Version classiqueVersion mobile

Presse et culture dans l’Espagne des Lumières

 | 
Maud Le Guellec

Première partie. Temporalité et matérialité : des spécificités de l’objet-journal

Chapitre iii. Le journal culturel, « succédané de livre » ?

Texte intégral

  • 1 Chartier, Roche, 1989, p. 592.

1De nos jours, prononcer le mot « journal » entraîne automatiquement la visualisation d’un grand format aux pages fines, imprimé sur plusieurs colonnes et parsemé de photographies, de quelques dessins de presse et de publicités. Si la révolution du numérique tend à bouleverser ces repères, un certain nombre de lecteurs continuent à lui associer une expérience quotidienne précise, faite d’une bataille pour tenir en ordre ces grands feuillets non reliés, et du bruit de fond bien spécifique du passage d’une page à une autre, de la rubrique internationale à celle des sports. Prononcer le mot « revue » créera également un ensemble d’images mentales. Un format plus petit, plus soigné, des pages plus colorées, le froissement du papier glacé. Autrement dit, avant de considérer ce qui se cache sous sa couverture ou derrière sa première page, avant même de savoir s’il traitera d’économie ou d’actualité culturelle, lire un journal, c’est entrer en contact avec un objet spécifique. On ne pourra confondre un livre et un quotidien, un tome d’encyclopédie et un mensuel. Mais si cette spécificité matérielle s’impose à l’esprit lorsque l’on songe à la presse des xxe et xxie siècles, la question n’est pas aussi évidente lorsque l’on s’intéresse aux débuts de la presse. C’est ainsi que Roger Chartier et Daniel Roche affirment qu’« à l’époque des Lumières, le journal et le livre ne sont pas, comme aujourd’hui, des objets profondément différents ; entre les deux médias les rapports sont spontanés et constants. Livres et périodiques sont produits par le même système technique, avec des procédés, des gestes identiques qu’aucun changement matériel fondamental ne modifie avant le dix-neuvième siècle »1. Francisco Aguilar Piñal, lui, se montre pessimiste quant à la qualité du périodique comme objet :

  • 2 « El formato es, desde sus comienzos, muy pequeño, asemejándose al de los libros en cuarto, en octa (...)

Le format est, depuis ses débuts, très petit et ressemble à celui des livres in-quarto, in-octavo et même in-douze, parfaitement adapté à une poche de casaque, ce qui fait de ces vieux périodiques un échelon indispensable dans la chaîne historique des « livres de poche ». Le papier, de mauvaise qualité, est destiné à être rapidement remplacé par le numéro suivant. […] L’impression, plus négligée que celle des livres, se faisait avec des caractères très petits, des titres peu attractifs et une composition pensée pour gagner de l’espace. La structure formelle, quoiqu’elle varie d’un journal à l’autre, souffre de cette étouffante économie qui fuit le vide et tente de dire le plus possible dans le plus petit espace possible. Il n’y a pas de séparations entre les sections (tout au plus un simple fleuron) ni de différences entre les caractères, ni de gravures pour illustrer la lecture2.

2Dimensions, qualité de l’impression, structure, variété visuelle : c’est ce rapport à la matérialité de l’écrit qu’il convient d’interroger pour tenter de nuancer quelque peu les affirmations ci-dessus.

In-octavo, in-quarto : du format-livre au format-périodique

  • 3 Notons qu’il n’est pas toujours possible de savoir de quel format est un écrit, puisqu’il arrive qu (...)
  • 4 Le Diario de los literatos, le Caxón de sastre, El Duende especulativo, El Escritor sin título, l’A (...)
  • 5 À l’exception, dans la liste donnée, des Variedades de ciencias, literatura y artes (102 x 166 mm).
  • 6 C’est le cas du Diario estrangero, d’El Regañón general et de Minerva. Quant à l’Academia de ocioso (...)

3Qu’ils soient de type berlinois ou de type tabloïd, il ne fait aucun doute que les journaux que l’on trouve de nos jours disposés dans les kiosques s’imposent visuellement aux acheteurs et lecteurs potentiels. Au début du xviiie siècle, la réalité est toute autre : la tendance générale de la production éditoriale est aux petits formats et les périodiques culturels ne dérogent pas à la règle3. Le Diario estrangero, El Regañón et Minerva o el Revisor general choisissent ainsi d’être publiés in-quarto, tandis que pas moins de douze périodiques choisissent de l’être in-octavo4. Des deux formats basiques des livres de l’époque, c’est donc le plus petit qui est le plus fréquent. En effet, si l’on ne peut déduire les dimensions exactes d’une publication à partir de son format – puisque tout dépend de la taille de la feuille de départ –, il n’en reste pas moins que les in-octavo sont la plupart du temps de dimensions moindres. Ils sont généralement d’une largeur inférieure ou égale à 100 mm et d’une hauteur inférieure ou égale à 143 mm5, alors que les in-quarto, la plupart du temps, sont d’une largeur supérieure à 120 mm et d’une hauteur supérieure à 185 mm6. Le Mercurio literario, lui, adopte un format encore plus réduit, le in-douze : d’une largeur de 69 mm, d’une hauteur de 128 mm, c’est probablement le périodique le plus petit du corpus sur lequel repose ce travail. Quant au Duende de Madrid, s’il est imprimé in-douze comme le Mercurio, il est d’un format similaire aux in-octavo : 98 mm de largeur, 142 mm de longueur. Les journaux strictement culturels, donc, ne se distinguent pas du reste du marché éditorial. En revanche, il en va autrement pour les journaux mi-culturels mi-économiques puisque beaucoup adoptent le format in-folio, peu en vigueur pour les livres. C’est dans ce format, par exemple, que sont édités les Diarios de Madrid, de Valence, de Murcie et de Barcelone ou bien encore le Mensagero de Granada. Or le in-folio est à son tour généralement plus grand que le in-quarto et l’on voit ainsi que les Efemérides, à leur début, sont larges de 143 mm et hautes de 203 mm.

  • 7 Le premier cas est, par exemple, annoncé au numéro 144 d’El Censor (pp. 205-206) ou encore au numér (...)

4Qu’en-est il, à présent, de l’autre dimension en jeu lorsque l’on s’intéresse à un ouvrage imprimé : l’épaisseur ? La régularité du nombre de pages, tout d’abord, est loin d’être de mise au début du siècle : sur les quatorze périodiques publiés dans les années 1760, seuls cinq avaient une pagination régulière alors que sur les dix périodiques parus dans les années 1800, c’est le cas pour sept d’entre eux. Cependant, la proportion de journaux qui respectent une pagination fixe est nettement plus importante lorsqu’il s’agit de périodiques mi-culturels mi-économiques, beaucoup plus enclins à la régularité. Dès 1758, le Diario de Madrid est ainsi composé de numéros quotidiens de quatre pages. Il est vrai que cette pagination peut se voir modifiée ponctuellement par la publication de numéros doubles qui viennent compenser une suspension temporaire du journal ou qui, d’autres fois, sont justifiés par la volonté de ne pas trop scinder tel ou tel article7. Mais ces augmentations étant rares et, qui plus est, la plupart du temps annoncées, elles ne viennent pas véritablement perturber la régularité de la pagination.

5En ce qui concerne la longueur des numéros, la réalité matérielle des journaux varie en fonction de la date de parution des journaux et de la formule périodique qu’ils ont adoptée. La preuve en est que les périodiques qui connaissent une évolution de leur rythme de parution connaissent aussi une évolution de leur nombre de pages. Ainsi, le Memorial literario est composé de numéros d’une centaine de pages lorsqu’il est de parution mensuelle, de numéros de 60 à 90 pages lorsqu’il est de parution bi-mensuelle et de numéros de 30 à 40 pages, enfin, lorsqu’il est de parution tri-mensuelle. Les numéros de l’Espíritu de los mejores diarios, périodique d’abord tri-hebdomadaire puis hebdomadaire, triplent de volume, passant de 8 à 24 pages. Ce lien de cause à effet entre périodicité et longueur explique que les numéros d’un journal censément trimestriel comme le Diario de los literatos ne comptent pas moins de 350 pages et que ceux d’un mensuel comme le Mercurio literario n’en comptent pas moins de 100. Dans ces conditions, les dimensions de l’objet-journal sont donc strictement semblables à celles de l’objet-livre. En revanche, plus la formule périodique se resserre et plus l’épaisseur des journaux diminue : de la soixantaine de pages du mensuel Academia de ociosos, on passe aux 32 pages du bi-mensuel El Escritor sin título, aux 16 pages de l’hebdomadaire qu’est le Diario estrangero, aux 8 pages des bi-hebdomadaires comme le Correo literario de Murcia ou le Correo de Sevilla et, enfin, aux 4 pages de quotidiens tels que le Diario histórico y político de Sevilla ou le Diario de las musas. Bien évidemment, ce lien entre périodicité et longueur ne se fait pas toujours de manière aussi automatique, et il y a des exceptions à la règle : les hebdomadaires Aduana crítica et El Curioso entretenido oscillent respectivement entre 16 et 80 pages et entre 36 et 66 pages par numéro, alors que le Semanario de Cartagena, El Argonauta español et le Pasatiempo literario de Alcalá de Henares, également hebdomadaires, sont constitués de numéros de 8 pages. Quant à trois des derniers journaux du corpus, chronologiquement parlant – El Regañón general, Variedades de ciencias, literatura y artes et Minerva, tous trois bi-hebdomadaires –, deux se conforment à la logique mathématique exposée ci-dessus en adoptant des numéros de 8 pages, alors que chaque exemplaire des Variedades est constitué d’au moins 64 pages.

  • 8 « ¿Cuántas obras nuestras y extrañas, buenas a la verdad, pero tan grandes, tan voluminosas que el (...)
  • 9 « Suplicamos a los sujetos que nos favorecen con sus cartas que las arreglen a los límites del pape (...)

6Mais si elle connaît des exceptions, la règle n’en est pas moins réelle : au cours du siècle, et parallèlement à l’adoption de formules périodiques plus resserrées, les journaux se font de plus en plus brefs. Il en résulte un élément visuellement distinctif de la presse – même si celle-ci le partage avec la littérature populaire. D’ailleurs, journalistes et lecteurs montrent avoir conscience que se joue là un des traits caractéristiques du genre, en étroite connexion avec son contenu et sa fonction. En effet, un des objectifs de la presse culturelle est de toucher un lectorat hermétique aux livres, aux encyclopédies et aux traités, d’amplifier le rayonnement de l’écrit par rapport aux genres traditionnels en proposant des textes plus digestes et plus amènes. Or, la brièveté est l’une des conditions sine qua non pour toucher un public plus large dans la mesure où, comme le souligne le Semanario de Salamanca, les œuvres trop longues perdent les lecteurs : « Combien compte-t-on d’ouvrages, nationaux ou étrangers, de bonne qualité en vérité, mais si longs, si volumineux que ceux qui les consultent ne peuvent partager leur lecture avec quiconque, pas même avec ceux qui y trouveraient le plus grand intérêt ? »8. C’est ainsi qu’on peut lire dans l’introduction du Caxón de sastre une petite énumération des lecteurs potentiels du journal et de leurs attentes, servant de justification au choix de limiter la publication à deux ou trois feuillets par semaine (pp. xxxv-xxxviii) : ceux qui ont un emploi du temps chargé n’ont que peu de minutes à consacrer chaque jour à la lecture, les autres n’ont pas la capacité de concentration nécessaire pour lire des ouvrages corpulents ou préfèrent s’adonner à d’autres loisirs. Les articles publiés par les éditeurs se doivent donc d’être brefs, tout comme les contributions extérieures, ainsi que l’indique le Correo de Madrid : « Nous prions les lecteurs qui nous honorent de leurs lettres de les ajuster aux limites du journal, ou de répartir leur contenu en plusieurs parties, afin que leur envoi ne souffre pas de retard de publication »9. D’ailleurs, Juan Bordiu explicite cette exigence de brièveté propre à la presse, lorsqu’il conclut sa lettre au Semanario de Cartagena par ces mots :

  • 10 « No quiero entretener a Vms con un prolijo examen sobre las causas de los felices efectos de este (...)

Je ne veux pas vous ennuyer avec un examen détaillé sur les causes des effets bénéfiques de cette méthode, ni vous distraire par l’érudition pompeuse que l’on pourrait prodiguer sur cette branche de l’économie rurale, dans la mesure où les compositions de papiers de la nature du vôtre ont davantage besoin d’extraits et de nouvelles concises et énergiques que d’interminables dissertations et de discours verbeux10.

7Si les périodiques culturels espagnols du xviiie siècle ne se distinguent pas toujours visuellement des autres genres de l’époque par leur format, ils le font en revanche par leur brièveté. C’est là, d’ailleurs, une spécificité qui s’accentue au cours du siècle. Précisons, cependant, que la brièveté qu’impose chaque numéro est fréquemment contournée par des articles qui se poursuivent sur plusieurs numéros. Les suites sont par exemple très courantes dans le Correo de Madrid ou le Diario pinciano. Parfois, les articles courent ainsi sur une dizaine de numéros et sur plusieurs mois comme pour les lettres sur la pantomime qui, dans l’Espíritu de los mejores diarios, débutent le 24 août 1788 pour se conclure le 8 novembre 1790.

Qualité d’impression : des pesanteurs au perfectionnement

8Qu’en est-il de la qualité d’impression dont fait preuve la presse ?

9Les fautes d’impression en donnent un premier aperçu. Puisque les éditeurs de périodiques travaillent la plupart du temps en solitaire ou au sein d’une équipe très réduite, ils sont contraints d’imprimer les pages de leur périodique dans la précipitation, pour tenter de respecter les délais de publication. Les conséquences de ce manque de main-d’œuvre sont visibles : erreurs de pagination, de numérotation, de datation ou fautes commises dans le texte lui-même. Les premières, assez fréquentes, ne sont la plupart du temps pas relevées : parfois l’erreur n’est jamais rectifiée, parfois la pagination revient à la normale quelques numéros après. Les erreurs de numérotation et de datation, moins fréquentes, connaissent le même sort. Les errata, en revanche, sont plus fréquemment relevés et corrigés, donnant parfois lieu à des commentaires de la part des éditeurs. Certains s’excusent de ces imperfections, comme le fait José Mariano Beristáin dans le quatrième numéro du Diario pinciano :

  • 11 « Los yerros de imprenta, las equivocaciones involuntarias y algunos culpables descuidos cometidos (...)

Les erreurs d’impression, les fautes involontaires et autres coupables négligences commises […] dans la P. Historique du Diario n° 3 exigent de la bonne foi, de la simplicité et de la franchise philosophique du journaliste, non seulement qu’il les corrige mais aussi qu’il les confesse, qu’il demande pardon à cette ville, à l’Espagne et au monde entier, et qu’il promette de ne plus démériter désormais de la faveur, de l’honneur et de l’affection de ceux qui le lisent avec passion11.

  • 12 « La precipitación con que por necesidad se imprime este escrito hace que sea enteramente inevitabl (...)

D’autres se justifient, en évoquant les conditions matérielles et temporelles dans lesquelles sont imprimés les périodiques. On peut ainsi lire dans le Semanario de Zaragoza ces quelques mots : « La précipitation avec laquelle cet écrit se doit d’être imprimé fait qu’il est absolument inévitable de le publier défiguré par quelques errata, qu’une révision faite rapidement ne peut que laisser passer »12. Les années 1790-1800 ne sont pas, sur ce point, très différentes des premières décennies du xviiie siècle : les conditions de travail et l’apport de capitaux, on l’a vu, évoluent mais restent malgré tout relativement précaires.

10Il y a, en revanche, un aspect de l’impression des périodiques qui évolue nettement au cours du siècle : la qualité du papier et des caractères de typographie. L’un des reproches les plus récurrents fait à l’encontre de la presse à ses débuts était que l’épaisseur du papier et la taille des caractères utilisés par les éditeurs rendaient difficiles la lecture des articles et la conservation des numéros. C’est en tout cas ce que l’on peut déduire de plusieurs commentaires faits par les journalistes. Ainsi, El Duende especulativo fait, le 14 juillet 1761, la remarque suivante :

  • 13 « Como algunos amigos y sujetos de superior jerarquía me han reconvenido sobre la calidad del papel (...)

Puisque quelques amis et personnes d’un rang élevé m’ont reproché la qualité du papier et des caractères de l’ouvrage du Duende et ont mis en doute que ce travail – d’une matière si importante, destiné à être transmis aux arrière-arrière-petits-enfants de ceux qui vivent actuellement – puisse être conservé en étant imprimé dans des caractères aussi petits et usés, j’ai décidé de commencer à satisfaire ces personnes qui parlent sans nul doute au nom du public ; c’est pourquoi le présent numéro a été imprimé sur un papier différent et avec des caractères un peu plus grands13.

  • 14 « con esto esperan sus compositores ver cumplidos sus buenos deseos de mayor corrección y limpieza  (...)
  • 15 « con motivo de ponerse mejor papel » (Mensagero de Granada, 29 mai 1797, p. 410).

Au numéro du 29 octobre 1787, Cristóbal Cladera annonce que l’Espíritu de los mejores diarios, par souci « d’une plus grande correction et propreté », s’imprimera dès le numéro suivant « avec des caractères moins usés, plus grands et plus fins »14. Les éditeurs du Mensagero de Granada annoncent quant à eux une hausse du prix de souscription « afin de pouvoir utiliser du meilleur papier »15. D’autres journaux prendront également soin, même s’ils ne justifient pas nécessairement leur choix, d’adopter un nouveau caractère, plus grand et plus net, à un moment ou un autre de leur existence. C’est le cas de La Pensadora gaditana, au tome III, et du Diario de Madrid, le 5 août 1793.

  • 16 « que todas las impresiones se hicieran en papel fino, semejante al de las fábricas de Capelladas, (...)

11Dans cette évolution – par ailleurs commune à l’ensemble du marché éditorial du xviiie siècle –, ce sont les effets à long terme de décisions gouvernementales qui se font sentir. En effet, dans les années 1750, l’État tente de remédier aux problèmes de qualité d’impression grâce à une loi qui établissait « que toutes les impressions se feraient sur du papier fin, semblable à celui des fabriques de Capellades, et en aucune façon sur du papier ordinaire qu’on appelle d’imprimerie, sous peine de la confiscation de l’ouvrage et d’une amende de 50 ducats, pour une première infraction »16. Si l’effet de cette loi n’a vraisemblablement pas été immédiat, il est certain qu’à la fin du siècle, la situation évolue radicalement. Les progrès, cependant, ne sont pas toujours linéaires et dépendent largement de la santé financière de chaque entreprise journalistique à un moment donné. Le Diario de los literatos en est un bel exemple. La matérialité du tome IV indique nettement que les éditeurs connaissent un moment critique : le papier semble de moins bonne qualité encore, les licences d’impression et l’index sont regroupés en un nombre minimum de pages, les quatre derniers articles sont imprimés dans des caractères plus petits. Ce n’est qu’au tome VII que l’on sent le retour à un certain mieux-être, à un moindre souci d’économie de l’espace.

Graphie, graphisme et mise en page

12Soumise aux conditions générales du système d’impression, la presse a une marge de manœuvre limitée pour innover du point de vue graphique. Il n’est pour autant pas illégitime de se demander si, au sein de ce système et avec les moyens limités qui sont les siens, elle prend la peine de faire un usage de la typographie et de la mise en page qui facilite la lecture et qui, peut-être, serait à même de la distinguer des autres genres. Là encore, les historiens de la presse se montrent souvent critiques. Ainsi, Manuel Martín Serrano dresse un tableau bien pessimiste des caractéristiques visuelles de la presse de l’époque :

  • 17 « […] la información no se ofrecía jerarquizada, mediante artificios gráficos tales como la composi (...)

[…] l’information n’était pas proposée de façon hiérarchisée, au moyen d’outils graphiques tels que la composition en corps de tailles différentes. Il n’était pas non plus fréquent que le contenu du texte se présente émietté en petites unités indépendantes quant au sens, comme cela se fait aujourd’hui grâce au recours aux sous-titres. Le traitement du thème est la plupart du temps linéaire, de la première à la dernière ligne : les titres, composés dans des corps très similaires au texte, ne synthétisent pas le contenu mais se limitent à l’énoncer. Il est impossible de feuilleter le journal et de se considérer au fait de son contenu sans une lecture attentive et parfois sans une relecture des textes17.

Cette assertion, en partie juste, mérite pourtant d’être nuancée.

  • 18 « hombres », « hombre-mujeres », « afeminación » (La Pensadora gaditana, 28 juillet 1763).
  • 19 « tapado », « marcialidad » (ibid., 11 août 1763) ; « vicio », « mentira » (ibid., 29 septembre 176 (...)

13Premier aspect : la typographie. On vient d’évoquer la qualité et la modernité des caractères employés, mais qu’en est-il des variations possibles : changements de taille, utilisation de l’italique ? Si imprimer dans une typographie plus petite en fin de numéro est davantage le signe d’une volonté de ne pas entamer un nouveau feuillet, par souci d’économie, l’emploi d’une taille différente de caractères peut parfois être motivé par un réel souci de hiérarchisation de l’information. Le premier type d’usage est assez fréquent dans le Caxón de sastre ou La Pensadora gaditana. Le second type d’usage, nettement plus significatif, apparaît dans le Diario de Madrid, pour les informations astronomiques et météorologiques, ou dans les Efemérides et les Variedades, pour la présentation de listes de livres nouvellement parus. L’utilisation de l’italique peut également être automatique et ne répondre à aucune volonté particulière, lorsqu’il s’agit d’écrire des noms propres ou des titres – parfois également écrits en majuscules –, des mots empruntés à une langue étrangère. Elle est déjà révélatrice d’un souci de clarté lorsqu’il s’agit de distinguer une préface, une dédicace ou une épigraphe du reste du texte. Elle l’est encore davantage lorsque, comme dans La Pensadora gaditana, il s’agit de souligner les concepts importants sur lesquels se fondent les réflexions – « hommes », « homme-femmes », « efféminement »18 –, de mettre en exergue le rejet de certaines pratiques – « tapado », « martialité », « vice », « mensonge »19 – ou encore de faire la distinction entre les différentes voix qui s’expriment – insertion d’une phrase de dialogue au numéro 4 (p. 23), publication des lettres de lecteurs aux numéros 7, 9 et 15.

  • 20 Une autre manière de distinguer visuellement la lettre ou la citation du reste du texte est de fair (...)

14Ces différents emplois de l’italique se retrouvent dans un grand nombre de périodiques. El Apologista universal, par exemple, utilise l’italique pour revenir ironiquement sur ce que disent les autres mais, lorsqu’on lui en fait le reproche, il prétend qu’il n’est en rien responsable de la typographie utilisée, que c’est son imprimeur qui n’en fait qu’à sa tête (n° 14). Distinguer les différentes voix qui s’expriment au sein d’un article en utilisant l’italique, comme le fait La Pensadora gaditana, est également une pratique courante. Elle se fait souvent de manière empirique, comme dans le Diario estrangero, où résumé objectif et lignes de commentaire sont de cette manière distingués dans les comptes rendus d’ouvrages et de représentations, ou comme dans El Censor, où citations et lettres de lecteurs sont de cette manière visuellement soulignées20. Plus rarement, cet usage est parfois explicitement justifié – et cela quand bien même la mise en pratique n’est pas toujours à la hauteur des intentions de l’éditeur. On peut ainsi lire au début du cinquième numéro d’El Hablador juicioso :

  • 21 « Aunque el autor continúe siguiendo el mismo plan que se propuso al principio, para beneficio de e (...)

Même si l’auteur continuera à suivre le plan initialement adopté, au nom de l’intérêt du public et afin de pouvoir lui présenter plus de matière, ainsi que pour la commodité de ceux qui voudraient relier toutes les nouvelles littéraires entre elles, il a décidé de faire varier uniquement l’impression de ces nouvelles, pour ainsi distinguer les productions propres des résumés d’ouvrages d’autres auteurs21.

Dans certains cas, l’usage de ces variations typographiques est si abouti qu’il constitue une première forme de mise en page. Ainsi, les titres des ouvrages commentés dans l’Aduana crítica sont écrits en italique – à l’exception des premiers mots, écrits en majuscules –, dans une police légèrement plus petite que celle du corps du texte. Les variations entre l’écriture du numéro, celle du titre et le texte lui-même, associées à l’espacement créé par le saut de ligne avant et après le titre, donnent à la page entière une clarté et une lisibilité qui sont loin d’être la norme à l’époque.

Aduana crítica, n° 11, p. 59

  • 22 Labarre, 1989, p. 236.

15Deuxième aspect : la mise en page. Il est vrai que, dans l’ensemble, feuilleter la presse culturelle de l’époque laisse une impression d’une grande monotonie. Les pages sont la plupart du temps austères et très compactes. Cela étant dit, il convient de ne pas en rester à l’impression générale et de s’intéresser de plus près aux variations qui peuvent apparaître dans ce domaine. Parfois, le texte cesse d’être justifié pour apparaître au centre de la page, rompant pour quelques lignes la monotonie. C’est souvent le cas des titres d’ouvrages commentés ou, occasionnellement, des dernières lignes d’un numéro. Mais ce sont surtout les poèmes insérés dans nombre de périodiques culturels qui vont nettement imposer cette disposition à la page du périodique. Une autre manière de briser l’unité visuelle de cette dernière est l’emploi qui peut être fait de la double colonne, élément graphique fondamental aujourd’hui dans la définition de la presse. Son usage, selon Albert Labarre, est le propre des grands formats et s’explique par la volonté de « faciliter la lecture, comme le faisaient déjà les manuscrits et comme le pratiquent encore nos dictionnaires »22.

  • 23 Les tomes du Diario de Madrid et du Correo de Madrid sur lesquels sont basées ces mesures ont été c (...)

16Ainsi, la double colonne apparaît dans les quelques périodiques culturels du xviiie siècle imprimés in-octavo ou in-folio. La plupart du temps, son emploi ne se fait que ponctuellement : les journaux mi-culturels mi-économiques y ont recours pour l’impression des « Noticias particulares » – « Informations particulières » –, rubrique particulièrement dense, et de quelques poèmes et énigmes. C’est le système adopté, par exemple, par le Diario de Madrid, d’une largeur de 141 mm et d’une hauteur de 203 mm si l’on se réfère aux tomes correspondants aux mois de juillet à septembre 1786 et d’octobre à décembre, et par le Diario histórico y político de Sevilla, dont les deux tomes sont d’une largeur de 146 mm et d’une hauteur de 205 mm. Certains périodiques, néanmoins, utilisent la double colonne d’un bout à l’autre de leurs pages. C’est notamment le cas du Correo de Madrid qui, d’un format de 165 mm sur 225 mm selon l’ exemplaire de son septième tome23, est de loin le périodique le plus grand du corpus de cette étude. À bien des titres, le Correo de Madrid est ainsi un exemple de l’évolution de la presse vers une spécificité formelle dans le panorama des écrits de l’époque : grandeur du format, brièveté de chaque numéro, régularité du nombre de pages, impression sur deux colonnes. On peut s’étonner, en revanche, de ce que les Efemérides, pourtant d’une largeur de 143 mm et d’une hauteur de 203 mm, soient imprimées en pleine page alors que le Diario estrangero, dès 1763, utilise, lui, la double colonne pour une largeur équivalente et une hauteur inférieure (188 mm). Peut-être est-ce là une autre preuve de la capacité innovatrice de Nifo. La disposition en colonnes, donc, n’est encore que rarement de mise dans la presse culturelle espagnole, tout comme l’emploi de grands formats. Lorsque les périodiques y ont recours, néanmoins, on peut y voir un autre signe de démarcation formelle de la presse vis-à-vis des livres.

Diario estrangero,
n° 3, p. 35

Correo de Madrid,
24 octobre 1786, p. 17

17À côté de l’usage de la double colonne, une autre spécificité structurelle dont témoignent les journaux actuels est la division visuellement manifeste de chaque numéro en une série d’unités plus petites. En était-il de même pour ceux du siècle des Lumières ? S’il n’est pas rare que les numéros des « spectateurs » soient d’un seul bloc – se résumant à un Pensamiento, à un Discurso du journaliste –, la plupart des périodiques sont bel et bien constitués de plusieurs éléments : articles, lettres de lecteurs, poèmes, petites annonces, énigmes, etc. Mais comment est faite la séparation entre ces différentes unités ? Est-elle marquée visuellement ? Si l’on se penche sur le Diario de las musas (1790-1791), la réponse ne peut être que négative, dans la mesure où ce n’est qu’en lisant attentivement chaque numéro que le lecteur est en mesure de distinguer le passage d’un sujet à un autre. Aucune marque graphique ou typographique ne vient en effet le signaler. À la même époque, La Espigadera donne pourtant à voir une réalité bien différente : chaque partie y est très nettement détachée de la précédente grâce à un numéro et à un titre. Loin du manque de clarté du Diario de las musas et de la grande lisibilité de La Espigadera, c’est la plupart du temps un entre-deux qui est de mise : ni totale confusion, ni nette démarcation. D’ailleurs, il est courant que les publications n’adoptent pas un seul type de division et varient au sein d’un même numéro entre le saut de ligne, le passage à la page suivante et, plus rarement, l’emploi de traits horizontaux servant de délimitation. Mais cet entre-deux évolue au fur et à mesure du siècle vers des articulations visuelles plus nettes, même si la progression n’est pas nécessairement linéaire : ainsi, en avril 1790, le tome VII du Correo de Madrid est composé de pages très lisibles et très ordonnées, alors que le tome VIII du même journal, six mois plus tard, revient à une apparence plus archaïque.

Academia de ociosos
[octobre 1763], n° 1, p. 57

La Espigadera [1790],
n° 1, p. 27

Correo de Madrid,
28 avril 1790, p. 26

Correo de Madrid,
13 octobre 1790, p. 7

Du texte à l’image

18Qu’en est-il des à-côtés du texte ? Les pages des journaux sont-elles constituées exclusivement de caractères ? À vrai dire, on comprend d’emblée que les conditions d’impression et les difficultés financières qui expliquent l’aspect compact de la plupart des journaux ne peuvent que limiter la part picturale des publications. Il n’est pas inutile, pourtant, de s’intéresser de plus près à ce point pour voir les progrès qui peuvent être faits dans le sens d’une plus grande place accordée à l’image.

19Certains périodiques, tout d’abord, sont ponctués de petites gravures non figuratives, dont la taille et la forme varient en fonction de l’emplacement qu’elles occupent. Couvertures, espaces blancs en fin de page – notamment en fin de numéro – sont parfois agrémentés de dessins géométriques, qui viennent égayer l’austérité générale des pages de garde et des numéros :

Mercurio literario,
page de garde de 1740

Caxón de sastre [1761],
n° 29, p. 21

Academia de ociosos
[mars 1764], n° 6, p. 335

El Amigo y Corresponsal del Pensador [1763],
page de garde

Diario estrangero,
19 avril 1763, p. 54

Pasatiempo literario,
29 avril 1797, p. 144

Pasatiempo literario,
13 mai 1797, p. 176

Correo de Xerez [1800],
page de garde

20Les frises sont un autre motif géométrique fréquemment utilisé par les éditeurs des périodiques culturels dans la même perspective. Elles apparaissent juste au-dessus ou en dessous du titre des publications, à chaque début de numéro ou bien à chaque premier numéro du mois. La plupart sont d’une grande sobriété mais il arrive que certaines soient davantage travaillées, notamment dans le cas du Correo literario de Murcia, qui présente une frise d’un dessin différent pour chacun de ses numéros.

El Duende especulativo, 9 juin 1761

El Duende especulativo, 17 août 1761

Diario de las musas [1790-1791]

Correo literario de Murcia,
2 septembre 1792

Correo literario de Murcia,
22 janvier 1793

Correo literario de Murcia, 11 mai 1793

Semanario de Salamanca, 7 janvier 1794

Correo de Xerez, 10 avril 1800

21Sur cette même page, la première lettre peut également donner lieu à un embellissement, reproduction des enluminures manuscrites. La plupart du temps, l’imprimeur se contente de quelques motifs géométriques et végétaux mais il arrive parfois que la lettre ainsi représentée se transforme en véritable capitale historiée, comme c’est le cas dans l’Aduana crítica.

El Caxón de
sastre cathalán
[1761], « proyecto
alegórico »

El hablador
juicioso [1763],
n° 2

El Amigo y
Corresponsal del
Pensador [1763],
n° 1

Aduana crítica,
8 octobre 1763

22En dehors de ces différentes gravures géométriques, la presse culturelle du xviiie siècle s’orne parfois de dessins figuratifs, qui apparaissent alors aux mêmes emplacements que ceux évoqués ci-dessus. On peut y voir des motifs floraux, la représentation de personnages ou de paysages.

Diario de los literatos [1737], n° 1, p. 319

Caxón de sastre [1760], page de garde

El Hablador juicioso [1763],
couverture du n° 2

Aduana crítica [1764], page de garde

Academia de ociosos [1763-1764],
page de garde

Diario de Madrid [1786], page de garde

Correo de Xerez, 1er mai 1800, p. 72

23La présence occasionnelle d’animaux, d’éléments symboliques – tels que la lune ou le soleil – et de devises tendrait à indiquer que chacun de ces dessins est doté d’une signification allégorique spécifique, illustrant le projet éditorial du périodique dans lequel ils apparaissent. Néanmoins, le fait que plusieurs publications utilisent les mêmes personnages ou les mêmes dessins incite à penser que celles-ci remplissent en réalité un simple rôle d’ornementation. Ainsi, dans les années 1760, Nifo utilise la même gravure pour les deux derniers tomes du Caxón de sastre et pour le Diario estrangero :

Caxón de sastre [1761], page de garde du tome 7

  • 24 Caxón de sastre, 1760, n° 2, p. 70 et Aduana crítica, 5 novembre 1763, p. 168.

24Et des publicistes différents peuvent avoir également recours à la même illustration. Celle qui suit, par exemple, est insérée dans le Caxón de sastre, puis réapparaît quelques années après dans l’Aduana crítica24 :

Caxón de sastre [1760], n° 2, p. 70

25Certaines gravures ne sont cependant pas insérées dans l’unique but d’habiller les espaces blancs et viennent au contraire véritablement accompagner le discours. Elles sont rares, mais on en trouve dans plusieurs publications. En voici quelques exemples :

Mercurio literario
[octobre 1789], n° 3

Memorial literario,
août 1788 n° 2, p. 658

Variedades de ciencias
[1803], n° 2, p. 84

  • 25 Le schéma, absent de l’exemplaire de la Bibliothèque Nationale d’Espagne, est présent dans le micro (...)
  • 26 Larriba, 2010a.
  • 27 « Como los artículos de física, botánica, historia natural, matemáticas, & c., que son las ciencias (...)

26L’image sert ici d’instrument pédagogique au profit de la divulgation scientifique. Chacun des trois schémas accompagne en effet un article de science, qu’il porte sur la signification des variations barométriques (Mercurio literario25), sur la quadrature du cercle (Memorial literario) ou sur le calcul infinitésimal (Variedades de ciencias). C’est là un usage de l’image qu’affectionne particulièrement Cristóbal Cladera, comme le montre l’étude d’Elisabel Larriba26. Ainsi, dans le « Prospecto pour l’élargissement de cet ouvrage » l’éditeur de l’Espíritu de los mejores diarios accorde un paragraphe à la question de la gravure, dans lequel il affirme : « Comme les articles de physique, de botanique, d’histoire naturelle, de mathématiques etc., qui constituent les sciences dont les savants d’Europe s’occupent le plus, ont souvent besoin de quelques illustrations pour être bien comprises, nous accompagnerons celles que nous publierons de plusieurs gravures sur cuivre »27. Et en effet, le périodique compte onze planches qui viennent illustrer et expliquer des articles techniques ou scientifiques : sur la navigation, un phénomène naturel extraordinaire ou bien encore le blanchiment des toiles.

Espíritu de los mejores diarios,
30 juin 1788

Espíritu de los mejores diarios,
28 juillet 1788

Espíritu de los mejores diarios, 11 octobre 1790

  • 28 « Para que mis lectores vengan en conocimiento de las vivas ideas que se suelen imprimir durmiendo, (...)

27Le recours à des illustrations étrangères au domaine de la divulgation scientifique est nettement plus rare. On peut relever la présence, dans El Duende de Madrid, de deux gravures allégoriques qui viennent accompagner le songe qui constitue le septième et dernier numéro du périodique. Leur utilité est d’ailleurs expressément revendiquée, par l’insertion de la note suivante : « Afin que mes lecteurs prennent connaissance des idées vives qui s’impriment souvent en dormant, je leur offre les deux planches ci-contre qui représentent les personnages principaux de ce rêve, la première donnant à voir le Luxe dans toute sa splendeur et la seconde la Modération dans l’habillement »28.

Duende de Madrid [1788], n° 7 :
« Lujo »

Duende de Madrid [1788], n° 7 :
« Moderación »

  • 29 Larriba, 2008.
  • 30 Le texte et les gravures sont tirés, ainsi que le montre Elisabel Larriba dans l’article cité plus (...)

28Si cet usage est exceptionnel dans El Duende de Madrid, comme dans les autres publications périodiques du xviiie siècle, il l’est moins dans le Memorial literario, ainsi que le souligne Elisabel Larriba29. On y trouve des plans, des portraits, des représentations de villes ou de leurs habitants. Les illustrations restent rares, certes, mais témoignent de l’ambition qu’avaient les éditeurs du Memorial de séduire le public, ce qu’ils faisaient probablement lorsqu’ils étaient en mesure de fournir un tel effort économique et lorsqu’ils estimaient que celui-ci valait la peine : dans les premières années – quinze gravures sont publiées de manière assez régulière entre 1784 et 1791 – et au cours des derniers mois. Il faut dire qu’une illustration, qui plus est lorsqu’elle est un peu spectaculaire, pouvait contribuer à augmenter les ventes. De même, l’Espíritu de los mejores diarios fait la part belle aux illustrations non scientifiques puisque Cristóbal Cladera insère pas moins de vingt-deux planches, signées J.Drouet, pour illustrer des lettres sur la pantomime30. Les gravures, ici, ont pour but de donner à voir les attitudes et les expressions que les comédiens doivent travailler et adopter.

Espíritu de los mejores diarios,
2 novembre 1789

Espíritu de los mejores diarios,
30 novembre 1789

  • 31 Ces quelques lignes sont fondées sur le travail mené par Elisabel Larriba sur la gravure au xviiie  (...)

29Ainsi, la presse ne reste pas complètement à l’écart de l’essor non négligeable que connaît la gravure au xviiie siècle. Sous l’impulsion des Bourbons, qui souhaitent utiliser cet art pour mettre en avant le patrimoine artistique et littéraire de l’Espagne, le recours aux illustrations décoratives ou didactiques se multiplie dans les éditions de luxe, mais également dans les ouvrages plus modestes, contribuant à rendre l’instruction accessible au plus grand nombre31. Les périodiques culturels témoignent, eux aussi, de cette dynamique.

30À côté de ces illustrations véritables, il convient également de relever d’autres cas où les gravures font sens, même si elles ne servent pas, cette fois, à illustrer le propos du périodique, mais à souligner son origine. En effet, il arrive que les journaux soient agrémentés du sceau de l’imprimerie qui les a édités, apposé dès la page de garde à des fins, semble-t-il, publicitaires.

Pasatiempo literario
de Alcalá de Henares
[1797], page de garde

Semanario de Zaragoza
[1798-1801],
page de garde

  • 32 Cadenas y López y Cadenas y Vicent, 1985, p. 112.
  • 33 « para agradecer a Sevilla el que no le había abandonado, cuando todas las demás ciudades del reino (...)

31Certaines couvertures – et certaines pages initiales de numéro –, en outre, font figurer le blason correspondant à la ville de publication du périodique. Ainsi, est inséré dans le titre du Diario de Murcia un écusson, composé d’un lion et d’une fleur de lys, surmontés d’une couronne et encadrés de six autres couronnes. Autour de ce motif central apparaît ce qui semble correspondre à la représentation de quatre châteaux et de quatre autres lions, en lieu et place des seize motifs qui composent habituellement la bordure des armes de Murcie32. Quant au blason du Diario de Sevilla, c’est la devise de la ville qu’il met en avant. Cette devise conçue par Alphonse X « pour remercier Séville de ne pas l’avoir abandonné, alors que toutes les autres villes du royaume avaient abandonné Alphonse pour se mettre du côté de son fils rebelle Don Sancho. La devise fonctionne comme un hiéroglyphe, puisque le NO-DO avec l’écheveau – madeja – au milieu signifie NO-MADEJA-DO, soit NO ME HA DEJADO – ne m’a pas laissé »33.

Diario de Murcia
[1792]

Diario de Sevilla,
à partir du 3 mars
1793

  • 34 Moreno Gallego, 2008, pp. 35-40 et 123.

32Plus rarement, il arrive que les armes représentées ne soient pas celles de la ville de publication mais celles du roi. Le blason qui illustre la page de couverture de chaque tome du Diario de los literatos – à partir du troisième – correspond ainsi à la représentation des couronnes et royaumes unis sous la domination des Bourbons, au sein du territoire péninsulaire et en dehors de celui-ci34. Les marques de la toison d’or, de l’Ordre du Saint-Esprit et de la Maison des Bourbons, présents dans le blason officiel de l’époque, apparaissent également dans l’image du Diario de los literatos.

Diario de los literatos
[1737-1742],
page de garde

33Sur la page de garde du seizième tome du Memorial literario, c’est une version simplifiée du blason des Bourbons qui est insérée. Un modèle qui témoigne de la prééminence de la couronne de Castille sous le règne des Bourbons, puisque seules les armes de Castille-León et de Grenade sont représentées, aux côtés des fleurs de lys, de la toison d’or et de la marque de l’Ordre du Saint-Esprit.

Memorial literario
[1789], page de
garde du tome XVI

34De cette analyse de la composition des pages des périodiques culturels du xviiie siècle, il ressort que le siècle voit se produire quelques progrès relatifs à l’insertion de gravures qui rompent avec la monotonie habituelle des numéros. Les éditeurs du Memorial literario et de l’Espíritu de los mejores diarios, notamment, font preuve d’un intérêt non négligeable pour l’ornementation et l’illustration. La rareté des gravures reste néanmoins de mise tout au long du siècle, signe évident de la faiblesse des moyens financiers à la disposition des éditeurs mais aussi, probablement, de la volonté de privilégier le texte, au sein de numéros d’une longueur de plus en plus réduite. En revanche, la mise en page, elle, évolue très largement, laissant place à des pages plus aérées, plus lisibles. Ainsi, les journaux culturels de 1737 à 1808 sont globalement très sobres dans leur apparence, pour ne pas dire dépouillés, mais ils gagnent progressivement en facilité de lecture, aussi bien par leur longueur que par leur apparence. L’évolution de l’allure du Memorial en est la preuve :

Memorial literario,
janvier 1784, p. 40

Memorial literario,
octobre 1793

Memorial literario,
1801, n° 1

Memorial literario,
10 avril 1805

Memorial literario,
10 avril 1806

35Périodique lancé dans les années 1780, le Memorial literario témoigne, dès son premier numéro, d’une séparation visuellement marquée entre les différents éléments qui le composent. Néanmoins, la lisibilité de la page, la qualité de l’impression, l’élégance de la typographie et de la composition évoluent nettement au fil des années.

Du numéro au tome

  • 35 Pour les publications mensuelles et trimestrielles – Diario de los literatos, Mercurio literario, M (...)
  • 36 « colecciones » de « cuadernos » (El Catón compostelano, n° 3, p. 46).
  • 37 Cela est explicitement dit, par exemple, au numéro du 17 septembre 1793 du Correo de Murcia (p. 40) (...)

36Malgré les incontestables pesanteurs dont témoigne la matérialité de la presse, les numéros des journaux évoluent donc progressivement vers l’adoption de certains critères qui leur sont propres : brièveté, structuration en plusieurs sous-unités visuellement démarquées. Mais je n’ai pas évoqué, jusqu’ici, un élément fondamental : au xviiie siècle le journal, ce n’est pas seulement le numéro dont les lecteurs prennent connaissance et qui est voué à une vie éphémère, c’est aussi le tome qui est publié, au terme d’une période donnée – un trimestre ou un semestre – et qui reprend l’ensemble des numéros publiés au cours de ladite période en vue de leur conservation35. Or ces tomes, à bien des niveaux, ont véritablement les caractéristiques des livres, et c’est d’ailleurs bien le terme de « libros » qu’utilise El Catón compostelano pour désigner ces « collections » de « cahiers »36. Les tomes sont ensuite vendus tels quels ou bien « en kit », les souscripteurs pouvant acheter couvertures et index et les inclure dans un ouvrage relié qui regroupe l’ensemble des numéros qu’ils ont reçus les mois précédents37. C’est à cet objet-là qu’il convient à présent de s’intéresser, même si, là encore, l’approche que l’on a des journaux de l’époque est nécessairement imparfaite : lorsqu’un tome ne comporte pas de page de garde ou d’index, il est difficile de déterminer si l’exemplaire que l’on a sous les yeux est incomplet ou bien si la publication, éphémère, n’a pas offert à ses lecteurs – ou seulement partiellement – les annexes caractéristiques de la mise en tome. Pour cette raison, ce seront les tomes complets qui retiendront ici notre attention et, avec eux, tous les éléments qui viennent s’ajouter à la collection de numéros.

37L’insertion d’une page de garde est l’élément le plus frappant de la superposition de deux niveaux – celui du numéro et celui du tome –, puisque chaque mois, chaque trimestre ou chaque semestre, une couverture vient se surajouter à la première page du journal.

El Hablador juicioso [1763]

Memorial literario, 1806, tome VI

  • 38 « Deseando que la presente contestación no saliera dividida en tomos distintos, la hemos reservado (...)

38Certains tomes reproduisent également les différents textes liés à la licence d’impression du périodique : approbation des censeurs, paiement de la taxe et, plus rarement, une dédicace. On voit à quel point l’insertion de ces éléments donne au journal une allure de livre. Parfois, un prologue écrit a posteriori est ajouté, une fois l’ensemble des numéros parus. C’est le cas, par exemple, du Correo de Madrid, dont chaque tome est précédé d’un texte qui annonce en réalité la politique éditoriale qui sera en vigueur pour le tome suivant. Soit à la suite de ces textes, soit, au contraire, en fin de tome, apparaît également l’index organisé alphabétiquement, thématiquement ou, la plupart du temps, de manière linéaire. En dehors de l’apparition de ces textes, qui n’ont de raison d’être qu’à l’échelle du tome, on peut relever une autre preuve de l’importance de cette réalité qui se superpose à celle du numéro. Il arrive, en effet, que les éditeurs justifient l’insertion ou la non-insertion d’un article en fonction d’un désir de cohérence globale. On peut ainsi lire dans un numéro du Correo de Sevilla la note suivante : « Soucieux que la présente réponse ne paraisse pas divisée dans des tomes distincts, nous l’avons mise de côté jusqu’à présent, afin qu’elle puisse – avec la suite promise par son auteur – être publiée intégralement au cours de ce quadrimestre »38.

  • 39 Correo de Madrid, 1er septembre 1787, p. 408.

39La mise en tome est donc une préoccupation constante des éditeurs de périodiques au xviiie siècle. Cela répondait probablement en partie à un désir d’augmenter les bénéfices perçus, même s’il semble que ce ne soit pas la seule motivation. En effet, en septembre 1787 du Correo de Madrid, c’est un lecteur, M.V.G. de A., qui demande expressément que le périodique soit organisé en tomes et agrémenté de l’index des poèmes publiés39. Que cet attachement à l’objet-livre soit le fait des publicistes ou celui des lecteurs, qu’il corresponde à des fins commerciales ou serve à faciliter la lecture, il importe de s’interroger sur le rapport qui existe entre les deux unités que sont le numéro et le tome. Laquelle prend le pas sur l’autre ? Y a-t-il une claire préférence pour l’une d’entre elles ? Il y a en réalité une véritable hésitation entre ces deux options. Prenons l’exemple du système de numéros et de pages adopté par les différents périodiques. La numérotation doit-elle être continue jusqu’au dernier numéro ? Repartir à zéro chaque année, pour éviter d’atteindre des chiffres astronomiques ? Ou bien repartir à zéro au commencement d’un nouveau tome ? De même, la pagination doit-elle être interne à chaque numéro – comme c’est le cas de nos jours – ou continue au sein de chaque tome ? Le choix de l’une ou l’autre option révèle l’unité qui est privilégiée, au détriment de l’autre. Or, tous les cas existent : des périodiques qui adoptent une numérotation et une pagination par tome (Diario pinciano, Diario de las musas, Semanario de Granada, Mensagero de Granada, Semanario de Málaga), d’autres qui optent pour une numérotation continue mais une pagination nouvelle à chaque tome (Caxón de sastre, La Espigadera, Correo de Valencia, Aduana crítica), d’autres qui ne prennent nullement en compte la réalité du tome et ne font jamais repartir à zéro ni les numéros ni les pages (Diario estrangero, Efemérides). Et la grande majorité change de manière de faire selon les tomes.

  • 40 « Estando para finalizar el primer tomo de este periódico y teniendo que publicar la lista de los s (...)

40Une autre manifestation de cette hésitation entre logique de numéro et logique de tome apparaît dans la rectification des errata. La plupart du temps, les corrections se font dans le numéro qui suit l’erreur commise ou quelques numéros après. C’est le système adopté par exemple par le Correo de Madrid, le Correo de Murcia, le Semanario de Salamanca, le Mensagero de Granada ou les Efemérides. Certains journaux, comme l’Aduana crítica ou les Variedades de ciencias, literatura y artes, adoptent en revanche un système de correction par tome – même si, une fois encore, les systèmes ne sont pas nécessairement exclusifs. Les listes des souscripteurs, également, sont parfois insérées dans le corps des numéros (Semanario de Cartagena, Correo literario de Murcia, Correo de Xerez), parfois intégrées comme document supplémentaire au moment de la mise en tome. Le numéro du 18 décembre 1792 du Diario de Sevilla comporte ainsi l’indication suivante : « Étant sur le point d’achever le premier tome de ce journal et devant publier la liste des souscripteurs, nous prions ces messieurs de bien vouloir nous indiquer leurs noms, emplois, charges ou commissions, le nom de leur rue, le numéro de leur maison et de leur pâté de maison »40.

  • 41 Je n’évoquerai pas les épigraphes qui peuvent apparaître au niveau des articles dans la mesure où, (...)
  • 42 El Pensador, n° 53, 72, 84 et 86.

41Les épigraphes constituent un dernier élément, présent dans de nombreux périodiques de l’époque, qui peut être inséré aussi bien au niveau du tome qu’au niveau du numéro41. Ainsi, chaque tome de l’Aduana crítica débute par un « Post fata resurgo » – « Après la mort, je me relève » –, et chaque tome des Variedades débute sur ces deux vers d’Horace : « Si quid novisti rectius istis, / candidus imperti ; si non, his utere mecum » – « Si tu as des connaissances plus justes que celles-ci, fais en part franchement ! Sinon fais usage de celles-ci avec moi ». D’autres fois, les tomes utilisent des épigraphes spécifiques : le tome II du Semanario de Salamanca met en exergue une phrase de Juvénal (« Nullum numen abest, si sit prudentia… » – « Aucun pouvoir ne fait défaut où règne la prudence »), alors que le tome V est placé sous l’épigraphe : « Miscuit utile dulci, / Lectorem delectando, pariterque monendo » – « Il unit l’utile à l’agréable, plaît au lecteur et l’instruit en même temps ». Indiquer une épigraphe sur la page de garde, au verso de celle-ci ou bien encore au début d’un prologue, c’est créer un facteur supplémentaire d’unification du tome comme livre, une fois reliés les numéros d’un trimestre ou d’un semestre. Il en est de même lorsque, bien que figurant au début de chaque numéro, l’épigraphe utilisée par les publicistes ne varie pas de toute la publication. Ainsi, à chaque numéro, l’Espíritu de los mejores diarios fait apparaître une citation de Laërce, La Espigadera une citation d’Horace et El Argonauta español, lui, présente l’épigraphe suivante : « Ridiculum acri dulcius » – « La plaisanterie est plus douce que l’âpre réprimande ». Mais d’autres fois, c’est au contraire l’unité de chaque numéro que l’épigraphe vient renforcer. Ainsi, El Caxón de sastre cathalán, les Discursos literarios, políticos y morales, El Censor ou encore El Apologista universal font figurer une épigraphe différente par numéro. Bien évidemment, cette utilisation de l’épigraphe n’est pas systématique : tous les journaux ne la pratiquent pas, ou pas à chaque fois, et ceux qui l’utilisent n’adoptent pas nécessairement une seule des deux logiques : El Pensador, par exemple, utilise des épigraphes différentes pour chaque tome mais aussi, ponctuellement, des épigraphes pour quelques numéros42. Toujours est-il que l’usage qui est fait des citations liminaires dans la presse culturelle du xviiie siècle est à interroger.

  • 43 « Si lo que trabajamos no es útil, es ciertamente necio el honor que de ello pretendemos » (Mensage (...)
  • 44 « La buena educación con buenas artes / Al hombre pule y las costumbres forma, / La rustiquez se ah (...)
  • 45 Cette fonction est également celle qui préside au choix des épigraphes lorsque, bien que placées au (...)

42Deux fonctions principales, ainsi, guident leur emploi. La première est d’ordre littéraire, pourrait-on dire : elle sert à placer la publication sous la protection d’une autorité reconnue, tout en donnant une indication très générale sur ses objectifs. La seconde est plus fonctionnelle : l’épigraphe est utilisée comme une sorte de titre, comme une indication sur le contenu du périodique. Derrière ces deux fonctions, on voit se dessiner une logique épigraphique différente, en fonction de l’emplacement de la citation. Ainsi, le Mensagero de Granada est placé sous le signe de l’utilité, à travers l’épigraphe « Si ce sur quoi nous travaillons n’est pas utile, il est bien sot de prétendre en tirer le moindre honneur »43. L’Academia de ociosos rend hommage à Dieu dans son prologue, agrémenté de la phrase de Virgile « deus nobis haec otia fecit » – « C’est un dieu qui nous a fait ces loisirs ». Le Memorial literario met en avant, dans les trois tomes de l’année 1789, la visée éducative qui est la sienne grâce à une citation d’Ovide : « La bonne éducation unie aux bonnes manières / Polissent l’homme et forment les mœurs, / La rusticité fuit de toutes parts / Et les relations humaines en tous se réforment »44. Lorsqu’elles sont apposées sur les pages de garde ou en tête de prologue, les épigraphes viennent davantage éclairer l’idéologie de la publication que son contenu à proprement parler45.

  • 46 « Perdido está nuestro teatro » (El Observador, n° 2).
  • 47 « Todas nuestras pasiones al amor propio solo las debemos » (ibid., n° 3).
  • 48 « Hubieran muchos llegado a ser sabios, si no se imaginaran serlo ya » (El Censor, n° 59).
  • 49 « Fundado sin duda en esta sentencia de un antiguo, aconseja un escritor moderno que cada uno procu (...)

43Mais, à côté de ces épigraphes apparaissent celles en vigueur dans les numéros, plus thématiques. Ainsi, chacun des dix-sept numéros d’El Duende especulativo débute par une phrase de Martial, d’Horace ou de Cicéron. Or, chacune de ces phrases offre un éclairage sur le thème auquel se consacre Juan Enrique de Graef dans le numéro concerné. Le 27 juillet 1761, par exemple, la réflexion porte sur les journaux d’information et les personnes avides de nouvelles en tout genre, sévèrement critiquées. L’épigraphe tirée de l’Histoire naturelle de Pline qui précède l’article – « Est natura Hominum novitatis avida » (« La nature humaine est avide de nouveautés ») – est donc l’annonce du thème qui va être développé. De même, dans El Observador, la réflexion théâtrale du numéro 2 est précédée de l’épigraphe de Quintilien « Notre théâtre est perdu »46, tandis que, dans le numéro 3, la démonstration philosophique sur ce qu’est l’amour-propre est précédée de l’épigraphe d’Horace « Nous ne devons toutes nos passions qu’à l’amour-propre »47. Le Discurso lix d’El Censor donne une autre preuve de ce lien thématique entre épigraphe et réflexion du numéro. L’interrogation sur le savoir qui y est présentée – à travers la défense ironique de la scolastique – est précédée de l’épigraphe « Beaucoup auraient réussi à devenir sages, s’ils ne s’étaient pas imaginé qu’ils l’étaient déjà »48. De plus, la relation logique qui existe entre la citation liminaire et le discours est soulignée par les premières lignes du numéro : « En se fondant probablement sur cette sentence d’un ancien, un écrivain moderne conseille à chacun de tenter d’imaginer et de pratiquer une méthode qui soit propre à le convaincre de sa propre ignorance, et à provoquer chez lui une vive et douloureuse sensation du manque et de l’imperfection de ses connaissances »49.

44Accompagner, comme le font les éditeurs d’El Censor – et comme le font également ceux des Discursos literarios, d’El Observador ou d’El Apologista universal –, les épigraphes en latin d’une traduction espagnole devait rendre plus efficace encore l’aspect utilitaire de ces citations liminaires. Néanmoins, on peut penser que la connaissance du latin qu’avaient les lecteurs de l’époque et le choix fait par les publicistes de phrases tirées d’œuvres la plupart du temps très connues – les Épigrammes de Martial, les Satires d’Horace, les Métamorphoses d’Ovide, l’Énéïde de Virgile – permettaient que même les citations non traduites soient comprises du plus grand nombre. Toujours est-il que l’existence de deux strates différentes au sein des périodiques culturels est donc confirmée par ce double emploi possible des épigraphes : celui qui témoigne de l’importance accordée aux tomes, caractérisés par leur ressemblance formelle avec le livre, et celui qui fait du numéro du journal un objet à part, répondant à sa propre logique interne.

  • 50 « sucedáneo de libro » (Sánchez Aranda, Barrera, 1992, p. 67).

45Le constat qui s’impose est donc mitigé. Les archaïsmes du système de production et de distribution, les paralysies de la législation de l’écrit ainsi que la fragilité financière des éditeurs ne sont en effet pas sans conséquences sur la temporalité et la matérialité de la presse. Les difficultés qu’ont les journaux à atteindre une certaine stabilité et à s’affirmer dans le monde éditorial sont évidentes : manquements au tempo périodique, persistance des petits formats, rareté des illustrations, mise en tome. Cependant, malgré ces pesanteurs indéniables, la presse bénéficie des progrès économiques, techniques et juridiques que connaît l’Espagne au cours du xviiie siècle. Et si la frontière entre livre et journal était beaucoup moins nette alors qu’elle ne l’est actuellement, il serait pourtant erroné de réduire le journal à un « succédané de livre »50 : progressivement, le périodique s’émancipe en effet par rapport au livre et adopte certains traits spécifiques, qui font de l’objet-journal un objet à part. Régularité, rapidité, brièveté et lisibilité sont des mots qui, progressivement, intègrent le vocabulaire de la presse culturelle. Cette autonomie formelle vis-à-vis du livre n’est que partielle, certes, mais elle existe bel et bien.

Notes

1 Chartier, Roche, 1989, p. 592.

2 « El formato es, desde sus comienzos, muy pequeño, asemejándose al de los libros en cuarto, en octavo e incluso en doceavo, muy a propósito para el bolsillo de la casaca, lo que hace de aquellos viejos periódicos eslabón indispensable en la cadena histórica de los “libros de bolsillo”. El papel, de mala calidad, como destinado a ser sustituido rápidamente por el número siguiente. […] La impresión, más descuidada que la de los libros, se hacía con tipos muy pequeños, titulares con escaso atractivo y composición seguida para ganar espacio. La estructura formal, aunque varía de unos periódicos a otros, adolece de esa agobiante economía que huye del vacío para decir lo más que pueda en el menor espacio posible. No hay división en las secciones (a lo más una simple viñeta de línea) ni diferencia en los tipos, ni grabados que ilustren la lectura » (Aguilar Piñal, 1990, p. 15).

3 Notons qu’il n’est pas toujours possible de savoir de quel format est un écrit, puisqu’il arrive que l’exemplaire consulté ne laisse pas apparaître la signature, marque d’imprimerie qui permettait de savoir dans quel ordre monter les pages et qui nous permet, aujourd’hui, de déterminer de quel format il s’agit. Par conséquent, ne sont cités ici que les périodiques sur lesquels cette signature apparaît.

4 Le Diario de los literatos, le Caxón de sastre, El Duende especulativo, El Escritor sin título, l’Aduana crítica, El Novelero de los estrados, El Curioso entretenido, El Censor, le Memorial literario, El Apologista universal, le Pasatiempo literario et les Variedades de ciencias, literatura y artes.

5 À l’exception, dans la liste donnée, des Variedades de ciencias, literatura y artes (102 x 166 mm).

6 C’est le cas du Diario estrangero, d’El Regañón general et de Minerva. Quant à l’Academia de ociosos et au Pasatiempo literario de Alcalá de Henares, je n’ai pu les consulter autrement que sur microfilm.

7 Le premier cas est, par exemple, annoncé au numéro 144 d’El Censor (pp. 205-206) ou encore au numéro du 19 avril 1805 des Efemérides de España (pp. 47-48). Comme illustration du second cas, on peut citer le numéro du 4 juillet 1787 du Correo de Madrid, qui comporte huit pages au lieu de quatre – comme annoncé le 27 juin précédent – afin de donner à voir la troisième et dernière partie d’une lettre sur le calendrier ecclésiastique.

8 « ¿Cuántas obras nuestras y extrañas, buenas a la verdad, pero tan grandes, tan voluminosas que el público nunca puede participar su lectura, aunque sea a quien más importe ? » (Semanario de Salamanca, 2 juillet 1796, p. 3).

9 « Suplicamos a los sujetos que nos favorecen con sus cartas que las arreglen a los límites del papel, o dividan el asunto, para que no padezcan retraso en su publicación » (Correo de Madrid, 7 novembre 1786, p. 36).

10 « No quiero entretener a Vms con un prolijo examen sobre las causas de los felices efectos de este método, ni distraerlos con la pomposa erudición que se podría verter sobre este ramo de la economía rural, atendiendo a que las composiciones de papeles de la naturaleza del de Vms necesitan más de extractos y noticias concisas y enérgicas, que de disertaciones y discursos prolijos, y llenos de palabras » (Semanario de Cartagena, 9 février 1787, p. 45).

11 « Los yerros de imprenta, las equivocaciones involuntarias y algunos culpables descuidos cometidos […] en la P. Histórica del Diario n° 3 exigen de la buena fe, ingenuidad y franqueza filosófica del diarista, no solo que los enmiende sino que los confiese, pida perdón a esta ciudad, a España y a todo el mundo, y prometa no desmerecer en lo sucesivo el favor, honra y afecto de sus apasionados » (Diario pinciano, 28 février 1787, p. 41).

12 « La precipitación con que por necesidad se imprime este escrito hace que sea enteramente inevitable el que no se publique desfigurado con algunas erratas, que no pueden menos de ocultarse a un examen hecho con rapidez » (Semanario de Zaragoza, 7 janvier 1799, p. 16).

13 « Como algunos amigos y sujetos de superior jerarquía me han reconvenido sobre la calidad del papel y del carácter de la obra del Duende, no pareciéndoles que trabajo de tanta sustancia, y que debe pasar a los tataranietos de los que viven al presente, podía conservarse impreso con carácter tan pequeño y desgastado, he querido empezar a complacer a estos sujetos que sin duda hablarán en nombre del público ; y por esto doy el presente número en distinto papel y con carácter algo más grande » (El Duende especulativo, 14 juillet 1761, p. 185).

14 « con esto esperan sus compositores ver cumplidos sus buenos deseos de mayor corrección y limpieza », « en un carácter menos cansado no tan grande, y más fino » (Espíritu de los mejores diarios, 29 octobre 1787, p. 508).

15 « con motivo de ponerse mejor papel » (Mensagero de Granada, 29 mai 1797, p. 410).

16 « que todas las impresiones se hicieran en papel fino, semejante al de las fábricas de Capelladas, y de ninguna manera en el papel ordinario que llaman de imprenta, bajo la pena de perdimiento de la obra y de 50 ducados por la primera vez » (loi du 27 juillet 1754, article 12. Cité par González Palencia, 1934-1941, p. xiv). Il semble par ailleurs qu’une Real Orden du 22 juin 1751 avait déjà tenté d’instaurer cette nouveauté : Archivo de la Chancillería de Granada, Real Acuerdo, Legajo 33-38. Cité par Molina Fajardo, 1979, pp. 166-167.

17 « […] la información no se ofrecía jerarquizada, mediante artificios gráficos tales como la composición en cuerpos de diferente tamaño. Tampoco era frecuente que el contenido del texto se presentase desmigado en pequeñas unidades independientes de sentido, como ahora se hace por el recurso a los subtitulados. El tratamiento del tema suele ser lineal, desde el primer al último renglón : las cabeceras, compuestas en cuerpos muy semejantes al texto, no sintetizan el contenido, limitándose a enunciarle. No es posible hojear el periódico y darse por enterado de su contenido, sin una lectura detenida y a veces sin una relectura de los textos » (Martín Serrano, 1979, p. 12).

18 « hombres », « hombre-mujeres », « afeminación » (La Pensadora gaditana, 28 juillet 1763).

19 « tapado », « marcialidad » (ibid., 11 août 1763) ; « vicio », « mentira » (ibid., 29 septembre 1763).

20 Une autre manière de distinguer visuellement la lettre ou la citation du reste du texte est de faire figurer des guillemets à chaque début de ligne. C’est une option qu’utilise également El Censor, et qui est fréquemment utilisée par El Pensador, El Duende especulativo ou encore par La Pensadora gaditana.

21 « Aunque el autor continúe siguiendo el mismo plan que se propuso al principio, para beneficio de el público y poder presentarles más materiales, y para la mayor comodidad de los que quieran encuadernar juntas todas las noticias literarias, ha determinado variar en ellas solamente la impresión, distinguiendo de esta manera las producciones proprias de los extractos de las obras ajenas » (El Hablador juicioso, n° 5, « Advertencia »).

22 Labarre, 1989, p. 236.

23 Les tomes du Diario de Madrid et du Correo de Madrid sur lesquels sont basées ces mesures ont été consultés à la bibliothèque du Palais royal.

24 Caxón de sastre, 1760, n° 2, p. 70 et Aduana crítica, 5 novembre 1763, p. 168.

25 Le schéma, absent de l’exemplaire de la Bibliothèque Nationale d’Espagne, est présent dans le microfilm consultable à l’Hémérothèque municipale. La pagination y a été rectifiée à la main : si l’on en croit la disposition du microfilm, le schéma devait être originellement publié entre la page 100 et la page 101 du numéro 3.

26 Larriba, 2010a.

27 « Como los artículos de física, botánica, historia natural, matemáticas, & c., que son las ciencias en que más se ocupan los sabios de Europa, suelen necesitar de algunas láminas para su inteligencia, daremos las que vengan grabadas en cobre » (Espíritu de los mejores diarios, 19 avril 1788, « Prospecto para la ampliación de la obra », p. 63).

28 « Para que mis lectores vengan en conocimiento de las vivas ideas que se suelen imprimir durmiendo, les ofrezco las dos adjuntas láminas que representan los principales personajes de este sueño, la una manifestando al Lujo en su mayor auge y la otra a la Moderación en los trajes » (El Duende de Madrid, n° 7, p. 196).

29 Larriba, 2008.

30 Le texte et les gravures sont tirés, ainsi que le montre Elisabel Larriba dans l’article cité plus haut, de l’ouvrage de Johann Jakob Engel, Idées sur le geste et l’action théâtrale (qu’il traduit lui-même de l’allemand).

31 Ces quelques lignes sont fondées sur le travail mené par Elisabel Larriba sur la gravure au xviiie siècle, et notamment sur les considérations générales de l’article : « L’art au service de la divulgation scientifique : le rôle des gravures dans le Semanario de Agricultura y Artes ».

32 Cadenas y López y Cadenas y Vicent, 1985, p. 112.

33 « para agradecer a Sevilla el que no le había abandonado, cuando todas las demás ciudades del reino abandonaron a Alfonso para ponerse al lado de su hijo rebelde Don Sancho. El lema es a manera de jeroglífico, puesto que el NO-DO con la madeja enmedio significa NO-MADEJA-DO, o sea NOME HA DEJADO » (MENA, 1982, p. 213).

34 Moreno Gallego, 2008, pp. 35-40 et 123.

35 Pour les publications mensuelles et trimestrielles – Diario de los literatos, Mercurio literario, Memorial literario –, chaque numéro peut s’assimiler à lui seul à un tome, en raison de sa longueur et de la présence d’une page de garde et d’un index qui lui sont propres. Ce qui n’empêche pas ces « numéros-tomes » du Memorial literario d’être à leur tour regroupés au sein de tomes quadrimestriels.

36 « colecciones » de « cuadernos » (El Catón compostelano, n° 3, p. 46).

37 Cela est explicitement dit, par exemple, au numéro du 17 septembre 1793 du Correo de Murcia (p. 40), aux numéros du 1er octobre 1803 et du 15 janvier 1806 du Correo de Sevilla (respectivement pp. 8 et 247).

38 « Deseando que la presente contestación no saliera dividida en tomos distintos, la hemos reservado hasta el actual cuatrimestre, en que así ella como la continuación que su autor promete podrán tener cabida » (Correo de Sevilla, 6 octobre 1804, p. 9).

39 Correo de Madrid, 1er septembre 1787, p. 408.

40 « Estando para finalizar el primer tomo de este periódico y teniendo que publicar la lista de los señores suscriptores, se les suplica se sirvan dar una noticia de sus nombres, empleos, encargos o comisiones, el de la calle, número de casa y manzana… » (Diario de Sevilla, 18 décembre 1792, p. 444).

41 Je n’évoquerai pas les épigraphes qui peuvent apparaître au niveau des articles dans la mesure où, la plupart du temps, les citations dépendent alors d’une lettre envoyée par un contributeur ou d’une pièce en vers. Leur insertion n’apporte ainsi aucune indication sur le rapport entre la logique du numéro et celle du tome, qui m’intéresse ici.

42 El Pensador, n° 53, 72, 84 et 86.

43 « Si lo que trabajamos no es útil, es ciertamente necio el honor que de ello pretendemos » (Mensagero de Granada).

44 « La buena educación con buenas artes / Al hombre pule y las costumbres forma, / La rustiquez se ahuyenta en todas partes / Y el trato humano en todos se reforma » (Memorial literario).

45 Cette fonction est également celle qui préside au choix des épigraphes lorsque, bien que placées au niveau du numéro, celles-ci ne varient pas d’un numéro à l’autre.

46 « Perdido está nuestro teatro » (El Observador, n° 2).

47 « Todas nuestras pasiones al amor propio solo las debemos » (ibid., n° 3).

48 « Hubieran muchos llegado a ser sabios, si no se imaginaran serlo ya » (El Censor, n° 59).

49 « Fundado sin duda en esta sentencia de un antiguo, aconseja un escritor moderno que cada uno procure imaginar y practicar algún método que sea a propósito para convencerle de su propia ignorancia, e imprimirle una sensación viva y dolorosa de la escasez e imperfección de sus conocimientos » (ibid., p. 193).

50 « sucedáneo de libro » (Sánchez Aranda, Barrera, 1992, p. 67).

Table des illustrations

Légende Aduana crítica, n° 11, p. 59
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/12837/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Légende Diario estrangero,n° 3, p. 35
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/12837/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Légende Correo de Madrid,24 octobre 1786, p. 17
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/12837/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Légende Academia de ociosos[octobre 1763], n° 1, p. 57
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/12837/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Légende La Espigadera [1790],n° 1, p. 27
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/12837/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende Correo de Madrid,28 avril 1790, p. 26
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/12837/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende Correo de Madrid,13 octobre 1790, p. 7
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/12837/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende Mercurio literario,page de garde de 1740
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/12837/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 4,7k
Légende Caxón de sastre [1761],n° 29, p. 21
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/12837/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 4,6k
Légende Academia de ociosos[mars 1764], n° 6, p. 335
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/12837/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 3,2k
Légende El Amigo y Corresponsal del Pensador [1763],page de garde
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/12837/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 6,0k
Légende Diario estrangero,19 avril 1763, p. 54
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/12837/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 4,7k
Légende Pasatiempo literario,29 avril 1797, p. 144
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/12837/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 3,8k
Légende Pasatiempo literario,13 mai 1797, p. 176
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/12837/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 7,1k
Légende Correo de Xerez [1800],page de garde
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/12837/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 9,3k
Légende El Duende especulativo, 9 juin 1761
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/12837/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 5,5k
Légende El Duende especulativo, 17 août 1761
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/12837/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 9,0k
Légende Diario de las musas [1790-1791]
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/12837/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 2,6k
Légende Correo literario de Murcia,2 septembre 1792
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/12837/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 3,7k
Légende Correo literario de Murcia,22 janvier 1793
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/12837/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 4,1k
Légende Correo literario de Murcia, 11 mai 1793
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/12837/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 3,7k
Légende Semanario de Salamanca, 7 janvier 1794
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/12837/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 5,8k
Légende Correo de Xerez, 10 avril 1800
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/12837/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 7,2k
Légende El Caxón desastre cathalán[1761], « proyectoalegórico »
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/12837/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 8,1k
Légende El habladorjuicioso [1763],n° 2
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/12837/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 7,5k
Légende El Amigo yCorresponsal delPensador [1763],n° 1
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/12837/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 7,7k
Légende Aduana crítica,8 octobre 1763
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/12837/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 7,9k
Légende Diario de los literatos [1737], n° 1, p. 319
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/12837/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Légende Caxón de sastre [1760], page de garde
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/12837/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Légende El Hablador juicioso [1763],couverture du n° 2
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/12837/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Légende Aduana crítica [1764], page de garde
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/12837/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Légende Academia de ociosos [1763-1764],page de garde
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/12837/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 5,5k
Légende Diario de Madrid [1786], page de garde
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/12837/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Légende Correo de Xerez, 1er mai 1800, p. 72
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/12837/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Légende Caxón de sastre [1761], page de garde du tome 7
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/12837/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende Caxón de sastre [1760], n° 2, p. 70
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/12837/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende Mercurio literario[octobre 1789], n° 3
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/12837/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
Légende Memorial literario,août 1788 n° 2, p. 658
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/12837/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 5,8k
Légende Variedades de ciencias[1803], n° 2, p. 84
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/12837/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 6,1k
Légende Espíritu de los mejores diarios,30 juin 1788
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/12837/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Légende Espíritu de los mejores diarios,28 juillet 1788
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/12837/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Légende Espíritu de los mejores diarios, 11 octobre 1790
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/12837/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Légende Duende de Madrid [1788], n° 7 :« Lujo »
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/12837/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende Duende de Madrid [1788], n° 7 :« Moderación »
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/12837/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende Espíritu de los mejores diarios,2 novembre 1789
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/12837/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Légende Espíritu de los mejores diarios,30 novembre 1789
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/12837/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Légende Pasatiempo literariode Alcalá de Henares[1797], page de garde
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/12837/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 8,8k
Légende Semanario de Zaragoza[1798-1801],page de garde
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/12837/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
Légende Diario de Murcia[1792]
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/12837/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 9,1k
Légende Diario de Sevilla,à partir du 3 mars1793
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/12837/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 8,9k
Légende Diario de los literatos[1737-1742],page de garde
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/12837/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
Légende Memorial literario[1789], page degarde du tome XVI
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/12837/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 7,9k
Légende Memorial literario,janvier 1784, p. 40
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/12837/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Légende Memorial literario,octobre 1793
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/12837/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Légende Memorial literario,1801, n° 1
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/12837/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Légende Memorial literario,10 avril 1805
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/12837/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 9,7k
Légende Memorial literario,10 avril 1806
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/12837/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
Légende El Hablador juicioso [1763]
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/12837/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Légende Memorial literario, 1806, tome VI
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/12837/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 21k

© Casa de Velázquez, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search