Version classiqueVersion mobile

Élites et ordres militaires au Moyen Âge

 | 
Philippe Josserand
, 
Luís Filipe Oliveira
, 
Damien Carraz

Ouverture

Alain Demurger, une carrière à l’ombre des ordres militaires

Michel Balard

Texte intégral

1C’est un grand plaisir pour moi que de célébrer dans ces pages le talent d’Alain Demurger, qui, pendant tant d’années à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, a assumé avec moi les cours de licence sur les rapports entre l’Orient et l’Occident, dans un esprit de très cordiale coopération, dont je lui suis particulièrement reconnaissant. Quelques bonnes bouteilles de Bourgueil, dégustées ensemble, venaient de temps à autre sceller une amitié partagée avec Jacqueline, qui a toujours soutenu le travail de son mari.

2Que dire d’une belle carrière accomplie entre l’École Normale Supérieure de Saint-Cloud, l’agrégation d’histoire en 1964, deux années d’apprentissage de l’enseignement secondaire au lycée de Pontoise, et l’appel à la Sorbonne en 1968, au moment de l’explosion des effectifs étudiants, qui fut pour beaucoup d’entre nous l’occasion d’entrer dans l’enseignement supérieur.

  • 1 A. Demurger, Vie et mort de l’ordre du Temple ; Id., Les Templiers. Une chevalerie chrétienne au M (...)

3Alain Demurger y arrive en janvier 1969, détaché du lycée par un proviseur bienveillant. Il avait dans les mois précédents fréquenté les séminaires de Bernard Guenée et s’était entendu avec lui pour déposer sous sa direction un sujet de thèse sur les baillis et sénéchaux du royaume de France. Il fallait alors pour progresser dans la carrière être inscrit sur la liste d’aptitude aux fonctions de maître-assistant (LAFMA), ce qui impliquait la préparation soit d’une thèse de troisième cycle, soit un gros travail de recherche. Alain choisit cette dernière solution et s’intéresse aux changements du personnel administratif chez les baillis et sénéchaux au cours des années de quasi guerre civile entre Armagnacs et Bourguignons. Il en résulta un gros article de 150 pages publié en 1979 dans la revue Francia de l’Institut historique allemand de Paris. Allait-il continuer dans cette voie et préparer une thèse d’État ? Une énième réforme de l’université qui entraîna la création d’une nouvelle thèse en quatre ans, réalisation paraissant impossible à notre ami, et une bienheureuse opportunité allaient en décider autrement. En 1982, les éditions du Seuil, qui souhaitaient transformer leur vieille collection « Microcosme », proposent à Alain d’écrire un ouvrage sur l’ordre du Temple. Plutôt que de mettre à jour un travail ancien, Alain décide très justement de faire du neuf. Il se lance dans la recherche documentaire dès 1983 et publie ce best-seller que fut en 1985 Vie et mort de l’ordre du Temple, deux fois réédité, puis totalement refondu dans le gros volume Les Templiers. Une chevalerie chrétienne au Moyen Âge, publié en 2005 et réédité dans la collection « Points Histoire » en 20081.

  • 2 Id., Temps de crises, temps d’espoir.
  • 3 Id., L’Occident médiéval.

4Mais avant de suivre notre ami à l’ombre des ordres religieux-militaires, je voudrais évoquer deux publications originales, marquant un retour vers l’histoire politique du royaume. D’abord, en 1990, une participation à la Nouvelle histoire de la France médiévale, dont il rédige le cinquième tome, portant sur les XIVe et XVe siècles, considérés non comme une époque de transition vers la Renaissance mais, après une crise multiforme, comme le douloureux accouchement de l’État moderne2. Il s’agissait pour les éditions du Seuil d’offrir aux étudiants et au public cultivé une œuvre aisément accessible, destinée à remplacer les vieux volumes de l’Histoire de France d’Ernest Lavisse. Six ans plus tard, en 1996, à l’usage des étudiants débutants, paraissait chez Hachette une brève synthèse sur l’Occident médiéval du XIIIe au XVe siècle3. L’examen des réalités politiques de l’Occident y précédait l’étude de la crise de la fin du Moyen Âge et s’achevait par l’évocation des nouvelles dynamiques en œuvre au XVe siècle. Dans ces deux ouvrages se déploient l’esprit de synthèse et le talent pédagogique d’Alain Demurger.

5Suivons-le pour commencer dans l’ouvrage qui fit de lui le spécialiste des ordres religieux-militaires. Comment justifier un nouveau livre sur l’ordre du Temple ? D’abord pour pourfendre les auteurs d’une pseudo-histoire, alimentant mythes et légendes, afin de mettre en exergue la survie du Temple sous la forme de sociétés secrètes. À cet effet, il faut réunir une solide documentation, l’étudier sans parti pris, sortir du cadre français pour évoquer la dimension internationale de l’ordre, seule à même de faire comprendre les raisons du procès qui n’est en rien l’aboutissement logique et inéluctable de deux siècles d’histoire. Malgré la pauvreté de la documentation sur les origines, notre ami s’efforce d’expliquer la genèse de l’ordre, l’action d’Hugues de Payns et le soutien de Bernard de Clairvaux. Il suit les armées en campagne, décrit les liens indispensables entre l’arrière — les commanderies d’Occident — et la Terre sainte et montre les infléchissements du XIIIe siècle, qui vont donner naissance aux fatales rumeurs et à la chute du Temple. L’examen des pièces du procès est un modèle de pondération et de critique scrupuleuse. Atténuant l’importance des mobiles financiers dans l’attitude de Philippe IV le Bel, Alain Demurger montre plutôt le fanatisme de l’État moderne naissant, qui cherche à réduire l’influence des ordres militaires et à unifier ceux-ci pour en faire un instrument au service de la politique royale.

  • 4 Id., « Templiers et Hospitaliers dans les combats de Terre sainte ».

6À l’occasion d’un congrès des historiens médiévistes tenu à Montpellier en 1987, Alain Demurger devait approfondir sa recherche sur les activités militaires de l’ordre, en mettant en valeur les quelques chiffres de combattants connus, l’organisation de l’armée en campagne, la tactique employée, ainsi que les diverses batailles, heureuses ou malheureuses, au cours desquelles s’illustrèrent les Templiers. Il en résulta un excellent article que l’auteur devait ensuite reprendre dans la nouvelle version de son ouvrage sur l’ordre4.

  • 5 R. Hiestand, « Kardinalbischof Matthäus von Albano ».
  • 6 S. Cerrini, Une expérience neuve au sein de la spiritualité médiévale.
  • 7 B. Frale, L’ultima battaglia dei Templari ; Ead., Il Papato e il processo ai Templari.

7Pourquoi dès lors opérer un remaniement complet vingt ans plus tard ? Le changement de titre a un sens : mettre en valeur les hommes qui ont constitué l’ordre, leur vie dans les commanderies ou sur le champ de bataille, leur pouvoir sur leurs dépendants et leur influence tant en Orient qu’en Occident, plutôt que de réécrire une histoire institutionnelle, plus attentive aux structures, et faire droit aux apports récents de la recherche. Par petites touches, notre ami corrige erreurs et approximations. Le Temple est né en 1120 et a été confirmé au concile de Troyes en janvier 1129, selon la démonstration faite par Rudolf Hiestand5. L’analyse de la règle et des retraits bénéficie de l’étude menée par Simonetta Cerrini dans sa thèse de 19986. La vie conventuelle et la spiritualité templière font l’objet d’amples développements. La présence du Temple dans la péninsule Ibérique et sa « culture de la guerre » sont mises en valeur. L’auteur explique les activités financières de l’ordre, mais repousse énergiquement le mythe qui en fait le « banquier de l’Occident ». Surtout, il reconsidère l’ensemble du procès, en s’appuyant sur les travaux de Barbara Frale7, pour conclure à l’existence d’un procès politico-policier, ne reculant devant aucun moyen pour obtenir des aveux, alors même que l’attitude louvoyante du pape Clément V ne facilite pas la résistance des Templiers. Au total, un ouvrage riche d’informations, rigoureux dans sa critique des sources, et d’une écriture fort plaisante.

  • 8 A. Demurger, Jacques de Molay.

8Nul historien ne résiste à la vogue de la biographie. Dans la lignée de sa recherche, il était tout naturel qu’Alain Demurger s’intéressât à la personnalité controversée du dernier grand-maître de l’ordre, Jacques de Molay8. Personnage falot pour les uns, incapable de s’opposer aux sbires royaux, homme orgueilleux et trop sûr de lui pour les autres, il méritait d’être mieux connu. L’entreprise n’était pas aisée, car il fallait s’appuyer sur quelques pièces de correspondance (27 lettres données en appendice par l’auteur), sur les deux mémoires écrits par le grand-maître et sur les interrogatoires des Templiers, toujours suspects d’erreur, en raison des méthodes employées pour les mener. On ignore même la date et le lieu précis de naissance du personnage : vers 1245-1250 sans doute et probablement à Molay (Haute-Saône) dans une famille de moyenne noblesse. Entré dans l’ordre en 1265, son parcours reste peu connu jusqu’à son élection comme grand-maître en 1292, au lendemain du repli de l’ordre sur Chypre, après la chute d’Acre aux mains des Mamelouks. Que dire de sa gestion, avant le funeste procès ? Alain Demurger décrit son voyage en Occident, où il se rend en 1293 pour rechercher de l’aide pour la Terre sainte et réformer l’ordre en accord avec les chapitres généraux qu’il réunit. De retour en Orient, il est favorable à la recherche de l’alliance mongole, une tentative d’envergure, et non un épiphénomène, souligne l’auteur. À Chypre, il s’oppose au roi Henri II, qui veut taxer le Temple, mais il est faux de dire qu’il a soutenu l’usurpateur Amaury de Tyr contre le roi. Il gouverne l’ordre avec sagesse et en concertation avec les grands dignitaires. Convoqué par le pape en 1306, il se rend en Occident pour tomber dans les filets du roi de France, qui fait arrêter le 13 octobre 1307 l’ensemble des membres de l’ordre dans le royaume. Alain Demurger revient évidemment sur les principaux épisodes du procès et s’interroge sur la responsabilité du grand-maître dans la suppression de l’ordre. Adoptant une défense maladroite, fondée sur le silence face aux enquêteurs royaux, refusant la fusion des ordres militaires et appréciant mal l’attitude de Philippe le Bel, en croyant se sauver au seul jugement de Clément V, Jacques de Molay s’offre au martyre dans un sursaut bien tardif de dignité. Alain Demurger a entrepris avec cet ouvrage une réhabilitation mesurée d’un homme de caractère, constant dans ses amitiés, mais trop confiant dans l’attitude d’un pape qui n’a pas su le soutenir.

  • 9 Id., Chevaliers du Christ.

9Si bien documenté sur l’ordre du Temple, notre ami se devait d’élargir sa recherche à l’ensemble des ordres religieux-militaires, en constatant qu’il n’existait aucune synthèse écrite en français sur le sujet. L’ouvrage Chevaliers du Christ promène le lecteur de la Terre sainte, berceau de ces institutions, à la péninsule Ibérique, et du Portugal à la Baltique9. Il montre d’abord les conditions dans lesquelles les différents ordres militaires ont été créés, dans un contexte d’opposition aux musulmans et aux païens, le transfert des Teutoniques de la Terre sainte vers la Prusse et la présence du Temple dans la péninsule Ibérique, où il sert de modèle aux ordres nationaux. Il s’intéresse ensuite à l’originalité d’une telle institution au sein de la chrétienté médiévale. Des comparaisons bienvenues entre les règles des divers ordres, entre leur recrutement, où est souligné le grand nombre de laïcs qui les composent, des tableaux comparatifs sur l’organisation, les structures guerrières et charitables et les signes et symboles d’appartenance soulignent les rapprochements à opérer et le paradigme que représentent les ordres nés en Terre sainte pour les ordres de la péninsule Ibérique ou des pays de la Baltique. La dernière partie de l’ouvrage, portant sur la fin du Moyen Âge, du XIVe au XVIe siècle, montre les crises dans lesquelles se débattent les ordres après la perte de la Terre sainte et la manière dont certains ont su s’adapter à une conjoncture changeante, avec la création des Ordensstaaten hospitalier, à Rhodes, et teutonique, en Prusse, et avec l’étroite soumission des ordres ibériques aux souverains péninsulaires. Alain Demurger souligne pour conclure l’originalité de l’expérience spirituelle des ordres dans la chrétienté médiévale, balaie le rapprochement que certains auteurs ont voulu faire avec le ribât musulman et examine les survivances des ordres militaires médiévaux dans le monde moderne.

  • 10 Id., La croisade au Moyen Âge ; Id., Croisades et croisés au Moyen Âge.
  • 11 J. Flori, La guerre sainte ; Id., La croix, la tiare et l’épée.
  • 12 N. Housley, The Later Crusades.
  • 13 M. Aurell, Des Chrétiens contre les croisades.
  • 14 A. Dupront, Le mythe de croisade.
  • 15 J. Paviot, Projets de croisade (v. 1290-v. 1230).

10Dans le débat qui oppose les historiens de la croisade, avec d’une part les traditionalistes, pour lesquels il ne peut s’agir que d’une expédition voulue par la papauté pour la délivrance du Saint-Sépulcre, et d’autre part les pluralistes, qui considèrent que toute expédition suscitée par la papauté contre les ennemis de l’Église mérite le nom de croisade, Alain Demurger apporte une réflexion originale sur le concept de croisade et la définition du croisé10. Partant de l’appel lancé au concile de Clermont par le pape Urbain II, le 27 novembre 1095, l’auteur s’interroge sur les origines du concept, en rappelant que le mot lui-même est largement postérieur à l’événement. Il est faux, dit-il, de voir dans les opérations de la Reconquista du XIe siècle des antécédents à la croisade. C’est plutôt les croisades qui ont transformé la reconquête en Espagne. Prédication, recrutement, routes suivies, financement, spiritualité et récompenses promises aux participants sont tour à tour examinés, avant que l’auteur ne revienne sur le concept de guerre sainte, en se ralliant aux vues exprimées par Jean Flori sur la guerre « saintissime11 » plutôt qu’à celles de Norman Housley privilégiant par trop l’importance de l’indulgence accordée aux croisés12. Le développement sur les expériences de croisade met en évidence la création des États croisés, les entreprises guerrières menées pour les défendre, les relations entre croisades et peuplement, croisades et commerce, ainsi que les critiques exprimées au cours du Moyen Âge contre ces expéditions outre-mer ou même à l’intérieur de la chrétienté13. Notre ami examine ensuite les réactions de l’Autre face à la croisade : Byzantins, musulmans, juifs, chrétiens d’Orient, en soulignant certes les modes de domination des Occidentaux, mais aussi les relations pacifiques et les échanges culturels auxquels les États latins d’Orient ont donné naissance. La chute de ces derniers en 1291 n’est pas synonyme de fin de la croisade. Sans aller jusqu’à adopter les thèses d’Alphonse Dupront, qui voit dans la croisade un sursaut essentiel de la chrétienté occidentale, jusqu’à l’époque moderne14, Alain Demurger montre l’apport des traités de récupération de la Terre sainte et les tentatives menées pour reprendre Jérusalem, bloquer l’expansion ottomane ou encore briser la résistance des Hussites15. Il propose en conclusion une définition dynamique de la croisade, faisant la part de l’idée et des réalités.

11Dans une histoire encombrée de mythes et de légendes, la tâche de l’historien s’avère difficile. Alain Demurger a su la mener avec intelligence et rigueur, et s’il n’a pu débusquer le trésor des Templiers, au moins a-t-il fait revivre ce que la documentation authentique, certes insuffisante et dispersée, nous permet de connaître sur les ordres religieux-militaires, qui gardent encore aujourd’hui une partie de leurs secrets.

Notes

1 A. Demurger, Vie et mort de l’ordre du Temple ; Id., Les Templiers. Une chevalerie chrétienne au Moyen Âge.

2 Id., Temps de crises, temps d’espoir.

3 Id., L’Occident médiéval.

4 Id., « Templiers et Hospitaliers dans les combats de Terre sainte ».

5 R. Hiestand, « Kardinalbischof Matthäus von Albano ».

6 S. Cerrini, Une expérience neuve au sein de la spiritualité médiévale.

7 B. Frale, L’ultima battaglia dei Templari ; Ead., Il Papato e il processo ai Templari.

8 A. Demurger, Jacques de Molay.

9 Id., Chevaliers du Christ.

10 Id., La croisade au Moyen Âge ; Id., Croisades et croisés au Moyen Âge.

11 J. Flori, La guerre sainte ; Id., La croix, la tiare et l’épée.

12 N. Housley, The Later Crusades.

13 M. Aurell, Des Chrétiens contre les croisades.

14 A. Dupront, Le mythe de croisade.

15 J. Paviot, Projets de croisade (v. 1290-v. 1230).

© Casa de Velázquez, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search