Version classiqueVersion mobile

Expertise et valeur des choses au Moyen Âge. II

 | 
Laurent Feller
, 
Ana Rodríguez

Introduction

Laurent Feller

Texte intégral

  • 1 Voir le congrès organisé en 2011 par la Société des historiens médiévistes de l’enseignement public (...)
  • 2 Voir Mac Leod, 2007.
  • 3 Par exemple, Atkins, Stanziani, 2007 ou encore Madeline, 2012.

1La vingtaine de textes proposés dans cet ouvrage constitue le second volet d’une recherche entreprise sur le thème de l’expertise et vise à approfondir notre réflexion sur la question de mesure de la valeur des choses au Moyen Âge. Ce faisant, nous avons rencontré des thèmes complexes qui ont placé notre entreprise aux confins de l’histoire économique, de l’histoire culturelle et de l’histoire sociale. Nous voulions comprendre quelle était la fonction économique de l’expertise, comment elle fonctionnait, comment elle s’inscrivait dans les processus de production, dans les mécanismes de formation des prix ainsi que dans l’estimation de la valeur. Se sont alors posées des questions non triviales relatives à l’excellence dans un champ d’activités donné, c’est-à-dire à la compétence des acteurs, ainsi qu’à la position juridique particulière des experts. Les experts sont des figures d’autorité et, comme telles, ont une position particulière, différente selon que celle-ci leur est impartie pour une mission donnée et un temps limité ou que leur compétence dans un champ donné d’activité leur donne en permanence un statut d’exception. Tout (ou presque) a été dit sur cette question qui est venue sur le devant de la scène dans les années 20001. Elle est cependant considérée, majoritairement comme relevant du politique au sens le plus large et du droit. L’expertise est en effet utilisée le plus souvent comme une catégorie analytique permettant de décrire le pouvoir et son fonctionnement2. D’autre part, abordant les questions économiques, on ne veut souvent retenir, ou l’on ne peut retenir du fait de la nature de la documentation, que les questions relatives à la prise de décision, à son information ainsi que la question de la production des normes3.

  • 4 Feller, 2014 ; Denjean, Feller, 2013.
  • 5 Feller, 2011a.
  • 6 La bibliographie sur ce thème commence à être importante et est souvent liée aux travaux de G. Tode (...)

2Nous avons voulu dans un premier temps examiner dans quelles circonstances et pourquoi il était besoin de recourir à des expertises en matière économique, spécialement dans le champ de l’échange. Celui-ci ne peut en effet pas être considéré comme réglé uniquement par le jeu du marché, tant sont nombreux au Moyen Âge les biais et divers les finalités poursuivies dans l’échange, que celui-ci soit considéré ou non comme marchand4. La figure de l’expert, dans ces conditions, devient vite celle de l’homme capable d’établir des équivalences entre des choses, en ayant ou non recours à la médiation de la monnaie. Il est celui qui sait opérer des conversions, c’est-à-dire formuler les conditions dans lesquelles peut s’opérer un échange équitable entre deux parties5. La fonction de conversion est sans doute l’une des plus importantes de l’économie du Moyen Âge, soit qu’on la considère du point de vue de la science économique soit que l’on choisisse de s’interroger sur les analogies et même les voisinages existant entre pensée économique et pensée religieuse6. Il existe en effet un va-et-vient constant entre les deux plans et il est difficile de considérer la thématique de l’échange en faisant l’impasse sur cette dimension essentielle à la compréhension des comportements, quel que soit le registre d’action dans lequel on se place.

  • 7 Sur cette notion et sur son emploi, voir Feller, Verna, 2012.
  • 8 Laurioux, 2013 ; Descamps, 2013.
  • 9 Victor, 2013.
  • 10 Drendel, 2013.
  • 11 Denjean, 2013.
  • 12 Voir les exemples donnés dans Feller, Verna, 2012.
  • 13 Voir ici même, Verna, « Être expert minier », pp. 123-135 ; sur les savoirs tacites : Polanyi, 1966

3Il fallait cependant faire des choix : nous avons donc décidé, dès l’origine, de nous intéresser davantage aux cultures pratiques7 et aux aspects les plus matériels de ces pratiques et de laisser de côté l’arrière-plan religieux, pourtant présent dans les champs sur lesquels nous enquêtons. L’existence de cet arrière-plan ne doit pas faire oublier celle d’autres perspectives. L’expertise, pour nous, est liée à l’univers du travail. Nous avons donc, dans le premier temps de l’enquête, privilégié les questions liées à la production et à la consommation : les questions posées par les marchés alimentaires8 ou encore par les chantiers de construction9 ont été scrutées du plus près qu’il était possible dans la première phase de l’enquête, sans que celles de l’organisation des marchés ruraux ou urbains, de la formation du prix du blé10, de celle des parcelles de terrain à construire en milieu urbain ou celle de l’évaluation des biens fonciers en milieu rural soient négligées11. La perspective employée a donc été orientée par les aspects les plus matériels, voire triviaux, de la vie économique afin d’examiner quelles étaient les fonctions de l’expertise. Celle-ci permet, certes, de donner les moyens de mettre fin à des litiges mais surtout, elle lève les situations d’incertitude et rend possible la prise de décisions rationnelles et fournit des instruments permettant de mesurer les risques et les coûts de décisions exceptionnelles12. En conséquence, elle peut intervenir à tout moment dans les processus de production mais aussi au moment de l’échange et de la consommation. Sans être à proprement parler permanente, elle est toujours possible. Or, toutes les situations n’ont pas le même degré d’intensité ou de gravité, et il n’est pas absolument nécessaire de faire se déplacer une commission constituée ad hoc pour examiner et résoudre des difficultés requérant seulement un savoir-faire de haut niveau : la vie professionnelle exige parfois des compétences très élevées et l’excellence dans le métier. C’est cela que, instinctivement, désormais, par une sorte d’abus de langage devenu très commun, nous appelons l’expertise, comme si le quotidien de la vie économique, fait de décisions justifiées par l’expérience et la maîtrise de ce que les historiens des techniques désignent sous le nom de savoirs tacites13. De ce fait, l’expertise perd ce qui est peut-être l’une de ses caractéristiques les plus évidentes qui est d’être un événement relativement rare pour devenir un phénomène permanent. Les acceptions actuelles la transforment en une acception particulière de l’excellence professionnelle exercée de façon continue.

Expertise et compétence : appartenir à une élite ?

4Il est cependant de fait que la position d’expert est justifiée par la réputation d’excellence qu’un agent peut détenir parce que, occupant une position éminente dans sa sphère d’activité, il est aussi remarquablement compétent. Excellence et position éminente à l’intérieur d’un groupe amènent à avancer que les experts appartiennent à une forme d’élite définie par le savoir et la compétence. L’un et l’autre concernent les savoirs pratiques indispensables à la vie de l’économie. Ce que sont ces compétences qui permettent aux individus de se hisser au sommet d’un groupe et d’être effectivement efficaces dans l’action et particulièrement dans celle qui consiste à évaluer, constitue l’objet de la première partie de ce livre.

5Pour tenter de clarifier les choses, nous nous sommes d’abord interrogés sur l’identité professionnelle et sociale, de ceux que l’on qualifiait le plus facilement d’experts et sur leur pratique en matière d’évaluation et de mesure. Il en résulte un ensemble de situations davantage que de portraits, rassemblées pour la plupart dans la première partie de l’ouvrage. Parmi eux, on ne s’étonnera sans doute pas de rencontrer des prélats, abbés ou évêques, d’un bout à l’autre de la période, du ixe au xive siècle.

  • 14 Devroey, 2006.
  • 15 Voir, ici même, Feller, « Compétence, savoir expert et expertise », pp. 25-41.
  • 16 Ici même, Laliena Corbera, « Un miríada de objetos », pp. 385-401.

6La fonction économique des hauts dignitaires de l’Église est bien connue : les prélats sont au cœur de la gestion des fortunes foncières et, dès le haut Moyen Âge, organisent la rationalisation de la mise en valeur des domaines14. Dès l’époque carolingienne, leur compétence ne fait pas de doute et c’est la raison pour laquelle, ils peuvent effectivement avoir des missions d’expertise, comme Adalhard de Corbie dans les années 810-820. Celles-ci s’inscrivent dans le large cadre de l’exercice par les ecclésiastiques de délégation de la puissance publique et au titre de leur compétence technique. La position d’expert et la réputation d’excellence sont ici organiquement liées et cela d’autant plus ou d’autant mieux que les abbés comme les évêques détiennent, par hypothèse, une position d’autorité qui renforce le poids de leur opinion ou de leur avis15. Les hommes de métier, pour leur part, n’ont pas de position particulière d’autorité. Leur expertise éventuelle, entendue cette fois comme le prolongement de leur excellence dans leur sphère d’activité, vient de leur formation et des instruments dont ils ont été dotés dès leur jeune âge pour évaluer les choses, recueillir les informations sur leur qualité, mesurer leur quantité et leur affecter une valeur chiffrée qui peut être un prix ou une équivalence avec d’autres choses. Les figures des intermédiaires apparaissent alors comme étant d’un très grand intérêt : les courtiers, dont c’est précisément l’une des fonctions que de savoir évaluer en fonction de la connaissance précise qu’ils ont des marchés, sont ainsi à la fois des spécialistes maîtrisant un champ relativement étroit de compétences et des experts, susceptibles de dire la vérité du prix. Il en va de même, au demeurant, à la fin du Moyen Âge, de certains officiers, comme les douaniers qui sont susceptibles de maîtriser des savoir-faire complexes leur permettant de décrire les marchandises qu’ils doivent taxer, d’établir des comptabilités inscrivant leur quantité et leur valeur et d’être informés des prix de marché, aussi bien en ce qui concerne les lieux d’origine des objets concernés que les lieux où ils sont susceptibles d’être vendus16. Des compétences de cette nature ne font pas de chaque opération d’évaluation du montant de la taxe à acquitter une expertise mais établissent l’existence et la mobilisation permanente de savoirs pratiques au service des institutions. Ces savoirs infimes touchent à la quotidienneté et permettent la réalisation d’opérations nombreuses et fréquentes au point d’en être banales. Elles rejoignent les capacités et les qualités des professionnels qui, exercées tout au long d’une vie de travail, font de chaque agent un expert dans un domaine limité et qui, au fond, lui sont propres.

  • 17 Ici même, Martínez Sopena, « Poblar y repartir en el siglo xiii », pp. 57-83.

7L’existence de compétences de cette nature permet la mise en lumière, dans la sphère économique, de personnages dont la fonction est importante, sans que, pour autant, elle soit sanctionnée par une position d’autorité. Il s’agit de ceux que les textes appellent boni homines, sapientes, sapitores, « sachants ». Les informations nécessaires à la prise de décision sont parfois détenues, en effet, par des hommes qui ne sont pas en mesure de participer à leur élaboration ou à leur mise en application. L’un des meilleurs exemples qui soit nous est donné par les procédures d’évaluation des terres élaborées au xiiie siècle lors des repartimientos en Castille17. Dans certains types de partage entre chrétiens, après la confiscation des exploitations musulmanes, il peut être demandé à des notables musulmans de participer à la définition des confronts des terres concernées. C’est à la fois la reconnaissance d’une compétence particulière, propre à des élites locales, mais aussi la sanction de la connaissance intime que peuvent avoir d’un terroir des hommes qui y ont toujours vécu. Les notables sont employés ici, d’une manière que l’on juge parfaitement cynique, comme des sachants et non comme des experts dotés d’une autorité : ils se contentent d’informer une commission qui, prend, elle, les décisions et attribue les lots aux colons.

  • 18 Pour des illustrations de ces situations, voir Feller, Verna, 2012 et, ici même, Verna, « Être un e (...)

8On le voit, l’identité des experts est une question difficile à résoudre : dans la mesure où il ne peut s’agir au Moyen Âge d’une activité à temps plein et que, même lorsqu’elle est rémunérée, on ne peut la considérer comme un métier au sens où nous l’entendons de nos jours, elle est exercée par toutes sortes de personnages à des niveaux différents et dans des buts différents. Il existe en effet des situations nombreuses diverses dont la définition dépend des finalités poursuivies par les agents et crée des scènes juridiques et économiques diverses. Élaborer une solution technique afin d’écarter un péril ou afin de permettre la poursuite de l’activité d’une entreprise quelle que soit sa nature18 n’est pas la même chose qu’évaluer les marchandises passant à un poste de douane ou exercer une fonction de courtage. Mais ce sont parfois les mêmes personnages qui interviennent à la demande du juge dans un conflit en fonction de leur compétence professionnelle réelle ou supposée. Cette réversibilité de leur position, entre exercice de métier et situation élitaire ou éminente d’expert, rend l’analyse de la fonction en termes sociologique extrêmement délicate parce que, précisément, les experts ne forment pas un groupe mais exercent une fonction. C’est donc à la fois leur position à l’intérieur de l’appareil de production ou à l’intérieur des franges administratives organisant la vie économique qu’il faut interroger.

Inscrire l’expertise

  • 19 Stein, « Une expertise au xive siècle ».

9On s’attend à ce que l’expert soit en mesure de rendre compte de ce qu’il a vu, de l’expérience que, le cas échéant, il a menée et des résultats de son examen. Or, les documents d’expertise sont relativement rares. Il s’en trouve toutefois, comme le rapport remis par une commission de 22 membres (22 !) concernant la construction à Paris en 1388 d’une cheminée et de son conduit à l’intérieur d’un mur mitoyen19. Il s’agissait d’un litige venu en cour de Parlement et dans lequel une des parties était un président au Parlement de Paris. Cette circonstance n’est peut-être pas étrangère au soin tout particulier avec lequel l’affaire est traitée et qui se manifeste par le haut niveau des commissaires, tous hommes très connus sur la place et réputés pour leur compétence professionnelle. Ce sont des charpentiers et des maçons qui peuvent, pour certains, être considérés comme des architectes. Ils ont reçu mission d’inspecter par la vue lors d’une visite d’expertise (inspicere et visitare) et de rendre compte au moyen d’un écrit authentifié par un sceau. C’est sur ce texte que s’appuie le jugement rendu. Or, ce document, comme d’autres de même nature nous donne un avis unique ne reflétant pas les discussions qui ont pu avoir lieu à l’intérieur du groupe, ni les autres solutions techniques qui ont pu être examinées. L’écrit nous montre l’unanimité mais nous cache les procédures par lesquelles elle s’est construite.

  • 20 Feller, Verna, 2012.
  • 21 Voir ici même, Verna, « Être expert minier », pp. 123-135.

10Si l’on s’en tient là, il n’y a plus rien à dire et le rapport d’expertise, devenu document authentique et pièce dans un procès nous dit simplement quelle solution la raison, fondée sur l’observation et confortée par l’expérience doit être adoptée. Si l’expertise oblige, c’est parce que, en amont, les commissaires ont argumenté et ont élaboré la seule solution qui soit fondée20. Les documents faisant état de divergences dans le collège sont rares. Ils existent cependant, comme la célèbre expertise réalisée par Claus Smerment à la mine de Pampailly pour le compte des autorités royales21 mais, dans ce cas, nous ne disposons pas de l’argumentaire qui a permis à Smerment de convaincre les autres commissaires et de construire l’unanimité.

  • 22 Ici même, Chastang, « À la recherche du rapport d’expert », pp. 139-153.

11Si l’écriture et l’expertise ont partie liée, la procédure en elle-même ne laisse pas de traces ou très peu, même si l’activité des experts donne toujours lieu à une trace écrite. C’est sa formalisation extrême qui pour nous fait problème et nous amène à interroger les contextes d’expertise et à questionner ce que P. Chastang appelle les chaînes d’écriture22. C’est pourquoi, la seconde section envisage et présente différentes situations où une activité d’enquête ou de description aboutit à produire un document écrit, dont la forme est interrogée. Nous nous sommes efforcés de présenter une gamme assez large de rapports ou plutôt de formes d’inscriptions liées à l’expertise. Le mot inscription est ici plus exact qu’écriture, dans la mesure où le rapport peut aussi prendre la forme d’un dessin, vue figurée ou carte, et que celui-ci a la même force probatoire qu’un texte. On est ici en présence de formes documentaires dont la finalité est la production de témoignages : le rapport d’expert, souvent, n’est qu’une forme de déposition testimoniale. Interroger les chaînes d’écriture revient ainsi à questionner les méthodes de travail et de réflexion des experts et leur rapport aux écritures.

  • 23 Ici même, Laliena Corbera, « Un miríada de objetos », pp. 385-401.
  • 24 Voir, sur ces points, les quelques remarques faites par Stella, 1989.

12Celui-ci peut être complexe. Ainsi, les collidores dont l’activité est évoquée par C. Laliena Corbera23 doivent-ils, entre autres compétences, savoir lire et écrire et surtout être en mesure de décrire une série d’objets présentés à leur évaluation : il leur faut les identifier et pour cela les nommer, et porter la liste ainsi constituée par écrit dans une relation qui prend la forme d’une comptabilité ou quantités, volumes et valeurs sont mis en regard. L’estimation de la valeur des objets présentés à la douane donne ici lieu à une procédure assez complexe d’inscription. S’agissant de douanes et de points de passage multiples, cela suppose une agilité d’esprit, une maîtrise des savoirs et des techniques de base de l’écriture comptable qui doit être soulignée. La diffusion de ces savoirs de type bureaucratique, l’existence à un niveau somme toute très bas de compétences sophistiquées est pour beaucoup dans la construction des institutions de la vie économique. Ces savoirs qui permettent la mise en liste des objets et l’établissement de leur valeur sont les mêmes que ceux qui permettent aux grandes entreprises commerciales ou financières d’exister : la graphomanie de l’entreprise Datini a quelque chose à voir avec la capacité diffuse à lire et écrire, bien sûr, mais aussi à concevoir des entreprises complexes dans lesquels l’écriture joue un rôle structurant. Ainsi, à Florence, au xive siècle, alors que les opérations de transformation de la laine et de fabrication des draps sont disséminées entre divers ateliers, il est tout de même loisible de parler de manufacture : c’est l’écriture comptable, la mise en registre des opérations successives qui restitue l’unité de la chaîne opératoire et institue, en fait, une fabrique virtuelle dont seule l’inscription atteste l’existence24.

  • 25 Coquery, Menant, Weber, 2006.

13La position d’excellence dans une activité exige la maîtrise de compétences étendues et complexes qui incluent les procédures d’évaluation, une connaissance approfondie des objets et de leur prix ainsi que la capacité à traduire ce savoir en écriture, à des fins d’archivage ou de témoignage. L’inscription est une phase indispensable de la procédure. Elle est aussi constitutive de ce qu’est pour nous l’expertise, parce qu’elle seule permet de comprendre le contexte à l’intérieur duquel elle prend place. Le maniement des écritures, quel que soit le support, quelle que soit la forme, établit un degré supérieur de l’expérience et du savoir qui contribuent à la définition de l’expertise. Celle-ci permet de comprendre que l’on a observé et que l’on a une compréhension intellectuelle de l’observation ou de l’expérience dont on rend compte par écrit25. Décrire une observation, proposer des solutions techniques et en évaluer le coût, mettre en liste des objets et des prix, tout cela permet de valider une procédure en lui donnant une forme et en la rendant ainsi acceptable ou en lui donnant une force.

Mesurer la valeur des choses

14Au bout du compte, il y a des hommes qui font métier de mesurer la valeur des choses, non pas que cela soit leur occupation unique, mais parce qu’ils sont en position de le faire. Avec la troisième section de cet ouvrage, nous quittons le champ du savoir expert et de l’expertise à proprement parler pour entrer dans un autre où la mesure de la valeur est l’un des aspects de l’activité professionnelle. Il ne s’agit plus ici d’identité sociale ou de connaissances spécialisées mais d’extension du métier et des compétences qu’il induit à la question de la mesure de la valeur. C’est là que nous voulions en venir : aux circonstances et aux méthodes utilisées pour convertir les choses en valeur et rendre l’information ainsi créée disponible.

  • 26 Ici même, Smail, « Mesurer la valeur à Marseille et à Lucques », pp. 295-314.

15Ainsi, les crieurs de Marseille à la fin du Moyen Âge étudiés par D. Smail26. Leur fonction est bien de faire connaître les nouvelles, de répandre les informations officielles en les criant sur la place publique. À cette fonction de divulgation des nouvelles intéressant l’ensemble de la communauté, une autre est adjointe. Les crieurs ont également pour mission de proclamer les saisies. Ils doivent aussi présider les ventes à l’encan. De ce fait, ils sont requis également de procéder eux-mêmes aux évaluations des biens saisis. L’affectation de cette procédure à des crieurs publics montre l’existence d’un lien entre la diffusion des nouvelles et les procédures d’évaluation. Ces dernières relèvent du public et ont vocation à être divulguées, le prix public, celui de l’encan, étant le plus proche du juste prix qu’il est possible. Confier l’évaluation à un homme dont le travail est la divulgation des nouvelles montre qu’il existe un autre lien, plus souterrain entre la mesure de la valeur et l’écriture. Le crieur est en effet l’un des spécialistes du passage de l’écrit à l’oral. Transcrivant les textes juridiques élaborés par la commune pour en faire des nouvelles ou au moins des textes, il contribue à les rendre compréhensibles et donc acceptables et applicables par la communauté d’habitants. Que cette fonction lui soit assignée montre à quel point la mesure de la valeur, la disponibilité et la circulation des informations sont liées.

  • 27 Ici même, García Marsilla, « Expertos de lo usado », pp. 343-358.

16Le travail spécialisé est ici particulièrement important parce qu’il se relie de plus au marché qui, aux derniers siècles du Moyen Âge, apparaît comme constitué. La nécessité de l’expertise, notamment en ce qui concerne les biens usagés, de seconde main, est précisément liée à la dépersonnalisation des marchés : il faut des spécialistes qui soient à la fois en mesure d’évaluer et de mettre en contact les individus sur le marché27. Le contrôle de l’information et celui de sa divulgation apparaissent ainsi au cœur du rôle des experts dans les procédures liées à la vie de l’échange et à l’institutionnalisation des places de marché. Les experts chargés de mesurer la valeur des choses ont ainsi un rôle essentiel dans le développement des échanges marchands. Leur présence cependant ne doit pas être ramenée à la preuve du bon fonctionnement d’un marché. Les intermédiaires que sont les experts faussent le libre jeu du marché, dans la mesure où ils ont pour fonction de fixer eux-mêmes les prix. Ils interviennent de plus, dans les cas que nous étudions, dans le cadre d’une économie chrétienne, où les actes de la vie sociale ne sont pas toujours réductibles à la recherche d’un profit maximal. Les évaluations de la fortune mobilière effectuées après la mort d’un homme, et en particulier lorsqu’elles concernent les objets de la vie quotidienne, le sont souvent pour organiser la distribution des aumônes prévues par le testament de celui-ci. La recherche d’un juste prix, alors, revient à faire participer les pauvres à une économie où la redistribution des richesses accumulées est partiellement prévue et où leur immobilisation est un péché majeur. De cette manière indirecte, la mesure de la valeur est reliée à la lutte contre l’avaritia et n’a pas de fonction exclusivement économique. L’expertise garantit certes la justice des échanges commerciaux. Elle garantit aussi la justice et l’équité dans les procédures caritatives, si importantes au point de vue idéologique comme au point de vue réel, concret, celui de la simple survie des plus démunis.

  • 28 Feller, 2011b.

17L’organisation, les fonctions et les finalités de l’expertise sont multiples, comme le sont les profils et les savoirs d’experts, leurs façons de travailler et d’inscrire les résultats de leurs expériences. S’interroger sur ce thème nous a permis de pénétrer plus avant dans ce que l’économie médiévale comporte de rationnel. Par l’expertise, on atteint des dimensions de la vie économique qui nous sont plus immédiatement compréhensibles ou accessibles. Au bout du compte, nous avons enquêté sur la façon dont se sont construites des procédures rationnelles. Nous savons bien toutefois que, derrière celles-ci demeurent les grandes préoccupations d’une économie chrétienne, que l’on retrouve d’un bout à l’autre de la période, des calculs savants d’Adalhard de Corbie aux évaluations des corredors de Valence. L’examen d’une catégorie, l’expertise, familière aux économies d’aujourd’hui, nous permet ainsi de prendre mieux conscience de ce que les économies médiévales sont, au bout du compte, irréductibles aux valeurs comme aux mécanismes qui animent la vie de l’économie libérale28.

Notes

1 Voir le congrès organisé en 2011 par la Société des historiens médiévistes de l’enseignement public supérieur (SHMESP) Experts et expertise au Moyen Âge, ainsi que le programme dirigé par C. Rabier et publié sous le titre Fields of Expertise. Sur la position juridiques des experts : Mausen, 2007.

2 Voir Mac Leod, 2007.

3 Par exemple, Atkins, Stanziani, 2007 ou encore Madeline, 2012.

4 Feller, 2014 ; Denjean, Feller, 2013.

5 Feller, 2011a.

6 La bibliographie sur ce thème commence à être importante et est souvent liée aux travaux de G. Todeschini : Todeschini, 2004 ; Toneatto, 2012a ; Id., 2012b ; Bain, 2010. Il s’agit toutefois, dans ces cas de la conversion des biens matérielles en richesses immatérielles et de la signification de la pauvreté dans l’économie chrétienne du salut. Voir là-dessus les réflexions de Iogna-Prat, 2010.

7 Sur cette notion et sur son emploi, voir Feller, Verna, 2012.

8 Laurioux, 2013 ; Descamps, 2013.

9 Victor, 2013.

10 Drendel, 2013.

11 Denjean, 2013.

12 Voir les exemples donnés dans Feller, Verna, 2012.

13 Voir ici même, Verna, « Être expert minier », pp. 123-135 ; sur les savoirs tacites : Polanyi, 1966.

14 Devroey, 2006.

15 Voir, ici même, Feller, « Compétence, savoir expert et expertise », pp. 25-41.

16 Ici même, Laliena Corbera, « Un miríada de objetos », pp. 385-401.

17 Ici même, Martínez Sopena, « Poblar y repartir en el siglo xiii », pp. 57-83.

18 Pour des illustrations de ces situations, voir Feller, Verna, 2012 et, ici même, Verna, « Être un expert minier », pp. 123-135.

19 Stein, « Une expertise au xive siècle ».

20 Feller, Verna, 2012.

21 Voir ici même, Verna, « Être expert minier », pp. 123-135.

22 Ici même, Chastang, « À la recherche du rapport d’expert », pp. 139-153.

23 Ici même, Laliena Corbera, « Un miríada de objetos », pp. 385-401.

24 Voir, sur ces points, les quelques remarques faites par Stella, 1989.

25 Coquery, Menant, Weber, 2006.

26 Ici même, Smail, « Mesurer la valeur à Marseille et à Lucques », pp. 295-314.

27 Ici même, García Marsilla, « Expertos de lo usado », pp. 343-358.

28 Feller, 2011b.

© Casa de Velázquez, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search