Version classiqueVersion mobile

Presse et culture dans l’Espagne des Lumières

 | 
Maud Le Guellec

Première partie. Temporalité et matérialité : des spécificités de l’objet-journal

Chapitre ii. Le journal culturel, un écrit périodique en prise avec l’actualité ?

Texte intégral

1Dépendantes des conditions dans lesquelles les journaux culturels du xviiie siècle sont publiés, la temporalité et la matérialité de la presse sont deux dimensions intrinsèquement liées, dans la mesure où l’imposition du tempo périodique détermine nécessairement la longueur des publications, et que lorsqu’un journal doit être imprimé dans la précipitation, la qualité de l’objet qui en sera issu ne pourra que s’en ressentir.

2À son tour, la temporalité de la presse se décline en deux dimensions : périodicité et actualité. Concernant la première, on peut lire sous la plume de Joël Saugnieux l’explication suivante :

  • 1 Saugnieux, 1978, p. 319.

La presse suppose une nouvelle organisation du temps et donc un nouvel ordre social. À la succession discontinue des événements elle tente d’opposer le retour régulier, périodique, de l’information. Elle crée ainsi une temporalité abstraite, homogène, reposant sur des cycles réguliers1.

  • 2 « que finalmente acabará por imponerse para nombrarlo [el papel] no es más que el deslizamiento de (...)
  • 3 « salgan inmediatamente al público » (El Caxón de sastre cathalán, n° 1, p. 10).

Cela semble une évidence puisque, comme le souligne Inmaculada Urzainqui, le substantif périodique « qui finira par s’imposer pour le nommer [le journal] n’est rien d’autre que le glissement d’un terme qui avait initialement une simple fonction adjectivale »2. Mais en réalité, ce retour cyclique préétabli et régulier ne s’établit pas de manière automatique dès les débuts de la presse. Certains n’affichent pas clairement le choix d’une formule, et ceux qui le font ne respectent pas systématiquement la formule choisie. Face à cet état de fait, il est intéressant de déterminer la ou les causes de cette irrégularité : si elle est due à la sévérité de la censure ou bien si elle est le fait d’une mauvaise organisation interne. La seconde dimension temporelle en jeu lorsque l’on s’intéresse à la presse, celle de l’actualité est, elle aussi, à interroger. Si la presse culturelle ne dépend pas de l’actualité des événements politiques ou militaires, elle est en revanche soumise à celle des publications et des événements socio-culturels. Les thèmes dont elle débat se doivent d’être en lien avec les centres d’intérêt et les modes de vie de la population de l’époque. C’est ainsi que dès son premier numéro, El Caxón de sastre cathalán déclare qu’il prendra soin que les nouveautés de chaque jour « soient immédiatement révélées au public »3. Mais ce n’est pas pour autant que les journaux vont se montrer tous uniformément réactifs. Une analyse de ces rapports différenciés de la presse culturelle au monde qui l’entoure s’impose.

Quelle périodicité ?

Les formules existantes et leurs fluctuations

  • 4 Comme c’est le cas pour El Escritor sin título, El Amigo y Corresponsal del Pensador et El Correspo (...)
  • 5 C’est là la périodicité choisie par le Diario estrangero, El Hablador juicioso, La Pensadora gadita (...)
  • 6 « Diario se intitulará este papel periódico, no porque saldrá todos los días, sino porque comprende (...)

3Si l’on considère l’ensemble des journaux du corpus de cette étude, on relève sept possibilités de périodicité : mensuelle, bi-mensuelle, tri-mensuelle, hebdomadaire, bi-hebdomadaire, tri-hebdomadaire et quotidienne. La répartition entre ces différentes modalités peut s’expliquer de plusieurs manières. Chronologiquement, d’abord, dans la mesure où les formules longues sont davantage le fait des publications plus anciennes : les deux véritables mensuels du corpus sont ainsi le Mercurio literario en 1739-1740 et l’Academia de ociosos en 1763-1764, alors qu’à partir de l’apparition du premier quotidien espagnol à Madrid en 1758 – le Diario noticioso, curioso, erudito y comercial, público y económico –, la nouvelle formule gagne les villes de Murcie, Valence, Séville et Barcelone. Thématiquement, ensuite, puisque les journaux exclusivement culturels semblent adopter de préférence la périodicité bi-mensuelle4 ou hebdomadaire5, alors que les journaux mi-culturels mi-économiques sont davantage enclins à la publication hebdomadaire (Diario pinciano, Semanario de Cartagena), bi-hebdomadaire (Correo de Murcia, Mensagero de Granada, Semanario de Málaga, Correo de Valencia, Correo de Xerez) ou quotidienne. Et l’entrecroisement de ces tendances – chronologique et thématique – ne peut que les renforcer : ainsi les trois journaux purement culturels que sont El Regañón, les Variedades de ciencias et Minerva, tous les trois des années 1800, sont tous bi-hebdomadaires. Quant aux titres, s’ils peuvent être indicateurs du choix de formule – les Diarios étant des quotidiens, les Correos des bi-hebdomadaires –, il faut cependant être prudent : les Semanarios sont plutôt bi-hebdomadaires et le Diario pinciano est en fait un hebdomadaire et non un quotidien, comme le précise le prologue : « cet écrit périodique s’intitulera Diario, non pas parce qu’il sera publié tous les jours, mais parce qu’il traitera des événements de chacun d’entre eux »6.

  • 7 Si, comme on le verra, la mise en pratique est irrégulière, le numéro 1 indique bien, à la page 10, (...)
  • 8 Lorsque, en 1806, les Efemérides deviennent mensuelles et adoptent le titre de Nuevas Efemérides de (...)
  • 9 « Hasta ahora no he determinado el método con que publicaré esta obra periódica ; veré cómo gusta a (...)
  • 10 « se publicarán con el método posible, aunque desde luego, como queda dicho, no se asegura el día f (...)

4En réalité, ce qui fait l’intérêt de l’étude des formules périodiques adoptées par les journaux culturels du xviiie siècle, ce sont précisément tous ces à-côtés. Il est à noter, tout d’abord, que certains journaux changent de périodicité au cours de leur existence. Ainsi, le Memorial literario sera tour à tour mensuel, bi-mensuel et tri-mensuel. Alors que les bi-hebdomadaires que sont le Correo de Madrid et le Semanario de Zaragoza deviennent hebdomadaires (respectivement le 13 octobre 1790 et le 4 juillet 1799), le Caxón de sastre, El Pensador7 et le Semanario de Granada, hebdomadaires, deviennent bi-hebdomadaires. Mais les plus originaux restent l’Espíritu de los mejores diarios et le Semanario de Salamanca, partiellement tri-hebdomadaires – jusqu’au 19 avril 1788 pour le premier, du 2 avril 1795 au 31 mars 1796 pour le second – et les Efemérides, publication successivement quotidienne, bi-hebdomadaire et mensuelle8. Il arrive aussi que des journaux n’affichent l’adoption d’aucune formule. C’est le cas d’El Caxón de sastre cathalán, d’El Apologista universal, d’El Duende de Madrid, de La Espigadera et d’El Catón compostelano. Parmi ceux-ci, certains affirment la nature périodique de l’ouvrage, mais sans indiquer le rythme qui sera adopté. On peut lire dans le premier numéro d’El Apologista universal : « Je n’ai pas pour l’instant déterminé la méthode que je suivrai pour publier cet ouvrage périodique ; j’aviserai en fonction de ce qui plaît à mes clients, dont je me considère l’inlassable défenseur »9. Dans son prologue, La Espigadera se montre également évasive quant à la parution de ses douze premiers numéros : « ils seront publiés aussi méthodiquement que possible, quoique, naturellement et comme il a déjà été dit, le jour exact de leur sortie ne soit pas garanti »10. Les autres ne parlent même pas de périodicité, et seule la forme de l’ouvrage permet de déduire qu’il s’agit bien d’un journal. Cela n’exclut pas que, peut-être, certains respectaient une formule, mais celle-ci n’est en tout cas pas explicite, ni directement déductible de la lecture des numéros.

  • 11 Les documents les plus tardifs parmi les licences d’impression sont respectivement datés de la sort (...)
  • 12 « Estos discursos saldrán el propio día que se anuncie en el antecedente, sin que haya en esto falt (...)

5Dans ce jeu sur la périodicité, deux cas particulièrement intéressants sont à signaler. Celui du Diario de los literatos, d’une part. Chacun de ses numéros porte ainsi sur des ouvrages parus au cours d’une période de trois mois, ce qui laisserait penser que l’on a affaire à une publication trimestrielle. Cependant, les dates de licence d’impression indiquent que la périodicité du journal est loin d’être régulière11. Celui d’El Duende especulativo, d’autre part. La publication se lance en effet sans que ne soit fixée aucune périodicité particulière. On peut ainsi lire dans le premier numéro : « Ces discours sortiront le jour exact qui sera indiqué dans le numéro précédent, sans qu’il n’y ait sur ce point la moindre faute ou négligence de la part de l’auteur ou des imprimeurs »12. Mais en réalité, les six derniers numéros paraissent de manière hebdomadaire, chaque samedi. Ainsi, l’absence de formule a laissé place à une périodicité régulière, qui plus est relativement rapide.

Le non-respect de ces formules

  • 13 « Esta obra saldrá todos los lunes, pero no me impongo la precisión de darla en aquel mismo día sin (...)
  • 14 « Cada mes saldrá a luz un papel de cuatro pliegos, porque mi musa no es tan fecunda, que pueda par (...)

6Des quarante-neuf journaux ici considérés, quarante-quatre font donc montre tout au long de leur existence d’une périodicité établie, que celle-ci soit unique d’un bout à l’autre ou non. Mais est-ce que ces quarante-quatre périodiques respectent la formule adoptée ? On est en droit d’en douter, lorsque l’on voit avec quelle prudence certains journaux abordent la question du rythme de parution choisi, ne préférant pas s’engager à une trop stricte régularité. On lit ainsi dans le premier numéro d’El Observador : « Cet ouvrage sortira tous les lundis, mais je ne m’impose pas la nécessité de le publier ce jour-là sans faute »13, et dans le prologue de l’Academia de ociosos : « Un papier de quatre cahiers sera publié tous les mois car la fécondité de ma muse ne lui permet pas d’enfanter chaque semaine »14. Et lorsque retard il y a, est-il dû à un simple laisser-aller, à une faille dans l’organisation ou à une action répressive de la part du Conseil d’État ou de l’Inquisition ?

7Avant d’entrer dans le vif du sujet, il convient d’évoquer un cas où la formule périodique donne lieu à des débordements sans conséquence : le cas des numéros extraordinaires. Il n’est pas rare, en effet, que certains journaux culturels aient recours à ce système pour la publication d’un discours prononcé dans une Société économique, du règlement d’une nouvelle école, du texte d’une pragmatique royale ou de la liste des comédiens en place pour la saison théâtrale. On en trouve par exemple dans le Correo de Madrid, le Diario pinciano ou les Efemérides. Les périodiques concernés, afin de présenter aux lecteurs des informations qui, soit ne s’intègrent pas pleinement dans leur projet éditorial, soit sont trop longues pour être insérées dans un numéro ordinaire, décident de publier un numéro supplémentaire. Mais cette technique, encore en vigueur de nos jours, ne vient pas rompre la périodicité du journal, à laquelle elle ne fait que se surajouter. Qui plus est, la publication d’un numéro extraordinaire est souvent annoncée au préalable, comme le 19 décembre 1787 dans le Diario pinciano (p. 428) ou le 28 juin 1788 dans le Correo de Madrid (p. 1034). De même, il existe une autre façon de déroger à la périodicité stricte sans remettre en cause sa régularité : publier avec un jour d’avance ou de retard les numéros, lorsque la date de parution initialement prévue est un jour férié, comme l’annonce à ses lecteurs l’Espíritu de los mejores diarios le 6 septembre, le 29 octobre, le 11 novembre et le 6 décembre 1787.

  • 15 Le premier numéro d’El Pensador est nécessairement postérieur au 21 septembre, date à laquelle le p (...)
  • 16 AHN, Consejos, 50658. Cité par Guinard, 1973, p. 102.
  • 17 « Nuevo plan de suscripción para esta obra periódica » (Memorial literario, septembre 1787, n° 1, p (...)

8D’autres retards et suspensions viennent en revanche perturber la formule périodique adoptée. Pourquoi le premier discours d’El Pensador ne paraît-il pas avant la seconde quinzaine du mois de septembre 176215 alors que la licence pour les cinq premiers numéros avait été accordée le 15 juillet, sur le rapport favorable de Juan de Aravaca16 ? À quoi est due sa suspension temporaire en 1764 ? Les manquements à la ponctualité semblent nombreux, et parfois si répétés qu’ils justifient à eux seuls un changement de formule. C’est ainsi que le Memorial literario, en septembre 1787, décide de devenir bi-mensuel pour tenter de remédier au retard que les éditeurs accumulaient17. Il ne fait donc aucun doute que nombre de journaux culturels se retrouvent, à un moment ou à un autre, confrontés à l’impossibilité de respecter le rythme auquel ils avaient souhaité se soumettre. Reste à voir plus en détail de quelle façon les pesanteurs évoquées plus haut sont responsables de ces irrégularités.

Les conséquences pratiques de la censure

  • 18 Ces cinq derniers numéros du Memorial literario, que l’on ne connaissait qu’à travers les annonces (...)
  • 19 « ignoro lo que podrán detener las justas diligencias para pasar estos borrones a la prensa » (La P (...)

9Il ne s’agit pas, ici, de considérer les événements historiques et politiques qui ont pu influencer la vie journalistique même s’il est évident, par exemple, que le décret du 24 février 1791, qui a marqué l’arrêt définitif de plusieurs journaux, est la conséquence directe de la Révolution française. LEspíritu de los mejores diarios disparaît ainsi brutalement, après avoir défini de nouvelles rubriques le 3 janvier et avoir annoncé le 14 février la suite du compte rendu sur Ensayo sobre Luciano, o cuadro de las costumbres antiguas y modernas (p. 155) et la fin d’une réflexion sur les asphyxies (p. 168). De même, la Guerre d’Indépendance est venue largement perturber la vie culturelle espagnole. Ainsi, le 30 mai 1808, le Memorial literario annonce ce qu’il publiera dans son prochain numéro. Mais lorsque le prochain numéro en question paraît, le 10 octobre seulement, la carte du royaume de Valence et la suite du poème d’Ossian promises laissent place à d’autres articles, plus engagés. En outre, cette résurrection du journal ne sera que de courte durée : le Memorial disparaît en effet définitivement le 20 novembre18. Sans considérer, donc, ces circonstances exceptionnelles, il s’agit de déterminer les conséquences pratiques qu’a eues la législation de l’écrit sur la parution périodique des journaux culturels. Des conséquences indéniables, si l’on en croit La Pensadora gaditana, qui décide de ne pas fixer de jour précis de publication dans la mesure où, dit-elle, « j’ignore combien de temps prendront les démarches nécessaires pour que ces ébauches soient mises sous presse »19.

  • 20 Castañón, 1973, pp. 47-65.
  • 21 Caso González, 1989a, pp. 778-785.
  • 22 Guinard, 1973, pp. 333-335.
  • 23 « Unas composiciones poéticas de nuestro amigo Guilino, y otros varios papeles de nuestros apasiona (...)
  • 24 Hesse, 2009.
  • 25 « Este discurso cxxiv fue recogido por su autor después de impreso y sin darle al público, pero en (...)

10Les procédures de contrôle a priori des écrits, on l’a vu, sont lourdes, et elles peuvent par conséquent venir perturber la périodicité des publications. Ainsi, si les tomes IV et V du Diario de los literatos sont présentés en même temps au contrôle gouvernemental, le second ne sera publié que huit mois après le premier20. La demande de licence du Diario de las musas, lancée début 1789, n’est acceptée qu’en octobre de l’année suivante. Le cas d’El Censor est également révélateur : Cañuelo et Pereira soumirent à l’avis du Conseil de Castille onze premiers discours pour la première fois en avril 1779, mais face au refus de la licence d’impression auquel ils se heurtèrent, ils durent les modifier puis les représenter par deux fois avant de se voir accorder la licence le 19 décembre 1780, et de pouvoir lancer leur périodique le 8 février 178121. Parfois même, la licence n’arrive jamais, condamnant un projet éditorial à rester inabouti ou un journal à disparaître. Ce fut le cas pour El Observador, dont les neuf numéros prévus pour continuer les six que nous connaissons ont été refusés22. Et ce fut probablement le cas pour de nombreux autres périodiques, dont la disparition reste sans explication. La nécessité d’obtenir le feu vert pour publier chaque texte représente une entrave certaine au respect de la périodicité du journal, sans même évoquer le nombre de fois où les éditeurs sont obligés de modifier le contenu initialement prévu d’un numéro en raison du retard pris par les licences d’impression. Ainsi, le Semanario de Salamanca déclare le 18 octobre 1794 : « des compositions poétiques de notre ami Guilino, ainsi que divers papiers des passionnés de notre Semanario, sont soumis à la censure, et c’est pour cela qu’ils n’ont pas encore été publiés »23. Quant au Censor, Kristina Hesse24 a découvert dans une bibliothèque berlinoise la preuve qu’initialement, le numéro 124 devait être constitué d’une lettre d’« El ingenuo », qui dénonçait la dépravation morale des Espagnols. Le propriétaire du tome appose ainsi, à la fin du numéro, la note manuscrite suivante : « Ce discours cxxiv fut retiré par son auteur après avoir été imprimé et avant d’être livré au public, mais cet autre discours fut publié à sa place »25.

  • 26 Ces quelques lignes sont basées sur Guinard, 1973, pp. 293-297 et sur Caso González, 1989a.
  • 27 « por constituir en sustancia una sátira expresa o clara contra “D. Juan Pablo Forner” » (Alted Vig (...)

11La censure a posteriori peut également perturber la périodicité des journaux puisque, si le numéro concerné est déjà paru, la censure est souvent agrémentée d’une suspension temporaire du périodique. Ainsi, la parution d’El Censor est mise à mal à plusieurs reprises26 : son quarante-sixième discours, notamment, qui traite de la question des pratiques superstitieuses dans la religion catholique, provoque un arrêt de la publication de quasiment deux ans (du 20 décembre 1781 au 13 novembre 1783). Le numéro 65 et sa critique des institutions judiciaires provoquent également sa suspension du 1er avril 1784 au 1er septembre 1785 (même si les numéros 66 et 67, déjà approuvés, ont le temps de paraître avant cette interruption forcée). Parfois même, il arrive qu’un périodique disparaisse définitivement à la suite de la censure d’un numéro. C’est le cas d’El Apologista universal, dont la parution s’arrête après l’interdiction, en février 1788, du numéro 17 du journal « parce qu’il constitue, en substance, une satire explicite ou claire contre “D. Juan Pablo Forner” »27.

Les fragilités structurelles et leurs aléas

12Lacunes du système d’impression et de diffusion, fragilités structurelles des entreprises journalistiques : les archaïsmes dont souffre la presse espagnole sont à leur tour à l’origine de nombreux facteurs de perturbation.

  • 28 Enciso Recio, 1956.
  • 29 Je reviendrai sur cette question au cours de la quatrième partie.
  • 30 El Censor, nº 109, p. 965.
  • 31 « por la mucha ocupación de las prensas » (Correo de Murcia, 4 janvier 1794, p. 8).
  • 32 « Varios incidentes y obstáculos que hemos tenido que vencer nos han sido causa de la tardanza en l (...)

13Les périodiques se retrouvent confrontés, d’abord, aux problèmes de rentabilité évoqués plus haut. Ils se retrouvent également confrontés à des problèmes structurels. Dans le cas du Diario de Madrid28, par exemple, on peut en partie attribuer les vicissitudes de parution – malgré une grande longévité, puisque le Diario de Madrid existe jusqu’en 1917 – à la gestion chaotique qui est faite du périodique. En effet, celui-ci passe, sous différents titres, entre de nombreuses mains : après avoir été fondé par Nifo, il se trouve dirigé successivement par Juan Antonio Lozano, son fils Pablo, Francisco Antonio de Escartín (le gendre de Nifo), Jacques Thévin, son fils Santiago et Pedro Jiménez. Il n’est pas étonnant, dans ces conditions, que le Diario cesse de paraître pendant le second semestre 1779 et jusqu’à la fin 1780. En ce qui concerne la longue suspension que connaît le quotidien entre 1781 et 1786, on peut a priori l’attribuer en partie à ces revirements, et en partie au conflit qui oppose le Diario de Madrid au Memorial literario dans les années 1780, au sujet de leurs compétences respectives29. Plus concrètement, El Censor indique qu’il a dû se mettre en quête d’une nouvelle imprimerie30 et le Correo de Murcia explique clairement qu’il n’est pas en mesure de procéder à la mise en tome à la date prévue « en raison de l’importante utilisation des presses »31. Dans un cas comme dans l’autre, ce n’est certes pas la périodicité qui est touchée, mais l’on peut imaginer que ces aveux donnent une image assez fidèle des problèmes rencontrés par l’ensemble des périodiques lorsque leurs interruptions ne sont pas justifiées, ou justifiées de manière très allusive comme lorsque le Memorial literario affirme, en mars 1784 : « Plusieurs incidents et obstacles, que nous avons dû surmonter, sont la cause du retard que nous avons pris jusqu’ici dans la publication des nouvelles »32.

  • 33 « la salud que […] no ha tenido » (Diario pinciano, 24 octobre 1787, p. 353).
  • 34 « la grave y prolija enfermedad » (Correo de Xerez, 29 décembre 1806, p. 416).
  • 35 « con motivo de las próximas fiestas » (El Pensador, n° 79, p. 126).
  • 36 « a causa de ciertas circunstancias que nos precisan a convertir nuestras miras a otro objeto » (Se (...)

14En dehors de ces problèmes financiers et structurels, un autre facteur peut venir perturber la périodicité de la presse : les problèmes de santé des éditeurs. Ainsi, le 24 octobre 1787 l’éditeur du Diario pinciano explique que la suspension de quatre semaines qu’ont subie les lecteurs, loin d’être due aux motifs invoqués par ses détracteurs – emprisonnement, dettes, opposition du gouvernement –, s’explique par « la santé […] qu’il n’a pas eue »33. De même, on peut lire dans le sixième numéro d’El Escritor sin título que le jour préétabli de parution n’a pas été respecté suite à une « indisposition ». Quant au septième tome du Correo de Xerez, il paraît avec plus de trois mois de retard en raison de « la longue et éprouvante maladie » dont souffre le fils unique de l’éditeur, son seul assistant34. Que ces maladies soient réelles ou non, la nécessité d’avoir recours à ce type d’excuses pour justifier un retard ou une suspension témoigne de la fragilité des périodiques qui, souvent écrits et menés de A à Z par une seule personne, sont nécessairement dépendants du moindre contretemps. De ce fait, chaque petit obstacle est difficile à surmonter, et lorsque l’éditeur a d’autres obligations ou bien tout simplement lorsqu’il souhaite faire une pause, la publication s’arrête. Ainsi, le numéro 80 du Pensador est retardé de quelques jours, comme l’annonce le numéro précédent, « en raison des fêtes à venir »35, tout comme le numéro 10 du second tome du Diario estrangero. Le Semanario de Zaragoza, lui, est arrêté définitivement « à cause de certaines circonstances qui nous obligent à tourner notre attention vers un autre objet »36. Il est difficile, en effet, de mener à bien une entreprise journalistique exigeante lorsque l’on est seul, comme l’exprime le Diario pinciano :

  • 37 « […] el trabajo es grande para su autor, siendo solo, como es, para llenar todas las partes que of (...)

[…] la tâche est ardue pour son auteur, seul comme il l’est pour remplir toutes les parties qu’il a annoncées dans son plan. C’est pourquoi ses défauts méritent d’être excusés ; quant à ceux qui seront relevés dans le présent numéro, ils le méritent encore plus car celui-ci a été élaboré durant les très courts intervalles pendant lesquels la fièvre qui s’est abattue sur le journaliste l’a laissé libre de travailler37.

15Ainsi, la presse culturelle espagnole du xviiie siècle répond bien à l’exigence de périodicité qui caractérise la presse, mais présente les spécificités – et les limites – propres au lancement de toute nouvelle formule : des rythmes relativement modérés et souvent malmenés par les aléas économiques, structurels et politiques.

Pour quelle actualité ?

  • 38 « lo que van adelantando cada día las ciencias y las artes » (Diccionario de Autoridades).

16Si la périodicité des journaux subit les pesanteurs du système, qu’en est-il de leur rapport aux événements récents ? Dans le Diccionario de Autoridades, la définition même du terme « diarios » comporte l’idée qu’être en phase avec l’actualité est une propriété intrinsèque de la presse, puisque ceux-ci sont présentés comme des imprimés qui contiennent « les progrès qu’effectuent chaque jour les sciences et les arts »38. Et sans parler exclusivement des quotidiens, les journaux sont en général symbole de rapidité. On peut ainsi lire à leur sujet dans le prologue des Variedades de ciencias :

  • 39 « ¿A quién sino a ellos se debe la rapidez con que en nuestros días se han difundido por toda Europ (...)

À qui d’autre qu’eux doit-on la rapidité avec laquelle se répandent de nos jours à travers toute l’Europe les résultats utiles des expériences faites sur l’économie du feu, les curieuses observations sur l’électricité galvanique, la découverte du vaccin, immense bénéfice pour l’humanité ? Ce sont eux qui étendent la sphère des triomphes et des acclamations obtenus par l’orateur, le peintre, le poète, et qui font qu’à l’instant où ils reçoivent le succès, celui-ci est emporté sur les ailes légères de ces écrits, se diffuse partout et annonce aux arts et aux lettres qu’ils peuvent désormais compter une belle production de plus dans leurs richesses, ou un nouveau talent qui vient les renforcer39.

  • 40 Elorza, 1970, p. 211.
  • 41 AHN, Consejos, 5550-70. Cité par Guinard, 1973, p. 46.
  • 42 Domergue, 1981, p. 80.
  • 43 Guinard, 1973, p. 46.
  • 44 Aguilar Piñal, 1978, p. 33.
  • 45 Rubio Paredes, 2004, pp. 357-360.
  • 46 « rápida comunicación » (Efemérides, n° 1, p. 1).

17D’ailleurs, le fait que se mette en place une législation spécifique à la presse est la preuve même que les règlements en vigueur ne pouvaient répondre à ce nouveau système de parution. La censure a posteriori se retrouve bel et bien dépassée par le rythme imposé, incapable de réagir en temps voulu. Au moment où le numéro 46 d’El Censor est interdit par l’Inquisition, seuls 142 des 368 exemplaires mis en vente sont récupérés40 et, pour le numéro 65, le Saint-Office se révèle encore plus lent puisque seuls 33 exemplaires sont saisis sur un tirage de 50041. Le manque de réactivité de la censure inquisitoriale atteint parfois des sommets, lorsque le numéro du Diario de Madrid du 13 juin 1789 est expurgé le 7 mars 1790 ou lorsque le numéro du Correo de Madrid du 22 août 1787 est condamné en 179942. Souvent, même, les interdictions ne surgissent que lorsque le journal a déjà cessé d’être publié. Ainsi, l’édit du 6 mars 179143 condamne, in totum, El Corresponsal del Censor, alors que son dernier numéro, selon Francisco Aguilar Piñal44, date du 16 juin 1788. Le même édit décide également d’expurger le numéro du 25 avril 1787 d’un autre journal, qui a lui aussi cessé de paraître depuis 1788 : le Diario pinciano. Dans le cas du Semanario de Cartagena, les numéros 32 et 35, adressés à l’Inquisition le 8 septembre 1787, ne sont condamnés que le 10 mai 1789, alors que le dernier numéro du périodique paraît le 25 janvier 178845. Par conséquent, même si les formules périodiques adoptées sont parfois assez lâches, la presse introduit incontestablement un nouveau rythme dans le monde de l’écrit. Reste à reposer la question soulevée plus haut : que signifie « communication rapide »46 au xviiie siècle ? Que signifie « actualité » ?

Du sens d’« actuel » pour un homme du xviiie siècle

  • 47 « oscila en períodos de tiempo que van de 5 a 7 días en las noticias nacionales, de 15 a 30 días en (...)
  • 48 Larriba, 2006. L’engagement est pris dans une « Nota del Editor », 1781, t. I.

18On l’évoquait plus haut : « rapidité » ne peut avoir la même signification dans deux sociétés dont les conditions techniques – et, partant, le rapport au temps – diffèrent. Si l’on en croit María Antonia Paz Rebollo, le concept d’actualité pour l’homme du xviiie siècle « oscille entre des périodes de temps qui vont de 5 à 7 jours pour les nouvelles nationales, de 15 à 30 jours pour les nouvelles européennes et d’un mois et demi à deux mois pour les nouvelles des autres continents »47. Ainsi, l’éditeur du Correo literario de la Europa s’engageait en 1781 à « publier les nouvelles diffusées à Paris dans un délai n’excédant pas les deux mois. Le pari, qui semblait alors un peu fou et à la limite du réalisable, aurait assurément fait sourire nombre de ceux qui, quelques années plus tard, embrasseraient à leur tour une carrière journalistique »48. Par ailleurs – et c’est là une conséquence du manque de maîtrise de l’espace et de la diffusion – le xviiie et le xxie siècles n’accordent pas la même importance à la rapidité de réaction face aux événements. Alors que le journalisme actuel se caractérise, selon Manuel Martín Serrano, par son « présentisme », celui des Lumières ne voue pas le même culte à l’immédiateté :

  • 49 « Es bien sabido que la prensa fue concebida como el gran medio del cambio cultural y político por (...)

Il est bien connu que la presse a été conçue comme le grand moyen du changement culturel et politique par les écrivains éclairés du siècle des lumières. Dans l’esprit de ces hommes, la communication était conçue comme une transmission de connaissances et c’est uniquement dans ce but éclairé, destiné à instruire les lecteurs, que la transmission des informations d’actualité était évaluée. L’échelle de valeurs qui fixait l’importance des contenus n’était pas établie selon la distinction entre « plus récent-moins récent », mais selon la distinction « plus exemplaire ou instructif » ou « moins exemplaire ou instructif »49.

Et c’est d’autant plus vrai dans le cadre de la presse culturelle.

19Que cette presse fasse preuve d’une certaine dose de détachement vis-à-vis de l’actualité, les journaux en donnent des indices. Indirectement, d’abord, si l’on se penche sur les rééditions qui sont faites de plusieurs publications périodiques. À Barcelone, El Duende especulativo sobre la vida civil voit quinze de ses dix-sept numéros réédités en 1761-1762 – autrement dit onze ans après sa sortie – et El Pensador sera réédité à trois reprises, la troisième prenant place au sein du Semanario curioso, histórico, erudito, comercial, público y económico en 1773-1775, soit onze ans également après le début de la parution de l’œuvre de Clavijo y Fajardo. Une réédition du Caxón de sastre de 1760-1761 apparaît à Pampelune en 1762, une réimpression en 1781. Ainsi, les propos tenus par certains périodiques culturels du xviiie siècle semblent être suffisamment généraux – proches de ceux que l’on pourrait trouver dans des livres de morale ou des ouvrages de théorie littéraire – pour pouvoir continuer à intéresser les lecteurs des années, voire des décennies, après la publication initiale du journal. C’est du moins le pari que font ces éditeurs de province qui, en modifiant certains passages et en supprimant certains numéros, espèrent pouvoir tirer quelques bénéfices de ces réimpressions.

  • 50 « Demos que las noticias no sean como el chocolate, el vino y el tabaco, que dicen son mejores los (...)
  • 51 « lo que es bueno siempre viene bien » (Semanario de Salamanca, 12 juillet 1796, p. 23).
  • 52 « Cartas entre M. de Elmotte de Montreuil sur Mer y Don Aubry sobre el sistema del origen y formaci (...)
  • 53 « Cartas sobre la educación, escritas a los autores del Diario enciclopédico » (ibid.). Ces lettres (...)

20Ici et là, on trouve également des indices directs de ce rapport particulier de la presse culturelle à l’actualité, lorsque prologues et avertissements mettent en avant la distance que les journalistes prennent avec la nouveauté des informations. On peut lire sous la plume de l’éditeur de l’Academia de ociosos, en réponse à ses détracteurs qui lui reprochent que les matières dont il traite ne sont ni nouvelles, ni originales : « Admettons que les informations ne soient pas comme le chocolat, le vin et le tabac, dont on dit que la qualité augmente avec l’âge. On m’accordera toutefois que les vérités ne sont pas comme les tissus et la beauté, qui se gâtent en vieillissant »50. De même, l’éditeur du Semanario de Salamanca, s’excusant du délai de publication d’une lettre, affirme : « ce qui est bon est toujours profitable »51. Par ailleurs, le contenu même des périodiques témoigne également d’une certaine distance par rapport à l’actualité. L’auteur d’une lettre publiée dans le numéro du 27 juillet 1761 d’El Duende especulativo présente ainsi un projet parodique de journal, qui informerait de tous les événements les plus infimes – et absurdes – qui auraient eu lieu dans la journée dans un périmètre de sept lieues : l’arrestation d’une mule pour être entrée dans le champ d’autrui, la bagarre entre deux femmes auxquelles le boucher n’a pas donné la même quantité de viande, etc. Le fait divers, au plus près du temps de publication du périodique, ne présente aucun intérêt aux yeux de Juan Enrique de Graef et de ses lecteurs. Et même dans les années 1780, le laps de temps qui s’écoule parfois entre deux fragments d’un même discours dans l’Espíritu de los mejores diarios est révélateur de cette relativité de la notion d’actualité : presque six mois séparent la deuxième et la troisième des « Lettres entre M. de Elmotte de Montreuil sur Mer et Don Aubry sur le système de l’origine et de la formation des idées »52, huit mois séparent la troisième et la quatrième des « Lettres sur l’éducation, écrites aux auteurs du Diario enciclopédico »53.

Lorsque la presse ignore le temps qui passe

21Ainsi, le xviiie siècle témoigne d’une certaine prise de distance par rapport au temps qui passe, par rapport à l’actualité. Mais cette distance n’est pas de mise systématiquement et uniformément : le rapport qu’entretient la presse avec l’époque dans laquelle elle s’inscrit varie selon les journaux. Ou, plus précisément, selon leur date de parution – en période de guerre, au milieu ou à la fin du siècle –, leur nature – exclusivement culturels ou mi-culturels mi-économiques – ainsi que leur périodicité. Or, ces trois paramètres conditionnent les centres d’intérêt de chaque périodique et le choix des articles qui vont prendre place au sein de chaque numéro. Par conséquent, analyser le traitement des événements et de la nouveauté en vigueur par type d’articles permet d’appréhender le rapport de la presse culturelle à l’actualité. Le Diario estrangero fournit d’ailleurs la preuve de ce que chaque catégorie d’articles entretient un rapport au temps particulier puisque, dans ce périodique, les comptes rendus du contenu des journaux européens se font souvent avec un délai de trois mois, parfois de trois ans, alors que les informations apportées sur les pièces représentées à Madrid se font, sauf exception, dans un délai de deux à quatre jours.

Les critiques de mœurs

22Une première catégorie d’articles consiste à décrire et à analyser l’homme, dans sa nature et dans son rapport aux autres. Par commodité, je la désignerai sous le terme de « critique de mœurs », bien que cette expression n’embrasse pas la totalité des thèmes abordés.

  • 54 « es oponer algunas reflexiones a las máximas que hoy reinan en contra del matrimonio » (Discursos (...)
  • 55 « ¿Qué cosa son pasiones ? ¿Son útiles, o perjudiciales ? » (ibid., n° 2, p. 18).

23Un premier rapport au temps dont peuvent témoigner les critiques de mœurs est l’atemporalité. Dans ce cas, les thèmes qui sont traités existent depuis la nuit des temps : défauts des hommes – pédanterie, avarice, jalousie –, valeurs et institutions à respecter – patriotisme, royauté, mariage. On voit que les problèmes ainsi évoqués concernent autant l’homme du xviiie siècle que celui du xviie ou du xixe siècle, qu’ils sont actuels de la même manière qu’ils l’ont été avant l’époque des Lumières et qu’ils le resteront après. Prenons l’exemple des Discursos literarios, políticos y morales. Le premier discours porte sur le mariage et si son objet « est d’opposer quelques réflexions aux maximes qui règnent aujourd’hui à l’encontre du mariage »54, la démonstration qui est faite du bien-fondé du mariage contre le libertinage et la polygamie est détachée de tout enracinement dans le xviiie siècle : les présents de vérité générale abondent et aucun exemple n’est tiré de la société espagnole de l’époque. L’objet du deuxième discours est de répondre aux questions « Que sont les passions ? Sont-elles utiles, ou préjudiciables ? »55. On y trouve certes quelques exemples qui ancrent le raisonnement dans l’histoire, mais ils sont tirés pour la plupart de l’Antiquité gréco-romaine. Les autres discours du périodique sont aussi atemporels : réflexions philosophiques et morales sur les rapports entre homme et nature, les passions, la mort. Seul le sixième numéro, article d’érudition et non critique de mœurs, est à mettre à part.

  • 56 « El hombre por la literatura » (Correo de Valencia).

24Un autre exemple très révélateur nous est fourni par le Correo de Valencia. En effet, le nouveau plan éditorial qui apparaît dans le numéro du 17 septembre 1798 répond à un mot d’ordre : l’homme. Chaque numéro est censé décliner le thème selon trois dimensions, dont deux seront constituées par des réflexions sociales et morales. Or, l’examen de quelques-uns des articles parus dans ces deux rubriques au cours des mois de septembre et d’octobre 1798 permet de constater l’atemporalité des remarques qui y sont faites. Ainsi, la section « L’homme à travers la littérature »56 des numéros du 28 septembre et du 1er octobre 1798 est consacrée à l’insatisfaction dont souffrent les hommes – les auteurs, en particulier –, à leur besoin de penser sans cesse à l’avenir. C’est là un thème détaché de tout enracinement temporel. Et le raisonnement philosophique exposé dans le Correo de Valencia est bien d’ordre général, puisque les deux seules figures mises en avant pour illustrer le propos – Don Quichotte (p. 619) et Épictète (p. 626) – ne l’ancrent nullement dans la réalité de l’époque. C’est également dans une perspective atemporelle que les éditeurs déplorent qu’il n’y ait pas pour les vertus, comme il y a pour les sciences, des professeurs et des écoles publiques, où chacun pourrait apprendre à distinguer le bien du mal (pp. 627-628). Seule une anecdote de 1776, racontée en quelques lignes à la page 628, ancre légèrement le propos dans le xviiie siècle.

  • 57 « El hombre por las costumbres » (ibid.).
  • 58 Correo de Valencia, 29 octobre 1798, pp. 692-693.
  • 59 Diario de Barcelona, numéros des 19 et 30 novembre, 8, 9, 29 et 30 décembre 1795.

25Tous ces articles du Correo de Valencia sont donc le reflet de la plus grande atemporalité. En revanche, la rubrique « L’homme à travers les mœurs »57 du dernier numéro du mois d’octobre fait entrevoir une autre possibilité de rapport au temps. « El enderezador de tuertos » – « Le redresseur de borgnes » – y défend ironiquement les currutacos58, ces dandys espagnols dont le Madrid des Lumières semble regorger. Le thème traité n’est alors plus atemporel mais bien spécifique à une époque. La critique de mœurs, ici, s’intéresse aux maux du siècle. Néanmoins, la période considérée reste très vaste. On est loin de l’évocation d’un événement ponctuel, d’un phénomène circonscrit : les abus dont on parle sont certes spécifiques à l’Espagne des Lumières, mais ils sont valables pour plusieurs décennies, voire pour le siècle dans son intégralité. Parmi les thèmes les plus fréquents de ce deuxième type de temporalité, on peut citer l’afrancesamiento, les excès de la mode et du luxe ou encore la débauche que l’on observe dans les bals avec l’arrivée de danses non traditionnelles. Les exemples de ce type de critiques de mœurs sont nombreux, et l’on ne peut en donner ici qu’un tout petit échantillon : critique du tapado – le fait de se voiler le visage – comme prétexte aux comportements lascifs dans le numéro du 4 août 1763 de La Pensadora gaditana, critique de l’introduction de la contredanse le 13 octobre 1805 dans le Correo de Xerez, lettre d’« El Vizcayno » dans le numéro du 26 juin 1797 du Diario de Madrid, dans laquelle sont exprimés l’étonnement et l’indignation de ce lecteur face à la débauche des visitas, ou encore débat entre lecteurs sur la question du cortejo dans le Diario de Barcelona59. À cette catégorie de critiques propres au siècle, on pourrait enfin assimiler un cas un peu à part : les articles qui traitent de problèmes qui, s’ils ne sont pas spécifiques au xviiie siècle, correspondent parfaitement à l’esprit de l’époque. Parmi les thèmes favoris des Lumières figurent par exemple tous ceux liés au désir d’utilitarisme – condamnation de l’oisiveté, réflexions sur les réformes d’éducation à mener, sur la possibilité d’intégrer davantage les femmes dans les activités du siècle – ou encore des thèmes qui acquièrent de l’importance en raison de la réorganisation de la société – rôle de la noblesse ou du clergé régulier, mariages décidés par les parents sans le consentement des enfants, etc.

  • 60 « Sobre los abusos de las procesiones y Semana Santa » (La Pensadora gaditana, 19 avril 1764, pp. 2 (...)
  • 61 « Cuán criminal es el modo con que muchos de los cristianos andan las estaciones de Jueves y Vierne (...)

26Enfin, un troisième rapport que peuvent entretenir les critiques de mœurs avec l’actualité est celui spécifique aux écrits de circonstance. Les « marronniers », selon le jargon de la presse actuelle. Pour ces derniers, le mois ou la semaine de parution est important, puisque le thème développé est lié à un moment spécifique de l’année. Mais l’année, elle, ne compte pas : l’article pourrait tout aussi bien être publié quinze ans avant ou l’année d’après. La thématique qui y est abordée est souvent de type religieux, en relation notamment avec les temps forts que sont le mercredi des Cendres, le Carême, Pâques, la Fête-Dieu ou encore Noël. De tous ces moments, Pâques est probablement celui qui suscite le plus d’articles. Ainsi, ce n’est pas par hasard que l’article « Sur les abus des processions et de la Semaine Sainte » soit publié un 19 avril dans La Pensadora gaditana60 ou que celui intitulé « À quel point est criminelle la manière dont de nombreux chrétiens font le chemin de croix des Jeudi et Vendredi saints » soit proposé aux lecteurs un 2 avril dans le Semanario de Salamanca61. Le Diario pinciano explicite cette corrélation entre thème traité et moment de l’année :

  • 62 « Las circunstancias del tiempo santo en que nos hallamos me obligan a variar algún tanto el método (...)

Les circonstances de la période sacrée dans laquelle nous nous trouvons m’obligent à varier quelque peu la méthode observée jusqu’ici, et à me dispenser du travail excessivement scrupuleux que j’ai fourni, et que n’accomplissent pas les autres journaux hebdomadaires, pour proposer dans tous les numéros un peu de toutes les parties qui composent le titre de cet ouvrage. Je parlerai aujourd’hui des fameux Pasos de la Semaine Sainte et, dans le prochain Diario, je donnerai la suite des informations sur Don Al[f]onso XI qui sont restées en suspens62.

27Les critiques de mœurs peuvent ainsi avoir des rapports variés à l’actualité, entre la totale déconnexion et la sensibilité à des thèmes du moment. Mais dans tous les cas, la temporalité en jeu est une temporalité qui dure. Si la question de la difficulté qu’ont les hommes à contrôler leurs passions est complètement atemporelle, alors que celle du luxe l’est moins – puisque c’est un débat cher au xviiie siècle –, aucune ne correspond à un événement et à un instant précis.

Les articles d’érudition

  • 63 Correo de Valencia, 12 octobre 1798, pp. 649-654.
  • 64 Diario de Barcelona, numéros des 29 et 31 mai 1801 et des 1er, 2, 4, 5, 6 et 7 juin.

28Cette triple temporalité des critiques de mœurs s’applique également aux nombreux articles d’érudition publiés dans la presse culturelle, et notamment dans la presse de vulgarisation – celle constituée par l’ensemble des « non-spectateurs ». La grande majorité des articles de ce type s’inscrit dans l’atemporalité que l’on évoquait plus haut. L’objectif étant d’instruire les lecteurs du périodique, tous les thèmes sont abordés : sciences, histoire, géographie, économie, linguistique, justice… Et dans tous ces thèmes, nombre d’articles sont totalement détachés de leur époque de parution. En sciences, on trouve par exemple un article sur les corbeaux dans le Correo de Valencia63. En géographie, le Diario de Barcelona consacre huit numéros à une longue présentation de l’île Célèbes64.

  • 65 « Sobre el enlace que tiene la vida con la respiración » (Efemérides, 29 janvier 1804, pp. 113-116)
  • 66 Semanario de Cartagena, 1er septembre 1786 ; Diario de Valencia, 9 septembre 1790 et 5 août 1805 ; (...)

29Cependant, un grand nombre d’articles d’érudition s’inscrivent pour leur part dans une réalité propre à leur siècle de parution. Certains sont liés à un événement du xviiie siècle, sans que celui-ci ne se soit produit dans les semaines ou les mois précédant la parution du périodique. Le sixième numéro des Discursos literarios, évoqué plus haut, illustre bien ce phénomène dans la mesure où y est publiée une lettre de lecteur qui s’intéresse au tempérament jésuite : le développement est historique, donc érudit, mais motivé par l’expulsion des jésuites décidée en 1767, sous Charles III, que le lecteur souhaite ainsi justifier. L’ancrage dans le siècle est donc à l’œuvre dans ce discours mais à l’échelle de vingt-deux ans, puisque les Discursos literarios, políticos y morales sont publiés en 1789. D’autres fois, le lien des articles à leur siècle est établi par les connaissances dont les auteurs de ces derniers font montre, notamment lorsque le thème traité est de nature scientifique ou technique. Ainsi, on trouve au numéro du 31 juillet 1797 du Correo de Valencia un développement sur le feu et ses propriétés dans lequel sont citées les réflexions et découvertes de Nieuwentyt, Boerhaave et Reynaud, scientifiques de la fin du xviie et du début du xviiie siècle. De même, l’article des Efemérides intitulé « Sur le lien qu’entretient la vie avec la respiration » se fonde sur les découvertes de scientifiques du xviiie siècle comme Albrecht von Haller, Antoine Lavoisier ou Ignacio María Ruiz de Luzuriaga65. Enfin, les articles d’érudition peuvent aussi être inspirés par l’air du temps, lorsqu’ils s’inscrivent dans des débats propres aux Lumières. C’est le cas des articles historico-scientifiques sur les cimetières et leur construction intra ou extra-muros. On en trouve, par exemple, dans le Semanario de Cartagena, dans le Diario de Valencia et dans le Correo de Xerez66. C’est également le cas des articles et anecdotes vantant l’allaitement maternel, ou de ceux s’intéressant aux bienfaits de la vaccination.

  • 67 Diario de Madrid, 11 avril 1788 et 25 mai 1790.
  • 68 « por acercarse ya el tiempo de esta abundante fruta » (Diario de Madrid, 21 octobre 1788, p. 1073)
  • 69 « con motivo de la guerra entre Rusos y Turcos » (Diario de Madrid, 3 juin 1789, p. 614).
  • 70 « con motivo de la actual guerra que hay entre nuestra Corte y la de Marruecos » (ibid., 6 octobre (...)

30D’autres fois, les articles d’érudition s’apparentent à des écrits de circonstance. Comme pour les critiques de mœurs, l’élément déclencheur peut être religieux, ainsi qu’en témoigne le discours sur le jeûne par « El amante de la verdad », inséré le 11 mars 1794 dans le Semanario de Salamanca. Mais c’est plus fréquemment la saison, détachée de sa portée religieuse, qui fait l’objet d’articles didactiques. Dans le Diario de Madrid, les mois d’avril et mai sont l’occasion d’apprendre comment prendre soin de sa santé au printemps et comment, plus spécifiquement, lutter à peu de frais contre les fièvres tierces à l’approche de l’été67. En automne, « dans la mesure où la saison de ce fruit abondant approche », on apprend à faire la différence entre deux types de châtaignes68. Cependant, en dehors de ces écrits saisonniers que l’on retrouvait déjà parmi les critiques de mœurs, on relève également un certain nombre d’articles dont la publication est motivée, cette fois-ci, par un événement précis. La célébration d’une corrida suscite l’inclusion, dans le Correo de Sevilla du 15 octobre 1803, d’une lettre de Maupertuis sur le rapport entre les hommes et les animaux. Des guerres donnent au Diario de Madrid l’occasion de faire une présentation géographique de différents pays : la péninsule de Crimée le 4 juin 1789 – « à l’occasion de la guerre entre les Russes et les Turcs »69 –, le Maroc les 6 et 7 octobre 1791 – « à l’occasion de la guerre qui se déroule actuellement entre notre Cour et celle du Maroc » (p. 1125)70. On ne peut pas parler d’actualité à proprement parler, puisque le même article informatif aurait pu être publié à une autre époque – il l’a d’ailleurs peut-être été –, sans que son contenu ne varie substantiellement. Mais son insertion dans la presse correspond néanmoins à une réalité temporelle précise.

  • 71 « Origen, progresos y estado actual del establecimiento de una nueva Compañía de Seguros terrestres (...)
  • 72 « Reflexiones sobre el estado actual de las ciencias en Alemania » (Minerva, 8, 12 et 15 mai 1807).

31Ainsi, les articles d’érudition témoignent de rapports divers à l’actualité, mais ils s’inscrivent tous, tout comme les critiques de mœurs, dans un contexte large. Une minorité d’articles, néanmoins, sort de cette indéfinition pour être en prise directe avec l’actualité. C’est notamment le cas de certains articles géopolitiques, qui s’intéressent à la population actuelle de telle ville ou tel pays : le Diario de Madrid, par exemple, fait le point sur le nombre d’habitants de Cadix le 22 avril 1787, celui du Danemark les 6 et 7 octobre 1807. C’est aussi le cas d’articles historiques qui incluent dans leur développement une mise au point sur l’actualité. On peut citer, dans cette perspective, l’article « Origine, progrès et état actuel de l’établissement d’une nouvelle Compagnie d’assurances terrestres et maritimes » paru dans le Memorial literario71 ou bien l’article « Réflexions sur l’état actuel des sciences en Allemagne » paru dans Minerva72.

Les pièces en vers

  • 73 « la oportunidad da el alma a todas cosas » (Semanario de Salamanca, 14 mai 1795, p. 149).

32Nombre de journaux culturels intègrent dans leurs numéros des poèmes, afin de distraire les lecteurs, de rendre le périodique plus agréable. Le thème qui y est traité importe souvent peu, l’important étant davantage le style et l’effet créé. Cependant, il arrive que le choix de ces vers soit justifié par le moment de sa parution, les poèmes devenant alors à leur tour écrits de circonstance, guidés par l’adage énoncé par le Semanario de Salamanca : « l’occasion est la source de toute chose »73. Ainsi, chaque fête religieuse est ponctuée de poèmes de célébration : hendécasyllabes pour la naissance du Christ, odes à la gloire de la Vierge pour le 15 août, hymnes pour la Fête-Dieu… Le Correo de Valencia du 18 mars 1799 publie le sonnet A la ingratitud de los judíos, signé T.M. (p. 175) et, le 22, Sentimientos en la muerte de Jesús, du même auteur (pp. 182-183). Chaque événement d’importance, comme le carnaval, délie les plumes. Chaque saison donne lieu à des poèmes, décrivant souvent avec grandiloquence les variations de la nature. Les dates anniversaires des rois sont aussi l’occasion de publier des vers d’hommage, comme dans le Diario de las musas du 9 décembre 1790, où l’on peut lire un poème en l’honneur de l’anniversaire de Luisa de Borbón (pp. 35-40). Le poème aurait tout aussi bien pu, là encore, être publié le 9 décembre 1789 ou le 9 décembre 1791.

  • 74 « composiciones en verso de tono piadoso-sensiblero y apologético » (Más Galván, 1990, p. 325).
  • 75 Correo literario de Murcia, 19 mars 1793, p. 183, et 27 juillet 1793, pp. 194-196.
  • 76 On trouvera tous ces poèmes dans les numéros du mois d’août 1792 du Diario de Madrid : le 15, le 17 (...)

33Mais à côté de ces nombreux poèmes de circonstance, d’autres entretiennent un rapport plus fort à l’actualité. C’est ainsi que les événements relatifs à la famille royale donnent lieu à l’insertion d’odes et de sonnets, comme par exemple lorsque, le 16 avril 1792, le Diario de Valencia publie des vers pour la naissance de l’infant Felipe María de Borbón. Ou lorsque la mort de Charles III et l’avènement de Charles IV entraînent l’insertion de plusieurs pièces en vers dans le Correo de Madrid (janvier et février 1789). De même, les grandes guerres dans lesquelles l’Espagne est impliquée suscitent l’écriture et la publication de poèmes. On peut relever divers exemples, dans le Correo literario de Murcia, de « compositions en vers de tonalité pieuse, mièvre et apologétique »74, comme le Soneto a la nación francesa ou le chant A la gloriosa plausible acción ejecutada el 6 de Junio pasado frente de Ronces-Valles por el Excelentísimo Señor Don Ventura Caro75. Plus rarement, des poèmes sont également publiés à l’occasion de découvertes, d’événements publics d’importance. C’est le cas, notamment, des voyages aérostatiques de Vicente Lunardi, exploit très célèbre et vanté à plusieurs reprises dans le Diario de Madrid : épigrammes d’Álvaro María Guerrero, décimas de Miguel Boldo, octavas de D.R.M. de la C., tercets de Francisco Gregorio de Salas, sonnets anonymes, tercets signés « Joseph del Mazo », sonnet de C., octavas de M.C.C.C.L.76. Tous ces poèmes sont publiés dans un délai de quelques jours après l’exploit, tissant ainsi un lien étroit avec les événements narrés.

34Parfois, donc, les poèmes publiés dans les journaux culturels du xviiie siècle sont liés aux événements du moment. Cependant, cette adéquation ne se manifeste que pour une infime partie des pièces en vers. Dans toutes les autres, les descriptions et les récits sont si atemporels que la date de parution importe peu. La preuve en est qu’un poème peut être publié à plusieurs années d’intervalle dans deux périodiques différents. C’est le cas, par exemple, d’une cantinela publiée le 11 juin 1793 dans le Diario de Madrid, et reprise dans le Semanario de Zaragoza plus de cinq ans plus tard, le 31 août 1798.

Lorsque la presse se veut en prise avec son temps

35Critiques de mœurs, articles d’érudition et poèmes témoignent donc d’un certain détachement de la presse culturelle vis-à-vis de son époque : le siècle et ses centres d’intérêt ne sont pas occultés, mais leur présence est lâche et diffuse. Seules quelques rares réflexions, seul un petit nombre de pièces en vers s’avèrent en prise directe avec un événement précis. Mais d’autres types d’articles, parmi ceux que cultive la presse des Lumières, inversent cette proportion et accordent à l’actualité une importance non négligeable.

Les critiques d’ouvrages

36La critique des ouvrages publiés en Espagne ou dans les pays voisins occupe une place de choix au sein des pages des journaux culturels. Or pour cette catégorie d’articles, le degré d’actualité peut se calculer grâce à l’indication quasiment systématique de l’année de publication de l’ouvrage concerné. Faute de pouvoir affiner davantage l’estimation, on considérera qu’une critique est actuelle lorsqu’elle est faite l’année de la publication de l’ouvrage, ou au cours des tout premiers mois de l’année suivante.

  • 77 « por cuanto no todos los trimestres habrá libros suficientes para llenar un volumen como este, se (...)

37Le premier journal du corpus de cette étude, le Diario de los literatos, est composé presque exclusivement de comptes rendus d’ouvrages. En principe, comme on peut le lire dans l’introduction du périodique, ces comptes rendus portent sur les livres parus en Espagne au cours des trois mois précédents : la temporalité est alors assez resserrée. Néanmoins, dans la pratique, ce principe va être souvent mis à mal. Premièrement, parce que les questions de délai de licence évoquées plus haut viennent largement perturber les plans des éditeurs : si le tome I – qui porte sur les ouvrages parus entre janvier et mars 1737 – est vraisemblablement sorti dès le mois d’avril, le tome VII – qui porte sur ceux parus entre juillet et septembre 1738 – ne peut avoir été publié avant le 10 février 1742, date de paiement de la taxe d’impression. Mais l’actualité trimestrielle passe parfois au second plan volontairement. C’est ce que montre le choix éditorial indiqué dès l’introduction : « dans la mesure où il n’y aura pas tous les trimestres des livres en nombre suffisant pour emplir un volume comme celui-ci, on mêlera des comptes rendus d’autres livres dans l’ordre de leur parution depuis le début du règne de notre monarque Philippe V (que Dieu le garde) »77.

38Qu’en est-il, donc, dans la pratique ? Des vingt-huit ouvrages commentés dans le premier numéro, vingt-deux comportent l’indication de leur année de parution. De ces vingt-deux, neuf correspondent à des ouvrages de 1737 – conformément au projet du journal –, huit à des ouvrages de 1736 – également signe d’une certaine nouveauté, dans la mesure où le journal paraît a priori en avril 1737 – mais quatre ouvrages commentés sont de 1735 et un ouvrage commenté brièvement est de 1728. Pour le troisième numéro, correspondant au troisième trimestre de 1737, des huit comptes rendus pour lesquels l’année de publication des ouvrages est indiquée, un seul ne correspond pas à un ouvrage de 1737 mais de 1736. Pour le septième numéro, enfin, correspondant normalement au troisième trimestre de 1738, la répartition se fait de la manière suivante : parmi les huit comptes rendus pour lesquels la date de parution de l’ouvrage est indiquée, six correspondent à une parution en 1738, un à une parution en 1737 et un à une parution en 1728. Si l’on se penche à présent sur les comptes rendus d’ouvrages espagnols parus dans le Memorial literario au cours des quatre premiers mois de 1786, on constate que sur les quarante-trois comptes rendus, quarante et un indiquent la date de parution du livre analysé et que sur ces quarante et un, quinze correspondent à des ouvrages de 1786 (dont treize pour les mois de mars et d’avril, ce qui laisse un peu plus de marge aux éditeurs), la majorité – vingt-deux – à des ouvrages de 1785 puis les années de parution des ouvrages commentés se diversifient : trois pour 1784, trois pour 1764 et un pour chaque année suivante : 1782, 1779, 1778, 1768, 1767, 1759, 1732.

  • 78 « El objeto de la crítica literaria periodística no es descubrir la verdad de la literatura sino ca (...)

39Que peut-on déduire de ces deux exemples ? Dans quelle mesure la presse culturelle espagnole du xviiie siècle se conforme-t-elle à ce qu’affirme Luis Beltrán Almería à propos des critiques d’ouvrages : « Le but de la critique littéraire journalistique n’est pas de découvrir la vérité de la littérature mais de capter ce qu’il y a de nouveau dans le monde littéraire. Cela revient à découvrir de nouvelles valeurs, de nouvelles œuvres, et à censurer ce qui ne correspond pas aux exigences de nouveauté et d’actualité »78 ? Il semble qu’en effet, les journaux culturels donnent la priorité à la date de parution des ouvrages qu’ils commentent, la majorité des comptes rendus – et parfois la totalité – portant sur l’année en cours ou l’année précédente. Mais cette priorité est doublée d’une autre, qui se combine à la première et parfois s’y substitue : la question de la qualité de l’ouvrage et, surtout, de son utilité. Souvent, cette seconde priorité s’explique par le fait que les journaux n’ont pas une durée de vie illimitée et que, par conséquent, ils voudront à tout prix commenter un ouvrage jugé important mais paru quelques années avant, alors que la publication périodique n’existait pas, ou pendant une interruption involontaire de celle-ci. De ce phénomène, on peut relever plusieurs indices dans les prologues et commentaires des éditeurs. Ainsi, le Mercurio literario déclare, à propos des comptes rendus d’ouvrages :

  • 79 « Siendo muchos los libros que han salido a luz hasta ahora, e ignorando el número y calidad de los (...)

Dans la mesure où de nombreux livres ont vu le jour jusqu’à maintenant et puisque l’on ignore le nombre et la qualité de ceux qui seront publiés d’ici à la fin de l’année, nous avons résolu de commencer à examiner les plus importants pour que, dans le cas où nous ne pourrions pas tous les résumer, ce soit ceux dont la connaissance intéresse le moins les hommes de lettres qui soient omis. Le lecteur ne s’étonnera donc pas que nous choisissions de ne pas suivre l’ordre de leur publication79.

  • 80 « Los libros impresos desde principio de abril son los de que ofrecemos dar cuenta al público, pero (...)

De même, on peut lire au numéro 5 d’El Hablador juicioso : « Les livres imprimés depuis le début du mois d’avril sont ceux dont nous nous proposons de rendre compte auprès du public, mais si nos forces nous le permettent, nous ferons de même avec les précédents »80.

40Mais si l’utilité l’emporte parfois sur l’actualité, il n’en reste pas moins que la proportion entre éléments d’actualité et éléments détachés de l’actualité s’inverse, au sein des critiques d’ouvrages, par rapport à celle en vigueur dans le cadre des pièces en vers. Le rapport de la presse culturelle à son temps se fait plus étroit et plus régulier.

Les « faits du jour »

41La catégorie des « faits du jour », elle, franchit encore une étape supplémentaire. Certes, j’emploie cette expression avec un peu d’ironie dans la mesure où les « faits du jour » ne seront narrés parfois qu’avec plusieurs semaines de décalage. Toujours est-il qu’on est ici en présence d’articles qui s’intéressent directement au temps d’ancrage des périodiques.

  • 81 Rappelons que, si la presse quotidienne naît en Angleterre en 1702 avec la parution du Daily Couran (...)
  • 82 « muchas veces hay en esta Corte una persona que tiene precisión, o encargo, de comprar algunas cos (...)

42Il est vrai que très souvent, ce sont des éléments en marge de la thématique culturelle qui s’inscrivent dans ce rapport étroit avec les événements récents. Certains relèvent du domaine politique : les nouveaux textes de loi, publiés rapidement en raison de leur importance – et très certainement à la demande du gouvernement. Ainsi, un décret royal portant sur le commerce en Amérique, promulgué le 28 février 1789, est publié le 9 mars de la même année dans l’Espíritu de los mejores diarios. Un édit sur les cimetières du 28 juin 1804 est publié les 22 et 23 juillet suivants dans les Efemérides. Les célébrations qui ont lieu autour de la famille royale suscitent, elles aussi, le désir d’informer le public dans les plus brefs délais. Le second numéro de février 1790 du Memorial literario décrit l’itinéraire de Charles IV à travers la Real Villa de Navalcarnero les 3, 10 et 11 février (pp. 245-258). Le 9 juillet de la même année, le Diario de Valencia décrit les célébrations qui ont eu lieu à Valence le 4 et le 5 juillet, à l’occasion du serment de fidélité à la Couronne prononcé par le Prince des Asturies. D’autres « faits du jour » relèvent du domaine économique. C’est le cas des indications des prix des céréales, des heures d’arrivée de bateaux, des résultats du tirage de la loterie ou de toutes les petites annonces de vente ou de services que publient les journaux mi-culturels mi-économiques. D’ailleurs, lorsque le Diario de Madrid se justifie du choix de la périodicité quotidienne81, il fonde son argumentation sur la partie économique du périodique, arguant qu’« il est très courant, à la Cour, de voir des gens qui ont besoin d’acheter des choses pour elles ou qui ont été chargées de le faire pour des personnes de leur contrée. Ces personnes se trouvent à la Cour pour un jour et non pas pour toute la semaine ; donc si elles venaient ou restaient à Madrid un jour différent de celui de la publication du Diario, les annonces que celui-ci communiquent seraient dépassées ou inopportunes »82.

  • 83 « temporal extraordinario » (Memorial literario, décembre 1786, p. 571).
  • 84 Efemérides, 1er et 2 avril, 1er et 2 juillet 1804.

43D’autres « faits du jour », néanmoins, ont bel et bien trait à l’actualité culturelle – dans le sens large que lui octroie le xviiie siècle, qui mêle la littérature et les arts aux sciences et aux études de mœurs. C’est le cas des articles de réflexion scientifique ou technique dont l’écriture et la publication sont suscitées par un événement ponctuel. La plupart du temps, l’élément déclencheur est un phénomène naturel d’une grande ampleur, qui vient troubler le quotidien d’une ville ou du pays entier : éclipses, comètes, tremblements de terre, inondations... Parfois, un tel événement ne donne lieu qu’à une description ou à des calculs. C’est ainsi que le Memorial literario publie quelques lignes sur l’« extraordinaire tempête »83 qu’a connue la baie de Cadix le 22 du mois de décembre 1786 sans accompagner le récit de la moindre analyse, ou que les Efemérides de España publient à plusieurs reprises les calculs de José González Ortiz sur une éclipse du soleil ou l’occultation d’une étoile par la lune84. D’autres fois, cependant, la description de l’événement n’est que le point de départ, ancré dans l’actualité, d’une réflexion scientifique plus générale. Le Correo de Murcia du 18 septembre 1792 contient ainsi l’avertissement suivant :

  • 85 « En la noche del día 16, se experimentó una terrible nube que cargó la atmósfera de esta ciudad, a (...)

Dans la nuit du 16 s’est formé un terrible nuage qui a alourdi l’atmosphère de cette ville et foudroyé à plusieurs reprises le clocher de la Cathédrale ainsi que d’autres endroits. Étant donné que nous n’avons pas encore pu juger avec l’exactitude qu’exige cette importante question l’évolution et les dégâts de ces éclairs, nous tenterons d’établir ce point dans le prochain Correo, en faisant le récit circonstancié des effets produits par ce phénomène et en exposant les réflexions qu’ils impliquent naturellement, selon la doctrine des meilleurs physiciens85.

  • 86 Diario de Madrid, 18 et 19 septembre, 7 et 8 octobre, 16 novembre 1790.
  • 87 Memorial literario, août 1790 n° 1, septembre 1790 n° 1 et 2.
  • 88 « descripción y método curativo de la calentura efemera catarral que se observa actualmente en esta (...)

Alors que la tempête a eu lieu dans la nuit du 16 au 17 septembre, le périodique en fait état dès le 18 septembre. Et l’article scientifique publié à ce sujet paraît dès les 22 et 25 septembre, exposant aux lecteurs non seulement la description minutieuse de l’événement, mais également une analyse des causes physiques de la tempête, fondées notamment sur les théories de Franklin, de Feijoo et de l’abbé Claude Chappe. La réactivité vis-à-vis de l’événement est ici remarquable. Le cas de l’incendie de très grande ampleur qui se déclenche sur la Plaza mayor de Madrid dans la nuit du 16 au 17 août 1790 s’inscrit dans la même perspective. Le Diario de Madrid évoque l’événement dès le 19 août, puis, dans les numéros des 20, 21, 24, 26 et 29 du même mois, les éditeurs publient une description détaillée de l’incendie et des dispositions techniques et juridiques prises pour tenter d’en venir à bout. Quelques semaines plus tard, ce sont des articles de réflexion sur le sujet qui font leur apparition dans le quotidien : Cándido María Trigueros et F.M.G. s’intéressent à l’odeur de soufre qui émane de la place, Roque María Ubón et E.T.J. exposent différentes méthodes pour mettre fin aux incendies et empêcher leur propagation86. Le Memorial literario prend, lui aussi, le temps de décrire ces événements et de tenter de les expliquer87. D’autres fois, ce n’est pas un phénomène naturel mais un cas médical extrême ou une épidémie qui est à l’origine d’un article et amène le journal à s’intéresser de près à une maladie et, en général, à la santé et à l’hygiène. Ainsi, le Diario de Valencia publie l’article « description et méthode pour soigner la fièvre éphémère catarrhale que l’on observe actuellement dans cette ville, et dans de nombreux autres lieux », dans lequel P.P. Viñes expose les symptômes de cette fièvre et les traitements à suivre selon l’âge du patient88. L’analyse des causes, elle, assumée par un médecin auquel s’est adressé le narrateur de la lettre, est publiée deux semaines plus tard, le 24 avril. À travers ces différents exemples, on voit qu’il arrive que les articles techniques et scientifiques de la presse du xviiie siècle soient publiés en réponse à un événement précis, signe du lien qui existe entre périodique et actualité.

  • 89 « Si agrada al público esta relación que he hecho con el mayor cuidado, la repetiré en las funcione (...)

44Une autre catégorie d’articles ayant trait à des « faits du jour » est celle des comptes rendus de corridas et de représentations théâtrales. Ces comptes rendus sont de trois types : purement quantitatifs lorsqu’ils consistent à indiquer les recettes, uniquement descriptifs parfois – pour les corridas notamment –, véritablement analytiques lorsqu’il s’agit de faire la critique de l’événement. Mais de quelque type qu’ils soient, le lien avec le moment où a eu lieu le combat ou la représentation est primordial. Certes, on trouve dans les journaux des récapitulatifs mensuels ou annuels des recettes théâtrales ou de la corrida. Mais le plus souvent, les journaux essaient de donner avec régularité le résumé des bénéfices obtenus pour chaque événement. Ainsi, on trouve dans le Diario de Madrid les recettes de la corrida du 15 dans le numéro du 17 juin 1795, et celui du 4 juillet indique les recettes de la corrida du 2. Tous les numéros d’août et d’octobre 1807 de Minerva informent les lecteurs des recettes de la représentation théâtrale de la veille. La description et la critique de ces divertissements se font également à la date la plus proche possible de l’événement, alors qu’il est encore bien présent dans les esprits. On a déjà donné l’exemple du Diario estrangero, dont les critiques théâtrales ne sont la plupart du temps publiées qu’avec deux à quatre jours de délai par rapport au jour de la représentation. Plus rapide encore, le Diario de Murcia, en janvier 1792, rend compte des pièces représentées la veille par la compagnie de Baus : le Mágico de Estracán, représenté à partir du 31 décembre 1792, est analysé dès le 1er janvier 1793, El Diablo predicador, représenté à partir du 16 janvier, est analysé dès le 17. D’ailleurs, l’actualité de la critique dramatique est d’une telle évidence que le Diario de Murcia, le plus souvent, ne prend pas la peine de citer le titre de la pièce lorsqu’il commente « la pièce d’hier ». En ce qui concerne la corrida, notons que la première véritable critique taurine apparaît dans le Diario de Madrid, le 20 juin 1793. Or, elle porte sur un événement du 17 juin, ce qui signifie que le délai de réaction est très rapide, surtout si l’on prend en compte qu’elle est le fait d’un lecteur – qui signe « Un curioso ». Ce dernier souligne d’ailleurs l’impératif de rapidité auquel cet exercice est soumis lorsqu’il finit sa chronique sur ces mots : « Si ce récit que j’ai fait avec le plus grand soin plaît au public, je le renouvellerai, et ce plus promptement, pour les corridas du reste de l’année »89.

  • 90 « por no haberse aún impreso » (Efemérides, 30 avril 1805, p. 70).
  • 91 « Los dramas nuevos que se fueren representando serán censurados luego que se publiquen impresos, p (...)
  • 92 « come[rse] la mitad de las palabras » (Efemérides, 10 mai 1805, p. 114).
  • 93 « el toser de la gente, que el decir de los actores » (Minerva, 16 février 1808, p. 243).

45Mais évidemment, la rapidité de réaction n’est pas toujours égale, et les fluctuations imposées par la périodicité de chaque journal sont importantes. Dans le Memorial literario, par exemple, les critiques dramatiques sont publiées théâtre par théâtre, en respectant la chronologie mensuelle des pièces représentées successivement. Et les comptes rendus de corrida – moins nombreux – font également l’objet d’un récapitulatif mensuel : il ne pourrait en être autrement étant donné la formule périodique adoptée par le journal. Par ailleurs, il n’est pas rare que les critiques théâtrales donnent lieu à un large débat, se prolongeant sur plusieurs semaines. La représentation théâtrale perd alors peu à peu en actualité. C’est le cas, par exemple, de la critique d’El hipócrita dans le Diario de Madrid. L’analyse est initialement faite par un lecteur qui signe « El Chezo », le 21 février 1802 : la représentation avait donc eu lieu au plus tard le 20. Or, cette lettre suscite des réactions de la part de Pamela Jerezu Román, E.V. y A., D. Geta, Y.D., Juan Valle y Codes, auxquelles « El Chezo » répond parfois, ce qui fait que le Diario de Madrid parle encore de la représentation de cette pièce le 27 avril. Enfin, il arrive aux éditeurs de ne faire la critique d’une représentation qu’une fois le texte de la pièce imprimé. Ainsi, on peut voir une critique du mélodrame Saul de Francisco Sánchez, dont la première représentation avait eu lieu aux Caños del Peral le 6 mars, dans le numéro du 30 avril 1805 des Efemérides. Indirectement, les éditeurs donnent l’explication de ce délai en précisant qu’ils ne commenteront pas les autres pièces représentées pendant la période du Carême « car elles n’ont pas encore été imprimées »90. Ce recours au papier signifie-t-il que les journalistes n’assistaient pas aux représentations ? Il semblerait plutôt que ces derniers ressentaient le besoin de compléter leurs impressions par une analyse plus posée. C’est en tout cas ce qu’une remarque insérée dans El Regañón general donne à penser : « Les nouvelles pièces qui ont été représentées seront jugées après leur publication, dans la mesure où la seule représentation ne permet pas d’établir une évaluation satisfaisante de celles-ci, à moins que leurs auteurs n’envoient à ce tribunal leurs manuscrits […] »91. Les conditions de représentation de l’époque, loin du silence respectueux de mise de nos jours, n’étaient pas propices à la concentration et à l’analyse. « El Efimerista » évoque à ce propos la difficulté de compréhension liée au fait que les comédiens ont l’habitude de « manger la moitié des mots »92, tandis que « El Hispano-Galo », dans une lettre qu’il adresse à « Sr. I.O.A. », précise qu’il est courant d’entendre davantage « la toux des gens, que les paroles des acteurs »93.

  • 94 « La función del coliseo de los Caños del Peral se anunciará por carteles, no habiéndose podido det (...)

46Mais que les événements narrés soient de la veille, de la semaine antérieure ou du mois précédent, tous ces « faits du jour » entretiennent véritablement un rapport étroit avec l’actualité : à chaque fois, l’apparition de telle ou telle analyse, de telle ou telle description, n’est pas anodine et s’explique temporellement parlant par les événements directement antérieurs. Par ailleurs, il arrive même que l’on puisse parler de « faits du jour » au sens strict, lorsqu’un journal annonce les représentations théâtrales, les corridas ou les fêtes religieuses qui vont avoir lieu le soir même. S’il est parfois difficile de le faire en temps et en heure, comme le montrent les excuses que sont obligés de présenter les éditeurs des Efemérides le 9 octobre 1804 – « La représentation du théâtre Caños del Peral sera annoncée par voie d’affiches : il n’a pas été possible de connaître ce qui sera joué à temps pour l’insérer dans ce journal, car plusieurs membres de la compagnie sont malades »94 –, l’ actualité de l’information est de mise.

Réactivité et délais de publication

47Reste à aborder la question du rapport de la presse culturelle à l’actualité sous un autre angle d’analyse, qui vient compléter l’approche par types d’articles : la question des délais de publication des éléments adressés aux éditeurs pour insertion : poèmes, lettres, articles. En effet, connaître ces délais de publication, c’est en savoir un peu plus à propos de la réactivité des journaux culturels. Avant de commencer l’analyse, je tiens à souligner deux limites inhérentes à cette approche. L’absence, tout d’abord, de l’indication de la date d’écriture pour la plupart des éléments insérés dans les périodiques culturels du xviiie siècle. Le nombre de contributions datées est néanmoins suffisamment important pour que l’analyse soit révélatrice. Le fait, ensuite, que l’on ne soit pas sûr de l’authenticité de toutes les lettres supposément envoyées au journal. Dans la mesure où j’aborderai cette question, fondamentale, plus avant, je me limiterai pour le moment à étudier des exemples dont la vraisemblance incite à penser qu’ils correspondent à d’authentiques courriers.

  • 95 En dehors des derniers mois de parution, du 13 octobre 1790 au 24 février 1791, pendant lesquels le (...)

48Procédons à l’examen des délais de publication des éléments envoyés par les lecteurs dans deux journaux : le Diario de Barcelona, quotidien, et le Correo de Madrid, bi-hebdomadaire95. Il aurait été intéressant d’analyser également une publication mensuelle, afin de comparer les résultats. Cependant, c’est là un travail difficile à mener de manière suffisamment précise dans la mesure où, des trois mensuels que compte le corpus de cette étude, le seul qui contienne un nombre suffisant de lettres de lecteurs datées est le Memorial literario. Or, nous ignorons ses dates précises de parution, ce qui rend l’estimation très hasardeuse. Mais il est déjà révélateur que seules soixante lettres soient datées pour ce périodique qui ne compte pas moins de cinquante-deux tomes : la date d’écriture semble perdre une grande partie de son sens lorsque la périodicité est mensuelle. En ce qui concerne l’étude du Diario de Barcelona et du Correo de Madrid, afin de mesurer le degré de rapidité d’insertion des contributions extérieures, j’ai découpé les délais de publication en cinq catégories de temps : inférieur ou égal à cinq jours, de six à quinze jours inclus, de seize jours à un mois inclus, entre un et deux mois, supérieur à deux mois.

  • 96 J’en ai écarté une dont l’authenticité et la datation posaient problème.

49Le Diario de Barcelona compte 153 envois datés. Cela n’est pas beaucoup si l’on considère que ce quotidien comporte plus de 400 lettres de lecteurs, sans compter les poèmes et autres contributions extérieures. De ces 153 envois datés, 5 sont à considérer à part dans la mesure où ils correspondent à des lettres ou articles pris dans d’autres journaux. Les 148 envois restants sont constitués de poèmes ou de contes, de lettres de lecteurs mais aussi d’énigmes – et de leurs réponses – ainsi que de quelques lettres entre tiers. Le tableau suivant reprend les résultats obtenus pour les 18 pièces littéraires et les 116 lettres de contributeurs96, catégories les plus représentées et, par conséquent, les plus significatives. Pour ce qui est des lettres, notamment, la répartition des différents envois est remarquable, et le délai compris entre six et quinze jours nettement majoritaire.

50En ce qui concerne les contributions qui naissent d’une réaction face au contenu du journal, les délais de publication varient en fonction de la nature de la réponse attendue. Les résolutions d’énigmes, succinctes, font souvent preuve d’une très grande réactivité. Les lecteurs se prennent au jeu et le journal, à son tour, ne tarde pas à insérer la réponse, pour répondre aux attentes des lecteurs. Ainsi, le 31 mars 1794, R. del Vellocino soumet aux lecteurs du Diario de Barcelona une énigme que M.L., le 2 avril, résout : sa solution est publiée dès le 7 avril. Le 6 avril de la même année, A.P. y L. soumet lui aussi une énigme, qu’Euscalduna résout le jour même, solution qui sera insérée le 12. Parfois, les délais sont nettement plus longs, cependant la solution de l’énigme ne se fait a priori pas attendre plus de dix jours. Dans le cadre de correspondances de plus de contenu, les délais sont généralement plus importants. Ainsi, la lettre d’« Elamante de la instrucción », qui paraît dans le Diario de Barcelona le 29 décembre 1793, suscite une réaction de la part de « Los Profesores de la Escuela, sita en la calle de las Filateras » : ils composent leur réponse le 24 janvier 1794 – soit quasiment un mois après la sortie du numéro – qui sera insérée dans le journal les 5 et 6 février, une dizaine de jours après. Au total, il faut donc compter ici un mois et demi entre une lettre et sa réponse.

  • 97 « Con la mayor brevedad insertaremos varias producciones que se nos han entregado de bastante mérit (...)

51Il faut dire que, dans le cadre de ces correspondances suivies, plusieurs facteurs entrent en jeu : l’organisation des éditeurs du journal comme le degré de réaction des différents lecteurs impliqués dans l’échange. Autant de paramètres invoqués ici et là. Le 17 décembre 1790, on peut ainsi lire dans le Diario de las musas le commentaire suivant : « Nous publierons dans les plus brefs délais différentes productions d’un assez grand mérite qu’on nous a livrées. Nous n’avons pas pu le faire jusqu’à présent et prions les intéressés de bien vouloir nous pardonner ce retard »97. Dans le Correo de Murcia, « El autor del Espudeo » explique le 27 octobre 1792 que, s’il a tardé à répondre au « Curioso preguntón » – et pourtant, la réponse est publiée dans un délai de quatorze jours –, c’est parce qu’il a reçu le numéro du journal avec six jours de retard (pp. 133-134). Dans le Diario de Madrid du 27 février 1799, un lecteur s’excuse de ne pas avoir répondu plus tôt à une lettre de J.Y.A. – incluse dans le numéro du 27 décembre de l’année précédente – en expliquant que ce retard est dû à une grave maladie (p. 233). Les excuses sont toujours très vagues et ne sont souvent accompagnées d’aucune véritable justification, mais leur présence montre bien la volonté de réactivité qui anime les éditeurs de quotidiens ainsi que leurs lecteurs.

  • 98 Il m’a semblé que l’échantillon de poèmes datés – dix, ou plutôt neuf si l’on exclut celui parodiqu (...)

52Le tableau suivant reprend cette fois les résultats obtenus à partir de l’analyse des 137 lettres de lecteurs datées, recensées dans le Correo de Madrid, parmi les quelque 500 que compte le périodique98 :

53Comme pour le Diario de Barcelona, c’est donc la deuxième catégorie qui réunit le plus grand nombre de lettres de lecteurs datées. Cependant, une comparaison du pourcentage des lettres s’insérant dans chacune des autres catégories montre que leur importance relative diffère notablement d’un périodique à l’autre :

54Un premier élément remarquable est la faible importance, pour le Correo de Madrid, de la première catégorie temporelle définie. Il semble tout à fait justifié d’attribuer cette caractéristique à sa formule bi-hebdomadaire, en comparaison avec la formule quotidienne du Diario de Barcelona. L’autre fait marquant est que la courbe descendante qui caractérise les trois dernières catégories est nettement plus marquée dans le cas du Diario que dans celui du Correo. Si publier une lettre deux mois après son écriture est le signe d’un retard significatif pris par les éditeurs, cela l’est nettement plus dans le cadre d’une publication quotidienne que dans celui d’une publication bi-hebdomadaire.

  • 99 « la epístola amatoria de Don Andrés Tornos, publicada en este Semanario Núm. 90 del Lunes 12 de No (...)

55Pour affiner cette analyse, la question des lieux d’écriture qui figurent parfois en tête ou en fin de lettre est à prendre en compte. On peut supposer que, lorsqu’un lecteur habite dans la ville d’édition du journal, il dépose sa lettre ou son poème. Les éditeurs n’ont qu’à prendre connaissance de cette contribution et peuvent éventuellement la publier dans le numéro suivant. En revanche, lorsqu’un lecteur doit envoyer sa contribution, celle-ci se trouve soumise au délai propre au système de courrier du xviiie siècle, ce qui suppose un délai supplémentaire non imputable aux éditeurs. Le Semanario de Zaragoza donne une estimation de ces délais irréductibles lorsqu’une note insiste sur la rapidité avec laquelle les vers du Dr. A.A. ont été écrits : « l’épître amoureuse de Don Andrés Tornos, publiée dans ce Semanario num. 90 du lundi 12 novembre, n’a pas pu arriver à Valence avant le 21 et les hendécasyllabes, écrits en son honneur, n’ont pas pu quitter cette ville après le 22, puisqu’on les a reçus ici le 30 »99. Autrement dit, il fallait huit jours pour qu’un périodique publié à Saragosse soit lu par les habitants de Valence, et huit jours pour qu’un courrier envoyé depuis Valence parvienne à Saragosse.

  • 100 « En esta mi portería » (Correo de Madrid, 31 mai 1788, p. 970).

56Certes, l’authenticité des indications relatives aux lieux d’écriture des lettres n’est pas avérée : il est possible qu’elles soient destinées à montrer que le périodique a un lectorat en dehors de sa ville de parution. Néanmoins, le lien logique que l’on peut constater entre ville d’écriture et délai de publication porterait plutôt à croire que les lieux indiqués sont, la plupart du temps, véridiques. Ainsi, dans le Correo de Madrid, la ville d’envoi est précisée pour 118 des 137 lettres datées, si l’on exclut les courriers pour lesquels les indications de lieu sont parodiques – Criticopolis au numéro du 15 décembre 1786 –, métaphoriques – Villa de los desengaños au numéro du 9 mars 1787 – ou anecdotiques – « depuis ma loge »100.

57Il est intéressant de voir, d’abord, que 50 lettres sur 118 sont écrites dans une ville autre que Madrid, signe d’un rayonnement national – voire international – beaucoup plus large que celui dont bénéficie le Diario de Barcelona, dont seules 23 lettres sur 116 sont écrites en dehors de Barcelone. Par ailleurs, il convient de souligner que les lettres non madrilènes sont très rarement publiées dans un délai inférieur à quinze jours. Les lettres écrites depuis la Cour, elles, sont très rarement publiées dans un délai supérieur à deux mois. Il semble bien que ce soit là la conséquence logique des délais de réception du périodique, et de réception de la réponse. Ce lien évident de cause à effet entre distance et rapidité de publication se donne très nettement à voir lorsque la ville d’écriture est particulièrement éloignée comme Algeciras : des douze lettres datées explicitement écrites de là-bas, une seule est publiée dans un délai d’un mois, six sont publiées avant l’échéance des deux mois et cinq au-delà de ce délai.

  • 101 « Nos es imposible guardar el orden que nos habíamos propuesto en la publicación de los papeles que (...)

58Les délais de publication des contributions extérieures s’expliquent donc en partie en fonction de la formule périodique adoptée par chaque journal culturel. Le Diario de Barcelona se montre plus réactif que le Correo de Madrid, qui lui-même accorde plus d’importance à la date des lettres envoyées que ne pourra le faire un journal mensuel. Cependant, la rapidité de parution de ces contributions est, une fois encore, très relative. Et une lettre, pourtant écrite de Madrid, peut attendre plus de sept mois pour être publiée dans le Correo de Madrid, comme c’est le cas pour celle d’Antonio Asenz de Tejada, publiée le 30 décembre 1789, alors qu’elle avait été écrite le 12 mai. Parfois, il est vrai, il arrive qu’une lettre soit publiée dès le lendemain de sa rédaction. C’est le cas de la réponse d’« El oficioso » à la critique théâtrale faite par « El ingenuo » de La mujer varonil, qui apparaît dans le Diario de Madrid dès le lendemain de la critique en question, publiée le 9 mars 1801. Mais on a affaire ici davantage à l’exception qu’à la norme. Comme pour les « faits du jour », être réactif veut souvent dire publier une lettre dans un délai d’une dizaine de jours. Et comme pour les critiques d’ouvrages, la publication rapide d’une lettre ne sera considérée comme une priorité qu’en fonction du calcul de son degré d’utilité par rapport aux autres matériaux disponibles. C’est ce que souligne le Correo de Madrid : « Il nous est impossible de conserver l’ordre que nous nous étions fixé dans la publication des papiers que nous recevons. Nous estimons que certains doivent être publiés avant, en raison soit de leur sujet, soit de leurs caractéristiques. Nous espérons que le public en sera satisfait »101.

59Ainsi, la presse culturelle espagnole du xviiie siècle témoigne d’une temporalité différente de celle qui caractérise les autres types d’ouvrages. Quotidiens et bi-hebdomadaires, hebdomadaires et mensuels imposent un rythme périodique qui, quoiqu’imparfait, en vient à modifier la législation de l’écrit et les habitudes de lecture. Chacune des publications, en outre, entretient un rapport spécifique avec les événements récents. Selon la formule périodique adoptée, selon les centres d’intérêt définis dans le prologue, selon les types d’articles qui prennent place dans chaque numéro, la réactivité varie. Dans ce domaine comme dans d’autres, la diversité est de mise. Mais d’une manière ou d’une autre, aucun journal culturel n’est indifférent à l’actualité de son temps, que ce soit pour rendre compte des livres parus, pour prendre part à un débat sur l’état du théâtre ou pour publier dans les plus brefs délais une contribution de lecteur. Et ce même si cette réactivité peut sembler d’une lenteur extrême selon les critères actuels. La temporalité de la presse culturelle du xviiie siècle, donc, vient définir celle-ci comme un genre à part. Reste à considérer à présent l’autre facette, également conditionnée par le système d’impression et de financement de l’époque : sa matérialité.

Notes

1 Saugnieux, 1978, p. 319.

2 « que finalmente acabará por imponerse para nombrarlo [el papel] no es más que el deslizamiento de lo que inicialmente era solo una condición adjetiva » (Urzainqui, 2009a, p. 91).

3 « salgan inmediatamente al público » (El Caxón de sastre cathalán, n° 1, p. 10).

4 Comme c’est le cas pour El Escritor sin título, El Amigo y Corresponsal del Pensador et El Corresponsal del Censor.

5 C’est là la périodicité choisie par le Diario estrangero, El Hablador juicioso, La Pensadora gaditana, Aduana crítica, El Novelero de los estrados, El Curioso entretenido, El Censor, El Observador, Discursos literarios, El Argonauta español et le Pasatiempo literario de Alcalá de Henares.

6 « Diario se intitulará este papel periódico, no porque saldrá todos los días, sino porque comprenderá los sucesos de cada uno de ellos » (Diario pinciano, « Plan del Diario », p. 6).

7 Si, comme on le verra, la mise en pratique est irrégulière, le numéro 1 indique bien, à la page 10, que l’ouvrage sera publié tous les lundis.

8 Lorsque, en 1806, les Efemérides deviennent mensuelles et adoptent le titre de Nuevas Efemérides de España, políticas, literarias y religiosas, leurs pages sont exclusivement consacrées à l’exposé des événements qui se sont produits, à différentes époques, chaque jour de l’année. Pedro María Olive ne procédant plus, alors, qu’à un travail de citation et de traduction de sources, je n’ai pas inclus cette dernière étape du périodique dans mon corpus.

9 « Hasta ahora no he determinado el método con que publicaré esta obra periódica ; veré cómo gusta a mis clientes, de quienes me constituyo incansable patrono » (El Apologista universal, n° 1, p. 16).

10 « se publicarán con el método posible, aunque desde luego, como queda dicho, no se asegura el día fijo de sus publicaciones » (La Espigadera, « Prospecto », p. 19).

11 Les documents les plus tardifs parmi les licences d’impression sont respectivement datés de la sorte : 13 avril, 24 juillet et 23 décembre 1737, 17 juin 1738, 18 mars 1739, 26 mars 1740 et 10 février 1742.

12 « Estos discursos saldrán el propio día que se anuncie en el antecedente, sin que haya en esto falta, ni descuido de parte del autor, ni de los impresores » (El Duende especulativo, 9 juin 1761, « Advertencia »).

13 « Esta obra saldrá todos los lunes, pero no me impongo la precisión de darla en aquel mismo día sin falta » (El Observador, n° 1, p. 55).

14 « Cada mes saldrá a luz un papel de cuatro pliegos, porque mi musa no es tan fecunda, que pueda parir todas las semanas » (Academia de ociosos, « Prólogo », p. 13).

15 Le premier numéro d’El Pensador est nécessairement postérieur au 21 septembre, date à laquelle le périodique est annoncé dans la Gaceta.

16 AHN, Consejos, 50658. Cité par Guinard, 1973, p. 102.

17 « Nuevo plan de suscripción para esta obra periódica » (Memorial literario, septembre 1787, n° 1, pp. 3-4).

18 Ces cinq derniers numéros du Memorial literario, que l’on ne connaissait qu’à travers les annonces du Diario de Madrid et de la Gazeta de Madrid, ont été publiés et étudiés par Elisabel Larriba. Larriba, 2010b.

19 « ignoro lo que podrán detener las justas diligencias para pasar estos borrones a la prensa » (La Pensadora gaditana, 14 juillet 1763, p. 17).

20 Castañón, 1973, pp. 47-65.

21 Caso González, 1989a, pp. 778-785.

22 Guinard, 1973, pp. 333-335.

23 « Unas composiciones poéticas de nuestro amigo Guilino, y otros varios papeles de nuestros apasionados al Semanario, están en la censura, y por esto no se han publicado hasta el presente » (Semanario de Salamanca, 18 octobre 1794, p. 38). Des avertissements du même type sont également présents aux numéros des 1er et 4 mars 1794.

24 Hesse, 2009.

25 « Este discurso cxxiv fue recogido por su autor después de impreso y sin darle al público, pero en su lugar dio a luz el siguiente » (El Censor, n° 124 [inédit], p. 1096).

26 Ces quelques lignes sont basées sur Guinard, 1973, pp. 293-297 et sur Caso González, 1989a.

27 « por constituir en sustancia una sátira expresa o clara contra “D. Juan Pablo Forner” » (Alted Vigil, 1984, p. 170).

28 Enciso Recio, 1956.

29 Je reviendrai sur cette question au cours de la quatrième partie.

30 El Censor, nº 109, p. 965.

31 « por la mucha ocupación de las prensas » (Correo de Murcia, 4 janvier 1794, p. 8).

32 « Varios incidentes y obstáculos que hemos tenido que vencer nos han sido causa de la tardanza en las noticias hasta ahora » (Memorial literario, mars 1784, p. 4).

33 « la salud que […] no ha tenido » (Diario pinciano, 24 octobre 1787, p. 353).

34 « la grave y prolija enfermedad » (Correo de Xerez, 29 décembre 1806, p. 416).

35 « con motivo de las próximas fiestas » (El Pensador, n° 79, p. 126).

36 « a causa de ciertas circunstancias que nos precisan a convertir nuestras miras a otro objeto » (Semanario de Zaragoza, 19 mars 1801, p. 1008).

37 « […] el trabajo es grande para su autor, siendo solo, como es, para llenar todas las partes que ofreció en su plan. Por esto merecen disculpa sus defectos ; y los que se noten en el presente número, la merecen mayor por haberse este formado en los cortísimos intervalos que han dejado libres al diarista las tercianas que le han acometido » (Diario pinciano, 12 septembre 1787, pp. 343-344).

38 « lo que van adelantando cada día las ciencias y las artes » (Diccionario de Autoridades).

39 « ¿A quién sino a ellos se debe la rapidez con que en nuestros días se han difundido por toda Europa los útiles resultados de los experimentos sobre la economía del fuego, las curiosas observaciones sobre la electricidad galvánica, el descubrimiento de la vacuna, beneficio inmenso hecho a la humanidad ? Ellos son los que dilatan la esfera de los triunfos y aplausos que consiguen el orador, el pintor, el poeta, y no bien los han recibido cuando el suceso, llevado en las alas ligeras de estos escritos, se extiende a todas partes, y anuncia a las artes y a las letras que cuenten con una bella producción añadida a sus riquezas, o con un nuevo talento que las aumente » (Variedades de ciencias, « Prospecto », pp. 4-5).

40 Elorza, 1970, p. 211.

41 AHN, Consejos, 5550-70. Cité par Guinard, 1973, p. 46.

42 Domergue, 1981, p. 80.

43 Guinard, 1973, p. 46.

44 Aguilar Piñal, 1978, p. 33.

45 Rubio Paredes, 2004, pp. 357-360.

46 « rápida comunicación » (Efemérides, n° 1, p. 1).

47 « oscila en períodos de tiempo que van de 5 a 7 días en las noticias nacionales, de 15 a 30 días en las noticias europeas y de un mes y medio a dos meses en las noticias de otros continentes » (Paz Rebollo, 1990, p. 364).

48 Larriba, 2006. L’engagement est pris dans une « Nota del Editor », 1781, t. I.

49 « Es bien sabido que la prensa fue concebida como el gran medio del cambio cultural y político por los escritores ilustrados del siglo de las luces. En la mente de estos hombres, la comunicación se concebía como transmisión de conocimientos y solo en función de este fin iluminista, orientado a ilustrar a los lectores, se valoraba la transmisión de las noticias de actualidad. La escala de valores que fijaba la importancia de los contenidos no se establecía según la distinción entre “más reciente-menos reciente”, sino según la distinción “más ejemplar o formativo” o “menos ejemplar o formativo” » (Martín Serrano, 1979, p. 12).

50 « Demos que las noticias no sean como el chocolate, el vino y el tabaco, que dicen son mejores los más antiguos. Pero a lo menos me concederán que las verdades no son como el paño y las hermosuras, que pierden por la vejez » (Academia de ociosos, n° 2, pp. 67-68).

51 « lo que es bueno siempre viene bien » (Semanario de Salamanca, 12 juillet 1796, p. 23).

52 « Cartas entre M. de Elmotte de Montreuil sur Mer y Don Aubry sobre el sistema del origen y formación de las ideas » (Espíritu de los mejores diarios). Ces lettres sont publiées du 17 novembre 1788 au 11 mai 1789. La deuxième et la troisième lettres le sont le 24 novembre 1788 et le 4 mai 1789.

53 « Cartas sobre la educación, escritas a los autores del Diario enciclopédico » (ibid.). Ces lettres sont publiées du 2 novembre 1789 au 18 octobre 1790. Les numéros concernés paraissent le 8 février et le 18 octobre 1790.

54 « es oponer algunas reflexiones a las máximas que hoy reinan en contra del matrimonio » (Discursos literarios, n° 1, p. 3).

55 « ¿Qué cosa son pasiones ? ¿Son útiles, o perjudiciales ? » (ibid., n° 2, p. 18).

56 « El hombre por la literatura » (Correo de Valencia).

57 « El hombre por las costumbres » (ibid.).

58 Correo de Valencia, 29 octobre 1798, pp. 692-693.

59 Diario de Barcelona, numéros des 19 et 30 novembre, 8, 9, 29 et 30 décembre 1795.

60 « Sobre los abusos de las procesiones y Semana Santa » (La Pensadora gaditana, 19 avril 1764, pp. 291-297).

61 « Cuán criminal es el modo con que muchos de los cristianos andan las estaciones de Jueves y Viernes santo » (Semanario de Salamanca, 2 avril 1795, pp. 3-6).

62 « Las circunstancias del tiempo santo en que nos hallamos me obligan a variar algún tanto el método hasta aquí observado, y a dispensarme del escrupuloso y nimio trabajo que, sin ejemplar de otros periódicos semanales, he tomado de dar en todos los números algo de todas las partes que titulan esta obra. Hablaré hoy de los famosos Pasos de Semana Santa y, en el Diario próximo, continuaré las noticias de Don Al[f]onso XI que quedaron pendientes » (Diario pinciano, 4 avril 1787, p. 101).

63 Correo de Valencia, 12 octobre 1798, pp. 649-654.

64 Diario de Barcelona, numéros des 29 et 31 mai 1801 et des 1er, 2, 4, 5, 6 et 7 juin.

65 « Sobre el enlace que tiene la vida con la respiración » (Efemérides, 29 janvier 1804, pp. 113-116).

66 Semanario de Cartagena, 1er septembre 1786 ; Diario de Valencia, 9 septembre 1790 et 5 août 1805 ; Correo de Xerez, 17 octobre et 26 décembre 1805, 16 et 27 janvier, 17 mars 1806.

67 Diario de Madrid, 11 avril 1788 et 25 mai 1790.

68 « por acercarse ya el tiempo de esta abundante fruta » (Diario de Madrid, 21 octobre 1788, p. 1073).

69 « con motivo de la guerra entre Rusos y Turcos » (Diario de Madrid, 3 juin 1789, p. 614).

70 « con motivo de la actual guerra que hay entre nuestra Corte y la de Marruecos » (ibid., 6 octobre 1791, p. 1125).

71 « Origen, progresos y estado actual del establecimiento de una nueva Compañía de Seguros terrestres y marinos » (Memorial literario, janvier 1790, n° 1, pp. 12-28).

72 « Reflexiones sobre el estado actual de las ciencias en Alemania » (Minerva, 8, 12 et 15 mai 1807).

73 « la oportunidad da el alma a todas cosas » (Semanario de Salamanca, 14 mai 1795, p. 149).

74 « composiciones en verso de tono piadoso-sensiblero y apologético » (Más Galván, 1990, p. 325).

75 Correo literario de Murcia, 19 mars 1793, p. 183, et 27 juillet 1793, pp. 194-196.

76 On trouvera tous ces poèmes dans les numéros du mois d’août 1792 du Diario de Madrid : le 15, le 17, le 18, le 19, le 22 et le 23.

77 « por cuanto no todos los trimestres habrá libros suficientes para llenar un volumen como este, se irán entremetiendo extractos por su orden de los que salieron desde el principio del reinado de nuestro monarca Felipe V (que Dios guarde) » (Diario de los literatos, n° 1, « Introducción »).

78 « El objeto de la crítica literaria periodística no es descubrir la verdad de la literatura sino captar lo nuevo del mundo literario. Eso supone descubrir nuevos valores, nuevas obras, y censurar lo que no responda a las demandas de la novedad y de la actualidad » (Beltrán Almería, 2003, p. 161).

79 « Siendo muchos los libros que han salido a luz hasta ahora, e ignorando el número y calidad de los que se publicarán hasta el fin de este año, habemos [sic] resuelto empezar a tratar de los más principales para que, en caso de no poderse compendiar todos, se omitan aquellos, cuya noticia interesase menos a los literatos. Así no extrañará el lector que observemos el método de no seguir el orden de su publicación » (Mercurio literario, n° 1, p. 1).

80 « Los libros impresos desde principio de abril son los de que ofrecemos dar cuenta al público, pero si alcanzaren a ello nuestras fuerzas, ejecutaremos lo mismo con otros anteriores » (El Hablador juicioso, n° 5, p. 4).

81 Rappelons que, si la presse quotidienne naît en Angleterre en 1702 avec la parution du Daily Courant, elle est bien plus tardive en France, puisque c’est seulement en 1777 que paraît le premier quotidien, le Journal de Paris, ou Poste de soir. L’apparition du premier quotidien espagnol en 1758 est donc un fait assez remarquable.

82 « muchas veces hay en esta Corte una persona que tiene precisión, o encargo, de comprar algunas cosas para sí o para personas de su lugar. Este sujeto está un día en la Corte y no toda la semana ; con que para este, si no sucede venir o estar en Madrid el mismo día de publicarse el Diario, los avisos que por él se comuniquen serán tardos o no oportunos » (Diario de Madrid, « Advertencia » au « Plan del Diario » de 1758, p. 22).

83 « temporal extraordinario » (Memorial literario, décembre 1786, p. 571).

84 Efemérides, 1er et 2 avril, 1er et 2 juillet 1804.

85 « En la noche del día 16, se experimentó una terrible nube que cargó la atmósfera de esta ciudad, arrojando sobre la torre de la Iglesia Catedral y otras partes varias centellas, cuyos progresos y estragos no hemos podido todavía reconocer con la exactitud que pide este importante objeto, por lo que en el Correo próximo procuraremos desempeñar este punto, dando una relación circunstanciada de los efectos producidos por este fenómeno, y las reflexiones que naturalmente se deduzcan de ellos, con arreglo a la doctrina de los mejores físicos » (Correo de Murcia, 18 septembre 1792, p. 48).

86 Diario de Madrid, 18 et 19 septembre, 7 et 8 octobre, 16 novembre 1790.

87 Memorial literario, août 1790 n° 1, septembre 1790 n° 1 et 2.

88 « descripción y método curativo de la calentura efemera catarral que se observa actualmente en esta ciudad, y en otras muchas partes » (Diario de Valencia, 7 avril 1806, pp. 25-27).

89 « Si agrada al público esta relación que he hecho con el mayor cuidado, la repetiré en las funciones que faltan de este año, con más anticipación » (Diario de Madrid, 20 juin 1793, p. 712).

90 « por no haberse aún impreso » (Efemérides, 30 avril 1805, p. 70).

91 « Los dramas nuevos que se fueren representando serán censurados luego que se publiquen impresos, pues por la sola representación no se puede formar un juicio sensato de ellos, a menos de que sus autores nos remitan a este tribunal los originales […] » (El Regañón, 1er juin 1803, p. 8).

92 « come[rse] la mitad de las palabras » (Efemérides, 10 mai 1805, p. 114).

93 « el toser de la gente, que el decir de los actores » (Minerva, 16 février 1808, p. 243).

94 « La función del coliseo de los Caños del Peral se anunciará por carteles, no habiéndose podido determinar a tiempo de insertarla en este periódico, por hallarse enfermos algunos individuos de la compañía » (Efemérides, 9 octobre 1804, p. 1166).

95 En dehors des derniers mois de parution, du 13 octobre 1790 au 24 février 1791, pendant lesquels le Correo de Madrid devient hebdomadaire. Seules cinq des lettres datées paraissent durant cette période, selon des délais de publication qui ne semblent pas sensiblement différents de ceux des lettres précédentes.

96 J’en ai écarté une dont l’authenticité et la datation posaient problème.

97 « Con la mayor brevedad insertaremos varias producciones que se nos han entregado de bastante mérito, lo que no hemos podido ejecutar hasta ahora, y suplicamos a los interesados en ellas se sirvan disimular la demora » (Diario de las musas, 17 décembre 1790, p. 74).

98 Il m’a semblé que l’échantillon de poèmes datés – dix, ou plutôt neuf si l’on exclut celui parodiquement daté du « 2 de Julio del año de Guernica 79311/2 antes del Diluvio » – n’était pas assez large pour être représentatif.

99 « la epístola amatoria de Don Andrés Tornos, publicada en este Semanario Núm. 90 del Lunes 12 de Noviembre, no pudo llegar a Valencia antes del día 21, ni pudieron los endecasílabos, escritos en su elogio, salir de aquella ciudad después del día 22, habiéndose recibido aquí el día 30 » (Semanario de Zaragoza, 10 décembre 1798, p. 376).

100 « En esta mi portería » (Correo de Madrid, 31 mai 1788, p. 970).

101 « Nos es imposible guardar el orden que nos habíamos propuesto en la publicación de los papeles que recibiésemos. Contemplamos que algunos deben anticiparse, ya por su asunto, ya por sus circunstancias. Esperamos que el público lo lleve a bien » (Correo de Madrid, 30 octobre 1786, p. 27).

© Casa de Velázquez, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search