Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Élites et ordres militaires au Moyen Âge

 | 
Philippe Josserand
, 
Luís Filipe Oliveira
, 
Damien Carraz

II. — Hierarchies et elites au sein des ordres militaires

La sociologie des ordres militaires

Une enquête à poursuivre

Luís Filipe Oliveira

Texte intégral

  • 1 K. Gorski, « L’ordre Teutonique : un nouveau point de vue », pp. 288-289, 292 et 294 ; K. Militzer(...)
  • 2 A. Forey, « Recruitment to the Military Orders », pp. 143-144, Id., The Military Orders, pp. 133-1 (...)
  • 3 S. Barton, The Aristocracy in Twelfth-Century León and Castille, p. 158. Pour d’autres références (...)
  • 4 A. Forey, « Rank and Authority in the Military Orders », p. 297.

1Ces dernières années, nous avons assisté à des avancées significatives en ce qui concerne la connaissance de la composition sociale des ordres militaires. Grâce à plusieurs études de nature prosopographique, l’analyse des historiens polonais et allemands sur le recrutement de l’ordre Teutonique a pu être confirmée dans d’autres zones géographiques et pour d’autres institutions1. La partie la plus substantielle de leurs conclusions — c’est-à-dire le manque de frères provenant de la haute noblesse et la prédominance des recrues issues des familles de la petite noblesse et du patriciat urbain — n’était pas tombée dans l’oubli, ayant été accueillie et divulguée par certains travaux de synthèse2. Manquaient cependant les données concrètes et fiables capables de donner à ces observations une portée plus générale. C’est, peut-être, pour cela qu’un grand nombre de chercheurs ont continué à insister sur la prédominance des nobles parmi les frères, tout en reconnaissant l’inexistence de preuves pour le démontrer, soit faute de données fiables, soit parce que ces dernières étaient, souvent, d’une interprétation trop controversée3. L’influence des réalités observées à l’époque moderne, lorsque les ordres présentaient un profil aristocratique très accentué, n’était sûrement pas étrangère à ces options4.

  • 5 D. Carraz, L’ordre du Temple dans la basse vallée du Rhône, pp. 295-296, 308 ; Ph. Josserand, « La (...)
  • 6 J. Burgtorf, The Central Convent of Hospitallers and Templars, pp. 380-381.
  • 7 Ibid., pp. 379-383.
  • 8 Z. Hunyadi, « The Social composition of the Military-Religious Orders in the Medieval Kingdom of H (...)
  • 9 L. F. Oliveira, A Coroa, os Mestres e os Comendadores, pp. 166-167 et 176-179.

2D’une manière générale, les études prosopographiques ont démontré que pour les ordres établis en Provence, en Castille et au Portugal, ou même en Catalogne, le nombre de frères nobles ne dépassait que rarement le tiers de l’échantillon5. Dans les couvents centraux de l’Hôpital et du Temple, qui ont été récemment étudiés, la proportion des nobles n’était pas plus importante. Sur un ensemble de 144 officiers — 12 sénéchaux du Temple, 84 commandeurs et 48 maréchaux des deux institutions —, seuls 42 (29 %) avaient des origines nobles6. Parmi ceux-ci, certains étaient issus de la haute noblesse, bien que beaucoup fussent des puînés, voire des enfants illégitimes, mais nombreux étaient ceux qui provenaient des strates inférieures de la noblesse7. Le panorama n’est pas différent dans les régions occidentales pour lesquelles il existe des données disponibles telles que la Hongrie, le nord de l’Italie, la Provence, la Catalogne et la Castille8. Au Portugal, il était également rare de trouver des profès originaires des principales familles nobles de la cour et du royaume, bien que, parmi eux, les bâtards et les puînés ne semblent pas avoir été particulièrement importants9.

  • 10 A. Luttrell, « Las órdenes militares en la sociedad hispánica », p. 593 ; Id., « The Hospitaller P (...)
  • 11 L. F. Oliveira, A Coroa, os Mestres e os Comendadores, pp. 174-176.
  • 12 Ibid., pp. 59-62, 186-193, 238-241 et 437-438.

3Par ailleurs, les données disponibles pour les ordres portugais d’Avis et de Santiago ont également révélé l’importance des commandeurs recrutés dans les zones urbaines. Le fait n’était pas inconnu et il avait déjà été signalé dans la péninsule Ibérique, en Provence et même en Italie10, mais on ignorait la véritable ampleur du phénomène. Parmi les 204 commandeurs attestés entre 1330 et 1449, près du tiers (27 %) est issu des villes, bien que la proportion doive être utilisée avec prudence au vu la grande difficulté à identifier les frères dans les sources connues11. La grande majorité des commandeurs attestés venait de familles de chevaliers associées à la gouvernance des villes, bien qu’il y en eût certains qui appartenaient aux milieux commerçants ou à des familles associées de longue date au service bureaucratique des monarques. Pourtant, les dignitaires d’origine encore plus modeste n’étaient pas rares ; c’est le cas d’un grand-commandeur de Santiago qui était le fils d’un cordonnier ou d’un grand-commandeur d’Avis descendant d’un avocat de province. Les maîtres eux-mêmes étaient également recrutés dans les zones urbaines, parfois après avoir exercé une fonction aussi importante que celle de juge, même si cette tendance était en train de disparaître au milieu du XIVe siècle12.

  • 13 Ibid., pp. 193-201. Pour les observations qui suivent, voir les pp. 62-79, 113-124, 184-185 et 201 (...)

4En se fondant sur les données portugaises, il a été aussi possible de démontrer que l’aristocratisation des milices fut un processus tardif13, très particulier au XVe siècle. Jusqu’à cette époque, les frères recrutés dans les élites urbaines dominaient les ordres. Le changement du panorama est dû, en grande partie, à une évolution du profil des maîtres qui se manifeste à partir de la moitié du XIVe siècle et s’est concrétisée par l’attribution du rang le plus élevé des milices aux vassaux des monarques et aux hommes de la cour, lesquels faisaient leurs vœux uniquement au moment de leur élection. Au siècle suivant, cette tendance s’accentua par la remise des magistères aux infants de la famille royale. Par la voie du contrôle sur les professions, ces maîtres et administrateurs pouvaient placer beaucoup de leurs parents et de leurs serviteurs dans les ordres, ce qui a favorisé sûrement l’atmosphère aristocratique des milices. Même s’il y a d’autres facteurs à considérer — comme l’anoblissement de certaines familles d’origine roturière, ou le contrôle accru que les frères exerçaient dès lors sur les biens des commanderies, ou même sur la provision de celles-ci —, le poids de ce changement ne doit pas être minimisé. Au milieu du XVe siècle, plus de la moitié des commandeurs étaient d’origine aristocratique, bien qu’à cet instant les ordres ne soient pas encore devenus un espace exclusivement destiné aux nobles du royaume.

  • 14 Z. Hunyadi, « The Social Composition of the Military-Religious Orders in the Medieval kingdom of H (...)
  • 15 Pour l’analyse de la dimension messianique de ce conflit, M. Ventura, O Messias de Lisboa ; M. Coe (...)

5Il serait important de procéder à l’analyse de la chronologie de ce processus dans d’autres ordres et dans d’autres régions. À ce qu’il semble, l’aristocratisation des ordres établis en Hongrie a suivi une chronologie très similaire et plusieurs indices montrent que le processus n’a pas été très différent dans les ordres castillans14. Cependant, ces indices ne sont pas suffisants pour généraliser le phénomène. Des données fiables pour d’autres régions européennes seraient nécessaires. En réalité, la chronologie détectée au Portugal peut correspondre à une particularité régionale, explicable, très probablement, par la fin précoce de la Reconquista, au milieu du XIIIe siècle. Étant donné que les ordres perdirent le droit de faire la guerre aux infidèles dans le royaume — en 1319, l’installation du nouvel ordre du Christ sur la frontière maritime n’a pas renforcé la guerre navale —, la profession dans les milices n’aurait-elle pas cessé d’être attractive pour les jeunes de l’aristocratie guerrière ? Qu’est-ce qui pourrait encore les attirer vers les milices ? L’idéal de servir la chrétienté ? Le service du roi, service de plus en plus important pour les frères ? L’espoir d’une place prestigieuse ? Même si répondre à de telles questions est très difficile, nous pourrions expliquer de la sorte le nombre réduit de profès d’origine noble tout au long du XIVe siècle, sachant toutefois qu’il existe, comme nous le verrons, des signes d’animosité de la noblesse envers les ordres. Quoi qu’il en soit, il est curieux que l’aristocratisation des milices soit de peu postérieure aux guerres contre la Castille à la fin du XIVe siècle, lesquelles se caractérisèrent parfois par une opposition religieuse significative15, ou qu’elle soit contemporaine de la mise en place d’un front de croisade en Afrique, ouverte par la conquête de Ceuta en 1415.

  • 16 A. Demurger, « Les Templiers à Auxerre (XIIe -XIIIe siècles) », pp. 303-312 ; K. Borchardt, « Urba (...)
  • 17 D. Carraz, L’ordre du Temple dans la basse vallée du Rhône, pp. 125-129 et 295-302 ; E. Bellomo, T (...)
  • 18 Z. Hunyadi, « The Locus Credibilis in Hungarian Hospitaller Commanderies », pp. 285-296.
  • 19 Sur les formes d’association des frères servants les milices, F. Tommasi, « Men and Women of the H (...)
  • 20 A. Forey, « Recruitment to the Military Orders », pp. 140-141 et 170 ; D. Carraz, L’ordre du Templ (...)
  • 21 H. Nicholson, Templars, Hospitallers and Teutonic Knights, pp. 116-122 ; A. Demurger, Chevaliers d (...)
  • 22 O. Gameiro, « Sociologia e geografia do culto medieval dos Santos Mártires de Lisboa », pp. 371-38 (...)
  • 23 Id., « Uma barregã régia, um mercador de Lisboa e as freiras de Santos », pp. 182-196.
  • 24 P. Picoito, « Os Sete Mártires de Tavira. História de um culto local ».

6Disposer de données comparables sur l’importance du recrutement des milices en milieu urbain est également fondamental. Le rapport des ordres militaires aux villes et à leurs gens n’a pas toujours été suffisamment valorisé16, et les informations disponibles sont rares et parfois trop circonscrites17. En tant qu’institutions qui avaient été fondées dans des milieux urbains et y avaient installé leurs couvents et bon nombre des sièges de commanderie, il est probable que les ordres aient eu un rôle actif dans différents domaines de la vie urbaine. C’est ce qui est certainement arrivé pour quelques commanderies hongroises du Temple et de l’Hôpital dont les compétences furent utilisées, à partir de la moitié du XIIIe siècle, pour valider des documents de nature privée18. On connaît mal les contours d’une telle insertion dans la vie locale et, en particulier, les rapports de solidarité et de familiarité auxquels les frères prirent part19, mais en tout cas, les liens du voisinage jouaient, comme nous le savons, un rôle décisif dans le recrutement des ordres20. Les frères eux-mêmes semblent avoir cultivé cette proximité avec les milieux urbains, comme le suggèrent leurs préoccupations pour les œuvres caritatives — toujours plus nécessaires en ville —, ou encore leur intérêt pour les cultes populaires21. Parmi ceux-ci, on pense pour le Portugal à la vénération des Martyrs, de S. Braz, de Santiago et de la Vera Cruz, tous promus par les ordres. Ce que l’on sait sur la géographie et la sociologie de l’un de ces cultes, celui des saints martyrs de Lisbonne, révèle une empreinte urbaine extrêmement accentuée22, et le fait devient d’autant plus significatif lorsque l’on sait que le monastère de Santos, où les religieuses de Santiago gardaient et vénéraient ces reliques, recrutait aussi une grande partie de ses professes parmi les familles de Lisbonne et d’autres bourgs et villes du royaume23. De la même manière, le culte des martyrs de la conquête de Tavira, qui s’était développé depuis la moitié du XIIIe siècle, devint le principal culte civique de cette ville d’Algarve à la fin du Moyen Âge24.

  • 25 Arquivo Municipal de Sesimbra (AMS), Câmara Muncipal de Sesimbra/D/01, Lv. 01, fls. 9 e v. (de 4-I (...)
  • 26 L. F. Oliveira, A Coroa, os Mestres e os Comendadores, pp. 165 (n. 85) et 197-198.
  • 27 Crónica de Portugal de 1419, pp. 153-154.
  • 28 Sur cette chronique, voir D. Lomax, « A Lost Medieval Biography » ; L. Krus, « Crónica da Conquist (...)
  • 29 A. Demurger, Chevaliers du Christ, p. 269.

7Il est ainsi probable que la syntonie des ordres militaires avec le monde urbain a été très importante. Ceci est suggéré, par exemple, dans le témoignage d’un commandeur de Santiago en 1328, lorsqu’il déclara être disposé à utiliser son corps et ses amis afin de défendre les intérêts des habitants de deux bourgs portugais25, situés chacun à proximité de Lisbonne. Les témoignages de ce genre ne sont malheureusement pas très abondants, mais les relations amicales entre les frères et les citadins étaient fréquentes26. La preuve la plus éloquente se trouve assurément dans la remarquable inclusion d’un marchand parmi les Santiaguistes martyrs de la conquête de Tavira : on peut la lire dans la Crónica de Portugal de 141927, dans un passage certainement fondé sur la chronique perdue de Paio Peres Correia, maître de l’ordre entre 1242 et 127528. À travers le culte d’un marchand qui associe, par le martyre, sa catégorie d’origine à une mémoire de sainteté, on marquait l’intention de revaloriser un des groupes sociaux les plus liés à l’affirmation des villes. D’une certaine manière, c’était cette même syntonie que rappelaient, aussi, les hommes des villes baltes lorsqu’ils insistaient sur l’importance des marchands dans la fondation de l’ordre Teutonique, ou quand ils signalaient leur rôle auprès des frères lors de la conquête et la colonisation de la Prusse29.

  • 30 D. Carraz, L’ordre du Temple dans la basse vallée du Rhône, pp. 259 sqq.
  • 31 Ibid., pp. 274-278.
  • 32 R. Vinas, s. v. « Lotissement » ; K. Toomaspoeg, s. v. « Ville » ; A. Demurger, s. v. « Villeneuve (...)
  • 33 H. Vilar, « A Diocese de Évora e a Ordem de Avis » ; C. Tarouca, « As Origens dos Cavaleiros de Év (...)
  • 34 Id., « Convento de São Bento de Avis », pp. 491-493.
  • 35 Voir M. Conde, Tomar Medieval, pp. 86-87 ; L. Trindade, Urbanismo na composição de Portugal, pp. 4 (...)
  • 36 J. Oliveira, Na Península de Setúbal, em finais da Idade Média, pp. 144-163 ; M. Pereira, Alcácer (...)
  • 37 A. Pereira, « Avis, viagem a uma vila medieval », pp. 31-33 et 35.

8Cependant, dans les villes, la présence des ordres pouvait avoir d’autres implications. Selon les données disponibles pour la Provence, c’était dans les banlieues des villes, en règle générale dotées de bons accès et d’un plus grand dynamisme économique, que se situaient la majorité des maisons des commanderies30. Dans certains cas, les constructions dirigées par les frères se sont transformées en pôle organisateur de ces localités, ayant des conséquences notamment dans la redéfinition des axes routiers, la création de champs ouverts adjacents aux commanderies ou même le lotissement31. Pareils cas ne sont en rien isolés, et on peut trouver d’autres exemples32. Pourtant, il n’existe rien de semblable pour le royaume de Portugal. Il est probable, toutefois, que la capacité d’attraction de certaines commanderies y fût suffisante pour conditionner ou, du moins, influencer l’aménagement de l’espace urbain. Tel doit être le cas, au XIIIe siècle, pour les commanderies d’Évora et d’Arruda dont les églises ont vu leur activité drastiquement réduite — les cloches de celle-là ont été matière à conflit et l’autre ne pouvait que servir les gens de la commanderie —, par la réaction de l’évêque d’Évora et du prêtre de S. Vicente de Lisbonne33. À Évora, où la maison des frères se situait à côté de la cathédrale, le conflit s’est éteint seulement quelques années plus tard, lorsque la couronne transféra le siège de l’ordre à Avis, dont il devait désormais conserver le nom34. Dans les communes sous la juridiction des milices, celles-ci ont eu, en contrepartie, un rôle important dans la diffusion de l’urbanisme à plan régulier. Parmi les cas étudiés, il faut faire référence non seulement aux bourgs templiers de Nisa et de Tomar, mais aussi à celui de Sines qui a été urbanisé au XIVe siècle et qui appartenait à l’ordre de Santiago35. On peut peut-être ajouter d’autres exemples, comme Coina et les zones portuaires de Sesimbra et d’Alcácer36, sous la juridiction des frères de Santiago, voire, à la limite, l’espace enserré à l’intérieur des remparts d’Avis37, également caractérisé par son plan régulier.

  • 38 En particulier, J. Rodrigues et P. Pereira, Santa Maria de Flor da Rosa ; P. Costa et L. Rosas, Le (...)
  • 39 Pour quelques indications importantes concernant seulement l’Estremadura castillane, A. Ruiz Mateo (...)

9De tels exemples ne peuvent nous faire oublier tout ce qu’on ignore sur l’implantation et la morphologie des couvents et des maisons des commanderies dans d’autres bourgs et villes, en particulier dans les cas où leur localisation ne coïncidait pas avec le château du lieu. On peut dire que les couvents ont été en grande partie étudiés pour leur valeur artistique et architecturale38. Ce fait a contribué à les isoler des centres urbains au sein desquels ils s’inscrivaient. D’un autre côté, on ne sait que peu de choses de la structure et de la localisation d’un bon nombre de sièges de commanderies39. Leur étude nous aiderait peut-être à comprendre la place que tenait le développement des réseaux qui structuraient l’espace urbain ainsi que la façon dont les frères s’inséraient dans la vie urbaine et dans les circuits économiques locaux. La circulation des hommes, au même titre que celle des biens et de l’argent, était une activité bien connue des ordres, quoique ses différentes implications sur le plan local restent mal connues.

  • 40 L. Krus, « A Cidade no Discurso Cultural Nobiliárquico », pp. 381-393.
  • 41 Ibid., p. 384 ; Id., A Concepção Nobiliárquica do Espaço Ibérico, pp. 105-111. Sur les troubadours (...)
  • 42 L. Krus, « A Cidade no Discurso Cultural Nobiliárquico », pp. 383-384 et 388.
  • 43 Cantigas d’Escarnho e de Mal Dizer, pp. 484-485, nº 326.
  • 44 Ibid., pp. 482-483, nº 325.
  • 45 Ibid., p. 592, nº 402. Le frère de la chanson qui s’appelait Paio a été identifié à Paio Peres Cor (...)
  • 46 B. Sousa, « As Ordens Militares nos nobiliários medievais portugueses », pp. 623-630 ; L. F. Olive (...)
  • 47 Livro de Linhagens do Conde D. Pedro, t. II, p. 28 (44 S6).
  • 48 L. Krus, A Concepção Nobiliárquica do Espaço Ibérico, pp. 115-116, 137-142 et 298-299. À propos du (...)

10Une telle dimension urbaine des ordres militaires peut expliquer en bonne partie le divorce entre ceux-ci et la noblesse que l’on vérifie dans le cas portugais. Dans le discours nobiliaire des XIIIe et XIVe siècles40, les villes surgissent en fait comme un espace hostile, particulièrement inadapté aux valeurs, aux coutumes et aux comportements des nobles. L’opinion était partagée par les auteurs des Livres de lignages comme par les troubadours qui composaient surtout pour un auditoire aristocratique41. Pour eux tous, c’était dans les villes que l’on échangeait l’honneur contre la richesse et la fidélité contre l’avidité puisque c’était l’endroit où l’on mettait à l’épreuve la virilité et la vaillance des guerriers par le contact avec les plaisirs et les commodités les plus diverses42. En général, c’étaient aussi ces souillures que les milieux nobles censuraient chez les chevaliers des ordres. Par l’ambition et l’avarice qui les définissaient — comme l’attestent l’épisode de ce maître qui détourna l’argent de son ordre pour une entreprise commerciale43, ou celui de ce commandeur santiaguiste s’attachant uniquement à « juntar aver44 » (« accumuler ») —, ils subvertissaient eux aussi les conduites et les valeurs, mettant en cause l’identité de la noblesse. Certains frères étaient même accusés d’inverser la hiérarchie du sang et du mérite personnel comme fut le cas d’un Santiaguiste, d’origine très modeste, arrivé à commander la milice grâce à son expertise dans les arts magiques45. Il n’est donc pas surprenant que les Livres de lignages regardent les frères avec certaine méfiance et animosité et qu’ils enregistrent leurs origines provenant d’unions adultères, sacrilèges et, surtout, roturières46. Parfois, ils dénoncent les comportements indignes caractérisant les frères, comme pour ce maître du Christ qui tua les neveux de celui qui l’avait élevé et adoubé47. N’étant pas vus avec de bons yeux ni jugés dignes des plus grands exploits, on comprend que ce ne soient pas aux chevaliers des ordres militaires mais aux nobles portugais que le comte Pedro de Barcelos a attribué, dans son Livre de lignages, la mission prophétique de régénérer la chevalerie hispanique et de libérer la chrétienté de la menace musulmane48.

  • 49 L. Krus, « A Cidade no Discurso Cultural Nobiliárquico », pp. 389-390 ; sur la noblesse urbaine et (...)
  • 50 Livro de Linhagens do Conde D. Pedro, t. I, pp. 47-60 ; J. Mattoso, « A transmissão textual dos li (...)
  • 51 L. F. Oliveira, A Coroa, os Mestres e os Comendadores, pp. 199-201.
  • 52 Livro de Linhagens do Conde D. Pedro, t. I, pp. 214-217 (21A15), 218-219 (21F14-15) et 238-257 (21 (...)
  • 53 L. Krus, A Concepção Nobiliárquica do Espaço Ibérico, pp. 235-236 et n. 573. Pour une analyse du r (...)
  • 54 L. Krus, A Concepção Nobiliárquica do Espaço Ibérico, pp. 137-142.

11À la moitié du XIVe siècle, comme le discours noble sur la ville changeait, notamment grâce au développement d’une noblesse plus urbaine et courtoise49, l’image des frères que les aristocrates avaient commença à se transformer aussi. Dans les refondations du Livre de lignages de Pedro de Barcelos — la première faite entre 1360-1365, l’autre autour de 138050 —, les références aux chevaliers des ordres militaires sont déjà plus abondantes. De ces références, beaucoup étaient désormais dépourvues d’un côté négatif, et certaines se teintaient d’éloges51. On peut l’observer pour plusieurs prieurs de l’Hôpital au Portugal ou pour les maîtres de Santiago de Castille,52 tous responsables du maintien des idéaux de la Reconquista et, surtout, de la sauvegarde et la défense du royaume lui-même, notamment lors des perturbations du règne de Pierre Ier de Castille53. D’ailleurs, c’est au bénéfice des chevaliers des ordres et, en particulier, des frères de l’Hôpital54, que le dernier compilateur du Livre des lignages développa la mission prophétique que le comte Pedro de Barcelos avait autrefois attribuée aux nobles portugais.

  • 55 S. Cerrini, La révolution des Templiers, pp. 135-188 ; A. Demurger, Chevaliers du Christ, pp. 181- (...)
  • 56 J. Leclercq, « La vie et la prière des chevaliers de Santiago » ; D. Lomax, La orden de Santiago, (...)
  • 57 H. Nicholson, Templars, Hospitallers and Teutonic Knights, pp. 86-87, 96-97, 204-207 ; Ead., Love, (...)
  • 58 Ead., Templars, Hospitallers and Teutonic Knights, pp. 12-14 et 66-67 ; Ead., Love, War and the Gr (...)

12Évidemment, les éléments analysés ne suffisent pas pour expliquer le désintérêt de la noblesse pour les ordres militaires, ni la façon dont les valeurs et les comportements de celle-ci ont pu néanmoins rencontrer l’idéal de vie des frères. De toute évidence, il semble qu’il faille chercher en des temps plus éloignés, quand la frontière culturelle entre eux était plus marquée. Appelant à la conversion des chevaliers du siècle, la règle primitive du Temple inversait pratiquement l’idéologie chevaleresque, niant le mérite de l’héroïsme, de l’ostentation et de la libéralité aristocratique55. Un tel contraste pouvait être moindre dans d’autres milices, notamment à Santiago, où la règle autorisait le mariage des frères ainsi qu’une activité aussi mondaine que la chasse, présentant donc une matrice laïque plus accentuée56. Toutefois, ce contraste ne disparut pas. Plus que l’activité militaire, c’étaient les autres fonctions exercées par les frères, en règle générale de nature monastique et religieuse, qui attiraient prioritairement l’attention des auteurs de poèmes épiques et de romans chevaleresques des XIIe et XIIIe siècles57. Ce n’était donc pas le modèle du chevalier de Christ qui les intéressait le plus et, pour certains auteurs, exercer la chevalerie dans le monde était plus agréable aux yeux de Dieu que servir dans un ordre militaire58. Pour de tels esprits, la seule chevalerie suffisait pour garantir leur salut et ouvrir les portes du Paradis.

  • 59 Ph. Josserand, Église et pouvoir dans la péninsule Ibérique, pp. 214-225 ; Id., « Itinéraires d’un (...)
  • 60 L. Krus, A Concepção Nobiliárquica do Espaço Ibérico, pp. 137-142.
  • 61 L. F. Oliveira, A Coroa, os Mestres e os Comendadores, pp. 73-77.
  • 62 L. Thomaz et J. Alves, « Da cruzada ao Quinto Império », pp. 81-164 ; I. Fernandes et L. F. Olivei (...)
  • 63 M. Rosa, « Mortos – Tidos por Vivos », pp. 9-46.

13En dépit de cela, la spiritualisation de la chevalerie peut constituer néanmoins un bon indice des échanges culturels entre les ordres militaires et l’aristocratie. Le phénomène a été signalé récemment dans la Castille de la première moitié du XIVe siècle, soit à partir des œuvres de l’infant Juan Manuel, soit sur la base d’autres textes littéraires dans lesquels le combat contre l’infidèle est vu comme une forme de martyre59. Le problème n’est pas étudié au Portugal. Cependant, il existe des indices qui révèlent cette même tendance développant la sacralisation de la chevalerie. Tel était déjà le programme de Pedro de Barcelos, peu avant le milieu du XIVe siècle, quand il revendiqua l’avant-garde de la foi pour les nobles du royaume et leur donna la mission prophétique de régénérer la chevalerie hispanique et de libérer la chrétienté du joug musulman60. À l’initiative d’un prieur de l’Hôpital, le projet aurait été développé pour les chevaliers de son ordre, avant d’être repris par la couronne au début du xve parce que celle-ci assumait aussi des fonctions sacrées dans la défense du royaume et de la chrétienté61. Comme le service du roi se confondait avec le service de Dieu, les conquêtes dans le nord de l’Afrique pouvaient être présentées comme des vraies croisades62, tandis que la mort d’un chevalier au service du monarque était en mesure d’être interprétée comme un véritable martyre63. Plusieurs exemples en témoignent à partir de la deuxième moitié du XVe siècle, notamment les morts ayant pris place dans les scénarios de guerre sainte en Afrique.

  • 64 Pour quelques observations, A. Figueiredo, O ideal de Cavalaria na Crónica da Tomada de Ceuta, pp. (...)
  • 65 I. Castro, « Sobre a data da introdução na Península Ibérica do ciclo arturiano » ; Estoria de Dom (...)
  • 66 J. Mattoso, « Romance ».
  • 67 H. Nicholson, Templars, Hospitallers and Teutonic Knights, pp. 80-101 ; Ead., Love, War and the Gr (...)
  • 68 L. F. Oliveira, A Coroa, os Mestres e os Comendadores, pp. 81-86. Sur la prévalence de l’idéal du (...)
  • 69 Ph. Josserand, Église et pouvoir dans la péninsule Ibérique, pp. 207-209.
  • 70 L. F. Oliveira, A Coroa, os Mestres e os Comendadores, pp. 106-109.
  • 71 Ibid., pp. 88-90.
  • 72 Ibid., pp. 223, 239, 254 (n. 257), 420, 439, 464, 472 et 475 ; Id., « Gil Martins do Outeiro », p. (...)
  • 73 Ibid. pp. 209-220 ; Ph. Josserand, Église et pouvoir dans la péninsule Ibérique, pp. 214-235 ; Id. (...)

14Les échanges se faisaient ainsi dans les deux sens. Il faudrait éclaircir le rapport des ordres militaires avec la diffusion du rituel d’initiation des nouveaux chevaliers, en tenant compte de l’estime forte des chroniqueurs du XVe siècle pour les épisodes et les prouesses chevaleresques64. Il existe plusieurs indices d’un certain engagement de la part des frères dans la diffusion des romans de chevalerie — la traduction d’une partie de la Quête du Graal a été réalisée par un frère de Santiago, probablement vers la fin du XIIIe siècle, et, un siècle après, on pouvait lire L’histoire de Galahad chez un prieur de l’Hôpital65 —, mais ils sont malheureusement trop rares et la généralisation de ces romans ne semble pas s’être faite avant le milieu du XVe siècle66. Il se peut que ce problème puisse se résoudre à travers l’analyse de l’image qu’à cette époque projetaient les maîtres et les commandeurs dans les chroniques ou dans d’autres textes littéraires, en prenant appui sur les recherches existant pour l’espace européen et, en particulier, pour la Castille67. Bien que cette image soit essentiellement forgée sur le modèle du fidèle vassal68, il est probable qu’une pareille analyse révèle l’adoption de quelques valeurs et des coutumes de l’aristocratie. À l’appui de cette idée, on peut rapporter l’identification des milices comme ordres de chevalerie69, mais aussi la création de menses magistrales plus grandes et mieux organisées au milieu du XIVe siècle, pures imitations du modèle suivi à la cour et chez les grands seigneurs70. C’est à partir de cette époque que se diffusa l’usage d’emblèmes héraldiques familiaux, surtout parmi les maîtres, qui adoptaient ainsi des codes avec lesquels ils s’identifiaient aussi bien durant leur vie que dans la mort71. Datent aussi de cette période les premiers témoignages d’une préoccupation des frères pour personnaliser leur sépulture à travers la commande d’épitaphes et l’institution de chapelles, soit dans les églises de leurs ordres, soit chez les Dominicains72. Les données disponibles pour la Castille montrent que, passé le milieu du XIVe siècle, l’image sociale des maîtres des ordres se construisait sur l’héroïsme et la prouesse guerrière73, comme s’ils étaient les meilleurs chevaliers du monde.

  • 74 L. F. Oliveira, A Coroa, os Mestres e os Comendadores, pp. 53-54, 62-71.
  • 75 Ibid., pp. 110-113 ; I. Silva, « A Ordem de Cristo durante o mestrado de D. Lopo Dias de Sousa », (...)
  • 76 Ibid., pp. 199-208 ; Id. « Las Órdenes Militares en el siglo XIII castellano. La consolidación de (...)
  • 77 L. F. Oliveira, A Coroa, os Mestres e os Comendadores, pp. 62-71, 264-266 et 271-273.
  • 78 Ibid., pp. 67-69 et 238-248 ; M. Pimenta, « Fernão Rodrigues de Sequeira ».
  • 79 L. F. Oliveira, A Coroa, os Mestres e os Comendadores, pp. 72-79.
  • 80 F. Lopes, Crónica del Rei Dom Joham I, 2ª Parte, chap. cxxix.

15Sans prétendre résoudre ces problèmes, qui exigent des recherches mieux structurées et plus prolongées, rien ne suggère qu’une plus grande proximité des frères avec la noblesse et ses valeurs culturelles a eu des conséquences immédiates sur l’organisation interne des milices. À travers le contrôle que la couronne exerçait sur l’élection des maîtres, le profil sociologique de ceux-ci s’est aristocratisé à partir de la deuxième moitié du XIVe siècle74 avec la remise de la dignité suprême à des vassaux du roi et à des illustres nobles de la cour. Ces faits ont contribué à renforcer sûrement l’autorité des maîtres, vite amplifiée par les nouveaux pouvoirs délégués par les chapitres75, dans un processus qui débuta à la fin du XIIIe siècle et qui éloignait les ordres de leur dimension corporative des premiers temps76. L’exercice des mandats ne se convertit pas pour autant en un simple bénéfice. Certains maîtres élus à ce moment-là étaient des guerriers expérimentés, et nombreux étaient ceux qui avaient des liens familiaux anciens avec les ordres77. Ainsi, à la fin du XIVe siècle, un grand-commandeur d’Avis fut élu maître de la milice où il avait prononcé ses vœux, étant le fils d’un avocat d’un bourg de la province78. D’ailleurs, le caractère bénéficial des maîtrises s’est imposé uniquement à partir des années 1420, par le biais de la désignation d’infants de la famille royale au terme d’un processus qui relevait aussi de la volonté de réforme des ordres et de régénération de la croisade en Afrique79. Quelques années plus tard, le chroniqueur principal du royaume a jugé bon de parler de la provision des maîtrises dans le chapitre où il avait abordé le paiement des vassaux du monarque80, sûrement parce qu’il considérait ces deux matières de la même nature.

  • 81 Voir, entre autres, C. de Ayala Martínez, Las órdenes militares hispánicas en la Edad Media, pp. 2 (...)
  • 82 J. O’Callaghan, « The Earliest ‘Difiniciones’ of the Order of Calatrava, 1304-1383 », p. 279, nº 3 (...)
  • 83 L. F. Oliveira, A Coroa, os Mestres e os Comendadores, pp. 127-130.
  • 84 Ibid., pp. 124-127.
  • 85 AMS, Câmara Municipal de Sesimbra/D/01, Lv. 01, fos 111v112 (19-III-1389) ; Arquivo Nacional da To (...)
  • 86 L. F. Oliveira, A Coroa, os Mestres e os Comendadores, pp. 209-210. Pour le panorama péninsulaire (...)
  • 87 L. F. Oliveira, A Coroa, os Mestres e os Comendadores, pp. 117, 238-243 et 437-440 ; Id., « Gomes (...)
  • 88 L. F. Oliveira, A Coroa, os Mestres e os Comendadores, pp. 429-433.
  • 89 En ce qui concerne les rares données disponibles sur la composition de ce Conseil, voir. A. de Var (...)
  • 90 Ibid., pp. 132-133.

16Contrairement aux maîtrises, les autres offices des ordres ont conservé une dimension fonctionnelle importante. Malgré ce que certains auteurs ont dit et répété81, rares sont les indices qui suggèrent que les commanderies se soient changées en bénéfices viagers. Les normes de l’ordre cistercien ne permettaient pas la provision de commanderies pour la durée d’une vie et, si cette pratique avait été acceptée par les statuts du Christ en 1326 et par les établissements de Santiago l’année suivante82, cet idéal n’était respecté que de temps à autre. On peut dire qu’au moins jusqu’à la fin du XIVe siècle, la rotation des frères à travers différentes commanderies était un phénomène fréquent, et la plupart des mandats de commandeur avaient une durée limitée, en règle générale inférieure à trois ou à cinq ans83. Comme le rappelaient la règle et les textes normatifs, l’action des frères au sein d’une commanderie n’échappait pas à l’évaluation du maître, grâce aux visiteurs et aux chapitres. Les titulaires pouvaient être déplacés vers des commanderies moins rentables ou même privés de leur administration84. Le contrôle exercé par les commandeurs sur les revenus du lieu qui leur avait été confié restait limité puisque l’autorisation pour pouvoir jouir d’une partie à des fins particulières — en cas de décès ou pour récompenser la fidélité des domestiques et des serviteurs — n’est devenue une pratique courante qu’à partir de la fin du XIVe siècle85. Jusqu’à cette époque, les mandats des commandeurs s’inscrivaient donc dans une réelle dimension fonctionnelle. Cette situation changea seulement au siècle suivant lorsqu’il devint possible de négocier la transmission d’une commanderie entre les membres d’une même famille. D’ailleurs, il faut attendre la seconde moitié du siècle pour trouver le premier cas de succession héréditaire d’une commanderie86. Rien ne démontre, tout au contraire, que les différents offices des milices soient sous le contrôle d’un groupe particulier de frères. La grand-commanderie, par exemple, n’était l’apanage de personne et y ont été pourvus, au long du XIVe siècle, aussi bien des frères nobles que des profès d’origine citadine. Entre 1341 et 1351, le grandcommandeur de Santiago était le fils d’un cordonnier de Beja et, peu avant la fin du siècle, la grande-commanderie d’Avis était dirigée par le fils d’un avocat de province87. Les exemples ne datent pas uniquement du XIVe siècle : entre 1432 et 1451, la grande-commanderie de Santiago a été occupée par le fils d’un ancien serviteur de la couronne qui était originaire d’Évora88. Bien que l’information soit moins claire, le conseil des Treize de l’ordre de Santiago obéissait aussi à des normes semblables, étranger à la nature oligarchique qui lui avait été attribuée89. Sa constitution dépendait d’ailleurs de la volonté du maître et personne, y compris le grand-commandeur, n’y avait une place définitive90. D’après les données disponibles, il est très probable que la nomination des membres du conseil fût dictée par les qualités et les compétences de chaque frère et par la confiance que les maîtres déposaient en eux. Plus qu’à une quelconque oligarchie existant à l’intérieur de l’ordre, les membres du conseil des Treize semblent correspondre surtout à une élite de type fonctionnel, sans rapport immédiat avec les distinctions sociales en vigueur dans le siècle.

  • 91 Pour quelques observations, B. Sousa, Os Pimentéis. Percursos de uma linhagem da Nobreza Medieval (...)
  • 92 J. Pizarro, Linhagens Medievais Portuguesas, t. II, pp. 302-303 et 308-309 ; B. Sousa, « Memória f (...)
  • 93 J. Pizarro, Linhagens Medievais Portuguesas, t. II, pp. 391-392, 400 ; M. López Fernández, La Orde (...)
  • 94 L. F. Oliveira, A Coroa, os Mestres e os Comendadores, pp. 67-68, 119-120, 184-185, 238-248 et 429 (...)

17Si la hiérarchie interne des ordres militaires n’avait pas un caractère sociologique précis, exprimant, au contraire, jusque très tard des réalités fonctionnelles, l’exercice d’un mandat avait bien sûr des implications sociales. Outre les rentes et les prérogatives qui lui étaient associées, indispensables à la distribution de faveurs entre parents, serviteurs et amis91, il pouvait être l’occasion de consolider ou de réhabiliter le pouvoir et le prestige d’un lignage. Ce fut le cas des Pereira ou des Pimentel — de ces lignages sont sortis plusieurs prieurs de l’ordre de l’Hôpital, un maître d’Avis, un grand-commandeur de Santiago et de nombreux frères92 — et d’autres familles encore, comme les Correia, les Avelar et les Vasconcelos93. Mais, si la profession dans un ordre militaire pouvait ouvrir sur une longue carrière pleine de succès, elle était également susceptible de donner accès à la noblesse, aidant à forger la gloire et l’honneur indispensables à ceux qui étaient issus des milieux modestes. Cela arriva notamment aux Mascarenhas et, plus particulièrement, au maître d’Avis, Fernão Rodrigues, qui dissimula une origine roturière derrière un nom prestigieux, celui de Sequeira, et une descendance mythique le liant à un chevalier des temps de la Reconquista94.

  • 95 L. F. Oliveira, A Coroa, os Mestres e os Comendadores, pp. 181-184.

18Il faut dire enfin qu’il est possible que les ordres militaires aient eu un rôle d’espaces importants d’osmose sociale puisqu’ils acceptaient la profession de nobles, de chevaliers urbains et de bourgeois, réunissant ainsi des frères de différentes origines. Pour les ordres d’Avis et de Santiago, il existe des données, tant pour le XIVe que pour le XVe siècle, qui démontrent la régularité des mariages entre les familles qui étaient impliquées en leur sein ou entre celles-ci et d’autres familles qui étaient d’origine urbaine ou noble95. Il serait important de tester ces observations pour d’autres milices et, aussi, pour d’autres zones géographiques. De correspondre à une pratique plus généralisée, elles pourraient être un bon indice des échanges culturels qui avaient lieu à l’intérieur des ordres militaires et seraient capables d’aider à comprendre comment l’idéal de vie des frères pouvait se rapprocher des valeurs et des usages des lignages nobles et des citadins.

Notes

1 K. Gorski, « L’ordre Teutonique : un nouveau point de vue », pp. 288-289, 292 et 294 ; K. Militzer, « The Recruitment of Brethren for the Teutonic Order in Livonia, 1237-1562 », pp. 275-277 ; J. A. Mol, « The Hospice of the German Nobility », pp. 122-123. Et aussi K. Toomaspoeg, Histoire des chevaliers teutoniques, pp. 48-49 ; Ph. Josserand, « L’ordre de Sainte-Marie des Teutoniques », p. 177.

2 A. Forey, « Recruitment to the Military Orders », pp. 143-144, Id., The Military Orders, pp. 133-135 ; A. Demurger, Chevaliers du Christ, pp. 102-103.

3 S. Barton, The Aristocracy in Twelfth-Century León and Castille, p. 158. Pour d’autres références à la prédominance des nobles parmi les frères, D. Seward, The Monks of War, p. 17 ; J. Mattoso, Ricos Homens, Infanções e Cavaleiros, pp. 232-236 ; S. Boissellier, Naissance d’une identité portugaise, pp. 394-395, 406 et n. 177 ; C. Barquero Goni, « Los Hospitalarios y la Nobleza Castellano-Leonesa », pp. 13-40.

4 A. Forey, « Rank and Authority in the Military Orders », p. 297.

5 D. Carraz, L’ordre du Temple dans la basse vallée du Rhône, pp. 295-296, 308 ; Ph. Josserand, « La figure du commandeur dans les prieurés castillans et léonais du Temple et de l’Hôpital », pp. 167-169 ; Id., Église et pouvoir dans la péninsule Ibérique, pp. 383-391, L. F. Oliveira, A Coroa, os Mestres e os Comendadores, pp. 174 sqq. Parmi les 88 frères identifiés en Catalogne (P. Bonneaud, Els hospitalers catalans a la fi de l’Edat Mitjana, pp. 84-93), environ la moitié était d’origine noble, mais seulement sept appartenaient à des familles de barons et beaucoup étaient originaires de lignages de chevaliers appauvris.

6 J. Burgtorf, The Central Convent of Hospitallers and Templars, pp. 380-381.

7 Ibid., pp. 379-383.

8 Z. Hunyadi, « The Social composition of the Military-Religious Orders in the Medieval Kingdom of Hungary », pp. 323-332 ; Id., The Hospitallers in the Medieval Kingdom of Hungary, p. 20 ; E. Bellomo, The Templar Order in North-West Italy, pp. 129-147 ; D. Carraz, L’ordre du Temple dans la basse vallée du Rhône, pp. 115-125 et 298-302 ; P. Bonneaud, Els hospitalers catalans a la fi de l’Edat Mitjana, p. 88 ; Ph. Josserand, Église et pouvoir dans la péninsule Ibérique, pp. 393-395.

9 L. F. Oliveira, A Coroa, os Mestres e os Comendadores, pp. 166-167 et 176-179.

10 A. Luttrell, « Las órdenes militares en la sociedad hispánica », p. 593 ; Id., « The Hospitaller Priory of Catalunya in the Fourteenth Century », pp. 7-8 ; Ph. Josserand, Église et pouvoir dans la péninsule Ibérique, pp. 396-401 ; P. Bonneaud, Els hospitalers catalans a la fi de l’Edat Mitjana, pp. 88 et 90-93 ; D. Carraz, L’ordre du Temple dans la basse vallée du Rhône, pp. 125-129 et 300-301 ; E. Bellomo, The Templar Order in North-West Italy, pp. 134-135, 161 sqq.

11 L. F. Oliveira, A Coroa, os Mestres e os Comendadores, pp. 174-176.

12 Ibid., pp. 59-62, 186-193, 238-241 et 437-438.

13 Ibid., pp. 193-201. Pour les observations qui suivent, voir les pp. 62-79, 113-124, 184-185 et 201-211.

14 Z. Hunyadi, « The Social Composition of the Military-Religious Orders in the Medieval kingdom of Hungary », pp. 326-329 ; Ph. Josserand, Église et pouvoir dans la péninsule Ibérique, pp. 401-403 ; E. Rodríguez-Picavea Matilla, « Caballeros calatravos y linajes castellanos » ; Id., « Prosopografia de la Orden de Calatrava en Castilla : La primera mitad del siglo XV ».

15 Pour l’analyse de la dimension messianique de ce conflit, M. Ventura, O Messias de Lisboa ; M. Coelho, D. João I : o que re-colheu Boa Memória, pp. 242 sqq.

16 A. Demurger, « Les Templiers à Auxerre (XIIe -XIIIe siècles) », pp. 303-312 ; K. Borchardt, « Urban Commanderies in Germany », pp. 297-303 ; D. Carraz, L’ordre du Temple dans la basse vallée du Rhône, pp. 255-283 ; Id., « Les ordres militaires et le fait urbain en France méridionale (XIIe -XIIIe siècle) ».

17 D. Carraz, L’ordre du Temple dans la basse vallée du Rhône, pp. 125-129 et 295-302 ; E. Bellomo, The Templar Order in North-West Italy, pp. 159-174 ; P. Bonneaud, Els hospitalers catalans a la fi de l’Edat Mitjana, pp. 86-88 et 90-93 ; J. Schenk, « Aspects of Non-Noble Family Involvement in the Order of the Temple ».

18 Z. Hunyadi, « The Locus Credibilis in Hungarian Hospitaller Commanderies », pp. 285-296.

19 Sur les formes d’association des frères servants les milices, F. Tommasi, « Men and Women of the Hospitaller, Templar and Teutonic Orders », pp. 71-88.

20 A. Forey, « Recruitment to the Military Orders », pp. 140-141 et 170 ; D. Carraz, L’ordre du Temple dans la basse vallée du Rhône, pp. 291-294 ; L. F. Oliveira, A Coroa, os Mestres e os Comendadores, pp. 167-170.

21 H. Nicholson, Templars, Hospitallers and Teutonic Knights, pp. 116-122 ; A. Demurger, Chevaliers du Christ, pp. 186-191 ; Ph. Josserand, Église et pouvoir dans la péninsule Ibérique, pp. 147-163. Sur la Vera Cruz et son culte au Portugal, L. Krus, A Concepção Nobiliárquica do Espaço Ibérico, pp. 129 sqq.

22 O. Gameiro, « Sociologia e geografia do culto medieval dos Santos Mártires de Lisboa », pp. 371-387 ; L. F. Oliveira, « O mosteiro de Santos, as freiras de Santiago e o culto dos Mártires », pp. 429-436.

23 Id., « Uma barregã régia, um mercador de Lisboa e as freiras de Santos », pp. 182-196.

24 P. Picoito, « Os Sete Mártires de Tavira. História de um culto local ».

25 Arquivo Municipal de Sesimbra (AMS), Câmara Muncipal de Sesimbra/D/01, Lv. 01, fls. 9 e v. (de 4-IV-1328).

26 L. F. Oliveira, A Coroa, os Mestres e os Comendadores, pp. 165 (n. 85) et 197-198.

27 Crónica de Portugal de 1419, pp. 153-154.

28 Sur cette chronique, voir D. Lomax, « A Lost Medieval Biography » ; L. Krus, « Crónica da Conquista do Algarve » ; D. Rodriguez Blanco, « Pelay Pérez Corea. Entre la Historia y la Leyenda » ; Ph. Josserand, « Portrait de maître en héros croisé : la chronique perdue de Pelayo Pérez Correa ».

29 A. Demurger, Chevaliers du Christ, p. 269.

30 D. Carraz, L’ordre du Temple dans la basse vallée du Rhône, pp. 259 sqq.

31 Ibid., pp. 274-278.

32 R. Vinas, s. v. « Lotissement » ; K. Toomaspoeg, s. v. « Ville » ; A. Demurger, s. v. « Villeneuve », dans Ph. Josserand et N. Bériou (éd.), Prier et combattre.

33 H. Vilar, « A Diocese de Évora e a Ordem de Avis » ; C. Tarouca, « As Origens dos Cavaleiros de Évora (Avis) », pp. 30-31, doc 2 ; L. F. Oliveira, « O mosteiro de Santos, as freiras de Santiago e o culto dos Mártires », p. 431.

34 Id., « Convento de São Bento de Avis », pp. 491-493.

35 Voir M. Conde, Tomar Medieval, pp. 86-87 ; L. Trindade, Urbanismo na composição de Portugal, pp. 421-443, 471-490 et 503-523.

36 J. Oliveira, Na Península de Setúbal, em finais da Idade Média, pp. 144-163 ; M. Pereira, Alcácer do Sal na Idade Média, pp. 91-103.

37 A. Pereira, « Avis, viagem a uma vila medieval », pp. 31-33 et 35.

38 En particulier, J. Rodrigues et P. Pereira, Santa Maria de Flor da Rosa ; P. Costa et L. Rosas, Leça do Balio no tempo dos Cavaleiros do Hospital ; J. Macedo, Mosteiro de S. Bento de Avis ; H. Pombo I. Corte e J. Cunha, O Convento de S. Bento de Avis ; M. Pereira, « O Convento da Ordem de Santiago em Alcácer do Sal » ; I. Fernandes, « Os conventos da Ordem de Santiago em Palmela ».

39 Pour quelques indications importantes concernant seulement l’Estremadura castillane, A. Ruiz Mateos, Arquitectura Civil de La Orden de Santiago en Extremadura, 1985.

40 L. Krus, « A Cidade no Discurso Cultural Nobiliárquico », pp. 381-393.

41 Ibid., p. 384 ; Id., A Concepção Nobiliárquica do Espaço Ibérico, pp. 105-111. Sur les troubadours et leurs auditoires aristocratiques, A. Oliveira, Depois do Espectáculo Trovadoresco, notamment pp. 215 sqq. ; Id., « Cortes Senhoriais », pp. 170-173.

42 L. Krus, « A Cidade no Discurso Cultural Nobiliárquico », pp. 383-384 et 388.

43 Cantigas d’Escarnho e de Mal Dizer, pp. 484-485, nº 326.

44 Ibid., pp. 482-483, nº 325.

45 Ibid., p. 592, nº 402. Le frère de la chanson qui s’appelait Paio a été identifié à Paio Peres Correia, grand-commandeur puis maître de Santiago, (voir E. Ferreira Priegue, « Chegou Paio de Maas Artes », pp. 361-369), bien que la composition soit très postérieure à l’époque où vécut ce dignitaire. À ce propos, A. Oliveira, Depois do Espectáculo Trovadoresco, pp. 421-422.

46 B. Sousa, « As Ordens Militares nos nobiliários medievais portugueses », pp. 623-630 ; L. F. Oliveira, A Coroa, os Mestres e os Comendadores, pp. 198-199.

47 Livro de Linhagens do Conde D. Pedro, t. II, p. 28 (44 S6).

48 L. Krus, A Concepção Nobiliárquica do Espaço Ibérico, pp. 115-116, 137-142 et 298-299. À propos du comte de Barcelos, L. F. Oliveira, « Pedro de Barcelos », pp. 701-702.

49 L. Krus, « A Cidade no Discurso Cultural Nobiliárquico », pp. 389-390 ; sur la noblesse urbaine et courtisane, J. Mattoso, « Os nobres nas cidades portuguesas da Idade Média » ; L. Ventura, D. Afonso III, pp. 172-195.

50 Livro de Linhagens do Conde D. Pedro, t. I, pp. 47-60 ; J. Mattoso, « A transmissão textual dos livros de linhagens », pp. 285 sqq.

51 L. F. Oliveira, A Coroa, os Mestres e os Comendadores, pp. 199-201.

52 Livro de Linhagens do Conde D. Pedro, t. I, pp. 214-217 (21A15), 218-219 (21F14-15) et 238-257 (21G14-15).

53 L. Krus, A Concepção Nobiliárquica do Espaço Ibérico, pp. 235-236 et n. 573. Pour une analyse du rôle politique des maîtres en Castille, Ph. Josserand, Église et pouvoir dans la péninsule Ibérique, pp. 554-555.

54 L. Krus, A Concepção Nobiliárquica do Espaço Ibérico, pp. 137-142.

55 S. Cerrini, La révolution des Templiers, pp. 135-188 ; A. Demurger, Chevaliers du Christ, pp. 181-182.

56 J. Leclercq, « La vie et la prière des chevaliers de Santiago » ; D. Lomax, La orden de Santiago, pp. 90-100 et doc. 1 de l’appendice.

57 H. Nicholson, Templars, Hospitallers and Teutonic Knights, pp. 86-87, 96-97, 204-207 ; Ead., Love, War, and the Grail, pp. 100, 187 et 204-205.

58 Ead., Templars, Hospitallers and Teutonic Knights, pp. 12-14 et 66-67 ; Ead., Love, War and the Grail, pp. 204-205 et 215.

59 Ph. Josserand, Église et pouvoir dans la péninsule Ibérique, pp. 214-225 ; Id., « Itinéraires d’une rencontre : les ordres militaires et l’ideal chevaleresque », surtout les pp. 86-88.

60 L. Krus, A Concepção Nobiliárquica do Espaço Ibérico, pp. 137-142.

61 L. F. Oliveira, A Coroa, os Mestres e os Comendadores, pp. 73-77.

62 L. Thomaz et J. Alves, « Da cruzada ao Quinto Império », pp. 81-164 ; I. Fernandes et L. F. Oliveira, « Les ordres militaires au royaume du Portugal », pp. 151-153. Pour un panorama de la littérature chronistique portugaise, L. Krus, « Historiografia Medieval ».

63 M. Rosa, « Mortos – Tidos por Vivos », pp. 9-46.

64 Pour quelques observations, A. Figueiredo, O ideal de Cavalaria na Crónica da Tomada de Ceuta, pp. 9-60 ; L. Krus, « Historiografia Medieval », p. 314. Pour la Castille, Ph. Josserand, Église et pouvoir dans la péninsule Ibérique, pp. 172-183.

65 I. Castro, « Sobre a data da introdução na Península Ibérica do ciclo arturiano » ; Estoria de Dom Nuno Alvrez Pereyra, chap. iv, p. 8.

66 J. Mattoso, « Romance ».

67 H. Nicholson, Templars, Hospitallers and Teutonic Knights, pp. 80-101 ; Ead., Love, War and the Grail, surtout les pp. 1-31, 187 sqq ; Ph. Josserand, Église et pouvoir dans la péninsule Ibérique, pp. 166 sqq.

68 L. F. Oliveira, A Coroa, os Mestres e os Comendadores, pp. 81-86. Sur la prévalence de l’idéal du courtisan au Portugal, J. Mattoso, « João Soares Coelho e a gesta de Egas Moniz ». En Castille, on forgeait l’image des maîtres par rapport à leurs vertus héroïques, à leurs dons chevaleresques et, au XVe siècle, à leurs attributions monarchiques. Consultez, là-dessus, Ph. Josserand, Église et pouvoir dans la péninsule Ibérique, pp. 172-183, 219-225 et 451-454 ; C. de Ayala Martínez, Las órdenes militares hispánicas en la Edad Media, pp. 210-211 et 229.

69 Ph. Josserand, Église et pouvoir dans la péninsule Ibérique, pp. 207-209.

70 L. F. Oliveira, A Coroa, os Mestres e os Comendadores, pp. 106-109.

71 Ibid., pp. 88-90.

72 Ibid., pp. 223, 239, 254 (n. 257), 420, 439, 464, 472 et 475 ; Id., « Gil Martins do Outeiro », p. 389. Pour la situation en Castille, où cette coutume a été répandue dès le XIVe siècle, devenant plus fréquente au siècle suivant, consultez C. de Ayala Martínez, Las órdenes militares hispánicas en la Edad Media, pp. 393-397.

73 Ibid. pp. 209-220 ; Ph. Josserand, Église et pouvoir dans la péninsule Ibérique, pp. 214-235 ; Id. « Itinéraires d’une rencontre : les ordres militaires et l’idéal chevaleresque », pp. 92-99. Pour les données disponibles sur le Portugal, voir l’étude de 118 inscriptions tumulaires des XVe et XVIe siècles dans L. Pontes, Do mundo da Corte ao mundo da Memória, pp. 81 sqq.

74 L. F. Oliveira, A Coroa, os Mestres e os Comendadores, pp. 53-54, 62-71.

75 Ibid., pp. 110-113 ; I. Silva, « A Ordem de Cristo durante o mestrado de D. Lopo Dias de Sousa », pp. 37 et 71-72. Pour le cadre péninsulaire, C. de Ayala Martínez, Las órdenes militares hispánicas en la Edad Media, pp. 247-248.

76 Ibid., pp. 199-208 ; Id. « Las Órdenes Militares en el siglo XIII castellano. La consolidación de los maestrazgos ».

77 L. F. Oliveira, A Coroa, os Mestres e os Comendadores, pp. 62-71, 264-266 et 271-273.

78 Ibid., pp. 67-69 et 238-248 ; M. Pimenta, « Fernão Rodrigues de Sequeira ».

79 L. F. Oliveira, A Coroa, os Mestres e os Comendadores, pp. 72-79.

80 F. Lopes, Crónica del Rei Dom Joham I, 2ª Parte, chap. cxxix.

81 Voir, entre autres, C. de Ayala Martínez, Las órdenes militares hispánicas en la Edad Media, pp. 243, 246 et 347-350 ; Ph. Josserand, Église et pouvoir dans la péninsule Ibérique, pp. 337-339.

82 J. O’Callaghan, « The Earliest ‘Difiniciones’ of the Order of Calatrava, 1304-1383 », p. 279, nº 37 ; I. Silva, « A Ordem de Cristo durante o mestrado de D. Lopo Dias de Sousa », p. 32 ; I. Barbosa, « A Ordem de Santiago em Portugal na Baixa Idade Média », p. 234, doc. E.

83 L. F. Oliveira, A Coroa, os Mestres e os Comendadores, pp. 127-130.

84 Ibid., pp. 124-127.

85 AMS, Câmara Municipal de Sesimbra/D/01, Lv. 01, fos 111v112 (19-III-1389) ; Arquivo Nacional da Torre do Tombo (ANTT), Mesa da Consciência e Ordens, Ordem de Avis / Convento de São Bento, Caixa. 14, Maço 10, nº 913. Le diplôme a été promulgué en décembre 1412, d’après deux chartes royales de confirmation du 4-X-1421 (ANTT, Mesa da Consciência e Ordens, Ordem de Avis/Convento de São Bento, Caixa 14, Maço 10, nº 910 ; Chancelaria de D. João I, Lv. 4, fos 57vº-58vº).

86 L. F. Oliveira, A Coroa, os Mestres e os Comendadores, pp. 209-210. Pour le panorama péninsulaire qui n’est pas très différent, C. de Ayala Martínez, Las órdenes militares hispánicas en la Edad Media, p. 352 ; D. Rodriguez Blanco, La orden de Santiago en Extremadura en la baja Edad Media, pp. 129-132 ; M. Bonet Donato, La orden del Hospital en la Corona de Aragón, p. 110.

87 L. F. Oliveira, A Coroa, os Mestres e os Comendadores, pp. 117, 238-243 et 437-440 ; Id., « Gomes Lourenço de Beja » ; M. Pimenta, « Fernão Rodrigues de Sequeira ».

88 L. F. Oliveira, A Coroa, os Mestres e os Comendadores, pp. 429-433.

89 En ce qui concerne les rares données disponibles sur la composition de ce Conseil, voir. A. de Vargas-Zúñiga, « Los Trece de la orden de Santiago. Catálogo biográfico ». Pour une discussion de sa nature oligarchique, D. Rodriguez Blanco, « La organización institucional de la orden de Santiago en la Edad Media », pp. 178-179 ; C. de Ayala Martínez, Las órdenes militares hispánicas en la Edad Media, pp. 318-319 ; Ph. Josserand, Église et pouvoir dans la péninsule Ibérique, pp. 392-393 et 401 ; L. F. Oliveira, A Coroa, os Mestres e os Comendadores, pp. 131-134 et 195-196.

90 Ibid., pp. 132-133.

91 Pour quelques observations, B. Sousa, Os Pimentéis. Percursos de uma linhagem da Nobreza Medieval Portuguesa, pp. 129-132 ; Ph. Josserand, Église et pouvoir dans la péninsule Ibérique, pp. 413-415 ; L. F. Oliveira, A Coroa, os Mestres e os Comendadores, pp. 118-123.

92 J. Pizarro, Linhagens Medievais Portuguesas, t. II, pp. 302-303 et 308-309 ; B. Sousa, « Memória familiar e ordens militares. Os Pimentéis no séc. XIV », pp. 37-49 ; Id., Os Pimentéis. Percursos de uma linhagem da Nobreza Medieval Portuguesa, pp. 148-179 ; L. F. Oliveira, A Coroa, os Mestres e os Comendadores, pp. 54, 117-118, 222-236, 310, 387-388, 490-492.

93 J. Pizarro, Linhagens Medievais Portuguesas, t. II, pp. 391-392, 400 ; M. López Fernández, La Orden de Santiago y el Maestre Pelay Pérez Correa, pp. 37 sqq. ; L. F. Oliveira, A Coroa, os Mestres e os Comendadores, pp. 57-58, 60, 67-70, 118-119, 162, 229-235, 270-276 et passim ; A. Vasconcelos, « Os Vasconcelos e as ordens militares ».

94 L. F. Oliveira, A Coroa, os Mestres e os Comendadores, pp. 67-68, 119-120, 184-185, 238-248 et 429-433 ; A. Vasconcelos, « Os Mascarenhas, uma família da ordem de Santiago ». Sur le lien d’autres lignages aux ordres, bien que ces données se rapportent surtout aux XVe et XVIe siècles, voir Id., Nobreza e Ordens Militares. Relações Sociais e de Poder (Séculos XIV a XVI), pp. 221 sqq.

95 L. F. Oliveira, A Coroa, os Mestres e os Comendadores, pp. 181-184.

© Casa de Velázquez, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540