Version classiqueVersion mobile

Presse et culture dans l’Espagne des Lumières

 | 
Maud Le Guellec

Deuxième partie. Énonciation : une réalité discursive inédite

Préambule de la deuxième partie

Texte intégral

  • 1 « Discurso […] contra la opinión de que Sócrates padeció el martirio por la defensa de la unidad de (...)

1L’auteur d’un essai monopolise la parole au sein de son ouvrage : il livre ses propres impressions sur un thème choisi, fournit à ses lecteurs des pistes de réflexion. Quoique son propos et ses objectifs soient différents, l’auteur d’une œuvre autobiographique instaure la même discursivité. Un romancier et un dramaturge, au contraire, laissent s’exprimer dans leur texte un narrateur ou bien chacun des personnages prenant part à l’intrigue de la pièce. L’auteur d’un traité scientifique, lui, s’efface au profit d’énoncés impersonnels, où les faits et les théorèmes valent par eux-mêmes. Mais qu’en est-il de la réalité discursive des périodiques ? Dans les publications culturelles espagnoles du xviiie siècle, qui dit « je » ? Si l’on se penche sur le quatrième numéro du Pasatiempo literario de Alcalá de Henares, on constate que plusieurs instances prennent successivement la parole en quelques pages seulement. C’est d’abord « Mr. Pelletier de Ruen » qui s’exprime, à travers un « Discours […] contre l’idée selon laquelle Socrate a souffert le martyre pour avoir défendu l’unité de Dieu »1. Après une anecdote sur Périclès, où se mêlent récit et discours direct, la parole est ensuite assumée par D.J.C., qui adresse au journal une lettre dans laquelle il s’interroge sur les sciences dont parle le premier numéro, interrogation à laquelle les éditeurs du périodique s’empressent de répondre. C’est ensuite au tour du « Licenciado Matalascallando » – « Professeur Agis-en-douce » – de s’exprimer au sujet des poésies insérées dans le Pasatiempo puis aux éditeurs, enfin, de reprendre la parole pour répondre à ses critiques. Par conséquent, les verbes à la première personne qui se succèdent au fil des pages du numéro renvoient tous à des instances discursives différentes.

2L’objet de cette deuxième partie sera d’interroger ce système énonciatif de la presse du xviiie siècle qui, loin de l’unicité traditionnelle du narrateur, met en scène une pluralité de voix. Distinguer chacune de celles-ci et leurs modalités d’apparition devrait permettre de déterminer si, comme pour l’essai ou l’autobiographie, la réalité discursive peut constituer un trait définitionnel de la presse culturelle.

Notes

1 « Discurso […] contra la opinión de que Sócrates padeció el martirio por la defensa de la unidad de Dios » (Pasatiempo literario, n° 4).

© Casa de Velázquez, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search