Version classiqueVersion mobile

Presse et culture dans l’Espagne des Lumières

 | 
Maud Le Guellec

Deuxième partie. Énonciation : une réalité discursive inédite

Chapitre iv. Les voix en présence

Texte intégral

  • 2 « Obra periódica en que se publican rasgos de varia literatura, noticias y los escritos de toda esp (...)

1Avant toute chose, il convient de définir quelles sont les différentes instances susceptibles de prendre la parole au sein des journaux culturels. Le premier tome du Correo de Madrid en donne un aperçu dès sa page de couverture, sur laquelle figure le sous-titre suivant : « Ouvrage périodique dans lequel sont publiés des éléments de littérature variée, des nouvelles et les écrits de tout type qui sont envoyés à l’éditeur »2. Le journaliste, ici, semble être le simple ordonnateur de voix extérieures au journal : celles qui correspondent aux éléments pris dans d’autres ouvrages, d’une part, et celles, d’autre part, qui s’élèvent dans les articles envoyés par les lecteurs, qui deviennent alors contributeurs. Dans cette perspective, la déclaration qui figure dans le prologue du Diario de las musas est encore plus explicite :

  • 3 « Para poder cumplir con el empeño de publicar todos los días un papel, nos hemos propuesto dar de (...)

Afin de pouvoir respecter notre engagement à publier tous les jours un numéro, nous avons décidé de donner de temps à autre quelques poésies inédites des meilleurs poètes qui soient, tant anciens que modernes, de traduire des passages et des pensées qui contiennent quelque nouveauté et de publier tous les papiers ou informations littéraires qu’on nous donne ou qu’on nous envoie3.

2La triple énonciation en vigueur dans la presse culturelle est clairement indiquée : la première personne du pluriel correspond au(x) journaliste(s) tandis que les poésies inédites, les articles traduits correspondent à une voix passive, celle des autorités convoquées par les éditeurs. Enfin, les écrits déposés ou envoyés sont l’expression de la volonté de certains lecteurs de prendre la parole au sein d’une publication périodique. Ce sont ces trois instances discursives qu’il s’agit à présent d’étudier de plus près.

Le(s) journaliste(s)

3Dans son ouvrage La presse espagnole de 1737 à 1791, Paul-Jacques Guinard fait preuve d’une nette préférence, lorsqu’il évoque les auteurs des journaux du siècle des Lumières, pour le terme de « publiciste », utilisé à l’époque. Cependant, on peut constater qu’il ne s’interdit pas l’usage du terme de « journaliste », même si celui-ci n’apparaît que tardivement et ponctuellement au xviiie siècle. Pour ma part, j’ai décidé de privilégier ce dernier terme, sans pour autant écarter celui de « publiciste ». En effet, dans la mesure où l’on parle de « presse » et de « journal », il me semble que l’on doit pouvoir parler avec le même naturel de « journalistes ». À condition de souligner que le terme ne recouvrait pas alors la même réalité qu’aujourd’hui. Être journaliste à notre époque, c’est exercer une activité professionnelle rémunérée, avoir des compétences techniques spécifiques pour l’exercer, adopter et respecter l’éthique de la profession : fiabilité des informations, protection des sources, etc. Autant d’aspects qui n’ont que peu ou pas de réalité pour la presse à ses débuts. Cependant, il me semble important de mener l’analyse de la presse en l’inscrivant dans une continuité, depuis sa naissance jusqu’à nos jours, afin de mettre en lumière les permanences et les changements qui la caractérisent.

4Si, comme on l’a vu, il est difficile de définir qui est journaliste et qui ne l’est pas dans une société où le professionnalisme des hommes de lettres est très limité, la question est nettement plus simple si l’on considère leur rôle au sein des périodiques : est journaliste celui qui est rédacteur et/ou « rédacteur en chef » d’un journal. Reste à voir à quoi correspondent ces deux fonctions.

Le rôle de rédacteur

  • 4 « Yo voy a dar parte al público de mis ideas, advirtiendo antes a mi lector que este papel quiere s (...)
  • 5 « como este amable blanco a que se dirigen mis máximas es el centro donde van a terminar mis reflex (...)

5Quelle que soit la publication concernée, le journaliste prend part à sa rédaction, et ce, même si, selon les types de journaux, sa place est plus ou moins prédominante. Dans les « spectateurs », la majorité des textes est ainsi assumée par le journaliste lui-même. C’est ce que l’on constate au troisième numéro d’El Observador, dans lequel on peut lire, dès le premier paragraphe : « Je vais moi-même faire part au public de mes idées, et j’avertis au préalable le lecteur que ce papier demande à être lu avec réflexion »4. Si le discours, portant sur l’amour entre les hommes, est philosophique et non autobiographique, la voix du journaliste est pourtant extrêmement présente. On peut également relever la multiplication des pronoms possessifs de la première personne du singulier dans ces quelques lignes du numéro 31 de La Pensadora gaditana, qui se justifie de parler autant de ce qu’elle appelle la « sociedad » : « comme cette aimable cible contre laquelle se dirigent mes maximes est le point d’arrivée de toutes mes réflexions, mon discours ne peut qu’en faire le thème commun à toutes mes Pensées »5. Seul El Duende de Madrid, en raison de la fiction narrative sur laquelle repose la publication – celle d’un « duende » ou « esprit », qui dicte au narrateur les comptes rendus des réunions tenues par la « junta de duendes » dont il fait partie – fait preuve d’une énonciation différente. Mais le prologue et chacun des longs préambules qui précèdent les réflexions morales proposées sont, eux, écrits à la première personne du singulier.

  • 6 Semanario de Granada, 24 juillet 1800, p. 64 et 29 septembre 1800, p. 348.
  • 7 « Nota de los redactores », « Nota de los editores », « Nota de los autores de este Memorial » (Mem (...)

6Dans les journaux de vulgarisation, le publiciste est davantage en retrait, mais il a clairement en charge prologues, dédicaces, avertissements et appels à souscription. Dans chacun de ces métatextes, il prend donc la parole, que ce soit à la première personne du singulier ou du pluriel, ou à la troisième personne du singulier ou du pluriel. Prenons l’exemple du Semanario de Granada. C’est le « nous » qui est de mise dans le prologue et l’annonce du plan du périodique, pour faire part des objectifs de la publication et exprimer l’attention portée à « nos lecteurs ». En revanche, c’est « El Editor » qui prend la parole pour annoncer un changement de formule périodique ou une suspension temporaire6. De même, on trouve au fil des pages du Memorial literario les intitulés suivants : « Note des rédacteurs », « Note des éditeurs », « Note des auteurs de ce Memorial »7. Dans le Diario de Madrid et le Diario de Valencia, c’est parfois même un simple E.D. ou El D. qui apparaît pour signifier qu’un article ou un commentaire est l’œuvre d’« El Diarista ».

  • 8 Correo de Sevilla, 2 et 30 novembre 1803 ; 30 juin et 18 août 1804 ; 3 avril et 8 mai 1805.
  • 9 « La comiseración y agradecimiento » (Diario de Valencia, 11 septembre 1801).
  • 10 « Yo le he traducido del francés sin alterar en nada el original » (El Censor, n° 98, p. 555).

7À côté de cette fonction évidente, il convient d’en relever une autre, inhabituelle dans la presse actuelle : celle de traducteur. Un certain nombre de textes insérés dans les périodiques culturels du xviiie siècle proviennent en effet de sources étrangères et sont, par conséquent, traduits. Le journaliste n’est donc pas le rédacteur de ces pages mais on peut considérer qu’à travers le processus de traduction, sa voix se superpose à la voix d’origine. Et ce d’autant plus que l’exigence de fidélité par rapport au texte étranger n’était pas la même qu’aujourd’hui : j’y reviendrai un peu plus loin. Il est vrai que les traductions insérées dans les périodiques culturels ne sont pas toutes le fait des journalistes. Ainsi, on trouve dans le Correo de Sevilla des traductions de Métastase, de Gessner ou de Pétrarque8, autant de textes que les journalistes empruntent probablement à des anthologies poétiques existantes. De même, certains textes en prose sont clairement traduits par d’autres. Dans le Diario de Valencia, par exemple, c’est le cas du récit intitulé « La commisération et la reconnaissance », signé F.J.P.9 ou du dialogue entre Platon et Aristote, traduit par R.F. et publié le 14 septembre 1801. Néanmoins, il arrive également qu’une indication précise que le texte a été traduit par le journaliste lui-même : celle insérée dans El Censor à propos d’une anecdote prise dans le Diario enciclopédico de Bouillon, par exemple : « Je l’ai traduite du français sans altérer en rien l’original »10. Et en dehors de ces indications explicites, on peut supposer que, lorsque le texte est tiré du français ou de l’anglais et ne comporte pas de signature, la traduction est la plupart du temps effectuée par le journaliste.

Le rôle de « rédacteur en chef »

8Utiliser le terme de rédacteur en chef au xviiie siècle, alors que l’organisation interne du journal n’en est qu’à ses balbutiements, est un anachronisme évident. Cependant, dès les débuts de la presse, certaines des attributions du rédacteur en chef sont en germe. Certes, la fonction actuelle qui consiste à représenter le journal, à en être le porte-parole, est très limitée à l’époque des Lumières, comme en témoigne l’étude du système de signature qui sera faite au chapitre 6. De même, rédiger pour chaque numéro un éditorial, dans lequel le rédacteur en chef donne son avis sur les sujets brûlants de l’actualité, ne se fait pas dans les périodiques culturels dont le rapport aux événements récents est, comme on l’a vu, différent de celui qui existe de nos jours. En revanche, il y a deux autres fonctions du rédacteur en chef qui sont déjà en vigueur. La première est celle qui consiste à définir la politique éditoriale d’une publication : il revient au rédacteur en chef de déterminer la coloration politique de son périodique, d’en choisir les rubriques. Si, dans le cadre de la presse culturelle et dans le contexte du xviiie siècle, la dimension politique est à l’arrière-plan, la plupart des périodiques comportent, malgré tout, un avant-propos qui a pour rôle de définir leur positionnement dans le panorama global du journalisme, ainsi que leurs objectifs. Cet avant-propos peut occuper le numéro 1 du périodique (ou de chacun de ses tomes), une partie de celui-ci, ou bien constituer le « numéro 0 » de la publication. Il peut également être publié hors du périodique, notamment dans le Diario de Madrid ou dans la Gaceta de Madrid. J’analyserai la dénomination et le contenu de ces textes liminaires au moment d’aborder l’écriture de la presse.

  • 11 « Compelidos de la palabra que dimos al público de insertar cuantos papeles nos dirigiesen, nos hem (...)
  • 12 Cervantes, 1999, pp. 38-39. De nouvelles lettres furent publiées par la suite, en 1959.
  • 13 « advertimos a los que nos envían papeles para darlos a luz en el nuestro que su inserción pende ún (...)
  • 14 « como no pasen de dos pliegos » (La Pensadora gaditana, 1er septembre 1763, p. 52).
  • 15 « de extensión proporcionada » (Academia de ociosos, n° 1, p. 12).
  • 16 « no verá la luz pública ningún escrito concebido en términos insolentes, atrevidos » (Semanario de (...)
  • 17 « que no esté escrito con aquel decoro que corresponda y en el que no se hable con el debido respet (...)

9La seconde fonction du rédacteur en chef en vigueur dès le xviiie siècle est celle qui consiste à choisir les éléments publiés dans chacun des numéros du périodique, leur ordre d’apparition, leur division en plusieurs fragments parfois. Le rédacteur en chef est, en quelque sorte, l’éditeur du journal : celui qui décide ce qui sera imprimé, et comment. Il est vrai que les éditeurs du Correo de Murcia disent publier un article contre leur gré le 28 janvier 1794 : « Contraints par la promesse que nous avons faite au public d’insérer tous les papiers qu’on nous adresserait, nous nous sommes vus dans l’obligation d’inclure le texte suivant, malgré notre répugnance naturelle à le faire »11. Mais on est en droit de mettre en doute une telle affirmation d’insertion inconditionnelle : le journaliste est bel et bien maître de ses choix, comme le prouve le fait qu’en 1725, un des distributeurs de The Spectator, Charles Lillie, publie une anthologie de trois cents lettres, choisies parmi toutes celles que les auteurs de The Tatler et de The Spectator avaient reçues mais avaient décidé de ne pas publier12. Ce droit de regard est d’ailleurs clairement revendiqué par les éditeurs du Diario de Madrid au numéro du 30 mars 1788. La note suivante y est insérée : « nous prévenons ceux qui nous envoient des papiers afin que nous les publiions dans le nôtre que leur insertion dépend uniquement de notre décision. Nous sélectionnons et écartons à notre guise, sans avoir besoin de rendre compte à quiconque des raisons qui nous ont poussés à le faire, et aucune plainte ne sera entendue »13. Et, contrairement à ce qu’affirme ici le quotidien, les critères qui président au choix des éléments à insérer sont volontiers explicités par les journalistes. Ce sont d’ailleurs souvent les mêmes conditions qui sont énoncées. On peut rappeler l’exigence d’une certaine brièveté : les éditeurs demandent en effet aux contributeurs de leur envoyer des écrits « à condition qu’ils n’excèdent pas deux cahiers »14, « d’une longueur adéquate »15. La bienséance est une autre exigence évoquée à de nombreuses reprises par les publicistes. Il peut s’agir de bienséance formelle : les éditeurs du Semanario de Salamanca, par exemple, précisent qu’« aucun écrit conçu en des termes insolents, effrontés ne sera livré aux yeux du public »16, ou de bienséance idéologique. Sera interdit de publication tout article « qui ne sera pas écrit avec la décence nécessaire et dans lequel on ne parlera pas avec le respect qui convient de la religion, de l’État, des groupes ou des communautés, ou de quelque individu que ce soit »17.

  • 18 « contribuir a la mayor utilidad y complacencia pública » (Mercurio literario, n° 1, « Prefacción y (...)
  • 19 « otras más considerables » (Semanario de Salamanca, 30 janvier 1796, p. 97).
  • 20 « útil o agradable » (Academia de ociosos, n° 1, p. 12).
  • 21 « no alcanzan a recompensar la falta de plan, la pobreza de las imágenes, ni la versificación dura (...)
  • 22 « las cartas que contuvieren alguna malicia, sátira u otro género prohibido », « las que por su cor (...)
  • 23 Domergue, 1996, pp. 97-135.
  • 24 « Ha crecido tanto, después de mi resurrección, el número de personas que gustan de asociar a los m (...)

10Les éditeurs des différents périodiques choisissent également de publier ou non un article en fonction de son degré d’utilité : les apports extérieurs doivent ainsi « contribuer au mieux à l’utilité et à la satisfaction publiques »18, les propositions de moindre intérêt passant après « d’autres plus importantes »19. Cependant, les écrits seront également jugés en fonction du divertissement qu’ils sont susceptibles d’apporter aux lecteurs : la contribution peut ainsi être « utile ou agréable »20. Dans cette perspective, les poèmes ou les contes, pour se voir publiés, se doivent d’être d’une qualité littéraire suffisante. Les Variedades de ciencias, par exemple, justifient l’exclusion d’un poème de Marcino en expliquant que les sentiments qui s’y expriment « ne parviennent pas à compenser l’absence de plan, la pauvreté des images ni la versification dure et monotone »21. L’ensemble de ces critères se trouve clairement résumé au numéro du 25 juin 1803 d’El Regañón general, dans lequel est décidée la création de deux archives : l’archive des discours « exclus » pour « les lettres qui contiendraient quelque malice, satire ou autre genre interdit » et celui des discours « inutiles », correspondant à « celles qui, en raison de leur faible intérêt ou de leur absolue inutilité, ne seraient pas dignes d’être publiées »22. Les critères qui président au choix des contributions à insérer ou à rejeter s’assimilent en réalité presque parfaitement à ceux qui guident les censeurs dans leur choix des ouvrages à autoriser ou à interdire23. Notons cependant que, parfois, c’est une raison plus circonstancielle qui est de mise : celle du trop grand nombre de lettres qu’un périodique peut recevoir. C’est en tout cas la raison invoquée par El Pensador au numéro 81 : « depuis ma résurrection, le nombre de personnes qui se plaisent à joindre leurs pensées aux miennes s’est tant accru que s’il fallait donner au public toutes les lettres que je reçois, je n’aurais plus d’autre tâche à accomplir que celle de correcteur d’épreuves d’imprimerie »24.

  • 25 « espero tengan la bondad de insertar en [su periódico] la adjunta [poesía], si la juzgaren digna d (...)
  • 26 « Se nos ha atribuido a un mero capricho el no haber publicado en nuestro muy periódico papel una r (...)

11Selon ces différents critères, donc, les journalistes décident de ce qui mérite ou non d’être publié. Il est d’ailleurs courant que les contributeurs fassent allusion à ce pouvoir de sélection, à travers des formules de politesse qui établissent comme un fait incontestable le droit de regard du journaliste sur la qualité et la bienséance de leurs contributions. Silvano Philomelos écrit aux éditeurs des Variedades de ciencias : « j’espère que vous aurez la bonté d’insérer dans [votre journal] [le poème] suivant, si vous le jugez digne d’être livré au public ; mais si tel n’était pas le cas, je vous saurais gré de le supprimer »25. Plus rarement, ce travail d’édition peut être souligné sur le mode de la critique. C’est ainsi que, le 17 novembre 1786, les journalistes du Correo de Madrid précisent qu’ils ont reçu des plaintes relatives à la non-insertion d’une lettre – les termes en italique correspondent aux expressions employées par un contributeur : « On a attribué à un simple caprice notre décision de ne pas publier dans notre écrit très périodique une réponse à la lettre de Julián Mirón – Julián Curieux –, insérée dans le Correo n° 4, et on nous dit bien d’autres choses sur lesquelles nous ne nous attarderons pas »26.

« Muy señores míos » : de l’unicité à la pluralité

  • 27 « Señor, o señores autores del Diario de las Musas, que yo no sé si es uno, dos, o ciento » (Diario (...)

12Que cela soit directement, en tant que rédacteur et traducteur, ou de manière plus indirecte, en tant que rédacteur en chef et éditeur, le journaliste est donc une des principales instances discursives de la publication dont il est responsable. Reste à voir pourquoi cette voix s’exprime parfois à la troisième personne du pluriel, à travers les « Notes des rédacteurs ». C’est une chose qui semble, aujourd’hui, tout à fait naturelle. Tout journal est le fruit d’une équipe de rédaction, au sein de laquelle non seulement différents métiers coexistent – chefs de rubrique, journalistes, secrétaires de rédaction – mais où également chaque journaliste a un domaine de spécialité. Dans une revue culturelle, des personnes différentes se chargeront de parler de musique ou d’art de vivre, de cinéma ou de littérature. Mais est-ce qu’au xviiie siècle, cette pluralité s’impose d’elle-même ? On voit qu’entre le singulier et le pluriel, les contributeurs hésitent lorsqu’ils adressent leur courrier à un journal : « Señor Editor » et « Muy Señor mío » alternent avec « Señores Editores » et « Muy Señores míos ». Encore plus révélateur est le début de cette lettre, publiée dans le Diario de las musas : « Monsieur, ou messieurs les auteurs du Diario de las Musas, car j’ignore si vous êtes un, deux, ou cent »27. Pour mieux étudier cette alternative, il convient de distinguer à nouveau le cas des « spectateurs » de celui des journaux de vulgarisation. Les premiers sont, en effet, généralement portés par un seul journaliste. Certes, ce n’est pas systématiquement le cas : El Censor, par exemple, est le travail commun de Luis Mariano Cañuelo y Heredia et de Luis Marcelino Pereira Castrigo. Mais, la plupart du temps, c’est un seul et même journaliste qui est en charge de la publication : Marchena pour El Observador, Clavijo y Fajardo pour El Pensador. Ce n’est donc pas un hasard si le « je » y est beaucoup plus présent que le « nous ».

  • 28 À l’exception de la plupart des publications de Francisco Mariano Nifo, mais aussi de l’Espíritu de (...)
  • 29 Jusqu’au tomeiv, à partir duquel Francisco Javier de la Huerta ne prend plus part à la publication.
  • 30 « El haberse divulgado que Don Juan Martínez Salafranca fue el autor del extracto de el libro de lo (...)
  • 31 Cité par Más Galván, 1990, p. 320.
  • 32 Rubio Paredes, 2004, pp. 195-198.

13En revanche, les journaux de vulgarisation s’éloignent souvent de cette unicité28. Dès le premier périodique culturel espagnol, le Diario de los literatos, la pluralité des publicistes journalistes s’impose, puisque Juan Martínez Salafranca, Leopoldo Jerónimo Puig et Francisco Javier de la Huerta portent tous trois le projet29. Cependant, les prises de parole de chacun d’entre eux ne sont pas délimitées : si les textes liminaires indiquent bien cette triple autorité, les numéros du journal ne sont pas signés. Et lorsqu’il arrive que l’on sache qui est l’auteur d’un compte rendu, c’est de manière accidentelle. Ainsi, au troisième numéro, dans l’article portant sur la Conversación sobre el Diario de los literatos de España, le compte rendu est précédé de l’avertissement suivant : « Dans la mesure où il a été divulgué qu’il était l’auteur du résumé du livre des Orígenes, Don Juan Martínez Salafranca se voit dans l’obligation de répondre personnellement aux critiques qu’on a voulu lui faire et de relever les défauts si substantiels de ce libelle, sans que cela ne serve de règle pour la suite »30. Salafranca prend donc ici la parole et le fait en s’exprimant à la première personne du singulier. Mais si les journalistes n’ont pas à se justifier vis-à-vis d’une critique qui leur est personnellement adressée, on ne sait pas qui écrit quoi : l’auteur, dans le monde journalistique, reste souvent en retrait. De la même façon, le Correo literario de Murcia est porté par un trio, composé de Luis Santiago Bado, Francisco Meseguer et Miguel González Zamorano. Mais pour savoir qui est l’auteur de chaque article, on en est réduit à des hypothèses : Pío Tejera31 estime ainsi que les articles médicaux et une partie des articles de littérature seraient de Francisco Meseguer, alors que les articles scientifiques et moraux seraient de Luis Santiago Bado. Le cas du Semanario literario y curioso de Cartagena est également révélateur dans la mesure où le périodique est lancé et assumé par un groupe d’officiers de la marine : Pedro de Leiva, Martín Fernández de Navarrete et Luis María Salazar, notamment, aidés par d’autres personnalités de la région tels que Francisco et Martín Rodón y Bell32. Or aucun d’eux ne signe – en tout cas en toutes lettres – les articles publiés.

  • 33 Urzainqui, 1990.
  • 34 Ballester, 1971, pp. 29 sqq.
  • 35 Cette hypothèse, avancée par José Miguel Caso González, apparaît argumentée dans de nombreux articl (...)
  • 36 Ainsi, François Lopez s’inscrit en faux contre l’analyse historiographique et stylistique de José M (...)
  • 37 « mano benéfica que, amante de sus compatriotas, se ha determinado a comunicar sus cortos y débiles (...)

14D’autres fois, la difficulté vient du fait que les journalistes en charge de la publication changent sans cesse. C’est notamment le cas du Memorial literario puisque, si Joaquín Ezquerra en est un des publicistes de 1784 à 1797, il l’est en partenariat avec, successivement, Pedro Pablo Trullenc (1784-fin 1789 ou début 1790), José Calderón de la Barca (1793-1797) et Pedro María Olive (1801-1804). Ensuite, ce sont les deux fils de Sebastián Bernardo de Carnerero qui en assument la direction (1805-1806), puis la publication est prise en charge par Mariano de Carnerero, Andrés de Moya Luzuriaga et Cristóbal de Beña (1808)33. Et dans ce défilé, à aucun moment l’auctorialité de chaque article n’apparaît de manière nette. D’autres fois, encore, il semblerait que, derrière le journaliste qui porte la responsabilité de la publication, se profilent plusieurs collaborateurs, moins officiels, qui font également entendre leur voix. Ainsi, selon José Ballester34, le Diario de Murcia naît au sein de la tertulia de la librairie de Joaquín Benedicto. José Miguel Caso35 estime quant à lui qu’El Censor est en fait le fruit de tout un groupe d’ilustrados, réunis dans la tertulia de la Condesa de Montijo : la comtesse elle-même, Tavira, Estanislao de Lugo, Urquijo, Samaniego, Meléndez Valdés, Jovellanos, etc. Certains chercheurs émettent également des doutes à propos d’autres journaux : El Pensador prendrait appui sur la Fonda de Sebastián, d’autres membres de l’Academia de la Historia auraient participé au Diario de los literatos… Ce ne sont là que des hypothèses, dont certaines sont loin de faire l’unanimité36. Néanmoins, il ne fait aucun doute que certaines publications bénéficient de l’aide de collaborateurs qui, s’ils restent dans l’ombre, n’en sont pas moins indispensables à la rédaction du périodique. Le Semanario de Zaragoza évoque ainsi la participation au journal d’une « main bénéfique qui, amie de ses compatriotes, a décidé de communiquer ses maigres et humbles connaissances, en ne s’épargnant aucun effort et en espérant également, comme il est naturel, qu’on l’aide dans cette tâche »37. Et le Mensagero de Granada va jusqu’à suspendre la rubrique astronomique dans le numéro du 30 janvier 1797, en raison de la maladie qui affecte le collaborateur en charge de cette section (p. 277).

  • 38 Tomás García Suelto et Isidoro Antillón apparaissent, quant à eux, au tome IV.
  • 39 « cada una a un ramo diferente » (Variedades de ciencias, « Prospecto », p. 8).

15Si la constitution et la responsabilité de la plupart des journaux incombent à un seul et unique journaliste, leur rédaction peut donc être prise en charge par plus d’une personne. D’ailleurs à la fin du siècle, cette pluralité aux contours mal définis évolue vers une plus grande structuration, dont les Variedades de ciencias, literatura y artes sont le plus bel exemple. Dès le prologue, le bi-hebdomadaire offre ainsi aux lecteurs la liste des noms des sept journalistes qui prennent part à la rédaction des articles : José Rebollo, Eugenio de la Peña, Juan Álvarez Guerra, Juan Blasco Negrillo, José Miguel Alea, José Folch et Manuel Quintana38. Or, ces personnes vont se consacrer « chacune à une branche différente »39 et chacun des articles apparaîtra avec leurs initiales comme signature. On est ici très proche de l’organisation actuelle des équipes de rédaction.

Les contributeurs

  • 40 Ces contributions, bien entendu, ne sont pas nécessairement authentiques. En attendant d’étudier le (...)

16À côté de celle des journalistes et de leurs collaborateurs, rédacteurs réguliers au sein des journaux culturels espagnols, une autre voix s’élève : celle des contributeurs qui envoient aux périodiques poèmes, lettres et articles, dans le but de les voir insérés dans un des numéros40. Cette voix ne clame pas nécessairement sa présence. Lorsque la contribution envoyée est une énigme, une information brute, une annonce ou bien encore un article entièrement objectif, le « je » n’apparaît pas et c’est souvent la seule indication « Artículo comunicado » qui permet de savoir que c’est une voix extérieure qui s’exprime. Elle ne se révèle, parfois, qu’au gré des formules de politesse que le contributeur utilise pour s’adresser au(x) journaliste(s). D’autres fois, en revanche, la première personne s’affirme haut et fort, notamment dans des lettres où le lecteur fait part d’une expérience personnelle ou donne son avis sur le périodique et son contenu. Mais que sa présence soit discrète ou clairement affirmée, le contributeur se constitue, sans conteste, comme une des instances discursives des périodiques culturels. Et cette participation soulève un certain nombre de questionnements, d’ordre très pratique : comment se fait la transmission de l’élément à insérer ? Est-ce que les contributeurs n’envoient toujours qu’un seul et unique écrit ? Leur participation se fait-elle de manière bénévole, ou donne-t-elle lieu à une rémunération ?

  • 41 « Los curiosos que quisieren remitirnos algunos manuscritos, si se hallasen en Madrid, los entre-ga (...)
  • 42 On peut trouver des exemples de cette précision au numéro de février 1784 du Memorial literario (p. (...)
  • 43 Comme par exemple dans le Semanario de Salamanca, 1er octobre 1795, p. 8.

17Comme l’exprime très clairement le Mercurio literario, il y a deux moyens de transmettre une contribution à un périodique : « Les curieux qui voudraient nous remettre des manuscrits, dans le cas où ils se trouveraient à Madrid, nous les livreront cachetés à la librairie indiquée ; dans le cas où ils se trouveraient hors de Madrid, ils les adresseront par courrier à l’un d’entre nous »41. Et pour que le dépôt ou l’envoi se passe au mieux, les journalistes établissent la liste des librairies et boutiques auxquelles adresser sa contribution. Par ailleurs, il est fréquent qu’ils indiquent par la même occasion un certain nombre de conditions pratiques à remplir. La plus récurrente est sans aucun doute celle, déjà évoquée, qui précise que les frais de port doivent impérativement être réglés par les contributeurs eux-mêmes. D’autres fois, il est indiqué qu’il faut déposer sa contribution sous pli fermé42, ou qu’il convient, lorsqu’il s’agit d’annoncer des festivités, de déposer l’information huit jours avant la date de celles-ci43.

  • 44 À mon sens, il est très probable que J.M. de F. soit en réalité José Mor de Fuentes. En effet, celu (...)
  • 45 « Confesamos gustosamente que estimamos al Señor Salvá, porque ha contribuido con ejemplar generosi (...)

18S’il convient de distinguer les collaborateurs – qui prennent part au journal en amont et de manière régulière – des contributeurs – qui apportent leur contribution au journal de manière plus extérieure et plus occasionnelle –, la participation des seconds n’est pas, pour autant, nécessairement unique. Les signatures employées sont là, parfois, pour indiquer le retour des mêmes contributeurs. On voit que Manuel de Valella participe onze fois à la rédaction d’El Regañón general, qu’il y a dix-huit interventions signées J.M. de F.44 entre les numéros du 11 février et du 28 novembre 1799 du Semanario de Zaragoza. La présence de onze articles scientifiques signés Francisco Salvá – Francesc Salvà i Campillo – dans le Memorial literario amène d’ailleurs les éditeurs du périodique à faire hommage à sa participation : « Nous reconnaissons avec plaisir que nous estimons grandement monsieur Salvá, pour avoir contribué avec une générosité exemplaire à enrichir notre ouvrage et pour nous avoir fait de nombreuses faveurs, auxquelles nous devons répondre par toute notre gratitude »45. Ces différents contributeurs ne sont pas des collaborateurs, dans la mesure où ils restent extérieurs à l’organisation même du périodique et qu’ils ne sont pas en charge d’une rubrique au sein de ce dernier. Malgré tout, leur participation au contenu de chaque publication est conséquente.

  • 46 « como para ello sea necesario algún tiempo, que necesito para ganar la vida, no puedo ni debo de i (...)
  • 47 « No es Vm. tonta, Señora Pensadora, pues con nuestros mismos discursos nos saca los cuartos y se e (...)
  • 48 « remunerar a quien quisiera ayudarnos a extractar, traducir, copiar o poner en orden lo que eligie (...)

19En ce qui concerne la possible rétribution des contributions, nous n’avons malheureusement que peu d’éléments de réponse. Néanmoins, la plupart des indices semblent indiquer qu’il s’agit d’une activité entièrement bénévole. Ainsi, un contributeur du Semanario de Salamanca se dit tenté d’envoyer d’autres articles mais renonce à cette envie pour la raison suivante : « dans la mesure où cela demanderait du temps, dont j’ai besoin pour gagner ma vie, je ne peux ni ne dois m’imposer ce travail »46. Une lectrice de La Pensadora gaditana se plaint que la journaliste gagne de l’argent grâce au travail de ses contributeurs : « Vous n’êtes pas bête, Madame la Pensadora, puisqu’avec nos propres discours vous nous prenez des sous et vous vous évitez le travail de les produire vous-même »47. Et l’éditeur du Correo de Sevilla insiste sur sa déception de ne pouvoir tirer suffisamment de revenus de la publication du périodique pour « rémunérer quiconque voudrait nous aider à résumer, traduire, copier ou mettre en ordre les fragments [des journaux étrangers] que l’on choisirait »48. Tout porte à croire, donc, que la majorité des contributions sont envoyées ou déposées sans que leurs auteurs ne reçoivent aucune rétribution. Mais cet état de fait connaît au moins une exception. Celle du Diario de Madrid qui, le 31 janvier 1790, prend la décision suivante (p. 122) :

  • 49 « Cualquier sujeto que, por diversión o por oficio, lea o, por su ingenio, invente alguna especie d (...)

Quiconque lit, soit par obligation professionnelle, soit pour son plaisir, ou est susceptible de trouver dans les ressources de son esprit matière à une publication qui contribuera à instruire ou distraire honnêtement les lecteurs pourra nous remettre sa proposition au Bureau Principal de la place de Zelenque, où il lui sera donné un reçu au vu duquel, quand le texte sera publié dans ce Journal, nous donnerons au porteur dudit reçu un demi douro. Nous sommes persuadés que les gens de bon sens ne s’étonneront pas de cette rémunération parce qu’elle est destinée à ceux qui sont dans le besoin, et qui sont toujours les plus nombreux. Mais, si des personnes de condition ou fortunées ne voulaient pas percevoir cette modeste contribution, pas même pour en faire don à l’un de leurs serviteurs, on ferait état dans le Journal de ce renoncement qui ne leur ôterait pas l’honneur d’avoir été publié49.

  • 50 Saurín de la Iglesia, 1988, p. 19.
  • 51 Diario de Madrid, 3 mai 1793, p. 512.
  • 52 « la alusión de La Espigadera a que los escritores noveles podían, mediante sus aportaciones a los (...)
  • 53 Sánchez Aranda, Barrera, 1992, p. 37.
  • 54 Larriba, 1998, p. 28.
  • 55 « Como este tribunal no tiene hasta el presente fondos algunos, ni probablemente los llegará a tene (...)

20D’ailleurs, comme le souligne María Rosa Saurín de la Iglesia50, l’allusion à ces dix réaux apparaît également en 179351. Moins explicite, mais indiquant que le Diario de Madrid n’est a priori pas le seul périodique qui rémunère certaines contributions, Inmaculada Urzainqui relève « l’allusion de La Espigadera au fait que les nouveaux écrivains pouvaient, grâce à leurs contributions aux périodiques, “pourvoir à leur sécurité et subsistance” »52. Une telle affirmation tendrait d’ailleurs à faire penser que la rémunération accordée par La Espigadera était supérieure à celle du Diario de Madrid, dans la mesure où, dès la fin des années 1780, le salaire journalier d’un manœuvre était de cinq réaux53 et qu’un ouvrier spécialisé pouvait gagner jusqu’à vingt-cinq réaux54. Publier de temps à autre un article ou un poème dans La Espigadera ne suffirait donc pas à être considéré comme une source de subsistance si la rémunération était seulement de dix réaux. Quoi qu’il en soit, en dehors de ces deux exceptions, il semble indubitable que les contributions sont bénévoles. Il n’y a d’ailleurs là rien de surprenant dans la mesure où les journalistes eux-mêmes ne tirent souvent que peu ou pas d’argent des publications culturelles dont ils ont la charge. C’est ce que souligne El Regañón general dans son « Prospecto » : « Comme ce tribunal ne dispose pour le moment d’aucun fond, qu’il ne parviendra probablement jamais à en avoir et que les individus qui le composent ne touchent donc ni salaire ni honoraire, aucune des lettres qui lui seraient adressées par courrier ne sera acceptée, à moins que les frais de port n’aient été réglés […] »55.

  • 56 « comunidad discursiva », « esfera pública en forma miniaturizada o domesticada » (EAGLETON, 1999, (...)

21Ponctuels ou non, rémunérés ou non, ces éléments extérieurs, insérés au fil des numéros des périodiques culturels, font de la presse du siècle des Lumières ce que Terry Eagleton appelle une « communauté discursive », une « sphère publique sous forme miniaturisée ou domestiquée »56.

Les autorités convoquées

22À côté de cette polyphonie assumée, active, se dresse un autre type de polyphonie : celle, passive, des sources en tout genre utilisées par les journalistes au sein des pages de leur publication. Qu’ils soient contemporains ou non, espagnols ou étrangers, les auteurs de ces textes ne sont pas demandeurs de leur insertion, mais cette passivité n’empêche pas leur voix de s’exprimer – ou plutôt de se répéter – au sein des pages des périodiques. S’il n’est pas question de faire une liste exhaustive des sources alors utilisées par l’ensemble des journaux du corpus tout au long de leur existence, il est utile de s’interroger sur les grands types en présence et leurs caractéristiques. Les documents issus de différentes institutions nationales, officielles ou semi-officielles, constituent un premier type d’autorités extérieures convoquées : nombre de périodiques publient des textes juridiques, des mémoires transmis à l’État pour résoudre des problèmes structurels, des travaux effectués au sein des Académies ou des Sociétés économiques. Si ceux-ci ont été préalablement imprimés et distribués par les institutions dont ils relèvent, les journaux leur donnent une plus grande visibilité en les insérant dans l’un ou l’autre de leurs numéros. Ce type de sources, cependant, ne m’intéresse que très indirectement, dans la mesure où les informations qui en sont issues ne sont que partiellement de type culturel.

  • 57 « porque la prensa todavía no había encontrado su completa identidad y credibilidad ante el lector (...)
  • 58 « procuraré echar mano de algunos pasajes doctrinales, ya sean en metro, ya en prosa, de algunos au (...)

23Traités juridiques ou scientifiques, encyclopédies, essais d’histoire ou de théorie littéraire : tous les types d’ouvrages en prose sont mis à profit par les journalistes, dans la mesure où ils y trouvent des développements tout prêts sur des questions qui peuvent intéresser leurs lecteurs. Et aussi peut-être, comme le souligne María Antonia Paz Rebollo, dans la mesure où ils ont besoin de toute la légitimité que ces ouvrages peuvent leur procurer, « parce que la presse n’avait pas encore complètement trouvé son identité ni sa crédibilité face aux lecteurs et qu’elle devait avoir recours pour cela à ces “écrits de poids” qui jouissaient, eux, de la considération et du respect intellectuels »57. On peut ainsi lire dans le prologue du second tome d’El Caxón de sastre cathalán une adresse au public dans laquelle le journaliste affirme : « j’essaierai d’utiliser des passages, qu’ils soient en vers ou en prose, de la doctrine de quelques auteurs qui te connaissaient très bien, dont tu vénères les avis et dont tu applaudis les perspicaces discours avec respect et admiration »58. C’est sûrement en raison du besoin d’asseoir leur autorité que l’originalité est rarement de mise : ce qui est recherché, c’est avant tout la renommée des sources. Ainsi, quelques auteurs d’importance, étrangers ou espagnols, anciens ou contemporains, scientifiques, philosophes ou littéraires, apparaissent et réapparaissent au fil des pages. L’Antiquité grecque et latine est souvent représentée par Aristote et Horace. Le xviie siècle par Boileau et Newton. Les références issues du siècle en cours sont nécessairement plus variées – et, parfois, plus polémiques –, mais les noms de Batteux, Blair, Feijoo ou Luzán reviennent sans cesse.

  • 59 Ces quelques lignes sont basées en partie sur l’article de Lama Hernández, 1990 et sur celui de Pal (...)
  • 60 Aguilar Piñal, 1978.
  • 61 « de todo aquello que a los ojos de estos ilustrados figura como salvable en la cultura española » (...)
  • 62 Ces vingt-six auteurs sont, en dehors des trois poètes déjà cités, Bartolomé L. de Argensola, Alons (...)
  • 63 Ces onze auteurs sont, en dehors des trois poètes déjà cités, Cristóbal de Castillejo, Garcilaso de (...)

24Cette prédominance d’un petit nombre de références classiques, au détriment de l’originalité, vaut également pour les ouvrages en vers59. Parmi les poètes antérieurs au xviiie siècle qui sont convoqués dans les pages des périodiques culturels, les grands noms de l’Antiquité gréco-latine – Homère, Pindare, Ovide, Catule, Martial, Tibule… – et ceux des principaux représentants du Siècle d’or espagnol reviennent constamment, conformément au désir de restauration du classicisme qui anime les théoriciens éclairés. Ainsi, l’index des poésies insérées dans vingt-cinq périodiques du xviiie siècle, constitué par Francisco Aguilar Piñal60, révèle que quelques auteurs sont nettement privilégiés : sont publiés, au fil des numéros, 31 poèmes de Fray Luis de León, 27 de Luis Barahona de Soto, 21 de Baltasar del Alcázar, 19 de Francisco de la Torre y Sevil ou encore 12 de Bernardo de Valbuena. Góngora, lui, n’est pas cité, marque manifeste du rejet néoclassique des excès de la poésie baroque. Néanmoins, comme le prouve l’inclusion d’un grand nombre de textes de Quevedo, la nette préférence des ilustrados pour le naturel du xvie siècle, au détriment de l’affectation du xviie siècle, ne se traduit pas tant par une sélection des auteurs les plus en accord avec le goût néoclassique que par une récupération, au sein de l’œuvre de chaque poète, « de tout ce qui, aux yeux de ces ilustrados, apparaît comme digne d’être sauvé dans la culture espagnole »61. Francisco Aguilar Piñal recense ainsi 117 poèmes écrits par vingt-six auteurs baroques62, contre 98 poèmes écrits par onze auteurs de l’époque de la Renaissance63. Dans le registre plus contemporain qu’est celui des poètes anglais du xviiie siècle, en vogue en Espagne, ce sont à nouveau fréquemment les mêmes voix qui s’élèvent dans la presse culturelle : le Semanario de Zaragoza et le Semanario de Salamanca publient, en espagnol, plusieurs fables de Gessner ; des odes et églogues d’Alexander Pope sont retranscrites, en prose, dans le Semanario de Málaga (28 octobre 1796) et le Correo de Sevilla (26 décembre 1804) ; Les Saisons de James Thomson sont en partie traduites dans les Variedades (n° 13, pp. 57-64).

  • 64 Memorial literario, février 1790 n° 1, avril 1790 n° 2 ; décembre 1797 n° 1.
  • 65 « Los principales diarios y papeles públicos de París y otras Cortes de la Europa contribuirán para (...)
  • 66 Urzainqui, 1991b, pp. 356-357.

25Enfin, une autre source fondamentale pour les articles et les informations que l’on trouve insérés dans les journaux culturels sont les journaux eux-mêmes : ceux parus en France notamment, mais également en Angleterre, aux Pays-Bas ou en Italie. Il arrive même, quelquefois, que soient convoqués des journaux d’outre-Atlantique : le Memorial literario, par exemple, utilise occasionnellement des informations tirées de la Gaceta de México ou de la Gaceta literaria de Guatemala64. Cependant, les informations et articles sont la plupart du temps choisis dans des périodiques européens. Prenons l’exemple du Diario estrangero, particulièrement parlant dans la mesure où Nifo y classe les articles en fonction du journal dont ils sont extraits. Dès l’introduction, le publiciste annonce les dettes contractées vis-à-vis de l’étranger, en affirmant : « Les principaux journaux et papiers publics de Paris et des autres Cours européennes contribueront à former cette appréciable collection de nouvelles érudites »65. LEspíritu de los mejores diarios établit quant à lui la liste des périodiques étrangers auxquels il a recours dans son numéro du 19 avril 1788. Parmi ceux qui seront les plus fréquemment mis à profit par Cristóbal Cladera, on peut citer le Diario enciclopédico, les Efemérides literarias de Roma, les Anales políticos y literarios de Linguet ou la Gazeta de salud. Ce sont d’ailleurs les mêmes journaux qui inspirent la plupart des publications espagnoles : le Journal des savants, le Mercure de France et les Mémoires de Trévoux sont ainsi repris par le Diario de los literatos, le Mercurio literario, le Diario estrangero, le Diario de Madrid ou bien encore le Correo de Madrid. C’est là un attrait pour les journaux étrangers dont témoignent également les tentatives de traduction que compte le xviiie siècle : José de la Torre décide ainsi d’écrire la version espagnole des Mémoires de Trévoux en 1742, entreprise inachevée que reprendront José Vicente de Rustant en 1752 et Antonio de Ruidíaz en 1755. Quant à Ignacio Muños de Consuegra, il publie les quatre premiers mois du Journal des savants à Séville en 175366.

26Ainsi, la polyphonie en vigueur dans les journaux culturels du xviiie siècle est double, parfois triple. À côté de celle du journaliste, deux autres voix s’élèvent. Celle des contributeurs, assumée, volontaire. Et celle, passive, des différentes sources insérées par les publicistes. Deux voix supplémentaires, donc, par rapport à l’unicité traditionnelle du narrateur, auxquelles vient s’ajouter pour certaines publications une autre source de pluralité énonciative, lorsque le journaliste travaille au sein d’une équipe de rédaction ou est soutenu par des collaborateurs réguliers. Il est d’ailleurs fréquent que les journaux se servent de cette évidente polyphonie pour asseoir leur autorité et convaincre de la qualité de leur ouvrage. Lorsque l’éditeur du Diario de Madrid souhaite prévenir les éventuels doutes du public sur la qualité du quotidien, il argumente de la façon suivante :

  • 67 « A quien levante el grito diciendo que, para complacer a tantos, es poco sujeto un hombre solo, le (...)

À quiconque pousserait les hauts cris en disant que, pour plaire à autant de monde, un homme seul est bien peu de chose, je lui pose à mon tour une question et le prie de bien vouloir me répondre : qui lui a dit qu’il n’y a pas, impliqué dans cette tâche, beaucoup de monde ? Quand bien même il n’y aurait pas de généreux savants, doctes et érudits pour me gratifier de leurs conseils, tant qu’il y a des livres, je ne peux manquer de nombreux et habiles assistants67.

Notes

2 « Obra periódica en que se publican rasgos de varia literatura, noticias y los escritos de toda especie que se dirigen al editor » (Correo de Madrid, t. I, page de couverture).

3 « Para poder cumplir con el empeño de publicar todos los días un papel, nos hemos propuesto dar de cuando en cuando algunas poesías inéditas de los mejores poetas que se conozcan, tanto antiguos como modernos, traducir pasajes y pensamientos que encierren alguna novedad y publicar cualesquiera papeles o noticias literarias que se nos den o remitan » (Diario de las musas, « Prospecto »).

4 « Yo voy a dar parte al público de mis ideas, advirtiendo antes a mi lector que este papel quiere ser leído con reflexión » (El Observador, n° 3, p. 62).

5 « como este amable blanco a que se dirigen mis máximas es el centro donde van a terminar mis reflexiones, no puede menos mi discurso de hacerla razón común de todos mis Pensamientos » (La Pensadora gaditana, 9 février 1764, p. 215).

6 Semanario de Granada, 24 juillet 1800, p. 64 et 29 septembre 1800, p. 348.

7 « Nota de los redactores », « Nota de los editores », « Nota de los autores de este Memorial » (Memorial literario).

8 Correo de Sevilla, 2 et 30 novembre 1803 ; 30 juin et 18 août 1804 ; 3 avril et 8 mai 1805.

9 « La comiseración y agradecimiento » (Diario de Valencia, 11 septembre 1801).

10 « Yo le he traducido del francés sin alterar en nada el original » (El Censor, n° 98, p. 555).

11 « Compelidos de la palabra que dimos al público de insertar cuantos papeles nos dirigiesen, nos hemos visto en la precisión de hacerlo con el siguiente, venciendo nuestra natural repugnancia » (Correo de Murcia, 28 janvier 1794, p. 57).

12 Cervantes, 1999, pp. 38-39. De nouvelles lettres furent publiées par la suite, en 1959.

13 « advertimos a los que nos envían papeles para darlos a luz en el nuestro que su inserción pende únicamente de nuestro arbitrio, prefiriendo y desechando los que nos parecen, sin tener que dar a nadie cuenta de las razones que nos motivan a ello, de lo que no se podrá formar queja » (Diario de Madrid, 30 mars 1788, p. 352).

14 « como no pasen de dos pliegos » (La Pensadora gaditana, 1er septembre 1763, p. 52).

15 « de extensión proporcionada » (Academia de ociosos, n° 1, p. 12).

16 « no verá la luz pública ningún escrito concebido en términos insolentes, atrevidos » (Semanario de Salamanca, 1er novembre 1794, p. 72).

17 « que no esté escrito con aquel decoro que corresponda y en el que no se hable con el debido respeto de la religión, del Estado, de los cuerpos o comunidades, o sujeto particular » (Diario de Valencia, « Prospecto »).

18 « contribuir a la mayor utilidad y complacencia pública » (Mercurio literario, n° 1, « Prefacción y proyecto de esta obra »).

19 « otras más considerables » (Semanario de Salamanca, 30 janvier 1796, p. 97).

20 « útil o agradable » (Academia de ociosos, n° 1, p. 12).

21 « no alcanzan a recompensar la falta de plan, la pobreza de las imágenes, ni la versificación dura y monótona » (Variedades de ciencias, 1805, n° 15, p. 188).

22 « las cartas que contuvieren alguna malicia, sátira u otro género prohibido », « las que por su corto interés o por su absoluta inutilidad no fueren dignas de publicarse » (El Regañón, 25 juin 1803, p. 64).

23 Domergue, 1996, pp. 97-135.

24 « Ha crecido tanto, después de mi resurrección, el número de personas que gustan de asociar a los míos sus pensamientos, que si hubiera de dar al público todas las cartas que recibo, no me quedaría más ejercicio que el de revisor de pruebas de la prensa » (El Pensador, n° 81, p. 143).

25 « espero tengan la bondad de insertar en [su periódico] la adjunta [poesía], si la juzgaren digna de la luz pública ; mas si no la juzgaren tal, estimaré que la supriman » (Variedades de ciencias, n° 6, p. 370).

26 « Se nos ha atribuido a un mero capricho el no haber publicado en nuestro muy periódico papel una respuesta a la carta de Julián Mirón, inserta en el Correo n° 4, y se nos dicen otras cosas en que no nos detendremos » (Correo de Madrid, 17 novembre 1786, p. 47).

27 « Señor, o señores autores del Diario de las Musas, que yo no sé si es uno, dos, o ciento » (Diario de las musas, 6 décembre 1790, p. 23).

28 À l’exception de la plupart des publications de Francisco Mariano Nifo, mais aussi de l’Espíritu de los mejores diarios.

29 Jusqu’au tomeiv, à partir duquel Francisco Javier de la Huerta ne prend plus part à la publication.

30 « El haberse divulgado que Don Juan Martínez Salafranca fue el autor del extracto de el libro de los Orígenes, le precisa a que satisfaga particularmente los reparos que se le han querido oponer, y note los tan substanciales de este libelo, sin que sirva de ejemplar en adelante » (Diario de los literatos, n° 3, pp. 189-190).

31 Cité par Más Galván, 1990, p. 320.

32 Rubio Paredes, 2004, pp. 195-198.

33 Urzainqui, 1990.

34 Ballester, 1971, pp. 29 sqq.

35 Cette hypothèse, avancée par José Miguel Caso González, apparaît argumentée dans de nombreux articles. On peut notamment citer « Un caso atípico de literatura clandestina : el periódico El Censor », « La crítica religiosa de El Censor y el grupo ilustrado de la condesa de Montijo », ou encore l’introduction rédigée pour la publication facsimil d’El Censor.

36 Ainsi, François Lopez s’inscrit en faux contre l’analyse historiographique et stylistique de José Miguel Caso González, comme il l’explique dans son article « Luis Cañuelo, alias El censor, ou le pauvre diable ».

37 « mano benéfica que, amante de sus compatriotas, se ha determinado a comunicar sus cortos y débiles conocimientos, no perdonando por su parte cosa alguna y esperando igualmente, como es natural, que se le ayude » (Semanario de Zaragoza, 8 mai 1800, p. 285).

38 Tomás García Suelto et Isidoro Antillón apparaissent, quant à eux, au tome IV.

39 « cada una a un ramo diferente » (Variedades de ciencias, « Prospecto », p. 8).

40 Ces contributions, bien entendu, ne sont pas nécessairement authentiques. En attendant d’étudier leur degré de véridicité et leurs fonctions, au cours du chapitre 7, je m’intéresserai pour le moment à celles qui a priori le sont, afin d’étudier les différentes caractéristiques de cette polyphonie externe.

41 « Los curiosos que quisieren remitirnos algunos manuscritos, si se hallasen en Madrid, los entre-garán cerrados a dicho librero ; si estuvieren fuera, los dirigirán por el correo a cualquiera de nosotros » (Mercurio literario, n° 1, « Prefacción »).

42 On peut trouver des exemples de cette précision au numéro de février 1784 du Memorial literario (p. 4) ou dans le prologue de La Espigadera (p. 20).

43 Comme par exemple dans le Semanario de Salamanca, 1er octobre 1795, p. 8.

44 À mon sens, il est très probable que J.M. de F. soit en réalité José Mor de Fuentes. En effet, celui-ci signe en toutes lettres une contribution insérée dans le Semanario de Zaragoza, le 31 octobre 1799. Par ailleurs, il est avéré que l’écrivain utilise parfois cette signature puisque le 16 avril 1800, dans le Diario de Madrid, c’est en tant que J.M. de F. qu’il se présente comme l’auteur de La Serafina (pp. 465-466).

45 « Confesamos gustosamente que estimamos al Señor Salvá, porque ha contribuido con ejemplar generosidad a ilustrar nuestra obra y nos ha hecho muchos favores a que con nuestra gratitud debemos corresponder » (Memorial literario, mars 1788, n° 2, p. 493. Cité par Sánchez Miñana, 2000, p. 187).

46 « como para ello sea necesario algún tiempo, que necesito para ganar la vida, no puedo ni debo de imponerme este trabajo » (Semanario de Salamanca, 29 novembre 1794, p. 130).

47 « No es Vm. tonta, Señora Pensadora, pues con nuestros mismos discursos nos saca los cuartos y se excusa el trabajo de producirlos » (La Pensadora gaditana, 1er décembre 1763, p. 140).

48 « remunerar a quien quisiera ayudarnos a extractar, traducir, copiar o poner en orden lo que eligiesemos de [los periódicos extranjeros] » (Correo de Sevilla, 5 septembre 1804, p. 223).

49 « Cualquier sujeto que, por diversión o por oficio, lea o, por su ingenio, invente alguna especie digna de imprimirse para la instrucción o recreo honesto del público, nos la podrá remitir al despacho general plazuela de Zolenque, donde se recibirá, dándose allí un resguardo, y en virtud de este, cuando se publique por medio del Diario el escrito, entregaremos a quien presente el expresado resguardo medio duro. Nos persuadimos de los prudentes que no extrañarán esta remuneración pecuniaria, porque atendemos con ella al mayor número que siempre es el de los necesitados ; pero si alguna persona condecorada o pudiente no quisiere este pequeño premio ni para algún criado, se especificará en el mismo periódico su renuncia, conservándole solamente la gloria de autor » (Diario de Madrid, 31 janvier 1790, p. 122). Traduit par Larriba, 1997.

50 Saurín de la Iglesia, 1988, p. 19.

51 Diario de Madrid, 3 mai 1793, p. 512.

52 « la alusión de La Espigadera a que los escritores noveles podían, mediante sus aportaciones a los periódicos, “proveer a su seguridad y subsistencia” » (Urzainqui, 1995b, p. 203). L’expression citée par Inmaculada Urzainqui apparaît à la page 9 du « Prospecto ».

53 Sánchez Aranda, Barrera, 1992, p. 37.

54 Larriba, 1998, p. 28.

55 « Como este tribunal no tiene hasta el presente fondos algunos, ni probablemente los llegará a tener jamás, pues los individuos que le componen no tienen sueldo ni honorario, no se recibirá carta alguna por el correo dirigida a él, a menos de que no venga franca de porte […] » (El Regañón, « Prospecto »).

56 « comunidad discursiva », « esfera pública en forma miniaturizada o domesticada » (EAGLETON, 1999, p. 33).

57 « porque la prensa todavía no había encontrado su completa identidad y credibilidad ante el lector y tenía que recurrir para ello a estos “impresos mayores” que sí gozaban de respeto y consideración intelectual » (Paz Rebollo, 1990, p. 357). J’aurai l’occasion de revenir plus avant sur la question de l’honorabilité de la presse au xviiie siècle.

58 « procuraré echar mano de algunos pasajes doctrinales, ya sean en metro, ya en prosa, de algunos autores que te conocieron muy bien, cuyas opiniones veneras con respeto y cuyos penetrantes discursos aplaudes con admiración » (Caxón de sastre cathalán, t. II, « Idea », p. xi).

59 Ces quelques lignes sont basées en partie sur l’article de Lama Hernández, 1990 et sur celui de Palacios, 1983.

60 Aguilar Piñal, 1978.

61 « de todo aquello que a los ojos de estos ilustrados figura como salvable en la cultura española » (Rodríguez de la Flor, 1988, p. 166).

62 Ces vingt-six auteurs sont, en dehors des trois poètes déjà cités, Bartolomé L. de Argensola, Alonso Ledesma, Francisco de Figueroa, Francisco Cascales, Juan de Salinas, Juan de Arguijo, Cristóbal Suárez de Figueroa, Agustín de Rojas, Francisco de Castilla, Alonso J. Salas Barbadillo, Juan de Jáuregui, Francisco de Rioja, Alonso de Castillo Solorzano, Esteban M. de Villegas, Álvaro Cubillo de Aragón, Bernardino de Rebolledo, Salvador Jacinto Polo de Medina, Gabriel Bocángel, Antonio de Solís, Miguel Castellanos, Miguel de Barrios, Luis Henríquez de Navarra et sor Juana Inés de la Cruz.

63 Ces onze auteurs sont, en dehors des trois poètes déjà cités, Cristóbal de Castillejo, Garcilaso de la Vega, Diego Hurtado de Mendoza, Gregorio Silvestre, Alonso de Ercilla y Zuñiga, Fernando de Herrera, Bartolomé Carrasco y Figueroa et Juan de la Cueva.

64 Memorial literario, février 1790 n° 1, avril 1790 n° 2 ; décembre 1797 n° 1.

65 « Los principales diarios y papeles públicos de París y otras Cortes de la Europa contribuirán para formar esta colección apreciable de noticias eruditas » (Diario estrangero, « Introducción »).

66 Urzainqui, 1991b, pp. 356-357.

67 « A quien levante el grito diciendo que, para complacer a tantos, es poco sujeto un hombre solo, le repregunto yo, suplicándole me diga, ¿quién le ha dicho que no hay en esta tarea empleados muchos ? Cuando no hubiera sabios, doctos y eruditos generosos, que me favoreciesen con sus consejos, habiendo libros, no podían faltar muchos y muy hábiles sujetos » (Diario de Madrid, « Plan del Diario »).

© Casa de Velázquez, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search