Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

À la place du roi

 | 
Daniel Aznar
, 
Guillaume Hanotin
, 
Niels F. May

III. Représentation et mise en scène

Représenter le roi de France à la cour de Madrid

Entre confiance, « majesté » et liens familiaux

Guillaume Hanotin

Texte intégral

  • 1 À l’époque, le terme « Majesté » se définissait ainsi (J.-B. La Curne de Sainte-Palaye, Dictionnai (...)

1Dans le Dictionnaire de l’Académie de 1687, la majesté était définie comme la « grandeur auguste et souveraine ». À la fin du XVIIe siècle, on l’utilisait pour parler de Dieu et des rois. Il s’agissait d’un titre, employé pour désigner l’empereur et par extension les autres têtes couronnées, qui l’avaient revendiqué pour eux-mêmes. Elle renvoyait à la dignité ou dignitas du souverain. La majesté était dans la Bible, un attribut de Dieu et du Christ, qui au Moyen Âge s’est étendu à l’Empereur. Par la suite, les souverains ont revendiqué le titre pour eux-mêmes, peut-être en France dès Henri II1. Toutefois, La Curne de Sainte-Palaye qui composa un dictionnaire dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, affirme que l’emploi du mot « majesté » par les souverains semblait abusif, notamment pour les Italiens et les Espagnols qui « craignaient de le dérober à Dieu ». D’ailleurs, Claude de L’Aubespine soulignait déjà au XVIe siècle la nouveauté de cet usage, qui lui déplaisait, dans son Histoire particulière de la Court d’Henry II :

  • 2 C. de l’Aubespine, Histoire particulière de la Court d’Henry II, t. III, p. 303.

Quelque curieux pourra remarquer icy que je ne fais autre mention de ce mot de majesté, parlant de ces deux grands princes, l’empereur et notre roy. Je désire qu’il sçache que le langage françois estoit encores lors si net et si chaste qu’on ne sçavoit que c’estoit de ce mot de majesté, et d’autres mots sycophantes que la flatterie a inventez depuis2.

  • 3 J.-B. Bossuet, Politique tirée de l’écriture sainte, V, iv, i, p. 177.
  • 4 « Celui qui règne dans les cieux, et de qui relèvent tous les empires, à qui seul appartient la gl (...)
  • 5 J.-B. Bossuet, Oraison funèbre de Henriette-Marie de France, édité dans J.-B. Bossuet, Oraisons fu (...)

2Plus tard, Bossuet employa ce mot à de nombreuses reprises dans ses oraisons funèbres. Pour l’évêque de Meaux, la majesté était « l’image de la grandeur de Dieu dans le prince3 ». Elle appartenait d’abord à la transcendance comme la gloire et l’indépendance4. D’ailleurs, ce contemporain de la Glorieuse Révolution de 1688 estimait que la chute des Stuarts découlait directement de leur irrespect envers l’Église : « … la majesté des rois d’Angleterre serait demeurée plus inviolable si, contente de ses droits sacrés, elle n’avait point voulu attirer à soi les droits et l’autorité de l’Église5 ».

  • 6 F. Polleross, « “Majesté” contre “Sainteté” dans les portraits des Habsbourg au début du XVIIe siè (...)

3La notion de « majesté » a peu ou pas été définie, y compris lorsqu’elle est employée par des auteurs contemporains. Elle est d’ailleurs souvent employée pour commenter et analyser les portraits officiels représentant les Habsbourg6. Le mot de « majesté » leur est inévitablement lié et il apparaît impossible de ne pas y recourir lorsqu’on étudie les structures du pouvoir monarchique du royaume de France et de la monarchie hispanique au XVIIe siècle.

4Dès lors que l’on tente de mieux comprendre ce que signifiait la « majesté » entre les XVIe et XVIIIe siècle, elle nous apparaît comme insaisissable, livrant des images parfois contradictoires. En effet, quel est le sens de ce mot que les contemporains n’éprouvaient pas le besoin de définir ? S’agissait-il seulement d’une dignité et d’une qualité attribuée aux souverains ? Ou ne devint-il pas, par son usage répété, une forme d’instrument du pouvoir destiné à l’asseoir et à le renforcer ? À défaut de pouvoir répondre à ces questions, il faut donc, pour l’historien, accepter que son sens et les significations qui lui ont été attribuées aient pu évoluer au cours de la période allant du XVIe au XVIIIe siècle.

  • 7 « Représenter » dans P. Richelet, Dictionnaire françois.
  • 8 « Un ambassadeur ressemble en quelque manière à un comédien exposé sur le théâtre aux yeux du publ (...)
  • 9 Ibid.
  • 10 Callières se moquaient des ambassadeurs prétentieux qui s’enorgueillissaient des honneurs rendus à (...)
  • 11 A. Wicquefort, L’Ambassadeur et ses fonctions, p. 3.

5À la fin du XVIIe siècle dans le dictionnaire de Richelet, le mot « représenter » signifiait à la fois « tenir la place de quelqu’un et en représenter la dignité », mais aussi « joüer quelque pièce de téâtre7 ». L’ambassadeur était ainsi comme un « comédien sur la scène du monde » auquel était attaché un « droit de représentation8 », selon François de Callières qui laissa une réflexion théorique sur cette fonction au début du XVIIIe siècle. Cette image de l’ambassadeur assimilé à un comédien avait déjà été utilisée par Wicquefort dans son traité L’Ambassadeur et ses fonctions (1680-1). Il s’agissait alors d’un lieu commun que l’on retrouve dans de nombreux écrits de ce type9. L’ambassadeur était bien le porteur d’une part de la dignité royale par excellence, puisque les honneurs qui lui étaient rendus n’étaient pas destinés à sa personne mais à celle qui l’envoyait en mission, c’est-à-dire son souverain10. Comme le bon comédien, l’ambassadeur devait savoir jouer son rôle pour livrer « un échantillon de la grandeur et la magnificence de son prince », mais il ne pouvait le soutenir continuellement sans risquer d’être ridicule11. La représentation n’était donc valable qu’un temps, celui de la mission de l’ambassadeur. Elle est donc incomplète et sa durée variait d’abord en fonction de la volonté du souverain, libre de décider à tout moment de la fin d’une ambassade.

  • 12 J. E. Varey, « The Audience and the Play at Court Spectacles : the Role of the King », p. 405 et I (...)

6On peut souligner la similitude entre le monarque assimilé à un acteur et l’ambassadeur réduit au même rôle. L’assimilation du souverain à un comédien est aujourd’hui bien connue. La vie à la cour ressemblait à un théâtre dans lequel les rois jouaient les premiers rôles. Les représentations théâtrales elles-mêmes à la cour de Madrid mettaient en valeur cette dimension du souverain, qui disputait comme spectateur la place de premier acteur aux véritables comédiens situés sur la scène12. Les décors, la répartition des courtisans entre la scène et le fauteuil où le roi prenait place et la présence d’un dais ou d’un baldaquin concouraient à donner l’impression que les acteurs comme le roi se donnaient en représentation. Sur la scène du monde, le roi et l’ambassadeur constituaient ainsi deux figures qui avaient un message à délivrer et une figure à incarner. Si la « majesté » définit le roi ou le caractérise, c’est la dignité d’ambassadeur qui désigne le négociateur porteur de la parole de son maître. Dans la France de la fin du XVIIe siècle, il apparaît clair pour des personnes comme Bossuet que la dignité royale est donnée par Dieu. La « majesté » procède de Dieu qui surélève ainsi les rois et les souverains au-dessus des autres hommes. Il devient dès lors un intermédiaire entre la divinité et le monde des hommes. De la même manière que la grâce est un pur don gratuit de Dieu, la royauté est donnée à celui qui est chargé de l’exercer. Dans un processus identique, l’ambassadeur reçoit de son souverain la capacité et la dignité de parler en son nom. Comme Dieu a pu retirer la « majesté » au roi d’Angleterre qui n’avait pas respecté ses volontés, un roi pouvait démettre son négociateur, un plénipotentiaire ou un ambassadeur.

  • 13 G. Mattingly, La diplomacia del Renacimiento, p. 79.
  • 14 D. Ménager, Diplomatie et théologie à la Renaissance, p. 54.
  • 15 J. A. Vera y Zúñiga, El Enbaxador, Premier discours, p. 10.

7Toutefois, porter une part de la dignité du souverain, de sa majesté, ne suffisait pas à faire du diplomate le représentant parfait ou idéal du prince. Il convient de lier cette catégorie efficace dans l’ordre de la représentation à celle, plus pratique, de la confiance. En effet, Wicquefort insiste sur celle dont il devait jouir auprès de son maître, pour être véritablement crédible. En d’autres termes, un envoyé devait être « asseuré de la confidence », selon les propres termes de Wicquefort. D’ailleurs, le terme foi (fides) est abondamment employé dès le XVIe siècle dans les lettres de créances13, ces documents qui fondaient l’autorité d’un ambassadeur. Il faut lui accorder foi et crédit car il jouissait de la confiance de son souverain14. Pour J. de Vera y Zúñiga, aucune autre charge ne nécessitait autant de « confiance et de foi15 » que celle d’ambassadeur. Il y a donc deux aspects dans la représentation : celle de la dignité du souverain, de sa magnificence, et celle de sa confiance, c’est-à-dire de la capacité du représentant à négocier en son nom. Les deux dimensions sont étroitement liées puisque la première ne peut exister sans la seconde. Si la première relève d’une dimension théorique et juridique et la seconde d’une pratique du pouvoir, il apparaît difficile de vouloir apprécier ou éclairer cette notion de « majesté », sans lier ces deux aspects. Wicquefort et Callières pour la France, et Vera y Zúñiga pour l’Espagne, ont laissé des traités qu’il convient de lire en les confrontant à la pratique, par exemple celle des ambassadeurs de Louis XIV.

8Le changement dynastique intervenu en Espagne à la fin du XVIIe siècle apparaît particulièrement approprié, puisqu’il correspond à un moment où l’on chercha à réorganiser les rapports entre les monarchies française et espagnole. La rupture, introduite par l’arrivée du petit-fils de Louis XIV sur le trône espagnol, nécessita par exemple, de redéfinir la place de l’ambassadeur. Il n’était plus seulement le représentant d’un prince étranger, mais la voix et l’image d’un parent, par ailleurs premier allié dans le conflit qui s’ouvrait. Comment le lien existant entre le roi résidant à Madrid et celui de Versailles se manifesta sur le plan du cérémonial ? Les effets d’un changement aussi brutal que profond eurent des incidences sur la représentation de Louis XIV à la cour du Roi Catholique.

9Dans un premier temps, je m’attacherai à mettre en évidence le rang de ceux qui furent choisis pour représenter Louis XIV auprès de Philippe V. En d’autres termes, dans quelle mesure les ambassadeurs extraordinaires illustraient la dignité de leur souverain ? La place de ces ambassadeurs de famille, le cérémonial qui leur fut accordé et leur autorité sur le gouvernement constituera le deuxième temps de mon analyse. Enfin, je développerai le cas précis où la délégation de majesté se trouve limitée voire interdite par la présence d’un membre de la famille royale. Comment le sang royal participait-il de la « majesté » de manière innée, au point qu’il interdisait à un négociateur de bénéficier des attributs liés à l’exercice de la fonction d’ambassadeur ?

DE LA DIGNITAS DU SOUVERAIN ET DU RANG DES AMBASSADEURS

  • 16 J. Hotman, De la charge et dignité de l’ambassadeur, p. 36.
  • 17 A. Gentili, De legationibus libri tres, cité dans T. Hampton, Fictions of Embassy, p. 164.
  • 18 T. Hampton, Fictions of Embassy, p. 165.

10Les auteurs de traités sur la diplomatie entre la fin du XVIe et le début du XVIIe siècle, comme Alberico Gentili, Jean Hotman ou encore Hugo Grotius, ont insisté sur les liens personnels entre le prince et son envoyé. Les ambassadeurs étaient ainsi le plus souvent choisis dans les couches supérieures de la société, celles des grands seigneurs proches du souverain. Ils admettaient que l’ambassadeur portait une part du prince en lui. Jean Hotman donnait l’exemple d’Henri IV qui craignait d’envoyer un ambassadeur disgracieux dans une cour, de crainte que celle-ci ne l’imagine comme son représentant qui était borgne et bossu16. Pour Gentili, l’ambassadeur portait la « personne » du prince en lui-même17. Ce mode de représentation du prince n’était pas sans quelques ambiguïtés que Bodin régla définitivement en assimilant la diplomatie et la représentation du prince à une sorte de fiction. L’ambassadeur représentait son souverain en le rendant présent ailleurs18.

  • 19 L. Bély, Espions et ambassadeurs, p. 312.
  • 20 Pour un bon aperçu de la terminologie (legatus, procurator, nuncius, ambassator et deputatus), on (...)

11Au XVIIe siècle, l’organisation et la codification de la représentation du roi de France s’accrurent, parallèlement au développement d’une bureaucratie palatine chargée d’administrer la politique extérieure du souverain. On eut de plus en plus recours à des négociateurs et des diplomates que l’on pourrait qualifier de « professionnels »19. Ce changement ne se produisit pas de manière brutale et arrêtée mais ressemble plutôt à une lente et incomplète évolution qui va se poursuivre jusqu’au XVIIIe siècle. Selon le type de mission et la cour dans laquelle se rendait un envoyé, le titre donné à cette occasion n’était pas le même. Il existait plusieurs types de représentants. Ces distinctions marquaient des rangs de préséance, elles servaient surtout à donner de la magnificence ou de l’éclat à une mission. Elles n’étaient pas toujours l’indice de l’importance ou du caractère stratégique d’une mission20.

  • 21 F. de Callières, De l’art de négocier en France sous Louis XIV, p. 203.
  • 22 L. Huygens, Un Holandés en la España de Felipe IV, p. 176. Voir également J. H. Elliott, « The Cou (...)

12En premier lieu, il y avait les ambassadeurs extraordinaires. Les plus importants, envoyés souvent pour des missions honorifiques ou à l’éclat singulier, comme pour la signature d’un traité, une proposition de mariage ou la présentation de condoléances, c’est-à-dire une ambassade de cérémonie. Venaient ensuite les ambassadeurs ordinaires, qui se différenciaient des premiers par quelques « distinctions ». Ces deux types de représentants jouissaient de privilège comme celui de rester couvert devant le roi, de jouir des protections accordées par le droit des gens ou encore d’entrer avec leur carrosse dans la dernière cour du palais au Louvre21. À Madrid, Philippe IV aurait concédé aux ambassadeurs de ne pas rester en permanence découverts pour mieux soutenir la dignité des ambassadeurs, assimilée à celle des rois qu’ils représentaient22. Les envoyés, extraordinaires et ordinaires, constituaient les catégories suivantes. Il y avait enfin les résidents. Cette codification n’apparaît pas définitivement fixée avant le XVIIe siècle.

  • 23 A. Morel-Fatio et H. Leonardon (éd.), Recueil des instructions, t. XII, p. 105.
  • 24 C’est ainsi qu’il est qualifié dans une lettre de Louis XIV à l’abbé d’Estrées, dès le 6 avril 170 (...)
  • 25 A. Morel-Fatio et H. Léonardon (éd.), Recueil des instructions, t. XII, p. 90.

13Quelque temps avant la mort de Charles II, Louis XIV avait choisi le marquis d’Harcourt afin de le représenter à Madrid. Le comte de Marsin, un homme de guerre, lui succéda en 1702. Plus apte à commander une armée plutôt qu’à négocier, il fut rapidement remplacé par le cardinal d’Estrées. Ce quatrième ambassadeur du roi de France auprès de Philippe V resta également un an à Madrid. Pour donner plus d’éclat à une mission, Louis XIV choisissait parmi ses courtisans ceux qui étaient issus de l’ancienne noblesse militaire, aux origines immémoriales. On retrouve ici l’idée encore présente au cours du XVIIe siècle du lien personnel entre le souverain et son envoyé. La naissance et le rang d’un gentilhomme permettaient ainsi de mettre en valeur la dignité de la mission. Son rang en soutenait l’éclat. Parfois, cette raison justifiait le choix effectué. Ainsi, dans les lettres d’instructions laissées au duc de Gramont en 1704, les motifs apparaissent clairement. Le roi « a voulu remplir [l’ambassade d’Espagne] d’un sujet […] distingué par la naissance, par les dignités et par les talents nécessaires pour exécuter ponctuellement les ordres qu’elle lui donnera23 ». Le duc de Gramont, dont le frère aîné était venu en ambassade à Madrid afin de demander la main de Marie-Thérèse, était duc et pair24. Son rang, comme cela est précisé dans les lettres d’instructions, fut l’un des éléments qui poussèrent Louis XIV à le choisir. De plus, les origines navarraises de la famille Gramont étaient connues. Lorsque son frère aîné alla en Espagne en 1659, il fut accueilli aux cris de : « Viva el mariscal de Agramont, que es de nuestra sangre ! » (Vive le maréchal de Gramont qui est de notre sang !). Philippe IV lui-même fit une allusion à cette parenté lorsqu’il reçut l’ambassadeur25.

  • 26 L. Saint-Simon, Mémoires, t. II, pp. 98-99.

14La plupart des ambassadeurs envoyés à Madrid étaient issus de la haute aristocratie de cour ou de la noblesse militaire. Le marquis d’Harcourt, ambassadeur extraordinaire, appartenait ainsi à une famille de la vieille noblesse dont l’origine remontait à l’époque médiévale. Il était issu d’une maison réputée pour être l’une des « plus anciennes et plus puissantes du royaume », attestée dès le XIe siècle et durant le règne du roi Philippe le Hardi. Les ambassadeurs d’Estrées, le cardinal et l’abbé, étaient liés à Gabrielle d’Estrées, maîtresse d’Henri IV et à l’origine de la lignée bâtarde des ducs de Beaufort. Le cardinal d’Estrées, neveu de la maîtresse d’Henri IV, était évêque-duc de Laon et pair de France, cardinal depuis 1671. Il fut de plusieurs missions importantes26. Enfin, Gramont était issu de l’ancienne noblesse béarnaise. Il était, comme d’Estrées, pair de France. L’ambassadeur Amelot était finalement l’envoyé de Louis XIV aux origines les plus modestes. Il reçut le titre d’ambassadeur extraordinaire mais davantage pour illustrer la confiance sans limites que lui accordait le roi depuis ses précédentes missions que pour souligner une ascendance prestigieuse.

  • 27 J.-C. Waquet, François de Callières. L’art de négocier en France sous Louis XIV, p. 189.
  • 28 A. Wicquefort, L’Ambassadeur et ses fonctions, p. 5.
  • 29 « Le duc de Gramont à Torcy », 21 août 1706, AMAE, Cor. Pol., Esp., t. 160, fo 221vo.

15François de Callières estimait que l’emploi d’ambassadeur élevait le représentant « au-dessus de sa condition et l’égal[ait] aux maîtres de la terre par le droit de représentation27 ». Plus le courtisan était issu d’un rang élevé, plus il était capable de soutenir son emploi. Dans une société d’ordre où la hiérarchie sociale était strictement définie, représenter le roi imposait de choisir un homme au rang élevé. Pour les ambassades de cérémonie, comme un baptême, un mariage ou un enterrement, un grand seigneur convenait très bien28. La magnificence de l’ambassadeur supposait des moyens. Il lui fallait mener grand train. Les dépenses liées à une ambassade étaient importantes. L’achat d’un carrosse était particulièrement coûteux. Le duc de Gramont se plaignit ainsi au retour de son ambassade à Madrid pour laquelle il avait dû procéder à l’acquisition d’une coûteuse voiture. Quelques années plus tard, il n’avait toujours pas réussi à la revendre29.

  • 30 D. Ménager, Diplomatie et théologie à la Renaissance, pp. 49-50.
  • 31 Ibid.

16Soutenir la dignité du prince que l’on représentait imposait également une tenue vestimentaire particulière. L’habillement se caractérisait par des codes sociaux très précis. À une fonction, à un état et à un rang correspondait un vêtement. Si les tableaux et les galeries de portraits ont laissé des images et des exemples précis des tenues portées par les souverains, on connaît beaucoup moins celle des ambassadeurs. L’idée selon laquelle un ambassadeur devait exalter la magnificence de son prince laisse à penser qu’il devait soigner ou préparer son costume en fonction. Très rarement évoqué, l’aspect vestimentaire d’un ambassadeur reste un champ d’étude encore ouvert. Dans son Utopie, Thomas More a détaillé les enjeux d’un habillement fastueux30. Il raconte ainsi que les Anémoliens envoyèrent une ambassade auprès des Utopiens, les habitants de la contrée rêvée par le chancelier d’Henri VIII. Les Anémoliens ignorant la modestie du genre de vie des Utopiens déployèrent un grand faste : « leurs ambassadeurs — des grands seigneurs dans leur pays — portaient des manteaux tissés d’or, de lourds colliers aux bras et aux oreilles, et des chaînettes suspendues à leurs chapeaux resplendissants de perles et de pierreries31 ». Tant de richesses procurèrent un effet inverse à celui qui était attendu. Les ambassadeurs furent raillés et moqués d’avoir voulu se présenter avec « une magnificence digne des dieux ». Toutefois, cette description doit être considérée avec précaution car elle reste celle d’un lieu et d’une société imaginaires.

17Juan de Vera y Zúñiga a également indiqué au début du XVIIe comment il convenait de se vêtir pour un ambassadeur à l’occasion de sa première audience.

18Il reconnaissait la nécessité d’un faste particulier dans le vêtement, lequel devait concorder avec le statut de sa famille :

  • 32 J. A. Vera y Zúñiga, El Enbaxador, Troisième discours, p. 8 : « En siendole señalado día i ora par (...)

Une fois que le jour et l’audience lui auront été signalés, il se présentera dans le meilleur apparat possible quant à sa famille, qui présentera comme lui un ornement léger, noble, simple, propre, nouveau et soigné sans en avoir l’air32

19Toutefois, il rappelait l’exemple d’Aristagoras de Milet qui se ridiculisa auprès des habitants de la Sparte antique, réputés pour leur frugalité, en arrivant dans une trop luxueuse tenue. Caton aurait aussi critiqué des ambassadeurs crétois vêtus de costumes « lascifs » (sic). Pour Vera y Zúñiga, la tenue portée par un ambassadeur lors de sa première audience devait correspondre au rang de sa famille, c’est-à-dire que le statut social définissait en premier lieu la tenue à porter. Cette règle correspondait bien aux usages du début du XVIIe siècle quand les souverains choisissaient encore très majoritairement des ambassadeurs parmi les grands seigneurs de la cour.

20Les souhaits de Thomas More comme les exemples historiques de Juan de Vera y Zúñiga ne semblent pas avoir eu réellement d’impact et demeurèrent des vœux pieux, tant la concurrence des souverains excita l’envie d’émerveiller et de susciter l’admiration. Les ambassadeurs venaient le plus souvent richement vêtus pour leur première audience. Représenter son souverain imposait de porter des vêtements qui soulignaient son éclat et ses désirs de puissance. Un passage des Mémoires de Saint-Simon est particulièrement significatif des enjeux liés à l’habillement d’un ambassadeur. Il se moquait ainsi d’un ambassadeur revenu à la cour de Versailles sans avoir quitté les riches vêtements qu’il portait durant son ambassade. L’envoyé incriminé par le mémorialiste, le comte d’Avaux, ne comprenait pas que, lors de ses retours en France, il n’était plus ambassadeur et n’avait plus de tenue particulière à porter. Il lui fallait donc porter un habit de sa condition, c’est-à-dire dans son cas, celui du monde de la robe :

  • 33 Comme les autres grands officiers, tous gens de robe.
  • 34 Dans un autre passage, Saint-Simon précisait que Courtin avait obtenu de venir à la cour sans mant (...)
  • 35 Ibid., t. XVII, p. 111.

La douleur était qu’il fallait pourtant aller au Conseil, y être en robe de conseiller d’État comme les autres, et porter l’Ordre au col33, y voir cependant les conseillers d’État en justaucorps gris ou d’autre couleur, en un mot en épées et avec leurs habits ordinaires. Cela faisoit un fâcheux contraste avec Courtin et Amelot, conseillers d’État de robe et longtemps ambassadeurs comme lui, et qui toujours à leur retour, avoient repris tout aussitôt leur habit34 et toutes leurs fonctions du Conseil, sans en manquer aucune35.

  • 36 A. Wicquefort, L’Ambassadeur et ses fonctions, p. 3.

21Ainsi, si l’ambassadeur devait illustrer la grandeur de son prince, il retournait à son état une fois sa mission terminée. Le vêtement, illustration de la magnificence du monarque, avait une utilité pour un temps défini. Dès lors que la mission de représentation cessait, l’habit n’avait plus vocation à être porté. Son usage souligne ainsi que si la représentation du souverain supposait d’en illustrer la magnificence, celle-ci ne cessait pas d’être temporaire. Les propos de Saint-Simon confirment ainsi le jugement de Wicquefort qui soulignait que l’ambassadeur « comme le plus habile acteur n’est pas tousjours sur le théâtre, & change de manière d’agir après que le rideau est tiré », ainsi lorsqu’il « a bien joué son rolle dans les fonctions de son caractère doit faire l’honnête homme, lorsqu’il ne joue plus la comédie »36.

  • 37 L. Marin, Le Portrait du roi, p. 40.

22La référence explicite de Saint-Simon à la robe des parlementaires est éclairante. On peut en effet rapprocher cet exemple d’une réflexion de Blaise Pascal, sur laquelle Louis Marin a attiré l’attention dans son étude du système représentatif louis-quatorzien. L’auteur des Pensées prenait l’exemple des magistrats qui portaient des robes rouges, des écharpes d’hermine et rendaient la justice dans un palais où les fleurs de lys étaient présentes37. Ce janséniste jugeait cet « appareil fort nécessaire ». Il permettait ainsi d’exercer une forme de domination symbolique, où les signes, qu’il appelle « la montre » étaient synonymes du monopole de l’usage de la force réservée au roi. Par conséquent, lorsque le mémorialiste de la cour souligne le ridicule de l’ambassadeur qui prétendait se parer des atours d’un diplomate, il rejoint la pensée d’un janséniste rigoureux en soulignant l’attachement porté à ce qu’un ambassadeur soit vêtu selon sa fonction. Le vêtement servant, comme pour les parlementaires, à signifier un état de la hiérarchie d’Ancien Régime. Dès lors qu’un changement intervenait, il importait d’adapter sa tenue. L’ironie piquante du mémorialiste de la cour de Louis XIV met ici en valeur la singularité de la tenue d’un ambassadeur.

23Pour le représenter à Madrid, Louis XIV choisissait donc des sujets distingués ou ceux qui lui avaient démontré une grande fidélité. Amelot de Gournay n’était pas un grand seigneur mais un homme qui jouissait de la confiance du roi. Représenter le roi imposait d’être un comédien dans l’illustre théâtre de la cour mais la fonction ne se réduisait pas à cela. La représentation ne consistait pas seulement à donner une image à voir, mais aussi à défendre une autorité et des intérêts. Le souverain transmettait, pour un temps et une mission définis, une part de son autorité, celle d’agir en son nom et à sa place, ne serait-ce que pour transmettre ses paroles.

UNE AUTORITÉ MARQUÉE

24Le changement dynastique intervenu au début du XVIIIe siècle constitua un moment où les relations entre le royaume de France et la monarchie catholique se modifièrent. Depuis le XVIe siècle, les relations entre les souverains régnant à Madrid et à Versailles alternaient des périodes de conflit ouvert avec des moments plus calmes, mais toujours marquées par des concurrences et un état de guerre larvée. À partir du moment où les souverains étaient des parents issus de la même maison et que leurs États respectifs étaient engagés, l’un avec l’autre, dans un conflit, les rapports étaient bouleversés. Ce bouleversement affecta en retour les enjeux de représentation d’un souverain auprès de l’autre. Les modifications apportées au cérémonial et la place donnée aux ambassadeurs au sein de la cour constituent en effet des enjeux à travers lesquels apparaît en creux la capacité des ambassadeurs à représenter le souverain. À ce titre, le lien familial qui unissait les deux souverains modifia profondément la représentation de Louis XIV à Madrid. Son ambassadeur portait la parole d’un souverain allié. Il s’agissait d’une nouveauté pour le roi de France mais l’existence d’un lien de famille fort qui unissait deux souverains avait déjà été une réalité dans la monarchie catholique où, depuis Charles Quint, les souverains de Vienne et de Madrid étaient soit des frères, soit des cousins.

  • 38 C. Gómez-Centurión Jiménez, « Etiqueta y ceremonial palatino durante el reinado de Felipe » ; Id., (...)
  • 39 Real orden de Philippe V du 4 octobre 1703 à Don Joseph de la Puente, Archivo Histórico Nacional ( (...)

25Finalement, la précédente dynastie avait créé des usages que les ambassadeurs de Louis XIV s’empressèrent de reprendre pour leur propre compte. Il en fut ainsi du cérémonial à la cour d’Espagne38. Dans un premier temps, Philippe V décida en 1703 que le traitement utilisé autrefois pour les ambassadeurs de l’Empereur serait employé dorénavant pour les ambassadeurs de son grand-père39.

  • 40 Consulte du 4 septembre 1712, AHN, Estado, leg. 2873 : « Que este consejo logra la espezial honrra (...)

26Dans le cérémonial espagnol, la principale caractéristique de la réception d’un ambassadeur tenait aux visites des membres du Consejo de Estado. Cette visite aux conseillers d’État fut contestée par un ambassadeur de la République de Venise durant la guerre de Succession d’Espagne et donna lieu à la rédaction de consultas qui nous permettent de mieux comprendre comment s’organisaient ces visites. Les membres du Conseil d’État défendirent très fermement que ces visites participaient au « decoro de Su Magestad ». Elles étaient impératives puisque rien ne séparait le Consejo de Estado de la personne royale. Ne pas s’y soumettre revenait à manquer de respect envers le souverain40.

  • 41 « Noticia de lo resuelto para Su Magestad a consulta de 4 de septiembre de 1712 sobre el puntto de (...)
  • 42 Lettre d’Amelot à Louis XIV, 1er août 1707, AMAE, Cor. Pol., Esp., t. 169, f° 99.
  • 43 Sur le traitement réservé aux ambassadeurs du roi de France à partir du changement dynastique, voi (...)
  • 44 « Ultímo reglamento que mandó Su Magd se observase con todos los ministros publicos estrangeros. 2 (...)
  • 45 A. Morel-Fatio et H. Leonardon (éd.), Recueil des instructions, t. XII, p. 2.
  • 46 Ibid., p. 56.
  • 47 Ibid., p. 91.
  • 48 Ibid., p. 135.

27À leur arrivée, les ambassadeurs extraordinaires et ordinaires devaient rendre visite aux membres du Consejo de Estado. Toutefois, il faut souligner une différence de taille. Dans le cas des ambassadeurs des têtes couronnées, ils visitaient les conseillers, et en retour, ces derniers rendaient visite à l’ambassadeur. Pour les représentants de l’empereur au temps de los Austrias, puis de ceux de Louis XIV à partir de 1701, il revenait aux membres du Consejo de Estado de visiter les premiers l’ambassadeur du roi parent. L’ordre était ainsi inversé. Sur cette règle, aucun document ne nous renseigne plus précisément41. Il semble même que les ambassadeurs de famille se soient dispensés de l’ensemble des visites42. Il faut sans doute mettre cela sur le compte d’un honneur spécifique pour le représentant du souverain parent. De plus, les ambassadeurs de famille pouvaient se rendre au palais et rencontrer le roi avant même d’avoir effectué leur audience publique. Il s’agissait d’une visite secrète dès leur arrivée à Madrid. En réponse à la consulte, Philippe V ordonna que les ambassadeurs de son grand-père soient reçus avec les mêmes égards que ceux de l’empereur au temps de Charles II43. En 1717, lorsque Philippe V édicta un nouveau règlement concernant le cérémonial touchant aux ambassadeurs, ces dispositions furent transcrites et énoncées explicitement comme des règles44. Pour les ambassadeurs de Louis XIV présents à Madrid durant la guerre, il est difficile de savoir avec exactitude si ses représentants ont effectué les visites. Harcourt est le seul ambassadeur dont on est sûr qu’il les ait rendues. C’est précisé dans la consulte du Consejo de Estado. Toutefois, il était arrivé avant la disparition de Charles II. Pour les ambassadeurs suivants, il est peu probable qu’ils aient rendu les visites avant leur audience publique. En effet, ils furent souvent reçus au palais par Philippe V, le lendemain même de leur arrivée à Madrid, ce qui laissait peu de temps pour effectuer les visites, dont on sait par ailleurs qu’elles retardaient souvent l’audience publique. Marsin, arrivé le 15 août 1701, vit le roi le 1645. Le cardinal d’Estrées rejoignit Philippe V à Milan, ce qui réglait le problème des visites46. Le duc de Gramont fut reçu en audience publique le lendemain de son arrivée à Madrid, le 12 juin 1704. La reine tenait à le recevoir ainsi afin de lui donner plus de liberté par la suite. Philippe V commandait alors l’armée sur la frontière portugaise47. Pour Amelot de Gournay, la situation fut identique48.

  • 49 « Resumen que se ha formado en la Secretaría, de las noticias que se hallan en ella, tocantes al z (...)
  • 50 F. Barrios, « Practica diplomática de la Corte de España a principios del siglo XVIII ».

28Depuis le moment où le duc d’Anjou était devenu Philippe V, il apparaît que les ambassadeurs n’ont pas rempli les formalités d’usages et qu’ils ont bénéficié d’un traitement particulier. Cet égard, d’une accessibilité directe et rapide au souverain, fut par ailleurs confirmé par une consulte de 171249 qui servit elle-même à l’élaboration de celle de 1717, fixant définitivement le cérémonial des ambassadeurs à la cour de Madrid50. Le cérémonial livre donc une image des préséances accordées, des faveurs concédées et finalement une prééminence accordée à l’ambassadeur du roi de France, place autrefois occupée par l’ambassadeur de l’empereur.

29Toutefois, le cérémonial correspond à l’image que la monarchie donnait d’elle-même, à celle qu’elle choisissait de diffuser. Au-delà de la question du cérémonial, se pose la question de l’autorité de l’ambassadeur du Roi Très Chrétien : jusqu’où allait son crédit ?

30Dans le cas de la relation, bilatérale, entre le royaume de France et la monarchie espagnole, l’ambassadeur était en quelque sorte la voix de Louis XIV mais était aussi porteur d’une part de son autorité. Hommes de confiance du roi, les ambassadeurs choisis pour aller à Madrid avaient déjà tous servi Louis XIV à de multiples reprises pour des missions délicates. Le roi choisit ainsi des personnes dont il avait pu mesurer la fidélité et l’entière obéissance. Toutefois, la confiance d’un souverain n’est rien tant que l’ambassadeur n’est pas introduit à la cour où il se rend. La représentation ne dépend pas seulement du rôle à jouer que lui confie le roi avant de partir, mais il varie également en fonction de la place qu’on lui accorde dans la cour où il est envoyé.

31À ce titre, les ambassadeurs de Louis XIV ont joui, durant les années 1701-1709, d’une place prépondérante. Ils étaient en effet admis au conseil du roi, le despacho. Ce conseil restreint, composé du roi, du secretario del despacho et de plusieurs Grands, avait été établi sur la demande de Louis XIV à l’avènement de Philippe V. Il s’agissait d’une sorte de conseil secret qui devait assister le jeune roi et l’orienter dans ses décisions. Rapidement, il s’imposa comme un rouage essentiel, en court-circuitant la voie traditionnelle des Conseils, puisqu’il avait le pas sur eux. Il ressemblait, en partie, au Conseil d’En-haut de Louis XIV.

32Durant les premières années de la guerre, c’est-à-dire jusqu’en 1709, l’ambassadeur avait accès à ce conseil. Cette particularité est remarquable, car l’ambassadeur n’est alors plus dans le seul rôle représentatif du Roi Très Chrétien, mais placé à l’égal des ministres du Roi Catholique. Comme ce fut précisé, dans l’une des rares allusions à la présence de l’ambassadeur au despacho, il s’agissait de transmettre au jeune roi l’exemple de son grand-père. La lettre d’instruction laissée à Marsin, contient cet ordre explicite donné par le roi de France :

  • 51 A. Morel-Fatio et H. Leonardon (éd.), Recueil des instructions, t. XII, p. 21.

Il est présentement nécessaire que l’ambassadeur de Sa Majesté soit ministre du Roi Catholique ; que, sans en avoir le titre, il en exerce les fonctions ; qu’il aide au Roi d’Espagne à connoitre l’état de ses affaires et à gouverner par lui-même, car il y a lieu d’attendre de l’esprit de ce prince et de l’éducation qu’il a reçue, qu’il aimera mieux suivre l’exemple du Roi, que de remettre comme ses prédécesseurs tout son pouvoir entre les mains d’un seul ministre51

  • 52 Lettre d’Amelot à Louis XIV, 1er juin 1706, Madrid, AMAE, Cor. Pol., Esp., t. 159, fo 138.

33De plus, au sein de ce conseil, l’ambassadeur prenait la première place immédiatement à gauche auprès du souverain52. Dans le conseil d’en haut de Louis XIV, c’était le chancelier qui avait cette place. Lorsqu’en 1709 Amelot demanda son rappel, la question de sa présence au despacho se posa à nouveau. Le roi de France était alors en pourparlers avec les alliés. Ils réclamaient que le roi de France retirât ses troupes d’Espagne. Or, si l’on devait arriver à cette extrémité, il était certain pour l’ambassadeur de Louis XIV qu’il ne pourrait plus assister au despacho. Voici ce qu’il confiait dans sa dépêche du 30 avril 1709 :

  • 53 AMAE, Mémoires et documents, France, t. 1973, fos 313-314.

Je ne puis m’empêcher de représenter à V. M. que votre amb. étant venu icy sur le pied d’entrer en votre nom dans les affaires d’Esp. d’assister à ses Conseils du Despacho et de faire entendre à S. M. C. les sentiments de V. M. sur les matières les plus importantes, il paroitroit fort contraires au respect qui est deu à V. M. et à l’union qui doit estre entre les deux cours, de voir tout d’un coup le ministre de V. M. exclut de tout et réduit aux simples fonctions de l’ambassade par une résolution du Roy d’Espagne, ce qui arrivera infailliblement dès que V. M. en viendra à rappeler ses troupes en conséquence d’un traité53.

34Selon les propres termes de l’ambassadeur, il demande son rappel au cas où le roi d’Espagne l’exclurait de son conseil, ce qui consisterait à le réduire « aux simples fonctions de l’ambassade ». Amelot avait eu le rang de ministre du Roi Catholique, il n’entendait plus se satisfaire de celui d’ambassadeur du roi de France. Cette assertion est contradictoire sur un point : Amelot ne souhaitait pas se voir confiné dans la fonction d’ambassadeur, alors que c’est grâce à elle qu’il put entrer au despacho. Ainsi, la mission d’ambassadeur pouvait être purement honorifique mais dans le cas des ambassadeurs de Louis XIV à Madrid depuis 1701, elle allait bien au-delà, en autorisant une prééminence de fait de l’envoyé du roi de France.

35Le refus de l’ambassadeur de se trouver dans une position humiliante si Philippe V venait à l’exclure du conseil, c’est-à-dire jouer seulement le rôle d’ambassadeur, est révélateur de la contradiction dans laquelle étaient placés tous les envoyés de Louis XIV : ambassadeur en premier lieu, certes, mais avec une autorité supplémentaire qu’ils retiraient de la confiance particulière du roi dans un moment où ils devaient conseiller son petit-fils.

36La représentation du roi de France à Madrid se trouva ainsi profondément transformée par le lien de famille. La fonction même de l’ambassadeur fut affectée par les liens qui unissaient les deux souverains. Toutefois, le crédit ou l’autorité de l’ambassadeur se trouvait d’abord renforcé par la confiance que Louis XIV leur accordait. Intimement mêlés aux décisions des deux monarchies durant les premières années de la guerre, ils constituaient des hommes clefs dans la transmission des volontés du roi de France. Ils ne représentaient pas seulement le roi de France dans les fêtes et les cérémonies mais également dans l’exercice même du pouvoir par Philippe V qu’ils étaient chargés de conseiller.

37Sur le plan du cérémonial, la continuité des usages triompha sur les changements. Le règlement promulgué en 1717 accordait seulement aux ambassadeurs du roi de France le traitement autrefois réservé aux représentants de l’empereur.

UNE DÉLÉGATION RENDUE IMPOSSIBLE

  • 54 « Relation de tout ce qui s’est passé à la cérémonie du baptême de Monseigneur le Prince des Astur (...)

38La représentation de Louis XIV, à travers les figures de ses ambassadeurs, s’exprimait à l’occasion des grands événements rythmant la vie de la cour. On pourrait ainsi s’intéresser aux fêtes données à l’occasion de victoires militaires, du mariage du roi en 1702 ou des multiples fêtes religieuses. En recherchant les exemples qui peuvent illustrer les cas concrets, la relation du baptême du prince des Asturies né en 1707 s’est révélée très intéressante54. En effet, à cette occasion, la délégation de majesté fut comme « interdite ». La présence d’un membre de la famille royale de Louis XIV empêcha l’ambassadeur de remplir son office.

39Un document, qui émanait très vraisemblablement des bureaux de l’ambassadeur, décrit précisément, dans un style bien connu de ce type de relation, la cérémonie du baptême du prince. Après avoir présenté les différents moments qui jalonnaient cette fête, de l’accueil au palais, puis de la procession de la cour jusqu’à Atocha et enfin le baptême, il abordait plusieurs points qui avaient donné lieu à des discussions ou des interrogations. La place de la princesse des Ursins, camarera mayor de la reine, le prélat chargé d’officier ou le cadeau offert à la reine attirèrent tant de critiques que l’auteur prenait le temps de les expliquer et de justifier les choix opérés.

  • 55 AMAE, Cor. Pol., Esp., t. 171, fo 93vo.

40Un point mérite d’être plus précisément développé. Il s’agit de la présence de l’ambassadeur. À la lecture de la relation, on constate que « M. l’ambassadeur de France n’y a point été présent55 ». Effectivement, il est pour le moins surprenant que le premier représentant de Louis XIV fût absent d’une cérémonie religieuse comme le baptême de l’héritier de Philippe V, si importante pour la légitimité de la nouvelle dynastie. En réalité, Amelot de Gournay fut présent mais incognito.

41Le jeune infant était né le 25 août 1707, jour de la saint Louis. Cette naissance, vécue comme un heureux présage, décida du prénom du prince. De plus, afin de souligner les liens unissant les deux branches de la maison de Bourbon, Louis XIV fut choisi comme parrain. Absent, le roi aurait ainsi dû être représenté en la personne de son ambassadeur. Mais la présence d’un autre membre de la famille royale perturba ce déroulement. Le duc d’Orléans, fils aîné du frère du roi et donc, potentiellement successeur à la couronne de France, était alors en Espagne pour y commander les troupes. Sa présence interdit celle de l’ambassadeur au cours de la cérémonie ; le duc fut chargé de porter le jeune prince sur les fonds baptismaux.

42Comme le souligna l’auteur anonyme :

  • 56 AMAE, Cor. Pol., Esp., t. 171, fo 94vo.

… il ne faut point s’étonner que Mr l’Ambassadeur n’ait point été présent à cette cérémonie. S. A. R. premier prince du sang en France représentoit éminament la personne du Roy son oncle, ainsi il semble que Mr l’Ambassadeur auroit été dénué de son caractère s’il avoit voulu y tenir son rang56

  • 57 L. Bély, La Société des princes, p. 469. Sur l’incognito, voir également D. Ménager, L’Incognito : (...)

43L’incompatibilité de la présence d’un prince du sang et de l’ambassadeur avait obligé Amelot de Gournay à suivre la cérémonie incognito, ce qui permettait d’échapper aux difficultés de cérémonial. C’était un usage bien connu et souvent utilisé par les princes pour circuler plus librement. Les règles qui conditionnaient l’incognito devinrent plus précises au XVIIe siècle57. Il s’agissait d’un moyen commode pour voyager ou se rendre discrètement dans une cour. Recourir à ce procédé revenait à renoncer au traitement réservé à un caractère ou une dignité, c’est-à-dire ici celle d’ambassadeur.

44En effet, qui aurait eu la préséance sur l’autre ? Le prince du sang, successible à la couronne, ou l’ambassadeur, représentant du roi ? Pour notre auteur, il semble clair que le duc d’Orléans s’imposait à l’ambassadeur car il « représentoit éminament la personne du Roy son oncle ». Sur le plan symbolique, les liens du sang s’imposaient à toute forme de délégation de majesté. Celle-ci se trouvait interdite par la présence d’un proche parent du roi. Or, l’impossibilité pour l’ambassadeur d’apparaître « publiquement » démontre bien qu’il portait une part symbolique du roi. En d’autres termes, si un ambassadeur ne revêtait aucune dimension, même symbolique ou partielle, de la dignitas du souverain, il aurait pu participer à la cérémonie. L’interdit rappelle qu’un ambassadeur représentait donc bien le roi, même s’il est difficile de saisir et de définir plus précisément les contours et les caractéristiques de cette « représentation ».

45« L’ambassadeur aurait été dénué de son caractère s’il avoit voulu y tenir son rang » : la formule paraît sibylline lorsque l’on tente réellement d’en saisir le sens. L’auteur souligne sans doute ici qu’il n’était pas possible pour Amelot d’être présent en faisant les fonctions d’ambassadeur, c’est-à-dire en recevant l’ensemble des traitements réservés à l’ambassadeur du roi de France. Il n’aurait pu apparaître en exigeant les égards prévus pour un ambassadeur extraordinaire. Il ne pouvait ainsi pas représenter son roi, au sens fort du terme, c’est-à-dire celui qu’on lui donnait à la fin du XVIIe siècle. Cet exemple illustre ainsi l’une des limites de la représentation du souverain dans la figure de l’ambassadeur, laquelle cessait dès qu’un prince du sang prenait la place du roi. La difficulté rencontrée à l’occasion du baptême du prince des Asturies constitue un cas extraordinaire. En effet, ce n’était pas la première fois que des princes du sang côtoyaient un ambassadeur. Ici, c’est la personne que l’ambassadeur incarnait qui posa problème. Il était l’image de Louis XIV, c’est-à-dire du roi qui reste le premier dans la hiérarchie des princes d’une famille royale. Un prince du sang laissait toujours la préséance au souverain. Mais lorsque celui-ci est « représenté » par un ambassadeur, la logique du sang s’imposait à toute forme de représentation.

  • 58 J.-M. Carbasse, Introduction historique au droit pénal, pp. 254-255.
  • 59 Ibid., p. 293.

46Comme le note l’historien du droit, Jean-Marie Carbasse, lorsque le mot « majesté » devint l’appellation ordinaire et exclusive du roi à la fin du XVe et au XVIe siècle, la lèse-majesté renvoyait progressivement à toutes les formes d’offenses faites au prince ou à ses droits58. Au Moyen Âge, la fidélité due au roi n’était pas fondamentalement différente de celle due à son seigneur. Dès lors, les peines condamnant les manquements à ces fidélités étaient les mêmes. Au XIIe siècle, le crimen majestatis, présent dans le code de Justinien, réapparut sous la plume des juristes. Sous Charles V, il devint courant. C’est lorsque le mot « Majesté » fut réservé au roi, que le crime de lèse-majesté s’est étendu à toutes les offenses faites au prince, à ses proches à ses droits souverains, comme celui de battre monnaie. D’ailleurs, le faux monnayage et le duel étaient assimilés à des crimes de lèse-majesté59. Comme la transmission de la notion de lèse-majesté de l’Antiquité à l’époque moderne fut le corollaire du développement de celle de la « majesté », les sens et les formes de cette dernière se comprennent davantage par les limites posées à celle-ci que par de trop rares définitions laissées par les contemporains.

47L’ambassadeur apparaît donc bien comme une figure porteuse d’une partie de la majesté royale : il agit et parle en son nom, comme cela est précisé dans les lettres de créances. Dans le pays où il est admis, les honneurs et les égards sont en fonction des liens qui unissent les souverains entre eux. Les liens d’amitié, voire de famille, s’imposent, même si le choix de l’ambassadeur reposait en partie sur des critères d’affection personnels et confiance entre le souverain et son ministre public. Les liens de fidélité, si importants dans les sociétés d’ordre d’Ancien régime, se mêlaient étroitement avec la nature de la mission, pour le choix du bon ambassadeur. Si la représentation du roi favorisait le choix de grands seigneurs pour une ambassade, ce n’était pas le seul critère. La confiance du roi dans l’un de ses sujets restait primordiale. Elle constituait la condition indispensable pour pouvoir représenter le roi. Toutefois, cette représentation cessait dès lors qu’un membre de la famille royale était présent.

Notes

1 À l’époque, le terme « Majesté » se définissait ainsi (J.-B. La Curne de Sainte-Palaye, Dictionnaire de l’Ancien Français) : « Majesté. [1° — Apparence auguste : “Or en ait Dieus pitié, li rois de majesté.” (Berte, c. 15.) — “Mais la grant benignité De ta royal majesté.” (Desch. Lai du Roy.)] — Ce titre de dignité est particulièrement affecté aux puissances souveraines, telles que les roys, qu’on traite de sa majesté, au féminin sans addition. Cet usage prit son cours sous le règne de Henry second. (Recherc. de Pasq. VIII, 669.) — Ludovic Sforza le donne à Louis XI, dans ses lettres insérées dans les Observ. de Godef. sur Charles VIII, 320. — On a regardé cette expression comme abusive : “(Les Italiens et Espagnols) ne craignent de dérober à Dieu le titre souverain de majesté pour en honnorer leurs empereurs et roys.” (St Julien, Mesl. hist. 41.) — On a donné ce titre à des évêques et à des princes qui n’étoient ni rois, ni souverains, en 1538, et l’on en trouve des exemples dans Goujet, Bibl. fr. X, p. 385. — Le mot de majesté a été attribué au duc de Bourgogne en 1453. (Math. de Coucy, Hist. de Ch. VII, p. 657.) — Quelquefois ce mot se prononçoit avec addition, comme “majesté royalle, majesté sacrée.” (La Roque, sur la noblesse, p. 360.) ; 2° — Puissance, supériorité. On lit, à l’occasion des séditieux de Bruges en 1437 : “C’estoient gens de petit estat, qui ne desiroient autre chose que de fort entroubler les besongnes, pour eux augmenter et avoir majesté sur les plus riches.” (Monstrel. II, 142.) ».

2 C. de l’Aubespine, Histoire particulière de la Court d’Henry II, t. III, p. 303.

3 J.-B. Bossuet, Politique tirée de l’écriture sainte, V, iv, i, p. 177.

4 « Celui qui règne dans les cieux, et de qui relèvent tous les empires, à qui seul appartient la gloire, la majesté et l’indépendance… » (J.-B. Bossuet, Oraison funèbre de Henriette-Marie de France, édité dans J.-B. Bossuet, Oraisons funèbres, p. 111).

5 J.-B. Bossuet, Oraison funèbre de Henriette-Marie de France, édité dans J.-B. Bossuet, Oraisons funèbres, p. 127.

6 F. Polleross, « “Majesté” contre “Sainteté” dans les portraits des Habsbourg au début du XVIIe siècle ».

7 « Représenter » dans P. Richelet, Dictionnaire françois.

8 « Un ambassadeur ressemble en quelque manière à un comédien exposé sur le théâtre aux yeux du public pour y jouer de grands rôles. Comme son employ l’élève au-dessus de sa condition et l’égale en quelque sorte aux maîtres de la terre, par le droit de représentation qui y est attaché et par le commerce particulier qu’il lui donne avec eux, il ne peut passer que pour un mauvais acteur s’il n’en sçait pas soutenir la dignité. Mais cette obligation est l’écueil contre lequel échouent plusieurs négociateurs, parce qu’ils ne sçavent pas précisément en quoy elle consiste » (F. de Callières, De l’art de négocier en France sous Louis XIV, p. 189).

9 Ibid.

10 Callières se moquaient des ambassadeurs prétentieux qui s’enorgueillissaient des honneurs rendus à leurs maîtres à travers eux : « Ces négociateurs novices s’enyvrent d’ordinaire des honnerus qu’on rend en leur personne à la dignité des maîtres qu’ils représentent, semblables à cet âne de la fable, qui recevoit pour lui tout l’encens qu’on brûloit devant la statue de la déesse qu’il portoit » (ibid., p. 182).

11 A. Wicquefort, L’Ambassadeur et ses fonctions, p. 3.

12 J. E. Varey, « The Audience and the Play at Court Spectacles : the Role of the King », p. 405 et Id., « L’auditoire du Salón Dorado de l’Alcázar de Madrid au XVIIe siècle ».

13 G. Mattingly, La diplomacia del Renacimiento, p. 79.

14 D. Ménager, Diplomatie et théologie à la Renaissance, p. 54.

15 J. A. Vera y Zúñiga, El Enbaxador, Premier discours, p. 10.

16 J. Hotman, De la charge et dignité de l’ambassadeur, p. 36.

17 A. Gentili, De legationibus libri tres, cité dans T. Hampton, Fictions of Embassy, p. 164.

18 T. Hampton, Fictions of Embassy, p. 165.

19 L. Bély, Espions et ambassadeurs, p. 312.

20 Pour un bon aperçu de la terminologie (legatus, procurator, nuncius, ambassator et deputatus), on se reportera avec profit à C. Giry-Deloison « Le personnel diplomatique au début du XVIe siècle ».

21 F. de Callières, De l’art de négocier en France sous Louis XIV, p. 203.

22 L. Huygens, Un Holandés en la España de Felipe IV, p. 176. Voir également J. H. Elliott, « The Court of the Spanish Habsburg », p. 152.

23 A. Morel-Fatio et H. Leonardon (éd.), Recueil des instructions, t. XII, p. 105.

24 C’est ainsi qu’il est qualifié dans une lettre de Louis XIV à l’abbé d’Estrées, dès le 6 avril 1704 (Archives du Ministère des Affaires Étrangères [AMAE], Cor. Pol., Esp., t. 137, fo 92v; cité dans A. Morel-Fatio et H. Léonardon [éd.], Recueil des instructions, t. XII, p. 89).

25 A. Morel-Fatio et H. Léonardon (éd.), Recueil des instructions, t. XII, p. 90.

26 L. Saint-Simon, Mémoires, t. II, pp. 98-99.

27 J.-C. Waquet, François de Callières. L’art de négocier en France sous Louis XIV, p. 189.

28 A. Wicquefort, L’Ambassadeur et ses fonctions, p. 5.

29 « Le duc de Gramont à Torcy », 21 août 1706, AMAE, Cor. Pol., Esp., t. 160, fo 221vo.

30 D. Ménager, Diplomatie et théologie à la Renaissance, pp. 49-50.

31 Ibid.

32 J. A. Vera y Zúñiga, El Enbaxador, Troisième discours, p. 8 : « En siendole señalado día i ora para su audiencia, irà a ella con el maior lustre que pueda en quanto a su familia, que en quanto, su adorno, deve ser mui fácil, generoso, inafectado, linpio, nuevo, i descuidadamente cuidadoso ».

33 Comme les autres grands officiers, tous gens de robe.

34 Dans un autre passage, Saint-Simon précisait que Courtin avait obtenu de venir à la cour sans manteau, l’élément distinctif des gens de robe. Mais cette autorisation était précisément assimilée à une faveur. Voir L. Saint-Simon, Mémoires, t. XI, p. 346.

35 Ibid., t. XVII, p. 111.

36 A. Wicquefort, L’Ambassadeur et ses fonctions, p. 3.

37 L. Marin, Le Portrait du roi, p. 40.

38 C. Gómez-Centurión Jiménez, « Etiqueta y ceremonial palatino durante el reinado de Felipe » ; Id., « La Corte de Felipe V » ; C. Hernández Alonso, « Ceremonial, cortesía y tratamientos en España a la llegada de los Borbones ». A. Rodríguez Villa, Etiquetas de la Casa de Austria ; C. Hofmann, Das spanische Hofzeremoniell von 1500-1700 ; J. E. Varey, « La mayordomía mayor y los festejos palaciegos del siglo XVII ». Pour une édition récente en français du cérémonial de la cour d’Espagne, voir H. Coniez, Le Cérémonial de la cour d’Espagne au XVIIe siècle.

39 Real orden de Philippe V du 4 octobre 1703 à Don Joseph de la Puente, Archivo Histórico Nacional (AHN), Estado, leg. 2873 : « He resuelto que los embajadores de Francia sean tratados en la misma conformidad que por lo pasado lo han sido los de Alemania, y assí lo participo al Consejo de Estado para que lo tenga entendido y disponga su observancia en la parte que le toca ».

40 Consulte du 4 septembre 1712, AHN, Estado, leg. 2873 : « Que este consejo logra la espezial honrra de ser el uníco collateral que V. Mgd tiene, y su Rl Persona el Presidentes, de que es buena prueva el haver estado siempre, y estar el día de oy permanente, y prevenido en la Sala de el Consejo, el Bufete, y el Rl asiento de V. Magd como si efectívamente concurriese todos los días, por si gustare basar a el, sin que preceda otra círcunstanzias que tomar el asiento ; que entre V. Magd y este Consejo, no media otro níngu tribunal, como no medían tampoco en Roma entre el Papa, y el Ministerio de los cardenales ; en Franzia, entre Su Magd Xtma y los ministros del Estado de su gavinete, en Alemania, entre el emperador, y el consejo que llaman de la conferencia ; y en Inglaterra, entre aquellos Reyes, y el Consejo Privado ».

41 « Noticia de lo resuelto para Su Magestad a consulta de 4 de septiembre de 1712 sobre el puntto de ceremonial que han de observar los ministros publicos con los señores consejeros de Estado », AHN, Estado, leg. 2873.

42 Lettre d’Amelot à Louis XIV, 1er août 1707, AMAE, Cor. Pol., Esp., t. 169, f° 99.

43 Sur le traitement réservé aux ambassadeurs du roi de France à partir du changement dynastique, voir la lettre du marquis de Mancera à Philippe V, du 18 décembre 1712. Il l’informait des privilèges auxquels l’ambassadeur de l’Empereur avait droit. Voir J. A. Escudero, Los Origenes del Consejo de Ministros en España, p. 44.

44 « Ultímo reglamento que mandó Su Magd se observase con todos los ministros publicos estrangeros. 25 avril 1717 », AHN, Estado, leg. 2873, Caja 2.

45 A. Morel-Fatio et H. Leonardon (éd.), Recueil des instructions, t. XII, p. 2.

46 Ibid., p. 56.

47 Ibid., p. 91.

48 Ibid., p. 135.

49 « Resumen que se ha formado en la Secretaría, de las noticias que se hallan en ella, tocantes al zeremonial que deven observar, y se ha practicado en esta corte, por los ministros publícos de Reyes, Princípes, Reppcas, con los Señores Ministros de Estado ; y de lo que esto se ha invertido por los sujetos, y en los casos, y tiempos, que se expresarán aquí : en cumplimiento de lo resuelto por S. Mgd, a consulta de 11 de agto de 1712 », AHN, Estado, leg. 2873.

50 F. Barrios, « Practica diplomática de la Corte de España a principios del siglo XVIII ».

51 A. Morel-Fatio et H. Leonardon (éd.), Recueil des instructions, t. XII, p. 21.

52 Lettre d’Amelot à Louis XIV, 1er juin 1706, Madrid, AMAE, Cor. Pol., Esp., t. 159, fo 138.

53 AMAE, Mémoires et documents, France, t. 1973, fos 313-314.

54 « Relation de tout ce qui s’est passé à la cérémonie du baptême de Monseigneur le Prince des Asturies », [octobre 1707], AMAE, Cor. Pol., Esp., t. 171, fos 89-94.

55 AMAE, Cor. Pol., Esp., t. 171, fo 93vo.

56 AMAE, Cor. Pol., Esp., t. 171, fo 94vo.

57 L. Bély, La Société des princes, p. 469. Sur l’incognito, voir également D. Ménager, L’Incognito : d’Homère à Cervantes.

58 J.-M. Carbasse, Introduction historique au droit pénal, pp. 254-255.

59 Ibid., p. 293.

© Casa de Velázquez, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540