Version classiqueVersion mobile

Presse et culture dans l’Espagne des Lumières

 | 
Maud Le Guellec

Deuxième partie. Énonciation : une réalité discursive inédite

Chapitre vi. Comment signer ? Pourquoi signer ?

Texte intégral

1Signer de son nom véritable, en utilisant un surnom ou des initiales, ne pas signer du tout : différentes possibilités s’offrent aux voix actives qui s’expriment dans les journaux culturels pour assumer ou non l’auctorialité de ce qu’elles écrivent. Étudier ces différentes modalités et les significations de chacune s’avère donc primordial pour mieux comprendre le système discursif de la presse, en observant séparément le cas des journalistes et celui des contributeurs. En effet, si les possibilités de signature utilisées ainsi que certaines motivations sont communes, il n’en reste pas moins que l’un et l’autre correspondent à deux modes de fonctionnement distincts. D’une part, parce que, dans le cas du journaliste, choisir d’apposer ou non son véritable nom sur la page de couverture, c’est décider d’assumer la responsabilité de l’ouvrage périodique au sein du monde des lettres, ou au contraire de la rejeter. D’autre part parce qu’une question fondamentale se pose en ce qui concerne les contributeurs : celle de savoir si leur identité est authentique ou si, derrière la figure de contributeur, se cache en réalité l’un des journalistes.

Lorsqu’on est journaliste

Une auctorialité parfois assumée

2Si l’on se reporte aux lois de 1558, de 1627 et de 1752, on constate que faire figurer le nom de l’auteur au début de chaque ouvrage n’est légalement pas une option mais bien une nécessité. Voici le texte de la loi de 1752 à ce sujet :

  • 1 « En el principio de cada libro, que así se imprimiere o reimprimiere, se ponga la licencia, tasa o (...)

Au début de chaque livre, pour les impressions comme pour les réimpressions, doivent être indiqués la licence, la taxe ou le privilège (le cas échéant), le nom de l’auteur et de l’imprimeur, le lieu de son impression, avec la date authentique de cette impression, sans que cette date ne soit modifiée ou anticipée, sans qu’aucun nom ne soit inventé et sans faire usage d’une quelconque fraude, manigance ou omission allant à l’encontre des dispositions sur cette question1.

  • 2 « Carta del editor » (Correo de Xerez, 15 novembre 1801, pp. 37-38).

Indiquer dans la publication elle-même son nom en toutes lettres est donc une pratique adoptée par certains des journalistes, que cela soit fait dès la page de couverture, comme le demande la loi, ou à un autre endroit du périodique. Antonio María Herrero et José Lorenzo de Arenas apposent ainsi leur nom sur la page de couverture du Mercurio literario, Francisco Mariano Nifo sur celles du Caxón de sastre et du Diario estrangero, l’Abbé Langlet sur celle d’El Hablador juicioso, Cristóbal Cladera sur celle de l’Espíritu de los mejores diarios, Pedro Gatell sur celle d’El Argonauta español. Dans le Diario de los literatos, on trouve la signature de Juan Martínez Salafranca, Leopoldo Jerónimo Puig et Francisco Javier de la Huerta à la fin de la dédicace au roi. Et c’est également dans une adresse au roi qu’apparaissent les noms de Mariano de Carnerero, Andrés de Moya Luzuriaga et Cristóbal de Beña, en charge du Memorial literario dans sa dernière étape de publication. Le prologue d’un périodique peut lui aussi être le lieu adéquat pour faire apparaître le nom complet des journalistes. Dans les Variedades de ciencias, c’est à la fin de celui-ci qu’il est annoncé que la rédaction du périodique sera assumée par sept publicistes dont sont indiqués à la fois les noms en toutes lettres et les initiales qui seront utilisées pour signer les différents articles. Plus rarement, ce n’est ni la page de couverture ni un des textes liminaires qui contient cette information. Ainsi, dans le Correo de Xerez, ce n’est que le 15 novembre 1801, lorsqu’une « Lettre de l’éditeur »2 apparaît signée par « Joseph de la Barreda », que l’on apprend que celui qui était jusqu’ici indiqué comme simple éditeur de l’ouvrage en est en fait le principal rédacteur. Pour chacun de ces cas, c’est en tout cas au sein même du périodique que les journalistes assument l’auctorialité de la publication, sans pour autant que les conditions strictes exposées par la loi ne soient respectées.

  • 3 Cette pratique, obligatoire, n’était pourtant pas toujours respectée, et le nom qui était donné au (...)
  • 4 Noms maternels de Luis Mariano Cañuelo y Heredia et de Luis Marcelino Pereira Castrigo.

3Une modalité différente, que l’on peut néanmoins assimiler à celle-ci, consiste à ne pas faire apparaître son nom dans les pages du périodique mais à le faire en amont, au moment de solliciter auprès du Conseil de Castille la licence d’impression, et d’assumer ainsi pleinement la responsabilité de l’ouvrage vis-à-vis des autorités3. C’est donc en consultant ces demandes de licence que l’on est en mesure d’affirmer que La Espigadera est l’œuvre d’Alfonso Valentín Bravo, le Diario de las musas celle de Luciano Comella et de Lorenzo de Burgos et que El Censor est composé par Mariano Heredia et Luis Castrigo4. Pour les chercheurs actuels, cette pratique rend le décryptage de l’auctorialité plus compliqué, dans la mesure où l’on n’a pas nécessairement accès aux textes des demandes de licence d’impression. Pour les contemporains des périodiques, néanmoins, l’identité des journalistes, une fois connue officiellement, ne devait pas constituer un grand mystère, que leur nom soit apposé ou non sur la page de couverture. De même, les initiales authentiques avec lesquelles certains journalistes signent leur ouvrage périodique devaient être transparentes pour les lecteurs de l’époque – en tout cas pour un certain nombre d’entre eux. Pedro María Olive appose ainsi un D.P.M.O. sur la couverture des Nuevas Efemérides de España, Luis Santiago Bado, Francisco Meseguer et Miguel González Zamorano signent de leurs initiales l’avertissement destiné au public dans le tout dernier numéro du Correo literario de Murcia (L.S.B. – F.M. –M.G.Z.). Parfois, c’est un article qui, au sein du périodique, est signé à l’aide des véritables initiales d’un des journalistes : D.P.A.S.G. pour Pedro Alonso de Salanoba y Guilarte (Diario de Madrid), J.M. de C. pour José María Carnerero (Memorial literario), I.A. pour Isidoro de Antillón (Variedades de ciencias).

  • 5 « Se hallará con las novelas antecedentes y todas las obras de Don Francisco Mariano Nipho, en el R (...)
  • 6 Sánchez Hita, 2007.

4Par ailleurs, l’usage d’un pseudonyme peut également n’être qu’une pratique littéraire sans véritable intention d’occultation. Ainsi, quoique la signature qui apparaît sur la page de couverture d’El Novelero de los estrados soit celle d’ntonio Ruiz y Minondo, les contemporains du périodique ne pouvaient qu’être conscients que c’était là un pseudonyme utilisé par Nifo, puisqu’à la fin du numéro 6 apparaît la publicité suivante : « Disponible avec les romans précédents et toutes les œuvres de Don Francisco Mariano Nipho, à la Cristallerie royale »5. Enfin, on peut également penser qu’une partie des lecteurs du xviiie siècle était en mesure de décrypter les anagrammes parfois utilisées par les journalistes culturels. El Curioso entretenido est ainsi signé d’un bout à l’autre « Juan Nosip y Vargas », anagramme assez transparent de Juan de Pisón y Vargas selon Beatriz Sánchez de Hita6. Le cas d’El Escritor sin título, signé dans un premier temps « Licenciado Don Vicente Serraller y Aemor », anagramme imparfaite de Cristóbal Romea y Tapia, devait être plus énigmatique. Mais le second numéro fait figurer le véritable nom de l’auteur.

Une auctorialité parfois fuyante

5Avec des degrés de clarté divers, il est ainsi des cas où le journaliste associe son nom à la publication périodique qu’il prend en charge. Cependant, malgré la loi en vigueur, la plupart des publicistes ne signent pas leur ouvrage – ou les documents officiels qui l’accompagnent –, que ce soit en toutes lettres ou à l’aide de leurs véritables initiales. Il semblerait que pourvu que le contenu de l’ouvrage soit acceptable, le Conseil de Castille acceptait que l’identité d’un auteur ne soit pas consignée.

  • 7 C’est là notamment l’interprétation de Paul-Jacques Guinard, qui remet en cause l’hypothèse de Luis (...)
  • 8 Klaus-Dieter Ertler, dans son édition du périodique, mentionne les deux hypothèses mais penche pour (...)
  • 9 Selon Scott Dale, le périodique serait l’œuvre de Don Juan Francisco del Póstigo. Dale, 2005, pp. x (...)

6Dans ces conditions, le patronyme indiqué comme étant celui du rédacteur en chef du journal correspond très couramment à un nom inventé, derrière lequel il est difficile de déceler l’identité du publiciste. Certes, dans le cas d’El Pensador, le doute est levé dès le deuxième tome puisque, sur la page de garde, le nom d’emprunt de « Joseph Álvarez y Valladares » laisse place au véritable nom du journaliste : « Joseph Clavijo y Fajardo ». Mais qu’en est-il pour El Duende especulativo, signé « Juan Antonio Mercadàl », nom qui correspondrait à un pseudonyme utilisé peut-être par Juan Enrique de Graef7, peut-être par Nifo8 ? Qu’en est-il pour La Pensadora gaditana, dont l’auteur déclarée, « Beatriz Cienfuegos », n’a peut-être jamais existé9 ? Les contemporains de ces différentes publications avaient-ils décrypté l’auctorialité véritable de chacune de ces publications ? Si, dans le cas de La Pensadora gaditana, les lecteurs – tout du moins les habitants de Cadix – semblent conscients de l’inauthenticité de la signature, rien n’indique en revanche qu’ils aient été en possession d’indices pour déterminer qui était son véritable auteur. Or, en dehors de ces quelques exemples mis à jour par les chercheurs actuels, on peut supposer qu’il existait bien d’autres cas d’occultation auctoriale.

7Lorsque l’on ne connaît pas avec une entière certitude l’existence d’un homme de lettres répondant au nom indiqué comme étant celui du journaliste, on est donc en droit de penser que ce n’est là qu’un pseudonyme de plus. Rien ne nous dit, ainsi, qu’Antonio Mauricio Garrido et Juan de Flores Valdespino, dont les noms apparaissent sur les couvertures d’El Amigo y Corresponsal del Pensador et de l’Academia de ociosos, ont véritablement existé. En outre, le nom présenté comme étant celui du journaliste peut être celui d’un prête-nom, qui demande la licence d’impression pour les publicistes, ceux-ci restant dans l’anonymat. Selon Philip Deacon, la démarche à adopter au cours de la censure a priori était en effet la suivante :

  • 10 « El texto a imprimir tenía que ser entregado junto con un pedimento formal firmado por quien querí (...)

Le texte à imprimer devait être livré avec une demande officielle signée par celui qui désirait le divulguer sous forme imprimée, qu’il soit imprimeur, libraire, traducteur, compilateur, auteur, ou que ce soit un représentant ou un membre de sa famille. L’écrivain n’était donc pas obligé de se présenter en personne au cours des démarches du processus de censure et un intermédiaire compétent pouvait faire usage d’un pseudonyme ou d’un nom supposé pour taire l’identité exacte de l’auteur10.

C’est ainsi que Manuel Ruiz de Uribe, dont le nom apparaît sur la page de couverture du Diario de Madrid en 1758, n’était pas le rédacteur du journal. Il est donc légitime d’avoir des doutes quant au rôle véritable d’Alejandro de León y Luna, qui fait la demande d’impression pour le Correo de Valencia, ou d’Elias Delgado et José Hidalgo qui, successivement, sollicitent une licence d’impression pour le Correo de Sevilla.

  • 11 La distinction entre « nombres convincentes » et « nombres equívocos » est établie par Philip Deaco (...)
  • 12 « la costumbre introducida por los enciclopedistas de enmascarar, aunque solo fuese a medias, sus a (...)
  • 13 Ce pseudonyme apparaît à la fin du deuxième numéro, mais est déjà annoncé à la fin du premier par l (...)
  • 14 Pseudonyme utilisé par Manuel Rubín de Celis, comme le montre l’analyse d’Inmaculada Urzainqui et d (...)
  • 15 « una criba que examina y filtra » (Hodab, 2009, p. 47).
  • 16 « yo confío en la bondad de mis suscriptores » (Correo de Murcia, 21 janvier 1794, p. 43).

8À côté de ces « noms convaincants »11, qui cachent sous des apparences vraisemblables un pseudonyme ou le nom de quelqu’un qui se porte garant de la publication sans pour autant prendre part à sa rédaction, il existe d’autres cas où la signature peut entraîner des difficultés d’identification. Le premier est celui des « noms équivoques » : des noms qui, par leur étrangeté ou leur connotation humoristique, trahissent leur inauthenticité. L’usage de tels noms correspond à une pratique courante depuis le Moyen Âge mais qui jouit d’une grande popularité au xviiie siècle, parallèlement à « l’habitude introduite par les encyclopédistes de masquer, même si ce n’est que partiellement, leurs apports à la plus grande entreprise littéraire du siècle »12. C’est ainsi qu’El Apologista universal est signé par Policarpo Chinchilla Galiano13 et qu’ElCorresponsal del Censor est signé par Ramón Harnero14, dont le nom de famille supposé rappelle « un tamis qui examine et qui filtre »15. La signature par initiales peut également, en dehors des cas évoqués plus haut, constituer un grand mystère pour les contemporains des publications culturelles comme pour les chercheurs. Que penser des lettres M.M.M. utilisées dans le Correo de Murcia pour signer un article qui se conclut sur la note suivante : « j’ai confiance en la bonté de mes souscripteurs »16 ? À quoi correspond la lettre Q., utilisée au numéro du 21 décembre 1804 des Efemérides de España par un membre de l’équipe de rédaction qui, dans le numéro même où est publiée une lettre d’un certain B., répond à la critique que celui-ci fait d’un numéro précédent ? Si tout porte à penser que ces initiales renvoient à l’un des journalistes de chacun des périodiques, il est en revanche difficile, voire impossible, de déterminer l’identité de la personne qui se cache derrière ces quelques lettres. En outre, il est courant que les journalistes ne signent pas du tout leur ouvrage, des périodiques comme le Pasatiempo literario ou le Semanario de Granada restant ainsi dans l’anonymat le plus total.

  • 17 Aguilar Piñal, 1978, pp. 6 et 44.
  • 18 Carré Aldao, 1916, p. 110.
  • 19 Laguna Platero, 1990, p. 287.
  • 20 González Antón, 1988, p. 336.
  • 21 Urzainqui, 2009c.
  • 22 « Ocultando mi nombre (porque amo mucho la moderación) me valí del Barón de la Bruère para que prop (...)
  • 23 AHN, Consejos, 11280-26. Cité par Rodríguez de la Flor, 1988, p. 25.

9Certes, pour beaucoup de ces publications non signées, les chercheurs parviennent à émettre des hypothèses d’auctorialité. En analysant écriture et parcours de la publication, en les mettant en perspective avec ses connaissances sur les hommes de lettres du xviiie siècle, Aguilar Piñal17 soulève la possibilité qu’El Caxón de sastre cathalán soit l’œuvre du commerçant barcelonais Pedro Ángel de Tarazona et que le Semanario de Málaga soit celle de Luis de Carreras y Ramón, indiqué comme étant l’imprimeur. De la même manière, Eugenio Carré Aldao18 avance l’hypothèse selon laquelle Francisco del Valle Inclán aurait composé El Catón compostelano, Antonio Laguna Platero19 celle selon laquelle le Diario de Valencia serait l’œuvre de Pascual Marín et du baron de la Bruère, tandis que Francisco Javier González Antón20 estime que le Mensagero de Granada était sous la responsabilité de Francisco Dalmáu. Mais est-ce que ces hypothèses sont le reflet d’une probable connaissance de l’époque, ou le fruit de recoupement d’informations inaccessibles aux contemporains ? Dans certains cas, il est probable que les lecteurs de l’époque aient bénéficié de certains indices, leur permettant par exemple de supposer que Ventura Ferrer, éditeur d’El Regañón de La Habana (1800-1801), pourrait être celui d’El Regañón general21. Mais d’autres fois, seuls des documents extérieurs, inaccessibles aux contemporains de la publication, nous permettent de faire aujourd’hui certaines suppositions. C’est le cas pour une lettre du 21 avril 1792 de Juan Pablo Forner, dans laquelle celui-ci déclare, à propos du Diario de Sevilla : « En taisant mon nom (car j’aime beaucoup la modération) je me suis servi du Baron de la Bruère pour qu’il propose l’idée de publier un journal qui combattrait les principes et les maximes de la philosophie, fausse et insensée, qui a été la source et le point de départ de la Révolution française »22. Ou encore de la lettre qu’envoie Francisco Prieto de Torres depuis Madrid, datée du 11 décembre 1793, et qu’il accompagne du plan du Semanario de Salamanca23.

10Face à un tel constat, il convient de s’interroger sur les raisons qui poussaient les journalistes à occulter ainsi leur identité derrière des pseudonymes, un prête-nom, des initiales ou l’absence de signature.

  • 24 Domergue, 1981, p. 88.
  • 25 « pues escribir no parecía labor excesivamente trabajosa ; no conlleva, en apariencia, mucho esfuer (...)
  • 26 Correspondance, iv, 180 (février 1760). Cité par Pellisson, 1911, p. 256.
  • 27 Guinard, 1973, p. 93.

11J’ai évoqué précédemment la censure en vigueur dans l’Espagne du xviiie siècle, première explication à ce souci d’anonymat, notamment pour les journaux les plus satiriques. Rien d’étonnant à ce qu’El Observador, condamné in totum dès 1788, ou El Corresponsal del Censor, El Diario pinciano et El Duende de Madrid, interdits de publication par l’édit inquisitorial du 6 mars 179124, soient publiés de manière anonyme ou sous couvert d’un pseudonyme. En dehors de cette raison évidente, on peut relever également la question de l’honorabilité. Avec la progressive mercantilisation de la littérature, l’écrivain commence à avoir l’image de quelqu’un qui gagne de l’argent facilement, « car écrire ne semblait pas être un exercice excessivement exigeant ; cela ne suppose pas, en apparence, beaucoup d’efforts ni, par conséquent, beaucoup de fatigue »25, que cette idée de la rentabilité de l’écriture corresponde ou non à la réalité. À cela s’ajoute pour le publiciste l’idée, courante à l’époque, que ses aptitudes ne sont pas à la hauteur de ses ambitions. Ainsi, Charles-Simon Favart déclare au sujet des journalistes français : « Les auteurs de feuilles périodiques sont autant de chiens qui se tiennent sous la table de leur maître ; ils attendent qu’on leur jette des os à ronger : […] ils mordent les jambes de ceux qui les nourrissent»26. La preuve que cette mauvaise réputation suit les journalistes en Espagne nous est donnée par les efforts que ces derniers déploient pour légitimer leur activité dans les prologues de leurs publications, en retraçant l’histoire du journalisme et en justifiant leurs choix éditoriaux. Face à cet état de fait, Paul-Jacques Guinard souligne ainsi que « des hommes ayant un emploi dans l’administration, ou appartenant à l’Église, pouvaient estimer préférable de ne point avouer ouvertement la paternité d’écrits satiriques, ou polémiques, ou encore de futiles poésies lyriques, ou, à plus forte raison, de journaux, les périodiques relevant […] d’un genre peu estimé »27.

  • 28 Rogers, Lapuente, 1977, pp. 12-13.
  • 29 « una nota novedosa o variante para que el público se sintiese más motivado a la lectura por las pr (...)
  • 30 « seguir la máxima de muchos sabios de aquel reino, que ocultan sus nombres en sus obras para oír c (...)

12En dehors de ces possibles motivations, Paul Patrick Rogers et Felipe Antonio Lapuente28 en relèvent d’autres d’ordre psychologique : la modestie ou la honte, l’aversion que l’on éprouve parfois vis-à-vis de son nom pourraient expliquer, parfois, ce désir d’anonymat. On peut également penser à des motivations d’ordre stratégique, lorsqu’il s’agit d’auréoler un périodique d’un certain mystère afin de le rendre plus attrayant. María Rosa Cal Martínez affirme ainsi que l’usage d’un pseudonyme peut apporter à un ouvrage « une note inédite ou changeante pour que le public se sente davantage encouragé à la lecture par les promesses d’un auteur inconnu, plus attractives que celles d’un éditeur répétitif, censuré et ayant parfois connu des échecs »29. La stratégie de l’occultation peut également consister, pour le journaliste, à laisser lecteurs et critiques s’exprimer librement, afin de mieux prendre connaissance de leurs impressions. C’est ce que souligne, d’ailleurs, l’Aduana crítica, expliquant le fait que Clavijo y Fajardo ait, dans un premier temps, utilisé un pseudonyme pour publier El Pensador par sa volonté d’« adopter la maxime de beaucoup de savants de ce royaume, qui taisent leur nom dans leurs œuvres pour entendre librement l’opinion que les érudits ont de leurs productions »30. De même, El Censor explique à ses lecteurs le bienfait que représente pour un écrivain la publication anonyme de ses œuvres :

  • 31 « Muy necio es menester que este sea para que sienta un gran placer, cuando las oye alabar en su pr (...)

Quiconque ressent un grand plaisir à entendre les louanges que l’on fait en sa présence est en réalité bien sot. Mais l’inévitable plaisir que ressent l’écrivain anonyme lorsqu’il entend les éloges que l’on fait de ses œuvres est indescriptible. Il est certain que ceux-ci ne doivent rien à l’adulation ou à la courtoisie. […] Par ailleurs, la liberté avec laquelle on parle devant lui, les différentes critiques qu’il entend à propos de ses écrits le mettent aussitôt en position de connaître et de corriger ses défauts, et le renseignent sur ce qui correspond le plus au goût de ses lecteurs31.

Lorsqu’on est contributeur

13Passons à présent à l’étude des signatures utilisées par les contributeurs de la presse culturelle du xviiie siècle. Comme on l’a évoqué plus haut, il est difficile de savoir si, derrière cette voix clamée comme étant extérieure au journal, se cache effectivement un contributeur ou bien, au contraire, un des journalistes qui travestit sa voix. Cependant, j’analyserai pour le moment les différentes modalités de signature sans prendre en considération cette perspective, afin de revenir sur cette question fondamentale de l’authenticité après avoir mené à bien l’étude du système de signature ainsi que celle de la mise en scène de la voix des contributeurs.

Dire son identité

14Qu’elle se présente sous la forme d’un nom, d’un surnom ou d’initiales, il est des cas où la signature apposée à la fin des contributions insérées dans les périodiques culturels du xviiie siècle sert à identifier leur auteur en toute transparence.

Des signatures en toutes lettres

  • 32 Bolufer Peruga, 1995, p. 47.

15Cela est évident lorsque les informations, articles ou poèmes insérés dans les périodiques sont signés par des noms qui renvoient à des personnalités connues de l’époque : scientifiques ou juristes, poètes ou dramaturges. Prenons le cas du Memorial literario, dans lequel, de manière exceptionnelle ou répétée, ont signé de leur nom Cándido María Trigueros, Fernando Camborda y Nuñez, Luciano Comella, Leandro Fernández de Moratín, Agustín Ibañez de la Rentería, Diego María Gallard et bien d’autres. Dans d’autres journaux de vulgarisation, on voit apparaître Francisco Fernández Navarrete (Diario de los literatos), Mariano de Aguirre et Valentín de Foronda (Espíritu de los mejores diarios), Isidra Rubio et Madama Abello – mis pour María Martínez Abello32 – (Diario de Barcelona), Luis Proust et Guillermo Thalacker (Variedades de ciencias), María Rosa de Gálvez (Minerva), etc. Pour chacun de ces exemples, l’authenticité des signatures ne fait aucun doute.

  • 33 « Don Fabián Ramos (Médico del Hospital General de esta Ciudad) » (Semanario de Salamanca, 16 novem (...)
  • 34 « Francisco Falco, Presbítero, Rector del Colegio de Corpus Christi » (Diario de Valencia, 17 janvi (...)
  • 35 « Manuel Barges (Contador) » (Efemérides, 22 mai 1804).
  • 36 « El Secretario de la Academia de San Beltrán » (Diario de Barcelona, 19 mars 1794).
  • 37 « El maestro de primeras letras de la Villa de Valde-Concha en la Alcarria » (ibid., 20 septembre 1 (...)
  • 38 « El director del Real Observatorio » (Diario de Madrid, 24 novembre 1805).

16La situation est moins évidente pour des noms dont la vraisemblance incite à penser qu’ils sont également de véritables noms de contributeurs, sans que l’on soit en mesure de confirmer l’existence de la personne à laquelle ils renvoient. En effet, des « noms convaincants » peuvent tout à fait être en réalité des pseudonymes. Cependant, lorsqu’ils sont accompagnés d’informations supplémentaires données sur le contributeur, leur authenticité est alors très probable. Parfois, c’est le titre de la personne qui est mentionné : on peut lire des articles et poèmes du « Licenciado Román de Arce » (Semanario de Salamanca) ou du « Dr. Tomás Villanueva » (Correo de Valencia). D’autres fois, l’indication est celle du métier. Le Semanario de Salamanca contient ainsi un article envoyé par « Don Fabián Ramos (Médecin de l’Hôpital Général de cette Ville) »33, le Diario de Valencia une lettre signée « Francisco Falco, Prêtre, Recteur du Collègue de Corpus Christi »34 et les Efemérides de España une contribution de « Manuel Barges (Comptable) »35. La seule indication de la fonction de l’auteur d’une contribution, d’ailleurs, peut amplement suffire à l’identifier sans que son nom ne soit précisé. C’est le cas pour « Le Secrétaire de l’Académie de San Beltrán »36, « Le professeur de lettres élémentaires de la Ville de Valdeconcha en Alcarria »37 ou « Le directeur de l’Observatoire Royal »38.

  • 39 « Médico titular de la Villa de la Roda » (El Regañón, 29 février 1804).
  • 40 « Académico numerario de la Real de Ciencias » (ibid., 25 janvier 1804).

17Cette pratique, en réalité, est presque exclusivement le fait des journaux de vulgarisation. La présence, dans El Regañón general, de nombreux noms véridiques ou vraisemblables peut d’ailleurs être considérée comme un signe que ce périodique, qui partage un certain nombre de traits distinctifs avec les « spectateurs », n’en est pourtant pas un. Y signent des articles José Miguel Alea, Miguel José Cabanellas, Jaime Menos de Llenas ou encore Fulgencio Carrillo, présenté comme « Médecin titulaire de la Ville de Roda »39, et Diego Santos Lostado, « Membre numéraire de l’Académie Royale des Sciences »40.

Des signatures faussement codées

18En outre, on peut également supposer qu’un certain nombre de signatures qui nécessitent, aujourd’hui, un travail de décryptage, permettaient aux lecteurs contemporains des périodiques d’identifier les contributeurs sans la moindre hésitation. À une partie d’entre eux, tout du moins : leurs amis et, avec eux, tous ceux qui faisaient partie de l’élite intellectuelle de la ville de publication du journal.

  • 41 Deacon, 1996, p. 221.
  • 42 Aguilar Piñal, 1992, p. 261.
  • 43 Rodríguez de la Flor, 1988, pp. 204-205.
  • 44 Arenas Cruz, 2000, p. 335.
  • 45 Deacon, 1996, p. 216.
  • 46 « en letras de molde su nombre verdadero, o el anagrama que todos descifran, o que él descifra a to (...)
  • 47 Guinard, 1973, p. 236.

19C’est le cas de certaines signatures par initiales. Les signatures F.G.S. et D.F.P.T. étaient ainsi fréquemment utilisées par Francisco Gregorio Salas et Francisco Prieto de Torres. Quant à Luis Moncín, il avait l’habitude de signer ses oeuvres L.A.J.M., comme le souligne Philip Deacon41. Et Aguilar Piñal42, en partant du constat que le Correo de Sevilla accorda une large place aux poésies nées dans le cadre de l’Academia de Letras Humanas de Séville ou dans son sillage, identifie plusieurs des signatures par initiales qui figurent dans le bi-hebdomadaire : D.F.N.Y.D.P. pour « Don Francisco Núñez y Díaz, Presbítero », F.D.P. C. pour Francisco de Paula Castro, F.S.B. pour Francisco Sánchez Barbero. De même, certains des pseudonymes auxquels ont recours les contributeurs de la presse étaient largement connus au xviiie siècle, et ne supposaient donc pas l’occultation de leur identité auprès des initiés. Que Manuel Aguirre et Vicente Rodríguez de Arellano signent en tant que « El militar ingenuo » et « Silvio del Arga », que les poètes de l’école de Salamanque signent à l’aide de prénoms pastoraux – Anfriso pour Quintana43, Liseno pour Juan Fernández de Rojas44, Dalmiro pour José Cadalso45 – ne supposait aucun mystère pour une partie des lecteurs de la presse. Pseudonymes d’un autre type, les anagrammes « Cosme Damián », « Lucas Alemán », « León de Parma » et « Antonio Cacea » – mis pour Samaniego, Manuel Casal, Manuel Pardo de Andrade et Cayetano Cano – étaient également des signatures de notoriété publique, utilisées par leurs auteurs à maintes reprises. C’est d’ailleurs ce qu’affirment les éditeurs de Minerva lorsqu’ils louent la possibilité que donne la presse à tout jeune auteur de voir écrit « en caractères d’imprimerie son nom véritable, ou l’anagramme déchiffré par tous ou qu’il déchiffre lui-même pour tous »46. Enfin, les périphrases faisant allusion à un texte dont le contributeur est l’auteur, l’éditeur ou le traducteur étaient également transparentes pour les lecteurs de l’époque. La signature, censément codée, était ainsi aussi limpide que l’aurait été le nom de l’auteur lui-même lorsque les contributions sont présentées comme étant celles d’« El autor del Espudeo » (Correo de Murcia), d’« El editor del Eximeno » (Diario de Madrid), ou bien encore de « J.A.R. Traductor del Tratado Elemental de Física de Brisson » (Variedades). Et à tous ces cas que l’on vient de citer s’en ajoutent probablement bien d’autres, qui semblent aujourd’hui cryptés alors même que, pour les contemporains des journaux culturels, l’identité du contributeur ne devait poser aucun problème. Des signatures telles que « Pedro Ullate y Miramón » (Semanario de Zaragoza) ou « Celedonio Pizolc » (Mensagero de Granada), qui ont toute l’apparence d’être des anagrammes, étaient peut-être identifiables à l’époque. C’est ainsi qu’à propos des différentes voix qui s’expriment dans le Correo de Madrid, Paul-Jacques Guinard dit qu’elles étaient dissimulées « sous des pseudonymes qui devaient être transparents pour les contemporains, mais sont pour la plupart des énigmes pour le lecteur moderne »47.

  • 48 Hartzenbusch, 1892, p. 233.
  • 49 Diario de Valencia, 28 janvier 1792 ; Diario de Barcelona, 19 et 20 octobre 1795.
  • 50 Sáinz y Rodríguez, 1921, p. 29.
  • 51 Rogers, Lapuente, 1977, p. 206.
  • 52 Hartzenbusch, 1892, p. 233.
  • 53 Guinard, 1973, p. 318.

20L’emploi d’initiales ou de pseudonymes, dans cette perspective, ne pouvait donc pas être guidé par une véritable volonté d’occultation de l’identité du contributeur. Aussi évocatrice, pour certains lecteurs de l’époque, que le nom lui-même, la signature codée correspondait à une technique littéraire très commune. À un jeu intellectuel, à un désir de faire preuve de créativité. C’est ce dont témoignent d’ailleurs certains cas emblématiques où un même contributeur, connu et reconnu, prend soin de signer ses articles ou ses poèmes de manière toujours distincte. Ainsi, Bartolomé José Gallardo se présente parfois en tant que « El Licenciado Palomeque »48 – ce qui incite à penser qu’il est derrière le « Licenciado Cayetano Palomeque de Mimbrera » présent dans le Diario de Valencia et le Diario de Barcelona49 –, parfois comme « El Bachiller de Fórnoles »50 – périphrase que l’on trouve dans le Memorial literario sous la forme « El Br. de Fórnoles ». Forner, lui, signe certains écrits « Lorenzo Garrote »51 – pseudonyme employé dans le Correo de Madrid –, d’autres « Thomé Cecial »52 – comme dans le Semanario de Salamanca – ou encore « El Bachiller Regañadientes » – « Le Bavard Rabat-joie ». Ce dernier pseudonyme apparaît sur la page de couverture de ses demostraciones palmarias de que el Censor, su Corresponsal, el Apologista universal y los demás papelejos de este jaez no sirven de nada al Estado ni a la literatura en España53 : les différents journaux incriminés l’utilisent donc pour répondre à ses critiques.

  • 54 Rodríguez de la Flor, 1988, p. 28.

21D’autres auteurs alternaient, quant à eux, entre l’utilisation de pseudonymes et celle d’initiales, dans un jeu de déclinaisons multiples. Ainsi, José Luis Munárriz signe certains articles du Diario de Madrid et du Diario de Sevilla J.L.M. Mais, par ailleurs, il reconnaît comme sien le pseudonyme de Pablo Zamalloa, dans une note manuscrite apposée à la fin du numéro du 7 janvier 1794 du Semanario erudito y curioso de Salamanca, ainsi qu’on peut le constater dans l’exemplaire de l’Hémérothèque municipale de Madrid54 :

  • 55 L’article publié les 20 et 21 septembre 1801 dans le Diario de Madrid, et signé D.P.Z., n’est cepen (...)
  • 56 Iglesias, Mañá, 1968, p. xii.
  • 57 Aguilar Piñal, 1981, p. x.
  • 58 Ces fables, nombreuses, sont publiées entre le 17 février 1790 et le 24 février 1791.
  • 59 Aguilar Piñal, 1981, p. 328.

22Or, si ce pseudonyme apparaît en toutes lettres un certain nombre de fois dans le Diario de Madrid, le Semanario de Salamanca et le Semanario de Zaragoza, d’autres contributions sont signées à l’aide d’abréviations de ce même pseudonyme (Zamalloa, P. Zamalloa), d’initiales (P.Z.55) ou bien encore sous la forme d’initiales qui regroupent nom et pseudonyme, dans la signature « J.L.M. o sea P.Z. » du numéro du 3 août 1800 du Diario de Madrid. De même, Eugenio Antonio del Riego Núñez signe ses lettres et ses poèmes à l’aide de multiples noms et formules. Il adopte en effet deux anagrammes différentes : celle de Genevio Goire56, dans le Correo de Madrid, le Diario de Barcelona et le Correo de Xerez, et celle d’Eudelino Egregio57, dans le Diario de Madrid et le Mensagero de Granada. Or, à leur tour, ces deux anagrammes sont soumises à de multiples variations : apparition du prénom et du nom ou seulement du nom, signature sous forme d’initiales : G.G., E.E. Enfin, dans la série de fables d’« El aplicado » que publie le Correo de Madrid58, l’une est signée G.G.E.A., ce qui permet de supposer que « El aplicado » est une autre modalité de signature adoptée par Eugenio Antonio del Riego Núñez, et que les articles et poèmes signés à l’aide des initiales G.G.E.A. – mis pour « Genevio Goire El Aplicado » –, E.A.D.G.G. – « El Aplicado Don Genevio Goire » – ou P.A. – « Por Aplicado »59 – sont également de son fait.

Taire son identité

  • 60 « no solo porque así digo con libertad mi sentir sin gastar adulación, sino también porque no debem (...)

23Qu’en est-il, à présent, des cas où l’identification des auteurs des contributions insérées dans les publications périodiques du xviiie siècle n’était pas de mise ? Je ne reviendrai pas sur les motivations du choix de l’anonymat, en partie communes aux journalistes et aux contributeurs de la presse : ne pas assumer l’auctorialité d’un texte permet aux uns comme aux autres d’être plus libres de leurs propos. C’est ce que souligne un contributeur du Memorial literario, expliquant pourquoi il écrit sous couvert de l’anonymat : « non seulement parce que j’ai ainsi la liberté de dire mon sentiment sans avoir recours à l’adulation, mais aussi parce qu’il ne faut pas considérer tant qui parle que ce qu’il dit »60. Mais, au sein de l’anonymat, les modalités de signature possibles sont à nouveau variées, et toutes n’ont pas la même fonction. C’est ce que je me propose d’étudier dans les lignes qui suivent.

L’anonymat pur et simple

  • 61 Deacon, 1996, p. 228.
  • 62 Selon le Diccionario de la lengua española de la Real Academia, cet usage, pour Don N., est encore (...)
  • 63 Correo de Murcia, 4 novembre 1794, p. 145.
  • 64 « quitarse el disfraz y aparecer a la faz de los que leemos sus escritos, para que podamos conocer (...)

24Il est des lettres qui se concluent sur une simple formule de politesse, des articles que l’on pourrait attribuer aux journalistes, si l’indication « Es remitido » – « Envoyé par » – n’apparaissait pas, des poèmes dont l’auteur n’est indiqué ni dans le titre ni à la suite du dernier vers. À ces cas s’ajoutent d’ailleurs, comme le souligne Philip Deacon61, les quelques contributions signées N., N*** ou Don N. de N., l’équivalent de notre « Monsieur X. »62. Par ailleurs, il semble justifié d’assimiler à ce total anonymat les formules utilisées parfois par les contributeurs pour conclure leur courrier, telles que les très courantes « Un hombre », « Un subscriptor », ou les plus originales « Uno que compra el Diario », « Uno del público », « Un abonado », « Una mujer », « Una subscriptora ». Tous ces contributeurs choisissent d’être, au sein du journal, un « señor Fantasma » – « monsieur Fantôme » –, selon l’expression utilisée par D.B.L. dans le Correo de Murcia63. Dans tous ces cas, l’identité du contributeur échappe aux lecteurs, ce qui n’est d’ailleurs pas du goût de tout le monde. Ainsi, un contributeur du Semanario de Zaragoza se plaint qu’E.C.D.C., trop modeste, ne veuille pas « ôter son déguisement et se révéler aux yeux de ceux qui lisons ses écrits, afin que nous puissions connaître par ses nom et prénom celui que nous connaissons déjà par ses œuvres »64. Et dans les Variedades de ciencias, literatura y artes, Leandro Fernández de Moratín –L.F. de M. – déplore, au numéro 17 de l’année 1804, que le contributeur qui prend la défense de La Mogigata (n° 16) ait omis de signer sa lettre.

  • 65 « cuyo nombre suprimimos, por haberlo así mandado » (Semanario de Cartagena, 2 mars 1787, p. 71).
  • 66 « cuya modestia nos impone la dura obligación de ocultar su nombre » (Efemérides, 19 janvier 1804, (...)

25Reste à préciser que, pour tous ces exemples, il n’est pas dit que l’identité des contributeurs soit également ignorée des journalistes. Il est des cas où les journalistes ont connaissance de l’auctorialité d’un texte mais décident, afin de respecter la volonté des contributeurs, de ne pas l’indiquer aux lecteurs. Les publicistes du Semanario de Cartagena publient les résultats d’une expérience botanique d’un officier de la marine « dont nous supprimons le nom, ainsi qu’il nous a demandé de le faire »65. Ceux des Efemérides insèrent un « acte d’humanité » raconté par un professeur de médecine, « dont la modestie nous impose la dure contrainte de taire le nom »66. Nombreux, en effet, sont les publicistes qui tiennent à connaître l’auteur de chaque contribution. On peut ainsi lire dans le Semanario de Cartagena le plaidoyer suivant, en faveur de la signature de chaque envoi :

  • 67 « Nos ha sido de infinita complacencia que observación tan curiosa, y de tanta importancia, haya ve (...)

Le fait qu’une observation si curieuse, et d’une telle importance, nous soit parvenue certifiée par le nom et la signature de l’auteur a été pour nous la source de la plus grande des satisfactions : ce dernier a donné au public un exemple, d’autant plus plausible et primordial dans ce type d’écrits qu’il leur confère une garantie certaine de la véracité de leur contenu, dont ils manquent lorsque l’auteur est anonyme et omet son nom, lorsqu’il le dissimule en le cryptant ou lorsqu’il l’invente en utilisant un pseudonyme ; car dans tous ces cas l’auteur ne peut pas empêcher ses affirmations d’être suspectes. Mais nous ne nions pas qu’il y a des occasions, des thèmes pour lesquels un écrivain peut avoir des raisons particulières de taire son nom, et d’omettre sa signature67.

Les éditeurs du périodique avertissent ensuite leurs lecteurs qu’ils se réservent le droit de ne pas publier un article qui leur parviendrait sans signature. Dans la pratique, néanmoins, même les journalistes devaient fréquemment ignorer l’identité de leurs contributeurs. Certains déclarent d’ailleurs toute leur indifférence à cet égard. C’est le cas, par exemple, des éditeurs du Semanario de Salamanca, si l’on se réfère à la note suivante :

  • 68 « Advertimos a los ingenios que quieran comunicarnos sus producciones para publicarlas en este peri (...)

Nous informons les beaux-esprits qui voudront nous communiquer leurs productions pour qu’on les publie dans ce journal, que nous n’exigeons pas que le nom de l’auteur y soit indiqué, et encore moins qu’il apparaisse dans les originaux, car cela nous est absolument indifférent. Nous les publierons au fur et à mesure de leur réception, et les auteurs pourront transmettre librement leurs écrits et flatter leur modestie en évitant de se manifester, en déposant leurs textes dans la boîte de ce Semanario, qui se trouve à la librairie de Don Juan Barco68.

Des signatures qui n’en sont pas vraiment

26Examinons à présent les cas où les contributions restent certes anonymes, mais sont pourtant signées par leurs auteurs. On a vu qu’il est des signatures par initiales qui permettent l’identification des contributeurs, des surnoms qui ne recelaient aucun mystère pour une partie des lecteurs de l’époque. Mais ces mêmes modalités de signature échappent souvent à une volonté d’identification. Ainsi, on trouve nombre de signatures qui ne sont constituées que d’une seule lettre ou de deux à trois lettres très communes : c’est là grandement insuffisant pour déterminer l’identité d’un contributeur, et même pour le distinguer d’un autre. C’est ainsi que D.J.M.M. explique, dans une lettre adressée au Correo de Murcia et insérée le 21 octobre 1794, qu’un ami lui a conseillé de changer sa signature, dans la mesure où quelqu’un d’autre utilise ces mêmes initiales pour signer des contributions dans le même périodique. Il est également incontestable que de nombreux pseudonymes sont clairement utilisés sans souci d’identification, comme le prouvent par exemple ceux qui consistent à souligner l’anonymat du contributeur, tels que « El encubierto » – « Le dissimulé » – (Semanario de Cartagena), « Un cierto quidam » (Diario de Sevilla), « El Bachiller desconocido » – « Le Bavard inconnu » – (Correo de Xerez) ou les très fréquents « El anónimo », « El incógnito ». Dans tous ces cas, pourquoi les contributeurs créent-ils une signature qui ne permet pas l’identification, plutôt tout simplement que de ne pas signer ?

  • 69 « El aragonés » (Efemérides, 13 juin 1804), « Un oriundo de Galicia » (Diario de Valencia, 17 mai 1 (...)
  • 70 « La anciana », « El joven » (Diario de Barcelona, 10 septembre 1794 et du 8 au 10 août 1796).
  • 71 « El paje » (Diario de las musas, 18 et 19 février 1791), « El químico » (Correo de Xerez, 25 avril (...)
  • 72 « El hombre de juicio » (Correo de Murcia, 7 juillet 1795), « El ignorante » (Diario de Valencia, 1 (...)
  • 73 « El desconfiado » (Diario de Sevilla, 23 novembre 1792), « La mujer más constante » (El Curioso en (...)
  • 74 « Nombres equívocos », selon la dénomination adoptée par Philip Deacon (voir n. 11, p. 153).
  • 75 « Don Claro Líquido del desengaño » (Correo de Valencia, 23 février 1798), « Urbano Patricio » (Sem (...)

27Une première fonction possible, valable essentiellement pour les surnoms, est d’ordre utilitaire. La signature peut avoir comme objectif de manifester une caractéristique essentielle du contributeur. Cela peut avoir trait, selon une pratique très courante, à son origine géographique, notamment pour souligner qu’il n’est pas originaire de la ville où est publié le périodique : « L’Aragonais », « Un originaire de Galice », « Le Salmantin »69. Cela peut avoir trait à la catégorie sociale à laquelle il appartient. On spécifie ainsi parfois son âge – « La vieille », « Le jeune »70 – ou son métier, plus souvent – « Le page », « Le chimiste », « Le substitut de philosophie »71. Nombre de surnoms, par ailleurs, mettent l’accent sur la personnalité du contributeur. L’un se présente comme « L’homme d’esprit », l’autre comme « L’ignorant »72. Telle lettre de lecteur sera signée par « Le méfiant », telle autre par « La femme la plus constante »73. Le recours à des « noms équivoques »74 peut également avoir cette fonction, lorsque le prénom ou le patronyme choisi fait sens comme ceux de « Don Clair Liquide de la Désillusion », d’« Urbain Patricien » ou de « Don Simplice Bouche de Vérités »75. La signification de ces « noms » se révèle d’ailleurs pleinement lorsqu’on les met en perspective avec le contenu de la lettre au bas de laquelle ils sont apposés. Ainsi, au huitième numéro d’El Pensador, c’est un certain Antonio Libre qui se plaint au publiciste de l’autoritarisme de sa femme. Au numéro 150 d’El Censor, Sebastián Geronte affirme qu’il est nécessaire d’être âgé pour pouvoir être censeur du comportement d’autrui.

  • 76 « La desatendida de su amante » (El Novelero de los estrados, n° 8), « El sargento retirado » (El R (...)
  • 77 « El alemán » (ibid., n° 5).
  • 78 « El albañil » (Diario de Madrid, 26 et 28 février 1802), « Un aprendiz de zurrador » (Mensagero de (...)
  • 79 « La madamita del nuevo cuño » (Semanario de Salamanca, 22 décembre 1795), « Paleto » (Diario de Ma (...)

28Enfin, les pseudonymes peuvent également caractériser les contributeurs en fonction de la situation dans laquelle ils se trouvent au moment d’écrire dans le journal. Cette situation, parfois, est liée à leur origine, leur catégorie sociale ou leur tempérament, mais correspond toujours à un moment spécifique de leur vie qui justifie leur désir de s’exprimer. On peut ainsi relever les signatures suivantes : « La négligée par son amant », « Le sergent à la retraite », « Le majorat, auparavant médecin » ou encore « Le directeur débutant »76. J’aborderai la question de l’authenticité des lettres de lecteurs un peu plus loin, mais je tiens d’ores et déjà à souligner que certains de ces surnoms tendent à faire penser que les personnes censées s’exprimer sont en réalité des inventions. Il est en effet peu probable que « L’allemand »77 adresse un courrier au Curioso entretenido, que des personnes exerçant un métier manuel – « Le maçon », « Un apprenti tanneur »78 – écrivent dans la presse ou que des hommes et des femmes s’auto-désignent de manière aussi peu flatteuse que « La petite madame à la mode », « Le plouc » ou « Le rustique »79.

  • 80 « El historiador de la moda » (Diario de Madrid, 27 et 28 juillet 1789), « El moderador de las opin (...)
  • 81 « El amante de la nobleza », « El amante de todas », « El amante de la humanidad y de la religión » (...)
  • 82 « El amante de los artesanos », « El amante de la patria », « El amante de los pobres » (Semanario (...)
  • 83 « El apologista de los jóvenes aplicados » (El Regañón, 11 et 15 février 1804), « El apasionado de (...)

29Cette même fonction utilitaire est également de mise lorsqu’il s’agit de choisir une signature qui clarifie la posture du contributeur face au thème abordé. Signer à l’aide d’expressions telles que « L’historien de la mode », « Le modérateur des opinions » ou « Le cervantin »80 revient à fournir aux lecteurs une aide à la compréhension du texte et de ses objectifs. Dans cette perspective, les surnoms les plus révélateurs sont probablement ceux, très nombreux, qui appartiennent à la catégorie que l’on pourrait appeler « Les amis de » et qui consistent à indiquer la cause en faveur de laquelle s’expriment les contributeurs. Dans le Correo de Murcia prennent tour à tour la parole « L’ami de la noblesse », « L’ami de toutes les femmes » et « L’ami de l’humanité et de la religion »81. Le Semanario de Salamanca publie des lettres de « L’ami des artisans », de « L’ami de la patrie » ou de « L’ami des pauvres »82. Le terme amante peut à son tour donner lieu à de multiples variantes, comme on le voit dans les formules « L’apologiste des jeunes appliqués », « Le passionné de musique », « L’amoureux de la bonne éducation » ou « L’apologiste de la tauromanie »83. La posture de chaque contributeur vis-à-vis du thème dont il traite est ainsi mise en relief par la signature créée.

  • 84 « El abogado que no aboga », « El médico que no cura », « El procurador que no procura », « El sast (...)
  • 85 « El fiel pastor », « El pastor fiel » (Semanario de Cartagena, 31 août, 14 et 28 septembre 1787).
  • 86 « El enemigo de extravagancias », « El filósofo extravagante » (Correo de Xerez, 15 et 19 novembre, (...)
  • 87 « El Plagiario del Plagiario de Sí Mismo » (Diario de Madrid, 29 avril 1799).

30À l’opposé de cette première fonction, d’autres surnoms ont au contraire une visée ludique. C’est le cas pour un certain nombre de « noms équivoques » tels que ceux de « Don Cucufato Garrones » (Efemérides de España), de « Pedro Ponce Lardortigueiriría » (Diario de Valencia) ou de « Don Wolfango Rodulfo Ascanio de Mazarambroz » (Minerva). C’est également le cas de certains noms d’origine grecque, alliant une signification sémantique évidente à une sonorité hautement invraisemblable : « N. Philoteophilo-Philotea » (Memorial literario), « Catalina Philaretes » (El Censor), « Silvano Philomelos » (Variedades). D’autres surnoms, dont la forme n’est pas patronymique, témoignent également de cette fonction ludique. On peut relever, dans cette perspective, la série de pseudonymes utilisée dans le Semanario de Salamanca : « L’avocat qui ne plaide pas », « Le médecin qui ne soigne pas », « Le procureur qui ne représente pas », « Le tailleur qui ne coud pas »84. Il est d’ailleurs courant que les surnoms utilisés donnent lieu à un jeu de correspondances entre différents contributeurs. Ainsi, en feuilletant les différentes publications culturelles du xviiie siècle, on peut voir un dialogue s’établir entre « Le fidèle pasteur » et « Le pasteur fidèle »85, « Lennemi des extravagances » répondre au « Philosophe extravagant »86 ou « Silvano del Ebro » donner son opinion sur les poèmes de « Silvio del Arga » (Diario de las musas). Cette même fonction ludique peut d’ailleurs également se manifester, parfois, dans des signatures par initiales, qui ne font sens que si on les considère dans cette perspective. C’est le cas des séries de lettres suivantes : A.B.C.D. (Diario de Madrid), A.B.C.D.E. (Correo de Murcia), X.Y.Z. (Efemérides) et T.V.X.Y.Z. (Diario de Valencia). De même, on apprend que les initiales E.P.D.P.D.S.M., utilisées le 28 septembre 1798 dans le Diario de Madrid, signifient « Le Plagiaire Du Plagiaire de Lui-Même »87.

  • 88 « El loco cuerdo » (El Regañón, 24 mars 1804), « El crítico benigno » (Diario de Valencia, 3 mai 18 (...)
  • 89 « El económico sin serlo » (Diario de Madrid, 16 août 1796), « El viejo sin años » (Semanario de Sa (...)
  • 90 « El Sancho Panza del nuevo aventurero » (Diario de Valencia, 24 septembre 1792).
  • 91 « El riego exterior del cuerpo humano », « La razón militante y triunfante », « El toro en la plaza(...)
  • 92 « Lo que ahora me trae fatigado es hallar un nombre con que salir a lucir mis garabatos » (Correo d (...)
  • 93 Ibid., 1er novembre 1794.

31Enfin, certains surnoms prennent tout leur sens en fonction de la dimension créative dont ils font preuve. Certes, de nombreuses formules présentes dans la presse culturelle manquent complètement d’originalité. « El amigo de la verdad », « El imparcial », « El curioso » sont ainsi des pseudonymes tellement courants qu’ils ne font presque plus office de véritable signature. D’autres surnoms, pourtant, sont nettement plus inventifs. Lorsqu’ils se fondent sur un oxymore – « Le fou sensé », « Le critique bienveillant »88 –, un paradoxe – « L’économe qui ne l’est pas », « Le vieil homme sans âge »89 –, une antonomase – « Le Sancho Panza du nouvel aventurier »90. Ou encore lorsque la signature renvoie non pas à une personne, mais à un sentiment ou à un animal, modalité très courante dans le Diario de Valencia. Ainsi, le 22 juillet 1802, « L’hydratation extérieure du corps humain » expose des arguments en faveur de la pratique du bain, contre lesquels « La raison militante et triomphante » prend la parole le 4 août. Le 22 août de la même année, c’est « Le taureau dans l’arène » qui signe un récit de corrida91. Tous ces exemples, donc, témoignent d’un travail de création mis en valeur, d’ailleurs, lorsque l’un ou l’autre contributeur retrace le cheminement qui l’a mené à adopter tel pseudonyme ou tel autre. C’est le cas, par exemple, dans le Correo literario de Murcia. « El impertinente » fait le constat suivant : « Ce qui maintenant me fatigue au plus haut point est de trouver un nom sous lequel publier mes gribouillages »92 ; puis il expose les différentes possibilités envisagées mais rejetées : « Aristarco », « El murmurador » – « Le médisant » –, « El censor », « El observador ». Il opte finalement pour la dénomination « El impertinente ». Dans le même périodique, « Perico el de los Palotes » – « Monsieur Duchmol » – fait le récit du jour où les gens ont commencé à l’appeler par ce surnom qu’il a ensuite adopté, malgré les recommandations de son oncle93.

Notes

1 « En el principio de cada libro, que así se imprimiere o reimprimiere, se ponga la licencia, tasa o privilegio (si le hubiere), y el nombre del autor y del impresor, y lugar donde se imprimió, con fecha y data verdadera del tiempo de la impresión, sin mudarla ni anticiparla, ni suponer nombres, ni hacer otros fraudes, ni usar de trazas y cautelas contra lo prevenido en este capítulo » (Novísima Recopilación de las leyes de España, libro viii, título xvi, ley xxii).

2 « Carta del editor » (Correo de Xerez, 15 novembre 1801, pp. 37-38).

3 Cette pratique, obligatoire, n’était pourtant pas toujours respectée, et le nom qui était donné au Conseil de Castille n’était pas nécessairement celui du journaliste en charge de la publication.

4 Noms maternels de Luis Mariano Cañuelo y Heredia et de Luis Marcelino Pereira Castrigo.

5 « Se hallará con las novelas antecedentes y todas las obras de Don Francisco Mariano Nipho, en el Real Almacén de cristales » (El Novelero de los estrados, n° 6).

6 Sánchez Hita, 2007.

7 C’est là notamment l’interprétation de Paul-Jacques Guinard, qui remet en cause l’hypothèse de Luis Miguel Enciso Recio – et, avec lui, d’Hartzenbusch, d’Asenjo et d’Entrambasaguas – qui voyait dans El Duende especulativo une énième œuvre de Nifo (1956, p. 317). Les arguments avancés par Guinard sont qu’au xviiie siècle, personne ne songe à attribuer à Nifo ce travail, qu’« El Duende » fait allusion au Caxón de sastre de manière péjorative, que Nifo parle dans le Correo general de la Europa (t. ii, n° 5, p. 218) d’un « Duende crítico » qui lui fait concurrence et qu’il attribue à M. Batave – « des Pays-Bas » –, nom par ailleurs utilisé par Nifo pour désigner Juan Enrique de Graef, auteur des Discursos mercuriales (Guinard, 1973, pp. 165-166).

8 Klaus-Dieter Ertler, dans son édition du périodique, mentionne les deux hypothèses mais penche pour la seconde, en avançant notamment que l’édition de 1762 du périodique, parue à Pampelune, attribue l’ouvrage à Nifo (Ertler, 2011, pp. 11-12).

9 Selon Scott Dale, le périodique serait l’œuvre de Don Juan Francisco del Póstigo. Dale, 2005, pp. xi-xvii. Parmi les arguments avancés par Scott Dale, on peut citer la mention de cette hypothèse dans le Diario mercantil de Cádiz (3 octobre 1829) ou encore l’insistance sur la question de l’identité de « Beatriz Cienfuegos » au sein de l’ouvrage et l’omniprésence des doutes des lecteurs quant à son sexe. Mais cette hypothèse ne fait pas l’unanimité. D’autres chercheurs défendent également l’idée avancée par Cinta Canterla, selon laquelle rien ne prouve que l’auteur du périodique n’était pas réellement une femme, que « Beatriz Cienfuegos » soit son véritable nom ou bien un pseudonyme. Canterla González, 1999.

10 « El texto a imprimir tenía que ser entregado junto con un pedimento formal firmado por quien quería divulgarlo en forma impresa, fuera impresor, librero, traductor, recopilador, autor, o un apoderado o familiar suyo. Así que el escritor no estaba obligado a presentarse en persona durante los trámites del proceso censorio y un intermediario competente podía hacer uso de un seudónimo o nombre supuesto para encubrir la identidad precisa del autor » (Deacon, 1996, pp. 213-214).

11 La distinction entre « nombres convincentes » et « nombres equívocos » est établie par Philip Deacon, dans son article précédemment cité, pp. 218-219.

12 « la costumbre introducida por los enciclopedistas de enmascarar, aunque solo fuese a medias, sus aportaciones a la mayor empresa literaria del siglo » (Saurín de la Iglesia, 1988, p. 13).

13 Ce pseudonyme apparaît à la fin du deuxième numéro, mais est déjà annoncé à la fin du premier par les initiales P. C.G. Il renvoie à Pedro Centeno, comme le montre l’analyse de Paul-Jacques Guinard. Guinard, 1973, pp. 343-344.

14 Pseudonyme utilisé par Manuel Rubín de Celis, comme le montre l’analyse d’Inmaculada Urzainqui et d’Álvaro Ruiz de la Peña. Urzainqui, Ruiz de la Peña, 1983.

15 « una criba que examina y filtra » (Hodab, 2009, p. 47).

16 « yo confío en la bondad de mis suscriptores » (Correo de Murcia, 21 janvier 1794, p. 43).

17 Aguilar Piñal, 1978, pp. 6 et 44.

18 Carré Aldao, 1916, p. 110.

19 Laguna Platero, 1990, p. 287.

20 González Antón, 1988, p. 336.

21 Urzainqui, 2009c.

22 « Ocultando mi nombre (porque amo mucho la moderación) me valí del Barón de la Bruère para que propusiera el pensamiento de publicar un periódico donde combatir los principios y máximas de la falsa y desatinada filosofía que ha dado origen y ocasión a la Revolución de Francia » (Aguilar Piñal, 1978, p. 50).

23 AHN, Consejos, 11280-26. Cité par Rodríguez de la Flor, 1988, p. 25.

24 Domergue, 1981, p. 88.

25 « pues escribir no parecía labor excesivamente trabajosa ; no conlleva, en apariencia, mucho esfuerzo ni, por tanto, cansancio » (Álvarez Barrientos, 1995b, p. 29).

26 Correspondance, iv, 180 (février 1760). Cité par Pellisson, 1911, p. 256.

27 Guinard, 1973, p. 93.

28 Rogers, Lapuente, 1977, pp. 12-13.

29 « una nota novedosa o variante para que el público se sintiese más motivado a la lectura por las promesas de un desconocido que por las de un editor reiterativo, censurado y en ocasiones fracasado » (Cal Martínez, 1990, p. 92).

30 « seguir la máxima de muchos sabios de aquel reino, que ocultan sus nombres en sus obras para oír con libertad el concepto que forman los eruditos de sus producciones » (El Pensador, n° 2, pp. 41-42).

31 « Muy necio es menester que este sea para que sienta un gran placer, cuando las oye alabar en su presencia. Pero el deleite que a aquel es preciso den las alabanzas que él mismo oye de las suyas es inexplicable. Está cierto de que no tiene parte en ellas la adulación, ni la urbanidad. […] Por otra parte la libertad con que delante de él se habla, las diferentes críticas que oye de sus escritos le ponen brevemente en estado de conocer y corregir sus defectos, y le instruyen de lo que se adapta más al gusto de sus lectores » (El Censor, n° 44, pp. 133-114).

32 Bolufer Peruga, 1995, p. 47.

33 « Don Fabián Ramos (Médico del Hospital General de esta Ciudad) » (Semanario de Salamanca, 16 novembre 1793).

34 « Francisco Falco, Presbítero, Rector del Colegio de Corpus Christi » (Diario de Valencia, 17 janvier 1795).

35 « Manuel Barges (Contador) » (Efemérides, 22 mai 1804).

36 « El Secretario de la Academia de San Beltrán » (Diario de Barcelona, 19 mars 1794).

37 « El maestro de primeras letras de la Villa de Valde-Concha en la Alcarria » (ibid., 20 septembre 1802).

38 « El director del Real Observatorio » (Diario de Madrid, 24 novembre 1805).

39 « Médico titular de la Villa de la Roda » (El Regañón, 29 février 1804).

40 « Académico numerario de la Real de Ciencias » (ibid., 25 janvier 1804).

41 Deacon, 1996, p. 221.

42 Aguilar Piñal, 1992, p. 261.

43 Rodríguez de la Flor, 1988, pp. 204-205.

44 Arenas Cruz, 2000, p. 335.

45 Deacon, 1996, p. 216.

46 « en letras de molde su nombre verdadero, o el anagrama que todos descifran, o que él descifra a todos » (Minerva, 19 mai 1807, p. 109).

47 Guinard, 1973, p. 236.

48 Hartzenbusch, 1892, p. 233.

49 Diario de Valencia, 28 janvier 1792 ; Diario de Barcelona, 19 et 20 octobre 1795.

50 Sáinz y Rodríguez, 1921, p. 29.

51 Rogers, Lapuente, 1977, p. 206.

52 Hartzenbusch, 1892, p. 233.

53 Guinard, 1973, p. 318.

54 Rodríguez de la Flor, 1988, p. 28.

55 L’article publié les 20 et 21 septembre 1801 dans le Diario de Madrid, et signé D.P.Z., n’est cependant pas à attribuer à José Luis Munárriz, mais à Antonio de Capmany. Ce dernier, en effet, assume la paternité de cet écrit lorsqu’il en recopie des passages dans sa Centinela contra franceses, comme le signale Françoise Étienvre dans son édition de cet ouvrage. Étienvre, 2008, p. 106.

56 Iglesias, Mañá, 1968, p. xii.

57 Aguilar Piñal, 1981, p. x.

58 Ces fables, nombreuses, sont publiées entre le 17 février 1790 et le 24 février 1791.

59 Aguilar Piñal, 1981, p. 328.

60 « no solo porque así digo con libertad mi sentir sin gastar adulación, sino también porque no debemos mirar tanto quién lo dice, como lo que se dice » (Memorial literario, février 1788, n° 2, p. 321).

61 Deacon, 1996, p. 228.

62 Selon le Diccionario de la lengua española de la Real Academia, cet usage, pour Don N., est encore valable de nos jours.

63 Correo de Murcia, 4 novembre 1794, p. 145.

64 « quitarse el disfraz y aparecer a la faz de los que leemos sus escritos, para que podamos conocer por su nombre y apellido al que ya conocemos por sus obras » (Semanario de Zaragoza, 18 juillet 1799, p. 41).

65 « cuyo nombre suprimimos, por haberlo así mandado » (Semanario de Cartagena, 2 mars 1787, p. 71).

66 « cuya modestia nos impone la dura obligación de ocultar su nombre » (Efemérides, 19 janvier 1804, p. 73, à propos d’un « acto de humanidad »).

67 « Nos ha sido de infinita complacencia que observación tan curiosa, y de tanta importancia, haya venido autorizada con el nombre y la firma de su autor : este ha dado un ejemplo al público, tanto más plausible, e importante en esta especie de escritos, cuanto les da una segura caución de la certidumbre de su contenido, la que no cabe en un autor anónimo, que omite su nombre, en un criptónimo, que lo disimula, ni en un pseudónimo, que lo finge ; pues ninguno de estos puede eximir de sospechosos sus asertos. No dudamos, que habrá ocasiones, y asuntos en que pueda un escritor tener motivos particulares para ocultar su nombre, y omitir su firma » (Semanario de Cartagena, 13 octobre 1786, p. 59).

68 « Advertimos a los ingenios que quieran comunicarnos sus producciones para publicarlas en este periódico, que no pretendemos que en ellas se exprese el nombre de autor, y menos que se manifiesten en los originales, pues esto nos es absolutamente indiferente. Las publicaremos según nos las remitan, y lo podrán ejecutar libremente, lisonjeando su modestia con no manifestarse, poniéndolas en la caja de este Semanario, que está en la librería de Don Juan Barco » (Semanario de Salamanca, 5 octobre 1793, pp. 19-20).

69 « El aragonés » (Efemérides, 13 juin 1804), « Un oriundo de Galicia » (Diario de Valencia, 17 mai 1795), « El salamanquino » (Diario de Madrid, 24 et 25 février 1801).

70 « La anciana », « El joven » (Diario de Barcelona, 10 septembre 1794 et du 8 au 10 août 1796).

71 « El paje » (Diario de las musas, 18 et 19 février 1791), « El químico » (Correo de Xerez, 25 avril 1808), « El actuante de filosofía » (El Regañón, « Prospecto »).

72 « El hombre de juicio » (Correo de Murcia, 7 juillet 1795), « El ignorante » (Diario de Valencia, 14 juin 1801).

73 « El desconfiado » (Diario de Sevilla, 23 novembre 1792), « La mujer más constante » (El Curioso entretenido, n° 6).

74 « Nombres equívocos », selon la dénomination adoptée par Philip Deacon (voir n. 11, p. 153).

75 « Don Claro Líquido del desengaño » (Correo de Valencia, 23 février 1798), « Urbano Patricio » (Semanario de Granada, 31 juillet 1800), « Don Simplicio Boca de Verdades » (Minerva, 29 juillet et 1er août 1806).

76 « La desatendida de su amante » (El Novelero de los estrados, n° 8), « El sargento retirado » (El Regañón, 28 septembre 1803), « El mayorazgo, antes médico » (Diario de Valencia, 22 avril 1793), « El principiante director » (El Curioso entretenido, n° 4).

77 « El alemán » (ibid., n° 5).

78 « El albañil » (Diario de Madrid, 26 et 28 février 1802), « Un aprendiz de zurrador » (Mensagero de Granada, 25 mai 1797).

79 « La madamita del nuevo cuño » (Semanario de Salamanca, 22 décembre 1795), « Paleto » (Diario de Madrid, 11 décembre 1803, 25 et 26 mai 1805, 24 et 25 juillet 1805, 16 avril 1806), « El rústico » (El Regañón, 20 juin 1804).

80 « El historiador de la moda » (Diario de Madrid, 27 et 28 juillet 1789), « El moderador de las opiniones » (Correo de Sevilla, 19 avril et 7 mai 1806), « El cervantino » (Semanario de Zaragoza, 11 décembre 1800).

81 « El amante de la nobleza », « El amante de todas », « El amante de la humanidad y de la religión » (Correo de Murcia, 19, 23 et 26 février 1793, 1er février et 16 août 1794).

82 « El amante de los artesanos », « El amante de la patria », « El amante de los pobres » (Semanario de Salamanca, 18 mars, 3 mai et 24 juin 1794).

83 « El apologista de los jóvenes aplicados » (El Regañón, 11 et 15 février 1804), « El apasionado de la música » (Efemérides, 12 et 13 octobre 1804), « El amador de la buena educación » (Diario de Valencia, 12 juillet 1793), « El apologista de la tauromanía » (Correo de Sevilla, 19 novembre 1803).

84 « El abogado que no aboga », « El médico que no cura », « El procurador que no procura », « El sastre que no cose » (Semanario de Salamanca, 16 novembre et 28 décembre 1793, 4 février et 21 juin 1794).

85 « El fiel pastor », « El pastor fiel » (Semanario de Cartagena, 31 août, 14 et 28 septembre 1787).

86 « El enemigo de extravagancias », « El filósofo extravagante » (Correo de Xerez, 15 et 19 novembre, 6 et 10 décembre 1801, 10 janvier 1802).

87 « El Plagiario del Plagiario de Sí Mismo » (Diario de Madrid, 29 avril 1799).

88 « El loco cuerdo » (El Regañón, 24 mars 1804), « El crítico benigno » (Diario de Valencia, 3 mai 1805).

89 « El económico sin serlo » (Diario de Madrid, 16 août 1796), « El viejo sin años » (Semanario de Salamanca, 10 juin, 17 juin et 30 août 1794).

90 « El Sancho Panza del nuevo aventurero » (Diario de Valencia, 24 septembre 1792).

91 « El riego exterior del cuerpo humano », « La razón militante y triunfante », « El toro en la plaza » (ibid., 22 juillet, 4 août et 22 août 1802).

92 « Lo que ahora me trae fatigado es hallar un nombre con que salir a lucir mis garabatos » (Correo de Murcia, 3 septembre 1793, p. 2).

93 Ibid., 1er novembre 1794.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/12862/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 15k

© Casa de Velázquez, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search