Version classiqueVersion mobile

Presse et culture dans l’Espagne des Lumières

 | 
Maud Le Guellec

Première partie. Temporalité et matérialité : des spécificités de l’objet-journal

Chapitre premier. Imprimer en temps et en heure : les failles du système espagnol

Texte intégral

1Avant de se pencher sur les publications elles-mêmes, un point sur les conditions matérielles dans lesquelles celles-ci voient le jour s’impose. En effet, pour être en mesure d’éditer un journal, il faut avoir accès aux informations dignes d’intérêt, les mettre en mots puis imprimer et distribuer la production écrite à laquelle on a abouti. Dans ces conditions, la presse d’un pays est nécessairement à l’image de ses transports, de son réseau de communication et de son industrie éditoriale. Interroger l’état de l’imprimerie et du système de diffusion en vigueur permet donc de répondre aux questions suivantes : les journalistes de l’époque avaient-ils les moyens de réagir à l’événement en peu de temps ? Étaient-ils en mesure d’imprimer et de distribuer un grand nombre d’exemplaires, et ce en respectant les jours de parution prévus ?

Un monde éditorial en cours de construction

2Selon Francisco Aguilar Piñal, l’état de l’imprimerie espagnole est particulièrement préoccupant au début du siècle, mais s’améliore sans conteste au fil des décennies :

  • 1 « Lo primero que llama la atención al tener entre las manos libros editados en diferentes etapas de (...)

Ce qui frappe d’emblée, lorsque l’on a entre les mains des livres édités à différentes étapes du xviiie siècle, c’est l’amélioration continuelle de l’industrie éditoriale. Au début du siècle l’impression est de très mauvaise qualité, les caractères sont usés, abimés à force d’être utilisés, sans variation ni renouvellement. Les entreprises ne manifestent aucune préoccupation pour la modernisation […]. Dans les années quatre-vingt il est devenu courant de trouver de nouveaux caractères, stylisés et d’une grande finesse, qui viennent embellir les pages de couverture des livres les plus travaillés [… ]1.

Quelles sont, plus précisément, les paralysies techniques du système et quels sont ses progrès ?

La première moitié du siècle ou l’Espagne à la traîne

  • 2 Guinard, 1957, p. 181.
  • 3 Les informations données dans ce paragraphe sont tirées du chapitre que Paul-Jacques Guinard consac (...)
  • 4 « a mediados de siglo, la producción francesa [es] más de veinte veces superior a la española » (Lo (...)

3Le constat que fait François Grasset, libraire à Genève, dans une lettre qu’il adresse en 1753 à Malesherbes, est des plus pessimistes : « Il s’imprime très peu en Espagne, et le peu qui s’y imprime est si mal et si cher, que les livres qu’ils se font chez eux haussent toujours du double de ceux qu’ils tirent chez l’étranger »2. Il est vrai que l’imprimerie espagnole de l’époque souffre de nombreux maux3. De la concurrence étrangère, d’abord, puisque l’Italie, les Flandres, la France ou encore la Suisse impriment un grand nombre de livres en espagnol et en latin, dont beaucoup sont importés par l’Espagne – de l’ordre de 750000 livres par an selon Boudet, imprimeur parisien. L’industrie péninsulaire est donc largement dépendante de ces centres de production étrangers. L’Espagne souffre également de l’existence de monopoles intérieurs, dans la mesure où l’impression de certains textes est réservée à des institutions spécifiques, hors du circuit des imprimeries privées : le Rezo eclesiástico, les livres de prières sont ainsi entre les mains d’ordres religieux, l’État rachète les droits d’impression de la Gaceta de Madrid et du Mercurio histórico y político et certaines universités détiennent le privilège d’impression pour les ouvrages classiques destinés à leurs étudiants. Par ailleurs, l’imprimerie espagnole est freinée dans son évolution par un manque certain de capitaux, dans la mesure où les recettes sont bloquées par le prix de vente maximum fixé pour chaque feuillet par le Conseil de Castille alors que les coûts, eux, sont accrus par le prix des licences d’impression. On comprend que, dans de telles conditions, les imprimeurs n’aient pas les moyens d’augmenter la production et d’améliorer les techniques utilisées. Selon François Lopez, les difficultés rencontrées par le système d’impression espagnol sont telles qu’« à la moitié du siècle, la production française [est] plus de vingt fois supérieure à la production espagnole »4.

  • 5 Saugnieux, 1978, p. 318.
  • 6 Lopez, 1990, p. 294.
  • 7 « Los libreros de Madrid están mal provistos y no saben lo que guardan. Nada de catálogos. Cuando l (...)
  • 8 Rodríguez-Moniño, Historia de los catálogos de librerías españoles (1661-1840). Estudio bibliográfi (...)

4À cela s’ajoute un sérieux problème de distribution, en partie dû au retard dont souffrent les transports espagnols par rapport au reste de l’Europe. Comme le souligne Joël Saugnieux, « l’Europe qui pense et qui lit c’est, au xviiie siècle, l’Europe des routes et des canaux, celle qui peut assurer une transmission rapide des pensées, celle qui a su réduire l’espace-temps »5. Or, à ce niveau, l’Espagne reste longtemps dans un rapport à l’espace relativement archaïque, alors même que ses homologues européens se modernisent. Par ailleurs, le réseau de diffusion des ouvrages est lui aussi défaillant, comme le fait remarquer François Lopez lorsqu’il s’étonne qu’en Espagne, dans les années 1757-1758, il n’y ait qu’environ cent quatre-vingts librairies, réparties dans seulement quarante villes6. À elle seule, Paris en regrouperait plus que l’Espagne entière. Et les personnes en charge de ces boutiques manquaient apparemment de formation, si l’on en croit le voyageur Cristián Augusto Fischer : « Les libraires de Madrid sont mal fournis et ignorent ce qu’ils possèdent. Aucun catalogue. Quand on leur demande un livre, les voilà qui vont et viennent, qui s’informent auprès des autres collègues, etc. Quel temps perdu ! »7. Selon Antonio Rodríguez-Moñino8, même Francisco Manuel de Mena, premier libraire espagnol à aller se ravitailler jusqu’au Portugal et à publier de véritables catalogues, ne connaissait pas le latin.

La seconde moitié du siècle ou la remise à niveau

  • 9 Négoce éditorial réunissant quarante-cinq professionnels – dont Juan Bautista Orcel, Francisco Manu (...)
  • 10 Les « fundidores de letras » et les « abridores de punzones y matrices ».

5Mais si la première moitié du siècle suscite ce constat désolant, l’Espagne commence à nettement rattraper son retard à compter des années 1750. Les obstacles rencontrés par les imprimeries disparaissent en effet un à un grâce à l’adoption de diverses mesures protectionnistes : interdiction d’importer des livres espagnols imprimés à l’étranger (1752), suppression de l’autonomie de diverses communautés religieuses et de certaines institutions civiles, abolition de la tasa (1762) – chaque imprimeur étant dès lors libre de fixer le prix d’achat des livres qu’il édite –, baisse des coûts de licence, création d’une Compagnie d’Imprimeurs et de Libraires9, politique de grands travaux entrepris dès le règne de Ferdinand VI – incluant la construction et la modernisation de routes et de canaux –, interdiction d’importer des livres reliés – en dehors des livres anciens – et facilités pour importer des matériaux de reliure (1778), réduction des tarifs postaux (1784). Autant de dispositions qui vont permettre de récupérer un large pan de la production et de bénéficier de meilleures conditions de circulation des informations, et de distribution des écrits. Par ailleurs, des mesures sont également prises pour favoriser la qualité de l’impression : fondation de la Real Academia de Bellas Artes de San Fernando, qui offre aux graveurs une possibilité de formation et leur permet de faire des séjours de perfectionnement à l’étranger (1752), établissement par Ferdinand VI de normes officielles concernant notamment la qualité du papier (1754), exemption du service militaire pour les « fondeurs de lettres » et les « fabricants de poinçons et de matrices »10 par Charles III (1763).

6Les effets de toutes ces mesures se font très vite sentir et permettent une évolution de la production et de la distribution espagnoles. Une évolution quantitative, d’abord, si l’on se réfère à l’étude de François Lopez :

  • 11 « En Madrid el número de imprentas fue evolucionando del modo siguiente : eran 26 en el año 1752, e (...)

À Madrid le nombre d’imprimeries évolua de la sorte : on en comptait 26 en 1752, année où leur recensement s’effectua sans mentionner le nombre de presses de chacune d’entre elles ; en 1770, 24 ou 25 sont signalées dans un autre document qui indique le nombre de presses de chaque atelier – 111 au total – et souligne ainsi la prééminence de deux établissements : celui de Francisco Marín (13 presses) et celui de Joaquín Ibarra (15 presses). À la fin du règne de Charles III, en 1792, les 28 imprimeries madrilènes totalisaient 209 presses et avaient ainsi presque doublé leur nombre en l’espace de vingt-deux ans11.

  • 12 Guinard, 1973, p. 54.
  • 13 Aguilar Piñal, 2005, p. 196.

Quant au nombre d’ouvrages parus, les annonces présentées dans la Gaceta de Madrid peuvent en donner une idée indicative – indicative seulement, car on ne sait pas quelle proportion des publications était annoncée, ni si tous les livres présentés étaient bel et bien des nouveautés – : cinquante-huit titres sont annoncés en 1726 alors que, dans les huit dernières années du règne de Charles III, c’est le cas de deux cent cinquante titres par an, en moyenne12. Les répercussions de ces changements se font évidemment sentir dans le système de diffusion : l’augmentation de la production éditoriale représente un plus à gagner pour les revendeurs – les imprimeurs, d’ailleurs, sont souvent en même temps libraires – et font que les points de vente se multiplient. On en compte deux cent trente à la fin du siècle13. L’évolution constatée est également qualitative, puisque les machines à imprimer en bois sont progressivement remplacées par des machines en fer, que la reliure en cuir se généralise, que les catalogues d’imprimeurs et de libraires apparaissent et que certains imprimeurs s’efforcent d’améliorer sensiblement la qualité de leurs travaux. Au nombre de ces imprimeurs novateurs figure Joaquín Ibarra mais aussi Antonio et Gabriel Sancha, Benito Cano (Madrid), Benito Monfort (Valence et Madrid), José et Tomás Orga (Valence), pour n’en citer que quelques-uns.

7Loin de partager le pessimisme de François Grasset, cité plus haut, on aurait donc tendance à rejoindre le constat que fait Francisco Aguilar Piñal, selon lequel la production et la distribution espagnoles connaissent une nette évolution dans la seconde moitié du siècle, et à conclure avec Moldenhawer, érudit danois d’origine allemande ayant séjourné en Espagne en 1782 et en 1786 :

  • 14 « Los escasos españoles que querían leer o estudiar no se encontraban en situación muy mala para pr (...)

Les rares Espagnols qui désiraient lire ou étudier ne se trouvaient pas dans une situation trop mauvaise pour se procurer des livres ; l’Espagne ne manquait pas de libraires habiles et entreprenants dont les boutiques étaient toujours bien fournies en livres étrangers ; ces libraires, également imprimeurs, déployaient une grande activité en tant qu’éditeurs. D’un point de vue typographique, les ouvrages sortis des presses d’Ibarra et de l’Imprimerie royale sont d’une excellente facture et honorent le pays14.

Des imprimeries et librairies spécialisées ?

8Après cette esquisse du système d’édition espagnol au xviiie siècle, il convient de faire quelques observations sur les imprimeries dans lesquelles sont édités les périodiques culturels et les librairies qui s’occupent de leur diffusion.

9Un premier élément à interroger est le fait qu’un même journal ne soit pas toujours édité par la même imprimerie. Ainsi, le Diario de los literatos est successivement édité par Antonio Marín, Juan Muñoz et Antonio Sanz avant d’être, à partir du quatrième tome, publié par l’Imprimerie royale. Les Efemérides de España sont d’abord publiées par Caballero, puis par Eusebio Álvarez. En province, les cas sont moins nombreux mais le Semanario de Salamanca, par exemple, est d’abord imprimé par Manuel Rodríguez et Manuel de Vega dans l’imprimerie de María Rico Villoria, avant de l’être par Francisco de Tójar. L’interprétation de ce phénomène n’est pas évidente : est-ce là le signe d’une instabilité, d’une immaturité ? Ou au contraire celui d’une modernisation de certaines imprimeries qui, plus à même de publier les journaux rapidement et efficacement, s’attirent la bienveillance des publicistes ? Il est difficile de trancher. En revanche, cette seconde hypothèse prend tout son sens en ce qui concerne certaines imprimeries qui, sans être spécialisées dans le journalisme, concentrent pourtant la publication de plusieurs périodiques. Ainsi, Gabriel Ramírez imprime tour à tour, à Madrid, le Caxón de sastre, le Diario estrangero, l’Aduana crítica et El Novelero de los estrados. Et si, dans ce cas précis, on peut expliquer cette superposition par le fait que toutes les publications sont de Nifo, il en est autrement pour Hilario Santos Alonso, éditeur du Diario de las musas, qui avant cela édite de façon irrégulière le Diario de Madrid et le Correo de Madrid ou pour Francisco Javier García qui édite El Hablador juicioso, El Amigo y Corresponsal del Pensador et, pendant quelque temps, le Memorial literario.

10Certains imprimeurs, donc, semblent tirer profit de la publication de journaux et l’on peut imaginer qu’au gré de ces expériences, ils gagnent en expertise dans ce domaine et s’adaptent progressivement aux exigences de ce nouveau type d’écrits. Parmi les imprimeries concernées, l’Imprimerie royale, aboutissement d’un processus de « nationalisation » de plusieurs décennies, constitue un cas particulier. Après le rachat de la licence d’impression du Mercurio histórico y político en 1756 et l’expropriation de la Gaceta de Madrid en 1762, l’État confie à Francisco Manuel de Mena l’édition des deux périodiques, désormais officiels. Puis à sa mort, en 1780, la Imprenta de la Gaceta devient véritablement la Imprenta Real, gérée désormais directement par l’administration royale. Or, en dehors des deux journaux officiels, l’Imprimerie royale s’est également chargée, à un moment donné – voire, pour certains, pour l’ensemble de leurs numéros – de l’impression du Correo de Madrid, du Memorial literario, d’El Corresponsal del Censor et d’El Apologista universal.

  • 15 Le Caxón de sastre, El Duende especulativo sobre la vida civil, El Escritor sin título, le Memorial (...)

11D’autre part, s’il n’y a rien d’étonnant à ce que des librairies distribuent plusieurs périodiques à la fois, l’importance que certaines d’entre elles acquièrent dans la diffusion de la presse est telle qu’elle mérite d’être soulignée. Ainsi, à Madrid, Bartolomé López distribue à un moment ou à un autre neuf journaux du corpus sur lequel se fonde cette étude15. À Barcelone, le bureau du Diario de Barcelona est également le point de distribution du Correo de Murcia, des Efemérides, de Minerva et des Semanarios de Salamanque, Malaga et Saragosse. À Cadix, Victoriano Pajares est le libraire du Diario de Madrid, du Correo de Madrid, d’El Argonauta español, du Diario de las musas, des Correos de Murcie et de Séville, des Efemérides, de Minerva, du Semanario de Zaragoza et d’El Regañón. À Saragosse, c’est la librairie de José Monge Mendoza qui fait office de point principal de diffusion, à Séville c’est celle de la famille Hidalgo et à Valladolid, celle de Tomás de Santander. Certaines librairies s’imposent ainsi sans conteste dans le panorama de la presse naissante. Cela n’empêche pas, cependant, l’augmentation du nombre de centres de diffusion au fur et à mesure du siècle. En effet, les périodiques – notamment ceux d’une certaine longévité – se contentent de moins en moins d’un seul et même point de vente.

  • 16 Respectivement par Isidro Aguas Vivas, Antonio Iglesias, Juan José Colón, Francisco Ruiz de Azpeyti (...)
  • 17 Respectivement par José Bernáldez y hermanos, Miguel de Aymar, Genaro de Quevedo, Ontiveros et Vald (...)

12Si l’on prend le cas du Memorial literario, on constate que ses premiers numéros sont distribués à Madrid chez Antonio de Castillo, Bartolomé López et Manuel Sánchez. Dès avril 1784 s’ajoute à ces points de vente celui de Pedro Tejero, puis, en 1793, celui de Francisco Javier García. Quant à sa distribution en province, elle débute en 1785 avec la diffusion du Memorial à Barcelone, Cadix, Grenade, La Corogne, Murcie, Oviedo, Pampelune, Salamanque, Saragosse, Séville, Valence et Valladolid16. S’ajoutent par la suite à cette série de villes Badajoz et Logroño en 1787, Burgos en 1790 et México en 179117. Quant au Semanario de Cartagena, chaque numéro entre le 17 novembre 1786 et la fin de l’année annonce l’apparition d’un nouveau point de vente du périodique, qui vient s’ajouter à la liste initiale : « Casa de la Real Lotería de Cartagena » et librairie d’Antonio Arribas à Madrid (17 novembre), « Imprenta de Marina en el Real Hospital » (8 décembre), « Librería de Josef Santiago Gómez » à Murcie (15 décembre), librairie de Diego Mallén à Valence (22 décembre), celle des héritiers d’Antonio Martínez à Malaga et de « Doña Rosa Consejos, viuda » à Orihuela (29 décembre). Les périodiques culturels gagnent ainsi en représentation par l’augmentation du nombre de points de vente dans leur ville d’origine et par l’amplitude géographique que leur donne l’apparition de librairies dans le reste de la province, dans le reste de la péninsule, voire de l’autre côté de l’Atlantique.

13Concentration de la production entre les mains d’un petit nombre d’imprimeurs et diffusion accrue par la multiplication des points de vente attestent donc de l’ évolution que connaît la presse espagnole au xviiie siècle, mais les fragilités demeurent et aucun périodique n’est à l’abri d’une baisse des ventes ou d’un rappel à l’ordre par les autorités, susceptible d’entraîner sa disparition.

Le xviiie siècle et sa législation asphyxiante

14Si le retard avec lequel l’Espagne voit son système de production et de diffusion se moderniser constitue un premier élément de fragilité pour la presse de la péninsule, dépendante de la santé économique des imprimeries et des librairies, à celui-ci s’en ajoute un autre : l’existence d’un contrôle étatique et inquisitorial qui vient entraver la liberté d’expression. Les quelques lignes qui suivent exposent le système législatif en vigueur et ont pour but de comprendre l’impact que celui-ci pouvait avoir sur la production éditoriale et, plus spécifiquement, sur la production journalistique de l’époque.

Licences d’impression, censure : un double carcan

  • 18 « el absoluto respeto del dogma católico, el de la moral cristiana y el de las regalías de Su Majes (...)

15Il existe en effet dans l’Espagne du xviiie siècle deux types de censure. La première est la censure a priori, pratiquée par l’État. La seconde est celle pratiquée par l’Inquisition : elle intervient a posteriori, pour interdire des livres dénoncés comme hérétiques ou immoraux. L’une comme l’autre ont pour objectif de contrôler « le respect absolu du dogme catholique, celui de la morale chrétienne et celui des droits régaliens »18.

  • 19 Cendán Pazos, 1974, p. 24.
  • 20 Sáiz, 1983 p. 88.

16L’esprit de la censure a priori est résumé dans la pragmatique de 1502, la plus ancienne norme juridique espagnole selon Fernando Cendán Pazos : nul ne peut imprimer ou vendre un ouvrage, quel qu’il soit, sans avoir obtenu pour cela une licence officielle, accordée par un ou plusieurs censeurs. Quiconque transgresse cette règle s’expose à voir tous les livres imprimés ou vendus sans ladite licence brûlés sur la place publique, à perdre les bénéfices qu’il attendait de leur vente et à payer l’équivalent de cette somme à titre d’amende19. Si, depuis le xvie et au cours du siècle qui nous intéresse, les personnes chargées de pratiquer cette censure changent, ainsi que le degré de responsabilité de chaque instance, le principe, lui, reste le même. Le roi déléguait les fonctions de contrôle des imprimés au Conseil de Castille et au Juzgado de Imprentas, se réservant, ou réservant à un membre désigné du Secrétariat d’État, la concession des licences d’impression pour des ouvrages ayant trait de près ou de loin à la question de l’État20. Ainsi, toute personne souhaitant imprimer un texte devait tout d’abord le présenter aux autorités, en faisant figurer sur le manuscrit son nom puis en réglant le coût de la licence. Par ailleurs, si le Conseil demandait à ce que des changements soit apportés, l’éditeur devait lui représenter le manuscrit modifié autant de fois que nécessaire, subissant ainsi autant de fois les délais de licence, parfois interminables. Soumettre un projet de publication à la censure, c’est donc le mettre entre parenthèses pendant des semaines, des mois, voire des années.

  • 21 Défourneaux, 1963, pp. 35 sqq.
  • 22 Domergue, 1996, pp. 32-33.

17Mais les imprimés subissaient ensuite un deuxième contrôle, qui pouvait s’avérer fatal. L’Inquisition était en droit, lorsqu’un ouvrage était dénoncé comme hétérodoxe, « de saisir les exemplaires non vendus, voire de prendre des sanctions contre les personnes impliquées – libraires, imprimeurs, auteurs – avant même que ses “qualificateurs” eussent examiné le bien-fondé de l’accusation et remis leur rapport sur l’ouvrage incriminé »21. Certes, la Couronne, soucieuse de la toute-puissance de son autorité, tente de réduire les prérogatives du Saint-Office et de contrôler ses méthodes, en empêchant que des sanctions puissent être prises avant le procès, en imposant que les auteurs catholiques puissent se défendre en cas d’accusation22. Cela étant, l’existence de ce contrôle a posteriori, sans empêcher la naissance d’initiatives éditoriales, devait nécessairement limiter les auteurs dans le choix des thèmes et dans l’expression de leurs idées.

L’insaisissable presse, ou de la nécessité d’introduire une législation spécifique

  • 23 Guinard, 1973, p. 28.
  • 24 Cendán Pazos, 1974, p. 52.
  • 25 Domergue, 1981, p. 74.

18Ce double carcan, valable pour l’ensemble de la production écrite espagnole, diffère quelque peu pour les publications périodiques. Celles-ci, constituées par un prospecto initial qui expose les objectifs du journal, puis par des numéros qui ont pour ambition de paraître tous les mois, toutes les semaines ou tous les jours, nécessitaient une adaptation du système en place, trop pesant, long et coûteux. C’est pourquoi, dès les années 1750, l’État décide de simplifier la procédure et d’accorder la licence d’impression « sur simple présentation d’un projet, d’un prospecto, ou, si la nature du périodique le permettait, de quelques numéros prêts d’avance »23, un revisor se chargeant ensuite de contrôler le journal au fur et à mesure de sa parution. Mais cela n’est qu’une possibilité accordée au cas par cas : en réalité, il règne alors une véritable confusion sur la manière adéquate de réagir face à ce nouveau type de publications. Pour que cette pratique devienne un droit – sans que l’on sache de manière certaine dans quelle mesure celui-ci était appliqué –, il faut attendre 1785 et la Real orden du 19 mai, promulguée par Charles III, grâce à laquelle les licences d’impression de publications qui n’excèdent pas quatre ou six cahiers (autrement dit de quatre-vingt-seize pages in-8°, quarante-huit pages in-4°) seront désormais du ressort du Juez de Imprentas24. Cela concerne, pour ainsi dire, l’ensemble des périodiques, puisque seules de très rares revues mensuelles étaient d’un volume plus important. Le cas des publications de province est légèrement différent puisque les éditeurs devaient demander la licence à Madrid pour le prospecto et les premiers numéros alors que, pour les numéros suivants, la licence pouvait être accordée directement par le Subdelegado de Imprentas25. Les critères qui présidaient à l’octroi ou au refus de la licence, eux, n’étaient pas spécifiques à la presse. Les censeurs devaient ainsi veiller à ce que les journaux ne contiennent pas :

  • 26 « expresiones torpes ni lúbricas, y tampoco sátiras de ninguna especie, ni aun de materias política (...)

d’expressions déplacées ou lubriques, de satires d’aucune sorte, de questions politiques, de passages susceptibles de compromettre les personnes, les théâtres ou l’instruction de la nation ; encore moins à même d’entacher l’honneur et l’estime de communautés et de personnes quels que soient leur classe, état, dignité ou emploi. Ils devront s’abstenir de publier toute rumeur ou affirmation contenant une allusion directe contre le gouvernement ou ses magistrats, ou qui puisse être interprétée de la sorte26.

  • 27 Guinard, 1973.
  • 28 Larriba, 1998, pp. 119-121.

19L’apparition de cette nouvelle législation répondait à deux exigences. À la nécessité de rendre les démarches administratives plus souples et plus rapides, pour permettre l’existence des périodiques et, partant, le progrès culturel espagnol. Mais aussi à la volonté de contrôler un genre jouissant d’un rapport au temps différent de celui du livre, et donc plus difficilement saisissable. L’attitude des autorités face à la presse est ainsi ambiguë, partagées que sont ces dernières entre la peur des informations et idéologies qui pourraient circuler – notamment au moment de la Révolution française – et le désir de se servir de ce nouvel outil pour entrer dans l’ère moderne dans laquelle s’est engagée l’Europe. De ce désir témoigne le soutien que Philippe V a apporté au Diario de los literatos, Ferdinand VI au Diario noticioso, curioso, erudito y comercial, público y económico et Charles III au Pensador27, ou encore le fait que certains membres de la famille royale figurent dans la liste des abonnés du Diario de Madrid et du Correo de Madrid28.

La mise en place de véritables entreprises de presse

20Il ne s’agit pas, ici, de se lancer dans une étude des cycles économiques que connaît l’Espagne du xviiie siècle même si, bien sûr, la santé financière des journaux en dépend nécessairement. En revanche, il convient d’analyser le fonctionnement des entreprises de presse afin de déterminer si celui-ci constituait un troisième élément de fragilité, un troisième frein à la modernisation du journal.

Jusqu’aux années 1780 : des journaux en manque de lecteurs

  • 29 « Esta es la gran cuestión : si en la España de Carlos III ; la prensa, que es un medio de expresió (...)
  • 30 Selon Guinard, 1973, p. 70, il « semble raisonnable de considérer que le nombre de lecteurs par exe (...)

21« Telle est la grande question : dans l’Espagne de Charles III, la presse, qui est un mode d’expression moderne, est-elle dans l’obligation de dépendre du vieux mécénat, ou y a-t-il un public prêt à consommer et à défendre une presse indépendante ? »29. La grande question, comme l’exprime Juan Francisco Fuentes, est de savoir quel était le public de la presse : non pas tant, ici, pour déterminer le poids idéologique que cette dernière pouvait avoir ou quel était le profil socio-professionnel des personnes concernées que pour dresser le tableau des recettes sur lesquelles la presse pouvait compter. S’il est établi que les Espagnols se prêtaient les journaux, que certains numéros étaient lus à voix haute dans les tertulias, que les abonnés étaient parfois des institutions – Sociétés économiques, organismes publics – et que, par conséquent, le nombre de lecteurs s’en accroissait d’autant30, l’étude économique des entreprises de presse suppose d’établir de manière concrète combien de lecteurs souscrivaient un abonnement, combien de lecteurs achetaient au numéro, pour pouvoir calculer l’assise financière des publications.

  • 31 Romero de Solís, La población española en los siglos xviii y xix, Madrid, 1973, p. 138. Cité par Sa (...)
  • 32 Vicens Vives, Historia social y económica de España y América, Barcelona, 1957-1959, t. IV, p. 18. (...)
  • 33 Soubeyroux, 1985, p. 167.
  • 34 Andioc, 1995, p. 306.
  • 35 Aguilar Piñal, 2005, p. 200.
  • 36 Un réal correspondrait à 8,5 cuartos et un cuarto à quatre maravédis.

22Une première possibilité d’approche est d’interroger le public potentiel de la presse. Autrement dit, combien d’Espagnols étaient en mesure d’acheter la presse ? Il y aurait ainsi en Espagne 7,6 millions d’habitants en 1700 et 10,5 millions en 180031 – voire 12 millions, selon Vicens Vives32. Sur ces millions d’habitants, et même si l’alphabétisation gagne du terrain, notamment en ville – rappelons qu’à la fin du siècle encore, 80 % de la population vit à la campagne –, il semblerait que seuls 42,90 % des hommes et 13,46 % des femmes sachent lire et écrire, selon l’enquête menée par Jacques Soubeyroux33. Mais parmi eux, combien ont les moyens de s’abonner à un journal ou même d’acheter un numéro de manière régulière ? Si le salaire journalier d’un forgeron était de cinq réaux34, celui d’un typographe de sept réaux et celui des artisans les plus qualifiés de dix35, on comprend qu’acheter un journal, même si son coût est inférieur à celui d’un livre, restait un véritable luxe pour la classe moyenne. En effet, le prix de vente maximum de chaque cahier – ou pliego – est fixé jusqu’en 1762 par le Conseil de Castille à six maravédis, puis à huit à partir du début du règne de Charles III. C’est ainsi qu’un numéro du Diario de los literatos, composé en moyenne de vingt-deux à vingt-six cahiers (soit 350 à 420 pages), est vendu entre quatre et cinq réaux et qu’un numéro de deux cahiers (soit 32 pages) d’El Pensador et d’El Duende especulativo est vendu seize maravédis. Puis, en 1762, les prix augmentent, voire doublent, et n’auront de cesse de grimper jusqu’à la fin du siècle, selon la hausse générale du coût de la vie. Ainsi, dans les années 1780, chaque numéro de huit pages de l’Espíritu de los mejores diarios est vendu trois cuartos et chaque numéro du Memorial literario (de 80 à 128 pages en moyenne) est vendu cinq réaux36.

  • 37 Sanchez Aranda, Barrera, 1992, p. 41.
  • 38 Guinard, 1973, p. 74.
  • 39 Herr, 1973, p. 165.

23Autant de chiffres qui montrent à quel point le journal n’est pas à la portée de toutes les bourses, en tout cas pas de manière régulière. Enfin, ajoutons à cela, comme le soulignent José Javier Sánchez Aranda et Carlos Barrera37, qu’il y a des personnes qui sont en mesure de lire et de se procurer les dernières publications mais qui ne le font pas, par manque d’habitude ou par manque de goût. C’est le cas, par exemple, d’une partie des commerçants de Barcelone qui, lettrés et aisés, devaient néanmoins s’intéresser davantage aux informations économiques qu’à la presse strictement culturelle. C’est également le cas des tenants de la tradition, qui se montreront réticents face aux idées nouvelles que véhiculent la plupart des périodiques. Et même les esprits nouveaux se montreront parfois hostiles aux journaux culturels, non issus « de la hiérarchie des grades et de la science certifiée »38. Richard Herr résume l’ensemble de ces blocages lorsqu’il affirme qu’en Espagne, seulement 1 % de la population participait activement au mouvement des Lumières39.

  • 40 « hallándose por su pequeño coste en las manos de toda clase de personas » (Diario de Barcelona, « (...)
  • 41 « este género de escritos, por la circunstancia de adquirirse a poca costa y tomarse por diversión, (...)
  • 42 « desconfío de que el diario se sostenga en Salamanca, cuando apenas se sostiene en la Corte, pues (...)

24Ainsi, le panorama est mitigé. Certes, le public des périodiques est potentiellement plus large que celui des livres : la presse permet de réunir des gens qui, par manque d’argent, de connaissances ou par paresse, ne consulteraient pas un livre spécialisé, une encyclopédie. C’est là une réalité revendiquée par le Diario de Barcelona dans son « Prospecto » lorsque les éditeurs se réjouissent de ce que leur ouvrage « se trouve entre les mains de tout type de personnes, grâce à son faible coût »40. D’ailleurs, même la loi en fait état puisqu’on peut lire dans la Real Orden du 19 mai 1785 : « les écrits de ce genre, en raison de leur faible coût et de leur caractère divertissant, obtiennent un nombre incomparablement plus élevé de lecteurs que les ouvrages longs et méthodiques contenant des matières identiques ou similaires »41. Cependant, malgré ce statut privilégié face aux autres productions de l’époque, le public potentiel reste limité pour qui veut lancer une nouvelle publication et doit absolument atteindre la rentabilité dès les premiers numéros. C’est là peut-être une raison de la prédominance des périodiques madrilènes : les initiatives provinciales, si certaines ont vu le jour et ont rencontré un certain succès, devaient être encore plus périlleuses. C’est du moins ce qu’avance le censeur José Guevara Vasconcelos lorsque, le 10 octobre 1792, il refuse d’accorder une licence pour l’impression d’un quotidien à Salamanque : « Je doute qu’un journal, qui se maintient à grand peine à Madrid, puisse se maintenir à Salamanque, car force est d’avouer que de pareils écrits constituent le luxe de la littérature et qu’ils ne se vendent que dans les contrées où règne l’esprit des Lumières »42.

À partir des années 1780 : vers une diffusion plus large et mieux organisée

25Et pourtant, toutes les histoires de la presse font état d’une multiplication des projets de publication périodique. Que nombre de ces projets n’aboutissent pas en dit long sur la fragilité de la presse et sur les obstacles mis à l’obtention d’une licence, mais le simple fait qu’ils tentent de voir le jour montre que, malgré tout, beaucoup la considèrent comme une entreprise séduisante.

  • 43 Guinard, 1973, p. 85.
  • 44 Ibid., pp. 64-65.
  • 45 Ibid., p. 65.
  • 46 Sáiz, 1983, p. 93.
  • 47 Urzainqui, 1995b, p. 210.
  • 48 Comme l’indiquent les listes de souscripteurs parues entre le 8 septembre et le 29 décembre 1786.
  • 49 Selon la liste publiée au numéro 26. Cité par Larriba, 2005a, p. 100.
  • 50 Más Galván, 1990, p. 321.
  • 51 Rodríguez de la Flor, 1988, p. 31.
  • 52 Enciso Recio, 1987, p. 118.
  • 53 Numéro du 29 mai 1805, p. 272.

26Il y a, en effet, une nette amélioration de la diffusion de la presse tout au long du siècle. Celle-ci est en partie due aux circonstances : l’accroissement global de la population et, avec celui-ci, des personnes alphabétisées et sensibilisées aux Lumières permet d’augmenter le public potentiel de la presse. Ainsi, Paul-Jacques Guinard estime qu’en 1786-1788 le nombre d’acheteurs de journaux à Madrid est de l’ordre de 5 ou 600043. Mais cette amélioration a également une explication fonctionnelle, propre à la modernisation du système éditorial de la presse : l’apparition de la souscription. Ce système, plus élaboré que la simple faculté de payer d’avance un certain nombre de numéros selon la définition de Guinard, « suppose un versement anticipé, pour un certain nombre de numéros, et en contrepartie de cet apport financier, si nécessaire à la sécurité du journal, un avantage pour l’abonné : rabais sur le prix de vente au numéro, réception à domicile, éventuellement avant la mise en vente au numéro »44. Un accord est donc passé entre le journal et son lectorat, qui incite le second à la confiance et qui permet au premier non seulement d’avoir un rayonnement en dehors de la ville de publication, mais aussi de disposer d’une avance de fonds, primordiale pour le commerce éditorial. Le Caxón de sastre est probablement le premier périodique espagnol – en tout cas de la presse privée45 –, en 1761, à faire bénéficier ses lecteurs de ce système. Puis, rapidement, la pratique se généralise : dans les années 1780, le Memorial literario déclare compter 715 souscripteurs46, le Correo de Madrid en comptabilise 309 pour son deuxième tome47 et le Semanario de Cartagena, au cours de ses quatre premiers mois d’existence, en compte 20648. Dans les années 1790, El Argonauta español en a 9749, le Correo de Murcia 43650 et le Semanario de Salamanca, selon Rodríguez de la Flor, quelque 40051, tout comme le Diario de Valencia52. Dans les années 1800, le Correo de Sevilla affirme pour sa part que 250 personnes ont souscrit à son cinquième tome53.

  • 54 Numéro du 15 avril 1794, p. 48. Numéro du 16 mai 1795, p. 164.
  • 55 « si Vm. suda, sudará la prensa ; esto es, si corre la moneda, correrá la pluma, y si no será un Mo (...)
  • 56 « será constante su continuación, mientras el público sea estable en favorecerme con su aprecio » ((...)

27Les publicistes mettent d’ailleurs nettement en avant ce nouveau système de financement. Ainsi, le Semanario de Salamanca va jusqu’à proposer des tarifs préférentiels aux professeurs de l’université, pendant la durée des vacances54. Certains journaux profitent de la baisse des frais postaux pour faire baisser le prix de la souscription et, partant, la rendre accessible à davantage de monde. C’est le cas d’El Regañón general au numéro du 15 juin 1803 (pp. 39-40) ou des Efemérides de España, qui baissent le prix de la souscription en dehors de Madrid dès le premier numéro du journal, par rapport aux prix annoncés dans leur « Prospecto ». Souscription ou achat au numéro, c’est de toute façon un nouveau rapport au public qui se met progressivement en place, dans lequel le lecteur est tout à la fois consommateur et mécène. Le fait qu’apparaissent de plus en plus de dédicaces adressées non pas à quelque puissant mais à l’ensemble du public en est la preuve. Ainsi, El Hablador juicioso s’ouvre sur un « Discurso preliminar, elogio y dedicatoria al público », El Censor sur une « dedicatoria al lector » et le Semanario de Salamanca sur une « dedicatoria a los suscriptores ». Et certains périodiques font explicitement référence à ce nouveau type de mécénat populaire. De manière humoristique, parfois, comme lorsqu’El Escritor sin título s’adresse à ses lecteurs de la sorte : « si vous suez, la presse suera ; eh oui, si l’argent coule, l’encre coulera, et sinon ce sera le désert de Gobi »55. De manière plus respectueuse et grandiloquente, d’autres fois, comme lorsque l’éditeur du Diario de Madrid dit de sa publication : « la suite ne fera pas défaut, tant que le public sera constant dans l’estime dont il me gratifie »56.

La rentabilité en question

28Les progrès techniques, structurels et financiers que connaît la presse au cours du siècle sont donc indéniables. Reste à examiner si ces progrès sont suffisants pour permettre aux éditeurs de mener à bien leurs projets journalistiques.

La santé financière précaire des entreprises de presse

  • 57 Chiffre basé sur la déclaration de l’imprimeur Blas Román lors de la saisie du numéro 46 en 1763 (A (...)
  • 58 Enciso Recio, 1987, p. 118.

29Un premier élément à interroger dans cette perspective est le rapport existant entre le coût de production des périodiques et leurs recettes. Paul-Jacques Guinard et Luis Miguel Enciso Recio, dans les ouvrages précédemment cités, ont ainsi étudié les tarifs et tirages des journaux espagnols au xviiie siècle ainsi que les frais de gestion afférents. Les chiffres qu’ils ont trouvés indiquent que, si les prix grimpent au cours du siècle, les tirages, eux, restent très limités. Ainsi, alors que The Spectator connaît, dès le début du siècle, des tirages réguliers de 3 ou 4 000 exemplaires – certains numéros pouvant être édités à 10 ou 12 000 exemplaires –, seuls les périodiques officiels espagnols atteignent ce chiffre, et ce à la fin du siècle. Le Mercurio histórico y político ne dépasse pas les 5500 tirages et la Gaceta de Madrid, pourtant mieux lotie, ne dépassera jamais les 11000. Que dire alors des journaux culturels ? El Censor est tiré à 500 exemplaires seulement57, le Diario de Murcia à 25058 : une goutte d’eau par rapport aux tirages anglais.

  • 59 Guinard, 1973, p. 63, n. 44.

30Est-ce là suffisant pour que les entreprises journalistiques soient rentables ? Ou, à défaut, pour qu’elles ne soient pas déficitaires ? Les calculs effectués par Paul-Jacques Guinard montrent en réalité que, la plupart du temps, les frais engendrés par l’édition d’un journal sont supérieurs aux recettes perçues. Ainsi, le coût de l’impression d’un cahier in-8° serait de 65 réaux vers 1760 et de 80 réaux vers 1780, pour 500 exemplaires, et ce sans compter les frais d’envois en province et la prise en considération du pourcentage d’invendus59. Quel est, alors, le nombre minimum d’exemplaires qu’un journal doit éditer et vendre pour ne pas perdre de l’argent ? Voici l’analyse que fait Paul-Jacques Guinard :

  • 60 Ibid., p. 63.

[…] si, pour les hebdomadaires de petit format comportant 16 à 32 pages, le tirage minimum devait être de l’ordre de 250 à 300 exemplaires, les publications mensuelles telles que le Memorial literario ou le Mercurio, pour ne rien dire de publications à période encore plus longue – le Diario de los literatos, par exemple – devaient être tirées au moins à 1 000, peut-être à 1 500 exemplaires – ce dernier chiffre correspond d’ailleurs au tirage normal d’un livre60.

  • 61 Ibid., p. 73, n. 10.

Si l’on rapporte cette estimation aux tirages indiqués ci-dessus, on voit donc que l’assise économique de la presse espagnole est bien précaire, beaucoup plus étriquée qu’en France et qu’en Angleterre. L’impression de 500 exemplaires du Diario de los literatos devait coûter environ 2 300 réaux, alors que leur vente ne devait en rapporter que 2 00061. Certes, il est plus facile et moins risqué de se lancer dans la fabrication d’un périodique que dans celle d’un livre ou d’une encyclopédie, dans la mesure où le financement arrive progressivement, grâce à l’achat des numéros par les lecteurs – ce qui explique l’attrait que représentent les publications par livraisons. Mais si un éditeur a pour ambition que son journal survive au-delà de quelques numéros, l’affaire n’est pas si aisée.

  • 62 Ibid., p. 59.
  • 63 Enciso Recio, 1987, p. 117.

31Un phénomène qu’il convient également de citer afin de mesurer la rentabilité des entreprises journalistiques est l’apparition d’une nouvelle structure financière, proche de celle que l’on connaît actuellement. À la fin du siècle commencent à se lancer des publications « dont le propriétaire est le détenteur du capital, et dont la gestion échappe entièrement aux rédacteurs, qui ne sont plus que des salariés »62. C’est le cas du Correo de Madrid, dont le propriétaire Antonio de Arribas rétribue l’éditeur Antonio Manegat. Quant au Diario de Madrid, il passe par plusieurs mains, notamment celles de Jacques Thévin, un relieur et libraire français. On ne peut qu’y voir le signe d’un net avancement dans la structuration économique de la presse. Néanmoins, ce système n’est valable que pour quelques entreprises journalistiques. En effet, si entre 1786 et 1788, Madrid fait vivre la Gaceta, le Mercurio histórico, El Censor, El Corresponsal del Censor, le Diario de Madrid, le Correo de Madrid, le Memorial literario, l’Espíritu de los mejores diarios ou encore le Semanario erudito, toutes ces publications ne pouvaient solliciter simultanément les lecteurs et reposer entièrement sur leur capacité d’achat. Le nombre de ces derniers n’est pas extensible, pas plus que les ressources financières de chacun d’entre eux. Certes, le système de souscription constitue une innovation de taille pour les entreprises, mais seuls les lecteurs les plus aisés – 1/25e du lectorat, selon Enciso Recio63 – sont en mesure de procurer à la presse cette stabilité. Et les annonces économiques ou littéraires que l’on voit dans certains journaux sont vraisemblablement publiées à titre gracieux : on est loin du fonctionnement où la publicité représente une rentrée d’argent pour la presse.

  • 64 Urzainqui, 1995b, pp. 190-191.
  • 65 « Cañuelo percibía 100 doblones anuales como ayuda oficial para su trabajo y […] esta subvención, a (...)
  • 66 Larriba, 1998, p. 121.

32La plupart des journaux, donc, ne peuvent se contenter de leurs propres recettes et sont contraints d’avoir recours à des aides étatiques, qu’elles soient octroyées sous forme d’apport réel ou à travers des exemptions de différents types. Le Diario de los literatos ne naît ainsi que grâce à l’aide officielle, jouissant notamment de l’appui de Philippe V, de son confesseur le père W. Clarke et de Blas Nasarre, et il ne subsiste que grâce à l’octroi par le ministre Campillo d’une subvention du trésor royal. Le Memorial literario, comme l’indique Inmaculada Urzainqui64, bénéficie de l’appui de Floridablanca et de Campomanes, ce qui lui permet de ne pas honorer une dette de 12000 réaux, contractée auprès de l’Imprimerie royale. Quant au Censor, Antonio Elorza indique à son sujet : « Cañuelo percevait 100 doublons annuels à titre d’aide officielle pour son travail et […] cette subvention, annulée lors de l’arrivée sur le trône de Charles IV, fut restaurée et maintenue plus tard par Godoy »65. El Regañón general, lui, bénéficie de la gratuité des envois vers l’Amérique. On peut d’ailleurs considérer que les souscriptions prises par certains membres de la famille royale et par les premiers Secrétaires d’État sont à compter au nombre de ces aides financières. Floridablanca, par exemple, totalise 20 souscriptions lorsque le lecteur moyen en contracte 1,866.

  • 67 Latassa y Ortín, Biblioteca nueva de autores aragoneses, Zaragoza, 1884-1886, t. III, p. 62. Cité p (...)
  • 68 « A Dios gracias tengo lo bastante para mantenerme sin necesitar de la ayuda de ningún poderoso » ((...)

33Selon toute vraisemblance, d’autres entreprises survivent pour leur part grâce aux capitaux apportés par les journalistes eux-mêmes. Ainsi Cristóbal Romea y Tapia, rédacteur d’El Escritor sin título, est prébendé de la collégiale de Daroca67. José Miguel Flores de la Barrera, auteur de l’Aduana crítica, est Secrétaire de la Real Academia de la Historia. Et, dans les années 1780 encore, les éditeurs de journaux qui tirent leurs revenus d’une autre activité sont nombreux : Cañuelo – d’El Censor – est avocat, Beristáin – du Diario pinciano – est professeur à l’université de Valladolid. Marchena, lui, déclare dès le premier numéro d’El Observador : « Grâce à Dieu, j’ai de quoi subvenir à mes besoins sans être contraint d’avoir recours à l’aide d’aucun puissant »68.

Des professionnels de la presse ? Le statut problématique des journalistes

  • 69 Álvarez Barrientos, 2006, pp. 15 et 210.
  • 70 « Últimamente, hemos servido a la patria sin interés ninguno ; antes bien con pérdida de algún caud (...)
  • 71 « el recinto o lugar de su elaboración » (Urzainqui, 1995b, p. 194).

34Est-ce à dire, alors, que le journalisme au xviiie siècle n’est en aucun cas une profession mais seulement une passion, un passe-temps ou, tout au plus, un complément de revenus ? Il est vrai que tous les auteurs des périodiques culturels ne vivaient pas des rémunérations que leur procurait la presse : dans la première moitié du siècle, notamment, la « carrière des lettres » n’existait pas en tant que telle et prétendre tirer des revenus de cette occupation était même considéré d’assez mauvais goût69. D’ailleurs, certains journalistes déclarent effectuer leur travail de manière bénévole, voire à perte. C’est le cas des auteurs du Diario de los literatos, qui écrivent dans le prologue du septième tome : « dernièrement, nous avons servi notre patrie sans aucun bénéfice ; au contraire en perdant de l’argent, aussi bien pour les impressions que pour les achats de livres »70. Et tous, semble-t-il, exercent leur activité de journaliste depuis chez eux, ce qui explique, selon Inmaculada Urzainqui, que le terme de periódico ne s’utilise pas, au xviiie siècle, pour désigner « l’enceinte ou le lieu de sa fabrication »71.

  • 72 Ibid., p. 174.
  • 73 Dans les journaux de mon corpus, on peut notamment la trouver dans El Escritor sin título (1764) : (...)
  • 74 Álvarez Barrientos, 1990b, p. 29.
  • 75 Ibid.
  • 76 Aguilar Piñal, 1990, p. 14.
  • 77 « periodistas laboriosos » (Memorial literario, 1802, n° 23, p. 168).
  • 78 « en que como periodistas se han constituido » (Memorial literario, 1806, n° 8, p. 365).
  • 79 « con flujo de escribir y de ser periodista » (El Regañón, 4 avril 1804, p. 209).

35Néanmoins, il est indéniable que s’instaure au fil du siècle une terminologie propre à la presse, signe que le journalisme se dessine progressivement comme une activité littéraire à part entière. À côté du terme de gacetero, employé la plupart du temps dans le cadre de la presse purement informative72, Joaquín Álvarez Barrientos relève les différents termes qui servaient à l’époque pour désigner les rédacteurs de journaux : diarista et, dans une moindre mesure, jornalista dominent les soixante premières décennies du siècle, tandis que l’expression escritor periódico73 se généralise à partir des années 1760, aux côtés de formules moins courantes telles que « escritores públicos », « escritores semanales », « papelistas », « escritores de surtido » ou « escritores de por vida »74. En ce qui concerne le terme actuel de periodista, son apparition date de 1763. C’est ainsi dans El Amigo del público qu’il est employé, quoique doté d’une connotation nettement péjorative : les journalistes sont montrés, sous la plume de Juan Antonio Aragonés, comme n’accomplissant pas leur devoir correctement75. Dans les années 1780, son utilisation reste sporadique, le terme n’étant inclus qu’en 1822 dans le Diccionario de la Real Academia76. On peut néanmoins relever l’emploi de periodista dans un sens neutre, voire laudatif, dès les années 1800. Ainsi, un dénommé O. s’adresse aux « auteurs du Memorial » en les qualifiant de « journalistes appliqués »77. Un autre contributeur, M.J.G., leur parle de leur obligation de promouvoir la poésie « dans la mesure où vous êtes devenus journalistes »78. Deux ans plus tôt, « El pretendiente », soi-disant contributeur d’El Regañón general, dit être né « avec la pulsion d’écrire et d’être journaliste »79.

  • 80 Ces quelques lignes sont notamment basées sur l’ouvrage de Enciso Recio, 1956.
  • 81 Enciso Recio, 1987, p. 66.
  • 82 Guinard, 1973, p. 104.
  • 83 C’est ce dont témoigne son acte de décès : Archives de la Paroisse de San Sebastián, Madrid, Libro  (...)

36L’apparition de termes spécifiques pour désigner l’activité journalistique témoigne donc du fait que celle-ci commence à être considérée comme un phénomène inédit, qu’il convient de nommer. Savoir qui est concerné par les dénominations qui tentent d’embrasser cette nouvelle réalité reste pourtant une question délicate. Est-ce que seuls ceux qui tirent la majeure partie de leurs revenus de la presse peuvent être appelés escritores periódicos ou periodistas ? C’est le cas de quelques-uns, et notamment celui de Francisco Mariano Nifo80, premier représentant des auteurs qui font du journalisme leur profession. Après s’être lancé dans la carrière des lettres dès les années 1740, ce n’est que grâce à la presse qu’il acquiert notoriété et assise financière. Malgré les nombreuses critiques dont il fut assailli de son vivant et les défauts que l’on peut imputer à ses ouvrages, il présente l’originalité d’avoir mis sur pied une douzaine de publications, d’avoir introduit en Espagne certaines nouveautés – le quotidien, la publicité, la souscription –81 et a été, de ce fait, « le premier journaliste espagnol de profession, le premier à considérer le périodique comme une entreprise digne d’occuper entièrement un homme de lettres »82. D’ailleurs, à sa mort, il a laissé à ses héritiers une fortune83, signe de son parcours exceptionnel.

  • 84 AHN, Estado, leg. 3014, exp. 28. Reproduit dans Varela Hervías, 1966, pp. 68-69.
  • 85 « privado de un arbitrio en que podía apoyar en lo sucesivo la manutención de su crecida familia [y (...)
  • 86 desdevises du Dézert, 1898-1904, vol. 3, p. 287.

37D’autres rédacteurs semblent également tirer des revenus suffisants de leur activité journalistique. Ainsi, les comptes que Cristóbal Cladera fournit le 28 août 1788 à Floridablanca indiquent que l’Espíritu de los mejores diarios connaît un bénéfice annuel de 100260 réaux84. Luciano Comella, lorsqu’il demande l’autorisation de reprendre la publication du Diario de las musas, après l’interdiction de 1791, se plaint d’être « privé d’un revenu grâce auquel il aurait pu assurer à l’avenir le maintien de sa large famille [et celui] de plusieurs honnêtes citoyens qui allaient se consacrer à ce périodique et dont les familles ont été réduites à la misère »85. Joaquín Ezquerra, pour sa part, est en mesure de tirer d’honorables bénéfices de la vente du Memorial literario au Mexique. D’autres, probablement, trouvaient dans la presse de quoi survivre, à l’image de leurs successeurs du xixe siècle que Georges desdevises du Dézert décrit comme « de pauvres diables, plus ou moins endettés, qui passent leur vie […] à fonder des journaux, à les lancer et à vendre ensuite leur privilège pour créer aussitôt de nouvelles feuilles, abordant tous les genres avec la même intrépide médiocrité, et gagnant tout juste le nécessaire pour ne pas mourir de faim »86. Mais si l’on s’en tient à ce critère strictement financier, cela signifie que nombre des rédacteurs ne peuvent être considérés comme des professionnels de la presse. C’est là le signe de la difficulté qu’il y a à définir le cadre précis de l’exercice du journalisme au xviiie siècle, difficulté que je tenterai de dépasser dans la deuxième partie de ce travail.

  • 87 Par exemple, au numéro du 27 juin 1787 du Diario pinciano (p. 244), dans le prologue d’El Duende de (...)
  • 88 Memorial literario, février 1784, p. 4 ; décembre 1784, p. 96.
  • 89 « ¡qué imposible es […] el acierto en una obra, que se ha de pensar, escribir, copiar, aprobar e im (...)

38Ainsi, les entreprises journalistiques se heurtent à nombre de problèmes financiers qui rendent problématiques leur rentabilité et leur capacité de modernisation. Que ce soit en raison des lacunes du système d’impression et de diffusion, du frein que constitue la censure ou de la fragilité du fonctionnement des entreprises de presse, l’Espagne témoigne donc d’un net retard face aux autres pays d’Europe, notamment dans la première moitié du siècle. Les journaux donnent d’ailleurs eux-mêmes des indices de ces difficultés. Les rappels à l’ordre des lecteurs qui envoient informations et articles sans avoir payé les frais de port sont nombreux, souvent assortis de l’avertissement selon lequel, désormais, lesdits courriers ne seraient pas acceptés87. Quant aux éditeurs du Memorial literario, ils évoquent leur incapacité financière à acquérir de nouveaux livres et la nécessité dans laquelle ils se trouvent de se limiter à faire les comptes rendus des ouvrages auxquels ils ont accès grâce aux prêts concédés par les auteurs, grâce aux fonds de la Bibliothèque royale ou grâce à la générosité des libraires de Madrid88. On comprend que, dans ces conditions, la presse ait du mal à prendre son envol, à créer une marge d’amélioration et d’innovation. Les imprimeurs sont obligés de travailler avec des matériaux de mauvaise qualité pour faire baisser les coûts, sans la main-d’œuvre nécessaire, dans l’urgence lorsqu’il faut rattraper le retard pris après des délais de licence d’impression imprévus. Tout cela ne peut qu’affecter la parution périodique de la presse et l’objet produit qu’est le journal. LAbbé Langlet le souligne lui-même, lorsqu’il fait le point sur son parcours en tant qu’auteur d’El Hablador juicioso : « Comme il est impossible […] de réussir un ouvrage que l’on est contraint de penser, d’écrire, de copier, de faire approuver et d’imprimer en l’espace d’une semaine ! »89.

39Mais malgré les difficultés tenaces, les pesanteurs des premières décennies laissent place, dans la seconde moitié du siècle, à une série d’évolutions techniques et structurelles qui favorisent le développement de la presse. Face à ces améliorations, Francisco Aguilar Piñal va jusqu’à affirmer :

  • 90 « […] en la segunda mitad del siglo xviii español se dan ya las condiciones sociales que toda prens (...)

[…] dans la seconde moitié du xviiie siècle espagnol apparaissent déjà les conditions sociales dont toute presse périodique a besoin : un public avide de nouvelles et avec des moyens économiques suffisants pour la financer, des entrepreneurs décidés et pleins d’imagination, des journalistes enthousiastes et critiques, des avancées techniques, aussi bien au sein des imprimeries que dans l’organisation et la diffusion des imprimés90.

  • 91 « ligada al grado de tesón y empecinamiento que animó a sus editores, dispuestos a sacarlos a flote (...)
  • 92 « Don Quijote del mundo filosófico » (El Censor, n° 68, p. 10).

Peut-être est-ce se montrer un peu trop optimiste, dans la mesure où les progrès se font davantage sentir à partir de la fin du règne de Charles III et que, même à la fin du siècle, les problèmes auxquels se heurtent les entreprises journalistiques persistent : public limité, revenus insuffisants, structures financières archaïques, etc. Si les progrès sont indéniables, donc, la vie des journaux est souvent, comme l’affirme José Cebrián à propos du Correo de Xerez et d’autres périodiques de l’époque, « dépendante du degré de persévérance et d’obstination qui animait leurs éditeurs, disposés à les tirer d’affaire face à toutes sortes d’obstacles, d’épreuves et de contre-temps »91. Dans cette perspective, El Censor va même jusqu’à se dépeindre sous les traits d’un « Don Quichotte du monde philosophique »92. Souvent seul, le journaliste est confronté à de nombreuses difficultés, dont le narrateur du numéro 44 d’El Censor, se faisant passer pour un ami du journaliste, fait la liste à son interlocuteur au cours d’une tertulia. Il cite notamment les problèmes suivants :

  • 93 « […] no tiene ningún sueldo ni mayorazgo tan grande que le permita dedicar todas sus facultades, y (...)

[…] il n’a ni un salaire ni un majorat suffisant pour lui permettre de consacrer toutes ses facultés, et tout son temps, au service de son cher mécène. […] le fait de devoir en plus de cela publier nécessairement un discours chaque semaine, qu’il soit de bonne ou de mauvaise humeur, qu’il ait la tête reposée ou échauffée, qu’il ait très envie d’écrire ou pas du tout, et sans que le dispensent de cette charge les maladies dont il a souffert, ni les autres calamités auxquelles tout homme est sujet, tout cela a fait qu’il n’a pu travailler ses discours qu’à certains moments et dans la plus grande précipitation, et que ceux-ci contiennent donc de nombreuses négligences dans le style et de plus nombreux défauts dans l’impression.93

Cela explique que des publications doivent parfois s’arrêter contre la volonté des journalistes, comme le soulignent certaines notes insérées en guise d’épilogue. Les éditeurs du Mensagero de Granada, par exemple, déclarent en 1797 :

  • 94 « Hace diez y seis meses que dimos principio a este periódico, durante cuyo tiempo hemos apurado to (...)

Cela fait seize mois que nous avons fondé ce journal, seize mois durant lesquels nous avons usé de toutes les économies imaginables dans l’espoir de le conserver ; mais l’expérience a fini par nous montrer qu’il était impossible de le maintenir, les gains ne correspondant pas aux coûts et au travail investis. Nous regrettons cependant de ne pas être en mesure de continuer notre sacrifice à l’intention du public, que nous avons tenté de satisfaire par tous les moyens que nous a suggérés notre volonté de le servir.94

  • 95 « hasta que quede hecha completamente la suscripción, como se espera, sin que el editor tenga que g (...)

De même, le Semanario de Granada est amené à suspendre sa publication le 29 septembre 1800, « jusqu’à ce que la souscription soit complète – en espérant qu’elle le sera – pour que l’éditeur n’ait pas à grever ses intérêts une deuxième fois »95. Une suspension qui, en réalité, correspond à un arrêt définitif du périodique.

40Au fur et à mesure que le siècle avance, l’imprimerie et les transports espagnols se modernisent, les contraintes imposées par la censure gouvernementale et ecclésiastique s’adaptent aux nouvelles réalités éditoriales de l’époque, la structure et le système de financement des entreprises journalistiques se modifient. C’est là une évolution indéniable dont la presse du xviiie siècle bénéficie. Il n’en reste pas moins que les imperfections du système d’impression et de distribution ne disparaissent pas : jusqu’à la fin du siècle, le pourcentage d’Espagnols susceptibles de faire fonctionner le marché de l’édition reste limité et les journalistes dépendent très souvent de capitaux extérieurs, privés ou étatiques.

Notes

1 « Lo primero que llama la atención al tener entre las manos libros editados en diferentes etapas del siglo xviii es la continua evolución en la mejora de la industria editorial. La impresión es de malísima calidad a comienzos del siglo, los tipos están gastados, machacados por el uso, sin variación ni renovación alguna. No hay en las empresas la menor inquietud por la modernización […]. En los años ochenta es normal encontrar ya los nuevos tipos, de gran finura y estilización, enriqueciendo las portadas de los libros de mayor empeño […] » (Aguilar Piñal, 2005, pp. 175-176).

2 Guinard, 1957, p. 181.

3 Les informations données dans ce paragraphe sont tirées du chapitre que Paul-Jacques Guinard consacre à « L’économie de la presse » dans son ouvrage La presse espagnole de 1737 à 1791, pp. 49-68.

4 « a mediados de siglo, la producción francesa [es] más de veinte veces superior a la española » (Lopez, 1990, p. 296).

5 Saugnieux, 1978, p. 318.

6 Lopez, 1990, p. 294.

7 « Los libreros de Madrid están mal provistos y no saben lo que guardan. Nada de catálogos. Cuando les preguntan por algún libro, todo es andar de una parte para otra, informarse entre los demás colegas, etc.¡Cuánto tiempo perdido ! » (Arquero Soria, 1980, p. 10).

8 Rodríguez-Moniño, Historia de los catálogos de librerías españoles (1661-1840). Estudio bibliográfico, Madrid, 1966, pp. 35-36. Cité par Lopez, 1995, p. 117.

9 Négoce éditorial réunissant quarante-cinq professionnels – dont Juan Bautista Orcel, Francisco Manuel de Mena et Antonio Sanz – qui se répartissent le travail en fonction du capital apporté par chacun (1763).

10 Les « fundidores de letras » et les « abridores de punzones y matrices ».

11 « En Madrid el número de imprentas fue evolucionando del modo siguiente : eran 26 en el año 1752, en que se realizó un censo de ellas sin mencionar el número de prensas de cada una ; 24 o 25, en 1770, aparecen reseñadas en otro documento en que para cada taller se indican las prensas, que en total son 111, destacando dos grandes oficinas, las de Francisco Marín (13 prensas) y la de Joaquín Ibarra (15 prensas). Habiendo acabado el reinado de Carlos III, en 1792, las 28 imprentas madrileñas habían llegado a totalizar 209 prensas, habiendo duplicado aproximadamente su número en el espacio de veintidos años » (Lopez, 1990, p. 296).

12 Guinard, 1973, p. 54.

13 Aguilar Piñal, 2005, p. 196.

14 « Los escasos españoles que querían leer o estudiar no se encontraban en situación muy mala para procurarse libros ; no faltaban libreros hábiles y emprendedores cuyas tiendas estaban siempre bien surtidas de libros extranjeros ; estos libreros, impresores a la vez, desplegaban gran actividad como editores. Desde el punto de vista tipográfico, las obras salidas de las prensas de Ibarra y de la Imprenta Real son trabajos excelentes que honran al país » (Arquero Soria, 1980, p. 11).

15 Le Caxón de sastre, El Duende especulativo sobre la vida civil, El Escritor sin título, le Memorial literario, le Diario de Madrid, El Apologista universal, le Correo de Madrid, les Discursos literarios, políticos y morales et le Diario de las musas.

16 Respectivement par Isidro Aguas Vivas, Antonio Iglesias, Juan José Colón, Francisco Ruiz de Azpeytia, Francisco Benedicto, Santos Azero, José Longas, Francisco García Rico, José Monge Mendoza, Berard, Diego Mallén et Tomás de Santander.

17 Respectivement par José Bernáldez y hermanos, Miguel de Aymar, Genaro de Quevedo, Ontiveros et Valdés.

18 « el absoluto respeto del dogma católico, el de la moral cristiana y el de las regalías de Su Majestad » (Lopez, 1995, p. 71).

19 Cendán Pazos, 1974, p. 24.

20 Sáiz, 1983 p. 88.

21 Défourneaux, 1963, pp. 35 sqq.

22 Domergue, 1996, pp. 32-33.

23 Guinard, 1973, p. 28.

24 Cendán Pazos, 1974, p. 52.

25 Domergue, 1981, p. 74.

26 « expresiones torpes ni lúbricas, y tampoco sátiras de ninguna especie, ni aun de materias políticas, ni cosas que desacrediten las personas, los teatros e instrucción nacional ; mucho menos las que sean denigrativas al honor y estimación de comunidades, personas de todas clases, estados, dignidades o empleos, absteniéndose de cualesquiera voces o cláusulas que puedan interpretarse o tener alusión directa contra el gobierno y sus magistrados » (González Palencia, 1934-1941, p. xxxi).

27 Guinard, 1973.

28 Larriba, 1998, pp. 119-121.

29 « Esta es la gran cuestión : si en la España de Carlos III ; la prensa, que es un medio de expresión moderno, está obligada a depender del viejo mecenazgo o si hay un público dispuesto a consumir y defender una prensa independiente » (Fuentes, 1990a, p. 86).

30 Selon Guinard, 1973, p. 70, il « semble raisonnable de considérer que le nombre de lecteurs par exemplaire était faible – 1 à 5 – pour les publications érudites – Diario de los literatos, Aduana crítica, Semanario erudito – mais relativement important – 10 à 15 – pour les journaux d’information – Gaceta, Mercurio [histórico], Memorial literario – et les imitations du Spectator ». J’évoquerai, dans la quatrième partie de ce travail, cette dimension de la réception de la presse.

31 Romero de Solís, La población española en los siglos xviii y xix, Madrid, 1973, p. 138. Cité par Saugnieux, 1978, p. 316.

32 Vicens Vives, Historia social y económica de España y América, Barcelona, 1957-1959, t. IV, p. 18. Cité par Guinard, 1973, p. 53.

33 Soubeyroux, 1985, p. 167.

34 Andioc, 1995, p. 306.

35 Aguilar Piñal, 2005, p. 200.

36 Un réal correspondrait à 8,5 cuartos et un cuarto à quatre maravédis.

37 Sanchez Aranda, Barrera, 1992, p. 41.

38 Guinard, 1973, p. 74.

39 Herr, 1973, p. 165.

40 « hallándose por su pequeño coste en las manos de toda clase de personas » (Diario de Barcelona, « Prospecto », 1er octobre 1792, p. 1).

41 « este género de escritos, por la circunstancia de adquirirse a poca costa y tomarse por diversión, logra incomparablemente mayor número de lectores que las obras metódicas y extensas donde se hallan las mismas o semejantes especies » (AHN, Consejos, 5550-67. Cité par Urzainqui, 1995b, p. 128).

42 « desconfío de que el diario se sostenga en Salamanca, cuando apenas se sostiene en la Corte, pues es preciso confesar que semejantes escritos son el lujo de la literatura y no tienen despacho sino en los países en que la ilustración es muy general » (AHN, Consejos, 11279-68. Cité par Aguilar Piñal, 1978, p. xii).

43 Guinard, 1973, p. 85.

44 Ibid., pp. 64-65.

45 Ibid., p. 65.

46 Sáiz, 1983, p. 93.

47 Urzainqui, 1995b, p. 210.

48 Comme l’indiquent les listes de souscripteurs parues entre le 8 septembre et le 29 décembre 1786.

49 Selon la liste publiée au numéro 26. Cité par Larriba, 2005a, p. 100.

50 Más Galván, 1990, p. 321.

51 Rodríguez de la Flor, 1988, p. 31.

52 Enciso Recio, 1987, p. 118.

53 Numéro du 29 mai 1805, p. 272.

54 Numéro du 15 avril 1794, p. 48. Numéro du 16 mai 1795, p. 164.

55 « si Vm. suda, sudará la prensa ; esto es, si corre la moneda, correrá la pluma, y si no será un Monte de Torozos » (El Escritor sin título, « Prólogo »).

56 « será constante su continuación, mientras el público sea estable en favorecerme con su aprecio » (Diario de Madrid, « Al público o a todos en común, y a ninguno en particular », 1erfévrier 1758).

57 Chiffre basé sur la déclaration de l’imprimeur Blas Román lors de la saisie du numéro 46 en 1763 (AHN, Consejos, 5546-22) et lors de la saisie du numéro 65 (AHN, Consejos, 5550-70). Cité par Guinard, 1973, p. 62.

58 Enciso Recio, 1987, p. 118.

59 Guinard, 1973, p. 63, n. 44.

60 Ibid., p. 63.

61 Ibid., p. 73, n. 10.

62 Ibid., p. 59.

63 Enciso Recio, 1987, p. 117.

64 Urzainqui, 1995b, pp. 190-191.

65 « Cañuelo percibía 100 doblones anuales como ayuda oficial para su trabajo y […] esta subvención, anulada al subir al trono Carlos IV, fue restaurada y mantenida más tarde por Godoy » (AHN, Estado, 3239-12. Cité par Elorza, 1970, p. 213).

66 Larriba, 1998, p. 121.

67 Latassa y Ortín, Biblioteca nueva de autores aragoneses, Zaragoza, 1884-1886, t. III, p. 62. Cité par Guinard, 1973, p. 104.

68 « A Dios gracias tengo lo bastante para mantenerme sin necesitar de la ayuda de ningún poderoso » (El Observador, n° 1, pp. 49-50).

69 Álvarez Barrientos, 2006, pp. 15 et 210.

70 « Últimamente, hemos servido a la patria sin interés ninguno ; antes bien con pérdida de algún caudal, así en las impresiones, como en las compras de libros » (Diario de los literatos, n° 7, « Prólogo »).

71 « el recinto o lugar de su elaboración » (Urzainqui, 1995b, p. 194).

72 Ibid., p. 174.

73 Dans les journaux de mon corpus, on peut notamment la trouver dans El Escritor sin título (1764) : n° 1 p. 4, n° 8 p. 271 et n° 10 p. 360. On la trouve également, plus tardivement, dans El Censor (n° 54, p. 114), dans El Apologista universal (n° 14, p. 239) ou encore dans le Semanario de Salamanca (29 décembre 1795, p. 309).

74 Álvarez Barrientos, 1990b, p. 29.

75 Ibid.

76 Aguilar Piñal, 1990, p. 14.

77 « periodistas laboriosos » (Memorial literario, 1802, n° 23, p. 168).

78 « en que como periodistas se han constituido » (Memorial literario, 1806, n° 8, p. 365).

79 « con flujo de escribir y de ser periodista » (El Regañón, 4 avril 1804, p. 209).

80 Ces quelques lignes sont notamment basées sur l’ouvrage de Enciso Recio, 1956.

81 Enciso Recio, 1987, p. 66.

82 Guinard, 1973, p. 104.

83 C’est ce dont témoigne son acte de décès : Archives de la Paroisse de San Sebastián, Madrid, Libro 38 de Difuntos, vol. 479. Cité par Entrambasaguas, 1944, p. 368.

84 AHN, Estado, leg. 3014, exp. 28. Reproduit dans Varela Hervías, 1966, pp. 68-69.

85 « privado de un arbitrio en que podía apoyar en lo sucesivo la manutención de su crecida familia [y la] de un número de ciudadanos honrados que estaban destinados a dicho papel, cuyas familias han quedado reducidas a la miseria » (AHN, Consejos, 11 279 (63). Cité par Álvarez BarrienTOS, 1990b, p. 31).

86 desdevises du Dézert, 1898-1904, vol. 3, p. 287.

87 Par exemple, au numéro du 27 juin 1787 du Diario pinciano (p. 244), dans le prologue d’El Duende de Madrid (p. 24), au numéro du 8 décembre 1792 du Correo literario de Murcia (p. 232), au numéro du 30 juin 1806 du Correo de Xerez (p. 416) ou encore au numéro du 15 mars 1808 de Minerva.

88 Memorial literario, février 1784, p. 4 ; décembre 1784, p. 96.

89 « ¡qué imposible es […] el acierto en una obra, que se ha de pensar, escribir, copiar, aprobar e imprimir en una semana ! » (El Hablador juicioso, 1763, n° 8, p. 60).

90 « […] en la segunda mitad del siglo xviii español se dan ya las condiciones sociales que toda prensa periódica necesita : un público ávido de noticias y con medios económicos suficientes para costearla, empresarios decididos e imaginativos, periodistas entusiastas y críticos, avances técnicos, tanto en las imprentas como en la organización y difusión de los impresos » (Aguilar Piñal, 1978, p. viii).

91 « ligada al grado de tesón y empecinamiento que animó a sus editores, dispuestos a sacarlos a flote contra todo género de trabas, adversidades y contratiempos » (Cebrián, 1990 p. 107).

92 « Don Quijote del mundo filosófico » (El Censor, n° 68, p. 10).

93 « […] no tiene ningún sueldo ni mayorazgo tan grande que le permita dedicar todas sus facultades, y todo su tiempo, al servicio de su estimado mecenas. […] el haber además de esto de publicar necesariamente un discurso cada semana, esté de bueno o de mal humor, con la cabeza fresca o caliente, con mucha o con poca gana de escribir, y sin que le hayan exonerado de esta carga las enfermedades que ha padecido, ni las otras calamidades, a que como hombre está sujeto, todo ha hecho que trabaje en los ratos que ha estado para ello, pero con mucha precipitación, sus discursos y que lleven por tanto muchas negligencias en el estilo y más defectos en la impresión » (El Censor, n° 44, pp. 701-702).

94 « Hace diez y seis meses que dimos principio a este periódico, durante cuyo tiempo hemos apurado todos los medios de economía a fin de conservarlo ; pero la experiencia nos ha desengañado ya de que es imposible sostenerlo, por no corresponder las utilidades a sus costos y trabajo. Sin embargo, nos queda el sentimiento de no poder continuar nuestro sacrificio a favor del público, a quien hemos procurado complacer por todos los rumbos que nos han sugerido nuestros buenos deseos de servirle » (Mensagero de Granada, 28 septembre 1797, pp. 139-140).

95 « hasta que quede hecha completamente la suscripción, como se espera, sin que el editor tenga que gravar segunda vez sus intereses » (Semanario de Granada, 29 septembre 1800, p. 348).

© Casa de Velázquez, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search