Version classiqueVersion mobile

Expertise et valeur des choses au Moyen Âge. II

 | 
Laurent Feller
, 
Ana Rodríguez

III. Mesurer la valeur : un travail d’expert

Les articles de Paris sous l’œil de l’expert

Le problème des alliages à base de cuivre et d’étain au Moyen Âge (xiiie-xive S.)

Caroline Bourlet et Nicolas Thomas

Texte intégral

  • 1 Le terme ne s’est imposé qu’au xixe siècle. Nous remercions Natacha Coquery d’avoir attiré notre at (...)

1Cette étude est le fruit d’approches multiples et croisées de sources diverses, écrites et archéologiques, permettant d’appréhender la régulation de la fabrication et du marché de petits objets en alliages à base de cuivre et d’étain envahissant le quotidien médiéval. Le terme d’« articles de Paris », adopté ici parce qu’il correspond bien à ces produits, a été forgé beaucoup plus tardivement pour distinguer une production de masse, de qualité inférieure, d’une plus luxueuse utilisant les matériaux précieux tels que les soieries et velours pour les textiles, l’or et l’argent pour les métaux ou encore l’ivoire1.

2Ces objets sont des accessoires du costume, que l’on a pu coudre à même les vêtements mais que l’on trouve principalement sur la ceinture où ils peuvent jouer un rôle purement décoratif tout en étant fonctionnels comme la boucle elle-même. Aux xiiie et xive siècles, tout le monde ou presque possède une ceinture, c’est un élément indispensable du costume auquel, en l’absence de poches, on attachait les aumônières et les bourses. Dans la capitale du royaume, le marché de la ceinture est donc très important, d’autant qu’il s’étend largement au-delà des murs de la ville même.

  • 2 Thomas, 2009.

3Afin d’apprécier l’organisation de cette production et le commerce de ces articles, on ne dispose plus aujourd’hui que de quelques épaves et rares registres conservés dans les archives des communautés de métier mais aucune concernant Paris. Pour cette ville, il existe bien de nombreux textes normatifs, mais peu d’entre eux rendent compte de la pratique. Concernant les alliages en métaux « communs » non ferreux, à savoir les alliages d’étain et de cuivre, la réglementation parisienne fournit quelques indications attestant de l’existence de normes, du moins de règles, concernant la nature des alliages et leur qualité. Spécifiquement pour les ceintures et pour les boucles qui les ornent, l’étain est interdit. Une autre préconisation porte sur les alliages à base de cuivre qui doivent être sans plomb, en « laiton loyal », un alliage de cuivre et de zinc. Le renforcement de la réglementation comme la réitération des prescriptions sonnent comme des indices forts de tensions liées à l’interprétation des règles et à des pratiques divergentes mais il faut se tourner vers d’autres sources d’information pour en savoir plus, par exemple les sources fiscales, les sources judiciaires, l’archéologie, et élaborer les méthodes appropriées à leur utilisation. L’archéologie d’abord, qui donne à voir ces productions communes et à caractériser les métaux et alliages réellement utilisés, mais également à restituer les techniques et l’économie de la production de ces objets, notamment à Paris, grâce à la fouille d’un atelier métallurgique du xive siècle2. Les sources fiscales ensuite, qui permettent de préciser les acteurs et les liens entre les hommes qui interviennent dans la fabrication ou la vente de ces objets. Enfin, la mise en normes, à laquelle la fabrication et le commerce des ceintures n’ont pas échappé, fut l’occasion dans le premier quart du xive siècle d’un long et âpre conflit devant la justice royale engageant les représentants de plusieurs métiers parisiens, amiénois et champenois. Ce dernier document témoignant des usages et des tensions dans les métiers autour de la question des alliages est une opportunité de saisir le rôle joué par les experts appelés à donner un avis.

4Toutefois, les enjeux de ce procès, comme l’expertise apportée à cette occasion, ne peuvent être compris si le conflit n’est remis dans le contexte élargi de la production et du commerce des articles de Paris. Le propos nécessite en effet quelques détours afin de caractériser ce marché de Paris et d’identifier les acteurs de la production comme du commerce. Mais cela ne suffit pas, faire l’histoire de cette production exige aussi de comprendre les techniques de fabrication, d’interroger la composition des alliages et de soumettre à un examen critique les textes normatifs au regard de ce qui se pratique. Le contexte étant posé, le conflit et le rôle joué par les experts à cette occasion pourront enfin trouver une explication et une interprétation.

Un marché considérable

  • 3 Quelques exemples parisiens : En 1245, Jeanne Argence, bourgeoise de Paris lègue par testament à Je (...)
  • 4 Voir par exemple cette ceinture complète et richement décorée trouvée en Pologne : Nawrolska, 2006, (...)
  • 5 Demians d’Archimbaud, 1980‚ pp. 481-527 ; Biddle, 1990 ; Egan, Pritchard, 1991 ; Krabath, 2001, p.  (...)
  • 6 Outre les fouilles de Rougiers, citées note précédente, voir aussi : Beck, 1989, p. 143 ; les conte (...)
  • 7 Thomas, 2009, pp. 403-404.

5Dans les inventaires après décès, comme dans les testaments, on trouve nombre de mentions de ceintures clavées ou ferrées, le plus souvent d’argent, de soie ou de perles3. Si l’argent est réservé aux plus riches, la ceinture de tissu ou de cuir ferrée avec des métaux moins nobles, des alliages à base de cuivre ou d’étain, est en réalité très fréquente. La couleur jaune du laiton, rappelant celle de l’or, la brillance de l’étain, évoquant l’argent, permettent d’imiter les plus riches, d’afficher une position sociale réelle ou espérée au travers du costume. Objet commun, cette ceinture peut être portée tous les jours, par tout le monde. Comme la lingerie, souvent très usées et de peu de valeur, ces ceintures n’apparaissent pas ou peu dans les inventaires et ne font pas l’objet de legs. Ce sont surtout les fouilles archéologiques de sites médiévaux qui permettent de dresser des catalogues de ces petits éléments métalliques qui se perdent facilement et se conservent souvent mieux que le tissu ou le cuir, encore que des ceintures quasi complètes soient exceptionnellement retrouvées dans des contextes humides4. Les témoins ordinaires de la culture matérielle découverts par l’archéologie montrent que le phénomène n’est pas seulement parisien, on le rencontre dans toute l’Europe médiévale, de Londres à Varsovie en passant par la Méditerranée5. Que la mode soit urbaine, il y a peu de doute, il demeure que l’engouement n’épargne pas les campagnes, comme le suggère encore et surtout l’archéologie6. La longévité sur plusieurs siècles et la diffusion géographique de ces ceintures décorées dans tout l’Occident médiéval dévoile d’ailleurs plus un horizon culturel qu’une simple mode soumise aux aléas du temps court et des goûts changeants qui passent7.

  • 8 Pour le début du xive siècle, voir Bourlet, Bove, 2010.
  • 9 Voir notamment Favier, 1973.

6Cet usage très universel de la ceinture décorée et la promesse d’écouler facilement la production expliquent certainement en partie l’importance de ce commerce à Paris. En effet, dès le xiiie siècle et pendant tout le xive siècle, Paris est, avec plus de 200 000 habitants, la plus grande ville de l’Occident. Capitale du royaume et principal séjour des rois de France, la ville accueille de nombreuses cours princières dont la plupart possèdent un hôtel parisien8. Séjour de l’administration centrale, elle attire l’élite des serviteurs de l’État et l’affluence des capitaux issus du prélèvement fiscal. Siège de diocèse et d’une université très renommée, elle abrite de nombreux clercs, chanoines, maîtres et étudiants de tout le royaume et d’au-delà des frontières. Pour répondre à la demande et assurer le quotidien d’une population nombreuse et socialement très diversifiée, la ville peut compter sur ces atouts naturels : au cœur de la fertile plaine d’Île-de-France et d’un réseau dense de voies de communication terrestres et fluviales, produits de première nécessité, matières premières et marchandises alimentent ses marchés et les savoir-faire marchand et artisanal y affluent et entretiennent une capacité de production très variée dont la renommée et la clientèle outrepassent souvent la demande locale. L’espace économique de Paris, maillé par les grandes foires d’Île-de-France et de Champagne comme par les marchés locaux, s’étend de la Loire à la Flandre, à la Bourgogne et à la Normandie9.

  • 10 M. Arnoux et J. Bottin poursuivent depuis plusieurs années une réflexion sur les formes de l’intégr (...)

7Dans ce vaste espace encore largement gouverné par l’organisation féodale de la production et des échanges, les particularismes sont nombreux : poids et mesures ou normes de fabrication locales sont un réel obstacle au bon fonctionnement des échanges même s’ils posent moins de problèmes aux marchands spécialisés qui parcourent les marchés qu’aux particuliers plus mal informés. Prônée par le pouvoir royal, et appuyée par les spécialistes du commerce et par les représentants de la « plus saine partie » des métiers, la mise en place de normes de production, en permettant d’identifier la qualité, fut un moyen de faciliter et fluidifier les échanges10. Toutefois, avant d’examiner la tendance normative à l’œuvre dans la production des articles de Paris, il convient d’en préciser les principaux acteurs.

Les acteurs de la production et du commerce

  • 11 En mars 1264, Louis IX cède à bail aux merciers, corroyers et autres métiers de cette sorte une mêm (...)
  • 12 Voir Lespinasse, Bonnardot, Le Livre des Métiers d’Étienne Boileau (= LDM), pp. 157-159 et Lespinas (...)
  • 13 Deux statuts des corroyers ont été promulgués à près de 100 ans d’intervalle, d’abord par Étienne B (...)
  • 14 Les rôles de sept années ont été conservés. Ils se répartissent sur une vingtaine d’années (1292, 1 (...)
  • 15 Imbert de Lyons, riche mercier de la rue Troussevache paye entre 10 et 34 £ entre 1296 et 1300. En  (...)

8Quels métiers et activités commerciales sont impliqués dans la fabrication et la vente des ceintures ? Le commerce de ces articles au tournant des xiiie et xive siècles, est essentiellement aux mains des merciers et des corroyers. Ces deux métiers partagent un même emplacement commercial aux Halles de Champeaux et y vendent des productions de même type, si ce n’est toujours de même qualité11. Mais alors que les merciers sont principalement des commerçants, spécialisés dans le commerce de la soie, et des objets garnis de soie, de perles ou de métaux précieux12, les corroyers sont d’abord des fabricants qui assemblent des ceintures de fil, de soie ou de cuir, ferrées de métal parfois précieux mais plus souvent en alliage à base de cuivre et même d’étain et de plomb bien que ces derniers métaux aient été régulièrement interdits13. Dans les faits, même si elle n’est jamais exprimée par les règlementations, il existe bien une hiérarchie entre les deux métiers attestée notamment, nous le verrons plus loin, par le fait que les merciers, considérés comme « se connaissant » aux fraudes du métier de corroierie, peuvent être appelés à intervenir en justice dans les conflits commerciaux concernant la production de ces derniers. De plus, les « rôles de taille » parisiens du règne de Philippe le Bel attestent à la fois de la proximité, notamment géographique de ces deux activités mais aussi d’une réelle inégalité de fortune, reflet d’une hiérarchie sociale. Ils indiquent en effet non seulement le montant de l’impôt à payer par les contribuables, mais ils les localisent très précisément dans leur rue et leur voisinage, précisent leur activité et, plus rarement, leurs relations de parenté14. En 1300, le plus riche mercier pay 34 £ soit trois fois plus que le plus riche corroyer qui lui-même paye près de trois fois plus que celui qui le précède15. Plus important que ces valeurs extrêmes, la fortune moyenne des corroyers est bien inférieure à celle de la plupart des merciers, comme le montre la figure 1 représentant les montants de l’impôt payés par les merciers, corroyers et autres activités liées pour cette même année : alors que la moitié des corroyers payent entre 2 et 6 sous et que seuls 25 % d’entre eux payent plus de 12 sous, la moitié des merciers payent entre 6 sous et 3 £ et 10 % d’entre eux payent plus de 6 £ (voir fig. 1).

9Autour de ces activités marchandes gravitent les artisans qui produisent, dans une division du travail codifiée et plutôt respectée, les pièces métalliques nécessaires au ferrage des ceintures. Les artisans de ces métiers dépendent des commandes à eux faites par ceux qui assemblent les ceintures et ne sont donc pas en position de contrôler la totalité de la chaîne opératoire.

  • 16 LDM, titre XXII, pp. 50-52. Le titre spécifie « boucliers d’archalde quoivre et de laitonnuef o (...)
  • 17 Outre l’aumônière, on pend toutes sortes de choses à la ceinture comme des outils ou de petits manu (...)
  • 18 « Et se il avenoit que aucun bouclier vausist ovrer de la corroierieil convenroit qu’il prist un (...)
  • 19 En 1372, les jurés corroyers sont demandeurs dans un procès jugé par Hugues Aubriot par lequel ce d (...)
  • 20 Le terme « archal », dérivé du terme latin aurichalcum, est très fréquent dans les sources normativ (...)
  • 21 Ces métiers très spécialisés ont obtenu une reconnaissance institutionnelle sous Étienne Boileau : (...)

10Il s’agit d’abord des boucliers de laiton qui produisent l’un des éléments clés de la ceinture, la boucle dont la bonne qualité assure la tenue de la ceinture16. Cette résistance est d’autant plus importante que la ceinture, comme en témoignent l’iconographie et les fouilles archéologiques, est longue et alourdie de métal et parfois chargée d’une bourse ou d’une aumônière passées dessus17. Vers la fin du xiiie siècle ce métier est si essentiel aux corroyers qu’une addition à leur statut prévoit que les boucliers pourront faire œuvre de corroierie à la seule condition d’avoir pris un apprenti au métier de bouclerie avant d’en prendre un en corroierie18. Le métier de bouclier de laiton a d’ailleurs perdu son statut de métier indépendant au cours du xive siècle, les boucliers relevant désormais du contrôle des jurés du métier des corroyers ceinturiers19. D’autres artisans très spécialisés du cuivre contribuent à la production d’articles de Paris : les « atachiers » ou « attacheurs » qui fabriquent les clous permettant d’attacher les boucles, mordants et autres pièces métalliques sur les courroies et ceintures mais aussi des clous décoratifs, les « boutonniers », « anneliers », « fermaillers de laiton » et les « tréfileurs d’archal »20, ou encore les « fondeurs-mouleurs d’archal et de quoivre21 ». Ces artisans en situation de dépendance, qui apparaissent en relativement petit nombre en comparaison des 300 corroyers et merciers et des 250 orfèvres, sont aussi ceux dont le montant de l’impôt est le plus faible : 75 % d’entre eux payent entre 2 et 6 sous. Ceux-là appartiennent pour la plupart à la catégorie des « menus », catégorie des contribuables les plus précaires. Seuls 10 % d’entre eux payent plus de 13 sous et une poignée, seulement sept individus, plus de 20 sous. Il ne fait guère de doute qu’en raison de la modestie de leurs revenus et de leur état, beaucoup d’entre eux échappent à l’impôt et, donc, au regard de l’historien.

Fig. 1. — Niveaux de fortune des métiers liés à la ceinturerie-corroierie à travers leur contribution à l’impôt (1300)

  • 22 Pour ne citer que quelques exemples : Thibaut de Fleury, l’un des plus gros contribuables parisiens (...)
  • 23 Baudoin de Roissy, habitant de la rue Quincampoix qui paye 10 sous en 1298 et 1299 est dit bouclier (...)
  • 24 Aubert de Mitry, bourgeois aisé de la censive Saint-Merri en la rue de Bière, qui paye 1 £ ou plus (...)
  • 25 Thomas, 2009.

11On peut aussi constater des changements de désignations de métiers entre les merciers et les corroyers22 et entre ces derniers et les boucliers23 mais aussi entre ces derniers et les attachiers24 traduisant des glissements d’une activité à l’autre ou des changements de statut social. À cette proximité de travail s’ajoute un réel voisinage topographique : en 1300, 42 corroyers, soit près du tiers d’entre eux et 17 boucliers cohabitent avec 30 merciers dans la rue Quincampoix et la rue Heudebourc la Tréfilière. Les autres corroyers et boucliers sont installés dans les rues les plus proches à l’est de ce pôle, entre la rue Saint-Martin et la rue Beaubourg où ils côtoient les autres artisans du cuivre. C’est probablement en raison du manque de place qu’ils ont investi plusieurs rues hors les murs, telle la rue du Grenier-Saint-Lazare. C’est hors les murs également, dans la Villeneuve du Temple, qu’un atelier de travail du cuivre où l’on fabriquait ces petits objets de parure, a été fouillé récemment25 (voir fig. 2).

  • 26 Paris, BnF, Fr 6736, f° 23.
  • 27 Paris, BnF, Fr 6220, f° 31 ; Paris, Arch. Nat., KK 283, f° 10 (1296), 48 (1297), 181v° (1299) et f° (...)
  • 28 Il est dit gendre de Jean le Trancheur le vieux, lui-même corroyer, en 1296 et1297. Paris, BnF, Fr  (...)

12Ces proximités sont parfois renforcées par des alliances entre familles. Ainsi en est-il de la famille Chief-de-Fer. Entre 1292 et 1313, les huit contribuables portant ce nom habitent tous rue Quincampoix et tous sont investis dans les métiers de corroierie ou de mercerie, ce qui incite à penser qu’il s’agit bien des membres d’une même famille. Le seul mercier est Olivier Chief-de-Fer. Il est aussi le plus riche et paye chaque année entre 1292 et 1300, entre 8 et 10 £ d’impôt, ce qui est considérable et ce qui le place bien au-dessus des autres membres de la famille, Il semble décédé en 1313 et ne pas avoir eu de fils, mais dès 1296, son plus proche voisin, lui aussi mercier, est son gendre, Jacques de Verdun, dont la contribution à l’impôt monte en puissance chaque année jusqu’en 1300. En 1313, ce Jacques paraît avoir succédé à Olivier Chief-de-Fer et paye la somme colossale de 30 £26. Guillaume Chief-de-Fer, lui aussi décédé en 1313, est corroyer et sa contribution est plus modeste (1 à 2 £). Il a initié son fils, Jeannot, et sa fillâtre, Jeannette, à ses affaires puisqu’ils payent l’impôt ensemble et tout à côté de lui en 1292 et 1296. Jeannette disparaît ensuite des listes d’impôt mais Jean s’installe quelques maisons plus loin et continue d’exercer le métier de corroyer27. Un autre Jean Chief-de-Fer, lui aussi corroyer, s’allie par mariage à une autre famille de corroyers de la même rue28.

  • 29 Robert, fils de Josse de Moncy corroyer de la rue Quincampoix, paye l’impôt dans la même rue dès 12 (...)

13Il est un dernier groupe de gens de métier dont les sources fiscales font apparaître une certaine proximité avec les corroyers-ceinturiers, ce sont les orfèvres : outre le fait que 16 d’entre eux habitent aussi dans la rue Quincampoix en 1300, certains corroyers sont issus ou alliés à des familles d’orfèvres dont les relations et les connaissances en matière de métaux précieux et d’alliages à base de cuivre sont certainement un atout industriel et commercial fort utile et recherché29.

Fig. 2. — Le quartier de la production des articles de Paris d’après le rôle de la taille de 1300

Les techniques de fabrication

14Quelles sont les techniques de fabrication de ces petits objets en métal qui ornent la ceinture ?

  • 30 Rappelons que la température de fusion d’un alliage dépend de sa composition. Pour les alliages à b (...)
  • 31 Ainsi, dans un jugement de 1391 à Paris, il est question d’un certain Guillemin Yvoiré, coupable de (...)

15Pour les boucles de ceinture, le procédé de mise en forme du métal est toujours la fonderie. Le métal fondu, versé à l’état liquide dans un moule creux prend la forme de ce creux. Après refroidissement et démoulage, on obtient l’objet presque fini, il ne demeure qu’à l’ébarber et à le polir afin de lui donner un aspect brillant. Si la mise en forme des alliages d’étains et de cuivre se fait de manière semblable par fonderie, les alliages d’étains fondent à des températures très basses, entre 200°C et 300°C environ, par rapport aux alliages à base de cuivre dont les températures de fusion se situent entre 900 et 1100°C environ30. Ces différences de température de fusion ont des conséquences importantes sur le travail. Fondre un alliage d’étain ne demande pas d’investissement en matériel important, c’est faisable sur un simple foyer et dans un récipient quasi ordinaire31. Pour les alliages à base de cuivre, les températures exigent des fours particuliers et un atelier spécifique, et évidemment du combustible en quantité nettement plus importante que pour fondre de l’étain.

  • 32 Voir par exemple les fouilles du Mont Saint-Michel qui ont révélé un atelier de fabrication d’ensei (...)
  • 33 Thomas, 2009, pp. 627-632.

16Les basses températures pour les alliages d’étain permettent d’utiliser des moules en pierre dans lesquels le creux de l’objet à produire est gravé, les moules étant réutilisables pour de nombreuses coulées32. Dans la fonderie du cuivre et de ses alliages, c’est la terre qui est préférée, préparée avec beaucoup de dégraissants quartziques et organiques afin de conserver une bonne stabilité dimensionnelle au séchage, de permettre le dégazage lors de la coulée et enfin de résister au choc thermique. Ces moules en terre crue doivent être fabriqués longtemps avant la coulée, mis à sécher dans un lieu sec et ventilé, puis cuits dans une structure particulière. Ces moules ne sont pas réutilisables, à usage unique, ils doivent être cassés après la coulée33.

  • 34 Ibid., pp. 824-828.
  • 35 Il y a quelques rares mentions d’un commerce des creusets, par exemple en 1202 au péage de Bapaume  (...)

17Enfin, alors que quelques centaines de degrés n’exigent pas des contenants aux qualités réfractaires exceptionnelles, les creusets utilisés pour fondre le cuivre doivent résister à de très hautes températures pendant plusieurs heures tout en conservant de bonnes qualités mécaniques34. La recherche de bons creusets devait peser lourdement sur les coûts de fabrication, en témoignent les quelques sources faisant état d’un commerce de tels récipients ou encore le transport sur de longues distances de creusets ou de terres à creuset réputées pour leur exceptionnelle tenue au feu35.

18Les températures de fusion des métaux et des alliages ont donc un impact direct sur les conditions de production, les outils, l’organisation du travail, les dimensions de l’atelier et au final sur les capitaux nécessaires à ce type d’entreprise. Travailler le cuivre, plutôt que l’étain, accroît considérablement les coûts de fabrication. Comment les métallurgistes travaillant le cuivre et ses alliages ont-ils néanmoins réussi à s’imposer pour des productions destinées au vaste marché de la ceinture ?

19La fouille à Paris d’un vaste atelier installé entre 1325 et 1350 dans la Villeneuve du Temple, hors les murs, a permis de reconstituer à la fois les techniques, mais aussi l’organisation du travail. Pour tous les éléments décoratifs disposés sur la ceinture, on a eu recours à deux techniques de mise en forme du métal : la fonderie pour les boucles de ceinture ou les petits éléments de qualité supérieure, car dits « pleins », avec des moules en terre réfractaires non réutilisables, mais aussi le martelage avec une découpe sur tôle pour les petites plaques décoratives associé parfois à l’emboutissage afin de donner un relief, ces œuvres étant alors dites « creuses » rappelant l’épaisseur obtenue par fonderie. Les déchets trouvés dans l’atelier montrent que les fabricants utilisaient des matrices que ce soit pour la fabrication des moules ou pour la découpe et l’emboutissage sur tôle martelée. Le savoir-faire est concentré dans les opérations de fabrication des matrices, alors que la plus grande partie du temps dédié à la production, les tâches étant longues et répétitives, ne requiert au final qu’une main-d’œuvre assez peu qualifiée (voir fig. 3).

20Très éloignée du travail de l’orfèvre, l’utilisation de matrices et la rationalisation du travail ont conduit à une fabrication en série et à une production de masse. Afin de répondre à la demande d’un marché croissant, les fondeurs ont donc adapté leurs techniques de fabrication, amélioré la compétitivité de leurs produits et sont parvenus à proposer une production à « bas coût », et ce au moins dès la première moitié du xive siècle. Cette adaptation des techniques dans les métiers du cuivre était-elle toutefois suffisante pour lutter contre des productions en alliage à base d’étain ?

Fig. 3. — Exemple d’éléments en alliage à base de cuivre de la ceinture médiévale, 1-21 : clous et paillettes décoratifs, 22-23 : boucles. Productions provenant de la fouille de l’atelier de la ville neuve du Temple entre 1325 et 1350 (dessins J.-M. Cointin)

Les alliages à base de cuivre : normes et pratiques

  • 36 L’art. 2 du statut des attacheurs, c’est-à-dire des « feseurs de claus por athachier boclesmordan (...)
  • 37 « Nus ne doit faire corroies d’estain, c’est a savoir clouer ne ferrer d’estain ; et s’il le fet, e (...)
  • 38 « Nulz ne doit faire courroies d’estainc’est assavoir cloer ne ferrerne de ploncne de piautre(...)

21Dès Étienne Boileau, les règlements parisiens font état de normes concernant la nature des alliages, leur composition et leur qualité. L’une des préconisations porte sur les alliages à base de cuivre qui doivent être sans plomb, « en laiton loyal ». Elle ne s’adresse pas d’abord directement aux corroyers mais aux artisans qui fabriquent les boucles, fermaux, attaches et autres clous de laiton qu’utilisent ensuite les corroyers dans le montage des ceintures36. À la même époque, pour les ceintures et pour les boucles qui les ornent, le règlement des corroyers interdit explicitement l’étain37. On renforce cette interdiction plus tard, vers 1322 ou 132338. S’il n’était que les statuts de métiers, cette révision, qui se contente de modifier et compléter un article qui existait déjà antérieurement, pourrait paraître de peu d’importance. Mais d’autres documents dont un acte conservé au Trésor des chartes montrent que l’usage des alliages à base d’étain dans la confection des ceintures a été âprement discuté et a même entraîné un violent conflit né aux foires de Champagne, conflit impliquant non seulement des marchands parisiens mais aussi des provinois et des amiénois. Avant d’analyser les pièces de ce procès, il importe de vérifier quels étaient les alliages réalisés dans la pratique au Moyen Âge.

  • 39 À ce jour, plusieurs ensembles ont fait l’objet d’une caractérisation des compositions comme les ar (...)

22Les très nombreuses découvertes archéologiques de petits objets métalliques ornant la ceinture et l’analyse de leurs compositions élémentaires permettent d’avoir une idée précise des alliages réellement utilisés aux xiiie et xive siècles39.

  • 40 Analyses élémentaires dans Thomas, 2009‚ en particulier p. 609.
  • 41 Analyses non publiées, réalisées par R. Brownsword, mais citées dans Finlay, 1998.

23Les alliages à base de cuivre sont-ils vraiment sans plomb ? Quel que soit l’ensemble archéologique, les petits objets ornant la ceinture sont composés de quatre éléments, le cuivre bien sûr, mais aussi du zinc, de l’étain et du plomb en quantités variables. Il y a très peu de vrais alliages binaires, comme le laiton, alliage de cuivre et de zinc, ou le bronze, fait de cuivre et d’étain. Il faut toutefois noter quelques productions prestigieuses « haut de gamme », qui sont en cuivre très bien affiné, peu allié, avec peu d’impuretés et sans plomb. Ces objets sont destinés à être dorés, notamment comme les pendants de ceintures conservés au musée de Cluny40. Des observations similaires ont été réalisées à partir d’analyses d’objets de prestige conservés dans des musées du Royaume-Uni41. Si le plomb dans des alliages destinés à la dorure est préjudiciable à la qualité de ce traitement de surface, sa présence comme seule impureté, en quantité très faible, peut être vue comme une contrainte technique, mais peut-être pas seulement.

  • 42 Il n’y a pas de nom en français pour ces « laitons au bronze » ou « bronze au laiton », les anglais (...)

24Les articles réservés à l’aristocratie mis à part, les compositions des alliages utilisés sur la ceinture forment un ensemble continu dépassant les nomenclatures habituelles, du laiton, alliage de cuivre et de zinc, au bronze, alliage de cuivre et d’étain en passant par des alliages pouvant être définis comme un mélange de ces deux alliages : des laitons au bronze ou bronzes au laiton42. Cet ensemble continu peut être représenté dans un diagramme ternaire en fonction de la concentration relative des trois éléments d’addition du cuivre que sont le zinc, l’étain et le plomb. Dans l’atelier parisien, comme ailleurs, les petits objets mis en forme par déformation plastique, c’est-à-dire à partir de tôles martelées, semblent se confondre avec ceux réalisés par fonderie.

25Le mode de mise en forme des objets en alliage à base de cuivre n’aurait donc pas d’influence sur le choix des alliages utilisés ? Dans les productions médiévales, deux éléments d’alliage ont une importance particulière.

  • 43 Bourgarit, Thomas, 2012b.
  • 44 Ibid.

26D’abord le zinc, cet élément est ajouté dans le cuivre par cémentation, opération de diffusion du zinc dans le cuivre à l’état métallique à haute température à partir d’un minerai de zinc, la calamine43. En effet, c’est le seul élément d’alliage non connu sous forme métallique au Moyen Âge. L’opération est très coûteuse, dure plusieurs heures, et demande des quantités importantes de combustible. Malgré ce coût, le zinc est recherché pour la couleur jaune qu’il donne au cuivre, évoquant l’aspect de l’or. Les coûts élevés de la production du laiton par cémentation expliquent pour une part les compositions rencontrées : les fondeurs ont vraisemblablement recours à la dilution de laiton avec des bronzes issus du recyclage et du cuivre neuf, peu ou pas allié44. Si le zinc permet de discriminer des gammes de produit, les plus fortes teneurs en zinc signant les productions les plus prestigieuses, ce n’est pas le seul élément en jeu.

27Le plomb, sous-produit de la production d’argent au Moyen Âge est un métal peu cher. Il entre dans la plupart des alliages de cuivre dans des proportions très variables. L’origine du plomb est diverse. En faible proportion, le plomb provient le plus souvent des minerais de cuivre. Il peut aussi être introduit lors de l’élaboration du laiton par cémentation du fait de minerais de zinc chargés en plomb, ou encore par le recyclage d’alliages contenant du plomb. Toutefois, au-delà de quelques pourcents en masse, il faut poser la question d’un apport volontaire de plomb par les fondeurs.

  • 45 Thomas, Verbeek, Plumier, 2010 ; Thomas, Bourgarit, 2014.

28Les alliages de cuivre utilisés pour les éléments martelés, montrent des teneurs en plomb très faibles, inférieures le plus souvent à 3,5 % en masse, voire moins. C’est une contrainte technique qui s’exprime : le plomb n’étant pas soluble dans le cuivre à l’état solide, il forme des nodules riches en plomb qui rendent le matériau difficile à déformer plastiquement sans risques d’amorçage de fissures. Pour la fonderie, le plomb ne pose pas de difficultés techniques particulières. En outre, son faible coût, moindre que celui du cuivre ou de l’étain par exemple, ou surtout du zinc allié par cémentation, le rend économiquement avantageux à ajouter. Cette contrainte économique pèse fortement sur les alliages employés pour la moyenne fonderie, principalement la vaisselle de cuivre ou les chandeliers, ces alliages étant à fortes teneurs en plomb, de 10 à 30 % en masse, pour former des laitons au plomb ou des bronzes au plomb à des prix plus ou moins accessibles45. Il en est différemment des alliages utilisés pour la ceinture. En effet, cette petite fonderie montre des teneurs en plomb parfois supérieures aux éléments martelés, mais sauf quelques rares exceptions, leurs teneurs en plomb se situent le plus souvent en dessous de 6 % en masse.

29Quelle signification donner à cette valeur qui apparaît comme une limite pour les petits éléments, notamment les boucles de ceinture ? La moyenne fonderie montre qu’il n’y a aucune contrainte technique pouvant expliquer cette limite : les fondeurs maîtrisaient parfaitement la coulée des laitons ou des bronzes fortement chargés en plomb. Quant à la contrainte économique, elle devrait, au contraire, conduire les fondeurs à ajouter encore plus de plomb dans leurs alliages afin de faire baisser le coût de leur matière première.

30La contrainte normative est la seule raison expliquant cette frontière permettant de distinguer la petite fonderie destinée à la parure de la moyenne fonderie surtout représentée dans l’équipement de la cuisine et de la maison en général. Le « sans plomb » indiqué dans les sources réglementaires signifierait donc des teneurs en plomb inférieures à plus ou moins 6 %, valeur objective déterminée aujourd’hui statistiquement. Seuls des tests mécaniques, par martelage, ou des tests de surface au moyen de solutions acides révélant les nodules de plomb pourraient être utilisés par des experts. Aucun texte ne vient explicitement confirmer cette valeur. Au Moyen Âge, les moyens de déterminer la teneur en plomb d’un alliage à base de cuivre n’ont certainement pas une grande sensibilité. Il faut cependant admettre la possibilité pour ces experts de rejeter les alliages trop chargés en plomb.

31Il existe cependant des objets avec des compositions atypiques. Si pour certains, il pourrait s’agir de dépassements involontaires de la quantité de plomb, il apparaît que la plupart correspondent à des productions plutôt tardives, de la fin du xive siècle ou du xve siècle, et à un type de boucle très répandu dans les contextes archéologiques. En effet, dans la majorité des cas, il s’agit de petites boucles doubles sans décor ayant la forme d’un huit, certainement plus utilisées pour resserrer la lanière d’une chaussure que la ceinture portée à la taille. En outre, du fait de fortes teneurs en antimoine, élément présent sous forme d’impureté dépassant les 1 % en masse, ces alliages sont typiques de compositions par ailleurs bien connues, rencontrées dans la fonderie très bas de gamme de chaudrons coulés. Dans ces cas particuliers, ces productions témoignent donc de produits très peu chers et sortant probablement du cadre strict de la ceinture.

Les alliages à base d’étain dans le marché de la parure

  • 46 Outre les découvertes de Saint-Denis, non encore publiées, citons les grandes collections de ces pe (...)
  • 47 Sur le commerce de ces objets sur les lieux de pèlerinage, voir Bruna, 2007, pp. 75-98.

32Qu’en est-il des alliages d’étain ? Ces derniers sont en général des alliages binaires composés d’étain et de plomb. Très répandus pour la vaisselle d’étain, ils sont aussi au Moyen Âge dans le bâtiment utilisés comme soudure. L’archéologie montre également qu’ils sont particulièrement appréciés pour la fabrication d’enseignes religieuses, voire profanes, que l’on portait sur le vêtement46. Objets de peu de valeur, d’autant qu’ils peuvent être fortement alliés à du plomb, ces petits éléments en étain sont très populaires sur les lieux de pèlerinage où la fabrication est fortement contrôlée par les autorités ecclésiastiques47.

  • 48 Campbell, 2009, p. 9.

33Les alliages d’étain et de plomb se rencontrent également dans d’autres objets de parure, en particulier les fermaux ou autres enseignes. Allié à 30 ou 40 % de plomb, le matériau devient très bon marché et permet aux plus modestes de partager les thèmes et les motifs rencontrés sur des métaux nettement plus luxueux48. Dans l’ensemble, les prescriptions parisiennes relevées dans les sources normatives semblent plutôt bien suivies que ce soit à Paris et sa région ou ailleurs. Si l’on trouve de très nombreuses broches en alliage d’étain et de plomb, ces alliages sont peu ou pas représentés sur la ceinture, du moins c’est ce que révèle l’archéologie, notamment à l’examen des grandes collections d’objets dont la taille permet une exploitation statistique. Il y a néanmoins des exceptions confirmées par le conflit à Paris opposant les artisans de l’étain à ceux du cuivre et du laiton. Quelques rares boucles de ceinture en alliage d’étain et de plomb peuvent être retrouvées en fouille, par exemple à Saint-Denis, notamment des petites boucles en forme de huit semblables à celles en alliage à base de cuivre fortement chargées en plomb, le plus souvent des boucles qui ne concernaient donc pas la ceinture portée à la taille. Qu’en est-il ailleurs qu’à Paris ?

  • 49 Les articles rédigés en 1344 concernent plus la qualité des métaux que celle du support de la ceint (...)
  • 50 Egan, 1991.
  • 51 Tableaux dans ibid., p. 21 pour les boucles, pp. 23 et 25 pour les chapes et les petits ornements d (...)

34La place de l’industrie de l’étain à Londres est très particulière du fait de l’importance des mines de Cornouailles, principale région productrice d’étain en Europe durant le bas Moyen Âge. Pourtant, les fabricants londoniens de ceintures obtiennent, comme à Paris, l’interdiction des alliages d’étain et de plomb en 1327 au profit des alliages à base de cuivre ou éventuellement du fer. Les règlements de 1344 confirment cette interdiction, de nouveau renouvelée sous Henri V, en 141549. Pourtant, en 1391, Richard II, certainement soucieux de favoriser l’industrie minière et le commerce de l’étain dont la couronne tire profit, assouplit largement ces restrictions50. Que se passe-t-il dans la pratique ? Sur l’ensemble des 360 boucles de ceinture provenant des fouilles archéologiques menées à Londres, datées entre 1150 et 1500, et publiées à la fin des années 1990, un peu plus de la moitié sont en alliage d’étain et de plomb51. C’est évidemment beaucoup et ces chiffres n’ont rien de comparable avec ce qui est observé sur le continent. Cependant, 95 % de ces boucles en étain et plomb sont datées entre 1400 et 1500, quant aux 5 % restant, la grande majorité a été retrouvée dans des contextes de la fin du xive siècle. Il semble donc qu’à Londres, les règlements de métier aient été relativement respectés, du moins jusqu’à la fin du xive siècle. Certes, les sources écrites suggèrent des tensions depuis au moins le premier quart du xive siècle, celles-là tournant à l’avantage, à la toute fin du même siècle, des fabricants utilisant l’étain et le plomb plutôt que les alliages à base de cuivre. C’est précisément au même moment, et sans doute pour des raisons très semblables que la même partie va se jouer à Paris, mais l’issue sera différente.

Le conflit et ses étapes

  • 52 Paris, Arch. Nat., JJ 66, f° 238v°-239v°, n° 560 (Registres du Trésor des chartes, t. III, n° 1199, (...)

35Connu grâce à la longue sentence finale, datée du 5 février 1325, clôturant un procès qui opposait quelques corroyers d’Amiens à quelques corroyers parisiens. Le conflit tourne autour du type d’alliage à utiliser : étain-plomb versus alliage à base de cuivre. S’il dure moins de 2 ans, du printemps 1323 à février1325, il fut acharné et se déroula sur deux théâtres à la fois : les foires de Champagne et Paris. Il a conduit à la rédaction d’une dizaine de documents dont deux seulement, non retranscrits dans la sentence finale, n’ont pu être retrouvés ailleurs52.

  • 53 Un mandement royal de septembre 1324 ordonnant de faire respecter le nouveau règlement des corroyer (...)

36Le premier acte se joue à Paris aux alentours de 1320 à une date impossible à déterminer précisément et consiste en une révision ponctuelle du règlement du métier des corroyers53 (tableau 1).

Tableau 1. — Niveaux de fortune des métiers liés à la ceinturerie-corroierie
à travers leur contribution à l’impôt (1300)

  • 54 Paris, BnF, Fr. 24069, f° 47-50 et f° 45-46v° (2 feuillets insérés à une date indéterminée, écrits (...)

37Ce nouveau règlement a été inséré dans le plus ancien manuscrit du « Livre des métiers », qui est aussi le seul manuscrit aujourd’hui conservé antérieur à 1323. Il est difficile de dire de quand date cette insertion portée immédiatement avant le statut octroyé du temps d’Étienne Boileau mais elle pourrait être contemporaine de la révision. La confrontation des deux états du statut fait apparaître une presque totale similitude entre les deux textes. Le seul article qui diffère notablement du règlement établi à l’époque d’Étienne Boileau est celui qui touche à l’interdiction de l’usage de l’étain. D’une part il ajoute à l’interdiction ancienne de l’étain, celle du plomb et celle du peautre, qualité particulière d’étain. D’autre part il étend explicitement cette interdiction à l’ensemble du royaume. Cette révision atteste de querelles internes vives sur la question des alliages entre les ceinturiers parisiens au tout début des années 1320 et d’une volonté de contrôle commercial de l’activité dans un espace plus vaste que celui de la ville et de la Vicomté de Paris54. Confirmation en est donnée par le fait que Jean Loncle, garde de la prévôté de Paris, a jugé bon de le promulguer dans un acte du 21 juillet 1323 dans lequel il affirme l’avoir « extrait du registre du Châtelet de Parissur les ordenances des mestres ». La date de l’acte suggère un lien avec le violent conflit né en foires de Champagne au début cette même année.

  • 55 La seule indication temporelle permettant de préciser le début du conflit est le fait que les défen (...)
  • 56 Les corroyers parisiens ne sont pas explicitement mis en cause par la sentence à cette étape de l’a (...)
  • 57 Cette sentence n’est pas reprise dans la sentence finale de 1325 et aucun acte ou copie n’en a été (...)
  • 58 Paris, Arch. Nat., JJ 62, n° 529, f° 280v°-282.

38En effet, d’après la sentence finale, les hostilités hors Paris naissent aux foires de Champagne en 132355, lorsque (étape 2) Richard Marcel, qui est alors maître juré du métier des corroyers parisiens et partisan d’une fabrication en laiton, fait confisquer pour malfaçon des ceintures ferrées d’étain proposées à la vente par des corroyers de Provins et de « plusieurs autres lieux56 ». S’ensuit une contestation au sujet de la règlementation de la production et des objets confisqués et un procès aux Grands Jours de Troyes de 1323 dont la sentence (étape 3) donne raison aux corroyers provinois contre les prétentions de Richard Marcel57. Cette sentence, pourtant suivie par un mandement de la faire respecter (étape 4) adressé par le roi Charles IV à l’ensemble des officiers de justice du Royaume, ne vide pas la querelle. Les corroyers parisiens n’en restent pas là et, de leur côté obtiennent en septembre 1323 un vidimus avec confirmation royale de l’acte de Jean Loncle de juillet 132358.

  • 59 On notera au passage que pour les alliages à base d’étain, les moules sont effectivement réutilisab (...)
  • 60 Le texte de la sentence ne précise pas quand eurent lieu ces saisies qui condamnent les corroyers d (...)

39La question rebondit en juillet 1324, sous l’impulsion de nouveaux acteurs : les maîtres corroyers de laiton d’Amiens. À leur demande, Charles IV adresse un nouveau mandement (étape 5) aux gardes des foires de Champagne et à tous les officiers de justice du royaume, leur demandant, contre les prétentions des « ouvriers corroyers d’étain », et en contradiction avec le mandement précédent, de faire respecter les statuts révisés vers 1320. Le fait que ce mandement s’adresse en premier lieu aux gardes des foires de champagne indique que c’est autant en foires que sur le lieu de production, à Paris même, que les corroyers de laiton comptent l’emporter. Forts de ce mandement, les corroyers d’Amiens intentent une action en justice auprès du prévôt de Paris tandis que, de leur côté, les corroyers de laiton parisiens font saisir par le prévôt royal la production d’étain et les moules qui servaient à la fabrication des pièces de ceintures d’étain59. Toutefois, si Jean Loncle, alors prévôt de paris accepte de saisir la marchandise et les moules, il diffère leur destruction par le feu, probablement dans l’attente de la sentence du procès en cours (étape 6)60.

  • 61 Cette injonction est faite par « nos seigneurs tenans les requestes du roi nostre sireen son pala (...)

40Privés de leurs moules et de leur production, les corroyers d’étain parisiens se tournent de nouveau vers le roi qui, le 12 décembre 1324, dans un long mandement exprimant une certaine perplexité, ordonne au prévôt de Paris et à tous autres officiers de justice du royaume de vérifier l’authenticité des lettres des corroyers d’étain et, si elles sont valides, de faire respecter la décision des Grands jours de Troyes, de leur faire rendre leurs ceintures et moules ainsi que les dommages et de punir les contrevenants (étape 7). Mais un mois plus tard, le 8 janvier 1325, et toujours en réponse à une demande des corroyers de laiton d’Amiens, le roi adresse au prévôt de Paris un mandement contradictoire du précédent de faire appliquer les statuts de 1323 et de brûler comme fausses les productions d’étain confisquées, en application du mandement de juillet 1324 (étape 8). Ce mandement, certainement transmis dans la hâte afin de pouvoir être produit lors de l’appointement à comparaître du 10 janvier, n’a pas été scellé mais il est accompagné d’une injonction d’obéir comme s’il était scellé61.

  • 62 Cette supplique écrite, non datée, est transcrite dans la sentence.

41La guerre des lettres et les mandements royaux contradictoires qui en découlent, s’arrêtent là mais ce n’est pas faute de combattants. Arguant de leur pauvreté et de leurs difficultés économiques après la confiscation de leurs moules, les corroyers d’étain parisiens adressent une supplique au roi lui demandant de leur faire droit rapidement (étape 9)62. En réponse à leur demande, le roi par lettre close datée du 21 janvier 1325 demande au Parlement de Paris, cour souveraine habilitée pour examiner la sentence des Grands Jours de Troyes de faciliter la résolution du conflit afin de clore définitivement la querelle (étape 10).

42Ce qui fut fait, puisque le prévôt de Paris et les parties se présentèrent devant les gens de Parlement, qui ayant examiné le dossier de preuves écrites et les arguments des parties, donnèrent leur avis et conseil tant sur l’interprétation à donner à l’arrêt des Grands Jours que sur le fonds et renvoyèrent les parties devant le Prévôt pour leur faire « bon droit et hâtif ». La sentence finale, rendue par ce dernier sur le conseil des gens du Parlement et après avoir fait appel à l’expertise de « plusieurs ouvriers de la ville de Paris quien cese cognoissoientdoudit mestier de courroierde potiers d’estainles mestres des merciers et orfevres qui ladicte œvre virent et firent veoir par ceus de leur mestier », fait droit aux revendications des corroyers de laiton d’Amiens et de Paris tout en acquittant les corroyers d’étain de l’amende parce qu’ils avaient contrevenu aux règlements de bonne foi « sous l’ombre » de l’arrêt des Grand Jours de Troyes (étape 11).

Interprétation du conflit et aboutissement

  • 63 En droit parisien la saisine s’acquiert par une possession publique, sans violence ni précarité pen (...)
  • 64 Carcel Orti, 1997, p. 43, n° 120 : « […] un acte subreptice est un acte régulièrement expédié mais (...)
  • 65 « Nonnulli tamen operarii corrigiarum […] cotidieplures falsas et sophisticas corrigiasfingente (...)
  • 66 Les potiers et batteurs d’étain fabriquent quant à eux, de plus gros objets tels que de la vaissell (...)

43Les arguments avancés par les deux parties sont de plusieurs ordres. Tout d’abord ils sont juridiques et règlementaires. Les demandeurs invoquent les ordonnances du métier enregistrées au Châtelet, tandis que les défendeurs affirment avoir fait et vendu des œuvres d’étain depuis suffisamment de temps pour être en saisine de faire de telles œuvres et invoquent le « trouble et empeschement miz en leur ouvrage et mestier induement et de nouvel63 ». De plus, chaque partie accuse l’autre d’avoir obtenu du roi et produit en justice des lettres subreptices parce qu’en contradiction avec des dispositions règlementaires antérieures non signalées dans l’acte64 : les corroyers d’étain forts du jugement des Grands Jours de Troyes se considèrent dans leur bon droit et observent que les lettres postérieures à ce jugement et qui n’en font pas mention sont subreptices tandis que les corroyers de laiton leur rétorquent que les lettres qu’ils brandissent sont elles aussi subreptices puisqu’elles ne font pas mention des règlements de métier consignés aux registres du métier en Châtelet. Au rang des arguments techniques, les corroyers de laiton soutiennent dès l’origine et tout au long du conflit que les pièces d’étain se plient et se rompent et que l’étain n’est pas assez résistant pour supporter l’effort subi par les ceintures. Les corroyers d’étain se gardent de répondre sur ce point. Bien au contraire, le seul argument qu’ils développent est que les ceintures d’étain sont d’une autre « espèce » que celles en alliage à base de cuivre65, position qui leur permettait de récuser l’expertise des corroyers de laiton et de se placer en dehors de leur métier et de leur contrôle. D’un point de vue technique, l’activité ainsi revendiquée s’apparente en effet à celle des métiers de l’étain, potiers et batteurs d’étain et ouvriers de « menues œuvre d’étain ». Ces derniers, comme eux, produisent en quantité et pour une clientèle courante des objets de très petit calibre tels que les jetons, méreaux, insignes de plomb et d’étain et miroirs portatifs66.

44Qui sont ces artisans de l’étain et comment se placent-ils dans l’échelle sociale ? Du point de vue fiscal (fig. 1), les métiers de l’étain se situent, comme les corroyers, dans une échelle moyenne des métiers artisanaux puisque 75 % d’entre eux payent moins de 10 sous en 1300. Mais ils présentent un profil plus homogène, aucun ne payant plus de 2 £ et l’écart entre la moyenne et la médiane n’est que de 3 sous.

  • 67 Les principaux artisans de l’érection de ce métier, dont le nom est donné en début de l’acte, sont (...)
  • 68 Le développement de cette production à Paris au début du xive siècle semble être presque simultané (...)

45Surtout, ils sont cinq fois moins nombreux que ces derniers, une petite trentaine en 1300, nombre qui pourrait en partie s’expliquer par le fait que certaines de leurs activités sont nouvelles dans la ville, notamment pour ceux qui font de la vaisselle. Il semble en effet que ces activités soient encore en plein développement au début du xive siècle, comme le suggère l’enregistrement en mars 1305, d’un nouveau métier d’« œuvre de peautre que l’on fait au martel », homologué à la requête d’une dizaine de « maîtres » que les rôles de taille permettent en partie d’identifier et de localiser : à côté d’une partie de l’élite fiscale des potiers d’étain, s’y trouvent aussi plusieurs orfèvres67. Plusieurs d’entre eux habitent d’ailleurs précisément à proximité des autres orfèvres, dans la Cité et au cœur du quartier d’affaires et du Grand Pont alors que la plupart des autres artisans de l’étain sont groupés autour de la rue Saint-Denis dans et hors les murs de Philippe Auguste (fig. 2)68.

  • 69 Secousse, Ordonnances des roys de France de la troisième race, pp. 590-591 ; voir également Bruna, (...)

46Toutefois ce faible nombre d’artisans de l’étain trouve aussi une explication dans le fait que nombre d’eux ne doivent pas être imposables. C’est probablement le cas des ouvriers mis en cause dans le conflit qui ne font que des petits objets de parure de peu de valeur. Par exemple, au Mont Saint-Michel, une lettre de Charles VI datée du 15 février 1393 les qualifie de « povres gens [...] faisans et vendans enseignes de Monseigneur Saint Michielcoquilles & cornez qui sont nommez et appelez quiencaillerieavecques autre euvre de plon et estainggetté en moulepour cause des pelerins [...] ». Le métier est dit « si petitqu’il convient qu’il se vende par mailles et par deniersaux pelerins qui viennent audit pelerinageet par si petites partiesque les diz supplians pevent à peine avoir de quoy vivre [...] »69. C’est donc à la production de très modestes artisans provinois que Richard Marcel, maître et juré du métier des corroyers parisien s’est attaqué en foire de Champagne et c’est l’un des arguments développés par leurs confrères parisiens lorsqu’ils adressent leur supplique au roi.

47Comment s’est déroulée l’expertise ? Il est impossible de le préciser mais il semble que les experts aient non seulement donné leur avis, mais pris celui d’autres membres du métier, afin de dire la pratique et la réalité du métier. Toutefois ce qui semble important n’est pas tant ce qu’ils ont dit mais plutôt ce qu’ils sont et ce qu’ils peuvent représenter. Gens du métier « sages et experts », dans leur avis l’argument d’autorité compte certainement plus que les arguments techniques développés par ailleurs, même s’il n’est pas impossible, bien que les textes ne le disent pas, que l’on ait procédé à des essais mécaniques, aux foires de Champagne, à Paris, devant le Parlement ou en Châtelet afin de prouver que les œuvres d’étain se plient et se rompent.

  • 70 Par exemple par la tentative de faire reconnaître en mars 1305, une nouvelle organisation de métier (...)

48Qui sont les experts ? En s’adressant à des représentants des métiers, le prévôt de Paris recoure à des interlocuteurs naturels en cas de conflits de métiers, mais le choix des métiers interrogés, corroyers, orfèvres, merciers et potiers d’étain est de son initiative et donne des indications précieuses sur les rapports de force en présence. Il ne fait aucun doute qu’en matière de techniques de production et d’alliages non ferreux, tous sont légitimes, même les merciers qui sont probablement les seuls à ne pas travailler le métal eux-mêmes mais qui ne dédaignent pas de « faire faire » par d’autres pour leur compte, jouant alors le rôle d’entrepreneurs. Mais tous n’ont pas la même position et la même reconnaissance sociale, la sentence le souligne bien par la distinction qu’elle établit entre des experts qualifiés d’« ouvriers », représentés par les corroyers et les potiers d’étains, et les « maîtres » que sont les orfèvres et les merciers. Ces derniers sont, nous l’avons vu plus haut, des personnages bien plus considérables que les potiers d’étain et la plupart des corroyers. Beaucoup d’entre eux appartiennent à l’élite de la marchandise à Paris, celle qui tient les circuits commerciaux régionaux et interrégionaux et exerce, de fait, un contrôle sur la production de tous les articles dont elle assure la diffusion à longue distance. Du côté des « ouvriers », les potiers d’étain ne sont ni très nombreux ni très fortunés, mais cette modestie n’empêche pas une certaine différenciation puisque certains d’entre eux, les peautriers, aspirent à un meilleur statut et à une meilleure reconnaissance sociale70. Quant aux corroyers, dont l’activité est au cœur du débat, ce métier semble tout sauf homogène. Certains, plus fortunés que les autres étaient apparentés à des merciers, d’autres restent de très modestes artisans. Ce conflit témoigne d’ailleurs que tous sont loin d’avoir la même vision de leur activité et de son devenir. En l’absence d’indications de fonction, il est difficile de savoir qui parmi eux a été choisi comme expert, mais il semble bien, en tous les cas, que l’on ait fait appel aux partisans du laiton puisque l’usage de ce métal fait aussi l’unanimité parmi eux.

Conclusion : l’expertise instrumentalisée ?

49En l’absence de noms, il est impossible de préciser davantage le profil social des experts convoqués mais leur trop belle unanimité comme la composition de ce collège autorisent à se poser la question de l’instrumentalisation de l’expertise.

50En premier lieu, le fait que l’un des actes de Charles IV qualifie les corroyers d’étain d’operarii corrigiarum, c’est-à-dire d’ouvriers, terme employé à Paris à l’époque surtout pour désigner les individus en situation de salariat, et qu’il les oppose aux magistri corrigiarum, les maîtres de métier, c’est-à-dire à ceux qui tiennent boutique, laisse penser que le conflit n’est pas à armes égales entre les parties. Le témoignage des sources fiscales confirme cette impression : sur les sept corroyers parisiens cités dans l’acte, un seul a payé l’impôt entre 1292 et 1313 et c’est Richard Marcel, maître juré du métier et défenseur du laiton. Il est très probable que les six autres, qui défendent l’utilisation de l’étain, ont échappé à l’impôt en raison de leur pauvreté, argument d’ailleurs utilisé, on l’a vu, par les défendeurs.

51Il faut aussi revenir à la naissance du conflit. Celui-ci n’oppose pas que des hommes, il dresse l’un contre l’autre des matériaux qui certes sont mis en œuvre au moyen de techniques proches mais qui requièrent un outillage, des investissements et même des savoir-faire très inégaux. Produire des boucles en alliage d’étain et de plomb demande peut-être un minimum d’ingéniosité pour graver quelques moules, mais demeure à la portée d’un artisan impécunieux. Fabriquer le même produit en cuivre ou en laiton nécessite bien d’autres investissements, temps de travail et matières premières, notamment en combustible et terre pour les moules à usage unique. Si l’on ajoute que les demandeurs sont ceux du cuivre, on a manifestement affaire à un protectionnisme cherchant à interdire un produit certes de piètre qualité mais que l’on peut surtout fabriquer sans apport de capitaux importants, donc sans eux.

52De fait, si l’on observe que les experts sont choisis parmi les corps d’orfèvres et de merciers, dont il a été montré les liens familiaux et d’intérêts avec certains corroyers et certains potiers d’étain, sans doute les plus riches, on peut s’interroger sur la neutralité de ces experts qui manifestement se trouvent ici juges et parties. D’autant que dans ce collège d’experts, outre les métiers ci-dessus évoqués, il y a eu aussi quelques maîtres de la courroierie, dont on peut penser qu’ils faisaient partis des jurés du métier, ceux-là même qui, en saisissant une marchandise provinoise, sont à l’origine du conflit. Toutefois, ce sont les corroyers amiénois qui ensuite sont demandeurs. On peut donc se demander si ceux-là ne sont pas manipulés par les parisiens afin de leur laisser la possibilité de devenir experts sans risquer d’être dénoncés de parti pris.

53Il faut enfin s’interroger sur le rôle et la neutralité du prévôt de Paris, représentant du roi dans la capitale et autorité désignant les experts. D’autant que, dans la sentence finale, on découvre Jean Loncle apportant un dernier argument à l’encontre des défendeurs : « […] veuz aussi les molles [...] consideré et regardé que [...] on y povoit geter monnoielaquele chose n’est mie a souffrir ». Cette suspicion de faux monnayage apparaît dans le cas présent comme un argument spécieux et destiné à mettre définitivement fin au débat. En effet, si les moules saisis comportaient, en creux, le négatif de fausses monnaies, les possesseurs auraient dû être poursuivis pour ce motif, or tel ne fut pas le cas. L’argument du prévôt relève donc d’un procès d’intention. Malgré cela, il serait hasardeux d’affirmer que le prévôt ait manqué à l’impartialité. Plus simplement, l’intérêt qu’il portait à la haute qualité de la production parisienne a pu rencontrer les intérêts de sauvegarde des métiers du travail du cuivre et de ses alliages.

  • 71 Lespinasse, Les métiers et corporations..., t. II, p. 390, n. 1, sentence du prévôt de Paris du 14  (...)

54Il est, enfin, frappant de constater que le même conflit est survenu à la même période, dans les années 1320, à Paris comme à Londres. Dans les deux cas, les partisans de l’étain ont cherché à sortir du métier, afin de se placer hors d’une juridiction défavorable, ils y arriveront d’ailleurs à la fin du xve siècle en France, un siècle plus tôt, dès 1391, à Londres. Dans les deux cas, c’est l’autorité et les intérêts du roi qui l’emporte contre le marché et une production à « bas coût », afin de défendre une industrie et un marché considérable et lucratif71.

Notes

1 Le terme ne s’est imposé qu’au xixe siècle. Nous remercions Natacha Coquery d’avoir attiré notre attention sur la définition que donne la Chambre de commerce de Paris dans son enquête statistique de 1847-1848 : « […] cette masse si variée de produits divers que l’industrie parisienne, et surtout cette industrie la plus divisée, fournit à la consommation de tous les pays, et qui se distinguent par le goût et par une recherche incessante de la nouveauté. De ce nombre sont les petits bronzes, les menus articles de quincaillerie et de bijouterie, les bourses, les sacs, les bretelles » (Statistique de l’industrie à Paris… pour les années 1847-1848, p. 32). Si l’analogie n’est pas complète, le type de production, la division du travail et l’attrait interrégional à défaut d’être international, caractérisent cette production parisienne au Moyen Âge. Voir aussi Lemercier, 2007.

2 Thomas, 2009.

3 Quelques exemples parisiens : En 1245, Jeanne Argence, bourgeoise de Paris lègue par testament à Jeanne, sa fille, deux ceintures dont l’une est de perles et l’autre dorée : unam zonam ad peelesitem aliam zonam deauratam. Depoin, Recueil de chartes et documents de Saint-Martin-des-Champs : monastère parisien, t. V, p. 98. En 1310, Jeanne de Malaunay, lègue par testaments deux ceintures, l’une de soie et de perle, unam zonam de serico ad pelles, et l’autre seulement argentée. Cette dernière ceinture, qu’elle porte régulièrement, sera réparée et renforcée avant d’être donnée au légataire : suam zonam argenteam cotidianam et voluit et precepit quod texutum renovetur sub serico viridi et quod ferratura ponatur in illo texuto. Goldmann, « Inventaire de Galeran le Breton et testament de Jeanne de Malaunays, bourgeois de Paris (1299-1311) », pp. 168-169. à Paris, au milieu du xive siècle, de nombreuses ceintures clouées d’argent étaient déposées en gage chez Barthélémy Castaing, un épicier de la rue Saint-Denis, Lehoux, 1954.

4 Voir par exemple cette ceinture complète et richement décorée trouvée en Pologne : Nawrolska, 2006, en particulier fig. 21 ; mais aussi Fingerlin, 1971, p. 87 ; Wachowski, 2001 ; Platt, Coleman-Smith, 1975, p. 299 ; O’Rourke, 2000, p. 149.

5 Demians d’Archimbaud, 1980‚ pp. 481-527 ; Biddle, 1990 ; Egan, Pritchard, 1991 ; Krabath, 2001, p. 814 et 160 pl. ; Buśko, 2003, pp. 261-270.

6 Outre les fouilles de Rougiers, citées note précédente, voir aussi : Beck, 1989, p. 143 ; les contextes castraux en révèlent aussi en grand nombre : Walter, 1993, p. 199 ; ou encore les contextes miniers : Bailly-Maître, Bruno Dupraz, 1994, p. 169 ; Bailly-Maître, 2008, p. 102.

7 Thomas, 2009, pp. 403-404.

8 Pour le début du xive siècle, voir Bourlet, Bove, 2010.

9 Voir notamment Favier, 1973.

10 M. Arnoux et J. Bottin poursuivent depuis plusieurs années une réflexion sur les formes de l’intégration spatiale de la draperie en Normandie et dans la vallée de la Seine et signalent notamment une intégration croissante de la foire, locale et interrégionale, aux réseaux normands de production, la modification des systèmes de mesure locaux des centres drapiers et la tendance à l’alignement sur les mesures de Paris et de Rouen dès la fin du xive siècle. Arnoux, Bottin, 2001 ; Id., 2004 ; Arnoux, 2006.

11 En mars 1264, Louis IX cède à bail aux merciers, corroyers et autres métiers de cette sorte une même place de halle aux Champeaux, merceriicorrearii et gentes hujus modi ministerii parisienses, moyennant 150 £ parisis représentant le doublement de la rente annuelle qu’ils payaient antérieurement : Lombard-Jourdan, 2009, pp. 149-150.

12 Voir Lespinasse, Bonnardot, Le Livre des Métiers d’Étienne Boileau (= LDM), pp. 157-159 et Lespinasse, Les métiers et corporations de la ville de Paris, t. II, pp. 242-255 (statuts de 1324 et 1408). Les statuts reçus par les merciers sous Étienne Boileau, puis en 1324 et en 1408 attestent qu’ils se mêlent aussi de production mais, si au xiiie siècle ils semblent encore « faire » eux-mêmes, dès 1324, ils « font faire » par d’autres, ou font réparer, tout en se gardant le contrôle sur la qualité de la production qu’ils vendront ensuite. Les statuts de 1408, quant à eux ne s’attachent presque plus à leur activité de production. Leur spécialisation dans le commerce et la fabrication de matériaux nobles et d’objets de luxe est aussi attestée, dès Étienne Boileau, par les règlements de plusieurs autres métiers qui travaillent essentiellement pour eux selon des normes de fabrication très certainement édictées sous leur contrôle : les fileresses de soie, les fabricantes d’aumônières, les chapeliers d’orfroi mais aussi les serruriers et les tabletiers qui réparent serrures et tablettes pour eux. En fait, les comptes de l’Hôtel de Mahaut d’Artois attestent que les merciers faisaient beaucoup plus commerce de bourses et de ceintures brodées de perles et pierres précieuses que de bijoux dont le commerce était sans doute plutôt accaparé par les orfèvres : Cleret, La corporation des merciers de Paris, p. 145. L’auteur s’appuie notamment sur Richard, Mahautcomtesse d’Artois et de Bourgogne.

13 Deux statuts des corroyers ont été promulgués à près de 100 ans d’intervalle, d’abord par Étienne Boileau vers 1268 puis par Hugues Aubriot en 1371. Voir LDM‚ titre LXXXVII, pp. 188-193 ; Lespinasse, Les métiers et corporations…, pp. 383-386. Plus développés que ceux des merciers, ils précisent longuement les conditions dans lesquelles on peut apprendre le métier et l’exercer ainsi que les matériaux autorisés et les conditions de leur utilisation et de leurs assemblages. Ils précisent par ailleurs que les corroyers produisent eux-mêmes les marchandises qu’ils mettent en vente.

14 Les rôles de sept années ont été conservés. Ils se répartissent sur une vingtaine d’années (1292, 1296-1300, puis 1313). Trois listes restent inédites, celles de 1298 à 1300 (Paris, Arch. Nat., KK 283, f° 97 à 304). Les quatre autres ont été édités : Géraud, Paris sous Philippe le Bel. Réimpr. en 1991 accompagnée d’un avant-propos et d’un index des noms de personnes par C. Bourlet et L. Fossier (édition du rôle de 1292 conservé dans le manuscrit Paris, BnF, Fr 6220) ; dans cette édition, les folios ont aussi été ajoutés en marge dans l’édition, selon la méthode suivie pour les éditions des années postérieures) ; Michaëlsson, 1951 ; Id. 1958 ; Id., 1962. Les références aux rôles de taille des paragraphes qui suivent indiquent uniquement les folios des manuscrits qu’il est facile de retrouver en marges dans les éditions signalées. L’ensemble des rôles a été mis en base de données par C. Bourlet et peut être consulté à l’IRHT.

15 Imbert de Lyons, riche mercier de la rue Troussevache paye entre 10 et 34 £ entre 1296 et 1300. En 1313, sa contribution s’élève même à 90 £. (Paris, Arch. Nat., KK283, f° 17v°, 52v°, 113v°, 268, 191v° ; Paris, BnF, Fr 6736, f° 25).

16 LDM, titre XXII, pp. 50-52. Le titre spécifie « boucliers d’archalde quoivre et de laitonnuef ou vié ».

17 Outre l’aumônière, on pend toutes sortes de choses à la ceinture comme des outils ou de petits manuscrits, des livres de prières ou même des almanachs. La reliure permettant l’accroche est là aussi partiellement en cuivre, Géraud, Paris sous Philippe le Bel ; Piponnier, Mane, 1995, p. 61. On peut également trouver des nécessaires à écrire comme l’évoque la fable des braies au cordelier aux vers 275-282 :

Image 100000000000026C000000DE5CEF73077144CD61.jpg

Cité et traduit dans Alexandre-Bidon, Lorcin, 2003, p. 267 (et s. pour tous les accessoires du costume et de la ceinture).

18 « Et se il avenoit que aucun bouclier vausist ovrer de la corroierieil convenroit qu’il prist un aprentiz de la bouclerie avant qu’il le prist en la corroieriese il aprentiz voloit prendre » (LDM, p. 193).

19 En 1372, les jurés corroyers sont demandeurs dans un procès jugé par Hugues Aubriot par lequel ce dernier condamne un bouclier pour mauvaise façon. Lespinasse, Les métiers et corporations…, p. 386, n. 1.

20 Le terme « archal », dérivé du terme latin aurichalcum, est très fréquent dans les sources normatives et fiscales parisiennes de la fin du xiiie siècle et du début du xive siècle. Dans le cadre de la fabrication de boucles, boutons et autres petits objets, il accompagne souvent celui de laiton : « Nus Boucliers de laton ou d’archal ne puet ouvre[r] de nuiz ne en repost » (LDM, titre XXII, art. 3, p. 50) et désigne comme ce dernier, un alliage cuivre-zinc. Toutefois, le fait que ce soit le seul terme employé dans le cadre de la tréfilerie incite à penser que les deux termes ne sont pas équivalents et que l’archal désigne un alliage cuivre-zinc débarrassé des impuretés préjudiciables au travail et à la mise en forme du fil (Thomas, 2009, p. 504).

21 Ces métiers très spécialisés ont obtenu une reconnaissance institutionnelle sous Étienne Boileau : LDM, titres XXIV (tréfileurs d’archal), XXV (attacheurs), LXXII (boutonniers), XLI (fondeurs mouleurs d’archal et de cuivre) mais la plupart disparaissent ensuite de la règlementation comme métiers indépendants. Le métier d’attacheur, en 1268, réunissait ceux qui travaillaient aussi bien « de fer, d’archal, de coivre et de laton », mais il disparaît ensuite et les cloutiers de fer obtiennent leurs propres statuts en 1340 et sont rattachés à la juridiction du maître maréchal au même titre que les autres artisans du fer (Lespinasse, Les métiers et corporations…, pp. 578-580). Le devenir institutionnel des métiers qui pratiquaient les alliages à base de cuivre est plus obscur. Il est probable que certaines de ces activités aient été absorbées par des organisations plus durables dont les membres exerçaient des activités identiques ou proches, tels le métier des fondeurs-mouleurs qui a beaucoup mieux résisté.

22 Pour ne citer que quelques exemples : Thibaut de Fleury, l’un des plus gros contribuables parisiens (il paye entre 7,5 et 11,5 £ selon les années) dont le fils Geoffroy fut fournisseur de la cour royale et trésorier du roi, est désigné comme mercier entre 1297 et 1299 et comme corroyer en 1300 (Paris, Arch. Nat., KK 283, f° 46v, 107, 175, 253). Voir aussi Bove, 2004, passim. Josse de Moncy, contribuable aisé de la rue Quincampoix, est corroyer en 1292, 1298 et 1300 mais il est dit mercier en 1299 (Paris, BnF, Fr 6220, f° 38 ; Paris, Arch. Nat, KK 283, f° 112v°, 190, 266v°). Gratien d’Espagne, gros contribuable de la censive Saint-Martin des champs en la rue du Grenier Saint-Lazare, est inscrit au rôle comme mercier en 1298 puis comme corroyer en 1299 et en 1300 mais il semble être décédé en 1299 puisque sa femme paye pour lui cette année-là dans la liste des morts. Elle a probablement repris un temps le métier et payé aussi en 1300 (Paris, Arch. Nat., KK 283, f° 108, 177v°, 255). Leur gendre, Jean de Chevilly est installé un peu plus loin, rue du Grenier-Saint-Lazare dès 1292 et comme Gracien d’Espagne, il est dit corroyer ou mercier, mais en 1313, il est installé au cœur du quartier cossu de la mercerie, dans la rue Quincampoix et semble avoir fait fortune (Paris, BnF, Fr 6220, f° 28 ; Paris, Arch. Nat., KK 283, f° 47, 108, 177, 255 ; Paris, BnF, Fr 6736, f° 25).

23 Baudoin de Roissy, habitant de la rue Quincampoix qui paye 10 sous en 1298 et 1299 est dit bouclier en 1298 et corroyer en 1299 (Paris, Arch. nat., KK 283, f° 112v° et 190). Guillaume de Deuil, bouclier aisé de la rue du Grenier Saint-Lazare en 1296, contribue ensuite à titre de corroyer (Paris, Arch. Nat., KK 283, f° 13v°, 47v°, 178, 255 ; Paris, BnF, Fr. 6 6736 f° 22v°). Gilles de Rueil, modeste habitant de la même rue, ne contribue que pour 2 ou 3 sous. Il est dit corroyer en 1297 et 1300 et bouclier en 1299 (Paris, Arch. Nat., KK 283, f° 76v°, 178, 225v°).

24 Aubert de Mitry, bourgeois aisé de la censive Saint-Merri en la rue de Bière, qui paye 1 £ ou plus chaque année entre 1292 et 1300. Il apparaît comme « atachier » en 1292, 1296 et 1297 et comme corroyer en 1298, 1299 et 1300 (Paris, BnF, Fr 6220, f° 38 ; Paris, Arch. Nat, KK 283, f° 16v°, 51v°, 112v°, 189v°, 266). Nicolas Moreau, autre habitant de fortune plus que modeste de la même rue contribue pour 2 à 4 sous selon les années comme attachier/attacheur en 1292, 1297 et 1299 et comme bouclier en 1300 (Paris, BnF, Fr. 6220, f° 38 ; Paris, Arch. Nat, KK 283, f° 81, 135, 189v°, 266).

25 Thomas, 2009.

26 Paris, BnF, Fr 6736, f° 23.

27 Paris, BnF, Fr 6220, f° 31 ; Paris, Arch. Nat., KK 283, f° 10 (1296), 48 (1297), 181v° (1299) et f° 259 (1300).

28 Il est dit gendre de Jean le Trancheur le vieux, lui-même corroyer, en 1296 et1297. Paris, BnF, Fr 6220, f° 30v, Paris, Arch. Nat., KK 283, f° 10 (1296), 48 (1297), 109 (1298), 181v° (1299) et 259 (1300).

29 Robert, fils de Josse de Moncy corroyer de la rue Quincampoix, paye l’impôt dans la même rue dès 1296-1297 mais son métier n’est pas précisé. Les années suivantes il est inscrit successivement sous les métiers de corroyer (1297-1299), d’orfèvre (1300), puis de mercier en 1313. Á cette date, il a visiblement fait fortune et contribue pour 15 £ ; Paris, Arch. Nat., KK 283, f° 16v° (1296), 51v (1297), 112v° (1298), 190 (1299) et f° 266v° (1300) ; Paris, BnF, Fr 6736, f° 23 (1313).

30 Rappelons que la température de fusion d’un alliage dépend de sa composition. Pour les alliages à base d’étain et de plomb, en fonction de la proportion de l’un ou l’autre constituant, les températures de fusion se situent entre 327°C, température de fusion du plomb seul, et 183°C, température de fusion d’un alliage à 62 % en masse d’étain pour 38 % de plomb. L’étain pur fond à 232°C. Autres exemples pour les alliages à base de cuivre : un laiton avec 20 % de zinc pour 80 % de cuivre possède une température de fusion de 1 000°C, il faut à peu près la même température pour un bronze avec 10 % d’étain et 90 % de cuivre. Enfin, il faut aussi préciser que les températures de coulée sont supérieures aux températures de fusion, d’une cinquantaine à une centaine de degré en fonction des alliages.

31 Ainsi, dans un jugement de 1391 à Paris, il est question d’un certain Guillemin Yvoiré, coupable de vol de vaisselle. Ce dernier a fondu « un cent pesant de potin ou environtant en plas que en escuelles […] en une chambre […] duquel il vendi […] à Colin Corpelpotier d’estainet le demourant à Perrinet Blondelpotier d’estain… ». Dans ce texte, le « potin », équivalent du peautre ou du pewter en anglais, est un alliage à base d’étain et de plomb à bas point de fusion qui peut être fondu en « chambre », c’est-à-dire sans outillage particulier : Duplès-Agier, Registre criminel du Châtelet de Paris, pp. 262-263.

32 Voir par exemple les fouilles du Mont Saint-Michel qui ont révélé un atelier de fabrication d’enseignes de pèlerinage en alliages à base d’étain : Bruna, Labaune-Jean, 2016.

33 Thomas, 2009, pp. 627-632.

34 Ibid., pp. 824-828.

35 Il y a quelques rares mentions d’un commerce des creusets, par exemple en 1202 au péage de Bapaume : Tailliar, Recueil d’actes des xiie et xiiie siècles en langue romane wallonne du Nord de la France‚ p. 19. Daté de 1306, le compte de l’atelier monétaire de la comtesse Mahaut d’Artois, indique que pour trouver de la terre réfractaire, on n’hésite pas à parcourir des distances importantes, entre 80 et 180 kilomètres, puisque pour cet atelier d’Arras, on va dans le Hainaut, et même jusqu’à Dinant, dans la vallée de la Meuse : Guesnon, « L’atelier monétaire de la comtesse Mahaut d’Artois en 1306 ».

36 L’art. 2 du statut des attacheurs, c’est-à-dire des « feseurs de claus por athachier boclesmordans et menbres seur courroies » précise : « Quiconques est atachiers de petits closil puet ouvrer de ferd’archalde coivre et de laton et seurestamerse il li plest mais il ne puest pas faire d’estain ne de plonquar l’oevre seroit fause », LDM, p. 54. L’art. 4 du statut des Fermaillers de laiton, précise quant à lui : « Quiconque est fremaillers de latonil convient que il oevre de bon laton et de loialsans plon et sans fer », LDM, p. 80.

37 « Nus ne doit faire corroies d’estain, c’est a savoir clouer ne ferrer d’estain ; et s’il le fet, ele doit estre arse, et il doit au Roy 15 s. d’amende », LDM, p. 192, art. 30 du statut des corroyers/ceinturiers. Cette règle est réitérée par une ordonnance d’Hugues Aubriot datée de septembre 1371 : Lespinasse, Les métiers et corporations..., t. II, p. 384, art. 13.

38 « Nulz ne doit faire courroies d’estainc’est assavoir cloer ne ferrerne de ploncne de piautrene de coquilles de poissonne de boisà Paris ne ailleurs ; et se il le faitelle doit estre arse et si doit l’amende dessus dite », manuscrit dit « du Châtelet » (Paris, Arch. Nat., KK1336, art. 26, f° 29). Cet article n’a pas été ajouté au manuscrit dit « de la Sorbonne », il était pourtant déjà enregistré au Châtelet en juillet 1323, date à laquelle le prévôt de Paris l’a fait extraire du registre du métier.

39 À ce jour, plusieurs ensembles ont fait l’objet d’une caractérisation des compositions comme les artefacts retrouvés à Londres jusque à la fin des années 1980, les chutes et les objets finis retrouvés dans l’atelier parisien de la Villeneuve du Temple, la collection issue des fouilles de Saint-Denis en région parisienne ou encore une partie des découvertes faites à Rougiers dans le Var. Pour les découvertes de Londres, voir : Heyworth, 1991. Pour l’atelier de la Villeneuve du Temple : Thomas, 2009, pp. 491-625 ; Bourgarit, Thomas, 2012a. Pour les deux derniers ensembles dont les résultats sont encore inédits, les analyses ont été réalisées au Centre de recherche et de restauration des musées de France par D. Bourgarit, O. Thuaudet et N. Thomas.

40 Analyses élémentaires dans Thomas, 2009‚ en particulier p. 609.

41 Analyses non publiées, réalisées par R. Brownsword, mais citées dans Finlay, 1998.

42 Il n’y a pas de nom en français pour ces « laitons au bronze » ou « bronze au laiton », les anglais utilisent le terme de gunmetal, les américains plutôt celui de red brass. Ce sont des alliages de cuivre, de zinc, d’étain en proportion variable avec un peu de plomb. Voir Bayley, 1991 ; Thomas, 2009, pp. 498-510.

43 Bourgarit, Thomas, 2012b.

44 Ibid.

45 Thomas, Verbeek, Plumier, 2010 ; Thomas, Bourgarit, 2014.

46 Outre les découvertes de Saint-Denis, non encore publiées, citons les grandes collections de ces petits objets en alliage d’étain : Beuningen, Koldeweij, 1993 ; Bruna, 1996 ; Spencer, 1998 ; Beuningen, Koldeweij, Kicken, 2001 ; Tixador, 2004 ; Bruna, 2007.

47 Sur le commerce de ces objets sur les lieux de pèlerinage, voir Bruna, 2007, pp. 75-98.

48 Campbell, 2009, p. 9.

49 Les articles rédigés en 1344 concernent plus la qualité des métaux que celle du support de la ceinture, cuir, soie ou laine : Cherry, 1991, en particulier p. 315 ; dans le même ouvrage Homer, 1991, en particulier p. 78 ; Smirke, « On the Use of Tin in Girdles in the xivth Century » ; Hatcher, 1973, pp. 34-35.

50 Egan, 1991.

51 Tableaux dans ibid., p. 21 pour les boucles, pp. 23 et 25 pour les chapes et les petits ornements de la ceinture.

52 Paris, Arch. Nat., JJ 66, f° 238v°-239v°, n° 560 (Registres du Trésor des chartes, t. III, n° 1199, p. 154). Acte daté d’août 1331 par lequel Philippe VI vidime et confirme la sentence de Jean Loncle, prévôt de Paris mettant fin au conflit, datée du mardi après la Chandeleur 1324 (5 février 1325). Les deux actes non retrouvés ont été donnés en 1323 : le premier est une sentence des Grands Jours de Troyes en faveur des corroyers de Provins, le second est l’acte par lequel le roi Charles IV a entériné cette sentence.

53 Un mandement royal de septembre 1324 ordonnant de faire respecter le nouveau règlement des corroyers se réfère explicitement à un mandement antérieur de Philippe le Long. Cet acte, aujourd’hui perdu, indiquerait que la révision du statut des corroyers a eu lieu avant le 3 janvier 1322, date de la mort de ce roi.

54 Paris, BnF, Fr. 24069, f° 47-50 et f° 45-46v° (2 feuillets insérés à une date indéterminée, écrits à longue ligne d’une main de la première moitié du xive siècle). Alors que l’art. 30 du statut donné par Étienne Boileau indique : « Nus ne doit faire corroies d’estainc’est a savoir clouer ne ferrer destain ; et s’il le fetele doit estre arseet il doit au Roy 15 sous d’amende », l’article correspondant (n° 29) du règlement du 21 juillet 1323 précise : « Nus ne doit faire courroies d’estaingc’est assavoir clouer ne ferrer ne de plonc‚ ne de peautrene de coquilles de poissonne de bois a Paris‚ ne alleurs ; et se il le faitelle doit estre arse et si doit l’amende dessus dit [15 sous] ».

55 La seule indication temporelle permettant de préciser le début du conflit est le fait que les défendeurs, parmi les arguments développés en leur faveur au cours de l’année 1324, indiquent que le conflit a été porté devant les Grands Jours de Troyes un an ou un an et demi plus tôt.

56 Les corroyers parisiens ne sont pas explicitement mis en cause par la sentence à cette étape de l’affaire.

57 Cette sentence n’est pas reprise dans la sentence finale de 1325 et aucun acte ou copie n’en a été retrouvé. En revanche, il est possible de préciser quand eut lieu le procès puisque la sentence finale, en plaçant sa tenue après la promulgation du nouveau statut par Jean Loncle, le 21 juillet 1323, mais avant la confirmation royale de ce nouveau statut en septembre de la même année indique donc que ce procès eut lieu lors de la 2e session des Grands Jours de Troyes, à la mi-août (Les Grands Jours de Troyes se tiennent deux fois l’an, à la fin de chaque Parlement, au printemps : le lendemain de Quasimodo et à l’été : le 16 août).

58 Paris, Arch. Nat., JJ 62, n° 529, f° 280v°-282.

59 On notera au passage que pour les alliages à base d’étain, les moules sont effectivement réutilisables, sinon la saisie n’aurait que peu de sens.

60 Le texte de la sentence ne précise pas quand eurent lieu ces saisies qui condamnent les corroyers d’étain à l’inactivité. La riposte de ces derniers a donc probablement suivi de peu les saisies et il paraît raisonnable de les dater de quelques semaines avant le 12 décembre 1324, date du mandement de leur faire restituer leurs biens, soit vers novembre 1324.

61 Cette injonction est faite par « nos seigneurs tenans les requestes du roi nostre sireen son palais à Paris », c’est-à-dire par ceux qui recevaient les requêtes en Parlement entre les sessions.

62 Cette supplique écrite, non datée, est transcrite dans la sentence.

63 En droit parisien la saisine s’acquiert par une possession publique, sans violence ni précarité pendant un an et un jour. Voir Martin, Histoire de la coutume de la prévôté et vicomté de Paris, p. 56.

64 Carcel Orti, 1997, p. 43, n° 120 : « […] un acte subreptice est un acte régulièrement expédié mais qui a été obtenu sur un faux exposé en surprenant la bonne foi de l’autorité responsable. Un tel acte est présumé sincère tant que n’est pas apporté la preuve de l’intention coupable du bénéficiaire ». Alors que les corroyers d’étain reprochent aux lettres royales de septembre 1324 de taire l’arrêt des Grands Jours de Troyes tenus à l’été de la même année.

65 « Nonnulli tamen operarii corrigiarum […] cotidieplures falsas et sophisticas corrigiasfingentes alterius speciei eas essefaciunt et facere non cessant » (24 juillet 1324). L’argument n’apparaît que dans les mandements royaux de faire respecter les ordonnances du métier, tous deux émis à la suite de complaintes des corroyers de laiton d’Amiens le 24 juillet 1324 et le 8 janvier 1325. Il est, dans le texte de la sentence mis à leur compte par les demandeurs alors qu’il n’apparaît pas dans l’argumentaire qu’ils développent pour leur défense devant le prévôt de Paris.

66 Les potiers et batteurs d’étain fabriquent quant à eux, de plus gros objets tels que de la vaisselle d’étain (essentiellement des pots et des écuelles). Ces trois métiers font enregistrer leurs statuts dès le temps d’Étienne Boileau (LDM, titres XII, pp. 34 ; XIV, p. 37 ; XXXII, p. 64).

67 Les principaux artisans de l’érection de ce métier, dont le nom est donné en début de l’acte, sont Geofroy Lescot, Robert Bostaquel, Robert de Pouilly, Rogier Troudé, Rogier de Saint-Denis, Adenet le Commis, Bertaut le Pevrier, Jaques le Gros, Jourdain Landry, Guillot de Vateville, Jaque de Laon, Vincenet de Blois et Jehannet de Londres. Un certain nombre d’entre eux apparaissent dans les rôles de la taille : Bertaut le Pevrier y est dit orfèvre en 1297 et 1298 et peautrier en 1299 et 1300, il paye entre 6 et 10 sous selon les années ; Geoffroy Lescot apparaît comme orfèvre entre 1296 et 1300, il est un plus aisé et paye entre 14 et 20 sous ; Robert Bostaquel est orfèvre et paye entre 10 et 12 sous entre 1298 et 1300. Cinq autres maîtres approuvent les statuts quelques semaines plus tard, parmi eux, Jean de Saint-Omer est dit orfèvre entre 1296 et 1300 et paye entre 1 et 2 £ mais Pierre le Flament est peautrier, de même que son frère Huet, qui en 1297, apparaît comme associé à Geoffrin le Potier, tous trois sont à proximité les uns des autres dans la Cité. Étienne le potier apparaît dans les rôles de taille entre 1298 et 1300. Il est dit aussi « Étienne l’anglais, potier d’étain », ou encore « Étienne le Peautrier » et paye 14 sous chaque années.

68 Le développement de cette production à Paris au début du xive siècle semble être presque simultané ou avoir précédé de peu l’émergence des pewterers londoniens mais alors que le métier parisien ne semble pas avoir conservé son autonomie face aux orfèvres et aux potiers d’étain, le métier des pewterers londoniens, grâce notamment à la qualité des alliages utilisés, était promis à un bel avenir. Voir Homer, 1991.

69 Secousse, Ordonnances des roys de France de la troisième race, pp. 590-591 ; voir également Bruna, 2006, pp. 53-55.

70 Par exemple par la tentative de faire reconnaître en mars 1305, une nouvelle organisation de métier constituée à la fois d’orfèvres et de potiers d’étain, voir ci-dessus.

71 Lespinasse, Les métiers et corporations..., t. II, p. 390, n. 1, sentence du prévôt de Paris du 14 mai 1496. On peut se demander si en Angleterre, l’étain ne gagne pas la partie plus tôt, du fait des intérêts de la Couronne dans les mines de Cornouailles.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. — Niveaux de fortune des métiers liés à la ceinturerie-corroierie à travers leur contribution à l’impôt (1300)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/12688/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende Fig. 2. — Le quartier de la production des articles de Paris d’après le rôle de la taille de 1300
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/12688/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende Fig. 3. — Exemple d’éléments en alliage à base de cuivre de la ceinture médiévale, 1-21 : clous et paillettes décoratifs, 22-23 : boucles. Productions provenant de la fouille de l’atelier de la ville neuve du Temple entre 1325 et 1350 (dessins J.-M. Cointin)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/12688/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Tableau 1. — Niveaux de fortune des métiers liés à la ceinturerie-corroierieà travers leur contribution à l’impôt (1300)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/12688/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 93k

© Casa de Velázquez, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search