Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

À la place du roi

 | 
Daniel Aznar
, 
Guillaume Hanotin
, 
Niels F. May

I. Structures

Ascanio Colonna à la cour de Philippe II (1582-1583)

Pouvoirs présumés et réels du vice-roi de Sicile

Nicoletta Bazzano

Testo integrale

UN ÉPISODE MARGINAL

  • 1 La figure fascinante d’Ascanio n’a pas encore trouvé de biographe. Les principales informations su (...)

1Pendant les années 1582 et 1583, Marco Antonio Colonna, vice-roi de Sicile, entretint un intense échange épistolaire avec ses agents à la cour de Philippe II, au sujet de la visite que devait y faire son fils Ascanio Colonna1. À première vue, c’est l’une des nombreuses histoires curieuses contenues dans la correspondance de Colonna, qui sont souvent négligées au profit de questions en apparence plus importantes. Cependant, en raison de la dynamique avec laquelle elle se développe et de ce qu’elle révèle, elle peut offrir une base de réflexion sur la thématique de la représentation du souverain, aussi bien du point de vue institutionnel que diplomatique.

2En décembre 1581, Marco Antonio Colonna, vice-roi de Sicile depuis plus de trois ans, écrit à son fils Ascanio. Étudiant en droit à Salamanque, le jeune Colonna est destiné à une carrière ecclésiastique — il est déjà abbé commendataire du monastère de Santa Sofia de Bénévent. Son père lui annonce qu’il doit se préparer à se rendre à la cour :

  • 2 Marco Antonio Colonna à Ascanio Colonna, Palerme, 16 décembre 1581, Archivio Colonna (AC), Subiaco (...)

En restant pour l’heure au service de Sa Majesté comme son chapelain, j’espère que vous donnerez un tel aperçu de votre vie et de votre être, que, une fois reconnu par tous comme humble et prudent, ainsi que je désire que vous soyez, et entouré des mérites et des bons offices de ceux de votre maison, vous forcerez Sa Majesté à vous faire bénéficier de la protection qui est nécessaire, et à se servir de vous dans les affaires dont il vous reconnaîtra capable2.

  • 3 M. A. Colonna à Asc. Colonna, Palerme, 1er janvier 1582, AC, Subiaco (Rm), CMAG, b. 81, cam. 33 : (...)
  • 4 M. A. Colonna à Asc. Colonna, Palerme, 1er janvier 1582, AC, Subiaco (Rm), CMAG, b. 81, cam. 33 : (...)

3Cet ordre n’est pas uniquement dicté par un désir d’introduire Ascanio auprès du roi et de gagner sa faveur pour de futures missions. Dans la longue lettre qu’il écrit à son fils, Marco Antonio révèle la véritable raison de son voyage à la cour : Ascanio doit être « à l’aise dans les affaires3 », afin de devenir le principal agent de confiance de son père à Madrid. Dans ce but, le vice-roi (lui) envoie des copies de documents adressés au Consejo de Estado et au Conseil d’Italie. Ascanio est au courant de leurs contenus. Il peut parler avec plusieurs régents et il doit s’efforcer de « remédier à tout ce [qu’il entendra] qu’on ne le reçoit pas en Conseil de la manière [qu’il] l’écrit, laquelle est la pure vérité, puisque jamais [il] n’[a] prétendu ni ne prétendra à autre chose qu’au pur service de Sa Majesté4 ».

  • 5 M. A. Colonna à Asc. Colonna, Palerme, 5 janvier 1582, AC, Subiaco (Rm), CMAG, b. 81, cam. 32.
  • 6 M. A. Colonna à Asc. Colonna, Palerme, 20 janvier 1582, AC, Subiaco (Rm), CMAG, b. 81, cam. 27 : « (...)
  • 7 M. A. Colonna à Asc. Colonna, Palerme, 20 janvier 1582, AC, Subiaco (Rm), CMAG, b. 81, cam. 27 : « (...)

4Dans ce but, Marco Antonio s’est engagé à envoyer des lettres à toutes les personnalités importantes de la cour avant l’arrivée de son fils. Dans la lettre qu’il adresse à celui-ci, il conclut par des recommandations sur l’attitude à adopter. La prudence que le vice-roi lui conseille dans ce courrier et dans des lettres ultérieures5 révèle combien Marco Antonio était conscient de faire l’objet d’une attaque politique menée depuis plusieurs fronts, l’objectif de cette attaque étant son renvoi du gouvernement de Sicile. Ottavio Bonetta, un aventurier sicilien, est le principal meneur de cette offensive à l’égard du vice-roi. Il a été envoyé auprès de Philippe II — qui se trouvait alors à Lisbonne — par les opposants de Colonna. Parmi eux figurent des personnalités de premier plan dans l’île, dont Carlo d’Aragona et Tagliavia, duc de Terranova, président du royaume avant l’arrivée de Colonna, et l’inquisiteur Juan de la Peña. La jalousie serait, selon Marco Antonio, la cause sous-jacente de ces accusations, ainsi qu’il l’exprime à son fils : « notre gouvernement dans ce Royaume a été et est, par la grâce de Dieu, tel qu’il a donné satisfaction à Sa Majesté et à tout le monde, même s’il en fut autrement pour quelques particuliers6 ». Bonetta a été chargé tout d’abord, dit-il, de dénoncer l’ingérence du vice-roi dans le cours de la justice « en montrant encore qu’[il] enlevai[t] la liberté aux juges7 ». Néanmoins, Colonna affirme avoir pu prouver au roi que ces accusations sont infondées. Il invoque les grands services rendus au roi pour prouver qu’il est digne de toute sa confiance :

  • 8 M. A. Colonna à Asc. Colonna, Palerme, 20 janvier 1582, AC, Subiaco (Rm), CMAG, b. 81, cam. 27 : « (...)

Il a maintenu les dépenses du royaume sans rien vendre, il a remboursé toutes les dettes de cette cour, il a envoyé beaucoup d’argent et de victuailles en Espagne, ce qui ne s’était jamais fait ; et il est parvenu à tout cela alors qu’il avait trouvé le royaume ravagé par la peste et que la Trésorerie ne comptait pas plus de quinze écus8.

  • 9 M. A. Colonna à Asc. Colonna, Palerme, 20 janvier 1582, AC, Subiaco (Rm), CMAG, b. 81, cam. 27 : « (...)
  • 10 M. A. Colonna à Asc. Colonna, Palerme, 20 janvier 1582, AC, Subiaco (Rm), CMAG, b. 81, cam. 27 : « (...)
  • 11 M. A. Colonna à Asc. Colonna, Palerme, 20 janvier 1582, AC, Subiaco (Rm), CMAG, b. 81, cam. 27 : « (...)

5Ses ennemis l’ont accusé, par ailleurs, d’avoir fraudé les finances royales « au sujet d’une vente de traites sur le froment9 ». On insinue aussi que, étant « ayant un grand penchant pour les femmes10 », le vice-roi aurait commandité un crime passionnel, perpétré contre la personne du baron de Miserendino « en ayant justement répandu que la femme de celui-ci était à [s] on goût11 », provoquant au préalable, de même, la mort du père de Miserendino. Ces accusations sont particulièrement graves. Pour laver l’honneur de son père, Ascanio doit obtenir une rencontre avec le roi :

  • 12 M. A. Colonna à Asc. Colonna, Palerme, 20 janvier 1582, AC, Subiaco (Rm), CMAG, b. 81, cam. 27 : « (...)

Maintenant ce que vous devez faire est d’aller trouver le roi, où qu’il soit, sous le prétexte d’aller le servir, comme je l’ai déjà écrit, et vous lui donnerez la lettre jointe, tout en montrant que vous êtes venu pour le servir, comme je l’ai dit, et non à cause des lettres arrivées d’Italie, […] et, en parole, vous suggérerez à Sa Majesté que toutes ces persécutions viennent parce que je l’ai servi fidèlement, sans ménager personne12.

6Le but principal de la mission d’Ascanio auprès du roi est ainsi d’arrêter Bonetta et de l’empêcher de ternir le nom de son père à la cour. Il doit aussi dénoncer les inquisiteurs, le duc de Terranova et les autres de sa faction, comme les instigateurs de la campagne de diffamation.

7Néanmoins, les instructions de Marco Antonio se heurtent à l’appréhension de son jeune fils qui craint ce voyage à la cour :

  • 13 Asc. Colonna à M. A. Colonna, Salamanque, 12 février 1582, AC, Subiaco (Rm), CMAG, b. 30, cam. 117 (...)

Je juge que rester à la cour sera pour moi une chose très dure et très périlleuse, tant en raison du peu d’expérience que j’ai de cette sorte de tractations (je suis plus que sûr que cela ne donnerait pas le résultat que vous pensez) qu’en raison des multiples occasions et inconvénients que les personnes ecclésiastiques trouvent en cette cour pour se perdre13.

  • 14 M. A. Colonna à Asc. Colonna, Palerme, 14 mars 1582, AC, Subiaco (Rm), CMAG, b. 81, cam. 38 : « so (...)

8La lettre d’Ascanio, cependant, ne parvient pas à son père, qui croit son fils déjà à la cour et lui écrit de nouveau en lui représentant l’extrême importance du succès de sa mission pour toute la maison Colonna : « seul, jeune et éloigné, [vous vous trouverez] avec la charge, si l’on peut dire, de toute la maison, de telle manière que vous pourrez voir de quelle importance il est de réussir bien ou mal dans la cour d’où dépend votre établissement et le mien et celui de toute la maison14 ».

  • 15 M. A. Colonna à Asc. Colonna, Palerme, 28 mars 1582, AC, Subiaco (Rm), CMAG, b. 81, cam. 35 ; M. A (...)
  • 16 M. A. Colonna au cardinal Granvelle, Palerme, 5 mai 1582, AC, Subiaco (Rm), CMAG, b. 103, cam. 499 (...)
  • 17 M. A. Colonna à Asc. Colonna, Palerme, 28 juin 1582, AC, Subiaco (Rm), CMAG, b. 81, cam. 33 ; M. A (...)
  • 18 Asc. Colonna à M. A. Colonna, Salamanque, 28 juillet 1582, AC, Subiaco (Rm), CMAG, b. 50, cam. 118 (...)

9Marco Antonio reste dans son erreur pendant les mois de mars et avril, persuadé que son fils se trouve déjà auprès du roi15. Pour lors, le vice-roi consacre ce temps à seconder la mission de son fils en tentant d’obtenir l’appui de personnalités de la cour dont l’aide pourrait lui être précieuse pour sauver sa réputation compromise. Il noue des relations épistolaires avec le cardinal Antoine Perrenot de Granvelle, président du Conseil d’Italie, jadis protecteur de Colonna à la cour. À propos de « l’humeur » des Siciliens, il lui écrit en ces termes : « Ces Siciliens sont des gens de la pire espèce, habitués à calomnier celui qui gouverne, et ils ont l’habitude d’écrire à la cour et ils se consacrent plus à ces intrigues qu’à toute autre chose16 ». En outre, Marco Antonio envoie à la cour son secrétaire, Niccolò Pisacani, lequel s’attend à rejoindre là-bas le jeune Ascanio17. Malgré toutes ces démarches, certains amis du vice-roi, dont le puissant secrétaire Juan de Idiaquez, lui déconseillent d’envoyer son fils à la cour18.

  • 19 Haut fonctionnaire de la ville.
  • 20 « Sobre la licencia porque don Juan Ossorio supplica », 19 août 1580, Archivo General de Simancas, (...)
  • 21 M. A. Colonna à Annibale Moles, Palerme, 12 avril 1582, AC, Subiaco (Rm), CMAG, b. 83, cam. 2968.
  • 22 M. A. Colonna au cardinal Granvelle, Messine, 1er août 1582, AC, Subiaco (Rm), CMAG, b. 103, cam. (...)
  • 23 M. A. Colonna au cardinal Granvelle, Messine, 12 septembre 1582, AC, Subiaco (Rm), CMAG, b. 103, c (...)

10À Palerme, Marco Antonio est confronté aux attaques de ses ennemis, dont la position est renforcée par la nouvelle de l’arrivée de Don Juan Ossorio, jadis strategoto de Messine19 entre 1578 et 158020 et commandant de bord de plusieurs navires du royaume, ancien homme de confiance du vice-roi21, mais qui fut par la suite disgracié. Cependant, malgré ses demandes répétées pour être entendu et comme il l’écrit à Granvelle, « [se] voyant assassiné si à tort et avec combien de gratitude22 », le vice-roi déplore que le souverain ne prenne pas en compte ses excuses, même s’il précise : « cela fait déjà un an qu’[il est] publiquement bafoué, et qu’on ne [lui] a jamais rien demandé, mais qu’on a seulement engraissé les accusateurs et les méchants, qui ont délié leur langue, sans qu’il y aille de leur cause ou de leur intérêt, contre un tel ministre et d’un tel sang23 ».

11En décembre 1582, Marco Antonio réitère l’ordre à son fils d’aller à la cour dès que Pisacani y arrive :

  • 24 M. A. Colonna à Asc. Colonna, Palerme, 1er décembre 1582, AC, Subiaco (Rm), CMAG, b. 81, cam. 30 : (...)

Une fois que Sa Majesté sera rentré à Madrid (avec l’aide de Dieu), vous irez lui faire la révérence et lui baiser les mains — écrit le vice-roi à son fils — […] mais vous ferez tout cela avec délicatesse, et de telle façon qu’il ne semble pas que vous soyez venu à cet effet, mais simplement pour lui faire sa révérence, et se réjouir avec lui de l’acquisition du Portugal et de son heureux retour ; quant à mes affaires particulières, vous en traiterez comme en passant […] et une fois accompli ce devoir, vous vous en retournerez à Salamanque24.

  • 25 Nicolò Pisacani à M. A. Colonna, Lisbonne, 1er janvier 1583, AC, Subiaco (Rm), CMAG, b. 79, cam. 1 (...)
  • 26 N. Pisacani à M. A. Colonna, Lisbonne, 10 janvier 1583 (I), AC, Subiaco (Rm), CMAG, b. 79, cam. 19 (...)

12Au début de l’année 1583, le secrétaire du vice-roi arrive enfin à la cour, où il doit s’entretenir des affaires de son maître avec le secrétaire et les autres membres du Conseil d’Italie25. Pisacani tente « non seulement de maintenir les amitiés de V. E. [Marco Antonio] — comme il l’écrit à Colonna — mais d’en acquérir d’autres26 », afin que son maître puisse se justifier devant le souverain des reproches qui lui sont adressés. À propos de Bonetta, Pisacani, explique comment

  • 27 N. Pisacani à M. A. Colonna, Lisbonne, 10 janvier 1583 (II), AC, Subiaco (Rm), CMAG, b. 79, cam. 1 (...)

traiter cet homme de la manière dont on a usé sans jamais en venir à la preuve de ce qu’il a dit ne veut signifier rien d’autre que d’avoir tenu une porte ouverte pour encourager tous les mécontents à venir multiplier les lamentations, et on devait d’autant plus accroître leur audace que, l’opinion commune en Sicile tenant pour acquis que cet homme a menti, il semble que chacun peut licitement en venir à mentir27.

  • 28 Le cardinal Granvelle à M. A. Colonna, Madrid, 27 janvier 1583, AC, Subiaco (Rm), CMAG, b. 77, cam (...)
  • 29 M. A. Colonna au cardinal Granvelle, 1583, AC, Subiaco (Rm), CMAG, b. 104, cam. 5010 : « venga a b (...)
  • 30 N. Pisacani à M. A. Colonna, Madrid, 14 mars 1583 (I), AC, Subiaco (Rm), CMAG, b. 79, cam. 1983 : (...)
  • 31 M. A. Colonna au cardinal Granvelle, 1583, AC, Subiaco (Rm), CMAG, b. 104, cam. 5010 : « venga a b (...)
  • 32 N. Pisacani à M. A. Colonna, Madrid, 14 mars 1583 (I), AC, Subiaco (Rm), CMAG, b. 79, cam. 1983 : (...)
  • 33 N. Pisacani à M. A. Colonna, Madrid, 14 mars 1583 (I), AC, Subiaco (Rm), CMAG, b. 79, cam. 1983 : (...)
  • 34 N. Pisacani à M. A. Colonna, Madrid, 14 mars 1583 (I), AC, Subiaco (Rm), CMAG, b. 79, cam. 1983 : (...)

13Mais ces opinions ne sont pas entendues car, comme l’écrit Granvelle à Colonna, ses adversaires « se présentent comme offensés par V.E. [Marco Antonio], crient au ciel et ont beaucoup d’amis et de fauteurs par lesquels ils font varier les jugements de beaucoup28 ». Le vice-roi recommande son fils, précisément, à Granvelle, auquel Ascanio devrait s’adresser quand il arrivera à la cour pour pouvoir « baiser les mains de Sa Majesté29 ». L’idée d’envoyer Ascanio auprès du roi est soutenue dès lors par Pisacani qui, passé par Salamanque lors de son voyage à Madrid, a pu rencontrer le jeune homme. Le secrétaire du vice-roi le décrit comme « un homme accompli, de belle vie, et d’une taille ordinaire, la barbe blonde et toute accomplie30 ». Il donne des preuves « d’un très beau génie, aigu et perspicace et apte à comprendre toute chose, aussi profonde soitelle31 ». En outre, il est très respecté à la fois parce qu’« il a tiré un bon profit de ses études32 » et parce qu’il mène une vie « retirée et honnête33 », et en conséquence « on a la bouche pleine de louanges à son endroit34 ».

  • 35 N. Pisacani à M. A. Colonna, Madrid, 14 mars 1583 (II), AC, Subiaco (Rm), CMAG, b. 79, cam. 1986 : (...)
  • 36 Le cardinal Granvelle à M. A. Colonna, Madrid, 30 mars 1583, AC, Subiaco (Rm), CMAG, b. 77, cam. 7 (...)

14Pendant ce temps, les accusations portées contre Colonna gagnent en intensité, allant jusqu’à composer une « une liste longue de beaucoup d’autres chefs [d’accusation]35 ». Toutefois, Granvelle déconseille — et cela en dépit de l’avis du vice-roi — qu’Ascanio « demeure oisif à la cour36 ». Antonio Pérez, le puissant secrétaire royal, partage cette opinion. Interrogé sur l’opportunité d’une mission d’Ascanio auprès du roi pour lui faire part de la fin de ses études, ainsi que pour se tenir prêt à jouer un rôle à son service — en réalité pour parler au nom de son père —, Antonio Pérez affirme — selon ce que rapporte Pisacani — que :

  • 37 N. Pisacani à M. A. Colonna, Madrid, 1er avril 1583, AC, Subiaco (Rm), CMAG, b. 47, cam. 2063 : « (...)

faire cet office avec Sa Majesté est nécessaire mais non toutefois en personne non seulement parce qu’aucun fils de grand n’est venu pour le rendre, mais aussi parce que tous les grands ne sont pas encore venus, et que cela convient d’autant moins dans son cas qu’il est prêtre. Cela irait s’il devait le faire en ayant à passer par Alcalà. Mais pour retourner à Salamanque, c’est une chose malséante37.

  • 38 N. Pisacani à M. A. Colonna, Madrid, 1er avril 1583, AC, Subiaco (Rm), CMAG, b. 47, cam. 2063 : « (...)
  • 39 N. Pisacani à M. A. Colonna, Madrid, 1er avril 1583, AC, Subiaco (Rm), CMAG, b. 47, cam. 2063 : « (...)

15« Il semble bien — continue Pisacani en allusion à la position de Pérez et de Granvelle — qu’il parle des choses de V.E. [Marco Antonio] parce qu’il n’y a rien de particulier qui le nécessite : dans ces conditions, parler pourrait plutôt éveiller des soupçons que rendre service38 ». Enfin, selon Antonio Pérez, il n’est pas approprié de donner des fonctions diplomatiques aux jeunes adultes, sauf lorsqu’il y a un risque de vie ou de mort, tandis qu’il est « plus bénéfique à la réputation de les laisser suivre leur chemin ordinaire, plutôt que de faire en sorte que les fils s’en mêlent, outre le fait que c’est aussi plus sûr puisqu’on ne sait pas de quelle manière un jeune homme traite les affaires39 ».

  • 40 N. Pisacani à Asc. Colonna, Madrid, 2 avril 1583, AC, Subiaco (Rm), CMAG, b. 70, cam. 1990 : « S.M (...)
  • 41 N. Pisacani à M. A. Colonna, Madrid, 10 avril 1583, AC, Subiaco (Rm), CMAG, b. 47, cam. 2063 : « p (...)
  • 42 N. Pisacani à Asc. Colonna, Madrid, 9 avril 1583, AC, Subiaco (Rm), CMAG, b. 70, cam. 1991 : « bac (...)

16C’est Pisacani lui-même qui communique à Ascanio les scrupules que sa mission à la cour suscite, puisque « Sa Majesté fuit ces visites40 ». Cependant, le jeune homme, après de nombreuses sollicitations, « se satisfait peu de différer cet office41 ». Ascanio ne semble pas se soucier du fait que des trois principaux sujets qu’il a à discuter avec le roi, « lui baiser les mains, et se réjouir de sa venue […], lui rendre compte de la fin de ses études, et lui dire la résolution qu’il a prise de rester pour le servir à l’avenir […], parler des affaires de S.E. selon le besoin dans lequel elles se trouveront quand se fera l’office42 », il ne puisse s’occuper que du premier, qui, par ailleurs, ne mériterait pas aux yeux de Philippe II un voyage à Madrid. Ainsi s’estompent peu à peu les espoirs que le jeune homme aille à la cour.

  • 43 N. Pisacani à M. A. Colonna, Madrid, 29 avril 1583, AC, Subiaco (Rm), CMAG, b. 70, cam. 1992 : « I (...)
  • 44 N. Pisacani à M. A. Colonna, Madrid, 29 avril 1583, AC, Subiaco (Rm), CMAG, b. 70, cam. 1992 : « c (...)
  • 45 N. Pisacani à M. A. Colonna, Madrid, 29 avril 1583, AC, Subiaco (Rm), CMAG, b. 70, cam. 1992 : « p (...)
  • 46 N. Pisacani à M. A. Colonna, Madrid, 29 avril 1583, AC, Subiaco (Rm), CMAG, b. 70, cam. 1992 : « i (...)
  • 47 N. Pisacani à M. A. Colonna, Madrid, 29 avril 1583, AC, Subiaco (Rm), CMAG, b. 70, cam. 1992 : « n (...)
  • 48 N. Pisacani à M. A. Colonna, Madrid, 29 avril 1583, AC, Subiaco (Rm), CMAG, b. 70, cam. 1992 : « c (...)
  • 49 N. Pisacani à M. A. Colonna, Madrid, 29 avril 1583, AC, Subiaco (Rm), CMAG, b. 70, cam. 1992 : « l (...)

17Par ailleurs, l’opinion du secrétaire Pisacani à propos d’Ascanio a sensiblement changé avec le temps, ainsi qu’il le rapporte au vice-roi : « Le seigneur Ascanio est de nature altière, et il souffre de mauvaise grâce que quiconque lui soit égal ou supérieur43 ». Il vit dans le luxe, entouré par de nombreuses personnes « en dépensant plus que ce qu’il a44 ». En outre, bien que très intelligent, il est également très vain : « ses lettres n’ont pas de fondement solide45 », parce qu’il n’assiste pas à ses cours et qu’il « étudie peu à la maison46 ». Par conséquent, aux yeux du secrétaire du vice-roi, il semble finalement inadéquat pour se charger avec succès « de la matière des affaires47 », car Ascanio en particulier ne semble pas en mesure d’être discret « ce qui le rend complètement impropre à bien négocier48 ». En conclusion, selon Pisacani, « à partir de maintenant, le séjour en Espagne sera nuisible à la réputation du seigneur Ascanio et à sa prétention, et de nul profit pour les affaires de V.E. [Marco Antonio] parce que ces royaumes ont pour habitude d’éduquer bien les petits garçons et mal les jeunes hommes et le seigneur Ascanio est désormais sur le point de se gâter49 ».

  • 50 N. Pisacani à M. A. Colonna, Madrid, 29 avril 1583, AC, Subiaco (Rm), CMAG, b. 70, cam. 1992 : « a (...)

18Par conséquent, le secrétaire recommande de faire revenir Ascanio en Italie et, en ce qui concerne les affaires du vice-roi de Sicile à la cour, de décider « à avoir ici une personne d’autorité qui veuille et sache traiter [ses] affaires. Il faut qu’il soit tel que les ministres puissent s’y fier, et qu’en tout cas il soit italien, et qu’il n’ait pas ici d’autres brigues50 ». Un conseil qui ne sera pas suivi par Colonna. Le vice-roi va continuer à demander par lettre qu’on ouvre officiellement une enquête sur les accusations dont il est l’objet. Au cours de l’été 1584, Marco Antonio obtient finalement une audience avec le roi, mais il meurt sur la route de Madrid. Ascanio, sera dans l’avenir généreusement récompensé : il deviendra, entre autres, vice-roi d’Aragon, concluant sa carrière à Rome, comme cardinal et bibliothécaire de la Sainte Église Romaine.

QUELQUES CONSIDÉRATIONS SUR LES POUVOIRS DU VICE-ROI DE SICILE

  • 51 L. Genuardi, « Diritto pubblico spagnolo in Sicilia ».
  • 52 Capitula Regni Siciliae, t. I, chap. ccclxxxvi (Alfonso), p. 347.
  • 53 L’unique vice-roi de sang royal ayant été, jusqu’au règne de Philippe II, l’infant Don Jean d’Arag (...)
  • 54 C. Giardina, « L’istituto del viceré di Sicilia (1415-1798) ».
  • 55 Lettre de Charles Quint a Ferrante Gonzaga, [Ratisbonne], 25 juillet 1541, citée dans F. G. La Man (...)
  • 56 Capitula Regni Siciliae, t. I, chap. lxvi (Martin le Jeune), pp. 182-184, confirmé par son père Ma (...)
  • 57 A. Caldarella, « La cedola di nomina del primo Viceré di Sicilia ».
  • 58 F. Lionti, « Codice diplomatico di Alfonso il Magnanimo ».
  • 59 C. Giardina, « L’istituto del viceré di Sicilia (1415-1798) », pp. 255-257.

19Dans la seconde moitié du XVIe siècle, le vice-roi de Sicile est, selon les traités contemporains, doté de pouvoirs considérables. Cette fonction présente de fortes similitudes, notamment, avec celle de lieutenant-général de Catalogne51. Dans les deux cas c’est le roi qui désigne librement le titulaire52 ; il s’agit de gentilshommes d’ancienne lignée, mais qui sont toujours étrangers au territoire qu’ils ont en charge. La vice-royauté insulaire — comme celle de Catalogne — n’est, par ailleurs, jamais donnée à des membres de la famille royale53. Dans les deux cas, il s’agit d’un mandat de trois ans54 qui peut être renouvelé pour trois autres années, ou prolongé pour des périodes plus courtes. En cas d’absence ou de maladie, le vice-roi de Sicile peut se choisir un substitut, qui appartienne à la noblesse de l’île, avec le titre de « président » ou de lieutenant du royaume55. À la fin du mandat ou en cas de décès, le vice-roi est remplacé, de manière provisoire, par le président ou le lieutenant, qui demeure en fonction jusqu’à l’arrivée du nouveau vice-roi. Mais surtout, le vice-roi a une auctoritas qu’aucune disposition spécifique, qu’aucune règle n’a jamais définie. Les lettres patentes pour la nomination (sur le modèle du mandat accordé en 1408 par le roi Martin le Jeune à sa femme, Blanche, vicaire du royaume en son absence56, sur la désignation de l’infant Don Jean, duc de Peñafiel, en tant que vice-roi par Ferdinand Ier d’Aragon en 141557, ainsi que sur la confirmation de cette désignation par son successeur le roi Alphonse d’Aragon en 141658), donnent au vice-roi « auctoritatem plenariam et liberam potestatem ». Cette déclaration générale est déployée dans un ensemble concret de pouvoirs qui sont conférés au vice-roi : l’exercice du merum et mixtum imperium, et donc la capacité à administrer la justice ex abrupto et de plano, sine strepitu et figura iudicii ou avec participation directe dans les cours suprêmes du royaume ; l’utilisation de tous les revenus royaux, dont il doit garantir la bonne administration ; le contrôle, quoique pas absolu, de la nomination de fonctionnaires publics. Les barons et les officiers militaires et civils sont tenus d’obéir au vice-roi comme s’il était le roi, et de répondre positivement à son appel aux armes ou à la convocation d’un parlement59.

  • 60 V. Sciuti Russi, « Saggio introduttivo », p. xlix.
  • 61 P. Celestre, « Idea del govierno del reyno de Sicilia (1611) », p. 5 ; F. Matute, Descripcion de l (...)
  • 62 Capitula Regni Siciliae, t. I, chap. cdvii (Alfonso), p. 356. Concernant les instructions, voir M. (...)

20Par conséquent, le rôle du vice-roi est conçu comme une véritable fiction juridique transitoire : le vice-roi serait le « double » du monarque, son alter ego. La potestas ordinaria du vice-roi fait partie de la potestas regia, et peut être contrôlée par le roi, seul détenteur de la potestas absoluta, avec notamment la possibilité qu’il garde de destituer le vice-roi60. Ceci est largement reconnu par la jurisprudence contemporaine61, qui cependant souligne l’existence de certaines limites à la potestas du vice-roi. Ces limites sont définies par les instructions données par le roi au moment de la nomination ainsi que par les dispositions de droit commun62.

  • 63 A. Baviera Albanese, « L’ufficio di consultore del viceré ».
  • 64 Ead., « L’istituzione dell’ufficio di Conservatore del Real Patrimonio ».
  • 65 L. Pagano, « Le scritture del protonotaro del regno di Sicilia » ; P. Burgarella, « Verbali del Sa (...)
  • 66 C. Calisse, Storia del Parlamento in Sicilia ; L. Genuardi, Parlamento Siciliano ; H. G. Koenigsbe (...)
  • 67 M. Rivero Rodrìguez, « La Inquisición española en Sicilia (siglos XVI a XVIII) ».

21Il existe aussi d’autres limitations, fondées sur les contrepoids institutionnels qui ont été forgés au fil du temps, comme le consultore du vice-roi63, le conservatore del Real Patrimonio64, les juges des tribunaux principaux — qui sont nommés par le monarque en tenant compte de l’avis du Conseil d’Italie, et qui restent en poste plus longtemps que le vice-roi —, le Sacro Regio Consiglio65 — l’assemblée de tous les magistrats principaux —, et le Parlement66. En outre, le vice-roi voit ses pouvoirs limités par ceux des fonctionnaires de l’Inquisition — qui ne peuvent tolérer aucune autorité au-dessus d’eux, répondant directement de leurs actions devant le Consejo de la Suprema y General Inquisición67 — ainsi que par la noblesse sicilienne, capable d’exercer un contrôle strict du territoire.

  • 68 La formule est utilisée par C. J. Hernando Sánchez, « “Estar en nuestro lugar, representando nuest (...)

22Les limites à l’action du vice-roi sont difficiles à supporter par l’homme qui incarne le rôle. Malgré les formules rituelles, la répétition constante dans la nomination et dans les instructions envoyées par le roi de la formule « estando en nuestro lugar y representando nuestra propia persona68 », il est évident que le vice-roi n’est pas le roi. Le vice-roi n’est pas au-dessus des luttes politiques, mais en leur sein, localement, bien au cœur de la cour. Sa présence sur l’île, comme on le sait, est le résultat des pressions auxquelles sont confrontées les différentes factions courtisanes ; sa nomination est le résultat d’un complexe processus de décision, qui favorise la nomination de la personne la plus adéquate et politiquement appropriée : Marco Antonio Colonna, par exemple, vient à Palerme après avoir attendu pendant des années une récompense de la part du roi, avec le soutien du puissant secrétaire Antonio Perez, qui hérite de la clientèle du prince d’Eboli. Colonna doit remplacer en Sicile du duc de Terranova, un élément de la faction opposée, qui est dirigée par le duc d’Albe.

  • 69 N. Bazzano, « L’ingresso di Marco Antonio Colonna a Palermo ».
  • 70 Biblioteca Apostolica Vaticana, Città del Vaticano, Urb. lat, ms. 1053, 13 novembre 1585 : « un su (...)

23La figure du vice-roi n’est pas entourée de sacralité. Un grand spectacle cérémonial accompagne son intronisation, mais tout le monde sait qu’il n’est qu’un alter ego réduit de moitié69. Les vice-rois de Sicile, et même leurs épouses, tenteront d’importer des usages orientés à cristalliser leur hiérarchie. Ce n’est pas par hasard que la femme de Marco Antonio Colonna, Felice Orsini, sera critiquée à son retour à Rome, pour « une suffisance plus convenable à l’adulation sicilienne, qu’à la noble familiarité de cette cour, à laquelle ne peut plaire ce perpétuel fléchissement des genoux des pages, et des autres serviteurs de son Excellence70 ». Le manque de caractère sacré du vice-roi est accompagné par la poursuite des combats dans l’arène politique courtisane, très concurrentielle, où l’on se bat avec un large éventail d’armes et dans laquelle une position surélevée améliore simplement la capacité à attirer les coups bas. Dans un tel contexte, la figure du vice-roi de Sicile, en théorie, « double » du monarque et porteur d’un pouvoir semblable au sien, est fortement réduite et ses pouvoirs réels sont beaucoup moins étendus que les pouvoirs nominaux, comme l’a démontré le cas du vice-roi Marco Antonio Colonna.

Note

1 La figure fascinante d’Ascanio n’a pas encore trouvé de biographe. Les principales informations sur sa vie se trouvent dans F. Petrucci, s. v. « Colonna, Ascanio », dans Dizionario biografico degli italiani.

2 Marco Antonio Colonna à Ascanio Colonna, Palerme, 16 décembre 1581, Archivio Colonna (AC), Subiaco (Rm), Carteggio di Marco Antonio il Grande (CMAG), b. 81, cam. 30 : « Che con trattenervi in servicio di S.M.tà per hora, come suo Cappellano, spero che darete tal saggio della Vita et esser vostro, che conosciuto da tutti humile et prudente come desidero che siate et accompagnato dalli meriti et servitij di quelli di casa vostra, sforzarete S.M.tà a pigliar di voi la protettione che è necessaria, et a servirsi di Voi in quelli negotij che vi conoscerà atto ». Pour Marco Antonio Colonna, je m’en remettrais à N. Bazzano, Marco Antonio Colonna. Toutes les traductions sont de l’auteur.

3 M. A. Colonna à Asc. Colonna, Palerme, 1er janvier 1582, AC, Subiaco (Rm), CMAG, b. 81, cam. 33 : « dissinvolto ne’ negotij ».

4 M. A. Colonna à Asc. Colonna, Palerme, 1er janvier 1582, AC, Subiaco (Rm), CMAG, b. 81, cam. 33 : « remediando tutto quel che sentirete che in Conseglio non si pigli nella maniera che io scrivo, la quale è pura verità, né io ho pretenduto, né pretenderò mai altro che il mero servitio di S.M.tà. ».

5 M. A. Colonna à Asc. Colonna, Palerme, 5 janvier 1582, AC, Subiaco (Rm), CMAG, b. 81, cam. 32.

6 M. A. Colonna à Asc. Colonna, Palerme, 20 janvier 1582, AC, Subiaco (Rm), CMAG, b. 81, cam. 27 : « il nostro governo in questo Regno per gratia di Dio è stato et è tale che a S.M.tà et all’universale ha dato sodisfatione, così ad alcuni particolari non ha causato questo ».

7 M. A. Colonna à Asc. Colonna, Palerme, 20 janvier 1582, AC, Subiaco (Rm), CMAG, b. 81, cam. 27 : « mostrando anchora che io levava la libertà alli giudici ».

8 M. A. Colonna à Asc. Colonna, Palerme, 20 janvier 1582, AC, Subiaco (Rm), CMAG, b. 81, cam. 27 : « havendo conservate le spese ordinarie, et straordinarie di questo regno senza vendere niente, pagato hormai tutti li debiti di questa Corte, et che havesse mandato tanti danari, et vittuaglia in Spagna, dove non vi è memoria che di qua vi si mandasse mai cosa alcuna, et che tutto questo si è fatto havendo trovato io questo Regno pieno tutto di peste et nella Thesoreria non più che scudi quindici ».

9 M. A. Colonna à Asc. Colonna, Palerme, 20 janvier 1582, AC, Subiaco (Rm), CMAG, b. 81, cam. 27 : « circa una vendita di tratte di fromenti ».

10 M. A. Colonna à Asc. Colonna, Palerme, 20 janvier 1582, AC, Subiaco (Rm), CMAG, b. 81, cam. 27 : « molto inclinato a Donne ».

11 M. A. Colonna à Asc. Colonna, Palerme, 20 janvier 1582, AC, Subiaco (Rm), CMAG, b. 81, cam. 27 : « havendo loro proprio pubblicato che la moglie di costui mi paresse bene ».

12 M. A. Colonna à Asc. Colonna, Palerme, 20 janvier 1582, AC, Subiaco (Rm), CMAG, b. 81, cam. 27 : « Hor quel che voi deveti fare è con occasione di andar a servir a S.M.tà come già ho scritto andarlo a trovar dovunque sia, et non mostrando di essere andato per questo, ma per servirlo come ho detto, che siano venuti lettere d’Italia darete a S.M.tà l’alligata — une lettre de justification — […] e suggiungerete a S.M.tà di parola che tutte queste persecutioni vengono per haverlo servito fedelmente senza rispetto di nullo ».

13 Asc. Colonna à M. A. Colonna, Salamanque, 12 février 1582, AC, Subiaco (Rm), CMAG, b. 30, cam. 1173 : « per me il star in corte giudico che sarà cosa durissima et pericolosissima, si per la poca isperientia ch’io ho a questa sorta di maneggi (delli quali son più che sicuro che non darebbe quel conto che la pensa) si anche per le molte occasioni et inconvenienti che in questa Corte sono per perdersi persone ecclesiastiche ».

14 M. A. Colonna à Asc. Colonna, Palerme, 14 mars 1582, AC, Subiaco (Rm), CMAG, b. 81, cam. 38 : « solo, giovane e lontano [si troverà] col peso, si po dir, di tutta la casa di manera che potere veder di che importancia sia il riuscir bene o male in corte da dove dipende l’esser vostro e mio e de la casa tutta ».

15 M. A. Colonna à Asc. Colonna, Palerme, 28 mars 1582, AC, Subiaco (Rm), CMAG, b. 81, cam. 35 ; M. A. Colonna à Asc. Colonna, Palerme, 2 avril 1582AC, Subiaco (Rm), CMAG, b. 81, cam. 32.

16 M. A. Colonna au cardinal Granvelle, Palerme, 5 mai 1582, AC, Subiaco (Rm), CMAG, b. 103, cam. 4999 : « Questi siciliani sono pessima gente avvezzi a calunniar chi governa, et hanno in costume di scrivere in corte et in queste intelligenze spendeno più che in altra cosa ». Concernant le Consejo de Italia, voir M. Rivero Rodríguez, Felipe II y el Gobierno de Italia.

17 M. A. Colonna à Asc. Colonna, Palerme, 28 juin 1582, AC, Subiaco (Rm), CMAG, b. 81, cam. 33 ; M. A. Colonna à Asc. Colonna, 9 juillet 1582, AC, Subiaco (Rm), CMAG, b. 81, cam. 34.

18 Asc. Colonna à M. A. Colonna, Salamanque, 28 juillet 1582, AC, Subiaco (Rm), CMAG, b. 50, cam. 1183.

19 Haut fonctionnaire de la ville.

20 « Sobre la licencia porque don Juan Ossorio supplica », 19 août 1580, Archivo General de Simancas, Secretarías Provinciales, leg. 982, doc. s. n.

21 M. A. Colonna à Annibale Moles, Palerme, 12 avril 1582, AC, Subiaco (Rm), CMAG, b. 83, cam. 2968.

22 M. A. Colonna au cardinal Granvelle, Messine, 1er août 1582, AC, Subiaco (Rm), CMAG, b. 103, cam. 5000 : « vedendomi così a torto et con tanta gratitudine assassinato ».

23 M. A. Colonna au cardinal Granvelle, Messine, 12 septembre 1582, AC, Subiaco (Rm), CMAG, b. 103, cam. 5002 : « già sia l’anno che io sono alla pubblica vergogna, et che già mai mi si sia domandato niente, ma solo impinguati gli accusatori et maligni, che senza esser causa et interesse loro hanno sciolta la lingua contra un Ministro tale, et di tal sangue ».

24 M. A. Colonna à Asc. Colonna, Palerme, 1er décembre 1582, AC, Subiaco (Rm), CMAG, b. 81, cam. 30 : « Tornata (con l’aiuto di Dio) che sarà S.M.tà in Madrid, voi andiate a farle riverenza et baciarle le mani […] ma tutto con garbo, et modo tale, che non paia, che ce siate andato per questo effetto, ma assolutamente per farle riverenza, et ralegrarsi seco dell’acquisto di Portogallo et del felice ritorno et delli miei particolari trattarne come per passaggio […] e fatto questo debito ve ne tornarete in Salamanca ».

25 Nicolò Pisacani à M. A. Colonna, Lisbonne, 1er janvier 1583, AC, Subiaco (Rm), CMAG, b. 79, cam. 1979.

26 N. Pisacani à M. A. Colonna, Lisbonne, 10 janvier 1583 (I), AC, Subiaco (Rm), CMAG, b. 79, cam. 1980 : « non solamente di mantenere le amicitie di V.E. ma di acquistarne dell’altre ».

27 N. Pisacani à M. A. Colonna, Lisbonne, 10 janvier 1583 (II), AC, Subiaco (Rm), CMAG, b. 79, cam. 1980 : « il trattenere quel huomo della manera che si è fatto senza mai venire alla prova di quel che ha detto non vole significare altro [che] aver tenuto una porta aperta per dar animo a tutti li mal sodisfatti per che venessero ad accumulare lamentationi, et tanto più si doveva crescer lor questo animo, quanto che tenendo per fermo la comune openione in Sicilia che quest’huomo ha mentito, par che lecitamente ogn’uno possa venir a mentire ».

28 Le cardinal Granvelle à M. A. Colonna, Madrid, 27 janvier 1583, AC, Subiaco (Rm), CMAG, b. 77, cam. 711 : « se danno per offesi da V.E., gridano al cielo et hanno molti amici e fautori con che fanno variare li iuditij di molti ».

29 M. A. Colonna au cardinal Granvelle, 1583, AC, Subiaco (Rm), CMAG, b. 104, cam. 5010 : « venga a baciar le mani di S.M.tà ».

30 N. Pisacani à M. A. Colonna, Madrid, 14 mars 1583 (I), AC, Subiaco (Rm), CMAG, b. 79, cam. 1983 : « fatto homo di bella vita, et grande mediocremente, la barba bionda e tutta fenita ».

31 M. A. Colonna au cardinal Granvelle, 1583, AC, Subiaco (Rm), CMAG, b. 104, cam. 5010 : « venga a baciar le mani di S.M.tà ».

32 N. Pisacani à M. A. Colonna, Madrid, 14 mars 1583 (I), AC, Subiaco (Rm), CMAG, b. 79, cam. 1983 : « nelli studij ha fatto buon profitto ».

33 N. Pisacani à M. A. Colonna, Madrid, 14 mars 1583 (I), AC, Subiaco (Rm), CMAG, b. 79, cam. 1983 : « retirata et honesta ».

34 N. Pisacani à M. A. Colonna, Madrid, 14 mars 1583 (I), AC, Subiaco (Rm), CMAG, b. 79, cam. 1983 : « se ne parla a bocca piena con molta sua laude ».

35 N. Pisacani à M. A. Colonna, Madrid, 14 mars 1583 (II), AC, Subiaco (Rm), CMAG, b. 79, cam. 1986 : « lista longa di molti altri capi ».

36 Le cardinal Granvelle à M. A. Colonna, Madrid, 30 mars 1583, AC, Subiaco (Rm), CMAG, b. 77, cam. 724 : « stia in corte otioso ».

37 N. Pisacani à M. A. Colonna, Madrid, 1er avril 1583, AC, Subiaco (Rm), CMAG, b. 47, cam. 2063 : « il far questo offitio con S.M.tà è necessario ma non già di persona per che non solo non è venuto qui a farlo nessun figlio di grande, ma ne anco ce sono venuti tutti li grandi, et che tanto meno conviene a lui quanto che è prete. Concurreva che dovesse farlo havendo da passar in Alcalà. Ma per tornar in Salamanca è cosa sconveniente ».

38 N. Pisacani à M. A. Colonna, Madrid, 1er avril 1583, AC, Subiaco (Rm), CMAG, b. 47, cam. 2063 : « Pare bene che lui parli delle cose di V.E. per che non ci è particolar nessuno che lo necessiti, et parlando senza questo potria più presto insuspettir che far servitio ».

39 N. Pisacani à M. A. Colonna, Madrid, 1er avril 1583, AC, Subiaco (Rm), CMAG, b. 47, cam. 2063 : « è maggior reputatione lassarli scorrer per il loro camino ordinario, che fare che li figli se impaccino, oltre che è ancora maggiore sicurezza non sapendo di che manera un giovane li trattasse ».

40 N. Pisacani à Asc. Colonna, Madrid, 2 avril 1583, AC, Subiaco (Rm), CMAG, b. 70, cam. 1990 : « S.M.tà […] fugge queste visite ».

41 N. Pisacani à M. A. Colonna, Madrid, 10 avril 1583, AC, Subiaco (Rm), CMAG, b. 47, cam. 2063 : « poco si quieta di differir questo offitio ».

42 N. Pisacani à Asc. Colonna, Madrid, 9 avril 1583, AC, Subiaco (Rm), CMAG, b. 70, cam. 1991 : « baciarli le mani, et rallegrarsi della sua venuta […], darli conto della fine dei suoi studij, et dirli la resolutione che ha preso di trattenersi per servirlo nell’avvenire […], parlar delle cose di S.E. secondo il bisogno che haveranno quando se farà l’offitio »

43 N. Pisacani à M. A. Colonna, Madrid, 29 avril 1583, AC, Subiaco (Rm), CMAG, b. 70, cam. 1992 : « Il sig Ascanio è di natura altiera, et mal volentieri suffre che nessuno le sia compagno non che superiore ».

44 N. Pisacani à M. A. Colonna, Madrid, 29 avril 1583, AC, Subiaco (Rm), CMAG, b. 70, cam. 1992 : « con spendere più di quel che ha ».

45 N. Pisacani à M. A. Colonna, Madrid, 29 avril 1583, AC, Subiaco (Rm), CMAG, b. 70, cam. 1992 : « però le sue lettere non sono fondate ».

46 N. Pisacani à M. A. Colonna, Madrid, 29 avril 1583, AC, Subiaco (Rm), CMAG, b. 70, cam. 1992 : « in casa poco studia ».

47 N. Pisacani à M. A. Colonna, Madrid, 29 avril 1583, AC, Subiaco (Rm), CMAG, b. 70, cam. 1992 : « nella materia de negotij ».

48 N. Pisacani à M. A. Colonna, Madrid, 29 avril 1583, AC, Subiaco (Rm), CMAG, b. 70, cam. 1992 : « che è parte da non poter in nullo modo negotiare bene ».

49 N. Pisacani à M. A. Colonna, Madrid, 29 avril 1583, AC, Subiaco (Rm), CMAG, b. 70, cam. 1992 : « la stanza di Spagna di qui avante sarà dannosa alla reputatione del sig. Ascanio et alla sua pretendenza, et di nullo profitto alli negotij di V.E. per che […] questi regni hanno per costume di educar bene li figlioli, et male li giovani et il sig. Ascanio è hora in termine di pigliarne questo male ».

50 N. Pisacani à M. A. Colonna, Madrid, 29 avril 1583, AC, Subiaco (Rm), CMAG, b. 70, cam. 1992 : « a tener qui persona di auttorittà che voglia et sappia fare le sue facende. Bisogna che sia tale che li Ministri se ne possano fidare, et che in ogni modo sia Italiano, et non habbia qui altre brighe ».

51 L. Genuardi, « Diritto pubblico spagnolo in Sicilia ».

52 Capitula Regni Siciliae, t. I, chap. ccclxxxvi (Alfonso), p. 347.

53 L’unique vice-roi de sang royal ayant été, jusqu’au règne de Philippe II, l’infant Don Jean d’Aragon, duc de Peñafiel (1415-16).

54 C. Giardina, « L’istituto del viceré di Sicilia (1415-1798) ».

55 Lettre de Charles Quint a Ferrante Gonzaga, [Ratisbonne], 25 juillet 1541, citée dans F. G. La Mantia, I parlamenti del regno di Sicilia e gli atti inediti, p. 56.

56 Capitula Regni Siciliae, t. I, chap. lxvi (Martin le Jeune), pp. 182-184, confirmé par son père Martin Ier d’Aragon (Martin II de Sicile) dans ibid., t. I, chap. lxviii, pp. 187-188.

57 A. Caldarella, « La cedola di nomina del primo Viceré di Sicilia ».

58 F. Lionti, « Codice diplomatico di Alfonso il Magnanimo ».

59 C. Giardina, « L’istituto del viceré di Sicilia (1415-1798) », pp. 255-257.

60 V. Sciuti Russi, « Saggio introduttivo », p. xlix.

61 P. Celestre, « Idea del govierno del reyno de Sicilia (1611) », p. 5 ; F. Matute, Descripcion de las cosas de govierno, justicia, hacienda y real milicia de mar y tierra del Reyno de Sicilia, manuscrit cité par A. Baviera Albanese, « Introduzione », p. 15 ; F. Fortunato, Los avertimientos del doctor Fortunado, pp. 51 et 54.

62 Capitula Regni Siciliae, t. I, chap. cdvii (Alfonso), p. 356. Concernant les instructions, voir M. Rivero Rodríguez, « Doctrina y práctica política en la monarquía hispana ».

63 A. Baviera Albanese, « L’ufficio di consultore del viceré ».

64 Ead., « L’istituzione dell’ufficio di Conservatore del Real Patrimonio ».

65 L. Pagano, « Le scritture del protonotaro del regno di Sicilia » ; P. Burgarella, « Verbali del Sacro Regio Consiglio di Sicilia del secolo XV ».

66 C. Calisse, Storia del Parlamento in Sicilia ; L. Genuardi, Parlamento Siciliano ; H. G. Koenigsberger, « The Parliament of Sicily in the Spanish Empire » ; V. Titone, « Il parlamento siciliano nell’età moderna ».

67 M. Rivero Rodrìguez, « La Inquisición española en Sicilia (siglos XVI a XVIII) ».

68 La formule est utilisée par C. J. Hernando Sánchez, « “Estar en nuestro lugar, representando nuestra propia persona” ».

69 N. Bazzano, « L’ingresso di Marco Antonio Colonna a Palermo ».

70 Biblioteca Apostolica Vaticana, Città del Vaticano, Urb. lat, ms. 1053, 13 novembre 1585 : « un sussiego più convenevole all’adulatione siciliana, che alla nobil domestichezza di questa corte, alla quale non può piacere quel perpetuo flectamus genua de’ i paggi, et altri servitori di S. Ecc.za ».

Autore

Universita degli Studi di Teramo

© Casa de Velázquez, 2015

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540