Version classiqueVersion mobile

Presse et culture dans l’Espagne des Lumières

 | 
Maud Le Guellec

Deuxième partie. Énonciation : une réalité discursive inédite

Chapitre vii. Fictionnalisation et mise en scène

Texte intégral

  • 1 « registro personalista » (Urzainqui, 1995a, p. 194).

1Selon le système de signature qu’elles adoptent, les instances discursives de la presse culturelle se livrent aux regards des lecteurs anonymement ou en toute transparence, sur un mode humoristique ou avec le plus grand sérieux. Mais qu’ils donnent à connaître leur identité ou qu’ils se cachent derrière d’énigmatiques initiales, publicistes et contributeurs prennent la parole au sein des journaux du xviiie siècle, et cette prise de parole peut donner lieu à la mise en avant d’une figure narrative, au surgissement d’un « registre personnaliste »1, selon les termes d’Inmaculada Urzainqui, dont les travaux s’avèrent essentiels sur ce sujet. C’est cette facette discursive que je vais à présent tenter d’analyser, en distinguant à nouveau le cas des publicistes en charge du périodique de celui de leurs contributeurs.

Se mettre en scène. Les journalistes et leur image

  • 2 Cayuela, 1996, p. 162.

2En ce qui concerne les publicistes, cette fictionnalisation de la voix narrative ne se manifeste pas dans n’importe lequel des journaux du corpus de cette étude mais seulement dans les « spectateurs », ces journaux critiques qui adoptent les caractéristiques formelles et thématiques de The Spectator d’Addison et Steele. C’est dans ceux-ci que, dès le prologue, une silhouette aux contours plus ou moins définis se dresse devant les lecteurs. Une silhouette qui n’est évidemment pas celle du journaliste lui-même – dont les caractéristiques personnelles, physiques ou morales, importent peu – mais celle de « la persona qu’il adopte pour parler dans son œuvre »2. Il s’agit donc de déterminer comment se met en place cette personnalisation et quelles sont les caractéristiques principales de la figure narrative ainsi dessinée.

Un nom, une posture

  • 3 El Duende especulativo, n° 1, pp. 12-13.
  • 4 Quelques fonctions supplémentaires apparaissent en cours de publication, et certaines dénominations (...)
  • 5 « el tribunal catoniano hasta el presente es y ha sido puramente imaginario, y […] el Regañón solo (...)
  • 6 « simplón ignorante » (El Duende de Madrid, n° 1, p. 9), « muy medroso » (ibid., n° 1, p. 23).

3La création de cette persona est tout d’abord celle d’un nom. C’est d’ailleurs entre autres par leur titre éponyme que les « spectateurs » se distinguent souvent des autres périodiques. En effet, la figure narrative qui s’exprime au sein des pages du périodique en se présentant comme l’auteur de celui-ci reçoit, dans ces publications, une dénomination qui lui est propre et qui apparaît dès la page de couverture, pour être ensuite utilisée comme signature ou comme formule à travers laquelle les contributeurs s’adressent au journaliste. L’un sera « El Curioso entretenido » – qui pourrait peut-être être traduit par « Le Curieux affairé » –, l’autre « El Escritor sin título » – « L’Écrivain sans titre ». Au « Pensador » répondra « El Amigo y Corresponsal del Pensador ». Notons cependant que, parfois, à la figure unique que laisse deviner le titre se substituent plusieurs figures. C’est le cas dans El Duende especulativo, dont le premier numéro établit que chaque membre de la tertulia fictive à l’origine du périodique s’intéressera à un pan de la culture : deduceo au théâtre, Listelo aux paseos, aux visitas et aux nouvelles de la Puerta del Sol, Philoteo aux affaires familiales, Don Isidoro Nadal à l’histoire. Les questions de la mode, de tout ce qui a trait à l’étranger et des saltimbanques reviendront au « duende » – « esprit »3. Pourtant, aucun de ces noms ne réapparaît ensuite au sein des numéros, la pluralité discursive n’étant ainsi qu’esquissée. Dans El Regañón general, au contraire, les interventions de la voix narrative sont véritablement signées différemment, selon le thème traité : « El presidente » assume la responsabilité de la publication, « El secretario del tribunal » a pour fonction de s’occuper des lettres de lecteurs, « El fiscal » – « Le procureur » – est responsable de tout ce qui touche à la littérature, au sens du xviiie siècle, « El asesor primero » – « Le premier conseiller » – et « El asesor segundo » sont respectivement chargés des mœurs et du théâtre4. Malgré tout, la ficticité de cette division ne fait là encore aucun doute, puisque, comme El Regañón lui-même le déclare : « le tribunal catonien présenté jusqu’à maintenant est et a été purement imaginaire, et […] le Regañón – le Râleur – à lui seul a incarné les différents personnages qui s’y sont exprimés, comme le président, le conseiller, le procureur et les autres »5. Dans El Duende de Madrid, enfin, ce sont seulement deux personnages différents qui s’expriment : le narrateur, Don Benito, qui prend la parole dès les premières pages du prologue et le « duende » – « l’esprit » – à proprement dit, membre d’une « Junta de Duendes » – « Assemblée de Lutins » – qui décide de confier à Don Benito la transcription des comptes rendus de leurs réunions. Selon les passages, ce sont donc des traits distinctifs de l’un ou l’autre de ces deux personnages qui sont indiqués aux lecteurs mais c’est la figure du « duende » qui s’assimile davantage à celle des narrateurs de la plupart des autres « spectateurs », Don Benito étant pour sa part présenté comme un « ignorant simplet », « très craintif »6.

  • 7 Bony, 1961, pp. 345-346.
  • 8 « querido silencio » (El Pensador, n° 1, p. 13).
  • 9 « sentado como en una cámara oscura en medio del público, sin ser conocido ni observado de nadie » (...)

4Pour en revenir aux cas où la figure narrative créée est unique et annoncée dès le titre de l’ouvrage, il convient d’insister sur ce qui donne toute son importance à cette onomastique, à savoir la posture face au monde dont chaque dénomination témoigne. Ce n’est pas pour rien que les chercheurs ont pris l’habitude de désigner cette catégorie spécifique de publications culturelles par le terme de « spectateur », en hommage au périodique d’Addison et Steele. La voix narrative du journal londonien est caractérisée, avant tout, par son goût du silence qui, comme le souligne Alain Bony, « lui permet de ne jamais être impliqué dans les conversations, de ne jamais faire partie des groupes qu’il rencontre, dans la rue, dans les cafés, comme dans les salons »7. Une certaine distance vis-à-vis du monde : c’est cette posture que les « spectateurs » espagnols cherchent à adopter à leur tour. Dans cette perspective, beaucoup insistent sur leur aptitude à passer inaperçus. El Pensador déclare ne jamais trahir son « cher silence »8, El Duende especulativo s’enorgueillit de pouvoir être « assis au milieu du public comme dans une chambre noire, sans être reconnu ni observé par personne »9. Au-delà du mutisme ou de l’invisibilité, c’est en fait l’anonymat dans lequel évoluent les narrateurs qui est garant du fait que personne ne les remarque.

  • 10 « Señor Doctor del Gremio y Claustro […], por mis pecados conozco al autor del Observador y sé que, (...)
  • 11 « hablar recio, reírse, enfadarse, contradecir y aun hacer callar a los que le enfadan, sin que nad (...)
  • 12 « revestido de una insensibilidad estoica » (ibid., 9 juin 1761, p. 19) ; « nadie le debe creer esc (...)
  • 13 « grandes empleos » (El Pensador, n° 1, p. 17).
  • 14 « aborreciendo todo espíritu de partido » (El Amigo y Corresponsal del Pensador, n° 1, p. 5).

5Grâce à cet anonymat – mise en abîme de celui dont jouissent un grand nombre des journalistes de la presse culturelle –, ils peuvent observer les gens et discuter avec eux, sans que ceux-ci ne réfrènent leurs vices, puisqu’ils n’ont pas conscience d’être examinés. Ils peuvent également participer à des discussions sur leur propre journal et apprécier à leur juste valeur les critiques comme les éloges. El Observador assiste ainsi à une dispute entre deux hommes, sur la qualité et la légitimité des réflexions d’El Censor et d’El Observador. Pris à parti et contraint de participer à la discussion, il déclare : « Monsieur le Docteur de la Corporation et du Conseil […], à mon corps défendant je connais l’auteur de l’Observador et je sais que, même si ce n’est pas un esprit de tout premier ordre, il n’est pas non plus digne du mépris avec lequel vous le traitez… »10. Quant au Duende especulativo, on le voit se réjouir de pouvoir « parler fort, rire, se fâcher, contredire et même faire taire ceux qui l’importunent, sans que ceux-ci ne sachent ni ne suspectent qu’ils parlent au Duende » et se moquer de ces gens qui « clament me connaître, et […] qui, lorsqu’ils en viennent à me parler, me demandent comment je m’appelle »11. Par ailleurs, cette attitude distancée rend possible leur impartialité face aux agissements de leurs contemporains. El Duende especulativo, que l’on vient de citer, se dépeint ainsi « armé d’une insensibilité stoïque » face à ce que l’on peut dire de lui, affirmant haut et fort que lorsqu’il s’agit de juger le comportement du sexe féminin, « personne ne doit le croire esclave de ses caprices ou de ses penchants »12. El Pensador, lui, déclare n’être en rien attiré par les « hauts postes »13. Et El Amigo y Corresponsal del Pensador s’inscrit dans la même démarche, « ayant en horreur tout esprit de parti »14. À travers ces déclarations, tous insistent donc sur le fait qu’ils ne font preuve d’aucun parti-pris dans les jugements qu’ils portent sur les différents groupes sociaux observés.

  • 15 « El editor de este papel, que todo lo anda y todo lo corre, como un duende, sin ser de nadie conoc (...)

6Chacun des « spectateurs » espagnols adopte ainsi, dans la lignée de leur modèle anglais, une posture neutre et distante. Ce n’est qu’occasionnellement que cette même attitude peut caractériser les voix narratives de périodiques qui appartiennent à la catégorie des journaux de vulgarisation. Ainsi, le narrateur du Diario pinciano évoque à plusieurs reprises la figure d’un « duende » qui assiste aux tertulias pour observer les mœurs des Espagnols et lui rendre compte, ensuite, de ses observations. Plus ponctuellement, c’est à cette même figure que fait allusion le Semanario de Salamanca à travers la comparaison suivante : « L’éditeur de ce papier, qui arpente tous les coins et les recoins, comme un esprit, sans être reconnu par personne »15.

Un personnage

  • 16 El Regañón, 4 avril et 11 août 1804.

7Néanmoins, la voix narrative de tout véritable « spectateur » ne fait pas seulement montre d’un nom et d’une posture. Il faut, de surcroît, que cette persona censée représenter le publiciste au fil des pages existe, prenne corps. C’est pourquoi certains journaux culturels, dont le titre pourrait pourtant s’apparenter à celui de The Spectator, ne peuvent être classés dans cette catégorie. C’est le cas d’El Hablador juicioso, d’El Argonauta español, de La Espigadera, d’El Catón compostelano ou de Minerva o el Revisor general. Il en est de même pour El Regañón general, que l’on évoquait plus haut, et dont la personnalisation de la voix narrative reste très formelle : seul « El pretendiente » indique véritablement ses traits de caractère, et c’est en tant que contributeur qu’il le fait, non en tant que représentant de la voix d’El Regañón16. Certes, il n’est pas exclu que, dans ces différents périodiques, une spécificité de caractère du personnage du narrateur soit soulignée ici ou là, mais ce recours stylistique reste alors très marginal et ne constitue nullement un trait définitionnel du genre périodique auquel ces publications appartiennent. La dénomination annoncée par le titre n’est alors qu’une simple formule de présentation, qui ne donne pas lieu à une véritable incarnation de la figure narrative.

  • 17 Par souci de clarté, en voici à nouveau la liste : El Duende especulativo, El Pensador, El Escritor (...)
  • 18 « Yo soy pequeño y grueso, de modo que parezco un Sancho Panza. Tengo medianos colores y mis cierto (...)
  • 19 « nariz larga, ojos chicos y vivos, maltratado el semblante de las viruelas, rizos flotantes, carga (...)
  • 20 « semblante de senador » (El Curioso entretenido, n° 1, p. 11).

8Ce préalable étant posé, intéressons-nous à cet être de papier que les onze « spectateurs »17 prennent soin de créer. Sa silhouette peut tout d’abord être caractérisée par quelques traits physiques. En réponse à une lettre de « Santiago Curioso » qui pense l’avoir croisé dans la rue, El Pensador décrit son apparence en ces termes : « Je suis petit et gros, au point de ressembler à Sancho Panza. J’ai la peau en demi-teinte et un certain air de petit-maître. L’aspect de penseur ne transparaît pas sur mon visage, qui semble plus festif que sérieux »18. Dans El Corresponsal del Censor, le narrateur croise un homme qui lui demande s’il est bien le contributeur d’El Censor, reconnaissant en lui le visage et la stature qu’on lui a indiqués : « un nez épais, des yeux petits et vifs, le visage marqué par la vérole, de longues boucles, le dos voûté, de taille moyenne, un aspect mélancolique, et dans la démarche un air de véritable garçon de courses »19. El Curioso entretenido, lui, dit avoir un « visage de sénateur »20. Au fil des numéros, on trouve donc quelques détails sur les caractéristiques physiques de la figure narrative. Néanmoins, cette dimension est nettement reléguée au second plan et, lorsqu’elle est évoquée, c’est souvent de manière détournée : par le biais de l’humour et du grotesque, et souvent en réponse aux hypothèses faites par les contributeurs.

  • 21 « Algo más que mi semblante me parece digno de la curiosidad del público mi carácter, que no deja d (...)
  • 22 « concursos y corrillos públicos » (El Duende especulativo, 9 juin 1761, p. 18), « bailes y funcion (...)
  • 23 « las funciones, salas y retretes más ocultos » (El Curioso entretenido, n° 1, p. 12).
  • 24 El Corresponsal del Censor, n° 1, p. 1.
  • 25 El Duende de Madrid, n° 1, pp. 17-18.
  • 26 « toda suerte de autores, así antiguos como modernos » (El Censor, n° 1, p. 27).
  • 27 « Yo soy un hombre que hago justicia y que pospongo mi utilidad, interés y amor propio a la razón, (...)
  • 28 « La menor cosilla […] excita mi imaginación », « a cada instante con el cerebro lleno de ideas, qu (...)

9L’autoportrait fictif des narrateurs des journaux est donc avant tout un autoportrait moral, comme le souligne El Censor lui-même : « Plus que mon visage, c’est ma personnalité, qui ne manque pas d’être assez étonnante, qui me semble digne de la curiosité du public »21. Certains traits de caractère sont d’ailleurs communs aux onze personnages, dans la mesure où ils sont liés à la posture qu’ils adoptent pour observer, décrire et critiquer les mœurs de la société du siècle des Lumières. La curiosité, par exemple, qui pousse les narrateurs à parcourir le plus grand nombre possible de lieux afin de scruter leurs contemporains. El Duende especulativo en fait la liste dès le premier numéro du périodique : églises, paseos, visitas et saraos, théâtres, « assemblées et cercles publics », « bals et représentations en tribune »22. El Curioso entretenido, dont le nom met ouvertement en valeur ce trait de caractère, cite à son tour « les représentations, les salles et les recoins les plus secrets »23 tandis qu’El Corresponsal del Censor évoque les « cafés, Prado y Puerta del Sol »24 et qu’El Duende de Madrid cite, parmi les lieux que la « Junta » compte parcourir, « los santos templos » ou encore « las romerías »25. Les compétences intellectuelles et le savoir de ces figures narratives sont également souvent mis en avant. El Censor dit avoir étudié les mathématiques et autres sciences, avoir lu « toute sorte d’auteurs, anciens comme modernes »26, avoir appris plusieurs langues et pris connaissance de l’histoire de tous les pays. El Amigo y Corresponsal del Pensador insiste, pour sa part, sur sa rationalité et déclare : « Je suis un homme qui rend justice et je fais passer mon utilité, mon intérêt et mon amour-propre après la raison, lorsque je sais la reconnaître »27. Curiosité et savoir, enfin, font que les figures narratives se caractérisent par un bouillonnement intellectuel permanent. « Le moindre détail […] excite mon imagination », dit El Pensador, qui se retrouve ainsi « à chaque instant le cerveau bouillonnant d’idées, qui parfois me réjouissent, d’autres fois m’attristent et qui maintiennent toujours mes pensées en mouvement »28. Quant au Censor, c’est à toute heure du jour et en tout lieu qu’il met en branle ses dons d’observateur et d’analyste de la société, comme il le souligne humoristiquement pour justifier le nom qu’il s’est donné :

  • 29 « […] censuro […] en casa, en la calle, en el paseo ; censuro en la mesa y en la cama ; censuro en (...)

[…] je censure […] chez moi, dans la rue, pendant que je me promène ; je censure à table et dans mon lit ; je censure en ville et à la campagne ; je censure éveillé, je censure endormi ; je censure tout le monde, je me censure moi-même, et je censure même mon esprit censeur, qui me semble bien plus censurable que les plus importants défauts que je remarque chez les autres29.

  • 30 « rabiar, llorar y gemir » (El Pensador, n° 1, p. 1) ; « me entristezco, sudo, pateo, me muerdo los (...)
  • 31 « me enternece sobre manera », « mi contento llega a lo sumo », « no quepo dentro de mí mismo » (El (...)
  • 32 « Escucho naufragios sin arriesgar mi hacienda ; miro pérdidas con resguardo de mis intereses ; div (...)
  • 33 « muy arrugada de frente y muy a la filósofa » (ibid., 8 mars 1764, p. 244).
  • 34 « de genio bastantemente burlón y satírico » (El Corresponsal del Censor, n° 33, pp. 531-532).
  • 35 « Ya las bellas letras […] están manando a borbotones, y nos han de dar un baño » (El Escritor sin (...)
  • 36 « todo cuanto pienso me parece excelente, me miro como el primero de los hombres, deploro la suerte (...)
  • 37 « le alaben, divulguen y respeten por hombre hábil y capaz para alguna cosa » (El Duende especulati (...)
  • 38 « El proyecto de esta obra es demasiado extenso, y acaso superior a mis fuerzas » (El Observador, n (...)
  • 39 « harto inferior » (El Corresponsal del Censor, n° 1, p. 16).
  • 40 « no sé hablar francés ni copio de nadie ; y para desvirar, coser, y poner en forma un discurso, ne (...)

10Certains traits de caractère sont en revanche spécifiques à l’une ou l’autre des figures narratives. El Pensador et El Censor font ainsi montre d’une sensibilité à fleur de peau. Du premier, on sait que le spectacle d’un vice quelconque le fait « rager, pleurer et geindre », que lorsqu’il est contraint d’écouter des gens médire, il ne peut le tolérer : « je m’attriste, je transpire, je trépigne, je me mords les lèvres »30. Du second, on apprend quelle est sa réaction face à un acte vertueux : « cela m’attendrit excessivement », « je me réjouis au plus au point », « j’explose de joie »31. La Pensadora gaditana, au contraire, se décrit comme quelqu’un d’insensible – de cynique, même –, qui garde ses distances face aux événements qu’elle observe. Elle affirme ainsi : « J’écoute des naufrages sans mettre en péril mes biens ; je regarde des pertes en gardant mes intérêts à l’abri ; je vois des leçons être infligées sans ressentir de douleur ; j’entends les hommes sans faire cas de leurs problèmes ; je leur réponds peut-être sans les croire »32. D’autre part, alors que cette dernière se montre d’un grand sérieux, « le front bien plissé, sévère comme un philosophe »33, d’autres insistent sur leur spontanéité ou leur sens de l’humour. El Corresponsal del Censor se décrit comme étant « d’un esprit assez moqueur et satirique »34. Dans El Escritor sin título, c’est la façon de s’exprimer du narrateur qui souligne son manque de sérieux. Ainsi, lorsqu’il retrace, dans le premier numéro, ses réflexions sur le titre à donner à son périodique, on peut relever nombre d’expressions imagées d’une saveur humoristique indéniable : « Les belles lettres […] jaillissent déjà à gros bouillons, et nous allons y plonger », « nous sommes un fléau d’écrivains et nous allons fléauiser l’Espagne, comme les mouches l’Égypte », « il a pour objectif de sonder les fistules, qui ont cancérisé nos mœurs »35. On peut également remarquer qu’El Pensador témoigne, lorsqu’il est en pleine réflexion, d’une pleine confiance en ses aptitudes : « tout ce que je pense me semble excellent, je me considère le premier des hommes, je plains les autres de ne pas m’avoir pour guide, et mon étourdissement m’entraîne même à croire que je pourrais contribuer à leur bonheur »36. El Duende especulativo décrit pour sa part la satisfaction qu’il éprouve à chaque fois qu’on « le loue, qu’on le présente et qu’on le respecte comme un homme habile et doué dans tous les domaines »37. Loin de cette attitude, El Observador se montre d’une grande modestie, affirmant dès le premier numéro : « Le projet de cet ouvrage est trop vaste, et peut-être supérieur à mes forces »38. De même, El Corresponsal del Censor affirme que son talent est « largement inférieur » à celui d’El Censor39. Et dans El Escritor sin título, c’est même l’image de quelqu’un de naïf et d’un peu ignorant qui est présentée avec ironie. On voit ainsi le narrateur, au numéro 2, dialoguer avec un ecclésiastique qui s’indigne de son manque de connaissances. D’ailleurs, dès le prologue, c’est avec humour qu’El Escritor insiste sur cet aspect de sa personnalité, puisqu’on peut y lire : « je ne sais pas parler français et je ne recopie personne ; et pour défaire, coudre et mettre en forme un discours, j’ai besoin d’au moins quinze jours. Mais si cela vous semble un motif suffisant pour ne pas m’appeler périodique, je me contenterai qu’on m’appelle demi-périodique, et même demi-clausule »40.

  • 41 El Apologista universal, n° 8, p. 137.

11Au détour d’un numéro, des traits de caractère spécifiques à chaque publiciste sont donc évoqués. Mais si les tempéraments de chacun diffèrent quelque peu, tous les narrateurs des « spectateurs » évoqués jusqu’ici se présentent comme de fins observateurs, soucieux de rendre compte des agissements de leurs contemporains. En revanche, des onze « spectateurs » cités, l’un prend quelque peu le contre-pied des autres. El Apologista universal, en effet, a un objectif différent des autres périodiques, puisqu’il s’agit pour lui non pas d’observer les mœurs des Espagnols mais de prendre la défense – ou plutôt, de prétendre prendre la défense – de tous les auteurs soumis à la critique. Et, sa finalité étant différente, son insertion dans la société l’est tout autant : contrairement aux autres figures narratives, qui jouissent de l’anonymat bénéfique à l’observation, El Apologista insiste sur le fait qu’on le reconnaît et qu’on s’adresse à lui en sachant qui il est, en l’appelant « Señor Chinchilla »41. Si cela ne l’empêche pas de donner quelques indications sur son apparence ou sa personnalité, ses traits de caractère restent moins définis.

De l’utilité de la personnalisation

12En dehors d’El Apologista, les personnages dessinés par touches successives correspondent donc tous à un même modèle moral. Reste à s’interroger sur la raison pour laquelle chacune de ces onze publications adopte cette technique d’écriture qui consiste à mettre en scène la voix narrative qui prend en charge le discours.

  • 42 « una firmeza de alma poco común y un fondo de patriotismo inagotable para atreverse a decir a la p (...)
  • 43 « la corrección de abusos » (La Pensadora gaditana, 10 novembre 1763, p. 119).
  • 44 « contra los malos, para que haciendo patentes sus yerros y conociendo lo amable de la virtud y abo (...)
  • 45 « esgrimir su pluma contra toda casta de defectos » (El Corresponsal del Censor, n° 1, p. 2) ; « no (...)
  • 46 « Mi modo de pensar es tan extravagante, que en viendo que muchos hombres adoptan una opinión, comi (...)
  • 47 « aulas » (El Duende especulativo, 20 juillet 1761, p. 187).
  • 48 « en estas escuelas aprendo más en un día, que pudiera en una universidad en diez años » (El Pensad (...)

13Une première fonction de cette personnalisation consiste à souligner la mission de critique sociale et morale que le narrateur s’est assignée. Ce que la plupart des autoportraits mettent en avant, c’est une image d’observateur, penseur et censeur du genre humain. Une image de journaliste des mœurs, pourrait-on dire. Les narrateurs se doivent donc d’insister sur leur volonté de mener à bien cette tâche, qui nécessite d’avoir « une fermeté d’âme hors du commun et un fond de patriotisme inépuisable pour oser dire à sa propre nation, tout en vivant en son sein, des vérités amères, qu’aucun de ses écrivains ne s’est risqué jusqu’ici à lui faire voir »42. Pour ce faire, ils insistent souvent sur leur détermination à poursuivre « la correction d’abus »43, à déclamer « contre les personnes mauvaises, pour qu’en rendant manifestes leurs erreurs et en donnant à voir combien la vertu est aimable et le vice détestable, elles délaissent les traces retorses de l’oisiveté et de la vanité dans lesquelles elles baignent de façon déplorable »44. El Corresponsal del Censor va même jusqu’à reprocher au Censor d’être trop indulgent, de ne pas suffisamment « brandir sa plume contre toutes sortes de défauts » et se montre, pour sa part, décidé à « ne pas se contenter de censurer ce qui s’offre à la vue, mais aussi […] ce qui se pratique à huis clos et dans le noir, ce qui offre encore plus de matière »45. Quant à El Observador, il souligne sa capacité à prendre du recul par rapport à l’opinion publique, son aptitude à réfléchir sur les choses communément admises et à les questionner. La preuve en est cette déclaration du premier numéro : « Ma manière de penser est si extravagante, que lorsque je vois beaucoup d’hommes adopter un point de vue, je commence à l’instant même à m’en méfier, même si celui-ci m’avait semblé certain jusqu’alors »46. Dans la même perspective, El Pensador et El Duende especulativo insistent sur le fait que tous les lieux qu’ils parcourent, toutes les communautés dans lesquelles ils jouent leur rôle d’observateurs sont autant de « salles de classe »47, plus instructives que n’importe quel livre : « j’apprends plus dans ces écoles en un jour, que je ne pourrais apprendre dans une université en dix ans »48.

  • 49 El Pensador, n° 7 ; El Corresponsal del Censor, n° 10, p. 140.
  • 50 « También os advierto, clientes míos, que me han sido de mucho agrado los apodos y dictados con que (...)
  • 51 Notons, cependant, qu’El Amigo y Corresponsal del Pensador et El Corresponsal del Censor fonctionne (...)

14D’autre part, la personnalisation de la voix narrative est un outil qu’utilisent les journalistes pour rendre leur discours plus efficace. Le fait que soient égrenées, au fil des numéros, des informations sur la figure censée s’exprimer au sein du périodique permet de créer une sorte d’intimité – fictive, évidemment – entre celle-ci et le lecteur. Signes de ce souci de proximité sont par exemple les différents endroits où sont évoqués les efforts des lecteurs pour parvenir à identifier les narrateurs. Santiago Curioso se demande si c’est bien El Pensador qu’il a croisé dans la rue, El Corresponsal del Censor est abordé par un homme qui croit le reconnaître49. Dans La Pensadora gaditana, l’allusion à l’obsession des contributeurs pour savoir qui est Beatriz Cienfuegos est même récurrente. El Apologista universal fait allusion avec agacement aux hypothèses qu’il entend au sujet de son identité et affirme : « Je dois aussi vous dire, mes chers clients, que j’ai beaucoup apprécié les surnoms et titres dont vous m’avez gratifié dans plusieurs de vos papiers ; mais afin que vous ne vous trompiez pas à l’avenir, je dois vous dire que je ne suis plus de statut religieux […] ; que je n’utilise pas de ceinture, même si j’ai beaucoup de patience ; qu’on m’a diminué le nez, mais pas le bon sens »50. Ces enquêtes sont en fait la représentation de la relation que les « spectateurs », via la mise en scène de la voix narrative, cherchent à tisser avec leurs lecteurs51. Tout est d’ailleurs fait pour accroître ce lien pseudo-personnel. Les figures créées – exception faite, notamment, de La Pensadora gaditana – sont dotées d’une personnalité insolite et captivante, à même d’alimenter la curiosité des lecteurs : traits physiques grotesques, allusion ironique à un défaut ou à un autre. L’écriture est volontiers vive et imagée, fortement contrastée – j’aurai l’ occasion d’y revenir –, afin de renforcer cette complicité entre narrateurs et lecteurs et de rendre ces derniers plus susceptibles de faire cas des réflexions et critiques que la voix narrative leur transmet.

  • 52 « sin la potestad inapelable del confesor o el rigor arbitrario del censor político, sino con la re (...)
  • 53 Gilot, Sgard, 1961, p. 291.

15Observateurs et censeurs des mœurs de leurs contemporains, les narrateurs prennent soin d’établir malgré tout une certaine proximité avec les lecteurs qu’ils souhaitent réformer. En évoquant le cas d’El Pensador, Francisco Sánchez Blanco fait ainsi remarquer qu’il émet ses jugements « sans le pouvoir irrévocable du confesseur ou la rigueur arbitraire du censeur politique, mais avec la relativité de celui qui se considère une voix parmi tant d’autres, une raison qui n’est pas la seule possible »52. L’objectif étant de mettre à profit cette proximité pour rendre plus efficaces les critiques émises, s’opposant ainsi « à la pesante impersonnalité des journaux savants », au « pouvoir anonyme, contraignant, d’un savoir collectif »53.

Se mettre en scène. Les contributeurs et leur image

16Passons maintenant à l’étude de la fictionnalisation de la voix des contributeurs, nettement plus conséquente. En effet, alors qu’en ce qui concerne les journalistes, la voix narrative ne se met en scène qu’au sein des « spectateurs », celle qui touche les contributeurs est susceptible de se glisser dans les numéros de n’importe quelle publication. Des autoportraits prennent ainsi vie au sein des pages de l’ensemble de la presse culturelle, accentuant largement par leur multiplicité et leur diversité ce processus de fictionnalisation. Néanmoins, toutes les contributions ne seront pas susceptibles de mettre ainsi en scène la figure narrative. Seules les lettres de lecteurs peuvent en être le réceptacle, et même en leur sein, le genre auquel elles appartiennent réduira nécessairement le nombre d’apparitions potentielles de cette fictionnalisation. Les lettres-articles, dans lesquelles un contributeur raisonne sur un point de morale ou sur une question scientifique, ne sont pas sujettes au surgissement d’une figure narrative personnalisée. Leur narration se fait de manière trop impersonnelle et distancée pour cela. En revanche, une attention particulière doit être portée aux lettres dans lesquelles les contributeurs font part aux publicistes de leurs problèmes personnels, d’une part, et à celles, d’autre part, dans lesquelles ils se placent comme observateurs de la vie de leurs contemporains – jouant ainsi le même rôle que les journalistes.

Un autoportrait

  • 54 « una figura más flaca y alta que rechoncha », « una boca formada por los músculos de la risa » (Co (...)
  • 55 « gordo y rechoncho » (Diario de Barcelona, 11 juin 1796, p. 701).
  • 56 « largo de narices, frondoso de mejillas y abundante de frente » (Correo de Sevilla, 31 décembre 18 (...)
  • 57 « según dicen las gentes, hermosa » (El Pensador, n° 8, p. 3).
  • 58 « lo particular de mi hermosura » (La Pensadora gaditana, 2 février 1764, p. 208).
  • 59 « la naturaleza, según dicen, anduvo pródiga conmigo en esto de ponerme en tal proporción las naric (...)

17Il convient donc de s’intéresser à la figure narrative qui émerge de ces lettres de lecteurs, aux éléments qui la caractérisent. Tout comme pour les journalistes, l’évocation de l’apparence physique des figures narratives est relativement rare. Quelques remarques, néanmoins, surgissent ici et là : « Don Yo » dit avoir « une silhouette plus grande et maigre que rondouillarde » et « une bouche formée par les muscles du rire »54, « Pascual Machuca » précise au Diario de Barcelona qu’il est « gros et rond »55, « El nuevo escritor » – « Le nouvel écrivain » – se dépeint comme ayant « un grand nez, les joues fournies et le front large »56. Et lorsque c’est une femme qui s’exprime, il est assez courant que sa beauté – ou sa laideur – soit mise en avant. C’est ainsi que D.L.Q.G. précise dès les premières lignes de sa lettre qu’elle est « selon ce que disent les gens, belle »57, que « La infeliz casada » – « La mariée malheureuse » – évoque « la particularité de ma beauté »58, de même que celle qui se présente comme la sœur du contributeur « El sobrino de su tío » – « Le neveu de son oncle » – insiste sur le fait que « la nature, comme on dit, s’est montrée généreuse avec moi en me mettant un nez, une bouche, des yeux et des sourcils proportionnés de telle sorte que l’on peut dire qu’elle m’a faite belle »59.

Autoportrait moral

  • 60 Mensagero de Granada, 24 avril 1797, p. 367.
  • 61 El Regañón, 23 juin 1804, p. 398.
  • 62 « un buen hombre » (Variedades de ciencias, 1805, n° 21, p. 167).
  • 63 « desde mi tierna edad he amado a las musas » (Memorial literario, 10 décembre 1805, p. 313).
  • 64 « no dejo de tener alguna inclinación a leer los buenos libros » (El Regañón, 4 juillet 1804, p. 41 (...)

18En dehors de ces quelques remarques faites au sujet de l’apparence physique des contributeurs, c’est ici aussi l’autoportrait moral qui est largement privilégié. Bien souvent, c’est seulement un trait de caractère qui est évoqué en passant : F.S.G. met en avant son enthousiasme60, C.P.M. son goût pour la tranquillité61 tandis qu’un contributeur des Variedades de ciencias affirme que l’une de ses caractéristiques est d’être « un homme bon »62. Certains traits de caractère évoqués peuvent n’être d’ailleurs que des prétextes à des développements thématiques. C’est le cas, par exemple, dans le Memorial literario, lorsque F.J.D.L.C. déclare : « depuis ma plus tendre enfance j’ai aimé les muses »63 ou dans El Regañón general, lorsque Modesto del Valle affirme dans la même perspective : « je ne manque pas d’avoir un certain penchant pour la lecture de bons livres »64.

  • 65 « Yo soy un comerciante, pero por más deseos que tenga de enriquecerme, detesto las ganancias ilíci (...)
  • 66 « Amo cordialísimamente, aunque pecador, la augusta religión de nuestros padres » (ibid., 27 septem (...)
  • 67 « tengo un entendimiento más cerrado que bolsa de gallego y más duro que cabeza de vizcaíno » (La P (...)
  • 68 « Para poner una carta, por breve que sea, necesito todo un día, gasto una hora para buscar la plum (...)

19Parfois, néanmoins, la description est plus complète. Elle peut alors se faire sous le signe du sérieux. Ainsi, B. insiste sur son honnêteté en débutant la lettre qu’il dirige au Semanario de Salamanca de la façon suivante : « Je suis commerçant, mais j’ai beau vouloir m’enrichir, je déteste les profits illicites. Je consulte fréquemment ma conscience et grâce à Dieu je ne suis pas l’un de ces négociants avares, qui préfèrent leur fortune à leur devoir et qui, poussés par la cupidité, mettraient leur âme en péril pour augmenter leurs richesses »65. Dans le même périodique, Lidoro met en avant sa religiosité : « Bien que pécheur, j’aime de tout mon cœur l’auguste religion de nos pères »66. Mais la description morale du contributeur peut également donner lieu à un portrait résolument humoristique. Ainsi, « El Pensador in Spe » – « L’aspirant Penseur » – souligne son ignorance dans les premières lignes de sa lettre à La Pensadora gaditana par les deux comparaisons suivantes : « j’ai un esprit plus fermé que la bourse d’un Galicien et plus dur que la tête d’un Biscaïen »67. Quant au contributeur anonyme qui écrit dans le Correo de Xerez du 25 mai 1800, il expose la force de son tempérament flegmatique en décrivant la lenteur avec laquelle il fait les choses : « Pour faire une lettre, aussi brève qu’elle soit, j’ai besoin d’un jour entier, je mets une heure à trouver la plume, deux à la prendre dans ma main, quatre à la poser sur le papier et huit à écrire ma lettre, les neuf heures restantes me suffisant à peine pour manger et dormir »68. Plus rarement, l’autoportrait du contributeur est encore plus élaboré, plus complet. Prenons-en pour exemple le pisaverde « D. Narciso Pintado » :

  • 69 « Mi figura no es de las más ventajosas ; pero todo lo remedia el ingenio, y un poco de paciencia. (...)

Mon visage n’est pas des plus avantageux ; mais tout s’arrange avec de l’esprit et un peu de patience. Je le pare, je l’éclaire et je le bêtifie de tant de façons que je n’ai plus rien à envier aux Adonis, Hyacinthe, Hylas, Ganymède et autres petits-maîtres de la littérature. Mon esprit festif et sociable m’a entraîné vers ce type d’études si aimable, qui rend un homme utile et nécessaire sur une tribune. J’ai principalement acquis une immense érudition dans tout ce qui est comédies, romans, saynètes, tonadillas69.

En quelques lignes, on le voit ainsi exposer sa situation économique, ses goûts et ses compétences de même que, succinctement, ses caractéristiques physiques. Nous verrons que ces autoportraits peu flatteurs sont un indice, parmi d’autres, de la très probable ficticité des contributions concernées.

Mise en situation

  • 70 Correo de Murcia, 15 mars 1794.
  • 71 Efemérides, 15 et 16 juillet 1804, p. 803.
  • 72 « Gracias a Dios que ya tengo a quien confiarle mis cuitas, darle cuenta de mis sinsabores y comuni (...)

20Mais à la différence de ce qui se passe pour les personae des journalistes, un autre aspect de l’autoportrait des contributeurs prend souvent le pas sur les considérations physiques et morales. C’est ce que l’on pourrait appeler l’autoportrait circonstanciel des contributeurs : celui qui expose leur situation professionnelle, familiale ou amoureuse. Selon les publications et au gré des numéros, le contributeur qui prend la parole précise parfois son métier ou son statut, déterminant pour le contenu de sa lettre. Dans le Correo de Murcia, « El caballero reciente » – « Le récent chevalier » –, comme la signature l’indique, fait part de son récent anoblissement et décrit les transformations que cela suppose70. Dans les Efemérides de España, un « profesor del noble arte de la pintura » prend la parole pour critiquer comment se fait le choix des tableaux que l’on expose dans les Académies71. Néanmoins, l’évocation par les contributeurs de leur statut professionnel se fait souvent très brièvement. Celle de leur supposée situation personnelle, au contraire, donne lieu à des développements plus conséquents. Dans El Corresponsal del Censor, María de los Dolores explique au journaliste qu’elle est maltraitée par son oncle pour ne pas avoir voulu épouser l’homme qu’il lui destinait (n° 9). Dans le Semanario de Salamanca, Pedro Criado González fait part de son extrême pauvreté et de ses inquiétudes sur la manière de s’en sortir (15 juillet 1794). Quel que soit le problème rencontré, chacun se caractérise par la situation dans laquelle il se trouve et par les craintes qu’il exprime, ainsi que le souligne « El nuevo escritor » dans le Correo de Sevilla : « Grâce à Dieu, j’ai quelqu’un à qui confier mes soucis, rendre compte de mes déboires et communiquer mes pensées »72.

21Par ailleurs, dans la mesure où la fictionnalisation de la voix des contributeurs suppose l’évocation de la situation personnelle dans laquelle ils se trouvent, leur caractérisation ne passe pas uniquement par la description. Au contraire, la narration d’épisodes de leur vie, objet même de leur contribution, vient compléter et parfaire cette présentation. Ainsi, au numéro 3 d’El Corresponsal del Censor, « Simplicio Manso » – Simplice Docile – expose le soi-disant problème auquel il était confronté, à savoir que sa femme n’était pas petimetra, en racontant au journaliste des moments révélateurs de leur vie commune. À la page 91, on apprend ainsi quel a été le programme de l’épouse du contributeur le lendemain de leur mariage :

  • 73 « […] se levantó a la aurora, previno a las criadas barriesen la casa, en cuyo trabajo las ayudó, c (...)

[…] elle s’est levée à l’aube, a demandé aux domestiques de balayer la maison, travail pour lequel elle les a aidées, de même que pour faire la cuisine, après leur avoir donné elle-même tout ce qu’il fallait pour cela. Elle s’est habillée et coiffée toute seule […]. Enfin elle a commis l’outrage de faire ce que ferait la femme du plus pauvre et gueux des maçons, en récitant le rosaire le soir avec toute la famille73.

  • 74 On peut les trouver dans les numéros suivants : 4 février, 1er avril, 13 mai, 6 juin et 22 juillet (...)

Le 30 décembre 1794, dans le Semanario de Salamanca, c’est également avec de multiples détails descriptifs qu’« El majo hipócrita » – « Le majo hypocrite » – narre ses retrouvailles avec des amis d’enfance, vêtus à la dernière mode. Il fait le récit de sa deuxième journée avec eux lorsque, une fois la surprise passée, il accompagne ses amis dans leurs activités mondaines. Les verbes au présent alternent avec les verbes à l’imparfait et au passé simple, mais tous décrivent avec précision le déroulement de cette journée qui est censée marquer son changement de vie, de celle d’un étudiant consciencieux à celle d’un petimetre usant de toutes les astuces pour vivre aux crochets d’autrui. Et l’importance de ce récit d’épisodes est encore plus marquante lorsqu’un même contributeur envoie plusieurs courriers à un journal et que chacun de ces courriers rajoute des informations sur sa vie. Un cas flagrant d’un tel développement nous est fourni par les différentes lettres d’« El señorito » – « Le fils à papa ». Ce jeune homme de bonne famille écrit au Correo de Madrid74 pour se plaindre de la sévérité de son père et, surtout, de celle de son précepteur. Puis il prend la plume à chaque fois que sa situation évolue. Lorsque sa mère, en l’absence de son père, remercie son précepteur et le remplace par un autre plus à son goût, puis lorsqu’au retour de son père tout revient à la situation initiale. Lorsqu’il reçoit la visite d’un ami connu durant la période de totale liberté, provoquant la colère de son maître. Lorsqu’avec un oncle, il part pendant quelque temps à la campagne. Épisode après épisode, la figure d’« El señorito » se fait ainsi plus dense, plus complexe, et ses aventures prennent de plus en plus d’importance pour le lecteur.

22Adjectifs pour qualifier l’apparence physique ou le tempérament du contributeur, précision de la situation professionnelle ou personnelle dans laquelle celui-ci se trouve, récits d’épisodes révélateurs de cette situation : de nombreuses techniques sont mises à profit pour donner corps aux narrateurs de certaines lettres. Incarner la voix des contributeurs, comme incarner celle des publicistes, c’est ainsi donner aux différents locuteurs qui prennent la parole dans la presse culturelle une silhouette, un caractère, une vie. C’est personnaliser le discours pour le rendre plus à même d’émouvoir – ou de scandaliser – le lecteur et, par conséquent, lui donner plus d’efficacité.

La question de l’authenticité

23Il convient à présent d’aborder une question fondamentale, déjà soulevée à plusieurs reprises : les lettres de lecteurs publiées dans la presse culturelle espagnole du xviiie siècle sont-elles authentiques ou fictives ? Les analyses menées précédemment sur le système de signature utilisé par les contributeurs, d’une part, et sur la fictionnalisation de la voix narrative, d’autre part, devraient permettre de dégager un certain nombre d’éléments de réponse.

Incertitudes irréductibles

  • 75 « la isla de los placeres » (El Novelero de los estrados, n° 2, p. 73) ; « la república del pasatie (...)
  • 76 El Censor, n° 32 ; Correo de Murcia, 22 décembre 1795.

24Dans bien des cas, les lecteurs contemporains de la presse du xviiie siècle ont toutes les raisons de douter de la véracité de la correspondance des contributeurs. L’emploi de nombreuses signatures sous forme de pseudonymes grotesques ou d’initiales improbables distille déjà le doute. La mention du lieu duquel la lettre est écrite le renforce parfois. Dans El Novelero de los estrados sont publiées des lettres envoyées de « l’île des plaisirs », de « la république du loisir » ou des « vallées et prés d’Admète »75. Ici et là, on trouve également des contributions envoyées de Fantasianopoli ou du « país de la Laletania »76. Par ailleurs, la dimension fortement caricaturale de bien des autoportraits témoigne, à elle seule, de leur nécessaire fausseté. Qui, en effet, des maris qui se plaignent que leur femme ne soit pas superficielle et infidèle, des professeurs qui se vantent de pouvoir enseigner à tous comment séduire et paraître être ce que l’on n’est pas ou des vieilles femmes qui se lamentent de n’être plus courtisées pourrait renvoyer à une personne véritable, suffisamment aveugle et ignorante pour se présenter aux journalistes et aux lecteurs sous ces traits ? Cependant, tous ces indices ne prouvent rien. Qu’une lettre soit parodique, que le contributeur s’y dépeigne sous des traits extrêmement ridicules et signe d’un nom invraisemblable, que les propos qu’il y tient ne soient en aucun cas défendables n’indiquent pas pour autant qui en est le véritable auteur. Ce peut être le journaliste, qui crée de toutes pièces un contributeur, ses caractéristiques et ses opinions afin de rendre plus percutantes les leçons morales qu’il tente de transmettre à ses lecteurs. Mais ce peut être un véritable contributeur, qui se plaît à prendre les traits d’une figure fictive haute en couleurs pour participer des objectifs du périodique et faire montre de son ingéniosité. La question, ici, reste entière. S’il est probable que, bien souvent, ces lettres soient le fait du publiciste, rien ne permet de l’affirmer avec certitude.

  • 77 Correo de Xerez, 13 avril 1800, pp. 29-31.
  • 78 Variedades de ciencias, 1804, n° 12, pp. 373-376.
  • 79 Semanario de Salamanca, 9 avril 1795, pp. 25-32.
  • 80 El Catón compostelano, n° 14, pp. 209-222.

25Inversement, on ne peut pas non plus garantir que les lettres de lecteurs qui semblent authentiques soient bel et bien des contributions envoyées au périodique. En principe, rien n’incite à remettre en cause l’authenticité des lettres dont la signature correspond à un nom convaincant, qui a toutes les apparences d’être réel sans que l’on puisse pour autant le vérifier. Rien n’incite, non plus, à douter de l’existence réelle des figures narratives présentées sous des traits vraisemblables. Pourquoi, en effet, suspecter d’être des inventions J.M.m.D., qui donne des conseils au tout nouveau Correo de Xerez77 ou le « maestro de gramática » – « maître de grammaire » – A.M.J., qui questionne les journalistes des Variedades de ciencias sur les verbes impersonnels78? Rien, enfin, n’incite à penser que sont fictives des lettres qui font preuve d’un grand sérieux dans les problèmes abordés et le ton utilisé : celle du Semanario de Salamanca où est évoqué l’état problématique dans lequel se trouvent la plupart des hôpitaux espagnols79 ou celle d’El Catón compostelano qui donne la parole à un T.J.R. de M. indigné de ce que les Espagnols ne mettent pas davantage à profit tout ce que leur offre leur pays80. Cependant, s’il est évident que pour tous ces cas évoqués, la probabilité d’authenticité se renforce et amène à penser que, la plupart du temps, ce sont bel et bien des contributeurs qui s’expriment dans ces lettres, il se peut que ce soit ici aussi le journaliste qui décide d’introduire de la variété dans son périodique et de prendre la parole en se faisant passer pour un autre.

  • 81 Dale, 2005, pp. liii-liv.

26Ainsi, il est la plupart du temps impossible de déterminer si une lettre est réelle ou fictive en s’en tenant aux indices que fournissent le système de signature et le degré de vraisemblance des figures narratives qui s’y expriment. De même, le style dans lequel les contributions sont écrites ne permet pas de trancher. Qu’une lettre fasse montre d’un langage très populaire ou au contraire d’une rhétorique très appuyée, que ses propos soient entièrement démonstratifs ou au contraire très imagés, les différences stylistiques qui peuvent exister dans un périodique entre les textes présentés comme étant des contributions et ceux présentés comme étant l’œuvre des publicistes ne sont en rien la preuve que ces derniers ne sont pas les véritables auteurs de l’ensemble de l’ouvrage. À l’inverse, Scott Dale81 souligne un certain nombre de similitudes scripturales entre les Pensamientos de Beatriz Cienfuegos et les lettres qu’elle prétend insérer : présence fréquente de certains mots – tels que ruinmente, genio, reprehensible – et de certaines fautes d’orthographe, emploi d’expressions populaires, goût pour les métaphores et les phrases alambiquées. Dans une certaine mesure, l’étude de ces similitudes peut permettre de supposer qu’une lettre est fictive, notamment si par ailleurs d’autres indices tendent à la même conclusion. Malgré tout, certains de ces traits récurrents peuvent être mis sur le compte d’un désir d’imiter le style du périodique auquel on s’adresse ou bien sur le compte de la retranscription que le journaliste est amené à faire.

Des lettres nécessairement fictives

27Néanmoins, il arrive que d’autres indices viennent s’ajouter à ceux évoqués jusqu’ici, permettant de juger avec plus de certitude de l’authenticité de certaines contributions. Intéressons-nous tout d’abord aux cas où il s’avère que la lettre censément envoyée par un contributeur ne peut être, en fait, qu’un artifice littéraire mis au point par les journalistes. On ne s’étonnera pas de compter parmi les exemples donnés un grand nombre tiré de « spectateurs », dans la mesure où ce sont ces périodiques qui sont le plus enclins aux exercices de style et, partant, le plus susceptibles d’avoir recours aux fausses lettres. El Pensador et El Censor, notamment, regorgent d’exemples significatifs.

  • 82 « yo no creo que haya ni Mr Ennous, ni Conde de las Claras, ni Leocadia Matute, ni Pedro Mártir, ni (...)
  • 83 « el peluquero, por quien se supone escrito lo principal de aquel pensamiento o carta » (ibid., n°  (...)
  • 84 « la circunstancia de ser la primera carta que realmente se me ha dirigido » (El Pensador, n° 6, p. (...)
  • 85 « vaya esa carta, que (si Vms. quisieren creerlo) he recibido » (ibid., n° 7, p. 27).
  • 86 « La carta siguiente no es invención ni trabajo mío » (ibid., n° 8, p. 22).
  • 87 « desde que me mostré al público en calidad de censor he recibido todas las piezas que se me han en (...)

28C’est parfois la façon même dont les publicistes ou les autres contributeurs supposés évoquent la question de l’authenticité des contributions qui permet de lever toute ambiguïté. En effet, il est fréquent que des lettres soient dénoncées par d’autres comme étant fictives. On peut relever deux exemples, tirés tous deux de lettres insérées dans El Corresponsal del Censor. Au numéro 26, on lit ainsi l’accusation suivante : « je ne crois pas qu’il y ait de Mr Ennous, de Conde de las Claras, de Leocadia Matute, de Pedro Mártir ni aucun de ces mille personnages qui parlent comme des Catons et écrivent comme des Sénèques. Je suis convaincu que tout cela est feint, que tout n’est qu’une simple fable »82. Au numéro 32, c’est l’identité d’un contributeur d’El Pensador qui est mise en cause par les mots suivants : « le coiffeur, dont on suppose qu’il est l’auteur d’une grande partie de cette réflexion ou lettre »83. Le journaliste lui-même, parfois, reconnaît clairement l’artifice employé. Ainsi, alors qu’il a déjà publié deux prétendues lettres de lecteurs, El Pensador justifie l’insertion d’un texte en mettant en avant « le fait que ce soit la première lettre que l’on m’ait réellement adressée »84. D’autres fois, au contraire, il revendique l’authenticité des lettres reçues de telle sorte que, paradoxalement, cette revendication informe de leur ficticité. Clavijo introduit ainsi une lettre par ces mots : « voici une lettre, que (si vous acceptez de le croire) j’ai reçue »85 et affirme avec une ardeur suspecte au numéro 8 : « La lettre suivante n’est pas le fruit de mon invention ou de mon travail »86. Bien plus, il adopte à partir du numéro 10 un système consistant à faire précéder de la lettre A. les lettres de lecteurs qu’il a reçues et qu’il a décidé de publier (p. 26). Or, si l’on considère que Clavijo y Fajardo a respecté ce système jusqu’à la fin du quatrième tome – les deux derniers tomes, en effet, ne font figurer aucun A., ce qui indique qu’il l’a peut-être laissé de côté –, cela signifie que dix-neuf des vingt-huit lettres supposément insérées dans El Pensador sont en réalité fictives. El Censor, lui, ne dénonce pas tant telle lettre ou telle autre comme étant fictive mais fait planer le doute sur l’ensemble des textes présentés comme tels lorsqu’il prétend ironiquement rassurer ceux qui mettent en doute leur authenticité en déclarant : « depuis que je me suis montré au public en qualité de censeur j’ai reçu toutes les pièces que l’on m’a envoyées »87.

  • 88 « A este asunto parece me envió la siguiente un amigo » (Caxón de sastre, n° 18, p. 99).
  • 89 « deseoso de empezar a cumplir lo que tengo prometido en punto de educación, trabajaba días pasados (...)

29Par ailleurs, il est courant que les circonstances de publication d’une lettre soient les indicateurs de sa ficticité. On peut ainsi affirmer sans peur de se tromper qu’aucune des lettres dont les journalistes disent qu’elles sont tombées à point nommé n’est authentique. Ainsi, alors que Nifo évoque au numéro 18 du Caxón de sastre les difficultés de contenter le public, il insère une lettre en l’introduisant ainsi : « On pourrait penser que c’est pour illustrer ce point qu’un ami m’a envoyé la réflexion suivante »88. De même, les lettres publiées au numéro 63 d’El Pensador sont présentées par le journaliste comme venant se substituer au discours qu’il s’apprêtait à écrire : « Désireux de commencer à faire ce que j’ai promis dans le domaine de l’éducation, je travaillais il y a quelques jours un discours sur les qualités que doit montrer un bon précepteur lorsque, dans un laps de temps très court, j’ai reçu deux lettres qui parlent justement de ce point »89. Les journalistes font parfois allusion à une autre circonstance qui témoigne également que tout ceci n’est que mise en scène : l’heureuse coïncidence qui fait que deux lettres, souvent reçues à peu de temps d’intervalle, se font écho. Dans ce cas, les deux figures narratives se présentent comme le pendant l’une de l’autre, ou bien l’une des lettres s’avère être l’illustration des réflexions exposées dans l’autre. L’exemple que fournit El Censor est dans cette perspective très significatif :

  • 90 « Hoy voy a entretener a mis lectores con dos papeles que acabo de recibir, y que creo podrán ser d (...)

Aujourd’hui je vais occuper mes lecteurs avec deux papiers que je viens de recevoir, et dont je crois qu’ils pourront être utiles à beaucoup d’entre eux, puisque ceux qui veulent éviter que leur arrive une aventure aussi triste que celle contenue dans le premier pourront avoir recours à l’auteur du second et bénéficier des instructions qu’il propose pour ne pas se retrouver dans des situations semblables90.

Des lettres nécessairement authentiques

30Si l’on se penche à présent sur les indices qui permettent de dire d’une contribution qu’elle est authentique, il convient de s’intéresser à nouveau aux signatures apposées par certains contributeurs.

  • 91 Minerva, 24 décembre 1805, pp. 221-222.
  • 92 El Regañón, 27 août, 31 août et 3 septembre 1803 ; Diario de Madrid, 27 juillet 1803.

31La véracité de la signature ne fait aucun doute lorsqu’elle correspond au nom d’un homme ou d’une femme de l’époque, à des initiales ou à un pseudonyme qu’il est possible de déchiffrer. Or si la signature est authentique, la lettre l’est obligatoirement : si la personne à laquelle renvoie une signature n’était pas le véritable auteur du texte publié en son nom, on peut penser qu’elle manifesterait d’une manière ou d’une autre son mécontentement, soit au sein du périodique, soit en publiant un démenti en dehors de celui-ci. C’est d’ailleurs ce que fait Antonio Gómez lorsqu’il écrit à Minerva o el Revisor general pour se plaindre de ce qu’un contributeur signe dans les numéros des 15 et 18 octobre 1805 un article contre José Luis Munárriz, traducteur d’Hugo Blair, en tant qu’Antonio Gómez de Tolède, alors qu’il dit être le seul à porter ce nom dans cette ville91. Parfois, il arrive que l’authenticité de la contribution n’apparaisse pas directement dans la signature mais a posteriori. C’est ce qui se passe, par exemple, dans El Regañón general, lorsque les journalistes précisent en note, le 21 septembre 1803, que le contributeur ayant signé une lettre sur les vaccins sous le nom d’« El amigo de la verdad » souhaite que soit indiqué son véritable nom – « Dr.D. Juan Tobares, residente en Oropesa de Extremadura » – afin de ne pas être confondu avec le contributeur qui a usé du même pseudonyme dans le Diario de Madrid92. En dehors de ces cas, le lecteur est contraint de faire de simples hypothèses. Néanmoins, il arrive que les indices allant dans le sens de l’authenticité se multiplient. Par exemple lorsqu’une lettre, par ailleurs vraisemblable, est accompagnée de la précision du lieu depuis lequel elle a été écrite et envoyée, on est tenté de penser qu’elle est authentique. La Espigadera publie ainsi une lettre d’Aragon (n° 4) et une autre en provenance de Ségovie (n° 6).

  • 93 « de letra clara y buena ortografía, pues la velocidad con que se imprimen los papeles periódicos n (...)
  • 94 « en mejor letra » (Pasatiempo literario, n° 11, p. 176).

32D’autre part, le paratexte de bien des journaux, s’il ne permet pas de déterminer que telle ou telle lettre est authentique, indique néanmoins qu’il y a nécessairement des lettres qui le sont. En effet, on a vu que les journalistes lancent souvent des appels à contribution, se plaignent lorsqu’ils reçoivent des lettres dont les frais de port n’ont pas été payés, prennent soin d’indiquer à maintes reprises dans quelle boîte déposer le courrier. Le 11 janvier 1794, c’est même une seconde boîte aux lettres que le Semanario de Salamanca décide de mettre à disposition de ses contributeurs tous les jours et à n’importe quelle heure (p. 28). Autre signe d’authenticité, les rappels à l’ordre relatifs à la lisibilité des envois. Le Semanario de Granada réclame ainsi à toutes les personnes qui souhaitent voir leurs contributions publiées qu’ils écrivent « dans une écriture claire et avec une orthographe correcte, car la vitesse avec laquelle sont imprimés les périodiques ne laisse pas le temps de les corriger »93. Il est vrai que ces deux exemples renvoient à des journaux qui incluent dans leurs pages des annonces en tout genre, et que l’on peut par conséquent penser que ces avertissements sont adressés à ceux qui voudraient informer d’une festivité religieuse ou d’une vente. Néanmoins, les mêmes recommandations apparaissent dans des périodiques où les contributions se font nécessairement sous forme de lettres, d’articles ou de poèmes. Les journalistes du Pasatiempo literario demandent ainsi à leurs lecteurs d’envoyer leurs productions « mieux écrites »94. Quant à ceux d’El Regañón general, ils publient l’avertissement suivant :

  • 95 « El tribunal catoniano encarga a todos los que se sirvan remitirle cartas por el correo, que ademá (...)

Le tribunal catonien demande à tous ceux qui voudront lui envoyer des lettres par la poste non seulement de les envoyer libres de frais de port, pour qu’elles ne soient pas perdues, mais aussi de les écrire de manière claire et intelligible, car le secrétaire qui est chargé de les lire s’est plaint de ce que beaucoup présentent des caractères si mal formés que pour les comprendre, il est obligé de deviner où commencent et terminent les phrases95.

  • 96 « varias cartas que nos han dirigido muchas personas de instrucción, tanto de dentro, como de fuera (...)

Et, on l’évoquait plus haut, il n’est pas rare de voir les éditeurs se réjouir des textes qu’ils reçoivent, comme le fait Cristóbal Cladera lorsqu’il évoque les « différentes lettres que nous ont adressées de nombreuses personnes instruites, aussi bien depuis Madrid que depuis d’autres lieux »96.

33Si la simple lecture de quelques numéros de la presse culturelle du xviiie siècle permet de se rendre compte que les lettres de lecteurs qui y sont publiées ne sont pas toutes authentiques, les exemples exposés ci-dessus permettent de conclure qu’elles ne sont pas non plus toutes fictives. Cependant, les cas où l’on peut affirmer sans l’ombre d’un doute qu’une lettre a bel et bien été écrite et envoyée par un contributeur, ou qu’au contraire elle a été créée de toutes pièces par un des journalistes, sont rares, en comparaison avec le nombre de lettres que l’on trouve au sein des périodiques culturels. Le reste du temps, les lecteurs de l’époque et, sûrement plus encore, les lecteurs que nous sommes ne peuvent que collecter les indices et émettre des hypothèses. Mais si l’on en croit El Pensador, être en mesure de se prononcer sur la question de l’authenticité de ces correspondances n’est pas primordial, comme il l’affirme à propos d’une lettre d’Ibrahim Ali Glolou à Abdelvex Ben-Hussein – clairement fictive :

  • 97 « No faltará quien crea que el hallazgo de esta carta es una ficción. Sobre esto, y sobre si está b (...)

Il y aura toujours des gens pour penser que la découverte de cette lettre est une fiction. Sur ce point, et sur le fait que son invention soit ingénieuse ou non, il y aura des débats. Certains diront que ce n’est pas là le style des Orientaux, et ils ajouteront d’autres réflexions du même type. Qu’ils disent ce qu’ils veulent. Moi, je sais ce qu’il en est, et je crois que de savoir si cette lettre est feinte ou véritable n’importe pas le moins du monde. Examinons si ce Turc pourrait parler de nous. C’est tout ce qui compte97.

De l’utilité des narrateurs fictifs et de leur mise en scène

  • 98 Francisco Uzcanga Meinecke, dans son analyse d’El Censor, s’est penché sur cette polyphonie externe (...)

34Centrons-nous à présent sur la question des lettres fictives et sur la fonction que celles-ci peuvent remplir au sein des différents périodiques culturels98. L’invention de figures narratives répond en réalité à différents objectifs, selon que le soi-disant contributeur se présente comme un opposant à l’idéologie du journaliste ou se dresse au contraire comme un représentant des valeurs prônées par le périodique.

À l’encontre des idées véhiculées par le périodique

35De nombreux contributeurs fictifs avancent des idées contraires à celles défendues par le périodique dans lequel sont insérées leurs lettres, ou bien incarnent des vices que celui-ci s’efforce de combattre.

  • 99 Correo de Murcia, 25 mars 1794.
  • 100 « La simplicidad del que […] escribe divertirá sin duda a mis lectores y podrá servir para desarrug (...)

36La plupart du temps, les lettres de ce type apparaissent sans préambule ni conclusion, le ridicule de leur autoportrait ou des idées défendues suffisant à faire comprendre aux lecteurs dans quel sens lire la contribution. Ainsi, le Correo de Murcia publie la lettre d’« El mozo de algunos años. P.F. » – « Le jeune homme d’un certain âge. P.F. » –, vieil homme qui, après avoir tenté de séduire une jeune fille, ne comprend pas son échec et s’apitoie sur son sort99. Au numéro du 12 juillet 1796 du Semanario de Málaga, Rogelio Mirmidón fait le résumé d’une pièce qu’il a écrite sans trouver acheteur et intitulée El Chino más deslenguado – Le Chinois le plus insolent –, dans laquelle le personnage principal est muet. Pédants, superficiels, égoïstes, ces contributeurs ne se montrent pas sous leur meilleur jour et leur discours, par conséquent, ne peut pas être pris au sérieux. Il arrive, néanmoins, que les lettres soient accompagnées d’un discours des journalistes qui souligne dans quel sens lire le portrait dressé et les idées défendues. C’est notamment une pratique fréquemment utilisée dans El Censor par Cañuelo et Heredia, qui encadrent nombre de lettres de commentaires qui trahissent la volonté de mettre à distance les affirmations du contributeur. Ainsi, au numéro 46 d’El Censor, un certain N. dit ne pas comprendre la difficulté qu’il y aurait à prendre Gibraltar : il suffit, selon lui, de fournir des scapulaires à chaque soldat, dans la mesure où ceux-ci protègent des balles. Or, cette lettre est précédée d’un discours contre la superstition, énoncé avec le plus grand sérieux par les éditeurs d’El Censor, et, plus directement, de la phrase introductive suivante : « La naïveté de celui qui […] écrit amusera sans doute mes lecteurs et pourra servir à les dérider […] »100. Le lecteur sait donc, avant même de prendre connaissance des premiers mots de la lettre, que ce qui y est affirmé est en opposition avec le message que les journalistes tentent de faire passer.

  • 101 « yo ni he cursado más universidad que una literaria donde concurría con otros amigos de mi talento (...)
  • 102 « botarate », « ente […] perjudicial y ridículo » (ibid.).
  • 103 « Vm. dirá […] que yo no valgo nada para nada » (ibid.).

37Examinons de plus près une contribution de ce genre pour en comprendre les mécanismes. D’un bout à l’autre de la lettre insérée le 13 octobre 1790 dans le Correo de Madrid, le contributeur ne fait que dépeindre ses propres défauts. D’abord de manière franche et assumée, puisqu’il reconnaît se faire passer pour ce qu’il n’est pas et faire preuve d’une grande ignorance : « je n’ai suivi les cours d’aucune université en dehors de l’université littéraire à laquelle j’assistais avec d’autres amis de mon talent et de ma maturité ; […] et je n’ai pas parcouru le monde en dehors de Madrid, de ses faubourgs et de la partie basse de Carabanchel »101. Il reconnaît ouvertement être un « crétin », un « être […] préjudiciable et ridicule »102. Puis, c’est au contraire de manière détournée que ses défauts sont mis en avant. En effet, le contributeur anticipe la conclusion que les éditeurs du journal déduiront des affirmations précédentes – « Vous allez dire […] que je ne vaux rien de rien »103 – et prétend y répondre en vantant l’ampleur de ses compétences : sa capacité à dire quelques mots de français, à produire des vers en tout genre, son habileté à critiquer tous les écrits publiés, à parler de musique et de corrida, à lancer une conversation en toutes circonstances et à médire à bon escient ou encore à s’habiller en bon petimetre. Le nom supposé du contributeur, « D. Matías Calvo de la Cabeza » – « D. Matías À la Tête Chauve » –, met d’ailleurs en lumière l’ironie mordante de cet autoportrait. Certaines figures féminines font preuve du même procédé. Le Diario de Madrid publie le 9 avril 1796 une lettre dans laquelle « La madrileña andaluzada » – « La Madrilène andaloucisée » – se plaint de ce que son mari refuse qu’elle habille son majordome en livrée. Or, il ne fait aucun doute que la contributrice est ici donnée au lecteur comme anti-modèle si l’on considère la façon dont elle se lamente sur son sort, qu’elle présente comme un véritable drame. Partagée entre la colère et la tristesse, elle évoque ainsi les larmes qu’elle a versées pour tenter de convaincre son mari puis au moment de ressasser son malheur. Tout ceci pour une revendication complètement futile, guidée par le désir de pouvoir briller en société, de prendre des grands airs et d’attirer les regards des hommes. Chacun des traits de caractère de la contributrice, chacune de ses exclamations ne peut qu’inciter le lecteur à rejeter ses caprices et son désir d’ostentation et à approuver, a contrario, l’attitude de son mari.

  • 104 « desde la superioridad compartida » (Uzcanga Meinecke, 2005, p. 112).

38Quelle visée peut-on attribuer à ce type de lettres fictives ? Donner la parole à ces différentes figures narratives et présenter leur portrait constituent tout d’abord une source de divertissement – j’y reviendrai – en raison du grotesque du personnage dépeint. Par ailleurs, donner une image concrète d’un vice que l’on souhaite dénoncer, en le caricaturant, permet aux journalistes de mettre en branle l’imagination et permet, aussi, de créer une certaine complicité entre eux et les lecteurs, « depuis la supériorité partagée »104. L’efficacité morale du discours du périodique, qui souhaite inciter ses lecteurs à adopter le comportement contraire, s’en trouve de ce fait accrue.

Dans la lignée idéologique du périodique. Les doubles du journaliste

39Pour ce qui est des contributeurs qui se montrent en accord avec l’idéologie du périodique, deux cas distincts sont en jeu. Un certain nombre de contributeurs, tout d’abord, se définissent par la même posture et le même tempérament que les journalistes.

  • 105 « No solo Vm. tiene el genio pensador : hay otros muchos que le acompañan y yo soy uno de ellos. Ta (...)
  • 106 « pienso cuando me levanto, cuando almuerzo, cuando me afeitan y peinan, cuando como, cuando paseo, (...)
  • 107 « genio tétrico y algo misántropo » (El Regañón, 11 avril 1804, p. 225).
  • 108 « carácter taciturno » (Semanario de Zaragoza, 21 août 1800, p. 517).

40En revenant sur l’onomastique propre aux contributeurs, on voit d’ailleurs qu’il n’est pas rare que le pseudonyme utilisé en guise de signature soit l’évocation d’une posture semblable à celle des « spectateurs ». « El curioso preguntón » (Correo de Murcia, Correo de Xerez) côtoie « El preguntador general y particular » (Diario de Madrid), « El filósofo contemplativo » et « El filósofo extravagante » prennent la parole dans le Diario de Valencia et dans le Correo de Xerez. Parfois, ce sont même des pseudonymes identiques à ceux utilisés dans le titre d’autres journaux que l’on retrouve utilisés par les contributeurs : « El duende » apparaît dans le Diario pinciano ou le Diario de Valencia, « El observador » dans El Corresponsal del Censor, le Correo de Madrid, le Diario de Valencia et le Diario de Barcelona. Conformément à ces dénominations, il est donc fréquent que les figures narratives de contributeurs présentent des traits très similaires à ceux des journalistes. Un contributeur lance au Pensador : « Vous n’êtes pas le seul à avoir un esprit penseur : beaucoup d’autres vous accompagnent et je suis l’un d’eux. Mon esprit aussi est vif, bouillonnant et ami des réformes »105, faisant ainsi montre de l’effervescence intellectuelle que l’on évoquait plus haut. De même, « El amante del pensamiento » écrit au Diario de Madrid : « je pense quand je me lève, quand je déjeune, quand on me rase et qu’on me peigne, quand je mange, quand je me promène, quand je suis en visite ou dans une réunion mondaine et que je prends du chocolat, quand je dîne et même quand je dors je pense encore, car ma nature est si faite pour penser que, depuis un an et jusqu’à aujourd’hui, tous mes rêves sont pensifs »106. On peut également évoquer J.L.R.S., qui déclare être d’un « esprit lugubre et quelque peu misanthrope »107, ou C.R., qui se dit de « tempérament taciturne »108. Chacune de ces figures narratives se présente ainsi comme une sorte de double des narrateurs de la presse culturelle.

  • 109 Semanario de Zaragoza, 23 juillet 1798.
  • 110 « edificios compuestos de cintas, encajes, flores, gasas, plumas y otros ingredientes » (El Curioso (...)
  • 111 « Censura a la verdad mucho más acre y áspera que cuantas podía yo dar, a pesar de toda la amargura (...)

41Quelle fonction peut remplir dans ce cas l’insertion de lettres fictives et la description des figures narratives qui y prennent la parole ? Ce qu’écrit « El filósofo », dans le Semanario de Zaragoza, sur les défauts du théâtre espagnol correspond probablement aux idéaux des éditeurs109. La lettre insérée dans le numéro 78 d’El Censor, dans laquelle Juan Philophelo déplore la situation des hôpitaux en Espagne, ne comporte également que des idées que le narrateur principal approuverait. Pourquoi les journalistes décident-ils alors de publier ces lettres au lieu de prendre la parole directement ? La création de ces doubles qui s’expriment, implicitement, en nom et place du journaliste permet peut-être de mettre à distance les opinions exprimées, les idées défendues, et, de ce fait, d’aller plus loin dans les critiques énoncées. Ainsi, la présentation de la mode féminine qui apparaît dans El Curioso entretenido sous la plume d’un contributeur anonyme ne serait probablement pas très différente si elle était le fait du publiciste lui-même. Néanmoins, la satire se fait avec plus d’emphase que dans des numéros officiellement assumés par le journaliste. Le supposé contributeur, par exemple, affirme que les architectes devraient se pencher sur certains « bâtiments composés de rubans, de dentelles, de fleurs, de gazes, de plumes et d’autres ingrédients »110. Et El Censor, au moment de publier la critique que fait Apolinar Solano des écrivains, s’excuse de l’insertion de ce discours si sévère : « Censure en vérité beaucoup plus mordante et rugueuse que toutes celles que je pourrais faire, malgré toute l’amertume de mon esprit ; car comme mes lecteurs l’auront déjà constaté, mon Tribunal Censeur se revêt toujours de modération et de miséricorde, et traite les délinquants plus favorablement qu’ils ne le méritent »111.

42Par ailleurs, mettre en avant ces doubles narratifs octroie à chacun des périodiques l’attrait de la diversité, un des fondements de l’écriture de la presse culturelle. Enfin, si, pour les « spectateurs », cette représentation vient en complément de la fictionnalisation de la voix du journaliste, ce n’est pas le cas dans le cadre des journaux de vulgarisation. L’écriture de ces derniers, en effet, n’est pas sujette à la mise en scène de la voix narrative : l’insertion de ces doubles permet alors d’incarner, le temps d’une contribution, la voix du publiciste, au sein d’une publication d’une énonciation par ailleurs impersonnelle.

Dans la lignée idéologique du périodique. Les doubles du lecteur

  • 112 Semanario de Salamanca, 10 juin 1794, pp. 181-184.

43D’autres fois, les narrateurs des contributions partagent les idées défendues par les journalistes tout en se distinguant de ceux-ci. La mise à distance des propos tenus est alors accrue, les lettres étant dans ce cas susceptibles de porter des discours plus virulents. Dans le Semanario de Salamanca, par exemple, « El viejo sin años » – « Le vieil homme sans âge » – se lance ainsi dans une critique particulièrement sévère des petimetres, qu’il considère comme des animaux malades112. Certes, aucun journaliste n’échapperait aux accusations d’hérésie, d’antimonarchisme ou d’antipatriotisme sous prétexte que les propos mis en cause ont été prononcés par un soi-disant contributeur. En dernier lieu, le journaliste est responsable de ce qui est publié. Néanmoins, l’adoption du point de vue de certains contributeurs fictifs peut lui donner un semblant d’alibi, disons.

  • 113 « forastero sin oficio ni beneficio, por tanto un perpetuo paseante » (Correo de Xerez, 14 juillet (...)
  • 114 Diario de las musas, 21 décembre 1790.
  • 115 Diario de Madrid, 20 et 21 septembre 1796, 8 janvier 1799, 13 et 14 novembre 1803, 7 décembre 1803.
  • 116 Correo de Murcia, 6 août 1793.

44Les figures de contributeurs nouvellement arrivés à Madrid présentent ainsi un regard naïf sur les corruptions de la Cour, posture qui peut s’avérer être un instrument de dénonciation très efficace. Et c’est effectivement une stratégie à laquelle les journalistes ont souvent recours : « El Entremetido » – « L’indiscret » – se présente comme un « étranger sans travail ni patrimoine, et ainsi un éternel promeneur »113 et Juan de Martos est un tailleur de La Mancha installé à Madrid114. Dans le Diario de Madrid, ce sont ainsi différents forasteros – Espagnols venant d’une autre région – qui dénoncent la pratique consistant à acheter des légumes pour les revendre en faisant une plus-value, qui s’étonnent du manque de fiabilité des annonces commerciales ou qui critiquent les pièces de théâtre représentées à Madrid115. Par ailleurs, la multiplication des porte-parole présente également l’avantage, indéniable, de donner l’impression que l’opinion des journalistes est partagée par le plus grand nombre. Qui plus est, elle offre la possibilité de mettre en scène des personnages directement concernés par les problèmes évoqués. C’est ainsi qu’au numéro 100 d’El Censor, « Pedro Fernández, Presbítero » – « Pedro Fernández, Prêtre » – assume la critique faite contre la religion d’apparence. Dans le Correo de Murcia, c’est un médecin, « El Doctor Estepa », qui pose des questions techniques sur la noyade116 et dans le Mensagero de Granada, c’est une femme mariée qui expose, dans le numéro du 28 novembre 1796, les problèmes qu’elle rencontre dans sa vie de couple.

  • 117 Larriba, 1998, p. 149.
  • 118 À ce propos, voir Bolufer Peruga, 1995, p. 28 et p. 31.
  • 119 La Pensadora gaditana, 22 mars 1764, pp. 258-264.

45Enfin, la création de figures narratives fictives permet également de présenter aux lecteurs un personnage auquel chacun peut s’identifier, en fonction de son sexe, de son âge, de son métier ou de toute autre caractéristique. Relevons deux cas significatifs de cette volonté de donner aux différentes catégories de lecteurs différentes figures auxquelles se rattacher. Le premier est celui des voix féminines qui s’élèvent ici et là dans la presse culturelle espagnole. Selon les calculs établis par Elisabel Larriba117 à partir des listes de souscription de dix-huit journaux du xviiie siècle, il semblerait que les femmes ne représentent que 2,5 % des souscripteurs de la presse de l’époque. Certes, on peut considérer que certaines femmes lisaient les périodiques auxquels souscrivait leur mari, et que d’autres les achetaient au numéro. Toujours est-il que les femmes, plus touchées que les hommes par l’analphabétisme, représentaient un pourcentage très restreint du public de la presse. Donner la parole à une femme, dans ces conditions, est significatif et permet aux lectrices de se sentir plus proches des messages délivrés, d’être plus disposées à suivre les conseils énoncés et, peut-être, d’être tentées de prendre à leur tour la parole118. L’une pourra s’identifier à « La mujer más constante » – « La femme la plus constante » –, cette jeune fille de dix-huit ans qui demandeau Curioso entretenido si elle doit ou non accepter de voir son cortejo en tête-à-tête (n° 6). L’autre à « La inocente engañada » – « L’innocente trompée » –, qui se plaint à La Pensadora gaditana d’avoir été mariée à un vieil homme qui, entre autres défauts, s’adonne au jeu119.

  • 120 Dans El Regañón general, c’est suite à la lecture du périodique qu’« El sargento retirado » décide (...)
  • 121 « V. ve muy bien, Señor Semanarista, que sé bastantes ejemplos y que me valgo de argumentos sólidos (...)
  • 122 « Si Vmd. tuviese a bien divulgar por medio de su periódico estas reflexiones, quizá se lo agradezc (...)

46Le second cas significatif de cette volonté de présenter aux lecteurs des figures narratives auxquelles s’identifier est celui où le supposé contributeur a procédé à un changement radical de vie. Que celui-ci ait été motivé par une rencontre, une mauvaise expérience, un rêve ou bien encore par la lecture d’un numéro de périodique120 qui a fait prendre conscience au contributeur qu’il était sur la mauvaise voie. L’idée est que les lecteurs, en lisant ces témoignages de personnes vivant dans le vice et ayant décidé d’y mettre fin – plus proches d’eux que des modèles entièrement vertueux – seront amenés à se réformer eux-mêmes. Pistófilo Claridades, qui s’exprime dans le Semanario de Salamanca, fait part de ses regrets d’avoir mené une vie dissolue en tant qu’étudiant, s’adonnant au jeu et à la danse, au libertinage et à la lecture d’histoires d’amour. La volonté de faire profiter les jeunes gens de ses propres erreurs est d’ailleurs évidente, puisqu’il incite les journalistes à écrire un article à ce sujet et qu’il affirme, quoique peu confiant quant à la portée de son discours : « Vous voyez bien, monsieur le Semanarista, que je connais suffisamment d’exemples et que je me sers d’arguments solides pour montrer aux étudiants la situation d’esclavage dans laquelle ils vivent »121. De même, D.S.L., qui fait part au Regañón general de l’erreur dans laquelle il était de vouloir se remarier avec une jeune fille – thème fréquemment dénoncé à l’époque –, souligne ce qui l’a poussé à envoyer son témoignage au journal : « Si vous jugiez bon de divulguer par l’intermédiaire de votre journal ces réflexions, peut-être que certains vieillards qui auraient la même faiblesse que moi avant ma désillusion vous en sauraient gré »122.

  • 123 Correo de Murcia, 17 novembre 1792 ; Semanario de Málaga, 22 et 25 novembre 1796 ; Correo de Xerez, (...)
  • 124 « siempre que quiera corregir a los hombres deberá presentar ejemplos de una virtud proporcionada a (...)

47D’ailleurs, il arrive que les pseudonymes utilisés par les contributeurs pour signer leurs lettres soient en eux-mêmes l’indication de cette posture : on voit ici et là s’exprimer « El cortejante reformado » – « Le courtisan réformé » –, « El petimetre reformado » ou « Justiniana reformada »123. Plus rarement, c’est même le processus de réforme morale, et non son résultat, que les contributeurs mettent en scène dans leur récit. Ainsi, El Escritor sin título donne la parole, au numéro 8, à D. Prudencio Renovando, marié à une petimetra et père de deux enfants, qui s’inquiète de l’éducation que ces derniers reçoivent et souhaite, en conséquence, modifier complètement le fonctionnement de sa maison et de sa famille. Dans les deux numéros suivants, Cristóbal Romea y Tapia répond point par point à ce projet de réforme, donnant ainsi une sorte de mode d’emploi aux lecteurs qui souhaiteraient suivre l’exemple de Prudencio Renovando. Donner la parole à des contributeurs imparfaits qui se sont amendés ou sont décidés à le faire, c’est donc tenter de faciliter l’identification du lecteur avec l’une de ces figures narratives et de mieux lui transmettre les leçons énoncées. En cela, les critiques de mœurs adoptent un fonctionnement similaire à celui des comédies. Ainsi, le théâtre, selon E.C.D.C., « s’il veut corriger les hommes devra présenter des exemples d’une vertu proportionnée aux forces des spectateurs : ainsi il pourra se flatter du doux espoir de parvenir à les corriger »124.

48Selon le type de figure présentée, les objectifs qui animent les journalistes au moment d’insérer des lettres de lecteurs où la voix narrative est fictionnalisée sont variés. Mais que la figure narrative dessinée soit le double du journaliste ou celui du lecteur, qu’elle soit un modèle à suivre ou un anti-modèle à éviter, chaque fictionnalisation permet de mettre côte à côte, sous les yeux des lecteurs, des points de vue différents, de créer une certaine intimité. Et, en dernier lieu, de rendre le discours plus efficace.

49Ainsi, l’énonciation en vigueur dans les journaux espagnols du xviiie siècle peut véritablement être considérée comme une caractéristique de la presse culturelle, qui la distingue des autres genres de l’époque. Mêler aux propos originaux des pensées et des passages entiers tirés d’auteurs du passé, camoufler un nom derrière l’anonymat ou une signature cryptée, donner dès le prologue une présentation de la figure auctoriale : nombre de techniques utilisées par les publicistes et leurs contributeurs sont certes des pratiques courantes dans la littérature en général. Pourtant, l’emploi conjoint et répété de chacune d’entre elles leur donne une vie nouvelle. La presse culturelle élève ainsi la polyphonie au rang de spécificité générique, jouant avec les lettres de lecteurs fictives pour augmenter le nombre de voix en présence et créant un mouvement de va-et-vient entre les différentes instances. Il est vrai que la complexité discursive n’est pas la même selon les périodiques : certains – comme le Diario de los literatos ou le Mercurio literario – n’ont pas recours à la fictionnalisation de la voix narrative, d’autres ne font pas appel aux contributions extérieures – comme le Diario estrangero, l’Aduana crítica ou El Observador. Néanmoins, la presse culturelle dans son ensemble établit un jeu polyphonique d’une ampleur sans précédent et dont la plupart des mystères restent entiers, malgré l’avènement dans les années 1800 de véritables équipes de rédaction dans lesquelles les noms des journalistes ne sont plus soumis au secret.

Notes

1 « registro personalista » (Urzainqui, 1995a, p. 194).

2 Cayuela, 1996, p. 162.

3 El Duende especulativo, n° 1, pp. 12-13.

4 Quelques fonctions supplémentaires apparaissent en cours de publication, et certaines dénominations évoluent dans le tome ii.

5 « el tribunal catoniano hasta el presente es y ha sido puramente imaginario, y […] el Regañón solo ha representado los distintos personajes que han aparecido en él, como presidente, asesor, fiscal y demás » (El Regañón, 4 juillet 1804, p. 422).

6 « simplón ignorante » (El Duende de Madrid, n° 1, p. 9), « muy medroso » (ibid., n° 1, p. 23).

7 Bony, 1961, pp. 345-346.

8 « querido silencio » (El Pensador, n° 1, p. 13).

9 « sentado como en una cámara oscura en medio del público, sin ser conocido ni observado de nadie » (El Duende especulativo, 9 juin 1761, p. 18).

10 « Señor Doctor del Gremio y Claustro […], por mis pecados conozco al autor del Observador y sé que, aunque no es un ingenio de primer orden, no es tampoco digno del desprecio con que Vmd le trata… » (El Observador, n° 5, p. 75).

11 « hablar recio, reírse, enfadarse, contradecir y aun hacer callar a los que le enfadan, sin que nadie sepa, ni sospeche, que trata con el Duende » (El Duende especulativo, 4 juillet 1761, p. 109) ; « divulgan me conocen y, […] cuando llegan a hablarme, me preguntan cómo me llamo » (ibid., n° 6, p. 110).

12 « revestido de una insensibilidad estoica » (ibid., 9 juin 1761, p. 19) ; « nadie le debe creer esclavo de sus caprichos o antojos » (ibid., n° 1, p. 20).

13 « grandes empleos » (El Pensador, n° 1, p. 17).

14 « aborreciendo todo espíritu de partido » (El Amigo y Corresponsal del Pensador, n° 1, p. 5).

15 « El editor de este papel, que todo lo anda y todo lo corre, como un duende, sin ser de nadie conocido » (Semanario de Salamanca, 26 septembre 1795, p. 310).

16 El Regañón, 4 avril et 11 août 1804.

17 Par souci de clarté, en voici à nouveau la liste : El Duende especulativo, El Pensador, El Escritor sin título, El Amigo y Corresponsal del Pensador, La Pensadora gaditana, El Curioso entretenido, El Censor, El Apologista universal, El Corresponsal del Censor, El Observador et El Duende de Madrid.

18 « Yo soy pequeño y grueso, de modo que parezco un Sancho Panza. Tengo medianos colores y mis ciertos rasgos de petimetre. Lo pensador tampoco me sale al semblante, que tiene más de festivo que de serio » (El Pensador, n° 7, p. 29).

19 « nariz larga, ojos chicos y vivos, maltratado el semblante de las viruelas, rizos flotantes, cargado de espaldas, estatura mediana, de aspecto melancólico, y en el andar aire de esportillero hecho y derecho » (El Censor, n° 10, p. 141).

20 « semblante de senador » (El Curioso entretenido, n° 1, p. 11).

21 « Algo más que mi semblante me parece digno de la curiosidad del público mi carácter, que no deja de ser bastantemente extraño » (El Censor, n° 1, p. 18).

22 « concursos y corrillos públicos » (El Duende especulativo, 9 juin 1761, p. 18), « bailes y funciones de estrado » (ibid., p. 20).

23 « las funciones, salas y retretes más ocultos » (El Curioso entretenido, n° 1, p. 12).

24 El Corresponsal del Censor, n° 1, p. 1.

25 El Duende de Madrid, n° 1, pp. 17-18.

26 « toda suerte de autores, así antiguos como modernos » (El Censor, n° 1, p. 27).

27 « Yo soy un hombre que hago justicia y que pospongo mi utilidad, interés y amor propio a la razón, cuando la conozco » (El Amigo y Corresponsal del Pensador, n° 1, p. 5).

28 « La menor cosilla […] excita mi imaginación », « a cada instante con el cerebro lleno de ideas, que unas veces me alegran, otras me entristecen, y siempre tienen en ejercicio mi pensamiento » (El Pensador, n° 1, p. 2).

29 « […] censuro […] en casa, en la calle, en el paseo ; censuro en la mesa y en la cama ; censuro en la ciudad y en el campo ; censuro despierto, censuro dormido ; censuro a todos, me censuro a mí mismo, y hasta mi genio censor censuro, que me parece mucho más censurable que los mayores vicios, que en los demás noto » (El Censor, n° 1, p. 24).

30 « rabiar, llorar y gemir » (El Pensador, n° 1, p. 1) ; « me entristezco, sudo, pateo, me muerdo los labios » (ibid., n° 1, p. 14).

31 « me enternece sobre manera », « mi contento llega a lo sumo », « no quepo dentro de mí mismo » (El Censor, n° 53, pp. 99-100).

32 « Escucho naufragios sin arriesgar mi hacienda ; miro pérdidas con resguardo de mis intereses ; diviso escarmientos sin dolor propio ; oigo a los hombres sin atenderlos ; tal vez les respondo sin creerlos » (La Pensadora gaditana, 14 juillet 1763, p. 7).

33 « muy arrugada de frente y muy a la filósofa » (ibid., 8 mars 1764, p. 244).

34 « de genio bastantemente burlón y satírico » (El Corresponsal del Censor, n° 33, pp. 531-532).

35 « Ya las bellas letras […] están manando a borbotones, y nos han de dar un baño » (El Escritor sin título, n° 1, p. 1), « somos plaga de escritores, que hemos de plagizar a España, como las moscas a Egipto » (ibid., p. 4), « su ánimo es poner la tienta en las fístulas, que tienen canceradas nuestras costumbres » (ibid., p. 7).

36 « todo cuanto pienso me parece excelente, me miro como el primero de los hombres, deploro la suerte de estos en no tenerme por su guía, y llega mi desvanecimiento hasta creer que podría contribuir a su felicidad » (El Pensador, n° 1, pp. 2-3).

37 « le alaben, divulguen y respeten por hombre hábil y capaz para alguna cosa » (El Duende especulativo, 4 juillet 1761, p. 114).

38 « El proyecto de esta obra es demasiado extenso, y acaso superior a mis fuerzas » (El Observador, n° 1, p. 49).

39 « harto inferior » (El Corresponsal del Censor, n° 1, p. 16).

40 « no sé hablar francés ni copio de nadie ; y para desvirar, coser, y poner en forma un discurso, necesito lo menos quince días. Pero si esto parece a Vm bastante motivo para no llamarme periódico, me contento con que me llame semiperiódico, y aun semicláusula » (El Escritor sin título, « Prólogo »).

41 El Apologista universal, n° 8, p. 137.

42 « una firmeza de alma poco común y un fondo de patriotismo inagotable para atreverse a decir a la propia nación, y viviendo en su seno, verdades amargas, que ninguno de sus escritores ha osado manifestarla » (El Censor, n° 137, p. 89).

43 « la corrección de abusos » (La Pensadora gaditana, 10 novembre 1763, p. 119).

44 « contra los malos, para que haciendo patentes sus yerros y conociendo lo amable de la virtud y aborrecible del vicio, desamparen las torcidas huellas del ocio y vanidad en donde lastimosamente yacen sumergidos » (El Curioso entretenido, n° 1, p. 12).

45 « esgrimir su pluma contra toda casta de defectos » (El Corresponsal del Censor, n° 1, p. 2) ; « no contentar[se] con censurar lo que está a la vista, sino también […] lo que se practica a puerta cerrada y a oscuras, que es más todavía » (ibid., n° 42, p. 685).

46 « Mi modo de pensar es tan extravagante, que en viendo que muchos hombres adoptan una opinión, comienzo al instante a desconfiar de ella, por cierta que me haya parecido hasta entonces » (El Observador, n° 1, p. 50).

47 « aulas » (El Duende especulativo, 20 juillet 1761, p. 187).

48 « en estas escuelas aprendo más en un día, que pudiera en una universidad en diez años » (El Pensador, n° 1, p. 14).

49 El Pensador, n° 7 ; El Corresponsal del Censor, n° 10, p. 140.

50 « También os advierto, clientes míos, que me han sido de mucho agrado los apodos y dictados con que me habéis condecorado en varios de vuestros papeles ; pero para que no erréis en adelante, debo deciros que ya no soy de carácter religioso […] ; que no uso de correa, aunque tengo mucho aguante ; que se me han disminuido las narices, pero no el sentido » (El Apologista universal, n° 6, p. 118).

51 Notons, cependant, qu’El Amigo y Corresponsal del Pensador et El Corresponsal del Censor fonctionnent différemment, dans la mesure où c’est au Pensador et au Censor que chacun des narrateurs s’adresse dans ces publications, et non aux lecteurs.

52 « sin la potestad inapelable del confesor o el rigor arbitrario del censor político, sino con la relatividad del que se considera una voz entre muchas, una razón que no es la única posible » (Sánchez Blanco, 1992, p. 138).

53 Gilot, Sgard, 1961, p. 291.

54 « una figura más flaca y alta que rechoncha », « una boca formada por los músculos de la risa » (Correo de Madrid, 31 mars 1790, p. 2802).

55 « gordo y rechoncho » (Diario de Barcelona, 11 juin 1796, p. 701).

56 « largo de narices, frondoso de mejillas y abundante de frente » (Correo de Sevilla, 31 décembre 1803, p. 211).

57 « según dicen las gentes, hermosa » (El Pensador, n° 8, p. 3).

58 « lo particular de mi hermosura » (La Pensadora gaditana, 2 février 1764, p. 208).

59 « la naturaleza, según dicen, anduvo pródiga conmigo en esto de ponerme en tal proporción las narices, la boca, los ojos y las cejas, que con razón se puede decir que me hizo hermosa » (Correo de Xerez, 30 juillet 1807, p. 276).

60 Mensagero de Granada, 24 avril 1797, p. 367.

61 El Regañón, 23 juin 1804, p. 398.

62 « un buen hombre » (Variedades de ciencias, 1805, n° 21, p. 167).

63 « desde mi tierna edad he amado a las musas » (Memorial literario, 10 décembre 1805, p. 313).

64 « no dejo de tener alguna inclinación a leer los buenos libros » (El Regañón, 4 juillet 1804, p. 417).

65 « Yo soy un comerciante, pero por más deseos que tenga de enriquecerme, detesto las ganancias ilícitas. Consulto frecuentemente mi conciencia y gracias a Dios no soy de aquellos avaros negociantes, que prefieren su fortuna a su deber y que, impelidos de la codicia, aventurarían su alma por aumentar sus caudales » (Semanario de Salamanca, 9 janvier 1796, p. 25).

66 « Amo cordialísimamente, aunque pecador, la augusta religión de nuestros padres » (ibid., 27 septembre 1796, p. 195).

67 « tengo un entendimiento más cerrado que bolsa de gallego y más duro que cabeza de vizcaíno » (La Pensadora gaditana, 27 octobre 1763, p. 104).

68 « Para poner una carta, por breve que sea, necesito todo un día, gasto una hora para buscar la pluma, dos para tomarla en la mano, cuatro para ponerla sobre el papel y ocho para escribir mi carta, las nueve restantes apenas me bastan para comer y dormir » (Correo de Xerez, 25 mai 1800, p. 121).

69 « Mi figura no es de las más ventajosas ; pero todo lo remedia el ingenio, y un poco de paciencia. Yo la adorno, ilumino y entontillo de tantos modos, que nada me queda que envidiar a los Adonis, Jacintos, Hilas, Ganimedes y demás petimetres de la fábula. Mi genio festivo y sociable me ha llevado a aquella amable clase de estudios, que hace a un hombre útil y necesario en un estrado. Principalmente he adquirido una inmensa erudición en esto de comedias, novelas, sainetes, tonadillas » (El Censor, n° 83, p. 267).

70 Correo de Murcia, 15 mars 1794.

71 Efemérides, 15 et 16 juillet 1804, p. 803.

72 « Gracias a Dios que ya tengo a quien confiarle mis cuitas, darle cuenta de mis sinsabores y comunicarle mis pensamientos » (Correo de Sevilla, 31 décembre 1803, pp. 210-211).

73 « […] se levantó a la aurora, previno a las criadas barriesen la casa, en cuyo trabajo las ayudó, como también en el de poner la olla, entregando antes por su mano todo lo que para ella se necesitaba. Se vistió y peinó por sí misma […]. Últimamente cometió la bastardía de hacer lo mismo que la mujer del más pobre y andrajoso albañil, rezando por la noche el rosario con toda la familia » (El Corresponsal del Censor, n° 3, p. 91).

74 On peut les trouver dans les numéros suivants : 4 février, 1er avril, 13 mai, 6 juin et 22 juillet 1789 ainsi qu’au numéro du 3 mars 1790.

75 « la isla de los placeres » (El Novelero de los estrados, n° 2, p. 73) ; « la república del pasatiempo » (ibid., n° 4, p. 161) ; « valles y prados de Admeto » (ibid., n° 7, p. 328).

76 El Censor, n° 32 ; Correo de Murcia, 22 décembre 1795.

77 Correo de Xerez, 13 avril 1800, pp. 29-31.

78 Variedades de ciencias, 1804, n° 12, pp. 373-376.

79 Semanario de Salamanca, 9 avril 1795, pp. 25-32.

80 El Catón compostelano, n° 14, pp. 209-222.

81 Dale, 2005, pp. liii-liv.

82 « yo no creo que haya ni Mr Ennous, ni Conde de las Claras, ni Leocadia Matute, ni Pedro Mártir, ni otros mil personajes que hablan como unos Catones y escriben como unos Senecas. Yo me persuado que todo esto es fingido, todo una pura fábula » (El Corresponsal del Censor, n° 26, p. 428).

83 « el peluquero, por quien se supone escrito lo principal de aquel pensamiento o carta » (ibid., n° 32, p. 520).

84 « la circunstancia de ser la primera carta que realmente se me ha dirigido » (El Pensador, n° 6, p. 27).

85 « vaya esa carta, que (si Vms. quisieren creerlo) he recibido » (ibid., n° 7, p. 27).

86 « La carta siguiente no es invención ni trabajo mío » (ibid., n° 8, p. 22).

87 « desde que me mostré al público en calidad de censor he recibido todas las piezas que se me han enviado » (El Censor, n° 38, p. 595).

88 « A este asunto parece me envió la siguiente un amigo » (Caxón de sastre, n° 18, p. 99).

89 « deseoso de empezar a cumplir lo que tengo prometido en punto de educación, trabajaba días pasados un discurso sobre las calidades que deben constituir un buen ayo cuando, con muy corto intervalo de tiempo, recibí dos cartas que hablan de este asunto » (El Pensador, n° 63, p. 181).

90 « Hoy voy a entretener a mis lectores con dos papeles que acabo de recibir, y que creo podrán ser de utilidad para muchos de ellos, pues aquellos que quieran evitar que les suceda una aventura tan triste, como la que contiene el primero, podrán recurrir al autor del segundo y aprovecharse de las instrucciones que ofrece, para no verse en iguales lances » (El Censor, n° 14, pp. 203-204).

91 Minerva, 24 décembre 1805, pp. 221-222.

92 El Regañón, 27 août, 31 août et 3 septembre 1803 ; Diario de Madrid, 27 juillet 1803.

93 « de letra clara y buena ortografía, pues la velocidad con que se imprimen los papeles periódicos no da tiempo para corregirlos » (Semanario de Granada, 14 août 1800, p. 142).

94 « en mejor letra » (Pasatiempo literario, n° 11, p. 176).

95 « El tribunal catoniano encarga a todos los que se sirvan remitirle cartas por el correo, que además de enviárselas francas de porte, porque no se extravíen, las pongan en una letra inteligible y clara, pues el secretario que tiene el encargo de leerlas se ha quejado de que muchas vienen en unos caracteres tan mal formados, que le es indispensable para entenderlas el andar adivinando los períodos » (El Regañón, 27 août 1803, p. 208).

96 « varias cartas que nos han dirigido muchas personas de instrucción, tanto de dentro, como de fuera de Madrid » (Espíritu de los mejores diarios, 27 septembre 1787, p. [300]).

97 « No faltará quien crea que el hallazgo de esta carta es una ficción. Sobre esto, y sobre si está bien o mal imaginada, habrá sus conferencias. Dirán que no es este el estilo de los orientales, y añadirán otras semejantes reflexiones. Digan lo que quieran. Yo sé lo cierto del caso, y creo que el ser la carta fingida, o verdadera, es lo que menos monta. Examinemos si acaso pudo este turco hablar de nosotros. Esto es lo que importa » (El Pensador, n° 45, p. 76).

98 Francisco Uzcanga Meinecke, dans son analyse d’El Censor, s’est penché sur cette polyphonie externe. Les réflexions de cette partie, élargies aux autres périodiques, sont en partie fondées sur son travail. Uzcanga Meinecke, 2001.

99 Correo de Murcia, 25 mars 1794.

100 « La simplicidad del que […] escribe divertirá sin duda a mis lectores y podrá servir para desarrugar su frente […] » (El Censor, n° 46, pp. 738-739).

101 « yo ni he cursado más universidad que una literaria donde concurría con otros amigos de mi talento y madurez ; […] ni he corrido más mundo que Madrid, sus arrabales y Carabanchel de abajo » (Correo de Madrid, 13 octobre 1790, p. 8).

102 « botarate », « ente […] perjudicial y ridículo » (ibid.).

103 « Vm. dirá […] que yo no valgo nada para nada » (ibid.).

104 « desde la superioridad compartida » (Uzcanga Meinecke, 2005, p. 112).

105 « No solo Vm. tiene el genio pensador : hay otros muchos que le acompañan y yo soy uno de ellos. También mi genio es vivo, bullicioso y amigo de reforma » (El Pensador, n° 11, p. 3).

106 « pienso cuando me levanto, cuando almuerzo, cuando me afeitan y peinan, cuando como, cuando paseo, cuando estoy en visita o tertulia y tomo chocolate, cuando ceno y aun cuando duermo pienso ya, pues está mi naturaleza tan hecha a pensar, que de un año a esta parte, todos mis sueños son pensativos » (Diario de Madrid, 3 mars 1792, p. 257).

107 « genio tétrico y algo misántropo » (El Regañón, 11 avril 1804, p. 225).

108 « carácter taciturno » (Semanario de Zaragoza, 21 août 1800, p. 517).

109 Semanario de Zaragoza, 23 juillet 1798.

110 « edificios compuestos de cintas, encajes, flores, gasas, plumas y otros ingredientes » (El Curioso entretenido, n° 7, pp. 362-363).

111 « Censura a la verdad mucho más acre y áspera que cuantas podía yo dar, a pesar de toda la amargura de mi genio ; pues como ya habrá conocido mis lectores, siempre mi Tribunal Censorio se reviste de moderación y misericordia, y trata con más de la que merecían a los delincuentes » (El Censor, n° 32, pp. 491-492).

112 Semanario de Salamanca, 10 juin 1794, pp. 181-184.

113 « forastero sin oficio ni beneficio, por tanto un perpetuo paseante » (Correo de Xerez, 14 juillet 1805, p. 28).

114 Diario de las musas, 21 décembre 1790.

115 Diario de Madrid, 20 et 21 septembre 1796, 8 janvier 1799, 13 et 14 novembre 1803, 7 décembre 1803.

116 Correo de Murcia, 6 août 1793.

117 Larriba, 1998, p. 149.

118 À ce propos, voir Bolufer Peruga, 1995, p. 28 et p. 31.

119 La Pensadora gaditana, 22 mars 1764, pp. 258-264.

120 Dans El Regañón general, c’est suite à la lecture du périodique qu’« El sargento retirado » décide d’adopter une attitude plus juste envers ceux qui travaillent ses terres (28 septembre 1803, pp. 468-470).

121 « V. ve muy bien, Señor Semanarista, que sé bastantes ejemplos y que me valgo de argumentos sólidos para hacer ver a los estudiantes la esclavitud en que viven » (Semanario de Salamanca, 21 février 1795, p. 116).

122 « Si Vmd. tuviese a bien divulgar por medio de su periódico estas reflexiones, quizá se lo agradezcan algunos ancianos que tengan la misma flaqueza que yo tenía antes de mi desengaño » (El Regañón, 10 décembre 1803, p. 445).

123 Correo de Murcia, 17 novembre 1792 ; Semanario de Málaga, 22 et 25 novembre 1796 ; Correo de Xerez, 28 mars 1802.

124 « siempre que quiera corregir a los hombres deberá presentar ejemplos de una virtud proporcionada a las fuerzas de los espectadores : de esta suerte podrá lisonjearse con la dulce esperanza de llegar a corregirlos » (Semanario de Zaragoza, 24 juin 1799, p. 394).

© Casa de Velázquez, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search