Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Élites et ordres militaires au Moyen Âge

 | 
Philippe Josserand
, 
Luís Filipe Oliveira
, 
Damien Carraz

II. — Hierarchies et elites au sein des ordres militaires

Les lieux de pouvoir des ordres militaires au Portugal

Isabel Cristina Ferreira Fernandes

Texte intégral

1Par lieux de pouvoir des ordres militaires, nous entendons avant tout les sièges respectifs de ces institutions, leurs couvents et leurs châteaux abritant des couvents. On peut néanmoins leur associer d’autres constructions qui s’inscrivent dans le cadre d’une politique d’affirmation territoriale et également dotées d’un fort caractère symbolique.

2Les principaux ordres militaires, internationaux ou ibériques, se sont installés dans le royaume de Portugal au cours du XIIe siècle : l’Hôpital vers 1122, le Temple à partir de 1128, Santiago en 1172, tandis que la milice d’Évora créée en 1175 se transforma ensuite en ordre d’Avis. Outre les bâtiments conventuels, ces ordres ont pris l’initiative de construire ou d’aménager plusieurs dizaines de fortifications dont certaines ont abrité les couvents (carte. 1, p. 226).

L’ORDRE DE SAINT-JEAN-DE-JÉRUSALEM OU DE L’HÔPITAL

  • 1 M. Barroca, « A Ordem do Hospital e a Arquitectura Militar Portuguesa », pp. 192-193.

3L’ordre de l’Hôpital s’installe tôt au Portugal (1122), grâce à une donation qui serait ensuite confirmée par le roi Alphonse-Henri, de l’église et du cautum de Leça do Balio (Matosinhos). Il semble que, durant les premiers temps de sa présence en territoire portugais, l’ordre se consacra essentiellement à l’assistance, qui était sa vocation d’origine depuis sa création en Terre sainte. Ce n’est que plus tard que l’Hôpital s’engagea réellement dans les campagnes militaires contre les musulmans : sa participation dans la conquête de Silves est documentée en 1189, de même lors de la conquête d’Alcácer do Sal en 12171.

  • 2 C. Almeida et M. Barroca, História da Arte em Portugal, pp. 66-67.

4De caractère roman à l’origine, l’église de Leça do Balio (fig. 1, p. 227) a souffert d’un profond remaniement à l’époque du prieur Estêvão Vasques Pimentel (1306-1336), qui lui a donné son aspect actuel, dans l’esprit du gothique mendiant portugais. Caractérisée par un plan à trois nefs terminées par un chœur à trois chapelles polygonales, l’église fut dotée, au XIVe siècle, de merlons et d’une tour seigneuriale en façade qui lui donnent son caractère d’église-forteresse. Outre cette église, subsistent de l’ancien monastère de Leça do Balio — qui fut la première maison des Hospitaliers au Portugal — des éléments d’un cloître jamais achevé ainsi qu’un logis seigneurial2.

CARTE 1. — Sites des ordres militaires au Portugal mentionnés dans le texte
© Ana Sofia Gomes

FIG. 1. — Église de Leça do Balio (ordre de l’Hôpital)
© DGEMN/IHRU

  • 3 M. Barroca, « A Ordem do Hospital e a Arquitectura Militar Portuguesa », pp. 193 et 196 ; P. Pinto (...)
  • 4 Ibid., pp. 197-198.

5Même si le siège de l’Hôpital ne fut officiellement jamais transféré à Belver, sur la ligne de défense du Tage, on présume que ce château occupa cette fonction de fait à partir de la fin du XIIe siècle, au moment des attaques almohades d’Abū Yūsuf Ya’qūb al-Manãūr, et ce, jusqu’à l’installation du quartier général au monastère de Flor da Rosa. En 1194, le domaine de Guidimtesta avait été remis par Sanche Ier au prieur Afonso Pais, à condition que les Hospitaliers y construisent un château nommé Belver (fig. 2, p. 228) — vocable évoquant le château hospitalier de Belvoir dans le royaume de Jérusalem. Avec d’autres châteaux, celui-ci sera désigné pour abriter le trésor royal, comme l’atteste le testament du roi Sanche Ier, daté de 12103. Cette forteresse est considérée comme le meilleur exemple de château roman au Portugal : l’enceinte de plan ovale est munie de créneaux à profil rectangulaire, de deux portes et de six tours pour le tir flanqué, tandis que le donjon de plan carré se dresse au centre de la cour4. Selon Mário Barroca, la plus grande originalité du château réside dans les onze meurtrières ouvertes du côté est, à un niveau bas. Reconstruite au XIVe siècle, la fortification connaîtra en 1439 les affrontements de la régence de l’infant Pedro, auquel les Hospitaliers s’opposèrent.

FIG. 2. — Château de Belver (ordre de l’Hôpital) © DGEMN/IHRU

FIG. 3. — Monastère de Flor da Rosa, Crato (ordre de l’Hôpital) © I.C.F. Fernandes

  • 5 P. Costa, « A Ordem do Hospital », pp. 187-192.

6Reposant sur des donations et sur de multiples privilèges, et encore renforcée par l’initiative royale, la puissance de l’Hôpital n’empêcha pas les contentieux liés aux exportations à destination de Rhodes. Au début de la seconde dynastie, sous le roi Jean Ier, l’ordre fut presque ignoré pour avoir pris position en faveur de Leonor Teles et il fut même écarté de la campagne militaire contre Ceuta5. Cette situation se modifia à partir d’Alphonse V et l’époque du roi Manuel Ier constitua un âge d’or pour l’ordre, comme en témoignent les aménagements du monastère de Flor da Rosa. À partir de 1341, sous le prieur Álvaro Gonçalves Pereira (vainqueur à la bataille de Salado), l’expression de « prieuré du Crato » désigne déjà les possessions des Hospitaliers dans la région de l’Alentejo. En 1356, ce même prieur commanda la construction d’un nouveau siège conventuel à Crato, dans le haut Alentejo, connu sous le nom de monastère de Flor da Rosa (fig. 3, p. 228).

  • 6 P. Pereira et J. Rodrigues, O Mosteiro de Flor da Rosa, pp. 49-50 et 105-106. Plus récemment, Jorge (...)
  • 7 P. Pereira et J. Rodrigues, O Mosteiro de Flor da Rosa, pp. 35, 36 et 43.

7L’ensemble conservé aujourd’hui présente une entrée en narthex au centre, l’église cruciforme à droite et le noyau fortifié du palais à gauche. Derrière cet ensemble, mais invisible de la façade, se trouve l’espace conventuel avec son cloître. Des études récentes ont identifié plusieurs phases de construction6. Un premier bâtiment, antérieur à 1340, est déterminé par un appareil régulier de pierres de taille. À l’origine, le couvent aurait plutôt ressemblé à une maison-forte dépourvue d’église. La configuration relèverait donc d’un parti militaire, avec un plan rectangulaire et une muraille inspirés de l’architecture de l’ordre en Terre sainte. Cet édifice présente donc une marque originale au sein des maisons des ordres militaires au Portugal. Au milieu du XIVe siècle, le prieur Álvaro Gonçalves Pereira ordonna la construction des tours, du noyau central et de l’église. Le premier tiers du XVIe siècle, dans la phase Renaissance et manuéline, connut plusieurs adjonctions et remaniements : nouvelles divisions des espaces, ouverture de portes et de baies, ajout d’une sacristie, modification de l’entrée. En outre, d’après une publication récente, le nom « Flor da Rosa » évoquerait le siège de l’Hôpital à Rhodes7.

LES ORDRES DU TEMPLE ET DU CHRIST

  • 8 Les références et les parallèles avec le temple de Salomon, le Templum Dominis, sont envisagés par (...)

8L’une des premières constructions majeures commandées par un ordre militaire au Portugal fut le château de Tomar avec sa rotonde (fig. 4, p. 230). Les initiatives des Templiers en matière de construction dans la seconde moitié du XIIe siècle font émerger la figure emblématique du maître Gualdim Pais. Possédé par la milice depuis 1159, le château abrite notamment une chapelle octogonale : la Charola. Un seul anneau circulaire, couronné par une voûte annulaire portée par seize arcs, est englobé par le corps octogonal soutenu par des piliers et des contreforts extérieurs. Sous la coupole se situe l’autel. La première phase constructive, de type roman et comprenant l’octogone, est attribuée à Gualdim Pais, tandis que l’anneau circulaire du XIIIe siècle dénote déjà des caractéristiques gothiques. Le symbolisme du bâtiment et l’association au Saint-Sépulcre sont évidents8.

FIG. 4. — Rotonde et couvent du Christ, à Tomar (ordre du Temple et ordre du Christ)
© DGEMN/IHRU

  • 9 A. Dias, « O castelo dos templários », pp. 305-320.
  • 10 M. Barroca, « A Ordem do Templo e a arquitectura militar », p. 191.
  • 11 M. Conde, « O urbanismo regular », pp. 287-294.

9La fortification de Tomar, élevée entre 1160 et 1169, comprend une citadelle où s’est installé l’ordre, avec le château à l’est et la rotonde à l’ouest, tandis qu’une basse-cour a pris place entre la forteresse et la médina, avec lesquelles elle communiquait par deux portes. Les études archéologiques sur les voies de circulation externes et internes de ce complexe permettent de distinguer une voie réservée au pouvoir religieux-militaire et une autre, « civile »9. Le peuplement de la médina, enclose par une muraille adaptée au relief, fut encouragé par l’ordre grâce à la concession d’une charte de franchise (foral) en 116210. L’organisation de l’urbanisme de Tomar par le Temple est ainsi attestée pour la fin du XIIe et le XIIIe siècles11.

  • 12 M. Barroca, « A Ordem do Templo e a arquitectura militar », pp. 194 et 198.

10Cette fortification, organisée selon les modèles des châteaux du sud portugais, présente plusieurs caractéristiques nouvelles : des corbeaux sur les murs d’enceinte de la citadelle, un glacis massif (alambor) et un donjon auprès de l’entrée du château. Daté de 1160 par une inscription, ce donjon est considéré comme le plus ancien du Portugal. De 20 mètres de hauteur, il présente un plan rectangulaire sur quatre étages. Le château de Tomar est aussi pionnier sur le territoire portugais par l’usage du glacis appliqué à la muraille extérieure, un aménagement que Gualdim Pais a pu observer dans l’Orient latin12.

  • 13 L. F. Oliveira, « Duas memórias em confronto », pp. 249-261.
  • 14 Id., « Ordem Militar de Cristo », p. 495.

11L’ordre du Christ, fondé en 1319 après l’extinction des Templiers, a hérité de la plupart de leurs biens. Pour justifier son éloignement vis-à-vis des Templiers, son siège aurait initialement été installé dans le château de Castro Marim, reçu de la Couronne en 1319 ; mais en 1357, il avait déjà été transféré à Tomar et commençait à être nommé « Couvent du Christ » (fig. 4, p. 230). Des études récentes laissent toutefois croire que ce déplacement n’eut jamais véritablement lieu13. À la suite d’un échange, Castro Marim fut définitivement livré à la Couronne en 137314.

  • 15 M. Conde, « Tomar Medieval », p. 72.

12Dans la première moitié du XVe siècle, sous la maîtrise de l’infant Henri, le couvent de Tomar fut doté de nouveaux bâtiments : deux nouveaux cloîtres (du Cimetière et des Lavages), dont le premier, annexé à la chapelle-rotonde, est attribué à Fernão Gonçalves. Plus tard, sous Manuel Ier, l’agrandissement de l’espace attribué au couvent du Christ motiva le déplacement de la médina en un autre lieu15.

  • 16 C. Almeida et M. Barroca, História da Arte em Portugal, p. 65.

13Il faut également mentionner à Tomar l’église de Sainte Marie d’Olivais où, d’après l’épigraphie, Gualdim Pais et d’autres maîtres de l’ordre furent inhumés au cours des XIIIe et XIVe siècles. Cette œuvre est attribuée à l’architecte João Anes Pereiro de Ourém, avec une datation tardive, vers la fin du XIVe ou le début du XVe siècle, pour le bâtiment qui a subsisté jusqu’à aujourd’hui16. Une sobriété toute cistercienne caractérise cette église à trois nefs.

L’ORDRE D’AVIS

  • 17 A. Gonçalves, T. Hauschild et F. Teichner, « Intervenção arqueológica no Museu de Évora, Centro His (...)

14On trouve, à partir de 1176, des mentions des chevaliers d’Évora qui observaient la règle de saint Benoît. Ils conservèrent leur siège à Évora jusqu’au moment où, tout en étant affiliés à Calatrava, ils se transportèrent à Avis, obtenu à la suite d’une donation d’Alphonse II, en 1211. C’est à partir de là qu’ils commencèrent à être connus comme frères d’Avis. Une intervention archéologique conduite près de la cathédrale d’Évora a livré des données matérielles sur l’ordre et notamment l’existence d’une nécropole de frères où l’on a exhumé une boucle et des boutons avec la croix de Calatrava17.

FIG. 5. — Château et couvent d’Avis (ordre d’Avis)
© I.C.F. Fernandes

FIG. 6. — Château de Palmela (ordre de Santiago), Munícipio de Palmela
© Ricardo Pais

  • 18 A. Pereira, « Avis, viagem a uma vila medieval », pp. 4 et 14.

15Fort importantes, les donations dans le haut Alentejo ont porté sur des terres fertiles qu’il fallait rentabiliser. Dans la localité d’Avis, les frères ont, à partir de 1214, construit un château où ils ont installé leur siège. Tout au long du Moyen Âge, l’ordre ne s’est pas limité à l’exercice d’une autorité religieuse mais a renforcé sa domination au sein de l’administration municipale18.

  • 19 Tombo de 1556 Direitos, Bens e Propriedades da Ordem e Mestrado de Avis, nas suas três vilas…, p. (...)
  • 20 Ibid.
  • 21 A. Pereira, « Avis, viagem a uma vila medieval », pp. 19-22.

16Aujourd’hui, subsistent essentiellement les vestiges du couvent, de l’église et de la partie de la forteresse qui protégeait la population (fig. 5, p. 232). De cette forteresse demeurent trois tours d’angle quadrangulaires flanquant la partie subsistante du mur d’enceinte, encore identifiables. Elle disposait d’une citadelle et était desservie par plusieurs portes : Porte du Couvent, Porte de l’Abattoir, Porte de l’Enceinte ou du Rempart et Porte de la Trahison. D’après un document de 155619, on sait que la forteresse intégrait le couvent, l’église Notre-Dame de la Grâce et un logis seigneurial pour les maîtres, situé entre le donjon et le couvent. Élevé au XIIIe siècle, ce dernier fut modifié au milieu du XVe siècle. La description détaillée atteste l’existence d’un logis avec plusieurs salles et chambres, un scriptorium, « un jardin et une orangerie entourés par de hauts murs crénelés20 … ». L’étage supérieur du couvent abritait le dortoir des frères et le niveau inférieur accueillait des ateliers. Il y avait aussi, au sud de l’église, une autre orangerie enclose avec une citerne, la maison des prieurs et d’autres dépendances destinées au stockage et au traitement de produits agricoles. Au milieu du XVe siècle, le maître ordonna d’importants remaniements sur la forteresse, y compris la construction (ou reconstruction) du donjon, bien décrit dans le Tombo de 1556 et qu’Armando Pereira considère comme une tentative pour réaffirmer un pouvoir qui s’était trouvé limité par le pouvoir royal21.

L’ORDRE DE SANTIAGO

17Probablement à la suite d’Alcácer, le château de Palmela accueillit le chef-lieu de l’ordre de Santiago entre c. 1194 et 1217 : il s’agissait d’établir un centre militaire sur la frontière afin de préparer l’avancée portugaise sur les terres musulmanes du sud. Le château avait été donné aux frères de Santiago en 1186, sous la maîtrise de Sancho Fernandes. Des installations primitives subsistent seulement quelques traces archéologiques. L’agrandissement et le réaménagement de la forteresse intervinrent entre le XIIIe et le XIVe siècles, notamment la construction du donjon, face à la ville, et la réorganisation de l’entrée du château. Le château et la première église paroissiale Sainte-Marie se trouvaient sous la juridiction de l’ordre (fig. 6, p. 232).

FIG. 7. — Couvent du XVIIe siècle et église du couvent du XVe siècle, à Palmela (ordre de Santiago), Município de Palmela © Ricardo Pais

FIG. 8. — Chapelle de l’église Senhor dos Mártires, panthéon de l’ordre de Santiago, Alcácer do Sal
© Luís Sousa

18Entre 1443 et 1482, fut élevé le couvent-siège à l’intérieur du château de Palmela, où les frères s’installèrent définitivement jusqu’au XIXe siècle. De cette période subsistent l’église de Santiago, le logis seigneurial du dernier maître Jorge et quelques dépendances. Le dernier couvent remontant aux XVIIe -XVIIIe siècles a effacé presque toutes les traces du précédent (fig. 7, p. 234). Caractérisée par un dépouillement formel et décoratif où se mêlent tendances archaïques et éléments de modernité, l’église est considérée comme un exemple caractéristique de l’architecture gothique tardive du Portugal. D’autres travaux ont concerné le château dans les espaces résidentiels ou bien l’enceinte, où furent élevées de nouvelles tours. Au XVIe siècle, le maître Jorge, bâtard du roi Jean II, fit bénéficier le couvent et l’église d’importants travaux d’embellissement.

  • 22 I. Fernandes, O Castelo de Palmela ; Ead., « Os conventos da Ordem de Santiago em Palmela », pp. 58 (...)

19Le Règlement du Couvent de Palmela de 1547 livre d’importantes informations sur le quotidien de la vie conventuelle et l’organisation fonctionnelle de la maison : sont notamment mentionnés l’église, la sacristie, le chœur, le dortoir, le réfectoire, la cuisine, l’auberge, une étude de notaire, la pharmacie et l’infirmerie. On ne connaît pas, néanmoins, de descriptions de l’architecture des bâtiments22.

  • 23 M. Pereira, « Um olhar sobre o convento », p. 1028.
  • 24 C. Almeida et M. Barroca ont trouvé des parallèles de ce plan octogonal à usage funéraire en Navarr (...)

20Le siège de l’ordre avait été installé à Alcácer do Sal en 1218, avant d’être transféré à Mértola. Il retourna à Alcácer do Sal, du milieu du XIVe siècle à 1482, date à laquelle il fut fixé à Palmela. Le complexe conventuel d’Alcácer do Sal, connu comme « meysom de l’alcaçar » dans la documentation23, fut implanté dans le château, où seuls subsistent aujourd’hui l’église de Santiago et le couvent d’Aracoeli transformé en hôtel. Ce couvent s’inscrit probablement dans la continuité du précédent qui incluait le logis du maître et des frères. L’église des Martyrs, à l’extérieur de l’enceinte, constitue un « panthéon » de l’ordre de Santiago qui intègre la chapelle des maîtres et la chapelle de Diogo Pereira, grand-commandeur. La décision d’aménager cette nécropole, dans un espace déjà utilisé pour l’inhumation de guerriers chrétiens, fut prise en 1333 par le maître Garcia Peres. Il s’agit d’une chapelle octogonale, avec voûtes nervées et contreforts d’angle à l’extérieur (fig. 8, p. 234)24.

21On ignore l’ampleur des travaux alors accomplis par les frères, mais ils ont certainement procédé à la réparation et à l’adaptation des murailles, des espaces religieux et civils. Le transfert de l’ordre à Mértola, qui accompagna l’impulsion conquérante vers le sud, interrompit les réaménagements à Alcácer, qui furent repris seulement à la fin du XIIIe ou au début du XIVe siècle. Des maîtres de l’ordre, comme Pedro Escacho, Garcia Peres et l’infant João, ont laissé des documents témoignant du gouvernement de l’ordre à partir de la maison d’Alcácer.

  • 25 S. Gomez-Martínez et M. Barros, « O castelo de Mértola », pp. 343-345.
  • 26 J. Boiça et M. Barros, « A mesquita-igreja », pp. 343-344.

22À Mértola, conquis par Paio Peres Correia en 1238, et où fut placé le siège de l’ordre en 1245, les frères de Santiago commencèrent des restructurations à la fin du XIIIe siècle : renforcement des murailles de la ville et reconstruction du château doté d’un donjon en 1292 ; aménagement des espaces conventuels dans la citadelle qui ont laissé peu de vestiges25. L’intervention de l’ordre a peu concerné la mosquée qui a été adaptée au culte chrétien sans grandes modifications. Les travaux les plus significatifs datent des XVe et XVIe siècles26.

  • 27 L. F. Oliveira, « Convento de Santos ».

23Il est important de mentionner encore le monastère de Santos-o-Velho, construit dans le domaine donné à l’ordre par le roi Sanche Ier en 1194 et reconnu traditionnellement comme son premier siège. Néanmoins, il apparaît plutôt aujourd’hui comme un monastère où, en 1233, furent installées les sœurs de l’ordre transférées d’Arruda. Ce couvent féminin devait pourvoir à l’éducation des filles des frères (un collège est mentionné en 1363) et héberger les veuves. En 1490, la communauté fut transférée dans de nouveaux bâtiments. Aujourd’hui, nous ne connaissons que le dernier couvent à Lisbonne, appelé monastère de Santos-o-Novo27.

D’AUTRES LIEUX DE POUVOIR

  • 28 C. Almeida, História da Arte, p. 147.

24L’ordre du Temple a détenu plusieurs châteaux afin d’organiser la défense des accès à Coimbra et des frontières avec la Castille et les territoires musulmans, en particulier sur la ligne du Tage : Soure, Ega, Pombal, Tomar, Mogadouro, Penas Róias, Longroiva, Idanha-a-Velha, Monsanto, Castelo Branco, Zêzere, Almourol, Cardiga, Ródão, Montalvão et Nisa. Les châteaux templiers de la ligne du Tage sont probablement ceux qui expriment le mieux le pouvoir de cet ordre au temps de la reconquête. Gualdim Pais apparaît de nouveau comme l’instigateur d’une architecture militaire inspirée par les constructions de l’Orient latin et qui comportent des techniques constructives et des aménagements fortifiés novateurs, à l’avant-garde de l’architecture militaire romane au Portugal. Mais les interventions dans les châteaux préexistants — notamment la construction de donjons à Soure, Penas Róias et Longroiva — démontrent un savoir-faire qui a fait penser que le maître en fut lui-même l’architecte, grâce à son expérience acquise en Terre sainte28.

  • 29 M. Barroca, « A Ordem do Templo e a arquitectura militar », pp. 189 et 190.

25Outre le château de Tomar, ceux de Pombal et d’Almourol (1171) témoignent encore de cette période de constructions templières. Le château de Pombal fut la première fortification commandée par le maître Gualdim Pais, à partir de 1156. Il s’agit d’une forteresse rectangulaire avec neuf tours, comportant à l’intérieur de la citadelle des installations pour les frères, un logis seigneurial pour le maître et l’église São Miguel. Édifié en 1171, le donjon dispose d’un alambor, comme la muraille de l’enceinte extérieure construite à la même époque29.

FIG. 9. — Château d’Almourol (ordre du Temple)
© DGEMN/IHRU

26Almourol, situé sur un îlot contrôlant un passage sur le Tage, a été érigé entre 1169 et 1171 (fig. 9). C’est une forteresse de plan irrégulier, comportant de hauts murs scandés de dix tours d’angle circulaires adaptées au tir lanqué. Il dispose de deux cours séparées par une courtine interne tandis que le donjon s’élève dans la haute cour. La construction intègre divers remplois.

  • 30 Id., « A Ordem do Hospital », pp. 202-209.

27Concernant l’Hôpital, les châteaux de Sertã, d’Amieira et de Crato constituent également des références remarquables. L’ordre reçut des terres à Gavião, Amieira, Tolosa et Crato en 1232 et domina ainsi une vaste région qui atteignait le haut Alentejo. Le château et l’église du Crato furent achevés en 1248. Le château d’Amieira (fig. 10, p. 238), construit entre 1356 et 1362 sous la direction d’Álvaro Gonçalves Pereira, ain de renforcer la ligne du Tage en lien avec Belver, présente des caractéristiques typiquement gothiques : un plan rectangulaire avec quatre tours aux angles, entouré d’un fossé avec barbacane et un donjon près de l’entrée du château30. Sous les règnes de Jean II et de Manuel Ier, le château connut divers aménagements.

FIG 10. — Château d’Amieira (ordre de l’Hôpital)
© DGEMN/IHRU

28L’ordre des chevaliers d’Évora, futur ordre d’Avis, a gardé plusieurs châteaux dans l’Alentejo. Dans le cadre des réformes du XIVe siècle, ces châteaux suivent un modèle propre : un bâtiment conventuel inséré dans une citadelle avec un donjon tourné vers la cité, lui-même protégé par une enceinte ovale. On trouve cet archétype dans les fortiications d’Alandroal, Veiros et Noudar.

29Outre Palmela, Alcácer do Sal et Mértola, l’ordre de Santiago a possédé d’autres châteaux dans l’Alentejo et l’Algarve liés à son engagement dans la reconquête dans la première moitié du XIIIe siècle : Sesimbra, Santiago do Cacém, Sines, Aljezur, Alcoutim, entre autres. Le dynamisme de cet ordre, qui intervient dans une phase relativement tardive, apparaît dans l’adoption de plans géométriques typiques du château gothique, comme à Santiago do Cacém, Sines et Alcoutim ou pour les citadelles de Sesimbra et de Mértola.

CONSIDÉRATIONS FINALES

30S’ils ont bénéicié d’importantes donations royales en échange de leur engagement militaire dans la reconquête, au Portugal, les ordres militaires n’ont pas échappé à l’empreinte de la monarchie. Entre le XIIe et le XIVe siècle, une fois les frontières consolidées, l’attitude royale à l’égard des ordres militaires fut marquée par une générosité modérée : il s’agissait de s’assurer la collaboration des ordres dans le peuplement du royaume, tout en conservant un équilibre entre des pouvoirs fondés sur les possessions foncières, les revenus fiscaux et d’autres droits. Les efforts du roi Denis Ier pour obtenir la constitution d’une branche portugaise de l’ordre de Santiago reflètent bien ces préoccupations. Le risque était encore plus grand dans le cas des ordres internationaux, avec l’exportation des richesses vers les sièges centraux, comme dans le cas de l’ordre de l’Hôpital. La nomination de maîtres issus de la maison royale, à partir du roi Jean Ier, visa à conjurer partiellement cette situation, en maintenant le gouvernement des ordres au sein d’un cercle proche de la monarchie.

31À partir de leurs sièges et des commanderies, le rôle des ordres militaires dans la structuration du paysage urbain et agraire du Portugal médiéval a été déterminant. L’administration des patrimoines, parfois l’exercice d’une juridiction propre, la domination des moyens de production et de transformation (pressoirs, fours, moulins) et l’accumulation des revenus et d’autres biens ont conditionné l’organisation des couvents. Ces derniers intégraient de nombreuses dépendances destinées non seulement aux activités artisanales satisfaisant à la vie de la communauté mais encore au stockage de ces biens ou à des fonctions administratives. Cette distribution fonctionnelle est bien identifiée dans les couvents d’Avis et de Palmela.

32La structuration de villes comme Avis, où les pouvoirs politiques et administratifs étaient partagés entre l’ordre et les autorités municipales, fut aussi influencée par les décisions des frères. Il s’agissait par là d’assurer la continuité d’une puissance dont l’expression militaire se voyait graduellement restreinte au profit de la monarchie. De la même façon, à Tomar, le Temple puis l’ordre du Christ ont contrôlé l’organisation du peuplement.

33Il faut souligner la modernité et le caractère innovant des réalisations architecturales des ordres militaires dans le territoire portugais : c’est surtout le cas des forteresses, pour certaines construites selon des modèles inspirés de l’Orient latin, pour d’autres habilement adaptées de châteaux musulmans antérieurs. Plus tard, ce fut encore le cas des couvents et de leurs églises, dont les plans furent pensés par les plus prestigieux architectes du royaume, dont les travaux furent dirigés par les meilleurs maîtres et dont les programmes décoratifs furent confiés à des artistes fameux, tout en suivant les progrès techniques et les goûts des élites européennes.

34Les châteaux et les couvents des ordres militaires au Portugal sont vraiment l’expression des multiples pouvoirs — militaires, religieux et politiques — qui ont caractérisé ces milices durant plus de six siècles.

Notes

1 M. Barroca, « A Ordem do Hospital e a Arquitectura Militar Portuguesa », pp. 192-193.

2 C. Almeida et M. Barroca, História da Arte em Portugal, pp. 66-67.

3 M. Barroca, « A Ordem do Hospital e a Arquitectura Militar Portuguesa », pp. 193 et 196 ; P. Pinto costa et M. Barroca, « A doação de Belver à Ordem do Hospital por D. Sancho I… », pp. 679-714.

4 Ibid., pp. 197-198.

5 P. Costa, « A Ordem do Hospital », pp. 187-192.

6 P. Pereira et J. Rodrigues, O Mosteiro de Flor da Rosa, pp. 49-50 et 105-106. Plus récemment, Jorge Rodrigues a montré l’origine fortifiée de ce couvent : J. Rodrigues, « Os hospitalários, o prior Álvaro Gonçalves Pereira e a igreja-panteão de Flor da Rosa », pp. 331-370.

7 P. Pereira et J. Rodrigues, O Mosteiro de Flor da Rosa, pp. 35, 36 et 43.

8 Les références et les parallèles avec le temple de Salomon, le Templum Dominis, sont envisagés par plusieurs auteurs : C. Almeida, História da Arte em Portugal, pp. 138-139 ; P. Pereira, « Convento de Cristo, Tomar », pp. 39-52 ; N. Oliveira, Castelos Templários, pp. 319-350.

9 A. Dias, « O castelo dos templários », pp. 305-320.

10 M. Barroca, « A Ordem do Templo e a arquitectura militar », p. 191.

11 M. Conde, « O urbanismo regular », pp. 287-294.

12 M. Barroca, « A Ordem do Templo e a arquitectura militar », pp. 194 et 198.

13 L. F. Oliveira, « Duas memórias em confronto », pp. 249-261.

14 Id., « Ordem Militar de Cristo », p. 495.

15 M. Conde, « Tomar Medieval », p. 72.

16 C. Almeida et M. Barroca, História da Arte em Portugal, p. 65.

17 A. Gonçalves, T. Hauschild et F. Teichner, « Intervenção arqueológica no Museu de Évora, Centro Histórico de Évora, 1996 », pp. 123-136.

18 A. Pereira, « Avis, viagem a uma vila medieval », pp. 4 et 14.

19 Tombo de 1556 Direitos, Bens e Propriedades da Ordem e Mestrado de Avis, nas suas três vilas…, p. 82.

20 Ibid.

21 A. Pereira, « Avis, viagem a uma vila medieval », pp. 19-22.

22 I. Fernandes, O Castelo de Palmela ; Ead., « Os conventos da Ordem de Santiago em Palmela », pp. 583-634.

23 M. Pereira, « Um olhar sobre o convento », p. 1028.

24 C. Almeida et M. Barroca ont trouvé des parallèles de ce plan octogonal à usage funéraire en Navarre, dans les chapelles d’Eunate et de Torres del Rio (C. Almeida et M. Barroca, História da Arte em Portugal, p. 68).

25 S. Gomez-Martínez et M. Barros, « O castelo de Mértola », pp. 343-345.

26 J. Boiça et M. Barros, « A mesquita-igreja », pp. 343-344.

27 L. F. Oliveira, « Convento de Santos ».

28 C. Almeida, História da Arte, p. 147.

29 M. Barroca, « A Ordem do Templo e a arquitectura militar », pp. 189 et 190.

30 Id., « A Ordem do Hospital », pp. 202-209.

Table des illustrations

Légende CARTE 1. — Sites des ordres militaires au Portugal mentionnés dans le texte© Ana Sofia Gomes
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/1286/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende FIG. 1. — Église de Leça do Balio (ordre de l’Hôpital)© DGEMN/IHRU
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/1286/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Légende FIG. 2. — Château de Belver (ordre de l’Hôpital) © DGEMN/IHRU
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/1286/img-3.png
Fichier image/png, 4,7M
Légende FIG. 3. — Monastère de Flor da Rosa, Crato (ordre de l’Hôpital) © I.C.F. Fernandes
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/1286/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Légende FIG. 4. — Rotonde et couvent du Christ, à Tomar (ordre du Temple et ordre du Christ)© DGEMN/IHRU
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/1286/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 520k
Légende FIG. 5. — Château et couvent d’Avis (ordre d’Avis)© I.C.F. Fernandes
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/1286/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Légende FIG. 6. — Château de Palmela (ordre de Santiago), Munícipio de Palmela© Ricardo Pais
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/1286/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Légende FIG. 7. — Couvent du XVIIe siècle et église du couvent du XVe siècle, à Palmela (ordre de Santiago), Município de Palmela © Ricardo Pais
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/1286/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 580k
Légende FIG. 8. — Chapelle de l’église Senhor dos Mártires, panthéon de l’ordre de Santiago, Alcácer do Sal© Luís Sousa
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/1286/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 680k
Légende FIG. 9. — Château d’Almourol (ordre du Temple)© DGEMN/IHRU
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/1286/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 596k
Légende FIG 10. — Château d’Amieira (ordre de l’Hôpital)© DGEMN/IHRU
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/1286/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 413k

© Casa de Velázquez, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site