Version classiqueVersion mobile

Presse et culture dans l’Espagne des Lumières

 | 
Maud Le Guellec

Introduction

Texte intégral

  • 1 Fuentes, Fernández Sebastián, 1997. Sáiz, 1983. Sánchez Aranda, Barrera, 1992.
  • 2 Molina Fajardo, 1979. Aguilar Piñal, 1992. Pérez Costanti, 1992.
  • 3 Enciso Recio, 1956.
  • 4 On peut notamment citer Tres calas en la censura dieciochesca, ainsi que La censure des livres en E (...)
  • 5 Cette étude est menée principalement dans l’ouvrage Le public de la presse, traduit en espagnol en  (...)

1Si, au cours des xvie et xviie siècles, de nombreux avisos, relaciones et gacetas voient le jour en Espagne, comblant la curiosité des lecteurs vis-à-vis des grands événements de la vie politique ou militaire, ce n’est qu’au cours du second tiers du xviiie siècle que naît une véritable presse, régulière et libérée – du moins en partie – de son rôle de propagande gouvernementale. C’est cette presse naissante que Paul-Jacques Guinard s’est proposé d’étudier dans son ouvrage-référence, La presse espagnole de 1737 à 1791. Formation et signification d’un genre. Juan Francisco Fuentes et Javier Fernández Sebastián, María Dolores Sáiz, José Javier Sánchez Aranda et Carlos Barrera1, notamment, se sont par la suite intéressés à leur tour aux moments d’essor et de ralentissement de la production périodique, au contenu thématique et idéologique de chaque publication. Eduardo Molina Fajardo, Francisco Aguilar Piñal et Pablo Pérez Costanti2, pour leur part, ont analysé plus spécifiquement la presse de Grenade, de Séville ou de Saint-Jacques de Compostelle. De nombreuses facettes de ce nouveau mode de communication ont, par ailleurs, suscité l’intérêt des chercheurs. Dès 1956, Luis Miguel Enciso Recio a travaillé sur une figure emblématique de la presse espagnole du xviiie siècle : Francisco Mariano Nifo3. Lucienne Domergue s’est penchée sur le rapport existant entre presse, censure et législation de l’imprimerie4. Elisabel Larriba a, quant à elle, interrogé une question laissée jusqu’alors quelque peu de côté : celle de la réception de la presse et des catégories de lecteurs sur lesquelles elle repose5.

  • 6 Sánchez Aranda, Barrera, 1992, pp. 61-63.

2Tous ces travaux ont permis de retracer l’histoire de la presse espagnole du xviiie siècle. À partir de la parution, en 1737, du Diario de los literatos, considéré comme le premier vrai journal de la péninsule, les projets journalistiques se multiplient : une véritable floraison qui se poursuit jusqu’à la moitié du siècle et se consolide dans les années 1760 – décennie au cours de laquelle José Javier Sánchez Aranda et Carlos Barrera comptabilisent quarante-cinq publications6. S’ensuit une période de léthargie, provoquée par la convergence de causes diverses : conjoncture économique moins favorable, difficulté de consolider l’intérêt des lecteurs pour les périodiques – une fois passée la phase de nouveauté et de curiosité –, attitude des autorités, qui deviennent plus exigeantes sur la qualité des projets proposés et en refusent, de ce fait, un grand nombre. Néanmoins, les conditions économiques, politiques et législatives s’améliorent très vite, permettant à la presse espagnole de connaître une seconde phase d’essor dans les années 1780 – décennie au cours de laquelle José Javier Sánchez Aranda et Carlos Barrera comptabilisent, cette fois, cinquante-huit publications.

  • 7 Domergue, 1981, p. 82.
  • 8 Larriba, 1998, p. 27.
  • 9 Abellán, 1988, p. 750.

3Mais cet élan est stoppé le 24 février 1791 lorsque Floridablanca, alors Secrétaire d’État, décide d’interdire la parution des publications périodiques – à l’exclusion de la Gaceta de Madrid, du Mercurio histórico y político et du Diario de Madrid. Les autorités, en effet, se méfient de l’impact que pourrait avoir la presse sur la société espagnole dans les circonstances politiques et idéologiques européennes liées à la Révolution française. Au cours de cette nouvelle phase de stagnation, les journalistes se heurtent à de nombreux refus de licence : en 1792, par exemple, huit demandes sur quatorze sont rejetées7. Même Cristóbal Cladera et Luciano Comella, qui n’avaient jamais eu affaire à l’Inquisition, se voient refuser leurs demandes respectives de reprendre la publication de l’Espíritu de los mejores diarios et du Diario de las musas. Néanmoins, cette crise, loin de mettre un point final à l’ascension de la presse espagnole, prouve que « désormais, il faudrait compter avec elle, quelles que soient les circonstances »8. En effet, jusqu’en 1808 – tournant historique qui marque également une inflexion de la presse et un ralentissement de l’essor des journaux privés –, l’Espagne voit réapparaître le Memorial literario et assiste à la naissance de publications telles que El Regañón general, les Variedades de ciencias, literatura y artes ou encore les Efemérides de España. C’est d’ailleurs dans ces années 1790-1800 que la presse provinciale, jusqu’ici en net retrait – des cent trente-cinq publications que compte le siècle, soixante-neuf voient le jour à la Cour9 –, prend véritablement son essor : Murcie, Séville, Grenade ou encore Valence comptent désormais leurs propres journaux.

  • 10 González Ramos, 1990. Lama Hernández, 1990. Vallejo, 1990b.
  • 11 Escobar, 1982. Étienvre, 2004a. Uzcanga Meinecke, 2005.
  • 12 Castañón, 1973. Checa Beltrán, 1990. Rodríguez Sánchez DE León, 1999.
  • 13 Sur la question de la critique dramatique, on peut citer les articles suivants : « Crítica teatral (...)

4Témoignage vivant d’une époque dont elle relate les événements saillants, reflet des inquiétudes des quelques auteurs qui s’adonnent à son écriture et de l’ensemble des lecteurs auxquels elle s’adresse – plus nombreux que ceux des autres écrits de l’époque –, la presse naît et se consolide dans l’Espagne du xviiie siècle, avant de connaître son véritable âge d’or au siècle suivant. Or, la question de savoir si cette évolution correspond à la mise en place de nouvelles modalités d’écriture a été en partie laissée de côté. Paul-Jacques Guinard, face à l’immensité de la tâche qu’il s’était fixée, n’a pu consacrer qu’une dizaine de pages aux « Genres et formes » des périodiques. Depuis, des travaux ont été menés dans ce sens. Dans le numéro monographique de la revue Estudios de historia social, paru en 1990, plusieurs auteurs se sont intéressés à la question des formes poétiques présentes dans les périodiques des Lumières10. Les modalités selon lesquelles la presse espagnole du xviiie siècle a recours à l’essai, à la parodie ou bien encore à la satire ont donné lieu à des études telles que celles de José Escobar, de Françoise Étienvre et de Francisco Uzcanga Meinecke11. Jesús Castañón, José Checa Beltrán et María José Rodríguez Sánchez de León12 ont analysé les caractéristiques de la critique littéraire et théâtrale, qui naît au sein des pages de la presse. Les travaux d’Inmaculada Urzainqui, enfin, constituent dans ce domaine une référence incontournable, qu’ils traitent de la critique dramatique ou qu’ils aient pour objet l’étude – novatrice – de l’écriture personnelle de certains périodiques du siècle des Lumières13.

  • 14 « una nueva clase de literatura, una nueva ocupación de los literatos y un nuevo ramo de comercio l (...)

5Dans la lignée de l’ensemble de ces travaux, il m’a semblé qu’il serait intéressant d’effectuer de manière plus globale l’analyse d’un corpus souvent davantage traité comme un outil pour analyser une société à une époque donnée que comme un objet d’étude en soi. En effet, si l’on en croit l’Abbé Juan Andrés, la presse serait tout à la fois « un nouveau genre de littérature, une nouvelle occupation pour les hommes de lettres et une nouvelle branche du commerce littéraire et économique »14. En accord avec cette idée, je me suis proposé de faire l’étude de la presse en tant que pratique et en tant que genre. Mon travail repose donc, d’une part, sur l’analyse des modalités de conception et des codes de fonctionnement de cette presse qui, malgré les phases de stagnation qu’elle connaît au cours du siècle, s’impose comme une nouvelle réalité face à laquelle lecteurs et censeurs sont amenés à réagir. À travers elle, la façon dont l’auteur conçoit son rôle et son rapport au public évolue. La distinction entre la dignité du livre relié, dont la lecture est réservée à un petit nombre de lettrés, et la trivialité des almanachs ou des romances, imprimés sur des feuilles volantes et vendus dans la rue, laisse place à une réalité plus complexe, dans laquelle le savant et le populaire ne sont plus aussi cloisonnés. D’autre part, mon travail repose également sur l’analyse de l’écriture de ce nouveau genre qui s’impose dans le panorama des écrits de l’époque et dont les journalistes doivent établir normes et structures, langage et références. S’intéresser au style des périodiques, à la forme de leurs articles, aux rapports qu’ils entretiennent avec les règles de la rhétorique et avec les genres en vigueur au xviiie siècle, c’est aussi écrire l’histoire de la presse à ses débuts.

6 Cette étude, j’ai décidé de la mettre en œuvre non pas pour l’ensemble des périodiques espagnols de l’époque mais pour tous ceux qui relèvent d’une presse que l’on peut qualifier de « culturelle ». La première raison qui a guidé ce choix est que, s’il est aisé de concevoir le contenu et les finalités des publications politiques ou économiques, il est à mon sens plus compliqué d’appréhender la réalité des périodiques qui s’intéressent à la fois au savoir sous tous ses aspects – à la « littérature », dans le sens que le xviiie siècle donne à ce terme : lettres, arts et sciences – et aux règles sociales et morales qui définissent une société. Or, dans la presse des Lumières, les frontières entre ces deux perspectives sont très souvent fluctuantes. Un article retraçant l’histoire des modes peut donner l’occasion d’interroger le bien-fondé du luxe. La présentation des pièces dramatiques représentées à la Cour est parfois précédée de quelques lignes défendant les bienfaits du théâtre sur la société ou condamnant le comportement des chorizos et des polacos. Par conséquent, si des distinctions thématiques et structurelles au sein du corpus sur lequel se fonde mon étude s’imposent, je pense qu’il est justifié d’analyser conjointement l’ensemble des périodiques qui, au xviiie siècle, s’intéressent aux savoirs et au savoir-vivre. La seconde raison qui m’a incitée à centrer mon travail sur la presse culturelle est que, à la différence de la presse économique ou exclusivement scientifique qui privilégie le contenu informatif et présente, par conséquent, une certaine monotonie dans l’écriture, la presse culturelle est à la fois une presse informative et critique et, à ce titre, elle s’offre aux lecteurs dans une grande variété de formes et de tons. C’est ainsi une presse « littéraire » par son contenu, mais également – c’est ce que j’aimerais faire apparaître – par son écriture. Dans ces conditions, l’analyse de son agencement et de son style s’annonce particulièrement riche.

7Afin de rendre compte de cette pluralité thématique et formelle et de pouvoir tirer quelques conclusions générales sur la manière dont la presse culturelle naît et se structure au xviiie siècle, mon idée était d’embrasser un grand nombre de publications caractérisées par leur intérêt pour les lettres, les arts, les sciences et les mœurs. Si je ne prétends pas à l’exhaustivité, je pense que les quarante-neuf publications que j’ai dépouillées et analysées donnent une image assez complète et fidèle du panorama de la presse culturelle depuis sa naissance avec la parution, en 1737, du Diario de los literatos jusqu’au tournant que constitue la Guerre d’Indépendance.

  • 15 « los materiales acopiados » (El Belianís literario, « Prólogo »).
  • 16 « retales » (Caxón de sastre, n° 5, p. 75).

8Dans la définition de mon corpus, j’ai été amenée à écarter un grand nombre d’ouvrages qui, publiés en tant qu’« obras periódicas », étaient en réalité des ouvrages par livraisons. Certains s’avèrent être constitués d’un seul et même discours, découpé en plusieurs lettres ou en plusieurs discussions entre deux personnages fictifs – comme dans les Paseos por Granada (1764) ou les Tardes de Roque Pío (1802). D’autres sont en fait des anthologies de textes, entièrement sélectionnés à l’avance, puis imprimés à intervalles réguliers. C’est le cas du Semanario erudito, que comprehende varias obras inéditas, críticas, morales, instructivas, políticas, históricas, satíricas y jocosas, de nuestros mejores autores antiguos y modernos (1787-1791) et de l’Almacén de frutos literarios inéditos (1804), tous deux d’Antonio Valladares de Sotomayor. De même, le prologue d’El Belianís literario (1765) annonce que l’ouvrage ne durera que quelques mois, le temps que s’épuisent « les textes amassés »15. Si, comme on le verra, nombre de journaux de l’époque ont recours à des textes qui ne sont pas l’œuvre des publicistes, seuls des ouvrages dont la constitution et l’écriture se font au fur et à mesure de la parution des numéros peuvent être considérés comme de véritables périodiques. C’est pour cela que j’ai choisi d’écarter de mon corpus El Hurón político e instructivo (1763), presque entièrement composé de deux articles – traitant l’un des différentes formes de gouvernement, l’autre de la description géographique et historique du monde – répartis sur les sept numéros que compte la publication. J’ai décidé, en revanche, d’intégrer à mon étude les Discursos literarios, políticos y morales (1789), dont le contenu semble être moins prédéterminé : Julián de Velasco annonce ainsi dès l’« Advertencia » sa volonté d’exposer non seulement les analyses qu’il a déjà préparées mais également les réflexions qu’il promet de se faire semaine après semaine. Par ailleurs, il publie, en lieu et place du sixième numéro, une lettre de lecteur. Dans la même perspective, j’ai décidé d’exclure de mon corpus El Bufón de la corte (1767) mais d’inclure le Caxón de sastre (1760-1761). Ce dernier, composé d’un grand nombre de « bouts de tissu »16 pris ici et là – selon la métaphore costumière filée par Nifo –, fait preuve, malgré tout, d’un véritable travail de réflexion thématique à partir de ces différents emprunts. En ce qui concerne le Diario de Madrid, enfin, je ne l’étudierai qu’à partir du 1er juillet 1786. Du 1er février 1758 au 31 décembre 1781, l’article central du quotidien est en effet constitué de longs traités – économique, d’abord, puis scientifique et historique, enfin –, fragmentés pour s’adapter à la brièveté de chaque numéro. Sa politique éditoriale est en revanche tout autre lorsque la publication réapparaît en 1786.

9J’ai également écarté les journaux uniquement fondés sur la traduction – ou l’adaptation – de journaux étrangers, dans la mesure où la part d’originalité dont fait alors preuve l’éditeur n’est pas suffisante pour que l’ouvrage soit considéré comme une création en soi. C’est le cas du Diario de los Sabios de París (1755) et d’El filósofo a la moda (1788), qui reprennent les articles d’un seul et même journal. C’est le cas, également, du Correo literario de la Europa (1781- 1782 ; 1786-1787), qui sélectionne des articles parus dans différents journaux. J’ai néanmoins décidé d’analyser deux publications qui, malgré leur objectif de rendre compte de l’avancée des pays voisins, témoignent d’une certaine autonomie vis-à-vis de leurs sources. Ainsi, le Diario estrangero (1763) assortit les résumés des ouvrages parus à l’étranger de commentaires personnels, et se livre également à la critique des représentations dramatiques madrilènes dans la rubrique des « Noticias de moda ». De même, l’Espíritu de los mejores diarios (1787-1791) laisse apparaître des réflexions propres à Cristóbal Cladera et à ses lecteurs, au détour de notes de bas de page, de réflexions éditoriales ou de lettres.

10 J’ai par ailleurs décidé de laisser de côté deux périodiques qui, bien qu’à dominante culturelle, s’adressent à un public spécifique : les enfants pour la Gazeta de los niños (1798), les femmes pour le Correo de las damas (1804-1808). Si une partie des conclusions de ce travail peuvent s’appliquer à ces deux publications, il me semble en effet que leur analyse serait plus pertinente de manière isolée et a posteriori, pour tenter de dégager les points communs et les différences qui transparaissent, du point de vue du contenu et de l’écriture, entre ces deux journaux et la presse culturelle « généraliste ».

11Enfin, ne feront pas partie de cette étude des journaux pour lesquels les chercheurs actuels n’ont accès qu’à un numéro ou à un très petit nombre de numéros. Cela peut tout simplement s’expliquer par la durée de vie très limitée qu’a connue le journal : un seul numéro pour La Pensatriz salmantina (1777), El Corresponsal del Apologista universal (1787) ou El Teniente del Apologista universal (1788), trois numéros pour El Periodista xerezano (1800). Cela peut également être dû au fait que la majorité des numéros d’un périodique comme le Semanario de Sevilla (1788) restent introuvables – en tout cas à ce jour. Leur analyse, en effet, ne saurait être très probante.

  • 17 Afin de donner une idée plus précise de ces journaux, j’ai regroupé en annexe les informations dont (...)
  • 18 Les journaux mi-culturels mi-économiques sont au nombre de treize : le Diario de Madrid (1758-1779  (...)
  • 19 Le Correo de Valencia (1797-1799) et le Semanario de Zaragoza (1798-1801), d’une politique éditoria (...)
  • 20 Le cas du Diario pinciano tient en réalité de ces deux catégories de périodiques dans la mesure où, (...)

12C’est à la suite de cette sélection que j’ai progressivement constitué le corpus de quarante-neuf journaux sur lesquels se fonde mon travail17. Parmi eux, seize ont un statut un peu particulier. Certains périodiques, en effet, sont en quelque sorte « mi-culturels mi-économiques »18 : leur propos est avant tout de traiter de la « littérature », de la société et des mœurs, mais s’ajoutent à ceux-ci d’autres thèmes qui, pour leur part, ne s’intègrent pas à la perspective qui est la mienne. Il s’agit alors avant tout d’informations économiques – publication de petites annonces, indication des prix en vigueur ou de l’heure d’arrivée des bateaux de marchandises – qui occupent généralement entre une demi-page et une page et demie, sur les quatre ou huit pages que comptent les publications19. Par ailleurs, El Novelero de los estrados (1764), le Semanario literario y curioso de Cartagena (1786-1788) et le Pasatiempo literario de Alcalá de Henares (1797) sont également à considérer à part, puisqu’ils sont tous trois composés d’une partie anthologique et d’une partie proprement périodique20. Pour l’ensemble de ces journaux, que l’on peut considérer au sein de mon corpus comme étant « de seconde catégorie », je ne m’intéresserai qu’à la partie qui correspond aux critères précédemment définis.

  • 21 Ce terme apparaît pour la première fois, dans l’ouvrage précédemment cité La presse espagnole de 17 (...)
  • 22 En voici la liste : El Duende especulativo (1761), El Pensador (1762-1763 ; 1767), El Escritor sin (...)
  • 23 Les périodiques que je n’ai pas encore cités et qui font également partie du corpus sont les suivan (...)

13Onze autres périodiques sont également à distinguer dans la mesure où ils témoignent d’une cohérence générique toute particulière, fondée sur l’imitation plus ou moins fidèle de The Spectator (1711-1712 ; 1714), quotidien publié à Londres par Joseph Addison et Richard Steele. Ces « spectateurs » – selon la dénomination employée par Paul-Jacques Guinard21 et réutilisée par la suite par nombre de chercheurs – donnent la parole à un narrateur qui, sous les traits d’un observateur silencieux, témoigne d’un intérêt certain pour les mœurs de ses contemporains, dont il rend compte dans un style volontiers satirique. Afin de guider une partie des analyses qui suivent, une distinction s’impose donc entre ces « spectateurs »22 et les autres journaux culturels du xviiie siècle23, davantage tournés vers la vulgarisation de savoirs que vers la critique de mœurs. Ce n’est là, cependant, qu’un point de départ. La distinction qui existe entre « spectateurs » et « non-spectateurs », quoique réelle, n’est pas toujours parfaitement nette. Un certain nombre de périodiques, tels que El Hablador juicioso ou El Regañón general, par exemple, adoptent seulement certains traits propres aux imitateurs d’Addison et Steele. Par ailleurs, la presse culturelle du xviiie siècle est traversée d’autres lignes de rupture que je serai amenée à établir au cours de ce travail.

14Quel rapport la presse culturelle espagnole entretient-elle avec les autres pratiques de l’écrit au xviiie siècle ? Se plie-t-elle entièrement au fonctionnement technique, juridique et structurel en place ou établit-elle ses propres règles ? Adopte-t-elle les traits des genres qui lui préexistent, dans un respect de la rhétorique traditionnelle et des codes d’écriture de la prose et de la poésie éclairées ou fait-elle preuve, au contraire, d’originalité et d’innovation ? Telles sont les questions auxquelles ce travail tâchera de répondre. Pour cela, j’organiserai l’analyse en quatre parties, qui correspondent à quatre aspects à travers lesquels la presse culturelle est susceptible de se différencier du reste des écrits de l’époque.

15Issu des mêmes conditions d’impression et de distribution que les traités ou les romans, soumis aux mêmes procédures de censure, le journal semble condamné à être un produit très similaire à tous les autres ouvrages que l’Espagne propose à ses lecteurs dans les premières décennies du xviiie siècle. Néanmoins, progressivement, il s’en différencie en partie. En imposant le système d’apparition périodique des numéros, en se faisant l’écho de l’actualité de la ville dans laquelle il est publié, le journal fait preuve d’un nouveau rapport au temps. En préférant la brièveté à l’exhaustivité, en établissant un système de démarcation visuelle entre les différentes rubriques et les différents articles, la presse impose par ailleurs un type d’imprimé qui se distingue de ceux qui voyaient le jour jusqu’alors. Certes, les formules de parution adoptées ne sont pas toujours strictement respectées et les similitudes avec le modèle du livre persistent. Cependant, au fur et à mesure que le système d’impression et de distribution espagnol gagne en modernité et que les entreprises de presse gagnent en stabilité financière, le périodique acquiert une certaine spécificité visuelle et structurelle.

16Des journalistes qui prennent la parole dès le prologue aux contributeurs qui font entendre leur voix à travers les lettres, les articles et les poèmes qu’ils envoient aux éditeurs, en passant par les nombreux auteurs auxquels la presse a recours pour étoffer ses numéros, les périodiques culturels du xviiie siècle se caractérisent par un système des plus polyphoniques. Déterminer le rôle énonciateur des publicistes, distinguer les voix qui s’expriment successivement de manière anonyme ou sous le couvert d’un pseudonyme et mettre à jour le système dialogal qui se met en place au gré des différentes prises de parole s’avère donc essentiel pour appréhender la complexité de ce jeu de voix inédit. Cette étude discursive passera également par l’analyse de deux autres spécificités de la presse du siècle des Lumières : la mise en scène de la voix narrative à laquelle ont recours bien des journalistes et la présence, au sein des pages des périodiques, de nombreuses lettres fictives, propices à la transmission – indirecte, et souvent divertissante – de leçons morales.

17En ce qui concerne l’écriture, la presse culturelle se trouve prise dans un entre-deux qui constitue sa spécificité. Réceptacle, elle insère en ses pages d’autres genres – l’essai, la littérature épistolaire ou encore l’utopie –, auxquels elle emprunte tonalités et vocabulaire. Instance créatrice, elle s’approprie ces différents genres pour accéder progressivement à une expression moins prisonnière des traditions, elle invente de nouvelles formes textuelles : un prologue qui se démarque des prologues traditionnels, un récit de tertulia qui revient fréquemment dans les discours des éditeurs et les lettres de lecteurs, une critique théâtrale qui naît et se structure au sein de ses pages... La troisième partie de ce travail tentera de comprendre le goût dont témoigne la presse culturelle du xviiie siècle pour la diversité, de définir ses préférences stylistiques et de mesurer la propension des publicistes à faire preuve d’inventivité.

18 Grâce à l’analyse de tous ces éléments, je pourrai, enfin, interroger les fonctions que remplit la presse culturelle des Lumières. Entre information pure et analyse subjective, entre éducation et divertissement, les publicistes hésitent et, la plupart du temps, ne tranchent pas. Or, au nom de ces objectifs, les journalistes se font tour à tour publicitaires et éditeurs, critiques et prédicateurs, tuteurs de leurs lecteurs et moteurs de l’expression de l’opinion publique. Autant de dimensions qui permettront de définir avec plus de précision les différentes facettes que revêt la pratique journalistique au xviiie siècle. Cette dernière, cependant, s’affranchit par moments des fonctions didactique, éducative et récréative qu’elle s’est assignées pour se tourner vers elle-même, dans un véritable réseau de références internes. Interrogation constante sur la structure du journal et son contenu, mise en scène de la réception d’un article publié : le dialogue qui se met en place est avant tout de l’ordre du métatextuel. Mais c’est également un jeu d’échos intertextuel qui s’établit au gré des annonces de publications concurrentes et de la circulation des contributeurs d’un périodique à l’autre.

19L’analyse de ces quatre axes devrait me permettre d’appréhender la réalité formelle de la presse culturelle espagnole du xviiie siècle et de déterminer dans quelle mesure en 1808, à peu près soixante-dix ans après sa naissance, celle-ci est parvenue à occuper une place à part dans les pratiques scripturales de l’époque.

Notes

1 Fuentes, Fernández Sebastián, 1997. Sáiz, 1983. Sánchez Aranda, Barrera, 1992.

2 Molina Fajardo, 1979. Aguilar Piñal, 1992. Pérez Costanti, 1992.

3 Enciso Recio, 1956.

4 On peut notamment citer Tres calas en la censura dieciochesca, ainsi que La censure des livres en Espagne.

5 Cette étude est menée principalement dans l’ouvrage Le public de la presse, traduit en espagnol en 2013, mais aussi dans d’autres textes tels que l’article suivant : « Une presse faite pour et par le public ».

6 Sánchez Aranda, Barrera, 1992, pp. 61-63.

7 Domergue, 1981, p. 82.

8 Larriba, 1998, p. 27.

9 Abellán, 1988, p. 750.

10 González Ramos, 1990. Lama Hernández, 1990. Vallejo, 1990b.

11 Escobar, 1982. Étienvre, 2004a. Uzcanga Meinecke, 2005.

12 Castañón, 1973. Checa Beltrán, 1990. Rodríguez Sánchez DE León, 1999.

13 Sur la question de la critique dramatique, on peut citer les articles suivants : « Crítica teatral y secularización », « Aspectos de la diversidad en la crítica teatral », « Cauces y estructuras de la crítica teatral ». La question de l’écriture personnelle est, quant à elle, principalement abordée dans les articles « Autocreación y formas autobiográficas » et « Periodista-espectador en la España de las Luces ».

14 « una nueva clase de literatura, una nueva ocupación de los literatos y un nuevo ramo de comercio literario y económico » (J. ANDRÉS, Origen, progresos y estado actual de toda la literatura, Madrid, Imp. De Sancha, VI, 1793, p. 165. Cité par Urzainqui, 1995a, p. 193. Ici, comme à chaque fois qu’il n’y aura pas d’indication contraire, je traduis).

15 « los materiales acopiados » (El Belianís literario, « Prólogo »).

16 « retales » (Caxón de sastre, n° 5, p. 75).

17 Afin de donner une idée plus précise de ces journaux, j’ai regroupé en annexe les informations dont on dispose sur les auteurs – déclarés et supposés –, le format, la périodicité ou les suspensions de chacun d’entre eux.

18 Les journaux mi-culturels mi-économiques sont au nombre de treize : le Diario de Madrid (1758-1779 ; 1781 ; 1786-1917), le Diario pinciano (1787-1788), le Diario de Valencia (1790-1836), le Diario de Murcia (1792) et son continuateur, le Correo literario de Murcia (1792-1795), le Diario histórico y político de Sevilla (1792-1793), le Diario de Barcelona (1792-1993), le Semanario erudito y curioso de Salamanca (1793-1798), le Mensagero económico y erudito de Granada (1796-1797), le Semanario erudito y curioso de Málaga (1796-1800), le Semanario de Granada (1800), le Correo literario y económico de Sevilla (1803-1806) et les Efemérides de España (1804-1805). Le Semanario de Cartagena comporte également une partie « Noticias particulares » dans ses premiers numéros, mais celle-ci est dès 1787 extraite du numéro pour prendre place au sein d’un « Suplemento ».

19 Le Correo de Valencia (1797-1799) et le Semanario de Zaragoza (1798-1801), d’une politique éditoriale similaire aux treize périodiques précédemment cités, n’accordent néanmoins qu’une place très réduite au contenu économique, raison pour laquelle je ne les ai pas classés dans la catégorie des journaux mi-culturels mi-économiques.

20 Le cas du Diario pinciano tient en réalité de ces deux catégories de périodiques dans la mesure où, en dehors des éléments non culturels qu’il contient, la « Parte histórica » qui y est publiée sur Valladolid, ouvrage découpé en fragments pour les besoins de l’hebdomadaire, est également exclue de cette étude.

21 Ce terme apparaît pour la première fois, dans l’ouvrage précédemment cité La presse espagnole de 1737 à 1791, à la page 125.

22 En voici la liste : El Duende especulativo (1761), El Pensador (1762-1763 ; 1767), El Escritor sin título (1763-1764), El Amigo y Corresponsal del Pensador (1763), La Pensadora gaditana (1763-1764), El Curioso entretenido (1779-1780), El Censor (1781-1788), El Apologista universal (1786-1788), El Corresponsal del Censor (1786-1788), El Observador (1787) et El Duende de Madrid (1787).

23 Les périodiques que je n’ai pas encore cités et qui font également partie du corpus sont les suivants : le Mercurio literario (1739-1740), El Caxón de sastre cathalán (1761-1762 ; 1764), la Aduana crítica (1763-1765), l’Academia de ociosos (1763-1764), El Hablador juicioso y crítico imparcial (1763), le Memorial literario, instructivo y curioso de la corte de Madrid (1784-1790 ; 1793-1797 ; 1801-1803 ; 1808), le Correo de Madrid o de los ciegos (1786-1791), El Argonauta español (1790), La Espigadera (1790-1791), le Diario de las musas (1790-1791), El Catón compostelano (1800), El Regañón general (1803-1804), les Variedades de ciencias, literatura y artes (1803-1806) et, enfin, Minerva o el Revisor general (1805-1808).

© Casa de Velázquez, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search