Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Élites et ordres militaires au Moyen Âge

 | 
Philippe Josserand
, 
Luís Filipe Oliveira
, 
Damien Carraz

I. — Les ordres militaires et les elites sociales

L’ordre de la Passion de Jésus-Christ de Philippe de Mézières

Une utopie de chevalier

Philippe Contamine

Full text

  • 1 Interruption probable de son dessein de 1369 à 1384 — le temps de Charles V, dont Philippe de Mezi (...)
  • 2 Ph. Contamine, « Recherches prosopographiques sur l’ordre de la Passion de Jésus-Christ ». Pour le (...)

1Mon propos n’a sa raison d’être que si l’on admet qu’à côté des Templiers, des Hospitaliers, des Teutoniques et des différents ordres ibériques, il peut y avoir une place dans le cadre du présent volume pour un ordre demeuré en quelque sorte virtuel, la « religion » de la chevalerie de la Passion de Jésus-Christ ou du Crucifix, que, durant la seconde moitié du XIVe siècle, Philippe de Mézières, tout un temps chancelier de Pierre Ier de Lusignan, roi effectif de Chypre et roi titulaire de Jérusalem, entreprit de fonder, de façon à la fois intermittente et obstinée1. Vers 1385-1395, il parvint même à dresser une liste d’une centaine de personnages (essentiellement mais pas uniquement des laïcs d’origine princière ou nobiliaire, relevant de plusieurs royaumes ou nations) qui auraient fait vœu d’entrer dans son ordre ou se seraient engagés à lui apporter leur soutien2.

  • 3 Bernard de Clairvaux, Choix de textes, pp. 247-260. Sur saint Bernard, la chevalerie et la croisad (...)
  • 4 Joinville, Vie de saint Louis. Voir aussi J. Dufournet et L. Harf (éd.), Le prince et son historie (...)
  • 5 Sur les rapports à cette époque entre noblesse et bourgeoisie parisienne, voir B. Bove, Dominer la (...)
  • 6 Nicolas de Fréauville, dominicain, confesseur de Philippe le Bel et parent d’Enguerrand de Marigny (...)
  • 7 Guillaume de Nangis, Chronique, t. I, p. 396 ; Grandes chroniques de France, t. VIII, pp. 288-290  (...)

2Traditionnels au moins depuis saint Bernard et son Éloge de la chevalerie nouvelle3, les liens entre chevalerie et croisade, entre chevalerie et Terre sainte, étaient très loin d’avoir disparu au début du XIVe siècle, même après la dissolution en 1312 de l’ordre du Temple. Il suffit pour s’en rendre compte de relire tout simplement la Vie de saint Louis par Joinville4, ou encore de considérer l’initiative prise par Philippe IV le Bel en 1313, à des fins de propagande mais aussi, peut-être, par conviction. À partir du 3 juin, dimanche de la Pentecôte, et pendant près d’une semaine, se déroulèrent à Paris des fêtes qui, au-delà de leur caractère somptueux, furent de grande portée politique sinon religieuse. Il s’agissait en particulier d’effacer les échecs répétés en Flandre. Le premier jour, en présence d’Édouard II, roi d’Angleterre, et de sa femme, Isabelle, fille de Philippe le Bel, et de nombreux barons et nobles venus d’outre-Manche, furent faits « chevaliers nouveaux », recevant à cette occasion le baudrier de chevalerie (cingulum militiae), les trois fils du roi de France, Louis, déjà roi de Navarre et futur Louis X le Hutin, Philippe, futur Philippe V le Long, et Charles, futur Charles IV le Bel, ainsi qu’un grand nombre de nobles : sans doute près de deux cents, encore que des récits, plus généreux, parlent de quatre cents et même de mille. La comptabilité royale montre que chacun d’eux reçut à cette occasion un fier destrier et un pacifique palefroi, sans doute montés à deux moments différents de la cérémonie. Le dimanche 3, le roi de France offrit un banquet, le 4 ce fut au tour du roi de Navarre, auquel succéda le 5 le roi d’Angleterre. Des tentes, dressées dans le jardin de l’abbaye Saint-Germain-des-Prés, abritaient les convives, tous masculins. Mais le même jour la « dînée » fut offerte aux dames par Philippe le Bel en son château du Louvre. Le mercredi 6, Louis de France offrit le repas, auquel son frère Charles succéda le jeudi 7. La « largesse » s’imposait. À cette fête de chevalerie furent pleinement associés la bourgeoisie et l’artisanat parisiens, qui non seulement défilèrent dans les rues encourtinées, à pied ou à cheval, mais encore offrirent aux rois, aux seigneurs, aux nobles, un étonnant spectacle vivant, à la fois profane et religieux, au cours duquel l’histoire ou plutôt le roman de Renart fut mis en valeur5. En ces temps, littérature et fête faisaient bon ménage. Ces divertissements débouchèrent, en présence d’un cardinal légat du pape6 et d’autres prélats, sur la prise de croix, en vue du « passage d’outre mer », par Philippe le Bel, par ses trois fils, par le roi d’Angleterre et une grande partie de son entourage, par l’ensemble des nouveaux chevaliers, dont Hugues, duc de Bourgogne, et Gui, comte de Blois, et par bien d’autres nobles. Même les dames prirent la croix, tout en se réservant le droit de renoncer à leur vœu si leurs époux décédaient avant le départ de la croisade ou si celle-ci était décommandée7.

3Issu d’une famille de la moyenne noblesse picarde (rien de plus, rien de moins), notre Philippe, né au château de Mézières-en-Santerre, entre 1325 et 1327, devait avoir dès sa jeunesse une certaine idée de la chevalerie ainsi que de la croisade : de fait, lui-même raconte, dans une lettre à son neveu et pupille Jean, chanoine de Noyon, qu’il s’efforce de remettre dans le droit chemin, comment saint Louis, après sa première croisade, s’était arrêté et avait logé dans le château familial, où désormais existait une chambre à son nom :

  • 8 N. Iorga, « L’épître de Philippe de Mézières », pp. 31-32. L’itinéraire de Louis IX ne signale auc (...)

Nos prédécesseurs, très célèbres parmi leurs contemporains pour leur hospitalité […], contraignaient d’entrer dans leurs propres demeures non seulement leurs amis et leurs intimes mais aussi les voyageurs passant leur chemin, et, de peur d’être coupables de ne pas accueillir le Christ dans ses membres, ils reçurent même chez eux charitablement saint Louis, roi de France, si bien que toute leur demeure fut inondée de son odeur par l’onguent de sa bénédiction. Et c’est pourquoi jusqu’à nos jours la chambre dans laquelle coucha le saint, qu’ils offraient à tous leurs hôtes, a conservé le nom de saint Louis8.

4L’idée de chevalerie devint pour lui, semble-t-il, de plus en plus prégnante au fil des années. Voici ce qu’il en dit, au soir de sa vie, dans le prologue de son traité encore inédit, l’Oratio tragedica seu declamatoria Passionis Domini Nostri Jhesu Christi (1389-1390) :

C’est un fait. Parmi les chevaliers chrétiens accédant à la dignité de la chevalerie dans une intention magnifique et sincère, avec la dévotion convenable et non pas de façon cursive ou comme s’il s’agissait d’un jeu pour enfants, certains d’entre eux, selon la grâce qui leur est donnée, désirent exercer singulièrement leur chevalerie en faveur et pour la défense des veuves, des pauvres, des orphelins et des personnes vivant en tribulation : en combattant virilement, ces chevaliers choisis ne seront pas privés de leur désir dès lors qu’ils auront accompli leurs œuvres en chrétiens. […] D’autres exercent leur chevalerie pour la justice, l’équité et la chose publique, en servant fidèlement les princes et les pouvoirs chrétiens et en faisant justice à la lettre des péchés et des maléfices. […] Mais d’autres chevaliers exercent leur chevalerie pour la défense et la protection de l’Église de Dieu et des personnes ecclésiastiques, à savoir contre les mauvais princes, les tyrans, les hérétiques, les schismatiques et tous ceux qui perturbent la paix et l’unité de l’Église de Dieu. De semblables chevaliers célèbres et magnifiques défendent virilement l’Épouse du Crucifix et de l’Agneau immaculé : s’approchant dirions-nous du saint des saints, ils reconstituent par leurs labeurs le pain viatique qui donne vie au monde et conduit à la vie éternelle.

5Dernière catégorie, la plus haute, toujours selon Philippe :

  • 9 Oratio tragedica, Paris, Bibliothèque Mazarine, ms. 1651, f° 129r°.

D’autres chevaliers, très dévots et zélateurs de la maison de Dieu qui est à Jérusalem, embrasés par un zèle singulier et animés de façon plus dévote par l’honneur du Crucifix, désirent exercer leur chevalerie contre les Agaréens et les Sarrasins, lesquels occupent par le droit de la piraterie la sainte cité de Jérusalem et la Terre sainte, violant honteusement les saints lieux de la Passion du Seigneur Jésus Christ. Ces Sarrasins foulent aux pieds et oppriment partout jusqu’à la mort amère nos fidèles chrétiens, ils les maintiennent sous un joug insupportable9.

6On voit la gradation. Plus banalement, Philippe s’exprime en ces termes au sujet des chevaliers de France dans le Songe du Vieil Pelerin (1389) :

  • 10 Philippe de Mézières, Songe du Vieil Pelerin, t. I, p. 532. Depuis quelques années, cette œuvre ma (...)

Que la dicte chevalerie veuille ung peu estudier les loix de vraye chevalerie, par lesquelles ilz doivent combatre en vivant justement pour la foy, l’Eglise, pour leur seigneur et pour le peuple, pour les vesves, povres et orphelins et pour ceulx qui sont oppressez et ne se pevent deffendre et generalment pour le bien de Justice […] et pour le bien singulierement du royaume de France10.

  • 11 U. Chevalier, « La croisade du dauphin Humbert II ».
  • 12 N. Iorga, Philippe de Mézières, pp. 54-55.
  • 13 « … Et licet dignitate milicie ibidem ab ipso juvene indigno nominis non pro merito suo obtenta se (...)

7En dépit du modèle qu’offrait saint Louis, il n’est pas sûr que Philippe ait eu une idée aussi exaltée de la chevalerie lorsque, à peine âgé de 20 ans, il partit à l’aventure d’abord pour l’Italie, ensuite pour l’Orient, cette fois dans le cadre de la croisade contre les Turcs qu’avec la caution de la papauté Humbert II, dauphin de Viennois, entreprenait alors (1345-1347)11. Toujours est-il que c’est au cours de cette expédition qu’il reçut l’ordre de chevalerie, peut-être lors de la bataille de Smyrne ou de l’Esmire, livrée et gagnée par les chrétiens le 24 juin 1346, jour de la Saint-Jean-Baptiste12. Plus tard, il devait dire que cet adoubement était immérité, compte tenu de l’insuffisance de ses prouesses et de ses vertus. Ce qui signifierait que dans son esprit la chevalerie était tout autant une récompense qu’un engagement, tout autant une consécration qu’un rite de passage : « … Et bien qu’en vertu de la dignité de la chevalerie que le jeune homme en question, indigne de ce nom, n’avait pas obtenue là en raison de son mérite mais qu’il avait plutôt usurpée de façon arrogante, il n’ait pas combattu courageusement, comme il aurait dû le faire, les vices et les péchés, ainsi qu’il est dit dans la première distinction de la chevalerie13 ». Il n’en demeure pas moins que Philippe devint chevalier en Orient : ce ne fut pas sans conséquence.

  • 14 Dans une lettre à Pierre de Thomas, il se désigne ainsi : « Picardus miles infimus et publicanus e (...)
  • 15 Pierre Ier fut couronné roi de Chypre à Nicosie le 24 novembre 1358, du vivant de son père Hugues (...)
  • 16 « Philippi quondam cancellarii Cipri », lit-on sur son épitaphe (Les fastes du gothique, p. 143). (...)

8Philippe, en mainte occasion, se présenta désormais officiellement comme un « chevalier », comme un « infime chevalier » (modestie oblige), comme un « infime chevalier picard14 », même si, à l’évidence, le titre de « chancelier de Chypre » que Pierre Ier lui avait attribué assez peu de temps après son avènement en 135815, puis de chancelier honoraire16, avait de loin sa préférence.

  • 17 L. Carolus-Barré, Le procès de canonisation de saint Louis, p. 291.
  • 18 Dans un texte de 1395-1396, « La substance abregee de la chevalerie de la Passion de Jhesu Crist e (...)
  • 19 « Pluries et bellis vulneratum et quoque semivivum relictum », dit-il de lui-même dans l’Oratio tr (...)

9Philippe fut un homme complet, ce qui est exceptionnel en son temps et même en tous les temps : pour un peu on le qualifierait de « super hominem », tel saint Louis selon le sermon de Boniface VIII, du 6 août 1297, et selon sa bulle de canonisation du 11 août suivant17. On peut l’imaginer doté d’une assez robuste constitution même s’il se mit à se plaindre beaucoup de ses maux à partir des années 1380 et à beaucoup parler de médecine et de remèdes18. Il eut l’expérience directe de la guerre sur terre, il en éprouva les dangers dans sa chair19, il connut mainte expé rience maritime, essentiellement à travers la Méditerranée (que de naufrages !), il parcourut l’Europe, en pèlerin, en propagandiste, en diplomate, il fut un homme de pouvoir in actu, un sagace conseiller du prince (Charles V), un pédagogue en charge de l’éducation du dauphin de France, le futur Charles VI. Cet ami de Pétrarque, qui connaissait Dante, avait une vaste culture, de type universitaire, sacrée et profane. Il fut un homme de dévotion, en mesure de composer des prières et de rédiger des traités de haute spiritualité. Son œuvre témoigne d’une belle et parfois étrange imagination. Aux meilleurs moments, il se montre un véritable écrivain, pourvu d’une réelle éloquence. Bref, Philippe fut un homme de conviction, de savoir et d’action. Naturellement, on pourrait estimer que cet utopiste entêté, vivant à côté de son siècle, a échoué sur toute la ligne. Ce ne serait pas faux mais ce serait peut-être trop réducteur. Même les rêves ne sont-ils pas révélateurs d’une époque ?

10Fort de son expérience de terrain, Philippe savait qu’un chevalier, un miles, n’est pas seulement quelqu’un appelé par vocation à pratiquer un certain nombre de vertus au nom de la justice et au bénéfice de l’Église, des « personnes misérables » et du bien commun, mais d’une part un homme occupant un rang reconnu dans la société nobiliaire, au-dessus de l’écuyer, et d’autre part un certain type de combattant, un homme d’armes, au sens exact du terme, apte à l’» escrime cavalière » et disposant nécessairement pour bien accomplir sa tâche de plusieurs auxiliaires et de plusieurs montures.

  • 20 J. Smet, The Life of Saint Peter Thomas, p. 126.
  • 21 Ibid.
  • 22 Ibid., p. 127. Sur cette œuvre, voir M. Thiry-Stassin, « Remarques sur la traduction de la Vita sa (...)

11Dans le premier de ses écrits qui se soit conservé, consacré au récit hagiographique de la vie et de la mort de son mentor, de son maître, ou, comme il le dit, de son père, le Carme Pierre de Thomas, prélat énergique et exalté, il évoque en des termes vibrants mais clairs la croisade dite d’Alexandrie (1365), ce qui lui donne l’occasion de décrire une flotte de guerre ainsi qu’un corps expéditionnaire composé de milites, d’armati, de sagittarii et de ballistarii. Il mentionne la bénédiction, par la main du légat pontifical Pierre de Thomas, de Pierre Ier, roi de Chypre, des barons et des nobles, qui communièrent à cette occasion. « Combien parmi ces hommes d’armes [homines armorum] ne s’étaient pas confessés depuis dix ou vingt ans20 ! ». Une sorte de conversion. Mais également combien d’entre eux s’étaient joints à ce passagium non par dévotion mais par vanité, cupidité et désir d’obtenir du roi un bienfait : « Certe major pars exercitus21 » (« certes, la majeure partie de l’armée »). Philippe est sans illusion. Il donne des chiffres : 1 000 nobiles armati, des homines armati, des ballistarii, des sagittarii, des marinarii. Soit environ 10 000 combattants (bellatores) et environ 1 400 chevaux, ce qui est comparativement peu. On sait comment l’occupation surprise d’Alexandrie, le 10 octobre 1365, accompagnée de pillages et de massacres, ne dura qu’un instant : au bout de quelques jours, tout le monde se replia, à la grande indignation de Pierre de Thomas, de Philippe et aussi de beaucoup à travers la chrétienté latine. Retenons ici l’équivalence possible ou suggérée entre les milites et les nobiles armati22 : ce groupe n’était-il pas appelé à constituer dans son esprit le fer de lance de l’armée des croisés ?

12Il faut dire que Philippe avait un bref moment espéré que la prise d’Alexandrie lui donnerait enfin l’occasion, grâce aux revenus tirés de cette ville et qui lui avaient été partiellement consentis par le roi de Chypre, de fonder concrètement sa chevalerie du Crucifix. Il pensait aussi que cette expédition constituerait un primum passagium, selon un modèle mainte fois proposé depuis le début du XIVe siècle, et qu’elle serait suivie par un passagium generale cette fois à l’échelle de la chrétienté. Très rapidement, il se heurta à la dure réalité : mort en 1366 de Pierre de Thomas, réticence de plus en plus nette des barons chypriotes envers l’ambition personnelle de leur roi, qu’ils étaient loin de partager, rivalité entre Venise et Gênes, réserve formelle du pape Urbain V et de l’empereur Charles IV de Luxembourg, sans compter la disparition en 1364 de Jean le Bon, lequel avait fait vœu de croisade l’année précédente à Avignon : son fils et successeur Charles V avait, on le comprend, d’autres soucis, plus urgents.

  • 23 Ce même manuscrit contient en effet des fragments de la seconde règle, adressée, semble-t-il, à de (...)
  • 24 Ce manuscrit a été tiré de l’ombre il y a quelque 130 ans par A. Molinier, « Description de deux m (...)
  • 25 Sur les vêtements des femmes de chevaliers de la Passion, voir Ph. Contamine, « La place des femme (...)

13On aurait donc pu imaginer l’abandon complet par Philippe de son projet de la « religion » de la Passion du Christ. Et pourtant, c’est après l’échec d’Alexandrie, dans un contexte somme toute défavorable, que Philippe trouva le moyen et le loisir de rédiger en latin, peut-être à Venise et non à Chypre mais du vivant de Pierre Ier, lequel devait être assassiné dans la nuit du 16 au 17 janvier 1369, la règle de son ordre. Des fragments de cette règle ont survécu dans un manuscrit de la Bibliothèque Mazarine, le nº 1943, datant de la fin du XIVe siècle (après 1384)23, en provenance du couvent des Célestins de Paris, où, comme on sait, Philippe devait passer les vingt-cinq dernières années de sa vie24. Cette première rédaction occupe 44 feuillets du manuscrit en question : elle réunit une préface (prefacio seu compendium) [fos 1 à 15], une lettre ou épître adressée à tous les fidèles, où se trouvent exposés le rôle de la nouvelle « religion » et les raisons qui en rendent la création nécessaire (fos 16 à 23), enfin 25 chapitres décrivant les habits destinés aux membres du nouvel ordre (fos 24 à 44) : sans entrer dans le détail, disons que ces habits devaient être blancs (du moins les manteaux), à l’image de la robe de l’ange de la Résurrection, mais marqués d’une croix rouge, rappel visible de la Passion25.

  • 26 Au sens de « grandes compagnies ».

14Un moment fort de la préface est le passage où est utilisée la métaphore du miroir. Dans la réalité, un miroir, dit Philippe, est composé de verre et de plomb : une fois ces substances unies au moyen du feu, le miroir ne souffre aucune tache et montre clairement les taches des autres. Au temps de Salomon, les prêtres du temple de Dieu, lorsqu’ils voulaient y entrer, se regardaient d’abord dans des miroirs, ils y voyaient leurs taches et se lavaient, ensuite seulement ils entraient. De même, il est nécessaire aux chrétiens de trouver un semblable miroir pour qu’ils y reconnaissent leurs taches et leurs péchés et qu’ils aient l’occasion de se laver. Ici le miroir sera composé de l’intellect et du corps humain. L’intellect de l’homme sera nettoyé de la macule de la concupiscence, il deviendra clair et subtil comme le verre, au fourneau de la charité ; le corps humain, infect, infirme et pesant comme le plomb, sera débarrassé par le feu de la « religion » de ses appétits voluptueux. L’intellect et le corps pourront se conjuguer et l’homme ainsi purifié par Dieu de ses vices, ayant subi l’épreuve du fourneau, deviendra un miroir très clair et très lucide, un miroir non seulement corporel mais aussi spirituel d’où sortiront des rayons pour illuminer et rénover l’ensemble des chrétiens, par l’opération de la Passion du Christ. C’est que l’ingratitude des chrétiens, qui leur fait oublier la dite Passion, se retrouve à tous les niveaux et dans tous les états de la société. C’est pourquoi il importe, pour que chacun contemple son modèle spécifique et y prenne exemple, que le miroir comporte les quatre états dont se compose la société chrétienne : l’état sacerdotal, l’état militaire (les dirigeants, les barons, les chevaliers, les simples nobles), l’état civil (les marchands et les rentiers), l’état des travailleurs. On notera que dans l’état militaire, Philippe prévoit expressément la présence de ces grands pécheurs, hommes d’armes et « compagnies26 », répandant au moment où il écrit le sang des chrétiens, se déplaçant comme à des noces alors qu’ils sont dans la voie de la perdition, et aussi les cadets de famille, déjà experts en armes mais quasiment dépourvus de biens héréditaires. Dès lors, les princes, ces personnes si délicates, pourront demeurer chez eux bien en paix et s’occuper tranquillement de leurs affaires : ils feront accomplir leur « passage » par cette « religion » (par la suite, dans les années 1390, Philippe imagina que les chevaliers deviendraient les fourriers de la grande armée des chrétiens, cette fois conduite et commandée par les rois de France et d’Angleterre). Issus de tous les états et de tous les degrés des chrétiens, y seront admis des hommes dont sera fait le miroir en question dans lequel tous les chrétiens universellement percevront leur modèle, dans la vie contemplative comme dans la vie active. Il y aura par exemple dans la « religion » un archevêque pour l’état sacerdotal, un prince pour l’état militaire. Moralement parlant, chaque artisan reçoit son nom de son art : il en ira de même, dit Philippe, pour nos chevaliers. Toute intention, méditation et opération de la « sainte religion » résidant dans la Passion du Christ, elle recevra son nom de cette très sainte Passion comme de son fondement. Elle sera appelée « religio militaris sive milicie sive militum Passionis Jhesu Christi » (« la religion chevaleresque ou de la chevalerie ou des chevaliers de la Passion de Jésus-Christ »). Tous ceux qui y entreront seront appelés par ce nom : N., archevêque de la religion de la chevalerie de la Passion de Jésus-Christ, N., princeps milicie vel militum Passionis Jhesu Christi. Pour l’état dit civil, N., « frère » de la religion de la Passion du Christ, pour l’état des travailleurs, N., « sergent » de la religion de la Passion du Christ.

15Dans l’épître qui suit la préface, Philippe explique les six raisons qui rendent nécessaire l’ordre de la Passion : 1. l’exemple de la nouvelle congrégation incitera les chrétiens à s’amender ; 2. le culte de la Passion du Christ redeviendra à l’honneur ; 3. les chrétiens d’Orient seront efficacement secourus ; 4. Jérusalem et la Terre sainte pourront être recouvrées et conservées ; 5. la foi chrétienne se répandra chez les nations les plus éloignées ; 6. l’Église de Rome pourra mieux lutter contre les hérétiques et les schismatiques. On sent ici la reprise du modèle proposé deux siècles et demi auparavant par saint Bernard. La « religion » de la Passion du Crucifix est une « chevalerie » : même si cette chevalerie n’est pas composée que de chevaliers (elle doit compter des prélats, des chanoines, des prêtres —les clercs— et, comme laïcs, de simples nobles, des bourgeois, des gens de métier, et aussi des femmes), il n’empêche que ce sont les chevaliers qui en constituent l’ossature. L’idée est ainsi de confier à d’authentiques chevaliers le soin de réformer la chrétienté. Car les chevaliers, c’est par définition la croisade, Jérusalem, la Terre promise. C’est dire que pour Philippe, la chevalerie, réformée ou non, amendée ou non, reste la pièce maîtresse de la société. Tous les états gravitent autour d’elle.

16De même que, pour Jean le Bon et son entourage, l’ordre de l’Étoile était un moyen de transformer en profondeur, par un processus d’émulation et de contagion, tout l’ost de France, de même la « sainte chevalerie » sera selon Philippe le moyen de régénérer la chrétienté, occidentale et même orientale, et de la conduire au salut, vers la nouvelle Jérusalem. Philippe n’ignore nullement que la chevalerie de son temps est en déclin, malade, souillée, mais précisément il s’agit de la ressourcer, de la ressusciter. Pour cela, il faut lui proposer un modèle, un miroir : ce sera la nouvelle religion du Crucifix. Alors, elle se transformera : tâche difficile mais essentielle, irremplaçable.

  • 27 Bibliothèque de l’Arsenal, ms. 2251, f° 40r°.
  • 28 Cité dans Ph. Contamine, « La Consolation de la desconfiture de Hongrie », p. 42.
  • 29 Bibliothèque de l’Arsenal, ms. 2251, f° 42r °.
  • 30 N’oublions pas qu’encore à la fin du XIVe siècle, la ligne de partage est très nette au sein de la (...)
  • 31 Bibliothèque de l’Arsenal, ms. 2252, f° 75r°.
  • 32 Bibliothèque de l’Arsenal, ms. 2251, f° 103v°. Voir aussi ce qu’il dit dans Bibliothèque de l’Arse (...)

17Nous sommes là au cœur de l’utopie mézérienne. La chevalerie du Crucifix ne sera pas seulement, au plan pratique, le fourrier préparant la future croisade des rois et des princes, elle ne constituera pas seulement, le moment venu, leur garde rapprochée, l’avant-garde et l’arrière-garde de leur armée, elle ne veillera pas seulement au sérieux du guet de nuit, du guet des engins, toutes fonctions proprement militaires, elle offrira aussi et surtout, au plan mystique, sa lumière, elle sera pour la chrétienté une « forte medecine27 ». La chevalerie du Crucifix, « biau miroir de toute la crestienté », « miroir regulé de noble chevalerie28 », « large, honeste et honnourable entre toute la chevalerie du monde », illuminera « la sainte cité de Jherusalem militant et les regions non tant seulement d’orient mais d’austre ou midi, de septentrion et de toute occident voire d’une flambe de charité et d’amour tresperchant »29. Seront présents en son sein des représentants des « VII langages de crestienté » de même que des représentants de toutes les conditions. Réunissant des clercs ainsi que des laïcs pourvus de leurs épouses légitimes, elle sera donc un peuple mais un peuple élu. Outre « l’estat des nobles non chevaliers30 et de bourgeoisie et l’estat des gens de mestier et des laboureurs31 », Philippe imagine ou conçoit au cœur du dispositif un millier de chevaliers de la « religion », élus entre cent mille, authentiques milites Christi, chacun ayant pour sa personne « III chevaulx, deux gros varlés armés de jaques et de capelines et un varlet a pié pour aider a garder les chevaulx et pour sa femme quant elle vendra oultremer une damoiselle et une chamberiere, qui seront lors VII personnes et III chevaux32 ». La chevalerie « en vie active, morale et civile et espirituele » sera bien gouvernée, elle mènera une « bonne policie », en sorte qu’elle sera « comme un miroir cler et net de toutes gens, crestiens et mescreans ». Ainsi, même les infidèles y auront leur part. Telle sera la « nouvelle chevalerie de la crestienté de toutes les langues, royaumes et regions de la crestienté catholique », qui, après s’être formée en Occident, voguera vers l’Orient éternel.

18Il convient dès lors de voir l’utopie de Philippe comme une utopie de chevalier, mais une utopie à double titre : d’une part, le recrutement de cette « nouvelle religion » était-il envisageable, dans le contexte économique, démographique, social et mental du temps ? Et d’autre part, on a quand même quelque peine à imaginer que ce microcosme aurait à lui seul suffi à entreprendre la « réformation » de la chrétienté, voire du monde, dans toutes leurs dimensions.

Notes

1 Interruption probable de son dessein de 1369 à 1384 — le temps de Charles V, dont Philippe de Mezières fut l’un des proches conseillers. Assurément, Philippe n’ignorait nullement l’existence à son époque d’autres « chevaleries » ou « religions », approuvées, dit-il, par l’Église de Rome, tel l’ordre Teutonique, objet de son admiration, ou l’ordre des Hospitaliers, au sujet duquel il est plus discret, mais, à son avis, « helas aujourduy, comme chascun le voit, elles vont en defalant et sont toutes enviellies ». Pour lui, l’une des causes principales de ce déclin est liée à la « chasteté virginale » exigée de ses membres, car celle-ci est « trop forte a garder es parties d’Orient » (« La Sustance de la Chevalerie de la Passion de Jhesu Crist », Oxford, Bodleian Library, Ashmole 813, f° 9rº).

2 Ph. Contamine, « Recherches prosopographiques sur l’ordre de la Passion de Jésus-Christ ». Pour les volontaires d’origine anglaise, on se reportera à A. Bell, « English Members of the Order of the Passion. Their Political, Diplomatic and Military Significance ».

3 Bernard de Clairvaux, Choix de textes, pp. 247-260. Sur saint Bernard, la chevalerie et la croisade, voir entre autres M. Meschini, San Bernardo e la seconda crociata ; J. Flori, La guerre sainte ; et S. Cerrini, La révolution des Templiers.

4 Joinville, Vie de saint Louis. Voir aussi J. Dufournet et L. Harf (éd.), Le prince et son historien.

5 Sur les rapports à cette époque entre noblesse et bourgeoisie parisienne, voir B. Bove, Dominer la ville, notamment pp. 537-621.

6 Nicolas de Fréauville, dominicain, confesseur de Philippe le Bel et parent d’Enguerrand de Marigny (X. de La Selle, Le service des âmes, pp. 263-264).

7 Guillaume de Nangis, Chronique, t. I, p. 396 ; Grandes chroniques de France, t. VIII, pp. 288-290 ; Geoffroi de Paris, Chronique, pp. 180-195. Voir aussi É. Lalou, Les comptes sur tablettes de cire de la Chambre aux deniers, pp. 860-864. Sur les projets de croisade à cette époque, voir J. Paviot, Projets de croisade.

8 N. Iorga, « L’épître de Philippe de Mézières », pp. 31-32. L’itinéraire de Louis IX ne signale aucun séjour à Mézières ; toutefois, à l’occasion de la célèbre « mise d’Amiens », il séjourna dans cette cité entre le 9 et le 23 janvier 1264. Dès lors que Mézières se trouve à une vingtaine de kilomètres au sud-est d’Amiens, on peut penser que c’est à l’occasion de ce déplacement, à l’aller ou au retour, qu’il s’y arrêta (je remercie vivement Élisabeth Lalou pour son aide).

9 Oratio tragedica, Paris, Bibliothèque Mazarine, ms. 1651, f° 129r°.

10 Philippe de Mézières, Songe du Vieil Pelerin, t. I, p. 532. Depuis quelques années, cette œuvre majeure suscite un intérêt renouvelé. J. Blanchard (ibid., 2008) en a proposé une traduction en français moderne, précédée d’une pénétrante introduction et d’une importante bibliographie. Voir aussi G. Naegle, « Miroirs des princes et écrits de réforme » ; et Ead., « Bien commun et réforme de l’État ».

11 U. Chevalier, « La croisade du dauphin Humbert II ».

12 N. Iorga, Philippe de Mézières, pp. 54-55.

13 « … Et licet dignitate milicie ibidem ab ipso juvene indigno nominis non pro merito suo obtenta sed pocius arroganter usurpata, contra vicia et peccata, ut tactum est in prima distinctione milicie, viriliter non certavit ut debuerit » (Oratio tragedica, Paris, Bibliothèque Mazarine, ms. 1651, f° 129v º). Dans un texte de 1395-1396, il écrit à propos de son séjour en Orient : « Le jeune et povre Ardent Desir avoit pris l’ordre de chevalerie, duquel il n’estoit pas digne ». N. Iorga, Philippe de Mézières, p. 70, n. 2 (d’après Paris, Bibliothèque de l’Arsenal, ms. 2251, f° 13v º).

14 Dans une lettre à Pierre de Thomas, il se désigne ainsi : « Picardus miles infimus et publicanus et cancellarius indignissimus » (cité par N. Iorga, « Une collection », p. 45).

15 Pierre Ier fut couronné roi de Chypre à Nicosie le 24 novembre 1358, du vivant de son père Hugues IV, lequel mourut le 10 octobre 1359. Il fut couronné roi de Jérusalem à Famagouste le 5 avril 1360. C’est en 1360 ou 1361 que Philippe devint chancelier de Chypre, succédant, semblet-il, au médecin Hugues Ognibuono. Pierre Ier mourut assassiné le 17 janvier 1369. Avant le 16 août 1395, un nouveau chancelier de Chypre fut institué en la personne de Manuel de Valenye, N. Iorga, Philippe de Mézières, pp. 102-103, 105-106, 128 et 390.

16 « Philippi quondam cancellarii Cipri », lit-on sur son épitaphe (Les fastes du gothique, p. 143). Sa dalle funéraire dans la chapelle qu’il avait fait construire au couvent des Célestins de Paris comportait l’inscription suivante : « Cy gist monseigneur Philippes de Maisieres en Sangters, chevalier, chancelier de Chypre, conseillier et banneret de l’hostel du roy de France Charles le Quint, qui trespassa de la gloire de l’ostel royal a l’umilité des celestins [une sorte de première mort] l’an de grace 1380 et rendit son esprit a Dieu le vint neufisme jour de may l’an de grace mil quatre cents cinq » (N. Iorga, Philippe de Mézières, p. 511). On notera l’expression, assez exceptionnelle, de « banneret de l’hôtel », ce qui voudrait peut-être dire qu’il se considérait à cette date non comme un chevalier simple mais comme un chevalier banneret. Une autre inscription sur sa tombe commençait par : « Ledit chevalier fut faict chancelier de Chypre ». Une copie de la fin du XVe siècle du Songe du Vieil Pelerin le désigne ainsi : « Ung tres saige et catholicque chevalier chanssellier de Chippre nommé sire Philippe de Meisieres », Bibliothèque nationale de France, n. a., fr. 25164.

17 L. Carolus-Barré, Le procès de canonisation de saint Louis, p. 291.

18 Dans un texte de 1395-1396, « La substance abregee de la chevalerie de la Passion de Jhesu Crist en françoys », il se met en scène comme « un ancien homme en simple habit tout courbé de viellesce », tenant « en l’une de ses mains une potence pour lui appuyer », « de petite apparence et de pauvre existence » (Paris, Bibliothèque de l’Arsenal, ms. 2251, f° 7v°).

19 « Pluries et bellis vulneratum et quoque semivivum relictum », dit-il de lui-même dans l’Oratio tragedica (Paris, Bibliothèque Mazarine, ms. 1651, f° 199v°). On peut penser que sa carrière militaire proprement dite s’acheva entre 1365 et 1368 (Ph. Contamine, « Guerre et paix », p. 185). Il avait alors une quarantaine d’années.

20 J. Smet, The Life of Saint Peter Thomas, p. 126.

21 Ibid.

22 Ibid., p. 127. Sur cette œuvre, voir M. Thiry-Stassin, « Remarques sur la traduction de la Vita sancti Petri Thomae » ; et R. Blumenfeld-kosinski, « Philippe de Mézières’s Life of Saint Pierre de Thomas ».

23 Ce même manuscrit contient en effet des fragments de la seconde règle, adressée, semble-t-il, à des membres de sa chevalerie, comme si son recrutement avait d’ores et déjà commencé. Trois dates y figurent : 1347, lorsqu’à Jérusalem il reçut de Dieu sa règle tel Moïse les tables de la Loi ; 1365, l’éphémère prise d’Alexandrie ; et 1384, date de la rédaction de cette règle.

24 Ce manuscrit a été tiré de l’ombre il y a quelque 130 ans par A. Molinier, « Description de deux manuscrits ».

25 Sur les vêtements des femmes de chevaliers de la Passion, voir Ph. Contamine, « La place des femmes ». Le manuscrit Ashmole 813 de la Bodleian Library, à Oxford, aux pages 3, 4, 5 et 6, comporte des représentations du « prince de la chevalerie », d’un « chevalier de la religion », d’une « dame de la religion » (tous trois en long manteau blanc marqué d’une croix rouge) et d’un chevalier en armure, revêtu d’une cotte d’armes aux armes de la « religion ».

26 Au sens de « grandes compagnies ».

27 Bibliothèque de l’Arsenal, ms. 2251, f° 40r°.

28 Cité dans Ph. Contamine, « La Consolation de la desconfiture de Hongrie », p. 42.

29 Bibliothèque de l’Arsenal, ms. 2251, f° 42r °.

30 N’oublions pas qu’encore à la fin du XIVe siècle, la ligne de partage est très nette au sein de la noblesse entre les chevaliers et les dames d’un côté, les écuyers (les « écuyers d’honneur », comme les appelle Philippe pour les distinguer des simples serviteurs de guerre) et les demoiselles de l’autre : voir par exemple la mise en scène des fêtes de Saint-Denis en 1389 (M. Barroux, Les fêtes royales de Saint-Denis). Un siècle plus tard, cette ligne de partage avait incontestablement perdu beaucoup de sa netteté et de son importance.

31 Bibliothèque de l’Arsenal, ms. 2252, f° 75r°.

32 Bibliothèque de l’Arsenal, ms. 2251, f° 103v°. Voir aussi ce qu’il dit dans Bibliothèque de l’Arsenal, ms. 2251, f° 86v° : le « mendre chevalier de la sainte chevalerie », à supposer qu’il ne soit titulaire d’aucun office, devra avoir à sa disposition « un escuier armé de toutes armes et un gros valet qui portera sa lance et son heaume ou bacinet et un autre gros varlet armé du jaque qui portera sa male et un varlet de pié qui conduira son sommier », soit cinq chevaux et cinq personnes, lui compris.

© Casa de Velázquez, 2015

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

Read

Freemium

open access

Provided by L’éditeur de ce site