Version classiqueVersion mobile

Expertise et valeur des choses au Moyen Âge. II

 | 
Laurent Feller
, 
Ana Rodríguez

III. Mesurer la valeur : un travail d’expert

Arpenteurs en terres de conquête

La pratique de la mesure de la terre en pays valencien pendant le xiiie siècle

Enric Guinot Rodríguez

Texte intégral

  • 1 Cette étude fait partie du projet HAR2011-27662, Modificaciones del ecosistema cultivado bajomediev (...)
  • 2 Portet, 2004. Voir ici même, Portet, « Une figure d’expert agraire arlésien aux xive-xve siècles, B (...)

1Parmi les historiens qui se consacrent à la recherche en histoire rurale au bas Moyen Âge, le manuscrit de la fin du xive siècle du provençal Bertran Boysset, dont on parle dans ce volume, est fort bien connu1. L’art de destrar est une source historique quasiment unique, autant pour ce qu’elle décrit, les techniques matérielles pemettant de mener à bien la mesure des champs et des parcelles sur la base des connaissances des mathématiques et de la géométrie, que pour la magnifique collection d’images qui représentent visuellement les nombreuses opérations de mesure que l’on y explique2. Malheureusement pour nous, il n’existe pas d’œuvres similaires pour l’époque médiévale, ni dans la couronne d’Aragon sur laquelle nous travaillons ni dans la majorité des pays européens. Mais les opérations de mesure des terres étaient courantes au bas Moyen Âge, comme l’attestent aussi bien leurs traces matérielles, sur les parcellaires historiques qui sont arrivés jusqu’à nos jours, que la documentation conservée de façon individuelle à partir du xiiie siècle.

  • 3 Chouquer, Favory, 2001.

2Il est bien connu que la mesure de la terre fut une activité habituelle dans les sociétés européennes du passé, importante au moins depuis les centuriations de l’époque romaine, comme le démontre la bibliographie de plus en plus importante qui existe sur les processus de fondation de ville et la répartition des terres sur toute l’étendue de l’ancien Empire romain3. Ce qui n’est pas aussi homogène ce sont les raisons pour lesquelles les terres ont été mesurées dans les diverses sociétés européennes du passé. Dans l’Antiquité Classique on peut établir une forte connexion entre le pouvoir de l’état les processus de colonisation rurale et les installations de population, comme c’est le cas pour les vétérans militaires, avec la création d’une nouvelle propriété de la terre qui devait donc être mesurée. Et donc, dans des contextes de faiblesse de l’État, de réduction de la démographie ou de stabilisation des populations, on peut s’attendre à une diminution des processus de mesure des terres, ces derniers étant moins nécessaires, les demandes d’utilisation sociale de la terre étant moins pressantes, à la différence de cas que l’on observait au cours du long haut Moyen Âge.

  • 4 Bourin, 1995.

3C’est ce que l’on peut déduire, à grands traits, de façon assez habituelle dans l’Europe méditerranéenne médiévale avant le xiiie siècle (Italie, France, péninsule Ibérique), période où la localisation spatiale des unités de travail, parcelles ou exploitations agricoles semble plus importante que la connaissance de la valeur exacte de la surface qu’elles occupaient. Il est vrai qu’il s’agit presque toujours de sources seigneuriales entre les xe et xiiie siècles, mais la documentation se fixe sur la nécessité qu’il y a à identifier le lieu de travail, à localiser la terre qui était donnée ou vendue ainsi que l’espace agricole qui était soumis au recensement ou au prélèvement seigneurial4.

  • 5 Farías Zurita, 2009, pp. 55-56.

4Pour le Nord de la Catalogne, V. Farías Zurita a étudié des exemples de délimitation de parcelles dans la documentation des mas du xie au xiiie siècle, et a constaté que les parcelles étaient effectivement identifiées mais, s’agissant de surfaces, ce qui dominait était la référence à des unités de labour (pariliatabovada, iornale) et d’ensemencement (modiata, semodiata, quarterada, sexterada, cafizada). Fréquemment, ces mesures ne correspondaient pas totalement à une mesure unique fixe, que nous pourrions convertir en mesures actuelles identifiables et comparables5. La documentation antérieure au xiiie siècle peut être désespérante du fait du manque concret de mesures de superficie, qui lorsqu’elles existent, font trop souvent référence à des volumes de semences ou des durées de travail des animaux, comme nous venons de le voir.

  • 6 Mousnier, 2004 ; Abbé, 1998.

5La situation catalane coïncide avec les observations faites aussi bien par M. Mousnier que par J.-L. Abbé pour le Sud de la France, qui remarquent que pour ces siècles dont nous parlons, le bornage de la ou des parcelles d’un paysan par des bornes ou des pierres est une chose, et son arpentage une autre6. Cela donne sans aucun doute, à nos yeux contemporains, un caractère d’imprécision tout à fait considérable. Nous pensons que ceci est en cohérence avec les besoins de la société rurale de cette période. Le pouvoir seigneurial, pour sa part était obnubilé par l’identification de la somme à percevoir ainsi que de l’identification de celui qui y avait droit. C’était également cohérent aux yeux de nombreuses familles paysannes. Là où prédominait l’habitat dispersé sous forme de mas constitués par des exploitations homogènes, vouées à la céréaliculture et à l’élevage, et qui n’étaient pas nécessairement divisés en parcelles, la non-définition de sa surface n’était pas un problème majeur si l’on pouvait établir la présence de pierres érigées marquant les limites extérieures de l’exploitation. Pour l’usage journalier des paysans, ce bornage était bien suffisant, tandis que la majorité des taxes seigneuriales grevait ou bien l’unité familiale, en tant que vassale, ou l’unité d’exploitation, mais assez peu chacune des parcelles qui la constituaient et qui ne nécessitaient donc pas d’être mesurées par arpentage.

6La documentation commença à changer à partir de 1200 à peu près, au moins dans certaines régions méditerranéennes comme la couronne d’Aragon, où le peuplement concentré s’imposa et où la majorité des exploitations agricoles paysannes se fondèrent sur la possession d’un groupe de parcelles de terre dispersées [sur le terroir]. Elles étaient reconnues socialement et économiquement d’abord parce qu’elles étaient les unités de travail, les unités fiscales agraires sur lesquelles reposait le système de tributs et de taxes municipaux et seigneuriaux, mais aussi parce que c’est sur elles que portaient principalement les transactions foncières, et souvent aussi dans les héritages familiaux.

7La parcelle, sous les divers noms qu’elle pouvait prendre selon les régions et les langues, et quelles que fussent les cultures pratiquées, devenait progressivement l’unité de base d’identification de l’espace agricole du xiiie au xve siècles dans tous les espaces importants que nous venons d’énumérer. Normalement son identification sur le terrain était simple : elle était marquée sommairement par de petites pierres fichées en terre, ou fréquemment aussi par des monticules de terre élevés entre deux parcelles. Dans certains cas, et en fonction de la pente du terrain ou bien s’il s’agissait d’un terrain irrigué, elle pouvait être délimitée par une terrasse bien visible et construite en terre ou en pierre. Parfois aussi, et en fonction du relief, elle pouvait être limitée par un fossé ou par une petite dépression naturelle permettant la circulation de l’eau de pluie, les limites d’une zone boisée, ou de façon plus évidente par un chemin ou un sentier pour le passage des personnes et du bétail.

  • 7 Id., 1997 ; Lavigne, 1996 ; Id., 2002.

8Des connaissances spéciales ou des savoirs très compliqués n’étaient pas nécessaires pour mettre tout ceci en place. Les processus de défrichement et de mise en culture des siècles antérieurs avaient vu apparaître toute une variété de mécanismes d’individualisation des parcelles de terre. À partir du xiiie siècle la fondation de villes neuves impliqua fréquemment la délimitation d’espaces ruraux qui étaient lotis afin d’assigner à chaque habitant les parcelles qui lui revenaient. Les meilleurs exemples de ces parcellisations régulières en France, mais pas uniquement là, sont ceux des bastides occitanes, objet d’intérêt pour les chercheurs ces dernières années7.

9Parallèlement, dans le cas de la péninsule Ibérique et à partir de la moitié du xiie siècle, se produisirent deux processus sociaux et économiques qui conduisirent à l’obligation d’identifier de façon différente les parcellaires, nécessitant donc la présence d’« experts » qui puissent mener à bien cette identification. Nous nous référons aussi bien à la dynamique des vastes et importantes répartitions de terres qui se produisirent à la suite des conquêtes chrétiennes sur al-Andalus, à partir de la moitié du xiie siècle, qu’au développement progressif d’un marché de la terre aussi bien autour des villes qui ne cessaient de croître que strictement dans le monde même des communautés rurales.

  • 8 Une récente synthèse de ces répartitions dans la couronne d’Aragon, Guinot Rodríguez, Torró, 2007. (...)

10Quant au premier point, les conquêtes chrétiennes des xiie et xiiie siècles dans la moitié sud de la péninsule Ibérique, depuis le Portugal jusqu’à Valence et aux îles Baléares, en passant par l’Estrémadure, Castille-La Mancha, l’Andalousie du Guadalquivir, Murcie, le Sud de l’Aragon, et les régions de Tortosa et Lérida dans le cas de la Catalogne, impliquèrent, en parallèle, l’important processus social connu sous le nom de repeuplement. Celui-ci se caractérisa, entre autres, par la répartition de terres entre les dizaines de familles qui furent les acteurs, lors de ces deux siècles, de l’installation dans les nouveaux royaumes conquis sur les musulmans8. Mais le point le plus important dans ce processus est que ces répartitions furent faites de façon hiérarchisée par le pouvoir féodal (roi et seigneurs), pouvoir qui assignait à chaque habitant un domaine, une portion ou un lot de terres. Il n’existait pas de libre accès à la terre. La répartition était dirigée et comprenait deux étapes : la donation, avalisée par un document écrit et souvent ratifiée par une charte de peuplement, et une deuxième étape matérielle pour laquelle des personnes au service du pouvoir, officiers du roi ou officiers seigneuriaux selon les cas, procédaient à l’identification physique, sur le terrain, des domaines et des lots assignés à chacun. Il existait donc des répartiteurs et des arpenteurs, avec des connaissances techniques suffisantes pour mener à bien ces opérations.

11Le second point que nous avons indiqué est celui de la croissance du marché de la terre à partir du xiie siècle, qui détermina le besoin périodique d’évaluer ce qui était laissé en héritage, ce qui se vendait, ou le cas échéant, ce qui était saisi pour dette lors d’une procédure judiciaire. Dans le cas de la couronne d’Aragon, si l’on conserve, principalement dans des archives ecclésiastiques, des textes de vente et/ou des donations de terres depuis le haut Moyen Âge, ce fut surtout à partir de la deuxième moitié du xiie siècle que ce marché de la terre entre particuliers laissa la trace la plus importante de son activité quotidienne grâce à la prolifération des études de notaires ruraux. La plupart du temps, les documents sont toujours aussi généraux qu’auparavant dans l’identification de la parcelle, mais, petit à petit, lors de ventes et de procédures judiciaires apparaissent progressivement aussi bien l’arpentage que, plus concrètement, la figure d’« experts » qui mesuraient et/ou évaluaient la parcelle, objet de la transaction.

  • 9 Furió, 1999 ; Mira Jódar, Viciano, 1996 ; Mira Jódar, 2005.

12Nous devons inclure également un troisième point au bas Moyen Âge, pour lequel l’utilité de l’arpentage est évidente. Il s’agit de la nouvelle fiscalité présente surtout dans les sources fiscales municipales. Dans la couronne d’Aragon, les municipalités plus ou moins autonomes face au pouvoir royal ou seigneurial se multiplièrent dans la seconde moitié du xiiie siècle, et ceci même s’agissant de petites bourgades rurales, tout au moins au sud de la Couronne. Il s’en suivit un déploiement progressif des services des finances municipales qui nécessita la rédaction de registres où apparaisse le patrimoine immobilier des habitants pour son évaluation fiscale. Il était donc nécessaire d’identifier les unités soumises à impôts, les parcelles, avec leur localisation, leurs limites, et parfois, leur superficie. Bien que le processus ait été lent et se soit étalé au long des xive, xve et xvie siècles, ces llibres de la peita se firent plus précis, et l’indication de la superficie de la parcelle devint habituelle9.

Les grandes opérations d’arpentage dans le cadre des conquêtes et des répartitions au sud de la couronne d’aragon aux xiie et xiiie siècles

13Depuis le début du xiie siècle, les royaumes encore distincts d’Aragon et de Catalogne furent les protagonistes d’une double extension territoriale. Celle-ci se produisit aussi bien au nord des Pyrénées, dans les régions d’Occitanie, entre l’Aquitaine et la Provence, qu’au sud de l’Èbre, et dans le monde musulman de la partie orientale et méditerranéenne de la péninsule Ibérique. Bien que le destin des deux processus ait été différent, ils firent partie de la dynamique d’expansion de ce royaume féodal du sud de l’Europe, parallèle à tant d’autres du continent.

  • 10 Torró, 1999.

14Malgré tout, la singularité ibérique de l’existence d’une frontière avec le monde musulman facilita la continuité de cette expansion de longue durée, la société adverse étant idéologiquement considérée comme devant être détruite. Pour cela, entre 1229 et 1245, la couronne d’Aragon fut à l’origine d’un processus de conquête militaire d’une partie de la côte méditerranéenne d’al-Andalus et des îles Baléares. Cette dernière fut plus rapide dans le temps, entre la fin de 1229 et le début de 1230 et il en découla la destruction générale de la société locale d’al-Andalus. En revanche, la conquête fut plus longue dans le cas du nouveau Royaume de Valence, créé sur le territoire des anciennes taifas musulmanes de Valence et de Dénia en 1239, et la guerre y continua de façon plus sporadique jusque vers 128010.

  • 11 Guinot Rodríguez, 2011.

15La monarchie joua un rôle prééminent dans tout ce processus militaire de conquête de Sarq al-Andalus, dénommé de la même manière que l’avait été la majorité des royaumes hispaniques des deux siècles antérieurs. Ceci est à souligner car il ne s’agissait pas seulement d’une question militaire (avec le prestige et l’accroissement du pouvoir que la conquête impliquait pour la Couronne) mais également d’une question de type matériel. La Couronne décida, pour chacune de ces conquêtes successives, de répartir, de droit, le territoire, les villes, les maisons et les terres entre les nobles et les membres des milices chrétiennes qui prenaient part à ces conquêtes. Elle s’arrogea de plus un droit de répartition des terres non occupées, qui continua durant les décennies postérieures et tout au long du xiiie siècle. Ce processus est celui qui a pris le nom de répartition (repartimiento), et plus généralement, de repeuplement, même si certains d’entre nous préfèrent parler d’un véritable processus de « colonisation féodale ». La raison en est qu’il n’y eut pas seulement migration des personnes et répartition des terres, mais instauration, sur les terres conquises sur les musulmans, d’une nouvelle société féodale dans tous ses aspects politiques, juridiques, économiques, religieux, culturels et idéologiques11.

16Ces processus de répartition et de repeuplement ont été assez bien étudiés autant pour l’île de Majorque que pour le pays valencien tout au long du xiiie siècle, et nous en savons beaucoup là-dessus. En ce sens, concernant le monde rural, l’installation des colons chrétiens dans les zones d’où avait été expulsée toute ou partie de la population andalousienne antérieure, impliqua à la fois un processus de concentration du peuplement, avec très souvent fondation de villes nouvelles, et l’assignation par la Couronne ou les seigneurs de domaines ou de lots de terres à chaque unité familiale – de colons chrétiens, des paysans dans la majorité des cas.

  • 12 Torró, 2007 ; Guinot Rodríguez, 2007b.

17Le processus utilisa toujours des paramètres semblables, tant pour le domaine royal que le seigneurial, durant ce xiiie siècle. Bien que dans les villes royales il pût y avoir des donations individuelles, ce qui prédomina, généralement, fut la concession de chartes de peuplement comme cadre juridique général pour réguler l’installation des nouveaux colons, établir un niveau de fermage à payer et légaliser la concession de maisons et de terres. Plus d’une centaine de ces documents, pour les peuplements du royaume de Valence entre 1233 et 1300, ont été conservés, et dans la plupart d’entre eux l’extension des domaines des nouveaux colons chrétiens est spécifiée. La concession de 2 ou 3 jovades de terre (environ 6 et 9 hectares respectivement) prédomine. Cela pouvait être avec ou sans irrigation, selon les conditions matérielles existant dans la localité concernée et la présence de systèmes d’irrigation d’origine andalousienne ou nouvellement construits par les colons chrétiens12.

  • 13 González Villaescusa, 1996 ; Id., 2008.

18Il existe de nombreuses études faites sur ces processus de répartition, aussi bien à Majorque qu’à Valence, mais dans pratiquement tous les cas elles en sont restées à une première analyse sociale des différents types de donations et de la hiérarchie sociale qui y présidait (les nobles et chevaliers recevaient davantage, et les familles paysannes moins) et elles ont montré la claire prédominance de la création de petites exploitations familiales dotées des surfaces de terre que nous venons de citer. R. González Villaescusa a, le premier, attiré l’attention sur l’existence d’opérations planifiées de délimitation de nouveaux parcellaires dans la Valence du xiiie siècle, opérations où coïncidèrent la récupération du droit romain par le pouvoir et la récupération d’un langage spécifique de l’arpentage de l’époque romaine13.

  • 14 1237, 10 septembre : « B. Girbert, de Dertusa, domos et totam hereditatem d’Alboçach Avinçalema. II (...)

19Et effectivement, l’une des conséquences logiques de toutes ces répartitions est qu’il fallut procéder à l’identification et à la mesure, sur le terrain, des propriétés que l’on donnait à ces colons chrétiens, ce qui ne fut pas aussi simple que cela peut paraître. Concrètement, dans certains cas, la donation octroyée à un nouveau colon chrétien était constituée par la maison et les terres d’un occupant musulman antérieur, expulsé par la conquête. Par exemple, le 10 septembre 1237 le roi donnait à Bernat Gisbert, de Tortosa, les maisons et les terres appartenant au musulman Abb al-Asaq Ibn Salama dans la ville de Valence. Ou le 14 juillet 1238 il donnait au prieur de l’ordre de la Merced, les maisons et l’oratoire que possédait le musulman Ahmad Ibn Amira hors les murs de la ville de Valence (où l’ordre construisit immédiatement un couvent), ainsi que le domaine et les terres de ce même musulman dans la Huerta de Valence, dans la petite bourgade rurale (alqueria) d’Andarella14.

  • 15 1238, 19 juillet : « Milia, domos de Maymo Abenhatço in Valencia, et III iovatas in Campanario. XII (...)

20Cela signifie que les parcelles de terres qui faisaient partie de ces domaines passèrent telles quelles aux mains des nouveaux propriétaires, avec leurs limites précédentes. Il n’y eut rien à mesurer, il fallut uniquement identifier les limites de ces champs et de ces terres, sans faire naître de conflits avec les propriétaires voisins. Mais, en réalité, la grande majorité des donations de terres de ces répartitions valenciennes du xiiie siècle fut seulement identifiée par une superficie de terre théorique (3 jovades par exemple), et au mieux avec une référence géographique précisant que le bien devait être localisé dans telle bourgade rurale (alqueria) d’une municipalité ou d’un district cadastral andalousien. Parmi les milliers de cas qui sont documentés entre 1233 et 1300, on peut prendre pour exemple les cas suivants. Le 19 juillet 1238 le roi donne à une femme nommée Mila, les maisons d’un musulman à Valence et 3 jovades (9 hectares environ) dans la Huerta, à la bourgade (alqueria) de Campanar. Ou le cas de la donation du 22 avril 1248 à Joan Cerdà de maisons à Xátiva et 2,5 jovades (7,5 hectares) de terre et une demie de plus de vigne sur sa commune (soit presque 9 hectares), sans indication de lieu ou d’espace rural concrets dans cette ville15.

21Ainsi donc, l’étape suivante de la donation documentaire fut celle de la concrétisation sur le terrain de ces mêmes donations et le besoin de les délimiter et de les mesurer physiquement surgit alors. C’est donc là que se trouve la cause du grand processus d’arpentage et délimitation des parcelles de terres qui fut effectué au sud de la couronne d’Aragon, tout au long de la deuxième moitié du xiiie siècle. Cette opération était toujours menée au niveau local par des agents de la Couronne ou des seigneurs, selon le statut juridique de chaque localité, ce qui impliquait l’existence d’un personnel ayant des connaissances et une expérience suffisantes pour mesurer sur le terrain la réalité matérielle des répartitions.

Les arpenteurs du royaume de valence au xiiie siècle : divisores, partitores, sogueiatores

  • 16 « [...] perpetuo confirmamus vobis, universis hominibus christianis habitantibus et habitaturis in (...)
  • 17 AHN, OO. MM., Montesa, livre 542c, f° 37v°-38r°.

22Ces agents apparaissent facilement dans la documentation de la Couronne et beaucoup moins dans les cas des seigneuries, mais il ne fait aucun doute qu’ils sont courants dans les deux cas. Dans certains cas nous n’avons que la confirmation officielle de la répartition des terres qu’ils avaient effectuée, comme cela arrive pour la confirmation faite par le roi Jacques Ier d’Aragon le 19 février 1242 de la répartition de maisons et de terres menée à bien dans la localité de Vilafamés par Guillem Ramón de Viella16. C’était un petit chevalier catalan qui fut gouverneur de la localité dans les premières années de la conquête. Il avait également participé à la conquête d’Almenara et d’Onda en 1238 et 1241, année où il devint gouverneur royal de la localité de Vilafamés. De par sa fonction, et au nom du monarque, il concéda la charte de peuplement du 30 août 1241, où il est expliqué qu’il donne les maisons et les terres de la commune, ce qui fut confirmé par le monarque sept mois plus tard17. Bien que le texte ne soit pas totalement explicite, il semble logique de déduire que ce fut cet officier royal qui dirigea le processus d’assignation des parcelles aux nouveaux colons. Et le résultat matériel de cette action fut sans nul doute, le parcellaire absolument régulier existant dans le fond de la vallée de Vilafamés, entre cette localité et celle voisine de Vall d’Alba, qui occupe un rectangle de 1,8 kilomètres sur 4,6 kilomètres (8,3 kilomètres carrés de superficie environ) et sur laquelle nous travaillons actuellement.

23Qui donc étaient ces répartiteurs et d’où leur venait leur savoir ? Il n’est pas facile de progresser dans leur identification, mais leurs actions, en particulier la création de parcellaires réguliers, ainsi que leur présence dans les documents, sont identifiables. Dans un certain nombre de lieux il est fait référence à l’existence de personnes chargées de distribuer et d’assigner les terres aux nouveaux colons chrétiens, même s’il est difficile de leur donner un nom spécifiant leur niveau professionnel ou technique. Il est seulement indiqué que certains villageois allaient jouer le rôle de « répartiteur » (partitores) des terres aux autres colons à la demande et au nom du seigneur ou du roi. Cette fonction est bien connue dans le centre de l’Europe lors de ce même xiiie siècle et qui, dans le monde allemand, porte le nom de lokator.

  • 18 ARV, Pergaminos, Varia, n. 2. ; éd. dans Vallés Borràs, 1983, doc. 1.

24Nous pouvons citer, entre autres exemples celui de la ville de Carlet et des bourgades de son district, situées dans le centre de la région de Valence. Le 17 janvier 1252 le noble Pere de Montagut, seigneur du lieu, octroyait une charte de repeuplement à cette ville et aux bourgades du district. Il y chargeait un ecclésiastique, Joan de Cámpol, curé de l’église de Saint André de la ville de Valence, de rechercher des colons paysans (« ut vos voce nostra et nomine et loco nostro recipiatis ad dictas alcareas populandas sufficientes populatores ») et de répartir les terres (« et quilibet illorum habere ibidem domos sufficientes et quatuor iovatas terre »). Et finalement il confirmait la fonction de ce curé comme arpenteur des parcelles de chaque nouveau colon : « Habeant insuper et possideant imperpetuum domos, ortos et hereditates per vos eis terminatas, divissas et soguiatas18 ».

  • 19 González Villaescusa, 2008, p. 22.
  • 20 « Prout dictas domos et dictos ortos atque dictas tres iovatas terre uniusque vestrum fecimus sogue (...)

25Comme l’a noté R. González Villaescusa, dans de nombreuses chartes de repeuplement des xiie et xiiie siècles du sud de la couronne d’Aragon ces personnes ont effectivement un nom concret : ils sont les divisores, partitores et quinonarius, que cet auteur identifie tous sous le nom classique d’arpenteurs19. Par exemple, dans un document du 10 avril 1277 le noble Eximén de Urrea, seigneur du petit village (alqueria) de Sollana, au sud de la Huerta de Valence, octroyait la charte de repeuplement de cette localité et confirmait l’assignation de maisons et de terres faite par les divisores, sogueiatores et partitores ibi per nos assignatos et constitutos20.

  • 21 1239, 13 avril, Llibre del Repartiment de València, n. 1380 : « Episcopus Barchinone : reallum qui (...)
  • 22 1248, 4 avril, ibid., n. 606 : « Bernardo Tayllada : (P. de [...] de Luna : domos [...]) domos in X (...)
  • 23 1248, 23 juillet, ibid., n. 1345 : « Marcesie de Osca, questuarie : domos in Colzontania et heredit (...)
  • 24 Selon González Villaescusa (2008, p. 26), il pourrait s’agir d’un ancien étudiant de l’université d (...)

26Ce document nous révèle l’existence d’une diversité de termes pour parler de ce processus de donation de terres et des opérations d’arpentage nécessaires pour l’identification de la nouvelle propriété sur le terrain. De façon concrète, la documentation valencienne du xiiie siècle parle des divisores, ceux qui divisent, des partitores, ceux qui partagent, et, dans d’autres cas, des sogueiatores (ceux qui utilisent la corde pour mesurer, de soga en catalan). En ce sens la documentation royale nous donne de plus amples détails, toujours dans la ligne d’une double fonction : l’acte légal de la donation de terres et l’acte physique de leur délimitation par des techniques d’arpentage. Ainsi, dans la répartition de la ville et de la Huerta en 1237-1239, la Couronne parle uniquement de divisores, comme lors de la donation faite à l’évêque de Barcelone d’un domaine de 8 jovades de terre dans le hameau (alqueria) de Beniferri, « sicut divisse et assignate sunt vobis per divisores de Beniferre21 ». Il en est de même pour les répartitions dans d’autres villes royales de la moitié du xiiie siècle, comme dans le cas de Xátiva en 1248, où le roi indique à plusieurs reprises la donation de terres « sicut assignate et terminate sunt tibi per divisores22 », ainsi que dans le cas de la ville méridionale de Cocentaina la même année23, et en 1250 de celle de Peñiscola où l’on identifie un officier royal, Guillem de Vic, comme divisor de la commune24.

27Quant à l’expression partitores elle est utilisée dans la documentation assez postérieure, comme dans le cas de la ratification et du repeuplement en 1274 de Vila-real, au nord de Valence, faite par le roi Pierre III en janvier 1280. Le monarque confirmait :

  • 25 ACA, Cancillería Real, reg. 44, f° 196v°-197r°.

[…] universis et singulis populatoribus seu hereditariis populationis Ville Regalis, in perpetuum, domos et hereditates quas in dicte populacione et suis terminis habent ex sua donacione vel partitorum suorum, et quas per unum annum tenuerunt et possederunt in pace et sine mala voce25.

  • 26 AMV, Parchemin n. 34 (éd. dans Burns, 2007, vol. 4, n. 1161).

28Nous la retrouvons également dans un privilège général accordé par le roi Jacques Ier d’Aragon le 29 avril 1271 par lequel il confirmait aux prohoms (probi homines) de Valence et des autres villes royales du royaume toutes les dotations qu’ils avaient reçues depuis 1233, en y incluant les huertas, les champs, les vignes et les terres qui leur avaient été assignés par les répartiteurs royaux (partitoribus nostris), s’engageant, d’autre part, à ne pas refaire mesurer ces parcelles à l’avenir (soguegiare vel facere soguegiari) pour s’assurer de la réalité de leur superficie26.

  • 27 ACA, reg. 10, f° 51vº (éd. dans ibid., vol. 2, doc. 3).
  • 28 ACA, Parchemins de Jacques Ier d’Aragon, app. 29.
  • 29 ACA, reg. 11, f° 190r° (éd. dans Burns, 2007, vol. 2, doc. 326).

29En ce qui concerne l’usage de ce dernier terme, la Couronne nomma à certaines périodes des agents royaux spécifiques en tant que sogueiator pour tout un territoire. Ainsi le 25 mars 1257, Jacques Ier d’Aragon nommait Arnau de Meià arpenteur usant de cordes de tous les domaines du royaume de Valence au sud du Júcar (« quod sis sogiator omnium hereditatum regni Valencie que fuerint sogiande ultra Xucarum, ita quod tu sogies dictas hereditates et nullus alius sit ausus sogiare eas »), un espace géographique qui représentait la moitié du nouveau royaume de Valence27. Nous avons connaissance du rôle concret qu’il joua, lorsque, le 11 mars 1260, se désignant lui-même comme « sogueiator et divisor illustris domini regis », il donnait (« dono, trado et asigno per hereditatem vestram ») à García Pérez de Oillo, gouverneur royal de la ville de Castalla, au sud du royaume, 10 jovades de terres irriguées et non irriguées (30 hectares environ) ainsi que 6 fanecades de jardin potager (hortus, 0,5 ha). Il déclarait également dans ce document qu’il avait délimité lui-même ces terres (« pro ut vobis per me teninantur et asignantur »)28. Quelques années plus tard, le 10 janvier 1261, il fut remplacé par un nouveau sogueitaor royal, Bertomeu de Jaca, qui avait alors compétence sur tout le royaume de Valence. Le monarque établissait également qu’il devait percevoir pour l’ensemble de ses travaux la même somme que celle que les autres arpenteurs usant de cordes du royaume de Valence percevaient habituellement, bien qu’il dût reverser la moitié de ses gains à la Couronne, même si malheureusement le document n’indique pas le montant de la somme en question29.

  • 30 ACA, reg. 10, f° 92. (éd. dans ibid., vol. 2, doc. 206).
  • 31 « [...] pro ut terminate et assignate fuerunt tibi de mandato nostro per Arnaldum de Montesono, bai (...)
  • 32 ACA, Cancillería, reg., f° 52r°.

30Cette référence au métier peut être mise en relation avec celles concernant d’autres sogueiatores locaux, comme à Sagunt-Morvèdre en 125930, et également avec le fait que pour ces mêmes années un bailli royal exerçait aussi ces mêmes fonctions. Il s’agit d’Arnau de Monçó, bailli général du royaume de Valence au sud du Júcar : en février 1264 le roi donnait à Joan de Barbastro 6 jovades de terre (18 hectares) sur le territoire de Les Alcusses, aujourd’hui commune de Moixent, au sud-ouest de Valence, telles qu’elles avaient été mesurées par ce bailli31. En 1295, le procureur général du royaume, l’infant Pierre, nommait le musulman Said ibn Hudayl, contrôleur des poids et mesures des mosquées mudéjares des vallées de Laguar et Xaló au sud du royaume, en tant que sogueiator pour mesurer diverses possessions de leurs habitants musulmans32.

  • 33 Guinot Rodríguez, 2007b, « El repartiment feudal de l’Horta de València al segle xiii : jerarquitza (...)

31Ainsi donc, la différence d’appellation pouvait signifier une fonction différente et nous pouvons penser qu’elle impliquait, à l’origine, une certaine hiérarchie. Le partitor ou divisor était donc l’agent du roi ou du seigneur, qui dirigeait le processus en tant qu’autorité qui approuvait le procédé d’arpentage et reconnaissait de façon légale les limites du domaine identifié sur le terrain. C’est-à-dire, la personne qui déclarait officiellement que l’identification de la parcelle était correcte. Pour leur part, les sogueiatores pouvaient correspondre aux experts qui mesuraient réellement les parcelles à l’aide de leurs cordes, et donc, les techniciens qui menaient à bien l’opération physiquement, car ils avaient les connaissances en géométrie appliquée nécessaires à cela33.

  • 34 González Villaescusa, 2008, pp. 28-30, où il incorpore des illustrations du parcellaire.
  • 35 ACA, Cancillería, reg. 44, f° 180v°-181r° et f° 181v°-182r°, respectivement.

32Malgré tout, la dénomination spécifique de sogueiatores en tant qu’officiers royaux rend encore plus difficile de les dissocier de façon aussi radicale, et il est possible que, dans plus d’un cas, le répartiteur ait eu également des connaissances d’arpentage des terres car, dans les décennies 1260-1270, la monarchie nomma des répartiteurs spéciaux pour des régions particulières du nouveau royaume de Valence, en les chargeant de mener à bien l’assignation de parcelles. C’est le cas de Jaume de Llinars, un officier royal qui exerça des charges aussi bien en Catalogne qu’à Valence dans les années 1280-1290 ; il avait été cité par R. González Villaescusa comme répartiteur du territoire de Beneixama, à l’ouest d’Alicante où cet auteur identifie une opération d’arpentage régulière et l’organisation des parcelles en bandes34. De façon concrète, dans les deux chartes de peuplement octroyées par le roi Pierre III le même jour, le 11 avril 1280, aux villes de Biar et Tárbena, toutes deux au sud du royaume de Valence, le monarque confirmait à leurs nouveaux habitants chrétiens, la possession des domaines qui leur avaient été assignate et divise par ce personnage qu’il qualifiait de partitorem hereditatum regni Valencie35.

  • 36 ACA, reg. 35, f° 13 (éd. dans Burns, 2007, vol. 3, doc. 783).
  • 37 ACA, reg. 35, f° 22v°.
  • 38 ACA, reg. 71, f° 88r° ; ACA, reg. 81, f° 100r°.
  • 39 ACA, reg. 91, f° 16r° ; la qualité de citoyen (ciutadà) dans le registre 94, f° 171r°.

33Il n’est pas possible, pour l’instant, de réaliser une biographie détaillée de ce Jaume de Llinars afin de pouvoir évaluer quelle fut sa formation, et donc quel rôle il a pu jouer en tant que « répartiteur des domaines du royaume ». La première référence que nous ayons trouvée le concernant date de mars 1268, il y est identifié comme notaire de l’infant Pierre, futur roi Pierre III de la couronne d’Aragon (1276-1285), lorsqu’il fut envoyé pour recouvrer les impôts de l’infant dans la vallée d’Alfandec, dans le centre de la région de Valence36. Les années suivantes, il apparaît en tant qu’homme de confiance de l’infant, en recouvrant les impôts aussi bien qu’en effectuant des paiements en son nom ; il fut également son bailli dans plusieurs localités valenciennes dont l’infant Pierre était le seigneur, comme c’est le cas pour Pego et Beniopa en 1271 et 1272, et Gandia en 1274 et 127537. Il fut à son tour bailli royal de cette dernière ville en 1275 et 1276 et il le demeura jusqu’en 1279, au service à ce moment-là du nouveau roi, l’infant Pierre étant alors devenu le roi Pierre III. Par la suite, avec le nouveau monarque Alphonse III d’Aragon (1285-1291), il fut à nouveau recouvreur d’impôts royaux (1287, vallée d’Alfàndec), et contrôleur de la comptabilité des officiers royaux du royaume de Valence en 1290 et en 129238. De même entre 1290 et 1293, il apparaît comme premier huissier de la reine Isabelle, et il figure également en tant que citoyen de Valence, la dernière année39.

  • 40 ACA, reg. 16, f° 254, y ACA, reg. 37, f° 54v°.
  • 41 ACA, reg. 83, f° 79v°.

34La documentation permet également d’établir que, en raison de ses services, celui qui était encore l’infant Pierre lui avait donné des maisons et 8 jovades de terra (24 hectares) dans la petite commune de Almisra, au sud du royaume de Valence, en juin 1271, ainsi que la moitié des moulins royaux situés dans le hameau (alqueria) de Sueca, dans le district de Sumacàrcer, en décembre 127140. Pour sa part le roi Jacques Ier d’Aragon lui donna en 1275 des maisons dans une autre alqueria du territoire de la ville royale de Gandia, où il était bailli, et en 1290, Alphonse III lui assigna, pour la durée de sa vie, les impôts royaux de l’alqueria de Tormos, dans le district rural de Laguar, au sud du royaume41.

  • 42 ACA, reg. 37, f° 56v°.
  • 43 « Noverint universi quod nos P(etrus), Dei gracia rex Aragonum, concedimus et damus licenciam et pl (...)
  • 44 ACA, reg. 46, f° 178r°.
  • 45 ACA, reg. 63, f° 48v°.

35La fonction de Llinars en tant que répartiteur de domaines commença alors qu’il était encore serviteur privé de l’infant Pierre, puisqu’en décembre 1272, il confirmait la donation des terres que Jaume, déjà cité, en tant que bailli de Pego, avait faite aux mudéjars de cette vallée42. Grâce aux datations des documents, nous pouvons calculer qu’il demeura bailli de Gandía jusqu’en 1279, et que c’est l’année suivante qu’il devint répartiteur royal comme l’indiquent les deux chartes de peuplement antérieurement citées. Concrètement le 13 avril 1280, le roi Pierre III lui donnait le pouvoir de répartir et diviser les terres dans toutes les localités du royaume de Valence où les terres n’étaient encore assignées à personne43, et le 3 avril 1284 il lui donnait le pouvoir de répartir des maisons et des ateliers artisanaux dans la ville de Xàtiva44. Nous avons un peu plus de détails sur ses fonctions grâce à l’ordre du nouveau roi Alphonse III, le 8 février 1286, par lequel il lui était demandé de délimiter le domaine que le monarque avait donné à Pere Eimeric de Perpinyà dans la ville de Dénia45. Ce cas met en évidence qu’il était non seulement l’autorité qui assignait la propriété de nouvelles terres au nom de la Couronne mais que sa fonction était également celle de mesurer ou du moins, de faire mesurer ces nouvelles parcelles de terre.

36En résumé, la trajectoire du personnage nous donne l’image d’un notaire qui agit comme personne de confiance de l’héritier de la Couronne entre 1267 et 1276 dans la gestion de son patrimoine ; celle d’un officier de la Couronne avec une charge d’administration comptable (bailli et réviseur de comptes des autres officiers) quand l’infant devient roi, et la suite de la carrière d’officier royal pendant les deux règnes suivants arrivant ainsi au rang de citoyen de Valence et premier huissier de la nouvelle reine en 1292. Une ascension au service du pouvoir royal qui, étant donné la conjoncture de repeuplement du royaume de Valence au xiiie siècle, impliqua une responsabilité dans la délimitation des terres et des parcelles octroyées aux nouveaux colons. Il n’apparaît nulle part, cependant, qu’il ait effectivement maîtrisé les connaissances techniques nécessaires pour mener à bien ces arpentages, mais il est évident qu’elles n’étaient pas nécessaires pour la fonction publique en tant que telle car, pour la réalisation matérielle de l’arpentage et les calculs correspondants, une autre personne à son service pouvait s’en charger.

  • 46 AHN, OO. MM., Montesa, pergaminos, carpeta 518, n. 323-P (éd. dans Guinot Rodríguez, 2010, doc. 6, (...)

37Pour sa part, la résolution finale du long conflit entre l’ordre du Temple et la Couronne pour la compensation des terres que l’ordre avait reçue à Valence pour sa participation à la conquête, nous donne un certain nombre de données directes sur l’un de ces arpentages et leurs protagonistes. Concrètement frère Arnau de Castellnou, maître du Temple en Aragon et Catalogne, avait poursuivi en justice la Couronne à cause de l’inégalité de surface lors de l’échange des terres du territoire de Russafa contre celles des alquerias de Montcada et Carpesa, toutes situées dans la Huerta de Valence. C’est pour cela qu’en juillet 1271 on procéda à leur arpentage détaillé. Lors de cette opération, on constata effectivement des différences dans les surfaces. Cinq personnes furent chargées de l’opération : Ribaut de Morvedre, Bonfill, Arnau de Térmens, le fils de Castellar et Domingo de Siscar46.

  • 47 ARV, Justícia de València, n. 2, f° 61v°-62v° (éd. dans Llibre de la Cort del Justícia de València, (...)

38Ce dernier fut le premier colon de la ville de Montcada, selon sa charte de repeuplement de 1248, et il agit, durant ces années, au service de l’ordre du Temple, en tant qu’agent seigneurial, et donc sa présence était plus sûrement due à sa qualité d’agent du Temple qu’à celle d’expert en arpentage. Quant aux autres, nous avons des données qui nous permettent de penser qu’ils n’étaient pas de simples officiers de la Couronne mais des personnes possédant une certaine expérience dans des opérations d’arpentage. Le « fils de Castellar » a probablement une relation avec Arnau de Castellar, qui en août 1282 est qualifié par le juge municipal (justícia) de la ville de Valence de « soguejador » qui, dans le cadre d’un procès pour dettes devant son tribunal, le chargea de l’arpentage d’une terre de l’accusé pour en saisir une partie et la vendre aux enchères publiques pour régler cette dette47. Comme la propriété de l’accusé était plus étendue, elle fut évaluée d’abord par des experts, comme à l’accoutumée, avec consultation des voisins pour savoir le prix qu’elle pouvait avoir. Et parmi ces experts, justement, était ce même Arnau de Térmens qui apparaît dans l’arpentage de Russafa et Montcada que nous étudions.

  • 48 ACA, reg. 10, f° 131v° (éd. dans Gual Camarena, 1979, p. 100).
  • 49 ACA, reg. 16, f° 192 (éd. dans Burns, 2007, vol. 4, doc. 1017).
  • 50 Arch. Mun. Castellon, parchemin original, Antic n. 73.

39Pour sa part, le dénommé Bonfill doit être sans doute celui qui en 1260 était répartiteur d’eau et maître d’œuvre du nouveau canal d’irrigation royal de la ville d’Alzira48, un des ouvrages hydrauliques majeurs commandé par la Couronne au xiiie siècle et qui impliqua l’irrigation de centaines d’hectares. Et Ribaut de Morvedre est sans aucun doute Robau de Voltorasc, un petit chevalier qui dans ces années-là fut bailli royal de Sagunt-Morvedre, où il apparaît comme répartiteur de terres au nom de la Couronne. En juin 1270 il fut chargé par le roi Jaime Ier de réviser, en compagnie du chapelain du roi et chantre de la cathédrale de Tarragone, tous les registres de répartition du sud du royaume de Valence49. En février 1272 il dirigea l’agrandissement du faubourg de la ville royale de Castellon de la Plana, avec la délimitation d’un espace urbain mais également de parcelles de vignes50. Ainsi donc, lors de cette opération d’une envergure certaine, mesurer les terres de la Huerta de Valence (on en mesura plus de 600 hectares), trois experts, si ce n’est quatre, participèrent à la répartition de terre ; nous pouvons penser que certains d’entre eux, au moins, avaient des connaissances suffisantes en arpentage. Dans le cas de Bonfill cela paraît logique pour le maître d’œuvre du nouveau grand canal hydraulique de la ville royale d’Alzira, mais le cas de Robau de Voltorasc, petit noble local avec une activité soutenue en tant qu’officier de la Couronne dans une ville royale, est plus significatif.

40Il semble y avoir, dans l’ensemble, une diversité de profils sociaux dans ces fonctions. Les premiers divisores, délégués du pouvoir royal, furent aussi bien des petits chevaliers que des prohoms (probi homines) en charge des repartimientos. Ils détenaient la fonction administrative d’’attribution des lots aux nouveaux colons. Leur autorité politique en découlait, parce qu’ils avaient la capacité de légaliser les processus de lotissement. Mais graduellement, dans la seconde moitié du xiiie siècle, à mesure qu’on s’éloigne des années de la conquête, le rôle principal passe aux officiers royaux spécialisés, parfois à l’échelle locale, parfois au niveau du royaume. Leurs profils sont également variés : des petits nobles locaux, des notaires, quelques-uns déjà clairement des maîtres d’œuvre avec davantage de connaissances techniques pour effectuer l’arpentage.

Sur l’arpentage des terres

41Si, dans la section précédente, nous avons étudié les experts des repartimientos et des mesures de terrain, agents du pouvoir ou techniciens, nous allons maintenant aborder la procédure de la mesure de la terre à Valence au xiiie siècle. Nous allons nous servir des cas documentés par écrit, malheureusement peu concrets, mais aussi des résultats matériels de la mesure, de leur trace sur le territoire rural contemporain grâce à la méthodologie de l’archéologie spatiale, avec l’aide du nouveau système de mesure de la surface et de la longueur crée en 1239 pour effectuer les repartimientos entre les nouveaux colons chrétiens.

42Nous avons très peu de références écrites sur la façon dont se déroulait matériellement le processus d’arpentage pour les terres concédées (les jovades). De fait, la source la plus évidente de ce processus est peut-être la trace physique qui demeure, de nos jours, dans les parcellaires agraires de diverses localités valenciennes. Malgré les siècles de transactions actives autour de ces terres et de divisions des parcelles par le jeu des héritages familiaux qui ne privilégiaient pas un héritier unique, il est certain que dans des localités proches de Valence, dans la Huerta, comme Montcada, Puçol, El Puig, Meliana, Picanya, Aldaia ou Alaquàs, ainsi que dans les territoires municipaux de Vila-real, Castelló de la Plana, la Pobla de Vallbona, L’Énova, Cabanes, Les Coves de Vinromà, Sant Mateu, Salzadella, La Font de la Figuera ou Beneixama, entre autres, on peut encore identifier aujourd’hui ces parcellaires réguliers qui occupent une partie de ces territoires et qui correspondent à des mesures de surface correspondant à la jovada.

  • 51 González Villaescusa, 2004.
  • 52 Guinot Rodríguez, Selma, 2012 ; Lavigne, 2002.

43Cette étude ne fait que commencer, et c’est une question que nous analysons aujourd’hui dans le cadre d’un projet portant sur les transformations du paysage rural à Valence au xiiie siècle, mais qui fut déjà abordée en son temps par R. González Villaescusa pour le cas de Vila-real et également pour celui déjà cité de Beneixama51. Dans des travaux récents portant sur la fondation de la ville et sur la création du nouveau système d’irrigation dans les années 1270 à Vila-real, sous la direction de la Couronne, nous avons pu comprendre et expliquer la relation morphologique existant entre le réseau de canaux d’irrigations, le réseau des routes de circulations et les formes intermédiaires des parcellaires (dans le sens que lui ont donné G. Chouquer et C. Lavigne52).

  • 53 Torró, 2004, p. 28.

44Le cas de Vila-real nous a permis d’identifier l’opération d’arpentage qui fut menée à bien, créant des domaines de 2 et 3 jovades d’extension (6 et 9 hectares environ) qui sont identifiables encore aujourd’hui, dans leurs limites extérieures, encastrés entre des chemins orthogonaux à l’est (terres irriguées) comme à l’ouest (terres non irriguées) de la localité fondée en 1274. La même proposition de création d’un parcellaire régulier sur la base de ces mesures se produisit dans la ville méridionale de Pego, comme l’a montré J. Torró. Cet auteur a identifié une série d’axes parcellaires parallèles situés approximativement à 245 mètres de distances les uns des autres, une distance équivalente à six cordes (de 40,7 mètres chacune). à partir de cela on dessina des parcelles rectangulaires de 6 × 3 cordes, générant un espace parcellé régulier de presque 700 hectares53.

  • 54 Équivalence : 1 fanecada = 831,076 m2 ; 1 cafissada = 4.986,5 m2 (environ 0,5 ha) ; 1 jovada = 29 9 (...)

45Cette identification de surfaces de parcelles est basée sur une question technique spéciale : avec la conquête et la création du royaume de Valence par le roi Jacques Ier d’Aragon en 1239, la Couronne créa pour ce royaume un nouveau système de mesures, et de surfaces également, qui était différentes de celles de la société musulmane locale. Ceci nous permet d’avancer une date exacte pour la majorité des espaces et des parcellaires que nous pourrons identifier avec ces dimensions, basées sur une proportion sexagésimale : 1 jovada = 6 cafissades, et 1 cafissada = 6 fanecades54.

  • 55 1261, 17 décembre. Montpellier. Jacques I confirme à Domingo del Cavall, huissier royal, la proprié (...)
  • 56 AHN, Clero, Valldigna, parchemins, carpeta 3363, n. 2-P.

46Dans tous les cas les opérations d’arpentage des parcelles furent choses habituelles en terre valencienne durant tout le xiiie siècle. La Couronne donna, à plusieurs reprises, l’assurance générale et locale, parfois en échange d’argent, qu’elle n’ordonnerait pas de nouveaux arpentages des terres qu’avait reçu chaque fondateur de colonie. Nous savons qu’il existait des registres locaux où étaient notées toutes les terres octroyées, bien qu’il soit probable qu’il s’agisse plus de registres de la propriété distribuée que les cahiers des arpenteurs eux-mêmes55. La connaissance de ces arpentages nous permet également de découvrir les cas où les personnes s’étaient approprié plus de terres que celles qui leur avaient été octroyées. C’est ce qui arriva en avril 1269 lorsque l’infant Pierre confirma à Ramon Capeller et à sa femme Dolça, la propriété de toute la terre et des vignes dont Ramon Falconer, son bailli, avait constaté qu’elles étaient en surplus sur le domaine, quand par ordre du roi, il avait mesuré (sogueiato) les terres de l’alqueria de Benivaire, sur le territoire de la ville royale d’Alzira56.

  • 57 ACA, Parchemins de Jacques Ier d’Aragon, n. 1030.

47Il est assez difficile de trouver des documents décrivant le processus de mesures et les techniques pour le développer. L’usage de cordes est évident par les références qui y sont faites pour certaines opérations, comme dans le cas que nous venons d’évoquer de l’arpentage en 1271 des territoires de Russafa, Montcada et Carpesa dans la Huerta de Valence. De fait ce procès remontait à 1246, lorsqu’on procéda au changement des alquerias rurales déjà citées, et déjà à ce moment-là la Couronne assura les Templiers qu’elle compenserait la différence de surface : « […] ad restituendum vobis in regadivo ultra centum octuaginta iovatas terre de Ruçaffa, si amplius inveniretur ibi de terra que sit apta laboracioni, et restitucionem illam faciemus vobis cum corda qua mensurantur iovate Valencie, a Paterna usque Museros57 ».

  • 58 García Edo, 1996, pp. 713-728 ; Colon, Garcia, 2002.

48Cette corde est une réalité physique, mais également une unité de mesure ainsi que nous l’avons dit précédemment, et son existence est attestée dans le texte juridique même des fors (Fueros) du royaume de Valence. Il s’agit du code légal que le roi concéda à la suite de la conquête et la création du royaume de Valence en 1239 et qui avait pour base non seulement la législation classique du Droit Romain enseigné à l’Université de Bologne à cette époque-là, mais également la copie intégrale d’abondantes parties du Code Justinien du vie siècle58. Bien que les rubriques qui y figurent ne portent pas de dates concrètes dans le manuscrit le plus ancien conservé, qui n’est pas l’original, les spécialistes s’accordent à identifier les différents paragraphes que nous allons citer maintenant à leur rédaction originale de cette année 1239. Concrètement au paragraphe 38 du livre IX, on établit la mesure de longueur, la brasse royale, à partir de la corde avec laquelle on mesurait les terres (une corde des fors compte 40,77 mètres et une brasse royale 2,0385 mètres).

  • 59 « I. La corda ab la qual les jovades e la terra és soguejada e mesurada ha XX braces reals, e en ca (...)

49Mais le plus important, pour ce qui nous intéresse ici, c’est que furent immédiatement établies deux formes géométriques d’arpentage des parcelles, celles-ci pouvant être aussi bien carrées que rectangulaires, et ceci tant dans le cas de mesures plus petites (en fanègues) que plus grandes (en jovades)59. Les cas déjà cités de Beneixama, Vila-real, Pego et autres, nous indiquent que le plus habituel fut la mesure de ces parcelles rectangulaires, dans la proportion de 2 pour 1 sur leurs côtés respectifs. Ceci facilitait la régularité car, comme on peut le déduire du texte, la mesure de longueur basique, la corde forale, ne permettait pas de délimiter des parcelles parfaitement carrées. Ceci nous ouvre, sans aucun doute, une nouvelle ligne de recherche et d’analyse car elle nous oblige à nous demander pourquoi l’unité du système métrique, nouvellement créé pour la répartition de Valence en 1239, ne fut pas réfléchie et ajustée de manière à permettre des figures géométriques exactes au moment de mesurer physiquement le parcellaire que l’on répartissait, mais ceci correspond à d’autres possibles travaux.

50De la même façon, il faut tenir compte qu’il n’était pas possible, dans toutes les localités et les territoires ruraux, de mesurer de façon tout à fait nouvelle des parcelles ayant une certaine extension, spécialement dans le cas où l’on prétendait mesurer les nouvelles propriétés de plusieurs hectares (les jovades). La raison en est aussi bien physique que légale. Comme nous l’avons expliqué plus haut, dans les zones cultivées à l’époque musulmane, en particulier autour des villes, une partie des nouvelles propriétés des colons chrétiens correspondaient à des terres ayant appartenu à un musulman, en en conservant les limites. Les divisores et les sogueiatores durent respecter leurs limites externes et y adapter l’arpentage de nouvelles propriétés. Ceci rendit certainement plus difficile l’arpentage de parcellaires réguliers dans une partie de ces lieux, et nécessita de délimiter des parcelles de dimensions non conformes au modèle de mesure de superficie de base sexagésimale créé par la Couronne.

  • 60 Guinot Rodríguez, 2008b ; Guinot Rodríguez, Esquilache, 2012, pp. 229-276.

51Un second problème s’ajoute, celui-ci de caractère physique, qui est que dans les zones cultivées avant la conquête chrétienne, en particulier en zone irriguée, dans les huertas, existe une trame morphologique qui structurait l’espace : des chemins de circulation entre des espaces de résidence, des chemins d’accès aux champs cultivé, des canaux d’irrigation et des terrasses de cultures. Nous avons vérifié que plus on était proches des centres urbains plus dense était ce réseau spatial, et il fut vraisemblablement respecté dans la plupart des cas lors de l’arpentage de la nouvelle propriété de la terre. Comme nous l’avons étudié dans le cas de la ville de Montcada, de la Huerta de Valence, les divisores et les soguieatores s’adaptèrent à ces axes spatiaux pour mesurer la nouvelle propriété, les utilisant majoritairement comme limites des nouvelles propriétés, car la logique économique était de profiter au maximum des infrastructures agricoles existantes60.

  • 61 Guinot Rodríguez, 2003.

52Il existe un dernier problème dans l’arpentage des parcelles, car délimiter la propriété mesurée en jovades (hectares) est une chose, comme nous venons de l’expliquer, mais autre est diviser cette propriété en parcelles réelles cultivables, avec des superficies moindres, en particulier s’il s’agissait de terres irriguées où il était nécessaire d’avoir des terrasses pour maintenir la pente et pouvoir irriguer. Comme il s’agissait d’opérations particulières, il y a peu de documents à ce sujet, mais nous avons quelques exemples qui mettent en évidence ce problème auquel ils durent faire face au moment de l’arpentage. Ainsi le 9 juillet 1253, un petit chevalier, Martín Pérez de Oteiza, donna en emphytéose à 13 paysans les 2,5 jovades d’une terre qu’il avait dans l’alqueria de la Saïdia, dans la Huerta de Valence. Ce qui est intéressant dans cet exemple c’est que toutes les parcelles créées ne furent pas égales, et qu’une partie d’entre-elles n’eut pas une mesure standard fondée sur le système sexagésimal des fors. Six d’entre-elles furent en effet délimitées par 6 fanecatas et deux autres par 9, et donc l’unité de base de division de la jovada (1 jovada = 6 cafissatas = 36 fanecatas) ou un multiple simple (9). Mais pour les autres, soit il leur en manquait soit elles en avaient en trop : leurs mesures furent 7 fanecades, 11,5 fanecades, 6,5 fanecades, et deux fois 5,5 fanecades. Pour nous, la seule explication dans ces irrégularités dans les mesures en relation avec le standard de 6 fanecades, dans un milieu physique totalement plat comme l’est la Huerta de Valence, est qu’il existait des limites importantes qui ne permettaient pas de circonscrire la parcelle, et ces limites devaient être le tracé des chemins de circulation et les canaux principaux d’irrigation, qui, nous le savons, traversaient cet espace rural de la Saïdia61.

Conclusions

53Cet article a cherché à présenter une pratique spécialisée, la mesure de la terre à l’époque médiévale, dans un contexte particulier, où les opérations sont dirigées par le pouvoir royal et seigneurial. En effet, dans le cadre des répartitions du sud de la Couronne d’Aragon du xiie siècle et particulièrement au xiiie siècle à Majorque et Valence, il y eut d’importants processus d’arpentage pour pouvoir délimiter et assigner aux nouveaux colons chrétiens les propriétés qu’ils possédaient. Toutes ces opérations de répartition furent menées à bien par un certain nombre de personnes, au moins durant de la première génération de ces colons. Comme il est logique, il n’y eut pas d’organisme central formé par des spécialistes, bien au contraire et quelques exemples nous montrent que dans chaque ville du domaine royal ce fut un agent local qui se chargea de délimiter les parcelles et même de les donner. Ce sont les divisores, repartitores et sogueiatores qui apparaissent dans les documents, présentant une apparente séparation des fonctions entre les charges publiques ou seigneuriales, qui autorisaient légalement la donation de terres, et ceux qui effectuaient les arpentages sur le terrain, les arpenteurs. Mais l’évolution documentaire du xiiie siècle ne différencie pas encore clairement cette répartition de fonctions. Elle semble plutôt indiquer que les premières années, entre 1230 et 1260, immédiatement après la conquête, quand se produisirent les premières répartitions de terres dans de nombreuses localités en peu d’années, l’important fut la direction et le contrôle légal du processus de la part des agents royaux ou seigneuriaux. Et c’est à partir des années 1260, que nous avons identifié des arpenteurs plus spécialisés, comme Jaume de Llinars, Robau Voltorasc, ou Bonfill, maître d’œuvre. Les uns, officiers royaux, le dernier spécialiste de la construction, mais dans tous les cas il ne nous semble pas qu’une grande spécialisation soit nécessaire pour mesurer les terres en ce contexte.

54Quant aux opérations spécifiques à la mesure des terres à Valence au xiiie siècle, nous avons deux façons de les aborder, même approximativement. D’une part, la documentation donne peu d’informations sur la procédure et les instruments. Les cas documentés donnent des informations sur les participants et le lieu, et aussi sur l’utilisation de cordes comme outils primaires. La corde est également une nouvelle mesure de longueur créée par le roi Jacques Ier en 1239 l’année même où un nouveau chapitre est inclus dans les nouveaux Fueros de Valence qui explique en détail comment mesurer les parcelles de terre sur le terrain selon leur forme, rectangulaire ou carrée.

55C’est pourquoi le meilleur témoignage de ces opérations est la trace physique sur le terrain parce que, même aujourd’hui, il est possible d’identifier des parcellaires qui ont été créés par les colons chrétiens de Valence au xiiie siècle. En étudiant la morphologie de la surface agricole, en particulier dans les zones irriguées ou les huertas, nous avons commencé à identifier ces opérations caractérisées par leur tendance à la régularité dans les distances et les proportions des parcelles. La raison en est l’attribution des parcelles de terrain à chaque colon, mais dans cette régularité et l’identification dans les planimétries cadastrales modernes, il joue également un rôle important l’existence d’un nouveau système de mesures de longueur et de surface mis en place par la monarchie en 1239, comme nous l’avons expliqué dans le texte.

Notes

1 Cette étude fait partie du projet HAR2011-27662, Modificaciones del ecosistema cultivado bajomedieval en el reino de Valencia.

2 Portet, 2004. Voir ici même, Portet, « Une figure d’expert agraire arlésien aux xive-xve siècles, Bertrand Boysset », pp. 115-122.

3 Chouquer, Favory, 2001.

4 Bourin, 1995.

5 Farías Zurita, 2009, pp. 55-56.

6 Mousnier, 2004 ; Abbé, 1998.

7 Id., 1997 ; Lavigne, 1996 ; Id., 2002.

8 Une récente synthèse de ces répartitions dans la couronne d’Aragon, Guinot Rodríguez, Torró, 2007. Voir ici, Martinez Sopena, « Poblar y repartir en el siglo xiii », pp. 57-83.

9 Furió, 1999 ; Mira Jódar, Viciano, 1996 ; Mira Jódar, 2005.

10 Torró, 1999.

11 Guinot Rodríguez, 2011.

12 Torró, 2007 ; Guinot Rodríguez, 2007b.

13 González Villaescusa, 1996 ; Id., 2008.

14 1237, 10 septembre : « B. Girbert, de Dertusa, domos et totam hereditatem d’Alboçach Avinçalema. IIII idus septembris. 1238, 14 juillet, Frater [J. Verdera] P. de Nonasch, ordinis domus sancte Eulalie Barchinone, domos in Boatella extra Valenciam de Abenhiara, [et totam hereditatem suam] cum misquita que est iuxta domos, et hereditatem eiusdem sarraceni quam habet in alqueria de Andarella », II idus julii (Llibre del Repartiment de València, n. 59 et 479, respectivement).

15 1238, 19 juillet : « Milia, domos de Maymo Abenhatço in Valencia, et III iovatas in Campanario. XIIII kalendas augusti. 1248, 22 avril : Iohannis Cerda : domos in Xativa, franchas et liberas, contiguas domibus quas tenet Dominicus de Terol, et duabus viis publicis. Et duas iovatas et mediam terre et mediam vinearum. X kalendas madii » (ibid., n. 496 et n. 673, respectivement).

16 « [...] perpetuo confirmamus vobis, universis hominibus christianis habitantibus et habitaturis in castro et villa de Villafames, et eisdem termino et pertinenciis, terras, domos, statica, ortos et hereditates, honores, quos Guillelmus Raimundus de Biella asignavit vobis in dicta villa et termino ac pertinentiis eiusdem, et odie possidetis et tenetis. Ita quod ea omnia vobis a dicto Guillelmo Raimundo donata et asignata a modo vobis et vestris successoribus, salva sint et servata imperpetuum » (ARV, Clero, Montesa, caja 2329).

17 AHN, OO. MM., Montesa, livre 542c, f° 37v°-38r°.

18 ARV, Pergaminos, Varia, n. 2. ; éd. dans Vallés Borràs, 1983, doc. 1.

19 González Villaescusa, 2008, p. 22.

20 « Prout dictas domos et dictos ortos atque dictas tres iovatas terre uniusque vestrum fecimus sogueiari, mensurari et tradi per divisores, sogueiatores et partitores ibi per nos assignatos et constitutos, iamdictas itaque domos francas et liberas, cum suis solis, fundamentis, parietibus, tectis, algurfii, coopertis partis et fenestris, et dictas fanecatas terre pro ortis, francas et liberas, et dictas tres iovatas terre cum cequiis, aquis ad rigandum, arboribus cuiuscumque generis sint vel erunt, intratibus et exitibus, afrontacionibus, terminis et pertinenciis, proprietatibus et integritatibus universis et singulis, a celo in abissum, vobis et vestris perpetuo damus et stabilimus ac concedimus » (ACA, Cancillería, reg. n. 39, f° 170r°-v° ; éd. dans Febrer Romaguera, 1991, pp. 119-122).

21 1239, 13 avril, Llibre del Repartiment de València, n. 1380 : « Episcopus Barchinone : reallum qui est in Beniferre et fuit de Modef, patre de Çahen, cum I iovatam terre dicto reallo pertinente et contigua, et in emenda illarum VIII iovatarum quas accipere debebatis in Rambla ; VIII iovatas in Beniferre, sicut se et assignate sunt vobis per divisores de Beniferre, recognoscentes quod de predictis omnibus reallo et iovatas fecimus donacionem in exercitu Valencie, X kalendas iunii, era sex. Idus aprilis ».

22 1248, 4 avril, ibid., n. 606 : « Bernardo Tayllada : (P. de [...] de Luna : domos [...]) domos in Xativa, franchas et liberas, et II iovatas et mediam terre et mediam vinearum in termino Xative, sicut assignate et terminate sunt tibi per divisores, unaquaque iovata pro X solidis. II nonas aprilis, in obsidione Luxen ».

23 1248, 23 juillet, ibid., n. 1345 : « Marcesie de Osca, questuarie : domos in Colzontania et hereditatem que fuit alchaydi de Colzentania, que est inter rivum de Alchoy et rivum de Colzontania, in loco ubi dicti ambo rivi coniunguntur, pro ut hec assignatis et terminatis sunt tibi per divisores. X kalendas augusti ».

24 Selon González Villaescusa (2008, p. 26), il pourrait s’agir d’un ancien étudiant de l’université de Bologne de 1218, ce qui démontrerait que ces agents royaux ne furent pas de quelconques serviteurs du monarque mais des personnes ayant une formation.

25 ACA, Cancillería Real, reg. 44, f° 196v°-197r°.

26 AMV, Parchemin n. 34 (éd. dans Burns, 2007, vol. 4, n. 1161).

27 ACA, reg. 10, f° 51vº (éd. dans ibid., vol. 2, doc. 3).

28 ACA, Parchemins de Jacques Ier d’Aragon, app. 29.

29 ACA, reg. 11, f° 190r° (éd. dans Burns, 2007, vol. 2, doc. 326).

30 ACA, reg. 10, f° 92. (éd. dans ibid., vol. 2, doc. 206).

31 « [...] pro ut terminate et assignate fuerunt tibi de mandato nostro per Arnaldum de Montesono, baiulum nostrum regni Valencie ultra rivum Xuchari » (ACA, reg. 12, f° 24r° ; éd. dans ibid., vol. 2, doc. 529).

32 ACA, Cancillería, reg., f° 52r°.

33 Guinot Rodríguez, 2007b, « El repartiment feudal de l’Horta de València al segle xiii : jerarquització social i reordenació del paisatge rural » (dans Guinot Rodríguez, Torró 2007, pp. 115-200).

34 González Villaescusa, 2008, pp. 28-30, où il incorpore des illustrations du parcellaire.

35 ACA, Cancillería, reg. 44, f° 180v°-181r° et f° 181v°-182r°, respectivement.

36 ACA, reg. 35, f° 13 (éd. dans Burns, 2007, vol. 3, doc. 783).

37 ACA, reg. 35, f° 22v°.

38 ACA, reg. 71, f° 88r° ; ACA, reg. 81, f° 100r°.

39 ACA, reg. 91, f° 16r° ; la qualité de citoyen (ciutadà) dans le registre 94, f° 171r°.

40 ACA, reg. 16, f° 254, y ACA, reg. 37, f° 54v°.

41 ACA, reg. 83, f° 79v°.

42 ACA, reg. 37, f° 56v°.

43 « Noverint universi quod nos P(etrus), Dei gracia rex Aragonum, concedimus et damus licenciam et plenum posse vobis fideli nostro Iachobo de Linariis que perciamini et dividatis populatoribus quos ad hec idoneos inveneritis, hereditates castrorum et locorum nostrorum regni Valencie que aliis non sunt date. Nos enim porciones seu divisiones quas vos auctoritate nostra feceritis de predictis hereditatibus seu aliqua eorundem, ratas et firmas habere promittimus et servare dum me ipse parciones facte sint absque iuris mei et alterius lesione. Datum Algezire, idus Aprilis anno Domini M° CC° LXXX » (ACA, Cancilleria, reg. 44, f° 178r°). Pour le moment c’est l’unique document que nous ayons trouvé qui utilise le verbe perciari dans le sens d’arpenter et qui établit un rapport entre arpenter et faire des parts.

44 ACA, reg. 46, f° 178r°.

45 ACA, reg. 63, f° 48v°.

46 AHN, OO. MM., Montesa, pergaminos, carpeta 518, n. 323-P (éd. dans Guinot Rodríguez, 2010, doc. 6, pp. 37-38).

47 ARV, Justícia de València, n. 2, f° 61v°-62v° (éd. dans Llibre de la Cort del Justícia de València, t. I, pp. 304-307).

48 ACA, reg. 10, f° 131v° (éd. dans Gual Camarena, 1979, p. 100).

49 ACA, reg. 16, f° 192 (éd. dans Burns, 2007, vol. 4, doc. 1017).

50 Arch. Mun. Castellon, parchemin original, Antic n. 73.

51 González Villaescusa, 2004.

52 Guinot Rodríguez, Selma, 2012 ; Lavigne, 2002.

53 Torró, 2004, p. 28.

54 Équivalence : 1 fanecada = 831,076 m2 ; 1 cafissada = 4.986,5 m2 (environ 0,5 ha) ; 1 jovada = 29 919 m2 (environ 3 ha).

55 1261, 17 décembre. Montpellier. Jacques I confirme à Domingo del Cavall, huissier royal, la propriété des maisons et domaines qu’il possédait à Alzira et ses alentours, aussi bien ceux donnés par le roi et les répartiteurs comme ceux achetés, comme il est consigné dans les livres de répartition de ces mêmes répartiteurs (AHN, Clero, Valldigna, parchemins, carpeta 3361, n. 16-P).

56 AHN, Clero, Valldigna, parchemins, carpeta 3363, n. 2-P.

57 ACA, Parchemins de Jacques Ier d’Aragon, n. 1030.

58 García Edo, 1996, pp. 713-728 ; Colon, Garcia, 2002.

59 « I. La corda ab la qual les jovades e la terra és soguejada e mesurada ha XX braces reals, e en cascuna corda ha XL e V alnes de la ciutat de València. II. La miga fanecada de terra ha de cascun costat X braces de la dita corda e axí ha C braces quadrades. III. La fanecada de terra ha de cascun costat XIIII braces de la dita corda e fallen-ne de tot IIII braces, les quals cové que s’ajusten a tota la fanecada, e axí ha la fanecada CC braces quadrades. IV. La fanecada, segons altra mesura, ha X braces en amplea e XX braces en longuea. V. La jovada quadrada ha de cascun costat III cordes e quarta e sobren a tot XXV braces, les quals deuen ésser levades de la dita jovada, e axí ha la dita jovada quadrada en aquesta manera VII mília e CC braces quadrades. VI. La jovada, segons altra mesura, ha III cordes e·I cap e sis cordes en longuea. VII. Trenta VI fanecades que són VI kaffiçades, fan una jovada » (Colon, Garcia, 1999, pp. 217-218).

60 Guinot Rodríguez, 2008b ; Guinot Rodríguez, Esquilache, 2012, pp. 229-276.

61 Guinot Rodríguez, 2003.

Auteur

Universitat de València

© Casa de Velázquez, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search