Version classiqueVersion mobile

Presse et culture dans l’Espagne des Lumières

 | 
Maud Le Guellec

Deuxième partie. Énonciation : une réalité discursive inédite

Chapitre v. Polyphonie et interaction

Texte intégral

1Après avoir identifié les différentes voix en présence dans la presse culturelle du xviiie siècle et leurs modalités d’apparition, il convient de s’intéresser à leur mise en relation. Est-il toujours aisé de savoir qui parle ? Les voix se juxtaposent-elles, ou s’entrecroisent-elles parfois ? Chaque sphère évolue-t-elle indépendamment des autres ? Les pages qui suivent tenteront de répondre à ces différentes questions.

Des frontières mal délimitées

2Si l’existence d’une polyphonie au sein des journaux culturels du siècle des Lumières est évidente, déterminer à qui correspond chaque prise de parole ne l’est pas toujours. Jusqu’ici, les cas évoqués correspondaient à ceux où l’on sait avec certitude si c’est le journaliste qui a la parole, ou si l’on est en présence d’une source extérieure. La plupart du temps, cependant, l’auctorialité de chaque discours ne se livre pas aux regards si facilement, obligeant les lecteurs à faire preuve de discernement pour distinguer les différentes voix en présence.

  • 1 « Sobre si las ciencias deben prevalecer sobre las bellas letras » (El Regañón, 18 juin 1803, p. 41 (...)
  • 2 « Remedio eficacísimo para curar el mal de gota » (Semanario de Zaragoza, 20 mars 1800, p. 174).
  • 3 « Aviso a los habladores sacado de un tratado de Plutarco » (Minerva, 29 novembre 1805, p. 164).
  • 4 Correo de Madrid, 2 janvier 1787, p. 98.
  • 5 Semanario de Zaragoza, 5 décembre 1799, p. 353 ; Semanario de Málaga, 25 octobre 1796, p. 259 ; Sem (...)
  • 6 « en las traducciones o discursos de otras obras nacionales o extranjeras que se insertasen en dich (...)
  • 7 Memorial literario, 20 avril 1805, pp. 103-104.

3Idéalement, la voix extérieure insérée dans les pages d’un journal est accompagnée de références précises. Ainsi, il est indiqué dans El Regañón general que la réflexion menée « Sur la question de savoir si les sciences doivent l’emporter sur les belles lettres » est tirée du Mercurio de Francia du 7 mai 18031. De même, l’article sur la pêche inséré dans le Diario de Barcelona les 14 et 15 février 1794 est clairement attribué à l’ouvrage descripción de las artes y oficios de J.E. Bertrand. Mais il n’est pas rare que la référence soit nettement moins complète. Parfois, seul figure le titre du journal, sans que la date ne soit indiquée : le « Remède des plus efficaces pour soigner le mal de goutte » provient, selon le Semanario de Zaragoza du 20 mars 1800, du Diario de Londres2. Parfois, seul l’auteur est cité, sans mention de l’ouvrage dont l’article est tiré : dans Minerva, par exemple, on sait uniquement que l’« Avertissement aux bavards » vient d’un « traité de Plutarque »3. Et le degré d’imprécision de la référence est souvent encore plus marqué : un remède pour préserver différentes semences évoqué dans le Mensagero de Granada est tiré d’une « obra francesa » (27 juin 1796, p. 31), les conseils pour devenir écrivain que l’on peut lire dans le Correo de Madrid proviennent d’« un libro moderno »4. La présence d’une voix extérieure peut également n’être révélée que par le titre « Traducción de… » ou l’indication finale « Traducido » – ou « Trad. » – tout juste agrémentés, parfois, d’un « del francés », « del inglés » ou « del alemán »5. Et ce, malgré la loi en vigueur en Espagne, qui précise que « dans les traductions ou les discours d’autres ouvrages nationaux ou étrangers qui seront insérés dans lesdits [périodiques], on indiquera le nom ou la citation de l’auteur ou du livre dont le texte aura été tiré »6. Il arrive même que la signalisation de la présence d’une voix extérieure soit encore plus discrète, lorsque seule l’apparition de guillemets au sein d’un discours permet de savoir que la voix qui s’exprime n’est pas celle du publiciste, comme on peut le voir avec la description de Valence insérée dans le Memorial literario7.

Ambiguïtés discursives

4Au-delà de cette imprécision des références, il n’est en fait pas toujours évident de déterminer si la voix qui s’exprime est celle d’une autorité convoquée ou celle d’un contributeur, celle d’une voix extérieure ou celle du journaliste.

  • 8 Correo de Madrid, 7, 12, 19, 22 novembre et 3 décembre 1788.
  • 9 « El alano y el conejero » (Semanario de Salamanca, 28 mai 1796).
  • 10 Correo de Sevilla, 21 décembre 1803, pp. 187-188.

5En ce qui concerne la distinction entre contribution et insertion d’une source extérieure, d’abord, certains éléments permettent de faire la part des choses : les indications « Lo remitió » ou « Es remitido » – « Envoyé par », « Papier envoyé » –, très courantes par exemple dans le Mensagero de Granada, ou bien l’apparition d’expressions indiquant la nature épistolaire de l’élément – adresses au journaliste, formules liminaires et finales de politesse. Il arrive aussi que, dans le titre ou à la suite de l’article, la ville d’origine du texte soit précisée, signe que celui-ci a été envoyé. Ainsi, la critique de l’ouvrage Estudios eclesiásticos, publiée le 20 mars 1804 dans les Efemérides, est précédée de l’indication « Barcelona » et le poème inséré le 15 novembre 1796 dans le Semanario de Málaga est suivi d’un révélateur « de Granada ». Mais lorsqu’aucune de ces indications n’apparaît, il est parfois impossible de savoir si l’on est en présence d’une contribution volontaire ou d’une insertion. Et, même lorsqu’une signature est apposée à l’article ou au poème concerné, la question n’est pas réglée. En effet, lorsque l’auteur est un homme de lettres contemporain du journal, il est difficile de savoir, sans une étude historiographique de taille, si son texte est original ou s’il est tiré d’un ouvrage existant. Certes, il arrive que le texte soit accompagné de l’indication « inédito », « original », notamment lorsqu’il s’agit d’une pièce en vers. On relève ainsi, entre autres, une « Canción inédita » de Cadalso8, ou une fable originale « Le dogue et le lévrier » de Rafaela Hermida Jurquetes9. Mais, même lorsqu’un poème est inséré de manière inédite dans un périodique, il n’est pas nécessairement envoyé par son auteur. C’est en tout cas ce que dit un certain M., lorsqu’il se plaint que quelqu’un ait envoyé au Correo de Sevilla un de ses poèmes sans son consentement10. Ainsi, les indications explicites sont rares et, en leur absence, il peut se révéler impossible de déterminer si la voix qui s’exprime est celle d’un contributeur ou celle, passive, d’une source convoquée par les journalistes.

  • 11 « Jamás he ambicionado apropiarme producciones que no fuesen mías » (Correo de Madrid, 3 janvier 17 (...)
  • 12 Domergue, 1996, p. 27.

6En outre, il n’est pas non plus toujours aisé de savoir si l’on est en présence de la voix du publiciste ou d’une voix extérieure. S’il semble que les journalistes prennent soin de ne pas s’octroyer le discours d’autrui lorsqu’il s’agit du papier d’un contributeur, ainsi que le souligne le Correo de Madrid – « Je n’ai jamais eu pour ambition de m’approprier des productions qui n’étaient pas les miennes »11 –, le rapport aux autorités convoquées est bien plus libre. Cela n’est d’ailleurs pas si étonnant, dans la mesure où, même si dès 1762 ce n’est plus l’imprimeur qui possède le droit d’impression mais l’auteur lui-même – ainsi que ses héritiers, s’ils en font la demande –12, le droit d’auteur en tant que tel n’apparaît officiellement qu’en 1813. L’idée, tenace au xviiie siècle, que toute œuvre, une fois publiée, appartient au domaine public entraîne nécessairement une certaine désinvolture dans la citation des sources. Le prologue de l’Academia de ociosos en donne une illustration, lorsqu’y est longuement développée l’idée selon laquelle les textes de référence appartiennent à tous :

  • 13 « ¿Qué le importa a mis lectores que sea mío o ajeno, como sea bueno lo que les presente ? […] ¿Qué (...)

Qu’importe à mes lecteurs que ce que je leur présente soit de moi ou d’autrui, pourvu que ce soit bon ? […] Qu’importe que le fruit ne soit pas de mon jardin, lorsque je fais un cadeau ? Les auteurs donnent leurs œuvres au public : il n’est donc pas voleur, celui qui prend ce qu’on lui donne, pour le donner aux autres. Le marchand ne fabrique pas les tissus qu’il vend, et personne ne lui a reproché de vendre les productions d’autrui ou n’a dédaigné ses marchandises, sous prétexte que ce n’est pas celui qui les fabrique qui les vend. Eh bien moi, en tant que marchand littéraire, je ne possède pas d’usine, mais j’ouvre boutique, et j’y expose à bas prix de bons et estimables produits. […] Ainsi, à présent et pour toujours, j’exige qu’on ne me taxe pas de plagiaire ou de copiste, quand bien même je tairais le nom des auteurs ; car le nom de l’artisan n’est pas gravé dans tout ce qu’il fabrique13.

  • 14 Guinard, 1973, pp. 161-162.

7L’impunité avec laquelle tous les auteurs du xviiie siècle, quel que soit leur genre de prédilection, utilisent certains textes sans en indiquer l’origine peut également expliquer que les journalistes ne citent pas toujours les sources qu’ils mettent à profit. C’est ainsi que Paul-Jacques Guinard explique l’utilisation que font El Duende especulativo et El Pensador de passages entiers de The Spectator ou de The Guardian, sans prendre soin d’indiquer qu’ils recopient des textes existants, par le fait que « seule sans doute une petite minorité de fonctionnaires, de membres de l’aristocratie et de la bourgeoisie riche ayant voyagé et gardant des relations avec l’extérieur, quelques étrangers, des publicistes, avaient lu les ouvrages d’Addison et Steele »14. Taire les sources utilisées permet aux publicistes d’enrichir le journal et de mieux instruire les lecteurs, sans pour autant partager le mérite de l’entreprise avec qui que ce soit. Et sans attirer l’attention des autorités, lorsque l’ouvrage original ou son auteur figure dans un édit inquisitorial.

  • 15 Buigues, « Les traductions dans l’Espagne des Lumières : langues, rythmes et contenus », Bulletin h (...)
  • 16 Vargas Ponce, declamación contra los abusos introducidos en el castellano, presentada y no premiada (...)
  • 17 « Carta sobre el abuso de las malas traducciones y utilidad de reimprimir nuestros buenos autores » (...)
  • 18 Minerva, du 9 au 19 octobre 1807.

8Mais sans même considérer des ouvrages condamnés par le Saint-Office, la méfiance vis-à-vis de l’étranger peut expliquer certaines occultations. En effet, si l’Europe des Lumières se caractérise par la parution d’un grand nombre de traductions, il semblerait que cette pratique ait été particulièrement florissante en Espagne, et notamment à la fin du xviiie siècle. Ainsi, selon Jean-Marc Buigues, quasiment un ouvrage sur cinq, parmi les nouvelles publications des deux dernières décennies du siècle, serait une traduction15 – et ce, sans compter les écrits qui n’étaient pas déclarés comme tels. Par conséquent, si des érudits comme Feijoo ou Mayans considèrent la traduction comme un moyen d’acquérir de nouvelles connaissances, se contentant de mettre en garde contre les mauvais traducteurs, le ton change au fur et à mesure que le siècle avance. Face à une prolifération jugée excessive, face également aux conflits qui opposent l’Espagne au reste de l’Europe, le principe même de la traduction est parfois remis en cause. Dans un mémoire qu’il présente à l’Académie espagnole en 1791, José Vargas Ponce se plaint ainsi de ce que l’Espagne soit devenue « une Nation de traducteurs », contaminée par la « traductomanie »16. Prenons pour reflet de cette opinion l’insertion, dans le Memorial literario, d’une « Lettre sur l’abus des mauvaises traductions et l’utilité de réimprimer nos bons auteurs »17 ou le compte rendu de la traduction de La Poétique de Boileau par Juan Bautista Arriaza, dans lequel D.R.P.H. affirme que certains passages sont d’une totale inutilité pour un Espagnol18. Si cette évolution que connaît le regard porté par les Espagnols sur les traductions n’empêche pas celles-ci de continuer à être publiées en grand nombre, elle peut expliquer que, parfois, l’origine étrangère d’un texte soit soigneusement occultée par les journalistes.

  • 19 « El autor de esta letrilla no pretende tildar a persona alguna » (Semanario de Salamanca, 3 janvie (...)
  • 20 Efemérides, 20 mars 1804, p. 329.
  • 21 Espíritu de los mejores diarios, 22 juin 1789, p. 191.

9Les notes de bas de page, enfin, viennent ajouter à la confusion des voix. La presse culturelle des Lumières, dans son souci de clarté et d’instruction, a en effet recours à bien des types de notes de bas de page : notes d’information – référence, renvoi, vocabulaire, explicitation d’allusions –, de commentaire – justification, correction, nuance, éloge ou critique –, notes « annexes » – digression, citation ou anecdote en lien avec le texte. La plupart du temps, l’identification des voix qui s’expriment par ce biais ne laisse aucun doute : lorsque les notes de bas de page apparaissent pour compléter un texte écrit par le journaliste lui-même, lorsqu’elles débutent par une formule du type « L’auteur de cette letrilla ne prétend critiquer personne »19 ou sont explicitement signées, par exemple, « El editor de las Efemérides »20. Cependant, la situation n’est pas toujours aussi clairement exposée. Lorsqu’un poème est accompagné de notes de vocabulaire et d’explication, on est en droit de se demander qui estime nécessaire cet appareil critique : l’auteur du poème ? L’éditeur, dans le cas où l’œuvre aurait été préalablement publiée ? Le journaliste ? Lorsque les notes sont en continuité par rapport au discours d’une lettre ou d’un article, on peut supposer qu’elles sont écrites par l’auteur du texte lui-même, mais on est aussi en droit de penser que le journaliste, en accord avec les propos tenus, rajoute quelques données allant dans le même sens. Le 27 mars 1795, par exemple, le Diario de Madrid publie une lettre d’« El imparcial » portant sur le théâtre et faisant allusion à la pièce El filósofo enamorado, représentée les jours précédents à Madrid. La note insérée à la page 355 déplore la mort du comédien Manuel Torre, sans qui le succès de la pièce ne saurait être complet : est-ce là l’avis d’« El imparcial » ou celui de l’un des journalistes du Diario ? Les doutes sont encore plus grands lorsque les niveaux possibles d’auctorialité se multiplient : lorsqu’une note apparaît dans une traduction faite et envoyée par un contributeur ou dans une lettre insérée dans une autre lettre. Difficile de dire, ainsi, de qui est la note historique insérée dans la réflexion sur la législation de Lycurgue, publiée dans l’Espíritu de los mejores diarios21. Est-ce une précaution prise par l’auteur du discours, Mr. Lorinet ? Par les éditeurs du Diario enciclopédico, qui publient initialement l’article ? Ou par Cristóbal Cladera, au moment où il traduit et insère à son tour cette réflexion dans son périodique ?

Jeu de pistes

  • 22 « de cuya obra hemos tomado la historia de las serpientes, que dejamos impresas en los núm. 7 y 8 d (...)

10Dans de telles conditions, il est donc nécessaire de détecter des indices à même de permettre l’identification de la voix en train de s’exprimer. Parfois, il suffit de parcourir d’autres numéros du périodique pour voir comblé le manque d’informations initial. Ainsi, on peut lire dans le Correo de Sevilla, à propos de Buffon, la remarque suivante : « de l’œuvre duquel nous avons pris l’histoire des serpents, que nous avons imprimée aux numéros 7 et 8 de notre Correo »22. De même, au numéro du 17 octobre 1799 du Semanario de Zaragoza, Q. se plaint de ce qu’au numéro du 15 août, une idylle soit traduite par J.C.A. sans que soit précisé qu’elle est de l’auteur de L’Esprit des lois (pp. 248-249). Il arrive donc que des commentaires des journalistes eux-mêmes ou de certains contributeurs viennent témoigner a posteriori de la présence de voix extérieures. Cependant, lorsque, volontairement, la source d’un article est tue au moment de son insertion, il est rare qu’elle soit explicitée par la suite et c’est plus souvent l’examen des articles eux-mêmes qui permet de se prononcer sur leur origine.

  • 23 « Consideraciones sobre los obstáculos que los antiguos filósofos opusieron a los progresos de la s (...)

11L’observation de la nature des éléments publiés peut indiquer qu’il s’agit a priori d’une insertion. Il est ainsi plus que probable que les anecdotes anglaises du numéro du 12 novembre 1805 de Minerva (pp. 103-104), tout comme les informations étrangères du « Boletín de noticias diarias » – « Bulletin des nouvelles quotidiennes » de ce même périodique, proviennent de journaux ou de recueils étrangers. Il en est de même pour des articles dont la signature est celle d’un auteur étranger – la presse comptant de très rares souscripteurs hors des frontières espagnoles. C’est le cas par exemple dans le Memorial literario, lorsque paraissent successivement les « Considérations sur les obstacles que les anciens philosophes opposèrent aux progrès de la saine philosophie » du citoyen Levesque et les « Enquêtes sur les terres et le port de Drake » du citoyen Fleurieu23. De manière plus générale, toutes les informations faisant preuve d’un éloignement spatial ou temporel marqué par rapport au lieu et à la date de publication du journal ne peuvent qu’être prises ailleurs : les anecdotes historiques remontant à plusieurs années ou à plusieurs siècles, les comptes rendus de représentations et de festivités de Paris ou de Londres. Comment les journalistes du Correo de Xerez ou leurs contributeurs écriraient-ils eux-mêmes une anecdote sur le roi de Prusse au numéro du 21 juillet 1806 (pp. 44-47) et une anecdote orientale au numéro du 22 septembre (pp. 188-190) ?

  • 24 Álvarez de Miranda, 2005.
  • 25 Vallejo Arróniz, 1986.
  • 26 Guinard, 1973, p. 154, n. 14.
  • 27 « memoria, facultad de acordarse » (Real Academia Española).
  • 28 « Sobre el abuso que hace el hombre de las divinas piedades por la grosera desatención con que mira (...)

12L’observation de l’écriture peut également être utile, dans la mesure où le vocabulaire employé indique parfois qu’il y a eu traduction, adaptation. En dehors des termes étrangers, et notamment français, qui sont passés dans le langage courant tels que resorte, coqueta, corsé, parterre, sofá ou minuet24, libertinaje, peluca, intendente, franela ou recluta25, l’utilisation de certaines tournures et expressions peu idiomatiques peut ainsi être révélatrice. C’est ce que souligne Paul-Jacques Guinard26 à propos du numéro 26 du Caxón de sastre. On peut y relever un clair gallicisme, à la page 318, lorsque le mot « retentiva » est employé dans le sens français de « retenue », de « circonspection », le terme espagnol signifiant uniquement, ainsi que l’indique la vingtième édition du dictionnaire de la Real Academia Española, « mémoire, faculté à se souvenir »27. À la page 320 est également employée l’expression « nuestros cercanos » au sens de « nos proches », alors même que la langue espagnole n’admet que la forme adjective de ce terme, comme le confirme le Diccionario de Autoridades. Ces décalages dans l’emploi que fait Nifo de certains termes par rapport à leur emploi habituel dans la langue espagnole du xviiie siècle laissent donc entrevoir un texte français derrière les mots du journaliste. D’autres expressions, sans être incorrectes en espagnol, semblent néanmoins être le calque d’expressions idiomatiques françaises : « tomar este […] partido » (pour « prendre ce parti », p. 315), « grave de espíritu » (pour « à l’esprit grave », p. 318), « hacer […] mala figura » (pour « faire mauvaise figure », p. 318), « suscribirse a la voluntad de sus amigos » (pour « souscrire à la volonté de ses amis », p. 321). L’expression omniprésente « saber de mundo », souvent indiquée en italique, pourrait être une tentative de traduction de « connaître le monde », au sens de connaître les usages de la bonne société. Si chacune de ces expressions, prise isolément, ne justifie pas l’hypothèse selon laquelle ces pages du Caxón de sastre sont, en réalité, une traduction inavouée, leur multiplication l’atteste. L’étrangeté du titre, enfin, pourrait être le résultat d’une erreur d’adaptation commise par Nifo. Puisque toute la réflexion porte sur les bonnes manières, pourquoi le titre donné est-il : « Sur l’abus que fait l’homme de la piété divine en négligeant grossièrement ses véritables intérêts, parce qu’il ne connaît pas le monde »28 ? Il n’est en effet question, à aucun moment, de piété religieuse. Est-ce là une erreur de traduction ? Ou est-ce que le titre, copié fidèlement, renvoyait dans l’ouvrage original à une réflexion plus large ? Quelques gallicismes, beaucoup d’étrangetés : l’analyse linguistique de ces quelques pages incite ainsi à affirmer que derrière la voix du journaliste se cache une voix extérieure étrangère. Le dernier paragraphe du texte, en revanche, ne contient aucun terme inhabituel, aucune expression suspecte : Nifo, semble-t-il, reprend pleinement la parole pour faire la transition avec les vers qui suivent.

  • 29 Urzainqui, 1991b, p. 360.
  • 30 Vallejo, 1990b.
  • 31 « La belleza en las imágenes intelectuales consiste en que estén fundadas en la verdad » (Correo de (...)
  • 32 « El ingenio según Muratori no es otra cosa sino… », « A estos vuelos es a los que llamamos con el (...)
  • 33 Muratori, della perfetta poesía italiana, lib. 2, cap. 1, p. 235.

13Lorsqu’aucun de ces indices n’est disponible, la connaissance de certains textes clés et la confrontation de ces textes avec le contenu des périodiques culturels peuvent également révéler la présence inavouée de voix extérieures. C’est ce qui permet à Inmaculada Urzainqui29 de détecter dans le Diario de Madrid la traduction de passages de Zadig de Voltaire et de l’Histoire générale des voyages de l’abbé Prévost. À Paul-Jacques Guinard de repérer, dans le tome II du Correo de Madrid, l’insertion de fragments de Reloj de Príncipes de Guevara. Ou encore à Irene Vallejo30 de déceler plusieurs poèmes de Forner et de José Iglesias de la Casa dans le Diario de las musas. Étudions, dans cette perspective, un exemple tiré du Correo de Madrid. À partir du début du tome 7, le premier article de chaque numéro est occupé par des réflexions, envoyées par un contributeur, qui portent sur le bon goût et la beauté en littérature, la vraisemblance, le respect des unités etc. Ce sont là des thèmes traditionnels de la poétique, et l’on pourrait penser que le contributeur développe ses propres réflexions, tout en s’appuyant sur les concepts développés par les théoriciens de la littérature, de l’Antiquité jusqu’au xviiie siècle. Mais une lecture plus attentive laisse entrevoir une autre réalité. Ainsi, on constate que le premier paragraphe du numéro du 19 juin 1790, intitulé « La beauté dans les images intellectuelles consiste en ce qu’elles soient fondées sur la vérité »31, est explicitement tiré de Ludovico Antonio Muratori, dans la mesure où il débute par « L’esprit, selon Muratori, n’est autre chose que… » pour conclure par « Ces vols, nous les appelons avec l’auteur déjà cité images intellectuelles »32. Cependant, alors qu’en dehors de ce paragraphe rien ne laisse penser que les réflexions ne sont pas propres au contributeur, on constate que les lignes qui viennent immédiatement après sont en réalité une traduction, en grande partie fidèle, d’un passage de della perfetta poesía italiana33 du théoricien. La confrontation des deux paragraphes ne laisse aucun doute :

  • 34 « No hay cosa en el mundo que considerada bajo algún respeto, no tenga relación o semejanza, sea de (...)

Nulla ci è, dico, che per qualche rispetto, corrispondenza, ragione, qualità, legame ; sia dia cagione, o d’effetto ; di proporzione, o sproporzione ; d’amistà, o nimistà ; non comunichi con un’altro oggetto, anzi con tutte le altre cose create. Diversissimi di natura son sra loro uno Scoglio, e una Donna : pure se questa è dotata d’una severa onestà, e valorosamente resiste a gli assalti di chi l’ama, eccola somigliante ad uno Scoglio, che con egual resistenza si ride de gli assalti imptuosi dell’onde. Sembra, che l’Altare, e il Tribunal de’Giudici sieno cose sra lor sì diverse, che niun rispetto abbiano l’una all’altra. Tuttavia convengono in questo, che all’Altare risuggono gl’infelici per chiedere aiuto da Dio ; e al Tribunale rifuggono gl’ingiuriati per dimandar ajuto al Giudice.
Muratori,
Della perfetta poesía italiana

Il n’est aucune chose dans le monde qui, considérée sous un certain angle, n’ait pas une relation ou une ressemblance, que ce soit de cause ou d’effet, d’amitié ou d’inimitié, avec un autre objet. Dans la nature, une roche et une dame sont très différentes ; mais si cette dernière, honnête au plus haut point, résiste avec courage aux amants importuns, elle ressemble alors à une roche, qui résiste aux assauts de la mer. De même, il semble qu’un Autel et un Tribunal de Justice soient des choses qui n’ont rien à voir entre elles ; mais elles se retrouvent en cela que si les malheureux se réfugient au pied de l’autel pour demander de l’aide, les victimes accourent également au tribunal pour demander protection au Juge34.
Correo de Madrid,
19 juin 1790

  • 35 « de las imágenes fantásticas, verdaderas o verosímiles por el afecto » (Correo de Madrid, 12 juin  (...)
  • 36 « de las imágenes reflexivas del ingenio » (Correo de Madrid, 26 juin 1790, p. 161).

14Or, si l’on compare certains des titres de cette même rubrique du Correo de Madrid avec ceux des chapitres de della perfetta poesía italiana, on ne peut qu’en déduire que ces quelques phrases sont loin d’être un cas isolé. Le 12 juin 1790, le Correo de Madrid réfléchit sur « des images fantastiques, véritables ou vraisemblables causées par les sentiments »35, de même que Muratori au chapitre 15 du livre 1 de son premier tome réfléchit sur : « delle Immagini Fantastiche Artifiziali […] Altre Vere, o Verisimili per cagion dell’Affetto ». Le 26 juin, le Correo de Madrid s’intéresse à « des images réflexives de l’esprit »36, de même que Muratori s’intéresse, au chapitre 2 du livre 2 de son premier tome, à « delle Immagini Intellettuali di Relazione ». Et pourtant, les quelques allusions qui sont faites à Muratori ne laissent jamais sous-entendre une telle dette vis-à-vis de ses textes.

15De la même façon, et sans même que son nom soit cité, les mots de Luzán sont également recopiés dans les articles du Correo de Madrid. C’est le cas au numéro du 20 octobre 1790, dans l’article « de la verosimilitud » – « de la vraisemblance » – dont un passage entier de la page 393 est extrait de La Poética. Là encore, une mise en parallèle des deux textes, cette fois tous les deux en espagnol, est éloquente :

  • 37 « Acerca de la verosimilitud tenemos en Aristóteles un precepto comúnmente aprobado de todos, es a (...)

C’est un principe d ’Aristote que les poètes doivent préférer le vraisemblable et le crédible au vrai, car parfois la vérité elle-même peut ne pas être vraisemblable. La raison de ceci est très claire ; puisque le poète doit docere delectando, il peut mieux y arriver avec celle-ci qu’avec celle-là. Si Homère s’était contenté de narrer la guerre de Troie telle qu’elle a eu lieu et les voyages d’Ulysse tels qu’ils auraient pu avoir lieu, il n’aurait pas pu nous divertir autant avec les merveilles et les formidables prodiges qu’il décrit. La vérité historique de l’ aller d’Énée en Italie, de la conquête de Jérusalem par Godofre et du voyage de Vasco de Gama n’est pas aussi admirable, ni aussi divertissante, que telle qu’ils l’ont présentée en y ajoutant les atours de l’ artifice. Le poète devra cependant prendre garde à ne pas trop transformer et varier les faits qui sont très connus38.
Correo de Madrid,
20 octobre 1790

À propos de la vraisemblance, il y a chez Aristote un précepte communément admis par tous, à savoir que les poètes doivent préférer ce qui est vraisemblable et crédible à la vérité elle-même. […] La raison de ce précepte, entendu ainsi, est évidente : puisque le but du poète est de docere delectando, et que la vérité historique ou scientifique n’est pas aussi adaptée pour cela que le vraisemblable ou crédible, il est juste que le poète se serve de celui-ci, plus opportun, plutôt que de celle-là, qui pourrait aller à l’encontre de son objectif. […] Si Homère s’était contenté de narrer la guerre de Troie telle qu’elle a eu lieu et les voyages d’Ulysse tels qu’ils ont peut-être été, il n’aurait pas pu nous divertir avec autant de merveilles et autant de formidables événements. La vérité historique de la venue d’Énée en Italie, de la conquête de Jérusalem par Godefroy et du voyage de Vasco de Gama n’est pas aussi admirable et divertissante que telle que nous la décrivent Virgile, Le Tasse et Camões, lesquels la rendirent merveilleuse, nouvelle et extraordinaire, en se servant de la vraisemblance poétique et en la préférant à la vérité historique, à chaque fois qu’ils avaient des raisons suffisantes pour le faire37.
Luzán, La Poética

  • 38 « Es dicho de Aristóteles que los poetas deben anteponer lo verosímil y lo creíble a lo verdadero, (...)

16La retranscription, ici, est moins fidèle : des passages sont supprimés, d’autres condensés. Il y a même un passage qui ne fait pas sens dans la version du Correo de Madrid. En effet, le périodique transforme « telle que nous la décrivent Virgile, Le Tasse et Camões » en « telle qu’ils l’ont présentée », ce qui laisse penser que ce sont Énée, Godefroy et Vasco de Gama eux-mêmes qui racontent leurs épopées. À moins que le « ils » ne renvoie à « les poètes », évoqués en tout début de paragraphe ? Dans un cas comme dans l’autre, on voit que l’emprunt est ici des plus maladroits.38

  • 39 Peterson, 1936, p. 257.

17Le cas de The Spectator et de ses multiples réemplois est emblématique de cette présence non avouée de voix extérieures au sein des pages des périodiques culturels. Dans El Pensador, H. Peterson39 relève la traduction complète de sept Speculations, ainsi que l’imitation partielle d’au moins six autres discours. C’est ainsi que la lettre d’Antonio Libre du numéro 8, les réflexions contre la superstition du numéro 35, la lettre du valétudinaire ou encore celle sur la côterie des laids du numéro 36 sont toutes tirées de l’ouvrage d’Addison et Steele, par l’intermédiaire de leur traduction française. Des numéros entiers du périodique sont également insérés dans d’autres publications qui ne sont pas, pourtant, des « spectateurs ». Ainsi, le rêve de la dissection d’un crâne de petimetre, publié au numéro 275 de The Spectator, se retrouve inséré les 6 et 7 mai 1798 dans le Diario de Madrid, puis le 9 juillet 1799 dans le Diario de Valencia. Aucunedette contractée auprès d’une source extérieure – The Spectator pour le Diario de Madrid, le Diario de Madrid pour le Diario de Valencia – n’est déclarée et une signature différente du L. original y est même apposée : « El observador » dans le premier périodique, « Centinela » dans le second. Il est vrai que, dans le Diario de Madrid, le plagiat est dénoncé par R.C. au numéro du 26 mai 1798. Mais ce qu’il affirme, c’est que le songe a été repris du Filósofo a la moda, alors que ce dernier a en fait lui-même copié l’article dans Il filosofo alla moda (lezione 54), adaptation de la traduction française du périodique anglais : Le Spectateur ou le Socrate moderne (n° 39 du tome III). Son pendant, le rêve de la dissection d’un crâne de coqueta, publié au numéro 281 de The Spectator, va également transiter par Le Spectateur (n° 42 du tome III), Il filosofo alla moda (lezione 55) et El filósofo a la moda (n° 20, lección 36) pour, enfin, être repris dans le Diario de Madrid, les 21 et 22 juin 1798. Si la dette envers The Spectator est ici immédiatement reconnue, le Diario de Valencia, pour sa part, insère le même rêve dans le numéro du 10 juillet 1799 comme s’il était de son invention, et le signe à nouveau « Centinela ».

  • 40 The Spectator, n° 33 ; Diario de Valencia, 22, 23 et 31 août 1791 ; Semanario de Salamanca, 4 févri (...)

18On peut également citer le cas de l’histoire de Daphné et Laëtitia, qui raconte le parcours de deux sœurs, l’une belle et l’autre non. Originellement écrite par Addison et Steele, on la retrouve en 1791 dans le Diario de Valencia, signée par « Pancracio Blandabilis » – Pancrace Biledélicate – puis en 1796 dans le Semanario de Salamanca – qui recopie pour sa part, probablement, le Diario de Valencia –, signée par un certain « Philaretes »40. On pourrait donner bien d’autres exemples de la présence clandestine de la voix de The Spectator, cela ne représenterait encore qu’un petit échantillon des voix extérieures cachées au sein des différents journaux du xviiie siècle : il est probable, ainsi, que beaucoup d’insertions ne seront jamais mises à jour. Et puisqu’on a la preuve que, parfois, aucun indice ne montre qu’un texte emprunté n’est pas l’œuvre du journaliste, on est en droit de s’interroger sur l’origine d’un certain nombre d’articles d’information ou de réflexion, d’anecdotes et de comptes rendus d’ouvrages, publiés sans signature, sans explicitation d’auteur ou de source.

D’une voix à l’autre

19Ainsi, dans la presse comme dans l’ensemble de la littérature du xviiie siècle, les emprunts sont monnaie courante. Et dans une société où la notion de plagiat n’a pas la connotation qu’elle a aujourd’hui, l’identification des différentes voix en présence est loin d’aller toujours de soi. Imprécision des références, absence d’indices d’auctorialité et multiplication des notes de bas de page brouillent la lisibilité du système polyphonique. Ce préalable posé, reste à considérer les interactions qui se mettent en place entre les différents locuteurs. Pour cela, je me concentrerai sur les cas où l’identification des voix ne pose pas de problème particulier.

Le journaliste, chef d’orchestre de cette polyphonie

20Le journaliste, en tant que responsable de la publication, est nécessairement celui qui détermine la prise de parole de chaque locuteur. Mais quelles sont les différentes facettes de cette fonction ?

Moteur

  • 41 « como mi proyecto es muy vasto y mi caudal muy corto, a imitación de la industriosa abeja, recoger (...)
  • 42 « cosidos o retales » (Caxón de sastre, n° 5, p. 176).

21Si l’insertion de sources extérieures ne peut que correspondre à une démarche volontaire de la part des journalistes, on peut, néanmoins, relever l’importance que revêt celle-ci dans le projet éditorial de nombreux périodiques. La plupart du temps, c’est dans le prologue que s’exprime la volonté d’insérer différentes voix dans la publication. Citons l’exemple de l’Academia de ociosos, qui déclare poétiquement : « comme mon projet est très vaste et ma fortune très limitée, tel l’abeille travailleuse, je récolterai dans tous les prés la rosée de différentes fleurs ; autrement dit : j’aurai recours aux auteurs patriciens et étrangers sans prétendre à l’honorable titre d’auteur, mais à celui de compilateur zélé »41. Parfois, le titre lui-même est déjà révélateur. Celui de l’Espíritu de los mejores diarios que se publican en Europa indique sans conteste la vocation polyphonique du journal. Quant au Caxón de sastre et à La Espigadera, leur titre témoigne également de la volonté de glaner articles et poèmes, de faire un tout en assemblant « pièces ou coupons de tissu », comme l’indique le Caxón de sastre42.

  • 43 « Si algunas personas quisieren enviarme sus pensamientos, ya sea en tono de cartas, de discursos o (...)
  • 44 « Si alguno tuviere algo digno de publicarse en el Diario, podrá comunicarlo al diarista por medio (...)

22Néanmoins, c’est surtout par rapport aux interventions des contributeurs que l’on peut noter l’insistance avec laquelle les journalistes encouragent la polyphonie. Les appels à contribution sont en effet nombreux dans la plupart des journaux – notamment ceux d’une certaine longévité. Par ces demandes explicites, qui apparaissent souvent dès le prologue, puis se répètent au fil des pages, le journaliste incite donc les lecteurs à faire entendre leur voix dans le périodique qu’il publie. La manière de les solliciter est d’ailleurs souvent identique : « Si certaines personnes désirent m’envoyer leurs réflexions, que ce soit sous la forme de lettres, de discours ou de quelque mode que ce soit, je m’engage à les imprimer »43, « Quiconque aurait quelque chose qui mérite d’être publié dans le Diario pourra le communiquer au journaliste au moyen d’un papier signé »44. Seul, peut-être, El Caxón de sastre cathalán se montre plus inventif lorsqu’il déclare :

  • 45 « […] si acaso por casualidad registrando tus baules, topares con algún retazo, que te parezca cond (...)

[…] si par le plus grand des hasards, en fouillant tes malles, tu tombes nez à nez avec quelque pièce de tissu qui te semble en accord avec mon projet, et que tu considères adaptée pour être mêlée aux chiffons qui remplissent mes Caxones, fais en sorte qu’elle arrive jusqu’à moi par l’intermédiaire de l’imprimeur ; ce qui peut-être ne ferait que t’encombrer me serait certainement très utile pour un rapiéçage45.

  • 46 « cualquier suscriptor o apasionado » (La Espigadera, « Prospecto », p. 16).
  • 47 « cualquier persona, así natural de estos reinos, como de los extranjeros » (El Duende especulativo(...)
  • 48 « nuestros sabios suscriptores, y demás eruditos amantes de la patria » (Memorial literario, janvie (...)
  • 49 « Escuela de Dibujo de San Eloy de Artífices Plateros » (Semanario de Salamanca, 14 mai 1796, p. 10 (...)
  • 50 « Rectores de las Universidades, y Catedráticos » (Diario de Madrid, « Plan »).
  • 51 « haber visto frustradas nuestras esperanzas de concurrir a [el Memorial] las producciones de nuest (...)
  • 52 « el público […] apenas ha contribuido, si se exceptúan algunas poesías, con que llenar una docena (...)
  • 53 « una infinidad de cartas que me han venido y me vienen diariamente de todas partes » (El Censor, n (...)
  • 54 « montón de cartas de varios sujetos » (Caxón de sastre, n° 10, p. 87).
  • 55 « Tributamos las más expresivas gracias a todos cuantos, con sus discursos, avisos o noticias, han (...)

23Dans ces appels à contribution, ce sont la plupart du temps tous les lecteurs, indistinctement, qui sont interpellés. On peut relever ainsi des expressions comme « tout souscripteur ou passionné »46, « toute personne, aussi bien originaire de ces royaumes, que des royaumes étrangers »47. Plus rarement, il arrive cependant que ce soient des catégories spécifiques de la population qui soient visées. Les érudits, comme c’est le cas dans le Memorial literario qui demande la participation de « nos savants souscripteurs, et autres érudits amis de la patrie »48. Des catégories professionnelles plus spécifiques, parfois : les secrétaires de l’« École de dessin de saint Éloi pour Artisans en Orfèvrerie »49, les « Recteurs et Professeurs des Universités »50. Quoi qu’il en soit, c’est grâce à ces différents appels à contribution que les journalistes peuvent se targuer de recevoir de nombreux textes extérieurs. Il est vrai que, dans le Memorial literario de janvier 1795, les éditeurs déplorent un manque de participation : « nos espoirs de voir affluer vers [le Memorial] les productions de nos patriciens ont été frustrés »51. Le prologue du tome 2 du Semanario de Zaragoza témoigne de la même déception : « à l’exception de quelques poésies, le public […] a contribué avec tout juste de quoi occuper une dizaine d’articles sur les deux tomes que nous avons publiés jusqu’à maintenant »52. Mais ce n’est pas là la norme : ce que l’on peut lire la plupart du temps, ce sont des réflexions par rapport au grand nombre de lettres reçues, El Censor évoquant « une infinité de lettres qui me sont arrivées et qui m’arrivent tous les jours de partout »53 et Nifo parlant du « tas de lettres de nombreux individus »54 dont il prend connaissance. Si certains de ces courriers étaient peut-être adressés à la seule intention des journalistes, on peut néanmoins penser que la plupart avaient vocation à être publiés. C’est d’ailleurs ce qui transparaît des remerciements adressés par les journalistes aux personnes qui ont envoyé lettres, poèmes et articles. Pour ne citer qu’un exemple, on peut lire dans le Semanario de Salamanca l’affirmation suivante : « Nous voulons témoigner de nos sincères remerciements à tous ceux qui, par leurs discours, avertissements ou informations, ont contribué à agrémenter notre journal »55.

Superviseur

24Une autre fonction exercée par les journalistes vis-à-vis des contributions envoyées par certains lecteurs est celle de vérifier leur crédibilité. S’il est difficile, bien sûr, de retracer le processus de relecture et d’éventuel « recoupement des sources » – comme on le dirait aujourd’hui – auquel ils se livrent, on peut cependant relever certains propos explicitant ce rôle de vérification.

  • 56 « que no se publicará noticia alguna que no venga firmada de persona conocida de esta ciudad que pu (...)
  • 57 « Hemos recibido por la caja un papel de bastante mérito con estas iniciales S.E.S.O., pero no pode (...)
  • 58 « para asegurarnos de que está fielmente hecho » (Diario de los literatos, n° 1, « Introducción »).
  • 59 « Memoria exacta de lo que noté, disecando el cadáver que en vida no habló, en la sala de Santa Mar (...)

25Parfois, c’est par rapport à l’identité du contributeur que les soupçons se font sentir. Ainsi, dès le « Prospecto », le Semanario de Cartagena prévient « que ne sera publiée aucune information qui ne serait pas signée par une personne de cette ville que l’on connaisse et qui puisse répondre de son exactitude, en cas de nécessité »56. Et au numéro du 9 novembre 1793, les éditeurs du Semanario de Salamanca déclarent : « Nous avons reçu dans notre boîte un papier d’assez grand mérite, signé des initiales S.E.S.O., mais nous ne pouvons le publier sans avoir vu au préalable son auteur qui, s’il ne voit pas d’inconvénient à se présenter, peut se rendre à l’imprimerie de la rue du Prieur »57. D’autres fois, c’est la question du contenu et de la véracité des affirmations qui se pose. Ainsi, si le Diario de los literatos propose aux auteurs d’envoyer des comptes rendus de leurs ouvrages, les trois journalistes se réservent le droit – et le devoir – de comparer le résumé à l’original, « pour nous assurer qu’il est fidèlement exécuté »58. De même, dans El Hablador juicioso, l’Abbé Langlet précise, par rapport à un « Rapport exact de ce que j’ai observé en disséquant le cadavre de quelqu’un qui ne parlait pas de son vivant, dans la salle de Sainte Marie de l’Hôpital Général de cette Cour » envoyé par l’une des personnes ayant assisté à la dissection, qu’il a attendu d’avoir le témoignage d’autres personnes présentes à ce moment-là pour publier le texte, justifiant cette précaution par le fait qu’« il est très facile, et cela arrive fréquemment, que les préjugés qu’on nous a inculqués nous fassent voir souvent ce que nous imaginons, alors que la réalité est autre ; mais il est très difficile que onze personnes voient toutes une même chose, sans que celle-ci n’existe réellement »59.

  • 60 « fielmente con la misma ortografía que ha venido » (El Regañón, 4 février 1804, p. 80).
  • 61 « íntegro […], sin defraudarle su originalidad » (Efemérides, 13 janvier 1804, p. 49).
  • 62 « con sus mismas palabras » (Academia de ociosos, n° 3, p. 150).
  • 63 « sin añadir ni quitar un tilde » (Correo de Valencia, 26 février 1798, p. 132).
  • 64 « El autor de la siguiente creo no llevará a mal dos o tres voces que he mudado, por parecerme más (...)
  • 65 « Para dar esta carta a luz ha sido forzoso hacer más generales las observaciones del Sr. Bachiller (...)

26Il arrive même que les publicistes disent avoir procédé à certaines rectifications. Il est vrai que nombre d’insertions semblent être conformes mot pour mot au texte original, comme l’affirment les publicistes eux-mêmes lorsqu’ils précisent qu’ils publient une lettre « fidèlement, avec l’orthographe qui est la sienne »60, qu’ils insèrent un écrit « dans son intégrité […], sans lui enlever son originalité »61, « avec ses propres mots »62, « sans ajouter ni ôter une virgule »63. Néanmoins, on peut lire au numéro 7 d’El Curioso entretenido la note suivante : « L’auteur du papier qui suit ne prendra pas mal, je crois, que j’aie remplacé deux ou trois mots par d’autres qui me semblaient plus appropriés »64. Et parfois, les modifications apportées peuvent être plus substantielles. La lettre d’« El Bachiller Clarín » – « Clarín le Bavard » –, insérée le 24 novembre 1787 dans le Diario de Madrid, est accompagnée de la note suivante : « Pour publier cette lettre il a été nécessaire de rendre les observations de monsieur le Bavard plus générales. À la trop grande clarté, surtout lorsqu’elle ne s’accompagne pas de la plus parfaite exactitude, on lui donne souvent un autre nom »65. Rien, pourtant, dans la lettre elle-même, ne laisse penser que l’on n’est pas en présence du texte original du contributeur. Ces corrections apportées sont-elles courantes ? Il est impossible de le dire. Mais ces quelques citations montrent qu’en tout cas, elles existent. Autrement dit, si les journalistes se montrent très enthousiastes concernant la participation des lecteurs à l’écriture du périodique, ils exercent néanmoins un droit de regard et un pouvoir de contrôle sur les contributions qu’ils insèrent.

Modulateur

  • 66 « como obra de todos, lo que permitía a cualquier escritor apropiarse del trabajo de otro y glosarl (...)

27Une troisième et dernière dimension du rôle de chef d’orchestre que remplit le journaliste au sein de la publication dont il est responsable est la possibilité, non plus seulement de rectifier les erreurs des articles, mais de modifier certains éléments en fonction de critères plus subjectifs. Ce pouvoir de modulation s’explique par le fait, évoqué plus haut, que l’œuvre littéraire est considérée à l’époque « comme l’œuvre de tous, ce qui autorisait tout écrivain à s’approprier le travail d’un autre, à le gloser, à le traduire, à y ajouter des notes ou des modifications à travers lesquelles le texte devenait le sien »66.

  • 67 « copiaré algunas de las composiciones que más me han agradado y hecho reír » (Minerva, 20 janvier  (...)
  • 68 « Aquí dice el autor de esta carta que no puede contener su ira y que habla acalorado. Omitimos est (...)
  • 69 « no [la] incluyo aquí con sus mismos términos por ser muy larga y porque deseo continuar el método (...)
  • 70 Memorial literario, juillet 1790, n° 1, pp. 397-399 ; Efemérides, 21 mai 1805, pp. 164-167.

28Fort de ce pouvoir, le journaliste peut n’insérer que des fragments de l’œuvre originale, procédé parfois indiqué dans les titres d’article par l’expression « extractado de ». Certaines phrases révèlent alors parfois, en introduction ou dans le corps du texte, la sélection qui a été effectuée par les éditeurs. Celui de Minerva déclare à propos de la Colección de los epigramas, y otras poesías críticas, satíricas y jocosas de Francisco Gregorio de Salas : « je recopierai certaines compositions qui m’ont plu et m’ont fait rire »67. Celui du Correo de Madrid écrit dans une note de 1788 : « Ici, l’auteur de cette lettre dit qu’il ne peut pas contenir sa colère et qu’il parle sous l’effet de l’énervement. Nous omettons ce paragraphe car le Correo n’est pas un transmetteur de frénésies mais une voie pacifique que les savants empruntent pour communiquer leurs réflexions les uns aux autres »68. Par ailleurs, plutôt que de publier des fragments de l’ouvrage cité, le journaliste peut décider d’en résumer le contenu, comme le fait, par exemple, El Caxón de sastre cathalán pour une lettre envoyée par Aristarco, dont il est dit : « je ne [l’] inclus pas ici dans ses termes exacts dans la mesure où elle est trop longue et parce que je veux suivre la même méthode que pour les papiers précédents. Son contenu, en substance, est le suivant »69. De même, le Memorial literario publie le résumé d’une lettre de Cosio, les Efemérides de España le résumé du Voyage au Cap Nord de José Acerbi70.

  • 71 « ¿La felicidad es más común entre los grandes que entre los pequeños ? » (El Censor, n° 38).
  • 72 « se guarda únicamente el sentido, y no la escrupulosa versión de palabras de uno a otro idioma » ((...)
  • 73 « la pondré en castellano abreviándola y acomodándola a nuestras costumbres » (Semanario de Málaga, (...)
  • 74 Guinard, 1973, p. 169.

29Mais les possibilités de modulation s’accroissent lorsque l’élément inséré provient d’un ouvrage originellement écrit dans une autre langue. En effet, on est en droit de douter de la fidélité des traductions dans la mesure où l’expression « traducción libre » est très fréquemment utilisée au sein des périodiques culturels espagnols. Et d’autres indices incitent également à la prudence. El Censor, par exemple, prétend insérer la traduction d’un texte français s’intéressant à la question « Le bonheur est-il plus courant parmi les grands que parmi les petites gens ? », mais avoue qu’il n’avait pas l’original sous les yeux au moment de transcrire le texte71. On peut également lire dans le Diario de Barcelona, à propos d’une traduction de saint Thomas : « en passant d’une langue à l’autre c’est uniquement le sens qui est conservé, et non la version scrupuleuse des mots »72. Il est vraisemblable, donc, que les pures traductions soient rares, et laissent la place à des adaptations. Les éditeurs, dans cette perspective, se permettent de condenser, d’apporter ajouts ou corrections, de modifier le texte selon des critères scientifiques, esthétiques, idéologiques ou moraux. C’est d’ailleurs ce qu’explicite le Semanario de Málaga en parlant d’une réflexion contre les modes : « je la traduirai en espagnol en l’abrégeant et en l’adaptant à nos mœurs »73. Cette nationalisation, pratiquée par tous les traducteurs au xviiie siècle, Paul-Jacques Guinard la constate en étudiant El Duende especulativo et les passages qu’il reprend à des périodiques anglais : sous la plume d’El Duende, le natif de Cumberland qui écrit au Mentor devient galicien, la veuve de Brompton évoquée par The Spectator devient habitante de Colmenar viejo, la bataille au service de l’empereur dans laquelle un médecin de The Spectator perd un œil devient le siège d’Oran74.

  • 75 Makintosh, Voyages en Europe, en Asie et en Afrique, t. II, pp. 109-114.
  • 76 « está sacado de un escrito atribuido a Saint-Évremond, bajo el título de : “Maxime qu’on ne doit j (...)

30Examinons d’un peu plus près un exemple de traduction libre. Dans le Diario de Madrid, une lettre tirée des Voyages en Europe, en Asie et en Afrique de M. De Makintosh – traduction française d’un ouvrage anglais –75 est insérée les 15 et 16 février 1805, afin d’instruire les lecteurs sur le mode de vie des Anglais en Inde. Le texte est, dans son ensemble, restitué très fidèlement, avec l’ajout de deux notes de vocabulaire. Néanmoins, on constate deux suppressions significatives. Les deux passages qui, dans le texte français, font allusion aux fréquentations féminines de l’Anglais, dont on suit une journée type, disparaissent dans le texte espagnol. Il semblerait que les publicistes craignaient que les précisions que donne la lettre originale sur la manière de faire partir discrètement le matin « la dame qui est avec lui » et sur la présence le soir, dans sa chambre à coucher, d’une « dame pour l’amuser » ne soient pas du goût des censeurs. On peut également s’intéresser aux numéros des 1er et 5 avril 1799 du Semanario de Zaragoza. Comme l’indique une note du premier de ces numéros, l’article sur l’amitié que publient les éditeurs « est tiré d’un écrit attribué à Saint-Évremond, sous le titre : Maxime qu’on ne doit jamais manquer à ses amis, dont il n’est en grande partie qu’une traduction libre »76. Si l’on compare le texte de Saint-Évremond et sa traduction, signée X., on constate que les prises de liberté du Semanario de Zaragoza se limitent dans un premier temps à l’ajout, ici et là, de quelques mots ou de quelques phrases qui vont dans le même sens que le texte original et au choix d’expressions différentes pour exprimer la même idée. D’ailleurs, l’ajout de trois notes confirme ce respect relatif du texte français, les observations plus personnelles étant reléguées en bas de page, qu’elles soient en accord avec les idées de Saint-Évremond ou non. Et pourtant, la fin de l’article dont les lecteurs du Semanario de Zaragoza prennent connaissance s’écarte de manière significative du texte original, sans que rien ne signale cette prise de liberté par rapport au discours de Saint-Évremond. Alors que ce dernier développe l’idée selon laquelle l’honneur est le complément essentiel de l’amitié, puisqu’il vient combler les faiblesses de la nature de l’homme lorsque même les honnêtes gens seraient sujets à manquer de constance, le traducteur du périodique évoque, certes, la question de l’honneur, mais en lui accordant une importance nettement moins grande. En lieu et place des considérations originales, il évoque la précipitation avec laquelle les hommes choisissent leurs amis et celle avec laquelle ils mettent fin à leurs amitiés.

31Ainsi, que ce soit pour des questions de prudence ou en raison de l’opinion personnelle du traducteur, on voit que lorsque la source convoquée par les journalistes est étrangère, il est fréquent que sa transcription ne se fasse pas mot pour mot.

De l’intégration de ces voix extérieures

  • 77 « del vicio y sus perniciosos efectos, contrarios del hombre y de todos sus intereses » (Caxón de s (...)
  • 78 « la mujer es según su educación : si es buena la crianza, la mujer es en el mundo la cosa más feli (...)

32Voix du journaliste, voix des contributeurs, voix extérieures se succèdent ainsi au sein du périodique. La plupart du temps, on passe alors d’un locuteur à l’autre sans transition ou à l’aide de quelques mots d’annonce très neutres. Quelquefois, pourtant, le journaliste prend soin de justifier le sens de ces insertions par rapport à un projet éditorial donné, de souligner que les différents éléments qui composent chaque numéro du périodique font sens les uns par rapport aux autres. Le Caxón de sastre est à ce niveau un des exemples les plus significatifs. En effet, si Nifo fonde son périodique sur une grande quantité de sources extérieures non originales, il parvient à les orchestrer savamment. Ainsi, les titres des numéros témoignent de leur caractère thématique – le numéro 5, par exemple, s’intitule « Du vice et de ses effets pernicieux, contraires à l’homme et à tous ses intérêts »77 – et Nifo se charge de montrer en quoi les différents écrits critiques, philosophiques et poétiques choisis viennent illustrer son propos. Que ce soit à travers des transitions qui permettent d’expliciter le propos de la voix extérieure. Au numéro 3, par exemple, après l’insertion d’un romance d’Agustín de Rojas, Nifo précise que l’auteur considère que « la femme dépend de son éducation : si celle-ci est bonne, la femme est la chose la plus heureuse et précieuse au monde ; si elle est au contraire mauvaise, la femme est l’une des pires créatures »78. Ou que ce soit à travers des transitions plus digressives qui servent à passer, sur un même thème, d’une insertion à une autre. De ce fait, toutes les pièces s’imbriquent pour former un ensemble cohérent.

  • 79 « juzgo que no podré yo tocar todas las teclas. Estoy seguro que cada uno como maestro en su ejerci (...)

33Dans le cadre des contributions de lecteurs, l’entrelacement des voix s’intensifie à travers la conscience, partagée par les journalistes et les contributeurs, de poursuivre un même objectif. Il n’est pas rare, ainsi, que les journalistes affirment avoir besoin de l’aide des contributeurs pour mener à bien leur projet éditorial. On peut lire ainsi dans le El Argonauta español : « j’estime que je ne pourrai pas tout mettre en musique moi-même. Je suis sûr que chacun, maître dans son domaine, pourra approfondir plus que moi, et par conséquent dépasser ce que je pourrais écrire ou ce que d’autres pourraient produire »79. Les éditeurs du Correo de Madrid, eux, insistent dans chaque prologue sur ce point, mais c’est peut-être la citation suivante qui met le plus en relief cette dimension d’entraide :

  • 80 « El editor actual procurará por su parte llenar [el plan], en cuanto alcancen sus fuerzas, deseoso (...)

L’éditeur actuel tentera pour sa part de remplir [le plan], dans la limite de ses forces, désireux qu’il est de servir sa patrie ; mais comme il ne manque pas d’individus vraiment instruits et animés d’un véritable intérêt pour les progrès du goût et de la littérature, il prie tous ceux qui voudraient l’assister dans cette tâche de bien vouloir lui envoyer ce qu’ils considèrent digne d’être publié. L’éditeur en tirerait une aide très précieuse et le public serait dans le même temps redevable de leur bonne volonté et de leurs travaux80.

  • 81 « ¿Quiere V. que la avergoncemos entre los dos, yo escribiendo, y V. publicando lo que yo escribo ?(...)
  • 82 « aliviarle su pesada carga » (Semanario de Málaga, 1er novembre 1796, p. 273).
  • 83 « deseando cooperar por mi parte a los ventajosos y loables fines que Vms se han propuesto en la fo (...)
  • 84 « Es sin duda obra piadosa y meritoria guiar a los ciegos. Me propongo ser, no solo su lazarillo, p (...)

De leur côté, les contributeurs soulignent aussi, de temps à autre, cette poursuite commune des mêmes objectifs. On peut voir Juan de Martos, indigné par les erreurs que commettent les gens de Madrid, proposer à l’éditeur du Diario de las musas : « Vous voulez que vous et moi, nous les ridiculisions, moi en écrivant et vous en publiant ce que j’écris ? »81. Dans la même perspective, A.P.R.A. se propose à l’éditeur du Semanario de Málaga pour « le soulager de sa pesante charge »82 et un contributeur anonyme écrit au Memorial literario, « mû par le désir de coopérer aux objectifs fructueux et louables que vous vous êtes fixés dans l’élaboration de vos instructifs Memoriales »83. De manière plus humoristique, c’est cette même volonté qu’un contributeur du Correo de Madrid exprime dans sa lettre, insérée en 1787 : « C’est sans aucun doute une action pieuse et digne d’éloges que de guider les aveugles. Je me propose d’être, non seulement votre guide, mais de m’engager en tant que postillon de votre Correo et de suivre votre course jusque-là où mes forces me porteront […] »84.

  • 85 « Aunque no conozco a Vms de trato, descubro por sus tareas que son hombres honrados y contenidos, (...)
  • 86 « No conocemos al autor de esta carta sino por sus obras, y tampoco nos conoce él sino por nuestros (...)

34Journalistes et contributeurs ont donc conscience de travailler en collaboration, et ce malgré le fait qu’a priori aucun lien personnel n’existe entre eux, réalité soulignée parfois par l’un et l’autre camp. Ainsi, la lettre d’Antonio Iruraura, insérée dans le Diario de Madrid, débute sur ces mots : « Bien que je ne vous connaisse pas en personne, je découvre à travers vos travaux que vous êtes des hommes honnêtes et modérés, et c’est cela qui m’a poussé à vouloir être l’un de vos correspondants »85. Dans El Hablador juicioso, on trouve une note des éditeurs expliquant : « Nous ne connaissons pas l’auteur de cette lettre autrement que par ses écrits, et il ne nous connaît pas non plus autrement que par nos papiers »86. Le rapport qui se tisse entre les deux instances n’est donc pas d’ordre privé. Il s’explique par le désir des uns de remplir les pages de leur périodique, par le désir des autres de voir leur texte imprimé et par la nécessité, pour cela, de poursuivre ensemble les objectifs éditoriaux de l’une ou l’autre des publications.

De la juxtaposition au dialogue

  • 87 « La grandeza de alma que brilla en esta carta, la delicadeza de expresión y la hermosura de su tod (...)

35Ainsi, les différents éléments insérés dans les périodiques culturels prennent place au sein d’un système relativement cohérent. Le contrôle exercé par les journalistes, l’appareil éditorial mis en place pour intégrer articles, lettres et poèmes constituent une première forme d’interrelation entre les productions des différentes voix. Mais la hiérarchie certaine qui existe entre ces instances discursives n’empêche pas un niveau supérieur d’interaction. Certes, dans le cadre des sources convoquées, celle-ci reste imparfaite : elle est limitée aux interventions des publicistes qui réagissent face aux voix extérieures insérées au fil des pages et font part de leurs impressions, de leurs jugements. Ils donnent alors leur avis sur la qualité esthétique du poème édité, sur la cohérence d’une argumentation scientifique, sur le bien-fondé d’une réflexion morale. Au numéro du 31 août 1798 du Semanario de Zaragoza, les éditeurs commentent en note de bas de page la « La lettre écrite à Sa Majesté par l’Illustrissime Don Gregorio Galino » en ces termes : « La grandeur d’âme qui brille dans cette lettre, la délicatesse dans l’expression et la beauté de l’ensemble font d’elle l’un des plus beaux monuments de l’histoire ecclésiastique du royaume »87. En revanche, dans le cadre des interventions des contributeurs, ce simple retour laisse place à un véritable échange.

Dialogue entre journaliste(s) et contributeurs

  • 88 « No hallará V. », « no ha advertido V. », « que indague V. », « no extrañe V. », « Doy a V. muchas (...)
  • 89 El Caxón de sastre cathalán, 1764, n° 7, p. lxxxi ; Correo de Xerez, 24 juillet 1800, p. 257 ; Efem (...)

36Si l’envoi d’une information ou d’un article brut ne met en branle aucune discursivité spécifique, l’envoi d’une lettre, au contraire, établit tout de suite un dialogue avec le(s) journaliste(s) dans la mesure où un « yo » s’y exprime en s’adressant à un « Vmd. » ou à un « Vmds. ». La lettre de Rojas, insérée dans le Semanario de Salamanca, est ainsi ponctuée de questions et d’incitations directes : « Vous ne trouverez pas », « vous n’avez pas remarqué », « vérifiez-donc », « ne soyez pas étonné ». La relation énonciative entre le contributeur et le journaliste est d’ailleurs soulignée par des formules du type « Je vous remercie grandement », « Veuillez m’excuser », dans lesquelles la première personne du singulier et le « vous » de politesse se côtoient88. Les adresses au(x) publiciste(s) indiquées en début de lettre sont d’ailleurs un signe évident de ce dialogue inhérent au genre de la lettre. Elles se font, la plupart du temps, de la même manière : au singulier ou, plus souvent, au pluriel, ce sont les « Señores míos », « Muy Señores míos », « Señores Edi (c) tores » qui sont de loin les formules les plus usitées, notamment dans les journaux de vulgarisation. Cependant, en complément ou bien en remplacement de ces formules, un certain nombre de lettres de lecteurs adaptent cette terminologie à chaque périodique. « Caballero Duende » (dans El Duende especulativo sobre la vida civil), « Señor Curioso entretenido », « Señor Corresponsal del Censor » : les « spectateurs » sont fréquemment désignés par la dénomination adoptée par le journaliste lui-même. Mais cette façon de réutiliser le titre du périodique dans l’adresse qui est faite aux journalistes est également fréquente en dehors des « spectateurs ». On peut relever ainsi la présence des formules suivantes : « Señor autor del Caxón de sastre cathalán », « Señor periodista xerezano », « Señor editor de las Efemérides de la ilustración de España »89.

  • 90 El Corresponsal del Censor, n° 9, p. 136 ; n° 10, p. 141 ; et n° 44, p. 733.
  • 91 Caxón de sastre, n° 18, p. 99 ; El Pensador, n° 4, p. 11 ; Correo de Madrid, 30 octobre 1786, p. 28
  • 92 El Duende especulativo, 8 juillet 1761, p. 154 ; Memorial literario, août 1787, p. 539.
  • 93 « Señor Censor, o que se dice tal » (El Censor, n° 150, p. 357).
  • 94 « Señor Semanario, o Kalendario, que por acabar en ario todo a mi ver puede ser uno » (Semanario de (...)
  • 95 « Señor Minerva, Revisor, o como guste llamarse » (Minerva, 3 janvier 1806, p. 5).
  • 96 « Señor Director del Parlamento Ciego » (Correo de Madrid, n° 22, p. 87) ; « Señor Bibliotecario Ci (...)

37Il est rare que les contributeurs s’éloignent de cette norme de dénomination. Parfois, cependant, on note des exceptions. Par exemple, lorsque certains contributeurs s’adressent au journaliste d’El Corresponsal del Censor par son pseudonyme : « Señor Harnero »90. Et, surtout, lorsque la terminologie employée, au lieu d’être neutre, vient souligner la tonalité dans laquelle les contributeurs s’adressent au(x) publiciste(s). Certaines formules témoignent d’un respect amical : « Amigo, y mi dueño », « Amigo, y Señor » ou « Amabilísimo compañero mío »91. D’autres font preuve d’un respect plus distancé : « Venerado dueño », « Señores de nuestra mayor veneración »92. D’autres, enfin, sont l’expression d’une certaine désinvolture : « Monsieur le Censeur, ou qui se présente comme tel »93, « Monsieur Hebdomadaire, ou Kalendaire, car selon moi tout ce qui se termine en aire ne fait qu’un »94, « Monsieur Minerve, Réviseur, ou tout autre nom qui vous siéra »95. Un cas intéressant est celui du Correo de los ciegos qui, très riche en lettres de lecteurs, l’est également en formules variées. On peut relever les suivantes, qui tournent toutes autour de la question de la cécité : « Monsieur le Directeur du Parlement des Aveugles », « Monsieur le Bibliothécaire aveugle », « Monsieur l’Amiral de l’Escadre Aveugle », « Monsieur l’Éditeur Don Diego de la nuit, Directeur du Correo norvégien de Madrid »96. Mais que les façons de s’adresser aux journalistes soient inventives ou au contraire très traditionnelles, elles témoignent toutes du lien discursif qui s’établit entre ceux-ci et les contributeurs.

  • 97 Diario de los literatos, n° 4, pp. 340-358 ; n° 5, pp. 1-32. Notons que « Hugo Herrera de Jaspedós  (...)
  • 98 « viii cuestión propuesta en el Mercurio antecedente, donde se examina una paradoja física del Reve (...)
  • 99 Ces lettres sont publiées le 3, le 10 et le 31 mai ainsi que le 7 juin 1790.
  • 100 L’analyse initiale paraît dans le Memorial literario du 30 janvier 1806 (pp. 97-111). Les réactions (...)

38Par ailleurs, le dialogue devient plus dense dans les lettres où la voix du contributeur se fait entendre davantage. Dans celles qui sont écrites en réaction vis-à-vis du journal et de son contenu, tout d’abord. Le contributeur peut approuver et compléter les arguments énoncés par le journaliste comme le fait D.B.Y. au sixième numéro d’El Pensador, par rapport au Pensamiento sur les « cortejos ». Il peut au contraire venir contredire un article. C’est le cas dans le Diario de los literatos, lorsque Hugo Herrera de Jaspedós97 s’oppose à la critique que les éditeurs ont faite de la Vida de San Antonio Abad. Il peut, enfin, répondre à une question posée, comme lorsque dans le Mercurio literario, un anonyme répond à la « Question viii proposée par le précédent Mercurio, à travers laquelle est examiné un paradoxe physique du très vénérable Père Feijoo »98. L’existence d’un dialogue entre journaliste et contributeurs, dans chacun de ces exemples, est indéniable. Qui plus est, lorsqu’une lettre est écrite en réaction par rapport au périodique, il est courant que le publiciste, à son tour, réagisse aux critiques. Qu’il le fasse en introduction, à la suite directe de l’insertion, via des notes de bas de page ou bien dans un autre numéro. Ainsi, au numéro 9 des Variedades de ciencias, M. de L.S.A. donne son avis sur la critique de l’œuvre de Cadalso publiée au numéro 4, critiques auxquelles M.J.Q. – autrement dit, Manuel José Quintana – répond immédiatement. Plus rarement, cet échange peut se prolonger. C’est le cas dans l’Espíritu de los mejores diarios, lorsque J.M.A. et C.C. – Cristóbal Cladera – échangent leurs impressions sur différents opéras99. C’est le cas, également, dans le Memorial literario, à propos de l’analyse faite par le journal des Composiciones poéticas sobre el Combate Naval del día 21 de Octubre de 1805, por Don Francisco Sánchez. Tomás García Suelto, en effet, envoie au périodique une lettre en réaction à cette analyse, à laquelle José María de Carnerero, un des publicistes, répond immédiatement. Un mois plus tard, Tomás García Suelto fait à nouveau part de ses observations sur le même sujet, auxquelles José María de Carnerero répond à nouveau100.

  • 101 « más de sentimientos naturales que de pensamientos ingeniosos » (Semanario de Salamanca, 24 juille (...)

39La voix des contributeurs se fait également plus présente lorsque les lettres servent à transmettre aux journalistes leurs doutes et à solliciter leur avis. Parfois, ce sont leurs problèmes personnels ou professionnels que les contributeurs viennent confier, en demandant aux publicistes des conseils sur la marche à suivre. Les éditeurs du Semanario de Salamanca donnent ainsi quelques recommandations à un jeune homme qui dit ne pas trouver le pardon de son père, dans une lettre emplie, selon eux, « davantage de sentiments naturels que de réflexions spirituelles »101. De même, El Apologista universal répond immédiatement, quoique parodiquement, à un groupe de personnes qui lui demande des indications sur la manière adéquate de défendre une œuvre contre ses détracteurs (n° 3). Mais il est vrai que l’authenticité de ce type de lettres est davantage sujette à caution que celle de courriers dans lesquels les contributeurs soumettent aux journalistes questions scientifiques, philosophiques ou morales. Celles-ci, fréquentes, restent néanmoins souvent sans réponse, comme si l’appel au dialogue n’était pas entendu. Les interrogations philosophiques de G.B., au numéro du 18 décembre 1800 du Semanario de Zaragoza, la suggestion de F.A. y G. d’écrire un discours contre les auteurs étrangers qui traitent les Espagnols avec mépris, au numéro du 7 avril 1804 d’El Regañón, n’ont ainsi aucun effet. Peut-être parce que la demande paraît incongrue. Ou peut-être parce que le simple fait de poser la question suffit à forcer les autres lecteurs à réfléchir, objectif même de certains articles. C’est en tout cas la probable explication au fait que parmi les énigmes, logogriphes et équations soumises ici et là par les contributeurs, beaucoup restent sans élucidation. Parmi toutes les énigmes laissées en suspens, on peut ainsi relever celle posée par Silvio del Arga au numéro 27 du Diario de las musas, par exemple, ou encore celle posée le 6 avril 1796 dans le Diario de Valencia.

Dialogue entre contributeurs

  • 102 Le texte de Bruno Fernández Capilla est publié dans le Memorial literario de janvier 1788 (n° 1), c (...)
  • 103 Diario de Madrid, 2 décembre 1795.
  • 104 Ibid., 16 octobre 1801.

40Mais très souvent, le journaliste s’efface pour laisser les différents contributeurs qui prennent la parole au sein des pages de son périodique dialoguer entre eux. C’est le cas dans le Memorial literario, lorsque Justo Valentín de los Ríos répond à Bruno Fernández Capilla102 ou au numéro du 6 avril 1793 du Correo de Murcia, dans la lettre qu’adresse « El respondón eterno » – « Celui qui a éternellement réponse à tout » – à la « Señora Doña María Egipcíaca demañer y Gongorera ». Les adresses se font alors, la plupart du temps, par un simple « Señor mío » ou bien en reprenant le nom ou le pseudonyme utilisé par le lecteur à qui la réponse est destinée. Parfois, pourtant, les dénominations peuvent devenir sarcastiques. Dans le Diario de Madrid, par exemple, « Sinforosa » s’adresse à « Filoponos » en l’appelant « Filopono o Sr Embeleco » – « Filopono ou M. Tromperie »103 et « El Genízaro de España » – « Le Métisse espagnol » – s’adresse au défenseur de la corrida qui s’exprime anonymement les 16 au 19 septembre 1801 en l’appelant « Señor crítico de espada y daga » – « Monsieur le critique de l’épée et de la dague »104.

  • 105 Diario de Valencia, 25, 27 et 28 octobre, 3 et 8 novembre, 31 décembre 1794, 5 janvier 1795.

41Or, dans le cadre du dialogue entre contributeurs, la possibilité que l’échange aille au-delà de l’interaction unique et donne lieu à une succession de lettres s’intensifie nettement. Il est alors courant que le dialogue se prolonge sur quatre, six ou dix numéros. Dans le Diario de Valencia, « El incógnito » et « El amante de la verdad » échangent leurs réflexions sur la musique ecclésiastique durant sept numéros105. « El incógnito », fort des contributions précédentes d’« El amante de la verdad » dans le périodique, s’en remet aux connaissances de ce dernier pour comprendre l’institution du plain-chant, se plaçant ainsi dans le rôle de l’élève. « El amante de la verdad » répond aimablement à cette requête, et accepte donc le rôle du maître, tout en affirmant que son savoir est très partiel. Le numéro du 3 novembre 1794, cependant, laisse entrevoir toute la ficticité de cet échange, dans la mesure où « El incógnito », qui se prétendait ignorant sur ce sujet, se révèle finalement bien érudit. Ce qui est transmis sous forme de dialogue est en fait très probablement une succession de lettres d’un même contributeur – ou de lettres fictives, rédigées par les éditeurs du Diario de Valencia –, qui prend parfois les traits d’un autre pour rendre plus vivant un exposé sur une matière plutôt ardue. On est là en présence d’une version épistolaire du dialogue didactique platonicien.

  • 106 « nueva y nunca representada en teatro alguno » (Diario de Madrid, 6 décembre 1807, p. 263).
  • 107 « Cualquiera que lea el juicio que hace Vm de la fábula, o ha de tener petrificada la mollera, o ha (...)
  • 108 « Si en una escena, en una sentencia o en un diálogo se aprovecha mi amigo de Montiano, es para mej (...)

42La situation est différente en ce qui concerne une autre correspondance, insérée dans le même périodique. « El desengañador » – « Le désillusionniste » – s’y indigne que la tragédie Appio Claudio, présentée comme « nouvelle et jamais représentée dans aucun théâtre »106 soit, en réalité, une copie de celle écrite par Agustín Montiano. Sa lettre, débutée au numéro du 6 décembre 1807, se poursuit dans le numéro suivant, en présentant tous les défauts de la tragédie en question. Or, à cette critique répond, du 21 au 24 décembre, quelqu’un qui se présente comme « un amigo del autor del Appio Claudio ». Celui-ci s’adresse à « El desengañador » en reprenant point par point ses affirmations, en les ridiculisant à l’aide de questions rhétoriques et en les jugeant avec la plus grande sévérité. Prenons-en pour preuve la première phrase du numéro du 22 décembre : « Quiconque lira le jugement que vous faites de la fable, s’il n’a pas la cervelle pétrifiée, doit se rendre compte que chez vous la critique et la poésie vont de pair »107. Du 27 au 31 décembre, « El desengañador » répond à son tour aux critiques, en s’adressant au publiciste, mais en citant les reproches que lui fait son contradicteur : « Si dans une scène, dans une sentence ou dans un dialogue mon ami se sert de Montiano, c’est pour l’améliorer… C’est ce que dit M. le défenseur »108. La dispute se poursuit encore du 18 au 24 février, puis du 28 février au 5 mars 1808. La longueur de cet échange, mais surtout la précision et la complexité des observations – qui se fondent parfois sur la citation de passages entiers de la tragédie –, ainsi que la dureté avec laquelle les deux contributeurs se répondent, laissent ici penser que la correspondance est authentique. Certes, il n’est pas impossible que derrière l’un des deux interlocuteurs se cache en réalité la voix d’un publiciste, mais il est en tout cas indéniable que deux personnes différentes sont ici en train de s’exprimer.

  • 109 El Regañón general, 25 et 29 juin 1803, 27 et 31 août, 3 septembre, 29 février 1804.
  • 110 « Carta sobre los malos dramas que se representan en nuestro teatro » (Semanario de Zaragoza, 12 av (...)
  • 111 Semanario de Zaragoza, 26 et 29 avril, 3 et 13 mai 1799.
  • 112 On trouvera ces contributions en 1798 aux numéros des 2, 6, 9, 20, 23 et 27 avril, aux numéros des  (...)
  • 113 « El proponer medios para esto [corregir nuestro teatro] es... un asunto... más necesario que el es (...)
  • 114 « salir airoso » (ibid., 7 juin 1799, p. 357).
  • 115 « son Ustedes tan parecidos en el lenguaje, en el nervio de las razones que alegan, y en la crianza (...)

43Par ailleurs, cet enchaînement de contributions échappe souvent à un duo de contributeurs, pour laisser la place à une plus grande pluralité de voix. Dans El Regañón general, R.Ll., « El amigo de la verdad » et le docteur Fulgencio Carrillo échangent leurs idées sur la question des vaccins109. Dans le Correo de Madrid, un large débat sur le luxe se met en place, dans lequel interviennent Antonio Cacea, Lucas Alemán, « El militar ingenuo », Genevio Goire, Don Etcetera, Petronila Pérez Perea ainsi que des contributeurs qui choisissent de ne pas signer leurs écrits. Étudions de plus près une de ces correspondances. Le 12 avril 1799, une « Lettre sur les mauvaises pièces qui sont représentées dans notre théâtre »110, signée P.R., est publiée dans le Semanario de Zaragoza. J.M. de F. y répond dès le 19 avril, se disant visé par la critique que fait P.R. Des articles sur le théâtre déjà parus dans le journal. S’engage alors une correspondance entre eux sur le bien-fondé d’une réforme et sur la question de savoir si la première lettre de P.R. était une critique à l’encontre de J.M. de F.111. Mais parallèlement, la lettre initiale de P.R. déclenche un autre dialogue, plus substantiel celui-ci, dans lequel cependant ce dernier ne reprendra pas la parole. En effet, ayant déjà contribué lui aussi au Semanario de Zaragoza par l’envoi de plusieurs lettres sur le thème du théâtre112, E.C.D.C. dit s’être senti directement concerné par l’affirmation suivante de P.R., qu’il cite en italique dès les premières lignes de sa réflexion : « Le fait de proposer des moyens pour cela [corriger notre théâtre] est… une affaire… plus nécessaire que de décortiquer les préceptes les plus délicats qui doivent être respectés dans les compositions dramatiques »113. Il le fait en critiquant sévèrement la tentative de réponse de J.M. de F., incapable selon lui de « se tirer brillamment » d’un tel débat114. Cette lettre d’E.C.D.C. est ensuite complétée par trois autres, publiées les 14, 21, 24 et 28 juin. Puis, le 11 juillet, est inséré par les éditeurs du Semanario de Zaragoza un autre article du même contributeur, destiné à venir nuancer le tableau du théâtre espagnol dressé dans ses autres lettres grâce à l’éloge du jeu du comédien Campuzano. C’est cette dernière lettre qui décide Adeodato Zetima à répondre à E.C.D.C. et à ses critiques vis-à-vis de l’état du théâtre espagnol. Dans sa lettre du 18 juillet, il demande à E.C.D.C. de révéler ses nom et prénom, avant de l’assaillir de questions rhétoriques et d’accuser ses réflexions de manquer totalement de fondement. E.C.D.C. prendra soin de répondre longuement à ces critiques, les 1er, 8 et 29 août, utilisant l’italique afin de citer les propos de son adversaire et de mieux les réfuter. Notons en outre que déjà, le 25 juillet, Nicolás Cafricasgo s’était à son tour mêlé au débat, obtenant d’E.C.D.C. une réponse dès le 8 août, dans laquelle ce dernier met en exergue le lien entre ses deux contradicteurs : « vous êtes tous deux si semblables dans le langage, dans le ressort des raisons que vous invoquez, et dans l’éducation, qu’il est impossible que vous n’ayez pas bu de la même source »115, semblant soupçonner que les deux ne font qu’un. On voit, à travers cet exemple, la complexité des liens discursifs qui se mettent en place entre les différents contributeurs d’un même journal.

44Qu’elles soient simplement juxtaposées ou que le publiciste les entremêle et les modifie, qu’elles traitent chacune d’un problème différent ou qu’elles se répondent les unes aux autres, les voix en présence dans la presse culturelle espagnole du xviiie siècle tissent indéniablement, à l’intérieur de chaque périodique, un réseau discursif particulièrement riche qui constitue une des caractéristiques du genre. Mais cette polyphonie n’est pas le seul aspect déterminant du système énonciatif de cette presse. La manière dont les voix actives – entendons : celles de(s) journaliste(s) et celles des contributeurs – se donnent à voir doit également faire l’objet d’une analyse détaillée. L’étude des deux points suivants – le système de signature et la fictionnalisation – aura également comme objectif de mettre en lumière la spécificité discursive de la presse du siècle des Lumières.

Notes

1 « Sobre si las ciencias deben prevalecer sobre las bellas letras » (El Regañón, 18 juin 1803, p. 41).

2 « Remedio eficacísimo para curar el mal de gota » (Semanario de Zaragoza, 20 mars 1800, p. 174).

3 « Aviso a los habladores sacado de un tratado de Plutarco » (Minerva, 29 novembre 1805, p. 164).

4 Correo de Madrid, 2 janvier 1787, p. 98.

5 Semanario de Zaragoza, 5 décembre 1799, p. 353 ; Semanario de Málaga, 25 octobre 1796, p. 259 ; Semanario de Málaga, 28 octobre 1796, p. 266.

6 « en las traducciones o discursos de otras obras nacionales o extranjeras que se insertasen en dichos papeles [periódicos], se pondrá el nombre o cita del autor o libro de donde se haya sacado » (Novísima Recopilación de las leyes de España, libro viii, título xvii, ley iii).

7 Memorial literario, 20 avril 1805, pp. 103-104.

8 Correo de Madrid, 7, 12, 19, 22 novembre et 3 décembre 1788.

9 « El alano y el conejero » (Semanario de Salamanca, 28 mai 1796).

10 Correo de Sevilla, 21 décembre 1803, pp. 187-188.

11 « Jamás he ambicionado apropiarme producciones que no fuesen mías » (Correo de Madrid, 3 janvier 1789, p. 1389).

12 Domergue, 1996, p. 27.

13 « ¿Qué le importa a mis lectores que sea mío o ajeno, como sea bueno lo que les presente ? […] ¿Qué importa que la fruta no sea de mi jardín, para que yo pueda hacer un presente ? Los autores dan a el público sus obras : con que no es ladrón, ni roba el que toma lo que le dan, para darlo a otros. El mercader no fabrica las telas que vende, y nadie le ha hecho cargo de que venda lo ajeno, o ha despreciado sus mercaderías, porque no las vende el mismo que las fabrica. Pues yo, como mercader literario, no ostento fábrica, sino abro tienda, y en ella expongo a poco precio lo bueno y apreciable. […] Así desde ahora para siempre protesto que no me hará fuerza la nota de plagiario o copiante, aunque calle los nombres de los autores ; porque no en todo lo que se fabrica, se grava el nombre del artífice » (Academia de ociosos, « Prólogo », pp. 8-9).

14 Guinard, 1973, pp. 161-162.

15 Buigues, « Les traductions dans l’Espagne des Lumières : langues, rythmes et contenus », Bulletin hispanique, n° 1, juin 2002 (Hommage à François Lopez), p. 106. Cité par Étienvre, 2004b, pp. 187-188. L’ensemble de ces quelques lignes sur la traduction est fondé sur cet article de Françoise Étienvre.

16 Vargas Ponce, declamación contra los abusos introducidos en el castellano, presentada y no premiada en la Academia española, año de 1791. Síguela una disertación sobre la lengua castellana, y la antecede un diálogo que explica el designio de la obra, Madrid, Viuda de Ibarra, 1793, p. 179 : « una Nación de traductores », « traduciomanía ». Cité par Étienvre, 2004b, pp. 194-195.

17 « Carta sobre el abuso de las malas traducciones y utilidad de reimprimir nuestros buenos autores » (Memorial literario, novembre 1787, n° 2, pp. 517-533).

18 Minerva, du 9 au 19 octobre 1807.

19 « El autor de esta letrilla no pretende tildar a persona alguna » (Semanario de Salamanca, 3 janvier 1795, p. 8).

20 Efemérides, 20 mars 1804, p. 329.

21 Espíritu de los mejores diarios, 22 juin 1789, p. 191.

22 « de cuya obra hemos tomado la historia de las serpientes, que dejamos impresas en los núm. 7 y 8 de nuestro Correo » (Correo de Sevilla, 23 novembre 1803, p. 121).

23 « Consideraciones sobre los obstáculos que los antiguos filósofos opusieron a los progresos de la sana filosofía », « Indagaciones de las tierras y del puerto de Drake » (Memorial literario, octobre 1797, n° 2).

24 Álvarez de Miranda, 2005.

25 Vallejo Arróniz, 1986.

26 Guinard, 1973, p. 154, n. 14.

27 « memoria, facultad de acordarse » (Real Academia Española).

28 « Sobre el abuso que hace el hombre de las divinas piedades por la grosera desatención con que mira sus verdaderos intereses, por no saber de mundo » (Caxón de sastre, n° 26).

29 Urzainqui, 1991b, p. 360.

30 Vallejo, 1990b.

31 « La belleza en las imágenes intelectuales consiste en que estén fundadas en la verdad » (Correo de Madrid, 19 juin 1790, p. 145).

32 « El ingenio según Muratori no es otra cosa sino… », « A estos vuelos es a los que llamamos con el citado autor imágenes intelectuales » (ibid.).

33 Muratori, della perfetta poesía italiana, lib. 2, cap. 1, p. 235.

34 « No hay cosa en el mundo que considerada bajo algún respeto, no tenga relación o semejanza, sea de causa, sea de efecto, sea de amistad o de enemistad con algún objeto. Muy diversos en naturaleza son una roca y una dama ; pero si ésta sumamente honesta resiste valerosamente a las importunaciones de los amantes, ya es semejante a una roca, que resiste a las olas del mar. Parece asimismo que un Altar y un Tribunal de Justicia son cosas que no tienen proporción ninguna entre sí ; pero convienen en que si a los pies del altar se acogen los infelices a pedir socorro, también acuden los injuriados al tribunal a pedir auxilio al Juez » (Correo de Madrid, 19 juin 1790, p. 145).

35 « de las imágenes fantásticas, verdaderas o verosímiles por el afecto » (Correo de Madrid, 12 juin 1790, p. 129).

36 « de las imágenes reflexivas del ingenio » (Correo de Madrid, 26 juin 1790, p. 161).

37 « Acerca de la verosimilitud tenemos en Aristóteles un precepto comúnmente aprobado de todos, es a saber, que los poetas deben anteponer lo verosímil y creíble a la misma verdad. […] La razón de este precepto, así entendido, es evidente : porque como el fin del poeta es enseñar y aprovechar deleitando, no siendo tan acomodada para este fin la verdad histórica o científica como lo es lo verosímil y creíble, es justo que el poeta eche mano de este, como más oportuno, antes que de aquella, que tal vez será opuesta a su intento. […] Si Homero se hubiera contentado con referir la guerra de Troya como sucedió y los viajes de Úlises como quizás habrán sido, no nos hubiera podido deleitar con tantas maravillas y con tan estupendos sucesos. La verdad histórica de la venida de Eneas a Italia, de la conquista de Jerusalén por Godofredo y del viaje de Vasco de Gama, no es tal ni tan admirable y deleitosa como nos la pintan Virgilo, el Tasso y Camoes, los cuales la hicieron maravillosa, nueva y extraordinaria, valiéndose de la verosimilitud poética y anteponiéndola a la verdad histórica, siempre que con bastante razón pudieron hacerlo » (Luzán, 2008, pp. 266-267)

38 « Es dicho de Aristóteles que los poetas deben anteponer lo verosímil y lo creíble a lo verdadero, porque a veces la misma verdad puede no ser verosímil. La razón es muy clara ; porque como el poeta debe deleitar enseñando, puede lograrlo mejor con esta, que con aquella. Si Homero se hubiera contentado con referir la guerra de Troya como sucedió, y los viajes de Úlises como sucederían, no nos hubiera podido deleitar tanto con las maravillas y estupendos prodigios que describe. La verdad histórica de la ida de Eneas a Italia, de la conquista de Jerusalén por Godofre y del viaje de Vasco de Gama, no es tan admirable, ni tan deleitosa, como ellos la hicieron juntándola las galas del artificio. Sin embargo, deberá tener presente el poeta el no trocar y variar mucho los hechos que son muy conocidos » (Correo de Madrid, 20 octobre 1790, pp. 9-10).

39 Peterson, 1936, p. 257.

40 The Spectator, n° 33 ; Diario de Valencia, 22, 23 et 31 août 1791 ; Semanario de Salamanca, 4 février 1796. Là encore, on peut retracer les différentes étapes de traduction et d’adaptation : n° 26 du tome 1 du Spectateur, lezione 13 d’Il filosofo alla moda, lección 12 (n° 6) d’El filósofo a la moda. J’ai eu l’occasion d’étudier cette trajectoire dans l’article « de The Spectator a El Filósofo a la moda ».

41 « como mi proyecto es muy vasto y mi caudal muy corto, a imitación de la industriosa abeja, recogeré en todos los prados el rocío de varias flores ; esto es, me valdré de autores patricios y extranjeros sin pretender el honroso título de autor, sino de un recopilador industrioso » (Academia de ociosos, « Prólogo », p. 7).

42 « cosidos o retales » (Caxón de sastre, n° 5, p. 176).

43 « Si algunas personas quisieren enviarme sus pensamientos, ya sea en tono de cartas, de discursos o del modo que gusten, ofrezco imprimirlos » (El Pensador, n° 1, p. 20).

44 « Si alguno tuviere algo digno de publicarse en el Diario, podrá comunicarlo al diarista por medio de un papel firmado » (Diario pinciano, « Plan del diario », p. 8).

45 « […] si acaso por casualidad registrando tus baules, topares con algún retazo, que te parezca conducente para mi intento, y se te figure proporcionado para mezclarse entre los trapillos de mis Caxones, hagas que llegue a mis manos por medio del impresor ; pues a ti te serviría tal vez de embarazo, lo que a mí es muy dable me sea de provecho para un remiendo » (El Caxón de sastre cathalán, « Idea », pp. xi-xii).

46 « cualquier suscriptor o apasionado » (La Espigadera, « Prospecto », p. 16).

47 « cualquier persona, así natural de estos reinos, como de los extranjeros » (El Duende especulativo, 9 juin 1761, p. 25).

48 « nuestros sabios suscriptores, y demás eruditos amantes de la patria » (Memorial literario, janvier 1788, n° 1, p. 13).

49 « Escuela de Dibujo de San Eloy de Artífices Plateros » (Semanario de Salamanca, 14 mai 1796, p. 107).

50 « Rectores de las Universidades, y Catedráticos » (Diario de Madrid, « Plan »).

51 « haber visto frustradas nuestras esperanzas de concurrir a [el Memorial] las producciones de nuestros patricios » (Memorial literario, janvier 1795, p. 3).

52 « el público […] apenas ha contribuido, si se exceptúan algunas poesías, con que llenar una docena de artículos en los dos tomos que hasta ahora se han publicado » (Semanario de Zaragoza, t. ii, « El Editor »).

53 « una infinidad de cartas que me han venido y me vienen diariamente de todas partes » (El Censor, n° 26, p. 398).

54 « montón de cartas de varios sujetos » (Caxón de sastre, n° 10, p. 87).

55 « Tributamos las más expresivas gracias a todos cuantos, con sus discursos, avisos o noticias, han cooperado a amenizar nuestro periódico » (Semanario de Salamanca, 26 octobre 1793, p. 69).

56 « que no se publicará noticia alguna que no venga firmada de persona conocida de esta ciudad que pueda responder de su certeza, si pareciere necesario » (Semanario de Cartagena, « Prospecto »). Ils laissent cependant la possibilité aux personnes extérieures de contribuer au périodique, mais indiquent les démarches spécifiques qu’elles devront suivre.

57 « Hemos recibido por la caja un papel de bastante mérito con estas iniciales S.E.S.O., pero no podemos publicarlo sin vernos antes con su autor y, si no tiene inconveniente en manifestarse, puede acudir a la imprenta de la calle del Prior » (Semanario de Salamanca, 9 novembre 1793, p 104).

58 « para asegurarnos de que está fielmente hecho » (Diario de los literatos, n° 1, « Introducción »).

59 « Memoria exacta de lo que noté, disecando el cadáver que en vida no habló, en la sala de Santa María del Hospital General de esta Corte », « es muy fácil, y sucede muy de ordinario, que las preocupaciones de que estamos imbuidos nos hagan ver muchas veces lo mismo que imaginamos y que en realidad no es así ; pero es muy difícil, que once personas vean todas una misma cosa, sin que realmente exista » (El Hablador juicioso, n° 5, p. 16).

60 « fielmente con la misma ortografía que ha venido » (El Regañón, 4 février 1804, p. 80).

61 « íntegro […], sin defraudarle su originalidad » (Efemérides, 13 janvier 1804, p. 49).

62 « con sus mismas palabras » (Academia de ociosos, n° 3, p. 150).

63 « sin añadir ni quitar un tilde » (Correo de Valencia, 26 février 1798, p. 132).

64 « El autor de la siguiente creo no llevará a mal dos o tres voces que he mudado, por parecerme más propias » (El Curioso entretenido, n° 7, p. 379).

65 « Para dar esta carta a luz ha sido forzoso hacer más generales las observaciones del Sr. Bachiller. A la demasiada claridad, sobre todo no acompañándola entera justicia, suele darse otro nombre » (Diario de Madrid, 24 novembre 1787, p. 591).

66 « como obra de todos, lo que permitía a cualquier escritor apropiarse del trabajo de otro y glosarlo, traducirlo, añadirle notas o algunas modificaciones que lo hacían suyo » (Álvarez Barrientos, 1995b, p. 37).

67 « copiaré algunas de las composiciones que más me han agradado y hecho reír » (Minerva, 20 janvier 1807, p. 41).

68 « Aquí dice el autor de esta carta que no puede contener su ira y que habla acalorado. Omitimos este párrafo porque el correo no es estafeta de furias, sino un pacífico conducto por el cual los sabios se comunican sus pensamientos » (Correo de Madrid, 31 mai 1788, p. 969).

69 « no [la] incluyo aquí con sus mismos términos por ser muy larga y porque deseo continuar el método de los antecedentes papeles. Su contenido, en substancia, es el siguiente » (El Caxón de sastre cathalán, n° 14, p. 235).

70 Memorial literario, juillet 1790, n° 1, pp. 397-399 ; Efemérides, 21 mai 1805, pp. 164-167.

71 « ¿La felicidad es más común entre los grandes que entre los pequeños ? » (El Censor, n° 38).

72 « se guarda únicamente el sentido, y no la escrupulosa versión de palabras de uno a otro idioma » (Diario de Barcelona, 15 juin 1797, p. 674).

73 « la pondré en castellano abreviándola y acomodándola a nuestras costumbres » (Semanario de Málaga, 9 septembre 1796, p. 157).

74 Guinard, 1973, p. 169.

75 Makintosh, Voyages en Europe, en Asie et en Afrique, t. II, pp. 109-114.

76 « está sacado de un escrito atribuido a Saint-Évremond, bajo el título de : “Maxime qu’on ne doit jamais manquer à ses amis”, del cual en gran parte no es este más que una traducción libre » (Semanario de Zaragoza, 1er avril 1799, p. 203). L’ouvrage original est de Saint-Évremond, Œuvres meslées, t. ii, pp. 7-30.

77 « del vicio y sus perniciosos efectos, contrarios del hombre y de todos sus intereses » (Caxón de sastre, n° 5).

78 « la mujer es según su educación : si es buena la crianza, la mujer es en el mundo la cosa más feliz y preciosa ; y si mala es aquella, la mujer es una de las peores criaturas » (ibid., n° 3, pp. 78-79).

79 « juzgo que no podré yo tocar todas las teclas. Estoy seguro que cada uno como maestro en su ejercicio podrá profundizar más que yo, y por consiguiente adelantar sobre lo que yo escribiere y otros hubieran producido » (El Argonauta español, n° 9, p. 128).

80 « El editor actual procurará por su parte llenar [el plan], en cuanto alcancen sus fuerzas, deseoso de servir a su patria ; pero como no faltan sujetos verdaderamente instruidos y animados de un verdadero celo por los adelantamientos del gusto y de la literatura, suplica a todos los que quisieren coadyuvarle en algo, se sirvan remitirle lo que tuvieren por conveniente para su publicación, en lo que recibirá un favor muy señalado, quedándoles al mismo tiempo el público acreedor a su buen deseo y sus trabajos » (Correo de Madrid, t. VI, « Prospecto »).

81 « ¿Quiere V. que la avergoncemos entre los dos, yo escribiendo, y V. publicando lo que yo escribo ? » (Diario de las musas, 21 décembre 1790, p. 87).

82 « aliviarle su pesada carga » (Semanario de Málaga, 1er novembre 1796, p. 273).

83 « deseando cooperar por mi parte a los ventajosos y loables fines que Vms se han propuesto en la formación de sus Memoriales instructivos » (Memorial literario, décembre 1787, n° 2, p. 673).

84 « Es sin duda obra piadosa y meritoria guiar a los ciegos. Me propongo ser, no solo su lazarillo, pero alistarme por postillón de su Correo y seguir su carrera hasta donde alcancen mis fuerzas […] » (Correo de Madrid, 26 janvier 1787, p. 125).

85 « Aunque no conozco a Vms de trato, descubro por sus tareas que son hombres honrados y contenidos, y esto me ha hecho entrar en el empeño de ser uno de sus corresponsales » (Diario de Madrid, 20 novembre 1786, p. 203).

86 « No conocemos al autor de esta carta sino por sus obras, y tampoco nos conoce él sino por nuestros papeles » (El Hablador juicioso, n° 8, p. 58).

87 « La grandeza de alma que brilla en esta carta, la delicadeza de expresión y la hermosura de su todo la hacen uno de los más bellos monumentos de la historia eclesiástica del reino » (Semanario de Zaragoza, 31 août 1798, p. 137 sur la « Carta que escribió a S. Mag el Ilustrísimo Señor D. Gregorio Galino »).

88 « No hallará V. », « no ha advertido V. », « que indague V. », « no extrañe V. », « Doy a V. muchas gracias », « Disimúleme V. » (Semanario de Salamanca, 25 mars 1684).

89 El Caxón de sastre cathalán, 1764, n° 7, p. lxxxi ; Correo de Xerez, 24 juillet 1800, p. 257 ; Efemérides, 13 janvier 1804, p. 49.

90 El Corresponsal del Censor, n° 9, p. 136 ; n° 10, p. 141 ; et n° 44, p. 733.

91 Caxón de sastre, n° 18, p. 99 ; El Pensador, n° 4, p. 11 ; Correo de Madrid, 30 octobre 1786, p. 28.

92 El Duende especulativo, 8 juillet 1761, p. 154 ; Memorial literario, août 1787, p. 539.

93 « Señor Censor, o que se dice tal » (El Censor, n° 150, p. 357).

94 « Señor Semanario, o Kalendario, que por acabar en ario todo a mi ver puede ser uno » (Semanario de Salamanca, 19 novembre 1793, p. 129).

95 « Señor Minerva, Revisor, o como guste llamarse » (Minerva, 3 janvier 1806, p. 5).

96 « Señor Director del Parlamento Ciego » (Correo de Madrid, n° 22, p. 87) ; « Señor Bibliotecario Ciego » (ibid., n° 35, p. 139) ; « Señor Almirante de la Escuadra Ciega » (ibid., n° 52, p. 215) ; « Señor Editor Don Diego de noche, Director del Correo noruego de Madrid » (ibid., n° 57, p. 242).

97 Diario de los literatos, n° 4, pp. 340-358 ; n° 5, pp. 1-32. Notons que « Hugo Herrera de Jaspedós » correspond au pseudonyme de José Gerardo Hervás, ainsi que le soulignent, entre autres, Paul Patrick Rogers et Felipe Antonio Lapuente, dans leur Diccionario de seudónimos literarios españoles, p. 224.

98 « viii cuestión propuesta en el Mercurio antecedente, donde se examina una paradoja física del Reverendísimo Padre Maestro Feijoo » (Mercurio literario, n° 3, pp. 85-112).

99 Ces lettres sont publiées le 3, le 10 et le 31 mai ainsi que le 7 juin 1790.

100 L’analyse initiale paraît dans le Memorial literario du 30 janvier 1806 (pp. 97-111). Les réactions de Tomás García Suelto sont publiées les 10 et 20 mars, puis le 20 avril.

101 « más de sentimientos naturales que de pensamientos ingeniosos » (Semanario de Salamanca, 24 juillet 1800, p. 57).

102 Le texte de Bruno Fernández Capilla est publié dans le Memorial literario de janvier 1788 (n° 1), celui de Justo Valentín de los Ríos dans le Memorial de février 1789 (n° 1).

103 Diario de Madrid, 2 décembre 1795.

104 Ibid., 16 octobre 1801.

105 Diario de Valencia, 25, 27 et 28 octobre, 3 et 8 novembre, 31 décembre 1794, 5 janvier 1795.

106 « nueva y nunca representada en teatro alguno » (Diario de Madrid, 6 décembre 1807, p. 263).

107 « Cualquiera que lea el juicio que hace Vm de la fábula, o ha de tener petrificada la mollera, o ha de conocer que lo crítico y lo poeta corren parejas en Vm » (ibid., 22 décembre 1807, p. 327).

108 « Si en una escena, en una sentencia o en un diálogo se aprovecha mi amigo de Montiano, es para mejorarlo… Esto dice el Sr. defensor » (ibid., 27 décembre 1807, p. 349).

109 El Regañón general, 25 et 29 juin 1803, 27 et 31 août, 3 septembre, 29 février 1804.

110 « Carta sobre los malos dramas que se representan en nuestro teatro » (Semanario de Zaragoza, 12 avril 1799).

111 Semanario de Zaragoza, 26 et 29 avril, 3 et 13 mai 1799.

112 On trouvera ces contributions en 1798 aux numéros des 2, 6, 9, 20, 23 et 27 avril, aux numéros des 25 et 28 mai, des 6 et 24 août, du 3 septembre et, enfin, du 9 novembre.

113 « El proponer medios para esto [corregir nuestro teatro] es... un asunto... más necesario que el escudriñar los más delicados preceptos que deben observarse en las composiciones dramáticas » (ibid., 7 juin 1799, p. 357, p. 228 de la lettre de P.R.).

114 « salir airoso » (ibid., 7 juin 1799, p. 357).

115 « son Ustedes tan parecidos en el lenguaje, en el nervio de las razones que alegan, y en la crianza, que es imposible no hayan Ustedes bebido en una misma pila » (ibid., 8 août 1799, pp. 91-92).

© Casa de Velázquez, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search