Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'État dans ses colonies

 | 
Jean-Philippe Luis

III. — Les agents de l'état dans la société impériale

Contrepoint. Existe-t-il un modèle ibérique ?

Les fonctionnaires de l’Empire portugais au xixe siècle

Luis Cabral de Oliveira et Ernestine Carreira

Texte intégral

  • 1 Boxer, 1969 et 1978.
  • 2 Hespanha, 2001, pp. 165-166.

1Dans l’historiographie ultramarine portugaise, l’approche globalisante connait depuis une dizaine d’années un développement remarquable. Cependant, cette phase expérimentale concerne quasi exclusivement l’Ancien Régime, qui se situe entre l’expansion en Asie dans la première moitié du XVIe siècle et l’indépendance du Brésil en 1822. Le travail pionnier de l’historien britannique C. R. Boxer, dans les années 1960, a posé les jalons d’une histoire comparée des trois espaces continentaux portugais ainsi que des Empires portugais et espagnol1. Le concept d’empire en général, et d’empire colonial en particulier, défendu par C. R. Boxer à partir du modèle britannique, est depuis les deux dernières décennies largement réinterprété dans le sens de l’inexistence d’une structure impériale hiérarchisée et homogène avant 1822. A. M. Hespanha a remis particulièrement en cause la notion de centralité et de périphérie, un des critères de l’idéologie impériale classique. Il étudie le poids des institutions locales, qui tiraient profit de la faiblesse du pouvoir central pour imposer leur autonomie de fonctionnement. Ce qui lui permet, pour l’Ancien Régime, d’avancer le concept de « monarchie corporative portugaise ». Pour lui, l’image d’un empire portugais politiquement et administrativement centralisé reste une création imaginaire postérieure, émise par le colonisateur car elle flattait son génie. L’empire au contraire se caractérisait par un manque d’homogénéité, de centralité et des structures très atomisées2. Même si la recherche sur l’outre-mer portugais au XIXe siècle reste encore très insuffisante, ce modèle de fonctionnement semble s’être prolongé jusqu’aux années 1870, en Afrique comme en Asie.

  • 3 Thomaz, 1994, pp. 207-208.
  • 4 Fragoso, Bicalho, Gouvea, 2001.
  • 5 Carreira, 2014.

2Pour identifier l’Empire du XIXe siècle, on doit donc identifier la réalité de sa structure préalable. Ainsi, L. F. Thomaz avance le concept de « réseau impérial en Asie » pour caractériser les XVIe et XVIIIe siècles3. Le centre des activités bascula ensuite vers l’Atlantique. M. F. Bicalho parle alors d’une « dynamique impériale4 ». L’indépendance du Brésil en 1822 plonge le Portugal dans une crise économique et politique profonde qui s’étend à la majeure partie du XIXe siècle. En conséquence, l’outre-mer ne connaît aucune réelle rupture de fonctionnement, en termes administratifs, avec les périodes précédentes. Les ministres portugais, ainsi que les parlements, ont certes pensé une structure impériale imaginaire, centralisée sur Lisbonne et projetant sur l’Afrique le rêve d’une colonisation à la brésilienne. Mais la prospection archivistique actuelle sur l’économie, l’administration et les sociétés de l’outre-mer laisse apparaître une tout autre réalité. En effet, dans la centaine d’années que représente la lente transition entre les projets de réforme pombalins (années 1770) et le processus d’occupation coloniale (à partir des années 1880), on constate un phénomène de basculement de la centralité économique de l’Europe (Lisbonne) vers le sud (Rio de Janeiro)5. Cette nouvelle « centralité » perdura même et surtout après l’indépendance du Brésil car, économiquement, les territoires africains restaient totalement dépendants de ce nouvel Empire. L’administration en place répondait nécessairement aux intérêts des élites économiques et très épisodiquement aux logiques politiques de la métropole. En conséquence, ce n’est pas tant la politique de Lisbonne qui permit d’amorcer, dans la décennie de 1880, le processus colonisateur en Afrique mais les bouleversements politiques du Brésil, quand ce dernier décida de mettre fin à l’économie négrière puis à l’esclavage en 1889. À partir des années 1870 il allait progressivement se détourner de ses « dépendances » africaines au profit d’un développement des liens avec l’Amérique du Nord, l’Asie et l’Europe.

  • 6 Marques, 2001.

3On pourra ainsi avancer l’hypothèse d’un Empire africain des « Portugais » administrativement géré de manière relativement ou totalement « autonome » jusqu’aux années 1870 par les élites locales, et d’un « Empire colonial africain portugais » construit à partir de Lisbonne, avec un appareil administratif contrôlé depuis l’Europe, à partir des années 1880-1890. C’est ce qui explique que les organisateurs d’une collection éditoriale comme celle de la Nova História da Expansão (la première à avoir réuni les spécialistes du domaine) aient senti la nécessité d’organiser l’histoire de cette période qui va de l’indépendance du Brésil à l’avènement du Salazarisme (1822-1930) en deux volumes distincts, le premier couvrant les années 1825-1890 et le second la plus courte mais dite « coloniale » période de 1890 à 19306.

  • 7 L’Inde portugaise comptait en 1878 dans ses trois enclaves : une capitale, quatre villes de plus d (...)
  • 8 Insalubre, la vieille capitale de Goa avait été progressivement abandonnée au profit du village de (...)
  • 9 À partir de 1835 et jusqu’aux années 1870, les titres anciens disparurent au profit de quatre gouv (...)

4L’étude proposée ici concernera la première période, en établissant l’articulation avec la période postérieure dans le domaine de l’organisation administrative. Elle sera focalisée plus particulièrement sur l’Asie portugaise, qui a fourni les premières générations de cadres pour la future organisation de l’Afrique. Cette partie de « l’Empire » incluait cinq territoires enclavés : Goa, Daman et Diu (Inde7), Macao (Chine) ainsi que les lointaines îles de Timor et Solor (Insulinde). Jusqu’en 1869, Panjim8 lutta pour le maintien de son statut de « capitale » de cet ensemble dispersé. L’évolution du statut administratif de ces territoires reflète en effet l’instabilité de la politique métropolitaine au cours du siècle. Ils alternèrent ainsi, entre 1834 et 1869, la position de « dépendances » de Goa et de « gouvernements d’outre-mer » directement rattachés à Lisbonne. En réalité, le gouvernement portugais cherchait surtout à imposer le pouvoir central face aux pleins pouvoirs des gouverneurs d’Ancien Régime (vice-roi, gouverneurs et capitaines généraux…), qui jouissaient dans tout l’Empire, à l’exception du Brésil, d’une quasi-totale autonomie9. Dans cette lutte improbable, la seule structure administrative qui véritablement prouva son efficacité au long du siècle, en Afrique comme en Asie, fut le Concelho (municipalités et regroupements de paroisses).

  • 10 Parmi les rares travaux : Tavares de Almeida, Silveira e Susa, 2006.
  • 11 Outre les Actes des séminaires d’Histoire Indo-portugaise édités depuis 1976, signalons pour l’Atl (...)

5Le terrain reste malheureusement à prospecter car la recherche se trouve encore actuellement dans un état embryonnaire en ce qui concerne l’histoire administrative locale et même coloniale10. On peut néanmoins avancer quelques axes de réflexion globaux qui ouvriront la porte à des projets collectifs, et surtout comparatifs, futurs. Les hypothèses ici énoncées souhaitent articuler les résultats de la recherche concernant l’organisation administrative de l’Ancien Régime et ceux des rares études existantes sur l’Asie et l’Afrique portugaises du XIXe siècle11. Elles s’appuieront plus particulièrement sur une étude de cas, celle de l’administration publique à Goa au milieu du XIXe siècle.

GOUVERNEURS ET HAUTS FONCTIONNAIRES DE L’OUTRE-MER AVANT LES ANNÉES 1880

  • 12 Les fonctionnaires de Goa ont souvent été de grands érudits au XIXe siècle et, comme leurs confrèr (...)

6On ne peut tracer l’histoire administrative de l’outre-mer portugais au XIXe siècle sans comprendre la cohérence globale d’une période allant des réformes pombalines des années 1770 à la mise en place de l’idéologie discriminatoire de la colonisation blanche à partir des années 1890. En effet, ce siècle met en évidence, pour l’Asie comme pour l’Afrique, les conséquences du choix politique du marquis de Pombal (et de ses futurs successeurs libéraux) de supprimer la discrimination ethnique dans l’accès aux fonctions administratives. Ces réformes législatives n’expliquent évidemment pas tout, la formation des élites est naturellement aussi la conséquence des rapports de force entre communautés et de la création d’institutions d’éducation au sein des propres espaces coloniaux. Notre présentation ciblera plus particulièrement l’Inde et Macao, pour lesquelles la documentation est immédiatement accessible en ce qui concerne le secteur administratif12. Mais les travaux pionniers de V. Alexandre (sur l’Empire), de J. Dias concernant l’Angola et autres études concernant le Mozambique, le Cap-Vert et la Guinée permettent d’identifier, à partir des années 1780, un phénomène parallèle dans tous les espaces urbains de l’Empire : l’émergence, l’enrichissement et le contrôle de l’appareil administratif par de nouvelles élites métisses et/ou chrétiennes autochtones.

  • 13 A. H. R. de Oliveira Marques indique qu’au début du XIXe siècle il y avait moins de 10 000 Portuga (...)

7À l’issue des réformes libérales des années 1830, les quatre gouvernements généraux de l’outre-mer portugais incluaient, outre le gouverneur, un conseil de gouvernement (composé des représentants de l’Armée, du Trésor et du Clergé), un secrétariat du gouvernement et un conseil des Finances. En 1856, Lisbonne imposa aussi les directeurs de la santé publique, de la justice et de l’instruction publique, tous directement nommés par la métropole. Contrairement au Brésil, en Afrique et en Asie, le très faible poids démographique de la communauté métropolitaine et de descendants de métropolitains entraîna une vulnérabilité des territoires portugais face aux ambitions expansionistes des nations européennes dès la seconde moitié du XVIIIe siècle13. Cela explique sans doute partiellement pourquoi le gouvernement portugais choisit dès les années 1770 d’abolir l’Inquisition dans l’ensemble de l’Empire ainsi que les lois discriminantes concernant les élites chrétiennes autochtones. En Asie par exemple, dans une époque où la couronne n’avait plus les moyens financiers et humains de pourvoir au recrutement de missionnaires du Padrodado ou de motiver financièrement les carrières de fonctionnaires métropolitains, il s’agissait de fidéliser de nouvelles élites à la couronne portugaise, y compris en acceptant la naturalisation des richissimes catholiques du Padroado dont les familles vivaient depuis plusieurs générations en territoire britannique, comme les Barreto de Souza par exemple, famille de très lointaine ascendance portugaise qui occupa toutes les charges consulaires du Portugal et même du Brésil, à Bombay et Calcutta jusqu’aux années 1870.

8En Afrique comme en Asie, la globalisation des échanges en général ainsi que la traite négrière et le trafic d’opium en particulier, allaient permettre l’émergence des classes négociantes métisses et autochtones. À mesure que la présence européenne déclinait, ces deux groupes se trouvèrent en mesure d’accéder aux fonctions socialement gratifiantes de la gestion administrative et spirituelle des territoires sous juridiction portugaise. Mais si le contexte régional et continental explique l’opportunité, ce fut le contexte européen qui détermina leur ascension. En effet, ces élites locales virent dans la guerre fratricide qui opposa, en métropole, absolutistes et libéraux entre 1827 et 1834, le moyen de devenir enfin un groupe d’influence capable de peser sur les décisions du pouvoir central. Elles négocièrent donc leur appui à l’un des deux partis. En Asie (et ponctuellement en Afrique), la noblesse métropolitaine et de descendants de métropolitains, qui monopolisait depuis des siècles les charges administratives les plus prestigieuses et lucratives (gouvernements de capitaineries, intendances…) prit le parti de l’Infant Dom Miguel, qui s’empara de la couronne entre 1827 et 1834 et restaura l’absolutisme, avec l’appui de Rome. Les élites autochtones et métisses choisirent de soutenir politiquement et financièrement son frère Dom Pedro, hériter naturel de la couronne, mais qui avait aussi déclaré l’indépendance du Brésil pour y sauver ses droits dynastiques (il en fut le premier empereur). Ce dernier déclara la guerre à son frère afin d’imposer sa propre fille et héritière, Dona Maria, sur le trône du Portugal. Il s’appuya sur les partisans de l’idéologie libérale et de la monarchie constitutionnelle. Dès sa victoire et son ascension au pouvoir en 1834, Dom Pedro, comme les gouvernements libéraux qui lui succédèrent, allaient favoriser ces partisans locaux, en les récompensant par des anoblissements, des hautes charges administratives et autres formes de reconnaissance. Il veilla surtout à ce qu’ils puissent contrebalancer l’aristocratie absolutiste locale en leur attribuant justement des postes jusque-là réservés exclusivement à cette classe nobiliaire.

  • 14 Cette uniformisation administrative entre métropole et outre-mer ne dura pas. Dès 1851 on restaura (...)

9L’épisode du préfet Peres, bien qu’unique dans l’histoire de l’Inde portugaise, symbolise admirablement ces nouvelles alliances entre le politique et l’administratif. Dom Pedro abolit dès 1834 le Conselho Ultramarino (crée en 1643) qui gouvernait les territoires d’outre-mer et plaça ces derniers sous le même régime administratif que la métropole. Chaque secteur (Armée, Finances, Affaires étrangères…) fut alors renvoyé aux ministères de spécialité communs avec le Portugal continental. On était là véritablement dans la projection d’un concept de vassaux catholiques, indépendamment des origines ethniques14.

  • 15 Carvalho, 1980.
  • 16 Correia, 1946, p. 1.
  • 17 Il s’agissait du baron de Sabroso, Simão Infante de Lacerda de Sousa Tavares.

10L’uniformisation entraînait nécessairement une « modernisation » des divisions spatiales. Aux provinces du Portugal répondirent les gouvernements généraux dans l’outre-mer et tous furent subdivisés en districts. Il s’agissait évidemment de séparer les pouvoirs militaires (gouverneur) et civils (prefeito). Avant la mise en place des gouvernements généraux, Dom Pedro nomma en 1834 un préfet pour l’Inde, en lieu et place de l’ancienne fonction de vice-roi que l’on venait de supprimer. Cette décision fut ressentie par l’aristocratie locale de descendants de métropolitains comme une forme d’humiliation. Pour aggraver le ressentiment, le préfet nommé se trouvait aussi être un membre de l’aristocratie brahmane chrétienne de Goa, une révolution dans la très longue histoire de l’Inde portugaise. Bernardo Peres da Silva s’était formé en médecine à Goa, avant d’être élu député 1822 lors de la première révolution libérale. Il s’était installé en métropole jusqu’en 1827 puis dut s’exiler au Brésil après la prise du pouvoir par les absolutistes. Il était rentré à Lisbonne en 1834 avec les troupes libérales15. Nommé prefeito, Peres arriva à Goa en février 1835 et prit ses fonctions. Il nomma immédiatement des autochtones, des métis et des descendants de métropolitains aux plus hautes fonctions de l’administration civile. Son gouvernement dura très exactement 17 jours ! Il fut destitué par une junte militaire composée exclusivement d’officiers portugais et de descendants de métropolitains (la communauté comptait alors environ 1 200 individus en Inde portugaise16) et n’eut d’autre choix que de se replier sur Daman où il constitua un gouvernement « légitime » qui se maintint jusqu’en 1837. À Lisbonne, la situation politique était si instable qu’aucunes représailles ne furent ordonnées contre les révoltés de Goa. La reine Dona Maria II nomma en 1837 un nouveau gouverneur général pour lui succéder. Il répondait aux critères de recrutement des anciens vice-rois : cadets de haute noblesse et haut gradés de l’armée de terre17.

11Cet événement exceptionnel a sans doute marqué une rupture définitive dans la cohabitation multiséculaire entre les deux aristocraties de Goa.

  • 18 Ribeiro, Os indo-portugueses.
  • 19 Les descendants de métropolitains représentaient en 1879 à peine 10 % des élèves du lycée de Nova (...)
  • 20 Nogueira, A Índia Portuguesa em 1887, p. 41.

12– Celle des descendants de métropolitains, qui après une lutte acharnée contre sa rivale, finit peu à peu par quitter l’Inde pour le nouvel Empire africain, à la recherche de fonctions administratives et militaires qui remplaceraient celles qui ne leur étaient plus accessibles en Asie18. Goa perdit de fait, dès 1844, ses prérogatives dans la nomination des gouverneurs subalternes des territoires d’Asie. Mais surtout, Lisbonne ordonna en 1870 le démantèlement des régiments de l’armée de terre ainsi que de la marine de guerre. Seule l’administration pouvait désormais représenter une voie de carrière possible pour cette communauté aristocratique décadente19. Le nombre de descendants de métropolitains employés dans l’Armée, la Marine et l’Administration de l’Inde portugaise passait d’environ 2 000 en 1780 à moins de 200 en 189020.

13– Celle des autochtones (brahmane et chardo catholiques et exceptionnellement hindous), qui prit le relais de la précédente dans la période antérieure aux années 1870, tout en prenant idéologiquement conscience de sa subalternisation, même si elle restait un pilier de soutien au système colonial portugais en Inde. En effet, bien que Peres ait été à nouveau triomphalement réélu député de l’Inde portugaise en 1838 et ait siégé jusqu’à sa mort en 1844 à Lisbonne, les plus hautes fonctions administratives et militaires de l’Estado da Índia continuèrent d’être exclusivement confiées à des métropolitains. Il y eut à cette époque peu de carrières exceptionnelles. Les autochtones restèrent sur des postes prestigieux mais intermédiaires alors que paradoxalement, ils étaient en mesure de réaliser des carrières très honorables quand ils quittaient l’Inde portugaise pour exercer à Bombay, à Karachi et même en métropole ou en Afrique portugaise. Là aussi, cela explique finalement l’appui de cette communauté au régime colonial portugais jusqu’au processus de subalternisation coloniale (à partir des années 1890).

  • 21 Quand Lisbonna nomma le premier gouverneur de Macao, en 1844, celui-ci avait pour mission de soume (...)
  • 22 Chagas, As colónias portuguesas no século XIX (1811 a 1890), p. 144.

14À Lisbonne, le parlement n’avait d’autre choix que de prendre en considération les faibles moyens de la métropole et le potentiel que représentaient les classes sociales les plus dynamiques de l’Inde et de l’Afrique portugaises. Leur collaboration était indispensable. Il s’agissait donc d’obtenir l’adhésion des élites autochtones au projet colonisateur et avant tout d’éviter que ces dernières n’optent pour une migration vers l’Inde britannique (il en allait de même pour les Angolais et Mozambicains vers le Brésil). On constate cependant que, partout dans l’outre-mer, le rapport de forces entre les gouverneurs envoyés par la métropole et les élites locales se révéla assez violent, sans doute en raison des faibles capacités répressives de Lisbonne. En Angola, au Cap-Vert, comme en Inde, l’armée locale ou les civils puissants, n’hésitaient plus au XIXe siècle à se mobiliser pour chasser, blesser, voire assassiner un gouverneur métropolitain qui refusait de se plier à leurs intérêts ou qui faisait preuve à leurs yeux d’« incompétence », comme à Macao en 184921. On citera aussi le cas du gouverneur de l’Inde José Joaquim Lopes de Lima (1797-1852). Officier de marine, libéral convaincu, ce dernier avait fait campagne avec Dom Pedro. En poste à Goa comme intendant de la marine, il fut nommé gouverneur par intérim en 1840, à la mort du Baron de Candal. Il allait s’illustrer par une politique discriminatoire contre les autochtones et des réformes douanières musclées. L’armée se mobilisa contre lui et le chassa du territoire en 184222.

  • 23 Cunha, Monteiro, pp. 91-121.

15Les expériences violentes convainquirent le gouvernement de Lisbonne de sélectionner désormais avec soin les futurs gouverneurs de l’Inde et d’y envoyer des hommes de prestige et non plus des cadets de haute noblesse sans fortune, en mal de titres et de fonds, et qui s’étaient surtout distingués au XVIIIe siècle par leur vénalité23. L’intermède Lima apparaît au final comme une exception dans un groupe remarquable de très hauts fonctionnaires métropolitains, qu’il s’agisse de gouverneurs, de secrétaires de Gouvernement, de présidents de tribunal et même des archevêques proposés par Lisbonne. La plupart se distinguaient par leur notoriété politique et professionnelle en métropole (militaire, intellectuelle, spirituelle…) donc antérieure à leur nomination.

  • 24 Ces alliances matrimoniales sont présentes chez presque tous les gouverneurs généraux de l’Inde av (...)

16Plusieurs personnalités marquantes ont ainsi fait de l’Inde portugaise un précieux relais de l’autorité royale portugaise en Asie, en rétablissant son prestige auprès des vassaux orientaux. Parmi eux, António César de Vasconcelos Correia (1797-1865), Joaquim Heliodoro da Cunha Rivara (1809-1879) ou José Ferreira Pestana (1795-1885). La nomination de ce dernier, en 1844, marqua un changement notable dans la politique « ultramarine ». Pestana, militaire de formation et professeur à l’université de Coimbra avait une déjà riche carrière d’homme politique derrière lui : il fut député libéral condamné à mort sous Dom Miguel, puis déporté en Angola, d’où il s’enfuit en 1829 vers le Brésil pour rejoindre les troupes de Dom Pedro. À partir de la reconquête du pouvoir par ce dernier en 1834, Pestana assura des mandats électifs de député et une nomination à un poste ministériel : la Marine. Il démissionna en 1844 pour raisons politiques et fut nommé peu après gouverneur de l’Asie portugaise. Il allait se révéler un des plus efficaces gouverneurs du siècle : véritable médiateur entre communautés, gestionnaire compétent et visionnaire (développement de l’éducation). Sa réussite lui assura l’appui de tous les partis successifs au pouvoir en métropole et il assura en Inde deux très longs mandats (1844-1851 puis 1864 à 1870). L’étude de son réseau de relations familiales nous renseigne également sur le processus de légitimisation des gouverneurs métropolitains au niveau local à cette époque (cas dans les colonies d’Afrique aussi) : originaire de la petite noblesse de Madère, donc fils de l’outre-mer lui aussi, il avait épousé Eufémia Lecor, fille du brigadier Jorge Frederic Lecor, un vétéran de l’Inde (gouverneur de Daman de 1808 à 1813, puis en poste au Brésil)24. Jorge Frédéric avait pour frère Charles Fréderic Lecor (1764-1836), un des hommes de confiance de Dom Pedro, anobli et élevé à la dignité de grande de l’Empire du Brésil. Son neveu Pestana fut lui aussi élevé à la dignité de pair du royaume en 1862 en remerciement de ses services en Inde et épousa la veuve du comte de Torres Novas, lui aussi ex-gouverneur de l’Inde.

  • 25 Marques, 2001, pp. 39-40.

17Il est intéressant de constater que le choix de ces hommes d’expérience et de qualité fut paradoxalement contemporain du développement de l’idéologie « colonisatrice » de Lisbonne, qui imposa la réduction drastique de leur autonomie d’action historique au profit d’un simple rôle d’exécutants des décisions métropolitaines. Le pouvoir judiciaire fut le premier à leur être confisqué au début du XIXe siècle mais très rapidement ils perdirent aussi la maîtrise de l’économique (politique monétaire) et de la diplomatie (impossibilité par exemple de négocier des accords internationaux, ce qui était le cas sous l’Ancien Régime). Si l’on examine les carrières de la seconde moitié du siècle, on est surpris par le décalage avec les exemples précédents. Les gouverneurs de l’outre-mer, même en Asie, n’étaient plus que des officiers de l’armée exerçant les fonctions d’administrateurs coloniaux, sans véritable adaptation au terrain. Mais les fonctions étant désormais similaires partout, un petit groupe de gouverneurs pouvait exercer cette fonction à tour de rôle dans tous les territoires coloniaux. Ainsi Augusto César Cardoso de Carvalho (1836-1905) gouverna Timor (1880-1881), l’Inde (1886 à 1889) et le Cap-vert (1889-1890). Son collègue Vasco Guedes de Carvalho e Menezes (1824-1905) gouverna le Mozambique (1854-1857), le Cap-Vert (1876-1878), l’Angola (1878-1880) et l’Inde (1889-1891). Son frère José lui succéda d’ailleurs au Mozambique (1864-1869) et le précéda au Cap-Vert (1864-1869). Comme sous l’Ancien Régime, le gouvernement colonial redevenait l’apanage d’un petit groupe de familles mais cette fois de petite noblesse militaire. On peut ainsi citer le cas des Ferreira do Amaral. Francisco a gouverné l’Angola de 1882 à 1886 puis l’Inde la même année, João a gouverné Macao (1846 à 1849) et José Coelho do Amaral a gouverné Macao (1863-1866), l’Angola (1854-1860 et 1869-1870) et le Mozambique (1870-1873). Leur préparation à l’administration de l’outre-mer, même en termes militaires, était très limitée puisque les écoles militaires portugaises n’avaient aucun cursus spécifique avant le XXe siècle25.

  • 26 La première école coloniale, destinée à former les futurs administrateurs civils coloniaux ne fut (...)

18Au cours de cette période, les plus hauts fonctionnaires de l’Inde, hommes d’érudition, ont aussi travaillé à la construction d’une mémoire impériale en Inde. Sans parler de construction d’un discours propagandiste, il est néanmoins probable que cette démarche s’intègre avant tout dans la volonté politique de légitimer la survie de l’Inde portugaise dans un sous-continent progressivement annexé par les Britanniques et négligé par une métropole affaiblie. Le parti pris de valoriser les cultures, les langues locales et la formation des natifs, est tout aussi présent dans l’Inde britannique de l’époque, car le gouvernement de Calcutta avait compris que la participation des élites locales à la construction du Raj garantirait leur obédience. Les autorités britanniques se lancèrent cependant dans la seconde moitié du siècle dans une politique discriminatoire qui offrait désormais la préséance aux métropolitains. Le même phénomène se constatant dans la politique portugaise à partir des années 1880, cela explique sans doute la formidable entreprise éditoriale des fonctionnaires autochtones goans entre les années 1850 et 1930, dans tous les domaines de la science (médecine, histoire, archéologie…). Privés des postes de premier ordre à Goa par l’administration centrale de Lisbonne, ils entendaient imposer leur légitimé et obtenir la reconnaissance de leurs compétences à travers les institutions coloniales (Sociedade de Geografia créée en 187526, ministères...) à qui ils envoyaient copie de leurs travaux. L’inscription dans une logique impériale était favorisée par la réduction du potentiel de formation existant à Goa à partir des années 1870. On ne gardait désormais à Goa que l’indispensable pour la formation des futurs employés subalternes de l’administration coloniale. Ce qui explique certainement les stratégies familiales des élites natives (brahmanes et chardos) d’envoyer désormais leurs enfants étudier à Bombay ou en Europe.

  • 27 Silveira, 1998, pp. 232-234.

19Si l’étude de l’Inde montre un corps de fonctionnaires formés localement, et une organisation qui, avant les années 1870, est majoritairement dominée par les élites autochtones, métisses et de descendants de péninsulaires, à l’exception des plus hauts postes de l’administration civile et militaire, l’exemple comparatif de la Guinée, pourtant bien plus proche de Lisbonne – mais mal desservie en termes de liaisons directes – montre en revanche l’absence totale de contrôle du pouvoir central sur la gestion du local. La maîtrise du territoire se résumait aux forteresses de Bissau et Cacheu et, entre 1817 et 1842, les deux plus grands négriers de la côte s’approprièrent le pouvoir administratif et militaire27. Cacheu connut ainsi vingt-trois gouverneurs « nommés » dans les trois premières décennies du XIXe siècle, sans qu’on sache bien par qui d’ailleurs. Les négociants négriers renversaient sans ménagement les gouverneurs non soumis à leurs intérêts. Lisbonne ignorait même parfois qui était le gouverneur en poste. À partir des années 1850, les grandes familles de filhos da terra (descendants des négriers) se trouvèrent fragilisées par la décadence du commerce des esclaves et la concurrence des autres européens qui voulaient développer l’agriculture coloniale. Le gouvernement de Lisbonne, dans la seconde moitié du XIXe siècle, essaya d’implanter une administration coloniale en Guinée et de subalterniser ces élites métisses, mais elles gardaient encore une redoutable capacité d’action au travers de l’autorité municipale (concelhos) qu’ils dominaient. Elles furent les plus violentes opposantes à l’implantation de l’administration coloniale jusqu’à la fin du siècle.

  • 28 Alexandre, Dias, 1998, p. 47.
  • 29 L’occupation effective du territoire angolais se limitait en 1825 à deux noyaux côtiers, les « rei (...)

20Un des éléments permettant d’expliquer la confiscation du pouvoir par les élites locales vient de la difficulté du gouvernement à motiver des vocations de colons et fonctionnaires en Afrique comme en Asie28. L’Afrique en particulier était perçue comme un mouroir (épidémies, maladies endémiques) et un lieu de déportation. Il était beaucoup plus avantageux d’émigrer au Brésil. J. Dias montre ainsi un encadrement administratif angolais assez surprenant, avec des officiers et gouverneurs qui s’enrichissaient illégalement en rançonnant les agriculteurs locaux pour revendre les vivres aux navires négriers brésiliens29. Il convenait là aussi pour le gouvernement, de parier sur les élites métisses, anoblies et dotées de concessions pour l’agriculture. De plus, ces dernières, contrairement aux officiers métropolitains, disposaient de solides réseaux relationnels avec les chefs de village du continent, ce qui contribuait aussi à entretenir la souveraineté portugaise. C’est seulement à partir des années 1880, quand la politique d’occupation militaire se concrétisa et que l’esclavage fut définitivement aboli (1878) que la situation sociale de ces élites locales bascula.

L’EXEMPLE DE GOA : LES FONCTIONNAIRES DANS LA CAPITALE DE L’ESTADO DA INDIA

21En 1802, le gouverneur de l’Estado da Índia, Francisco António da Veiga Cabral, écrivait dans un courrier adressé à Lisbonne :

  • 30 Arquivo Histórico Ultramarino, Conselho Ultramarino, Índia, cx. 410.

Actuellement, et depuis très longtemps dans ce pays, la majorité des fonctions et emplois des diverses administrations de l’Estado est occupée par les naturels du pays [...]. Tous les officiers du Secrétariat d’État, tous ceux du Trésor public, président inclus, tous ceux qui sont au service de l’Arsenal royal de l’armée et de la marine, tous les avocats, clercs, notaires, huissiers et autres officiers de justice appartiennent à cette classe. Il en est de même pour les ecclésiastiques, car la majorité des membres de la cathédrale et tous les prêtres des îles et provinces appartiennent eux aussi à cette dite classe. Le seul inquisiteur, très âgé, qui exerce encore, ainsi que le promoteur et tous les notaires du l’assemblée du Saint Office de cette ville, appartiennent également à cette classe. Il se trouve finalement bien peu d’emplois qui ne soient pas occupés par les susdits naturels du pays30.

22Qui étaient ces « naturels » du pays ?

LA DIVERSITÉ DES ÉLITES À GOA

  • 31 Costa, 2003 ; Lopes, Matos, 2006 ; Carreira, 1998. Sur les descendants de métropolitains : Forjaz,(...)

23À Goa, et plus précisément dans les Velhas Conquistas (espace conquis au XIXe siècle), l’élite locale se composait de trois communautés31. La première était composée de descendentes. Il s’agissait des Goans qui avaient pour pères et grands-pères des Portugais (métropolitains) installés en Inde. Ce qui signifiait (en théorie) que seul le sang européen coulait dans leurs veines. La seconde se composait des élites catholiques autochtones, appelées naturais. Nous parlons ici de familles exclusivement goanes qui se sont converties au catholicisme puis se sont progressivement lusitanisées et occidentalisées de manière significative, tout en gardant quelques caractéristiques antérieures à la conversion, comme le système des castes par exemple. Dans ce groupe, la primauté revenait aux brahmanes et chardós convertis au catholicisme, lesquels constituaient deux blocs en situation de rivalité permanente. Ces élites surent articuler leurs privilèges traditionnels et les attributs de la noblesse métropolitaine, de manière extrêmement originale et efficace. Descendentes et naturais mettaient ostensiblement en évidence leurs apanages respectifs. La troisième et dernière classe se composait des élites reinóis, aussi appelées Europeus (Européens). Comme le terme l’indique, il s’agissait des Européens venus de métropole pour exercer un mandat relativement court en Inde.

24Comme on le comprendra facilement, dans une société qui s’organisait à la fois en « ordres » selon les modèles de l’Ancien Régime et en castes à la manière orientale, il existait depuis très longtemps à Goa une forte propension dans chaque groupe à s’approprier certains types d’emplois. Il a existé au sein des élites goanes une cohabitation entre le système héréditaire des offices, basé sur les modèles occidentaux, et une certaine « castification » des emplois, conséquence des dynamiques locales traditionnelles. Il s’agissait naturellement d’un partage qui n’était pas vraiment prédéfini mais qui était le résultat d’une constante articulation entre les intérêts de divers groupes concernés.

  • 32 Oliveira, 2003.
  • 33 Boxer, 1965.
  • 34 Oliveira, 2014.

25À la fin du XVIIIe siècle, après les altérations profondes que le marquis de Pombal chercha à introduire au moyen d’un ensemble législatif qu’on ne parvint jamais à appliquer entièrement et qui visait à garantir une série de droits (et des charges) aux élites naturais32, il est possible d’ébaucher, en termes très généraux, la répartition suivante des charges. En règle générale, on recrutait chez les reinóis (métropolitains) le gouverneur, l’archevêque et divers prélats, une bonne partie des religieux des ordres réguliers les plus anciennement établis à Goa, les présidents du tribunal de seconde instance de l’Estado, ainsi que divers officiers militaires. Les descendentes étaient majoritaires dans les différents corps de l’armée de l’Inde. Il était d’ailleurs rare qu’un descendente ne soit pas officier de l’armée. Ils étaient également très liés à la gestion du conseil municipal des îles (le plus ancien de l’Estado) et à celle de la Santa Casa da Miséricórdia (Hôtel-Dieu)33. On identifie encore certains membres de ce groupe parmi les religieux des congrégations traditionnellement installées à Goa. Enfin, comme l’écrivait Veiga Cabral, les élites naturais fournissaient une partie chaque fois plus significative du clergé séculier et régulier, la majorité des médecins et chirurgiens exerçant dans l’Estado, un nombre significatif d’enseignants et l’écrasante majorité des avocats, fonctionnaires judiciaires et agents de justice, ainsi que la majeure partie de ce qu’on appelle aujourd’hui la fonction publique. Ces dernières dominaient à leur tour les deux senados (conseils municipaux) des provinces de Bardez et Salcete. On remarque également que ces élites natives cherchaient non seulement à maintenir l’ensemble de ces charges sous leur dépendance exclusive mais qu’elles s’efforçaient aussi de conquérir un espace d’action chaque fois plus important en occupant des charges et en exerçant des fonctions qui étaient traditionnellement réservées aux autres groupes34.

26Les spécificités que nous venons d’énumérer se vérifient très clairement dans les deux principales listes de fonctionnaires publics, imprimées à Goa vers le milieu du XIXe siècle : la Relaçam nominal de todos os funccionarios publicos, e empregados das diversas repartiçoens do Estado de Goa incluse dans l’Almanak (1839) et la Lista geral dos empregados civis, ecclesiasticos, e militares de Goa, Damão, e Diu (1861). Les auteurs de ces deux travaux étaient issus des élites naturais, plus précisément de la caste brahmane. Il n’est donc pas surprenant qu’ils aient cherché à promouvoir la publication de listes détaillées dans lesquelles ils pouvaient justement démontrer l’ascendance prise par leur groupe d’origine sur la bureaucratie de l’Estado.

DES SOURCES PRÉCIEUSES : LES LISTES DE 1839 ET 1861

  • 35 Peres, O Almanak de Goa Para o Anno Bissexto de 1840, com varias noticias historicas, eclesiástica (...)
  • 36 Chanoine de la cathédrale de Goa et président de la cour d’appel écclésiastique (Relação Eclesiást (...)
  • 37 Repartição est un terme courant en langue portugaise pour designer divers départements ou services (...)

27La Relaçam nominal de todos os funccionarios publicos do Almanak de 183935 est à notre connaissance, le premier travail complet à avoir été imprimé et dans lequel on a enregistré exhaustivement les divers organismes et agents de l’administration publique de l’Estado da Índia. Son auteur, Caetano João Peres36, a opté pour une division en neuf grandes parties auxquelles il a attribué le titre de Artigos (articles). On trouve ainsi les articles suivants : Gouvernement, Repartição37 ecclésiastique, Repartição de la Justice, Repartição de la Marine, Établissements d’instruction publique, Établissements philanthropiques, Fonctionnaires élus par le peuple. Chacune de ces parties est à son tour subdivisée en sections. Dans chacune d’entre elles, Caetano José Peres listait les divers organismes qui constituaient la machine administrative de l’Estado da Índia à cette époque-là. Et à chaque fois que cela lui était possible, il indiquait le nom de l’ensemble des fonctionnaires en poste dans les charges et fonctions.

  • 38 Gracias, Apontamentos, p. 91.

28Le premier Artigo (article) concernait les structures du pouvoir central, auxquelles l’auteur associait l’imprimerie nationale. Il inclut dans cette section le gouvernement central proprement dit. Celui-ci était composé du gouverneur général et du secrétaire d’État, tous deux reinols, du conseil du gouvernement qui à cette époque commençait à fonctionner régulièrement (et dans lequel siégeaient les reinóis, les descendentes et les naturais)38, de l’état-major du gouvernement alors entièrement composé d’officiers reinóis, du bureau militaire dans lequel les reinóis siégeaient en majorité, enfin du secrétariat d’État où l’on trouvait exclusivement des naturais. La liste s’achevait avec l’imprimerie nationale, dont le directeur était alors un officier reinol.

29L’article suivant concerne la Repartição ecclésiastique. Nous y identifions déjà un nombre beaucoup plus significatif de naturais à tous les niveaux, depuis les plus hautes charges jusqu’à la plupart des paroisses qui maillaient les territoires de l’Estado et du Padroado. La Repartição da fazenda (Finances) était largement dominée par les naturais, à l’exception de quelques rares postes du conseil des Finances composé à cette époque-là d’un reinol, un descendente et deux naturais. La Repartição de la Guerre et la Repartição de la Marine voyaient une part importante de descendentes (en particulier dans le commandement) et de reinóis. Une partie significative des naturais affectés à ces domaines n’exerçait pas des fonctions spécifiquement militaires : ils étaient clercs, employés de secrétariat, chirurgiens, chapelains. L’article VII, consacré aux établissements d’instruction publique présente tout d’abord les écoles surtout consacrées à la formation d’officiers militaires (comme l’académie des sciences mathématiques) où les descendentes dominaient. Ensuite, les séminaires voués à l’enseignement religieux étaient contrôlés par les naturais. Tous les autres établissements d’enseignement (les écoles publiques d’alphabétisation et les « maîtres en grammaire latine et portugaise » payés par le Trésor public, mais aussi les nombreuses écoles privées) étaient dirigés et composés d’enseignants et auxiliaires naturais.

  • 39 Oliveira, 2009.
  • 40 Id., 2014.
  • 41 Sur le Sénat des Iles, Boxer, 1965.

30L’article X était réservé aux fonctionnaires élus par le peuple (Funccionarios de Eleiçam Popular). C’est ici que l’on peut localiser certains des agents politiques les plus influents de Goa à cette époque. La nouvelle et récente élite constitutionnelle, composée en grande partie de naturais, sut rapidement se hisser et se maintenir dans les nouvelles charges créées ou réformées par ce nouveau régime européen qui s’implantait définitivement39. L’éventail que nous découvrons dans cette section allait des députés de l’Inde élus au parlement de Lisbonne – des personnalités qui à cette époque jouissaient d’une énorme influence à Goa et qui étaient sélectionnées à l’issue d’élections très disputées et emportées de haute lutte40 – aux modestes secrétaires des assemblées paroissiales. Les représentants aux Cortes da Naçam, à savoir deux sénateurs et quatre députés plus leurs suppléants respectifs n’étaient pas tous des naturais. Cependant, ces derniers constituaient la partie substantielle du groupe : un sénateur, trois députés et un suppléant. Parmi les membres de l’assemblée générale du Distrito sept sur treize étaient des naturais. Enfin, au niveau local les élus naturais catholiques dominaient tous les organismes énumérés par Caetano João Peres41.

  • 42 Xavier Júnior, Lista geral dos empregados civis.
  • 43 Costa, 1997, pp. 356-357.

31Le deuxième grand travail consacré aux empregados civis, ecclesiasticos, e militares (employés civils, ecclésiastiques et militaires) de l’Estado da Índia parut en 186142. Son auteur était Filipe Nery Xavier, lui-même fonctionnaire public dans le secrétariat du gouvernement général de l’Estado43 et descendant d’une longue lignée de bureaucrates naturais. Ce deuxième document publié en 1861 est largement plus complet et organisé que la Relaçam nominal de 1839. On y présente des listes réellement complètes de fonctionnaires en activité (ainsi que des états détaillés des retraités) et on note les dates d’entrée en fonction de chacun ainsi que ses émoluments. Nery Xavier structura son œuvre en cinq grands blocs : administration générale, administration des Finances, administration de la Justice, administration ecclésiastique et administration militaire. Le gouverneur était, comme au préalable, invariablement un reinol mais en parcourant chacune de ces sections, nous pouvons conclure que la présence des naturais catholiques est prépondérante partout, sauf dans l’administration militaire.

UN EXEMPLE REPRÉSENTATIF : L’ADMINISTRATION DE LA JUSTICE À L’OMBRE DE LA COUR D’APPEL

  • 44 Souza, 1994 ; Oliveira, 2014.

32Le régime d’administration de la justice était une des spécificités de l’organisation de l’Estado da Índia. Goa a assuré très tôt un rôle central dans la carte judiciaire de l’outremer portugais grâce à la création d’un tribunal de seconde instance (auquel on donne le nom de Relação) dès le XVIe siècle. La Relação de Goa fonctionna, avec de courtes interruptions pendant le consulat pombalin et les premières décennies du XIXe siècle, jusqu’en 196144. Et même si elle a perdu au cours des siècles la majeure partie de sa circonscription originale, elle a toujours maintenu un poids symbolique indiscutable dans l’outre-mer portugais en général et dans l’Estado da Índia en particulier. La Relação garantissait à Goa une centralité qui en termes d’organisation judiciaire aboutit à des conséquences pratiques significatives. Deux exemples d’inégale importance pour la fonction publique peuvent illustrer cela. D’un côté, cela permit à un territoire relativement petit comme celui des Velhas Conquistas d’être organisé avec soin en termes d’administration de la justice. D’un autre côté, l’administration (dans ce cas précis l’administration de la justice) suppose également l’existence d’un corps de fonctionnaires spécialisés de manière à garantir le fonctionnement régulier et satisfaisant de ses services, ainsi que tout un monde lié à l’activité des tribunaux.

  • 45 Oliveira, 2012b.

33Qui occupait ces charges judiciaires ? Les descendentes manifestèrent toujours peu d’intérêt pour l’administration de la justice. Ils furent très peu nombreux à avoir travaillé dans ce domaine. Le groupe des reinóis était très réduit. Seuls les magistrats diplômés en droit venaient d’Europe. Leur mandat durait plusieurs années, au cours desquelles ils exerçaient dans la Relação, dans les tribunaux des circonscriptions judiciaires locales et parfois comme délégués du procureur général. Tous les autres agents qui assuraient le fonctionnement de cette lourde machine judiciaire étaient des naturais. Nous parlons ici des juges suppléants (qui fréquemment remplaçaient les reinóis titulaires des charges) et de ceux des praças do Norte (Daman et Diu), des délégués du procureur de la couronne à Bardez et Salcete, des clercs, des greffiers et de tous les autres fonctionnaires. Les innombrables avocats étaient naturais dans les territoires des Velhas Conquistas. Ils étudiaient à Goa, dans des écoles privées de droit dirigées par d’autres avocats naturais, puis passaient un concours à la Relação pour obtenir une licence ou provisão afin d’exercer dans les salles des tribunaux de l’Estado, ou au Mozambique, à Macao, ou même à Timor45.

34J. Dias en fait la démonstration magistrale pour l’Angola, J. F. Silveira pour la Guinée et nous venons d’en présenter plus longuement aussi le constat pour l’Asie : il existe une continuité évidente entre la fin de l’Ancien Régime et le XIXe siècle. Jusqu’aux années 1870, l’Empire portugais est fait de pluralités mais fonctionne finalement de manière homogène, à savoir sans Lisbonne ou presque ! Même si en métropole, progressivement, l’imaginaire colonial se construit, cette idéologie ne put se matérialiser avant le retrait économique brésilien de l’Afrique et sans doute avant le traumatisme national que représenta l’humiliant ultimatum imposé par la Grande-Bretagne en 1892. C’est seulement ensuite que l’on confondit colonialisme et nationaliste et qu’on passa à une politique d’occupation militaire des espaces africains. Comprendre comment l’Empire est passé d’une gestion décentralisée de l’administratif à l’administration coloniale revient donc à étudier l’alternance brutale entre une organisation dominée par les élites locales et la capacité métropolitaine à imposer une gestion centralisée à partir des années 1890.

Notes

1 Boxer, 1969 et 1978.

2 Hespanha, 2001, pp. 165-166.

3 Thomaz, 1994, pp. 207-208.

4 Fragoso, Bicalho, Gouvea, 2001.

5 Carreira, 2014.

6 Marques, 2001.

7 L’Inde portugaise comptait en 1878 dans ses trois enclaves : une capitale, quatre villes de plus de 10 000 habitants et 550 villages pour une population totale d’environ 450 000 habitants.

8 Insalubre, la vieille capitale de Goa avait été progressivement abandonnée au profit du village de Panjim, auquel le métropole allait finalement conférer en 1843 le statut de capitale, avec le nom de Nova Goa (actuelle Panaji). Cette dernière restait avant tout une ville administrative et militaire (le port était passé à Mormugão) et regroupait l’essentiel de la communauté descendente (métis et descendants de métropolitains) et des Canarins chrétiens. Arquivo Histórico Ultramarino (Lisbonne), Sala da Índia, Sala 12, Maço 213, 1825.

9 À partir de 1835 et jusqu’aux années 1870, les titres anciens disparurent au profit de quatre gouvernements généraux aux prérogatives identiques (Cap-Vert/Guinée, Angola, Mozambique et Asie). Ils se subdivisaient en districts. Mais la séparation des pouvoirs entre le civil (création des postes de préfets de district) et le militaire (gouverneurs) ne fonctionna ni en Afrique ni en Asie, en raison de l’incapacité du pouvoir central à imposer in loco la réforme du système des pouvoirs. En 1869, le parlement abolit le statut de gouvernement général et tous les territoires de l’Empire devinrent des provincias, également subdivisées en districts et concelhos, comme en métropole. Voir Gracias, Decreto de um de dezembro de 1869, pp. 1-7.

10 Parmi les rares travaux : Tavares de Almeida, Silveira e Susa, 2006.

11 Outre les Actes des séminaires d’Histoire Indo-portugaise édités depuis 1976, signalons pour l’Atlantique quelques travaux collectifs : Fragoso, Bicalho, Gouvea, 2001 ; Bicalho, Ferlini, 2005 ; Carreira, Muzart-Fonseca Dos Santos, 2003.

12 Les fonctionnaires de Goa ont souvent été de grands érudits au XIXe siècle et, comme leurs confrères européens de l’Inde britannique, ont souvent publié les rapports commandés par leurs administrations de tutelle ou le gouvernement métropolitain.

13 A. H. R. de Oliveira Marques indique qu’au début du XIXe siècle il y avait moins de 10 000 Portugais en Afrique et en Asie. Cette situation ne connut aucune altération jusqu’au milieu du siècle et progressa ensuite très lentement. Il y avait moins de 12 000 européens en Angola en 1910, 6 000 dans la province de Mozambique. Les capitales ultramarines portugaises n’étaient guère plus que de gros bourgs urbains : Praia (Cap-Vert) avait 2 600 habitants en 1860, Luanda 15 000 en 1866, Lourenço Marques (Mozambique) 7 000 en 1875 et Panjim 20 000 en 1860 (alors que Bombay avoisinait déjà les 700 000). Seule Macao dépassait les 70 000 habitants mais il s’agissait essentiellement des Chinois ne relevant pas de la juridiction portugaise. Voir Marques, 2001, pp. 143-145.

14 Cette uniformisation administrative entre métropole et outre-mer ne dura pas. Dès 1851 on restaura un organe de gestion spécifique pour l’outre-mer (la future Junta consultativa do Ultramar), lequel n’eut cependant plus qu’un rôle de conseil à partir de 1868. Les décisions étaient désormais prises par le gouvernement et le parlement.

15 Carvalho, 1980.

16 Correia, 1946, p. 1.

17 Il s’agissait du baron de Sabroso, Simão Infante de Lacerda de Sousa Tavares.

18 Ribeiro, Os indo-portugueses.

19 Les descendants de métropolitains représentaient en 1879 à peine 10 % des élèves du lycée de Nova Goa (environ 55 individus). On les formait pour les futures fonctions de l’administration coloniale. Voir Torrie, Estatística da Índia Portuguesa, p. 292.

20 Nogueira, A Índia Portuguesa em 1887, p. 41.

21 Quand Lisbonna nomma le premier gouverneur de Macao, en 1844, celui-ci avait pour mission de soumettre le pouvoir local à la législation métropolitaine. Depuis le XVIIIe siècle, la vieille république était administrée par un Senado (assemblée des principaux négociants). Le gouverneur nommé par Goa n’y avait qu’une fonction militaire. Ferreia do Amaral entra en guerre contre le Senado qu’il parvint à faire dissoudre en 1847 (et reconduit avec le statut d’une simple assemblée municipale) et tenta de supprimer les privilèges douaniers chinois. Il fut assassiné en 1849. Voir Serão, 1998, pp. 739-740. J. Dias dresse un tableau semblable pour l’Angola avant les années 1880. Comme en Guinée, les postes administratifs de prestige se trouvaient aux mains d’une poignée de familles métisses ou parfois même d’ascendance africaine directe. Ces dernières destituèrent sans difficultés les gouverneurs nommés par Lisbonne et qui ne répondaient pas à leurs intérêts. Voir Dias, 1998.

22 Chagas, As colónias portuguesas no século XIX (1811 a 1890), p. 144.

23 Cunha, Monteiro, pp. 91-121.

24 Ces alliances matrimoniales sont présentes chez presque tous les gouverneurs généraux de l’Inde avant les années 1870. Le baron de Sabroso avait lui aussi épousé la veuve de Dom Manuel da Câmara, gouverneur de l’Estado (1821-1825) et membre de l’aristocratie des descendants métropolitains de Goa. Cette légitimisation du pouvoir par des alliances entre les gouverneurs métropolitains et l’aristocratie d’origine métropolitaine était déjà présente sous l’Ancien Régime mais ne se légitimait pas par le mariage en raison du rang social des gouverneurs.

25 Marques, 2001, pp. 39-40.

26 La première école coloniale, destinée à former les futurs administrateurs civils coloniaux ne fut crée qu’en 1906, et fonctionna dans les locaux de la Sociedade de Geografia. Elle ne se développa guère jusqu’en 1927, date à laquelle elle devint l’Escola Superior Colonial. L’école existe toujours. C’est l’actuel ISCSP (Instituto Superior de Ciências Sociais e Políticas).

27 Silveira, 1998, pp. 232-234.

28 Alexandre, Dias, 1998, p. 47.

29 L’occupation effective du territoire angolais se limitait en 1825 à deux noyaux côtiers, les « reinos (royaumes) » d’Angola et Benguela, soit un ensemble de 250 000 à 300 000 individus aux origines très hétérogènes mais avec une très petite minorité de métis (environ 3 000) appelés fillos da terra. La population blanche, composée majoritairement de déportés, travaillait pour des firmes métropolitaines ou brésiliennes, et s’adonnait au traffic négrier, voir Dias, 1998, p. 322.

30 Arquivo Histórico Ultramarino, Conselho Ultramarino, Índia, cx. 410.

31 Costa, 2003 ; Lopes, Matos, 2006 ; Carreira, 1998. Sur les descendants de métropolitains : Forjaz, Noronha, 2003.

32 Oliveira, 2003.

33 Boxer, 1965.

34 Oliveira, 2014.

35 Peres, O Almanak de Goa Para o Anno Bissexto de 1840, com varias noticias historicas, eclesiásticas, civis, politicas, e outras noçoens uteis a todo o género de pessoas.

36 Chanoine de la cathédrale de Goa et président de la cour d’appel écclésiastique (Relação Eclesiástica). Il naquit à Margão en 1806 et décéda à Velha Goa en 1860 (Costa, 1997, vol. 3, pp. 50-51).

37 Repartição est un terme courant en langue portugaise pour designer divers départements ou services de l’administration publique.

38 Gracias, Apontamentos, p. 91.

39 Oliveira, 2009.

40 Id., 2014.

41 Sur le Sénat des Iles, Boxer, 1965.

42 Xavier Júnior, Lista geral dos empregados civis.

43 Costa, 1997, pp. 356-357.

44 Souza, 1994 ; Oliveira, 2014.

45 Oliveira, 2012b.

Auteurs

Instituto Politécnico de Leiria, CEMAF, Aix-Marseille Université

Instituto Politécnico de Leiria, CEMAF, Aix-Marseille Université

© Casa de Velázquez, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540