,
31 mai 1790

17Par ailleurs, on l’a vu, les prologues ont une dimension fortement publicitaire, dans la mesure où les lecteurs qui en prennent connaissance – a fortiori lorsque le prospecto est publié avant même la naissance du périodique – ne sont pas, pour la grande majorité, des abonnés. Prenons-en pour preuve ce passage du Caxón de sastre, annonçant la suite de l’année 1761 :

  • 37 « […] aseguro será tan de otra naturaleza, que no quedará quejoso el sexo delicado, ofendido el bue (...)

[…] je garantis qu’il sera d’une nature si différente, que le sexe délicat ne se plaindra pas, que le bon goût ne sera pas offensé et que l’incurie et la négligence des sots n’en rougiront pas […]. Les thèmes seront, pour la plupart, si ce n’est nouveaux, en tout cas peu communs, car ils viendront, comme des marchandises de la dernière mode, d’en dehors de l’Espagne : à savoir, quelques pièces d’Angleterre, beaucoup de France et un certain nombre d’Italie, d’Allemagne et de Hollande [… ]37.

De même, les allusions au nombre de lettres reçues, les récits montrant des lectures publiques dans des cafés ou des tertulias ont également une valeur publicitaire indéniable.

  • 38 Larriba, 1998, p. 31.

18Une autre stratégie, également spécifique à la presse, est celle qui consiste à élaborer et, surtout, à publier, de manière quasiment systématique, les listes de souscripteurs. Selon Elisabel Larriba, une telle pratique n’est pas fortuite : ces listes « présentent une double finalité et servent autant les intérêts des publicistes que ceux des abonnés. Elles constituent, pour les premiers, une importante et indispensable source publicitaire et sont perçues par les seconds comme un moyen de se distinguer socialement et culturellement »38. Faire valoir que l’on compte parmi ses souscripteurs le roi Charles III, le futur Charles IV, Floridablanca ou encore Campomanes, comme le fait le Correo de Madrid en 1788, est une manière de mettre en valeur la publication et, également, d’attirer de nouvelles souscriptions. Nombreuses devaient être les personnes qui éprouvaient une fierté à ce que leur nom apparaisse à la suite de ceux des « Serenísimos », « Excelentísimos » et « Ilustrísimos » représentants de la famille royale, de la noblesse ou du haut clergé.

Correo de Madrid, tome VII

  • 39 « Mañana se pondrá una carta de Doña María Soledad Narriondo contra el abuso de tener pajes sin pod (...)
  • 40 « Mañana va un discurso sobre aquellos que quieren los honores y no las cargas, una anacreóntica y (...)
  • 41 « En el número inmediato daremos una carta sobre el consumo del té en Inglaterra » (Espíritu de los (...)
  • 42 « dejemos aquí por ahora esta materia, en que hay mucho que decir, para continuarla en las semanas (...)
  • 43 « Avisamos al público cómo, en el tomo siguiente, le comunicaremos un excelente manuscrito, en que (...)
  • 44 « La semana que viene será más ameno este Diario, pues contendrá noticias exquisitas, asuntos bien (...)

19Une dernière stratégie publicitaire est celle des annonces de suite que comptent nombre de numéros. Ces prolepses peuvent être, dans une certaine mesure, considérées comme des guides de lecture, puisqu’en indiquant le thème du prochain article, elles facilitent la réception du numéro suivant. Ainsi, lorsque les lecteurs fidèles du Diario de Madrid débutent la lecture de la lettre publiée le 7 mars 1789 sans titre ni introduction, l’annonce de la veille – « demain on publiera une lettre de Doña María Soledad Narriondo contre l’abus d’avoir des pages sans pouvoir les entretenir ni les occuper »39 – leur permet de savoir à quoi s’attendre. Cependant, les annonces donnent généralement très peu de détails, ce qui rend l’aide apportée à la lecture somme toute minime. Leur dimension publicitaire, en revanche, est évidente : même neutres, les annonces sont là pour éveiller la curiosité des lecteurs et les inciter à acheter le numéro suivant. C’est une pratique notamment très appréciée du Diario de las musas, qui annonce par exemple dans son numéro 26 : « Il y aura demain un discours sur ceux qui veulent les honneurs mais pas les obligations, une anacreóntica et une énigme, que l’on déchiffrera si jamais personne d’autre ne le faisait »40. Le 12 mai 1788, l’Espíritu de los mejores diarios y a également recours lorsqu’il indique : « Dans le prochain numéro nous donnerons une lettre sur la consommation du thé en Angleterre »41. Dans ces différents exemples, les journalistes comptent sur le fait que le thème de l’article annoncé ou l’auteur du poème inséré servira d’appât. On peut d’ailleurs penser que, parfois, la division d’un article ou d’une lettre en plusieurs fragments – lorsque le nombre de pages ne l’impose pas – répond à la même logique publicitaire. Laisser un article en suspens, indiquer « se continuará », « se concluirá » ou « Laissons ici pour le moment cette matière, sur laquelle il y a beaucoup à dire, pour y revenir dans les semaines qui viennent »42, c’est obliger le lecteur à acheter les numéros suivants. Enfin, la dimension publicitaire des prolepses est encore plus nette lorsque celles-ci présentent les articles ou poèmes à venir de manière attractive, grâce notamment à l’usage d’épithètes laudatifs. À la fin de son premier numéro, le Mercurio literario insère l’avertissement suivant : « Nous prévenons le public que, dans le prochain tome, nous lui communiquerons un excellent manuscrit, dans lequel on trouvera une information et un jugement succincts à propos de toutes les Histoires, Annales, Chroniques et autres écrits sur l’histoire de l’Espagne »43. C’est également à la fin du numéro 1 que l’on peut lire dans El Novelero de los estrados : « La semaine prochaine ce Diario sera plus distrayant, car il contiendra des informations exquises, des questions assaisonnées de sel et de poivre, propres à mettre en appétit la curiosité de la Cour »44.

20Propension à interroger constamment leurs méthodes et leur efficacité, création d’un espace de dialogue sur la qualité des articles et poèmes précédents, représentation de la réception privée ou publique de leurs numéros, auto-publicité : la dimension réflexive des journaux culturels est indéniable et s’affranchit en grande partie des objectifs didactiques, éducatifs ou récréatifs de la presse.

Le règne de l’intertextuel

21Mais ce « retour sur soi » n’est pas seulement celui du retour d’un périodique sur lui-même. C’est aussi le retour d’un périodique sur un autre périodique, dans un constant dialogue entre les différents représentants de la presse culturelle espagnole au xviiie siècle.

D’un périodique à un autre

  • 45 « El detenernos a probar la utilidad de los papeles periódicos sería cansar inutilmente a los lecto (...)
  • 46 « nadie las pinta con colores más propios, vivos y naturales que los diaristas de los literatos de (...)
  • 47 « declamatorio », « misional » (El Duende de Madrid, n° 2, p. 35).
  • 48 « ironía tan oscura, como la de los Señores Censor y Apologista universal, que dejan en ayunas a la (...)

22Cette nature intertextuelle de la presse se manifeste tout d’abord par la fréquence avec laquelle les publicistes font référence à d’autres périodiques de l’époque. Certes, il n’est pas étonnant que les prologues se plaisent à évoquer l’histoire du journalisme, ses succès et ses tendances. Il s’agit d’une habitude bien ancrée, à tel point que le Correo de Sevilla peut se contenter de le faire par prétérition : « Prendre le temps de prouver l’utilité des périodiques reviendrait à fatiguer inutilement les lecteurs, qui ont probablement déjà trouvé de quoi se satisfaire dans les apologies qui servent de préambule aux nombreux écrits de ce type qui ont été publiés depuis vingt ans dans ce Royaume »45. Il est plus remarquable, cependant, que les références à des périodiques précis soient omniprésentes. El Escritor sin título, en exposant la genèse de son ouvrage, compare son projet à ceux d’El Hablador juicioso, d’El Pensador, du Caxón de sastre et du Diario estrangero. El Hablador juicioso relate sa rencontre avec l’un des nombreux acheteurs d’El Pensador, qui lui fait part des qualités du périodique. Le Semanario de Cartagena, en évoquant les personnes qui s’opposent vivement à la presse, indique que « personne ne les dépeint avec des couleurs plus justes, plus vives et plus naturelles que les diaristas de los literatos de España dans le prologue de leur cinquième tome »46. La plupart du temps, ces références intertextuelles sont largement élogieuses et permettent d’insérer chaque publication dans la continuité de ses prédécesseurs et de ses contemporains. Plus rarement, néanmoins, l’intention peut être autre. Ainsi, lorsqu’El Duende de Madrid évoque l’écriture employée par le Diario de Madrid et le Correo de Madrid, il le fait pour s’en moquer et s’en détourner. Leur discours est jugé « déclamatoire », leur ton est qualifié de « missionnaire »47. Les autres périodiques de l’époque n’échappent pas non plus à ses reproches, puisqu’il critique également le recours à une « ironie si obscure, telle celle que cultivent Messieurs le Censor et l’Apologista universal, qu’elle laisse sur leur faim la plupart des gens »48.

23Dans cette perspective, il convient de rappeler l’existence de quelques journaux au fonctionnement intrinsèquement référentiel. El Novelero de los estrados, dont le « Diario de las bagatelas » se présente comme une parodie de petites annonces et de critiques d’ouvrages, est ainsi une sorte de périodique au second degré. Comprendre le sens de chacun des articles suppose, comme pour toute parodie, de connaître les journaux ainsi imités et de détecter le double discours en vigueur dans l’ensemble de la publication. El Amigo y Corresponsal del Pensador et El Corresponsal del Censor, écrits l’un et l’autre sous forme de correspondance adressée à un périodique existant, témoignent également d’un statut spécifique. Éloges, conseils et reproches sont sans cesse adressés par ces contributeurs un peu particuliers au Pensador et au Censor. C’est là une manière de leur rendre hommage. D’ailleurs, El Corresponsal del Censor copie jusqu’à la mise en page de son modèle :

El Censor, n° 6

El Corresponsal del Censor, n° 18

24Mais c’est là aussi, probablement, une stratégie visant à bénéficier du succès des deux « spectateurs ». Une stratégie qui aura visiblement davantage fonctionné pour Manuel Rubín de Celis que pour Antonio Mauricio Garrido, dont la publication ne compte que quatre numéros. Sur un mode bien à lui, El Apologista universal se place également dans une logique de référence constante aux autres périodiques. Policarpo Chinchilla Galiano prétend en effet prendre la défense des auteurs injustement critiqués par les autres périodiques : El Censor, principalement, mais également le Memorial literario, le Diario pinciano et El Corresponsal del Censor.

  • 49 « En la imprenta y librería donde se imprime este, se admiten subscripciones a los Diarios de Madri (...)
  • 50 Memorial literario, octobre 1790, n° 1, p. 186.

25Un autre signe de l’interconnexion qui règne entre les publications périodiques du xviiie siècle est la propension avec laquelle les journaux culturels font de la publicité, non pas seulement pour eux-mêmes, mais aussi pour d’autres journaux. Il est vrai que, lorsque le périodique concerné est vendu par le même libraire que le périodique qu’ils publient, les journalistes se livrent à cette publicité pour leur propre bénéfice et sur demande, probablement, de leur libraire. N’oublions pas, en effet, que la diffusion de la presse a tendance à être assumée par les mêmes librairies, notamment dans les villes de province. Ainsi, on peut lire dans le Semanario de Málaga l’indication suivante : « Dans l’imprimerie et librairie où ce journal est imprimé, on reçoit des souscriptions aux Diarios de Madrid et Barcelona, au Correo y Postillón de Cádiz, au Mensagero de Granada et aux Semanarios de Salamanca et Palma de Mallorca »49. Néanmoins, les publicités qui paraissent dans la presse alors qu’aucun lien direct n’existe entre l’annonceur et l’annoncé, sont également extrêmement nombreuses. Le journal peut se contenter d’indiquer, comme pour les annonces d’ouvrages d’un autre genre, titre, lieux de vente et prix de souscription. C’est ce que fait le Memorial literario en 1790, à propos d’El Argonauta español50. Le journal peut également faire une présentation rapide du contenu du périodique annoncé. Ainsi, les Efemérides de España, en 1804, donnent quelques informations relatives au tout nouveau Correo de Sevilla :

  • 51 « Sevilla. Desde I° de octubre del año último se publican en esta ciudad dos números en cada semana (...)

Séville. Depuis le 1er octobre de l’année dernière sont publiés dans cette ville, chaque semaine, deux numéros d’un périodique intitulé : Correo de Sevilla. Il est composé de quelques productions littéraires et d’autres relatives aux arts et aux sciences ; il publie le prix courant du grain, et de quelques autres produits de consommation ; il annonce ce qui a été perdu, ce qui a été trouvé, ce qui se vend et présente d’autres articles spécifiques à cette ville, dans laquelle on reçoit des souscriptions à l’imprimerie et librairie Hidalgo, rue Génova51.

  • 52 « digno de todo elogio por lo bien que desempeña en la sustancia y en el modo los títulos de histór (...)
  • 53 « Uniendo la utilidad con el deleite, y la importancia de las materias con la gravedad en el modo d (...)
  • 54 Correo de Murcia, 8 septembre 1792, pp. 23-24 ; Semanario de Málaga, 22 juillet 1796, p. 48.

26D’autres fois, la simple annonce objective laisse place à une véritable publicité. Le Correo de Madrid dit du Diario pinciano qu’il est « digne des plus grands éloges pour la manière dont il mérite, sur le fond et dans la forme, les titres d’historique, de littéraire, de légal, de politique et d’économique […] »52. Le Mensagero de Granada compare le Semanario de Salamanca, selon son nouveau plan d’avril 1795, à The Spectator et le présente comme l’un des principaux journaux nationaux : « Mêlant l’utilité et le divertissement, l’importance des sujets et la gravité dans la manière de les traiter, il offre aux amis des lettres cet agrément si nécessaire à ce type d’ouvrages »53. Comme pour les annonces des nouveaux ouvrages parus, l’auteur du texte est la plupart du temps le journaliste du périodique dont il est fait la publicité. Le Correo de Murcia publie ainsi le « Prospecto del Diario Histórico y Político de Sevilla ». Le Semanario de Málaga publie la « Subscripción al Mensagero económico y erudito de Granada, que se nos ha remitido »54. Et lorsque Minerva, le 24 octobre 1806, insère une présentation du Correo literario y económico de Sevilla indiquée comme étant un « Artículo remitido » (pp. 53-54), on peut également se demander si l’envoi ne provient pas des bureaux du journal sévillan. Les périodiques culturels, ici et là, ouvrent donc leurs numéros aux autres périodiques espagnols pour que ceux-ci informent les lecteurs de leur naissance, de l’apparition d’un nouveau tome, d’un changement de plan ou de périodicité. Au numéro du 28 mai 1796 du Diario de Valencia, par exemple, est insérée une « Advertencia del editor del Semanario de Salamanca » (pp. 642-643) indiquant et justifiant le retour du journal à une formule bi-hebdomadaire.

  • 55 « la atención, que han tenido conmigo algunos de sus autores, me empeña también a una correspondenc (...)
  • 56 « amabilísimo compañero », « suplicándole se sirva anunciarle cómo y cuándo le parezca, con los dem (...)

27Quel que soit l’auteur de la publicité insérée, le fait que les journaux s’annoncent les uns les autres est bien le signe que la presse se constitue en un véritable réseau. Le Memorial literario annonce ainsi tour à tour des numéros d’El Censor, d’El Corresponsal del Censor, d’El Apologista universal, d’El Escritor sin título, d’El Argonauta español ou encore du Semanario de Salamanca, pour ne citer que quelques exemples. D’ailleurs, El Hablador juicioso offre un témoignage de ce fonctionnement communautaire lorsque l’Abbé Langlet explique qu’il n’avait pas l’intention d’annoncer les ouvrages périodiques avant de se raviser : « la prévenance qu’ont montrée à mon égard certains de leurs auteurs m’oblige à leur rendre la pareille »55, dit-il. De même, la lettre qu’El Apologista universal écrit au Correo de Madrid, s’adressant à lui comme à son « très aimable confrère », est significative dans la mesure où El Apologista, en manque de publicité, lui transmet son quatrième numéro, « en vous priant de bien vouloir l’annoncer quand et comme vous le jugerez bon, ainsi que ceux qui seront publiés par la suite »56 et que le Correo de Madrid accède à sa demande. La presse culturelle fonctionne ainsi comme un cercle de collègues qui n’hésitent pas à s’entraider. Cela n’a rien d’étonnant si l’on pense que le nombre d’intellectuels n’était pas illimité et que, dans une même ville, il est probable que les différents journalistes se connaissaient.

28Reste à souligner un autre phénomène, qui contribue lui aussi à faire de la presse culturelle espagnole du xviiie siècle un univers aux multiples inter-références : le fait que certains contributeurs publient des lettres et des poèmes dans différents périodiques. Ainsi, Samaniego – sous l’anagramme Cosme Damián – prend la parole dans El Censor et dans le Correo de Madrid. Francisco Gregorio de Salas, Isidoro de Antillón, Francisco Salvá, Álvaro María Guerrero et bien d’autres s’expriment également dans plus d’un périodique. Certains contributeurs reviennent même d’une manière si fréquente qu’ils donnent l’impression d’être omniprésents. Déjà, Leandro Fernández de Moratín, sous le couvert de différentes signatures, s’exprime dans le Correo de Madrid, le Memorial literario, les Variedades et le Correo de Xerez. Cependant, son cas est un peu à part, puisque ses interventions sont guidées par la volonté de répondre aux critiques qui sont faites de ses pièces. Pour d’autres, l’omniprésence est a priori volontaire, et semble être le signe d’une véritable passion pour les publications périodiques. Pedro Alonso de Salanoba y Guilarte – Salanoba –, en dehors du Diario de Madrid dont il est l’un des éditeurs, intervient dans le Memorial literario, le Diario de Barcelona, le Semanario de Salamanca, le Correo de Valencia et le Semanario de Zaragoza. Tomás García Suelto – qui signe la plupart du temps T.G.S. –, s’il fait partie de l’équipe de rédaction des Variedades, fait également entendre sa voix dans d’autres périodiques : le Pasatiempo literario, le Diario de Madrid, le Memorial literario, le Correo de Sevilla et El Regañón general.

  • 57 Diario de Madrid, 24 février 1804, p. 218.
  • 58 Memorial literario, 20 et 30 avril 1806, pp. 89-96 et pp. 116-123.

29Ainsi, un certain nombre de contributeurs ne le sont pas d’un seul périodique exclusivement. Et si la plupart du temps, c’est uniquement grâce aux signatures que l’on peut repérer ce passage d’un auteur d’un journal à un autre, il arrive qu’un système de renvoi l’explicite. Luis Carlos y Zúñiga, au moment de conclure un article sur une pièce de monnaie de Lérida, incite les lecteurs des Efemérides de España à consulter les articles qu’il a publiés des années avant dans le Memorial literario et le Diario de Madrid57. De même, D.A.C.B. – Antonio Carbonell y Borja, selon toute vraisemblance –, dans son article du Memorial literario sur l’invention de l’écriture58, renvoie à son article sur l’alphabet ibéro-phénicien, publié les 21 et 22 octobre 1804 dans les Efemérides, ainsi qu’à une réponse qu’il avait adressée à Juan Maza sur la question de la langue basque les 5 et 6 mars 1806 dans le Diario de Madrid.

De l’émulation vers la concurrence

30En citant constamment les autres périodiques, en leur faisant de la publicité, en publiant les articles de contributeurs qui circulent d’un papier à l’autre, les publicistes semblent s’insérer dans une communauté d’intérêts. Cependant, au-delà de ces constants renvois, au-delà des services que les journalistes se rendent mutuellement et de cette impression que tous appartiennent à un seul et même cercle, l’intertextualité se fait parfois plus dense encore. Un réseau se met en place, fait de reprises, de critiques, d’inversions, à travers lequel les périodiques, loin de s’épauler, semblent devenir rivaux.

Reprises

  • 59 « Como nada debe perdonarse para comunicar al público las noticias que puedan serle interesantes, e (...)

31Si la presse culturelle du xviiie siècle se compose en partie de textes pris dans des ouvrages classiques ou dans des livres étrangers, il est également très fréquent que les textes publiés dans un périodique proviennent en réalité d’un autre périodique espagnol. Un système d’échos dont la justification, là encore, tient aux principes éditoriaux qui animent la presse : les périodiques se citent entre eux principalement lorsqu’ils souhaitent élargir la diffusion d’un article ou d’un poème qu’ils jugent digne de l’attention du public pour sa valeur didactique ou éducative. Les éditeurs du Semanario de Salamanca, d’ailleurs, le soulignent : « Comme rien ne doit être omis pour communiquer au public les informations qui peuvent l’intéresser, l’éditeur de ce papier se sert de toutes celles qu’il trouve dans les journaux du Royaume, qu’il reçoit pour cela »59.

  • 60 Dans l’intervalle, ce conte a également été publié par le Diario de Barcelona (9 et 10 décembre 179 (...)
  • 61 Efemérides, 12 juillet 1805 ; Correo de Xerez, 5, 8 et 12 décembre 1805.
  • 62 Correo de Madrid, 13 et 17 octobre 1786 ; Diario de Valencia, 14 et 15 avril 1793 ; Diario de Barce (...)
  • 63 Espíritu de los mejores diarios, 3 mars 1788.
  • 64 Semanario de Salamanca, 15 octobre 1793 ; Semanario de Málaga, 1er novembre 1796 ; Correo de Xerez, (...)
  • 65 « impertinente repetición se ha hecho sin anuencia ni noticia mía », « miserable recurso de formar (...)

32C’est ainsi que le conte « Hamet y Raschid », publié le 13 octobre 1787 dans le Correo de Madrid, sera republié dans la même ville presque vingt ans plus tard, lorsque le Memorial literario l’insère dans son numéro du 20 février 180560. De même, la « Carta del Reverendo Padre Fr. Martín Sarmiento al Excmo Sr Duque de Medinasidonia », insérée aux numéros des 12 et 16 février 1788 dans le Correo de Madrid, est répétée trois ans plus tard, dans le Memorial literario à nouveau (février 1791). La plupart du temps, d’ailleurs, ce n’est pas seulement la date d’impression qui varie mais également le lieu de parution du texte en question. D’une ville à l’autre, la presse se répète plus volontiers. Ainsi, la lettre d’« El marido universal », insérée dans les Efemérides, madrilènes, réapparaît la même année dans le Correo de Xerez61. Il n’est d’ailleurs pas rare qu’un même texte soit repris deux fois, par deux périodiques différents. Les lettres de César aux citoyens de Rome insérées en 1786 dans le Correo de Madrid, le sont par la suite dans le Diario de Valencia et dans le Diario de Barcelona62. Le conte moral « Los proyectos » – « Les projets » – de l’Espíritu de los mejores diarios63 est repris à Valence le 21 août 1790 (Diario de Valencia) et à Séville le 9 septembre 1792 (Diario de Sevilla). Plus rarement, il arrive même que la reprise soit triple. Ainsi, la fable « El ratón penitente » – « La souris pénitente » –, insérée le 5 septembre 1792 dans le Correo de Murcia, est répétée successivement dans le Semanario de Salamanca, le Semanario de Málaga et dans le Correo de Xerez64. Parfois, il arrive qu’un texte soit repris par un journal de la même ville, à peu de temps d’intervalle. L’anecdote parisienne relative à un baptême publiée par les Efemérides le 2 août 1805, par exemple, est insérée huit jours plus tard dans le Memorial literario. Mais ces cas sont rares et peuvent d’ailleurs être sévèrement réprimandés par le périodique à l’origine de la publication de l’information. C’est ainsi que Tomás García Suelto se plaint, au numéro 23 des Variedades, de ce que son article sur les saignées du numéro 19 ait été recopié par le Diario de Madrid, du 31 octobre au 4 novembre 1804, précisant que cette « répétition inopportune s’est faite sans que j’en sois informé et sans mon consentement » et s’indignant de ce « vil procédé de former un journal en recopiant les articles d’un autre, qui circule au même moment et entre les mains des mêmes lecteurs »65.

  • 66 Larriba, 1998, p. 82.

33Sauf exceptions, donc, la reprise d’un texte publié dans un journal par un autre journal se fait lorsque le texte en question a été publié longtemps avant et, surtout, dans une autre ville de la péninsule. Par conséquent, c’est la presse de province qui est touchée en priorité par le phénomène des reprises inter-périodiques. Il est vrai qu’un certain nombre de périodiques madrilènes bénéficient d’une diffusion non négligeable en province. Le Memorial literario, par exemple, compte, selon Elisabel Larriba66, 325 lieux de souscription péninsulaires en dehors de Madrid, et la province représente 61,2 % de ses souscripteurs. Néanmoins, les villes de province se doivent de répercuter et d’amplifier les objectifs didactiques et éducatifs de la presse culturelle. C’est du moins ce qu’affirme le Diario pinciano :

  • 67 « Aunque Madrid, por su situación geográfica y suerte política, sea el centro de España, de donde s (...)

Même si Madrid, par sa situation géographique et son statut politique, est le centre de l’Espagne, d’où jaillissent pour tous les villages de la péninsule les rayons de lumière dont les sciences ont partout besoin, et même si c’est là qu’est le cœur dont découlent la vigueur et le mouvement que demandent les arts, il est vrai aussi que chaque capitale de province doit être un globe de lumière qui dissipe les ombres de l’erreur, des préjugés et de l’ignorance au sein de sa petite sphère, et qui, comme une force immédiate, encourage, vivifie et met en mouvement tous les membres de son propre corps67.

  • 68 Larriba, 1998, p. 94.
  • 69 ibid., p. 87.
  • 70 Correo de Murcia, 28 janvier et 1er février 1794 ; Semanario de Málaga, 12, 16 et 19 juillet 1799.
  • 71 Les premiers résultats de mon étude concernant ces cas extrêmes peuvent être consultés dans les art (...)

Dans cette perspective, la presse locale permet souvent de rendre plus accessible – et à moindres frais – des textes initialement publiés par la presse madrilène. Les cas cités plus haut sont là pour le prouver. Par ailleurs, il est très fréquent que les journaux de province se citent entre eux. En effet, si quelques périodiques de province bénéficient de lieux de souscription en plusieurs endroits de la péninsule – le Correo de Xerez en a un à Cordoue et un à Madrid dès 1800, le Correo de Murcia est présent dans 106 localités68 –, leur diffusion reste la plupart du temps principalement circonscrite à leur province d’origine. Sur les 97 souscripteurs d’El Argonauta español, par exemple, seuls six ne sont pas de Cadix69. Et les trois plus éloignés résident à Murcie et à Valence. Ainsi, la réflexion sur la capacité des hommes à contrôler leurs passions, publiée le 13 octobre 1792 dans le Diario de Sevilla, est reprise le 1er février 1799 par le Semanario de Málaga. Ce dernier recopie également, en juillet 1799, le « Discurso contra el bello sexo y sus defectos » du Correo de Murcia70. Parfois, même, il semblerait que les journaux de province ne soient composés que de reprises, le périodique en question n’étant pas, alors, une œuvre originale. La majorité – si ce n’est la totalité – des articles, lettres et poèmes publiés par le Correo de Cádiz et le Correo de las damas, par exemple, sont en réalité des reprises d’autres périodiques71.

  • 72 « Retrato de damas » (Semanario de Cartagena, 10 août 1788, pp. 254-256).
  • 73 « El retiro de la Corte » (Semanario de Zaragoza, 27 avril 1798, pp. 270-272).
  • 74 « Viajar sin objeto » (Semanario de Málaga, 1er janvier 1799, pp. 1-4).

34Dans ce contexte, il existe deux façons, pour les publicistes, de citer leurs sources et de reconnaître ainsi leurs dettes vis-à-vis de leurs confrères. Une première méthode consiste à indiquer, dans le titre ou en note de bas de page, de quel journal le texte est tiré. C’est ainsi que le Semanario de Cartagena indique que la lettre « Portrait de dames »72 qu’il publie le 10 août 1788 est tirée du Correo de Madrid du samedi précédent, le 4 août. Le Semanario de Zaragoza précise à son tour que l’ode « La retraite de la Cour »73 provient du Memorial literario et que le nouveau remède contre la peste qu’il publie le 10 août 1798 est pris au Correo de Valencia. D’autre part, il arrive également que la source soit indiquée sous le mode d’une signature par initiales. Au numéro du 1er janvier 1799 du Semanario de Málaga, l’indication « D.d.S. » signifie en effet Diario de Sevilla, duquel est recopié l’article « Voyager sans but »74. De même, au numéro du 12 décembre 1805 du Correo de Xerez, la lettre d’un prétendu contributeur qui décide de devenir traducteur est signée « D.d.M. », indication qui permet de faire le rapprochement entre cette lettre et celle signée « El literato » – « L’homme de lettres » –, publiée le 17 novembre 1795 dans le Diario de Madrid.

  • 75 « Carta de Don J.M.P., residente en Madrid, a un Caballero Americano su amigo » (ibid., 10 mai 1799 (...)
  • 76 Diario de Madrid, 8 et 9 avril 1798 ; Correo de Madrid, 14 novembre 1787.
  • 77 « Necesidad que tiene España de escuelas gratuitas » (Correo de Madrid, 30 octobre et 14 novembre 1 (...)
  • 78 Diario de Murcia, 21 et 31 janvier 1792.

35Cependant, à côté de ces cas où la reprise est évidente, il en est de nombreux autres où seul un travail de comparaison permet de détecter qu’un texte n’est pas original et provient en réalité d’un autre journal. Rien ne permet, a priori, de savoir que la « Lettre de Don J.M.P., résidant à Madrid, à son ami, Gentilhomme Américain », publiée dans le Semanario de Málaga75, est tirée du Diario de Madrid ou que l’anecdote sur le Calife Mostanser, insérée dans le Diario de Sevilla du 23 décembre 1792, provient du Correo de Madrid76. Lorsque le texte initial apparaît signé, la répétition de la signature rend l’identification plus aisée. Mais il est très courant que cette signature, lors de la reprise, disparaisse ou se transforme. Ainsi, un article inséré dans le Correo de Madrid, intitulé « Du besoin qu’a l’Espagne d’avoir des écoles gratuites »77 et signé « El madrileño », est à nouveau publié, presque six ans plus tard, dans le Diario de Murcia78. Or, cette fois, la signature indiquée est « El murciano ». De même, la lettre d’« El impertinente mirón » – « Le voyeur impertinent » – qui s’interroge, au numéro du 24 janvier 1792 du Diario de Murcia, sur la raison pour laquelle les pharmaciens sont ceux qui utilisent le moins de médicaments, est reprise par le Correo de Valencia le 12 mars 1798 mais apparaît cette fois signée « Don Perantón » – « Monsieur l’Échalas ».

  • 79 Diario de Madrid, 4 octobre 1800 ; Diario de Valencia, 25 novembre 1801.

36Ce système d’échos, à travers lequel la presse, d’un périodique à l’autre, se répète, manifeste donc à son tour le fonctionnement intertextuel qui caractérise la presse du xviiie siècle. Et si, dans le cas d’un article qu’un journal recopie d’une source première, on peut toujours se demander si le second journal qui l’utilise l’a également recopié à partir de l’original ou l’a repris au premier journal, la réponse s’impose la plupart du temps d’elle-même. Il y a peu de probabilités, en effet, pour que l’article sur les bienfaits de la musique sur la santé, traduit d’un ouvrage de Julefort par le Diario de Madrid, ait été à nouveau traduit, un an plus tard, par le Diario de Valencia79.

Des critiques qui dépassent les limites d’un seul et même journal

37Par ailleurs, si les journaux font une large place à leur auto-critique, ils laissent également un espace destiné à la critique des périodiques qui leur sont contemporains. Des articles, des poèmes, des numéros, voire des tomes entiers sont ainsi analysés avec soin. Des affirmations sont contredites, des erreurs sont rectifiées.

  • 80 Mercurio literario, n° 6, pp. 322-350.
  • 81 « Este cálculo astronómico es el verdadero, y no el copiado con notables errores en el Correo de lo (...)
  • 82 « Al excelente Señor Conde de Haro, con motivo del retrato que de su difunta esposa acaba de hacers (...)
  • 83 Diario de Madrid, 1er, 2, 3, 5 mars 1807 ainsi que du 17 au 19.
  • 84 Rubio Paredes, 2004, p. 353.

38La plupart du temps, ces critiques sont ponctuelles. Le Diario de los literatos, par exemple, reproche au Mercurio literario d’avoir altéré, dans son troisième numéro, le manuscrit sur les principaux historiens de l’Espagne, attribué à Gaspar Ibáñez, Marquis de Mondejar80. Le Diario de Madrid revient, le 19 janvier 1787, sur le calcul recopié trois jours plus tôt dans le Correo de Madrid, en précisant en note qu’il s’agit là d’une rectification : « Ce calcul astronomique est le véritable, contrairement à celui recopié avec d’importantes erreurs dans le Correo de los Ciegos de mardi dernier »81. T.G.S., dans les Variedades de ciencias, procède à l’analyse du poème de José María Carnerero, « À l’excellent Conde de Haro, à l’occasion du portrait qui vient d’être fait de sa défunte femme », publié le 10 juin 1805 dans le Memorial literario82. Quelquefois, cependant, la critique des autres périodiques se systématise, sur quelques numéros du moins. C’est le cas dans Minerva, dont les éditeurs décident, le 28 octobre 1806, de publier chaque mois une « Revista literaria » qui fait la part belle à l’intertextualité. Le discours, parfois, se veut très général et revient sur les débats de l’actualité culturelle, sur l’état des lettres espagnoles. Mais, d’autres fois, la critique porte très précisément sur les différents numéros publiés le mois précédent dans le Diario de Madrid, notamment, et dans le Memorial literario. Ainsi, le numéro du 17 avril 1807 commente tour à tour les lettres de Pedro Marchante, de T.D.P.M., d’E.B.O.A. ou de L.C.C.83. C’est le cas, également, d’un certain nombre de journaux dont le principe même consiste à faire la critique d’autres ouvrages et qui accordent, dans cet exercice, une place importante aux périodiques. LAduana crítica fait ainsi l’analyse d’El Pensador (n° 2 et 3), d’El Hablador juicioso (n° 5) et du Diario estrangero (n° 9). El Hablador juicioso, à son tour, étudie El Pensador (n° 5) et le Diario estrangero (n° 6). Notons que, parfois, ces critiques donnent lieu à une réponse de la part du périodique concerné : un véritable dialogue se met alors en place, pour remercier l’Aduana de ses éloges ou se justifier face aux critiques. Ainsi, Cristóbal Cladera répond le 23 août 1787 à la critique mordante que fait de l’Espíritu de los mejores diarios Lucas Alemán – autrement dit, Manuel Casal – dans le Correo de Madrid du 15 août. Et c’est au même Lucas Alemán, qui critique le Semanario de Cartagena au numéro du 10 novembre 1787 du Correo de Madrid, que répond un certain Guindo Moral y Granados – Martín Fernández de Navarrete en personne, selon José María Rubio Paredes84 – dans le journal concerné, les 7 et 14 décembre de la même année.

  • 85 Guinard, 1973, pp. 231-232, n. 2.

39À travers ces critiques, les relations entre les journaux deviennent plus complexes. Si lorsque le discours est positif, la critique est encore une autre façon d’inciter les lecteurs à acheter le périodique concerné, l’intention est plus ambiguë lorsque le discours est négatif. L’objectif est-il uniquement de donner aux journalistes des conseils pour améliorer leurs publications ? Paul-Jacques Guinard émet à ce propos l’hypothèse selon laquelle les invectives que se lancent parfois les journaux entre eux – alors que, par ailleurs, les collaborations entre les uns et les autres sont nombreuses – constituent « un assaisonnement goûté par les lecteurs et savamment dosé par les rédacteurs »85. Peut-être, effectivement, est-ce une autre des stratégies de la presse pour rendre le discours plus attrayant, plus vif. Mais cette hypothèse ne peut expliquer que certains cas. Lorsque les critiques se font acerbes, elles témoignent d’une certaine hésitation dans les rapports entre les différents périodiques d’une même époque : entre la volonté éclairée de favoriser l’instruction du public en l’incitant à lire d’autres journaux pour apprendre toujours plus et la nécessité, dans la situation financière instable qui est celle de la presse du xviiie siècle et sachant que peu d’Espagnols sont en mesure d’acheter plusieurs journaux différents, de préserver son lectorat. À ces arguments pragmatiques venaient peut-être, d’ailleurs, se rajouter des rivalités personnelles, difficiles à discerner aujourd’hui.

Inversions

  • 86 Diario de las musas, 26 décembre 1790 ; Correo de Madrid, 19 et 26 janvier 1791.
  • 87 Diario de Valencia, 5, 8 et 12 juillet 1797.

40Autre signe de l’intertextualité de la presse du xviiie siècle, il n’est pas rare que des contributions concernant une publication soient publiées dans une autre. Ainsi, pourquoi « D.J. Aubeano » s’adresse-t-il à La Espigadera pour publier une lettre écrite à l’attention de « Don Pedro Salanoba, editor del Diario de Madrid » (n° 3) ? Pourquoi L.A.J.M. – autrement dit, Luis Moncín – répond-il à la critique faite de sa pièce La virtud premiada par le Diario de las musas en adressant un courrier au Correo de Madrid ?86 Pourquoi A.A. s’exprime-t-il à plusieurs reprises dans le Diario de Valencia, pour revenir sur différents propos tenus par l’éditeur du Correo de Valencia ?87

  • 88 « La precedente carta nos ha suplicado también a nosotros que la publiquemos un apasionado de la co (...)
  • 89 « por los títulos tan bellos, como chuscos, con que se ha servido condecorarle » (Correo de Madrid, (...)

41Une première explication possible, face à ce fonctionnement assez particulier, serait que les lettres ainsi publiées sont des lettres fictives, dont les éditeurs d’un journal se servent comme d’un paravent pour critiquer de manière détournée leurs confrères. Ainsi, le 29 décembre 1790, le Correo de Madrid se moque de ce que le Diario de las musas ait été annoncé comme une « obra bastísima », avec un « b » au lieu d’un « v » et publie une décima satirique composée à ce sujet. S’il est possible que le poème ne soit pas l’œuvre des éditeurs du Correo de Madrid, il est probable en revanche que son insertion ne soit pas due au fait qu’on les ait suppliés de le faire, comme ils l’affirment pourtant. Le 6 janvier 1791, un prétendu contributeur du Diario de las musas recopie cette décima, puis répond au Correo de Madrid en critiquant sévèrement le poème, en composant à son tour deux décimas à l’encontre du Correo et en relevant des erreurs commises ici et là par ces journalistes si prompts, dit-il, à critiquer les autres. Or, il est plus que probable que cette réponse, si acerbe, soit en réalité le fait des journalistes du Diario de las musas eux-mêmes, comme le laisse notamment supposer l’indication insérée à la suite de la lettre supposée : « Un passionné de la pièce El Perseguido nous a suppliés, nous aussi, de publier la lettre ci-dessus »88. D’ailleurs, lorsque le Correo de Madrid répond à son tour au Diario de las musas, c’est directement au « Señor Diarista » qu’il adresse ses remerciements, ironiques, « pour les titres aussi beaux que cocasses qu’il a daigné lui décerner »89. La rivalité entre les deux périodiques donne lieu, ici, à un échange des plus vifs.

  • 90 « Esta carta se pone en este periódico por haber cesado el de las Variedades, para el cual estaba e (...)
  • 91 « por lo que toca a otros, que en vano esperan ver impresas sus producciones, les advertimos que nu (...)
  • 92 Variedades, 1805, n° 22, p. 191.
  • 93 « Carta dirigida al Censor mensual de los Diarios de Madrid, respondiendo a los epigramas que se in (...)

42Comprendre, en revanche, pourquoi des lettres authentiques sont publiées dans un périodique autre que celui auquel elles sont destinées est plus ardu. La réponse, parfois, peut pourtant être très simple et très pragmatique, lorsqu’un lecteur souhaite s’exprimer dans un périodique une fois que celui-ci a cessé de paraître. C’est ce qui se passe pour la lettre écrite aux éditeurs des Variedades, à la suite d’un débat juridique initié par Juan Álvarez Guerra au numéro 19 de l’année 1805 : c’est finalement le Memorial literario qui la publie, en précisant en note : « Cette lettre est publiée dans ce journal car celui des Variedades, pour lequel elle était écrite, a cessé de paraître »90. Mais c’est là une exception : la plupart du temps, les lettres concernées auraient pu, chronologiquement parlant, être insérées dans le périodique auquel elles s’adressent. Une autre possibilité serait que les contributeurs, lorsque leurs écrits sont refusés par un journal, s’empressent de les proposer à un autre. C’est une pratique à laquelle font allusion, ici et là, les journalistes. Le Semanario de Salamanca incite ainsi ses lecteurs à le faire : « en ce qui concerne les personnes qui attendent en vain de voir leurs productions publiées, nous les informons que notre jugement n’est pas infaillible et que ce qui nous semble très mauvais paraîtrait peut-être très bon à quelqu’un d’autre ; et qu’il y a des papiers publics dans le Royaume auprès desquels ils auront peut-être plus de chance »91, tandis que les éditeurs des Variedades, eux, déplorent que des compositions qu’ils ne jugeaient pas dignes d’être publiées l’aient été par un autre périodique92. Et quelques courriers offrent la preuve que c’était effectivement une pratique qui existait. Ainsi, F.A.L. s’adresse au Correo de Madrid et lui explique qu’il a envoyé, le 18 juillet 1786, une lettre au Diario de Madrid puis une autre, le 23, en voyant que la première n’était pas insérée. Face à ce mépris, c’est finalement au Correo de Madrid qu’il envoie son article, publié dans ce dernier le 24 octobre. C’est également suite à un refus de publication du Diario de Madrid qu’« El Hablador » s’adresse au Memorial literario, qui publie en novembre 1795 sa « Lettre adressée au Censeur mensuel des Diarios de Madrid, en réponse aux épigrammes qui ont été insérées dans ce journal le 22 octobre 1795 »93.

  • 94 Correo de Sevilla, 31 mars 1804 ; El Regañón general, 28 juillet et 1er août 1804.
  • 95 « Aunque la presente carta suena dirigida a Sevilla, & c no hemos tenido la satisfacción de verla h (...)
  • 96 « dirijo a vmds. mi respuesta para que la inserten en su periódico, recelosa de que los Señores Mem (...)
  • 97 « ¡Nueve pesetas de mi alma ! ¡Cuándo, si yo hubiera sabido lo que era el periódico o Diario de las (...)
  • 98 « puede y debe mirarse como una pública palestra, donde podrán medir sus armas los espadachines lit (...)
  • 99 « los periódicos que se publican a un mismo tiempo en una nación deben reputarse como tribunales, d (...)

43Il arrive, donc, qu’un courrier destiné à un périodique soit refusé par celui-ci et envoyé par le contributeur à un autre. Cependant, cette pratique est loin de refléter l’ensemble des cas. La preuve en est que lorsque Eugenio Franco publie sa critique de l’ode A la resurrección de Jesu Christo du Correo de Sevilla dans El Regañón general94, le Correo de Sevilla décide de la publier à son tour, en précisant en note qu’il n’en avait pas connaissance : « Quoique la présente lettre ait l’air d’être adressée à Séville, etc. nous n’avons pas eu la satisfaction de la voir avant qu’elle ne soit imprimée dans le journal qui est publié à Madrid sous le titre d’El Regañón, et nous l’avons prise des numéros 60 et 61 de celui-ci »95. Cet exemple amène donc à penser qu’envoyer une lettre destinée à un périodique à un journal concurrent relève parfois d’une démarche volontaire du contributeur. Elle peut être suscitée par l’idée que le courrier, trop critique, ne serait pas publié par le journal concerné. C’est en tout cas ce qu’allègue María Rosa de Gálvez lorsqu’elle envoie aux Variedades sa réponse à la critique faite par le Memorial literario de sa pièce Las esclavas amazonas. Elle écrit ainsi : « je vous adresse ma réponse à vous, pour que vous l’imprimiez dans votre journal, de peur que Messieurs les Mémorialistes ne le fassent pas dans le leur »96. Peut-être est-ce également pour cela que S.T.A.J.M.J. adresse à La Espigadera la critique mordante qu’il fait du Diario de las musas. Il devait juger une exclamation telle que « Mes neuf pesetas chéries ! Quand seriez-vous sorties de ma poche, si j’avais su ce qu’était le journal ou Diario de las Musas ! Jamais, sans aucun doute » et les commentaires sur « les froides épigrammes d’Alemán » et les « insipides et mesquines anacreónticas de ce braillard de Silvio del Arga » trop acerbes pour que son courrier soit inséré dans le journal ainsi visé97. Les contributeurs peuvent également vouloir solliciter l’avis d’une tierce personne, en qualité d’arbitre dans le débat qui les oppose à un journal. L’auteur de la pièce El chismoso, sévèrement critiquée par le Memorial literario, demande ainsi l’opinion de l’éditeur d’El Regañón, arguant du fait que son journal « peut et doit être considéré comme une tribune publique, sur laquelle les spadassins littéraires pourront mettre leurs armes à l’épreuve »98. C’est également au sujet d’un conflit qui l’oppose au Memorial literario qu’« El amigo del memorialista », en désaccord avec les propos tenus par le journal sur la traduction d’Atala, s’adresse aux Efemérides, sous prétexte que « les journaux qui sont publiés au même moment dans une nation doivent être perçus comme des tribunaux, auprès desquels on peut faire appel des sentences arbitraires que rendent certains juges de littérature »99.

44Que la raison soit circonstancielle ou stratégique, il est ainsi courant que des lettres destinées à un périodique soient publiées dans un autre. Des lettres qui, souvent, sont plus critiques qu’élogieuses. Si, parfois, des journalistes choisissent de publier des écrits que leurs confrères n’ont pas jugés de qualité suffisante parce qu’ils sont d’un avis différent – ou parce qu’ils sont en manque de matériaux à publier –, il semble qu’il soit très courant, également, qu’ils se plaisent à publier des écrits qui viennent contredire les affirmations desdits confrères. L’entraide laisse alors place à la rivalité.

Empiètements

  • 100 « salir de los límites que se propuso en la idea de su obra » (El Hablador juicioso, n° 4, p. 37).
  • 101 « dista en muchas cosas del verdadero sentido del original y se opone en otras a su espíritu (como (...)

45On peut d’ailleurs citer quelques exemples où, sans aucune équivoque, deux journaux deviennent explicitement des concurrents. C’est le cas entre El Pensador et El Hablador juicioso, à propos d’un article sur le commerce débuté par le premier et conclu par le second. Le trente-huitième discours d’El Pensador porte ainsi sur les « Principios generales e historia del comercio ». Mais l’Abbé Langlet considère que Clavijo y Fajardo, à travers cet article, est en train de « sortir des limites qu’il s’est proposées en concevant son ouvrage »100. Sous prétexte d’œuvrer pour le bien des lecteurs, qui auront ainsi accès plus rapidement à la suite de l’article, il décide de continuer lui-même la publication de ce texte, visiblement traduit. Au numéro 40, El Pensador prétend se réjouir de ce que d’autres que lui contribuent à l’instruction du public, tout en décidant de continuer la traduction proposée, dans la mesure où celle de son concurrent « est en beaucoup de choses éloignée du véritable sens de l’original et s’oppose en beaucoup d’autres à son esprit (comme si elle avait été faite très rapidement) »101.

  • 102 Minerva, 26 novembre 1805 ; Memorial literario, 10 décembre 1805 ; Diario de Valencia, 19 décembre  (...)
  • 103 La Espigadera, n° 10 ; Diario de las musas, 8 janvier 1791.
  • 104 « para el Diario, la noticia anticipada de las fiestas y funciones que se han de hacer y comedias q (...)

46Au-delà de ce cas isolé, le domaine de la critique est très propice à ce genre de doublons. Ainsi, le Diario de Madrid et le Semanario de Salamanca analysent tous deux le roman El tiempo de Ferias, o Jacinto en Madrid (respectivement le 27 septembre 1793 et le 12 décembre 1795). La pièce Las minas de Polonia est étudiée tour à tour par Minerva o el Revisor general, par le Memorial literario et par le Diario de Valencia102. La démarche, ici, est antithétique de celle des reprises que l’on exposait plus haut – et se rapproche de celle en vigueur de nos jours – : chaque journal veut apporter sa contribution, même lorsqu’un article similaire a déjà été publié précédemment. Le Diario de las musas en donne un exemple révélateur, lorsque ses éditeurs, face à la préalable publication d’une analyse d’El buen hijo dans La Espigadera, décident malgré tout de publier une critique de la pièce, en se centrant pour leur part sur le jeu des comédiens103. Dans chacun de ces cas, les journalistes se battent donc pour conserver leurs prérogatives et leurs lecteurs. Un combat poussé à l’extrême en ce qui concerne le Diario de Madrid et le Memorial literario puisqu’il donne même lieu à un procès, concernant ce que l’un et l’autre ont le droit de traiter en matière de divertissements – et notamment en matière de représentations théâtrales. Lorsqu’en 1785, le Diario de Madrid est sur le point de réapparaître, après une interruption de cinq ans, le Juez de Imprentas Fernando de Velasco, sur ordre de Floridablanca, établit les aires de compétences des deux périodiques : « pour le Diario, la nouvelle anticipée des fêtes et des représentations qui doivent avoir lieu et des pièces qui doivent être jouées tel ou tel jour ; pour le Memorial la description ou le récit des fêtes après leur célébration et la critique des pièces qui ont été représentées au cours du mois »104. Pour l’un et l’autre, il semblait important de s’affirmer dans le domaine si populaire du théâtre.

47Il est ainsi difficile de déterminer quels sont les effets de l’intertextualité sur la presse culturelle. Lorsqu’un périodique cite l’autre, il renforce son aura. Lorsqu’il le critique sévèrement, en revanche, et lorsqu’il tente de s’approprier ses textes ou de les faire disparaître sous les siens, il l’étouffe. Toujours est-il que, par ces constantes imbrications, la presse culturelle répond à une logique autre que celle dictée par son désir de servir les lecteurs.

48Tels sont, donc, les grands principes qui guident les journalistes dans leurs choix de thèmes et d’articles. Ceux-ci s’emploient, d’une part, à servir au mieux les objectifs utilitaires qui sont ceux de la presse. Informer les lecteurs des dernières découvertes scientifiques, leur transmettre des connaissances en histoire, en droit ou en littérature, leur inculquer bon goût et sens moral : autant d’objectifs qui nécessitent, face à un lectorat hétéroclite, de redoubler d’ingéniosité et de multiplier les attraits de la presse. La plupart des articles et des poèmes étudiés jusqu’ici, la plupart des stratégies employées par les publicistes prennent ainsi tout leur sens à la lumière de ces objectifs, communs à l’ensemble des périodiques culturels au-delà de leurs différences idéologiques et stylistiques. Cependant, comprendre le fonctionnement de la presse culturelle espagnole revient également à prendre en compte ce qui échappe autant au souci d’utilité qu’au souci de divertissement. En effet, si l’on peut considérer que c’est au nom de la fonction informative que les journalistes font leur propre publicité ainsi que celle de leurs confrères, si l’on peut considérer que c’est au nom des fonctions didactique et récréative que les périodiques « s’empruntent » des articles, des poèmes ou des lettres les uns aux autres, si l’on peut considérer, enfin, que c’est pour aiguiser la perspicacité de leurs lecteurs que les journaux pratiquent constamment l’auto-critique, le retour sur soi opéré par la presse culturelle espagnole échappe en grande partie aux fonctions qui la définissent et devient, à son tour, une règle qui guide contenu et style. Retour des périodiques sur eux-mêmes, dans une interrogation constante, propre à une pratique encore nouvelle et sujette aux hésitations. Retour critique entre périodiques, dans lequel l’admiration et l’entraide côtoient la jalousie et la compétition.

Notes

1 « zaherir ni ofender específicamente las personas ni las comunidades o cuerpos particulares » (Cité par Urzainqui, 1996d, p. 869).

2 « escrito injurioso o libelo infamatorio, que tire directamente a denigrar, oscurecer o quitar la honra del prójimo », « género de escrito inventado para corregir y reprender las costumbres corrompidas de los hombres ; o criticar sus malas obras, ya con dichos picantes, ya con gracias, chistes, sales y agudezas, tirando únicamente a hacerlos ridículos y apuntando únicamente y directamente a las costumbres, la cual [clase de sátira] solo por incidencia o reflexión puede herir y lastimar a las personas » (Padre Isla, Obras, Biblioteca de Autores Españoles, t. XXV, p. 320. Cité par Castañón, 1973, pp. 25-26).

3 « procuraré que la censura sea según el mérito de la obra, disimulando los defectos leves, que son inevitables en escritos que no dimanan del Divino Oráculo, y los que se noten, será con la precisa templanza, huyendo de la rigidez » (Aduana crítica, 13 août 1763, p. 15).

4 « Se verán el carácter, genio y costumbres del mundo, puestas al costado de las nuestras, dando lugar a la sátira moderada, que es el condimento y sal que sazona los manjares, pero se empleará en su justa dosis, para que ni amargue por la demasía, ni irrite por el exceso acre de la sal, ni fastidie por la demasiada dulzura. Siempre se ha mirado este género como el más apreciable y útil, y la dificultad está únicamente en atinar con el punto que pide la costumbre de que se trata, y no exceder por demasía o por defecto. Los agridulces bien atemperados son los más útiles a nuestra naturaleza » (Correo de Valencia, 17 septembre 1798, « Prospecto nuevo e introducción », pp.596-597, « El hombre por las costumbres »).

5 « si mis pinturas o los sucesos que refiera en mis Pensamientos, hubiese quien maliciosamente los adaptase a sujeto determinado, desde ahora protesto y afirmo que semejantes asuntos no tienen ni tendrán más existencia que en mi fantasía » (La Pensadora gaditana, 14 juillet 1763, p. 8).

6 « Luego, pues, que noto una cosa digna de censura, echo a correr y me vengo a casa, haciendo con la mano en la boca los mayores esfuerzos para contenerme mientras no llego a ella. Allí lo primero que hago es desahogarme del todo, y escribir sin reserva cuanto se me ofrece en el asunto que me ocupa. Después a sangre fría voy retocándolo poco a poco : suavizo lo que pudiera ser demasiadamente acre ; y abstrayendo de los sujetos que me han dado el asunto, y borrándolos enteramente de mi memoria, doy a mis censuras y sátiras toda la generalidad que se requiere para que a nadie hieran en particular » (El Censor, n° 1, pp. 25-26).

7 « Quien siembra sátiras, solo coge por fruto espinas » (Caxón de sastre, n° 11).

8 « los buenos hablan poco sobre asuntos determinados y con moderación ; los otros son como los toros que forman la intención, cierran los ojos y arremeten a cuanto encuentran por delante, hombre, caballo, perro, aunque se claven la espada hasta el corazón » (Correo de Xerez, 24 février 1806, p. 125).

9 Memorial literario, février 1784, pp. 96-97.

10 « lo que igualmente nos llena de regocijo es el ardor y estímulo con que la juventud estudiosa se aplica al cultivo de sus profesiones, unos a vista del premio, otros solo a vista del gusto y satisfacción con que se ven anunciadas sus tareas en este Memorial Literario » (Memorial literario, mars 1784, p. 3).

11 « con tanto decir y escribir, no se advierten más progresos que los que de antemano se manifestaban de mucha marcialidad, desenvoltura, descoco y cortejo » (Correo de Murcia, 21 décembre 1793, p. 253).

12 « V. será el vox clamantis in deserto : ¿por qué ? ¡Pobre inocente ! En una palabra, porque no hay uno solo de cuantos leen su Semanario, que piense que habla con él. La Maja dice, esto le comprehende a Doña Fulana, esta a la otra. La Bolera piensa que no lo es ; el Cortejante, el Empolvado, el Petimetre, et sic de caeteris, todos unánimes y conforme sacuden su sayo, y ninguno quiere la culpa en su casa. Solo los pobres Tabacosos han pagado el fardo, y no se pueden esconder : el viento solo los delata, y por el hilo se saca el ovillo » (Semanario de Salamanca, 24 juin 1794, p. 218).

13 « Mudar todos los errores y desterrar los males públicos es tan imposible, como que sería necesario el concurso de un ángel que a propósito bajase del cielo para obrar semejante revolución. No, ni los hombres, ni las luces surtirán otro efecto que hacer menos mala la situación de aquellos. […] Pero el obstáculo que pone el encadenamiento de los abusos y errores no debe impedir que se clame contra ellos, pues si no es posible reformarlo todo, lo es a lo menos reconocer ciertas verdades relativas contra las cuales solo puede oponerse el espíritu de sofisma y una moral relajada » (Discursos literarios, n° 1, pp. 1-3).

14 « El más mínimo beneficio en favor de la educación pública debe fijar la atención de las almas sensibles y virtuosas ; los bienes que resulten a un solo pueblo, a un solo barrio, a una sola choza, a un solo hogar, siempre serán bien recibidos en las Efemérides » (Efemérides, 15 janvier 1805, p. 67).

15 « humildes conceptos, durísimos versos », « voces superfluas y sinónimos sin tino » (Pasatiempo literario, n° 4, p. 62).

16 « la discreción, oportunidad y verdad de sus alusiones y pensamientos » (Correo de Sevilla, 12 novembre 1803, p. 101).

17 Semanario de Cartagena, 22 septembre 1786, p. 30.

18 Correo de Murcia, 2 février, p. 79.

19 « el papel más insustancial, el correo más sin noticias y la estafa más mal introducida que se ha conocido en esos tiempos que Vm. llama de barbarie » (Correo de Madrid, 28 juillet 1787, p. 348).

20 On trouvera les « Juicios críticos sobre la literatura del Diario de Barcelona » de Juan de Casasola aux numéros suivants : du 11 au 13 mars 1794, du 21 au 24 avril, du 26 au 28 mai, du 15 au 19 juillet, du 16 au 18 août, du 28 au 30 septembre, du 13 au 15 octobre, du 23 au 25 novembre et les 23 et 24 décembre de cette même année 1794.

21 « La física de la naturaleza del olfato y olores que se explica en el número 84 da bastante fundamento para persuadirse al bueno o mal influjo que pueden tener en nuestra salud ; pero el estilo es violento y oscuro en algunas partes » (Diario de Barcelona, 23 avril 1794, p. 454).

22 On trouvera les « Reflexiones sobre la literatura del mes de… » de Blas Bueno aux numéros suivants : du 23 au 26 février 1795, du 15 au 19 mars, du 22 au 28 avril, du 25 au 27 mai, le 25 juin, du 22 au 24 juillet, les 24 et 25 août, les 28 et 29 septembre, le 28 octobre, le 18 novembre et le 21 décembre. Puis, pour l’année 1796, le 28 janvier, les 15 et 16 février, les 13 et 14 mars, les 10 et 11 avril, du 23 au 25 mai, le 25 juin, les 26 et 27 juillet, du 29 août au 1er septembre et du 9 au 11 septembre.

23 « Por esta vez Sr. Público, no hay segunda parte, la cual sería muy lastimosa si hubiese de revolver todo el cieno de las composiciones que he pasado por alto. Agur. = El Censor mensual » (Diario de Madrid, 13 juillet 1797, p. 827).

24 « Los inteligentes han recibido con aprecio los Romances escogidos de la Historia de las guerras civiles de Granada, ya por la sencillez y valentía de la expresión, ya por lo animado de sus imágenes, ya por la noble delicadeza de sus sentimientos » (Semanario de Salamanca, 21 novembre 1795, p. 177).

25 « los clamores que a poco tiempo se dejaron oír contra mi obra hicieron revivir mis esperanzas », « las persecuciones, que luego se me suscitaron, y los esfuerzos que comenzaron a hacerse para obligarme a callar, y los muchos papeles que de un tiempo a esta parte se publican contra mí » (El Censor, n° 138, p. 104).

26 « Mi primer anhelo, al despertar los martes y sábados, es hojear el Semanario, brujulear por entre sus hojas aún no rompidas y saltar de lo erudito a lo curioso, y tornar de lo curioso a lo erudito » (Semanario de Salamanca, 6 décembre 1794, p. 145).

27 « hasta que llega el instante del correo, los minutos me parecen horas, las horas años y los días siglos » (Correo de Murcia, 21 février 1795, p. 112).

28 « […] se puso como un demonio, y dijo : que no sabía cómo se permitía escribir tales desatinos en Cádiz, que si los hombres habían de andar con calzas atacadas y botarga a la moda de los Cides, y Bernardos ; que eso era bueno para aquellos tiempos en que no sabían más que andar a lanzadas, ni conocían más primor que saber dar buenas cuchilladas a los Moros ; que ahora era otro tiempo, donde el aseo, compostura y buen gusto en los vestidos se llevaba la primera atención, y los hacía apreciables en los mayores festines ; que si conociera a la Pensadora, la diría que era una bachillera ignorante, que pretendía regular el corazón magnánimo de los ricos por la poquedad y miseria del suyo, que se entretuviese con la escoba, y soltase la pluma » (La Pensadora gaditana, 25 août 1763, pp. 43-44).

29 « Cuando la flema me domina paso en revista los papeles que caen en la caja del Semanario, y esto me basta para salir de la apatía o insensibilidad que me tenía en inacción. Elogios, que no me disgustan si son moderados y tienen el aire de ser sin leerlos de buena fe, befas, sátiras, advertencias oportunas o importunas, y aun desvergüenzas, me sacan a veces de mis casillas, me hacen arrepentir de haberme metido a escritor periódico, o me hacen soltar la carcajada al ver las varias extravagancias y encontradas opiniones de mis lectores » (Semanario de Salamanca, 29 décembre 1795, p. 309).

30 « Discursos que me habían parecido antes muy decentes me parecen malditamente después de impresos ; y lo peor es que cada nueva lectura me descubre mil defectos, que antes no había percibido. Así que rara vez tomo uno en las manos que sin acabar de leerle no le arroje airado, no menos con él que conmigo mismo » (El Censor, n° 51, p. 66).

31 La suite de cette lettre ne sera jamais publiée, car les informations relatives à l’inondation que connaît Valladolid le 25 février occupent toute l’attention des journalistes au cours des numéros suivants. Il semblerait, néanmoins, que la description de la réception du périodique laissait place, dans la suite du courrier, à la description du carnaval auquel ont assisté les soldats de León.

32 « un médico ladino y un abogado zambombo. El primero es un engullidor eterno de gacetas, y el segundo es más aficionado a pillar en sus manos un papel periódico, que un gitano a hurtar un buen burro » (Correo de Xerez, 14 janvier 1802, p. 169).

33 El Regañón, 1er février 1804 ; 17 mars 1804 (lettre de Castro Urdiales) ; 16 mai 1804 (lettre d’« El apasionado de la gente de gusto »).

34 « sin saber cómo me hallé con la pluma en la mano, y en la imaginación una disposición muy propensa a dictar lo que antes había colgado en un clavo de ella. En estas críticas circunstancias tomé un papel y, dando riendas a mi deseo, escribí lo siguiente » (Correo de Murcia, 4 octobre 1794, p. 79).

35 « determineme dejar suspensa mi resolución y consultarla con mis amigos, exponiendo a la tertulia de noche mis inquietudes, a fin que los concurrentes, como más felices que yo en proyectos, más fertiles en invenciones, y de imaginación más vivos y perspicaces, me abriesen camino por donde pudiese salir al público con algún escrito útil, deleitoso y acomodado al tiempo en que vivimos » (El Duende especulativo, 9 juin 1761, p. 6).

36 « Este número y los demás que se publicarán todos los sábados se hallarán, con los antecedentes, en el puesto de Sebastián Gutiérrez, Gradas de S. Felipe, y en la librería de Castillo, frente de dichas Gradas. Con esta prevención se omitirá el aviso que se ha dado hasta ahora por carteles » (Aduana crítica, 3 septembre 1763).

37 « […] aseguro será tan de otra naturaleza, que no quedará quejoso el sexo delicado, ofendido el buen gusto, ni sonrojada la incuria y negligencia de los necios […]. Los asuntos serán, los más, si no nuevos, muy extraños, pues vendrán, como géneros de la primera moda, de fuera de España : esto es, algunas piezas de Inglaterra, muchas de Francia y no pocas de Italia, Alemania y Olanda […] » (Caxón de sastre, « Aviso para la subscripción del Caxón de sastre, & c. para el segundo medio año de 1761 »).

38 Larriba, 1998, p. 31.

39 « Mañana se pondrá una carta de Doña María Soledad Narriondo contra el abuso de tener pajes sin poderlos mantener ni dar destino » (Diario de Madrid, 6 mars 1789, p. 258).

40 « Mañana va un discurso sobre aquellos que quieren los honores y no las cargas, una anacreóntica y un enigma, que se descifrará, en caso de que alguno no lo haga » (Diario de las musas, 26 décembre 1790, p. 112).

41 « En el número inmediato daremos una carta sobre el consumo del té en Inglaterra » (Espíritu de los mejores diarios, 12 mai 1788, p. 87).

42 « dejemos aquí por ahora esta materia, en que hay mucho que decir, para continuarla en las semanas siguientes » (El Pensador, n° 42, p. 415).

43 « Avisamos al público cómo, en el tomo siguiente, le comunicaremos un excelente manuscrito, en que sucintamente se da noticia y se hace juicio de todas las Historias, Annales, Cronicones y demás escritos sobre la historia de España » (Mercurio literario, n° 1, p. 106).

44 « La semana que viene será más ameno este Diario, pues contendrá noticias exquisitas, asuntos bien aderezados de sal y pimienta, para que exciten el apetito de la curiosidad cortesana » (El Novelero de los estrados, n° 1, p. 42).

45 « El detenernos a probar la utilidad de los papeles periódicos sería cansar inutilmente a los lectores, satisfechos tal vez de las apologías que sirven de preliminar a los muchos que de esta clase se han publicado de veinte años a esta parte en el Reino » (Correo de Sevilla, « Prospecto »).

46 « nadie las pinta con colores más propios, vivos y naturales que los diaristas de los literatos de España en el prólogo de su tomo quinto » (Semanario de Cartagena, 8 septembre 1786, pp. 13-14).

47 « declamatorio », « misional » (El Duende de Madrid, n° 2, p. 35).

48 « ironía tan oscura, como la de los Señores Censor y Apologista universal, que dejan en ayunas a la mayor parte de las gentes » (ibid., pp. 35-36).

49 « En la imprenta y librería donde se imprime este, se admiten subscripciones a los Diarios de Madrid y Barcelona, Correo y Postillón de Cádiz, Mensagero de Granada y Semanarios de Salamanca y Palma de Mallorca » (Semanario de Málaga, 11 novembre 1796, p. 302).

50 Memorial literario, octobre 1790, n° 1, p. 186.

51 « Sevilla. Desde I° de octubre del año último se publican en esta ciudad dos números en cada semana de un papel periódico, intitulado : Correo de Sevilla. Consta de algunas producciones literarias, y otras relativas a las artes y ciencias ; publica el precio corriente de los granos, y de algunos otros géneros de consumo ; anuncia las pérdidas, hallazgos, ventas, y demás artículos peculiares a dicha ciudad, en la cual se admiten subscripciones en la imprenta y librería de Hidalgo, calle de Génova » (Efemérides, 6 février 1804, p. 147).

52 « digno de todo elogio por lo bien que desempeña en la sustancia y en el modo los títulos de histórico, literario, legal, político y económico […] » (Correo de Madrid, 4 juillet 1787, p. 316).

53 « Uniendo la utilidad con el deleite, y la importancia de las materias con la gravedad en el modo de tratarlas, presenta a los amantes de la varia literatura aquella amenidad tan necesaria en esta clase de obras » (Semanario de Salamanca, 27 juin 1796, p. 32).

54 Correo de Murcia, 8 septembre 1792, pp. 23-24 ; Semanario de Málaga, 22 juillet 1796, p. 48.

55 « la atención, que han tenido conmigo algunos de sus autores, me empeña también a una correspondencia igual » (El Hablador juicioso, n° 5, p. 4).

56 « amabilísimo compañero », « suplicándole se sirva anunciarle cómo y cuándo le parezca, con los demás que se vayan publicando » (El Apologista universal, 31 octobre 1786, p. 28).

57 Diario de Madrid, 24 février 1804, p. 218.

58 Memorial literario, 20 et 30 avril 1806, pp. 89-96 et pp. 116-123.

59 « Como nada debe perdonarse para comunicar al público las noticias que puedan serle interesantes, el editor de este papel se aprovecha de cuantas halla en los periódicos del Reino, que tiene para este uso » (Semanario de Salamanca, 22 août 1795, p. 187).

60 Dans l’intervalle, ce conte a également été publié par le Diario de Barcelona (9 et 10 décembre 1798).

61 Efemérides, 12 juillet 1805 ; Correo de Xerez, 5, 8 et 12 décembre 1805.

62 Correo de Madrid, 13 et 17 octobre 1786 ; Diario de Valencia, 14 et 15 avril 1793 ; Diario de Barcelona, du 21 au 23 décembre 1797.

63 Espíritu de los mejores diarios, 3 mars 1788.

64 Semanario de Salamanca, 15 octobre 1793 ; Semanario de Málaga, 1er novembre 1796 ; Correo de Xerez, 12 juin 1806.

65 « impertinente repetición se ha hecho sin anuencia ni noticia mía », « miserable recurso de formar un periódico copiando materiales de otro, que corre a un mismo tiempo y en manos de unos mismos lectores » (Variedades de ciencias, n° 23, p. 255).

66 Larriba, 1998, p. 82.

67 « Aunque Madrid, por su situación geográfica y suerte política, sea el centro de España, de donde salen para todos los pueblos de la península los rayos de luz, que en todas partes necesitan las ciencias, y allí esté el corazón, de donde se derriba el vigor y movimiento, que han menester las artes ; también es cierto, que cada capital de provincia debe ser un globo de luz, que disipe las sombras del error, de la preocupación y de la ignorancia en su pequeña esfera, y que, como una fuerza inmediata, aliente, vivifique y dé actividad a todos los miembros de su respectivo cuerpo » (Diario pinciano, « Plan del Diario », p. 1).

68 Larriba, 1998, p. 94.

69 ibid., p. 87.

70 Correo de Murcia, 28 janvier et 1er février 1794 ; Semanario de Málaga, 12, 16 et 19 juillet 1799.

71 Les premiers résultats de mon étude concernant ces cas extrêmes peuvent être consultés dans les articles « Cuando la prensa es su propia fuente : el sistema de préstamos y reutilizaciones vigente entre los periódicos españoles del siglo xviii » et « Lorsque la presse est sa propre source : le Correo de las damas du baron de la Bruère (1804-1808) ».

72 « Retrato de damas » (Semanario de Cartagena, 10 août 1788, pp. 254-256).

73 « El retiro de la Corte » (Semanario de Zaragoza, 27 avril 1798, pp. 270-272).

74 « Viajar sin objeto » (Semanario de Málaga, 1er janvier 1799, pp. 1-4).

75 « Carta de Don J.M.P., residente en Madrid, a un Caballero Americano su amigo » (ibid., 10 mai 1799, pp. 297-304).

76 Diario de Madrid, 8 et 9 avril 1798 ; Correo de Madrid, 14 novembre 1787.

77 « Necesidad que tiene España de escuelas gratuitas » (Correo de Madrid, 30 octobre et 14 novembre 1786).

78 Diario de Murcia, 21 et 31 janvier 1792.

79 Diario de Madrid, 4 octobre 1800 ; Diario de Valencia, 25 novembre 1801.

80 Mercurio literario, n° 6, pp. 322-350.

81 « Este cálculo astronómico es el verdadero, y no el copiado con notables errores en el Correo de los Ciegos del martes próximamente pasado » (Diario de Madrid, 19 janvier 1787, p. 78).

82 « Al excelente Señor Conde de Haro, con motivo del retrato que de su difunta esposa acaba de hacerse » (Variedades de ciencias, 1805, n° 7, pp. 35-40).

83 Diario de Madrid, 1er, 2, 3, 5 mars 1807 ainsi que du 17 au 19.

84 Rubio Paredes, 2004, p. 353.

85 Guinard, 1973, pp. 231-232, n. 2.

86 Diario de las musas, 26 décembre 1790 ; Correo de Madrid, 19 et 26 janvier 1791.

87 Diario de Valencia, 5, 8 et 12 juillet 1797.

88 « La precedente carta nos ha suplicado también a nosotros que la publiquemos un apasionado de la comedia el Perseguido » (Diario de las musas, 6 janvier 1791, p. 155).

89 « por los títulos tan bellos, como chuscos, con que se ha servido condecorarle » (Correo de Madrid, 19 janvier 1790, p. 119).

90 « Esta carta se pone en este periódico por haber cesado el de las Variedades, para el cual estaba escrita » (Memorial literario, 30 janvier 1806, p. 115).

91 « por lo que toca a otros, que en vano esperan ver impresas sus producciones, les advertimos que nuestro juicio no es infalible y que acaso lo que a nosotros nos parece muy malo, a otro le parecerá muy bueno ; y papeles públicos hay en el Reino donde podrán tener mejor suerte » (Semanario de Salamanca, 11 juin 1795, pp. 253-254).

92 Variedades, 1805, n° 22, p. 191.

93 « Carta dirigida al Censor mensual de los Diarios de Madrid, respondiendo a los epigramas que se insertaron en aquel periódico el día 22 de octubre de 1795 » (Memorial literario, novembre 1795, n° 1, pp. 217-221).

94 Correo de Sevilla, 31 mars 1804 ; El Regañón general, 28 juillet et 1er août 1804.

95 « Aunque la presente carta suena dirigida a Sevilla, & c no hemos tenido la satisfacción de verla hasta que vino impresa en el periódico que sale en Madrid con el título del Regañón, de cuyos números 60 y 61 la hemos tomado » (Correo de Sevilla, 25 août 1804, p. 193).

96 « dirijo a vmds. mi respuesta para que la inserten en su periódico, recelosa de que los Señores Memorialistas no lo hagan en lo suyo » (Variedades de ciencias, 1805, n° 24, p. 259). Le Memorial literario, dans sa réponse à María Rosa de Gálvez, affirme qu’il aurait publié la lettre si elle lui avait été envoyée (20 décembre 1805, p. 379).

97 « ¡Nueve pesetas de mi alma ! ¡Cuándo, si yo hubiera sabido lo que era el periódico o Diario de las Musas, hubiérais salido de mi bolsillo ! Nunca seguramente », « los fríos epigramas de Alemán », « insulsas y mezquinas anacreónticas de ese Silvio del Arga, vocinglero » (La Espigadera, n° 16, pp. 141-142).

98 « puede y debe mirarse como una pública palestra, donde podrán medir sus armas los espadachines literarios » (El Regañón, 10 août 1803, p. 165).

99 « los periódicos que se publican a un mismo tiempo en una nación deben reputarse como tribunales, donde puede apelarse de las sentencias arbitrarias que fallan ciertos jueces de literatura » (Efemérides, 25 juin 1804, p. 723).

100 « salir de los límites que se propuso en la idea de su obra » (El Hablador juicioso, n° 4, p. 37).

101 « dista en muchas cosas del verdadero sentido del original y se opone en otras a su espíritu (como que ha sido hecha con mucha prisa) » (El Pensador, n° 40, p. 331).

102 Minerva, 26 novembre 1805 ; Memorial literario, 10 décembre 1805 ; Diario de Valencia, 19 décembre 1806.

103 La Espigadera, n° 10 ; Diario de las musas, 8 janvier 1791.

104 « para el Diario, la noticia anticipada de las fiestas y funciones que se han de hacer y comedias que se han de representar tal o cual día ; para el Memorial la descripción o relación de las fiestas después de celebradas y la crítica de las comedias que se hayan representado durante el mes » (DOMERGUE, 1981, p. 91, n. 52).

Table des illustrations

Légende Espíritu de los mejores diarios,31 mars 1788
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/12917/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Espíritu de los mejores diarios,31 mai 1790
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/12917/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Légende Correo de Madrid, tome VII
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/12917/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Légende El Censor, n° 6
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/12917/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Légende El Corresponsal del Censor, n° 18
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/12917/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 15k

© Casa de Velázquez, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search