Version classiqueVersion mobile

Des Empires en carton

 | 
Nadia Vargaftig

Conclusion générale

Entre oubli et patrimoine des lieux de mémoire ?

Texte intégral

1Que tirer de cette plongée dans la narration de soi et des autres ? Le premier constat est que les héritages et les continuités l’emportent sur les ruptures. L’histoire des expositions portugaises et italiennes entre 1918 et 1940 plonge ses racines dans les évolutions culturelles de la seconde moitié du xixe siècle et dans les conséquences politiques et sociales de la première guerre mondiale. L’appareil idéologique mobilisé est marqué du sceau de la tradition, bien plus que de celui de la modernité ou de la révolution. Si révolution il y eut, elle s’est davantage manifestée dans les formes et les partis pris esthétiques que dans les postulats politiques et idéologiques. On retrouve ainsi les mêmes mécanismes rhétoriques qu’ailleurs, destinés à justifier la présence outre-mer : une colonisation à la fois philosophiquement humaniste et économiquement rentable, fondée sur des conceptions darwiniennes des groupes humains.

2L’étude de ces expositions a également permis de mesurer, à court terme, l’efficacité de ces dispositifs de propagande, qui ne se sont pas limités à délivrer un message sur le bien-fondé de la présence européenne dans les parties les plus éloignées du monde, mais qui ont également promu des « manières » de coloniser, qu’elles soient portugaises, italiennes, salazaristes ou fascistes. Elles ont ainsi contribué à établir une équivalence, une confusion aussi, entre identité nationale, identité impériale et identité politique, en s’appuyant sur les épopées historiques et les mythes fondateurs de la nation. Aussi nous est-il apparu que la fonction originale de ces expositions, à l’échelle européenne, se devait d’être saisie à la lumière du contexte politique intérieur des deux pays : en justifiant la domination dans les colonies, les autorités fascistes et salazaristes ont cherché à renforcer leur propre domination en métropole. L’étude des processus de fabrication des expositions, des mécanismes de décision, de sélection et d’exclusion des agents mobilisés en vue de construire le consensus colonial a permis de dégager toutes les étapes qui ont facilité le renforcement du pouvoir de Salazar et de Mussolini, aidés par des collaborateurs zélés. Les grands corps des sociétés portugaise et italienne se sont engagés, plus ou moins volontairement certes, mais dans l’ensemble sans grande réticence, dans la promotion de l’aventure coloniale comme signe et manifestation contemporaine d’une grandeur propre à chaque nation. Quant à l’ensemble du corps social, il a été fermement invité, par les principaux appareils de propagande, par les structures propres à deux systèmes totalitaires, à s’enthousiasmer pour le passé, le présent et le futur de deux Empires présentés comme immortels. Que ce soit par la séduction des scénographies, par les invitations à célébrer au quotidien la mission civilisatrice, ou encore par la mise au pas de l’administration, des intellectuels, des ecclésiastiques et des militaires, les expositions coloniales ont été autant des instruments de régulation sociale et d’imposition d’un ordre politique que les discours officiels d’un ordre colonial en grande partie inventé ou travesti. Le contexte international s’est également avéré essentiel à une compréhension complète du phénomène, qui a constitué une pratique véritablement transversale à l’échelle de l’Europe, de l’Occident et plus tard du monde. Les Empires européens, partagés entre communauté d’intérêts et concurrence acharnée, se sont efforcés conjointement de justifier leur présence dans le reste du monde, à charge pour chacun d’offrir le meilleur modèle de colonisation. La crise mondiale et ses effets sur les relations internationales ont joué un rôle de premier plan sur les options prises par certaines expositions, tout particulièrement celles de la seconde moitié des années 1930, lorsque la guerre s’impose, en Éthiopie, en Espagne, en Albanie, en Pologne, avant de devenir mondiale.

3En outre, les expositions n’ont pu que contribuer à renforcer le sentiment de supériorité raciale ou culturelle sur les peuples soumis aux tutelles portugaise et italienne. L’élaboration de catégories raciales, malgré les ambiguïtés portugaises sur le sujet, a favorisé la diffusion de stéréotypes durables dans les deux sociétés, encore actuels pour beaucoup d’entre eux. La mise en scène truquée des pratiques, des us et coutumes africains, asiatiques ou océaniens dans l’environnement factice et éphémère des expositions, le recours à divers procédés scénographiques, qu’ils soient sensibles ou didactiques, ludiques ou artistiques, ont permis, avec l’aide d’autres productions culturelles comme le cinéma, la chanson, l’affiche publicitaire ou la carte postale, d’offrir de la colonisation un visage souriant. Élaborations rhétoriques d’une domination univoque, les expositions coloniales n’ont pourtant pas échappé aux impasses de l’exercice : l’étude des conditions de venue des colonisés en métropole exhibe les failles d’une pratique qui ne fait que renforcer l’hostilité de groupes et d’individus soumis à des conditions de vie dégradantes, parfois dangereuses. Certains d’entre eux ont toutefois su manifester leur indignation ou leur hostilité, voire imposer le prix de leur venue en s’appropriant les conditions de l’économie de marché et en jouant habilement de l’offre et de la demande. Cette observation permet une dernière conclusion sur ce point : nous n’avons pas rencontré de « zoos humains » dans les expositions coloniales portugaises et italiennes de cette période. Ce constat ne dédouane en aucun cas, d’un point de vue moral, des pratiques extrêmement humiliantes pour les protagonistes, soumis à la surveillance des fonctionnaires, à la condescendance des visiteurs, contraints dans leurs horaires et surtout dans leur liberté de mouvement. Cela n’empêche toutefois pas de poser un regard nuancé sur le phénomène : les conditions de capture de certains Angolais en 1934 n’ont rien à voir avec les négociations menées par les artistes macanais et indiens ou les artisans mozambicains, montrant la complexité des situations coloniales et la diversité des statuts, renvoyant à des échelles raciales, sociales ou religieuses. On ne trouve plus ni cages ni « anthropophages » sur les sites des expositions portugaises et italiennes, même si les Portugais continuent de faire venir sorciers et charmeurs de serpents, stimulant ainsi le frisson colonial des visiteurs, et même si le pittoresque et l’exotisme demeurent des ressorts essentiels de ces expositions. En essayant de construire le consensus colonial, celles-ci n’ont cependant pas empêché, à court terme pour l’Italie et à plus long terme pour le Portugal, la fin des dominations coloniales qui ont suivi de près l’effondrement des systèmes politiques.

  • 1 Pélissier, 1993.
  • 2 ACS, Segretaria particolare del Duce, carteggio riservato, dossier n° 2411, lettre d’A. Fani, prési (...)
  • 3 Labanca, 2002, pp. 428-433.

4Il est singulier de constater, lorsque l’on tente de caractériser chaque colonisation européenne de la période contemporaine, le contraste entre les expansions italienne et portugaise. L’Italie fut en effet la dernière puissance européenne à s’implanter en Afrique mais également celle qui a ouvert la longue séquence des décolonisations du second xxe siècle. Au contraire, la présence du Portugal au-delà de son rectangle métropolitain est la plus ancienne à l’échelle européenne, alors qu’il faut attendre le milieu des années 1970 pour que les colonies portugaises d’Afrique accèdent à l’indépendance politique1. L’effondrement de l’Empire italien a lieu dans l’indifférence d’une catastrophe militaire qui voit sombrer le régime fasciste et son fragile édifice colonial. Dès 1941, l’Éthiopie a recouvré son indépendance : cinq ans, jour pour jour, après la prise d’Addis-Abeba, les troupes britanniques entrent dans la capitale éthiopienne et y rétablissent le négus depuis son exil londonien. En métropole, les commémorations impériales organisées par un pouvoir devenu sourd et aveugle se prolongent encore quelques années2. En Afrique du Nord, le débarquement allié de novembre 1942 met un terme à la longue bataille pour la Libye, lorsque le dernier gouverneur général italien, replié en Tunisie, abandonne ses fonctions le 5 février 1943. Par l’article 23 du traité du 10 février 1947, l’Italie renonce à ses colonies et autres protectorats, de l’Érythrée à la concession de T’ien-tsin en passant par l’Albanie. Le sort de la Libye, de la Somalie et de l’Érythrée est alors confié à la tutelle de la jeune ONU. À New York, le gouvernement italien déploie tous ses efforts diplomatiques afin que lui soit confiée la tutelle des colonies « anciennes », au titre de mandat onusien, s’appuyant sur la distinction entre les territoires acquis antérieurement à la période fasciste, donc juridiquement aussi légitimes à leurs yeux que des colonies françaises ou britanniques, et les conquêtes postérieures à 1936, marquées du stigmate fasciste. La Libye accède finalement à l’indépendance en 1951, l’Érythrée se retrouve fédérée à l’Éthiopie en 1952, et la Somalie demeure sous administration italienne jusqu’en 1960, date à laquelle le territoire est réuni au Somaliland britannique. Le 1er juillet 1960, il n’existe donc plus d’administration italienne sur le continent africain3.

  • 4 Castelo, 2007.
  • 5 Pinto, 2001b.
  • 6 Enders, 1994, p. 122.
  • 7 Léonard, 1996, pp. 192-198.

5Bien au contraire, la singulière longévité de l’Empire portugais tiendrait autant à la durée de la dictature salazariste qu’à l’attachement des Portugais à leur passé colonial. L’Empire ne se désagrège définitivement qu’en 1975, alors que le régime a tout fait pour durer outre-mer : les réformes de 1951, le peuplement massif des deux grandes colonies africaines dans les années 19604, la répression brutale et aveugle de la PIDE et finalement des guerres longues et sanglantes n’ont pas eu raison du processus enclenché, malgré le soutien de l’allié américain, dans un contexte de guerre froide et d’anticommunisme qu’a su habilement exploiter Salazar5. « Tardive mais précipitée6 » par le soulèvement de l’armée et la Révolution des œillets du 25 avril 1974 en métropole, la décolonisation de l’Afrique portugaise aboutit à la création, entre septembre 1974 et novembre 1975, de cinq États souverains aux prises avec le double héritage de la période coloniale et de longues guerres de libération. Empire et État Nouveau portugais ont « su durer », mais ont sombré ensemble7.

  • 8 Labanca, 2002, p. 438.
  • 9 Par exemple, l’Exposition d’ethnographie angolaise de 1946, l’Exposition du Mozambique par l’image (...)
  • 10 Lira, 1999.
  • 11 MacKenzie, 1984, pp. 117-118 ; Roger, 2006, pp. 214-243.

6La fin des colonies signifie-t-elle la fin du colonialisme ? Nicola Labanca pose la question pour le cas italien et montre que les indépendances éthiopienne, libyenne et somalienne ne signifient en rien la disparition d’un colonialisme italien qui, à la fin des années 1930, apparaissait, selon l’historien, paradoxalement intense et superficiel dans l’opinion8. Pourtant, une fois établies ces indépendances, les principales officines de propagande coloniale finissent par disparaître de l’appareil d’État italien. Au Portugal, les commémorations liées à l’Empire se prolongent après la seconde guerre mondiale, sans atteindre toutefois la grandeur et le prestige de la période comprise entre 1934 et 1940. L’AGC, devenue en 1951 Agência geral do ultramar, continue d’organiser des expositions thématiques consacrées à tel ou tel aspect de la culture africaine9. La SGL maintient quant à elle la Semana das colónias, qui devient en 1951 la Semana do ultramar, suivant les réformes plus lexicales qu’effectives de l’État Nouveau. Quant à l’administration, elle s’entête à organiser des commémorations historiques autour, par exemple, des 500 ans de la mort de l’Infant Henri en 196010. À l’échelle européenne, il ne faut d’ailleurs pas enterrer trop vite la pratique des expositions coloniales : si elles disparaissent effectivement en France, l’Imperial Institute de Londres organise jusqu’en 1960 d’organiser de petites expositions itinérantes sur l’Afrique britannique, et l’Exposition universelle de Bruxelles de 1958 met encore à l’honneur une vaste section congolaise11.

  • 12 Burgio, 1999.

7À plus long terme, il faut enfin s’interroger sur les héritages de ces discours de l’altérité et de l’identité dans deux sociétés longtemps considérées comme épargnées par le racisme et perçues comme victimes de régimes odieux. Si l’on pose la question des héritages contemporains de ces expositions, le premier mot qui nous vient à l’esprit est celui d’une double amnésie : amnésie post-fasciste et post-salazariste d’une part, amnésie post-coloniale d’autre part. L’absence de réelle épuration de l’appareil fasciste italien, y compris dans son administration coloniale, et le long monopole de l’écriture du passé colonial italien entre les mains d’anciens fonctionnaires du ministère de l’Afrique italienne expliquent en grande partie la difficile et tardive émergence d’un débat sur le colonialisme fasciste et, plus globalement, italien. La question du racisme a ainsi fait l’objet de mises au point récentes, montrant combien l’Italie n’a pas échappé au phénomène, dès la seconde moitié du xixe siècle, brouillant ainsi l’image de l’Italien brava gente12. Au Portugal, un sondage organisé par la télévision nationale a porté, en 2005, sur la personnalité historique la plus marquante du Portugal. Les téléspectateurs avaient le choix entre des figures aussi diverses que Vasco de Gama, l’Infant Henri, Luis de Camões, Fernando Pessoa, l’opposant communiste Álvaro Cunhal, et António Salazar. Or c’est ce dernier qui est ressorti du sondage. On peut toujours contester la méthodologie de cette consultation, le résultat n’en laisse pas moins songeur sur la trace laissée par le professeur. En Italie, la bonne santé du néofascisme et de ses avatars constitue également une invitation à évaluer les traces laissées par le Ventennio nero dans la société. Les transitions démocratiques, de court ou de long terme, n’ont pas fini de nous révéler leurs secrets et leurs ressorts.

  • 13 Déjà en 1998, Michel Cahen s’étonnait de ces silences ; Cahen, 1998.

8L’amnésie post-coloniale apparaît dès lors comme le corollaire de la précédente. Alors que la dictature de Salazar n’est plus réellement perçue comme foncièrement brutale, le Portugal continue de se vivre comme une ancienne grande puissance qui a rendu d’immenses services à l’humanité en élargissant les horizons de la planète et en portant la civilisation de l’autre côté des océans. En 2006, une publicité pour une compagnie aérienne détourne ainsi les codes visuels et les héritages esthétiques de la période salazariste pour inviter le voyageur à (re)découvrir le Vieux Continent. Par un habile montage photographique du Monument des Découvertes, on s’amuse de voir l’Infant Henri, le roi Alphonse V, Vasco de Gama, Pedro Álvarez Cabral, et Magellan, faire la queue pour entrer dans un avion. Surmontée du slogan « Nous avons découvert le Nouveau Monde, il est temps de découvrir l’Ancien », l’image n’est pas sans rappeler le « Poussez-pas-derrière », surnom affublé par dérision par les détracteurs du régime au monument. L’ensemble démontre surtout le poids du passé impérial et celui de la période salazariste, faisant de cet ensemble sculptural le symbole et la marque, au sens publicitaire du terme, de l’expansion portugaise dans le monde. L’esclavage, la traite, le travail forcé, l’indigénat et toutes les exactions qui ont accompagné l’expansion portugaise du xve siècle au xxe siècle sont passés sous silence ou fortement relativisés, comme à l’occasion de l’Exposition de 199813. Singulièrement, et sans doute pas par hasard, c’est à l’occasion de cette dernière exposition internationale qu’une rétrospective photographique a été organisée par la Fondation Calouste Gulbenkian, consacrée au photographe Mário Novais. La sélection parmi les milliers de clichés conservés par la fondation parle d’elle-même : les photographies de l’EHMP ont été choisies, dans le but explicite d’établir un lien symbolique entre les deux événements et les deux sites, qui encadrent la capitale portugaise, Belém côté occidental et l’Expo’98 côté oriental. La présentation du catalogue de l’exposition consacrée au photographe est un morceau choisi de cette mémoire pour le moins sélective du passé salazariste et impérialiste portugais :

  • 14 « É de toda a justiça que a Expo preste homenagem à outra grande exposição que, em tempos difíceis, (...)

Il est de toute justice que l’Expo [’98] rende hommage à une autre exposition, qui, en des temps difficiles, a cherché à atteindre en partie les mêmes objectifs visés aujourd’hui, que ce soit la conversion urbaine d’une vaste zone de la capitale ou la projection internationale de Lisbonne et du Portugal, alors entravée par les conditions politiques d’un Monde en guerre. Or le meilleur hommage est, à n’en pas douter, de restituer ce moment spécial au souvenir de tous14.

9Ce « moment spécial » de 1940 se résume donc, à en croire l’auteur, à une politique de réhabilitation urbaine doublée d’un programme de prestige international, et en aucun cas à un dispositif de propagande politique au service d’une dictature corporatiste, policière et impérialiste. Belém est aujourd’hui un pôle touristique de premier plan à Lisbonne, connu pour ses pâtisseries et ses deux bijoux de l’art manuélin. Le site a en outre fait l’objet d’une opération plus récente, avec la construction d’un imposant centre culturel au début des années 1990, à l’emplacement précis du pavillon des Portugais dans le monde, ajoutant encore une couche d’oubli sur le passé salazariste du quartier (fig. 12, numéro 11).

  • 15 Mongiello, 1981, p. 29.
  • 16 Lucarelli, Iuliano, Mignozzi, 2006, p. 73.

10En Italie, le destin du site de la MTTIO napolitaine semble révéler les mêmes oublis et les mêmes absences. Fermé le 10 juin 1940, abandonné aux soins du commissaire Vincenzo Tecchio, bombardé, occupé par les Allemands puis par les Américains jusqu’en mars 1947, il est ensuite vidé et soumis à divers actes de vandalisme. À la veille de sa restauration, on estime qu’environ 60 % de sa surface ont été détruits15. Voué à disparaître, celui-ci fait l’objet d’une intense campagne de réhabilitation grâce à l’activisme des entrepreneurs napolitains. Un décret du 6 mai 1948 transforme ainsi l’ancien Ente Mostra triennale delle terre italiane d’oltremare en Ente Mostra d’oltremare et del lavoro italiano nel mondo – ce travail italien déjà encensé dans la troisième section de l’Exposition de 1940. Jusqu’au début des années 1980, le site accueille des expositions documentaires sur la présence italienne dans le monde, à des fins de valorisation économique et touristique de la ville16. Ironie de l’histoire si l’on repense au traitement qui avait été fait à la SDN en 1940, la tour du parti fasciste s’appelle désormais… la tour des Nations. Après une éclipse de vingt ans due aux destructions du tremblement de terre de 1980, une nouvelle phase de réhabilitation a été initiée en 1998. Cette manifestation grandiose de l’impérialisme fasciste est gérée depuis par une société anonyme spécialisée dans l’organisation de salons, de congrès et d’expositions. Une autre partie du site est désormais consacrée aux loisirs : de la piscine au centre commercial en passant par l’espace de remise en forme, plus rien désormais ne rattache ce nouveau lieu à ses racines fascistes, jamais mentionnées telles quelles sur le site Internet de ce temple du loisir et du business. Cette réhabilitation fonctionnelle, commerciale et urbaine s’accompagne d’une campagne en faveur de l’inscription du site au patrimoine mondial de l’Unesco. Les qualités urbanistiques du site, soulignées par les promoteurs du projet, ne font pas de doute, renvoyant à une riche période de l’histoire de l’architecture italienne et napolitaine. Un colloque s’est ainsi tenu en 2006 à Paris au Centre culturel italien sur le sujet, sous les auspices de l’ambassadeur d’Italie et en présence d’éminents historiens. L’entrée de la Mostra d’oltremare dans le patrimoine de l’humanité n’en demeure pas moins problématique pour un site initialement destiné à encenser la domination d’un régime raciste sur d’autres parties du monde, principalement situées en Afrique.

11Avant de disparaître, Claude Liauzu avait souhaité réaliser collectivement l’inventaire des « lieux de mémoire » de la colonisation, soucieux de toujours mieux comprendre la place du passé colonial dans les sociétés contemporaines. Belém, Fuorigrotta et les autres sites marqués par la colonisation portugaise et italienne semblent pourtant avoir tourné la page d’un passé impérial qui n’est pas si lointain.

Notes

1 Pélissier, 1993.

2 ACS, Segretaria particolare del Duce, carteggio riservato, dossier n° 2411, lettre d’A. Fani, président de l’IFAI, à N. De Cesare, secrétaire de Mussolini, le 6 mai 1943.

3 Labanca, 2002, pp. 428-433.

4 Castelo, 2007.

5 Pinto, 2001b.

6 Enders, 1994, p. 122.

7 Léonard, 1996, pp. 192-198.

8 Labanca, 2002, p. 438.

9 Par exemple, l’Exposition d’ethnographie angolaise de 1946, l’Exposition du Mozambique par l’image de 1950, ou bien encore la singulière Exposition de coiffures et d’ornements féminins indigènes d’Angola de 1951 ; AGC, Catálogo da Exposição de etnografia angolana ; id., Moçambique pela imagem ; id., Catálogo da Exposição de penteados.

10 Lira, 1999.

11 MacKenzie, 1984, pp. 117-118 ; Roger, 2006, pp. 214-243.

12 Burgio, 1999.

13 Déjà en 1998, Michel Cahen s’étonnait de ces silences ; Cahen, 1998.

14 « É de toda a justiça que a Expo preste homenagem à outra grande exposição que, em tempos difíceis, procurou atingir alguns dos mesmos propósitos hoje desejados, seja a conversão urbana de vastas áreas da capital, seja a projecção externa de Lisboa e de Portugal, então prejudicada pelos condicionalismos políticos de um Mundo em guerra. E a melhor homenagem é, com certeza, trazer este momento especial à lembrança de todos » (Fondation Calouste Gulbenkian, Mário Novais, p. 13).

15 Mongiello, 1981, p. 29.

16 Lucarelli, Iuliano, Mignozzi, 2006, p. 73.

© Casa de Velázquez, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search