Version classiqueVersion mobile

Presse et culture dans l’Espagne des Lumières

 | 
Maud Le Guellec

Troisième partie. Étude formelle : variations, préférences et inventions

Chapitre viii. Les journaux, ces miscellanées

Texte intégral

  • 1 « lo rico y variopinto de su mapa genérico, la variedad de fórmulas y de propuestas » (Urzainqui, 1 (...)
  • 2 « un periódico erudito y curioso no es un periódico científico, que por la naturaleza de su plan de (...)
  • 3 « Un trozo sobre matemáticas o mecánica será seguido indiferentemente por otro sobre mineralogía, z (...)
  • 4 « Discurso sobre la felicidad de España » (Correo de Madrid, du 18 au 28 juin 1788).

1L’impression qui domine lorsque l’on consulte la presse culturelle, comme le souligne Inmaculada Urzainqui, c’est « la richesse et la bigarrure de sa carte générique, la variété des formules et des propositions »1 que celle-ci offre à ses lecteurs. Cette évidente variété est tout d’abord celle des thèmes. Le Semanario de Salamanca l’annonce lorsqu’il déclare dans l’introduction à son huitième tome : « un journal érudit et curieux n’est pas un journal scientifique, qui doit du fait de la nature de son plan s’en tenir à quelques matières précises. Il doit plutôt piquer la curiosité de tous et inciter chacun à réfléchir, en s’adaptant dans la limite du raisonnable à la diversité des goûts, des occupations et des capacités de ses lecteurs »2. Le prospecto des Variedades de ciencias le confirme lorsqu’il annonce le contenu des articles qui prendront place au sein de la publication, aussi varié que le titre l’indique : « Un fragment de mathématiques ou de mécanique sera indifféremment suivi par un autre de minéralogie, de zoologie ou d’agriculture ; une dissertation littéraire sur la poésie alternera avec une discussion historique, un article philosophique sur le langage ou l’examen artistique et rationnel d’une sculpture ou d’un tableau »3. La médecine et l’histoire naturelle, la jurisprudence et l’éducation, le théâtre et la réflexion sur le luxe occupent tour à tour l’attention des rédacteurs et de leurs lecteurs. Conséquence de cette variété thématique, la diversité des périodiques culturels est aussi une diversité des modalités d’écriture. Ainsi, si l’on se penche sur le numéro du 18 juin 1788 du Correo de Madrid, on y lit successivement une lettre de lecteur insérant le début d’un grandiloquent « Discours sur le bonheur de l’Espagne »4, la suite d’un article de physique sur les propriétés de l’eau, une succincte biographie du jésuite Juan de Mariana, suivie de la critique de ses mémoires, quelques maximes mi-philosophiques mi-humoristiques, un discours virulent d’« El amigo de la verdad » contre la mauvaise poésie, accompagné d’une ode de Meléndez Valdés et, enfin, l’indication des lieux de vente du sixième conte moral de Marmontel.

2Formes textuelles et tonalités se mêlent dans un pot-pourri dont il n’est pas aisé de discerner la cohérence globale. C’est justement cette cohérence, cette unité, que je propose d’appréhender au-delà de la confusion initiale.

La presse culturelle, patchwork aux couleurs bariolées

3De nos jours, chaque numéro d’un journal culturel est composé de genres variés. Reportages ou interviews, critiques cinématographiques ou articles vantant les mérites d’une destination touristique : chaque rubrique témoigne d’une structure et d’une écriture qui lui sont propres. Mais au xviiie siècle, époque où la presse n’en est encore qu’à ses débuts et tâtonne pour trouver une organisation et un style qui lui correspondent, cet éventail des possibles est encore plus large.

Diversité des formes

  • 5 J’analyse un peu plus loin dans cette partie l’éventail des formes poétiques qui prennent place au (...)

4Les types d’écrits qui prennent place au sein de la presse, tout d’abord, sont de nature extrêmement variée. Parmi les éléments insérés dans les dernières pages à des fins de divertissement, sonnets et fables côtoient contes, proverbes, bons mots, anecdotes historiques et énigmes5. Mais même les articles, à proprement parler, adoptent les formes les plus diverses.

  • 6 Memorial literario, 1803 n° 32, p. 184 ; 1804 n° 46, pp. 33-34 ; 20 mai 1805, p. 248.
  • 7 Il semblerait que cette signature, parfois, renvoie à Julián de Velasco, auteur des Discursos liter (...)
  • 8 « Sociedad médica de emulación de París » (Minerva, 21 juillet 1807, p. 45).

5Lorsque ces articles ont trait à l’actualité, ils sont souvent constitués d’une narration succincte et précise, similaire à ce qui tiendrait de nos jours du fait divers. La thématique de ces récits est variable et l’on peut aussi bien lire la description d’une aurore boréale que celle de l’entrée de la famille royale dans la ville de Valence ou, encore, celle d’un accouchement de quadruplés. Dans le Memorial literario, par exemple, on trouve de nombreuses anecdotes médicales et scientifiques : sur une femme qui a avalé des épingles, sur un homme d’une résistance anormale au feu ou sur une femme d’une extrême fécondité6. L’information, ici, passe par la narration des faits, comme lorsque J. de V.7 fait le récit d’un cas d’asphyxie, au numéro du 10 janvier 1792 du Diario de Madrid (p. 37). Sans donner de noms ni de date précise, le contributeur du périodique indique les différentes personnes concernées par l’événement – la servante victime de l’asphyxie, son entourage pris de panique, la personne qui l’a réanimée –, les circonstances dans lesquelles l’accident se déroule et la chronologie des faits. Pour d’autres anecdotes médicales, c’est moins le récit qui est de mise que la description. Ainsi, dans Minerva o el Revisor general est présentée une nouvelle concernant une petite fille née sans bras ni jambes. Reprenant les informations données par la « Société médicale d’émulation de Paris »8, les journalistes présentent au lecteur la description minutieuse de son cas, en prenant soin de donner des indications sur chaque partie de son corps.

  • 9 « las figuras y metáforas inventadas al principio por necesidad se usaron después para adorno de lo (...)
  • 10 « Caracteres diferenciales de once especies nuevas de plantas y de otras dos poco conocidas » (Vari (...)

6Cependant, dans la mesure où la presse culturelle des Lumières entretient un rapport assez distancé avec l’actualité pure, les articles que l’on y trouve se présentent moins souvent sous la forme de faits divers que sous celle de traités en miniature. Les textes proposés aux lecteurs fonctionnent alors comme des articles d’encyclopédie qui prétendent énoncer les principaux points historiques ou techniques relatifs à un thème précis. Le Diario de Sevilla, par exemple, présente un article sur l’origine de la fable, de la parabole et de l’énigme, dans lequel un certain B.B. retrace, paragraphe par paragraphe, les différentes étapes expliquant pourquoi « les figures et métaphores inventées au début par nécessité ont ensuite servi pour embellir les discours »9. Les Variedades publient un article d’un élève du Real jardín botánico, Mariano Lagasca, sur les « Caractères différentiels de onze nouvelles espèces de plantes et de deux autres peu connues »10. Outre l’indication en latin des caractéristiques essentielles de chaque plante, l’article présente les observations faites par le jeune botaniste sur certaines de ces plantes, notamment la « Parmella » et la « Orchilla de tierra ». Sont indiquées leur apparence, les conditions dans lesquelles elles poussent et leurs principales propriétés, notamment celles qui sont mises à profit dans le domaine de la teinture.

  • 11 L’étude de l’écriture essayiste est menée dans le chapitre suivant.

7En dehors de ces articles très factuels sont également publiés de nombreux articles d’analyse, d’une variété thématique encore plus marquante. En effet, au-delà des différents domaines du savoir, les périodiques culturels abordent la question des modes de vie, des croyances et du fonctionnement de la société espagnole. Les articles d’analyse sont alors autant de critiques morales et sociales, au sein desquelles viennent prendre place des interrogations sur la justice, la religion, l’éducation ou bien encore les divertissements. Ainsi, tour à tour, les journalistes et leurs contributeurs s’interrogent sur la superstition (numéro 35 d’El Pensador, Semanario de Salamanca du 3 décembre 1793), sur l’adoption (Semanario de Cartagena du 20 juillet 1787) ou sur les distractions propres à la campagne (La Pensadora gaditana du 10 novembre 1763, Correo de Madrid du 5 mai 1787). Or, cette variété extrême des thèmes abordés se traduit par une variété extrême des formes utilisées pour transmettre ces réflexions aux lecteurs : la prédominance de l’essai11 n’empêchera pas la présence de dialogues, d’anecdotes, de songes ou de récits de bals.

  • 12 « arte o facultad con que se forma juicio y recta inteligencia sobre los sucesos de la historia, so (...)

8Nombreux, enfin, sont les articles critiques que compte la presse culturelle. Siècle de la philosophie, le siècle des Lumières est en effet également celui de cet « art ou faculté d’établir un jugement et une compréhension exacte des événements historiques, des écrits et des écrivains, du style, du sens et de l’auteur de chaque chose »12 qu’est la critique. Pour lutter contre erreurs et préjugés, encyclopédistes, essayistes et journalistes se font fort de passer les hommes, les événements et les écrits au crible de la raison. Or, si cet esprit critique transparaît dans tous les écrits des Lumières, il est véritablement au cœur de certains articles de presse : la critique d’ouvrages et la critique dramatique, notamment. À la fin de cette partie, j’étudierai les caractéristiques formelles de ces textes, qui viennent compléter le panorama de la diversité qui caractérise les périodiques culturels du xviiie siècle.

Diversité des registres de langue

9Indépendamment des formes utilisées, la diversité en vigueur dans la presse culturelle du xviiie siècle est également celle des registres de langue.

  • 13 « desentrañar », « aniquilar », « metamórfosis », « vicisitudes », « quimérico », « microscópicas » (...)
  • 14 « cualquiera fruslería de erudición seca y estéril », « alegatos », « estipendios » (Mensagero de G (...)
  • 15 « por otro lado », « entre tanto », « también » (La Espigadera, « Reflexiones filosóficas y polític (...)

10Beaucoup de textes sont rédigés dans un style très écrit, témoignant d’une certaine recherche stylistique. Ainsi, Julián de Velasco prend soin, au cinquième numéro des Discursos literarios, d’employer des verbes, des substantifs et, peut-être plus encore, des adjectifs d’un niveau de langue soutenu, tels que « déceler » et « anéantir », « métamorphose » et « vicissitudes », « chimérique » et « microscopiques »13. De même, l’article « Réflexions sur l’utilité de l’érudition, de l’éloquence et de la poésie » du Mensagero de Granada est ponctué de termes recherchés : on y condamne « toute broutille d’érudition sèche et stérile », on y évoque « plaidoiries » et « rétributions »14. Par ailleurs, beaucoup de textes font preuve d’une écriture très construite, très réfléchie. Enchaînement de propositions principales et relatives, liens logiques entre les différentes phrases, emploi d’adverbes et d’adjectifs pour clarifier certains propos : l’effort d’écriture est évident dans un grand nombre de textes de la presse culturelle du siècle des Lumières, notamment au sein des articles purement informatifs évoqués plus haut. On peut prendre comme exemple de cet effort les « Réflexions philosophiques et politiques pour savoir si l’état ecclésiastique […] peut porter préjudice à la population, aux arts, à la milice ou à toute autre branche de la société » que publie La Espigadera (n° 2 à 6). Le raisonnement y est organisé par l’emploi, notamment en tête de paragraphe, de connexions logiques qui marquent le passage d’une idée à une autre : « d’un autre côté », « parallèlement », « de même »15. Les idées y sont, en outre, reliées les unes aux autres par des liens de causalité et de conséquence, d’opposition et de concession – « pero », « aunque », « pues », « por lo tanto » – qui coordonnent et structurent le raisonnement. L’ensemble de l’article est ainsi une fervente argumentation du point de vue de l’auteur, appuyée par une écriture dont le registre peut être qualifié de soutenu, et dont voici quelques lignes :

  • 16 « Es de tal naturaleza nuestra fertilidad natural, que si Dios ya con la brevedad de la vida, las e (...)

Notre fertilité naturelle est d’une nature telle, que si Dieu n’avait pas mis un frein à notre possible propagation, que ce soit par la brièveté de la vie, les maladies et autres causes physiques, ou par le biais d’obstacles religieux, moraux et civiques, le monde serait détruit précisément par la surabondance de sa population. Si la créature connaissait la création aussi bien que le créateur, elle ne commettrait pas l’injustice de se plaindre de nombreuses choses profitables au tout, que son ignorance voit comme préjudiciables16.

Conséquence de la longueur des phrases employées, cette recherche dans la construction syntaxique est la preuve que la langue du xviiie siècle conserve quelque chose de la structure stylistique, grammaticale et rhétorique du siècle antérieur.

  • 17 « como cuatro bollos de Villanueva » (Diario de los literatos, n° 5, p. 3, lettre d’Hugo Herrera de (...)
  • 18 « Lo dicho dicho » (El Argonauta español, n° 5, p. 93).
  • 19 « sin tiquis miquis » (El Corresponsal del Censor, n° 10, p. 142).
  • 20 « sin que nos oiga el cuello de la camisa como dicen » (Semanario de Zaragoza, 5 septembre 1799, p. (...)
  • 21 On la retrouve par exemple au numéro du 18 avril 1787 du Diario pinciano (p. 135), aux numéros des  (...)
  • 22 « Diga… Diga lo que quisiere » (Diario de Madrid, 31 mai 1795, p. 619).
  • 23 « Bien merecida tienen la zurra : escarmienten, porque sino… » (ibid., 10 octobre 1795, p. 1153).

11En revanche, d’autres textes – notamment parmi les lettres de lecteurs – sont écrits dans un style beaucoup plus oral, voire même populaire. Au fil des pages de nombreux périodiques apparaissent des expressions familières telles que « comme quatre tartes à la crème »17, « ce qui est dit est dit »18, « sans pinaillages »19 ou « en toute discrétion, parce que les murs ont des oreilles »20. Une expression populaire revient d’ailleurs souvent sous la plume des différents contributeurs, lorsqu’ils affirment que c’est la volonté de « echar [su] cuarto a espadas » qui les a incités à écrire21. La syntaxe peut également être mise à profit pour imiter le style de la conversation orale. Ainsi, « El aledaño del imparcial » – « Le voisin de l’impartial » – envoie une lettre au Diario de Madrid dans laquelle, après avoir débuté chacun de ses paragraphes par « Diga » – « Dites-moi » –, il commence le dernier paragraphe par un « Diga » qu’il laisse en suspens : « Dites-moi… Dites-moi ce que vous voudrez »22. La même année, Martín Scriblerio écrit au Diario de Madrid un courrier à l’intention de C.P. dans lequel, à la fin du premier paragraphe, il n’achève pas non plus sa phrase : « Ils ont bien mérité cette raclée : qu’ils en tirent une leçon, parce que sinon… »23. Reproduire à l’écrit cette hésitation marque une claire volonté d’imposer au texte une couleur stylistique particulière, une certaine spontanéité propre à l’oral.

  • 24 « como las amo de veras y soy interesada en sus aciertos o desbarros, intento apagar el fuego de ca (...)
  • 25 « ¿Qué encontrará el mudo silencio de los peces fuera de las aguas ? ¿Qué alcanzará la laboriosa ho (...)
  • 26 « Pero (¡cuándo un sabroso recreo es permanente !) despavorido y lleno de asombro […], despierto, m (...)

12D’ailleurs, il est courant que cette alternance entre raffinement et relâchement de l’écriture se produise au sein d’un même périodique, voire au sein d’un même numéro. Le deuxième numéro de La Pensadora gaditana en est un très bel exemple. Beatriz Cienfuegos, en effet, se justifie de commencer son entreprise journalistique par des discours contre les femmes en ayant recours à des expressions populaires : « comme je les aime profondément et que leurs réussites ou leurs divagations m’importent, j’essaie d’éteindre le feu chez nous avant de l’éteindre chez le voisin : laissez les hommes se réjouir cette semaine, chaque chose en son temps »24. Quelques lignes plus loin, en revanche, lorsque débutent véritablement les réflexions contre la martialité des femmes, propos de ce deuxième discours, les images sont plus recherchées, et le ton plus lyrique : « Que trouvera le silence muet des poissons hors des eaux ? Qu’atteindra la laborieuse fourmi en se recouvrant de plumes et en s’élevant dans les airs ? Qu’obtiendront-ils, les plus petits oiseaux, dont l’innocence est garantie par la légèreté de l’envol, en abandonnant leurs destins de hauteur pour la terre ? Quoi donc ? Périr et mourir »25. De même, le prologue d’El Duende de Madrid est écrit dans un style qui mêle emphase du vocabulaire et oralité des incises. Lorsque le narrateur fait le récit de sa rencontre avec le « duende » – qui lui confie la tâche de publier les discours qu’il lui remettra –, il écrit : « Mais (a-t-on déjà vu une douce pause être permanente ?) épouvanté et ébahi […], je me réveille, je m’assois et j’entends au-dessus de mon lit le bruit le plus impertinent et le plus étrange que l’on puisse imaginer », puis s’exclame, quelques lignes plus loin : « comment pouvais-je, moi (Seigneur, prends pitié !), provoquer de la peur chez qui venait pour m’en infliger ? »26.

13Cette alternance des registres de langue est également de mise dans les pièces en vers insérées dans de nombreux périodiques culturels. Au-delà de la très grande diversité des formes poétiques employées, poèmes savants et poèmes populaires se succèdent ainsi au fil des pages. Or les premiers, écrits en vers de arte mayor, traitent la plupart du temps de sujets nobles et font preuve d’une certaine recherche linguistique, tandis que les seconds, écrits en vers de arte menor, se caractérisent par un rythme plus proche du naturel de la conversation. Les sonnets, les octavas et les romances heroicos s’opposent ainsi aux letrillas et aux cantinelas. Cette distinction métrique et stylistique, quoique schématique, donne une idée de la diversité des formes poétiques qui trouvent leur place au sein des périodiques culturels du xviiie siècle. Prenons l’exemple du Diario de las musas, dans lequel Luciano Comella et Lorenzo de Burgos octroient une place très importante à la poésie. Si l’on exclut les énigmes ainsi que les vers isolés, on relève, sur l’ensemble des quatre-vingt-six numéros que compte la publication, un total de cent quatre-vingt-treize poèmes, dont la répartition métrique se fait de la manière suivante :

On peut conclure de ces quelques chiffres que les journalistes du Diario de las musas privilégient largement la poésie populaire à la poésie savante. Toutefois, les poèmes écrits en vers de arte mayor ne sont pas pour autant exclus des pages du périodique, introduisant dans presque cinquante numéros une toute autre couleur poétique. Ainsi, les différentes pièces du numéro du 4 décembre 1790 mêlent les hendécasyllabes d’un sonnet aux octosyllabes d’un épigramme et aux heptasyllabes d’une anacreóntica. De même, le numéro du 2 janvier 1791 mêle les heptasyllabes et les hendécasyllabes d’un chant aux octosyllabes d’un conte.

14Si les considérations métriques ne sont pas suffisantes pour donner une image précise des caractéristiques formelles d’un poème, elles constituent néanmoins un premier indice pour affirmer qu’en vers comme en prose, la presse culturelle témoigne d’une grande diversité dans les registres de langue qu’elle emploie.

Diversité des tonalités

  • 27 « mezclar los asuntos serios con los que no lo son » (Semanario de Zaragoza, 28 juin 1799, p. 406).
  • 28 « El Pensador será festivo de aquí en adelante, y si en esto puede contribuir a la pública diversió (...)

15La diversité dont témoigne l’écriture de la presse, enfin, est aussi celle des tonalités. Il arrive d’ailleurs que les journalistes soulignent leur volonté de « mêler les questions sérieuses avec celles qui ne le sont pas »27. C’est ainsi que Clavijo y Fajardo s’amuse, au numéro 64 d’El Pensador, à déclarer tout d’abord, en réponse à D.F.B. qui lui reproche d’être trop sérieux : « El Pensador sera à partir de maintenant joyeux, et s’il peut en cela contribuer à la distraction publique, il en sera très heureux ». Puis, à la page suivante, il répond à D.G.S. qui le félicite d’écrire des « discours sérieux, traitant de matières utiles qui suscitent des idées et des réflexions, et donnent lieu à des conversations solides » : « El Pensador sera désormais sérieux, afin de satisfaire monsieur D.G.S., homme de maturité et d’expérience »28. Passer du sérieux au « festivo » et du « festivo » au sérieux est ici érigé comme principe fondamental d’écriture.

16Prenons-en pour preuve les pièces en vers. On vient de le voir, poésie populaire et poésie savante se côtoient au fil des numéros, voire dans un même numéro. Mais se côtoient également dans la presse des poèmes de tonalités diverses. L’un et l’autre aspect se confondent en partie : les sonnets et romances endecasilábicos tranchent souvent, par leur sérieux, avec la légèreté des octosyllabes de la redondilla. Dix des quatorze sonnets que comporte El Curioso entretenido sont ainsi marqués par une très grande solennité. Lorsque le deuxième discours tente de convaincre les femmes de faire davantage cas de leur esprit que de leur beauté, il le fait notamment à travers plusieurs sonnets, dont celui-ci :

  • 29 « Sin prudencia hermosura celebrada / es un fuego con fácil resistencia ; / y el ingenio mayor sin (...)

Sans sagesse la beauté célébrée
est un feu de faible résistance ;
et le plus grand des esprits sans la sagesse,
ne vaut pas mieux qu’un fou et son épée.
En vice la vertu la plus pure
dégénère, si elle manque de son influence ;
et nul bonheur n’a de subsistance
s’il repose sur une autre base qu’elle.
Ô Sagesse, toi qui contiens, seule,
tout ce qui peut éclairer la créature !
Ô Bien dont tout bien provient !
Quel être heureux ne tente pas de t’atteindre ?
puisqu’en t’ayant, toi, il est certain
d’avoir bonheur, vertu, esprit et beauté29.

Au contraire, les épigrammes de arte menor que l’on trouve dans un grand nombre de périodiques sont d’un ton plus badin, et se présentent d’ailleurs souvent sous forme de plaisanteries mises en vers. On peut ainsi lire dans le Mensagero de Granada l’épigramme suivant :

  • 30 « Muerta la mujer de Ordaz, / este al punto exclamó así : / Abur, esposa tenaz ; / Dios te conceda (...)

À la mort de la femme d’Ordaz,
celui-ci lança de suite ces mots :
Adieu, épouse tenace ;
Que Dieu t’accorde la même paix,
que celle que tu me concèdes30.

  • 31 « A las cejas de Dorisa » (Diario de Sevilla, 11 novembre 1792, p. 295).

Mais certains poèmes se distinguent par leur tonalité indépendamment de leur nature métrique. C’est le cas d’hymnes heptasyllabiques, tel que celui que l’on trouve au numéro du 25 juillet 1795 du Semanario de Salamanca, en l’honneur de l’apôtre saint Jacques (pp. 81-82), d’une grande solennité. C’est le cas, à l’inverse, de sonnets dont la tonalité dominante n’est en rien le sérieux. Ainsi, le Correo de Murcia insère, au numéro du 18 septembre 1792 (p. 58), un « soneto satírico » à propos des actions d’un fou. Le Diario de Sevilla, lui, présente un sonnet signé « C.C.S.M. Granate » et intitulé « Aux sourcils de Dorisa »31.

17Pour ce qui est des textes en prose, une distinction s’impose également entre gravité et légèreté. Dans les textes sérieux – tonalité présente dans la totalité des périodiques, dominante dans la majorité d’entre eux –, ce qui est dit peut être pris au premier degré par le lecteur et retenu comme information ou comme leçon. En revanche, la question des modalités autres que le sérieux est plus complexe : à quoi se réfèrent les termes « festivo », « jocoso », « ameno », employés ici et là par les journalistes ?

Le comique

18Si les différences sont grandes entre le sarcasme et le burlesque, le comique de l’absurde et l’autodérision, tous ces modes d’écriture ont en commun de susciter le rire – ou le sourire – du lecteur et de trancher, ainsi, avec le sérieux des discours qu’ils côtoient.

19Ce sourire peut être provoqué par la dimension comique des personnages mis en avant, et des situations dans lesquelles ceux-ci se retrouvent. C’est le cas, par exemple, lorsque les journaux publient des lettres fictives dans lesquelles le narrateur est un petimetre ou un oisif, une séductrice ou une ignorante. Au moment d’aborder la présence de ces lettres fictives, j’ai évoqué les raisons stratégiques qui pouvaient expliquer une telle insertion : bouclier supplémentaire face à la censure, force d’une argumentation mise en images. Une des raisons essentielles de leur insertion est, cependant, d’ordre stylistique : l’aspect caricatural de ces anti-modèles est source d’amusement pour le lecteur, qui se plaît à observer les traits grotesques des uns et des autres, leurs malheurs et leurs revendications. Dans le Correo de Madrid, c’est de Lucas Alemán que l’on rit, lorsqu’il explique à quel point il est malchanceux :

  • 32 « En toda mi vida salí de sopa y olla. Si juego, pierdo dinero y paciencia ; si pido prestado, me f (...)

Toute ma vie je suis allé de mal en pis. Si je joue, je perds mon argent et ma patience ; si je demande un prêt, on me donne une excuse ; si je m’habille bien pour sortir, le ciel le plus clair se couvre de nuages ; si je mange une pâtisserie, je m’en tire avec une rage de dents ; si je rencontre une femme, elle ne peut qu’être laide ; si je tourne au coin de la rue, je tombe nez à nez avec un plâtrier ; si j’achète un nouveau papelard, je dépense mes sous et me retrouve avec une quelconque mascarade, comme la Médecine fantastique de l’esprit, et autres ejusdmen farinae : bref, mon ami, en toute chose le hasard vient confirmer ma malchance32.

  • 33 « un lugar más distinguido que todos los demás », « modelo de cuantos pronósticos se ha hecho », « (...)

Dans le Correo de Murcia, c’est d’« El Asmodeo astrólogo » que l’on se moque : de son orgueil et de sa volonté de briller lorsqu’il déclare sans se troubler qu’il aimerait occuper « un rang plus élevé que tous les autres », de son projet de commenter El Lunario perpetuo de Gerónimo Cortès, « modèle de tous les pronostics existants », de l’importance qu’il donne aux signes astrologiques qui permettront, selon lui, « que toutes les vieilles pourront dire aux jeunes filles la bonne aventure […] en long, en large et en travers, en leur promettant bonheurs, mariages et autres bêtises »33.

  • 34 « dadme una buena bofetada que yo no os pondré delante de ningún juez, con tal de que cobréis el im (...)
  • 35 « apostemos el importe de la comida a que yo os hago correr » (ibid.).

20En dehors des lettres de lecteurs, les situations et personnages humoristiques peuvent également apparaître au sein de dialogues, dans lesquels l’un des interlocuteurs est clairement ridiculisé. C’est ainsi que Carlitos, dans la discussion qu’il entretient avec son maître Pablo sur la beauté dans le numéro du 19 mars 1796 du Diario de Madrid, joue le rôle de l’ignorant naïf, dont chaque intervention fait sourire. Plus fréquemment, on trouve dans la presse culturelle des anecdotes et des plaisanteries qui ont précisément pour objectif de présenter aux lecteurs des situations cocasses, dignes des épisodes picaresques du Guzmán de Alfarache. Au numéro du 30 janvier 1808 du Memorial literario, par exemple, la plaisanterie racontée aux lecteurs est celle d’un étudiant sans le sou qui, après avoir mangé dans une auberge, cherche le moyen de ne pas payer son repas. Il propose d’abord à l’aubergiste l’accord suivant : « donnez-moi une bonne claque pour laquelle je ne vous traînerai devant aucun juge, pourvu que vous encaissiez le montant du repas en prenant sur l’argent que cela vous coûterait si je me plaignais, et en me rendant le reste »34. Face à l’échec de cette première tentative, il hausse le ton et lance un pari que l’aubergiste, énervé, accepte : « parions le montant du repas que je vous fais courir »35. L’étudiant s’enfuit alors en courant et, après avoir été rattrapé, rappelle à l’aubergiste leur pari. Ce dernier, amusé de l’astuce dont a fait preuve le jeune homme, le laisse alors partir. Au numéro du 27 février 1800 du Semanario de Zaragoza (pp. 124-125), c’est une histoire très similaire qui est présentée aux lecteurs, preuve du succès des anecdotes de ce genre. Cette fois, ce sont quatre currutacos qui, après avoir bien mangé, font semblant de se disputer pour savoir lequel des quatre doit payer et persuadent le serveur de se bander les yeux et de désigner l’un d’eux au hasard. Le jeune homme s’exécute et reste sans voix lorsqu’il découvre que tous en ont profité pour partir sans payer.

  • 36 « fueron verdaderamente once mil las vírgenes que con Santa Úrsula padecieron martirio » (Correo de (...)
  • 37 Diario de Barcelona, 6 mars 1793.
  • 38 « si la referida moda de calzones estrechos conduce a que duren más que los normales o más anchos » (...)

21Le comique peut également provenir des propos tenus par la voix narrative, qu’il s’agisse de celle d’un des journalistes ou de celle d’un des contributeurs. Il arrive, par exemple, que le discours publié s’apparente au comique de l’absurde comme lorsque P.P., aux numéros des 24 et 27 novembre 1792 du Correo literario de Murcia, a recours à nombre d’ouvrages et d’exemples et fait référence à toutes les théories des historiens afin de savoir si « les vierges qui souffrirent le martyre avec sainte Ursule étaient vraiment onze mille », pour finalement conclure, cinq pages de démonstration plus loin : « Grâce à tout ce faisceau de raisons et d’autorités, on peut clairement déduire que cette fameuse Ursule a existé, que son martyre a eu lieu durant les premiers siècles de l’Église et que plusieurs autres femmes l’accompagnaient, sans que l’on puisse en indiquer le nombre »36. Proches de ce comique de l’absurde, certains discours abordent les choses les plus futiles comme si elles étaient de la plus haute importance. Ainsi, P.P. y S. demande sur un ton faussement sérieux aux journalistes du Diario de Barcelona et à l’auteur de l’article de physique publié aux numéros des 11 et 12 janvier 1793 de lui expliquer pourquoi les jeunes Catalanes ont plus de pouvoir d’attraction que les Castillanes37. En 1795, c’est à propos de pantalons qu’Espina s’interroge dans le même périodique. Sa lettre énumère ainsi une série de questions sur leur convenance : « si ladite mode des pantalons serrés fait qu’ils durent plus longtemps que les pantalons normaux ou plus amples », « si dans l’exercice d’enfiler ces pantalons je mettrai plus d’une heure et demie », « si pour cette opération je dois me mettre la tête en bas et les pieds en haut, pour pouvoir les enfiler plus facilement »38. Dans un cas comme dans l’autre, l’habitude qu’a la presse culturelle d’inclure dans ses pages énigmes et questions scientifiques est détournée au profit d’interrogations d’une valeur purement humoristique.

  • 39 El Censor, n° 14, pp. 209-217.

22Enfin, le langage lui-même se révèle par moments source de comique. La présence des expressions populaires citées plus haut en est une première manifestation. Parfois, certaines lettres – nécessairement fictives – vont d’ailleurs au-delà de cet emploi ponctuel de termes susceptibles de faire sourire le lecteur pour imiter d’un bout à l’autre une façon de parler, propre à l’origine géographique et sociale du supposé contributeur. Dans El Censor, on peut ainsi lire la soi-disant lettre de Frippon, professeur de civilités françaises, ponctuée de gallicismes – « Gentiles hombres » pour « Gentilhommes », « ciento cuatro-vientediez » pour « cent quatre-vingt-dix » – et de constructions syntaxiques incorrectes – « en marchando » pour « en marchant », « sea por la hablar, sea por la traducir » pour « que ce soit pour la parler ou pour la traduire »39. La volonté satirique de Cañuelo et Pereira vis-à-vis de l’afrancesamiento de la société espagnole passe ici par la reproduction parodique d’expressions et de tournures à cheval entre deux langues.

  • 40 « Aunque mi trato con las Musas es menos frecuente que con las Musarañas, y solo entiendo de Masas (...)
  • 41 « si no fuese logogrigo (o como se llama) será lobo-mochuelo, o cualquier otro avechucho » (ibid.).

23Dans le même périodique, ce sont les spécificités langagières régionales qui sont présentées aux lecteurs au numéro 121, dans les contributions supposées de Pedro Palomo et d’Inocencio do Campo. De classe sociale humble, à peine lettrés, l’un et l’autre écrivent comme ils parleraient, en s’interrompant sans cesse et en ponctuant leur discours d’expressions relâchées. Dans cette transcription du langage populaire, les deux lettres vont jusqu’à reproduire les fautes de prononciation que les deux hommes, à la manière de deux enfants apprenant à parler, commettent lorsqu’ils emploient des termes qu’ils ne maîtrisent pas. Pedro Palomo parle de « pretimetres » et de « cratedral » (p. 1008), Inocencio do Campo parle de « bulrra » (pour « burla », p. 1016), de « cortegos » (pour « cortejos », p. 1020) et de « contardanza » (pour « contradanza », p. 1024). Plus savoureux encore, chacune des lettres prend soin de rendre les spécificités phonétiques de la région dont les deux narrateurs sont censés être issus. Pedro Palomo, andalou, supprime un certain nombre de consonnes et en modifie d’autres : « toa » est mis pour « toda », « noveá » pour « novedad » et « quijo » pour « quiso ». Inocencio de Campo, galicien, supprime ou inverse un certain nombre de voyelles : « boena » est mis pour « buena », « pró » pour « pero », « despós » pour « después ». La mise en avant de l’origine provinciale des deux contributeurs s’explique en partie par la raison d’être des deux lettres : dénoncer les mœurs des nobles madrilènes, et notamment celles des femmes et des mères, trop occupées de leur apparence et laissant les nourrices élever leurs enfants. Mais, dans la mesure où l’accumulation de ces déformations, associée aux erreurs de syntaxe et aux expressions populaires, rend parfois la compréhension du discours ardue, il ne fait pas de doute que l’objectif principal de cette écriture phonétique est de distraire les lecteurs au détriment des deux contributeurs fictifs. Plus généralement, le langage devient souvent source de toutes sortes de jeux : jeux de mots, jeux de syntaxe. Le narrateur du Diario de las musas, par exemple, joue ainsi sur l’allitération en « m » : « Bien que je sois moins porté vers les Muses que vers les Amusements, et que je ne comprenne que les Mets délicats et les Menus bien fournis »40. Puis il enchaîne sur un autre jeu phonétique autour du terme de « logogrifo » – très employé dans les journaux comme variante du terme d’énigme – : « si ce n’est pas un logogrigue (ou quel que soit son nom) ce doit être un loup-hibou, ou n’importe quelle autre espèce d’oiseau »41. Dans El Corresponsal del Censor, c’est avec la répétition du mot « muy » et avec l’usage de multiples superlatifs que Pedro Mártir introduit dans sa lettre une forte dose d’humour :

  • 42 « En esa calle que atraviesa, número 6 cuarto principal, vive cierto sujeto que tiene una hija únic (...)

Dans cette rue traversante, dans la pièce principale du numéro 6, vit un certain individu qui a une fille unique, âgée de trente-sept ans, au très beau visage, très riche, très travailleuse, très humble, très bonne chrétienne, très sensée et, pour le résumer en peu de mots, très complète et accomplie. Elle est si… C’est alors que j’interrompis sa présentation très éloquente, très persuasive, très juste et très avantageuse, en lui disant : tous ces très, mon cher, avec lesquels vous prétendez louer le mérite de cette dame, sont sans doute très bien dits, très appropriés et très à propos ; mais penser que la femme la plus belle, la plus riche, la plus travailleuse, et tous les autres superlatifs que vous aurez envie de lui attribuer, veuille se marier avec le plus pauvre de tous les pauvres est une idée des plus prétentieuses, des plus insensées, des plus maudites et des plus endiablées42.

  • 43 « con la continua agitación de su cabeza va denotando lo poco que le cuesta moverla, por lo vacía q (...)
  • 44 « hacer cuarentena doble para purificarse » (Correo de Madrid, 10 octobre 1787, p. 464).
  • 45 « Dijo Talés a sus discípulos : Para mí lo propio es morir, que vivir. Replicó entre ellos un bachi (...)
  • 46 « el marido había de ser sordo y la mujer ciega » (Efemérides, 9 avril 1805, p. 28).
  • 47 « así lo hubiera ejecutado […] si el perro hubiera querido morderme con la cola, y no con los dient (...)
  • 48 « ¿cómo quería Vmd. que yo bebiese media azumbre, si apenas me cabe un cuartillo ? » (Correo de Val (...)

24Enfin, on peut relever l’usage fréquent, dans un grand nombre de périodiques culturels espagnols, de bons mots. Certains prennent place au sein de réflexions générales. La Pensadora lance ainsi une pique à toute femme qui fait preuve d’une attitude martiale : « par la continuelle agitation de sa tête, elle ne fait que prouver le peu que cela lui coûte de la bouger, vide comme elle est de tout esprit »43. Les journalistes du Correo de Madrid, à propos de la lettre de « Juan soldado » censée être envoyée d’Oran, précisent qu’elle a dû « être mise en double quarantaine pour être purifiée »44. D’autres constituent des éléments à part, qu’ils soient intitulés « agudezas », « dichos sentenciosos » ou « chistes ». Souvent, ce sont alors des répliques censément historiques qui sont racontées aux lecteurs. Ainsi, le Diario de Valencia insère ces quelques lignes de dialogue, attribuées au philosophe Thalès et à un de ses disciples : « Thalès dit un jour à ses disciples : Pour moi c’est la même chose de mourir, que de vivre. Parmi eux, un étudiant répliqua : Alors pourquoi ne meurs-tu pas ? Le philosophe répondit : Parce que cela revient au même »45. Et c’est un bon mot du roi d’Aragon Alphonse V que les Efemérides insèrent au numéro du 9 avril 1805. Celui-ci, dit-on, prétendait que pour qu’un mariage soit bon, « le mari devait être sourd et la femme aveugle »46. D’autres fois, néanmoins, c’est au sein d’une anecdote fictive que les jeux de mots font leur apparition. Au numéro du 23 février 1787 du Semanario de Cartagena, on voit ainsi un veilleur passer devant la justice pour avoir tué un chien qui l’avait mordu. À la question posée par le juge de savoir pourquoi, pour se défendre, il n’avait pas utilisé le bout de sa pique plutôt que la pointe, le veilleur répond : « c’est ce que j’aurais fait […], si le chien avait voulu me mordre avec sa queue et non avec ses dents »47. Le 3 septembre 1798, le Correo de Valencia publie également une plaisanterie, celle d’un malade de très petite taille qui réplique à la recommandation que lui avait faite son médecin de prendre un demi litre de tisane : « comment vouliez-vous que je boive un demi litre, si une chopine me fait déborder ? »48.

L’ironie

  • 49 Hamon, 1996, p. 28.
  • 50 Jankélévitch, 1979, p. 131.
  • 51 Uzcanga Meinecke, 2005, p. 163.

25En dehors du sérieux et du comique, la troisième tonalité dont font largement preuve les périodiques culturels du xviiie siècle est celle de l’ironie, à travers laquelle « le discours explicité dit “autre chose” […] que le discours implicite que l’ironisant souhaite faire passer »49. Selon Vladimir Jankélévitch, la différence tonale avec le comique « indiscret, cordial et plébéien » est totale puisque l’ironie, elle, « fait rire sans avoir envie de rire, […] plaisante froidement sans s’amuser ; […] déclenche le rire, pour immédiatement le figer »50. Néanmoins, tout comme le comique, l’ironie tranche par rapport au sérieux du discours. Elle a recours, pour cela, à la dissimulatio ou à la simulatio, comme l’explique Francisco Uzcanga Meinecke51 en se basant sur une distinction définie par Quintilien.

  • 52 « oculta su verdadera opinión, afecta ingenuidad, mantiene una ambiguëdad o distanciamiento parente (...)

26Il y a dissimulatio lorsque le journaliste « dissimule son véritable avis, feint de la naïveté, maintient une ambiguïté ou une distance en apparence neutres par rapport au texte qu’il publie, ou lorsqu’il vante les mérites des personnes que, dans le fond, il veut ridiculiser ou qu’il leur donne raison »52. Les nombreuses lettres de lecteurs publiées dans les journaux culturels sont un bel exemple de cette modalité d’écriture. Fréquemment, celles-ci donnent la parole à un anti-modèle qui tient des propos indéfendables. Or, si parfois les journalistes, en insérant ces lettres, les condamnent explicitement, il est également courant qu’ils prétendent au contraire défendre la position du soi-disant contributeur. Ainsi, au numéro 24 d’El Censor, le narrateur exprime tout son soutien à Pedro Camueso y Machuca et demande à ses lecteurs de bien vouloir prêter main-forte à ce malheureux majordorme, obligé de se plier aux folles exigences d’un nouveau curé qui refuse de couvrir l’église d’ornements divers et s’obstine à prononcer un prêche chaque jour, sans jamais faire référence au moindre miracle divin. Au numéro 56 du même journal, c’est le projet d’une toute nouvelle publication qui est exposé par P.H. : El Correo de las damas, bi-hebdomadaire fournissant toutes les informations utiles sur les dernières modes. Projet que les publicistes disent soutenir, si l’on en croit l’introduction qui est faite de la lettre :

  • 53 « El proyecto que contiene la carta siguiente ha merecido los más altos elogios de mi fiscal por lo (...)

Le projet que contient la lettre suivante a obtenu les plus grands éloges de mon arbitre des modes. À moi aussi, il m’a semblé d’un grand mérite. Et ayant pris les informations nécessaires sur les caractéristiques des personnes à qui l’auteur dit qu’il souhaite avoir recours, je les ai trouvées parfaitement capables de lui fournir tout le matériel dont il pourrait avoir besoin. C’est pourquoi j’estime que je dois le recommander, et c’est donc avec la plus grande efficacité possible que je recommande aux dames l’ouvrage que l’auteur promet. J’espère non pas de mon mérite, mais de leur inclinaison naturelle à faire plaisir, qu’elles ne rejetteront pas mon conseil53.

Présenter un texte absurde comme leçon de morale, un personnage grotesque comme exemple à suivre, c’est ainsi jouer avec les attentes des lecteurs, qui devront prendre à rebours chaque affirmation. Nul besoin, d’ailleurs, d’introduction pour cela : lorsque les journalistes insèrent un texte contraire à leur idéologie sans dénonciation préalable, le lecteur débute en effet sa lecture au premier degré et sa posture n’évolue qu’au gré de la découverte des marques d’ironie.

  • 54 « se apropia […] de la posición del rival pero condicionándola de tal manera que no hace sino poner (...)
  • 55 « ¡Qué heroica hazaña ! […]para eso las damas tenemos licencia para todo y los hombres la obligació (...)
  • 56 « ¡Qué bello siglo ! Siglo en que todos hemos nacido con prurito de escribir, sin más estudio que n (...)
  • 57 « No hay remedio : o V. está loco, o yo he perdido el seso » (Semanario de Zaragoza, 1er août 1799, (...)

27La simulatio, par ailleurs, apparaît lorsque le narrateur en charge d’un texte – journaliste ou contributeur – « s’approprie […] la position de son rival mais en la conditionnant de sorte qu’il ne fait que la ridiculiser »54. L’ironie peut alors se situer au niveau d’une ou plusieurs phrases, insérées dans un texte pour le reste au premier degré. Ainsi, dans un discours où sont fortement critiquées les fautes de courtoisie des femmes qui se plaisent à rendre les gens mal à l’aise, La Pensadora gaditana s’exclame, entre deux reproches : « Quel exploit héroïque ! […] en cela les femmes nous avons tous les droits et les hommes ont l’obligation de nous supporter. Quel magnifique discours ! »55. De même, dans une lettre qu’il envoie au Diario de las musas, « El amigo de la verdad » s’indigne de ce que les philosophes modernes osent formuler des critiques à l’encontre d’Aristote, puis il s’exclame ironiquement : « Quel beau siècle ! Un siècle dans lequel nous sommes tous nés avec la démangeaison d’écrire, sans autre qualification que notre caprice, ni d’autre instruction que celle que peut livrer un coiffeur qui aurait mémorisé les anecdotes du Diario de Madrid »56. Au numéro du 1er août 1799 du Semanario de Zaragoza, c’est dans une lettre entre contributeurs que l’on trouve cette forme d’ironie. Après avoir commencé sa lettre à Adeodato Zetima en toute franchise – « Il n’y a aucun doute : soit vous êtes fou, soit c’est moi qui ai perdu la tête »57 –, c’est sur un tout autre ton qu’E.C.D.C. déclare à la page suivante :

  • 58 « […] ante todas cosas me es preciso decir a V. cuánto me ha enamorado su buen modo, su política, s (...)

[…] avant toute chose je dois vous dire à quel point je suis tombé en extase devant vos bonnes manières, votre civilité, votre éducation et, surtout, la grâce avec laquelle vous m’appelez homme sans réflexion, critique ni discernement ; homme qui sans raison ni motif écrit tout ce qui lui vient à l’esprit, qu’il a un peu borné ; et homme, enfin, qui a un bon fond de suffisance, avec une dose non négligeable d’ignorance et de jalousie58.

  • 59 « ¿hablaría con tanta gravedad como pudiera un embajador ? » (El Censor, n° 5, p. 85).
  • 60 « jamás se ha verificado que, en menos de quince días, molestase dos veces a un mismo sujeto » (ibi (...)

28D’autres fois, l’ironie ne se limite pas à quelques phrases mais colore au contraire l’ensemble d’un texte. Prenons le cas du cinquième discours d’El Censor. Le narrateur y décrit sa rencontre avec Filipo, qui lui promet de faire jouer ses multiples relations pour lui trouver un haut poste, bien rémunéré. Tout au long du numéro, El Censor pratique l’anti-discours puisqu’il prétend croire cet inconnu qui dit fréquenter des comtes et des marquis et qui se propose d’être son protecteur. Tant et si bien qu’il annonce même qu’il va devoir mettre fin à l’ouvrage périodique d’ici quelques jours. La suite de ce discours, au numéro 7, continue dans la même lignée. El Censor reçoit un courrier de Filipo, dans lequel celui-ci lui demande de lui prêter deux cents réaux. Là encore, le narrateur fait semblant de s’indigner de ce que ce pauvre homme ne soit pas soutenu par toutes les personnes qu’il a aidées à sortir de la misère. Il feint de croire au désarroi de son nouvel ami, contraint de se tourner vers lui alors que ses démarches pour lui trouver un poste n’ont pas encore abouti. Pour les lecteurs, il ne peut y avoir aucun doute concernant l’ironie pratiquée tout au long de ces deux discours. En dehors du fait que l’hypocrisie de Filipo est évidente et confirmée par l’escroquerie qu’il veut perpétrer à travers sa demande d’argent, les lecteurs commencent déjà à connaître El Censor et ses stratégies d’écriture. Par ailleurs, on trouve ici et là quelques remarques qui soulignent encore davantage la tonalité ironique en œuvre. C’est le cas lorsque le narrateur émet un doute quant au véritable statut mondain de Filipo, mais reste pourtant convaincu de sa sincérité : s’il n’avait pas autant de relations, « parlerait-il avec la gravité propre à un ambassadeur ? »59. Ou bien lorsqu’il constate – ce qui l’étonne sans pourtant le préoccuper – que Filipo, après avoir dit d’un certain personnage qu’il était l’un de ses meilleurs amis, ne le reconnaît pas en le croisant. Ou encore lorsqu’il affirme que Filipo ne demande des prêts que très rarement et en cas d’ennuis, et qu’il en veut pour preuve que « jamais il ne s’est présenté que, dans un délai inférieur à quinze jours, il importune deux fois le même individu »60.

  • 61 Guinard, 1973, p. 344.
  • 62 « de cuanto papelucho se publique, con tal que no se oponga a la fe, buenas costumbres y regalías d (...)
  • 63 « Por ahí nos dicen que la Academia trabajó tanto y cuanto que revolvió una infinidad de libros, qu (...)

29Plus rarement, c’est même le périodique dans son ensemble qui peut être teinté d’ironie. C’est le cas d’El Apologista universal qui, comme l’écrit Paul-Jacques Guinard, « prétend prendre sous sa protection (perfide protection en vérité) les “malheureux auteurs qui se laissent rosser par les soi-disant critiques modernes", et, entre autres, par le trop rigide Censor »61. Dès le prologue, l’ironie qui caractérise son entreprise est clairement signalée dans la mesure où Policarpo Chinchilla Galiano annonce qu’il va défendre toutes les œuvres, même celles qui ne le méritent pas. En calquant la formule utilisée par la censure officielle, il se déclare ainsi l’apologiste « de tout papelard qui est publié, à condition qu’il n’aille pas à l’encontre de la foi, des bonnes mœurs et des droits régaliens »62. Les différentes défenses laissent par la suite transparaître tout le sarcasme du journaliste. Au numéro 8, si le journaliste prétend que Valderrábano est supérieur aux académiciens qui élaborent les dictionnaires de la langue castillane, il le fait au nom de l’argument suivant : « On entend ici et là que l’Académie a travaillé tant et si bien qu’elle a manié une infinité de livres, qu’elle a dépensé des milliers de doublons pour ne faire rien d’autre que son Dictionnaire, si pondéré, et après tant d’efforts, voilà que ce dernier ne contient pas même la moitié des mots qu’emploie dans son poème mon ami Valderrábano »63. Aux numéros 10 et 11, le narrateur assiste à des examens publics et à des cours de sciences et de langues et fait semblant de déplorer que la sagesse espagnole s’éloigne de l’enseignement scolastique. L’apprentissage du latin est remplacé par celui des langues vivantes, la récitation est remplacée par la réflexion et la critique, des appareils de mesure en tout genre sont utilisés par les étudiants : autant d’éléments qui, dit-il, le désespèrent. Aux côtés d’El Apologista universal, notons qu’El Corresponsal del Censor fait également preuve de cette ironie structurelle, pourrait-on dire, comme le souligne Francisco Sánchez Blanco :

  • 64 « Centeno se combate a sí mismo. Confía solo en el absurdo ; se pone a alabar los libros criticados (...)

Centeno mène un combat contre lui-même. Il ne se fie qu’à l’absurde ; il se met à louer les livres critiqués par El Censor ; il écrit une apologie sur les pots-au-feu espagnols, probablement la plus grande gloire de la nation ; il défend l’existence des farfadets, des lutins et des fantômes, en tant qu’objets d’une science supérieure et spirituelle ; il taxe Newton de rêveur ; et il fait un éloge du thomiste Roselli (auteur d’un texte avec lequel les scolastiques prétendent rajeunir leur enseignement), en particulier, et des ânes, en général (ce discours évoque les eaux-fortes de Goya dans lesquelles les ânes jouent le rôle de professeurs)64.

  • 65 « el autor ha de ser como el diestro cocinero que mezcla y varía con tal arte los manjares, distrib (...)
  • 66 « siendo asimismo la variedad la que más lisonjea el paladar y gusto de los lectores » (Correo de M (...)
  • 67 « su estómago intelectual no puede recibir sin náusea un manjar sólido y en gran cantidad. Así es m (...)

30Ainsi, l’analyse des formes textuelles, des registres de langue et des tonalités en présence dans les journaux culturels du xviiie siècle ne peut que conduire à confirmer l’impression première que produit la presse aux yeux d’un lecteur actuel : celle d’une véritable mosaïque. Une fois ce constat établi, il convient de s’interroger sur sa raison d’être. Cette versatilité s’explique-telle par le fait que la presse n’en soit qu’à ses balbutiements et qu’elle tâtonne dans la définition de ses moyens d’expression ? La diversité des tonalités est-elle à attribuer à la nécessité de jouer avec les codes pour mieux passer la censure ? C’est là une réponse possible. Pourtant, on l’a vu, nombre de journaux revendiquent volontiers la diversité thématique et stylistique comme une véritable devise, ainsi que le font les journalistes de Minerva : « l’auteur doit être comme l’habile cuisinier qui mélange et varie les mets, distribue les sauces, excite, maintient et amplifie l’appétit avec un tel art, avec un tel savoir-faire que non seulement il ne lasse pas les convives mais qu’au contraire ceux-ci ont toujours plus envie de manger, à mesure qu’ils mangent »65. Ici, on prône la diversité pour plaire aux lecteurs, « la variété étant ce qui flatte le plus le palais et le goût des lecteurs »66. Ailleurs, on la prône pour rendre les leçons transmises plus efficaces auprès des lecteurs, en prenant en compte que « leur estomac intellectuel ne peut pas recevoir sans nausée un mets solide en grande quantité. Il est donc nécessaire de leur offrir une foule d’aliments assaisonnés de différentes manières et de disposer symétriquement une grande diversité de plats et de fruits sur la table de la sagesse »67. Quant à l’ironie comme moyen de contourner la censure, on comprend aisément que c’est là un bouclier bien aléatoire, dont l’efficacité ne justifie donc en rien le goût des journalistes pour cette modalité d’expression. Il me semble, ainsi, que la diversité formelle n’est pas tant une nécessité, due à l’immaturité de la presse culturelle de l’époque, qu’un choix, guidé par la volonté de rendre le discours plus attractif et plus efficace à la fois.

De l’ordre dans un désordre apparent

31Mais si cette diversité est en grande partie assumée, elle n’est pas pour autant chaotique. Loin d’être un pot-pourri indiscriminé, la presse culturelle espagnole, dans son hétérogénéité formelle, fait preuve de structure et de cohésion, de tendances et de préférences.

Des variations qui font sens

32Ainsi, dans bien des cas, le passage d’une modalité d’écriture à une autre, d’une tonalité à une autre n’est pas aléatoire. L’enchaînement, au contraire, répond souvent à une volonté d’organisation.

Le principe de l’alternance

33Cette volonté d’organisation s’exprime, la plupart du temps, par l’application de la règle de l’alternance aux divers éléments qui composent un périodique. Les formes textuelles et les tonalités variées ne se succèdent pas dans un ordre figé, mais leur apparition répond néanmoins au désir de faire se succéder un élément sérieux et un élément humoristique, un article d’analyse et une anecdote historique.

34Cette alternance peut tout d’abord se manifester au sein de chaque numéro. Le Diario de Murcia en offre une illustration binaire puisque, chaque jour ou presque, les éditeurs du périodique font se succéder un article sérieux – critique d’ouvrage, réflexion menée par les journalistes ou par un contributeur – et une pièce littéraire – apophtegme, conte, poème –, le numéro se concluant de temps à autre par un élément paratextuel. Que les éléments plus littéraires prennent place en fin de numéro, comme une récompense offerte au lecteur après la consultation d’éléments plus sérieux, correspond d’ailleurs à une règle de fonctionnement adoptée par quasiment tous les journaux. Par ailleurs, les Variedades de ciencias offrent une illustration plus complexe de ce principe d’alternance. Le numéro 18, par exemple, fait se succéder un article de minéralogie, une retranscription de discours de physique, une critique d’ouvrage de linguistique et une critique dramatique. La tonalité reste sérieuse d’un bout à l’autre du numéro mais les thèmes et les genres textuels, eux, alternent.

  • 68 Lorsque les numéros des « spectateurs » sont composés d’éléments distincts – introduction, lettre d (...)
  • 69 El Catón compostelano constitue un entre-deux dans la mesure où ses numéros sont parfois composés d (...)
  • 70 « Muy Señora mía, y venerada amiga : la pulcritud y condignidad de sus cogitaciones conglutinadas c (...)

35Une telle alternance ne peut évidemment pas apparaître dans le cadre des périodiques dont chaque numéro est composé d’un seul élément, autrement dit dans l’ensemble des « spectateurs »68 mais également dans quelques autres journaux culturels : El Escritor sin título, l’Aduana crítica ou les Discursos literarios, políticos y morales69. Dans ce cas, le principe d’alternance ne se met pas en place au sein d’un même numéro mais entre les numéros. Souvent, ce sont alors différentes tonalités que l’on voit se succéder. Ainsi, la gravité de la lettre d’« El pobre abandonado » insérée dans le numéro du 20 octobre 1763 de La Pensadora gaditana, dans laquelle le contributeur se plaint d’avoir perdu sa fortune et tous ses anciens amis, laisse place à la légèreté de celle d’« El Pensador in Spe » – « L’aspirant Penseur » – qui, au numéro du 27 octobre, demande Beatriz Cienfuegos en mariage. Le discours du 3 mai 1764, qui vise à démontrer la meilleure manière de parler sa propre langue et cite pour cela Platon, Aristote ou Plutarque, laisse place à la lettre de Doña Crisanta Rimbonbe, qui parodie le langage savant en multipliant les adjectifs et les tournures alambiquées. En voici les premiers mots : « Madame, très chère et estimée amie, la circonspection et la distinction de vos cogitations, conglutinées aux éclats de voix furibonds de vos détracteurs, ont eu raison de mon indolence et m’ont incitée à repousser le voile opaque de ma timidité, pour oser vous consulter tel un oracle delphique de notre terrible époque »70. D’autres fois, ce n’est pas la tonalité qui varie d’un numéro à l’autre mais plutôt le type d’écriture utilisé. Dans El Observador, par exemple, chaque discours présente une spécificité générique forte : prologue, critique théâtrale, essai, songe, récit de tertulia et parodie se succèdent au cours des six numéros qui constituent le périodique. Enfin, alternance des tonalités et alternance des formes vont parfois de pair. Ainsi, si les discours 132, 133 et 134 d’El Censor s’intéressent tous les trois à la thématique du luxe, à une réflexion économique et morale des idées de Cantillon succèdent deux lettres très enlevées de Philopatro. Et, à leur tour, ces lettres font alterner argumentation humoristique et questions sérieuses, référence à des anecdotes et dialogue fictif.

La structuration en rubriques ?

36Un principe d’alternance, donc, guide le choix des journalistes. Reste à voir dans quelle mesure cette alternance se systématise à travers la mise en place éventuelle de rubriques.

  • 71 El Argonauta Español présente la particularité de numéroter uniquement les articles et de laisser d (...)

37En réalité, la plupart des publications, même lorsque chacun de leurs numéros est composé de plusieurs unités, ne s’organisent pas en rubriques. Si les prologues de la presse culturelle exposent souvent le plan qu’ils comptent suivre et les thèmes dont ils traiteront, ce n’est là qu’une indication de ce que peut contenir chaque numéro et non pas l’annonce d’une véritable structuration. La réalité visuelle des périodiques culturels du xviiie siècle, étudiée dans la première partie de ce travail, en est d’ailleurs la preuve. Nombre de numéros, à l’image de ceux du Caxón de sastre ou du Diario de las musas, se présentent sous un aspect des plus compacts : aucune marque graphique ne permet de distinguer les différents éléments qui composent le numéro et seule une lecture complète permet de voir qu’un article s’arrête pour laisser place à un second. D’autres périodiques, comme le Correo de Madrid, laissent voir une certaine démarcation visuelle dans la mise en page de leurs numéros : chaque article est alors précédé d’un titre individuel, chaque pièce en vers est précédée soit d’un titre, soit de l’indication de sa forme poétique ou de sa métrique. Le Diario de los literatos, La Espigadera et El Argonauta español marquent d’ailleurs davantage cette démarcation en numérotant chaque élément qui compose leurs numéros, qu’ils choisissent de faire courir cette numérotation sur l’ensemble du périodique ou de la faire reprendre à zéro à chaque nouveau numéro71. Pour autant, cette démarcation n’est pas le signe d’une organisation spécifique : les titres et les numéros ne renvoient pas à une logique structurelle définie pour l’ensemble du périodique.

  • 72 « un cuerpo de lectura separado » (Memorial literario, 30 septembre 1805, p. 428).
  • 73 Avec quelques variantes, sont concernés par cette organisation les Diarios de Madrid, de Valence, d (...)

38Progressivement, néanmoins, la presse tente de mettre en place un système de rubriques similaire au système actuel, afin de faire de chaque matière traitée par le périodique « un corps de lecture séparé »72. C’est le cas, notamment, des journaux mi-culturels mi-économiques. Très tôt, en effet, leur contenu non culturel est réparti dans des rubriques relativement fixes : celles des « Afecciones astronómicas » et des « Afecciones meteorológicas », présentes dans la plupart de ces périodiques, et celle, plus courante encore, des « Noticias particulares » – « Informations particulières » –, où sont indiquées petites annonces et informations commerciales73. D’autres périodiques, comme le Semanario de Zaragoza, indiquent la discipline à laquelle renvoie le thème dont traite chaque article : « Jurisprudencia », « Agricultura », « Bellas artes ». Ce ne sont pas là, à proprement parler, des rubriques puisque, loin de revenir de manière systématique à chaque numéro – ou, du moins, de manière régulière –, certaines de ces indications n’apparaissent qu’une seule fois sur l’ensemble de la publication. Mais leur présence permet malgré tout de dépasser la diversité des titres individuels et de donner une certaine cohérence à l’apparition successive des éléments variés qui composent chaque numéro.

  • 74 Comme je l’ai indiqué en introduction, seules les rubriques « Parte literaria » et « Teatro de come (...)
  • 75 Le tome VIII est organisé différemment, autour de six articles clairement définis : sciences exacte (...)
  • 76 Le terme de « rasgos », uniquement utilisé par le Correo de Madrid, est sémantiquement très neutre. (...)
  • 77 Les numéros de 1740, eux, sont structurés de la même manière que le Diario de los literatos, par ar (...)

39D’autres périodiques, enfin, ont véritablement recours aux rubriques pour régulariser l’apparition successive de formes textuelles et de tonalités différentes. Une particularité dont témoigne, là encore, l’évolution visuelle de la presse culturelle du xviiie siècle. Dans le cas du Diario pinciano, c’est la variation des thèmes que les rubriques utilisées – « Parte histórica », « Parte literaria », « Parte legal », « Parte política », « Teatro de comedias », « Parte económica », « Noticias particulares »74 –, présentes dans chacun des numéros ou presque, mettent en relief. C’est également le cas de l’organisation initiale du Correo de Madrid75, principalement constitué de « rasgos » historiques, politiques, érudits, littéraires76. Souvent, pourtant, c’est l’alternance dans les modalités d’écriture employées qui est signifiée par les titres de rubrique. Dans les numéros de 1739 du Mercurio literario77, les critiques d’ouvrages sont regroupées sous la rubrique « Libros nuevos de España », les annonces de nouvelles parutions et celles concernant la tenue d’assemblées publiques à l’étranger apparaissent sous la rubrique « Novedades literarias de las provincias extranjeras » tandis que les « Fragmentos literarios » regroupent tous les éléments insérés : discours, lettres, lettres entre tiers. Dans le Memorial literario, les comptes rendus d’ouvrages sont réunis dès le commencement de la publication sous la rubrique « Idea o argumento de los libros y papeles publicados en las gacetas de este mes », les réflexions et comptes rendus théâtraux sous la rubrique « Teatros » tandis que les autres éléments qui intègrent chaque numéro sont présentés de manière individuelle. Mais ce sont sans conteste les Variedades de ciencias qui témoignent de la structuration la plus avancée puisque chaque section – médecine, sciences naturelles, poésie, grammaire, etc. – y est clairement nommée et se voit même confiée à un journaliste spécialiste du domaine concerné.

  • 78 Espíritu de los mejores diarios, « Prospecto para la ampliación de la obra », 19 avril 1788, pp. 62 (...)
  • 79 « del entusiasmo necesario absolutamente en la poesía » (Espíritu de los mejores diarios, 20 avril  (...)
  • 80 Cette réflexion, intitulée « Examen filosófico sobre las lenguas : de las diferentes cualidades de (...)

40Et pourtant, force est de constater que cette structuration n’en est encore qu’à ses débuts. D’une part, parce qu’elle ne concerne qu’une minorité des périodiques du xviiie siècle. D’autre part, parce qu’elle est introduite de manière largement imparfaite. Si l’Espíritu de los mejores diarios annonce en 1788 que chaque numéro s’organisera désormais selon quatre rubriques : « Ciencias y artes », « Literatura y comercio », « Miscelánea » et « Noticias curiosas »78, la réalité des numéros diffère rapidement de ce projet éditorial. Ainsi, une critique de poème est insérée comme « Miscelánea » (4 août 1788), un article intitulé « de l’enthousiasme absolument nécessaire en poésie » est placé dans la rubrique « Ciencias y artes »79. Et il n’est pas rare que les différents fragments d’un même article apparaissent sous des noms de rubrique différents. On le voit, par exemple, avec un article portant sur la question des langues, parfois indiqué comme « Miscelánea », parfois comme « Literatura y comercio »80. Dans le cas du Memorial literario cité plus haut, les rubriques varient avec le temps. Les critiques et comptes rendus d’ouvrages intègrent successivement les rubriques « Crítica », « Argumentos de los libros y papeles publicados en este mes », « Libros nuevos », « Libros traducidos » et « Libros reimpresos », « Literatura española » et « Literatura extranjera », « Análisis literarios » et « Noticia crítica de obras nuevas ». Le principe d’organisation en vigueur est ainsi imparfait : selon les numéros, les livres nouveaux et les livres réimprimés appartiennent à des catégories à part ou sont au contraire regroupés alors que la démarcation se fait entre les livres espagnols et les livres étrangers. Dans d’autres périodiques, seulement une ou deux rubriques se stabilisent véritablement : les critiques dramatiques du Diario estrangero se regroupent sous le titre de « Noticias de moda », les annonces de livres et de représentations des Efemérides sous ceux de « Libros » et « Espectáculos ».

41Si au fur et à mesure du siècle, les journaux voient leur numéro se structurer davantage en différentes unités bien définies, la presse culturelle est sur ce point encore très hésitante. Mais le principe d’alternance que les rubriques tentent de formaliser, lui, reste bien réel.

Au fur et à mesure du siècle, l’affirmation de grandes tendances

  • 81 « el siglo xviii español hereda un lenguaje escolástico, barroco y dislocado entre la chabacanería (...)

42L’alternance des formes textuelles et des tonalités, appuyée ou non par la présence de rubriques, indique ainsi que si les périodiques culturels témoignent d’une très grande variété, celle-ci n’est pas pour autant synonyme de confusion ou de chaos. Par ailleurs, la coloration stylistique de la presse culturelle ne fait pas non plus preuve d’une diversité totalement indéterminée, mais répond au contraire aux grandes tendances stylistiques de la prose du xviiie siècle, dans ses pesanteurs comme dans ses évolutions. Ainsi, selon Rafael Lapesa, « le xviiie siècle espagnol hérite d’un langage scolastique, baroque et tiraillé entre la vulgarité et la sophistication »81. Un langage dans lequel dominent des règles de rhétorique strictes, une certaine grandiloquence de ton et de vocabulaire, un goût pour les tournures recherchées. Mais progressivement, le néoclassicisme, qui prône la clarté et la simplicité du langage contre les excès du style baroque, fait de plus en plus d’adeptes. Sans qu’il y ait nécessairement une rupture nette par rapport aux pratiques scripturales existantes, de nouvelles dynamiques apparaissent donc dans le panorama stylistique des Lumières. Or, ce mouvement général de la prose au xviiie siècle ne peut qu’être accentué dans le cadre de la presse qui, destinée à un public plus large que la plupart des autres écrits, a tendance, par conséquent, à cultiver un certain prosaïsme. Il convient donc d’examiner de plus près ces tendances stylistiques qui se font sentir au cours du siècle au sein des pages des périodiques et de voir dans quelle mesure ces tendances structurent la diversité formelle de la presse.

Un langage ancré dans la tradition stylistique des siècles précédents

43Avant toute chose, il est nécessaire de reconnaître la persistance évidente des modes d’écriture que le xviiie siècle reçoit en héritage. Qui dit réforme ne dit pas révolution, et il est indéniable que la langue utilisée par les journalistes des Lumières s’inscrit dans une tradition stylistique bien établie.

44Cette continuité, c’est, tout d’abord, celle de la rhétorique classique et de sa façon de structurer le discours. Les journalistes, en effet, témoignent d’un goût marqué pour les constructions rythmiques fortes, souvent binaires ou ternaires, basées sur la répétition d’une préposition ou d’une structure. Ces quelques lignes, tirées de La Pensadora gaditana, sont un bel exemple du goût de Beatriz Cienfuegos pour le recours à ce type de construction :

  • 82 « Las plazas que Vms. han de conquistar, las batallas que han de vencer y los peligros que han de s (...)

Les places que vous allez conquérir, les batailles que vous allez gagner et les dangers que vous allez surmonter, vous ne devrez pas les aborder avec une martialité licencieuse mais bien avec une honorable prudence, une opportune retenue, un enthousiasme mesuré, une conduite des plus sérieuses ; en un mot, vous devez veiller à vous faire respecter pour votre honneur, craindre pour votre clairvoyance, vénérer pour votre retenue et désirer pour votre vertu82.

Le prologue du Diario de Madrid de juillet 1786 regorge, pour sa part, de structures duales. Dans cet extrait – confirmation, par ailleurs, du désir d’alternance que l’on vient de souligner –, le discours repose sur l’opposition sémantique des adverbes et des pronoms employés – « hoy »/ « mañana », « este »/ « aquel », « aquí »/ « allí » – et sur la répétition de l’adverbe temporel « cuando » :

  • 83 « […] se ha puesto cuidado en que se trate hoy de una ciencia, y mañana de otra ; en este se hable (...)

[…] on a fait attention à traiter aujourd’hui d’une science, et demain d’une autre ; à parler dans celui-ci de fabriques, dans celui-là d’un événement distrayant ou curieux ; parfois des ouvrages qui sont imprimés dans le Royaume ou en dehors de celui-ci, parfois de la population et de l’état actuel d’une ville ; à informer ici des embarcations qui entrent dans le premier port de notre péninsule et qui en sortent, à donner là la description d’un précieux bijou actuellement en vente83.

  • 84 « la enemiga de la paz, la turbadora del sosiego público, la que roba el nombre a los ciudadanos, l (...)

La forte présence d’énumérations est également le signe d’une rhétorique traditionnelle bien ancrée. Au cours du huitième discours d’El Censor, par exemple, on peut successivement relever les énumérations suivantes : « celle qui déteste la paix, qui trouble la tranquillité publique, qui vole le nom des citoyens, qui confond l’innocence et le délit, qui soulève, enfin, les sujets contre leurs légitimes souverains », « les enfants innocents, les jeunes modérés, les vieillards vertueux, les morts eux-mêmes », « un bavard, un ingrat, un ambitieux, un truand, un hypocrite, un oisif »84.

45La continuité stylistique dont témoigne la presse se manifeste également à travers la fréquence avec laquelle les journalistes ont recours à une certaine grandiloquence. Un grand nombre des poèmes publiés au sein des périodiques illustre cette persistance d’un goût pour une préciosité dans le vocabulaire et une certaine emphase dans le ton. C’est le cas du long poème hendécasyllabique écrit par M.M.M. et publié à la mémoire de Manuel Rubín de Celis dans le Correo de Murcia. En voici les premiers vers :

  • 85 « Aborrecibles furias del Averno, / Ministras execrables de la saña / del atezado Rey del lago Esti (...)

Détestables furies de l’Averne,
Ministres exécrables du courroux
Du Roi hâlé du lac Styx,
Fauves exécutant sa rage,
Jusqu’à quand, cruelles, jusqu’à quand
Seront de vos colères inhumaines
Les misérables mortels le jouet,
Innocent trophée de votre vengeance ?85

  • 86 « el generoso Príncipe Sagrado, el Héroe de virtud acreditada, el modelo de Obispos, el espejo de l (...)
  • 87 « desventura », « negro horror », « tragedia […] tan cruel » (ibid., pp. 164-165).
  • 88 « Un Varón justo, religioso y santo, / Un modelo ejemplar de buena vida, / Un todo de piedades, que (...)
  • 89 « en que una frase hinchada, llena de rimbombos y palabrones, adornada de figuras y metáforas atrev (...)
  • 90 « el firmamento », « el orbe », « el acaso », « Tú, triste Jericó », « o tú Sion » (Minerva, 3 déce (...)

Le poète y fait allusion aux Parques et à Apollon, à Cérès et à Neptune, à Éole et à Pandore, à Diane et à Cybèle. L’auteur disparu y est « le généreux Prince Sacré, le Héros à la vertu sans pareille, le modèle des Prêtres, le miroir de la noblesse et de la charité chrétienne »86. Sa mort est un « malheur » d’une « horreur noire », une « tragédie […] si cruelle »87. Et le poème se conclut en une épitaphe, où Manuel Rubín de Celis y est évoqué comme « Un Homme juste, religieux et saint, / Un modèle exemplaire de vie honnête, / Un ensemble de piétés, qui à présent n’est plus »88. Nous ne sommes pas loin, me semble-t-il, de ces poèmes aux élans baroques dénoncés par Jovellanos, « dans lesquels des phrases ampoulées, pleines de mots creux et ronflants, ornées de figures et de métaphores osées et saugrenues, étourdissent la raison et l’imagination de celui qui lit »89. On peut également analyser dans cette perspective l’ode « A los impíos » – « Aux impies » –, signée « Granada. Marron » et insérée le 3 décembre 1805 dans Minerva. Chaque vers, chaque composante du poème sert à conférer à l’ensemble la force expressive de l’emphase : l’omniprésence des épithètes, la fréquence avec laquelle ces derniers se trouvent antéposés, l’emploi de termes propres à la langue poétique tels que « le firmament », « la terre » ou « le hasard », le recours aux vocatifs – « Toi, triste Jéricho », « ô, toi, Sion » – et à la litanie des « Él es » – « Lui, il est » –, qui débutent quatre strophes du poème90.

  • 91 « ¿de dónde se origina que ese rico mayorazgo ame a una joven que le obliga a varias acciones indig (...)
  • 92 « ¿Cuándo se vieron entre ellos las discordias ? ¿Cuándo las emulaciones ? ¿Cuándo el deseo de sobr (...)

46Les mêmes procédés stylistiques peuvent par ailleurs être utilisés dans les textes en prose, notamment en ce qui concerne le recours à un vocabulaire emphatique, parfois rehaussé par l’emploi de majuscules pour les substantifs. Mais la grandiloquence de la prose transparaît également dans le recours à un autre procédé : les questions rhétoriques. Au septième numéro d’El Curioso entretenido, par exemple, les pages 354 à 356 en présentent une suite ininterrompue, de « D’où vient que ce riche majorat aime une jeune fille qui l’oblige à commettre des actions indignes de son caractère, si ce n’est de l’oisiveté ? » à « Un commerçant paresseux ne détruit-il pas complètement ses richesses ? La perte de ses intérêts n’est-elle pas le prix de son inaction ? »91. Au cinquième numéro d’El Duende de Madrid, dans lequel est faite la défense des cordonniers, le narrateur évoque la bonté morale des humbles artisans et lance à ce propos une série d’interrogations : « Quand a-t-on vu des discordes naître entre eux ? Quand a-t-on vu des émulations ? Quand a-t-on vu le désir de se distinguer et d’être préférés aux autres, en méprisant avec orgueil et arrogance les humbles et les abattus, sous prétexte qu’ils ne seraient pas du même rang qu’eux ? »92. La structure de la phrase, enfin, peut se retrouver à son tour affectée par cette emphase. Si l’on s’intéresse au Diario de los literatos, on constate que les phrases, excessivement longues, sont souvent entrecoupées de multiples incises. Citons comme exemple de ces caractéristiques un passage qui porte sur l’ouvrage Norte crítico con las reglas más ciertas para la discreción en la historia de Jacinto Segura :

  • 93 « Por lo que toca al modo con que se da noticia de la mencionada obra, no puede ser más superficial (...)

En ce qui concerne la manière avec laquelle est donnée la nouvelle de l’ouvrage mentionné, elle ne peut pas être plus superficielle, car les noms des Saints que chaque tome contient ne sont pas même cités, les différents traités et dissertations que comporte chaque tome ne sont pas même rappelés avec la précision et la clarté nécessaires : précaution que nous tenons pour essentielle à la connaissance, à l’utilisation et au maniement de tomes si volumineux, et c’est l’unique objectif que visait notre critique en publiant ce compte rendu, qui de par sa brièveté correspond très bien au titre de Liste, que lui a donné son auteur93.

La complexité syntaxique et l’accumulation à outrance de propositions et de compléments dont témoignent ces quelques lignes et qui caractérisent beaucoup d’autres passages, au sein de la presse de la première moitié du xviiie siècle, peuvent aller jusqu’à rendre la compréhension difficile pour un lecteur contemporain.

  • 94 Caxón de sastre, n° 1, p. 33 (« primer galán », « primera dama ») ; n° 5, pp. 175-176 ; n° 18, pp.  (...)
  • 95 « médicos políticos » (El Novelero de los estrados, « Sobre prólogo »).
  • 96 « en los brazos de su madre una tierna planta que Dios confía a su cuidado » (El Duende de Madrid, (...)

47Enfin, l’utilisation répétée d’images devenues topiques témoigne aussi de la persistance de schémas stylistiques traditionnels. C’est ainsi que l’on trouve successivement dans le Caxón de sastre la présentation du monde sous les traits d’un théâtre dont l’homme serait le « jeune premier » et la femme la « jeune première », l’assimilation entre éducation morale et éducation alimentaire ou encore la comparaison du public à un organisme dont la tête correspondrait aux quelques hommes de bon goût et les membres à tout le reste de l’assistance94. El Novelero de los estrados, lui, présente la mode comme une épidémie de laquelle les « médecins politiciens » doivent préserver l’espèce humaine95. Quant au Duende de Madrid, il assimile un père ou une mère de famille à un jardinier prenant soin de ses plantes, l’enfant étant « dans les bras de sa mère une tendre plante que Dieu confie à ses soins »96. Comparer une communauté à un corps humain, assimiler des faits de société à des phénomènes naturels et des maux de l’âme à des maux du corps, présenter le monde comme un grand théâtre : toutes les comparaisons et métaphores que l’on vient de citer font partie d’un répertoire ancien, dans lequel les auteurs du xviiie siècle continuent de piocher.

L’évolution vers un langage plus simple

  • 97 « la lucha contra el estilo barroco, sus retruécanos, sus alardes cultistas y los dislocados hipérb (...)
  • 98 « una nueva economía del lenguaje, sobria, funcional en que la palabra ha de ser inequívoca, y priv (...)

48La structure des phrases, les images et le vocabulaire employés sont donc la preuve que la presse n’est pas étrangère à la rhétorique classique, ni même à un goût pour certaines tournures baroques. Néanmoins, le xviiie siècle va voir cette situation évoluer. En poésie, « la lutte contre le style baroque, ses calembours, ses parades érudites et ses hyperbates disloquées, qui obscurcissent plus qu’ils ne poétisent le thème traité, s’appuie sur la défense que font Luzán, Feijoo et le père Isla de la simplicité du langage »97. En prose, un désir de correction et de fixation de la langue s’impose, comme en témoigne la multiplication des dictionnaires et des grammaires. Progressivement, l’écriture adopte ainsi, selon François Lopez, « une nouvelle économie du langage, sobre, fonctionnelle dans laquelle le mot se doit d’être sans équivoque et la chaîne existante de relations qui rapproche le langage de la philosophie, des sciences et même des lettres du langage si précis des mathématiques doit être privilégiée »98. Or, la presse ne reste pas à l’écart de cette évolution vers un langage qui prône sobriété et clarté. L’évolution est loin d’être linéaire et uniforme, certes, mais elle n’en est pas moins réelle.

  • 99 « denos Vm. buenas exclamaciones, buenos interrogantes que se lleven las esquinas, buenos trozos de (...)
  • 100 « Él habla con todos en términos y frases sencillas, para que le entiendan. Huye del estilo afectad (...)
  • 101 « una observación bien hecha, un solo cálculo tienen incomparablemente mayor fuerza que todo un tom (...)

49Il n’est ainsi pas rare que les journalistes des Lumières fassent preuve d’un véritable désir de renouvellement stylistique, et l’explicitent au sein de leurs pages. Dans El Censor, c’est de manière détournée que Cañuelo et Pereira rejettent la grandiloquence rhétorique traditionnelle. Ils laissent ainsi successivement la parole à Cándido Zorrilla qui, au numéro 18, prétend défendre l’usage de l’équivoque et à un dénommé Pedro Zaino qui s’exclame : « donnez-nous de bonnes exclamations, de bons points d’interrogation qui emportent tout sur leur passage, de bons passages d’érudition qui puissent nous servir pour briller ensuite dans les conversations et, quand vous voudrez nous distraire, de bons équivoques qui nous fassent rire à gorge déployée »99. Dans El Duende especulativo, au contraire, la revendication d’une évolution stylistique se fait sans recours à l’ironie lorsque le narrateur définit la manière de parler du « duende » – et, donc, sa manière de lui dicter ce qu’il doit écrire – en ces termes : « Il parle avec tout le monde à l’aide de phrases et de mots simples, pour qu’on le comprenne. Il fuit le style affecté, fleuri et cadencé. Il ne part pas en quête de mots pompeux et n’aime ni les tropes, ni les figures »100. De même, La Espigadera exprime clairement sa préférence pour une écriture presque scientifique : « une observation bien faite, un simple calcul ont une force incomparablement supérieure à celle d’un tome entier de déclamations pleines d’éloquence et de grâce »101.

50Quels sont les effets de ce désir de changement dans l’écriture des périodiques ? Au numéro du 7 février 1787 du Diario pinciano, la description du « Teatro de Comedias » de Valladolid est écrite avec une grande sobriété. Disposition des balcons et des fauteuils et leur capacité numérique, organisation de la scène, tableau peint sur le rideau principal : tout est indiqué avec objectivité et précision. Dans le Memorial literario, on trouve lettres, critiques et articles écrits dans un langage également assez épuré. La longueur des phrases que l’on a constatée dans le Diario de los literatos est toujours de mise, mais la grandiloquence des adjectifs, des structures binaires et des métaphores a laissé place à une démonstration de nature scientifique. Les différentes lettres de Manuel Romero del Álamo concernant le dépeuplement de l’Espagne, insérées dans le périodique d’avril à août 1789, illustrent bien cette évolution, comme on peut le constater dans le paragraphe suivant :

  • 102 « El lujo fomenta el celibatismo, porque es un impedimento a la celebración del matrimonio, con el (...)

Le luxe encourage la pratique du célibat, car il est une entrave à la célébration du mariage, avec lequel sa nature a déclaré une guerre impitoyable ; or étant donné que c’est là l’unique moyen licite de la propagation, il en ressort la conséquence légitime que le luxe est ce qui augmente les célibats dans le Royaume, et non seulement il n’apporte en cela aucune utilité à l’État, comme l’établira la conclusion, mais il doit être exterminé entièrement, pour parvenir au bonheur que constitue l’augmentation de la population102.

Dans ces quelques lignes, si certains termes sont recherchés – « celibatismo », « legítimamente », « exterminarse » –, si certains substantifs sont accompagnés d’adjectifs – « viva », « lícito » –, ce n’est pas en raison d’une volonté d’emphase mais bien plutôt d’une volonté de précision. Une volonté explicitée par A.P.R.A., contributeur du Semanario de Málaga, lorsqu’il débute sa réflexion sur l’éloquence, au numéro du 4novembre 1796,en prenant soin de définir dans quel sens il entend ce terme, pour éviter confusions et incompréhensions. L’ensemble de l’article, par ailleurs, témoigne lui aussi d’un raisonnement posé, dont le cheminement argumentatif est exposé aux lecteurs.

  • 103 « habría de quitar de enmedio las vergonzosas pasiones que subsisten e impiden que se conozcan los (...)
  • 104 « ¡O bienaventurado siglo de oro para las mujeres ! ¡Dónde va aquel tiempo en que gozábais de la ve (...)

51Sobriété et clarté deviennent ainsi progressivement des caractéristiques stylistiques de la presse culturelle du xviiie siècle. Établir une chronologie de ce changement reste pourtant problématique, car l’évolution n’est en rien linéaire. Ainsi, les Discursos literarios, de publication pourtant de onze ans postérieure à celle du Diario pinciano, témoignent par endroits d’une certaine emphase stylistique, telle celle de mise lorsque Julián de Velasco s’exclame : « il faudrait se débarrasser des honteuses passions qui subsistent et empêchent de reconnaître les grands talents ; il faudrait, enfin, établir des barrières insurmontables, pour que les hommes ne puissent pas abuser des passions. Gloire au jour d’une si heureuse révolution, gloire aux auteurs qui œuvrent pour la rendre possible ! »103. Même en 1800, El Catón compostelano déplore la faible considération du siècle pour les femmes et le fait par le biais d’une succession d’exclamations et de références historiques : « Ô bienheureux siècle d’or pour les femmes ! Qu’est-il advenu de cette époque où vous jouissiez de la vénération des Gaules, qui croyaient qu’en vous était enfoui quelque chose de divin et qui vous admettaient dans leurs Conseils pour délibérer avec vous des affaires de l’État ! »104. Il est d’autant plus difficile d’établir une chronologie que les préférences générales qui s’instaurent au fur et à mesure que le siècle avance ne sont qu’un paramètre parmi d’autres des caractéristiques stylistiques de chaque périodique. C’est ce que l’on va voir dans les lignes qui suivent. Néanmoins, il semble que l’on puisse parler d’un point d’inflexion dans les années 1780. Quoique lente et imparfaite, l’évolution de la prose, au cours du siècle des Lumières, vers une écriture plus simple et plus claire ne fait, en tout cas, aucun doute.

Diversité et constitution de véritables identités formelles

52Ainsi, si la diversité formelle de la presse culturelle du xviiie siècle est réelle, la présence, dans chaque article et dans chaque poème, d’un style d’écriture plutôt que d’un autre n’est pas laissée au hasard et s’explique, en partie, par les préférences du siècle pour la simplicité et la clarté. Mais si l’évolution chronologique des préférences des hommes de lettres en général conditionne et structure la diversité stylistique de la presse culturelle, les caractéristiques de chacun de ces périodiques sont également conditionnées par les identités formelles propres à chaque catégorie de journaux, à chaque publication et, parfois, à chaque contributeur.

Selon chaque catégorie de journaux

53À plusieurs reprises au cours de ce travail, j’ai évoqué les « spectateurs » comme un genre à part, au sein de la presse culturelle du xviiie siècle, caractérisé par un contenu et une écriture inspirés de leur modèle commun, The Spectator d’Addison et Steele. Et face à la cohérence interne de cette catégorie, j’ai jusqu’ici opposé de manière systématique la presse critique des « spectateurs » et la presse didactique des journaux de vulgarisation. Néanmoins, la typologie des périodiques culturels espagnols est plus complexe que cela : les lignes de rupture qui existent entre les « spectateurs » et le reste des publications, on l’a vu, ne sont pas forcément toujours nettes. El Argonauta español et El Regañón general, par exemple, adoptent la fictionnalisation de la voix narrative propre à The Spectator sans en adopter le contenu. La Pensadora gaditana, « spectateur » du point de vue de l’énonciation et du contenu, ne respecte pas l’écriture vive et colorée d’El Pensador ou d’El Censor. Et, surtout, il existe au sein des « non-spectateurs » des périodiques aux profils variés. Pour affiner, donc, l’approche des spécificités formelles de la presse culturelle, il me semble pertinent de distinguer deux grandes catégories : les journaux spécialisés et les journaux polyvalents.

54Un certain nombre de périodiques, en effet, privilégient un type d’écrits spécifique – en dehors des éléments paratextuels, nécessairement présents. On peut distinguer, en premier lieu, les journaux spécialisés en critique d’ouvrages. Participent de cette modalité le Diario de los literatos – dont le titre complet est d’ailleurs Diario de los literatos en que se reducen a compendio los escritos de los autores españoles, y se hace juicio de sus obras –, l’Aduana crítica et El Apologista universal. Ces trois publications, à quelques exceptions près, n’intègrent dans leurs numéros que des comptes rendus et des critiques. Il n’est donc pas question, ici, de diversité des modalités d’écriture. On peut distinguer, en second lieu, les journaux qui se spécialisent en critique de mœurs. Chacun des numéros, chacune des lettres est l’occasion d’une réflexion morale, dans un sens très large du terme : coutumes, éducation, justice, religion, théâtre, etc. sont ainsi interrogés. Tous les « spectateurs », et en particulier El Duende especulativo, El Pensador, El Amigo y Corresponsal del Pensador, El Censor, El Corresponsal del Censor, El Observador et El Duende de Madrid, font partie de cette catégorie. El Catón compostelano, auquel, on l’a vu, il manque la véritable incarnation de la voix narrative, se spécialise néanmoins lui aussi dans ce domaine. Dans un autre registre, le Caxón de sastre et El Caxón de sastre cathalán sont également à considérer comme spécialisés en critique de mœurs dans la mesure où dialogues et pièces en vers s’intègrent, dans chaque numéro, à la réflexion qui est menée par le journaliste sur tel point de morale ou tel autre. La diversité formelle, cependant, reste de mise pour ce second type de journaux spécialisés, dans la mesure où les articles d’analyse peuvent être rédigés selon des modalités d’écriture très variées. L’essai y côtoie le dialogue, le songe y côtoie le récit de tertulia.

55Cependant, les périodiques qui témoignent de la diversité scripturale la plus grande sont les publications polyvalentes. Celles-ci, qui englobent la plupart des titres du corpus de cette étude, ne se limitent pas, en effet, aux faits divers, aux articles de mœurs ou aux critiques mais intègrent au contraire tous et chacun de ces types d’écrits. Ce sont également ces périodiques qui, plus que tous les autres, proposent au sein de leurs numéros énigmes, anecdotes, proverbes et poèmes. Tous les périodiques mi-culturels mi-économiques du corpus prennent place au sein de cette catégorie, même si certains peuvent être moins complets et polyvalents, en raison parfois de la courte durée de leur publication : le Diario de Murcia et le Semanario de Granada, notamment, ne paraissent que durant six mois. Et la plupart des périodiques que je n’ai pas encore cités appartiennent également à cette catégorie. Les proportions, il est vrai, varient d’une publication à l’autre. Le Correo de Madrid et le Diario de las musas intègrent un grand nombre de pièces en vers alors que La Espigadera, elle, les affectionne moins. LEspíritu de los mejores diarios et les Efemérides incluent un nombre non négligeable de critiques d’ouvrages, au contraire du Correo de Murcia et du Correo de Valencia. Le Correo de Xerez insère nettement plus d’énigmes que ne le fait le Mercurio literario ou le Memorial literario. Mais au-delà des spécificités de chacun, vingt-six périodiques relèvent de cette catégorie de journaux, dans lesquels la diversité est totale.

56Cette distinction permet de comprendre que les formes textuelles présentes dans un périodique seront fortement conditionnées par la catégorie à laquelle celui-ci appartient. Reste à dire que, quoique fonctionnelle, cette typologie n’embrasse pas complètement la spécificité de l’ensemble des publications culturelles espagnoles du xviiie siècle et, notamment, de neuf périodiques du corpus de cette étude. Certains, tout d’abord, tendent à la spécialisation ou à la polyvalence, sans pour autant s’y conformer pleinement. La Pensadora gaditana, El Curioso entretenido et le Pasatiempo literario de Alcalá de Henares, spécialisés en critique de mœurs, comportent néanmoins des poèmes – et des énigmes, dans le cas du Pasatiempo. El Hablador juicioso, plutôt spécialisé en critique d’ouvrages, propose néanmoins à ses lecteurs quelques anecdotes scientifiques, une réflexion sur les rapports entre hommes et femmes, un discours sur le commerce. L’Academia de ociosos, plutôt polyvalent, ne comporte pourtant aucune pièce en vers. D’autres périodiques, en outre, répondent à une logique formelle bien à eux. Les Discursos literarios, presque entièrement spécialisés en critique de mœurs – à l’exception du sixième discours, informatif – ne peuvent être assimilés aux périodiques de cette catégorie dans la mesure où toutes les réflexions se font sur le mode de l’essai, sans qu’aucune place ne soit faite à la diversité formelle de rigueur. Le Diario estrangero et le Diario pinciano se spécialisent à la fois en critique d’ouvrages et en divertissements. Enfin, El Escritor sin título, dans un premier temps exclusivement dédié au théâtre, s’adonne aux réflexions morales dans ses trois derniers numéros.

Selon chaque journal

57L’appartenance d’un périodique à une catégorie plutôt qu’à une autre conditionne donc en partie l’apparition de telle ou telle forme textuelle. Elle peut influencer, en outre, l’identité stylistique de la publication. Ainsi, les journaux polyvalents auront tendance à être dominés par une tonalité sérieuse, entrecoupée de morceaux plus légers. Les « spectateurs », au contraire, seront placés sous le signe de l’humour dès leur numéro initial, sans que cela ne les empêche pour autant d’avoir recours, ici et là, à une écriture plus austère. Cependant, ce ne sont là que des grandes tendances : en matière de style, les variables individuelles dominent. À la date de publication viennent ainsi s’agréger plusieurs facteurs déterminants : la personnalité de l’auteur, l’orientation idéologique de l’ouvrage, le public visé. Autant de paramètres qui imposent à chaque périodique une coloration particulière.

58Parmi les journaux spécialisés en critique d’ouvrages, le Diario de los literatos et l’Aduana crítica – pourtant distants de plus de vingt ans – témoignent d’une grande continuité stylistique. Prenons-en pour preuve la fin du prologue du second :

  • 105 « Aquí se necesitan Vistas perspicaces, aun con más ojos que Argos, porque Mercurio, que influye en (...)

Ici l’on a besoin de Vues perspicaces, dotées de plus d’yeux encore qu’rgos pour que Mercure, qui influe sur les Sciences, ne trompe pas sa vigilance par ses artifices ; ici l’on a besoin de Procureurs, qui dénoncent les fraudes qui sont commises, sans que les Zoïles ne puissent aspirer à cet emploi, car c’est la censure juste que l’on recherche, et non la malveillante ; ici l’on a besoin d’un Juge, qui détermine et qui condamne, ministère qui revient à Apollon puisque les sciences sont son patrimoine ; ici l’on a besoin d’une Protection formelle pour empêcher les introductions frauduleuses et contrôler les marchandises où qu’elles soient ; […] ici l’on a besoin d’un Geôlier qui surveille et qui ne permette pas que soient résumés des Ouvrages qui n’ont pas été identifiés et qui ont été laissés en dépôt : ce gardien doit être doté de toute la sévérité et de toute la circonspection d’un Caton [… ]105.

La conviction d’être en train d’accomplir une mission de la toute première importance, la place accordée à quelques grands symboles mythologiques ne sont pas sans rappeler la grandiloquence de la fin du prologue du sixième tome du Diario de los literatos :

  • 106 « procuraremos que no bajen las moscas, como temía Achiles del cuerpo difunto de Menecio, a comerse (...)

comme Achille qui craignait un tel sort pour le corps défunt de Ménétios, nous tenterons que les mouches ne viennent pas dévorer le Diario, que beaucoup pensent déjà mort pour ne pas l’avoir vu en l’espace d’un an ; car de même que Thétis offrit à Achille de le garder intact, nous offrons exactement la même chose, tant que nos forces et le suffrage des véritables savants ne nous feront pas défaut106.

  • 107 « Certifico que [...] se ha concedido licencia a Don Miguel de la Barrera, vecino de esta Corte, pa (...)

Cette continuité est d’ailleurs explicitement assumée par José Miguel de Flores, puisqu’on peut lire dans la licence d’impression de l’Aduana l’indication suivante : « Je certifie que […] une licence a été accordée à Don Miguel de la Barrera, habitant de cette Cour, afin qu’il puisse imprimer une fois et vendre les quatre premiers numéros de l’ouvrage intitulé : Aduana Crítica, y Hebdomadario de los Sabios de España, en tant que suite du Diario de los Literatos de ce pays »107. À la même époque que l’Aduana, dans les années 1760, le Diario estrangero et El Hablador juicioso, moins spécialisés mais néanmoins enclins à la critique d’ouvrages, se caractérisent également par une tonalité assez sérieuse, quoique moins solennelle. Le comique, l’ironie n’y ont pas leur place : le premier degré est de mise partout. El Apologista universal, en revanche, se distingue très nettement de ce sérieux dans la mesure où, comme on l’a vu, l’ensemble de ses numéros est à prendre à contre-pied. Sa drôlerie, sa spontanéité, son ton parfois relâché tranchent avec le sérieux qui caractérise les autres périodiques précédemment cités.

  • 108 « Tiene Vm. sin duda un estilo claro, natural, sencillo ; más sin embargo, se le conoce que hace va (...)
  • 109 « palabras hinchadas, cláusulas pomposas, frases inauditas », « al sencillo y familiar estilo » (La (...)
  • 110 Guinard, 1973, p. 198.

59Parmi les journaux spécialisés en critique de mœurs, les « spectateurs » font preuve d’une assez grande cohérence stylistique, définie avec beaucoup d’à-propos par Pedro Zaino, un des contributeurs d’El Censor : « Vous avez sans aucun doute un style clair, naturel, simple ; cependant on se rend bien compte que vous vous faites fort de dire les choses avec un certain petit air narquois, pour faire comme si vous ne les disiez pas »108. Clarté et sobriété du langage, goût pour l’ironie et les jeux d’esprit dominent souvent. Pourtant, les exceptions à la règle existent. Tout d’abord, celle de La Pensadora gaditana, évoquée à plusieurs reprises. En effet, si Beatriz Cienfuegos dit refuser les « mots affectés, les propositions pompeuses, les phrases inouïes » et affirme avoir une propension « au style simple et familier »109 – est-ce là une déclaration visant à s’attirer plus de lecteurs ? –, son écriture est toute autre. Paul-Jacques Guinard la qualifie ainsi : « Sa plume, que n’effraient pas les longues périodes, est facilement véhémente dans ses apostrophes et ses exclamations ; elle cultive volontiers la métaphore, et ne dédaigne pas l’allusion érudite »110. Une écriture, en somme, proche du sermon. Voici, par exemple, les termes à travers lesquels Beatriz Cienfuegos dénonce le goût des dépenses excessives dont témoignent les Espagnols :

  • 111 « desengañémonos de este infame y peligroso abuso, y formemos una vez discursos sólidos sobre el ve (...)

Rejetons cet abus infâme et périlleux, et formons une fois pour toutes de solides discours sur la véritable nature de ce qui nous est utile : ne permettons pas qu’une pauvreté honteuse et le mépris cruel de nos amis ne nous enseignent (bien que trop tard) l’art de réfléchir sur notre état et notre sort : car si nous en arrivons là, la connaissance des délits passés sera le bourreau de nos erreurs le plus impitoyable111.

  • 112 « decir que Don Benito no había de tener sus Pascuas y Carnaval, regalarse y dormir a pierna suelta (...)

Exhortations et épithètes de condamnation morale se succèdent. On peut également évoquer l’exception d’El Duende de Madrid, dont chacun des numéros est clairement divisé en deux parties distinctes. La première, qui narre les rencontres du narrateur avec le « duende » qui lui confie l’écriture du journal, est écrite avec humour et dans un style assez populaire. La seconde, qui correspond aux différentes réflexions morales publiées, fait en revanche preuve d’un goût pour l’érudition et l’emphase. Prenons l’exemple du quatrième numéro du périodique. Le début, attribué à Don Benito, rappelle les romans picaresques : « Dire que Don Benito ne pourrait pas jouir de Pâques et du Carnaval, se régaler et dormir tout son soûl, se gaver de chorizos, de pieds de porc, de dindes, de feuilletés et d’autres bêtises de ce genre qui contribuent à causer une indigestion, et qu’il ne pourrait pas avoir une bonne excuse pour ne pas jeûner durant le Carême entier, c’était comme parler chinois »112. Quelques pages plus loin, le discours attribué à la Junta de Duendes a, lui, recours à des citations de Pline le Jeune, de saint Augustin et de saint Thomas.

  • 113 « No hay libro moral, político, serio o jocoso, donde no se nos dé una clara idea de lo que es el M (...)
  • 114 « ¿Por ventura todos no venimos de un mismo tronco ? ¿No descendemos de Adán y, por consiguiente, s (...)

60Même parmi les « spectateurs », donc, le style dépend également de chaque journaliste. Une variable qui est encore plus accentuée parmi les autres périodiques spécialisés en critique de mœurs. Le Caxón de sastre fait preuve d’une écriture largement grandiloquente, ainsi que le montre le premier discours, dans lequel Nifo s’exclame : « Il n’y a aucun livre moral, politique, sérieux ou cocasse, dans lequel on ne nous donne pas une idée claire de ce qu’est le Monde moral ; qu’il soit décrit comme une forêt pleine de bêtes sauvages dévorées par l’envie ; comme un Lupanar impur et abominable de lascivité ; comme un cachot dans lequel l’orgueil redouble de cruauté ; ou bien comme une cage pleine de fous, enragés de colère »113. Les Discursos literarios, on l’a vu, témoignent d’une écriture semblable, bien qu’ils soient publiés en 1789. El Curioso entretenido, lui, passe sans cesse d’un extrême à l’autre : de la réflexion la plus emphatique à l’annonce la plus parodique. Au troisième numéro, par exemple, Juan de Pisón y Vargas interpelle les maîtres pour leur apprendre à respecter davantage leurs domestiques – « Ne venons-nous pas tous, par hasard, de la même souche ? Ne descendons-nous pas d’Adam et ne sommes-nous pas, par conséquent, tous frères ? Dès lors, pour quel motif, suffisants de supériorité que vous êtes, osez-vous ne pas les traiter correctement ? »114 –, mais publie quelques pages plus loin une annonce fictive, concernant l’égarement supposé d’une jeune fille (p. 175).

61Enfin, parmi les journaux polyvalents, il est réellement difficile de qualifier stylistiquement chacun des périodiques. Plus encore que pour les autres catégories, la diversité des modalités d’écriture règne. Une réalité que souligne El Argonauta español dès le prologue, lorsqu’il explicite ce qu’il faut entendre par l’indication « por un estilo jocoso » incluse dans le sous-titre de la publication :

  • 115 « Como considera que los gustos están algo estragados se servirá del estilo ridículo, con cuya mira (...)

Comme il estime que les goûts sont quelque peu gâtés, il se servira du style ridicule, et insèrera dans ce but au début de chaque papier ce proverbe ridiculum acri dulcius. En effet il est persuadé que lorsque l’on assène sans crier gare la vérité, elle n’est pas reçue avec autant de plaisir que lorsqu’elle vient assaisonnée d’un peu de sel et de poivre. Mais ne croyez pas pour autant qu’il se contraint à traiter tous les points de la même manière. Et ainsi si la matière exige du sérieux, alors le discours sera sérieux115.

  • 116 « Señor Presidente : cumpliendo el mandato que se ha servido imponerme, he formado el presente bosq (...)

On peut néanmoins souligner la spécificité de l’écriture de deux journaux : El Novelero de los estrados et El Regañón general. Le premier se caractérise par la multitude de parodies que contient la rubrique « Diario universal de las bagatelas » : parodies d’annonces et de critiques d’ouvrages, de remèdes médicaux de petites annonces, de faits divers occupent la plupart des numéros, qui prennent ainsi une dimension de caricature de journal. Le second se présente pour sa part, ainsi que l’indique le titre complet, comme un « Tribunal catoniano de literatura, educación y costumbres ». Chaque article prend donc la forme d’un prétendu compte rendu de séance du tribunal, présenté selon les thèmes par « El asesor primero » ou « El asesor segundo », par « El secretario del tribunal » ou « El presidente ». Ce n’est là qu’une posture, derrière laquelle se dressent des essais, des lettres de lecteurs et des tonalités variées. Néanmoins, ce choix éditorial colore l’ensemble du périodique de la solennité du langage judiciaire. Le rapport que fait « El asesor segundo » de l’état dans lequel se trouve le théâtre espagnol commence ainsi par ces mots : « Monsieur le Président : conformément au mandat que vous avez cru bon de me confier, j’ai formé la présente ébauche de l’état actuel de notre théâtre »116.

Selon chaque contributeur

62La date de publication d’un périodique, la catégorie à laquelle il appartient et son identité stylistique sont ainsi autant de paramètres qui, sans faire disparaître la diversité propre à la presse culturelle, déterminent l’écriture dont témoignera chaque publication. Mais un autre élément vient conditionner à son tour le style de certains articles : l’identité du contributeur qui en a la charge. En effet, il arrive qu’à une signature récurrente corresponde une écriture véritablement spécifique. Parfois, les auteurs de ces contributions sont connus, l’authenticité des lettres ne faisant alors aucun doute. D’autres fois, on peut penser que ce sont les journalistes eux-mêmes qui se plaisent à adopter un style d’écriture particulier, en accord avec l’identité fictive qu’ils endossent le temps de quelques numéros. Dans un cas comme dans l’autre, la signature apposée à la fin de la lettre détermine la tonalité et le registre de langue employés.

  • 117 « quiero escribir, plazca o no plazca, y meterme de hoz y de coz en su periódico, a ser corresponsa (...)
  • 118 « Apuesto cualquier cosa a que ha dicho Vmd al leer tan raro principio de carta, aquí está Don Poli (...)

63Le Correo de Madrid, très riche en lettres de lecteurs, offre plusieurs exemples révélateurs de ces multiples identités stylistiques. Les contributions d’Antonio Olivares de la Cueva, par exemple, sont toujours d’un très grand sérieux et d’un ton très formel, qu’elles portent sur la propreté des rues, sur l’oisiveté ou qu’elles soient écrites en réponse à un autre contributeur du périodique. Manuel Aguirre, qui intervient une vingtaine de fois sous le pseudonyme d’« El militar ingenuo », fait preuve du même sérieux, qu’il s’intéresse aux questions du luxe ou de l’éducation, au monde des armes ou à celui de la politique. « Policarpo N. », en revanche, apporte au Correo de Madrid une touche de spontanéité et d’humour les quatre fois où il prend la parole. Ainsi, lorsqu’il écrit pour la première fois aux éditeurs du journal et se propose comme nouveau contributeur, c’est par une plaisanterie qu’il débute sa lettre, avant de s’empresser de déclarer : « je veux écrire, que cela plaise ou non, et me jeter tête baissée dans votre journal, en tant que correspondant. Vous pourrez ne pas vouloir publier mes papiers, mais moi je voudrai en écrire d’autres »117. Chacune de ses lettres est un assemblage de contes humoristiques, de proverbes populaires et de vers satiriques. La réalité de cette unité stylistique est d’ailleurs confirmée par ces mots qu’il adresse aux éditeurs du Correo de Madrid dès sa deuxième intervention : « Je parie n’importe quoi que vous vous êtes dit, en lisant un début de lettre si étrange, voilà Don Policarpo N. »118.

  • 119 « Carta de poquísima substancia, pero de sobrado fundamento » (ibid., 10 mai 1788, pp. 920-922).
  • 120 « Carta de más provecho que retórica » (ibid., 21 juin 1788, pp. 1016-1018).
  • 121 « Latigazo del postillón a un perro ladrador. Carta de Don Lucas Alemán a Don Etcétera Gavilán, en (...)
  • 122 « desde que escribo lo que ignoro, conozco que ignoro cuanto escribo ; pero ignorando y escribiendo (...)
  • 123 C’est là, on l’a vu à la page160, le pseudonyme auquel José Luis Munárriz a recours pour signer la (...)

64Mais c’est avant tout Manuel Casal y Aguado qui, sous le nom de Lucas Alemán, colore le périodique de la drôlerie de ses cinquante interventions. Lettres aux journalistes et lettres aux autres contributeurs, « satirillas festivas » et décimas satiriques, songe ou parodie, toutes ses contributions sont marquées par un langage très coloré, parfois même difficile à comprendre à force de jeux de mots et de moqueries. Les titres de certaines de ces lettres suffisent d’ailleurs à le montrer : on trouve ainsi une « Lettre pauvre de par son contenu, mais riche de par sa raison d’être »119, une « Lettre plus efficace que rhétorique »120 et une autre, particulièrement satirique, intitulée « Coup de fouet du postillon à un chien qui aboie. Lettre de Don Lucas Alemán à Don Etcétera Gavilán – Don Etcetera Épervier –, en réponse à celle qui, sans début ni fin, sans nom ni signature, reprise, tisse et rapièce (sans venir à propos) »121. Ces quelques mots tirés d’une « Lettre sans objet » sont particulièrement évocateurs des nombreuses circonvolutions propres au style de Lucas Alemán : « depuis que j’écris ce que j’ignore, je sais que j’ignore tout ce que j’écris ; mais en ignorant et en écrivant, j’amuse mon esprit, je fatigue la presse, je broie votre patience et je fais ce que font beaucoup d’autres qui se prétendent hommes de lettres »122. En dehors du Correo de Madrid et de la multitude de ses lettres de lecteurs, on trouve également un certain nombre de cas où à la signature d’une contribution correspond un style d’écriture bien à part. La signature de Pablo Zamalloa123, dans le Semanario de Salamanca, annonce une écriture posée et austère, tandis que celle d’« El impertinente », dans le Diario de las musas, est la marque de textes pleins d’astuces de langage et d’affirmations ironiques, laissant volontiers la place à des passages dialogués et à des parodies.

65De cette analyse, on peut conclure que si la presse espagnole du xviiie siècle est bien constituée d’un mélange de formes textuelles, de registres de langue et de tonalités, sa diversité n’est pas pour autant dénuée de cohérence interne. Le principe de l’alternance qui conditionne l’apparition d’un poème à la suite d’un article d’information et d’une lettre ironique à la suite d’un dialogue philosophique, les évolutions stylistiques propres au siècle des Lumières qui imposent progressivement un langage plus épuré, les logiques propres à chaque catégorie de périodiques et à chaque journal donnent sens à la variété des éléments qui composent ce patchwork. Ce constat fait, il convient de s’intéresser de plus près aux types d’écrits auxquels les périodiques culturels accordent leur préférence. Dans les pages précédentes, j’ai ainsi relevé la présence d’essais, de dialogues, de récits de tertulia et de critiques d’ouvrages. Reste à appréhender chacune de ces formes textuelles.

Notes

1 « lo rico y variopinto de su mapa genérico, la variedad de fórmulas y de propuestas » (Urzainqui, 1995b, p. 144).

2 « un periódico erudito y curioso no es un periódico científico, que por la naturaleza de su plan deba ceñirse a unas solas materias, antes debe picar la curiosidad de todos y hacerles pensar, adaptándose en cuanto no sea absurdo a la diversidad de gustos, de ocupaciones y de aptitud en los lectores » (Semanario de Salamanca, 2 juillet 1795, p. 5).

3 « Un trozo sobre matemáticas o mecánica será seguido indiferentemente por otro sobre mineralogía, zoología o agricultura ; una disertación literaria sobre poesía será interpolada con una discusión histórica, con un artículo filosófico sobre el lenguaje o con el examen artístico y racional de una escultura o de un cuadro » (Variedades de ciencias, « Prospecto », pp. 8-9).

4 « Discurso sobre la felicidad de España » (Correo de Madrid, du 18 au 28 juin 1788).

5 J’analyse un peu plus loin dans cette partie l’éventail des formes poétiques qui prennent place au sein de la presse culturelle.

6 Memorial literario, 1803 n° 32, p. 184 ; 1804 n° 46, pp. 33-34 ; 20 mai 1805, p. 248.

7 Il semblerait que cette signature, parfois, renvoie à Julián de Velasco, auteur des Discursos literarios. Dans cet exemple, le fait qu’un courrier soit signé par lui, en toutes lettres et dans le même périodique, trois mois auparavant (le 10 octobre 1791), laisse penser que c’est le cas.

8 « Sociedad médica de emulación de París » (Minerva, 21 juillet 1807, p. 45).

9 « las figuras y metáforas inventadas al principio por necesidad se usaron después para adorno de los discursos » (Diario de Sevilla, 16 novembre 1792, p. 315).

10 « Caracteres diferenciales de once especies nuevas de plantas y de otras dos poco conocidas » (Variedades de ciencias, 1805, n° 22, pp. 212-217).

11 L’étude de l’écriture essayiste est menée dans le chapitre suivant.

12 « arte o facultad con que se forma juicio y recta inteligencia sobre los sucesos de la historia, sobre los escritos y escritores, sobre el estilo, sentido y autor de cada cosa » (Flórez, Clave historial, 1743, p. 36b. Cité par Álvarez de Miranda, 1992, p. 159).

13 « desentrañar », « aniquilar », « metamórfosis », « vicisitudes », « quimérico », « microscópicas » (Discursos literarios, n° 5, pp. 80-89).

14 « cualquiera fruslería de erudición seca y estéril », « alegatos », « estipendios » (Mensagero de Granada, « Reflexiones sobre la utilidad de la erudición, elocuencia y poesía », 22 et 26 décembre 1796).

15 « por otro lado », « entre tanto », « también » (La Espigadera, « Reflexiones filosóficas y políticas sobre si el estado eclesiástico […] puede perjudicar a su población, a sus artes, a su milicia o algún otro ramo de la sociedad », nos 2-6, pp. 42, 90 et 177).

16 « Es de tal naturaleza nuestra fertilidad natural, que si Dios ya con la brevedad de la vida, las enfermedades y otras causas físicas, ya por medio de obstáculos religiosos, morales y civiles, no hubiera puesto un freno a la propagación posible, se destruiría precisamente el mundo por la superabundancia de su población. Si la criatura conociese la creación tan bien como el creador, no cometería la injusticia de quejarse de muchas cosas provechosas al todo, que su ignorancia mira como perjudiciales » (ibid., n° 6, pp. 177-178).

17 « como cuatro bollos de Villanueva » (Diario de los literatos, n° 5, p. 3, lettre d’Hugo Herrera de Jaspedós).

18 « Lo dicho dicho » (El Argonauta español, n° 5, p. 93).

19 « sin tiquis miquis » (El Corresponsal del Censor, n° 10, p. 142).

20 « sin que nos oiga el cuello de la camisa como dicen » (Semanario de Zaragoza, 5 septembre 1799, p. 153, lettre de P. X.).

21 On la retrouve par exemple au numéro du 18 avril 1787 du Diario pinciano (p. 135), aux numéros des 29 septembre et 25 décembre 1792 du Correo de Murcia (p. 66 et p. 270) ou encore au numéro du 9 mars 1795 du Diario de Valencia (p. 270). Les maîtres d’armes avaient pour coutume de se placer dans une rue ou sur une place et de proposer des leçons dans le maniement de l’épée à qui voulait bien déposer un sou – un cuarto – sur le plateau prévu à cet effet. La coutume serait à l’origine de ce dicton, appliqué ironiquement aux personnes qui se plaisent à prendre part à n’importe quelle discussion et à donner leur avis. Junceda, 2006, p. 209.

22 « Diga… Diga lo que quisiere » (Diario de Madrid, 31 mai 1795, p. 619).

23 « Bien merecida tienen la zurra : escarmienten, porque sino… » (ibid., 10 octobre 1795, p. 1153).

24 « como las amo de veras y soy interesada en sus aciertos o desbarros, intento apagar el fuego de casa antes que el del vecino : dejarles que esta semana se alegren, que más pensamientos hay que longanizas » (La Pensadora gaditana, 21 juillet 1763, p. 10).

25 « ¿Qué encontrará el mudo silencio de los peces fuera de las aguas ? ¿Qué alcanzará la laboriosa hormiga con vestirse de plumas y subirse por esos aires ? Las simples avecillas, que en la ligereza de su vuelo aseguran su inocencia, ¿qué conseguirán humillando sus elevados destinos a la tierra ? ¿Qué ? Perecer y morir » (ibid.).

26 « Pero (¡cuándo un sabroso recreo es permanente !) despavorido y lleno de asombro […], despierto, me incorporo y oigo encima de mi cama el ruido más impertinente y extraño que se puede imaginar », « ¿cómo podía yo (¡mal de mis pecados !) causar miedo a quien venía a ponérmele ? » (El Duende de Madrid, « Prólogo », pp. 4-5).

27 « mezclar los asuntos serios con los que no lo son » (Semanario de Zaragoza, 28 juin 1799, p. 406).

28 « El Pensador será festivo de aquí en adelante, y si en esto puede contribuir a la pública diversión, se tendrá por dichoso », « discursos serios, tratando materias útiles que excitan ideas y reflexiones, y dan motivo a conversaciones sólidas », « El Pensador estará serio en lo sucesivo, por dar gusto al señor D.G.S. hombre de madurez y experiencia » (El Pensador, n° 64, pp. 217-218).

29 « Sin prudencia hermosura celebrada / es un fuego con fácil resistencia ; / y el ingenio mayor sin la prudencia, / es lo mismo, que un loco con espada. // En vicio la virtud más acendrada / degenera, si falta su influencia ; / y no hay dicha que tenga subsistencia / si en diferente base está fundada. // ¡O Prudencia, en quien solo se contiene / cuánto puede ilustrar la criatura ! / ¡O Bien de donde todo bien proviene ! // ¿Quién feliz adquirirte no procura ? / si con tenerte a ti, seguro tiene / dicha, virtud, ingenio y hermosura » (El Curioso entretenido, n° 2, p. 110).

30 « Muerta la mujer de Ordaz, / este al punto exclamó así : / Abur, esposa tenaz ; / Dios te conceda la paz, / que tú me dejas a mí » (Mensagero de Granada, 6 mars 1797, p. 320).

31 « A las cejas de Dorisa » (Diario de Sevilla, 11 novembre 1792, p. 295).

32 « En toda mi vida salí de sopa y olla. Si juego, pierdo dinero y paciencia ; si pido prestado, me fían una excusa ; si salgo bien vestido, se anubla el día más claro ; si como dulce, me da dolor de muelas ; si hallo alguna dama, por fuerza ha de ser fea ; si vuelvo una esquina, me abraza algún yesero ; si compro algún papelote nuevo, gasto mis cuartos y hallome alguna paparruchada, como la Medicina fantástica del espíritu, y otras ejusdmen farinae : en fin, amigo mío, no hay cosa en que la casualidad no acredite mi mala suerte » (Correo de Madrid, 6 février 1787, p. 139).

33 « un lugar más distinguido que todos los demás », « modelo de cuantos pronósticos se ha hecho », « que todas las viejas puedan con sus pelos y señales decir a las niñas […] la buenaventura, prometiéndoles dichas, casamientos y demás zarandajas » (Correo de Murcia, 18 juin 1793, pp. 111-112).

34 « dadme una buena bofetada que yo no os pondré delante de ningún juez, con tal de que cobréis el importe de la comida del dinero que os costaría si me quejase, volviéndome el resto » (Memorial literario, 30 janvier 1808, p. 76).

35 « apostemos el importe de la comida a que yo os hago correr » (ibid.).

36 « fueron verdaderamente once mil las vírgenes que con Santa Úrsula padecieron martirio » (Correo de Murcia, 24 novembre 1792, pp. 197-198) ; « Por todo este peso de razones y autoridades, se deduce claramente que hubo tal Úrsula, que su martirio sucedió en los primeros siglos de la Iglesia y que sus compañeras fueron varias, sin poder señalar su número » (ibid., 27 novembre 1792, p. 205).

37 Diario de Barcelona, 6 mars 1793.

38 « si la referida moda de calzones estrechos conduce a que duren más que los normales o más anchos », « si en la maniobra de ponerme estos calzones tardaré más de una hora y media », « si para esta operación he de estar cabeza abajo y pies arriba, a fin de que puedan entrar mejor » (Diario de Barcelona, 20 et 21 mars 1795).

39 El Censor, n° 14, pp. 209-217.

40 « Aunque mi trato con las Musas es menos frecuente que con las Musarañas, y solo entiendo de Masas delicadas y Mesas bien abastecidas » (Diario de las musas, 26 janvier 1791, p. 235). La traduction française tente de maintenir le jeu d’allitérations tout en rendant compte de la référence à l’expression espagnole « estar pensando en las musarañas », qui signifie « bayer aux corneilles, rêvasser ».

41 « si no fuese logogrigo (o como se llama) será lobo-mochuelo, o cualquier otro avechucho » (ibid.).

42 « En esa calle que atraviesa, número 6 cuarto principal, vive cierto sujeto que tiene una hija única, de edad de treinta y siete años, muy linda de cara, muy rica, muy hacendosa, muy humilde, muy buena cristiana, muy juiciosa, y, por decirlo en pocas palabras, muy completa y acabada. Está tal… Aquí le interrumpí su muy elocuente, muy persuasiva, muy justa y muy ventajosa propuesta, diciéndole : todos esos muyes, señor mío, con que Vm. pretende ensalzar el mérito de esa dama, estarán muy bien dichos, muy bien apropiados y muy al caso ; pero pensar que una mujer lindísima, riquísima, hacendosísima, y todos los demás superlativos que a Vm. se le antoje apropiarla, quiera casarse con un pobrísimo, es un pensamiento fatuísimo, desquiciadísimo, malditísimo y endiabladísimo » (El Corresponsal del Censor, n° 3, pp. 38-39).

43 « con la continua agitación de su cabeza va denotando lo poco que le cuesta moverla, por lo vacía que se halla de entendimiento » (La Pensadora gaditana, 21 juillet 1763, p. 12).

44 « hacer cuarentena doble para purificarse » (Correo de Madrid, 10 octobre 1787, p. 464).

45 « Dijo Talés a sus discípulos : Para mí lo propio es morir, que vivir. Replicó entre ellos un bachiller : ¿Pues por qué no te mueres ? Respondió el filósofo : Porque es lo mismo » (Diario de Valencia, 20 juin 1795, p. 322).

46 « el marido había de ser sordo y la mujer ciega » (Efemérides, 9 avril 1805, p. 28).

47 « así lo hubiera ejecutado […] si el perro hubiera querido morderme con la cola, y no con los dientes » (Semanario de Cartagena, 23 février 1787, p. 64).

48 « ¿cómo quería Vmd. que yo bebiese media azumbre, si apenas me cabe un cuartillo ? » (Correo de Valencia, 3 septembre 1798, p. 567).

49 Hamon, 1996, p. 28.

50 Jankélévitch, 1979, p. 131.

51 Uzcanga Meinecke, 2005, p. 163.

52 « oculta su verdadera opinión, afecta ingenuidad, mantiene una ambiguëdad o distanciamiento parentemente neutrales con el texto que publica, o cuando alaba o concede la razón a personajes que n el fondo quiere ridiculizar » (ibid.).

53 « El proyecto que contiene la carta siguiente ha merecido los más altos elogios de mi fiscal por lo tocante a modas. A mí también me ha parecido grandemente. Y habiendo tomado los informes necesarios de las circunstancias de los sujetos, de quienes el autor dice que pretende valerse, los he hallado muy capaces de suministrarle cuantos materiales pueda necesitar. Por lo cual juzgo que debo recomendar, como con toda la eficacia posible recomiendo a las damas la obra que promete. Espero no de mi mérito, sino de su natural inclinación a complacer, que no me dejarán desairado en este empeño » (El Censor, n° 56, pp. 143-144).

54 « se apropia […] de la posición del rival pero condicionándola de tal manera que no hace sino ponerla en evidencia » (Uzcanga Meinecke, 2005, p. 164).

55 « ¡Qué heroica hazaña ! […]para eso las damas tenemos licencia para todo y los hombres la obligación de sufrirnos. ¡Bello discurso ! » (La Pensadora gaditana, 22 décembre 1763, p. 167).

56 « ¡Qué bello siglo ! Siglo en que todos hemos nacido con prurito de escribir, sin más estudio que nuestro capricho, ni más instrucción que la que puede dar un peluquero, que tiene decoradas las anécdotas del Diario de Madrid » (Diario de las musas, 7 février 1791, p. 281).

57 « No hay remedio : o V. está loco, o yo he perdido el seso » (Semanario de Zaragoza, 1er août 1799, p. 72).

58 « […] ante todas cosas me es preciso decir a V. cuánto me ha enamorado su buen modo, su política, su crianza y, sobre todo, aquella gracia con la que me llama V. hombre sin reflexión, crítica ni discernimiento ; hombre que sin razón ni fundamento escribe cuánto le viene a sus menguadas mientes ; y hombre, en fin, que tiene un buen fondo de presunción, con una no pequeña dosis de ignorancia y de envidia » (ibid., p. 73).

59 « ¿hablaría con tanta gravedad como pudiera un embajador ? » (El Censor, n° 5, p. 85).

60 « jamás se ha verificado que, en menos de quince días, molestase dos veces a un mismo sujeto » (ibid., n° 7, p. 112).

61 Guinard, 1973, p. 344.

62 « de cuanto papelucho se publique, con tal que no se oponga a la fe, buenas costumbres y regalías de S.M. » (El Apologista universal, n° 1, p. 4).

63 « Por ahí nos dicen que la Academia trabajó tanto y cuanto que revolvió una infinidad de libros, que gastó miles de doblones para hacer no más que su ponderado Diccionario, y después de tanto empeño, he aquí que no tiene siquiera la mitad de los nombres que usa en su poema mi amigo Valderrábano » (ibid., n° 8, p. 140).

64 « Centeno se combate a sí mismo. Confía solo en el absurdo ; se pone a alabar los libros criticados por El Censor ; escribe una apología de los cocidos españoles, probablemente la mayor gloria de la nación ; defiende la existencia de trasgos, duendes y fantasmas, en tanto que objetos de una ciencia superior y espiritual ; tacha a Newton de soñador ; y hace un elogio del tomista Roselli (autor de un texto con el que los escolásticos pretenden remozar su enseñanza), en particular, y de los asnos, en general (este discurso evoca los aguafuertes de Goya en donde los burros hacen de maestros) » (Sánchez Blanco, 1992, p. 201).

65 « el autor ha de ser como el diestro cocinero que mezcla y varía con tal arte los manjares, distribuye de tal modo las salsas, que excita, sostiene y aumenta el apetito en tales términos que no solo no cansa el banquete, sino que más se quiere comer, cuanto más se come » (Minerva, 14 avril 1807, p. 26).

66 « siendo asimismo la variedad la que más lisonjea el paladar y gusto de los lectores » (Correo de Madrid, t. VI, « Prólogo »).

67 « su estómago intelectual no puede recibir sin náusea un manjar sólido y en gran cantidad. Así es menester ofrecerles multitud de alimentos diferentemente sazonados y colocar simétricamente diversidad de platos y frutas en la mesa de la sabiduría » (Academia de ociosos, n° 1, p. 6).

68 Lorsque les numéros des « spectateurs » sont composés d’éléments distincts – introduction, lettre de lecteur et sa réponse, vers –, ils forment malgré tout une seule entité. El Duende de Madrid constitue à ce titre une exception puisque, dans chaque numéro, introduction et article sont clairement différenciés.

69 El Catón compostelano constitue un entre-deux dans la mesure où ses numéros sont parfois composés d’une seule entité, parfois de plusieurs éléments distincts.

70 « Muy Señora mía, y venerada amiga : la pulcritud y condignidad de sus cogitaciones conglutinadas con las furibundas voces de los detractores han impelido mi pigricia para que, corriendo los opacos velos de mis timideces, me vigorice a consultarla como a délfico oráculo de nuestros pésimos tiempos » (La Pensadora gaditana, 10 mai 1764, p. 316).

71 El Argonauta Español présente la particularité de numéroter uniquement les articles et de laisser de côté les anecdotes, dialogues ou lettres. Pedo Gatell semble vouloir, par ce système, mettre en valeur les éléments sérieux qui composent le périodique, au détriment des éléments davantage destinés au divertissement.

72 « un cuerpo de lectura separado » (Memorial literario, 30 septembre 1805, p. 428).

73 Avec quelques variantes, sont concernés par cette organisation les Diarios de Madrid, de Valence, de Barcelone et de Murcie, les Semanarios de Salamanque, de Malaga et de Grenade, le Mensagero de Granada et les Correos de Murcie et de Séville.

74 Comme je l’ai indiqué en introduction, seules les rubriques « Parte literaria » et « Teatro de comedias » sont considérées dans cette étude.

75 Le tome VIII est organisé différemment, autour de six articles clairement définis : sciences exactes et techniques, sciences naturelles, éducation, anecdotes historiques, lettres, poèmes.

76 Le terme de « rasgos », uniquement utilisé par le Correo de Madrid, est sémantiquement très neutre. Il pourrait être aisément remplacé par les termes « artículo » ou « elemento ».

77 Les numéros de 1740, eux, sont structurés de la même manière que le Diario de los literatos, par articles numérotés.

78 Espíritu de los mejores diarios, « Prospecto para la ampliación de la obra », 19 avril 1788, pp. 62-63.

79 « del entusiasmo necesario absolutamente en la poesía » (Espíritu de los mejores diarios, 20 avril 1789).

80 Cette réflexion, intitulée « Examen filosófico sobre las lenguas : de las diferentes cualidades de varias lenguas, del estilo y del modo de escribir la historia », est publiée entre le 21 juillet et le 8 septembre 1788.

81 « el siglo xviii español hereda un lenguaje escolástico, barroco y dislocado entre la chabacanería y la artificiosidad » (Lapesa, 1966-1967, p. 190).

82 « Las plazas que Vms. han de conquistar, las batallas que han de vencer y los peligros que han de superar, no ha de ser con la marcialidad licenciosa, ha de ser con el recato honesto, con la discreción juiciosa, con la gracia comedida, con la compostura seria ; y en fin, ha de ser con hacerse respetar por honradas, temer por discretas, venerar por recogidas, y desear por virtuosas » (La Pensadora gaditana, 21 juillet 1763, pp. 12-13).

83 « […] se ha puesto cuidado en que se trate hoy de una ciencia, y mañana de otra ; en este se hable de fábricas ; en aquel de un suceso entretenido o curioso ; cuando de las obras que se imprimen en el Reino o fuera de él ; cuando de la actual población y estado de una ciudad ; aquí se dé la noticia de las embarcaciones que entran y salen en el primer puerto de nuestra península ; allí se describa una preciosa alhaja que está de venta » (Diario de Madrid, « Prólogo », juillet 1786, p. 5).

84 « la enemiga de la paz, la turbadora del sosiego público, la que roba el nombre a los ciudadanos, la que confunde la inocencia con el delito, la que subleva en fin los súbditos contra sus legítimos soberanos », « los niños inocentes, los jóvenes moderados, los viejos virtuosos, los muertos mismos », « un hablador, un ingrato, un ambicioso, un truhán, un hipócrita, un ocioso » (El Censor, n° 8, p. 115 et p. 117).

85 « Aborrecibles furias del Averno, / Ministras execrables de la saña / del atezado Rey del lago Estigio, / Fieras ejecutoras de su rabia, / ¿Hasta cuándo, crueles, hasta cuándo / Serán de vuestras iras inhumanas/ Los míseros mortales desperdicio, / Inocente trofeo de venganza ? » (Correo de Murcia, 12 novembre 1793, p. 162).

86 « el generoso Príncipe Sagrado, el Héroe de virtud acreditada, el modelo de Obispos, el espejo de la nobleza y caridad cristiana » (ibid., pp. 163-164).

87 « desventura », « negro horror », « tragedia […] tan cruel » (ibid., pp. 164-165).

88 « Un Varón justo, religioso y santo, / Un modelo ejemplar de buena vida, / Un todo de piedades, que ya es nada » (ibid., 16 novembre 1793, p. 172).

89 « en que una frase hinchada, llena de rimbombos y palabrones, adornada de figuras y metáforas atrevidas y descabelladas, aturde la razón y la imaginación del que lee » (Jovellanos, Tratado teó-rico-práctico de enseñanza, Biblioteca de Autores Españoles, 1801, xlvi, p. 247a. Cité par Lorenzo Álvarez, 2002, p. 75).

90 « el firmamento », « el orbe », « el acaso », « Tú, triste Jericó », « o tú Sion » (Minerva, 3 décembre 1805, pp. 174-176).

91 « ¿de dónde se origina que ese rico mayorazgo ame a una joven que le obliga a varias acciones indignas de su carácter, sino del ocio ? », « ¿Un comerciante perezoso no aniquila del todo sus caudales, siendo la pérdida de sus intereses el premio de su inacción ? » (El Curioso entretenido, n° 7, p. 354 et p. 356).

92 « ¿Cuándo se vieron entre ellos las discordias ? ¿Cuándo las emulaciones ? ¿Cuándo el deseo de sobresalir y de ser preferidos a los demás, despreciando con orgullo y soberbia a los humildes y abatidos, que no simbolizaban con su clase ? » (El Duende de Madrid, n° 5, p. 127).

93 « Por lo que toca al modo con que se da noticia de la mencionada obra, no puede ser más superficial, pues ni aun se refieren los nombres de los Santos que contiene cada tomo, ni se hace memoria de los diversos tratados y disertaciones, que comprende cada tomo, con la debida distinción y claridad : diligencia que la tenemos por muy esencial, para el conocimiento, uso y manejo de tan abultados cuerpos, que fue el único fin que tuvo nuestro crítica, para publicar este extracto, que por lo breve desempeña muy bien el título de Lista, que le puso su autor » (Diario de los literatos, n° 2, pp. 218-219).

94 Caxón de sastre, n° 1, p. 33 (« primer galán », « primera dama ») ; n° 5, pp. 175-176 ; n° 18, pp. 98-99.

95 « médicos políticos » (El Novelero de los estrados, « Sobre prólogo »).

96 « en los brazos de su madre una tierna planta que Dios confía a su cuidado » (El Duende de Madrid, n° 4, p. 93).

97 « la lucha contra el estilo barroco, sus retruécanos, sus alardes cultistas y los dislocados hipérbatos, que más oscurecen que poetizan la materia tratada, se basa en la defensa que de la simplicidad del lenguaje hacen Luzán, Feijoo y el padre Isla » (Lorenzo Álvarez, 2002, p. 80).

98 « una nueva economía del lenguaje, sobria, funcional en que la palabra ha de ser inequívoca, y privilegiada la cadena existente de relaciones que acerca el lenguaje de la filosofía, de las ciencias, de las letras incluso al preciso lenguaje matemático » (Lopez, « Aspectos específicos de la Ilustración española », ii Simposio sobre el Padre Feijoo y su siglo, Oviedo, Cátedra Feijoo, vol. 1, p. 33. Cité par Lacadena Calero, 1985, pp. 65-66).

99 « denos Vm. buenas exclamaciones, buenos interrogantes que se lleven las esquinas, buenos trozos de erudición que nos puedan servir para lucirlo después en las conversaciones y, cuando quiera divertirnos, buenos equívocos que nos hagan reír a carcajada suelta » (El Censor, n° 48, pp. 25-26). Sauf erreur de ma part, « llevarse las esquinas » ne correspond pas à une expression consacrée.

100 « Él habla con todos en términos y frases sencillas, para que le entiendan. Huye del estilo afectado, florido y cadencioso. No va a caza de voces altisonantes, ni gusta de tropos ni figuras » (El Duende especulativo, 4 juillet 1761, p. 116).

101 « una observación bien hecha, un solo cálculo tienen incomparablemente mayor fuerza que todo un tomo de declamaciones llenas de elocuencia y gracia » (La Espigadera, n° 2, p. 43).

102 « El lujo fomenta el celibatismo, porque es un impedimento a la celebración del matrimonio, con el que tiene en su modo declarada viva guerra ; luego siendo este el único medio lícito de la propagación, sale legítimamente la consecuencia que el lujo es el que aumenta los celibatos en el Reino, y no solamente no trae utilidad al Estado, como sienta la conclusión, sino es que debe exterminarse del todo, para que la felicidad en el aumento de la población se consiga » (Memorial literario, avril 1789, n° 2, pp. 624-625).

103 « habría de quitar de enmedio las vergonzosas pasiones que subsisten e impiden que se conozcan los grandes talentos ; habría, en fin, de poner barreras insuperables, para que los hombres no pudiesen abusar de las pasiones, ¡Glorioso día, y gloriosos los autores, que obrasen tan feliz revolución ! » (Discursos literarios, n° 2, pp. 28-29).

104 « ¡O bienaventurado siglo de oro para las mujeres ! ¡Dónde va aquel tiempo en que gozábais de la veneración de los Gaulas, que creían encerrábais en vosotras algo de divino y que os admitían a sus Consejos para deliberar juntos sobre negocios de Estado ! » (El Catón compostelano, « Discurso preliminar », p. 12).

105 « Aquí se necesitan Vistas perspicaces, aun con más ojos que Argos, porque Mercurio, que influye en las Ciencias, no venza su vigilancia con sus artificios ; aquí se necesitan Fiscales, que acusen los fraudes que se cometen, sin que los Zoilos puedan aspirar a este empleo, porque se busca la censura justa, no la maligna ; aquí se necesita Juez, que determine y condene, ministerio que le compete a Apolo, por ser su patrimonio las ciencias ; aquí se necesita un Resguardo formal para impedir las introducciones fraudulentas, y visitar los géneros donde quiera que existan ; […] aquí se necesita Alcaide, que custodie, y no permita se extraigan las Obras, que no han podido reconocerse, y han quedado en depósito : este debe estar adornado de toda la severidad, y circunspección de un Catón » (Aduana crítica, « Discurso preliminar », pp. 38-39).

106 « procuraremos que no bajen las moscas, como temía Achiles del cuerpo difunto de Menecio, a comerse el Diario, que muchos creen ya difunto, no habiéndole visto en espacio de un año ; pues como Thetis ofreció a Achiles conservarle incorrupto, ofrecemos también nosotros lo mismo, mientras no nos falten las fuerzas y el sufragio de los verdaderos sabios » (Diario de los literatos, n° 6, « Prólogo », pp. xvliii-xliv).

107 « Certifico que [...] se ha concedido licencia a Don Miguel de la Barrera, vecino de esta Corte, para que por una vez pueda imprimir y vender los cuatro primeros números de la obra intitulada : Aduana Crítica, y Hebdomadario de los Sabios de España, en continuación de el Diario de los Literatos de ella » (Aduana crítica, licence d’impression).

108 « Tiene Vm. sin duda un estilo claro, natural, sencillo ; más sin embargo, se le conoce que hace vanidad de un cierto modito socarrón de decir las cosas, que parece que no las dice » (El Censor, n° 48, p. 24).

109 « palabras hinchadas, cláusulas pomposas, frases inauditas », « al sencillo y familiar estilo » (La Pensadora gaditana, 21 juillet 1763, p. 10).

110 Guinard, 1973, p. 198.

111 « desengañémonos de este infame y peligroso abuso, y formemos una vez discursos sólidos sobre el verdadero fondo de nuestras utilidades : no demos lugar a que la miseria vergonzosa y el desprecio cruel de los amigos sean nuestros maestros para saber discurrir (aunque tarde) en lo perteneciente a nuestro propio estado y conveniencia : que en este lastimoso caso el conocimiento de lo ya delinquido será el más impío verdugo de nuestros yerros » (La Pensadora gaditana, 15 septembre 1763, pp. 66-67).

112 « decir que Don Benito no había de tener sus Pascuas y Carnaval, regalarse y dormir a pierna suelta, darse un buen hartazgo de chorizos, pies de puerco, pabos, hojaldres, y otras niñerías de esta clase que contribuyen a formar una indigestión, y tener disculpa para no ayunar en toda la Cuaresma, eso era cosa de hablar de las Indias » (El Duende de Madrid, n° 4, p. 77).

113 « No hay libro moral, político, serio o jocoso, donde no se nos dé una clara idea de lo que es el Mundo moral ; ya pintado como selva llena de fieras en la envidia ; ya como Lupanar impuro, y abominable en la lascivia ; ya como mazmorra donde esfuerza su crueldad la soberbia ; ya como jaula llena de locos furiosos con la ira » (Caxón de sastre, n° 1, pp. 13-14).

114 « ¿Por ventura todos no venimos de un mismo tronco ? ¿No descendemos de Adán y, por consiguiente, somos hermanos ? Luego ¿por qué motivo, engreídos de superiores, les han de dar mal tratamiento ? » (El Curioso entretenido, n° 3, p. 148).

115 « Como considera que los gustos están algo estragados se servirá del estilo ridículo, con cuya mira encajará en el principio de cada papel aquel proverbio ridiculum acri dulcius. En efecto está persuadido de que las verdades a secas y sin llover no se reciben con tanto agrado como cuando llevan un poco de sal y pimienta. No piense Vmd que por eso se obliga a tratar todos los puntos de una misma manera. Y así si la materia exige seriedad, serio será el discurso » (El Argonauta español, « Señor público »).

116 « Señor Presidente : cumpliendo el mandato que se ha servido imponerme, he formado el presente bosquejo del estado actual de nuestros teatros » (El Regañón, 15 juin 1803, p. 38).

117 « quiero escribir, plazca o no plazca, y meterme de hoz y de coz en su periódico, a ser corresponsal. Vmd podrá no querer publicar mis papeles, pero yo querré escribir otros » (Correo de Madrid, 10 novembre 1790, p. 37).

118 « Apuesto cualquier cosa a que ha dicho Vmd al leer tan raro principio de carta, aquí está Don Policarpo N. » (ibid., 22 décembre 1790, p. 85).

119 « Carta de poquísima substancia, pero de sobrado fundamento » (ibid., 10 mai 1788, pp. 920-922).

120 « Carta de más provecho que retórica » (ibid., 21 juin 1788, pp. 1016-1018).

121 « Latigazo del postillón a un perro ladrador. Carta de Don Lucas Alemán a Don Etcétera Gavilán, en respuesta a la que sin principio, fin, firma ni nombre, zurce, teje y empalma (sin venir al caso) » (ibid., 9 août 1788, pp. 1127-1130).

122 « desde que escribo lo que ignoro, conozco que ignoro cuanto escribo ; pero ignorando y escribiendo, recreo el ánimo, canso la prensa, muelo a Vm. la paciencia y hago lo que otros muchos preciados de literatos » (ibid., 24 octobre 1787, « Carta sin asunto », p. 496).

123 C’est là, on l’a vu à la page160, le pseudonyme auquel José Luis Munárriz a recours pour signer la plupart de ses contributions dans la presse.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/12882/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 25k

© Casa de Velázquez, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search