Version classiqueVersion mobile

Expertise et valeur des choses au Moyen Âge. II

 | 
Laurent Feller
, 
Ana Rodríguez

II. Écrire et formaliser l’expertise

Le greffier, les jurés tauxeurs et les experts

L’inventaire après décès et sa mise en œuvre à Dijon à la fin du Moyen Âge (1389-1588)

Guilhem Ferrand

Texte intégral

  • 1 Van der Woude, Schuurman 1980 ; Baulant, Schuurman, Servais, 1988.

1L’inventaire après décès, ou plus exactement l’inventaire mobilier, est une source qui, en tant que telle, a fait l’objet d’investigations poussées il y a une trentaine d’années, de la part de médiévistes et de modernistes, à l’échelle européenne et même mondiale. En témoignent, en particulier, deux colloques publiés successivement en 1980 et 19881. Le premier d’entre eux, surtout, est centré sur la source et sa critique. Pourtant, les différentes communications ne parlent pas de la procédure dont l’inventaire, en fin de compte, est le produit et le résultat – ou trop peu. C’est pourtant de là qu’il faut partir si l’on veut comprendre le document et pouvoir l’utiliser correctement.

2Les inventaires dressés par la ville de Dijon constituent un fonds volumineux conservé aujourd’hui aux archives départementales de la Côte-d’Or ; il couvre la période comprise entre 1389 et la Révolution, sans qu’il soit possible de dire si les inventaires conservés représentent la totalité du fonds ou s’il manque des documents. Il a fait l’objet d’études nombreuses de la part de Fr. Piponnier, qui l’a fait connaître et en a montré la valeur et la richesse. Selon elle, il y a plus de 5 000 inventaires conservés dans ce fonds. Dans le cadre d’un post-doctorat effectué au premier semestre 2012 à l’université de Bourgogne, au sein du laboratoire ARTeHIS, sur « le vin et le lieu en Bourgogne », sous la responsabilité scientifique de J.-P. Garcia, j’ai dépouillé in extenso les inventaires des 200 premières années, de 1389 à 1588 ; j’ai opéré plusieurs sondages par la suite. Ce que j’ai dépouillé en intégralité et que je suis en train de travailler à éditer, représente à peu près 832 inventaires. À peu près, parce qu’il n’est pas tout à fait facile de savoir comment comptabiliser ces inventaires. Si on distingue les documents conservés selon l’identité des familles concernées, il y a 832 dossiers différents. Leur répartition dans le temps n’est pas égale.

xiv e siècle (à partir de 1389)

46

1re moitié du xve siècle

670

2nde moitié du xve siècle

69

xvi e siècle (jusqu’en 1588)

47

Tableau 1. — Répartition dans le temps des 832 inventaires dépouillés

3Deux ruptures majeures apparaissent. La première se situe au milieu du xve siècle, au moment où est refondue la coutume générale de Bourgogne. Concomitante de la chute du nombre d’inventaires – annuellement presque divisé par dix – cette refonte est sans doute l’explication de cette baisse. Après elle, le nombre d’inventaires reste bien moins élevé que ce qu’il était auparavant, sauf accident, comme en 1595 par exemple. La seconde se situe dans le courant de la première moitié du xviie siècle sans doute, ou peut-être même dès la fin du xvie siècle. À ce moment-là, l’inventaire change dans sa teneur : il perd, pour nous historiens, une bonne partie de son intérêt. Les descriptions, en effet, disparaissent ou diminuent beaucoup en consistance : là où, par exemple, au xve siècle, chaque drap était décrit avec sa couleur, le motif de son décor le cas échéant, souvent sa provenance, il n’y a plus désormais qu’une simple comptabilité : « tant de draps » ! Ce n’est pas propre à Dijon ni à la Bourgogne : tous les modernistes qui ont travaillé sur le sujet s’accordent à dire que les inventaires modernes, à peu près à ce moment-là, perdent partout de leur valeur intrinsèque.

4Le fonds dépouillé concerne donc surtout la première moitié du xve siècle et ouvre une fenêtre sur la société de Dijon assez formidable, en quantité comme en qualité. Chaque document en lui-même et tous les documents ensemble témoignent de la procédure mise en œuvre pour aboutir à l’inventaire. Réfléchir au processus juridique et pratique aboutit à constater que l’inventaire est un document normé et qu’il traduit, dans sa formalisation écrite, une procédure normalisée ; le texte écrit rend pourtant compte de discordances entre cette norme et la pratique de terrain ; ces divergences signalent le recours à l’expertise et permettent d’en saisir à la fois les modalités et le sens.

Le préambule du document décrit une procédure bien rodée

  • 2 Ridard, Essai sur le douaire dans l’ancienne Bourgogne et chartes de l’abbaye de Saint-Étienne de D (...)
  • 3 Arch. Dép. Côte-d’Or, B II 356/2, C 12-11, n° 3, f° 1. Toutes les références indiquées renvoient à (...)
  • 4 Chevrier, 1945.

5L’inventaire est un document juridiquement à la fois simple et complexe. Simple, parce qu’il protège efficacement l’intérêt des héritiers mineurs ou inconnus au moment du décès de leurs parents ou de l’un d’entre eux. Complexe, parce qu’il se situe à la confluence de plusieurs droits : celui du défunt, celui du veuf, celui des héritiers, celui du maire de Dijon et celui du duc de Bourgogne. Il relève de deux droits coutumiers distincts, selon que les époux se sont mariés sous le régime de la coutume générale de Bourgogne ou sous le régime de la coutume particulière de la commune de Dijon. La différence est substantielle : la coutume générale de Bourgogne accorde une stricte égalité entre les époux ; la femme possède donc la moitié des biens du couple. La coutume de Dijon, pour sa part, ne reconnaît aucun droit à la femme2. Pourtant, une mesure de protection est tout de même enclenchée par le maire de Dijon en cas de décès de cette dernière. Plusieurs préambules d’inventaire rendent compte du problème : ils exposent un conflit survenu entre la mairie et le veuf au moment où la procédure est mise en route. Le veuf, en effet, conteste la possibilité de l’opération : ses enfants ne peuvent avoir aucun droit sur les biens de la maison puisque son épouse n’en avait aucun. C’est le cas, par exemple, à l’occasion de l’inventaire des biens de la femme de Guillamot Borchart le 17 février 1422 (n. st.). Le veuf récrimine contre la mairie de Dijon : « […] led. Guillamot a dit que tous lesd. biens sont a icellui Villamot pour ce qu’il est marie a Diion et que la coutume dud. Diion est telle que tous les biens meubles et acquest sont au mari3 ». Ces contestations sont sans fondement juridique : la protection des mineurs implique l’inventaire des biens4. À plusieurs reprises, toutefois, sans que cela soit dit explicitement, on comprend qu’il y a eu transaction. Auquel cas, les différentes parties s’accordent pour estimer au quart des biens les droits de l’épouse.

  • 5 Loyce, 2005, pp. 9-10.

6Le document écrit, tel qu’il est conservé, rend donc compte d’une procédure régie en droit et, visiblement, bien rodée en pratique. Chaque inventaire se présente sous la forme d’un petit cahier de papier, plus ou moins épais selon les cas ; parfois, il s’agit d’un rouleau ou de quelque chose qui y ressemble, mais c’est très rare. Chaque document est nettement identifié, distinct chacun l’un de l’autre, et présenté de manière très claire pour le lecteur. Il est rédigé en français. En dépit de ses variantes de surface, le document est normé. Cela contraste fortement avec d’autres corpus d’inventaires, réunis au fil du dépouillement de registres notariaux. Dans ce cas-là, souvent, le document est hétérogène et présente, selon le notaire et selon la qualité du défunt, une très grande variabilité. C’est ce qui ressort nettement, par exemple, de la lecture des inventaires conservés pour le xve siècle à Bordeaux5.

7L’inventaire est toujours construit de la même manière et se décompose en trois éléments soigneusement distingués : un préambule, l’inventaire mobilier à proprement parler et un protocole final.

  • 6 Garnier, Chartes de communes et d’affranchissements en Bourgogne, p. 421.

8Le préambule présente le clerc en charge de la procédure, l’autorité au nom de laquelle celle-ci est réalisée – c’est toujours la mairie de Dijon6 –, le nom du défunt s’il s’agit du défunt ou de la personne dont l’inventaire des biens est dressé – une personne emprisonnée, une personne bannie, une personne en fuite « en pays ennemi », etc. –, le nom des ayants droit et le lien de famille avec le défunt, les parties représentées dont, souvent, le nom du curateur, les personnes présentes qui assistent à l’opération, les jurés tauxeurs qui ont pour mission d’estimer la valeur des biens, la date à laquelle l’inventaire est dressé et le lieu où se trouvent les biens.

9Le corps de l’inventaire consiste en une simple recension de l’ensemble des objets, souvent pièce par pièce. Le clerc de la mairie identifie le bien, le décrit et mentionne l’évaluation qui a été effectuée. La liste est souvent chapitrée, pièce par pièce et même, par endroits, objet de stockage par objet de stockage, comme un coffre ou une armoire. Toutefois, ce n’est pas systématique : certains inventaires se présentent sous la forme d’une simple liste d’objets, sans chapitre ; c’est souvent le signe d’un habitat de petites dimensions et d’un mobilier réduit, c’est-à-dire d’un foyer modeste.

10Le protocole final précise qui est chargé de garder les biens jusqu’à la majorité des ayants droit ou, s’il ne s’agit pas d’un inventaire après décès, qui est en charge des biens du banni, du prisonnier ou du fugitif. Cette indication est souvent accompagnée d’une mention qui mérite attention, parce qu’elle explique la place cruciale de l’évaluation des biens dans la procédure : le conservateur des biens s’engage à restituer ceux-ci aux ayants droit lorsqu’ils seront en âge de les recevoir, ou leur valeur.

  • 7 B II 356/1, C 12-3, n° 13, f° 5.
  • 8 B II 356/2, C 12-10, n° 19.
  • 9 Piponnier, 1980, p. 131.

11L’évaluation des biens, par conséquent, est un moment clé de la procédure. Elle est confiée à des jurés tauxeurs. Ce sont des gens inscrits chaque année sur une liste d’aptitude par la ville de Dijon, et dans laquelle le clerc en charge de l’opération puise comme il le souhaite. Une liste de ce type est jointe à l’inventaire des biens de Jehan de Tonneurre : il s’agit d’une simple liste des jurées pour l’année 14017. Les jurés tauxeurs sollicités pour l’évaluation des biens de Jehannote de Vitel, le 11 octobre 1420, par exemple, Estienne Parrot et Thevenote la Malcourrande, sont présentés comme des « jurez ad ce establiz en lad. ville de Dijon8 ». S’agit-il d’experts ? Je ne le crois pas, contre l’avis de Fr. Piponnier9. Des discordances entre la théorie formulée dans le préambule et la réalité pratique de l’inventaire révèlent en effet que, d’une part, la procédure est plus compliquée qu’il n’y paraît à la seule lecture du préambule et, d’autre part, qu’il y a recours à experts, sur un autre plan que l’évaluation fournie par les jurés tauxeurs ordinaires.

L’inventaire mobilier rend compte de deux discordances pratiques majeures

Une procédure en trois temps

  • 10 B II 356/3, C 12-12, n° 3.

12La première discordance surgit dès lors qu’on considère la durée de la procédure. Quelques préambules, en effet, laissent entendre que la cohérence et l’unité affichées par la plupart des autres documents masquent la manière pratique d’inventorier les objets qui doivent l’être. Ils disent « inventaire commencié le tant », ce qui implique nécessairement qu’il n’a pas été achevé ce jour-là. De fait, plusieurs inventaires sont rédigés sur plusieurs jours, ce que signalent alors les têtes de chapitre. L’inventaire des biens laissés à sa mort par Jehan Fevre au début de l’année 1424 (n. st.), par exemple, est commencé le 7 février, ce qu’explique le préambule ; il est poursuivi le 10 et le 18 du même mois. La procédure est close seulement en février 1429 (n. st.), lorsque la mairie de Dijon reconnaît que seuls des ayants droit un peu éloignés s’étant manifestés, les biens leur reviennent, sauf si d’autres héritiers se manifestent un jour10. Dans ce cas-là, il n’y a pas continuité de la procédure, puisque les trois journées au cours desquelles les biens sont inventoriés sont éloignées les unes des autres. L’éloignement peut parfois être plus grand que quelques jours dans le même mois. Parfois, les témoins présents comme les jurés tauxeurs changent ; c’est dit souvent, mais pas forcément ni systématiquement.

  • 11 B II 356/6, C 12-26, n° 11 : « Inventoire commance faire le dixhuitiesme jour du moys de janvier l’ (...)

13Trois moments se distinguent en pratique, sans que ces trois moments soient, par conséquent, nécessairement exécutés en même temps dans les faits. A priori, dans l’ordre, se dresse d’abord l’inventaire à proprement parler, c’est-à-dire le recensement des biens. Dans un deuxième temps, s’effectue le partage des biens entre les ayants droit, même si quelques préambules donnent à penser qu’il est, au moins dans certains cas, effectué d’abord11. Mais il en est très rarement fait mention, sauf pour dire qu’il n’a pas été effectué. Enfin, dans un troisième temps, les biens sont évalués. La distinction entre ces trois opérations explique que certains documents qui sont parvenus jusqu’à nous ne comprennent pas, par exemple, d’évaluation des biens. C’est le cas de l’inventaire des biens d’Estienne Mermet, le 27 juin 1438. Celui-ci ne comprend pas d’estimation des biens. Il n’est pas aisé de savoir précisément pourquoi. Mais on peut légitimement supposer qu’il s’agit là d’un document écrit intermédiaire. L’inventaire des biens de Jehan Castelli, le 17 mai 1423, le montre très bien. Deux versions subsistent de ce document. La première opère une simple recension des objets. Le deuxième document, probablement postérieur au précédent, comporte pour sa part une estimation des biens. Celle-ci est ajoutée dans un second temps de la rédaction, ainsi que le nom du juré tauxeur ; c’est du moins ce que montre nettement l’encre utilisée alors, bien plus noire que celle en usage lors de la rédaction liminaire. La version rédigée dans un premier temps est donc bien une version intermédiaire, complétée après coup, dans un second temps du processus.

14Dans de nombreux cas, les deux copies conservées du même inventaire ne sont pas celle d’un document intermédiaire, dressé à un moment ou à un autre de la procédure, et celle d’un document final. Ces deux doubles ne sont pas non plus une simple copie du même document. Un cas seul en évoque la possibilité, où le scribe dit expressément, à côté de sa signature, qu’il a rédigé le document « par copie ». Mais c’est un cas exceptionnel dans l’ensemble du fonds conservé et dépouillé. De toute façon, rien ne peut donner à penser qu’il s’agit de deux copies du même document : en effet, les deux versions du texte diffèrent souvent, sur des points de détail. De la sorte, il paraît plus vraisemblable de considérer le premier texte comme un brouillon, ou plus exactement comme une version de travail, et le second comme une version finie, prête à l’usage juridique et archivistique du document : une version mise au propre.

15En fin de compte, le corpus dijonnais se présente comme un ensemble un peu hétéroclite de documents, saisis à un moment ou à un autre de la procédure, dont ils rendent compte en tout ou en partie. Ce que dit cette première discordance, par conséquent, c’est que l’inventaire n’a pas été nécessairement dressé d’un bloc ni d’une même main en présence des mêmes personnes.

16Une deuxième discordance concerne le nom des jurés tauxeurs. Le préambule mentionne le nom des jurés tauxeurs sollicités pour évaluer les biens inventoriés. La plupart des documents, dans le corps de l’inventaire, renvoient à ces noms-là, soit en recopiant les noms, soit en y renvoyant, sous la forme « tauxe par les dessus diz ». Toutefois, force est de constater que ce n’est pas toujours le cas. Le préambule, en effet, peut mentionner des noms et le corps de l’inventaire ajouter d’autres noms à la liste. Le préambule de l’inventaire de Guillamot dit le Raffle de Monmartin, par exemple, en février 1400 (n. st.), explique que les biens ont été tauxés par « Euvrart le frepier Flamenc ». Dans le corps de l’inventaire, le nom de Phelippe et Philibert de Combertaul apparaissent : ce sont des maréchaux-ferrants qui inventorient le bétail.

17Le préambule, de manière prudente, peut mentionner des noms et prévoir le recours à d’autres personnes. Auquel cas, le nom des jurés tauxeurs est suivi de la formule « et autres ». C’est le cas du préambule de l’inventaire de Demoingin Grasbieuf de Damberaing, le 21 mai 1397. Celui-ci indique que les biens ont été tauxés par « Euvrart le Flamenc frepier et autres cy apres nommez ayant cognoissance ad ce et par serrement ». Dans le corps de l’inventaire, effectivement, à côté du nom d’Euvrart le frepier apparaît un autre nom : celui de Guiot d’Estenaux, tonnelier, dans l’inventaire du chai et des parties extérieures de l’habitation.

18La prudence du scribe peut aller un peu plus loin et prévoir une procédure complexe, sans bien savoir qui interviendra : le clerc de la mairie, dans ce cas-là, ne prend pas de risque et utilise une formule volontairement ouverte : les biens ont été tauxés « par les nommez et en la maniere cy apres declairez », comme dans l’inventaire des biens du drapier Thevenot Aubriot, par exemple. Ou bien, le scribe ne mentionne aucun nom dans le préambule et renvoie à celui des jurés tauxeurs sollicités au moment où ceux-ci sont intervenus, dans l’évaluation de tel ou tel bien. C’est le cas, par exemple, dans l’inventaire des biens de Perrenote, femme de feu Constantin le tondeur, le 16 juin 1414. Le préambule mentionne le nom des personnes présentes, sans qualifier tel ou tel individu de juré tauxeur. L’inventaire, lui, explique que les biens ont été tauxés par « Andriotefemme Jehannenot le teinturier et Jehannote de Lenches », qui ne font pas partie des gens présents cités dans le préambule.

19Certains inventaires, cependant, posent problème dans l’utilisation que fait le scribe des noms des jurés tauxeurs. C’est le cas, par exemple, de celui des biens de Villemot Mercier, bourgeois, en 1396 peut-être : le préambule indique le nom d’Estienne Parrot alias Malcourant comme juré tauxeur de la procédure. Il prend soin, toutefois, d’indiquer à la suite « et autres ». L’inventaire en lui-même ne parle que d’Estienne Parrot. Dans le protocole final, pourtant, une phrase surprend, incompréhensible : « Tous les biens dessus ditz furent prisiez par Jehan Perin le [blanc] ». De la même manière, difficile à comprendre, l’inventaire des biens de Jehannote, veuve de Perrenot Matherot, le 18 août 1412, ne garde pas la trace de l’estimation des biens. Mais dans le protocole final, il est dit que les « biens y dessus inventoriez ont este prisiez par les dessus nommez et par serement ». Il n’est pourtant mentionné aucun nom, à aucun moment ; il s’agit peut-être d’une formule toute faite, répétée mécaniquement par le scribe.

20En somme, un peu tous les cas de figure se présentent. Mais ces différences ne doivent pas masquer les grandes lignes qui se dégagent de la lecture des inventaires. Globalement, lorsqu’il y a estimation des biens, le préambule indique le nom des jurés tauxeurs qui sont chargés du travail et l’inventaire ne contredit pas le préambule. Parfois, de manière régulière, d’autres noms apparaissent dans le cours de l’inventaire, qui ne sont pas ceux du préambule. La proportion des inventaires concernés varie selon les liasses : entre 7 et 20 %, parfois 30 %, jamais plus, des documents. Dans ces cas-là, précisément, il y a une logique spécifique à la procédure suivie. On peut très bien comprendre, lorsque l’inventaire est étalé sur plusieurs journées un peu éloignées dans le temps, que l’équipe en charge de l’opération ne soit pas la même : c’est quelque chose de presque évident – cela suffit à expliquer une petite partie des cas concernés. Pour les autres, il y a une autre explication : il s’agit d’un recours à une expertise.

21Les jurés tauxeurs ordinaires sont régulièrement les mêmes personnes d’un inventaire à l’autre. Ils se ressemblent : il s’agit souvent d’un potier d’étain ou d’un fripier pour les hommes, d’une lingère pour les femmes. Des noms reviennent constamment. Dans le premier quart du xve siècle, par exemple, on voit souvent Thevenote la Malcourrande, lingère ; Jehan Basement, potier d’étain ; Euvrart le Flamenc, fripier ; Estienne Parrot. Parfois, il s’agit simplement d’un sergent de la mairie. Mais ce n’est pas toujours le cas. De temps à autre, de manière un peu troublante, la profession des jurés, telle qu’en rend compte le préambule de l’inventaire, correspond à celle du défunt ou du veuf, ou relève du même corps de métier. Ainsi, par exemple, le 3 septembre 1414, les deux jurés tauxeurs des biens laissés par Girarde femme de Michellot Berdeaul, vigneron, sont vignerons tous les deux. Les deux jurés tauxeurs des biens de Jaquemin Martinet, maréchal-ferrant, le 20 novembre 1420, sont, d’une part Estienne Parrot, et d’autre part Jehan Gelebert, maréchal-ferrant lui aussi. C’est utile : une bonne partie de l’inventaire porte sur la forge que possédait le défunt. Ceux des biens de Henriote, femme de Girardot Cotier, cordonnier, sont le même Estienne Parrot accompagné de deux cordonniers. Il est difficile de passer outre la coïncidence, même si l’indice est un peu ténu pour parler d’expertise. On peut imaginer qu’il y a un jeu corporatiste de protection, ou un jeu familialo-corporatiste. Mais les pleins pouvoirs dont dispose le maire en la matière lève l’hypothèque d’une manière assez sûre. Le clerc en charge de la procédure, sans recourir forcément à des professionnels au sens d’experts, peut très bien choisir des jurés tauxeurs du métier pour faciliter l’inventaire et son évaluation.

22Un autre indice, beaucoup plus net, signale avec certitude un recours à l’expertise de manière ponctuelle, pour une catégorie d’objets bien déterminés. C’est l’essentiel des cas de disjonctions constatés. Lors de l’inventaire des biens de Demoingin Grasbieuf de Bamberaing, par exemple, vigneron, le 21 mai 1397, en plus des jurés tauxeurs mentionnés dans le préambule, apparaît dans l’inventaire un nommé Guiot d’Estenaux, tonnelier, sollicité pour évaluer l’ensemble de la futaille. Lors de l’inventaire des biens de Jehan le Jault, homme d’armes, le 18 mars 1421 (n. st.), en plus des trois jurés tauxeurs mentionnés, sont sollicités aussi, pour les chevaux et leur équipement situés « en la mareschaucie », deux maréchaux-ferrants. Dans l’inventaire complexe des biens de Guiot Bisot et de sa femme, le 4 décembre 1428, il n’y a pas de jurés tauxeurs nommés dans le préambule. Ce dernier explique qu’ils seront « nommes cy apres ». La lecture de l’inventaire révèle le nom d’un potier d’étain, Jehan Basement, qui apparaît presque dans toutes les pièces ; d’une lingère, Thevenote la Malcourrande, qui intervient dans les chambres, et d’un couturier et d’un « pelletier de peaulx » pour les vêtements fourrés. Il y a là la trace d’un recours à une expertise pour certains des vêtements recensés.

23L’idée qui ressort nettement de la lecture des inventaires est celle d’un recours ponctuel à un expert pour les outils professionnels (la boutique, la forge…) ou pour des objets dont l’évaluation demande des connaissances particulières (livres, vins, objets précieux, armes, bétail…). Mais ce n’est pas systématique : ce n’est pas parce qu’il y a du vin ou des armes qu’il y a recours à expertise ; en revanche, lorsqu’il y a recours à expertise, c’est forcément pour ce type d’objets ou pour des objets professionnels. Cela suffit à mettre en évidence qu’il y a expertise, c’est-à-dire recours à des professionnels dotés d’un savoir spécifique, sollicités de manière ponctuelle et très précise.

24Des problèmes de compréhension pratiques se posent toutefois. L’expert est-il requis pour évaluer et/ou pour identifier ? La réponse ne va pas tout à fait de soi. Si, souvent, l’expert est sollicité pour l’inventaire des biens et outils professionnels, c’est peut-être lié à la spécificité technique du matériel. De nombreux exemples, toutefois, donnent à penser que l’expert est surtout là pour évaluer, et non pour identifier. L’inventaire des biens de Humbert de Courtiron, par exemple, dressé le 17 mai 1421, ne comporte pas d’estimation : il est donc antérieur, probablement, à l’opération d’évaluation. Le mobilier est identifié, de manière très précise, sans recours apparent à un expert. Même chose, de manière très surprenante – c’est dans des cas similaires que, le reste du temps, l’expert apparaît – dans l’inventaire des biens du bourgeois Pierre Sancenot, le 7 janvier 1422 (n. st.) : il n’y a pas non plus d’estimation dans l’inventaire conservé. Le document, pourtant, est long, très détaillé, très précis, avec de nombreuses poudres et autres liquides dans l’ouvroir qui ressemble à une épicerie, avec l’inventaire d’un grand coffre empli de nombreux objets précieux, dûment pesés. L’expert, s’il est sollicité dans la phase finale, n’est donc là que pour évaluer, pas pour identifier.

25Il y a pourtant une phase critique dans l’identification des biens, qui pourrait nécessiter le recours à un expert : comment identifier le vin conservé au cellier ou dans la cave ? Comment identifier les crus, puisque ceux-ci sont, par endroits, nommés avec précision ? Il y a tout un jeu de marques, sur la futaille, qui ne sont pas des marques liées à la fiscalité, mais qui semblent être plutôt, au regard de ce qui en est dit, des marques d’identification. Il y a sans doute aussi ce qui se dit au moment où le clerc et les témoins se préoccupent de la chose. Mais cela fait-il tout ? Certains documents conservent la trace d’une discussion qui a surgi à tel ou tel moment, sur le terrain. En témoigne, par exemple, l’inventaire des biens du maréchal-ferrant Jehan Constain, le 18 février 1451 (n. st.). Au sujet d’une enclume, le scribe rapporte, en effet, « que la vesve et pluseurs aultres dient estre et appartenir a Anthoine Richier ouvreur qu’il l’avoit bailliee a louaige aud. deffunct » (f° 3). Au sujet d’une bigorne de fer, le scribe rapporte de la même manière « que la vesve et aultre dient estre et appartenir à Jehannecte vesve de Denisot Ferran mere de la vesve de Jehan Constain » (f° 3v°). Mais ces discussions, suggérées par le scribe, ne renvoient jamais à une réflexion sur la valeur des choses ou à une interrogation liée à une expertise.

26Il y a donc recours à l’expertise, pour l’évaluation de certains objets, sans que cela soit nettement apparent dans le document. Par ailleurs, on comprend à la lecture de certains inventaires que l’expert n’a pas résolu le problème pour lequel il était sollicité. Très peu d’éléments gardent la trace d’une difficulté de ce type. Trois méritent d’être signalés, parce qu’ils couvrent à peu près tous les cas de figure et qu’ils exposent très bien l’impossibilité de l’expertise ou le doute de l’expert. Le scribe signale ainsi, au cours de l’inventaire des biens d’une nommée Jehannote, femme d’un boucher de Dijon, le 16 octobre 1414, « certaine quantite de foin que puet valoir II escuz ». Lors de l’inventaire des biens d’un juriste, maître Pierre de Jalerainges, en décembre 1407, sont recensés des livres. Tous les livres, ou presque, sont évalués avec la formule « qui pevent valoir environ ». Enfin, parmi les biens inventoriés ayant appartenu à Jehannin Folin, enlumineur, le 8 octobre 1460, il se trouve un gros livre qui appartient à un client, « et peult devoir deux escuz comme l’on dit sur l’ouvroaige y fait par led. deffunct ». Dans les trois cas, ce qui attire l’attention, c’est le conditionnel que met en avant la formule écrite. Le sens de cette formule contraste avec la formule utilisée d’ordinaire pour l’évaluation qui, elle, ne prête pas et ne peut prêter à équivoque : les biens sont tauxez ou prisiez tant. C’est net et sans appel. Ce qui se comprend : le document a valeur juridique et la valeur des biens représente l’enjeu majeur de la procédure. Ici, ce n’est pas le cas : on donne un ordre d’idée, parce que l’objet pose un problème en soi – effectivement, que vaut un manuscrit en cours d’ornement ? – et qu’il n’y a pas de certitude possible. La difficulté de l’expertise transparaît donc dans le doute de la formule qui en rend compte.

27L’inventaire mobilier garde la trace de la procédure mise en œuvre par la mairie de Dijon, dans sa spécificité, sa simplicité et sa complexité. Il montre les différentes phases au cours desquelles les biens sont décrits, partagés et évalués. Il met en évidence le recours ponctuel à l’expertise et il en garde la trace, discrète mais réelle. Cette procédure, strictement définie en droit, bien rodée dans les faits, donne lieu à la rédaction d’un document normé. Les disjonctions entre la théorie et la pratique, qui disent le recours à l’expertise, relèvent-elles d’une anormalité ? C’est-à-dire à proprement parler d’une déviance de la norme que le préambule expose et dont il se porte garant ? Non. La régularité avec laquelle, dans le fonds, le clerc en charge de l’opération, fait appel à des experts, suffit à dire que ce recours ponctuel participe pleinement de la procédure : il en est un des possibles, activé ou non par le représentant de la mairie. De la sorte, se dégage une norme de l’évaluation des biens, à deux niveaux : la présence des jurés tauxeurs, quel que soit le cas de figure, peut être lue comme un premier niveau d’évaluation, une évaluation généraliste ; le recours à des experts, au sens plein du terme, comme un second niveau, celui d’une évaluation experte. Ces deux niveaux, le document les montre et les distingue soigneusement. Dans le même temps, l’inventaire n’omet pas non plus de dire, de manière à peine voilée, le cas échéant, peu commun mais réel, la difficulté de l’évaluation, généraliste ou experte, en rompant avec l’ordinaire de la formulation et de l’esprit de l’évaluation et de l’expertise : l’assurance. Ce doute, face à la valeur d’un objet hors norme, est un doute toutefois mesuré et intégré au document : il légitime ainsi la procédure tout entière en permettant au clerc, en fin de compte, de couvrir tous les cas de figure. C’est là ce qui ressort de son analyse : il met en évidence que la procédure, quels que soient ses acteurs, quel que soit son point de départ, permet d’arriver à bon port, de recenser, de partager et surtout d’évaluer tous les objets, quels qu’ils soient et quel que soit le degré de connaissance requis.

Annexes

Annexes

1. – Feu Demoingin Grasbieuf, Bourgeois Dijon – 21 mai 1397

(Arch. Dép. Côte-d’Or, B II 356/1, C 12-2, n° 12)

Inventoire fait des biens demorez du deceps de feu Demoingin Grasbieuf de Damberaing vigneron demorant a Diion par moy Jehan Prestet clerc jure de la court de la maierie de Diiona du commandement de monseigneur le maire dud. lieu et a la requeste deb Monin Morisot bourgois de Diion parant dec Osannote femme feu ledit Moingin et de Jehan Grasbieuf jaidis frere d’icelli feu Demoingina le lundi XXIe jourd du mois de may l’an mil CCC IIIIxx et XVII au proufit d’icelle Osannote, Jehan et Droynne enfens d’elle du corps d’icelli feu Demoingine et de ceulx a qui il appartient, lesquelx biens ont este prisiez par Euvrart le Flamenc frepier et autres cy apres nommez ayent cognoissance ad ce et par serement en la maniere qui s’ensuit, en la presence des diz Monin, Jehan Grasbieuf, Jehan Domino, Jehan le Bailli vigneron, Jehan Perrot de Diion clerc12

En la chambre ou gisoit ledit feu trespasse

Ung lit garni de coutre, cussin, une contrepointe, ung viez coverteur de pers ou il a deux barres roiges prisiez : III frans ;

Item une arche de chaigne estans aux piez dudit lit prisiee : X gros ;

Item II chapirons de violet a femme, 1 chapiron de violet a homme, une oppelande soingle de pers, une cote de pers a femme soingle et une panne de dos de connis viez, tout prisie : III frans demi ;

Item deux chapirons, l’un roige et l’autre de violet, qui sont en gaiges pour XIX blans demi ;

Item XV linceulx que bons que mauvaiz prisiez : XXV gros13 ;

Item unes viez curtines de nappes prisiees : V gros ;

Item IIII viez napes percies prisiees : II gros demi ;

Item III tergeures viez prisiees : III gros ;

Item une lanterne viez, 1 lampote de coyvre a IIII cornes, le copot et 1 seelot a pourter aigue benoite prisiez : III gros ; [fol. 1v]

Item une autre arche de chaignef et une autre senz quevecle prisiees : X gros.

Ou chas de la dicte maison

Trois cuves a metre venoinge, c’est assavoir deux gransg et une petite, une beslonge, II queuhes vuides, IIII poinssons et deux autres petiz poinssons, tous vuiz, les cuves et beslonge prisiez par Guiot d’Estevaux tonnellier VI frans et les diz queveaulx vuiz X gros ; pour ce : VI frans X gros ;

Item III mars de bois sur quoy sont emmarchiez les dictes cuves et queveaulx et une forme a seoir sus et une viez eschielle prisiez par ledit Guiot : V solz.

En la chambre haulte devant sus la rue

1 lit garni de coutre, cussin et une viez coutrepointe prisie : XV gros.

Es alees

II pieces d’enffonceure de cuves prisiees par led. Guiot : II gros.

En une autre chambre haulte darrieres

Item 1 quarteron de lates, 1 poul de merrien a fere queveaulx, deux hastes, II rouches a metre moinchetes, tout prisie : III gros. [fol. 2]

En la cusine

1 cromasleh, 1 trepier, une haste, une grille et 1 ferrot, tout de fer, prisiez : VI gros ;

Item 1 serex prisie : IIII gros ;

Itemi II chauderons, une quasse blainche ronde, une coloire, une dreceure, une escramoire, une quasse a queuhe, une quasse grasse, une quassote a fere paxa prisiez : XVI gros ;

Item 1 pot de coyvre noir et 1 autre petit blanc prisiez : X gros ;

Item une viez arche de foul, une table a IIII piez, 1 matherot a metre pos, une autre petite archote, une mait prisiez : IX gros ;

Item une symarre quarree, une pinte ronde, 1 pintat reond, II pintes quarrees, 1 chauvelot reond, 1 plat, XI escuelles d’estain, III petites sauxoiresj, 1 gobelot, 1 chauvelot de mo<r>te matiere a mesure lait prisiez : XXVIII gros ;

Item 1 mortier de pierre et 1 pestot prisiez : X deniers ;

Item 1 chandelier de fer, 1 creuseul, une forsses prisiez : X deniers ;

Item 1 soillot, une bassole et une corde puiseure prisiez : III gros.

En la chambre basse de la maison darrieres

1 ban tournis, II fourmes a seoir sus, une table de sapin et deux paires de traiteaulx prisiez : II florins ;

Ou cellier desoubz

Une queuhe de vin novel prisiee : II frans demi ;

Item 1 poinsson ou il <a> du vin que l’on despence, une queuhe de despence, 1 tenot a fere buee, une tine, II anthoneurs, II escuelles a roigierk vin, une ais de chaigne et III mars a emmarchier vin, tout prisie : IX gros. [fol. 2v]

En la chambre haulte dessus led. celier

1 lart sale prisie : II frans ;

Item 1 rondeaul, 1 chasiere, unel huisserie a metre barous, une paire de viez traiteaulx prisiez : III gros. [fol. 3]

Inventoire fait des letres demorees du decez dudit feu trespasse a moy bailliees pour inventorier par Monin Morisot de Diionm le XXIIIe jour den may l’an mil CCC IIIIxx et XVII, presens ledit Monin, Jehan Perrot, Jehan de Talent clerc

Primo unes letres seellees du seel de la court monseigneur le Duc donnees l’an mil CCC IIIIxx et IX le XVe jour de decembre receues par Guillemot Girard faisans mencion que Jehan Bugnot de Diion vend perpetuelment a Demoingin de Dambaraing vigneron demorant a Diion et a Sannote sa femme une maison devant et davers assise a Diion en la Rue au Saichot pour le pris de VIxx frans d’or ;

Item unes autres letres seellees dudit seel receues par Aubertin de Sauxuretes l’an mil CCCIIIIxx et huit le second jour de novembre, contenans que Hunbelot d’Isier et Jehanna Boinvain de Chenoves son genre vendent perpetuelment a Demoingin de Dambaraing une piece de vigne contenant environ demi journaul assise ou finaige de Diion oultre l’aigue au Ceriserey pour le pris de XXIIII frans d’or ;

Item unes autres letres seellees dudit seel receues par ledit Aubertin l’an mil CCC IIIIxx et quatorze le XVIIIe de may contenans que Phileberte femme Huot le Trompet fevre vend perpetuelment a Demoingin Grasbieuf de Dambaraing et Osannote sa femme une piece de vigne ainssin comme elle se comporte assise ou finaige de Diion ou Pasquier pour le pris de XXVIII frans d’or.

Aujourduy la dessus nommee Osanne a este interrogiee par serement par monseigneur le maire se elle avoit ou savoit aucuns autres bienso quelxconques demorez du decez de son dit feu mary que ceulx cy dessus inventorez, laquelle a jure que non. Cest faite lep venredi apres Penthecoste l’an mil CCC IIIIxx et XVII. [fol. 3v]

Tous lesquelx biens ont este laissiez et bailliez en garde a la dicte Osannote mere des diz moindres, laquelle les a promis rendre soubz l’obligacion de ses biens, etc., a ceulx a qui il appartiendra quant temps seroit et requise en soit.

L’an mil CCCIIIIxx et XVII le lundi apres la conversion Saint Paul a<postre> furent trouvees en l’ostel dudit feu Grasbieuf deux queuhes et 1 poinsson de vin nouvel. Testes : Moingin Grasbieuf, Estienne Perrot et Jehannin Loblier ;

Item II vaisseaulx de moichotes.

Le mardi darrenier jour d’avril l’an mil CCC IIIIxx et XVIII, en la presence de Jehan le Bailli vigneron curateur des diz moindres et de Perrin le Gazeret furent inventoriees deux planes de letres a moy bailliees et mostrees par la dessus nomme Osannote

Unes letres seellees du seel de la court monseigneur le Duc receues par Guienot Demari l’an mil CCC IIIIxx le XXVIIIe jour d’aoust contenans que Jehan dit Grasbieuf de Dambaraing demorant a Diion confesse estre partis et devis de Demoinginq de Damberaing son frere et le quitte, etc. ;

Item unes letres seellees dudit seel receues par Aubertin de Sauxurates l’an mil CCC IIIIxx etr sept le Ve jour de janvier, contenans que Jehan de Burges demorant a Diion baille a laborer pour le terme de XVI ans et pour seze levacions de fruis une piece de vigne contenant III quartiers assise ou finaige de Diion es arbues de Clerevaulx parmi paiant chascun an : V gros. [fol. 4]

Inventoire fait de deux panes de letres appourtees par Henry le Fevre a present mary de la dicte Osannete et par icelle Osannete pour prenre execucion sur l’une d’icelle puiz le serement fait par icelle Osannote

Premierement l’une d’icelles letres faite soubz le seel de la court de Lengres le mercredi apres la Saint Luc euvangeliste l’an mil CCC IIIIxx et quatre contenans que Jehan dit Grasbieuf demorant a Diion doit a Estevenote de Dambaraing sa mere quatre frans d’or ;

Item unes letres receues soubz ledit seel donnees le semadi apres la Saint Remi l’an mil CCC IIIIxx contenans que Esthevenote femme feu Jehan de Da<m>baraing confesse avoir eu et receu de Moingin de Dambaraing son filz demorant a Diion cent solz tournois. [fol. 4v] [blanc] [fol. 5]

Inventoire fait par moy Jehan Prestet clerc jure de la court de la maierie de Diion de la part et porcion des biens meubles demorez du decez de feu Moingin Grasbieuf de Damberaing jaidis demorant a Diion advenue en partaige a Jehan Droyne et Laurenceote moindres de aige enfens de feu led. Moingins du corps de Osannote feu sa femme en la presence de Jehan le Bailli vigneron curateur des diz moindres, lequel a parti avec la dicte Osannote iceulx bienst pour et nom des diz moindres, de Henry le Foset alias le Fevre, la dicte Osannote sa femme mere d’iceulx moindres, Perrin le Gazeret et Arnoul filz Humbelot le fournier, tous lesquelx biens avoient ja este prisiez quant l’inventoire fut premierement faite d’iceulx biens, desquelx est advenue la moitie aux diz moindres et l’autre a la dicte Osannote pour ce qu’elle a este mariee avec le dit feu Moingin Grasbieuf selon la costumme du duchie de Bourgoingne le mardi darrenier jouru d’avril l’an mil CCC IIIIxx et dix huit.

Premierement

Ung lit garni de coutre, cussin, une coutrepointe, 1 viez coverteur de pers ou il a IIv barres roiges ou pris de : III frans ;

Item une petite arche ferree et une senz quevecle ou pris de : X gros ;

Item VI linceulx viez ou pris de : VIII grosw ;

Item une nappe et III tergeures ou pris de : IIII gros ;

Item deux cuves, l’une grant, l’autre petite, unex queuhe et III poinssons vuiz ou pris de : III frans V gros ;

Item une piece d’anfonceure ou pris de : 1 gros ;

Item 1 cromasle, 1 trepier, une haste, une grille et 1 ferrot ou pris de : VI gros ;

Item 1 serex ou pris de : IIII gros ;

Item 1 pot de coyvre noir grant et 1 petit blancy ou pris de : X gros ; [fol. 5v]

Item une arche de foul et 1 buffot a IIII piez a maingier sur ou pris de : II gros ;

Item une symarre quarree, 1 plat, IIII escuelles, 1 saussoire d’estain, une pinte ronde, 1 pintard reond, 1 chauvelot et 1 gobelot de morte matiere ou pris de : XIIII gros ;

Item 1 mourtier de pierre, 1 pestot : X deniers ;

Item ung soillot, une bassole et une corde puiseure ou pris de : III gros ;

Item une grant table de sapin encornee, II paires de traiteaulx et une grant fourme a seoir sus ou pris de : X gros ;

Item 1 queuhe vuide, 1 poinssenot vuit, ung anthoneur reond d’une escuelle roigeoire et II escuelles roigeoires et II mars de bois, 1 grant et 1 petit au pris de : IIII gros demi ;

Item une petite archote neufve ferree de neuf prisiee : IX gros ;

Item la dicte Osannote doit aux diz moindres pour menuz biens a li bailliez par led. curateurz : XVII gros ;

Item leur doit pour leur part d’une queuhe de vin : XV gros ;

Item leur doit pour leur part d’un bascon ou lart : 1 franc ;

Item est deu aux diz moindresaa que Jehan Grasbieuf [détérioré] des diz moindres doit a Esthevenote de Dambaraing sa mere comme il appert par letres inventoriees ou premier inventoire : II frans ;

Item compete aux diz moindres leur part des heritaiges demorez du decez de feu leur dit pere qui encor ne sont partiz et sont inventoriez ou premier inventoire par moy fait : XVII frans III gros.

Ledit Jehan le Bailli a confessez avoir euz et receuz les biens comprins en cest present inventoire, lesquelx ou la prisie d’iceulx il promet rendre, baillier et delivre aux diz moindres quant ilz seront eaigiez ou a ceulx a qui il appartiend, etc., obligie, etc., et en veult estre contrains par la court de la maierie et par toutes autres, etc. Testes : Perrin le Gazeret, Arnoul filz Humbelot le Fournier, la dicte Osannote et autres, die predicta.

a. Rayé : au proufit.- b. Rayé : Jehan G… - c. Rayé : la.- d. Rayé : de may.- e. d’icelle Osannote corrigé en d’icelli feu Demoingin.- f. Rayé : prisiee.- g. Rayé : et deux p… - h. Rayé : 1 grapin.- i. Rayé : 1.- j. Rayé : tout d’estain.- k. roigier répété deux foisde manière abrégée roigier, puis développée.- l. Rayé : ais.- m. Rayé : en la.- n. Rayé : mars.- o. Rayé : demerez du decez.- p. Rayé : IIIIe j… - q. Rayé : son frere.- r. Rayé : dix.- s. Rayé : de Grasbieuf de Dambaraing.- t. Rayé : avec.- u. Rayé : de may.- v. Rayé : barres.- w. Ligne suivanterayé : Item II nappes.- x. Rayé : queh… - y. Rayé : prisiez.- z. Rayé : XVII gros.- aa. Rayé : pour.

2. – Feue perrenote, femme de Constantin le tondeur [sans lieu] -16 juin 1414

(Arch. Dép. Côte-d’Or B II 356/2, C 12-7, n° 2)

Inventoire fait par moy Odot de Berranges clerc de la court de la maerie de Diion commis a ce de honorable homme sire Ayme de Breteniere clerc maieur de la ville et commune de Diion des biens demorez du decez de feu Perrenote femme feu Constantin le tondeur appartenans a Perrenote d’Aux sa niepce le XVIe jour de juing l’an mil IIIIc et XIIII, presens lad. Perrenote, Jehan Ratel sergent et autres

Premierement

Ung lit garni de coultre, cuissin et une meschant couverte, ensemble ung meschant mortier et une corde poiseure taxeza Andriote femme Jehannenot le tointurier et Jehannote de Leuchere : XV gros ;

Item une arche taxee : II gros ;

Item une autre meschant arche ou il a pluseurs drilles taxee : III gros.

a. Rayé : Hen…

3. – Dijon, rue de la porte Guillaume 18 février 1451 (N. ST.)

(Arch. Dép. Côte-d’Or B II 356/5, C 12-23, n° 5)

Inventoire fait le jeudi XVIIIe jour du mois de fevrie mil IIIIc cinquante par moy Huguenin Girard de Dijon clerc et libellance de la court de la maierie de Dijon a la requeste de honnorable homme Jehan Rabustel clerc procureur de la ville et commune de Dijon absent, Jaques Bourrestel clerc procureur substitut dud. procureur present, des biens demourez du decez et trespas de feu Jehan Constain a son vivant mareschal demeurant a Dijon devant l’ostel de L’Escu de Bourgoingne en la rue de la porte Guillaume par partaige fait avec Marguerite jaidis sa femme, laquelle a eu la moitie d’iceulx biens pour ce qui a souffisamment apparu que lesd. Jehan et Marguerite estoient mariez ensemble selon la general coustume du duchie de Bourgoingne par moitie biens meubles et acquestz, laquelle moitie a cause dudit deffunt a este inventoriee a la requeste dudit procureur au prouffit de qui il appartiendra en la maniere qui s’ensuit, presens messire Jehan Millan, Anthoine Richier et Laurens Bongnereaul sergent de la maierie dud. Dijon, etc.

Premierement

Ung moyen plat, six escuelles dont il fault une bugne en l’ourle, une petite aiguiere ronde avec une pinte ronde, tout d’estain, pesans ensemble XI livres et demie, la livre tauxee par Jehan Basement jure tauxeur six blans ; vaillent XVII gros V d. ; pour ce : XVII gros cinq d. ;

Item ung petit pot de cuyvre noir pesant [fol. 1v] ensemble ung petit chandellier a une doille six livres, la livre tauxee par ledit Jehan trois blans ; vaillent quatre gros demi ; pour ce : IIII gros demi ;

Item une petite chauldiere vielle garnie de son anneaul de fer, une petite paelle ronde, une petite coloire et une petite meschant quassote garnye de sa quehue de fer pesans ensemble huit livres, la livre tauxee trois blans ; vaillent six gros ; pour ce : VI gros ;

Item ung soillot de bois ferre garny de trois sercles et de son anneaul de fer tauxe six blans ; pour ce : VI blans ;

Item ung mourtier de pierre garny de son pestot tauxe 1 gros ; pour ce : 1 gros ;

Item une paire de petis vielz meschant andain [fol. 2] dont l’ung est rompu, ung meschant trepier, une paulote, une petite haste et une vielz meschant escramoire de fer tauxez ensemble III gros ; pour ce : III gros ;

Item ung petit plat d’estain pesant une livre et demie au pois que dessus ; vault deux gros cinq d. ; pour ce : II gros cinq d. ;

Item une robe de drapt noir retourne a usaige d’oume fourree de blanc, une jaquecte de gris retour de couleur de draps gris, ung pourpoint de festenne et ung vielz chapperon de drapt noir tant a usaige d’oume tauxez ensemble deux frans demi ; pour ce : II fr. demi ;

Item une livre et demie de fil, c’est assavoir une livre de fil de chenove et demie d’estouppes tauxee ung gros ; pour ce : 1 gros ;

Item deux linceulx de chenove chascun [fol. 2v] de deux toilles vielz et usez, tauxee la piece trois gros ; vaillent six gros ; pour ce : VI gros ;

Item trois vielles petites nappes de chenove contenans ensemble sept aulnes, l’aulne tauxee l’une parmy l’aultre deux blans ; vaillent trois <gros> demi ; pour ce : III gros demi ;

Item une tergeure de chenove contenant III aulnes tauxee ung gros ; pour ce : 1 gros ;

Item ung vielz meschant couvrechief de telle, une chemise et deux petis draps a usaige d’omme tauxez ensemble six blans ; pour ce : VI blans ;

Item une espee a ung long plombeaul garnye de sa gayenne et de sa saincture tauxee dix gros ; pour ce : X gros. [fol. 3]

Ou soullier dessus

Ung petit lit de plume garny de son cussin de mesnie, de deux petis linceulx de chenove chascun de deux toilles et demie, une meschant couverte de la fasson de Besancon, une petite couchote de queneton entoye de son cussin, ensemble une petite tauble garnie d’une paire de tresteaul et ou chauffeua ung vielz mesterot a quatre armairesb ferrez et garnyz de deux sarrures, une petite taublote a quatre piedz et deux petis bainchos chascun a quatre piedz tauxez ensemble trois frans ; pour ce : III fr.

En l’ouvreur dud. hostel

Vint fers neefz a faire chevaulx, quatre liens de charrote, quatre marteaul grans que petis, une tarquoise, ung poinsson a pourtier fers, une rappe, ung cousteaul a roingnie les ongles des chevaulx etc deux petites tenailles, tout de fer, tauxe tout ensemble par Jehan Desguily et par serement neuf gros ; pour ce : IX gros ;

Item une anclume de fer non tauxee ne partie pour ce que la vesve et pluseurs aultres dient estre et appartenir a Anthoine Richier ouvreurd qu’il l’avoit bailliee a louaige aud. deffunct ; [fol. 3v]

Item une bigorne de fer que la vesve et aultre dient estre et appartenir a Jehannecte vesve de Denisot Ferran mere de la vesve de Jehan Constain ;

Item une paire de sofflos tauxee ensemble la tueree et chevaulot de bois tauxez deux fransf, dont la moitie compete et a lad. vesve et l’autre moitie a ce present inventoire ; pour ce : 1 fr. ;

Item a en la chambre haulte devant une arche et ung chalit non partis pour ce qui demeure en lad. chambre une femme qui n’y estoit pas et elle avoit ferme l’uys de la chambre14.

Tous15 lesquelx biens ont estez bailliez en garde a lad. vesve du consentement dudit Jaques, laquelle les a confesse avoir eu et receu et lesquelx elle a promis de les rendre et mectre en main de justice touteffois que requise en sera et de ce a soubzmis et obligie tous ses biens. Et pour plus grant [fol. 4] seurte de ce, Jehan Ferran courreur de cuyre demeurant a Dijon frere de lad. vesve s’en est estably pleige. Fait l’an et jour que dessus, presens messire Jehan Milan presbre, Jehan Basement et Laurens Bobgnereaul sergent de lad. maierie.

a. Sic.- b. Dessousrayé ; mains.- c. Dessousrayé : en.- d. Dessousrayé : ouvreur.- e. Dessousrayé : taire.- f. Rayé : pour ce : II fr.

Notes

1 Van der Woude, Schuurman 1980 ; Baulant, Schuurman, Servais, 1988.

2 Ridard, Essai sur le douaire dans l’ancienne Bourgogne et chartes de l’abbaye de Saint-Étienne de Dijon de 1230 à 1250.

3 Arch. Dép. Côte-d’Or, B II 356/2, C 12-11, n° 3, f° 1. Toutes les références indiquées renvoient à ce dépôt d’archives : il ne sera plus mentionné par la suite.

4 Chevrier, 1945.

5 Loyce, 2005, pp. 9-10.

6 Garnier, Chartes de communes et d’affranchissements en Bourgogne, p. 421.

7 B II 356/1, C 12-3, n° 13, f° 5.

8 B II 356/2, C 12-10, n° 19.

9 Piponnier, 1980, p. 131.

10 B II 356/3, C 12-12, n° 3.

11 B II 356/6, C 12-26, n° 11 : « Inventoire commance faire le dixhuitiesme jour du moys de janvier l’an mil cinq cens et dix sept par moy Estienne Vivant clerc et commis de honnorable homme maistre Jehan Demongeu secretere du Roy nostre set scribe de la court de la mayerye de ceste ville de Dijon pour et a la requeste de honnorable homme maistre Benigne Bernald secretere dud. seigneur et procureur de lad. ville et commune dud. Dijon absentEstienne Roy son clerc et substitud presentde la moitie par indivis de tous et chascuns les biens demeurez du decez et trespas de feue Jehanne a son vivant vesve de feu Guillaume Chartreux demeurant en la rue de la Grant Boucherie de ceste dicte ville par partaige et division en fait avec Marguerite et Denis frere et seur germains enffens de lad. feue Jehanne du corps dud. feu Chartreuxlesquelx ont eu et empourte la moitie de tous lesd. bienset l’autre moitie a este inventoiriee en la maniere qui s’ensuit ».

12 Une croix est placée quasiment devant tous les articles, dans la marge gauche.

13 Marge gauche : doit II.

14 Marge gauche : Nota de scavoir qui est en lad. arche et chambre.

15 Marge gauche : XII fr. 1 gros demi.

© Casa de Velázquez, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search