Version classiqueVersion mobile

Presse et culture dans l’Espagne des Lumières

 | 
Maud Le Guellec

Première partie. Temporalité et matérialité : des spécificités de l’objet-journal

Préambule de la première partie

Texte intégral

1« Publication périodique, le plus souvent quotidienne, rendant compte de l’actualité dans plusieurs ou tous les domaines » selon le Trésor de la langue française, le journal se définit avant tout par son rapport spécifique au temps : périodicité, simultanéité. Mais afin de remplir au mieux son rôle de témoin des événements, le journal se caractérise également par une certaine concision, sans laquelle son discours perdrait en efficacité. Ainsi, tout éditeur ayant l’ambition de lancer un journal doit être en mesure de respecter ces trois règles d’or : régularité, rapidité, brièveté.

2Reste à savoir comment définir chacun de ces termes. La « régularité » n’est accessible que lorsque l’on dispose de moyens de production et de diffusion bien rodés ainsi que d’une grande liberté d’expression et d’exécution, ce qui était loin d’être le cas dans l’Espagne des Lumières. « Rapidité » ne peut en aucun cas signifier la même chose au xviiie siècle que de nos jours : une société où le simple fait d’aller à la ville voisine pour assister à la venue de la famille royale représente un voyage de plusieurs jours ne peut avoir le même rapport au temps qu’une société où se déplacer à 250 km/h est monnaie courante. Chacune aura une vision bien différente de ce que sont une année, un mois, une semaine. Quant à la « brièveté », si quelques feuillets suffisent à une parution quotidienne pour informer les lecteurs de l’actualité, une parution trimestrielle aura tendance à utiliser davantage de pages pour développer ses idées. C’est pourquoi il serait bien réducteur de jauger les balbutiements des périodiques culturels en fonction de critères contemporains très stricts et de nier l’appartenance à la catégorie de la presse au Diario de los literatos, sous prétexte que chacun de ses numéros dépasse largement les trois cents pages, ou à El Observador, dont les numéros ne sont pas datés et pour lequel aucune périodicité prédéterminée n’est indiquée aux lecteurs.

3Les pages qui suivent se proposent d’interroger les conditions de production auxquelles est confrontée la presse culturelle du xviiie siècle et d’étudier la temporalité et la matérialité des périodiques, fruits de ce système et de ses défauts, afin de voir si ces deux dimensions font du journal un objet à part dans le panorama des écrits de l’époque.

© Casa de Velázquez, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search