Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'État dans ses colonies

 | 
Jean-Philippe Luis

I. — Quels moyens pour administrer les colonies ?

Les administrateurs comme agents de la catégorisation des sociétés coloniales

Pratiques et usages des recensements de population

Mathieu Aguilera

Texte intégral

  • 1 Fradera, 2008, pp. 20-23 ; Sartorius, 2013, pp. 21-51.
  • 2 Vilar, 1971, pp. 617-618.
  • 3 « [...] no tenemos hasta ahora un censo completo y exacto de la isla, ni bastante moderno [...]. E (...)
  • 4 Comyn, Estado de las Islas de Filipinas en 1810, p. 2.
  • 5 « [...] la suma repugnancia que muestran los naturales a la satisfacción del tributo ; circunstanc (...)

1Lorsque les députés espagnols réunis en Cortes à Cadix en 1811 débattent des frontières de la citoyenneté et de l’esclavage1, les informations statistiques dont ils disposent sont maigres2. Désireux d’informer depuis La Havane, les députés sur l’état de la population cubaine au nom des intérêts de l’oligarchie insulaire, le secrétaire du Real Consulado Antonio del Valle Hernández ne peut que constater l’absence d’un « recensement complet et exact de l’île ». « L’unique recensement général existant est celui qu’a ordonné Luis de las Casas en 1791 », précise-t-il, en expliquant avoir eu recours à plusieurs listes municipales d’habitants (padrones) pour illustrer son propos3. Après huit années passées sur le sol philippin, Tomás de Comyn propose quelque temps après une estimation de la population de l’archipel. Il s’empresse toutefois de signaler à ses lecteurs que ses sources sont largement biaisées4. De multiples difficultés entravent la tenue des listes transmises par les alcaldes mayores et le clergé local à la Surintendance, en particulier les dissimulations permanentes des indigènes voulant échapper à la contribution fiscale5. Par conséquent, le nombre « généralement admis » de « trois millions d’habitants soumis à l’autorité du Roi » n’est qu’une estimation et ne prend pas en compte les « tribus indépendantes » qui se dérobent à l’emprise fiscale, missionnaire et statistique de l’administration espagnole.

  • 6 Pérez de la Riva, 1977a, pp. 35-38.
  • 7 Ferrer, 2004, pp. 207-208 ; Naranjo Orovio, 2004, p. 102.
  • 8 En 1811, Antonio del Valle Hernández présente dans sa « Nota sobre la población » les résultats ti (...)
  • 9 En 1800, Antonio del Valle Hernández s’appuyait sur une comparaison avec les Antilles françaises e (...)
  • 10 Corpuz, 1989, p. 523.
  • 11 Sangley est la transcription espagnole du sengli chinois, qui signifie, « celui qui commerce ». Le (...)
  • 12 C’est donc en prenant appui sur les structures juridictionnelles des anciennes vice-royautés que s (...)

2Le représentant de la Comisión de la Población blanca cubaine et le Factor general de la Compañia de Filipinas ne sont sans doute pas les « premiers démographes6 » de l’Empire, mais tous deux posent en tout cas les bases du raisonnement statistique colonial7 : pour Valle Hernández, disposer de chiffres sur la population doit permettre, deux décennies après la révolte de Saint-Domingue, d’établir la « proportion entre les castas », considérée selon une catégorisation ternaire entre les « Blancs », les « libres de couleur » et les « esclaves »8. En démontrant une part relative de « Blancs » suffisante, il peut ainsi affirmer que la poursuite de la traite esclavagiste ne remettait pas en cause la sécurité de l’île. Elle était même indispensable pour le développement agricole, selon Valle Hernández, qui s’oppose ainsi, chiffres à l’appui, aux projets abolitionnistes gaditain et britannique9. De son côté, Comyn a recours à des coefficients multiplicateurs pour proposer à partir des listes fiscales un ordre de grandeur de la population de l’archipel10. Il distingue les sujets de la Couronne (Españoles europeos, Créoles, Métis, Indios puros, Chinois, Sangleyes11) des castas infieles, qui se dérobent au regard de l’État colonial. Tous deux mettent également en évidence l’incapacité de la métropole à disposer d’une information fiable sur les populations d’outre-mer. L’absence de relais administratifs suffisants sur le territoire empêche ainsi d’établir une « statistique » qui soit consultable aussi bien dans les bureaux du gouverneur à La Havane ou à Manille que sur les bancs des Cortes – tant dans les bureaux des ministères madrilènes que dans les bibliothèques des sociétés savantes ou des consuls étrangers12.

  • 13 Pérez de la Riva, 1977, p. 7 ; Araya Espinoza, 2010, pp. 339-340.
  • 14 Des rubriques portant sur la population apparaissent déjà dans les Relaciones geográficas du Conse (...)
  • 15 Díaz Soler, 1970, p. 94 ; Curtis, Scarano, 2011 ; Meriño Fuentes, Perera Díaz, 2011, pp. 20-21.
  • 16 Blanco, 2009 ; Sánchez Gómez, 2010.
  • 17 Sánchez Gómez, 1996.
  • 18 Huetz de Lemps, 2006 ; Huetz de Lemps, 2013.
  • 19 Bernáldez Pizarro, Dictamen sobre las causas que se oponen a la seguridad y fomento de las Yslas F (...)

3Au temps des réformes bourboniennes, les administrateurs de la Monarchie et les autorités ecclésiastiques avaient déjà reçu par l’ordonnance royale du 10 novembre 1776 des instructions pour œuvrer à la formation « de padrones exacts, avec la distinction nécessaire de clases, estados et castas de toutes les personnes, sans exclure les enfants13 ». La population était alors envisagée comme une ressource pour la mise en valeur des richesses, les progrès de l’agriculture et le potentiel militaire du royaume14. Dans les Antilles espagnoles, la création de nouvelles charges de police et de justice pedáneas au tournant des années 1770 permit aux capitaines généraux de disposer de relais locaux en charge de la surveillance et de la police locale. Ce sont eux qui prennent en charge, à partir de 1786 à Cuba, la tenue des padrones annuels15. Au début du XIXe siècle, dans les zones de l’archipel philippin « hispanisées » par l’entreprise missionnaire et le maillage provincial16, l’essentiel des tâches « civiles » est assuré par les auxiliaires indigènes, qui ont joué un rôle déterminant dans la réduction en pueblos de la population autochtone, majoritairement d’origine malaise (malaya)17. Les cabezas de barangay assurent la tenue des listes tributaires (padrones tributarios), sous l’autorité des gobernadorcillos. Ces officiers subalternes issus de la notabilité locale, malaise ou métisse chinoise, assurent l’intermédiaire avec le chef politique de la province (un fonctionnaire péninsulaire) et ses auxiliaires, au sein d’un système miné par la corruption et la dissimulation18. L’encadrement paroissial est assuré par le clergé séculier (indigène ou métis) ou par le clergé régulier (ordres religieux d’origine péninsulaire). Pour Bernáldez Pizarro, il ne fait pas de doute, au début des années 1820, que les « Religieux européens [sont] les uniques personnes de confiance du Gouvernement » qui peuvent « [connaître] la statistique de leurs villages (pueblo) et les ressources de leur région », parce qu’ils ont une « connaissance pratique et intime de la nature et des passions [des] indigènes (naturales) »19.

  • 20 Bustamante, Giraudo, Mayer, 2014.
  • 21 Anderson, 2002, p. 167.

4Tout au long du siècle, l’administration coloniale a poursuivi cet effort (bien souvent à grand-peine) de dénombrement et de classification des populations. À l’ère de « l’enthousiasme statistique »20, les sujets coloniaux ont fait l’objet de multiples procédures d’enregistrements et d’identification, au service des exigences fiscales, policières et migratoires de l’État colonial et du système esclavagiste. Les modes d’élaboration de la statistique officielle et la taxinomie employée pour rendre compte des différents « éléments sociaux » des provinces d’outre-mer trouvent leur origine dans les registres de l’époque moderne et la nomenclature des castes (castas). Leur portée s’en trouve néanmoins modifiée par la reconfiguration du « système des trois colonies » (Cuba, Porto Rico, Philippines) au sein de l’économie mondiale et la reformulation des frontières de l’exclusion entre les Européens et « les autres ». Dans la documentation statistique de l’administrateur, la société métisse et créole des provincias de ultramar apparaît selon des logiques de catégorisation qui disent « la façon dont l’État colonial imaginait sa domination », à savoir, si l’on suit B. Anderson, « la nature des êtres humains qu’il gouvernait, la géographie de son domaine et la légitimité de son ascendance21 ».

DES TABLEAUX STATISTIQUES POUR DES POPULATIONS « HÉTÉROGÈNES » : DE LA STATISTIQUE DESCRIPTIVE À LA MESURE DE « L’ÉQUILIBRE DES RACES » (c. 1820-c. 1850)

LA STATISTIQUE DES CAPITAINES GÉNÉRAUX : CARTOGRAPHIER, INVENTORIER ET RECENSER POUR GOUVERNER LES COLONIES

  • 22 Pendant la première moitié du XIXe siècle, on ne peut parler de recensement au sens strict. Les ta (...)
  • 23 Le précédent dénombrement avait été réalisé à l’initiative de l’intendant Ramirez, sous le mandat (...)
  • 24 Nadal, 1989 ; Venegas Fornias, 2007.
  • 25 Nadal, 1988, p. 184.
  • 26 Naranjo Orovio, 2009, pp. 30-33.
  • 27 Cuadro estadístico… de 1827.
  • 28 Resumen del censo de población de la Isla de Cuba a fin del año de 1841. On ne peut toutefois pas (...)
  • 29 Nadal, 1988, p. 185.

5En l’absence d’un bureau de statistique métropolitain centralisant les recensements, les dénombrements de populations – tout comme la statistique territoriale ou la cartographie topographique22 – sont supervisés par les capitaines généraux ou les intendants des Finances. Dans les Antilles, le contexte troublé des indépendances continentales, dans les années 1820, rendait urgent l’élaboration d’une statistique descriptive du territoire et des productions, ainsi qu’un dénombrement mis à jour des habitants23, pour réorganiser la défense de cette portion plus que jamais stratégique de la Monarchie. Ce sont donc des finalités militaires qui orientent très largement l’ensemble des travaux d’inventaires et de cartographie24 entrepris sous le long mandat du capitaine général Vives (1823-1832), qui vont de pair avec le nouveau découpage territorial de l’île en trois départements de juin 182725. Lorsqu’à l’issue de son mandat, en 1838, Miguel Tacón charge les officiers ingénieurs militaires Manuel Pastor et José Jaime Valcourt d’un nouveau recensement, les profonds bouleversements économiques et démographiques de la décennie écoulée26 rendent nécessaire la mise à jour des résultats recueillis en 1827. Ainsi, le Cuadro estadístico de Cuba de 1827, publié deux ans plus tard27, tout comme le « recensement » de 184128 achevé sous le mandat de Gerónimo Valdés, sont le résultat de travaux de terrain de commissions d’ingénieurs militaires et d’arpenteurs déployées sur la Siempre fiel Isla de Cuba29.

  • 30 L’entrée en fonction de la nouvelle commission faisant suite à la Real Orden du 22 décembre 1842. (...)
  • 31 Cuadro estadístico… de 1846, p. IV.
  • 32 L’expression est employée par le capitaine général, comte de Mirasol, en août 1845. AHN, Ultramar, (...)
  • 33 Rodríguez-Ferrer, « Progresos de la geografía », pp. 119-120.
  • 34 En 1853, le capitaine général Concha déplore à l’issue de son premier mandat le manque de moyens a (...)

6En 1844, de manière simultanée à La Havane et San Juan, de nouvelles commissions de statistique prennent en charge l’élaboration de la statistique territoriale, fiscale et démographique, sous la direction des capitaines généraux. Le recensement de 1846 est coordonné à Cuba par la commission mise en place par le capitaine général Leopoldo O’Donnell en juillet 184430. La présidence des huit membres installés à La Havane, et chargés d’inspections ponctuelles, est initialement assurée par le brigadier d’artillerie Juan Herrera Dávila, qui compte déjà quelques années de carrière comme ingénieur militaire à Porto Rico. Malgré les nombreuses difficultés rencontrées et les occultations massives (en raison de la portée fiscale des informations collectées)31, de l’avis des contemporains, le travail des commissions de 1846 a été d’une grande rigueur et permettait de corriger les exagérations de l’édition précédente. Si la commission formée de « personnes scientifiques32 », présidée par le brigadier d’artillerie Santiago Fortun, interrompt ses travaux en 1849 à San Juan, le travail des membres de la commission de statistique et de division territoriale cubaine se poursuit encore après la publication du Cuadro estadístico en 1847, sous la direction de Juan Rodriguez de la Torre. La capitainerie générale comptait dès lors sur un bureau de statistique permanent, à l’activité foisonnante33, malgré le peu de moyens humains et matériels34.

  • 35 Doeppers, Xenos, 1998 ; Luque Talavan, Fernádez Palacios, 2014, pp. 19-23.
  • 36 AHN, Ultramar, leg. 5 174, exp. 15.
  • 37 Comisión Central de Estadística de Filipinas, p. 1.

7Aux Philippines, l’enregistrement statistique des populations doit servir les finalités fiscales de l’État colonial, qui fonctionne par délégation aux auxiliaires indigènes et aux ordres religieux, et n’a ni la prétention ni les moyens d’accroître son emprise sur les hommes et le territoire. Les autorités provinciales et militaires font parvenir, de manière ponctuelle, des listes partielles à Manille35. Un « recensement civil et tributaire » est établi en 1859, à partir des données issues de l’empadronamiento ordonné en novembre 184936. La Comisión Central de Estadística de Filipinas mise en place au début des années 1850 par l’intendant des Finances utilise en 1855 les résultats de l’empadronamiento réalisé en mars pour publier à Manille une série de données topographiques et démographiques, qui se limitent à la capitale et au district de Binondo. Les deux volumes publiés par le Contador General Luis Riquelme fournissent des données sur l’âge, l’état civil, les professions de « toutes les classes de la société37 », à la différence des listes tributaires partielles.

  • 38 Lavallé, Naranjo Orovio, Santamaría 2002, pp. 184-186 ; Naranjo Orovio, 2005.
  • 39 Ferrer, 2003, p. 342.

8Si au milieu des années 1850, les projets de statistique générale de Riquelme restent lettre morte à Manille, dans les Antilles, en revanche, et à Cuba en particulier, la population est devenue un objet de savoir que les ingénieurs militaires, les savants et les administrateurs quantifient afin de servir l’avancée de la colonisation intérieure38, du système esclavagiste et les intérêts des hacendados. Comme le souligne A. Ferrer, c’est le « double désir d’accéder à une force de travail noire et d’assurer la suprématie des Blancs qui mena aux nombreuses tentatives pour compter et classer la population cubaine. Ainsi, le projet d’un État colonial se construisant lui-même trouvait sa source dans le contexte de l’après-Haïti39 ».

LES SOCIÉTÉS D’OUTRE-MER AU PRISME DES CATÉGORIES DE L’ÉTAT COLONIAL

  • 40 Saether, 2014.
  • 41 « Correspondencia de los jefes de partidos remitiendo censo de sus habitantes (1811-1816) », AGI, (...)
  • 42 « Padrón general de habitantes del partido de Luyano », septembre 1812, AGI, Cuba, 1834.
  • 43 En général, les descendants d’une union entre un « Blanc » et une parda. Toutefois, le durcissemen (...)
  • 44 Dans les registres de mariage des paroisses cubaines de Santa Maria del Rosario et de Regla étudié (...)

9Dans les Antilles, la statistique officielle de la première moitié du XIXe siècle reprend des termes en usage dans l’ensemble de l’Amérique espagnole des Bourbons pour distinguer les mulâtres des personnes d’origine africaines40. Les catégories en usage tant au niveau local que dans les bureaux du capitaine général, croisent les variables de la « caste » et de la condition (libre ou esclave). En l’absence d’une forte composante démographique « indienne », contrairement au reste des régions caribéennes continentales, le terme de pardo, renvoie aux personnes issues d’un métissage européen et africain. Les morenos sont des personnes à « peau brune » ou noire, au phénotype africain dominant. Les listes d’habitants (padrones de moradores) compilées par Juan Luis Apodaca au cours de son mandat à La Havane (avril 1812-juin 1816) reposent sur ces distinctions, malgré quelques variations terminologiques, les termes de mulatos et negros étant alors plus fréquemment employés41. Les mentions de blancos criollos, españoles naturalizados et españoles americanos utilisées pour la population « blanche » sont exceptionnelles. Seul le capitaine de Luyanó mentionne, pour l’année 1811, la présence de « sept cent quarante-cinq indios de chaque sexe et calidades42 ». La catégorie de blancos regroupe ainsi toutes les personnes qui ne sont pas identifiées comme étant de couleur, sans doute au moment du baptême. Au début du siècle, il s’agit en très grande majorité de natifs insulaires, c’est-à-dire des « Espagnols américains » dans le langage gaditain. La catégorie inclut les Espagnols péninsulaires et les autres individus d’origine européenne (ou nord-américaine), et, de manière marginale, les descendants de mariages mixtes « officialisés » par les autorités43. Autorités civiles et religieuses partagent donc bien une grammaire commune pour désigner les différentes « classes » (selon la proximité avec des ascendants d’origine africaine) et « conditions » (dictée par le statut servile). Il existe parfois au niveau des paroisses des nuances entre différents types de pardos et morenos. Mais l’administration ne conserve pas ces subtilités dans sa mise en ordre statistique de la société coloniale44.

  • 45 C’est la même classification qu’utilise l’évêque de Santiago de Cuba en 1813, en réponse à l’instr (...)
  • 46 Les termes employés une décennie auparavant sont ceux de blancos, indios, mulatos libres, negros l (...)
  • 47 Lavallé, Naranjo Orovio, Santamaría, 2002, p. 210.
  • 48 Díaz Soler, 1970, p. 94.
  • 49 Scarano, 1989.

10Le tableau de 1827 comme les résultats du recensement de 1841 (élaborés à partir de vérifications auprès des autorités locales des données contenues dans les listes d’habitants annuelles) reprennent la logique de classification qu’avait déjà utilisée Valle Hernandez en 1811. Ils distinguent, en cinq catégories, les « Blancs », des libres de couleur (pardos libres, morenos libres) et des esclaves (pardos esclavos, morenos esclavos)45. À Porto Rico, la terminologie officielle rencontrée dans les 38 partidos de l’île au début du siècle est identique, la mention de indios disparaissant des listes annuelles d’habitants en 180746. Dès lors, les fonctionnaires locaux classent leurs administrés en blancos, pardos libres, morenos libres, mulatos esclavos et negros esclavos47. Comme dans le Padrón general de 1776, les listes d’almas citées dans la compilation de Pedro Tomás de Córdoba, pour les années 1824, 1828 et 1830 font apparaître une catégorie spécifique pour les fermiers agregados. La catégorie est utilisée à partir de 1815 dans les padrones locaux et est officialisée par un règlement spécifique en 182448. Ce mode de dénombrement était en effet utile à l’oligarchie rurale, confrontée à une pénurie de main-d’œuvre esclave49.

  • 50 Il s’agit bien plus que d’un recensement au sens strict. La publication finale des résultats prend (...)
  • 51 Pour La Havane, la classification des castas (qui reprend les cinq catégories habituelles) se dist (...)
  • 52 La classification de la « population blanche » par « naciones o paises » distingue ainsi les perso (...)

11Le lexique de la statistique officielle s’enrichit au milieu des années 1840. Pour Cuba, le volet démographique de l’enquête de 184650 décline les résultats de chaque Departamento en trois tableaux, selon la « caste » (casta)51, les origines nationales de la population blanche (naturalidad) et la profession des « Blancs » et « libres de couleur » (ocupación). Si le tableau des castas reprend le découpage usuel en cinq catégories, la table des origines répartit la population blanche en quinze sous-catégories, qui distinguent les péninsulaires des natifs insulaires (naturales de esta isla) et dénombre à part les Canariens52.

  • 53 Le Cuadro donne 27 264 Peninsulares et 19 759 Canarios. Les « Cubanos » représentent alors 87 % de (...)
  • 54 « […] en ningún caso y menos en escritos que pueden hacerse públicos como lo fue el censo de 1842, (...)

12De telles données mettaient ainsi en évidence l’écrasante majorité des insulaires53, et l’apport migratoire « blanc » qui devait fournir une alternative à la traite, dont la pénalisation venait d’être réitérée avec la loi de 1845, prise sous la pression britannique. Certaines pratiques de catégorisation avaient du être adaptées dans le sens du projet colonial métropolitain. L’administration madrilène n’avait ainsi pas manqué de relever que les Espagnols d’origine péninsulaire avaient été classés dans le Resumen de 1842 comme « étrangers », ce que le Cuadro de 1846 modifia, par le recours à la catégorie de « péninsulaire »54.

  • 55 Advertencias para la formación de la estadística, 16 juin 1849, ANC, Gobierno Superior Civil (GSC) (...)
  • 56 Formulario 1 – Población clasificada por sexos, estado, ocupaciones, naturalidad, edades, castas y (...)

13À partir de 1849, les formulaires de la statistique annuelle qui doit être établie dans les juridictions locales (barrios et partidos) comprennent huit catégories de clases et condiciones55. La traditionnelle partition entre Blancos, libres de couleur (pardos et morenos) et esclaves n’est pas modifiée, mais s’y ajoute celles des « colons et émigrés du Yucatan », des « colons asiatiques » et des personnes de couleur emancipadas56. La province ou le pays d’origine des « Blancs » doivent désormais être précisés alors que les « étrangers domiciliés » devaient faire l’objet d’une attention particulière. Les pedáneos sont en outre invités à relever la profession des « personnes blanches et de couleur libres à partir de douze ans » et incités à assortir leurs tableaux d’un « plan ou croquis de la juridiction ».

  • 57 Díaz Arenas, Memorias históricas y estadísticas de Filipinas.
  • 58 « En la parte de Filipinos, están incluidos cierto número de indios y mestizos de Sangley que por (...)

14La catégorisation qu’utilisent au même moment les administrateurs de la Hacienda pour dénombrer la population de l’archipel philippin reprend la logique tributaire de l’État colonial, et des catégories anciennes du métissage. Pour l’auteur des Memorias históricas y estadísticas de Filipinas, la « population des Philippines », au milieu du siècle, se décompose en Espagnols, autochtones (naturales), Métis espagnols (Mestizos españoles), Métis d’indiens et de chinois (Mestizos de sangley), et « Chinois » (Chinos)57. La nomenclature utilisée par Riquelme en 1855 dans la Comisión Central de Estadística de Filipinas est proche mais se limite aux quatre catégories de españoles europeos, filipinos, indios y mestizos de sangley et chinos. Comme le précise Luis Riquelme en 1855, la catégorie des « Philippins » englobe également « un certain nombre de Indios et Mestizos de Sangley qui ont cessé d’appartenir à la classe tributaire par leur estado ou empleo, étant religieux, militaires et exerçant d’autres emplois au service de S. M. ; les religieuses et celles qui se sont mariées avec des Espagnols58 ».

  • 59 Anderson, 1997, p. 61.
  • 60 Fradera, 1999b, pp. 213-219 ; Luque Talavan, Fernádez Palacios, 2014, pp. 19-23.
  • 61 Díaz Arenas, Adiciones y suplemento.

15La nomenclature de l’administration a en somme « un fondement très concret dans la législation coloniale et son champ d’application territorial »59. Les « castes infidèles » sont connues, puis dénombrées à l’occasion des campagnes militaires. Des chiffres de population peuvent donc être établis à l’occasion des nombreuses expéditions punitives et de conquête de la Cordillère de Luzon ou en Nueva-Vizcaya qui ont lieu dans les années 184060. Rafael Díaz Arenas termine le cinquième volet de ses Memorias consacrés à la population par les données dont il dispose sur les « castes des montagnes » et décline les chiffres pour les Tinguianes, Negritos, Igorrotes, Moros, Guinanes … Il complète son ouvrage grâce aux informations transmises par Mariano Oscáriz suite aux campagnes menées contre les Mayoyaos en 1847 ou contre les Igorrotes de Nouvelle-Biscaye61. La nomenclature officielle rend donc compte, par la religion, le degré de métissage, la réduction dans la commune indigène, d’un degré de soumission à la règle espagnole des différentes communautés.

LA STATISTIQUE COLONIALE, UN OUTIL DE MESURE DE « L’ÉQUILIBRE DES RACES » DANS LES ANTILLES ESPAGNOLES

  • 62 Ferrer, 2004, p. 213.
  • 63 La publication des chiffres du recensement de 1841 eut l’effet d’un « signal d’alarme » sur l’olig (...)
  • 64 Kiple, 1976 ; Piqueras, 2011.
  • 65 Estrade, 1994 ; Álvarez Cuartero, 2007.
  • 66 Balboa, Naranjo, 1999.

16Alors que les gouvernements libéraux ne pouvaient compter dans la Péninsule que sur un recensement général, car aller au-delà aurait été trop coûteux sur le plan économique et politique, on observe durant la première moitié du XIXe siècle une volonté de centralisation de l’information démographique en outre-mer, au service du projet colonial des capitaines généraux, appuyé par l’élite créole. Les efforts de mesure de la démographie coloniale dans les Antilles sont bien le résultat d’une « coalition d’intérêts » entre l’État colonial et la classe des planteurs62, et la maîtrise des chiffres pour connaître la population est bien un enjeu pour le gouvernement des colonies. La peur de « l’africanisation de l’île » a ainsi pu justifier une centralisation du pouvoir entre les mains des capitaines généraux63. Sur le plan international, il convenait de maîtriser la publication des chiffres de la population servile, qui pouvaient accroître les pressions britanniques pour le respect des traités contre la traite esclavagiste64. La nomenclature de l’administration cubaine prend en compte, dès la fin des années 1840, les apports migratoires yucatecos65 et asiatiques de travailleurs engagés66. Conformément à la vision « raciale » de la population de l’île de José de la Concha, ils ne sauraient remettre en cause la bipartition fondamentale de la démographie insulaire :

  • 67 « Entre los habitantes de esta Isla no se conocen más que dos razas, la europea y la africana. La (...)

On ne connaît parmi les habitants de cette île que deux races, l’européenne et l’africaine. L’introduction d’un petit nombre d’indiens du Yucatan en 1848, ni même celle, antérieure, de quelques chinois, ne me paraît devoir mériter ici quelque considération. Ces deux races ont été mises en évidence dès le premier recensement de l’île que nous avons67.

  • 68 Reid-Vazquez, 2011, pp. 146-172.
  • 69 Fradera, 2005, pp. 299-312.

17Au tournant des années 1840, la « rumeur d’Haïti » est relancée par plusieurs soulèvements serviles. Dans ce contexte, les « libres de couleur » sont susceptibles, aux yeux du pouvoir, de mettre en péril la sécurité des secteurs « blancs » de la société insulaire68. La statistique officielle doit donc permettre de prendre la mesure de « l’équilibre des races », entre population blanche et population de couleur69. C’est bien en ces termes que le secrétaire d’État en charge de l’outremer invite en 1847 le capitaine général O’Donnell à :

  • 70 « [...] sostener con cuidado el actual equilibrio entre las poblaciones blanca y de color existent (...)

[...] maintenir avec attention l’actuel équilibre entre les populations blanche et de couleur qui existent actuellement sur cette île, parce que l’expérience a démontré que la proportion actuelle de 4 à 6 entre Blancs et gens de couleur, en y ajoutant l’Armée et la Marine, ne remet pas en cause la sécurité et la quiétude du pays [...]. Votre Excellence doit toujours avoir en tête cet équilibre ; à cette fin, Sa Majesté vous demande d’adopter les mesures que vous estimerez opportunes, notamment celle de tenir constamment à jour le recensement de population, en prenant soin de réserver ce document à l’usage du Gouvernement70.

DES RECENSEMENTS POUR L’OUTRE-MER : ENTRE DÉSIRS PÉNINSULAIRES D’EMPIRE ET RÉALITÉS COLONIALES (1859-1887)

  • 71 Muro, Nadal, Urteaga, 1996.

18À l’heure de l’internationalisme statistique et des grandes conférences coloniales, il devient nécessaire, depuis la métropole, de disposer d’un recensement général digne d’une nation « civilisée » et « moderne ». Plusieurs propositions ambitieuses de « statistique générale » des provinces de l’outre-mer ont été soumises dans les années 1850, par des fonctionnaires des Finances ou des capitaineries générales, mais sont restées lettre morte. C’est depuis les bureaux madrilènes de la toute récente Comisión de Estadística General del Reino en charge de mettre en œuvre le premier recensement général du pays71, que vient l’initiative d’un recensement général de population étendu aux provincias de Ultramar.

UN RECENSEMENT À L’ÉCHELLE IMPÉRIALE : BÂTIR UN « EMPIRE DE PAPIER » EN 1860

  • 72 Colección legislativa, p. 250.
  • 73 Bases propuestas para el Censo de población que ha de practicarse en las provincias de América, Oc (...)

19L’ordonnance royale du 27 novembre 1859 informe la direction générale de l’Outre-mer des modalités de l’« empadronamiento de los habitantes de las provincias de América y Oceanía é islas del Golfo de Guinéa72 ». Le vice-président de la Comisión de Estadística Alejandro Oliván rédige une instruction en 23 articles qui organisent la collecte des données dans chacune des quatre provinces concernées par la mesure. L’opération doit se tenir, de manière simultanée avec la Péninsule, dans la nuit du 25 au 26 décembre de l’année suivante73. Si Oliván ambitionne bien un cadre général et uniforme pour ce premier recensement impérial, les formulaires diffusés aux autorités locales devront toutefois prendre en compte les spécificités des sociétés ultramarines :

  • 74 « Las clasificaciones de las cédulas de inscripción serán las mismas que las adoptadas para la Pen (...)

Les classifications des fiches d’inscription [du recensement] seront les mêmes que celles qui ont été utilisées pour la Péninsule lors du recensement de 1857 ; du fait de la nature spéciale de cette population, en ce qui concerne Cuba et Porto Rico, on y ajoutera celles de blanc et de couleur, libres et esclaves ; et pour les Philippines et Fernando Póo, elles incluront celles qui doivent indiquer la race respective74.

  • 75 Le douzième article précise l’organisation de la chaîne statistique dans le cas philippin : « 12 ° (...)

20Sous l’autorité des gouverneurs, les autorités provinciales auront pour tâche de déléguer aux auxiliaires locaux de l’administration75 la distribution de fiches d’enregistrement nominales dans chaque foyer, sur le modèle de l’expérience péninsulaire de mai 1857. Dans l’archipel océanien, les procédures de dénombrement doivent prendre appui sur les structures communautaires existantes, pour classer les données recueillies en naturales, chinos et mestizos et mentionner en outre la qualité de tributantes ou no tributantes.

  • 76 Gonzáles Quiñones, Pérez-Fuentes Hernández, Valverde Lamsfús, 1998.
  • 77 Le nom, l’âge, l’estado (situation familiale), la raza, la profession (profesion, oficio u ocupaci (...)

21Pour la première fois dans les provinces d’outre-mer, l’administration coloniale procédait à un recensement foyer par foyer, à partir des déclarations des résidents. La connaissance de terrain des employés municipaux, assistés du clergé local (au sein des Juntas pedáneas cubaines) ou des Corps de Milices (qui assistent le travail des Comisiones Receptoras dans les barrios portoricains) était mise à contribution, pour assurer un maillage territorial complet et apaiser les craintes récurrentes des habitants face à la menace d’une enquête fiscale. Les données agrégées et compilées passaient ensuite entre les mains de commissions mixtes qui officialisaient le travail de terrain des auxiliaires municipaux, avant que l’information ne parvienne aux commissions centrales de San Juan et de La Havane. Le modèle de formulaire (cédula de inscripción) utilisé à Cuba pour l’empadronamiento du 14 mars 1861 doit permettre de récupérer des données de type « racial », socio-économique, et sur le niveau d’instruction des membres de chaque foyer76, prenant ainsi en compte les modèles établis par la commission de statistique générale métropolitaine77. Le chef de famille (ou l’agent pedáneo en charge de la distribution) doit mentionner dans l’une des colonnes, au moyen d’un code de lettres, la raza des individus dénombrés :

  • 78 « En la columna 5a destinada para señalar la raza, la de color libre pondrá una L, y una E los cab (...)

Dans la 5e colonne destinée à renseigner la race, ceux de couleur libres mettront un L, et les chefs de famille ou leurs représentants mettront un E pour leurs esclaves. Les colons seront désignés dans cette même colonne avec un A ou un M, selon qu’ils sont asiatiques ou mexicains, en mettant ensuite un C. Les affranchis mettront un X78.

  • 79 Même s’ils n’apparaissent pas dans la publication finale de la Junta General de Estadística madril (...)
  • 80 C’est la même classification que l’on retrouve dans la publication des résultats du nouveau décomp (...)
  • 81 Pan, La población de Filipinas, p. 131.

22Les colons en provenance d’Asie ou du Mexique étaient ainsi agrégés à la population insulaire, aux Espagnols péninsulaires et aux étrangers dans la catégorie de la « population blanche ». La population de couleur se déclinait en trois « conditions », libre, servile ou affranchie. Les résultats portoricains répondaient également à une classification binaire, de « Blancs » et « de couleur », en distinguant les nationaux des étrangers, les résidents des temporaires (transeúntes)79. La nomenclature forgée au cours des décennies précédentes pour pourvoir aux nécessités économiques de l’élite créole tout en contenant le « péril noir » devait donc servir à l’identification des composantes de la société coloniale par un recensement « moderne »80. Si la diffusion d’une instruction de recensement commune à l’ensemble des possessions espagnoles permet ainsi la publication de résultats officiels en métropole pour les Antilles en 1863, elle ne débouche sur aucun résultat pour les possessions océaniennes. De nombreuses difficultés matérielles, ainsi que l’extraordinaire hostilité des habitants ont eu raison de cette tentative81. De l’avis des fonctionnaires péninsulaires, l’application des standards européens du dénombrement simultané par foyer ne pouvait donc s’appliquer dans un archipel sous-administré, mal contrôlé et peuplé d’indigènes habitués à la dissimulation ou de tribus qui restaient inatteignables pour les relais provinciaux de l’administration coloniale.

LA PUBLICATION DES DONNÉES OFFICIELLES DE L’INSTITUTO GEOGRÁFICO Y ESTADÍSTICO SUR LES « CONDITIONS PARTICULIÈRES DE LA POPULATION » DES PROVINCES D’OUTRE-MER (1877-1887)

  • 82 Pro Ruiz, 2007.
  • 83 Iglesias García, 1979, pp. 169-171.
  • 84 Gaceta de Madrid, mardi 29 mars 1887.

23Les résultats mitigés du recensement général de 1860 pour les provinces d’outre-mer n’ont pas découragé l’Instituto Geográfico y Estadístico pour la nouvelle édition conduite en 1877, après les deux tentatives de recensement général ajournées, en 1865, puis en 187082. L’ordonnance royale du 19 juin 1877, puis les instructions transmises en novembre par la direction générale de l’Instituto au ministère de l’Outre-mer fixent un cadre général aux opérations. Elles doivent se dérouler dans chacune des trois provinces antillaises et océaniques, et sur les îles espagnoles du Golfe de Guinée, sur le modèle péninsulaire, mais en tenant compte des « conditions particulières de la population », selon les mots du président de l’Instituto, Carlos Ibañez83. Concrètement, il revenait au ministère de l’Outre-mer d’organiser les opérations et de transmettre les directives du collège de géographes, cartographes et démographes de Madrid aux gouverneurs/capitaines généraux. Une décennie plus tard, le projet de loi présenté devant les Cortes par le président du Conseil des ministres Sagasta le 30 janvier 1887 rappelle l’importance d’un décompte régulier des habitants de l’ensemble des provinces espagnoles84. Un meilleur maillage territorial a permis d’affiner les données recueillies lors de cette édition, sans toutefois lever nombre d’incertitudes sur l’exactitude des chiffres envoyés à Madrid.

  • 85 Iglesias García, 1979, pp. 172-173.
  • 86 Comme en Péninsule au même moment, la distinction entre vecinos, domiciliados et residentes afin d (...)
  • 87 Intendencia General de Hacienda Pública de Ultramar al Ministerio de Ultramar, 6 août 1868, Archiv (...)
  • 88 Memoria reservada, 1988, p. 148.

24La guerre de Dix Ans à Cuba85, l’impréparation des agents de terrain86, la désorganisation de l’administration civile philippine, expliquent que les chiffres publiés par l’Instituto Geográfico y Estadístico n’aient pas fait l’unanimité parmi les commentateurs. Contrairement à l’échec fracassant de 1861, et aux tentatives avortées malgré la bonne volonté de l’intendant en charge des recensements de 1865 et 187087, un recensement civil est bien réalisé aux Philippines à partir des données provinciales, pour répondre aux injonctions gouvernementales. Les travaux de la « commission en charge du recensement » dont fait état le gouverneur Moriones y Murillo au ministre de l’Outre-mer en 1880 ont fourni la base des chiffres officiels publiés à Madrid en 188388. L’archevêque Payo avait entrepris de son côté un recensement ecclésiastique, pour compléter et assister les travaux de l’administration civile lancés en 1875. Les chiffres obtenus à partir des autorités ecclésiastiques donnent un résultat supérieur, notamment parce qu’ils incluent 602 853 personnes dans la catégorie des Infieles no reducidos, une catégorie que ne pouvaient intégrer les auxiliaires provinciaux. Un recensement civil était bien impossible sans la coopération des ordres et du clergé, qui demeurent des agents essentiels de la statistique « officielle ».

  • 89 Boletín Oficial de Hacienda de la Isla de Cuba, n° 13, 15 de septiembre de 1881.
  • 90 Pérez de la Riva, 1975, p. 456.
  • 91 Depuis le 20 décembre 1878 une commission centrale de statistique coordonne le travail des commiss (...)
  • 92 Blancos, extranjeros, Asiáticos cumplidos, Asiáticos colonos, de color libres, de color coartados,(...)
  • 93 Dans la Gaceta de Madrid du 24 octobre 1879, en revanche, la publication des résultats du « recens (...)

25Pour Cuba, la publication officielle de 1883 ne concorde pas exactement avec les résultats publiés en 1881 par la Dirección general de la Hacienda cubaine, même si toutes les deux prennent en compte le nouveau découpage provincial de juin 187889. Le chef de la nouvelle Sección de Estadística Preparatoria en charge des « Études sur la population » à La Havane, Antonio López Prieto90 a opéré plusieurs correctifs et ajustements à partir des résultats provinciaux91, en distinguant sept catégories de population92. À Madrid, en revanche, les bureaucrates du ministère du Fomento ont classé les résultats en recourant à un nombre plus limité de désignations : Españoles, Extranjeros, Asiáticos, De color. La catégorie des esclaves (qui correspond à 195 563 individus dénombrés dans les tables de la section de statistique havanaise) se fondait ainsi dans celle des gens de couleur, qu’ils soient encore sous le régime servile ou bénéficiant de la loi Moret93.

TABLEAU 1. — Les catégories utilisées dans la publication métropolitaine des recensements des provinces d’outre-mer (1860-1887)

TABLEAU 1. — Les catégories utilisées dans la publication métropolitaine des recensements des provinces d’outre-mer (1860-1887)

Sources : Censo de la población de España, según el recuento verificado en 25 de diciembre de 1860; Censo de la población de España, según el empadronamiento hecho el 31 de diciembre de 1877; Censo de la población de España, según el empadronamiento hecho en 31 de diciembre de 1887

ESPAGNOLS ET ÉTRANGERS, BLANCS ET DE COULEUR : CATÉGORIES STATISTIQUES ET PROJET COLONIAL

  • 94 Dans la publication du recensement de 1887 par l’Instituto Geográfico y Estadístico, seule la popu (...)

26Dans les bureaux des six commissions provinciales de Cuba, on a consigné les résultats de 1887 selon plusieurs types de classifications. Dans les sommes qui organisaient la population de facto selon les différents « éléments sociaux », trois catégories sont utilisées : raza blanca, raza negra et raza amarrilla. Des proportions étaient établies entre chacune de ces trois composantes de la société post-abolition, mais dans la présentation duale des « Blancs » et « de couleur », les « Asiatiques », statistiquement intégrés depuis le milieu du siècle à la population blanche, étaient désormais comptés avec les anciens esclaves94.

  • 95 En 1887, les juntas municipales del censo, à Porto Rico et Cuba, doivent remplir deux cahiers. L’u (...)
  • 96 Balboa, 2000 ; Huetz de Lemps, 1997.
  • 97 Ce sont les conclusions auxquelles parvient Cornelius C. Coppinger, qui a présidé la Junta Central (...)
  • 98 Jimeno Agius, Población de la isla de Cuba, p. 14
  • 99 García Gonzales, 1994 ; Naranjo Orovio, García González, 1996.

27Dans les Antilles, la logique du double enregistrement95 – fondé sur la couleur d’une part, et les catégories liées au domicile légal et à la nationalité d’autre part – maintenait la trace de la servilité dans la documentation officielle. Si aux lendemains des abolitions définitives de l’esclavage, le clivage de la couleur est resté pertinent aux yeux des démographes de la Dirección general del Instituto Geográfico y Estadístico, c’est sans doute parce qu’il convenait de poursuivre l’effort de colonisation et de peuplement des Antilles (de la partie orientale de Cuba en particulier) et des Philippines96, par un apport migratoire de « Blancs honorables97 ». La tenue de recensements réguliers devait ainsi permettre de guider les efforts métropolitains d’un côté, et des propriétaires insulaires autre part, pour accroître la population des colonies98. Les catégories de la couleur entérinaient donc de manière duale la différence entre la « race européenne » et les anciens libres de couleur et esclaves des Caraïbes. Sur place, savants, médecins et anthropologues s’appliquaient à décrire et enrayer « l’africanisation de la race »99. Les observateurs ont cependant déploré le manque de précisions des données recueillies dans les recensements de la période, pour affiner leurs analyses démographiques, et parfois même pointé le désintérêt de la métropole pour « moderniser » la collecte statistique. Pour José Jimeno Agius :

  • 100 « Respecto á los españoles nacidos en la Península y residentes en Cuba, no hemos podido recabar l (...)

En ce qui concerne les Espagnols nés en Péninsule et résidents à Cuba, nous n’avons pu en tirer la moindre information, aucun des recensements publiés ne contenant ce détail [...]. Aucun des recensements postérieurs à celui de l’année 1860 ne contient la diversité d’informations que doivent réunir les documents statistiques de cette classe [...] et l’île de Cuba a pourtant trop d’importance pour ne pas être parfaitement connue de tous, sous son aspect le plus intéressant, à savoir celui de la population100.

  • 101 Morillo-Alicea, 2005.

28Mais contrairement au cadre de classification de 1861, on ne pouvait se résoudre, en métropole, à officialiser une distinction entre natifs péninsulaires et insulaires, au risque d’agiter les revendications séparatistes. Le recensement n’avait en outre nullement vocation à rendre compte de la diversité ethnolinguistique et « raciale » de l’Empire en Asie. Pour 1877, l’Instituto Geográfico y Estadístico ne pouvait distinguer la population de fait de celle de droit pour les possessions philippines et retient finalement le nombre de 5 567 685 habitants. Pour les « résidents », comme pour la population temporaire (transeúnte), on distingue les « Espagnols », des « étrangers ». 5 137 395 residentes españoles sont officiellement mentionnés. Cette vaste catégorie inclut donc l’ensemble des populations indios et métisses, mais les « Chinois » ont été rangés parmi les extranjeros. Les résultats d’un recensement qui avait porté sur 1 030 municipalités (ayuntamientos) se présentaient ainsi sous une répartition binaire. La variété ethnolinguistique de l’archipel n’était pourtant pas inconnue de l’administration mais ne relevait pas des finalités d’une statistique démographique qui doit officialiser un ordre de grandeur acceptable de ces « Espagnols » d’Océanie. Au même moment, ce sont les textes des naturalistes étrangers qui prenaient le relais des récits de conquête dans la description des tribus qui échappaient au recensement espagnol101. Dix ans plus tard, les six millions « d’indigènes » philippins apparaissaient ainsi dans le giron métropolitain au travers des statistiques et étaient dénombrés comme españoles.

  • 102 Sánchez Gómez, 1987 ; Morillo-Alicea, 2003.
  • 103 Scott, 1974.
  • 104 Corpuz, 1989, p. 159.
  • 105 Sánchez Gómez, 2003.
  • 106 Kramer, 2001, p. 491.
  • 107 Blanco, 2012 ; Morillo-Alicea, 2005.

29Dans leur pratique, les administrateurs locaux prolongeaient ainsi le partage disciplinaire entre la statistique officielle et l’anthropologie naissante. Tandis que la statistique démographique coloniale était assurée dans les années 1880 par les employés des Finances, le ministère de l’Outre-mer se lançait dans la compilation ethnographique, en s’appuyant sur des savants, des hommes d’église ou des administrateurs connaisseurs de l’outre-mer102. C’est par l’exposition coloniale dans les jardins du Retiro que le public madrilène prenait la mesure de « l’hétérogénéité » des six millions d’Espagnols philippins, et qu’il découvrait l’indigène Igorotte103. Ainsi était mis en scène l’attachement de la Monarchie à cet archipel convoité. Le recensement et l’exposition coloniale – l’officialisation sur le papier104 et l’exposition dans la vitrine105 – sont deux façons différentes mais complémentaires de combler le « déficit de représentation »106 de l’outremer et donc de servir le projet colonial. Et il n’est pas anodin que le ministre de l’Outre-mer Balaguer et l’archevêque Payo se sont investis dans l’une et l’autre de ces deux manières de faire l’Empire107.

Notes

1 Fradera, 2008, pp. 20-23 ; Sartorius, 2013, pp. 21-51.

2 Vilar, 1971, pp. 617-618.

3 « [...] no tenemos hasta ahora un censo completo y exacto de la isla, ni bastante moderno [...]. El único censo general que existe es el que en 1791 mandó formar el Sr. D. Luis de las Casas », Valle Hernández, « Nota sobre la población de la Isla de Cuba », p. 127.

4 Comyn, Estado de las Islas de Filipinas en 1810, p. 2.

5 « [...] la suma repugnancia que muestran los naturales a la satisfacción del tributo ; circunstancia que les induce a emplear infinitos ardides para eludir la vigilancia de los cobradores, ocultándoles su verdadero número », ibid., p. 1.

6 Pérez de la Riva, 1977a, pp. 35-38.

7 Ferrer, 2004, pp. 207-208 ; Naranjo Orovio, 2004, p. 102.

8 En 1811, Antonio del Valle Hernández présente dans sa « Nota sobre la población » les résultats tirés des padrones selon les cinq catégories de blancos, pardos libres, morenos libres, pardos esclavos et morenos esclavos. Dans des tableaux synthétiques, il opère des regroupements entre ces dernières catégories, pour parvenir à une tripartition entre blancos, libres de color et esclavos, et établir de manière relative des « proportions entre les trois classes ». Les historiens spécialistes de la Caraïbe parlent d’une « structure ethno-démographique à trois niveaux ».

9 En 1800, Antonio del Valle Hernández s’appuyait sur une comparaison avec les Antilles françaises et anglaises pour démontrer que l’apport d’esclaves africains pour Cuba ne saurait mettre en péril la supériorité numérique des « Blancs ». Valle Hernández, Sucinta noticia.. Sur le souci des planteurs et de l’élite créole pour contrôler la démographie insulaire par un « recensement des races », Ferrer, 2003, p. 341.

10 Corpuz, 1989, p. 523.

11 Sangley est la transcription espagnole du sengli chinois, qui signifie, « celui qui commerce ». Le mot désigne initialement les Chinois venus dans l’archipel. Anderson, 1997, p. 62. Les mestizos de sangley sont issus du métissage entre populations d’origine chinoise et indigène.

12 C’est donc en prenant appui sur les structures juridictionnelles des anciennes vice-royautés que sont diffusées les instructions de juillet et octobre 1812 pour le recensement et le questionnaire ethnographique mis au point par la Gobernación de Ultramar, reprenant ainsi la méthode de l’Interrogatorio employée par le Conseil des Indes au cours des trois siècles passés. Castillo Meléndez, Figallo Pérez, Serrera Contreras, 1994 ; Lorente Sariñena, 2010.

13 Pérez de la Riva, 1977, p. 7 ; Araya Espinoza, 2010, pp. 339-340.

14 Des rubriques portant sur la population apparaissent déjà dans les Relaciones geográficas du Conseil des Indes. Abellán García, 1988.

15 Díaz Soler, 1970, p. 94 ; Curtis, Scarano, 2011 ; Meriño Fuentes, Perera Díaz, 2011, pp. 20-21.

16 Blanco, 2009 ; Sánchez Gómez, 2010.

17 Sánchez Gómez, 1996.

18 Huetz de Lemps, 2006 ; Huetz de Lemps, 2013.

19 Bernáldez Pizarro, Dictamen sobre las causas que se oponen a la seguridad y fomento de las Yslas Filipinas y providencias que exigen para remedio, cité par Blanco, 2009, p. 85.

20 Bustamante, Giraudo, Mayer, 2014.

21 Anderson, 2002, p. 167.

22 Pendant la première moitié du XIXe siècle, on ne peut parler de recensement au sens strict. Les tableaux statistiques réalisés à Cuba en 1827 et 1846 ne se limitent pas à la publication des données sur la population résidente et de passage sur l’île. Pour une exploitation des données économiques contenues dans ces publications (nombre d’établissement agricoles et d’ingenios, bétail…), cf. par exemple : Funes Monzote, 2012.

23 Le précédent dénombrement avait été réalisé à l’initiative de l’intendant Ramirez, sous le mandat de Cienfuegos une décennie auparavant. Selon Ramón de la Sagra, l’Estado general avait dénombré 553 033 habitants, population flottante et nouveaux esclaves (bozales) compris. D’autres sources donnent des chiffres distincts pour la même année.

24 Nadal, 1989 ; Venegas Fornias, 2007.

25 Nadal, 1988, p. 184.

26 Naranjo Orovio, 2009, pp. 30-33.

27 Cuadro estadístico… de 1827.

28 Resumen del censo de población de la Isla de Cuba a fin del año de 1841. On ne peut toutefois pas attribuer à l’opération de 1841 le caractère de recensement au sens strict, puisque le décompte a eu lieu sur plus d’une année et demie, entre septembre 1840 et avril 1842.

29 Nadal, 1988, p. 185.

30 L’entrée en fonction de la nouvelle commission faisant suite à la Real Orden du 22 décembre 1842. La Real Cédula du 22 juillet 1845 crée une commission de division territoriale, qui fusionne avec la commission de statistique.

31 Cuadro estadístico… de 1846, p. IV.

32 L’expression est employée par le capitaine général, comte de Mirasol, en août 1845. AHN, Ultramar, leg. 5 069, exp. 32, f° 14.

33 Rodríguez-Ferrer, « Progresos de la geografía », pp. 119-120.

34 En 1853, le capitaine général Concha déplore à l’issue de son premier mandat le manque de moyens attribués à l’activité de ces « personnes reconnues pour leurs compétences et connaissances spéciales », issues de la société savante créole ou des rangs des ingénieurs militaires péninsulaires. Gutiérrez de la Concha, Memorias sobre el estado político, p. 233.

35 Doeppers, Xenos, 1998 ; Luque Talavan, Fernádez Palacios, 2014, pp. 19-23.

36 AHN, Ultramar, leg. 5 174, exp. 15.

37 Comisión Central de Estadística de Filipinas, p. 1.

38 Lavallé, Naranjo Orovio, Santamaría 2002, pp. 184-186 ; Naranjo Orovio, 2005.

39 Ferrer, 2003, p. 342.

40 Saether, 2014.

41 « Correspondencia de los jefes de partidos remitiendo censo de sus habitantes (1811-1816) », AGI, Cuba, 1834.

42 « Padrón general de habitantes del partido de Luyano », septembre 1812, AGI, Cuba, 1834.

43 En général, les descendants d’une union entre un « Blanc » et une parda. Toutefois, le durcissement observé dans l’application de la législation royale visant à empêcher les mariages mixtes explique le caractère majoritairement endogamique des unions contractées dans les Antilles espagnoles du XIXe siècle. Martinez-Alier, 1974.

44 Dans les registres de mariage des paroisses cubaines de Santa Maria del Rosario et de Regla étudiés par V. Martinez-Alier entre 1805 et 1881, les termes employés sont ceux de pardos et morenos, selon leur condition de libre ou d’esclave. Dans certains cas, sont distingués neuf types de libres de couleur (4 pour les pardos et 3 pour les morenos) et trois catégories d’esclaves (pardo esclavo, moreno criollo, moreno de nación esclavo). La mention de criollo est encore ici associée, comme au siècle précédent, aux Noirs esclaves nés aux Indes. Martinez-Alier, 1974, p. 97.

45 C’est la même classification qu’utilise l’évêque de Santiago de Cuba en 1813, en réponse à l’instruction de recensement de la Gobernación de Ultramar. Castillo Meléndez, Figallo Pérez, Serrera Contreras, 1994, p. 181.

46 Les termes employés une décennie auparavant sont ceux de blancos, indios, mulatos libres, negros libres, mulatos esclavos, negros esclavos.

47 Lavallé, Naranjo Orovio, Santamaría, 2002, p. 210.

48 Díaz Soler, 1970, p. 94.

49 Scarano, 1989.

50 Il s’agit bien plus que d’un recensement au sens strict. La publication finale des résultats prend la forme d’un volume de 266 pages, qui comprend une histoire de l’île, une description des milieux, puis des données démographiques et économiques pour chacun des trois départements et la ville de La Havane.

51 Pour La Havane, la classification des castas (qui reprend les cinq catégories habituelles) se distingue d’un tableau des « couleurs » qui distingue les Blancos, des Mulatos et Negros.

52 La classification de la « population blanche » par « naciones o paises » distingue ainsi les personnes originaires de la Péninsule, des Canaries, de Porto Rico, de Santo-Domingo, des États-Unis, du « reste de l’Amérique », de France, des îles Britanniques, d’Allemagne, du Danemark, d’Italie, de Hollande, d’Asie, du Portugal et les insulaires (naturales de esta isla).

53 Le Cuadro donne 27 264 Peninsulares et 19 759 Canarios. Les « Cubanos » représentent alors 87 % de la population comptée comme « blanche ». Lavallé, Naranjo Orovio, Santamaría, 2002, pp. 188-189.

54 « […] en ningún caso y menos en escritos que pueden hacerse públicos como lo fue el censo de 1842, se dé a los españoles la calificación de extranjeros, como se hace en este, porque además de ser inexacta debilita los lazos de unión de esos naturales », AHN, Ultramar, leg. 4 655, exp. 181.

55 Advertencias para la formación de la estadística, 16 juin 1849, ANC, Gobierno Superior Civil (GSC), leg. 1 062, n° 37824.

56 Formulario 1 – Población clasificada por sexos, estado, ocupaciones, naturalidad, edades, castas y condición, pueblos, fincas…, ANC, GSC, leg 1062, n° 37824.

57 Díaz Arenas, Memorias históricas y estadísticas de Filipinas.

58 « En la parte de Filipinos, están incluidos cierto número de indios y mestizos de Sangley que por el estado o empleo que tienen, han dejado de pertenecer a la clase tributaria ; como son religiosos, militares y demás empleados en el servicio de S. M. ; las religiosas y las que se hallan casadas con Españoles », ibid., p. 2.

59 Anderson, 1997, p. 61.

60 Fradera, 1999b, pp. 213-219 ; Luque Talavan, Fernádez Palacios, 2014, pp. 19-23.

61 Díaz Arenas, Adiciones y suplemento.

62 Ferrer, 2004, p. 213.

63 La publication des chiffres du recensement de 1841 eut l’effet d’un « signal d’alarme » sur l’oligarchie insulaire blanche encore terrorisée par le « spectre de la révolution noire » de Saint-Domingue. Les chiffres officiels mettaient en évidence que les « Blancs » ne représentaient plus que 41,5 % des 1 007 624 habitants qui avaient été recensés sur l’île. Les chiffres ont sans doute été exagérés mais ils ont encouragé la peur du « péril noir ». M. Tacon s’est largement appuyé dessus pour justifier le durcissement du centralisme autoritaire entre les mains du capitaine général, garant de l’ordre colonial. Gómez, 2013, pp. 247-248.

64 Kiple, 1976 ; Piqueras, 2011.

65 Estrade, 1994 ; Álvarez Cuartero, 2007.

66 Balboa, Naranjo, 1999.

67 « Entre los habitantes de esta Isla no se conocen más que dos razas, la europea y la africana. La introducción de unos pocos indios de Yucatán en 1848, ni la anterior de cierto número de chinos, no me parece puedan merecer aquí consideración alguna. Aquellas dos razas vienen desde el primer censo de la Isla que conocemos », Gutiérrez de la Concha, Memorias sobre el estado político, p. 21.

68 Reid-Vazquez, 2011, pp. 146-172.

69 Fradera, 2005, pp. 299-312.

70 « [...] sostener con cuidado el actual equilibrio entre las poblaciones blanca y de color existentes actualmente en esa isla, porque la experiencia ha acreditado que con la proporción de hoy de 4 a 6 entre Blancos y gente de color, con mas el Ejército y la Marina, no peligran la seguridad y reposo del país. [...] ese equilibrio debe estar siempre a la vista de V. E. ; para observarle quiere S. M. que adopte V. E. las medidas que su celo le dicte, entre ellas la de tener siempre corriente y al día el censo de población, si bien convendrá que tal documento sea reservado para el Gobierno », Sección de Ultramar al Gobernador Capitán General de la Isla de Cuba, 6 juillet 1847, AHN, Ultramar, leg. 4 655, exp. 181, f° 2.

71 Muro, Nadal, Urteaga, 1996.

72 Colección legislativa, p. 250.

73 Bases propuestas para el Censo de población que ha de practicarse en las provincias de América, Oceanía é islas del Golfo de Guinéa, 27 de noviembre de 1859 ; Colección legislativa de Estadística, pp. 251-254.

74 « Las clasificaciones de las cédulas de inscripción serán las mismas que las adoptadas para la Península en el Censo de 1857 ; pero ampliándolas por la índole especial de aquella población, en lo que toca a Cuba y Puerto-Rico, con las indispensables de Blanco y de color, libres y esclavos ; y en lo concerniente a Filipinas y Fernando Póo con las que han de indicar la raza respectiva », ibid., p. 252.

75 Le douzième article précise l’organisation de la chaîne statistique dans le cas philippin : « 12 °. Los Párrocos serán en cada pueblo, con los gobernadorcillos, ministros de justicia y auxiliares que elijan, los que verificarán el resumen formado por las cabecerías, remitiendo estos resúmenes, como dichos padrones con su justificante, al Gobernador de la provincia », ibid., p. 253.

76 Gonzáles Quiñones, Pérez-Fuentes Hernández, Valverde Lamsfús, 1998.

77 Le nom, l’âge, l’estado (situation familiale), la raza, la profession (profesion, oficio u ocupacion social) et le niveau d’instruction (saben leer o escribir), doivent être consignés sur la fiche. Des cahiers de fiches, établis par juridictions sont consultables dans le fonds Miscelánea de Expedientes de l’Archivo Nacional de Cuba.

78 « En la columna 5a destinada para señalar la raza, la de color libre pondrá una L, y una E los cabezas de familia o encargados, a sus esclavos. Los colonos serán designados en la expresada columna 5 ª con una A o una M, si fuesen asiáticos o mejicanos, poniendo en seguida una C. Los emancipados en la misma columna con una X », Advertencias a los cabezas de casa que han de llenar las cédulas, cédulas familiales, ANC, Miscelánea de Expedientes, leg. 4 135B.

79 Même s’ils n’apparaissent pas dans la publication finale de la Junta General de Estadística madrilène, les esclavos avaient fait l’objet d’un décompte spécifique.

80 C’est la même classification que l’on retrouve dans la publication des résultats du nouveau décompte entrepris en 1862 par le Centro de Estadística, pérennisé par l’intendant général Isidro Walls. Ce Centro est dirigé par José de Frías. Il poursuit ses activités jusqu’en 1868, animé par des savants créoles prestigieux et des employés de la Hacienda, sous l’autorité de l’intendant. Noticias estadísticas de la Isla de Cuba, en 1862. Dispuestas y publicadas por el Centro de Estadística, conforme a órdenes e instrucciones del Excmo Sr. Intendente de Hacienda, Conde Armildez de Toledo.

81 Pan, La población de Filipinas, p. 131.

82 Pro Ruiz, 2007.

83 Iglesias García, 1979, pp. 169-171.

84 Gaceta de Madrid, mardi 29 mars 1887.

85 Iglesias García, 1979, pp. 172-173.

86 Comme en Péninsule au même moment, la distinction entre vecinos, domiciliados et residentes afin de distinguer la population de jure et de facto est complexe à mettre en œuvre. En décembre 1877, la Junta Central del Censo de La Havane doit également renseigner plusieurs tenientes gobernadores sur la manière d’indiquer sur une même fiche collective les différentes razas qui vivent sur les plantations. ANC, Gobierno General, leg. 294, n° 14359.

87 Intendencia General de Hacienda Pública de Ultramar al Ministerio de Ultramar, 6 août 1868, Archivo Nacional de Filipinas, leg. 53, rollo 231.

88 Memoria reservada, 1988, p. 148.

89 Boletín Oficial de Hacienda de la Isla de Cuba, n° 13, 15 de septiembre de 1881.

90 Pérez de la Riva, 1975, p. 456.

91 Depuis le 20 décembre 1878 une commission centrale de statistique coordonne le travail des commissions provinciales installées dans les six nouvelles provinces de l’île.

92 Blancos, extranjeros, Asiáticos cumplidos, Asiáticos colonos, de color libres, de color coartados, de color esclavos.

93 Dans la Gaceta de Madrid du 24 octobre 1879, en revanche, la publication des résultats du « recensement du 31 décembre 1877 » pour Cuba reprend la classification de López Prieto, en distinguant les esclaves, des libres de couleur et coartados.

94 Dans la publication du recensement de 1887 par l’Instituto Geográfico y Estadístico, seule la population de facto apparaît divisée en Blanco et de color.

95 En 1887, les juntas municipales del censo, à Porto Rico et Cuba, doivent remplir deux cahiers. L’un devait permettre de reporter les données issues des registres locaux en distinguant « raza, sexos, naturaleza y residencia » (en application de l’instruction du 20 septembre 1887), un autre selon les résultats de l’empadronamiento qui devait être réalisé dans la nuit du 31 décembre au 1er janvier 1888, sur le modèle péninsulaire.

96 Balboa, 2000 ; Huetz de Lemps, 1997.

97 Ce sont les conclusions auxquelles parvient Cornelius C. Coppinger, qui a présidé la Junta Central del censo de La Havane, à l’issue de son analyse des résultats du recensement cubain de 1887. Coppinger, « Consideraciones sobre la población de la Isla de Cuba según el censo del 31 de diciembre de 1887 ».

98 Jimeno Agius, Población de la isla de Cuba, p. 14

99 García Gonzales, 1994 ; Naranjo Orovio, García González, 1996.

100 « Respecto á los españoles nacidos en la Península y residentes en Cuba, no hemos podido recabar la menor noticia, por no constar este detalle en ninguno de los censos publicados [...] Ninguno de los [censos] publicados después del correspondiente al año 1860 contiene la variedad de noticias que deben reunir los documentos estadísticos de esta clase [...] y tiene la isla de Cuba demasiada importancia para que no sea de todos perfectamente conocida bajo el más interesante de todos sus aspectos, cual es el de la población », Jimeno Agius, Población de la isla de Cuba, pp. 14-19.

101 Morillo-Alicea, 2005.

102 Sánchez Gómez, 1987 ; Morillo-Alicea, 2003.

103 Scott, 1974.

104 Corpuz, 1989, p. 159.

105 Sánchez Gómez, 2003.

106 Kramer, 2001, p. 491.

107 Blanco, 2012 ; Morillo-Alicea, 2005.

Table des illustrations

Titre TABLEAU 1. — Les catégories utilisées dans la publication métropolitaine des recensements des provinces d’outre-mer (1860-1887)
Légende Sources : Censo de la población de España, según el recuento verificado en 25 de diciembre de 1860; Censo de la población de España, según el empadronamiento hecho el 31 de diciembre de 1877; Censo de la población de España, según el empadronamiento hecho en 31 de diciembre de 1887
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/1186/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 235k

Auteur

Casa de Velázquez

© Casa de Velázquez, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540