Version classiqueVersion mobile

Expertise et valeur des choses au Moyen Âge. II

 | 
Laurent Feller
, 
Ana Rodríguez

I. Experts et savoirs, savoirs d’experts

Être expert minier (Occident, Vallespir, xive et xve siècles)

Catherine Verna

Texte intégral

  • 1 Feller, Verna, 2012.

1Partir de l’expert, de l’homme, pour mieux qualifier l’expertise ouvre le champ des investigations. Ce choix permet de ne pas restreindre l’étude à l’événement particulier qu’est l’expertise et d’enrichir l’enquête de la connaissance des individus « experts » inscrits dans un processus de production exigeant en termes de savoir et dont les enjeux, de quelque nature qu’ils soient, imposent une position d’autorité et une réputation1. Dans ce cadre, la mine d’argent est un bon observatoire. C’est, en effet, un domaine de production sur lequel on dispose souvent d’une riche documentation officielle ; un domaine où des compétences techniques, qu’il s’agisse de l’extraction ou de la fusion du minerai, sont indispensables ; un domaine exigeant également en termes de gestion dans des entreprises toujours à hauts risques. Il n’est pas inutile de rappeler que la mise à disposition d’un produit semi-fini tout à fait particulier, le lingot d’argent, objet du grand commerce international et matière première des hôtels des monnaies place la mine d’argent à l’intersection entre entreprise et pouvoir et suppose, pour les hommes qui sont en position d’intermédiaires, d’exercer une lourde responsabilité. C’est sans doute cette exigence qui explique que nous puissions suivre quelques destinées et reconstituer, sinon des biographies, du moins des séquences de vie. La mine d’argent offre, en outre, la possibilité de comparer les parcours et les niveaux de compétences de ceux qui sont désignés comme experts dans un même champ d’application des savoirs alors qu’ils agissent dans le cadre d’entreprises relevant toutes du pouvoir royal ou princier mais de puissance très inégale.

2C’est sur ce premier aspect que je souhaite ouvrir l’étude, c’est-à-dire par une comparaison entre les experts, comparaison conduite à partir de deux échelles d’observation : des pôles miniers d’envergure européenne à des entreprises plus modestes, ces deux échelles offrant des cas de circulations d’hommes et de savoirs entre centres et périphéries. Dans un second temps, le niveau de compétence exigé sera expertisé à partir de l’examen d’un moment clef de la chaîne opératoire, déterminant pour la fiscalité royale et plus généralement pour l’entreprise minière, c’est-à-dire celui de l’essai du minerai. Je conclurai cet examen par l’exposition de vies, non pas celles des experts de profession à l’envergure internationale mais, plus modestement, par celles que les archives nous permettent rarement de débusquer, celles d’hommes de bourg, notables, entrepreneurs et experts et je m’attarderai dans le Vallespir (couronne d’Aragon). Pour des motifs évidents de sources, toutes les études de cas rassemblées correspondent aux deux derniers siècles du Moyen Âge.

Experts miniers : plusieurs échelles d’observation

3Le domaine de la mine, en particulier dans le cas des mines poly-métalliques, autorise l’étude d’un haut niveau de compétences souvent associé à des hommes désignés spécifiquement comme experts dans des situations diverses, pendant ou hors de l’expertise ; des hommes qui interviennent soit ponctuellement et à la demande d’une autorité pour répondre à un problème particulier dans le contexte spécifique et le temps court de l’expertise, soit sur le long terme dans le cadre d’une gestion attentive au risque, omniprésent dans ce type d’entreprise, qu’il s’agisse de dangers corporels, de faillites financières ou de défaillances politiques.

Languedociens, Allemands et Italiens dans les mines européennes

  • 2 Verna, Hilaire Perez, 2006.
  • 3 Mugueta Moreno, 2005, p. 415.
  • 4 Bompaire, 2002a.
  • 5 Verna, 1996 ; Léchelon, 1997 ; Bailly-Maître, Benoit, 1998.

4L’historiographie récente a bien mis en évidence l’action des experts miniers à l’échelle de l’Occident. Ils font partie de ces figures majeures, souvent sollicitées par les historiens pour illustrer les modalités de circulation des savoirs techniques, à l’égal des experts des grands chantiers urbains2. Deux vagues d’experts sont bien identifiées dans toute l’Europe minière : experts allemands et italiens. Une troisième l’est moins, bien qu’elle apparaisse dans les sources qui n’en disent pas davantage : il s’agit des experts originaires du Languedoc que j’ai pu croiser aux hasards de mes dépouillements dans les sources catalanes et navarraises. Ainsi, Bertrand dit de Revel (dans le Lauragais, département de la Haute-Garonne) et deux magistri menearum, originaires d’Alaigne (département de l’Aude), interviennent dans les mines de la couronne d’Aragon au cours des deux derniers siècles du Moyen Âge. À la lumière de ces deux cas, il n’est pas inutile de rappeler que, dès le xiie siècle, les modalités techniques de la répartition des concessions sur les versants du mont Canigou faisaient référence au modèle languedocien d’un périmètre d’exploitation limité à 100 cannes de Montpellier. Rien de surprenant alors que le maître des mines de Navarre déclare, au milieu du xive siècle, ne trouver de mineurs à la hauteur de ses attentes qu’à Montpellier3 ? Précisons, après M. Bompaire, que le Languedoc était encore à cette période considéré comme un espace majeur pour l’approvisionnement de l’argent circulant dans le bassin méditerranéen4. Cependant, le rassemblement des sources pâtit de la structure même des exploitations, dispersées dans un vaste espace qui s’étend du Rouergue aux Cévennes5. Si la mine est bien connue des archéologues, les hommes qui ont pu y travailler demeurent méconnus faute de chartriers suffisamment étoffés et de comptabilités préservées. Leur réputation n’atteint pas celle de leurs homologues allemands ou italiens.

  • 6 Pour une réflexion globale sur le phénomène, Ludwig, Vergani, 1994.
  • 7 Pastoret, Ordonnances des rois de France de la troisième race…, pp. 105-108 et 175-176. Ces privilè (...)
  • 8 Acte signalé par Bonami, 1977 ; chartrier en cours d’édition par H. Barthes et B. Léchelon.

5La vague allemande, d’origine majoritairement rhénane, se perpétuera et s’étoffera au cours du xvie siècle. À la fin du Moyen Âge, elle s’observe principalement en Europe centrale (les mineurs de Bohême, de Slovaquie, etc., sont d’ailleurs souvent désignés sous l’appellation générique d’« Allemands ») et atteint l’Italie lombarde et la Toscane, la Sardaigne (en particulier les mines d’Iglesias), le royaume de Navarre et le royaume de France, avec la mine de Pampailly6. Rappelons, pour mémoire, les ordonnances minières de la fin du xve siècle qui octroient des privilèges aux mineurs allemands venant travailler dans le royaume de France et, en particulier, celle de 1483 concernant le Couserans (Pyrénées centrales)7. Cependant, les « Allemands » n’ont pas attendu le xve siècle pour investir les mines du royaume et, en particulier, sa partie méridionale comme l’atteste à Ceilhes (Hérault) la mention dès 1247 d’une balma dells allamans signalée dans un contrat qui organise les conditions de l’extraction du cuivre argentifère8. Mais, dans ce cas, comme si souvent avant les xive et xve siècles, l’historien ne peut passer du général au particulier : l’individu demeure insaisissable, même si la compétence d’un groupe paraît très tôt incontestable. La mine de Pampailly est l’une des rares qui permette de lever le voile en livrant des informations sur certains des experts allemands qui y travaillent dans les années 1450.

  • 9 Bompaire, 2002b, p. 378. Sur le mémoire déposé par Paolo Girardi auprès du roi de Navarre en 1340, (...)
  • 10 Braunstein, Benoît, 1983. Les Génois, quant à eux, sont davantage présents dans le domaine du fer.
  • 11 Tangheroni, 1985.

6Sur la vague italienne (nous devrions dire « les vagues italiennes » tant les origines sont diverses), des indices nous autorisent à approcher, non seulement des flux, mais aussi des individus. Là encore, les exemples sont ceux de la fin du Moyen Âge. On sait que le conseiller consulté par le roi de Navarre pour la réouverture des mines d’Urrobi, en 1340, Paolo Girardi, maître des mines de Navarre, est d’origine florentine ; sa présence est également attestée dans le foyer italien qu’est la ville de Montpellier où il aurait rédigé un manuel d’arithmétiques en 13289 ; que parmi les mineurs et les fondeurs d’Hurtières, dans le comté de Savoie, toujours vers 1350, des Italiens sont très présents, peut être originaires de la Lombardie et vecteurs d’innovations dans le domaine du traitement du cuivre argentifère, en particulier la famille Argentarii10. Il convient de s’arrêter un moment sur les Sardes désignés comme tels car les hommes concernés, quel que soit leur lieu d’origine, ont travaillé dans les mines d’Iglesias. Rappelons qu’Iglesias est l’une des grandes mines d’Occident au cours du xiiie siècle et jusqu’en 1340 et que la migration des mineurs et fondeurs sardes est, bien évidemment, en prise directe avec la couronne d’Aragon à partir de l’entrée de la Sardaigne dans le royaume11.

  • 12 Mollat, 1952-1953 ; Id., 1988, pp. 245-261 ; Benoît, 1997.
  • 13 Rafel, Abella, Martínez Elcacho, 2003 ; Martínez Elcacho, 2005 ; Id., 2006 ; Id., 2014.

7Ce cadre très général posé, nous disposons de suffisamment de travaux sur deux mines, deux sites et à partir de deux fonds d’archives exceptionnels au point qu’il soit possible d’y extraire des figures d’experts. J’ai volontairement choisi un terrain de comparaison franco-espagnol avec les mines de Pampailly et de Falset. Dans le royaume de France, la mine de Pampailly profite de la confluence des sources et des approches tant historiques qu’archéologiques. Mine de Jacques Cœur, gérée un moment par le roi et son représentant le procureur Dauvet dont le précieux Journal, rédigé dans les années 1450, a été publié par M. Mollat, Pampailly a été l’objet d’une fouille programmée dirigée par P. Benoît12. Le croisement des démarches permet d’évaluer l’application des savoirs en œuvre. La mine de Falset, dans le comté de Prades, mine relevant de l’infant Pierre d’Aragon est connue grâce à un riche fonds documentaire, celui de l’Arxiu Ducal de Medinaceli. Étudiée par A. Martínez Elcacho dans le cadre de sa thèse (université de Lérida), elle constitue notre second observatoire, les deux grandes mines permettant d’éclairer les circulations des experts à l’échelle européenne et de suivre les pérégrinations de certains d’entre eux, de chantier en chantier13.

  • 14 Feller, Verna, 2012.

8À Pampailly, il est possible d’isoler l’action d’un homme désigné comme expert et qui intervient effectivement dans le cadre spécifique d’expertises réunies à l’initiative du procureur Dauvet mais dont les compétences ont été également mises au service de la mine pour laquelle il a travaillé plus de dix ans, de 1445 à 1456. Il s’agit de Maître Hans Brohart, affineur originaire de Brisach, sur la rive droite du Rhin, au pied de la Forêt noire, une ancienne région de métallurgie. Il est désigné dans le journal de Dauvet comme « homme expert en son métier riche et puissant ». Hans Brohart participe à deux expertises dont les objectifs sont très différents : techniques pour la première (la résolution de l’exhaure), financiers pour la seconde (l’évaluation du mobilier minier, c’est-à-dire les outils et les infrastructures). C’est lui qui recommande la venue d’un expert de Bâle, Claus Smerment, pour résoudre le problème de l’exhaure. Les deux hommes font partie du même réseau : celui des « maîtres des montagnes » allemands. Hans Brohart ira d’ailleurs chercher Claus Smerment à Bâle. Rappelons qu’il s’agit de trouver une solution à l’épineuse question de l’ennoiement de la mine par le creusement d’une galerie d’épuisement des eaux dite galerie d’exhaure. Au milieu du xve siècle, le chantier de creusement avait débuté en deux points opposés de la montagne et présentait de grandes difficultés de percement à cause de la dureté de l’encaissant. Dans le cadre de la seconde expertise consacrée à l’exhaure et réunie autour de Claus Smerment, celui-ci, après avoir procédé à un examen de la situation souterraine et en avoir discuté avec d’autres experts locaux, conseille de réorienter le creusement en prenant à main gauche, c’est-à-dire, comme le prouvent les résultats de l’archéologie, en suivant très exactement un plan de faille qui facilite le travail dont il faut préciser qu’il se pratique par abattage au feu puis excavation à la pointerolle. L’avis de l’expert, qui sera strictement appliqué dans ce cas précis, permet de faire sauter le verrou technique et financier qui avait condamné l’extraction à un goulet d’étranglement. Contrairement à Hans Brohart qui demeure au service de Pampailly, Klaus Smerment quitte rapidement la mine après avoir travaillé quelques mois comme entrepreneur sur le chantier de la galerie d’exhaure dont il avait lui même rétabli le creusement. Le prix de l’expertise se confond, au moins dans ce cas, avec l’adjudication des travaux engagés à la suite de l’expertise où sa compétence avait triomphé14.

  • 15 Martínez Elcacho, 2014.

9L’exemple aragonais nous transporte dans la filière italienne avec les experts sardes appelés à Falset dans les années 1350. L’infant Pierre d’Aragon exige leur intervention : il faut procéder au développement, sinon à la reprise de l’extraction à Falset et pour cela disposer d’hommes compétents. S’il est question de Sardes dans les sources écrites, cette désignation d’origine s’applique, comme nous l’avons signalé, à ceux qui travaillent ou ont travaillé dans les mines de Sardaigne, en particulier à Iglesias ; certains d’entre eux sont, incontestablement, d’origine italienne (sans davantage de précisions). Deux hommes se dégagent de l’ensemble, tous deux originaires des mines de Sardaigne, tous deux désignés comme maîtres et appelés par l’infant. L’un, Joan de la Seda, gère l’exploitation de Falset. Il en est l’administrateur de 1348 à 1350. Il s’occupe de la répartition des concessions et du contrôle de la production et a laissé un livre de gestion. Avant son arrivée à Falset, il tenait l’office d’essayeur à la monnaie d’Iglesias. C’est ce poste qu’il rejoindra en 1350. L’autre homme, Leonardo de Dino, est l’essayeur de Falset pendant dix ans, de 1348 à 135815. À ce titre, il procède aux essais qui, selon les trois ordonnances correspondant au comté de Prades et rédigées de 1344 à 1352, conditionnent l’ouverture d’un chantier ou d’une concession par le contrôle initial de la qualité du minerai.

10De Pampailly à Falset, nous saisissons ainsi ces experts internationaux dans des temps contrastés : un temps court, celui de l’événement qu’est l’expertise ; un temps long, celui du travail dans une entreprise exigeante et qui dispose de moyens pour recruter et payer les hommes experts dont elle a besoin.

Le notable rural en figure d’expert

  • 16 Ce renouveau minier intervient après une période de total abandon amorcée en 1398, Verna, 2008, pp. (...)
  • 17 Rappelons, à titre de comparaison entre les deux couronnes, que l’ordonnance de 1413, qui fixe les (...)

11Cependant, il existe un second niveau d’observation pour qui veut cerner la figure de l’expert dans le cadre d’exploitations minières, certes moins prestigieuses, moins riches également, mais qui ont pourtant recours à des hommes experts et désignés comme tels, mais dont la renommée s’applique à un territoire plus étroit. Je me limiterai à un district minier, celui correspondant au Vallespir, c’est-à-dire à la haute vallée du Tech (Pyrénées-Orientales). Le Vallespir a connu, au début du xve siècle, une vague d’autorisations d’extraction qui aboutit à l’exploitation suivie, de 1425 à 1468, soit pendant plus de quarante ans, d’au moins une mine : celle de Montbolo16. Cette mine est directement associée à l’octroi de plusieurs licences d’exploitation et à la promulgation d’une ordonnance en 1427. Celle-ci s’applique, comme l’indique son préambule, à la mine de Montbolo et d’Arles-sur-Tech et à l’ensemble de la couronne d’Aragon17. Sa rédaction est, par ailleurs, en résonance directe avec les ordonnances de Falset (datées, rappelons-le, de 1344 à 1352).

12La mine de Montbolo est découverte en 1425 par deux entrepreneurs locaux d’Arles-sur-Tech : Pere Comelles et Urbà Aygabella. Elle est, dès l’origine, exploitée dans le cadre d’un contrat en acapte (1425) puis d’une société commune (1426), associant les deux hommes et la Couronne selon des modalités que nous ignorons, faute de sources. C’est dans ce contexte et selon la volonté du roi que Francesc Ferrer, maître de la Secca de Valence, se rend à Montbolo dès 1426 ; que des mineurs de Falset y sont appelés (en 1427) et que Joan de Montalba, procurateur du roi en Sardaigne, est chargé de l’application des accords conclus entre le roi, les Comelles et Urbà Aygabella. La Couronne a sans doute mis beaucoup d’espoir dans cette mine en laquelle elle a vu un nouveau Falset. En 1447, soit 22 ans après la découverte du gisement, la mine est finalement désignée comme Mener real d’En Comelles. Sur le terrain, ce sont trois hommes du cru que nous voyons agir : d’abord un orfèvre de Perpignan, Miquel Alerigues, bien connu dans le comté de Roussillon car il a réalisé pour l’abbaye Sainte-Marie d’Arles deux reliquaires en argent, encore aujourd’hui conservés. Sur ordre du roi, il procède aux premiers essais sur le minerai de Montbolo, du moins aux premiers que la documentation ait restitués. Il est nommé maître de la fusina, le four de fusion du minerai et doit tenir la mine en garda e custòdia.

13L’homme disparaît assez rapidement de la documentation. On sait qu’il a déserté les montagnes du Vallespir, comme le dénonce un mandement royal, préférant se livrer à l’entreprise minière dans une autre zone du comté. Il est aussitôt remplacé par un lieutenant qui se voit déléguer l’administration de la mine. Il est, tout comme son prédécesseur, également désigné comme maître de la fusina. Il s’agit d’Arnau Perer, un pareur d’Arles, membre de la notabilité du bourg. Celui-ci est en contact avec les deux entrepreneurs découvreurs de la mine. Disons le d’emblée : Urbà et Pere sont d’autant plus intéressants pour le sujet qui nous retient ici qu’ils sont désignés, dans une licence d’exploitation concédée par la reine Marie en 1433, comme experts en matière de mine, propres à conseiller certains proches de la Couronne qui souhaitent se lancer dans la délicate expérience de l’exploitation des richesses du sous-sol.

14Le terrain de la mine d’argent offre donc, au final, la figure exemplaire de l’expert international, appelé ponctuellement dans le cadre d’une expertise ou associé à l’exploitation princière ou royale. Ces hommes renommés sont recherchés par les puissants. Dans les deux cas de Falset et de Pampailly, il s’agit de les associer à la relance d’une exploitation. Cependant, même dans ces mines, les compétences ne se limitent pas à ces figures d’exception. Ainsi, la mine royale de Pampailly, si elle profite des conseils et avis d’un Klaus Smerment ou d’un Hans Bohart, fonctionne également grâce au travail régulier et à long terme de maîtres de montagnes associés, eux aussi, aux expertises mais qui sont, pour la plupart d’entre eux, des entrepreneurs locaux, capables de répondre aux exigences techniques et financières d’une grande mine d’argent. Les mines d’envergure plus modeste, tant du point de vue de l’ampleur du gisement que de sa richesse, mais dont la complexité d’exploitation relève des mêmes difficultés, ne connaissent que ce second type d’experts. C’est à eux que nous allons à présent nous intéresser, à eux et à leurs compétences à partir de l’exemple de la mine de Montbolo.

Évaluer les compétences et les savoirs : la pratique de l’essai du minerai

15Comment mesurer le niveau de compétences des experts dans des mines que nous pouvons désigner par commodité comme « secondaires », comme celle de Montbolo ? L’essai, la pratique de l’essai permet de l’approcher. L’essai consiste à mesurer la part de l’argent métal dans le minerai, minerai de plomb ou de cuivre, ou même dans le cas de Montbolo, association du plomb, du cuivre et de l’argent.

  • 18 Verna, Hilaire Perez, 2006 ; Polanyi, 1966 ; sur le concept de « savoirs tacites » dans le domaine (...)
  • 19 Cordoba de la Llave, 2009.
  • 20 Ercker, Treatise on Ores and Assaying, 1951, p. 36. Voir la thèse de Gauthier, 2012, consacrée aux (...)

16Ce domaine, celui de la fusion, profite d’une codification écrite tardive des savoirs tacites qui se diffusent prioritairement par la parole et par le geste18. Ce n’est qu’au xvie siècle que les traités techniques rassemblent et organisent par écrit les savoirs miniers et métallurgiques qui leur sont antérieurs. Dans le domaine spécifique des essais, il convient de ne pas confondre les essais sur les monnaies, qui ont été au centre d’une élaboration et d’une codification des savoirs dont témoignent de nombreux traités médiévaux (pour l’Espagne, je renvoie à l’ouvrage de R. Cordoba de la Llave) et ceux sur le minerai, demeurés à la périphérie de cette mise en forme19. On sait qu’ils sont pratiqués communément, ne serait-ce que pour mesurer l’intérêt (et par là même le risque) à ouvrir un nouveau gisement. Signalés dans les sommes du xvie siècle (citons pour mémoire le De Re metallica d’Agricola), les essais sur les minerais sont régulièrement opérés sur de grandes mines au fur et à mesure de l’extension des chantiers et de l’évolution des faciès miniers. Il faudra cependant attendre la fin du xvie siècle pour qu’un traité, celui d’Ercker, leur consacre un long développement20. Or, dans la couronne d’Aragon, l’essai sur le minerai occupe une place particulière dans la chaîne opératoire de l’argent car il relève de l’expertise, d’un mode d’expertise particulier puisqu’il correspond à une étape du processus de contrôle de la qualité du minerai indispensable pour obtenir officiellement l’autorisation d’extraction laquelle est conditionnée par le calcul initial du versement fiscal dont le résultat dépend de l’essai.

17En effet, dans la couronne d’Aragon, la part de l’argent attribuée au roi n’est pas fixe. La législation aragonaise ne dispose pas de l’équivalent du 10e reconnu au roi de France à la fin du Moyen Âge. La fiscalité sur le minerai est établie en fonction de la teneur en argent dudit minerai, d’où la pratique obligatoire de l’essai qui expertise la qualité du minerai et conditionne l’ouverture de l’exploitation et sa gestion ultérieure. C’est dire la responsabilité qui incombe à l’essayeur qui officie à ce moment précis. Les ordonnances de Falset, comme celle conservée par la procuration royale de Perpignan et qui cite spécifiquement la mine de Montbolo (en 1427), insistent sur les qualités morales dudit homme, associées à ses capacités techniques. Or, la pratique des essais sur le minerai est d’autant plus intéressante à examiner au xve siècle qu’à cette période des aspects de la procédure technique évoluent. Exceptionnellement, les sources conservées sur la mine de Montbolo en offrent un précieux témoignage.

  • 21 Sur l’ensemble du dossier consacré à Montbolo, se reporter à Verna, 2008.
  • 22 Alanyano, alaniano, Alaigne : commune de l’Aude, arrondissement de Limoux.

18Les archives notariées permettent, en effet, d’approcher les modalités techniques des essais qui ont été conduits après la découverte du gisement à Montbolo21. Ils sont pratiqués entre le 21 et le 26 mars 1427. Plusieurs quittances de paiement conservées précisent que ces essais se déroulent sur l’ordre du maître de la Secca de Valence. Sont dépêchés sur le terrain, non seulement les autorités relevant de la Couronne, c’est-à-dire le lieutenant représentant du gouverneur et des notaires royaux mais aussi Miquel Alerigues, l’orfèvre dont il a déjà été fait mention et deux hommes désignés comme maîtres mineurs originaires d’Alaigne et qui traversent la documentation22.

  • 23 Benoît, 1994, pp. 301-310.

19En date du 14 avril 1427, on dispose d’une quittance de paiement enregistrée par la procuration royale de Perpignan, au titre de l’achat du plomb nécessaire à l’affinage du minerai de Montbolo (ad opus afinandi), soit plus de 2 quintaux. Quelques jours à peine après les premiers essais, s’agit-il du paiement du plomb acheté pour procéder à ces essais, dont par ailleurs nous ignorons le nombre, ou bien de la matière première utilisée pour une première fusion ? Nous ne disposons d’aucune précision supplémentaire mais la chronologie est si ramassée, entre le 26 mars (dernier jour des essais) et le 14 avril (quittance de paiement de plomb pour la mine de Montbolo enregistrée par la procuration royale), que nous pouvons supposer que cet achat correspond aux essais sur le minerai. On aurait ainsi procédé par emplombage dans le cadre d’une réduction rendue délicate du fait de la complexité du minerai à traiter, puisqu’en l’absence d’analyses précises, des indices documentaires laissent présumer de la coexistence de plomb et de cuivre. Rappelons que l’enplombage consiste en un ajout de plomb dans le four où est réduit le minerai, ce qui permet de le fluidifier. Dans le cadre de la réduction, l’argent migre dans le plomb métal. Celui-ci doit être ensuite affiné afin d’en extraire l’argent. Cette dernière opération correspond à la coupellation qui livre l’argent métal23. Même si nous ignorons le nombre des essais pratiqués avec les 2 quintaux de plomb, on peut supposer que l’opération de mars 1427 à Montbolo s’apparente à un « essai en grand » qui consiste à opérer sur d’importantes quantités en pratiquant une fusion qui, techniquement, relève du domaine de la production. Seul son objectif est particulier : fixer la part de l’argent dans le minerai pour établir la fiscalité royale ce qui désigne l’essai comme une étape du traitement de l’argent tout en lui accordant un objectif juridique et fiscal qui en fait une expertise.

  • 24 Nous disposons d’une documentation sur ce type d’essai en Oisans, en 1359 : Bailly-Maître, 2000 ; s (...)

20Cette façon d’opérer en grand est commune au xve siècle même si, en cette fin du Moyen Âge, s’amorce une tendance consistant à pratiquer les essais sur de plus petites quantités de minerai, à les miniaturiser en quelque sorte24. Cette évolution aboutira, au xvie siècle, à travailler régulièrement aux grains. Le xve siècle est donc une période de mutation où deux pratiques semblent cohabiter. Les compétences dont témoigne l’orfèvre Miquel Alerigues en 1427 à Montbolo sont traditionnelles et de l’ordre du commun. Cependant, les divers témoignages rassemblés dans le comté de Roussillon restituent une grande diversité tant des pratiques que des normes législatives énoncées pour les encadrer. À propos des essais sur les minerais poly-métalliques, l’ordonnance de 1427 prévoit que les essais s’opèrent sur 2 livres de minerais ; une licence, accordée en 1447, fait référence à 4 quintaux de minerai alors qu’un essai est pratiqué en 1458 sur 1 quintal de minerai seulement. Enfin, une licence d’exploitation plus tardive et datée de 1468, correspondant précisément à la mine de Montbolo, énonce que l’essai puisse se pratiquer sur 3 onces, c’est-à-dire sur une quantité inférieure à 100 grammes. Ainsi, à Montbolo, dans le cadre d’une exploitation qui semble alors péricliter, la procuration royale prévoit l’application d’innovations techniques dans le domaine des essais métallurgiques en imposant la miniaturisation. Seront-ils réalisés de cette manière ? Signalons afin de bien établir de distinction entre l’enregistrement institutionnel des innovations, leur codification et leur application réelle qu’à Falset, dès 1344, les ordonnances prévoyaient déjà que les essais puissent être pratiqués, comme en 1468 dans le comté du Roussillon, à partir de 3 onces de minerais. Quelles que soient les modalités de circulation des savoirs, la miniaturisation des essais est donc déjà, sinon appliquée couramment, du moins connue à Falset, dès le xive siècle. Sans doute, faut-il rapporter ce choix technique aux hommes qui en dirigent l’exploitation et qui sont formés dans les ateliers monétaires. Leur activité professionnelle est rythmée par des allers retours entre la mine de Falset et la Secca d’Iglesias et, dans ce contexte, la nature de l’essai métallurgique dont attestent les actes officiels pourrait dériver de leur maîtrise de l’essai monétaire. Pourtant, vers 1425, il semble bien que ce savoir se soit perdu, ou du moins qu’il n’ait pas circulé facilement entre les montagnes de Prades et le mont Canigou. Rappelons que le roi d’Aragon déplore le manque de gens experts à un moment où les prospections minières se multiplient dans le comté de Roussillon. Il fait alors spécifiquement référence à l’expertise juridique mais les sources notariées témoignent, semble-t-il, d’une rupture plus large.

21Pourtant, ces experts, du moins dans le domaine technique, la Couronne les trouvera dans l’entreprise. Signalons qu’une telle situation est de l’ordre du commun et que le cas de Klaus Smerment à Pampailly en témoigne avec suffisamment d’éloquence. Les individus qui travaillent à Montbolo, et dont la Couronne aime à souligner les compétences, sont des entrepreneurs locaux, découvreurs de la mine, qui pratiquent assurément l’extraction et peut être la fusion. Leurs noms ont déjà été cités : Urbà Aygabella et Pere Comelles. Des noms, il convient, à présent, de passer aux hommes.

Urbà Aygabella et Pere Comelles, entrepreneurs et experts (Vallespir)

  • 25 Pujol i Tubau, 1984, pp. 365-369.

22Hommes modestes, mais néanmoins notables du bourg d’Arles, tous deux sont les interlocuteurs directs de la Couronne. Le contrat conclu entre eux et le roi d’Aragon, au moment même de l’ouverture de la mine dans les années 1425- 1426, témoigne de cette proximité. Rappelons que Joan de Montalba, procureur en Sardaigne, est désigné par le roi pour se rendre en Roussillon et appliquer les accords conclus entre la Couronne, Pere et Urbà. Ces derniers sont également désignés comme conseillers dans le domaine minier car « bons connaisseurs de la mine ». Cette qualité est si rarement énoncée dans une licence royale qu’elle a fait s’interroger sur l’identité de ces inconnus : qui pouvaient-ils être ces hommes modestes et pourtant présents dans l’antichambre du pouvoir25 ?

  • 26 Il s’agit, dans ce cas, du « marc » unité de poids. Le marc utilisé en Catalogne, à Perpignan et à (...)
  • 27 C’est, semble-t-il, le cas à Montbolo. Une rapide mention d’un procès verbal d’essai, consigné dans (...)

23Les deux compères ont, en effet, marqué la politique royale et, en particulier, la législation minière car l’exploitation de l’argent à Montbolo a été à l’origine de la rédaction de l’ordonnance de 1427, puis de sa réécriture au cours des années suivantes. Or, cette réécriture doit être interprétée comme une adaptation de la législation aux capacités de l’entreprise. Effectivement, nous ignorons les conditions du contrat établi entre le roi et les entrepreneurs Pere et Urbà mais, a contrario‚ nous connaissons les conditions de versement établies par l’ordonnance de 1427 qui sont très exigeantes. La fiscalité y est proportionnelle à la qualité du minerai, fixée en fonction de la teneur en argent. Pour les teneurs les plus hautes, au-dessus de 5 et jusqu’à 10 marcs fins de métal par quintal de minerai, le roi se réserve 50 % de la production de l’argent ; pour un minerai livrant au-dessus de 10 marcs fins et jusqu’à 15 (taux le plus élevé prévu en 1427), ce sont 75 % de la production qui sont exigés26. Pour des teneurs plus faibles et tout à fait communes, c’est-à-dire une teneur de 2 marcs ou au dessous (celle d’une galène de base), un quart du métal doit être livré27. C’est bien ce qui est appliqué aux revenus de l’exploitation de Pere et d’Urbà comme le prouve une quittance de la Secca en date de 1427. Cependant, les exigences du roi sont rapidement revues à la baisse dans les licences ultérieures qui interprètent et modifient le texte de l’ordonnance. Des barèmes inférieurs sont proposés et les conditions de versement sont simplifiées, soit entre 1/10e (10 %) et 1/5e (20 %) de l’argent affiné. Comme l’énonce très précisément une licence de 1433, cette baisse est accordée du fait des difficultés rencontrées par les exploitants. Pere et Urbà sont alors nommément cités. Assurément, la mine d’En Comelles a été un des laboratoires de la législation royale dans le domaine minier. Elle l’a faite évoluer, l’a faite s’adapter à l’entreprise et à ses difficultés.

  • 28 Pinto, Verna, 2009.

24Je souhaiterais m’arrêter un moment sur Urbà Aygabella. Cet homme est désigné dans les actes notariés comme un apothicaire mais aucun texte ne livre une quelconque information sur son activité déclarée. Tel qu’il apparaît dans les registres, Urbà est entrepreneur. Contrairement à son associé Pere Comelles, la métallurgie est son unique secteur d’activité. On dispose de 129 actes le concernant, répartis de 1402 à 1446. Son réseau se compose de 338 individus, principalement rassemblés à Arles et dans le Vallespir, contrairement à Pere Comelles dont le réseau s’inscrit à Perpignan et, plus largement, dans l’ensemble du comté. Je ne voudrais retenir ici que les éléments de sa biographie en relation avec la figure de l’expert et ses compétences. Urbà est propriétaire de la moitié d’une forge hydraulique (une mouline) et il gère son atelier, procédant à l’achat des matières premières, à la gestion souvent délicate de la main-d’œuvre, et cela dès les années 141028. Ce n’est qu’en 1425 que nous le voyons s’intéresser à l’argent. Remarquons que son association avec Pere a été décisive pour l’ouverture de la future mine de Montbolo. On sait que le père de Pere Comelles avait prospecté dès le début des années 1400 (en 1405 exactement) et que le 19 mars 1425, quand le père et son fils Pere déclarent la découverte d’une mine dans une de leurs vignes sans davantage de précisions, cet acte constitue et officialise l’aboutissement de recherches anciennes, même si elles n’ont pas été forcément opérées en continu. Quelques mois plus tard, Urbà reçoit également une autorisation de prospection puis déclare la découverte d’une mine. Cette déclaration est faite en son nom et en celui de Pere Comelles pour une mine qui, comme la précédente, est située dans les vignes des Comelles dont la localisation est précisée : à Montbolo. Seule cette dernière sera conservée pour la postérité : il s’agit de la mine bientôt désignée comme mine royale (mener real). Urbà poursuivra son activité minière, toujours dans le domaine des minerais poly-métalliques, dans la mine de la Manera, sur le territoire de Cabrench (1446).

25L’association entre les deux hommes aboutit donc à la découverte d’une mine qui encourage la prospection dans le Vallespir et demeure encore exploitée en 1468. Elle nous renvoie à leurs capacités respectives. L’un, Pere, est un homme d’argent : boucher, prêteur, bien placé dans la course aux honneurs que lui offre le bourg d’Arles. Urbà dispose de compétences différentes et spécialisées qu’il transfère d’un domaine d’application (l’élaboration des médicaments) à un autre (ses entreprises métallurgiques). Les minerais et les métaux sont effectivement parmi les ingrédients d’usage courant pour un apothicaire : sulfate de fer (couperose) mais aussi et surtout litharge et oxyde et sulfate de cuivre (vitriol). À cette connaissance minéralogique s’ajoute la pratique nécessaire et rigoureuse de la métrologie. Il faut souvent peser de très petites quantités au cours de la préparation des médecines qui impose le mélange d’ingrédients divers. Connaissance des roches, pratique de la pesée et usage d’arithmétiques simples sont également des savoirs adaptés et même nécessaires à un homme qui touche de près extraction et traitement des minerais.

26Or, dans le domaine de la métallurgie de l’argent, la relation entre savoir médical, élaboration des médicaments et entreprise, telle qu’Urbà la personnifie en Vallespir, n’est pas unique. Énumérons rapidement deux cas, à deux échelles de perception très différentes. Un document de la procuration royale de Perpignan atteste, au xve siècle, de la présence d’apothicaires et de médecins au cours d’une expertise minéralogique assez rare puisqu’elle concerne le minerai de fer. Celle-ci porte très précisément sur une mine découverte dans le territoire de Mosset (Pyrénées-Orientales). Un contexte particulier pourrait expliquer ce recours exceptionnel à l’expertise : à la fin du xive siècle, dans cette zone située à la frontière entre la couronne d’Aragon et le royaume de France, une fraude sur l’usage d’un médiocre minerai de substitution a entaché la qualité du fer catalan exporté. À un niveau plus prestigieux, la figure de l’apothicaire-entrepreneur minier résonne de l’exemple célèbre de Georg Bauer Agricola. Né en 1494 en Saxe, médecin, apothicaire, il est l’auteur bien connu du De re metallica (publié post mortem en 1556). Les transferts de savoirs entre pharmacopée et mine se concrétisent dans ses travaux dès son premier ouvrage, le Bermannus‚ publié en 1530. Que ce cas exemplaire, celui d’Agricola, comme ceux d’experts à la réputation internationale tels Hans Brohart ou Leonardo de Dino, ne nous fassent pas pourtant oublier que l’expert minier, qu’il s’agisse de l’extraction ou des premiers traitements du minerai, opère également dans des sphères plus communes où les connaissances circulent pourtant sous la forme de savoirs tacites. Il a fallu, pour que ces compétences nous soient connues, que la main du notaire les ait enregistrées. Quelle que soit la qualité du transfert par l’écrit, sa forme souvent allusive ou détournée, la rareté du témoignage notarié ne doit pas gommer la position des experts locaux, entrepreneurs et notables des campagnes, dont l’empreinte est profonde dans la constitution d’une culture minière, comme en témoignent les exceptionnelles sources catalanes.

27Ainsi, la mesure de l’expertise à l’échelle de l’individu rend-elle compte de la complexité des situations à partir du rassemblement des actes concrets, ceux que les individus ont exercés sur le carreau de la mine et qui relèvent de leur travail et de leurs responsabilités. Elle permet de distinguer clairement le moment de l’expertise en tant qu’événement particulier et acte juridique, de l’expertise exercée sur le temps long, celui du travail dans l’entreprise : deux types d’expertise parfois assurés par les mêmes hommes. Certes, dans le cas d’expertises convoquées pour résoudre un cas particulier, souvent dans un domaine technique pointu où l’innovation est en jeu, ce sont souvent des experts à la dimension internationale qui sont appelés et qui demeurent un moment sur place pour valider leur avis en encadrant les travaux qu’ils ont conseillés et pour lesquels ils reçoivent une rétribution. La position d’autorité exercée par les experts miniers ne se limite pourtant pas aux mines les plus prestigieuses et aux hommes qui circulent parfois sur de grandes distances ; des experts locaux assurent la responsabilité d’actes fondamentaux pour la bonne gestion de chantiers miniers à hauts risques et sont en mesure de conseiller sur le temps long les princes qui recourent à leurs services, qu’il s’agisse de mesurer le coût des travaux à entreprendre ou d’évaluer la valeur des infrastructures de production ; de débattre avec pragmatisme des choix techniques courants qui rythment quotidiennement le temps de l’extraction ou d’apprécier le poids de la fiscalité sur le financement de l’entreprise minière et d’en témoigner quand les experts disposent de l’attention et de la confiance des princes.

Notes

1 Feller, Verna, 2012.

2 Verna, Hilaire Perez, 2006.

3 Mugueta Moreno, 2005, p. 415.

4 Bompaire, 2002a.

5 Verna, 1996 ; Léchelon, 1997 ; Bailly-Maître, Benoit, 1998.

6 Pour une réflexion globale sur le phénomène, Ludwig, Vergani, 1994.

7 Pastoret, Ordonnances des rois de France de la troisième race…, pp. 105-108 et 175-176. Ces privilèges ne sont pas isolés et s’apparentent à ceux que Charles VIII reconnaît à cinquante mineurs allemands auxquels il accorde le droit d’exploiter de nouvelles mines dans tout son royaume, Combes, 1977.

8 Acte signalé par Bonami, 1977 ; chartrier en cours d’édition par H. Barthes et B. Léchelon.

9 Bompaire, 2002b, p. 378. Sur le mémoire déposé par Paolo Girardi auprès du roi de Navarre en 1340, consulter Leroy, 1972. Plus récemment sur ce texte majeur et plus généralement sur les mines de Navarre, Mugueta Moreno, 2004 ; Id., 2005.

10 Braunstein, Benoît, 1983. Les Génois, quant à eux, sont davantage présents dans le domaine du fer.

11 Tangheroni, 1985.

12 Mollat, 1952-1953 ; Id., 1988, pp. 245-261 ; Benoît, 1997.

13 Rafel, Abella, Martínez Elcacho, 2003 ; Martínez Elcacho, 2005 ; Id., 2006 ; Id., 2014.

14 Feller, Verna, 2012.

15 Martínez Elcacho, 2014.

16 Ce renouveau minier intervient après une période de total abandon amorcée en 1398, Verna, 2008, pp. 310-317.

17 Rappelons, à titre de comparaison entre les deux couronnes, que l’ordonnance de 1413, qui fixe les droits régaliens dans le domaine minier et fait référence en la matière dans le royaume de France, concerne précisément le bailliage de Mâcon (Bourgogne) et la sénéchaussée de Lyon, bien qu’elle s’applique à tout le royaume de France, Pastoret, Ordonnances des rois de France de la troisième race, t. X, pp. 140-144 ; Hesse, 1975.

18 Verna, Hilaire Perez, 2006 ; Polanyi, 1966 ; sur le concept de « savoirs tacites » dans le domaine de l’histoire des techniques, voir Verna, 2008.

19 Cordoba de la Llave, 2009.

20 Ercker, Treatise on Ores and Assaying, 1951, p. 36. Voir la thèse de Gauthier, 2012, consacrée aux essais des minerais.

21 Sur l’ensemble du dossier consacré à Montbolo, se reporter à Verna, 2008.

22 Alanyano, alaniano, Alaigne : commune de l’Aude, arrondissement de Limoux.

23 Benoît, 1994, pp. 301-310.

24 Nous disposons d’une documentation sur ce type d’essai en Oisans, en 1359 : Bailly-Maître, 2000 ; se reporter également à Gauthier, 2012.

25 Pujol i Tubau, 1984, pp. 365-369.

26 Il s’agit, dans ce cas, du « marc » unité de poids. Le marc utilisé en Catalogne, à Perpignan et à Barcelone, oscille entre 234,8 g et 239 g (Bompaire, Dumas, 2000, p. 298).

27 C’est, semble-t-il, le cas à Montbolo. Une rapide mention d’un procès verbal d’essai, consigné dans un registre de la procuration royale, tardif puisque daté de 1458, laisse apparaître qu’à cette date, après plus de 30 ans d’exploitation et donc de recherche des meilleurs faciès, le minerai extrait à Montbolo contient 0,448 marc d’argent par quintal de minerai (plomb argentifère), soit selon la valeur du marc en usage à Perpignan, entre 105,17 et 107,05 g.

28 Pinto, Verna, 2009.

© Casa de Velázquez, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search