Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Élites et ordres militaires au Moyen Âge

 | 
Philippe Josserand
, 
Luís Filipe Oliveira
, 
Damien Carraz

I. — Les ordres militaires et les elites sociales

L’aventure de la petite aristocratie allemande

Le recrutement de l’ordre Teutonique en Prusse entre 1230 et 1309

Sylvain Gouguenheim

Texte intégral

Mettre en valeur la spécificité des ordres militaires, oui, mais pour mieux intégrer leur apport à l’histoire générale et passer ainsi de las historias de las ordenes a las ordenes en la historia.
Alain Demurger, dans N. Bériou et Ph. Josserand, Prier et combattre, p. 45.

1L’étude du recrutement des membres de la branche prussienne de l’ordre Teutonique oblige à déterminer avec précision plusieurs éléments. Les questions auxquelles les chercheurs s’efforcent de répondre se formulent de manière simple. Combien d’hommes participèrent à la conquête de la Prusse ? De quelles régions étaient-ils issus ? Quelles furent les catégories sociales qui peuplèrent les rangs des combattants, des clercs et des autres frères participant au processus ? Est-il possible d’évaluer le type de carrière promis à ces hommes ? La Prusse fut-elle une fin en soi ou une simple étape dans la vie des membres d’un ordre militaire engagé sur plusieurs fronts ? Peut-on enfin estimer les possibilités de promotion en fonction des origines sociales ou géographiques : les fonctions les plus élevées au sein de l’ordre étaient-elles promises uniquement aux hommes issus des couches supérieures de l’aristocratie ? Les fonctions administratives subalternes étaient-elles l’apanage des seuls frères sergents placés au bas de la hiérarchie de l’ordre ?

2À ces interrogations qui relèvent des bases de toute enquête démographique ou sociale, il n’est pas aisé de répondre. Les deux premiers problèmes qui se présentent et se représentent à chaque pas sont ceux du dénombrement précis et de l’identification des personnages : les noms ne sont pas toujours donnés de manière complète par les sources, les indications de provenance géographique et d’origine sociale sont souvent approximatives ; le même individu peut être désigné de façons différentes, tandis que plusieurs personnages peuvent ne pas être clairement distingués par les documents.

  • 1 J. Voigt, Namen-Codex der Deutschen Ordens Beamten. Pour une présentation historiographique du thè (...)
  • 2 K. Scholz, Beiträge zur Personengeschichte des Deutschen Ordens ; D. Wojtecki, Studien zur Persone (...)
  • 3 Kl. Militzer, Von Akkon zur Marienburg ; et Id., « Die Aufnahme von Ritterbrüdern in den Deutschen (...)
  • 4 M. Armgart, Die Handfesten des preussischen Oberlandes ; M. Dorna, Braci Zakonu krzyzackiego ; M. (...)
  • 5 M. Dygo, Studia na poczatkami wladztwa ; M. Löwener, Die Einrichtung von Verwaltungsstrukturen.
  • 6 Il s’agit pour l’essentiel de recueils d’actes et de chroniques. En premier lieu : E. Strehlke, Ta (...)
  • 7 Pour la Prusse, M. Glauert, « Vorbermerkungen zu einer Prosopographie ». Plus généralement : Proso (...)

3Depuis les travaux de Johannes Voigt, les historiens ont à maintes reprises parcouru ce terrain1. Les synthèses, désormais classiques (Klaus Scholz, Dieter Wojtecki)2 ou récentes (Klaus Militzer)3, les études prosopographiques (Martin Armgart, Maciej Dorna ou Mario Glauert)4 fournissent de solides aperçus. Elles sont complétées par des travaux importants concernant l’organisation administrative de la Prusse qu’il convient de signaler ici, même s’ils sont légèrement en marge de notre thème5. Si l’on ne peut guère espérer découvrir de sources nouvelles, celles qui sont éditées et ont été largement exploitées sont suffisamment nombreuses pour permettre de poursuivre les investigations6. Il reste encore beaucoup à apprendre, malgré les apports de la prosopographie, dont on perçoit également les limites7. Toutefois, l’état actuel des sources interdit d’imaginer que l’on puisse sortir de l’ombre la carrière de la grande majorité des membres de l’ordre Teutonique en Prusse.

  • 8 La bibliographie concernant l’aristocratie allemande au Moyen Âge est immense. Sont, parmi bien de (...)

4Avant de présenter cet état de la question, il est utile de rappeler quelles étaient les différentes strates composant l’aristocratie germanique au XIIIe siècle. Le sujet est complexe et je me limite ici aux distinctions nécessaires à la compréhension des phénomènes prussiens8. L’ensemble des aristocrates est classé au début du XIIIe siècle au sein de l’Herrschildordnung, l’« ordre des boucliers d’Empire », dominé par les princes, tant ecclésiastiques que laïques (archevêques, évêques, ducs, margraves), suivis par les comtes et les nobles dits « libres » (« Edelfrei »), puis par les nobles dits « Schöffenbar », équivalents de nos « seigneurs » ou « sires », qui détenaient des droits de justice. Vient enfin la classe de ces aristocrates non libres qui a fait couler tant d’encre : les ministériaux, ceux qu’Alfred Haverkamp désigne sous le nom d’« aristocratie de service ». Elle représente la catégorie la plus originale au regard du reste de l’Europe latine et celle qui connaît la plus forte ascension sociale, grâce à ses liens avec les couches supérieures de l’aristocratie, mais aussi parce qu’elle constitua le fer de lance de l’expansion allemande en Europe centrale et orientale. Parmi les ministériaux, ceux qui dépendaient du roi, formant la Reichsministerialität, c’est-à-dire les « ministériaux d’Empire », étaient les plus prestigieux et ils pouvaient accéder à de très hautes fonctions politiques. Il est difficile de les maintenir au sein du reste des ministériaux, et les historiens préfèrent souvent les intégrer à la base des couches supérieures de l’aristocratie. Les autres relevaient des prélats, des princes ou des comtes.

  • 9 M. Perlbach, Die Statuten des Deutschen Ordens, p. 24 (Prologue, 4 et 5).
  • 10 Ibid., p. 98 (Règle, Coutumes, 9). Le terme de « Sariantbrüder » figure dans la version allemande (...)
  • 11 Ils n’apparaissent que dans la révision des statuts de 1264 (M. Perlbach, Die Statuten des Deutsch (...)
  • 12 Le statut des familiers est fixé au chap. xxxii de la règle (M. Perlbach, Die Statuten des Deutsch (...)

5Rappelons enfin que l’ordre Teutonique, comme tous les ordres militaires, était composé de plusieurs catégories de membres. Le prologue de la règle institue les deux plus importantes : ceux qui combattaient, les « chevaliers » — milites et bellatores —, et ceux qui priaient, les clerici, en charge des offices divins, du soin des âmes, voire des activités d’enseignement9. S’y ajoutèrent au cours du XIIIe siècle les alii fratres non militi, les sergents (« Sariantbrüder »), qui pouvaient combattre mais étaient aussi affectés à toutes sortes de tâches administratives et matérielles10, les « demi-frères » (« Halbbrüder »), qui ne participaient pas aux opérations militaires11, et les « familiers » (« familiares »), laïcs acceptés comme confrères au sein de l’ordre12. La proportion entre les chevaliers et les sergents était sans doute de cinq pour un au XIIIe siècle comme aux siècles suivants.

  • 13 M. Dorna, Braci Zakonu krzyzackiego, p. 33.
  • 14 S. Jozwiak et J. Trupinda, Organizacja zycia, pp. 399-403. Recension critique du livre de M. Dorna(...)
  • 15 C. P. Woelky, Urkundenbuch des Bistums Culm, t. I, n° 116.

6Maciej Dorna trace une ligne de démarcation nette entre ces catégories ; à ses yeux, les frères sergents étaient cantonnés à des fonctions domestiques subalternes (charron, cuisinier, meunier, etc.)13. Cette vision a été vivement contestée — avec raison semble-t-il — par plusieurs historiens, notamment Slawomir Jozwiak et Radosław Biskup14. Les distinctions entre les catégories de frères mises par écrit dans les statuts de l’ordre n’entraînaient pas de répartition homothétique des charges administratives. En réalité, en dehors des dignités supérieures (maître de Prusse, maréchal, commandeur et vice-commandeur), aucune fonction n’était réservée à une catégorie particulière. Des frères sergents ont pu occuper des fonctions intermédiaires voire assez élevées (ainsi le dispensator Engelbert que l’on trouve dans l’entourage du grand-maître Burchard de Schwanden en 128715) et des frères chevaliers être en charge de fonctions subalternes au sein des commanderies.

  • 16 L’expression plenum consortium apparaît dans le chapitre xxxi de la règle relatif aux sœurs de l’o (...)
  • 17 Un acte de Casimir de Cujavie signale la mort au combat d’un semifrater (R. Philippi, C. P. Woelky(...)

7En revanche, il y avait sans doute — et de manière logique — une ligne de partage assez nette entre les frères sergents, les Halbbrüder et les familiers : seuls les premiers détenaient tous les droits (plenum consortium) conférés aux membres de l’ordre et portaient un habit spécial, le « manteau gris »16. Quoi qu’il en soit, ces catégories n’apparurent qu’assez tardivement en Prusse ; les demi-frères sont signalés pour la première fois en 1263, les sergents n’émargent pas dans les sources locales avant 1284, bien que les frères combattant de l’ordre disposassent d’écuyers ou de valets et qu’il paraît douteux que des sergents n’aient pas servi en Prusse avant cette date17.

UN FAIBLE NOMBRE D’HOMMES POUR UNE VASTE TERRE

  • 18 Voir, en dehors des travaux cités ci-dessus, les synthèses de J. Tandecki (pour les frères laïcs) (...)
  • 19 Kl. Militzer, Von Akkon zur Marienburg, p. 391.
  • 20 M. Dorna, Braci Zakonu krzyzackiego, p. 86.
  • 21 L. Fenske et Kl. Militzer, Ritterbrüder im livländischen Zweig.

8Les Teutoniques n’ont jamais été très nombreux comme le montrent les estimations faites à différentes dates pour la Prusse et la Livonie18, mais leur nombre a suffi pour conquérir puis diriger ces terres. Au début de l’installation sur les rives de la Vistule ne se rencontraient que peu d’hommes, chargés de remplir les deux indispensables fonctions du combat et de la prière. Pour la période qui nous intéresse, les estimations varient légèrement selon les historiens. Klaus Militzer évalue qu’entre 1230 et 1309, à peu près 2 800 Teutoniques furent présents en Prusse19. Selon Maciej Dorna, la branche prussienne aurait compté au total pour la même période dans ses rangs environ 2 700 hommes20. Au tournant des XIIIe et XIVe siècles, il y avait sans doute en Prusse à peu près 600 frères (dont une centaine de clercs). Ils étaient vraisemblablement 700 en 1 400 (et 250 en Livonie)21.

  • 22 Pierre de Dusbourg, Cronica terrae Prussiae, livre II, chap. xi, p. 47 et livre III, chap. i, p. 4 (...)
  • 23 Voir le Bericht Salza : Th. Hirsch, Hermann von Salza Bericht, p. 164.

9La présence s’accrut lentement au fil du temps. Les débuts furent modestes, limités à quelques chevaliers : à en croire Pierre de Dusbourg, Hermann Balk n’aurait été accompagné que de quatre frères lorsqu’il répondit à l’appel de Conrad de Mazovie en 1230, et seulement sept hommes assurèrent la défense du premier castrum établi à Toruń22. Ce nombre ne semble guère évoluer dans les années qui suivent : Dietrich de Bernheim, lors de la prise de la forteresse de Sardewicz en 1242, n’aurait eu sous ses ordres que quatre frères chevaliers, ce qui correspond à un bien faible effectif, même si l’on garde en mémoire le fait que ceux-ci étaient accompagnés de valets d’armes23.

  • 24 Pierre de Dusbourg, Cronica terrae Prussiae, livre III, chap. lxvi, pp. 98-99.
  • 25 D. Wojtecki, Beiträge zur Personen-und Sozialgeschichte, p. 31 (cité par M. Dorna, Braci Zakonu kr (...)
  • 26 Kl. Militzer, Von Akkon zur Marienburg, p. 391 ; M. Dorna, Braci Zakonu krzyzackiego, p. 84.
  • 27 Pierre de Dusbourg, Cronica terrae Prussiae, livre III, chap. lxxxiv, pp. 109-111 : « Cecideruntqu (...)
  • 28 R. Philippi, C. P. Woelky et A. Seraphim, Preussisches Urkundenbuch, I/2, n° 141.
  • 29 M. Dorna, Braci Zakonu krzyzackiego, p. 86.

10À la fin des années 1240, les effectifs ont sensiblement augmenté. On en veut pour preuve la mort de 54 frères lors d’une bataille en Natangie en 124924. Dieter Wojtecki estimait que la branche prussienne de l’ordre disposait alors d’environ 150 à 200 frères25. Klaus Militzer double volontiers ce nombre, tandis que Maciej Dorna propose une estimation autour de 250 à 300 hommes pour la période 1250-126026. Quelques indications précises et fiables étayent ces évaluations. Les Teutoniques déplorent ainsi la perte de 150 combattants à la défaite de Durben en 126027. Et, le 11 décembre 1261, une lettre pontificale d’Urbain IV évalue à 500 le nombre des frères engagés en Prusse, Livonie et Courlande depuis leur arrivée dans ces régions28. Il est possible qu’entre 1230 et 1260, près de 300 Teutoniques aient péri en Prusse. Tous les ans des hommes venaient sur place, d’autres mouraient ou quittaient la Prusse : Maciej Dorna estime que le nombre des décès et des départs annuels dans les années 1230-1260 avoisinait les 15 frères, ce qui ferait un total de 450 hommes disparus durant ces années29. Il juge par ailleurs que l’ordre a dû recruter au moins deux fois plus d’hommes.

11Lorsque l’on essaie de mieux connaître le contingent engagé en Prusse, on se heurte à l’opacité des sources et à leurs lacunes. Il faut être prudent dans les déductions : moins que des résultats fermes, ce sont des tendances que l’on peut espérer dégager, guère mieux. Certes, les échantillons fournis par les sources étant aléatoires, ces tendances ne sont pas nécessairement biaisées, mais il est impossible de constituer des séries statistiques ou d’effectuer des dénombrements complets. Klaus Militzer et Maciej Dorna aboutissent à des résultats très proches, qui différent toutefois quelque peu.

  • 30 Pierre de Dusbourg, Cronica terrae Prussiae, livre III, chap. cxxxiii, pp. 137-138.
  • 31 Kl. Militzer, Von Akkon zur Marienburg, p. 425.
  • 32 Dénombrement présenté par M. Dorna, Braci Zakonu krzyzackiego, p. 41.

12Il ressort de l’étude de Klaus Militzer que diplômes et chroniques fournissent pour cette période 468 noms, soit moins de 17 % de l’ensemble. Cent quatre-vingt-dix-neuf ne sont que des noms, il ne reste donc que 269 hommes étudiables, en réalité 203 car on ne sait rien de la famille de 66 d’entre eux. Si on ajoute les 24 milites qui, selon Pierre de Dusbourg, accompagnèrent le margrave de Misnie en 127230, 227 chevaliers sont connus autrement que par leur seul nom, soit 8 % du total des effectifs engagés en Prusse et 43,4 % des hommes dont les sources ont conservé une trace31. Le catalogue prosopographique de Maciej Dorna comporte 455 chevaliers, 116 clercs et 19 sergents, soit un total de 590 individus dont on peut suivre, avec plus ou moins de précision, la trajectoire32. Sur ces 590 hommes, 225 (dont environ 25 clercs et un sergent) présentent des profils un peu détaillés ; pour les autres on doit se contenter de leur nom…

  • 33 « Ubi numerus fratrum ad integritatem conventus est completus ut scilicet XII fratres et tercius d (...)

13Arrivés en Prusse, les membres de l’ordre se répartissaient au sein de commanderies, dont les effectifs étaient variables. Les plus importantes d’entre elles (Königsberg, Elbing, Balga, Christbourg) comptaient une vingtaine de membres ; beaucoup d’autres ne dépassaient pas les 5 ou 6 hommes. L’examen des listes de témoins des actes amène Maciej Dorna à estimer que les commanderies du Culmerland étaient moins peuplées que celles de Prusse, sans doute pour des raisons de sécurité militaire. Les incursions prutènes ou lituaniennes frappaient plus durement les maisons du centre et du nord de la principauté teutonique que les environs de Culm ou Toruń (encore que ceux-ci n’échappèrent pas aux ravages des combats). Ainsi l’évêque de Samland, de loin le plus exposé aux dangers d’agression, disposa-t-il à partir de la fin du XIIIe siècle d’une troupe permanente assez nombreuse de chevaliers et de sergents. De cela, il ressort que l’effectif de 12 membres (auquel s’ajoutait le commandeur) attribué à chaque commanderie, nombre inscrit dans l’article 13 de la règle de l’ordre, relevait plus d’un critère de complétude, à la rigueur d’un idéal de perfection, que d’une prescription impérative33. On ne s’inquiétait pas apparemment de le dépasser ou de ne pas l’atteindre.

DES HOMMES VENUS DU CŒUR DE L’ALLEMAGNE

14La tendance générale est connue depuis longtemps : les chevaliers de la branche prussienne proviennent en majorité de la ministérialité ou de la petite noblesse d’Empire, principalement de Saxe, de Thuringe et de la basse vallée du Rhin (en Livonie les familles comtales ou princières sont mieux représentées). Selon les estimations de Klaus Militzer, les Thuringiens et les Franconiens dominent (65 % des frères, 57 % des dignitaires et 13 maîtres de Prusse). À partir du XVe siècle, le nombre des Souabes et des Franconiens augmenta.

  • 34 Le terme d’Oberdeutschland permet aux historiens de distinguer les régions où l’on parlait l’« obe (...)

15Entre 1230 et 1309, l’ordre en Prusse compta dans ses rangs 52 Thuringiens, 17 frères originaires des terres de Saxe et de Misnie — auxquels il faudrait ajouter les 24 chevaliers venus en 1272 avec le margrave de Misnie —, 13 du Vogtland, ce qui porte à 40,4 % la proportion des frères issus du bailliage teutonique de Thuringe. Quarante, soit 19,7 % de l’ensemble, venaient du bailliage de Saxe. Quarante-neuf hommes, soit 24,1 % du total, étaient issus de « l’Oberdeutschland » (l’ensemble des terres au sud du Main : Souabe, Bavière, Franconie, Autriche, Nordgau)34, 14 (6,9 %) de Rhénanie (avec la Hesse et les comtés de Nassau et de Brabant), et enfin 18 (8,9 %) de diverses autres régions (Silésie, Bohême, Poméranie, Brandenbourg, Westphalie).

  • 35 Kl. Militzer, Von Akkon zur Marienburg, p. 427.

16Si l’on examine les 157 dignitaires (commandeurs, commandeurs du bailliage de Culm, maîtres et vice-maîtres de Prusse, maréchaux) recensés par les documents, on obtient les résultats suivants35. Neuf sont inconnus et 73 ne sont connus que par leur nom. Parmi les 75 restants, le bailliage de Thuringe vient toujours en tête avec 32 % des hommes (24 dignitaires), suivi de celui de Saxe (29,3 % pour 22 dignitaires), de l’Oberdeutschland (25,3 % pour 19 hommes) et de la Rhénanie (10,7 % pour 8 dignitaires) ; les 2,7 % restants viennent des autres régions.

17On remarque enfin que, au sein d’un même bailliage, les pourcentages du nombre des chevaliers et de celui des dignitaires ne correspondent pas : le bailliage de Saxe fournit 29,3 % des dignitaires pour seulement 19,7 % des chevaliers, alors que celui de Thuringe, dont sont issus 40,4 % des chevaliers, n’occupe que 32 % des hautes fonctions de la branche prussienne. Mais, si les profils de carrière paraissent différents, il n’en demeure pas moins que les bailliages qui fournissent les plus gros effectifs de l’ordre sont aussi ceux qui sont les mieux représentés à sa tête. L’importance du bloc constitué par la Thuringe, la Saxe et l’Oberdeutschland est quasiment la même : 86,6 % du total des dignitaires contre 84,4 % de l’ensemble des chevaliers.

  • 36 Ibid., p. 429.

18Enfin, Klaus Militzer a relevé que sept Franconiens et six Thuringiens étaient devenus maîtres de Prusse, contre trois Saxons et deux Souabes. Il y a ainsi égalité entre les hommes issus de l’espace mitteldeutsch (Thuringe et Saxe) et ceux de l’Oberdeutschland. La carrière de maître de Prusse semble avoir obéi à un principe de répartition équilibrée. Mais, note Klaus Militzer, les hommes venus de Souabe et Franconie sont restés au total 30 ans en fonction, ceux de Thuringe et de Saxe 49 ans. Cette inégalité peut en partie s’expliquer par le fait que certains dignitaires issus du sud de l’Allemagne furent appelés à la fonction de grand-maître de l’ordre (Poppo d’Osterna, Konrad de Feuchtwangen) ; d’autres moururent au combat (Helmrich de Wurzbourg en 1293). Il n’est pas impossible, comme le suggère Klaus Militzer, que les hommes issus de l’Oberdeutschland aient été choisis par le chapitre général de l’ordre et imposés à la branche prussienne, qui aurait sans doute plutôt jeté son dévolu sur des Thuringiens ou des Saxons36.

  • 37 M. Dorna, Braci Zakonu krzyzackiego, pp. 43-44.

19Les enquêtes de Maciej Dorna sur l’origine des frères ont confirmé les tendances dégagées par Klaus Militzer, même si ses nombres et ses pourcentages diffèrent quelque peu. Les deux chercheurs n’aboutissent pas toujours à des dénombrements égaux et par ailleurs n’opèrent pas systématiquement des regroupements identiques. La base de recrutement des Teutoniques se rendant en Prusse demeure le bloc des terres de l’Allemagne centrale et orientale : Thuringe, Vogtland et Pleissenland, terre de Wettin, Saxe orientale, autrement dit les bailliages teutoniques de Thuringe et de Saxe, qui formaient une unité jusqu’à leur séparation en 1287. De cette zone provint plus de la moitié des membres de la branche prussienne de l’ordre dont l’origine est identifiable, soit pour Maciej Dorna 137 hommes sur 223 (59 %)37.

  • 38 Ibid., p. 44.

20La Thuringe fournit environ 22 % des effectifs teutoniques en Prusse avec 49 frères. 17 % (37 hommes) étaient originaires de la Saxe orientale ; le Vogtland et le Pleissenland fournirent chacun 7 % des effectifs (respectivement 16 et 15 hommes), tandis que du margraviat de Misnie vinrent 5 % des frères de Prusse38. La Souabe, avec 16 hommes, et la Franconie (28 ou 29 frères) furent les deux autres centres de recrutement importants de la branche prussienne, fournissant 20 % des effectifs engagés au-delà de la Vistule au XIIIe siècle.

  • 39 Ibid., p. 47.
  • 40 Le bailliage d’Alsace-Bourgogne englobait l’Alsace, la Suisse actuelle, le Brisgau et le sud de la (...)

21Si l’on raisonne en fonction des bailliages, qui étaient, plus que les principautés, le cadre du recrutement, Maciej Dorna relève que 61 % des Teutoniques étaient issus de ceux de Thuringe (96 frères) et de Saxe (40 frères) ; 17 % des frères (38 hommes) vinrent du bailliage de Franconie39. Les autres circonscriptions fournirent entre 0,5 % (bailliage de Lombardie) et 5 % des effectifs (Marbourg, Alsace-Bourgogne)40. Quelques combattants ou clercs furent originaires d’Autriche (1 %), de Westphalie (2 %), de Rhénanie (bailliage de Coblence, 2,5 %) ou de Hollande (2 %).

  • 41 M. Dorna, Braci Zakonu krzyzackiego, p. 47. On n’oubliera pas que parmi les premiers frères arrivé (...)

22La prépondérance de la Thuringe parmi les frères venus en Prusse reflète la part de ce bailliage dans le recrutement général de l’ordre : Dieter Wojtecki avait évalué à 339 le nombre total des membres présents dans les commanderies du bailliage de Thuringe au XIIIe siècle, contre 230 pour celles de Franconie. Et c’est à juste titre que Maciej Dorna, après d’autres, constate l’existence pour la Prusse de cet « hinterland thuringien »41. Ce fait est la conséquence des liens tissés entre les landgraves et l’ordre dès l’assemblée fondatrice d’Acre en 1198 et prolongés par la suite (règnes d’Hermann puis de son fils Louis de Thuringe, dont le frère, Conrad, devint grand-maître en 1239). Les bonnes relations entre l’ordre et Frédéric II expliquent aussi que les Teutoniques aient largement recruté dans les terres où l’empereur exerçait son autorité (Vogtland, Souabe, Pleissenland) ou dans celles des nobles qui lui étaient proches (Thuringe).

  • 42 Ibid., p. 49.
  • 43 Pierre de Dusbourg, Cronica terrae Prussiae, livre III, § 52, p. 88.
  • 44 Qui de fait se prononce « Rvawo » ; voir l’analyse de M. Dorna, Braci Zakonu krzyzackiego, p. 49.
  • 45 R. Philippi, C. P. Woelky et A. Seraphim, Preussisches Urkundenbuch, I/2, n° 838. M. Dorna, Braci (...)

23Notons enfin que l’on rencontre en Prusse des frères issus d’autres royaumes que l’Allemagne, en nombre infime. Tous — sauf un issu de Lombardie mais qui porte un nom germanique, Henri Klieber — sont d’origine slave (sans doute en grande partie issus du proche bailliage de Bohême)42 ; aucun, avant 1310, ne semble être natif de Prusse. Pierre de Dusbourg mentionne ainsi un « nobilis vir de Cracovia » entré dans les rangs de l’ordre à Toruń43. Klaus Militzer estimait que quelques Prutènes entrèrent dans l’ordre, tel ce commandeur de Zantyr (1251-1260) dénommé Quhalo/Hualo en qui Maciej Dorna voit au contraire un Slave, en se fiant au prénom « Chwal » qui apparaît dans les sources44. De même, le frère Henri Tuwel, que l’on rencontre dans les années 1305-1319, semble être Allemand et non Prutène : son nom renverrait à celui de « Teufel » assez répandu en Allemagne45. On demeure là dans le cadre d’hypothèses : un Prutène converti peut fort bien adopter un nom germanique ou germaniser son nom.

  • 46 D. Wojtecki, Studien zur Personengeschichte.

24Comme l’avait remarqué, dès 1971, Dieter Wojtecki, un recrutement local était quasi impossible en Prusse tant que la conquête n’était pas achevée. Ici, les dignitaires de l’ordre sont presque toujours Allemands, originaires de Souabe, Saxe et Thuringe (XIIIe siècle), de Rhénanie et Franconie (XIVe et XVe siècles) ou de Westphalie (pour les frères installés en Livonie) : l’ordre Teutonique n’offrit que de rares possibilités de promotion aux autochtones46. Il n’est guère douteux au total, pour le XIIIe siècle, que les localisations géographiques ont joué un rôle déterminant : la majorité des frères provinrent des bailliages orientaux, les moins éloignés de la Prusse.

LA PRUSSE, TERRE D’ÉLECTION DE L’ARISTOCRATIE DES NON LIBRES

  • 47 Voir l’article 2 de cette révision limitant l’accès de l’ordre aux hommes « nobles et bien nés » ( (...)
  • 48 Kl. Militzer, Von Akkon zur Marienburg, p. 430.

25Le recrutement de l’ordre Teutonique n’était au XIIIe siècle entravé par aucune barrière sociale, comme il le sera à partir de la révision des statuts effectuée par le grand-maître Dietrich d’Altenbourg (1335-1341)47. Dans ce domaine également, l’historien bute sur l’opacité des sources. Selon Klaus Militzer, les origines sociales sont encore plus mal connues que les origines géographiques48. Il évalue à 168 chevaliers, soit 6 % des membres de la branche prussienne de l’ordre, le nombre de ceux dont on connaît la provenance sociale ! Sur ces 168 hommes, 109 sont des ministériaux et 18 des ministériaux d’Empire, dont 7 appartenaient à des familles alors en pleine ascension, les Gera, les Weida et les Plauen. Cela représente un total de 127 ministériaux (75 % de l’ensemble). Proportion que l’on doit sans doute majorer car les sources ont tendance à retenir en priorité les noms des nobles. La part des ministériaux dans le reste des membres de l’ordre, ignorés par les documents, était probablement supérieure à ce pourcentage déjà élevé.

  • 49 Ibid., p. 430. D. Wojtecki, Studien zur Personengeschichte, p. 90, était parvenu à des conclusions (...)

26Les membres de la couche la plus élevée de l’aristocratie sont au nombre de 21, soit 12,5 % du total ; les nobles dits Edelfrei sont 13, soit 7,7 %, et l’on compte un seul noble dit Schöffenbar, c’est-à-dire l’échelon immédiatement supérieur aux ministériaux ; enfin, les fils de bourgeois sont au nombre de 6, soit 3,6 %. Bref, 24,4 % des membres de la branche prussienne de l’ordre étaient issus des couches supérieures de l’aristocratie : haute noblesse, Edelfrei et ministériaux d’Empire ; 72 % provenaient de la petite aristocratie et 3,6 % de la bourgeoisie49.

  • 50 Kl. Militzer, Von Akkon zur Marienburg, p. 432, sépare les ministériaux d’Empire en deux couches, (...)

27Si l’on examine la part de chaque couche sociale au sein des dignitaires dont l’origine sociale est repérable (et que Klaus Militzer évalue à 74 au total), on voit apparaître des tendances assez nettes. Les différentes catégories se répartissent ainsi : 13 membres de la haute aristocratie, soit 17,6 % des dignitaires, 5 nobles Edelfrei (6,7 %), 9 ministériaux d’Empire (12,1 %)50. Ainsi, 27 dignitaires (36,4 %) venaient des couches supérieures de l’aristocratie qui, on l’a vu, fournissaient 24,4 % de l’ensemble des membres de l’ordre en Prusse : la noblesse d’Empire représentait donc un quart des membres de la branche prussienne, mais un bon tiers de ses dignitaires.

28On dénombre ensuite 44 ministériaux, c’est-à-dire 59,5 % des dignitaires, un noble dit Schöffenbar et 2 fils de bourgeois seulement (1,4 % et 2,7 %). Les ministériaux placèrent moins de la moitié des leurs (44 sur 109) au sein des dignitaires, alors qu’ils représentaient 64,9 % des frères présents en Prusse. Un écrémage se produisait donc, même si être ministérial n’empêchait pas de faire carrière au sein de l’ordre. La trajectoire des plus importants parmi les ministériaux d’Empire contraste avec ce que l’on vient de voir : 18 d’entre eux firent carrière en Prusse, soit 10,7 % des effectifs, mais ils constituèrent 12,3 % des dignitaires : signe de l’ascension de cette classe, qui croise dans sa promotion les nobles Edelfrei, en déclin partout en Allemagne (ici 7,7 % des frères pour 6,7 % des dignitaires).

  • 51 Voir ses résultats dans M. Dorna, Braci Zakonu krzyzackiego, p. 50.
  • 52 Ibid., pp. 56-63.

29L’enquête de Maciej Dorna corrobore pour l’essentiel ces résultats : il décèle l’origine sociale de 186 frères (laïcs, sergents et clercs)51. La prépondérance des ministériaux et de la petite noblesse est indéniable : 71 ministériaux, 33 ministériaux d’Empire, 17 comtes, 14 nobles Edelfrei, 34 chevaliers de petite extraction et 15 bourgeois (en outre un prince et un noble Schöffenbar). La majorité (56 %) des membres de la branche prussienne de l’ordre relevait de la ministérialité52. Si l’on agglomère les plus importants des ministériaux d’Empire, les membres de la haute noblesse, les comtes et les nobles Edelfrei, on aurait environ un quart des effectifs (27,5 %) présents en Prusse, soit à peu de chose près la proportion calculée par Klaus Militzer. La bourgeoisie n’émergeait que faiblement (7,5 %). Autrement dit, la ministérialité et les couches inférieures de l’aristocratie (Schöffenbar et petits ministériaux d’Empire) auraient représenté 65 % des effectifs de la branche prussienne.

30L’étude des tableaux par bailliages proposés par Maciej Dorna donne des nombres très légèrement différents. Après plusieurs vérifications, je dénombre en effet 252 frères dont 20, venus de manière temporaire, sont écartés. Sur les 232 restants, 40 sont d’origine inconnue ; il en reste donc 192 (frères chevaliers, clercs et frères sergents), parmi lesquels j’ai cru repérer : 2 princes, 17 comtes, 19 nobles Edelfrei, 35 chevaliers, 31 ministériaux d’Empire et 73 ministériaux, enfin 15 bourgeois. Je n’ai pas réussi à comprendre d’où venait la différence, très minime il est vrai.

  • 53 Ibid., p. 54.

31Au sein des clercs, Maciej Dorna parvient aux résultats suivants : 13 sur 27 sont déterminés socialement. Parmi eux, on trouve 8 ministériaux (dont 2 d’Empire), 2 comtes, 1 chevalier et 2 bourgeois. Le groupe des clercs amalgame donc des hommes venus d’horizons divers, mais le pourcentage des nobles y est moins élevé que chez les frères laïcs. Il est par ailleurs très faible — ce qui semble logique — chez les frères sergents (on note l’exception représentée par Heinrich de Schletten au service de l’évêque de Samland Siegfried de Regenstein entre 1301 et 1310). La base sociale de la branche prussienne de l’ordre Teutonique a bien été la petite noblesse d’Empire53.

  • 54 Si l’on examine les hommes venus du bailliage de Thuringe, 13 étaient issus de la ministérialité d (...)

32Cette proportion est-elle identique d’une région d’origine à une autre ? Maciej Dorna établit que le nombre des ministériaux s’élève à 51 sur 96 hommes originaires du bailliage de Thuringe54, à 22 sur 40 issus de celui de Saxe, à 15 sur 38 pour celui de Franconie, soit respectivement environ 53 %, 55 % et 39 %. La proportion de chevaliers de la couche inférieure de l’aristocratie est quant à elle — en considérant les trois mêmes bailliages — de 12 %, 5 % et 31 %. Thuringe et Saxe présentent un profil comparable, tandis que la Franconie se caractérise par une plus forte importance relative des chevaliers aux dépens des ministériaux.

  • 55 Ils furent en fait 21, mais Konrad de Bamberg, nommé le 3 août 1299, n’exerça pas réellement sa fo (...)

33La répartition sociale des 20 Landmeister (maître de Prusse)55 est quant à elle étonnante car les familles les plus nobles n’apparaissent qu’une fois et les ministériaux dominent. D’après les identifications établies par Maciej Dorna dans ses tableaux, il apparaît que 2 maîtres de Prusse sont d’origine inconnue, un seul est issu de la couche des Edelfrei, 2 sont comtes, 2 chevaliers, 3 sont des ministériaux d’Empire et 10 de simples ministériaux. Au total, ministériaux et chevaliers représentent 15 Landmeister (71 %) et les seuls ministériaux 62 %. La dignité la plus élevée a échappé aux familles les plus nobles ! Le seul maître de Prusse issu de leurs rangs, Sieghard de Schwarzbourg, ne gouverna que quatre mois (de juillet à novembre 1306) dans un contexte, il est vrai, violemment troublé.

34De la sorte, des aristocrates issus de familles puissantes et réputées durent obéir à de simples ministériaux, qui pouvaient être leurs supérieurs en tant que maître de Prusse, voire maréchal ou vice-maître. Après tout, le grand-maître Hermann de Salza n’était-il pas un ministérial d’origine thuringienne ?

  • 56 Voir Ch. Higounet, Les Allemands en Europe centrale.

35« Coloniser rend libre », disait l’adage allemand des siècles centraux du Moyen Âge56. La conquête de la Prusse rendit libres des hommes qui, sans cesser d’être ministériaux, durent à leur entrée dans un ordre religieux et à leur action dans une terre que seule cette institution dirigeait, une promotion sociale que pouvait leur envier le reste de la classe des ministériaux, pourtant elle-même alors en pleine ascension. Laboratoire politique et religieux, la Prusse du XIIIe siècle fut aussi un laboratoire social et la rigidité de la règle d’un ordre militaire ne contrevenait pas à la souplesse exigée par le caractère inédit de la situation locale. Au sein de l’ordre Teutonique, les frontières entre les catégories sociales ne recoupaient pas exactement les limites entre les différents états, chevaliers, clercs ou sergents.

CARRIÈRES ET PERSPECTIVES DE CARRIÈRES

  • 57 Kl. Militzer, Von Akkon zur Marienburg, pp. 342-362.

36Le type de carrière des Teutoniques commence seulement à être bien connu à partir du début du XIVe siècle57. Commandeurs, prévôts et curateurs étaient nommés pour une durée variable, d’au minimum un an mais qui pouvait dépasser dix années. Il était interdit à ces fonctionnaires célibataires, sans enfants, sans famille (souvent restée en Allemagne) de tirer parti de leur charge pour se tailler une seigneurie ; toute leur puissance dépendait de leur appartenance à l’ordre dont ils avaient ainsi intérêt à défendre les biens et les droits. Ils gagnaient beaucoup à servir de leur mieux l’institution qui les faisait vivre.

  • 58 Cette période probatoire apparaît dans la règle au chapitre xxix (M. Perlbach, Die Statuten des De (...)
  • 59 M. Dorna, Braci Zakonu krzyzackiego, p. 37.
  • 60 E. Strehlke, Tabulae ordinis theutonici, n° 560 : « … indulgemus, ut clericos seu laicos liberos e (...)

37On entrait dans l’ordre Teutonique après en avoir fait la demande et satisfait à l’exigence d’une période probatoire, à l’instar de ce qui se pratiquait au sein des ordres monastiques. Ce noviciat demeure un phénomène mal connu et à propos duquel les chercheurs ne s’accordent pas58. Combien de temps durait-il et combien de temps fut-il inscrit dans les pratiques de l’ordre ? Selon Maciej Dorna, cette mise à l’essai durait un an en général et fut exigée jusqu’à la fin du XIIIe siècle59. Il reste que l’on voit mal cette probation être imposée à des nobles d’âge mûr. Par ailleurs, le pape Alexandre IV, le 28 juillet 1257, avait autorisé à s’en passer afin de ne pas ralentir le recrutement des combattants nécessaires60.

LA PRUSSE, ÉTAPE ESSENTIELLE D’UNE CARRIÈRE RÉUSSIE

  • 61 M. Dorna, Braci Zakonu krzyzackiego, p. 65, insiste sur ce phénomène, en signalant que Dieter Wojt (...)

38Au cours de toute une vie accomplie dans les rangs de l’ordre, le séjour prussien pouvait être d’une durée très variable et se situer à des étapes différentes du cursus. La Prusse fut une terre d’accomplissement des vocations, certains frères y déroulant l’essentiel de leur carrière ; elle constitua aussi une sorte de terrain d’essai pour de nombreux Teutoniques qui y séjournèrent afin de participer aux opérations militaires du « front de la Baltique »61. Ce temps de service accompli sur place relevait d’une politique de rotation des cadres voulue par la direction de l’ordre mais qui ne fut pas érigée en système. Il est certain que la Prusse constitua une sorte de polygone de formation militaire, dont on ressortait après quelques années avec les honneurs. Ainsi, Wolmar de Bernhausen, originaire du bailliage de Souabe, que l’on rencontre sur place en 1257, se retrouve à la tête du bailliage de Franconie entre 1268 et 1276. De même Otton de Reichau, présent en Prusse en 1265, fit-il ensuite carrière dans les commanderies du bailliage de Saxe-Thuringe avant d’être nommé à la tête du bailliage de Saxe en 1288.

39L’épreuve du feu subie en Prusse semble avoir été une clé d’accès à des fonctions plus élevées, au sein des bailliages d’Allemagne. Les choses changèrent à la fin du XIIIe siècle, une fois la Prusse conquise, lorsqu’il fallut essentiellement songer à la mise en place et au gouvernement d’une principauté.

40Le modèle inverse de carrière existait aussi : après avoir fait leurs premières armes dans les commanderies d’Empire, des frères venaient parachever leur vocation en Prusse. Tel fut le cas de Gunther de Schwarzbourg, qui fut en fonction dans le bailliage de Thuringe entre 1277 et 1281, avant de venir en Prusse, où il resta de 1285 à 1309. Heinrich de Plötzke fut commandeur d’Altenbourg en 1287 et il n’arriva en Prusse qu’en 1304, pour prendre la direction de la commanderie de Balga ; en 1307, il devint Landmeister.

  • 62 S. Józwiak, Centralne y terytorialne, pp. 114-117.

41On rencontre aussi le cas de frères qui passèrent de nombreuses années en Prusse, pour revenir dans leur bailliage d’origine au déclin de leur vie. Berthold de Nordhausen passa près de trente ans en Prusse (1258-1285) et fut notamment commandeur du Culmerland, avant de se retirer dans le bailliage de Lotharingie, sa famille était originaire d’Alsace. Slawomir Jozwiak a observé qu’au XIIIe siècle une majorité des frères en fin de carrière s’en retournait en terre d’Empire, dans des commanderies, des forteresses, voire dans l’entourage du grand-maître à Venise, alors qu’au XIVe siècle la plupart restèrent en Prusse62.

42Enfin, certains membres de l’ordre conduisirent une carrière qui les amena à occuper des postes importants alternativement en Prusse et dans les bailliages d’Empire. Werner de Battenberg fut commandeur de Marbourg (1250), puis devint commandeur de Balga en Prusse (1257). Il revint à Marbourg (1260) avant de devenir maréchal de Prusse (1262), puis d’être nommé maître d’Allemagne (de 1267 à 1271). Il acheva sa carrière à la tête du bailliage d’Alsace-Bourgogne (1271-1273) puis de la commanderie de Sachsenhausen (1273-1277).

  • 63 Notons enfin que deux grands maîtres de l’ordre, Poppo d’Osterna et Konrad de Feuchtwangen, furent (...)

43La Prusse put donc être, selon les cas, une base de formation initiale, prélude à une belle carrière, une étape importante menée au sein d’un cursus de valeur ou le terrain d’accomplissement de presque toute une vie passée au service de l’ordre63.

FAIRE CARRIÈRE EN PRUSSE

44Que la Prusse fût une étape, un point de départ ou un aboutissement, elle offrait presque toujours la possibilité d’exercer plusieurs fonctions, donc d’accomplir un segment important de ce qui était réellement une carrière. On débutait en général à la tête d’une forteresse, avant de diriger un district puis une commanderie pour accéder enfin à de hautes fonctions. L’ascension était d’autant plus facile que l’on n’était pas seul, mais inséré dans l’un de ces groupes qui rassemblaient les frères en fonction de leur origine (Franconiens, Thuringiens…). L’habitude voulait que l’on ne descendît pas : la promotion sociale était inscrite dans le service de l’ordre qui s’assurait ainsi de la fidélité de ses membres. Si l’on ne descendait pas les échelons, on pouvait être victime de purges. Ainsi, de brusques dépositions ont eu lieu lors du conflit entre le grand-maître Karl de Trèves et le maître de Prusse Friedrich de Wildenberg en 1312. Les promotions pouvaient réciproquement être impressionnantes de rapidité.

  • 64 M. Dorna, Braci Zakonu krzyzackiego, pp. 69 et 111-112.
  • 65 Ibid., pp. 69 et 145.

45Si les carrières des dignitaires paraissent obéir à des règles de plus en plus précises, celles des autres membres sont plus aléatoires, dépendant autant des qualités individuelles que des occasions qui se présentaient aux uns ou aux autres. La rotation des postes semble fréquente : Arnold Kropf fut entre 1270 et 1294 à la tête successivement de six commanderies (Birgelau, Althaus-Culm, Gniew, Rogow, Kowalewo et Nessau)64. Dietrich de Spire fut, quant à lui, successivement commandeur de Gniew, Balga, Elbing, Tapiau ou encore Birgelau65. On peut demeurer à la tête d’une commanderie quelques mois ou plusieurs années : Arnold Kropf dirigea celle de Birgelau pendant six ans, Dietrich de Spire ne resta que quatre mois à la tête de celle de Gniew.

  • 66 Ibid., pp. 71-72.

46Il ressort des analyses effectuées par Maciej Dorna que la fonction de maître de Prusse fut jusqu’à Dietrich de Grüningen (1251-1258) confiée à des membres de l’entourage du grand-maître qui n’avaient pas nécessairement accompli de carrière sur place. Ensuite, elle fut dévolue au terme d’un cursus précis, découpé en plusieurs étapes correspondant à l’exercice de fonctions de plus en plus ardues et culminant dans la charge d’une commanderie de grande importance (Dzierzgon, Elbing), dans celle de commandeur du Culmerland ou dans les fonctions de maréchal ou de vice-maître de Prusse. Le phénomène s’accentua dans les années 1280-130966. Ainsi, Konrad de Thierberg le Jeune occupa les fonctions de maréchal et de vice-maître, Konrad Sack fut commandeur de Toruń, du Culmerland ou encore de Dzierzgon.

47On occupait la fonction de maître de Prusse en fin de carrière, alors que l’on était d’âge mûr, voire en fin de vie, comme le montrent les fréquents décès frappant leur détenteur (Konrad de Thierberg l’Ancien, Dietrich de Grüningen, Meinhard de Querfurt) ou leur disparition peu de temps après la fin du mandat (Hermann Balk, Conrad Sack, etc.). Cela n’empêcha pas certains de demeurer de longues années à la tête de la province, tels Dietrich de Grüningen, de 1251 à 1256, et Meinhard de Querfurt, entre 1288 et 1299. En revanche, Ludwig de Quedin et Konrad de Feuchtwangen ne furent qu’un an en fonction.

  • 67 M. Dorna, Braci Zakonu krzyzackiego, pp. 69-70.
  • 68 Ibid., p. 70.

48Les fonctions de commandeur du Culmerland ou de maréchal pouvaient être dévolues à des hommes plus jeunes, qui avaient cependant déjà auparavant exercé en Prusse des responsabilités importantes67. Trois commandeurs du Culmerland, Konrad de Thierberg l’Ancien (1270), Hermann de Schönburg (1277-1289) et Konrad Sack (1296-1298), furent ainsi auparavant commandeurs de Dzierzgon ; Gunther de Schwarzbourg (1299-1309) dirigea, quant à lui, la commanderie de Grudziadz. De même, avant de devenir maréchal de Prusse, Werner de Battenberg (1262) fut à la tête des commanderies de Marbourg puis de Balga, et Konrad de Thierberg le Jeune (1273-1283) dirigea la commanderie de Zantyr68.

  • 69 Ibid., pp. 76-77. Sur l’histoire de ces évêchés, voir A. Radziminski, Biskupstwa panstwo krzyzacki (...)
  • 70 M. Dorna, Braci Zakonu krzyzackiego, p. 30. Ulrich est prieur de Marbourg à partir de 1235.
  • 71 K.-H. Lampe, Urkundenbuch der Deutschordensballei Thüringen, n° 75.
  • 72 M. Dorna, Braci Zakonu krzyzackiego, pp. 362-364.

49Les clercs n’avaient de leur côté pas d’autres possibilités de promotion qu’au sein des évêchés de Prusse, en particulier dans les chapitres cathédraux de Culm, de Samland et de Pomésanie que l’ordre contrôlait, tandis que celui d’Ermland lui échappait69. Il n’était pas impossible de finir avec la dignité épiscopale : entre la création des évêchés en 1243 et 1309, on voit à treize reprises des membres de l’ordre accéder à l’un des quatre sièges épiscopaux de Prusse. Mais seuls trois d’entre eux avaient auparavant accompli leur carrière ecclésiastique sur place ; les autres venaient des terres d’Empire. Il semble que leur groupe ait eu, en la personne du prieur de Marbourg Ulrich de Dürn, un supérieur propre, dont l’exercice de la fonction daterait des années 1240-125070 : des diplômes pontificaux parlent dès 1244 et à maintes reprises du prieur de l’ordre (prior ordinis vestri ). Par ailleurs, un diplôme du grand-maître Conrad de Thuringe (7 mai 1240) mentionne Ulrich de Dürn comme prior sans le rattacher à une quelconque commanderie71. La carrière de cet homme s’est toutefois partagée entre la Prusse et l’Allemagne72.

PERSPECTIVES DE PROMOTION

50Peut-on évaluer les chances de carrière d’un membre de l’ordre en Prusse ? Autrement dit, quel est le pourcentage de chaque couche qui entre dans la catégorie des dignitaires ? Sans reprendre la distinction opérée par Klaus Militzer et Maciej Dorna entre haute et basse ministérialité d’Empire, on obtient les résultats suivants : 13 nobles sur 21, soit 61,9 %, ont accédé à des fonctions élevées. Le pourcentage est de 50 % pour les ministériaux d’Empire, de 40,4 % pour les ministériaux (44 hommes sur 109), et il tombe à 38,5 % pour les nobles Edelfrei. Il est enfin de 33 % (2 hommes sur 6) pour les bourgeois, dont les possibilités de promotion sont donc évidentes, bien que le faible nombre des personnes en jeu invite à la prudence. En somme, environ 40 % des hommes issus des couches inférieures de l’aristocratie ou de la bourgeoisie ont pu accéder aux fonctions importantes en Prusse, contre plus de 60 % pour leurs confrères issus des strates supérieures de l’aristocratie.

51L’ascension sociale au sein de l’ordre Teutonique en Prusse reflète ainsi les mouvements de la hiérarchie sociale allemande. L’accès à ces fonctions n’est interdit à personne. Mais la haute aristocratie et les ministériaux d’Empire tirent le mieux leur épingle du jeu ; la bourgeoise et la catégorie des Edelfrei ont des perspectives d’ascension moins souriantes, ce qui est conforme à ce que l’on sait de la société allemande du temps. La corrélation entre l’origine noble et l’importance des fonctions exercées au sein de l’ordre était réelle. En outre, la part des ministériaux qui réussit à exercer ces prestigieuses fonctions était sans doute moins importante dans la réalité que dans ces calculs, car la grande majorité des frères non identifiés devait faire partie de cette catégorie. Il faut donc relativiser les possibilités de promotion sociale offertes aux ministériaux, sans toutefois les minimiser.

52Néanmoins, la branche prussienne de l’ordre apparaît dominée par les ministériaux, non seulement en nombre, mais également hiérarchiquement, puisqu’ils accaparent la fonction de maître de Prusse. On ne s’explique pas comment les familles de la haute aristocratie, si bien représentées aux échelons élevés de la hiérarchie prussienne, ont laissé échapper cette fonction, la plus importante de toutes. Il y a là une véritable énigme de l’histoire sociale de l’ordre Teutonique en Prusse.

  • 73 Ibid., p. 64.

53Ainsi, les chances de réussir une belle carrière semblent liées à l’importance de l’origine sociale. La plupart des Teutoniques issus de familles puissantes et qui passèrent un temps assez long en Prusse accédèrent aux plus hautes fonctions. S’ils représentaient environ 15 % des membres de la branche prussienne, ces nobles atteignaient la proportion de 30 % au sein des dignitaires73.

LA PRUSSE, PARADIS DES HORS-LA-LOI ? L’HISTOIRE DE DIETRICH DE DYPENOW, CHASSÉ D’HILDESHEIM, PROMU À MARIENWERDER

  • 74 J. Voigt, Codex diplomaticus prussicus, n° 46. Voir W. Paravicini, « L’ordre Teutonique et les cou (...)

54Terminons ce panorama par la présentation d’un personnage singulier, mais qui n’est peut-être pas un cas isolé dans le lot des trajectoires que menèrent en Prusse des membres de la petite aristocratie d’Empire venus aider les Teutoniques, sans toujours intégrer leurs rangs. Ces combattants faisaient partie de ce que l’on pourrait appeler le « recrutement extérieur » de l’ordre. L’homme en question, Dietrich de Dypenow, apparaît pour la première fois en Prusse dans un acte d’Hermann Balk de 1236, lui donnant la garde de la forteresse de Marienwerder74. La mission était d’importance et incite à rechercher par quelles voies ce personnage était parvenu à occuper une telle fonction en Prusse. La moisson, sans être extraordinaire, permet néanmoins de reconstituer un itinéraire fascinant et révélateur des portes qu’ouvrait à certains hommes en rupture de ban l’aventure prussienne.

  • 75 H. Hoogeweg, Urkundenbuch des Hochstifts Hildesheim, t. II, n° 164. L’année précédente, Konrad, év (...)
  • 76 « Notum […] quod vir nobilis Thidericus de Depenowe, qui ius sibi dicebat advocatie archidiaconatu (...)

55C’est dans le cartulaire de l’évêché d’Hildesheim que l’on retrouve la trace de Dietrich de Dypenow. Les choses commencent sous de mauvais augures : en 1226, un Tidericus liber de Depenove figure parmi les hommes excommuniés par l’évêque d’Hildesheim75. Ses crimes paraissent nombreux, comme l’indique la formule « excommunicatus pro multis causis » accolée à son nom. Le qualificatif de liber ne permet guère de déterminer ses origines, sauf qu’il ne peut faire partie de la classe des ministériaux encore non libres à cette époque. Dans un autre acte, en date du 23 octobre 1226, l’évêque Konrad précise que ce « libre » est un « noble homme » (vir nobilis), qui est relevé de sa fonction d’avoué de l’archidiaconat de Hohenhameln et a dû en outre renoncer à tous les droits féodaux qu’il détenait dans ce territoire. L’évêque indique au passage que l’on se méfie du personnage, homme « d’une abondante cautèle »76. L’avouerie, si répandue en terre d’Empire depuis le XIe siècle, était souvent l’objet de pratiques délictueuses, d’usurpations de biens ou de droits, d’exactions fiscales, et elle fit donc l’objet de plaintes que les évêques eurent souvent à trancher. On sait par ailleurs que la taille des évêchés allemands rendait indispensable la création d’archidiaconés et que, souvent, la fonction d’archidiacre permettait à son détenteur d’atteindre une puissance équivalente à celle d’un évêque. Être l’avoué d’un archidiacre permettait donc d’exercer une autorité seigneuriale d’importance.

  • 77 « Nos advocatiam in Honhamelen a domino Tiderico libero de Depenove CL marcas examinati argenti et (...)
  • 78 « Theodericus liber » (Ibid. t. II, n° 291).
  • 79 Il déclare n’avoir aucun bien héréditaire à Vorsato/Förste et reconnaît que la dîme de l’île adjac (...)
  • 80 Cette fois, il figure sous l’appellation de Theodericus liber de Depenowe (Ibid., t. II, n° 391).
  • 81 Il renonce à deux manses à Algermissen « cum advocacia et omni iure » contre la somme de 30 livres (...)
  • 82 « Theodericus liber de depenowe […] universam herditatem meam in Iesen tam in ecclesia quam in hom (...)

56En 1227, avant le mois de septembre, l’évêque annonce avoir racheté l’avouerie en question pour la somme de 150 marcs d’argent et obtenu de Dietrich de Dypenow, mais aussi de sa femme et de son fils, qu’ils y renoncent définitivement77. On cherchait donc à se débarrasser entièrement de la famille. Mais Dietrich est encore là en 1230 et il figure parmi les témoins d’un acte de Konrad, où il est cité avant les ministériaux de l’évêque78. Un autre acte, sans doute également de 1230, nous apprend qu’il dispose de son propre sceau79. Voilà qui en fait de toute évidence un membre de l’aristocratie régionale et, en dépit des sanctions qui l’ont frappé, un personnage puissant. On le trouve encore, le 11 juillet 1234, toujours comme témoin d’un acte de l’évêque Konrad80. L’excommunication avait dû être levée depuis longtemps et la présence de Dietrich paraît avoir été indispensable au sein du réseau de domination épiscopal. Néanmoins, l’homme fait toujours l’objet de mesures de rétorsion : en 1234 ou 1235, il doit renoncer à une autre avouerie qu’il détenait, celle du monastère de Saint-Godehard, sous la pression de deux comtes, Konrad et Heinrich de Lowenroth81. Enfin, avant le 4 juillet 1235, il cède contre 102 livres son héritage de Giesen (l’église, ses dépendants et ses biens) au monastère de Saint-Godehard et renonce à tous ses biens d’avoué82. Tout s’accorde pour donner l’impression qu’il a été forcé de se débarrasser de ses avoueries, sans doute en raison de méfaits ; les puissants de la région d’Hildesheim ont manifestement voulu le chasser. De fait, lorsqu’on le retrouve, en janvier 1236, il est en Prusse…

  • 83 « Nobili viro domino Theoderico de Dypenow contulimus castrum quod dicitur parvum Quedin adiacente (...)
  • 84 « Item liberam piscacionem in lacubus insule transnogatum et ipsa Nogata secundum quod ipsi suffic (...)
  • 85 « Dabit autem ipse et successores sui domui nostre pro annuali censu talentum cere id est pondus… (...)

57Là, le 29 janvier 1236, Hermann Balk lui donna le castrum de Marienwerder, ainsi qu’une terre et des droits83. La donation est d’importance : elle comprend 300 manses, le droit de pêche dans la Nogat et les lacs (à condition de ne pas en faire un usage commercial, donc à se limiter à en tirer des ressources personnelles, le reste de l’exploitation des pêcheries servant à l’ordre) ainsi que la dîme de trois villages84. Il sera libre de vendre son bien, sauf à des Polonais ou à des Poméraniens, ce que l’insécurité existant en ces années de guerre et d’installation des Teutoniques explique aisément85. La garde de la forteresse de Marienwerder montre l’estime que lui portait Hermann Balk et la confiance que l’on avait dans ses compétences militaires.

  • 86 J. Voigt, Namen-Codex der Deutschen Ordens Beamten, n° 50.
  • 87 « Universum patrimonium cum patronatu ecclesie et omnibus que habui iure hereditario » (H. Hoogewe (...)
  • 88 Ibid., t. II, n° 564. L’acte donne les trois listes de témoins. Chaque fois figure « Otto dux de B (...)
  • 89 « Uxor etiam prefati nobilis viri Th. sicut ipse ante date fide cum aliis quibusdam militibus prom (...)
  • 90 Ibid., t. II, n° 564.

58Dietrich de Dypenow a pris de l’importance au fil des années. Le 1er octobre 1239, le vice-maître de Prusse, Berlewin, lui accorde 22 manses dans la région entre Marienwerder et Christburg86. Il a par ailleurs renoncé à revenir en Saxe : le 25 septembre 1239, un acte dressé à Hildesheim montre en effet qu’il a vendu son héritage paternel de Hotteln à l’église Saint-Barthélémy87. Or, une semaine plus tard, il est en Prusse : le laps de temps paraît bien court. En tout cas, la méfiance des élites saxonnes envers la famille ne s’est pas atténuée : le 22 mai 1240, son fils Volrad renonça également à ces biens à Förste, en présence de l’évêque Konrad. Son autre fils, Heinrich, fit de même, également en présence de Konrad et du duc de Brunswick88. Même sa femme fit l’objet d’une requête en ce sens. Or, elle était en Prusse et c’est l’ordre qui transmit à Konrad l’acte de renonciation d’Alena au dit héritage89 ! La lettre de l’ordre est datée du 3 des calendes de mai 1240 et a été rédigée à Balga : il a donc fallu un mois pour qu’elle arrive à Hildesheim. La méfiance de l’évêque n’est pourtant pas totalement éteinte : il dit que, malgré l’accord des fils de l’épouse et des témoins et en dépit de la lettre authentique de l’ordre, il a fait procéder par prudence à une mise par écrit sous son nom (« conscribi sub nomine nostro ad cautelam90 »). Autant Dietrich de Dypenow semble considéré en Prusse, autant son souvenir demeure désagréable en Saxe.

  • 91 « Nos dilecto et fideli nobis nobili viro domino T. de Tyfenow cunctisque suis heredibus tres vill (...)
  • 92 Sa fonction de burgrave a pu en faire un membre de l’ordre, mais aucun document ne l’indique clair (...)

59Sa carrière continue en tout cas en Prusse. Le 26 novembre 1242, le maître de Prusse Heinrich de Weida lui accorda plusieurs villages91. Il obtint en outre les dîmes de plusieurs autres et, surtout, eut le droit d’y installer des colons, y compris des Prutènes, à condition toutefois de se comporter envers eux avec la même rigueur que celle dont les Teutoniques faisaient preuve. Dietrich de Dypenow joua donc le rôle d’un locator au service de l’ordre92.

  • 93 Un acte du 4 août 1243 montre que son fils Heinrich est établi à demeure en Prusse, alors que Volr (...)

60Finalement, Dietrich de Dypenow, avoué coupable de crimes dans la région d’Hildesheim, excommunié, chassé ou peu s’en faut, s’est refait une situation en Prusse, où sa famille l’a suivi93. Là, il fut à la tête de l’une des forteresses de l’ordre, se constitua une petite seigneurie et semble n’avoir jamais déçu ses nouveaux maîtres, bien qu’il ne fît apparemment jamais partie de l’ordre. La Prusse aurait-elle été le « Far West » des hors-la-loi issus de la petite aristocratie germanique ?

61Après l’installation du grand-maître à Marienbourg en 1310, le recrutement teutonique se modifia quelque peu mais conserva ses principales tendances. En 1410, l’ordre comptait dans ses bailliages d’Empire 398 chevaliers. À la lumière d’un tel nombre, on comprend quel désastre a pu représenter la perte à Tannenberg de 203 membres de la branche prussienne, environ 1/8e du nombre total des Teutoniques. Cela dit, le recrutement ne tarit pas et l’on voit par exemple la commanderie de Schlochau, en Pomérélie, passer entre 1412 et 1423 de 17 à 29 frères (avant, il est vrai, de retomber à 15 en 1437-1438).

  • 94 A. Demurger, Les Templiers, une chevalerie.

62Partout où il s’est implanté, l’ordre Teutonique s’est affirmé comme un des moyens de promotion de la petite noblesse allemande. Mais, au fil du temps, il apparut de plus en plus, faute d’offrir aux élites locales de réelles carrières en son sein, comme une corporation étrangère, ce qui fut une des causes de son effondrement. Si, comme l’a bien montré Alain Demurger94, les Templiers furent victimes de l’État, les Teutoniques furent victimes de son corrélat, la Nation (lors de la guerre de Treize Ans entre 1453 et 1466). L’État fit un procès politique, la Nation une guerre…

63Il reste que l’histoire du recrutement des Teutoniques en Prusse permet d’évaluer la dimension sociale de cet ordre militaire, que l’on ne peut limiter à son rôle politique et religieux. La conquête de la Prusse est à insérer dans l’ample mouvement de colonisation allemande en Europe centrale et orientale, dont elle constitue une facette originale. S’y retrouvent des traits communs au reste du processus (fondations urbaines et rurales, défrichements et mise en valeur, promotion de catégories sociales) agglomérés à des spécificités religieuses et militaires propres à la Prusse et aux ordres militaires.

64On en déduit que l’ordre Teutonique — remarque que l’on peut sans doute étendre aux autres ordres militaires, Templiers, Hospitaliers, ordres ibériques — fut à la fois un mouvement religieux, un organisme politique et une institution offrant des perspectives d’ascension sociale à des hommes qui ne trouvaient pas leur voie dans la société du temps. L’entrée dans une corporation internationale, soumise au pape, favorisait la mise en œuvre de capacités individuelles que les perspectives de l’aventure militaire ou la vocation religieuse avaient déjà placées sur orbite. Aller combattre, prier et travailler en Prusse fut l’une des grandes aventures migratoires des XIIIe et XIVe siècles.

Notes

1 J. Voigt, Namen-Codex der Deutschen Ordens Beamten. Pour une présentation historiographique du thème : M. Hellmann, « Bemerkungen zur Sozialgeschichtlichen Erforschung ».

2 K. Scholz, Beiträge zur Personengeschichte des Deutschen Ordens ; D. Wojtecki, Studien zur Personengeschichte. Il est regrettable que D. Wojtecki n’ait pu éditer l’intégralité de sa thèse qui débordait largement du seul espace thuringien : Beiträge zur Personen-und Sozialgeschichte.

3 Kl. Militzer, Von Akkon zur Marienburg ; et Id., « Die Aufnahme von Ritterbrüdern in den Deutschen Orden ».

4 M. Armgart, Die Handfesten des preussischen Oberlandes ; M. Dorna, Braci Zakonu krzyzackiego ; M. Glauert, Das Domkapitel von Pomesanien.

5 M. Dygo, Studia na poczatkami wladztwa ; M. Löwener, Die Einrichtung von Verwaltungsstrukturen.

6 Il s’agit pour l’essentiel de recueils d’actes et de chroniques. En premier lieu : E. Strehlke, Tabulae ordinis Theutonici et le Preussisches Urkundenbuch. Voir aussi les recueils concernant les territoires voisins de la Prusse : C. P. Woelky, Urkundenbuch des Bistums Culm ; C. P. Woelky et H. Mendthal, Urkundenbuch des Bistums Samland ; H. Cramer, Urkundenbuch zur Geschichte des vormaligen Bisthums Pomesanien ; C. P. Woelky, M. Saage et H. Schmauch, Codex diplomaticus Warmiensis ; M. Perlbach, Pommerellisches Urkundenbuch. Les recueils relatifs à l’ordre Teutonique en Allemagne fournissent des indications complémentaires : J. H. Hennes, Codex diplomaticus ordinis Sanctae Mariae Theutonicorum ; Id., Urkundenbuch des Deutschen Ordens ; A. Wyss, Urkundenbuch der Deutschordensballei Hessen ; K.-H. Lampe, Urkundenbuch der Deutschordensballei Thüringen. Pour les sources narratives, il faut essentiellement se reporter à la Chronique de la terre de Prusse (livre III, § 133) de Pierre de Dusbourg, éd. de J. Wenta et S. Wyszomirski, Piotr z Dusburga.

7 Pour la Prusse, M. Glauert, « Vorbermerkungen zu einer Prosopographie ». Plus généralement : Prosopographie als Sozialgeschichte, <http://opac.regesta-imperii.de/lang_en/anzeige.php?sammelwerk=Prosopographie+als+Sozialgeschichte%3F&pk=790883>.

8 La bibliographie concernant l’aristocratie allemande au Moyen Âge est immense. Sont, parmi bien des titres, ici directement utiles : K. Bosl, Die Reichsministerialität ; J. Fleckenstein, Herrschaft und Stand ; Id., Rittertum und ritterliche Welt ; W. Hechberger, Adel, Ministerialität und Rittertum ; P. C. von Planta, Adel, Deutscher Orden und Königtum ; D. Rübsamen, Kleine Herrschaftsträger in Pleissenland ; Th. Zotz, « Die Formierung der Ministerialität ».

9 M. Perlbach, Die Statuten des Deutschen Ordens, p. 24 (Prologue, 4 et 5).

10 Ibid., p. 98 (Règle, Coutumes, 9). Le terme de « Sariantbrüder » figure dans la version allemande des Coutumes, 10 (ibid., p. 99).

11 Ils n’apparaissent que dans la révision des statuts de 1264 (M. Perlbach, Die Statuten des Deutschen Ordens, p. 136). Leur mission est définie avec précision dans les statuts de Burchard de Schwanden de 1289 (Ibid., p. 138) ; voir M. Dorna, Braci Zakonu krzyzackiego, pp. 34-35.

12 Le statut des familiers est fixé au chap. xxxii de la règle (M. Perlbach, Die Statuten des Deutschen Ordens, p. 52).

13 M. Dorna, Braci Zakonu krzyzackiego, p. 33.

14 S. Jozwiak et J. Trupinda, Organizacja zycia, pp. 399-403. Recension critique du livre de M. Dorna par R. Biskup et R. Krajniak dans Zapiski Historyczne, t. LXXIII, vol. 2/3, 2008, pp. 229-236. Les recenseurs insistent sur des oublis bibliographiques importants (travaux de M. Armgart, M. Glauert) et un manque de méthode dans l’approche prosopographique (pp. 231-233 notamment).

15 C. P. Woelky, Urkundenbuch des Bistums Culm, t. I, n° 116.

16 L’expression plenum consortium apparaît dans le chapitre xxxi de la règle relatif aux sœurs de l’ordre, qui ne bénéficient pas de ce statut de plein droit (M. Perlbach, Die Statuten des Deutschen Ordens, p. 52).

17 Un acte de Casimir de Cujavie signale la mort au combat d’un semifrater (R. Philippi, C. P. Woelky et A. Seraphim, Preussisches Urkundenbuch, I/2, n° 188) : voir M. Dorna, Braci Zakonu krzyzackiego, p. 35. Voir pour les frères sergents le catalogue de M. Dorna (Ibid., pp. 367-370).

18 Voir, en dehors des travaux cités ci-dessus, les synthèses de J. Tandecki (pour les frères laïcs) et A. Radziminski (pour les clercs) dans M. Biskup, R. Czaja et alii (éd.), Panstwo zakonu krzyzackiego, pp. 405-411 et 420-431.

19 Kl. Militzer, Von Akkon zur Marienburg, p. 391.

20 M. Dorna, Braci Zakonu krzyzackiego, p. 86.

21 L. Fenske et Kl. Militzer, Ritterbrüder im livländischen Zweig.

22 Pierre de Dusbourg, Cronica terrae Prussiae, livre II, chap. xi, p. 47 et livre III, chap. i, p. 49.

23 Voir le Bericht Salza : Th. Hirsch, Hermann von Salza Bericht, p. 164.

24 Pierre de Dusbourg, Cronica terrae Prussiae, livre III, chap. lxvi, pp. 98-99.

25 D. Wojtecki, Beiträge zur Personen-und Sozialgeschichte, p. 31 (cité par M. Dorna, Braci Zakonu krzyzackiego, p. 83).

26 Kl. Militzer, Von Akkon zur Marienburg, p. 391 ; M. Dorna, Braci Zakonu krzyzackiego, p. 84.

27 Pierre de Dusbourg, Cronica terrae Prussiae, livre III, chap. lxxxiv, pp. 109-111 : « Cecideruntque in illo conflictu in die beatae Margarethae in terra Curoviensi in campo iuxta fluvium Durbin frater Burgardus magister Livoniae et frater Henricus Botel marscalcus Prussiae et cum eis 150 fratres et de populo Dei tanta multitudo, quod eorum numerum non audivi ». Le nécrologe de la commanderie de Berne signale la mort de 140 frères (M. Perlbach, « Deutschordens Nekrologe », p. 362). Voir aussi : L. Meyer, Livländische Reimchronik, v. 5657.

28 R. Philippi, C. P. Woelky et A. Seraphim, Preussisches Urkundenbuch, I/2, n° 141.

29 M. Dorna, Braci Zakonu krzyzackiego, p. 86.

30 Pierre de Dusbourg, Cronica terrae Prussiae, livre III, chap. cxxxiii, pp. 137-138.

31 Kl. Militzer, Von Akkon zur Marienburg, p. 425.

32 Dénombrement présenté par M. Dorna, Braci Zakonu krzyzackiego, p. 41.

33 « Ubi numerus fratrum ad integritatem conventus est completus ut scilicet XII fratres et tercius decimus preceptor eorum ibidem morentur secundum numerum discipulorum Christi » (M. Perlbach, Die Statuten des Deutschen Ordens, p. 41).

34 Le terme d’Oberdeutschland permet aux historiens de distinguer les régions où l’on parlait l’« oberdeutsch » de celles, plus au nord, où dominaient le « mittel- » et le « niederdeutsch » (voir W. König, Dtv-Atlas zur deutschen Sprache, p. 64).

35 Kl. Militzer, Von Akkon zur Marienburg, p. 427.

36 Ibid., p. 429.

37 M. Dorna, Braci Zakonu krzyzackiego, pp. 43-44.

38 Ibid., p. 44.

39 Ibid., p. 47.

40 Le bailliage d’Alsace-Bourgogne englobait l’Alsace, la Suisse actuelle, le Brisgau et le sud de la Souabe ; celui de Marbourg comprenait la Hesse, le Palatinat et la région du cours inférieur du Main.

41 M. Dorna, Braci Zakonu krzyzackiego, p. 47. On n’oubliera pas que parmi les premiers frères arrivés dans le Culmerland avec Hermann Balk figuraient trois Thuringiens Konrad de Teutleben, Heinrich de Berg et Heinrich de Zeitz-Wittgendorf, ainsi qu’un Franconien, Dietrich de Bernheim.

42 Ibid., p. 49.

43 Pierre de Dusbourg, Cronica terrae Prussiae, livre III, § 52, p. 88.

44 Qui de fait se prononce « Rvawo » ; voir l’analyse de M. Dorna, Braci Zakonu krzyzackiego, p. 49.

45 R. Philippi, C. P. Woelky et A. Seraphim, Preussisches Urkundenbuch, I/2, n° 838. M. Dorna, Braci Zakonu krzyzackiego, pp. 49-50.

46 D. Wojtecki, Studien zur Personengeschichte.

47 Voir l’article 2 de cette révision limitant l’accès de l’ordre aux hommes « nobles et bien nés » (« wirdig unde wol dâzu geboren ») : M. Perlbach, Die Statuten des Deutschen Ordens, p. 149.

48 Kl. Militzer, Von Akkon zur Marienburg, p. 430.

49 Ibid., p. 430. D. Wojtecki, Studien zur Personengeschichte, p. 90, était parvenu à des conclusions semblables.

50 Kl. Militzer, Von Akkon zur Marienburg, p. 432, sépare les ministériaux d’Empire en deux couches, une « haute », qu’il incorpore à la haute aristocratie, et une « basse », qu’il associe au reste des ministériaux. Cette distinction est parfois malaisée à percevoir. Aussi ai-je préféré réunir en un bloc les ministériaux d’Empire.

51 Voir ses résultats dans M. Dorna, Braci Zakonu krzyzackiego, p. 50.

52 Ibid., pp. 56-63.

53 Ibid., p. 54.

54 Si l’on examine les hommes venus du bailliage de Thuringe, 13 étaient issus de la ministérialité des familles de Weida, Gera et Plauen ; 9 de celle des landgraves et 8 de celle des comtes de Schwarzbourg (Ibid., pp. 54-55).

55 Ils furent en fait 21, mais Konrad de Bamberg, nommé le 3 août 1299, n’exerça pas réellement sa fonction.

56 Voir Ch. Higounet, Les Allemands en Europe centrale.

57 Kl. Militzer, Von Akkon zur Marienburg, pp. 342-362.

58 Cette période probatoire apparaît dans la règle au chapitre xxix (M. Perlbach, Die Statuten des Deutschen Ordens, p. 51).

59 M. Dorna, Braci Zakonu krzyzackiego, p. 37.

60 E. Strehlke, Tabulae ordinis theutonici, n° 560 : « … indulgemus, ut clericos seu laicos liberos et absolutos […] a vobis statim recipi et sine dilatione vestrum habitum sibi dari, libere, prout in eodem ordine vestro fuit hactenus observatum, in fratres recipere valeatis ».

61 M. Dorna, Braci Zakonu krzyzackiego, p. 65, insiste sur ce phénomène, en signalant que Dieter Wojtecki l’avait déjà relevé dans sa thèse.

62 S. Józwiak, Centralne y terytorialne, pp. 114-117.

63 Notons enfin que deux grands maîtres de l’ordre, Poppo d’Osterna et Konrad de Feuchtwangen, furent à un moment de leur carrière maîtres de Prusse.

64 M. Dorna, Braci Zakonu krzyzackiego, pp. 69 et 111-112.

65 Ibid., pp. 69 et 145.

66 Ibid., pp. 71-72.

67 M. Dorna, Braci Zakonu krzyzackiego, pp. 69-70.

68 Ibid., p. 70.

69 Ibid., pp. 76-77. Sur l’histoire de ces évêchés, voir A. Radziminski, Biskupstwa panstwo krzyzackiego.

70 M. Dorna, Braci Zakonu krzyzackiego, p. 30. Ulrich est prieur de Marbourg à partir de 1235.

71 K.-H. Lampe, Urkundenbuch der Deutschordensballei Thüringen, n° 75.

72 M. Dorna, Braci Zakonu krzyzackiego, pp. 362-364.

73 Ibid., p. 64.

74 J. Voigt, Codex diplomaticus prussicus, n° 46. Voir W. Paravicini, « L’ordre Teutonique et les courants migratoires ».

75 H. Hoogeweg, Urkundenbuch des Hochstifts Hildesheim, t. II, n° 164. L’année précédente, Konrad, évêque d’Hildesheim, ordonnait à un noble inconnu de partir en Terre sainte, en raison de ses péchés, avec interdiction de retour (Ibid., n° 137). Peut-être, comme le suggère l’éditeur du volume, s’agirait-il de Dietrich de Dypenow.

76 « Notum […] quod vir nobilis Thidericus de Depenowe, qui ius sibi dicebat advocatie archidiaconatus in Honhamelen, omni iuri, quod sibi vendicabat sive quod competebat ei iure feodali de manu nostra in eisdem bonis, in manu nostra renuntiavit […] et ad habundantem cautelam filius antedicti Thederici eandem renuntiationem sive cessionem, licet a nobis nichil teneret in feodo, in presentia nostra suo firmavit assensu magister Johannes archidiaconus » (Ibid., t. II, n° 193).

77 « Nos advocatiam in Honhamelen a domino Tiderico libero de Depenove CL marcas examinati argenti et 8 talentis denariorum emptionis titulo comparasse et tam ipse cum uxore sua quam suus filius renunciavit circa dictam advocaciam penitus omni iuri » (Ibid., t. II, n° 244). Dietrich avait une femme, Alena, et deux fils, Volrad et Heinrich.

78 « Theodericus liber » (Ibid. t. II, n° 291).

79 Il déclare n’avoir aucun bien héréditaire à Vorsato/Förste et reconnaît que la dîme de l’île adjacente (Rossewerder) appartient au monastère Saint-Barthélémy (ecclesie Sultensis ) : « Tidericus de Depenowe […] notum esse volumus […] quod ego neque mei antecessores hereditatem non habuimus in Vorsato, insula vero, que adiacens est, que Rossewerdere nuncupatur, pertinet ad bona in Aerberghe, cuius insule decimam ecclesie Sultensis esse protestamur […] Hanc paginam sigilli nostri munimine duximus roborandam » (Ibid., t. II, n° 304).

80 Cette fois, il figure sous l’appellation de Theodericus liber de Depenowe (Ibid., t. II, n° 391).

81 Il renonce à deux manses à Algermissen « cum advocacia et omni iure » contre la somme de 30 livres et appose son sceau au bas de l’acte : « sigillim ei appensione roboravi » (Ibid., t. II, n° 404).

82 « Theodericus liber de depenowe […] universam herditatem meam in Iesen tam in ecclesia quam in hominibus et agris et silvis et aquis et aquarum discursibus liberaliter redonavimus. Dehinc eadem bona in comicio, quod vulgariter dicitur grevoding/Gogericht cum heredibus meis […] resignavi » (Ibid., t. II, n° 416).

83 « Nobili viro domino Theoderico de Dypenow contulimus castrum quod dicitur parvum Quedin adiacentes quoque ac inculte que possunt culta fieri CCC mansos flamingicos quorum ipse numerum mensurabit » (J. Voigt, Namen-Codex der Deutschen Ordens Beamten, n° 46).

84 « Item liberam piscacionem in lacubus insule transnogatum et ipsa Nogata secundum quod ipsi sufficit ad coquinam. Item decimas de uncis trium villarum quarum hec sunt nomina Wadekowicz, Sircoy et Myrowicz quales et quante nunc sunt vel provenient in futuro salvo tamen iure parrochiale Pastoline » (Ibid.).

85 « Dabit autem ipse et successores sui domui nostre pro annuali censu talentum cere id est pondus… marcam et coloniensem denarium, pro decima vero de singulis aratris Theutonicalibus unam mensuram que schepil dicitur siliginis et aliam tritici annuatim et quia nobilitati eius deferre decernimus, ipsi et heredibus suis nullam describimus obsequi quantitatem. Hoc autem addicimus ut si ipse vel heredes suorum voluerint ea vendere vendat libere cui vult preterquam polono seu pomerano » (Ibid.). Ici, Hermann Balk prend clairement en compte la noblesse du personnage.

86 J. Voigt, Namen-Codex der Deutschen Ordens Beamten, n° 50.

87 « Universum patrimonium cum patronatu ecclesie et omnibus que habui iure hereditario » (H. Hoogeweg, Urkundenbuch des Hochstifts Hildesheim, t. II, n° 536). Acte confirmé le 22 mai 1240 par Konrad d’Hildesheim, qui parle du « nobilis homo Theodericus de Diepenowe » (Ibid., t. II, n° 564).

88 Ibid., t. II, n° 564. L’acte donne les trois listes de témoins. Chaque fois figure « Otto dux de Brunesvic ».

89 « Uxor etiam prefati nobilis viri Th. sicut ipse ante date fide cum aliis quibusdam militibus promiserat, coram militibus Christi in Pruscia renuntiavit omni iuri, quod ipsi in eisdem bonis competere videbatur, qui nobis secundum quod convenerat inter partes de facta renuntiatione uxoris litteram transmiserunt, cuius tenorem […] inserendum duximus […] Litterarum vestrarum et domini prepositi de Sulta intellecto tenore peticionem vestram in eis factam iudicavimus exaudiri et non solum illam, sed et omnem, que ex desiderio vestro emanaverit tanquam patris et ordinem nostrum iam ex multo tempore diligentis. Igitur testimonium perhibemus attestatione presentium, quod uxor domini Theoderici de Diepenowe nobilis viri publice renuntiavit coram fratribus nostris et aliis multis in Insula sancte Marie omnibus bonis, que habuit in villa et in campo Hottenem nichil sibi iuris in eis excipiens vel reservans, ita ut maritus suus ea libere possit vendre cui velit » (Ibid., t. II, n° 564).

90 Ibid., t. II, n° 564.

91 « Nos dilecto et fideli nobis nobili viro domino T. de Tyfenow cunctisque suis heredibus tres villas prutenicas […] Ceterum libertatem habeant hec et omnia alia bona sua ex omni nacione hominibus collocandi, dummodo prutenis si quos locaverint in eis eundem rigorem quem nos nostris prutenis iniunxerimus iniungant et ipsi » (J. Voigt, Namen-Codex der Deutschen Ordens Beamten, n° 54).

92 Sa fonction de burgrave a pu en faire un membre de l’ordre, mais aucun document ne l’indique clairement.

93 Un acte du 4 août 1243 montre que son fils Heinrich est établi à demeure en Prusse, alors que Volrad paraît être resté en Saxe : « Data etiam fide in manus plurium militum ego et filius meus iunior Heynricus coram fratribus domus Theutonice in Prutia renuntiabit eidem actioni » (H. Hoogeweg, Urkundenbuch des Hochstifts Hildesheim, t. II, n° 685). Il s’intitule toujours « dictus liber de Dypenov ». Dietrich indique que son fils cadet fera parvenir une lettre munie du sceau de l’ordre et il ajoute que dès que Henri sera revenu de Prusse, il prêtera serment devant l’évêque : « promittentes, quod cito filius meus H. de Prutia in patriam reversus fuerit, renuntiationem factam debet coram domino nostro puplice protestari ». Volrad apparaît dans plusieurs actes, mais ne semble être jamais allé en Prusse au contraire du reste de sa famille. On le trouve constamment dans la région d’Hildesheim entre 1260 et 1272 : ibid., t. III, nos 10 (1260), 70 (28 octobre 1264), 109, 223, 275 (22 mars 1271), où il s’intitule miles dictus de Depenowe, et aussi nos 297 (1er mars 1272), 311 (1272) et 317 (1272) ; dans ces deux derniers, il est appelé dominus.

94 A. Demurger, Les Templiers, une chevalerie.

© Casa de Velázquez, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540