Version classiqueVersion mobile

Presse et culture dans l’Espagne des Lumières

 | 
Maud Le Guellec

Quatrième partie. Fonctions et fonctionnement

Préambule de la quatrième partie

Texte intégral

  • 1 « fomentar sus bolsillos, engañar a los bobos con sus papeluchos y adular su amor propio » (El Corr (...)

1Selon le contributeur qui s’exprime au numéro 26 d’El Corresponsal del Censor, tout auteur qui se lance dans un projet journalistique le fait pour « se remplir les poches, tromper les sots avec ses mauvais feuillets et flatter son amour-propre »1. Les publicistes seraient ainsi guidés par le seul désir d’argent et de renommée. Cependant, on l’a vu, la rentabilité des entreprises de presse est loin d’être toujours de mise : la motivation financière, si elle peut exister, est donc loin de tout expliquer. Quant au souhait de reconnaissance, il ne peut être pleinement satisfait dans le monde de la presse du xviiie siècle, peu considéré et fréquemment soumis au règne de l’anonymat. En complément de ces deux motivations ou en lieu et place de celles-ci, il convient donc de déterminer quels sont les objectifs poursuivis par la presse culturelle espagnole, afin de voir dans quelle mesure ceux-ci conditionnent le contenu, l’écriture et le fonctionnement interne de chacune des publications.

Notes

1 « fomentar sus bolsillos, engañar a los bobos con sus papeluchos y adular su amor propio » (El Corresponsal del Censor, n° 26, p. 429).

© Casa de Velázquez, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search