Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'État dans ses colonies

 | 
Jean-Philippe Luis

III. — Les agents de l'état dans la société impériale

Les employés : une horde prédatrice ?

Jean-Philippe Luis

Texte intégral

1L’un des lieux communs sur le monde des employés coloniaux est bien celui d’être composé de péninsulaires avides, corrompus, paresseux et incompétents. Le célèbre manifeste de la junte révolutionnaire de Cuba rédigé par Carlos Manuel de Céspedes en octobre 1868 faisait l’écho en dénonçant :

  • 1 « […] La plaga infinita de empleados hambrientos que de España nos inunda, nos devora el producto (...)

[…] l’invasion infinie d’employés affamés dont l’Espagne nous inonde, dévore le produit de nos biens et de notre travail ; grâce à l’autorité despotique que le gouvernement espagnol met en ses mains et prive nos compatriotes des emplois publics [...], l’Espagne souhaite que nous soyons si ignorants que nous ignorions nos droits sacrés1.

  • 2 Gutiérrez de la Concha, Memorias sobre el estado político, p. 330 et Sedano y Cruzat, Cuba desde 1 (...)
  • 3 « […] viciosa e ignorante administración, de la cual pudieran hacerse las más severas críticas sin (...)
  • 4 Huetz de Lemps, 2009, p. 142. Voir aussi Quiroz, 2003.

2Les autorités administratives étaient conscientes de cette stigmatisation et réfléchissaient dès les années 1850 à des solutions au problème. Le général Gutiérrez de la Concha dénonçait à cette période le système de rémunération des employés qui ouvrait la porte à « un désir immodéré de richesses » qui aurait été l’unique moteur de certains employés pour venir à Cuba2. Le ministre Moret décrivait en 1870 une « vicieuse et ignorante administration, dont il est possible de faire les critiques les plus sévères sans crainte d’offenser la justice3 ». Les années suivantes ne virent pas se modifier cette image, au point que la fiction s’en empara avec la parution en 1887 d’un roman, Mi tío el empleado qui décrit la transformation d’un fonctionnaire récemment débarqué de la péninsule à Cuba en un « cynique corrompu », initié aux arcanes de la corruption4.

  • 5 Huetz de Lemps, 2006 et 2009.

3Il ne s’agit pas ici de s’interroger sur la corruption de l’administration dans les colonies : la cause est entendue depuis longtemps et scientifiquement prouvée, en particulier grâce aux travaux de X. Huetz de Lemps5. La corruption y est généralisée. Au-delà des cas d’enrichissement connus, il s’agit plutôt de s’interroger sur les composantes et les limites de l’attrait d’une carrière en outre-mer pour un péninsulaire ainsi que de revenir sur le stéréotype d’une administration publique composée de péninsulaires afin d’essayer de mieux cerner la place sociale des employés dans la société et dans le territoire colonial.

LA RICHESSE OU LA VIE

  • 6 Rodrigo y Alharilla, 2007.

4Le mirage de l’enrichissement est sans doute l’un des moteurs les plus puissants pour expliquer l’attraction de l’outre-mer. Il est entretenu dans la péninsule par le retour de ceux qui étaient partis servir dans les colonies et par les fortunes étalées par les indianos6. Un employé pouvait espérer trois types d’enrichissement, se cumulant le plus souvent l’un l’autre : celui apporté par la corruption, par les salaires et par les pensions versées après les années passées hors de la péninsule.

CORRUPTION ET ABSENCE DE SALAIRE

  • 7 Quiroz, 2003, pp. 489-490.

5L’argent de la corruption gangrenait tous les niveaux de l’administration, fondé avant tout sur les pots-de-vin liés au commerce illégal, à commencer pour les Antilles par celui des esclaves qui fit la fortune de plusieurs capitaines généraux, tel Miguel Tacón (1834-1838) et de leurs clientèles7. Il se combine pendant longtemps à une « zone grise » des ressources empochées par les employés : celle des émoluments perçus sous forme de pourcentages de taxes ou d’amende. Jusqu’au milieu du XIXe siècle, ce mode de rémunération était très répandu et conduisait à toute sorte d’excès. Il correspondait à l’absence d’un budget et à l’autonomie financière et juridique de la plupart des corps de l’administration publique. La crise des finances de l’État du début du siècle qui a accéléré la centralisation des services des Finances et la nécessité de connaître le coût de l’administration ont achevé d’imposer dans la péninsule le modèle de la rémunération sous forme de salaire, sans parvenir toutefois à le généraliser totalement. L’évolution est plus tardive dans les colonies car elles ne connaissent les premiers budgets qu’en 1836 et que ces derniers n’étaient pas intégrés dans le budget de l’État. En effet, les colonies fonctionnaient selon le principe de l’autofinancement de leur appareil administratif. L’État ne s’y intéressa vraiment qu’à partir du moment où ces colonies furent capables de fournir de l’argent au budget de l’État, à partir de la fin des années 1830. Les colonies échappèrent ainsi pendant longtemps aux normes de régulation des salaires et des pensions qui existaient en métropole.

  • 8 Gutiérrez de la Concha, Memorias sobre el estado político, pp. 330 et 332.
  • 9 Gutiérrez de la Concha, Memoria dirigida, p. 29.
  • 10 Diaz Martínez, 2011, pp. 86-87.

6La domination d’un mode de rémunération au pourcentage, associé à la faiblesse des salaires, quand ils existaient, était dénoncé au milieu du siècle comme la principale cause de dysfonctionnement et des abus : « […] l’origine du mal n’est pas tant dans le choix des personnes, que dans les vices du système ou dans les conditions des emplois » ; « […] sous quelque aspect que l’on l’observe, le système des fonctionnaires sans salaires fixes ne peut manquer d’être préjudiciable au bon gouvernement des provinces d’outre-mer »8. Il dénonce ainsi les abus des capitaines pedáneos, aux fonctions de police et de justice dans les zones rurales « véritables plantes parasites qui s’accrochent aux villages » et qui pouvaient rapporter à leurs détenteurs jusqu’à 12 000 pesos9. La police urbaine n’était pas en reste. Outre le pourcentage perçu sur le commerce illicite, les jeux, la prostitution, il y avait les amendes perçues de manière indues, l’arbitraire des montants demandés, la manipulation des poids et mesures qui donnaient lieu à des plaintes récurrentes, en particulier chez les commerçants, tels ces détenteurs d’alambic menacés à La Havane de destruction immédiate de leur matériel s’ils ne s’acquittaient pas d’une amende de plus de 100 pesos ou ces bouchers qui se voyaient taxés sur le marché pour avoir abattu des animaux dans de prétendues mauvaises conditions10. Dans la justice, tout comme dans la péninsule, les pots-de-vin à tous niveaux étaient une condition indispensable à ce qu’un procès ne soit pas enterré :

La multitude d’alguaciles qui assignent des droits à leurs talents et spéculent avec leurs commissions – une nuée d’hommes sans vertu ni principes, appelés papelistas [...] détruisant les fortunes, ruinant des familles, multipliant les procès.

7Les exemples abondent aussi chez les employés des Finances, qu’il s’agisse de ceux des douanes ou ceux détestés des impôts.

  • 11 Huetz de Lemps, 2006, pp. 27-33.

8Aux Philippines, la situation est pire jusqu’en 1844 avec le système de l’indulto du commerce qui permettait aux alcaldes mayores/gouverneurs de faire du commerce, allant jusqu’à organiser des ventes forcées dans leurs circonscriptions administratives et revendant des produits locaux après les avoir acquis sous la pression à des prix inférieurs à ceux du marché11.

9La faiblesse des salaires est souvent le prétexte évoqué pour justifier de tels comportements :

  • 12 « Las funciones de esos empleados subalternos son casi gratuitas, porque los cortos emolumentos qu (...)

Les fonctions de ces employés subalternes sont quasi gratuites, car les émoluments limités qu’ils perçoivent [...] ne parviennent pas à couvrir les besoins d’un père de famille [...] car enfin, il faut bien vivre, et dans la mesure où l’homme entre alors en conflit entre son devoir et la nécessité de subsister, il n’est pas étonnant qu’il préfère celle-ci à celui-là12.

  • 13 Huetz de Lemps, 2006, p. 38.
  • 14 Gutiérrez de la Concha, Memorias sobre el estado político, p. 333.

10L’argument reposait sur une réalité pour de nombreux emplois subalternes ou moyens. Ainsi, les alcaldes mayores percevaient-ils entre 300 et 600 pesos par an au début dans les premières décennies du XIXe siècle13. Cette raison est aussi avancée pour des emplois d’un niveau supérieur : le général Gutiérrez de la Concha mettait ainsi en regard le salaire annuel pourtant très confortable (4 500 pesos) d’un procureur des Finances à La Havane (fiscal de Hacienda), avec les jusqu’à 60 000 pesos que celui-ci pouvait espérer relever annuellement en droits et bénéfices légaux14.

LA PROGRESSIVE SALARISATION DES EMPLOYÉS

  • 15 Huetz de Lemps, 2006, p. 45.
  • 16 2 500 pesos de salaire plus 5 000 de primes (sobresueldos), dans Presupuestos generales… Filipinas (...)
  • 17 Cédule royale du 24 juillet 1847, art. 5, et décret royal du 29 juin 1845, dans Colección de las l (...)
  • 18 Voir ici Luis, « Les structures administratives », pp. 21-39.
  • 19 Décret du 26 octobre 1849, dans Colección legislativa de España, 1849.

11Les réformes entamées à partir des années 1840 voient progresser dans tous les secteurs la rémunération au salaire ainsi que le niveau de ceux-ci. Elles avaient aussi pour objet d’intégrer les emplois dans une carrière normée par des échelons propres à chaque corps, donnant ainsi des perspectives aux employés. Ainsi, la suppression de l’indulto du commerce en 1844 aux Philippines eut pour conséquence d’augmenter très fortement les salaires des alcaldes mayores/gouverneurs qui désormais s’établissaient entre 1 500 et 1 600 pesos, auxquels s’ajoutait un pourcentage sur certaines taxes15. Au début des années 1880, ce salaire s’élevait à 7 500 pesos16. L’indulto du commerce n’existait pas à Cuba mais la première réorganisation de la justice en 1845 allait dans le même sens en intégrant la carrière d’alcalde mayor dans une hiérarchie, en exigeant un niveau de qualification ou d’expérience et en fixant les salaires entre 3 000 et 5 000 pesos pour ces fonctions. Cette même cédule prévoyait la généralisation des juges de première instance professionnels dotés de salaires fixes et interdiction d’exiger des droits au public. Au même moment, les salaires des juges des audiences d’outre-mer étaient augmentés passant à 6 000 pesos et à 7 500 pour les régents17. Le mouvement est facilité par l’intégration de certains secteurs tels la police ou le courrier aux services de l’État et leur inscription aux budgets avec des salaires fixes18. En parallèle, le Conseil des ministres adoptait en 1849 une mesure globale qui imposait à ce qu’aucun employé en outre-mer ne perçoive plus que le salaire indiqué dans les budgets19.

  • 20 Voir ici Luis, « La construction », pp. 59-73.

12La logique de ces réformes correspond à la bureaucratisation des emplois publics et à la tentative déjà évoquée d’intégrer chacun des corps dans des catégories uniques pour l’ensemble de la fonction publique d’État20. Le célèbre décret du 18 juin 1852, dit de Bravo Murillo et connu pour tenter d’établir une norme commune pour tous les employés publics connut une première extension en outremer par le décret du 9 juillet 1860, avec comme objectif de rapprocher le plus possible les catégories d’outre-mer de celles de la péninsule. Ce décret divisait les employés civils à l’exception du secteur de la justice en cinq catégories :

  • Chefs d’administration de première classe (intendants d’Armée et des Finances)
  • Chefs d’administration de seconde classe : salaires supérieurs à 5 000 pesos
  • Chefs d’administration de troisième classe : salaires entre 4 000 et 5 000 pesos
  • Chefs de bureau : salaires entre 2 000 et 4 000 pesos
  • Oficiales : salaires entre 800 (1 000 pour Cuba) et 2 000 pesos
  • 21 Ortego Gil, 2004, pp. 50-51 et 54-55.
  • 22 Décrets du 20 septembre 1878, du 25 juillet et du 2 octobre 1884, du 13 octobre 1890, ibid., pp. 6 (...)
  • 23 Voir ici Luis, « La construction », pp. 59-73.
  • 24 Martínez Pérez, 2008-2009.
  • 25 « Sigue siendo la administración pública la constante ocasión de quejas y amargos reproches », cit (...)

13Les employés ayant des salaires inférieurs étaient inclus dans une vaste catégorie de subalternes. Le règlement organique du 3 juin 1866 transférait ensuite en outre-mer les dispositions appliquées dans la Péninsule en matière de catégories, conditions d’entrée dans celles-ci, promotions et droits à pensions21. Comme pour la Péninsule, l’objectif affiché, celui d’une catégorisation globale et d’une assimilation avec la Péninsule, ne fut jamais atteint, comme le prouve la réitération des textes censés assimiler les statuts de part et d’autre des océans22. La logique d’une accumulation de corps héritée de l’Ancien Régime23 restait bien vivante à la fin du XIXe siècle24. Il y a toutefois un mouvement global de salarisation et de rapprochement entre les deux espaces de l’Empire. Cela ne réduisit pourtant pas le poids de la corruption et l’image prédatrice des employés, comme l’affirmait encore Antonio Maura, alors ministre d’Outremer, devant les Cortes en 1893 : « […] l’administration publique continue à être le constant objet de plaintes et d’amers reproches25 ».

14Si la salarisation a probablement réduit le niveau de la prévarication et de l’arbitraire, elle a introduit deux autres éléments alimentant l’image de prédateur des employés : le niveau élevé des salaires et les pensions qui y étaient attachées.

TABLEAU 1. — Salaires comparés des catégories administratives en outre-mer et en métropole en 1860

Péninsule en réaux

Outre-mer en pesos

Outre-mer en réaux

Facteur multiplicatif des salaires d’outremer/péninsule

Chefs d’administration

26 000 à 40 000

Supérieur à 4 000

Supérieur à 80 000

Plus de 2 fois

Chefs de bureau

16 000 à 24 000

2 000 à 4 000

40 000 à 80 000

x 2,5 à 3,3

Oficiales

6 000 à 14 000

800 à 2000

16 000 à 40 000

x 2,6 à 2,8

Subalternes

Inférieur à 3 000

Inférieur à 800 ou à 1 000 (Cuba)

Inférieur à 16 000

x 5

Sources : Décrets du 18 juin 1852 pour la Péninsule et du 9 juillet 1860 pour l’outre-mer
Conversion au taux d’un peso fuerte = 20 réaux de billons

  • 26 « No nos lleva un espíritu democrático, ni humilde de cenobita, á clamar contra los grandes sueldo (...)

15Ces sommes incluent un salaire ainsi que, à partir des années 1860, un complément au salaire (sobresueldos qui sont un peu plus élevés à Cuba qu’ailleurs), sorte de prime coloniale qui dépasse le salaire de base, au motif, réel, de la cherté de la vie dans ces territoires. Toutefois, la vie n’y était pas de deux à cinq fois plus chère. D’où les critiques : « Ce n’est pas un esprit démocratique, ni celui d’humble cénobite qui nous conduit à protester contre les gros salaires et émoluments des hauts fonctionnaires et employés d’outre-mer26 ».

  • 27 Voir ici Roldán de Montaud, « La carrera de un alto funcionario », pp. 137-156.

16Le témoignage de Vicente Vázquez Queipo donne une idée des calculs réalisés par les péninsulaires à l’heure d’accepter un poste en outre-mer27. Dans une lettre à son parrain datée de 1838, il affirmait :

  • 28 « Este destino, [...] no baja según la opinión de los que lo conocen bien, de 12 a 14 mil pesos, d (...)

Cet emploi, [...] selon l’opinion de ceux qui le connaisse bien, ne rapporte pas moins de 12 000 à 14 000 pesos, dont il faut dépenser 5 000 à 6 000 pour l’entretien de la famille, ce qui permet d’économiser 6 000 pesos tous les ans, en se conduisant avec l’honnêteté qu’exigent mes principes et ma naissance28.

17Certes, l’emploi en question, celui de fiscal de Hacienda de Cuba faisait partie des emplois très bien rémunérés de l’administration cubaine. Toutefois, il donne une idée de l’importance espérée de l’épargne effectuée et de ce que quelqu’un appartenant aux plus hautes élites péninsulaires (Vázquez Queipo était, rappelons-le, le neveu du comte de Toreno) considérait comme un niveau de vie décent pour un homme marié de son milieu social ayant déjà deux enfants. Ce niveau de 5 000 à 6 000 pesos était ce que pouvaient espérer percevoir de nombreux chefs de bureau en ajoutant l’argent de la corruption à celui de leurs salaires et mener ainsi la grande vie qui leur était interdite dans la Péninsule ou/et épargner pour s’assurer un capital à investir lors de leur retour en métropole.

  • 29 C’est un leitmotiv sous la plume des voyageurs étrangers dans l’île. Acevedo, La Habana en el sigl (...)
  • 30 « […] las necesidades de la representación, que no pueden desatenderse sin perjuicio del prestigio (...)
  • 31 « […] contar con la seguridad de una recompensa en legitimas economías », ibid., p. 334.

18Comment justifier de tels niveaux de salaire ? La vie bien plus chère que dans la Péninsule était le premier argument utilisé. Il ne justifie toutefois pas l’ampleur de l’écart avec la Péninsule, même pour La Havane réputée pour son coût de la vie particulièrement élevé29. L’autre argument est celui de la nécessité d’avoir un train de vie en accord avec l’emploi exercé car les salaires doivent intégrer « […] les nécessités de la représentation que l’on ne peut négliger sans risquer de porter préjudice au prestige du gouvernement30 ». Le dernier argument utilisé, y compris par ceux qui dénonçaient les excès des revenus des employés tel le général Gutiérrez de la Concha, traduit bien la conception de l’emploi d’outremer qui prévalait chez les péninsulaires. Ces emplois devaient permettre de faire des économies en vue du retour et ainsi « […] compter sur la sécurité d’une récompense en des économies légitimes31 ».

LE GROS LOT : OBTENIR UNE PENSION

  • 32 Voir ici Luis, « La construction », pp. 59-73.
  • 33 Ordonnance du 18 janvier 1842 qui étend à l’outre-mer le décret du 3 avril 1828, dans Artigas, Man (...)
  • 34 « Tomar posesión de un destino para adquirir al cesar en él el derecho à la cuarta parte de su pin (...)
  • 35 Luis, 2002, p. 265 ; Colección legislativa de España, 1849.
  • 36 Durée réduite à 12 ans s’il s’agit d’un mise à pied liée à a suppression d’un bureau ou à la réfor (...)
  • 37 Ces derniers avaient un salaire unique de réaux.

19L’intérêt de l’emploi en outre-mer était aussi de bénéficier de pensions de cesante ou de retraites calculées sur les salaires très élevés versés dans ces territoires. On a vu plus haut32 que ces pensions avaient été régulées pour la Péninsule par le décret du 3 avril 1828 en normant leurs montants en fonction de l’ancienneté et en limitant les bénéficiaires aux employés de nomination royale (real nombramiento), évitant ainsi de faire peser sur le budget royal des pensions en faveur de la masse des subalternes qui existait dans les différents bureaux. Les résistances et les exceptions se multiplièrent dans la Péninsule, le phénomène étant encore plus fort en outre-mer. En effet, les employés parvinrent à être exemptés du décret d’avril 1828 jusqu’en 1842 et donc avaient tous droits à pension jusqu’à cette date33. Ces pensions étant calculées sur le salaire le plus fort, donc pour des péninsulaires, par définition sur celui d’outre-mer. Il suffisait ainsi d’avoir « pris possession d’un emploi pour acquérir au moment de l’abandonner le droit au quart d’un gros salaire » en cas de cesantía. Il s’agissait d’une « prodigalité de taille »34 si l’employé revenait dans la Péninsule où le coût de la vie était plus bas. Pour ces raisons, le législateur réduisit les opportunités de pensions à partir de 1842. L’application du texte de 1828 garantissait cependant des pensions de retraite dès 15 ans de services et de cesante sans durée minimale. Le décret du 26 octobre 1849 étendit les dispositions restrictives sur les pensions qui avaient été apportées par le budget de 1835 par rapport au texte de 182835 : pour les employés de real nombramiento, retraite avec 2/5 du meilleur salaire pour 20 ans d’ancienneté, 3/5 pour 25 ans, 4/5 pour 35 ans. Quant aux cesantes, ils percevaient 1/4 du salaire pour 15 ans de service, la moitié pour 20 ans36. Ce même texte de 1849 impose une résidence d’au minimum deux ans en outremer et plafonne les pensions à 6 000 pesos et à 2 000 pesos si la résidence a lieu dans la Péninsule. Cette dernière somme, équivalente à 40 000 réaux correspond à un salaire très élevé dans la Péninsule, c’est-à-dire du niveau des intendants de province ou des régents d’audience37.

  • 38 Colección legislativa de España, 1859.
  • 39 Décret du 26 octobre 1849, art. 10, dans Colección legislativa de España, 1849.
  • 40 Gaceta de Madrid, 14 février 1864.
  • 41 Ce budget mentionne le versement de pensions versées à du personnel subalterne des audiences, tel (...)

20Cette situation et la non-application des textes étaient dénoncées dans le préambule du décret du 13 mai 1859 qui affirmait qu’un an en outre-mer suffisait pour bénéficier d’une pension de cesante beaucoup plus élevée que celle qui aurait été perçue à la suite de la perte d’un emploi dans la Péninsule38. Les employés parvenaient en particulier à intégrer les « licences » (congés en principe sans solde) obtenues pour regagner temporairement la Péninsule (le plus souvent pour raison de santé) dans le calcul d’ancienneté. Or, celles-ci pouvaient être très longues : d’un an maximum pour les Antilles à 18 mois pour les Philippines39. Les employés étaient aussi parvenus à faire intégrer dans l’ancienneté leurs années d’apprentissage dans les bureaux où, comme meritorios, ils avaient travaillé sans salaire, dans l’espoir d’être embauché à la première place de titulaire qui se libérait40. Par ailleurs, la limitation des pensions aux employés de Real nombramiento n’était pas toujours respectée. Les budgets, tel celui de Porto Rico en 1850 attestent de l’existence de subalternes percevant pensions41.

  • 42 Presupuestos generales de ingresos y gastos de las islas de Cuba, Puerto Rico, Filipinas y Fernand (...)

21Quelques budgets permettent de se rendre compte de l’ampleur du phénomène. Celui des Philippines pour 1860 indique que 435 personnes touchaient des pensions. La majorité (180) concerne des petites indemnités s’élevant en moyenne à 60 pesos par an, versées à des soldats démobilisés. Viennent ensuite des pensions versées à 166 veuves ou orphelins d’employés. On trouve enfin 51 retraités ou assimilés et 56 cesantes dont respectivement 19 et 41 vivaient dans la Péninsule. Les pensions moyennes s’élevaient dans le premier cas à 1 072 pesos et à 963 pesos dans le deuxième cas. Ceci correspond à des rentes potentiellement viagères de 19 000 à plus de 21 000 réaux, soit l’équivalent en Espagne de confortables salaires de chefs de bureau. En revanche, les pensions moyennes sont beaucoup plus faibles pour les anciens employés restés aux Philippines : 738 pesos pour les retraites et 376 pour les cesantes42. Cette différence s’explique par le fait que les employés demeurant en outremer occupaient des emplois subalternes ou moyens (les subalternes étaient les employés aux salaires inférieurs à 800 pesos).

  • 43 Artigas, Manual del empleado, p. 282.
  • 44 Décret du 9 décembre 1869, art. 1. La conversion des pesos se faisant aux taux des réaux d’argent (...)
  • 45 Décret du 11 juillet 1870, dans Colección legislativa de España, 1870.
  • 46 Presupuestos generale... Cuba... 1883-1884.
  • 47 Artigas, Manual del empleado, pp. 654-675.

22Le poids lourd de ces pensions sur les budgets et l’effet d’aubaine qu’ils représentaient pour les employés expliquent la poursuite des restrictions apportées par la suite. Le décret du 1er octobre 1856 exigeait six ans de résidence en outre-mer pour pouvoir prétendre à pension, en excluant les périodes de « licence »43. Les résistances eurent raison de cette restriction. Le décret déjà évoqué du 13 mai 1859 plafonna les pensions à 2 000 pesos et fixa à nouveau à deux ans la durée minimale de résidence en outre-mer pour en bénéficier. Le décret du 9 décembre 1869 réduisit drastiquement les pensions versées aux employés vivant dans la Péninsule en les divisant par deux et demi44. La mesure engendra de très fortes protestations et fut abolie six mois plus tard (décret du 11 juillet 1870). Les effets financiers de cette abolition avaient été limités par la loi du 23 mai 1870 qui étendit à six ans la durée de résidence minimale en outre-mer45. Ces mesures ne furent pas suffisantes. En 1883, le poids des pensions s’élevait pour Cuba à 1,548 million de pesos, soit 7,6 % de l’ensemble des dépenses en personnel46. En 1891, les seuls cesantes du ministère d’Outre-mer s’élevaient à 289 individus47. Par ailleurs, la complexité et les contradictions entre les textes conduisaient à dénoncer « ce labyrinthe inextricable » et à rajouter avec humour :

  • 48 « Mas no se crea que las leyes, reales decretos y reales órdenes sobre clases pasivas, bien y debi (...)

Mais que l’on ne croie pas que les lois, décrets royaux et ordonnances royales sur les classes passives, bien et convenablement étudiées nous disent tout, il ne suffit pas de connaître la jurisprudence, les cas, les exemples, car même ainsi la connaissance de cette difficile métaphysique ne sera pas suffisante. Cette science et cet art particulièrement difficile ont sa doctrine exotérique ainsi que celle ésotérique destinée aux initiés48.

L’EMPLOI EN OUTRE-MER : UN INVESTISSEMENT RISQUÉ

  • 49 Huetz de Lemps, 2006, p. 28.

23Ainsi, le caractère prédateur attribué aux employés en outre-mer, et en particulier aux péninsulaires, ne vient-il pas seulement de la possibilité de faire une fortune rapide grâce à la corruption. Il vient aussi du niveau des salaires et des pensions qui y sont attachés, le système contribuant à favoriser des séjours le plus brefs possibles. Décrivant la figure du gouverneur des Philippines avant la réforme de 1844, X. Huetz de Lemps dresse le portrait d’un homme pressé : « Il dispose de trois années, au mieux de six années pour rentabiliser son exil49 ». Cette affirmation peut être étendue à l’ensemble des employés péninsulaires. C’est d’ailleurs ce que reconnaissaient en 1869 les autorités à propos des pensions :

  • 50 « […] adquirir facilmente ventajas tan considerables produjo un incesante y perturbador movimiento (...)

[…] acquérir facilement des avantages aussi considérables produisit un incessant et perturbateur mouvement dans le personnel de cette administration [celle d’outre-mer] causé par la multitude de fonctionnaire, tant civils que militaires, qui sollicitaient leur entrée dans celle-ci avec le principal et parfois exclusif but d’acquérir en peu de temps une base de classification qu’ils n’auraient jamais pu espérer dans un ordre normal des choses50.

  • 51 Huetz de Lemps, 2009.
  • 52 Escosura, Memoria sobre Filipinas p. 45.
  • 53 « […] en climas funestos donde, si no la muerte, se encuentran enfermedades indelebles y una vejez (...)
  • 54 Moreno Fraginals, Moreno Maso, 1993, pp. 63-64 et 142-145.

24Un tel tableau des gains susceptibles d’être obtenus grâce à l’emploi dans les colonies conduit à se demander pourquoi ceux-ci n’ont-ils pas attiré les plus compétents, les plus ambitieux des candidats à l’emploi public de la Péninsule ? Certains d’entre eux le furent et les colonies ont été marquées par quelques grands administrateurs tel Vázquez Queipo ou Jacobo de Pezuela à Cuba. Toutefois, la réputation dominante d’un outre-mer « dépotoir »51 administratif de la Péninsule montre que globalement, les colonies ne vident pas la métropole de ses meilleurs éléments. Outre la crainte ordinaire du déracinement, l’explication se situe dans le risque constitué par une telle aventure. Le premier était celui du voyage. La première traversée directe vers Cuba par bateau vapeur n’eut pas lieu avant 1850. Il fallait donc auparavant soit utiliser les vapeurs partant d’Angleterre soit utiliser la marine à voile dans une mer des Caraïbes toujours dangereuse et infestée de pirates au milieu du siècle. Le voyage vers les Philippines est resté pendant longtemps le pire de tous avec une durée d’une centaine de jours quand les bateaux étaient contraints de passer par le cap de bonne espérance, puis réduit de 30 à 45 jours grâce à la vapeur et au canal de Suez à partir de l’ouverture de celui-ci en 186952. Les progrès dans la durée et la sécurité des voyages se traduisent indirectement dans nos sources : les références à des naufrages ou à des attaques de pirates disparaissent dans les dossiers personnels des employés. L’autre risque très important était celui du climat. Il était d’ailleurs parfaitement intégré par les autorités qui justifiaient les pensions accordées par les « services effectués à une telle distance de la Péninsule, avec des climats funestes où, l’on risque, outre la mort, des maladies indélébiles et une vieillesse prématurée53 ». Nous ne disposons de données que pour les militaires, mais elles sont éloquentes : près de 19 000 soldats péninsulaires seraient morts de maladie entre 1840 et 1859, parmi les plus de 17 000 décès enregistrés entre 1868 et 1880, plus de la moitié était due à la fièvre jaune54. Les ravages effectués par les maladies tropicales expliquent d’ailleurs que les familles d’employés morts en outre-mer avaient droit à pensions, sans condition de durée en poste de l’employé défunt (loi du 26 mai 1835 et décret du 13 mai 1859).

  • 55 Huetz de Lemps, 2006, pp. 27-28.

25Enfin, le voyage en outre-mer constituait un investissement pécunier car celui-ci n’était remboursé par l’administration, avec retard, qu’après la prise de fonction de celui-ci. De plus, certaines professions, tels les gouverneurs aux Philippines55, nécessitaient des fonds jusqu’au milieu du XIXe siècle. Pour un péninsulaire disposant d’un bagage intellectuel lui permettant de postuler à un emploi administratif, choisir de servir en outre-mer doit donc se comprendre comme une aventure et un investissement, doté d’une part de hasard non négligeable. La figure enviable des gagnants qui contribue à leur retour en métropole à entretenir le mythe de la fortune issue des colonies masque l’existence des perdants, de ceux dont la vie fut brisée par l’aventure.

UNE ADMINISTRATION DOMINÉE PAR LES PÉNINSULAIRES ?

  • 56 Camacho Domínguez, 2014a et 2014b ; Elizalde Pérez-Grueso, Huetz de Lemps, 2014.
  • 57 Hernández Sandoica, 1989.

26Les travaux abordant de front cette question sont rares, en grande partie parce que l’exclusion des populations locales de l’administration est longtemps apparue comme un fait acquis, comme un lieu commun sur l’administration coloniale, lieu commun porté en particulier par les milieux autonomistes puis indépendantistes. Les études récentes sur l’Église confirment cette image : il existe à Cuba une péninsularisation du clergé séculier au détriment des ordres religieux dominés par les créoles au XIXe siècle, et aux Philippines, où existe une situation inverse, les ordres religieux, dominés par les péninsulaires, prennent progressivement le pas sur le clergé séculier constitué de naturales56. Le même processus touche l’université à partir de sa sécularisation en 184257, mais il reste beaucoup plus limité : parmi les 36 personnels enseignants de l’université de La Havane, seuls 7 étaient péninsulaires en 1868.

  • 58 Ruiz Gómez, Exámen crítico, p. 42.
  • 59 Bizcarrondo, Elorza, 2001, p. 58.
  • 60 « Los funcionarios que han prestado y prestan servicios en Ultramar son en su inmensa mayoría peni (...)

27La dénonciation de cette situation par l’emblématique Carlos Manuel de Céspedes ne se limite pas aux rangs de ceux qui rejettent la domination de la Péninsule. On la retrouve par exemple au début de la Restauration dans l’analyse critique du budget de 1878 par le sénateur Servando Ruiz Gómez. Partant des données de la Guía de 1868, il affirme que les Cubains n’étaient employés massivement que dans l’enseignement et qu’ils n’occupaient que 39 des 256 postes de l’administration civile58. Dans une lettre à Cánovas del Castillo écrite la même année, Martínez Campos voyait dans « l’exclusion des naturales de toutes les branches de l’administration » une des causes de l’insurrection de 186859. Même les textes administratifs se faisaient l’écho de cette situation. Ainsi le préambule au décret du 24 avril 1869 affirmait que : « Les fonctionnaires qui ont servi et servent en outre-mer sont péninsulaires dans leur immense majorité60 ».

  • 61 « […] el aumento y fijación de la raza española en los dominios de ultramar », cité dans Escosura,(...)
  • 62 Llobet, 2011, chap. 4 (pp. 225-284). Voir aussi ici Butrón Prida, « La administración imperial » p (...)
  • 63 « […] sean europeos todos los que proponga la Cámara en las consultas de plazas togadas y fiscalía (...)
  • 64 Fradera, 2005, pp. 204, 219 et 564.

28La vieille législation contenue dans les Leyes de Indias ne faisait que privilégier les Espagnols et leurs descendants, afin d’assurer « […] l’augmentation et la fixation de la race espagnole dans les domaines d’outre-mer61 ». Cette disposition avait du sens aux Philippines, mais en avait beaucoup moins aux Antilles où la population de naturales avait disparu et où existait donc un vivier blanc local important. Sans jamais donner lieu à une mesure générale, la mise à l’écart des créoles est une politique assumée par la Monarchie dans le dernier tiers du XVIIIe siècle, dans le cadre des réformes de Galvez, puis dans les décennies suivantes à la suite des indépendances de l’Amérique continentale par peur de la contagion indépendantiste. Dans les années 1820, cette crainte était particulièrement forte aux Philippines où Manille fut le lieu en 1822-1823 de conspirations et du soulèvement militaire indépendantiste du capitaine Novales qui se solda par une dure répression62. La présence dans le complot méfiance d’individus qui avaient fui l’Amérique continentale étendit la méfiance à l’ensemble des non péninsulaires. Une ordonnance royale de 1828 demandait ainsi à ce que « […] tous ceux que la Chambre [de Castille] propose dans les consultations pour l’octroi de places de magistrats et de procureurs de l’audience royale des Philippines soient européens63 ». La chronologie est différente aux Antilles car la période qui, à Cuba va du début des années 1820 à 1837, correspondant à l’âge d’or de l’alliance entre la Monarchie et les élites créoles avec la domination de l’intendant Martínez de Pinillos et de l’ancien député aux Cortès Francisco de Arango. Ceci eut pour conséquence un coup d’arrêt dans la mise à l’écart des créoles qui contrôlaient par exemple l’intendance jusqu’en 1839 à Cuba, et en 1834 à Porto Rico64.

  • 65 Moreno Fraginals, Moreno Maso, 1993, p. 50.
  • 66 C’est ce que révèlent leurs feuilles de service. AHN, Hacienda 2796 pour les années 1850, AGI, Ult (...)
  • 67 « […] introducir periódicamente en la administración de las provincias de Ultramar los adelentados (...)
  • 68 Solla Sastre, 2015a, p. 15.
  • 69 Ortego Gil, 2005, pp. 68, 72-74 et 77-79.

29Le processus reprend par la suite avec la mise à l’écart de ceux-ci de l’armée65, puis des corps civils militarisés. Tous les carabiniers présents à Cuba dans les années 1850 étaient péninsulaires, ainsi que la quasi-totalité des lieutenants de ce corps en 186266. Un autre argument était alors largement utilisé : il s’agissait d’« introduire périodiquement dans l’administration des provinces d’outre-mer les avancées, les idées et jusqu’aux coutumes de la Péninsule67 ». On utilisait aussi de manière extensive l’interdiction valable pour certaines professions d’exercer dans les territoires dont on était originaires. Ainsi, pour les juges nés en outremer, cette interdiction ancienne était étendue à l’ensemble du territoire de leur colonie de naissance par le Conseil d’État en 1870, et non réduite comme dans la Péninsule à leur ville natale68. Passé la tourmente des années 1868-1878, la politique timide de réformes fit accroître la pression en faveur de l’intégration des natifs afin de favoriser l’assimilation des territoires d’outre-mer à la Péninsule. L’ouverture normative ne se fit à partir de 1879 en permettant aux naturales de postuler aux emplois subalternes et surtout au bas de l’échelle des emplois de Real nombramiento (classe 5 de oficiales). En 1888, Sagasta constituait une commission chargée de réformer les modalités d’entrée dans les carrières administratives, guidée par le respect de l’égalité de tous les Espagnols, quels que soient leurs lieux de naissance. Toutefois, les résistances se poursuivirent. L’initiative ne parvint pas à aller au bout de sa logique. On n’alla pas au-delà de l’ouverture à cette cinquième classe des employés de nomination royale et en 1890, le gouvernement se gardait le droit de nommer des péninsulaires dans cette classe pour éviter une « créolisation » de l’administration par le biais des promotions69.

30Comment s’est concrétisée cette politique énoncée par les autorités métropolitaines et dénoncée par les milieux autonomistes ? À la différence des Antilles, l’armée était largement dominée aux Philippines par les natifs de l’archipel.

  • 70 Artaza montero, 2001, p. 359, n. 32.

31En 1879, ils auraient représenté les trois-quarts de l’effectif de l’armée et des corps militarisés70. À Cuba, les données publiées par Servando Ruiz Gómez pour 1868 ne sont guère probantes car elles prêtent à confusion. Tirées de la Guía de Cuba, elles ne concernent que les employés de haut rang : il y avait en effet plus de 2 000 employés à Cuba d’après le budget de 1860, nous sommes donc loin des 256 postes évoqués et la source utilisée ne mentionne pas l’origine géographique des employés. Aborder plus en profondeur cette question impose d’effectuer le recensement systématique de la population de bureaux ou de corps.

  • 71 Voir ici Luis, « Les magistrats », pp. 189-209.
  • 72 Burkholder, 2004, pp. 847 et 855.

32C’est ce que nous avons fait plus haut pour les juges des audiences d’outremer71. Les créoles occupaient encore 51 % des postes de magistrats de l’ensemble des audiences des Indes durant la période 1809-182072. Après cette date, dans un Empire réduit aux Antilles et aux Philippines, leur part s’effondre pour s’établir à 20 %, une moyenne jusqu’en 1898 qui masque leur réduction croissante : seuls 12 % des juges des audiences d’outre-mer nés après 1820 étaient créoles. Tout en marquant la large domination des péninsulaires, ces données montrent qu’il n’y a pas exclusion complète des créoles. Cette constatation est renforcée par l’examen exhaustif du personnel de quelques bureaux à Cuba et aux Philippines ainsi que par les données très précises du recensement de Porto Rico en 1862.

TABLEAU 2. — Les emplois civils des péninsulaires dans une sélection de bureaux

Real contaduría del ejército y Hacienda, Philippines 1832

Employés du courrier, Cuba 1845

Contaduría general de ejército y Hacienda, Cuba, 1849

Ensemble des employés civils, Porto Rico 1862

Administración de rentas terrestres, Cuba 1863

% de péninsulaires

55,5

56

7,5

46,3

32

% de péninsulaires dans les emplois subalternes

56,2

 ?

0

41

23,8

Sources : Pour 1832, voir (chapitre 9), effectif de 26 ; pour les employés du courrier à Cuba en 1845 et la Contaduría general de ejercito y Hacienda en 1849 : AGI, Ultramar, leg. 287, effectifs de 87 et 40 ; pour Porto Rico, Presupuesto general de los ingresos y gastos de las islas de Cuba, Puerto Rico, Filipinas y Fernando Póo para el año de 1860, effectif de 624 ; pour les bureaux des rentas terrestres à Cuba en 1863, AGI, Ultramar, leg. 288, effectifs de 77

  • 73 La pension moyenne de ces retraites était de 738 pesos, donc calculée sur un salaire de base supér (...)

33Ainsi, les individus que les sources administratives ne désignent jamais autrement que comme Españoles de América ou Residentes en las islas de Cuba, de Puerto Rico y en las Filipinas représentent-ils toujours plus de 40 % des employés. Certes, les données recueillies pour les Philippines et Cuba ne constituent qu’un sondage, toutefois, ces résultats sont parfaitement concordants avec les données globales et systématiques de l’excellent recensement de Porto Rico. L’autre surprise des pointages exhaustifs effectués est que les locaux ne sont pas uniquement relégués aux emplois subalternes. Si les chefs de bureau sont presque toujours des péninsulaires, les emplois de nomination royale inférieurs peuvent être pourvus par des locaux, comme on le voit aussi dans le graphique 1. Ceci confirme en partie les données évoquées plus haut sur les pensions versées à des individus résidants aux Philippines en 1860 où aucun des retraités n’avait été subalterne73. Inversement une forte minorité d’emplois subalternes était aux mains de péninsulaires.

GRAPHIQUE 1. — Les employés de l’administration des rentes terrestres à Cuba en 1863

GRAPHIQUE 1. — Les employés de l’administration des rentes terrestres à Cuba en 1863

34Par ailleurs, limiter les origines des employés aux seuls péninsulaires et locaux est réducteur comme l’indique le cas suivant.

TABLEAU 3. — Origine géographique des employés du courrier à Cuba en 1845

Péninsulaires

37

Canaries

4

Européens

2

Cubains

35

Autres américains

9

Total

87

Source : AGI, Ultramar, leg. 287

35Les individus originaires d’autres territoires américains sont ainsi non négligeables, issus le plus souvent de créoles ou de familles d’Espagnols émigrés des territoires devenus indépendants entre 1810 et 1824, avant tout de l’Ancien Royaume de Grenade. On y trouve aussi un certain nombre de réfugiés de Saint-Domingue.

  • 74 Moreno Fraginals, Moreno Maso, 1993, pp. 65-66.
  • 75 Ibid., p. 67.

36Quand les sources le permettent, les origines géographiques des péninsulaires confirment en partie ce qui a déjà été révélé pour les juges des audiences : la permanence, par rapport au XVIIIe siècle, de l’Andalousie et des norteños dans les régions pourvoyeuses d’employés en Amérique. La différence avec l’armée réside dans l’absence de Galiciens qui étaient au contraire les plus nombreux parmi les militaires. Ceci montre que la migration vers les emplois publics n’était pas celle de la grande pauvreté qui caractérisait la Galice74. La différence avec les juges ainsi qu’avec la situation du siècle précédent est constituée par la forte présence des Catalans. La présence de ces derniers s’est renforcée à Cuba au travers de l’armée ou des secteurs de l’industrie et du commerce qui, phénomène observé dans les périodes antérieures, drainent des hommes nombreux susceptibles de rechercher lorsqu’ils se trouvent en outre-mer, des emplois nécessitant du personnel alphabétisé, mais sans études universitaires, comme ceux du courrier75.

TABLEAU 4. — Origines des péninsulaires de l’administration du Courrier à Cuba en 1845

Andalousie

10

Catalogne

9

Norteños (Navarre, Provinces basques, Santander, Asturias)

10

Autres

5

Inconnu

3

Total

37

Source : AGI, Ultramar, leg. 287

37L’ensemble de ces données montre que s’il y a domination écrasante des péninsulaires dans les postes administratifs de direction et dans l’armée, on ne peut pourtant pas parler d’exclusion des natifs des colonies de la fonction publique, ni même de leur relégation aux emplois subalternes. Une partie de la société locale était ainsi partie prenante du fonctionnement de l’administration de la Monarchie, réalité occultée par les opposants à la métropole ainsi que par les responsables de l’État impérial. En effet, reconnaître cette situation aurait été un aveu de faiblesse pour des autorités revendiquant la domination des péninsulaires. Ce point mériterait un approfondissement, mais la clé se situe probablement dans les conditions particulières de nomination des employés en outre-mer et dans les concessions que les responsables devaient faire en direction de certains secteurs de la société locale. En effet, la part plus importante qu’en métropole d’employés nommés par les responsables locaux et en premier lieu par le capitaine général, la grande part de nominations provisoires liées à la nécessité de ne pas attendre une décision madrilène pour faire fonctionner un service conduisirent ces responsables locaux à subir les pressions des secteurs de la société locale, qu’il s’agisse des créoles ou des métis, qui réclamaient des faveurs en échange de leur soutien.

  • 76 Ortego Gil, 2005, pp. 72-74.
  • 77 Gaceta de Madrid, 22 décembre 1888. Cette audience au criminel était composée de Juan Valdés Pagés (...)

38La question des emplois publics donne ainsi lieu à partir des années 1860 à une forme d’instrumentalisation, de thème aisément mobilisable pour rejeter la domination métropolitaine. L’écho suscité par ce sujet entraîne en métropole des débats dont on retrouve la trace dans les textes portant sur les carrières des employés. Ces débats conduisent au développement d’argumentaires justifiant la forte présence de péninsulaires dans les emplois publics coloniaux. Ils n’ont fait qu’entraver une ouverture plus importante des emplois aux candidats locaux, dans le cadre de la timide politique réformiste mise en place à partir de la fin des années 187076. Situation inconcevable à Cuba quelques décennies plus tôt, la nouvelle audience au criminel de Pinar del Rio, créée en octobre 1888, était majoritairement composée de non péninsulaires, y compris parmi les juges dont 4 sur 6 étaient nés à Porto Rico ou Cuba77. Ainsi, la réalité du terrain montre une ouverture aux créoles plus importante que ne le laisse supposer l’évolution normative.

LES LIMITES DE L’OPPOSITION NATIFS/PÉNINSULAIRES

  • 78 Bertrand, 2011.
  • 79 Goncalvès, 2008, pp. 189 et 271-273.
  • 80 Paz Sánchez, 1998.
  • 81 AHN, Ministerio de Justicia, leg. 4 583/5 019 et AHN, Ultramar, leg. 31, exp. 25.

39Comme dans d’autres domaines, cette opposition est réductrice à l’heure d’examiner le poids de la métropole dans les emplois publics. S’en contenter conduit à utiliser des catégories construites politiquement qui négligent la complexité des sociétés coloniales et leur dynamique. Deux types de réserves doivent être faits. La première porte sur le rôle fondamental des alliances matrimoniales qui a été largement mis en lumière dans les travaux portant sur l’Ancien Régime. Le haut fonctionnaire espagnol épousant la fille d’un riche créole est une figure classique de l’Empire au XVIIIe siècle, même si une telle alliance était interdite par les lois des Indes. M. Bertrand a ainsi révélé le fort pouvoir d’attraction des officiers des Finances pour les familles créoles de grands propriétaires et de commerçants de Nouvelle-Espagne78. Le phénomène perdure au XIXe siècle, mais il n’a pas donné lieu à des études aussi riches. Il apparaît pourtant à plusieurs reprises dans nos sources et traduit le degré plus ou moins grand de collusion entre quelques grandes familles créoles et les hommes de l’administration royale. Je me limiterai à deux exemples probants du premier tiers du XIXe siècle. Mariana de Bildosola y Jaureguí, appartenant par sa mère à une grande famille de La Havane ayant des représentants à Puerto Príncipe79 obtint l’autorisation royale d’épouser un oidor de l’audience de Puerto Príncipe dans les années 1820. La demande d’exemption à la législation qui interdisait ce type de mariage a été obtenue grâce à une pétition de la municipalité de La Havane. Un mariage du même type eut lieu entre 1815 et 1820 entre Catalina de Miranda, jeune créole de Puerto Príncipe et Ramon José de Mendiola, oidor de l’audience de la ville. Les conflits sont autant de moments qui permettent de mettre en lumière ce type d’alliances. Ce fut ainsi le cas à Puerto Príncipe où l’opposition entre un des oidores et un membre éminent des grandes familles de Puerto Príncipe, José Manuel de Bethancourt80, conduisit le pouvoir à muter le juge à la nouvelle audience de Porto Rico en 1832. Le motif invoqué est alors la législation contournée lors du mariage de l’oidor, à savoir l’interdiction d’exercer dans un territoire où existe une parentèle de son épouse81.

  • 82 Moreno Fraginals, Moreno Maso, 1993, pp. 57-58. Voir aussi Avelino Delgado, 1980.
  • 83 Ibid., pp. 62 et 100-101.

40Ce qui est observé parmi les élites se retrouve sous d’autres formes parmi les milieux populaires. Dans leurs travaux remarquables, M. Moreno Fraginals et J. Moreno Masó ont montré comment l’armée fut un vecteur essentiel de peuplement de Cuba. Il y a eu davantage de soldats envoyés à Cuba au XIXe siècle qu’entre le début de la colonisation et 1808. Une part très importante de ces hommes, issus de milieux très pauvres, ne sont pas revenus dans la Péninsule et se sont installés à Cuba après avoir servi dans les armes. Ils nourrirent ainsi les couches populaires de l’île participant au « blanchiment » voulu par les autorités en épousant des femmes métisses attirées par des hommes qui, par leur origine, feraient gravir à leurs progénitures et donc à elles-mêmes quelques échelons de la hiérarchie raciale qui caractérisait la société cubaine82. Il est très difficile de quantifier ces hommes avant les années 1860, toutefois, nous avons vu qu’ils étaient prioritaires pour occuper des postes de maintien de l’ordre (Resguardo, carabineros, Guardia civil) et on les trouve en très grand nombre dans le personnel d’encadrement des ingenios à sucre. Par la suite, les registres de la compagnie transatlantique de bateaux à vapeur effectuant la liaison avec la Péninsule permettent de proposer une évaluation : sur les plus de 232 000 soldats présents à Cuba entre 1868 et 1880, 74 586 seraient restés dans l’île après leur démobilisation83. Le phénomène est donc massif. Il n’existe pas de travail similaire pour les employés mais une part de ces conclusions peut leur être étendue compte tenu de la reconversion fréquente d’anciens militaires vers les services civils de l’État.

41Même si les effectifs en jeu sont nettement moins importants que pour les militaires, la question est d’importance car elle revêt une forte dimension politique.

  • 84 « […] que allí se establecen sin contar con grandes fortunas [...] se encuentran en una posición i (...)
  • 85 Le terme pueblo désigne en même temps le « peuple » et l’habitant d’une entité administrative et c (...)
  • 86 Luis, 2014.
  • 87 Voir ici Roldán de Montaud, « La carrera de un alto funcionario », pp. 137-156.
  • 88 Archivo del Senado (Madrid), voir en ligne : <http://www.senado.es/web/conocersenado/senadohistoria/senado18341923/senadores/fichasenador/index.html?id1=3078> [consulté le 24/09/2014]. HIS-0499-05, (...)

42Se limiter à l’opposition entre péninsulaires et natifs conduit aussi à ignorer les modalités de construction des identités locales des territoires coloniaux. Il s’agit d’abord d’un problème de sources. En relevant systématiquement le lieu de naissance, dans les actes administratifs comme dans les recensements (dont les données sont reprises par exemple dans le dictionnaire de Pezuela), l’administration créatrice de ces sources contribue à la distinction entre les péninsulaires et les autres. Or, le lieu de naissance n’est pas toujours un élément pertinent pour distinguer un péninsulaire d’un español de América. Pourtant, une part importante de ces natifs n’appartient pas à de vieilles familles créoles mais est constituée par des enfants de péninsulaires qui se sont installés dans les colonies après y avoir trouvé un emploi. Le général Gutiérrez de la Concha relevait ainsi les problèmes rencontrés par ces enfants d’employés péninsulaires nés en outre-mer « […] qui se sont installés là-bas sans avoir une grande fortune [...] se retrouvent dans une position incertaine et précaire84 » car ils ne pouvaient tous intégrer l’administration. Quand ils y parvenaient, ces hommes étaient comptabilisés comme Españoles de América ou residentes ou naturales, correspondant ainsi à la définition de la catégorie de natural, c’est-à-dire au début du siècle « celui qui est né dans un pueblo ou royaume quelconque » ou à la fin du siècle « natif d’un pueblo ou d’une nation »85. Étaient-ils pour autant considérés socialement comme membres d’une communauté cohérente de natifs ? Il n’y a pas de réponse univoque à cette question tout d’abord car les sociétés locales sont bien sûr très hiérarchisées racialement et métissées, dont l’unité est longtemps une fiction entretenue par les nationalismes naissant. Par ailleurs, l’opposition avec les péninsulaires est loin d’être tranchée. On sait que des natifs de la Péninsule se sont convertis en fervents opposants à la domination espagnole. Cette complexité avait déjà été révélée au moment des indépendances américaines des années 1810-1820, où l’on avait vu des créoles fuir leur pays de naissance et des Espagnols péninsulaires faire souche dans leur nouveau pays86. Inversement, un certain nombre d’enfants d’employés s’insèrent dans la société locale. I. Roldán de Montaud en propose un exemple particulièrement parlant à propos de Vicente Vázquez Queipo qui avait occupé à partir de 1839 le poste important de fiscal de Hacienda de Cuba87. Les deux derniers de ses enfants naquirent à Cuba : Antonio en octobre 1840 et Carmen deux ans plus tard. Après avoir poursuivi des études juridiques en France, Antonio exerça comme avocat à La Havane, devint teniente fiscal de l’audience de La Havane puis asesor letrado del Tribunal Mercantil de la capitale cubaine. Propriétaire d’un patrimoine important dans l’île, il épousa Ofelia Giquel del Villar, issue d’une famille de récents grands propriétaires à Cuba, et fut élu sénateur de la province de Porto Rico de 1881 à 1884, puis de la province de Puerto Príncipe de 1884 à 188688.

43Derrière la diversité des parcours, la présence importante, peut-être même majoritaire dans certains secteurs, des residentes dans l’appareil administratif en outre-mer montre que l’administration coloniale n’était pas qu’une superstructure imposée à des territoires. Elle était aussi un moyen d’intégration, probablement insuffisant mais bien réel, des populations blanches de ces territoires. Toutefois, ces derniers ne peuvent être considérés dans leur globalité car la diversité est bien ce qui caractérise les espaces et les sociétés coloniales.

UNE HORDE PRÉDATRICE POUR L’ENSEMBLE DES TERRITOIRES COLONIAUX ?

  • 89 Pezuela, Diccionario geográfico, t. III, pp. 8-9.
  • 90 Censo de la población de España… de 1860, pp. 826 et 798.
  • 91 Diaz Arenas, Memorias Históricas Estadísticas de Filipinas, 5e cuaderno, 2. Españoles en provincia (...)
  • 92 202 sur 338. Pezuela, Diccionario geográfico, t. III, pp. 8-9 et Presupuestos generales de ingreso (...)

44Les stéréotypes circulant sur les employés prédateurs masquent la diversité de la présence du personnel administratif sur les territoires coloniaux. En effet, le monde des employés est avant tout un monde des capitales coloniales. À Cuba, 40 % des employés vivaient dans la juridiction de la capitale en 1861 alors que celle-ci ne représentait que 14,7 % de la population. Un individu sur 38 individus recensés comme blanc et dont on connaît la profession était employé, un sur 6,6 était militaire89. À Porto Rico, la capitale, San Juan, ne comprenait que 3,1 % de la population en 1861, mais y résidaient 34,3 % des employés de l’île90. En 1839, Manille aurait rassemblée à elle seule plus de 4 000 des quelques 5 000 Espagnols de l’archipel (pour peut-être autour de 3,5 millions d’habitants en 184091). Ce poids des capitales est encore plus fort si l’on inclut la population d’employés retraités ou cesantes qui, culturellement et socialement faisait partie du monde des employés : près de 60 % résidaient dans la juridiction de La Havane en 186192.

  • 93 Donc en excluant les employés rémunérés selon d’autres modes (au pourcentage...). Sur ces différen (...)

45La carte de localisation des employés civils d’État93 (carte 1) ainsi que celle du nombre d’employés rapporté au nombre d’habitants à Cuba en 1861 (carte 2) traduisent cette domination écrasante de La Havane, domination encore plus écrasante dans certains services comme celui des douaniers (carte 3).

CARTE 1. — Les employés civils (Resguardo inclus) par localités en 1860 à Cuba

CARTE 1. — Les employés civils (Resguardo inclus) par localités en 1860 à Cuba

Source : Presupuesto general de los ingresos y gastos de las islas de Cuba, Puerto Rico, Filipinas y Fernando Póo para el año 1860

CARTE 2. — Part en pourcentage des employés dans la population par juridictions politico-militaires à Cuba en 1860

CARTE 2. — Part en pourcentage des employés dans la population par juridictions politico-militaires à Cuba en 1860

Source : Censo de la población de España... 1860

CARTE 3. — Les employés des douanes (Resguardo) par juridictions politico-militaires à Cuba en 1860

CARTE 3. — Les employés des douanes (Resguardo) par juridictions politico-militaires à Cuba en 1860

Source : Presupuesto general de los ingresos y gastos de las islas de Cuba, Puerto Rico, Filipinas y Fernando Póo para el año 1860

  • 94 Pezuela, Diccionario geográfico, respectivement t. III, pp. 8-9 ; t. IV, pp. 601-602, p. 26 et pp. (...)
  • 95 Censo de la población de España… de 1860 por la Junta general de estadística, p. 819.

46La couverture du territoire ne touche guère les campagnes ni les petites agglomérations de l’intérieur. Dans la juridiction de La Havane, il y avait un employé pour 38 habitants blancs en 1861 mais cette part chute à près de un pour 200 dans des juridictions côtières comme Trinidad ou Matanzas et à un pour 859 dans une juridiction de l’intérieur comme San Antonio de los Baños. Reportées en nombres réels, ces données donnent l’ampleur de la faiblesse de la présence de l’administration civile : il y avait neuf employés de l’État (services du Gobierno, des Finances, du Courrier et de la Justice) dans cette dernière juridiction pour près de 34 000 habitants94. Les exceptions sont la province de Puerto Príncipe, vieille zone de présence administrative autour de l’audience, et des zones de peuplement récent favorisées par l’État pour des raisons militaires ou commerciales telles l’île de Pinos ou la juridiction de Nuevitas. Dans cette dernière, le taux élevé d’employés par rapport au reste de l’île est lié à la faiblesse de la population qui dépassait à peine 6 000 habitants en 186195. En dehors de La Havane, il n’y a pas de corrélation entre la part de population blanche par juridiction et la présence d’employés civils. Il n’y en a pas non plus entre cette dernière et la part des esclaves. Ainsi, les juridictions de grands domaines esclavagistes de Cárdenas et Colón, sont de forte présence administrative pour la première et de faible pour la seconde (carte 4). Les zones d’esclavage réduit de l’est (Holguín, Bayamo, Manzanillo) connaissent une présence administrative faible ou moyenne.

CARTE 4. — Part en pourcentage des esclaves dans la population par juridictions politico-militaires à Cuba en 1860

CARTE 4. — Part en pourcentage des esclaves dans la population par juridictions politico-militaires à Cuba en 1860

Source : Censo de la población de España... 1860

47Comme nous l’avons relevé à plusieurs reprises dans ce livre, l’examen de la présence étatique ne peut se limiter à l’observation de l’administration civile. Il doit tenir compte du rôle majeur de l’armée et de son poids humain considérable : il y avait à Cuba dix fois plus de militaires que d’employés civils de l’administration d’État en 1861. La présence militaire sur le terrain compense en partie la domination écrasante de La Havane dans les services administratifs (carte 5). Une surreprésentation apparaît clairement dans la partie est de l’île, celle-là même qui joue un rôle défensif face à la Jamaïque et à Saint-Domingue et qui connaît les problèmes les plus importants d’ordre public avant même le déclenchement de la guerre de Dix Ans. Les autres points de forte présence militaire sont La Havane et ses forts, ainsi que l’île de Pinos qui était une colonie de peuplement militarisée.

CARTE 5. — Part en pourcentage des militaires dans la population par juridictions politico-militaires à Cuba en 1860

CARTE 5. — Part en pourcentage des militaires dans la population par juridictions politico-militaires à Cuba en 1860

Source : Censo de la población de España... 1860

  • 96 Sagra, Historia economico-politica, p. 296.

48Les sources favorisent à Cuba et à Porto Rico un focus sur les années 1860-1861. Une vision sur la longue durée est plus délicate mais une approche est possible par exemple à partir de l’administration subalterne des rentes qui est un bon marqueur de la croissance de la présence administrative sur le terrain en liaison avec la croissance démographique (carte 6). À Cuba, les bureaux se limitaient à 11 villes lors de la deuxième restauration de Ferdinand VII en 1823, puis à 13 à partir de 182796. Leurs situations géographiques sont un bon reflet de l’occupation humaine, fondée avant tout sur le littoral (8 bureaux sur 13) et sur quelques villes de l’intérieur de création ancienne (Puerto Principe, Bayamo, Holguín, Sancti Spíritus, Santa Clara). Tout l’Ouest de La Havane est totalement délaissé. En 1860, le nombre de bureaux atteint la vingtaine, la densité s’accroissant surtout dans le quart est de l’île, un bureau apparaissant à l’extrême ouest, à Pinar del Río. En 1885, le nombre est passé à 25, mais on assiste à un basculement des zones concernées avec un recul à l’est et une forte augmentation à l’ouest (10 bureaux créés à l’ouest de Matanzas). Il s’agit là de l’effet du peuplement jusqu’alors limité de la zone de Pinar de Río et surtout des conséquences de la guerre de Dix Ans qui a ravagé l’est de l’île : en effet poursuivre le renforcement des services fiscaux n’était pas de nature à calmer l’agitation toujours possible à l’est.

CARTE 6. — Les bureaux de l’administration locale des rentes (1827-1883)

CARTE 6. — Les bureaux de l’administration locale des rentes (1827-1883)

Sources : Presupuesto general de los ingresos y gastos de las islas de Cuba, Puerto Rico, Filipinas y Fernando Póo para el año 1860. Historia económico-política y estadística de la isla de Cuba, p. 296. Presupuestos generales... Cuba... 1893-1894

  • 97 Voir ici Luis, « Aproximación cuantitativa », pp. 75-96, tableaux 2 et 3.
  • 98 Ibid., tableaux 1 et 2.
  • 99 Presupuestos generales… de 1860 et Presupuestos generales... Puerto Rico... 1880-1881.
  • 100 Censo de la población de España… de 1860, pp. 844-849.

49Comme nous l’avons vu précédemment (tableau 1), le nombre d’employés ne s’accroît plus vite que la population qu’à Cuba. Ailleurs, il y a à peine un phénomène de rattrapage global alors même que le nombre d’employés par habitant y était de deux à trois fois plus faible qu’à Cuba. À Porto Rico, l’augmentation du nombre d’employés entre 1860 et 1883 est due pour l’essentiel à celle des services du courrier et du télégraphe97. L’encadrement judiciaire et fiscal stagne alors que la population s’accroît d’un tiers passant de près de 600 000 à 800 000 habitants98. La présence sur le territoire recule même, si l’on considère les bureaux locaux de rentes et douanes qui passent de douze à huit, au détriment des plus petites localités99. En 1860, les départements du Nord-Ouest (Aguadilla, Arecibo) sont proportionnellement les moins bien dotés (carte 7), ce qui est compensé par une forte présence militaire à Aguadilla (carte 8). Ailleurs, les écarts entre les territoires sont moins forts qu’à Cuba, dans une île moins marquée par la grande propriété esclavagiste. La présence physique de l’administration civile y tient plutôt du saupoudrage si l’on se réfère aux chiffres absolus : 93 en incluant les douaniers pour le département de Ponce qui comptait près de 108 000 habitants100.

50Parler de saupoudrage est encore plus vrai aux Philippines, y compris à Luçon, la zone pourtant la moins mal encadrée. On trouve donc de très vastes territoires sans présence administrative civile. Le constat est net quand on utilise à nouveau les bureaux des Finances comme marqueur de la présence sur le territoire. Entre 1850 et 1880, le nombre de bureaux des administrations locales des rentes et des douanes recule de vingt à huit. Dans de nombreuses zones de l’archipel, la présence de la métropole est avant tout synonyme de présence des missions et de l’armée. Toutefois, dans ce dernier cas, l’armée n’est pas une armée de « petits blancs » comme aux Antilles, mais de métis, considérés par les autorités comme le vrai danger potentiel pour l’ordre impérial.

  • 101 Singaravelou, 2013, pp. 30-32.

51L’image d’employés formant une horde prédatrice vampirisant les sociétés locales repose bien sûr sur une réalité, celles d’individus bénéficiant de revenus souvent considérables, usant et abusant de leurs prérogatives. Toutefois, cette image fait oublier qu’une telle situation n’existe que parce qu’une part de la société locale bénéficie du système en termes d’emplois ou de retombées indirectes. Dans l’Empire espagnol comme dans les autres empires coloniaux, les populations locales marquées par leur diversité trouvent forcément des stratégies de coopération et de conciliation avec la puissance coloniale101. Par ailleurs, l’emploi public est surtout celui de la capitale coloniale. Ailleurs, le terme le plus approprié est celui de saupoudrage, y compris pour certains espaces cubains, pourtant les mieux quadrillés. Là encore, l’employé blanc isolé, même tyrannique et corrompu, devait trouver des modes de conciliation avec la société locale pour exercer son pouvoir. Ce constat ouvre un domaine de recherche fondé sur des études de cas qui reste insuffisamment exploré.

CARTE 7. — Part en pourcentage des employés dans la population par départements à Porto Rico en 1862

CARTE 7. — Part en pourcentage des employés dans la population par départements à Porto Rico en 1862

Source : Censo de la población de España... 1860

CARTE 8. — Part en pourcentage des militaires dans la population par départements à Porto Rico en 1862

CARTE 8. — Part en pourcentage des militaires dans la population par départements à Porto Rico en 1862

Source : Censo de la población de España... 1860

Notes

1 « […] La plaga infinita de empleados hambrientos que de España nos inunda, nos devora el producto de nuestros bienes y de nuestro trabajo ; al amparo de la despótica autoridad que el gobierno español pone en sus manos y priva a nuestros compatriotas de los empleos públicos [...] desea España que seamos tan ignorantes que no conozcamos nosotros sagrados derechos », cité dans Ortego Gil, 2004, p. 60.

2 Gutiérrez de la Concha, Memorias sobre el estado político, p. 330 et Sedano y Cruzat, Cuba desde 1850 a 1873, p. 19.

3 « […] viciosa e ignorante administración, de la cual pudieran hacerse las más severas críticas sin temor de ofender a la justicia », cité dans Ortego Gil, 2004, p. 64.

4 Huetz de Lemps, 2009, p. 142. Voir aussi Quiroz, 2003.

5 Huetz de Lemps, 2006 et 2009.

6 Rodrigo y Alharilla, 2007.

7 Quiroz, 2003, pp. 489-490.

8 Gutiérrez de la Concha, Memorias sobre el estado político, pp. 330 et 332.

9 Gutiérrez de la Concha, Memoria dirigida, p. 29.

10 Diaz Martínez, 2011, pp. 86-87.

11 Huetz de Lemps, 2006, pp. 27-33.

12 « Las funciones de esos empleados subalternos son casi gratuitas, porque los cortos emolumentos que perciben [...], no alcanzan a cubrir las precisas necesidades de un padre de familia [...] porque al fin que todo es vivir y puesto el hombre en conflicto entre su deber y la necesidad de subsistir, no es extraño que prefiera ésta a aquél », rapport sur la police de La Havane au capitaine général de Cuba au milieu des années 1830, cité dans Diaz Martínez, 2011, p. 93.

13 Huetz de Lemps, 2006, p. 38.

14 Gutiérrez de la Concha, Memorias sobre el estado político, p. 333.

15 Huetz de Lemps, 2006, p. 45.

16 2 500 pesos de salaire plus 5 000 de primes (sobresueldos), dans Presupuestos generales… Filipinas... 1883-1884, p. 280.

17 Cédule royale du 24 juillet 1847, art. 5, et décret royal du 29 juin 1845, dans Colección de las leyes, 1845 et 1847.

18 Voir ici Luis, « Les structures administratives », pp. 21-39.

19 Décret du 26 octobre 1849, dans Colección legislativa de España, 1849.

20 Voir ici Luis, « La construction », pp. 59-73.

21 Ortego Gil, 2004, pp. 50-51 et 54-55.

22 Décrets du 20 septembre 1878, du 25 juillet et du 2 octobre 1884, du 13 octobre 1890, ibid., pp. 67, 73 et 77.

23 Voir ici Luis, « La construction », pp. 59-73.

24 Martínez Pérez, 2008-2009.

25 « Sigue siendo la administración pública la constante ocasión de quejas y amargos reproches », cité dans Ortego Gil, 2004, p. 82.

26 « No nos lleva un espíritu democrático, ni humilde de cenobita, á clamar contra los grandes sueldos y emolumentos de los altos funcionarios y empleados públicos en ultramar », cité dans Ruiz Gómez, Exámen crítico de los presupuestos generales de ingresos y gastos de la isla de Cuba para el año 1878-1879, p. 39.

27 Voir ici Roldán de Montaud, « La carrera de un alto funcionario », pp. 137-156.

28 « Este destino, [...] no baja según la opinión de los que lo conocen bien, de 12 a 14 mil pesos, de los cuales hay que gastar para sostenerse con la familia de 5 a 6 mil, pudiendo lo menos ahorrar 6 mil pesos todos los años, conduciéndose con la honradez que exigen mis principios y nacimiento ». Archivo del Pazo de Molinos de Antero (Monforte de Lemos), carta de Vicente Vazquez Queipo del 2 de mayo de 1838.

29 C’est un leitmotiv sous la plume des voyageurs étrangers dans l’île. Acevedo, La Habana en el siglo XIX, descrita por viajeros extranjeros.

30 « […] las necesidades de la representación, que no pueden desatenderse sin perjuicio del prestigio del Gobierno ». Gutiérrez de la Concha, Memorias sobre el estado político, p. 334.

31 « […] contar con la seguridad de una recompensa en legitimas economías », ibid., p. 334.

32 Voir ici Luis, « La construction », pp. 59-73.

33 Ordonnance du 18 janvier 1842 qui étend à l’outre-mer le décret du 3 avril 1828, dans Artigas, Manual del empleado, p. 273.

34 « Tomar posesión de un destino para adquirir al cesar en él el derecho à la cuarta parte de su pingue sueldo ». Cette situation est dénoncée dans le préambule du décret du 9 décembre 1869 qui revient sur plusieurs décennies de pensions versées aux employés d’outre-mer. Gaceta de Madrid, 13 décembre 1869.

35 Luis, 2002, p. 265 ; Colección legislativa de España, 1849.

36 Durée réduite à 12 ans s’il s’agit d’un mise à pied liée à a suppression d’un bureau ou à la réforme de celui-ci.

37 Ces derniers avaient un salaire unique de réaux.

38 Colección legislativa de España, 1859.

39 Décret du 26 octobre 1849, art. 10, dans Colección legislativa de España, 1849.

40 Gaceta de Madrid, 14 février 1864.

41 Ce budget mentionne le versement de pensions versées à du personnel subalterne des audiences, tel un ancien concierge percevant les 3/4 de son salaire d’activité. AHN, Ultramar, leg. 1 079, exp. 26.

42 Presupuestos generales de ingresos y gastos de las islas de Cuba, Puerto Rico, Filipinas y Fernando Póo para el año de 1860, p. 145.

43 Artigas, Manual del empleado, p. 282.

44 Décret du 9 décembre 1869, art. 1. La conversion des pesos se faisant aux taux des réaux d’argent mais payés en réaux de billons (1real d’argent = 2,5 reaux de billon). Gaceta de Madrid, 13 décembre 1869.

45 Décret du 11 juillet 1870, dans Colección legislativa de España, 1870.

46 Presupuestos generale... Cuba... 1883-1884.

47 Artigas, Manual del empleado, pp. 654-675.

48 « Mas no se crea que las leyes, reales decretos y reales órdenes sobre clases pasivas, bien y debidamente estudiadas, lo dicen todo, no hay que conocer la jurisprudencia, los casos, los ejemplos, y ni aún así será completo el conocimiento de la más difícil de las metafísicas. Tiene esa ciencia y ese arte dificilísimo su doctrina exotérica y la de los iniciados, ó esotérica », cité dans Ruiz Gómez, Exámen crítico, pp. 18 et 20.

49 Huetz de Lemps, 2006, p. 28.

50 « […] adquirir facilmente ventajas tan considerables produjo un incesante y perturbador movimiento en el personal de auqella administración, causado por la multitud de fincionarios, tanto civiles como militares, que solicitaban su ingresos en ella con el principal y a veces exclusivo objeto de adquirir en breve término una base de clasificación a que nunca en el órden regular de las cosas habrían podido aspirar », préambule du décret du 9 décembre 1869. Gaceta de Madrid, 13 décembre 1869.

51 Huetz de Lemps, 2009.

52 Escosura, Memoria sobre Filipinas p. 45.

53 « […] en climas funestos donde, si no la muerte, se encuentran enfermedades indelebles y una vejez prematura », préambule du décret du 13 mai 1859. Colección legislativa de España, 1859.

54 Moreno Fraginals, Moreno Maso, 1993, pp. 63-64 et 142-145.

55 Huetz de Lemps, 2006, pp. 27-28.

56 Camacho Domínguez, 2014a et 2014b ; Elizalde Pérez-Grueso, Huetz de Lemps, 2014.

57 Hernández Sandoica, 1989.

58 Ruiz Gómez, Exámen crítico, p. 42.

59 Bizcarrondo, Elorza, 2001, p. 58.

60 « Los funcionarios que han prestado y prestan servicios en Ultramar son en su inmensa mayoría peninsulares », cité dans Ortego Gil, 2004, p. 60.

61 « […] el aumento y fijación de la raza española en los dominios de ultramar », cité dans Escosura, Memoria sobre Filipinas, p. 50.

62 Llobet, 2011, chap. 4 (pp. 225-284). Voir aussi ici Butrón Prida, « La administración imperial » pp. 169-187.

63 « […] sean europeos todos los que proponga la Cámara en las consultas de plazas togadas y fiscalías de la Real Audiencia de Filipinas », AHN, consejos, leg. 11898.

64 Fradera, 2005, pp. 204, 219 et 564.

65 Moreno Fraginals, Moreno Maso, 1993, p. 50.

66 C’est ce que révèlent leurs feuilles de service. AHN, Hacienda 2796 pour les années 1850, AGI, Ultramar, 288 pour 1862. Dans ce dernier cas, 14 des 15 lieutenants relevés sont nés dans la Péninsule, contre un seul à Cuba.

67 « […] introducir periódicamente en la administración de las provincias de Ultramar los adelentados, las ideas y hasta las costumbres de la Península », décret du 9 juillet 1860, cité dans Ortego Gil, 2005, p. 50.

68 Solla Sastre, 2015a, p. 15.

69 Ortego Gil, 2005, pp. 68, 72-74 et 77-79.

70 Artaza montero, 2001, p. 359, n. 32.

71 Voir ici Luis, « Les magistrats », pp. 189-209.

72 Burkholder, 2004, pp. 847 et 855.

73 La pension moyenne de ces retraites était de 738 pesos, donc calculée sur un salaire de base supérieur à 800 pesos, ce niveau était celui en dessous duquel les emplois étaient considérés comme subalternes. Presupuestos generales de los ingresos y gastos de las islas de Cuba, Puerto Rico, Filipinas y Fernando Póo para el año de 1860, p. 145.

74 Moreno Fraginals, Moreno Maso, 1993, pp. 65-66.

75 Ibid., p. 67.

76 Ortego Gil, 2005, pp. 72-74.

77 Gaceta de Madrid, 22 décembre 1888. Cette audience au criminel était composée de Juan Valdés Pagés (président et Régent, né à Cardenás), des magistrats José Conrado Hernández Santiago (né à Porto-Rico), Marcelino Manteca Varona (péninsulaire), José Arcadio Acosta (né à la Havane), José María Gispert Miñoso (origine inconnue) et du procureur Rafael Romeu y Aguayo (né à Porto-Rico). Respectivement Fichoz 0099300 ; 00119010 ; AHN, Universidades, leg. 4 378, exp. 13 ; leg. 4 724, exp. 28 ; leg. 4 686, exp. 15.

78 Bertrand, 2011.

79 Goncalvès, 2008, pp. 189 et 271-273.

80 Paz Sánchez, 1998.

81 AHN, Ministerio de Justicia, leg. 4 583/5 019 et AHN, Ultramar, leg. 31, exp. 25.

82 Moreno Fraginals, Moreno Maso, 1993, pp. 57-58. Voir aussi Avelino Delgado, 1980.

83 Ibid., pp. 62 et 100-101.

84 « […] que allí se establecen sin contar con grandes fortunas [...] se encuentran en una posición incierta y precaria », cité dans Gutiérrez de la Concha, Memorias sobre el estado político, p. 340.

85 Le terme pueblo désigne en même temps le « peuple » et l’habitant d’une entité administrative et culturelle (ville ou village), Diccionario de la lengua castellana, 1817 y 1884.

86 Luis, 2014.

87 Voir ici Roldán de Montaud, « La carrera de un alto funcionario », pp. 137-156.

88 Archivo del Senado (Madrid), voir en ligne : <http://www.senado.es/web/conocersenado/senadohistoria/senado18341923/senadores/fichasenador/index.html?id1=3078> [consulté le 24/09/2014]. HIS-0499-05, Expediente personal del senador Antonio Vázquez Queipo Coste.

89 Pezuela, Diccionario geográfico, t. III, pp. 8-9.

90 Censo de la población de España… de 1860, pp. 826 et 798.

91 Diaz Arenas, Memorias Históricas Estadísticas de Filipinas, 5e cuaderno, 2. Españoles en provincias.

92 202 sur 338. Pezuela, Diccionario geográfico, t. III, pp. 8-9 et Presupuestos generales de ingresos y gastos de las islas de Cuba, Puerto Rico, Filipinas y Fernando Póo para el año de 1860, pp. 132-133.

93 Donc en excluant les employés rémunérés selon d’autres modes (au pourcentage...). Sur ces différences voir ici Luis, « Aproximación cuantitativa », pp. 75-96.

94 Pezuela, Diccionario geográfico, respectivement t. III, pp. 8-9 ; t. IV, pp. 601-602, p. 26 et pp. 405-406.

95 Censo de la población de España… de 1860 por la Junta general de estadística, p. 819.

96 Sagra, Historia economico-politica, p. 296.

97 Voir ici Luis, « Aproximación cuantitativa », pp. 75-96, tableaux 2 et 3.

98 Ibid., tableaux 1 et 2.

99 Presupuestos generales… de 1860 et Presupuestos generales... Puerto Rico... 1880-1881.

100 Censo de la población de España… de 1860, pp. 844-849.

101 Singaravelou, 2013, pp. 30-32.

Table des illustrations

Titre GRAPHIQUE 1. — Les employés de l’administration des rentes terrestres à Cuba en 1863
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/1204/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Titre CARTE 1. — Les employés civils (Resguardo inclus) par localités en 1860 à Cuba
Légende Source : Presupuesto general de los ingresos y gastos de las islas de Cuba, Puerto Rico, Filipinas y Fernando Póo para el año 1860
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/1204/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre CARTE 2. — Part en pourcentage des employés dans la population par juridictions politico-militaires à Cuba en 1860
Légende Source : Censo de la población de España... 1860
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/1204/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Titre CARTE 3. — Les employés des douanes (Resguardo) par juridictions politico-militaires à Cuba en 1860
Légende Source : Presupuesto general de los ingresos y gastos de las islas de Cuba, Puerto Rico, Filipinas y Fernando Póo para el año 1860
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/1204/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Titre CARTE 4. — Part en pourcentage des esclaves dans la population par juridictions politico-militaires à Cuba en 1860
Légende Source : Censo de la población de España... 1860
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/1204/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Titre CARTE 5. — Part en pourcentage des militaires dans la population par juridictions politico-militaires à Cuba en 1860
Légende Source : Censo de la población de España... 1860
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/1204/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Titre CARTE 6. — Les bureaux de l’administration locale des rentes (1827-1883)
Légende Sources : Presupuesto general de los ingresos y gastos de las islas de Cuba, Puerto Rico, Filipinas y Fernando Póo para el año 1860. Historia económico-política y estadística de la isla de Cuba, p. 296. Presupuestos generales... Cuba... 1893-1894
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/1204/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre CARTE 7. — Part en pourcentage des employés dans la population par départements à Porto Rico en 1862
Légende Source : Censo de la población de España... 1860
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/1204/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre CARTE 8. — Part en pourcentage des militaires dans la population par départements à Porto Rico en 1862
Légende Source : Censo de la población de España... 1860
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/1204/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 72k

Auteur

CHEC, Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand

© Casa de Velázquez, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540