Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'État dans ses colonies

 | 
Jean-Philippe Luis

II. — Les décideurs

Les capitaines dans la tempête. Essai d’étude prosopographique sur les capitaines généraux de Cuba au xixe siècle

Dominique Goncalvès

Texte intégral

  • 1 Amores Carredano, 2000 ou encore Vázquez Cienfuegos, 2008.
  • 2 Par exemple, Cayuela Fernández, 1990 et 1996.

1Le touriste qui promène ses pas dans le centre de La Havane, comme le passionné d’histoire qui promène ses yeux sur les ouvrages traitant de la Cuba coloniale, ne peuvent manquer d’apercevoir les silhouettes des capitaines généraux. Elles sont inscrites dans la pierre des statues ou le nom des rues de la Habana Vieja, comme elles se dessinent entre les lignes consacrées aux événements, à l’administration, l’esclavage ou la société coloniale. Leur palais de gouvernement à la façade ornée de puissantes colonnes, qui s’ouvre sur un magnifique patio bordé de belles arcades, forme un bloc architectural majestueux au sein de la Habana Vieja, et l’on découpe aussi parfois l’histoire cubaine en blocs correspondants à leurs mandats1, comme en Europe, on le ferait du règne de certains monarques. C’est assez logique puisque le « gouverneur et capitaine général » selon sa titulature exacte définie en 1580, était le représentant du roi d’Espagne à Cuba et donc, pour cette raison, doté des pleins pouvoirs civils et militaires. Or, si des recherches ont permis de bien mettre en lumière quelques figures, comme celle d’Ezpeleta, Someruelos, Tacón, O’Donnell, ou Weyler, la plupart n’ont été qu’esquissées, voire n’ont pas laissé l’ombre d’une trace parmi les publications. Ceci provient du fait que les éclairages portés ne proviennent que de quelques sources, ou ne se focalisent que sur quelques individus. Mais, le corps des capitaines généraux de Cuba, en tant qu’objet propre, n’a jusqu’à présent, fait l’objet d’aucune vaste étude d’ensemble, quand bien même José Gregorio Cayuela Fernandez a déblayé le terrain par de multiples articles2. Malgré cela, et aussi difficile à croire que cela puisse paraître, si l’on s’intéresse au dernier siècle de l’administration espagnole de l’île, de 1799 à 1898, la première des difficultés consiste à établir la liste exhaustive de ces administrateurs !

2Les lignes qui suivent ne prétendent être qu’une esquisse prosopographique sur les capitaines généraux du XIXe siècle. Un siècle, pendant lequel Cuba et l’Espagne ont été prises dans une tempête de bouleversements politiques et sociaux, sur lesquelles les guerres, et soulèvements, ont déferlé en vagues successives.

3Et ce sont ces tempêtes, que les capitaines généraux faisant le lien entre l’Espagne et Cuba, ont dû affronter. Le propos s’articule en trois points : tout d’abord une meilleure définition de la liste des capitaines généraux pour le dernier siècle, en expliquant au préalable pourquoi celle-ci est si difficile à établir. Dans un deuxième temps seront dégagées les grandes tendances concernant la durée de mandats en avançant des éléments permettant la compréhension de ce que l’on pourrait appeler le turn-over. Enfin, un examen plus centré sur les carrières des individus amènera des précisions sur les choix qui ont présidé à la nomination, à tel ou tel moment, des capitaines généraux.

LA DIFFICULTÉ À ÉTABLIR UNE LISTE DE CAPITAINES GÉNÉRAUX

  • 3 Par exemple : Barcía, García, Torres-Cuevas, 1994, pp. 499-450.

4Si l’on trouve dans différents livres de référence3 ou sites Internet même sérieux, plus d’une liste récapitulant les noms et durées de mandats de capitaines généraux de Cuba, on constate des approximations dans beaucoup d’entre elles, qui conduisent à des divergences entre toutes. On pourrait opposer à ce constat, avec raison, que les approximations et divergences ne portent que sur des détails : ceux de la date exacte de la prise et cessation de fonction, du statut même du capitaine général, titulaire ou suppléant – gobernador provisional comme l’on disait alors – voire de l’oubli des suppléants qui ne sont restés en fonction que quelques jours. Mais pourtant, c’est bien souvent la précision du détail qui donne à l’ensemble sa portée et sa véritable dimension.

5Trois catégories d’explications peuvent être avancées pour expliquer ces confusions. La première relève de la procédure administrative, et plus précisément du décalage entre la date de nomination, décidée en cabinet madrilène, et celle de prise de fonction à La Havane, après passation officielle du bâton de commandement, devant les troupes et les corps constitués, sur la Place d’Armes de La Havane. Cette imprécision initiale se retrouve aussi parfois lors de la cessation d’activité, lorsque, comme c’est le cas le plus fréquent, le relèvement est décidé à Madrid. Ainsi, dans les listes de capitaines généraux établis, c’est tantôt la « date madrilène » qui est retenue, tantôt la « date havanaise ». Or, le décalage entre les deux dates, en ce qui concerne les nominations, peut encore être d’une quinzaine de jours à la fin du XIXe siècle et s’allonge jusqu’à un mois au début de la période étudiée ici. Ceci joint à d’autres éléments a pu donner lieu à des intérims parfois très courts, qui ne sont pratiquement jamais pris en compte par les historiens.

6La deuxième famille d’explication provient de la conservation archivistique. Car les sources administratives traitant de nominations et de relèvements sont répandues entre différents dépôts d’archives espagnols et cubains, entre documents divers, ce qui augmente le risque d’erreurs. Pour dresser la liste des capitaines généraux présentée ici, il a été choisi de limiter cet exercice au dépôt qui semblait le plus complet, celui de l’Archivo General Militar de Ségovie. Car le capitaine général est obligatoirement un militaire, et les livrets militaires sont particulièrement complets et généralement bien conservés. Cependant, si les dossiers sont souvent fort copieux et détaillés, il demeure toujours des imprécisions. De plus, malgré le soin apporté au classement archivistique, il faut reconnaître qu’un certain relâchement se produit pour tout ce qui a trait aux années 1870 : les troubles politiques et la guerre de Dix Ans auraient-ils bousculé l’armée espagnole jusque dans les archives ?

7La troisième famille d’explication est cousine du fait précédent. Car, si la période a été particulièrement agitée à Cuba dans les années 1870, c’est, plus généralement, tout le XIXe siècle espagnol qui s’inscrit dans une histoire politique bien chaotique, où pronunciamientos, gouvernements et régimes, se succèdent, ce qui tranche avec une forme de tranquille continuité qui traversait les siècles antérieurs, nonobstant des guerres ou troubles épisodiques, car ils n’affectaient presque jamais la légitimité des organes de gouvernements. Ainsi, l’agitation politique du XIXe siècle a contribué à écourter les mandats et des capitaines généraux ont rendu leur démission de leur propre chef.

8Pour dresser la liste proposée ci après, il a été choisi de procéder en trois temps. Le premier moment a été celui de la comparaison de la plupart des listes publiées. Le résultat obtenu a ensuite été confronté aux données déjà disponibles dans la base de données ACTOZ présentée dans l’introduction de ce livre. Enfin, le travail a été affiné avec l’étude d’une grande partie – environ 60 % – des dossiers militaires des capitaines généraux présents aux archives de Ségovie. Pour autant, encore une fois, des erreurs se sont sans doute glissées et s’il est possible d’affirmer que la liste présentée est la plus fiable dressée jusqu’à présent, elle reste forcément perfectible.

9Il résulte alors, pour la période 1799-1898 une liste de noms comprenant 63 entrées, correspondant chacune à un mandat. Le nombre de noms se limite toutefois à 47, puisque certains capitaines généraux ont été reconduits pour un deuxième, voire un troisième mandat. Précisons d’emblée que la durée du mandat était à la libre appréciation de Madrid, aucune limitation n’était prévue réglementairement. Cependant, comme pour tout haut fonctionnaire, une rotation avait nécessairement lieu, ne serait-ce que pour éviter que ne se créent des collusions d’intérêts trop criantes avec les élites locales.

  • 4 C’est pourquoi, par exemple, ne figure pas Juan María de Echeverri y Manrique de Lara en faveur duq (...)

10Par ailleurs, il a été choisi de ne pas retenir les personnes ayant occupé la charge de capitaine général pour un très bref intérim pendant que le titulaire était incapable d’assurer la fonction, souvent pour raison de maladie. Les gouverneurs provisoires qui ont été retenus ici sont ceux qui ont exercé un intérim – parfois très court – mais entre deux capitaines généraux distincts, ce qui montre qu’ils ont bien assuré une transition et non un simple remplacement4. Il convient de préciser que, selon la loi, ces capitaines généraux provisoires sont obligatoirement les adjoints directs du capitaine général, sauf bien sûr, si ces adjoints sont eux-mêmes dans l’incapacité de remplir leur fonction, un cas de figure qui ne s’est jamais produit au XIXe siècle. L’adjoint du capitaine général portait le titre de lieutenant du roi, Teniente rey, mais l’usage le désignait selon le terme de Segundo Cabo, « chef en second ». Comme son supérieur, le Segundo Cabo est nommé à Madrid ; il devient immédiatement capitaine général provisoire soit lorsque le titulaire lui confie le commandement (en général à la suite d’une incapacité) soit en cas de décès soudain dudit titulaire. Une dernière précision : les dates mentionnées ici sont celles de prises de fonction et de cessation effectives sur place, à La Havane (sauf erreurs), et non de nomination ou de relèvement effectués à Madrid.

ENSEIGNEMENTS QUANTITATIFS

UNE RELATIVE STABILITÉ DES MANDATS JUSQU’À LA GUERRE DE DIX ANS

11La liste présentée dans le tableau précédent peut être figurée par le graphique qui suit. L’axe des ordonnées montre la durée du mandat, exprimée en trimestres, pour des raisons de commodité de lecture. Quant à l’axe des abscisses, il figure les 63 mandats, classés bien sûr, chronologiquement. Pour mieux cerner les tendances, les mandats des gouverneurs provisoires ont été figurés en gris (fig. 1).

FIG. 1. — Durée (en trimestres) des mandats des capitaines généraux en titre et provisoires entre 1799 et 1899
En gris foncé, les mandats des capitaines généraux de plein exercice ; en gris clair ceux provisoires

  • 5 Le premier numéro renvoi au numéro porté sur l’axe des abscisses dans les graphiques présentés par (...)

TABLEAU 1. — Liste des capitaines généraux en titre et provisoires entre 1799 et 18995

Début du mandat

Fin du mandat

Nom et titre

N° Actoz

2 février 1799

14 mars 1812

1

Salvador de Muro y Salazar Marquis de Someruelos

00025891

14 mars 1812

2 décembre 1815

2

Juan Ruiz de Apodaca y Eliza

00009709

2 décembre 1815

29 août 1819

3

José María González de Cienfuegos y Jovellanos

00028062

29 août 1819

3 mars 1821

4

Juan Manuel de Cajigal de la Vega y Martínez Marquis de Casa Cagigal

00009632

3 mars 1821

17 juillet 1822

5

Nicolás de Mahy y Romo

00009588

17 juillet 1822

2 mai 1823

6 P

Sebastián Kindelán y O’Regan

00023641

2 mai 1823

15 mai 1832

7

Francisco Dionisio Vives y Planes

00017529

15 mai 1832

26 mai 1834

8

Mariano Ricafort Palacín y Abarca

00062132

26 mai 1834

1 mai 1838

9

Miguel Tacón y Rosique

00026434

1 mai 1838

10 janvier 1840

10

Joaquín Ezpeleta y Enrile Comte de Ezpeleta

00040019

10 janvier 1840

3 juin 1841

11

Pedro de Alcántara Téllez-Girón y Alfonso-Pimentel Prince d’Anglona

00018960

3 juin 1841

15 septembre 1843

12

Jerónimo Valdés y Sierra

00043683

15 septembre 1843

26 octobre 1843

13 P

Francisco Javier de Ulloa y Remirez de Laredo

00026950

26 octobre 1843

20 mars 1848

14

Leopoldo O’Donnell y Joris Comte de Lucena

00046028

20 mars 1848

13 novembre 1850

15

Federico Roncali y Ceruti Comte de Alcoy

00034199

13 novembre 1850

22 avril 1852

16 19.34

José Gutiérrez de la Concha y Irigoyen Marquis de La Habana

00050381

22 avril 1852

3 décembre 1853

17

Valentín Cañedo y Miranda Comte de Agüera

00066043

3 décembre 1853

21 septembre 1854

18

Juan González de la Pezuela y Cevallos Marquis de la Pezuela

00042216

21 septembre 1854

20 décembre 1859

19 16.34

José Gutiérrez de la Concha y Irigoyen Marquis de La Habana

00050381

20 décembre 1859

10 décembre 1862

20

Francisco Serrano y Domínguez Duc de La Torre. Grand d’Espagne.

00046013

10 décembre 1862

30 mai 1866

21 26

Domingo Dulce y Garay Marquis de Castell-Florite

00066044

30 mai 1866

3 novembre 1866

22 25

Francisco de Lersundi y Hormaechea

00068628

3 novembre 1866

23 septembre 1867

23

Joaquín del Manzano y Manzano

00066046

23 septembre1867

21 décembre 1867

24 P 29.36

Blas Villate y Hera Comte de Valmaseda

00066047

21 décembre 1867

4 janvier 1869

25 22

Francisco de Lersundi y Hormaechea

00068628

4 janvier 1869

2 juin 1869

26 21

Domingo Dulce y Garay Marquis de Castell-Florite

00066044

2 juin 1869

28 juin 1869

27 P

Felipe Genovés del Espinar

00071444

28 juin 1869

12 décembre 1870

28

Antonio de Caballero y Fernández de Rodas

00069572

12 décembre 1870

11 juillet 1872

29 24.36

Blas Villate y Hera Comte de Valmaseda

00066047

11 juillet 1872

28 avril 1873

30 P

Francisco de Ceballos y Vargas

00065674

28 avril 1873

30 octobre 1873

31

Cándido Pieltaín y Jove-Huergo

00066049

30 octobre 1873

4 novembre 1873

32 P 35.39

Cayetano Garaondo Figueroa

00077069

4 novembre 1873

6 avril 1874

33 37

Joaquín Jovellar y Soler

00041097

6 avril 1874

1 mars 1875

34 16.19

José Gutiérrez de la Concha y Irigoyen Marquis de La Habana

00050381

1 mars 1875

12 mars 1875

35 P 32.39

Cayetano Figueroa y Garraondo

00077069

12 mars 1875

21 décembre 1875

36 24.29

Blas Villate y Hera Comte de Valmaseda

00066047

17 janvier 1876

17 juin 1878

37 33

Joaquín Jovellar y Soler

00041097

17 juin 1878

5 février 1879

38 59

Arsenio Martínez-Campos y Antón

00068669

5 février 1879

17 avril 1879

39 P 32.35

Cayetano Figueroa y Garraondo

00077069

17 avril 1879

28 novembre 1881

40 62

Ramón Blanco y Erenas Marquis de Peña Plata

00066050

28 novembre 1881

5 aout 1883

41

Luis Prendergast y Gordon Marquis de Victoria de las Tunas

00068900

5 aout 1883

28 septembre 1883

42 P

Tomás Reyna y Reyna

00071442

28 septembre 1883

20 novembre 1884

43

Ignacio María del Castillo y Gil de la Torre

00065668

20 novembre 1884

19 février 1886

44

Ramón Fajardo y Izquierdo

00071327

19 février 1886

14 juillet 1887

45 58

Emilio Calleja y Isasi

00071539

14 juillet 1887

12 octobre 1887

46 P 47.60

Sabas Marín y González

00069769

12 octobre 1887

12 février 1889

47 46.60

Sabas Marín y González

00069769

12 février 1889

13 mars 1889

48

Manuel Sánchez y Mera

00071989

13 mars 1889

6 février 1890

49

Manuel Salamanca y Negrete

00071441

6 février 1890

15 février 1890

50 P

Felipe Fernández Cavada y Espadero

00071607

15 février 1890

4 avril 1890

51 P 53.55

José Sánchez Gómez y Romero Setién

00071440

4 avril 1890

20 aout 1890

52

José Chinchilla y Díez de Oñate

00065679

20 aout 1890

24 aout 1890

53 P 51.55

José Sánchez Gómez y Romero Setién

00071440

24 aout 1890

5 juin 1892

54

Camilo García de Polavieja y del Castillo-Negrete

00067820

5 juin 1892

4 juillet 1892

55 P 51.53

José Sánchez Gómez y Romero Setién

00071440

4 Juillet 1892

15 juillet 1893

56

Alejandro Rodríguez Arias y Rodulfo

00071541

15 juillet 1893

4 septembre 1893

57 P

José Arderius y Garcia

00071540

4 septembre 1893

23 mars 1895

58 45

Emilio Calleja y Isasi

00071539

23 mars 1895

17 janvier 1896

59 38

Arsenio Martínez-Campos y Antón

00068669

17 janvier 1896

10 février 1896

60 P 46.47

Sabas Marín y González

00069769

10 février 1896

31 octobre 1897

61

Valeriano Weyler y Nicolau Marquis de Tenerife

00068888

31 octobre 1897

26 novembre 1898

62 40

Ramón Blanco y Erenas Marquis de Peña Plata

00066050

26 novembre 1898

1 janvier 1899

63

Adolfo Jiménez y Castellanos

00071447

12Plusieurs constatations s’imposent immédiatement. La première est un fort déséquilibre entre ces durées de mandat, qui semblent décliner tout au long de la période, avec une véritable césure après le 21e. En effet, les mandats sont plus longs et d’une durée moins variable du 1er jusqu’au 21e mandat, qu’après. Si l’on tente une moyenne générale de la durée du mandat, on s’aperçoit qu’elle se situe pour tout le XIXe siècle à environ un an et sept mois, ce qui est vraiment très court. Pour saisir la portée de ce chiffre, il faut le replacer sur le temps long, en le comparant à ceux des siècles antérieurs.

  • 6 On entend ici par capitaine général le représentant du monarque dans l’île, attendu que la titulatu (...)

TABLEAU 2. — Statistiques sur les mandats des capitaines généraux6

Siècle

Durée moyenne du mandat2

Nombre de capitaines généraux effectuant plusieurs mandats

xvie siècle (à partir de 1512)

4 ans et deux mois

2

xviie

3 ans et 10 mois

1

xviiie siècle

3 ans

2

xixe siècle

1 an et 7 mois

11

   

1799-1866

   

3 ans et un mois

   

2

1866-1898

5 mois

9

13Ainsi, à partir du 22e mandat, la plupart des missions ne dépassent guère un an et demi, et la moyenne descend même à environ cinq mois. Autrement dit, la tendance multiséculaire à la baisse, après une brève reprise à la hausse entre 1799 et 1866 en raison de mandats exceptionnellement longs, s’est brutalement précipitée ensuite. La deuxième constatation est que d’une manière générale, sur l’ensemble de la période, à quelques exceptions près, et parfois notables, la durée du mandat est relativement courte, dépassant rarement quatre années. C’est encore plus visible si l’on se réfère au temps long puisque l’on aperçoit alors que la durée moyenne de mandat des capitaines généraux au XIXe siècle est presque inférieure de moitié à celle du XVIIIe siècle et représente à peine plus du tiers des durées observées au cours du XVIIe siècle. Autrement dit, la tendance globale à la baisse s’accélère au XIXe siècle. La troisième remarque est que, si jusqu’en 1866, le nombre de capitaines généraux provisoires a été très faible – on n’en compte que deux – ils représentent ensuite presque le tiers des mandats.

14Ainsi, aux alentours de 1866 se découpent deux périodes fortes différents entre elles, qui tranchent de surcroît nettement avec les tendances séculaires précédentes.

  • 7 Pour un confort de lecture, les noms des capitaines généraux mentionnés sont suivis du numéro qui l (...)

15La première période, entre 1799 et 1866, est marquée par l’exceptionnelle durée du mandat de trois capitaines généraux : plus de treize années pour le marquis de Someruelos (1)7, plus de neuf pour Francisco Dionisio Vives y Planes (7) et environ cinq ans et trois mois pour José Guttierez de la Concha y Irrigoyen (16). Comment expliquer cette exceptionnalité ?

16Salvador de Muro y Salazar, marquis de Someruelos, est en poste de février 1799 à mars 1812, ce qui fait de lui le capitaine général étant resté en fonction le plus longtemps de toute l’histoire cubaine, devançant de quelques jours Diego de Velázquez de Cuellar, entre 1511 et 1524 et Francisco Cagigal de la Vega entre 1747 et 1760. La raison de cette longévité ne peut se résumer aux circonstances exceptionnelles de la guerre d’Indépendance, puisque lorsqu’elle éclate en 1808, Someruelos était déjà en poste depuis près de neuf années. En effet, les autorités ont, avant cette date, cherché à renouveler le titulaire et le poste a été refusé par au moins deux personnes, pour des motifs inconnus : José de Urbina y Urbina en 1804 et José de Heredia y Velarde en 1810. Certes, comme Someruelos jouissait d’une totale confiance auprès de l’oligarchie de planteurs cubains, qui tenait alors fermement les rênes du pays, tout en étant loyaliste – à la différence d’autres élites coloniales –, on comprend que les autorités métropolitaines n’insistèrent pas trop pour le relever.

17Francisco Dionisio Vives y Planes (7) et José Gutíerrez de la Concha y Irrigoyen (19), ont exercé leurs fonctions de capitaine général entre 1823 et 1832 pour le premier et entre 1854 et 1859 pour le second lors d’un deuxième mandat. Tous deux ont laissé leur nom à des rues de La Havane et, comme Someruelos, ont laissé aussi un très bon souvenir à l’oligarchie cubaine, d’abord par leur protection accordée aux intérêts sucriers traditionnels qui prospérèrent, et ensuite en écrasant impitoyablement révoltes et insurrections. C’est Vives qui mit fin à la conspiration indépendantiste « de Soles y Rayos de Bolívar » et de « l’Aguila negra », et c’est Concha qui écrasa la tentative annexionniste menée par Narciso López, qu’il fit du reste garroter. Il est à noter que les deux capitaines généraux reçurent un titre de noblesse pour récompenser leurs actions de pacification et ils choisirent une dénomination qui rappelait leur attachement à l’île. Dionisio Vives fut fait comte de Cuba en 1833, après avoir failli s’appeler « marquis de la Tranquillité cubaine » comme l’avaient proposé les édiles de la localité de Guanabacoa. Quant à Concha, il devint marquis de La Havane en 1856. C’est cet attachement à l’île, ou plus exactement à certaines élites, et surtout la capacité à maintenir l’ordre colonial, qui semblent donc être déterminants dans la durée du mandat. Deux autres éléments plaident en ce sens : le premier est que, durant cette première période, dans la liste de record de durée, se trouve en quatrième position, Léopoldo O’Donnell y Joris (14) qui reste en place entre octobre 1843 et mars 1848 dont la plus grande action à Cuba est l’écrasement de la conspiration de « la Escalera » en 1844, suivie d’une épouvantable répression qui frappa beaucoup d’innocents. O’Donnell est resté célèbre aussi pour avoir accordé toute sa protection au trafic négrier, tout en en retirant une immense fortune personnelle. C’est l’ambition et le jeu politique qui ont rappelé O’Donnell en métropole, abrégeant donc son mandat. Le deuxième élément, qui conforte cette analyse tient au fait que, quatorze ans après son départ, de 1873 à 1874 (en pleine guerre de Dix Ans) José Guttierez de la Concha, retrouva le poste de capitaine général, car l’on comptait sur sa poigne de fer pour mâter les insurgés. De surcroît, il était le frère du marquis del Duero alors à la tête des armées loyalistes contre les carlistes, qui était considéré alors comme le plus grand stratège espagnol vivant.

  • 8 Armario Sánchez, 1990, p. 405.

18En complément de ces mandats de longues durées, quelques éclaircissements peuvent être apportés sur les circonstances des deux seuls mandats de capitaine généraux provisoires, qui contrastent avec la pléthore qui parsème la période d’après 1866. La durée du mandat du premier, Sebastián Kindelán y O’Regan (6) est la plus longue de tout le XIXe siècle : presque dix mois, entre juillet 1822 et mai 1823. Il rentre en fonction en application de la règle de droit d’incapacité du capitaine général Mahy y Romo (5), qui décéda d’une « maladie » fulgurante. En fait, on ne sut jamais s’il mourut de la malaria ou s’il fut empoisonné. La période troublée du Trienio Liberal en Espagne (1820-1823) explique que l’on mit du temps avant de nommer un successeur. Or, bien que libéral lui-même, Kindelán s’entendait fort bien avec les oligarchies dominantes cubaines, qui apprécièrent son action en tant que gouverneur de Santiago de Cuba entre 1798 et 1809. Le deuxième capitaine général provisoire fut Francisco Javier de Ulloa y Remirez de Laredo (13), en place pour six semaines seulement, à l’automne 1843. Il obtint le poste car le capitaine général en titre, Jeronimo Valdés y Sierra (12), un autre libéral, fut rappelé brusquement à Madrid pour s’être opposé aux intérêts des planteurs et commerçants cubains en promulguant des décrets assouplissant le régime de la servitude et en se prononçant officiellement en faveur de l’abolition de la traite. Précisément, Valdès fut remplacé par O’Donnell, ce qui, comme l’a écrit Fernando Armario Sánchez, « fut le triomphe de l’oligarchie négrière cubaine et le retour du trafic négrier avec la complicité des autorités espagnoles8 ».

19Dans le même ordre d’idées, en 1866 Domingo Dulce y Garay (21) fut lui aussi poussé vers la sortie, par le puissant Juan de Zulueta, à la tête de l’oligarchie financière péninsulaire, en raison également de son adhésion à la cause abolitionniste. Il est à noter, enfin, que rares ont été les capitaines généraux à être relevés de leurs fonctions pour des raisons purement politiciennes madrilènes. L’un d’eux fut le prince d’Anglona (11), destitué pour être un opposant manifeste au Régent Espartero et ce, bien qu’il n’y eut rien à lui reprocher dans son administration de l’île.

20Ainsi au vu des exemples précédents, les mandats exceptionnellement longs des capitaines généraux entre 1799 et 1866, s’expliquent par la conjonction d’une part, de leurs capacités à vaincre les ennemis du pouvoir métropolitain espagnol, et d’autre part grâce aux soutiens que leur apportent les puissantes oligarchies havanaises, qu’elles soient de commerçants ou de planteurs. Que ce soutien soit retiré, et le capitaine général pouvait commencer à faire préparer ses malles de retour, et ceci quel que soit le régime politique à Madrid. Il est vrai que les oppositions anti esclavagistes, indépendantistes, annexionnistes, furent relativement faciles à éliminer. Est-ce à dire alors qu’après 1866 les capitaines généraux furent incapables de vaincre les oppositions et qu’ils perdirent aussi le soutien des élites locales ?

LA VALSE DES CAPITAINES GÉNÉRAUX : 1866-1898

21Le raccourcissement net des mandats observé à partir de 1866 s’accompagne d’une autre originalité : il y a presque autant de personnes qui exercent un seul mandat que de personnes qui en occupent deux, voire trois ce qui accentue donc encore l’idée d’instabilité dans la fonction. Cependant, on peut considérer aussi que, si dans cette seconde période, la durée des mandats diminue, comme ils sont souvent doublés pour une même personne, alors celle-ci exerce au total le pouvoir pour une durée similaire à celle aperçue dans la première période.

22Il est évident que le tourbillon de nominations qui affecte la tête de la colonie est alimenté par la rencontre de deux torrents d’événements, qui emportent l’un, la vie politique en Espagne, et l’autre, la société à Cuba. En effet, le pronunciamiento du général Prim à Villarejo de Salvanés en 1866 marque le début de dix années de soulèvements, de révolutions et de conflits politico-sociaux en Espagne. Même si l’action de Prim fut manquée, elle montra que personne, pas même O’Donnell, ne pouvait garantir la quiétude des troupes, que les progressistes étaient prêts à sortir du jeu politique légal pour s’imposer, tandis que la féroce répression qui s’ensuivit ne pouvait qu’attiser les haines contre le pouvoir, et donc accentuer encore les risques d’instabilités. La suite est connue : l’abdication d’Isabelle II, l’accession au trône d’un prince de la Maison de Savoie, la proclamation de la Première République, puis la restauration des Bourbons, sur fond de retour de guerres carlistes et de montée de l’anarchisme qui furent autant d’éléments déstabilisants.

23Or, presque concomitamment, en 1868, Cuba s’engage à son tour dans la voie de l’insurrection, à visée indépendantiste. C’est le début de la guerre de Dix Ans, dont on peut avoir un aperçu de l’âpreté par le nombre de tués évalué à probablement 200 000, militaires et civils confondus. Les capitaines généraux successifs finissent par parvenir à gagner cette guerre, obtenant la capitulation des insurgés par la Paix du Zanjón en février 1878. Toutefois, ce ne fut qu’une victoire temporaire car dès le mois d’août 1879, les hostilités allaient reprendre, pour cesser quelques mois plus tard en 1880, d’où le nom de « Petite Guerre » pour désigner ce moment, et recommencer une troisième fois, en 1895, pour le troisième et dernier affrontement connu sous le nom de « guerre d’Indépendance ».

24Ce cadre général tourmenté posé, l’analyse particulière peut être faite sur trois phénomènes qui apparaissent avec une nette clarté : la multiplication des mandats de capitaine général en titre pour une même personne, la brièveté des mandats et la multiplication des situations de capitaine général provisoire. En effet, le plus long mandat est d’environ deux ans, il est exercé par Ramon Blanco y Erenas, marquis de la Peña Plata (40), certainement parce qu’il combattit avec intelligence les insurgés jusqu’à les défaire, lors de la Petite Guerre. Rappelé en octobre 1897, peut-être comme la dernière carte à jouer, il fut cependant défait par les troupes américaines qui débarquèrent en juin 1898.

25Si durant la première période, un seul capitaine général, José Gutierrez de la Concha, avait été renouvelé (mais une seule fois), pour la seconde période ce sont dix chefs qui exercent au moins deux mandats, dont Concha, qui revient donc pour un troisième mandat entre 1874 et 1875, tandis qu’un autre capitaine général de la première période, Domingo Dulce y Garay (26) revient également pour effectuer un second mandat. Il serait fastidieux de reprendre ici par le détail les carrières de ces dix capitaines généraux. Mais l’on peut souligner quelques trajectoires militaires pour comprendre les raisons circonstancielles qui ont présidé à cette valse de nominations et de démissions. Il vient d’être fait mention de Dulce y Garray. Celui-ci a été mandaté à la fin de 1868 par Madrid en raison des sympathies dont il bénéficiait auprès des élites créoles – ayant épousé une riche cubaine, la fille du comte de Santovenia – pour régler par la voie diplomatique le soulèvement indépendantiste. Il proposa aux insurgés la cessation des combats contre l’amnistie. L’opposition des plus intransigeants des Espagnols y vit une marque de faiblesse et obtint alors rapidement sa tête : dès juin 1868, il repartit pour Madrid. Dulce a donc été nommé puis renvoyé en raison de sa politique jugée trop accommodante. Quant au comte de Valmaseda (24), qui effectue trois mandats ce n’est pas tant sa politique brutale qui lui est reprochée mais son inefficacité. En effet, après un premier mandat de capitaine général provisoire en 1867, il est nommé capitaine général de plein exercice en 1870 pour s’être fait remarquer, lui et la troupe qu’il avait constituée (connue sous le nom de voluntarios de Valmaseda) par le caractère impitoyable des actions engagées. Mais sa cruauté n’eut d’autres résultats que de grouper de plus en plus de personnes contre lui, sans parvenir à vaincre les rebelles. C’est ce qui l’a contraint à démissionner en 1872. Et, c’est essentiellement pour des raisons politiques métropolitaines qu’il retrouve la capitainerie générale de Cuba entre 1875 et 1876 : il avait en effet activement participé au retour des Bourbons après la Première République.

  • 9 Durnerin, 1978, p. 25.

26La valse des capitaines généraux se déroule sur un fond de musique d’intrigues politiciennes, qui incite à changer rapidement de partenaires. Par exemple, le successeur de Dulce, Francisco de Lersundi y Hormachea (22) reste à peine quatre mois en place, avant de remettre sa démission en novembre 1866 à la fois pour une incompatibilité d’humeur avec les oligarchies cubaines et de vues avec le ministre d’Outre-mer, Antonio Cánovas del Castillo. Mais le soudain retour au pouvoir du général Narváez y Campos permit à Lersundi y Hormachea de rassembler un capital de confiance nécessaire pour, dès décembre 1867, retrouver la place qu’il avait perdue. En 1886, le ministre Germán Gamazo y Calvo plaça Camillo Calleja y Isasi (45) à la tête de Cuba, en lui confiant la mission de réformer et de moraliser l’administration cubaine. Il démissionna au bout de quelques mois, en raison d’un désaccord avec Víctor Balaguer, qui était le successeur de son protecteur9. Il retrouva cependant le poste en 1893, pour être relevé en 1895 en raison de son incapacité à éteindre l’incendie indépendantiste qui s’était rallumé. Ainsi, dans la seconde moitié du XIXe siècle, les cessations de mandats pour mésententes avec le gouvernement métropolitain se multiplient, ce qui témoigne de la politisation de l’appareil administratif mais aussi du poids croissant de la tutelle madrilène sur l’administration de l’île, au détriment du lien avec les élites locales. Par ailleurs, il est à noter que des erreurs graves ne sont pas forcément rédhibitoires pour retrouver un poste. Un des meilleurs exemples est certainement fourni par Joaquin Jovellar y Soler (33), qui en 1874 fut relevé de son commandement après l’incident du Virginius, au cours duquel il fusilla des Britanniques et des Américains, ce qui faillit provoquer une guerre entre l’Espagne et les États-Unis. Le temps que les passions se calment et Jovellar retrouva son poste en 1876 pour l’occuper pour plus de deux ans.

27Enfin, la valse des capitaines généraux s’explique aussi par une série de défaillances humaines. C’est ainsi que Joaquín del Manzano y Manzano (23), Manuel Salamanca y Negrete (49), Alejandro Rodríguez Arias y Rodulfo (56) meurent en fonction tandis que Francisco de Lersundi y Hormaechea (25) et Camilo García de Polavieja (54) rendent leur bâton de commandement pour raisons de santé. Cette liste est aussi tragique qu’exceptionnelle : les derniers capitaines généraux étaient-ils de santé plus fragile que leurs prédécesseurs des siècles antérieurs ?

28La période 1866-1898 est enfin marquée par une dernière originalité : la multitude de capitaines généraux provisoires. Ils représentent environ la moitié des mandats, ces derniers sont souvent très courts, de quelques semaines seulement, voire moins. Ainsi Felipe Fernández Cavada y Espadero (50) ne reste qu’une semaine en place en février 1890 et en août de la même année, José Sánchez Gómez y Romero Setién (53) n’occupe le fauteuil que quatre jours. Le comte de Valmaseda (24) et Sabas Marín y Gonzalez (46) qui restent en poste durant presque trois mois, respectivement en 1867 et 1887, font figure d’exceptions.

29Il apparaît qu’occuper le poste de capitaine général provisoire ne constitue pas un tremplin pour être capitaine général de plein exercice. Seules deux personnes, Sabas Marín y González et le comte de Valmaseda, précédemment cités ont suivi cette progression. Par ailleurs deux personnes ont été capitaines généraux à titre provisoire trois fois sans jamais devenir capitaine général en titre, il s’agit de Cayetano Figueroa y Garraondo (32) dans les années 1870 et José Sánchez y Gómez (51) dans les années 1890. On peut tirer de cette constatation deux enseignements qui se complètent. Le premier est que le corps des capitaines généraux est nettement différencié de celui des Tenientes reyes. Ce sont deux catégories de hauts fonctionnaires bien distinctes, peu perméables, au contraire à ce que l’on aurait pu attendre puisqu’en termes militaires, le lieutenant est appelé à devenir un jour capitaine. Deuxièmement, c’est bien en raison de cette différence que l’administration arrive à se maintenir en dépit des troubles qui affectent l’île et la Péninsule. En effet, les « seconds » exercent une forme de continuité du pouvoir, plus discrète, quand les bouillants, ou incapables, capitaines généraux donnent l’impression de la mettre à mal. Ainsi, Cayetano Garaondo y Figueroa, précédemment cité, occupe le poste de capitaine général provisoire de 1872 à 1879 et sert sous le commandement de sept capitaines généraux.

30Par ailleurs, toutes ces nominations provisoires, ces mandats très courts, donnent l’impression de désorganisation et d’improvisation administratives. Une impression qui se confirme par un examen plus minutieux, comme le montre le fait que Manuel Salamanca y Negrete (49) a été nommé une première fois en 1887 mais que cette nomination a été annulée avant d’être confirmée en 1889. Mais au contraire, si l’on élargit la focale, c’est une idée de maîtrise qui apparaît. En effet, à la suite de chaque démission l’administration trouve rapidement une autre personne à qui confier le poste, pour ne pas le laisser longtemps au Segundo Cabo. De même, ne pas hésiter à rappeler en métropole les capitaines généraux en temps de guerre, au risque de donner des impressions de victoire aux indépendantistes, est la preuve d’une certaine assurance dans l’autorité. Cette assurance provenait-elle de la certitude de trouver en toutes circonstances un homme correspondant au profil recherché ?

QUELS ÉLÉMENTS DE CARRIÈRE PRÉSIDENT À LA DÉSIGNATION DU CAPITAINE GÉNÉRAL ?

31Comme on a pu le voir, les raisons qui poussent à la nomination de telle ou telle personne au poste de gouverneur et capitaine général de Cuba sont diverses. Ainsi, on a privilégié, selon les circonstances, soit des personnes impitoyables soit des hommes plus diplomates. Bien sûr, d’autres considérations doivent être prises en compte. Outre les conditions statutaires, il faut en effet se pencher aussi, sur l’expérience politique, sur l’expérience militaire, sur les relations personnelles, avec en préalable, les conditions statutaires. Ce sont quelques aperçus de cet ensemble que tentent de présenter les lignes qui suivent.

L’ÂGE DU CAPITAINE

32À deux exceptions près, représentées par Juan Ruiz de Apodaca y Eliza (2) et Francisco Javier de Ulloa y Remirez de Laredo (13), qui étaient des marins, tous les capitaines généraux du XIXe siècle sont issus de l’armée de Terre. Ces deux personnages étaient Tenientes generales de Marina, ce qui correspond à vice amiral d’escadre aujourd’hui, et beaucoup d’officiers de Terre portaient le grade équivalent dans leur arme, tenientes generales, généraux de division, si l’on préfère. Toutefois le grade nécessaire et obligatoire se situait juste une étoile au dessous : il fallait être mariscal de campo (maréchal de camp) que l’on traduirait donc par général de brigade. Par conséquent, en vertu de cette condition, la plupart des capitaines généraux prenaient leur fonction entre 45 et 60 ans. L’exception est ici Leopoldo O’Donnell y Joris, qui occupe le poste à 34 ans, après avoir été maréchal de camp à 28 ans ! Le nombre de personnes ayant plus de 65 ans est très réduit, ce qui ne s’explique pas uniquement par l’espérance de vie moins longue à cette époque, car ce poste à Cuba était moins le couronnement d’une carrière qu’un tremplin fondamental vers un autre, bien plus important encore.

L’EXPÉRIENCE POLITIQUE

33Cette expérience politique des capitaines généraux peut être déclinée en trois thèmes : l’exercice comme capitaine général dans la métropole, en outre-mer, et enfin dans des postes ministériels et diplomatiques de premiers plans. Si toutes les carrières ne peuvent être encore révisées, faute de sources complètes, le matériau de base est largement suffisant pour déterminer les grandes tendances : 22 capitaines généraux de Cuba ont exercé préalablement au moins un mandat de capitaine général en métropole, 7 en outre-mer et 12 comme membre d’un cabinet ministériel ou d’une ambassade.

34Ainsi, près de la moitié des capitaines généraux nommés à Cuba ont d’abord fait leur apprentissage de gouvernement en métropole. Les postes les plus fréquemment occupés semblent être les capitaineries générales de Valence, de Grenade, de Galice, d’Aragon de Navarre et pour la fin de la période, de Catalogne. Cela s’explique aisément : il s’agissait des provinces les plus rebelles, où les chefs devaient montrer le plus d’autorité.

35L’expérience d’outre-mer préalable est bien moins nécessaire. Elle se décline d’une façon singulière : présente jusque vers 1840, elle disparaît pour ne réapparaître que vers 1880. Ceci est également facilement explicable par le fait que l’Empire ayant été perdu dans les années 1820, le nombre de fonctionnaires pouvant y avoir travaillé décline, pour reprendre à la fin du siècle, en raison de l’entrée en ébullition des Philippines : dès lors il faut y envoyer des hommes à poigne, qui peuvent ensuite servir à Cuba ; la trajectoire inverse est également vraie. Il n’existe pas de cursus honorum ultramarina prédéfini qui irait des Philippines à Cuba en passant par Puerto Rico. Par exemple, Ramon Blanco y Erenas (40) a combattu aux Philippines en 1866, est devenu gouverneur de l’île de Mindanao trois ans plus tard, puis s’est illustré comme capitaine général de Navarre, a occupé cette fonction en Aragon, en Catalogne et enfin à été muté à Cuba en 1879. Avant d’être capitaine général de Cuba, entre 1896 et 1897, Nicolau Weyler l’a été successivement des Canaries, des Philippines et de Catalogne. L’ensemble des carrières montre qu’il n’y a pas non plus une sorte de « corps de capitaines généraux spécialistes de l’outre-mer ». Enfin, les promus à Cuba n’avaient pour la plupart qu’une faible expérience ministérielle et diplomatique ; la représentation à l’étranger, comme ambassadeur ou envoyé extraordinaire, faisant presque jeu égal avec le travail en cabinet, essentiellement comme secrétaire d’État à la guerre, comme l’on s’en doute. On peut ainsi citer Francisco Dionisio Vives y Planes (7) qui fut ambassadeur d’Espagne aux États-Unis, ou Sabas Marín y González (46) qui fut diplomate en Russie et par ailleurs, Jeronimo Valdes y Sierra (12) ou le duc de la Torre (20) qui furent tous deux secrétaires d’État à la guerre.

L’EXPÉRIENCE MILITAIRE

36L’examen de la carrière militaire des promus à la capitainerie générale de Cuba est sans ambiguïté et confirme ce que l’histoire de Cuba a retenu de leur commandement : ce ne sont pas des militaires de salon mais bien des officiers aguerris à l’épreuve du feu, par de nombreux combats où ils ont parfois été grièvement blessés. Par exemple, le livret militaire de Candido Pieltain y Jove Huergos (31) indique que lors de sa campagne d’Afrique en 1859, il a attaqué avec ses hommes une position ennemie à la baïonnette alors qu’il avait reçu une blessure par balle. Certains ont la réputation d’un tempérament particulièrement belliqueux, comme Antonio de Caballero y Fernández de Rodas (28), qui fut un temps exilé pour s’être battu en duel. C’est peut-être parce qu’ils ont souvent côtoyé la mort, que les capitaines généraux n’ont aucune crainte pour la donner, se montrant souvent acharnés et parfois cruels dans les répressions. Valeriano Weyler y Nicolau (61) fut un triste précurseur des horreurs concentrationnaires du XXe siècle, en déportant et parquant les populations des campagnes dans des conditions épouvantables dans les faubourgs des principales villes, pour priver les insurgés de tout soutien populaire. Cependant, il ne faudrait pas caricaturer à l’excès. Ainsi, si le marquis de Peña Plata (62) est rappelé en fonction à la fin de 1897, c’est aussi parce qu’il est réputé d’un tempérament propre à effacer les excès de Weyler.

37On retrouve donc ces capitaines généraux sur tous les théâtres d’opérations sur lesquels l’Espagne a été engagée au fil du temps, depuis les batailles pour maintenir sa souveraineté en Amérique, avec José Maria González de Cienfuegos y Jovellanos (3) aux Philippines, avec encore le marquis de Peña Plata (40), en passant par les actions à Santo Domingo avec le comte de Valmaseda (24), les guerres d’Afrique avec Francisco de Ceballos y Vargas (30), et bien sûr les guerres carlistes et soulèvements métropolitains, dans lesquels prirent part entre autres Domingo Dulce y Garay (21) ou José Chinchilla y Diez de Oñate (52). Les deux marins ne sont pas en reste : Ruiz de Apodaca (2) a dirigé de grandes actions navales et Ulloa (13) a participé à la bataille de Trafalgar. Par ailleurs, on remarque que, à partir de la guerre de Dix Ans et jusqu’en 1898, les capitaines généraux nommés ont souvent déjà combattu, et parfois gagné d’importantes batailles à Cuba (fig. 2). L’administration a donc l’intelligence de privilégier l’expérience cubaine pour un type de combat de guérilla à nul autre pareil. Les stratèges se sont vite rendu compte que l’on ne guerroie pas au Maroc comme à Cuba, même si ce constat n’eut que peu d’influence sur la logistique et l’intendance. Dans cette catégorie « d’experts cubains » s’inscrivent le marquis de Peña Plata, un Basque qui avait demandé à être muté à Cuba à l’âge de 25 ans, de façon à accélérer sa carrière. C’est aussi le cas de Ramón Fajardo y Izquierdo (44) ou encore de José Sánchez Gómez y Romero Setién (51), trois fois capitaines généraux provisoires. Citons encore Arsenio Martínez-Campos y Antón (38), qui avait été à l’origine de la paix de Zanjón en 1878 et qui fut renvoyé à Cuba en 1895 pour tenter d’en finir avec les indépendantistes.

FIG. 2. — Expérience ultramarine et/ou militaire cubaine préalable au mandat de capitaine général en titre ou provisoire de Cuba
En gris clair, expérience en outre-mer préalable à Cuba ; bordure noire, grande expérience cubaine

38Ainsi, l’expérience militaire est bien plus nécessaire que l’expérience politique pour devenir capitaine général. Pour autant, l’une comme l’autre, sont encore insuffisantes pour rendre compte des choix qui ont présidé à la nomination d’un capitaine général. Un autre volet important est celui des réseaux sociaux dans lequel il se mouvait.

LES RÉSEAUX MILITAIRES

  • 10 Cayuela Fernández, 1996.

39Que les 47 capitaines généraux de la cohorte n’aient, à quelques exceptions près (comme Dulce y Garray et Martínez-Campos), aucune parenté entre eux n’a jamais été un obstacle au tissage de denses et efficaces réseaux de relations. Car ces relations se sont construites essentiellement sur le terrain militaire et ont été renforcées par des expériences politiques, qui parfois ici aussi, se sont traduites par des engagements armés. En effet, l’expérience de la guerre, quand elle fait partager le risque de la mort, l’ivresse de la victoire ou le fardeau de la défaite, cimente des amitiés éternelles. Or, dans une société où le choix du prince doit tenir compte de l’équilibre des intérêts des groupes et à une époque où les militaires ne se privent pas de faire pression sur les pouvoirs politiques, ces amitiés ne peuvent que peser lourd à l’heure de nommer les capitaines généraux. Bien que J. G. Cayuela Fernández ait déjà mis en avant cet aspect des choses10, qu’il soit permis de reprendre quelques cas emblématiques, grâce en partie, à un nouveau regard sur les archives militaires qui ne manquent jamais de citer les chefs prestigieux auprès desquels les officiers ont servi de près, en particulier en tant qu’aides de camps.

40Deux figures emblématiques, Leopoldo O’Donnell et Arsenio Martínez-Campos, peuvent être mises en exergue pour comprendre l’efficacité des réseaux militaires. Le premier, qui fut nommé capitaine général très jeune, de 1844 à 1848, est bien sûr connu pour son rôle prépondérant dans la vie politique espagnole au XIXe siècle, alternant à son retour de Cuba en 1848, pour sa conquête du pouvoir, manœuvres légales, conspirations et même un coup d’État en 1856. José Gregorio Cayuela Fernández a fait la liste de ses amis politiques qui, pour certains ont combattu les carlistes avec lui, et qui après son mandat ont été nommés capitaines généraux de Cuba : José Gutiérrez de la Concha, Federico Roncali, Francisco Serrano, Domingo Dulce, Antonio Caballero de Rodas et Blas Villate de la Hera, soit six personnes en tout qui font partie du « groupe O’Donnell ». Et ce, même si ce dernier fit nommer Dulce y Garray à Cuba dans le but premier de l’éloigner du pouvoir madrilène. Or, si l’on s’intéresse à l’action de O’Donnell au Maroc lors de la guerre d’Afrique, qu’il dirige personnellement en 1859-1860, on constate que servent sous ses ordres Candido Pieltain et Camillo García Polavieja (celui-ci sera même félicité personnellement par O’Donnell pour son héroïsme) tandis que Joaquín Jovellar Solar fut son secrétaire de campagne et Francisco de Ceballos y Vargas son aide de camp. Ces quatre personnes furent également capitaines généraux de Cuba entre 1872 et 1892. En incluant O’Donnell, on a donc un groupe assez compact de onze officiers généraux, qui se connaissent, ont combattu ensemble et ont occupé la tête de Cuba.

41Arsenio Martínez-Campos s’inscrit dans un schéma similaire, les épisodes étant placés toutefois dans un ordre différent puisqu’il fit un coup d’État en décembre 1874, avant d’être nommé capitaine général de Cuba pour la première fois en 1878. On trouve dans son entourage d’autres figures de capitaines généraux. On rencontre par exemple Joaquin Jovellar y Soler qui a participé au pronunciamiento de 1874 et qui l’a ensuite précédé comme capitaine général de Cuba. On retrouve aussi Polavieja, qui fut son aide de camp à la fois sur les champs de bataille et à la capitainerie générale de Catalogne. Martínez-Campos fut lui aussi aide de camp d’un autre personnage du précédent groupe : le comte de Valmaseda.

42Ces listes ne sont bien sûr pas exhaustives, même en restant dans le domaine militaire, et une analyse plus fine montrerait les innombrables entrelacs entre ces personnes, comme l’atteste le fait que Blas Villate y Hera eut comme aides de camp Weyler en 1868 et Polavieja en 1871. Par ailleurs, est-ce un hasard si Lersundi et Roncali (15) se succèdent comme présidents du Conseil des ministres à Madrid ? Une analyse fine des cabinets ministériels confirmerait à coup sûr la densité des réseaux. Et que dire, enfin de l’importance du rapport au monarque pour comprendre les nominations ? Avant d’être nommé à Cuba, Serrano y Domínguez fut le favori d’Isabelle II, le comte de Valmaseda fut en 1866 le garde du corps du roi pendant le pronunciamiento de Prim à Villarejo de Salvanés. Sabas y Marín fut aussi aide de camp du roi, comme Ramón Blanco y Erenas était un ami du couple royal.

43Au vu de tous ces réseaux, de ces groupes constitués, on a donc l’impression que les capitaines généraux de Cuba qui exercent à partir de la guerre de Dix Ans forment une sorte de club, dans lequel le pouvoir, même s’il est fragile, est exercé à tour de rôle. Ils semblent en effet s’échanger ou se réserver les places, quand bien même la durée entre deux mandats peut être longue puisqu’il s’écoule seize années entre le premier et le second mandat d’Arsenio Martinez-Campos y Antón (38) et dix-sept entre ceux du marquis de Peña Plata (40). La fréquence du turn-over, qui permet à un maximum de personnes d’occuper une place plus enrichissante encore que prestigieuse, en raison essentiellement des pots-de-vin multiples, doit être comprise comme une des clefs du maintien tardif de l’Espagne à Cuba.

CONCLUSION

44Les quelques paragraphes précédents ne sont qu’une esquisse. Celle-ci permet toutefois de tracer deux grandes lignes directrices. La première concerne une plus nette définition de la liste des capitaines généraux. Ensuite, la césure de 1866-1868, met en relief, à partir de cette date, la mainmise de l’appareil colonial cubain par quelques groupes de personnes liées aux plus hauts cercles militaires métropolitains. Et ceci en dépit de l’apparence d’une grande confusion puisque les nominations semblent se multiplier de manière anarchique. On a parlé d’une oligarchie créole aristocratique de planteurs, qui, s’étant déployée à la fin du XVIIIe siècle, a eu une part prépondérante dans le maintien de la isla siempre fiel dans le giron espagnol à l’heure des indépendances. Pour comprendre le gouvernement colonial du XIXe siècle, on a aussi évoqué l’influence fondamentale d’une oligarchie de commerçants péninsulaires en lien avec les marchés européens et surtout étatsuniens. Ne faudrait-il pas alors rajouter pour le dernier tiers du XIXe siècle, l’importance capitale d’une autre oligarchie, celle des capitaines généraux, directement issue de la situation insurrectionnelle dans laquelle sont plongés et Cuba et l’Espagne ? Par ailleurs, à côté de ce « club de capitaines généraux », il est un autre groupe de personnages qui s’est dessiné dans un clair-obscur : celui des capitaines généraux provisoires. Assurant intérims et continuité de l’État, ils apparaissent comme des administrateurs dont la première préoccupation est le bon fonctionnement de l’État, plus que leur carrière personnelle. Mais tous, capitaines généraux en titre ou provisoires, ont montré une certaine capacité à tenir la barre tout au long des tempêtes qui ont émaillé le XIXe siècle, au prix presque toujours, de la maltraitance de bien des passagers, en particulier de ceux enchaînés à fond de cale. Et quand bien même le navire colonial a fini par s’échouer en 1898, à la suite des conséquences de la bataille navale dite « de Santiago de Cuba », la plupart des capitaines généraux eurent le temps de préparer des canots de sauvetage pour poursuivre leur carrière ailleurs. C’est aussi à cela que l’on reconnaît un bon capitaine : à sa prévoyance !

Notes

1 Amores Carredano, 2000 ou encore Vázquez Cienfuegos, 2008.

2 Par exemple, Cayuela Fernández, 1990 et 1996.

3 Par exemple : Barcía, García, Torres-Cuevas, 1994, pp. 499-450.

4 C’est pourquoi, par exemple, ne figure pas Juan María de Echeverri y Manrique de Lara en faveur duquel Juan Manuel de Cajigal de la Vega y Martínez a temporairement renoncé en 1819.

5 Le premier numéro renvoi au numéro porté sur l’axe des abscisses dans les graphiques présentés par la suite. Le ou les suivants rappellent les autres moments où le personnage est référencé dans ces graphiques. La mention « P », signifie que le capitaine général ne l’a été qu’à titre provisoire. Le titre de Castille n’est mentionné que lorsque son détenteur le portait alors qu’il était capitaine général. Nombre de capitaines généraux en ont reçu quelques temps après leur sortie de charge. Le deuxième numéro est celui par lequel on peut trouver le personnage en interrogeant la base Actoz.

6 On entend ici par capitaine général le représentant du monarque dans l’île, attendu que la titulature exacte fut d’abord « lieutenant général », puis gouverneur général.

7 Pour un confort de lecture, les noms des capitaines généraux mentionnés sont suivis du numéro qui leur est attribué dans la liste. En cas de numéros multiples, celui qui est le plus en liaison avec le texte est conservé, et sinon, à défaut, c’est le premier qui est maintenu.

8 Armario Sánchez, 1990, p. 405.

9 Durnerin, 1978, p. 25.

10 Cayuela Fernández, 1996.

Table des illustrations

Légende FIG. 1. — Durée (en trimestres) des mandats des capitaines généraux en titre et provisoires entre 1799 et 1899En gris foncé, les mandats des capitaines généraux de plein exercice ; en gris clair ceux provisoires
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/1194/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende FIG. 2. — Expérience ultramarine et/ou militaire cubaine préalable au mandat de capitaine général en titre ou provisoire de CubaEn gris clair, expérience en outre-mer préalable à Cuba ; bordure noire, grande expérience cubaine
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/1194/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 70k

© Casa de Velázquez, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540