Version classiqueVersion mobile

Des Empires en carton

 | 
Nadia Vargaftig

Résumés

Résumé

Texte intégral

1Comment parlait-on d’empire dans le Portugal salazariste et dans l’Italie mussolinienne ? Par-delà des histoires nationales et des constructions impériales différentes, le Portugal et l’Italie, pays vainqueurs de la première guerre mondiale, sortent du conflit avec des projets d’expansion qui se concentrent essentiellement sur le continent africain. Les réalités internationales et les rapports de force européens ont pourtant vite fait de reléguer ces plans au rang des illusions, participant ainsi à l’installation des régimes fasciste en Italie et salazariste au Portugal, et permettant à ceux-ci de prospérer sur le terreau des victoires mutilées et des nationalismes frustrés.

2À travers l’étude des expositions nationales, des participations aux expositions internationales et des foires coloniales, cet ouvrage s’interroge sur les modalités de production et de réception d’un phénomène ancré dans le xixe siècle occidental et connecté à l’histoire des idées, des sciences et des arts de l’époque contemporaine. Quels registres, quels motifs et quelles images les promoteurs de l’idée coloniale au Portugal et en Italie ont-ils mobilisés, et quelles transformations leur ont-ils fait subir, afin de les rendre conformes aux standards des nouveaux régimes ? Quelles ont été, autant que l’on puisse en juger, les réactions et les formes de réception des publics visés par ces événements aux objectifs plus divers qu’il n’y paraît ?

3En croisant sources imprimées et documents d’archives issus des deux pays, en confrontant l’écrit à l’image, en multipliant angles et échelles d’analyse, et en enracinant la réflexion dans un contexte d’histoire des relations internationales et des connexions inter-impériales, cette étude identifie les ressorts politiques, sociaux et culturels d’événements dont le caractère par essence éphémère rend l’approche difficile pour les historiens et les chercheurs en sciences sociales. Dans un souci de reconstitution fine, elle souhaite compléter des lacunes en matière de connaissance de la culture et de la propagande coloniales de deux empires dirigés par des dictateurs, posant la question des ruptures et des continuités, dans le temps (articulation avec les périodes et les régimes précédents) comme dans l’espace (comparaison avec d’autres empires coloniaux européens : France, Grande-Bretagne, Belgique).

4 Analysant d’abord les grandes transformations qui, en une décennie (1918- 1928), marquent le paysage de la propagande coloniale dans chacun des deux pays, se traduisant par un puissant mouvement de mise au pas politique, l’ouvrage se prolonge par l’étude d’expositions d’envergure croissante, tantôt italiennes, tantôt portugaises. De l’importance des participations aux expositions coloniales et internationales du Nord de l’Europe au début des années 1930 aux deux apogées impériaux et nationaux de 1940, la Mostra triennale delle terre italiane d’oltremare (Naples) et l’Exposição histórica do mundo português (Lisbonne), on découvre l’engagement croissant, non seulement des régimes au pouvoir et de leurs collaborateurs, mais aussi de l’ensemble des sociétés métropolitaines, sommées, de gré ou de force, d’adhérer à des projets aux contours mal définis, où se mêlent culte du passé, visions d’avenir et volonté de puissance. De l’idée au démontage, en passant par la conception juridique, le montage financier, le chantier urbain, l’inauguration et le fonctionnement quotidien, ces expositions se lisent comme des instruments de propagande coloniale, certes, mais aussi comme des outils de régulation politique et sociale, voire des dispositifs d’ordre public. Représentations idéales d’un monde hiérarchisé, où races, genres et classes se déclinent au gré des échelles de valeurs portées par les nouveaux hommes forts de l’Europe du Sud, elles n’en révèlent pas moins les failles et les faiblesses de deux empires qui n’ont pas, ou plus, les moyens de leurs ambitions sur la scène internationale.

5À la diversité des événements abordés vient progressivement s’opposer l’homogénéité des référents, historiques et culturels, qui constituent le substrat de la propagande coloniale fasciste et salazariste. Se confirme alors l’idée que les continuités, spatiales et temporelles, l’emportent sur les ruptures, malgré des discours et des mots d’ordre « révolutionnaires », portés par les deux dictatures. Le souci de se démarquer des colonialismes « ploutocratiques », incarnés par Paris et surtout Londres, celui de construire l’image d’un colonialisme de travailleurs (Italie) ou d’évangélisateurs (Portugal), ne cachent pas la grande conformité des idées et des intentions, ainsi que l’usage ambigu des catégories culturelles et raciales. La « mission civilisatrice » demeure ainsi l’horizon de deux nations européennes en quête de reconnaissance impériale.

6Le dernier chapitre est consacré aux acteurs oubliés des expositions, et tente de donner la parole aux ressortissantes et ressortissants des territoires coloniaux, « invité-e-s » incontournables de ce type d’événement. Là aussi, une analyse rapprochée montre à la fois la précarité, mais aussi la diversité des statuts de ces individus et de ces groupes, instrumentalisés voire brutalisés, mais aussi capables de tirer un profit, notamment économique, de leur venue en métropole. Le racisme colonial, dans un contexte de mise en place d’une politique officiellement ségrégationniste dans les colonies italiennes, plus ambiguë quoique tout aussi brutale au Portugal, se déploie dans les allées et les vitrines des expositions, qui deviennent ainsi, avec la caution scientifique et intellectuelle des anthropologues officiels, des espaces particulièrement efficaces d’expression de l’idée d’inégalité des races.

© Casa de Velázquez, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search