Version classiqueVersion mobile

Des Empires en carton

 | 
Nadia Vargaftig

Chapitre VIII. Le « clou du spectacle »

Comprendre la présence des colonisés

Texte intégral

  • 1 Guido Abbattista préfère au terme « zoo humain » la formule d’« ethno-exposition vivante ». Il s’ag (...)

1Ce dernier chapitre abandonne l’approche monographique pour apporter quelques éclairages sur les conditions de venue des colonisés dans les expositions coloniales, à partir des quelques documents d’archives qui ont levé un coin du voile, révélant l’envers du décor. De ces bribes de parcours individuels et collectifs, il nous a été possible d’entrevoir la violence du processus colonial1, y compris lorsque l’on étudie une mise en scène symbolique comme une exposition, mais aussi les espaces, sinon de liberté, du moins de négociation, aménagés par certains colonisés, qui ont parfois pris conscience de leur valeur dans l’économie des expositions et ont su en jouer. Les sources disponibles sur la venue et la présence des ressortissants d’Afrique, d’Asie et d’Océanie s’avèrent loquaces, du moins pour certaines expositions, comme l’ECP de Porto, la MTTIO de Naples et l’EHMP de Lisbonne, permettant une reconstitution assez fine des conditions de recrutement, de voyage et de séjour en métropole. Elles abordent d’une part les attentes et les inquiétudes des organisateurs lorsqu’ils s’engagent dans cette démarche, et d’autre part les conditions matérielles du voyage, du séjour et du retour des colonisés, ouvrant de riches pistes de réflexion sur la « rencontre coloniale » et ses failles. Ponctuellement, la lecture attentive des guides, des articles et des textes réglementaires des autres expositions et foires peut également compléter le tableau et révéler les enjeux, mais aussi les impasses de pratiques plus complexes qu’elles n’y paraissent.

I. - Des fonctions contradictoires

  • 2 Liauzu, 1992, p. 198.

2Abondamment commentée dans la presse et les publications, la présence physique des colonisés constitue, par un effet de loupe, le motif principal et l’attraction sans laquelle une grande exposition ne serait pas réellement et fondamentalement coloniale. La recherche en histoire et en anthropologie étudie ce phénomène consistant à faire venir en Europe des ressortissants de contrées « exotiques » afin de les soumettre au regard curieux des populations occidentales. Claude Liauzu rappelle l’origine rabelaisienne du terme, renvoyant ainsi à une Renaissance « qui découvre, outre une Antiquité longtemps oubliée, des univers différents ». Cette différence s’est toutefois changée en inégalité, au point que la « relation exotique » demeure toujours « indissociable de la relation de domination dans laquelle elle s’inscrit2 ». Dans les expositions coloniales, la présence d’hommes, de femmes et d’enfants venus d’autres continents, installés dans des reconstitutions approximatives de « villages » ou de « rues », doit renforcer le sentiment de supériorité occidental tout en suggérant les capacités de progrès de ces groupes humains, justifiant in fine la domination coloniale.

3La réalité historique abordée ici se limite à la venue dans les métropoles de quelques centaines d’individus aux statuts divers, pour des motifs où se mêlent curiosité scientifique, goût du pittoresque et mise en scène de la soumission coloniale. Derrière le caractère très conventionnel de cette pratique dans l’Europe de l’entre-deux-guerres, la présence africaine, asiatique et océanienne permet néanmoins de distinguer, entre Portugais et Italiens, de profondes différences d’approche et de traitement des autochtones. La distinction la plus nette réside sans doute dans l’« invitation » faite aux notables indigènes de l’Empire portugais à venir en métropole à l’occasion des expositions de Porto et de Lisbonne.

Les notables : une spécificité portugaise

  • 3 Estoile, 2008, p. 37.

4En effet, le mode de domination coloniale portugais a laissé ponctuellement subsister des figures locales qui ont joué le rôle d’intermédiaires entre l’administration portugaise et les populations, exerçant un pouvoir plus symbolique qu’effectif. Ces quelques survivances d’une administration indirecte qui a longtemps caractérisé l’Empire portugais, jusqu’aux réformes républicaines, ne se retrouvent nulle part dans le domaine italien, qui affirme au contraire son emprise directe sur ses colonies. À titre de comparaison, on rencontre des notables africains et asiatiques à l’Exposition parisienne de 1931 : le jeune empereur d’Annam, Bao Dai, alors étudiant en France, le sultan du Maroc Mohammed V, et le roi Zounon de Porto-Novo, au Dahomey, visitent ainsi l’exposition en compagnie du maréchal Lyautey3. Même si leur présence aux côtés des autorités françaises relève évidemment d’une mise en scène qui ne laisse aucun doute quant à la nature de la domination française sur ses « protégés », ils sont traités comme des invités de l’exposition, n’y vivent pas et n’y exercent aucune activité s’apparentant à l’exhibition ou à la démonstration. Les cinq individus « invités » par les autorités portugaises de l’ECP de 1934 et de l’EHMP de 1940 évoluent dans un statut plus ambigu. Ce sont des régulos, des chefs au pouvoir limité qui bénéficient du statut d’intermédiaires dans le mode de gouvernement colonial, en remerciement de leur loyauté envers l’occupant portugais. Il s’agit de l’Angolais D. Pedro VII, « roi » du Congo (fig. 16), des Guinéens Mamadu Sissé, chef des Mandingues, et Braima Sanhá, chef des Fula, ainsi que des Timorais D. Aleixo Corte-Real et D. Francisco da Costa Aleixo, chefs de districts. Traités avec égards, reçus officiellement par les plus hautes instances de l’État, ils font aussi clairement partie du dispositif de l’exposition, y vivent et sont soumis à certaines contraintes.

Fig. 16. — EHMP (1940), cortège du monde portugais, le régulo D. Pedro VII (Cortejo do mundo português), photographie prise le 30 juin 1940 (archives du quotidien O Século, image cédée par l’IANTT)

  • 4 Pélissier, 2004, pp. 237-244.

5D. Pedro VII est venu aux deux expositions portugaises. Héritier de l’ancien royaume du Congo, antérieur à l’arrivée des Portugais, il dispose du statut d’« allié », sans pouvoir politique effectif. Il se prête aux représentations et aux diverses cérémonies. Catholique pratiquant, fastueusement vêtu à l’européenne, il symbolise la bonne entente entre Portugais et autochtones dans un registre de domination atténuée. Quant aux autres notables venus en métropole en 1934 ou en 1940, leur promotion vient de leur participation aux côtés des Portugais lors des récentes campagnes de « pacification » en Guinée et dans la colonie de Timor. Il n’est pas inutile en effet de rappeler l’insécurité permanente dans laquelle a vécu le Portugal en Afrique et au Timor jusqu’à la veille de la première guerre mondiale, et ponctuellement jusqu’au début des années 1940. Ce sont donc des officiers décorés et remerciés pour leur collaboration militaire. Le lieutenant de deuxième ligne Mamadu Sissé vient ainsi à Porto en 1934, accompagné de son fils Abdulaï. Il s’est illustré aux côtés de João Teixeira Pinto (1876-1917), le sanglant « pacificateur » de la Guinée des années 1913-1915. Le Timorais Aleixo Corte-Real, également présent en 1934, chef de district sur le plateau de l’île, a aussi collaboré avec les forces portugaises en 1912 contre les peuples rebelles de la région montagneuse du Manufai, lors d’une campagne extrêmement violente4. Comme le chef guinéen, il vient accompagné de son fils Adriano, élevé par les missionnaires. Les deux fils, partiellement lusophones, jouent l’un et l’autre le rôle d’interprètes de leurs pères et incarnent un processus d’assimilation tel que les autorités souhaitent le diffuser à la métropole, bien que le Guinéen Abdulaï soit de confession musulmane. En 1940, sont présents le Guinéen Braima Sanhá, sous-lieutenant de deuxième ligne, et le Timorais Francisco da Costa Aleixo, accompagné de son jeune fils (fig. 17).

Fig. 17. — EHMP (1940), le chef de l’État fait une caresse au fils aîné du régulo de Timor (O chefe do Estado afaga o filho primogénito do régulo de Timor), photographie prise le 7 septembre 1940 (archives du quotidien O Século, image cédée par l’IANTT)

6Ces cinq figures militaires ou politiques, ainsi que quelques autres personnalités mises en valeur par la presse et les publications officielles, se démarquent d’un ensemble anonyme d’artisans, de danseurs, d’artistes et d’individus venus pour leurs caractéristiques physiques ou ethnographiques. Tous à leur façon incarnent les divers stades d’un processus de civilisation en cours.

« Sauvages » et « civilisés »

  • 5 IANTT, Arquivo histórico da Companhia de Moçambique, dossier n° 2166.
  • 6 EAFIT, Prima Mostra Internazionale, p. 287 ; id., Seconda Mostra internazionale, p. 29.

7Ces groupes, qui vont d’une petite dizaine à un peu plus de trente hommes, femmes et enfants, sont supposés reproduire en terre métropolitaine leurs habitudes et attitudes quotidiennes, dans des habitations reconstituées et regroupées sous la forme d’aldeias ou de villaggi. Certains d’entre eux viennent pourvus d’un savoir-faire reconnu : artisans, danseurs, musiciens, ils fabriquent des objets sous les yeux des visiteurs ou se produisent en spectacle à heures fixes. Parmi ces « documents vivants », certains sont les représentants d’un monde sauvage destiné à disparaître, d’autres incarnent au contraire un processus de civilisation presque abouti. Dans le premier cas, leur habillement – ou plutôt leur absence d’habillement – fait l’objet de toutes les attentions des organisateurs, du public et de la presse. S’y ajoutent d’éventuels tatouages, scarifications, coiffures et autres ornements. Sorciers, marabouts, guerriers et charmeurs de serpents remplissent ainsi deux fonctions concomitantes : ils divertissent le public tout en introduisant une dimension d’inquiétante étrangeté, et ils participent de la rhétorique coloniale en mettant l’accent sur des archaïsmes en voie de disparition grâce aux effets modernisateurs de l’expansion européenne. Dans d’autres cas, les colonisés sont, au contraire, présentés comme en voie d’assimilation, résultat d’un long processus de civilisation. Les artisans et les élèves des missions angolaises sont les illustrations manifestes, quoique toujours silencieuses, des bienfaits d’une colonisation qui avance sur deux jambes : la parole évangélique et le travail. De nombreux ressortissants des colonies font ainsi la démonstration de leurs qualités d’artisans : c’est le cas d’un groupe de Mozambicains recrutés par la Companhia de Moçambique (CM) et venus en métropole en 1934 puis en 19405, ainsi que des artisans tripolitains qui se produisent en Italie sous les auspices de la chambre de commerce et d’industrie et du gouvernement général de Tripoli6. La possibilité d’assister à un processus de production « en direct » permet au visiteur de se convaincre des potentialités offertes par la colonisation dans le domaine industriel et artisanal.

  • 7 « chocante » (AHU, Sala 6, NO 538, lettre du chef de cabinet du ministre des Colonies aux responsab (...)
  • 8 Ibid., lettre du fonctionnaire responsable des Angolais au chef de cabinet du ministre des Colonies (...)

8Une étonnante mise en scène organisée dans la section coloniale de l’EHMP témoigne de l’imagination des organisateurs portugais, qui n’hésitent pas à entrer dans le domaine de l’intime et de la vie familiale afin d’illustrer tout ce que l’Empire peut apporter de bon à ses sujets. Il s’agit d’un mariage célébré dans la chapelle de la section, en présence du commissaire Henrique Galvão et sous les objectifs des journalistes qui rendent compte de cet événement nuptial comme d’une mondanité de l’exposition (fig. 18). Cette union concerne un Guinéen de Bolama et une Angolaise de Benguela, installés en métropole depuis respectivement dix-huit et vingt-huit ans. Ils sont tous deux présentés comme « civilisés » et employés de l’exposition, le marié en qualité de chauffeur et la mariée comme serveuse dans un des restaurants de la section coloniale. On doit ces précisions au fonctionnaire responsable du groupe d’Angolais venus à Lisbonne, en réponse à une demande d’explication très irritée du chef de cabinet du ministre des Colonies qui lui reproche d’avoir permis aux Angolais sous sa responsabilité d’assister à un événement que le ministre lui-même qualifie de « choquant7 ». L’hostilité notoire que le ministre Machado nourrit à l’égard de Galvão trouve ici une nouvelle occasion de se manifester8. La cérémonie a en effet été réalisée selon un scénario qui ne laisse aucun doute sur la volonté de mettre en scène une idylle coloniale entre ressortissants de deux territoires différents, à l’ombre du monastère de D. Manuel. Les photographies prises par le journaliste du Século illustrent une grossière entreprise de communication à laquelle tous les ressortissants d’outre-mer ont été invités à assister, sous l’autorité du plus prestigieux d’entre eux, D. Pedro VII, roi du Congo, et de son épouse. Celle-ci est d’ailleurs la marraine de la fiancée, baptisée juste avant le mariage. Le registre choisi, à la fois religieux et familial, place ainsi le catholicisme et les valeurs traditionnelles du salazarisme au cœur de l’Empire portugais. L’épisode n’en demeure pas moins anecdotique et marginal par rapport à d’autres utilisations de la présence des colonisés dans les expositions, plus systématiques, comme celle des militaires et des troupes auxiliaires indigènes, que l’on retrouve tant dans les expositions portugaises qu’italiennes.

Fig. 18. — EHMP (1940), section coloniale, mariage de deux Noirs (Cerimónia do casamentos de negros, na secção colonial da Exposição do mundo português), photographie prise le 22 août 1940 (archives du quotidien O Século, image cédée par l’IANTT)

La « force indigène » : décorum et maintien de l’ordre

  • 9 Le terme « landin » ne correspond à aucune réalité ethnique, mais désigne globalement chez les Port (...)

9Outre les ressortissants recrutés pour leur savoir-faire ou certaines caractéristiques ethnographiques, l’autre grande catégorie présente dans les expositions coloniales italiennes et portugaises est celle des contingents militaires. Landins9 du Mozambique, zaptiés de Libye et ascaris d’Érythrée contribuent au prestige de l’institution militaire, illustrent les capacités d’assimilation des Africains et font la preuve des possibilités qu’offre l’Empire sur le plan défensif et stratégique. Ils sont traités avec une admiration mêlée de condescendance, auxquelles s’ajoute une certaine appréhension. Enfin, sur un plan tout à fait pratique, ils contribuent souvent à la surveillance des bâtiments et à l’ordre public des expositions : leur rôle est alors autant répressif qu’esthétique. Portugais et Italiens posent cependant un regard différent sur leurs forces indigènes. Le discours portugais met incontestablement l’accent sur la proximité, presque la familiarité du lien qui unit les landins à la population portugaise. Le 18 mai 1934, un article du quotidien lisboète O Século décrit ainsi l’arrivée d’un détachement de landins dans la capitale :

  • 10 En français dans le texte.
  • 11 « Os soldados de Moçambique são altos, musculosos e apresentam-se bem uniformizados e calçados. É i (...)

Les soldats du Mozambique sont grands, musclés, se présentent habillés dans de beaux uniformes et sont correctement chaussés. Il est impressionnant d’assister à la transformation en serviteurs dévoués du Portugal de ces descendants directs des guerriers audacieux […] qui ont lutté contre les blancs à Marracuene, Magul, Coolela et Manjacaze, sous les ordres du chef Gungunhana et qui ont dû se déclarer vaincus […] lorsque, à Chaimite, leur chef fut battu par l’héroïsme de Mouzinho.
Aujourd’hui, les landins constituent l’élite de nos troupes coloniales. […] La troupe noire, toujours entourée d’une foule abondante qui de temps à autre l’applaudissait avec enthousiasme, a défilé dans les rues de la ville jusqu’au dépôt militaire colonial, où elle a pris ses quartiers afin de prendre part à la parade du 27, puis de reprendre la route vers Porto, où elle participera à l’exposition coloniale.
Le fait que les soldats noirs se soient fait accompagner par un petit garçon de 3 ans – leur mascotte10 – qui, portant uniforme et cofio rouge sur la tête, fermait la marche avec une prestance irréprochable, a fait grande sensation11.

10Le regard porté par les organisateurs italiens sur leurs militaires africains et nord-africains est plus distant : très peu de discours commentent la présence des Zaptiés de Tripoli ou des Ascaris d’Érythrée dans les expositions. En revanche, ils figurent très régulièrement sur les photographies des expositions, comme l’Esposizione coloniale di Torino en 1928, encadrant l’entrée du palais des expositions de Rome en 1931 et celle du Maschio Angioino en 1934, ou montant la garde de part et d’autre de la vitrine qui abrite la tenue d’apparat du ras Mulughietà en 1936 (fig. 6). Ils sont également très présents dans les sections italiennes des expositions internationales : à Anvers et surtout à Paris, où la présence d’un détachement de Zaptiés est longuement commentée dans le rapport officiel italien, remis au gouverneur Marcel Olivier :

  • 12 Olivier, Rapport général, vol. 7, p. 200.

La surveillance à l’intérieur des pavillons de la section italienne était assurée par un détachement de Zaptiés (gendarmes), placés sous les ordres d’un officier et d’un sous-officier métropolitains, assistés d’un sous-officier indigène. Ceux-ci accomplirent leur devoir de la façon la plus remarquable. Autorisés par décision spéciale du gouvernement français à être armés pendant leur service, les Zaptiés firent, par leur belle tenue, l’admiration de tous les visiteurs et, plus particulièrement, de leurs camarades français, métropolitains ou coloniaux. Ils furent notamment parmi les tout premiers à donner l’éveil dès le commencement du désastreux et foudroyant incendie du pavillon des Indes néerlandaises le 28 juin.
Le détachement des Zaptiés logeait dans le pavillon principal de la section, tandis que, dans les sous-sols, avaient trouvé place les cuisines, les douches, etc.
Les Zaptiés étaient naturellement astreints à la discipline militaire. Leur paye habituelle était augmentée d’une indemnité réglementaire pour services spéciaux12.

Destinataires ?

  • 13 Sur les sorties, voir ci-dessous p. 259.
  • 14 « fazer ver aos régulos, chefes, e a alguns do seu povo, a beleza de Portugal, da Metrópole, cabeça (...)

11Il arrive enfin que les colonisés soient perçus comme les destinataires des expositions. Si le fait est rare, quelques commentaires apparaissent dans les archives sur les préoccupations de certains concernant l’image que ces personnes venues en métropole garderont de leur périple. Parmi ces destinataires, on compte bien sûr les notables de l’Empire portugais évoqués ci-dessus, qui ont la possibilité de quitter, sous escorte, les sites des expositions afin de visiter les alentours de Porto ou de Lisbonne13. De même les organisateurs de la petite Exposição industrial portuguesa de 1932 se soucient de « faire voir aux régulos, aux chefs et à quelques-uns la beauté du Portugal, de la métropole, tête de l’Empire14 ». À l’occasion des foires d’outre-mer, certains colonisés ne font plus partie du spectacle, mais bel et bien du public. Leur visite fait toutefois l’objet d’une mise en scène et d’une attention particulières, comme lors des foires organisées en Afrique portugaise en 1932. Ainsi les dispositions réglementaires stipulent-elles explicitement que

  • 15 « A Direcção das Feiras de Amostras Coloniais promoverá a ida a Luanda e LM [sic], durante as Feira (...)

[l]a direction des Foires d’échantillons coloniaux promouvra la venue à Luanda et Lourenço Marques, pendant les foires, non seulement des colons de tous les points des colonies, mais aussi des chefs indigènes les plus influents15.

  • 16 Ibid., p. 83.
  • 17 Voir chap. iii de cet ouvrage, pp. 106-108.

12Cette disposition semble avoir été appliquée, du moins à Luanda, puisque les « chefs indigènes » ont en effet été invités à une visite officielle de la foire le 28 juin à 15 heures16, à des fins manifestes de propagande et de publicité. Enfin, les éditions de la Fiera di Tripoli ont, nous l’avons vu, manifesté une attention rigoureuse aux réactions et aux effets attendus sur les Libyens17.

13Ainsi la présence africaine, asiatique ou océanienne relève-t-elle d’objectifs divers qui, tous, en dernier ressort, doivent justifier l’emprise coloniale, que ce soit par la mise à distance ou bien, dans le cas portugais surtout, par l’élaboration d’une possible parenté impériale. Les modalités matérielles du recrutement de ces quelques dizaines d’individus nous renseignent aussi sur les contraintes, à la fois politiques, géographiques et psychologiques qui entourent cette présence colonisée dans les expositions.

II. - La présence des colonisés comme contrainte

  • 18 « ridurre al minimo indispensabile l’intervento d’indigeni » (ASMAE-MAI, Africa III, dossier n° 47, (...)

14Aux yeux des organisateurs, la question de la participation des colonisés ne se pose pour ainsi dire jamais, tant elle va de soi depuis le dernier tiers du xixe siècle. Il s’agit d’un héritage qui fait de l’exposition coloniale le lieu de la rencontre intentionnelle entre les métropolitains et certains colonisés, incarnation de leur peuple et de leur territoire. La seule réserve exprimée sur la présence des ressortissants extra-européens est due au service de propagande du gouvernement général de Libye, dans son projet relatif à sa participation à la MTTIO de 1940. On y trouve à deux reprises une mention demandant de « réduire au minimum indispensable l’intervention des indigènes18 », y compris dans la section consacrée à l’artisanat, où des Libyens doivent faire la démonstration de leurs talents sous le regard des visiteurs. À cette exception près, les organisateurs s’accordent autour de la nécessité de faire venir des ressortissants des territoires ultramarins afin de les montrer à un public dont les attentes dans ce domaine doivent être satisfaites.

Intérêt et inquiétude des organisateurs

15Cela étant, le problème posé par les éventuelles interactions entre visiteurs et colonisés demeure entier. Les organisateurs italiens se montrent les plus inquiets. Les Portugais sont plus partagés, à la fois désireux de mettre en scène la fraternisation entre parents d’une même famille impériale, et soucieux des conséquences de rencontres incontrôlées. Celles-ci peuvent prendre la forme de comportements déplacés de la part de visiteurs convaincus de leurs droits sur les hommes et les femmes des autres continents, ou bien, sans doute pire encore pour les autorités, de rapprochements entre des citoyens soumis à un régime de dictature et des sujets soumis à une double oppression, celle du régime politique et celle du régime colonial.

  • 19 « le migliori condizioni di igiene e di sorviglianza » (ASMAE-MAI, Africa III, dossier n° 47, « Ban (...)

16Les inquiétudes des organisateurs se manifestent dans leur volonté de contrôle. Ainsi l’appel à concours lancé par le commissariat général de la MTTIO en vue de construire la section de l’Afrique orientale exige-t-il que la reconstitution des « villages indigènes » garantisse « les meilleures conditions d’hygiène et de surveillance19» des Africains. Le contact avec les métropolitains inquiète tout autant les Portugais. Un article du Século, commentant l’arrivée de Guinéens à l’Exposition de Porto de 1934, précise :

  • 20 « No Palácio de Cristal, os recem-chegados foram recebidos pelo sr. Tenente Henrique Galvão, que to (...)

Au palais de cristal, les arrivants ont été reçus par le lieutenant Henrique Galvão, qui a pris les mesures nécessaires à leur installation et surtout afin d’éviter leur contact avec les ouvriers qui travaillent sur le site20.

  • 21 Voir ci-dessous p. 254.
  • 22 AHU, Sala 6, NO 538, lettre de M. Sá e Mello, commissaire adjoint à l’EHMP, au chef de cabinet du m (...)

17En 1940, la question de l’encadrement des colonisés est à l’origine d’une vaste correspondance entre le cabinet du ministre des Colonies Machado, le commissariat général de l’EHMP, et les gouverneurs des colonies. Il s’agit de désigner le fonctionnaire chargé d’accompagner ces groupes jusqu’à Lisbonne et de s’assurer, tout au long de leur séjour, de leur bien-être, de leur santé et de la qualité globale de leur accueil, mais aussi de leur bon comportement21. Dans cette longue correspondance, le ministre et les gouverneurs insistent sur la nécessité impérieuse d’un encadrement étroit. Le commissariat de l’exposition adopte une position plus nuancée, pour des raisons principalement financières, puisque c’est à lui qu’échoit le versement des indemnités aux fonctionnaires sélectionnés pour cette tâche. Finalement, la totalité des individus venus de Guinée, d’Angola, du Mozambique, de Timor et de Macao ont été accompagnés par un fonctionnaire portugais. Quant aux Indiens, dont le recrutement a été particulièrement tardif et difficile, il semble que, pour des raisons tenant à la fois de leur faible effectif – cinq personnes – et de leur indice de « fiabilité » en raison de leur caractère plus « civilisé », ils aient été autorisés à faire le voyage sans chaperon22. Peu importe d’ailleurs, puisque, finalement, ce groupe ne participera pas à l’exposition, en raison du contexte mondial.

Savoir-faire et exotisme

  • 23 O Século, 18 mai, 19 et 20 juin 1934.

18Les organisateurs recherchent des groupes et des individus qui rassemblent un certain nombre de qualités attendues, alliant l’intérêt ethnographique et un ensemble de facilités matérielles (distance, durée du voyage, résistance physique aux variations climatiques), sans oublier la réputation de docilité de certains groupes par rapport à d’autres. Au Portugal, les contraintes du spectacle obligent Artur Almeida d’Eça, le délégué du gouvernement de l’Angola, à recruter des membres de l’ethnie Mukancala, désignés comme les « Pygmées d’Angola » dans la presse et dont la venue est présentée comme totalement inédite23. Six ans plus tard, les demandes du commissariat de l’EHMP au gouvernement d’Angola sont également très précises : le commissaire adjoint de l’EHMP Manuel Sá e Mello demande ainsi au gouverneur de la colonie que des dispositions soient prises afin que 33 Angolais arrivent à Lisbonne entre le 20 mai et le 16 juin 1940. Outre le roi D. Pedro VII, sa famille et sa suite, la délégation angolaise doit être composée de la manière suivante :

  • 24 « Um grupo de indígenas do Sul (do Quipungo, Muilas ou Gambos, de preferência homens, mulheres e cr (...)

Un groupe d’indigènes du Sud (du Quipungo, des Muilas ou des Gambos, de préférence des hommes, des femmes et des enfants choisis parmi les plus pittoresques, de par leurs ornements, leurs coiffures et leurs tatouages), avec leurs ornements, leurs outils et leurs armes – 15 individus ;
Une famille de Cabindas, de Mahungos, d’Amboins ou de Luenas, jusqu’à huit individus, avec ornements et outils. De préférence des artisans du fer, des céramistes, des tisserands ou tout autre métier typique. Il serait aussi intéressant de faire venir la famille d’un « dembo » ou des joueurs de marimbas.
Une famille de bochimans : 3 à 4 individus – au total 33 individus24.

  • 25 « curiosos exemplares da etnografia angolana, com os seus adornos e penteados interessantissimos, p (...)

19Ici, la diversité ethnique, géographique et ethnographique se double du souhait de montrer des savoir-faire bien particuliers. Le 26 juillet 1940, le fonctionnaire responsable des Angolais souligne dans son rapport au ministre l’intérêt de la présence de sept jeunes filles de la tribu Tiypungo, « curieux exemplaires de l’ethnographie angolaise, avec leurs ornements et leurs coiffures tout à fait intéressants, pour l’élaboration desquels on a fait venir une coiffeuse25 ». On retrouve le même état d’esprit dans le rapport remis par le délégué du gouvernement du Mozambique au ministre des Colonies, qui se réjouit de la qualité de la sélection des quarante-six ressortissants du Mozambique :

  • 26 « Veio um grupo de quarenta chopes formado por trinta homens, entre tocadores de timbila (marimbas) (...)

J’ai la charge d’un groupe de quarante Chopes, formés de trente hommes, joueurs de timbila (marimbas) et danseurs ; ainsi que cinq femmes et cinq enfants.
Les orchestres bachopes de timbila constituent l’expression la plus sophistiquée de la musique indigène, de même que les populations de ce territoire qui nous appartient sont celles qui traduisent le mieux le génie musical bantu. […] Le groupe Maconde compte 6 individus.
Les trois hommes présentent clairement, par leurs tatouages, la marque tribale. L’un d’eux représente les fameux « fúndi uá machano », c’est-à-dire les sculpteurs macondes de bois et d’ivoire.
Les trois femmes représentent pour leur part l’une des industries les plus typiques et les plus rares parmi les femmes indigènes : la fabrication de paniers.
Ainsi, le groupe d’indigènes mozambicains des territoires sous administration directe de l’État qui se trouvent à la section coloniale de l’Exposition du monde portugais est constitué de deux des sous-races les plus représentatives des Bantus qui peuplent cette région de l’Empire26.

20Coiffures, tatouages et compétences artistiques ou artisanales doivent ainsi résumer l’Afrique portugaise dans toute sa richesse ethnographique. Une fois définis les termes et les paramètres du recrutement, encore faut-il procéder à la démarche auprès des intéressés.

Capture ou contrat ?

  • 27 « um tanto coercitivo » (AHU, dossier n° 988, rapport d’A. Almeida d’Eça à H. Galvão, le 20 avril 1 (...)
  • 28 Sur les questions financières, voir ci-dessous pp. 264-266.

21L’affaire ne se présente pas toujours sous les meilleurs auspices. Ainsi en est-il du recrutement des fameux « Pygmées d’Angola », qu’Almeida d’Eça n’hésite pas à qualifier, confidentiellement, de « quelque peu coercitif27 ». L’euphémisme suggère clairement que des méthodes proches de la capture ont été employées en vue d’obtenir des « spécimens » jugés indispensables au plaisir des visiteurs. Certaines catégories de colonisés ne peuvent cependant pas faire l’objet d’un recrutement aussi brutal, surtout lorsqu’ils appartiennent à des civilisations considérées comme plus avancées sur l’échelle des Européens, ou s’ils font preuve de certaines qualités artistiques. Ainsi l’extrême difficulté à recruter des Indiens ou des Macanais pour les besoins de l’Exposition de Belém en 1940 a-t-elle donné lieu à un processus de négociation financière plutôt favorable à ces derniers28. Le recrutement des Mozambicains vivant sur le territoire de la CM illustre également les difficultés à trouver des candidats au départ. Ainsi le gouverneur du territoire affirme-t-il dans son rapport à l’administrateur général de la CM à Lisbonne que

  • 29 « Quando se tratou de arranjar os artífices da Zambézia, logo estes declararam desejar levar consig (...)

[l]orsqu’il s’est agi de trouver les artisans de Zambézie, ceux-ci ont immédiatement déclaré souhaiter emmener leurs familles, seulement constituées de leurs épouses et d’un fils, la même chose leur ayant été concédée à l’occasion de l’Exposition de Porto.
Si à la dernière minute cette faveur leur avait été refusée, ils n’auraient plus souhaité venir et il aurait été impossible de chercher à temps d’autres [artisans] compétents, quoique l’on puisse formuler l’hypothèse qu’ils se seraient résignés aux nouvelles conditions imposées29.

  • 30 « desapareceram » (AHU, Sala 6, NO 538, télégramme du gouverneur de l’Inde au chef de cabinet du mi (...)
  • 31 « situação internacional » (ibid., lettre du délégué de la CEC au chef de cabinet du gouverneur de (...)

22L’auteur du rapport prend ainsi la responsabilité d’accepter les conditions de ces artisans, conscients de leur position de force pour négocier leur venue en métropole. Le même cas de figure se présente en Inde et à Macao, où les gouverneurs ont les plus grandes difficultés à trouver les artistes et les charmeurs de serpents attendus en métropole. Le cas des Indiens est le plus éloquent : le gouverneur multiplie les télégrammes alarmistes durant tout le mois de mars 1940, à quelques semaines de l’inauguration, jusqu’au 6 avril, date à laquelle il annonce que les individus recrutés ont tout simplement « disparu30 ». Le 1er juin, veille de l’inauguration, le délégué de la CEC à Goa s’adresse à son tour au chef de cabinet du gouverneur de l’Inde pour constater qu’il a épuisé tous ses efforts en vue de ce recrutement, rendu de toute façon impossible par la « situation internationale31 ». Le recrutement rencontre ainsi régulièrement des obstacles, certains individus étant en mesure de négocier une partie de leurs conditions. Ces difficultés expliquent en partie que les groupes n’aient jamais atteint des proportions considérables. S’y ajoutent les réticences croissantes des autorités italiennes à faire venir des Libyens et des Africains de la Corne, dans le contexte de la politique raciale du régime.

Des effectifs limités

23Il est possible de fournir des chiffres a minima de la participation des colonisés aux trois principales expositions. Dans le cas des expositions portugaises, des estimations par origines sont également possibles et relativement précises.

Tableau 13. — Effectifs des ressortissants des colonies aux expositions de Porto, Naples et Lisbonne, 1934-1940

Exposition

Effectif total

Par colonies dorigine

ECP, Porto, 1934

183 civilsa
128 militaires mozambicains
et angolais

63 ou 65 Guinéens
9 Timorais
7 Macanais
38 Mozambicains
34 Angolais
11 ou 15 Cap-Verdiensb

MTTIO, Naples, 1940

56 Éthiopiensc
Pas de chiffre pour les
Libyens

EHMP, Lisbonne, 1940

37 Guinéens
6 Timorais
7 Macanais
64 Mozambicainsd
37 Angolais
10 Cap-Verdiense

a AHU, Casa forte, dossier n° 101, rapport d’E. Lopes à H. Galvão, le 26 février 1935.
b Chiffres repris aux articles du Século, avril-juin 1934.
c ACS, MAI, dossier n° 55, fascicule n° 4, « Militari indigeni già in servizio alla Mostra triennale », lettre de
V. Tecchio au ministère de l’Afrique italienne, le 29 janvier 1943. En dépit du titre, le dossier ne concerne pas seulement des militaires.
d Dont 18 ressortissants du Manica et Sofala, territoire de la CM ; IANTT, Arquivo histórico da CM, dossier n° 2166, office n° 370-AH1.
e Chiffres repris dans AHU, Sala 6, NO 538.

  • 32 Estoile, 2008, p. 37.

24De ce tableau 13, on soulignera d’abord le faible nombre de ressortissants d’Afrique orientale à l’Exposition de Naples, qui confirme les réticences déjà soulignées des organisateurs à faire venir des contingents trop importants d’Africains. En l’absence de donnée chiffrée concernant les Libyens, on ne peut que faire des suppositions, mais il est probable que la délégation libyenne n’ait pas dépassé la cinquantaine d’individus. Concernant le Portugal, les effectifs sont relativement stables entre 1934 et 1940, même s’ils baissent légèrement. Il est cependant très vraisemblable que des données nous manquent pour l’EHMP de Lisbonne, en particulier celles qui concernent la participation des troupes coloniales. L’absence d’Indiens à Lisbonne en 1940 s’explique à la fois par la mauvaise volonté manifeste du gouverneur et par la guerre. Ces ordres de grandeur, même a minima, demeurent très inférieurs aux contingents mobilisés en France. Benoît de l’Estoile estime ainsi la présence des colonisés à l’ECI dans une fourchette comprise entre 1000 et 2000 personnes32. Une fois le recrutement effectué, commence alors pour ces ressortissants coloniaux une odyssée de plusieurs semaines, plusieurs mois, voire plusieurs années, comme dans le cas exceptionnel de ces 56 ressortissants d’Afrique-Orientale italienne. Ce qu’il est possible de connaître de leur quotidien permet un certain nombre d’observations sur leurs marges réelles de liberté, dans l’espace clos de l’exposition.

III. - Un vécu sous contrôle

Départ

  • 33 AHU, Sala 6, NO 538, rapport d’A. Gonçalves de Melo, délégué de la colonie d’Angola, au ministre de (...)
  • 34 « em comparação com outros indígenas que também vinham no vapor » (ibid., rapport de G. Abranches d (...)

25Les expositions portugaises de 1934 et de 1940 ont laissé les rapports des délégués désignés par les gouvernements coloniaux en vue d’accompagner et d’encadrer les groupes coloniaux pendant leur déplacement. Ceux-ci livrent de précieuses informations sur les conditions des traversées, qui pouvaient durer plusieurs jours voire plusieurs semaines. Ainsi les Mozambicains venus à Lisbonne en 1940 ont été rejoints sur le bateau par les Angolais, d’abord à Moçâmedes, puis le 8 mai 1940, à Luanda. La traversée, entrecoupée de deux autres escales à São Tomé et à Madère, s’est achevée le 24 mai à Lisbonne33. Ces voyages ont donc offert des occasions de rencontres fugaces. Si l’on ignore absolument tout de leur déroulement, le regard européen se contente de comparer les comportements des indigènes les uns par rapport aux autres, dans une vision toujours évolutionniste et en termes d’échelle de civilisation. Le délégué du gouvernement du Mozambique se félicite par exemple de l’excellent comportement de ses protégés, toujours prompts à faire la démonstration de leurs talents de musiciens et de danseurs, polis, corrects et manifestant selon lui de meilleures pratiques d’hygiène « en comparaison avec d’autres indigènes également présents sur le vapeur34 ».

26Concernant les conditions de voyage, elles sont souvent décrites comme correctes en termes de confort et d’alimentation. Le délégué chargé du groupe de Macanais fait cependant savoir que la première partie du voyage menant les Chinois de Hong Kong à Batavia, capitale des Indes néerlandaises, s’est réalisée dans des conditions indignes de leur statut :

  • 35 « Como se tratava não de indígenas de civilização primitiva e rudimentar mas sim de pessoas habitua (...)

Comme il s’agissait non pas d’indigènes de civilisation primitive et rudimentaire mais bien de personnes accoutumées à des commodités normales, et que le bateau transportait dans ses soutes mille cinq cents travailleurs ou servants destinés aux mines de Batavia, dans une promiscuité indescriptible, il a fallu régler ce problème35.

  • 36 Ibid.

27La solution a consisté à installer la chanteuse Leong Keng Hong et sa servante, les deux femmes de la délégation, dans des cabines de deuxième classe, et de faire l’acquisition, pour les cinq hommes, de lits de camp installés dans une partie isolée de la soute. Des dispositions ont également été prises afin d’améliorer la qualité et la quantité de l’alimentation. La seconde partie du voyage, qui a mené les Macanais de Batavia à Lisbonne, s’est déroulée dans de meilleures conditions selon le délégué : vaste cabine, excellente alimentation et traitement de qualité de la part du personnel de bord. Les ressortissants chinois ont en outre eu l’autorisation de quitter le navire à l’occasion des escales, à l’exception de celle de Port-Saïd, ce qui n’est guère étonnant si l’on se souvient du contexte de guerre36. Concernant la santé, qui fait l’objet d’une attention soutenue de la part des autorités, rien de particulier n’est mentionné dans les rapports : rhumes et mal de mer ont été les principales sources de désagrément des voyageurs.

  • 37 « virtude rudimentar indumentária rigor clima » (AHU, Casa forte, dossier n° 988, télégramme du gou (...)

28Six ans plus tôt, en revanche, le gouverneur de Guinée portugaise sollicite, dans un télégramme, que soient immédiatement vaccinés contre la tuberculose les 63 Guinéens à leur arrivée à Lisbonne, « cause équipement rudimentaire [et] rigueur climat37 », dont personne ne semble s’être préoccupé à Bolama lors du départ. On ignore si cette mesure a été prise. En revanche, une photographie du journal O Século atteste que les ressortissants du Mozambique ont pour leur part bien bénéficié d’un vaccin anti-pneumonique (fig. 19).

Séjour

29Les informations réunies sur la vie quotidienne pendant les mois d’exposition laissent une image très mitigée des conditions d’accueil des représentants des colonies. Au Portugal, il semble que certaines leçons aient été retenues entre 1934 et 1940, et qu’une attention plus poussée ait été portée aux conditions de vie, notamment sanitaires.

La santé : un échec de la colonisation

  • 38 AHU, Casa forte, dossier n° 978, lettre d’E. Lopes aux pompes funèbres Castilho, le 9 juillet 1934.
  • 39 « visto que é possível que alguns deles não se agüentem com a viagem » (AHU, Casa forte, dossier n° (...)

30De nombreuses hospitalisations, parfois pour des motifs graves, ont été déplorées en 1934, ainsi qu’un décès, celui du Guinéen Papé38. La fragilité de la santé des Africains en métropole est d’ailleurs parfaitement connue des organisateurs, dont certains font preuve sur la question d’un cynisme glaçant : Almeida d’Eça, chargé du recrutement des Mukancalas, informe Galvão qu’il vise la capture d’un contingent de dix individus, « étant donné la probabilité que que certains ne supportent pas le voyage39». Durant l’exposition, Galvão, dans son souci habituel d’économie, entreprend pour sa part une démarche auprès de l’hôpital Santo António, géré par la congrégation de la Santa Casa da Misericórdia de Porto. Dans une lettre adressée à son administrateur, il remercie celui-ci pour le traitement reçu par les premières personnes hospitalisées depuis leur arrivée. Il ajoute que cette situation ne manquera pas de se reproduire :

  • 40 « Os indígenas que, de todas as províncias ultramarinas vêm tomar parte na Exposição, elementos de (...)

Les indigènes, qui, depuis toutes les provinces d’outre-mer, viennent prendre part à l’exposition, éléments de documentation ethnographique et de contact entre les diverses régions qui constituent l’Empire portugais, sont sous ma responsabilité à tous points de vue, parmi lesquels, et ce n’est pas le moindre, l’assistance sanitaire.
Ils sont pauvres, les ressources budgétaires de l’exposition sont plus que limitées ; la charité de la Santa Casa peut s’étendre à tous les Portugais, sans distinction de race ni de couleur.
C’est ce que je viens solliciter auprès de Votre Excellence, qui représente l’organisation d’assistance la plus aboutie du pays : l’hospitalisation de nos indigènes, qui trouveront non seulement l’assistance du corps mais aussi celle de l’esprit, à travers l’exemple, à travers l’affection, à travers l’humanité40.

Fig. 19. — Vaccin anti-pneumonique des indigènes du Mozambique à leur arrivée à Lisbonne (Vacina anti-pneumónica dos indígenas de Moçambique, à sua chegada a Lisboa), photographie prise le 26 mai 1934 (archives du quotidien O Século, image cédée par l’IANTT)

  • 41 « o que prova, ou o mal estar geral da população, ou uma seleção pouco feliz » (AHU, Casa forte, do (...)
  • 42 Ibid.

31Ce sont surtout les Guinéens qui ont vu leur état de santé se dégrader à Porto. Au début de l’année 1935, le secrétaire général de l’exposition Eduardo Lopes dresse le bilan sanitaire du séjour des différents groupes, selon leur origine, en métropole41. Parmi les maladies les plus graves, il signale un cas de tuberculose et 35 cas d’asthénie, dont 20 concernent des Guinéens. Faisant le calcul, l’auteur constate qu’en moyenne, 13 % des colonisés venus à Porto souffrent d’asthénie, mais que cette proportion grimpe à 20 % pour les Guinéens, « ce qui prouve soit le mauvais état général de la population, soit une sélection malheureuse42 », aveu de faiblesse ou de négligence. Quant au décès de Papé, il serait dû à une insuffisance cardiaque congénitale antérieure à sa venue en métropole, explication suffisante aux yeux de Lopes pour dédouaner l’exposition de toute responsabilité. Au contraire, il conclut son rapport par un bilan positif de l’état de santé des individus, soulignant que la plupart ont pris du poids pendant leur séjour. Cette conclusion sonne pourtant comme un terrible constat d’échec pour l’œuvre sanitaire portugaise en Guinée :

  • 43 « E o que, sintetisando, se me oferece dizer a V. Exa que, melhor do que eu, sabe avaliar, quanto e (...)

Pour conclure, Votre Excellence, qui saura mieux que moi en prendre la mesure, me permettra de souligner tous les efforts, tous les soins, toute l’affection, parfois même exagérée, qui ont permis que les indigènes aient été l’objet, à tous égards, d’une assistance que, certainement, ils ne reçoivent pas chez eux43.

  • 44 AHU, Sala 6, NO 538, lettre du chef de cabinet du ministre des Colonies à tous les délégués des gou (...)
  • 45 Ibid., rapport du délégué du gouvernement de Macao, le 6 septembre 1940.
  • 46 Ibid.

32Six ans plus tard, le ministre des Colonies Machado invite les délégués des gouvernements coloniaux à lui remettre un rapport sur la santé de leurs protégés44. Entre le 6 et le 21 septembre, les six responsables remettent ces rapports, qui signalent des maladies plutôt bénignes ou décrites comme telles, étant donné le caractère très vague des diagnostics. Les pathologies sont variées, principalement respiratoires, mais aussi intestinales ou dermatologiques. Le délégué de Macao affirme pour sa part qu’aucun des ressortissants chinois n’a eu jusqu’alors besoin des soins d’un médecin ou d’un infirmier45. Quant au responsable du groupe de Timor, il n’a eu à déplorer qu’une attaque de paludisme sur le fils aîné du chef de la délégation. Par mesure prophylactique, des doses de quinine ont été distribuées à tous les membres de la délégation46. Dans l’ensemble, le climat sans doute plus clément de Lisbonne, ainsi que le précédent mitigé de Porto, expliquent un meilleur état de santé général.

Naître et mourir à l’exposition

  • 47 Ibid., rapport du délégué du gouvernement du Mozambique, le 20 août 1940.
  • 48 Ibid., lettre du délégué du gouvernement de Guinée au chef de cabinet du ministre des Colonies, le  (...)
  • 49 « mais ou menos com o cerimonial da sua terra » (O Século, 10 juillet 1934, p. 6, nous soulignons).

33La vie des colonisés à l’exposition consiste essentiellement à reproduire un quotidien « villageois » dont on ne peut que douter de l’authenticité. Certains événements viennent cependant casser la routine et l’ennui, avec parfois de tristes épilogues. C’est ainsi qu’en 1940, une Mozambicaine donne naissance à des jumeaux qui ne survivent pas à l’accouchement47. De même, la compagne du chef guinéen Braima Sanhá accouche-t-elle, le 24 septembre 1940, d’un enfant qui meurt quelques heures plus tard48. Annoncés sur un ton administratif, ces tristes événements ne semblent pas avoir ému outre mesure les fonctionnaires portugais et leurs supérieurs. Cette indifférence trouve vraisemblablement sa source dans la conviction européocentrée que, moins avancés sur le plan de la civilisation et partant moins soumis à des sentiments comme l’amour maternel, les Africaines souffriraient peut-être moins de la perte d’un enfant. Il ne faut toutefois pas oublier que les accouchements, même chez les Portugais de métropole, pouvaient se terminer de manière aussi tragique. Il y a donc ici une relative accoutumance à l’idée qu’une naissance puisse être suivie d’un décès, de l’enfant, de la mère, parfois des deux. Mesurer l’impact de la venue en métropole de ces femmes sur la fin de leurs grossesses est impossible. Quant au décès de Papé, survenu à l’hôpital le 9 juillet 1934, il fait l’objet d’une brève dans le Século du 10 juillet, qui précise que son inhumation aura lieu « plus ou moins selon le rite de sa terre49 ». Là aussi, le destin tragique et l’enterrement loin de chez lui de cet homme ne semblent pas avoir suscité chez les métropolitains d’émotion particulière.

Les sorties comme marqueur social

  • 50 AHU, Casa forte, dossier n° 968, lettre de J. Alves, responsable des missions du Saint-Esprit à la (...)
  • 51 Voir chap. v de cet ouvrage, pp. 156-157.

34Pour certains individus sélectionnés, le quotidien peut aussi être cassé par la possibilité de quitter le site de l’exposition. À Porto en 1934, les sorties, étroitement surveillées, sont réservées aux notables angolais, guinéens et timorais. Lorsque le responsable des élèves de la mission angolaise de Caconda sollicite auprès de la direction la permission d’organiser un après-midi récréatif le dimanche 29 juillet pour ses protégés, celle-ci n’y voit pas d’inconvénient, mais refuse que cette sortie ait lieu un dimanche, jour d’affluence du public50. Les impératifs du spectacle l’emportent sur les besoins de ces enfants et de ces adolescents, enfermés depuis six semaines dans le jardin du palais de cristal et partis depuis huit semaines au moins de Luanda. En outre, la direction se réserve l’exclusivité des prestations des indigènes : c’est ce qui apparaît clairement de la correspondance entre la direction et la municipalité de la ville du Nord Póvoa de Varzim, qui invite les régulos, les chefs, les militaires du Mozambique et d’Angola, ainsi que la jeune Rosinha51 à assister à une tourada, la corrida portugaise, prévue le 5 août 1934. Le 26 juillet, Galvão s’adresse au maire de la ville et précise les conditions de l’accord :

  • 52 « Os indígenas, que aqui estão representando as nossas colónias, irão às festas d’essa Vila como si (...)

Les indigènes, qui représentent ici nos colonies, se rendront aux fêtes de votre bourg au titre de simples spectateurs, ne réalisant pas la moindre exhibition52.

  • 53 AHU, Casa forte, dossier n° 970, bulletins n° 73 du 28 juillet, n° 82 du 1er août, n° 84 du 2 août  (...)

35Ces restrictions n’empêchent pas la direction de l’exposition de valoriser la participation de ce groupe à cet événement, annoncé à de nombreuses reprises dans les bulletins d’informations quotidiens53.

36Six ans plus tard, les conditions de sortie ne semblent guère avoir évolué : réservées aux sommités, et toujours sous la responsabilité d’un fonctionnaire, elles ne sont mentionnées que dans les rapports des délégués des gouvernements d’Angola et de Timor, même si l’on sait également que les Macanais ont été autorisés à quitter leur navire pendant les escales de leur périple vers Lisbonne.

Un habitat indigne

  • 54 « Desde que estão em Belém sentem-se muito satisfeitos com o explendido tratamento que alí têm » (A (...)
  • 55 « mais ou menos semelhantes » (ibid., rapport de J. da Costa Freitas au ministre des Colonies, le 1 (...)
  • 56 « sem dúvida boas, não são de modo nenhum extraordináriamente superiores às que estavam habituados, (...)

37Les conditions d’habitat nous sont essentiellement parvenues par la presse et les guides officiels, qui soulignent en général la bonne qualité de l’accueil. En 1940, les délégués des gouvernements coloniaux portugais soulignent pour leur part la satisfaction des colonisés. « Depuis qu’ils se trouvent à Belém, ils se montrent très satisfaits du splendide traitement qui leur est réservé54 », affirme par exemple le délégué du Mozambique. Le délégué du Timor tempère cette impression, soulignant que les conditions de vie des Timorais à Belém sont « plus ou moins similaires55 » à celles qu’ils ont laissées chez eux. « Bonnes sans aucun doute, ajoute-t-il, elles ne sont en aucun cas particulièrement supérieures à celles auxquelles ils sont habitués, comme j’ai entendu quelques personnes l’affirmer56 ». Il se défend donc de réserver un traitement trop doux aux Timorais venus en métropole.

38En 1934 pourtant, un étudiant en médecine cap-verdien, Plácido Bettencourt, donne une image bien différente des conditions d’accueil de ses compatriotes à Porto :

  • 57 « Vivem numa casa, cuja superfície deve medear entre 36 e 40 metros quadrados, 14 indivíduos, sendo (...)

14 individus, 5 femmes et 9 hommes, vivent dans une maison dont la superficie est sans doute comprise entre 36 et 40 mètres carrés. 7 lits pour tout ce monde, qui dort par conséquent à deux par lit. Je précise que chaque lit peut à peine contenir un homme. Ce sont des lits pour enfants, pas pour adultes. Quant à y tenir à deux…
Seulement 3 bassines, pas de lavabo, pas de serviettes, pas même un peu de savon, les fonds de l’exposition ne pouvant sans doute pas faire face à la luxueuse dépense de quelques savonnettes.
Au Cap-Vert, riches et pauvres peuvent manger à table, mais en métropole, ce droit leur est retiré, comme s’ils étaient retournés aux temps primitifs où l’homme ne savait même pas tailler un morceau de bois.
Les lits donnent une impression misérable – cela semble même incroyable ! –, sans draps, sans oreillers, sans rien !!!
La maison, si on peut la nommer ainsi, a pour seule source d’aération les latrines. Les jeunes filles célibataires – peu importe qui elles sont, leur conduite ne m’intéresse guère – vivent dans la promiscuité avec les jeunes gens – belle leçon et bel exemple de morale.
Pas la moindre chaise. Les lits (les berceaux dirais-je) servent alternativement de siège et de couchage. L’eau potable leur est fournie à l’aide d’un seau et d’un gobelet !
Faute de lits suffisants, les uns dorment par terre, d’autres sur des planches – splendide – ils disposent de deux pots de chambre, l’un pour 9 hommes, l’autre pour 5 femmes. Tout cela me semble bien hygiénique57.

39Cette description, par ailleurs confirmée par le responsable de la délégation Manuel Machado Saldanha, vient sérieusement nuancer les versions officielles. L’épisode n’en reste d’ailleurs pas là, et les conditions de vie des Cap-Verdiens connaissent effectivement une relative amélioration à la suite de cette réclamation. Machado Saldanha souligne à ce sujet la sensibilité, mais aussi l’influence des créoles, membres de l’élite de l’Empire portugais :

  • 58 « O que acontece […] na metrópole residem naturais de Cabo Verde, alguns com destacante posição soc (...)

Il se trouve en effet […] que des naturels du Cap-Vert vivent en métropole, dont certains occupent une position sociale élevée, qui observeront avec chagrin les conditions de l’installation58.

40Le capital social de Plácido Bettencourt a ainsi servi les intérêts des Cap-Verdiens de l’ECP de Porto. C’est à la lumière des conditions sociologiques propres à la colonie du Cap-Vert que cet épisode doit être compris. La masse des visiteurs métropolitains ne semble pas avoir manifesté ce type de sensibilité, du moins n’en avons-nous pas la trace.

L’alcool : regard sur une contradiction coloniale

41Le 3 juillet 1931, les signataires du second manifeste surréaliste opposé à l’Exposition coloniale internationale de Paris s’indignent et ironisent sur le sort réservé aux « travailleurs » issus des colonies présents à Vincennes :

  • 59 Premier bilan de l’Exposition coloniale, tract reproduit dans Pierre, 1980, pp. 198-199.

Si les journaux français peuvent démentir que l’importation indigène à l’exposition coloniale menace Paris de la maladie du sommeil et de la lèpre, nous ne soutiendrons pas que les travailleurs de l’exposition sont garantis tous risques contre les fléaux européens, de l’alcoolisme à la prostitution en passant par la tuberculose59.

  • 60 AHU, Sala 6, NO 538, lettre du gouverneur de Goa au ministre des Colonies, le 13 mars 1940.

42Nous avons pu voir que la question de la tuberculose se pose en effet pour les ressortissants africains qui viennent en Europe, comme l’illustrent l’opération de vaccination réalisée à Lisbonne en 1934 sur les Guinéens et le cas mentionné par Lopes dans son rapport de février 1935. Concernant la prostitution, si le gouverneur d’Inde portugaise s’inquiète des pratiques de certaines danseuses indiennes initialement prévues dans le programme de la section coloniale, nous n’avons guère trouvé de trace de relations sexuelles, monnayées ou non, entre des femmes indigènes et des Européens60. La thématique de l’alcool est en revanche très présente et offre une illustration éloquente des apories du discours sur les vertus et les bienfaits de la civilisation européenne.

  • 61 Birmingham, 2000, pp. 167-168.
  • 62 Capela, 1973, p. 18.
  • 63 Voir chap. iii de cet ouvrage, pp. 113-114.
  • 64 AHU, Casa forte, dossier n° 968, lettre de remerciement d’E. Lopes au représentant de la maison de (...)
  • 65 AHU, Casa forte, dossier n° 945, ordre de service, n° 34, le 11 août 1934.
  • 66 « vinho de pasto » (AHU, Casa forte, dossier n° 970, bulletin n° 77, 30 juillet 1934).
  • 67 « representações étnicas » (ibid.).
  • 68 « para a respectiva propaganda » (AHU, Casa forte, dossier n° 968, lettre du directeur de la Federa (...)
  • 69 « mais adequados ao gosto dos indígenas » (ibid.).
  • 70 Ibid., réponse du 11 juillet 1934.

43L’alcool fut en effet un instrument puissant de colonisation et de subjugation des populations, notamment africaines, comme le rappelle David Birmingham61. C’est à Porto que cette question revêt toute son importance. La direction se montre en effet très partagée sur la question, entre la volonté de contrôler les comportements des visiteurs et des colonisés afin d’éviter certains débordements, et le souhait de faciliter une consommation vivement souhaitée par les négociants et les producteurs métropolitains, principaux investisseurs privés de l’ECP. Il s’agit d’élargir un marché toujours jugé trop étroit et potentiellement immense. Pourtant, José Capela rappelle que, dès le début du xxe siècle, le vin est déjà le premier produit d’importation du Mozambique62, et cet objectif est toujours exprimé en 1932 lors des Feiras de Luanda e Lourenço Marques63. À Porto, des entreprises proposent gratuitement du vin aux colonisés, dans l’espoir que ces dizaines d’individus rentreront chez eux séduits par ce produit de consommation. Ces distributions prennent diverses formes : régulières, elles se déroulent le dimanche, à raison d’un verre par personne64. D’autres sont réalisées ponctuellement. C’est le cas par exemple lors de la fête qui clôt le Jour d’Angola, le 15 août 193465. De même, le 30 juillet 1934, le bulletin d’informations de l’exposition informe que la Comissão reguladora do comércio de vinhos de Porto, qui réunit l’ensemble des producteurs, a fait parvenir à la direction de l’exposition 35 barils correspondant à 5 314 litres de « vin de table66 » à destination des « représentations ethniques67 » de l’ECP. Les viticulteurs des autres régions n’entendent d’ailleurs pas être en reste : le 9 juillet 1934, le directeur de la Federação dos vinicultores do Centro e do Sul s’adresse à Galvão et sollicite l’autorisation de faire parvenir, « à des fins de propagande68 », des « vins plus adaptés au goût des indigènes69 ». Deux jours plus tard, la requête est acceptée70. La somme de toutes ces attentions de la part des viticulteurs métropolitains, du reste peu soucieux des éventuels interdits religieux qui pourraient concerner une partie au moins des Guinéens et des Indiens de confession musulmane, laisse supposer que l’alcool a été une denrée très accessible pendant trois mois et demi, et que la tempérance ne fut pas de mise.

  • 71 « [M]ais uma vez » (AHU, Casa forte, dossier n° 945, ordre de service, n° 19, le 11 juillet 1934).

44Pourtant, la direction entend garder le contrôle sur cette consommation et craint les débordements qu’elle est susceptible d’engendrer. Ainsi prend-elle, le 11 juillet 1934, la peine de rappeler « encore une fois71 » aux employés des stands particuliers du jardin colonial qu’il est

  • 72 « é absolutamente prohibido fornecer vinho e bebidas alcoólicas a todo e qualquer indígena. / A não (...)

absolument interdit de fournir du vin et des boissons alcooliques à tous les indigènes, sans exception.
Le non-respect de cette disposition, imposée par la conception la plus élémentaire de la discipline, entraînera la fermeture du stand où sera constatée l’infraction72.

  • 73 AHU, Casa forte, dossier n° 968, note d’E. Lopes à Moura Coutinho, le 5 juillet 1934.
  • 74 Ibid., lettre d’H. Galvão à la chambre municipale de Póvoa de Varzim, le 14 juillet 1934.

45Ce rappel n’est sans doute pas sans rapport avec un incident antérieur. Le 4 juillet 1934, à 22 h 30, l’infirmière du poste de secours de l’exposition a en effet dû porter secours à un Indien dans un état d’ébriété très avancé. Le lendemain, le secrétaire général Lopes s’adresse au curateur des indigènes Moura Coutinho pour lui faire part de son étonnement et l’inciter à prendre les mesures nécessaires73. Un autre incident illustre également la sensibilité de la direction sur le sujet : à l’occasion d’une cérémonie qui s’est déroulée à Coimbra, à laquelle les landins du Mozambique ont été conviés, une partie du contingent aurait été enivrée par le public, comme le regrette Galvão, qui évoque ce précédent afin de justifier son refus de « prêter » ses protégés à la municipalité de Póvoa de Varzim, dans le Nord du pays74. La voie est donc étroite entre des nécessités commerciales déjà anciennes, mais qui connaissent avec la crise un caractère de plus en plus impérieux, et le respect des valeurs de tempérance et de bienséance portées par la direction de l’ECP et par le nouveau régime. D’ailleurs six ans plus tard, il semble que la ligne de la « modération » l’ait emporté, puisque aucune mention n’est faite de la consommation d’alcool dans le cadre de l’EHMP.

Argent

  • 75 ACS, MAI, dossier n° 55, fascicule n° 4, « Militari indigeni già in servizio alla Mostra triennale (...)
  • 76 De capital majoritairement britannique, la CM détermine ses budgets en livres sterling.

46Les formes de rémunération, de gratification et d’indemnisation varient énormément en fonction du statut, de la colonie d’origine et du rang social dans les territoires outre-mer. Dans certains cas, les ressortissants d’outre-mer bénéficient de contrats dûment négociés. C’est le cas par exemple des 56 ressortissants d’AOI recrutés pour la MTTIO de Naples, dont les rémunérations dépendent du sexe, de l’âge et du métier. Ainsi les 34 hommes perçoivent-ils un solde journalier qui va de 18 à 29,10 lires, les 15 femmes de 12 à 21 lires, et les 7 enfants 6 lires75. Au Portugal, les 3 artisans recrutés par l’administration de la CM en 1940 voient leurs conditions de voyage et de séjour également définies par un contrat : au salaire mensuel de 6 livres sterling, soit un peu moins de 660 escudos, pour la période travaillée, c’est-à-dire excluant la durée du voyage, s’ajoute la possibilité de venir accompagnés de leur famille et d’un apprenti76. En revanche, 6 autres Mozambicains ont été recrutés par la CM, uniquement pour leurs caractéristiques anthropologiques ; leurs conditions de recrutement s’en ressentent :

  • 77 « Vão a Lisboa voluntariamente e até com satisfação, independentemente de qualquer contrato ou salá (...)

Ils se rendent à Lisbonne volontairement et même avec une certaine satisfaction, indépendamment de tout contrat ou salaire, notre Direction leur fournissant à peine l’habillement nécessaire et des couvertures pour le voyage, selon les instructions que Votre Excellence m’a laissées verbalement. Cependant je leur ai laissé entendre que la Compagnie les logerait et les nourrirait pendant leur séjour en métropole, et qu’elle ne manquerait certainement pas de les gratifier, observations avec lesquelles Votre Excellence sera sans doute d’accord77.

  • 78 Du moins durant la seconde partie, à partir de Hong Kong, voir ci-dessus pp. 254-255.
  • 79 AHU, Sala 6, NO 538, lettre du gouverneur d’Inde portugaise, A. Barbosa, au ministre des Colonies, (...)
  • 80 Ibid., rapport d’A. Gonçalves de Melo au ministre des Colonies, le 26 juillet 1940.
  • 81 Ibid.

47La même année, 7 ressortissants macanais profitent des retards et du manque d’organisation de l’administration portugaise pour négocier un contrat d’embauche très avantageux. Ils viennent à Lisbonne dans de bonnes conditions de voyage78 et assurés de solides revenus, détaillés par le gouverneur Artur Barbosa. Ainsi la chanteuse Leong Keng Hong perçoit-elle un salaire mensuel de 300 patacas, soit plus de 2000 escudos, avec une avance de quatre mois avant son départ, 50 % du solde à remettre durant son séjour à Lisbonne et 50 % à son arrivée à Macao79. Le montant consenti ici est cependant tout à fait exceptionnel. Ainsi le roi du Congo D. Pedro VII perçoit-il pour sa part un solde mensuel de 800 escudos80. Même rémunérés, les participants doivent parfois attendre longtemps avant de toucher leur dû et ne l’obtiennent qu’avec le soutien de fonctionnaires bienveillants. Ainsi António Gonçalves de Melo, le fonctionnaire délégué par le gouvernement d’Angola en 1940, prend-il fait et cause pour les « civilisés », c’est-à-dire les cinq personnes qui composent la suite du roi du Congo D. Pedro VII et le souverain lui-même, qui, bien qu’autorisés à quitter le site de l’exposition aussi souvent qu’ils le souhaitent, ne le font pas, faute d’argent de poche suffisant pour assurer la moindre dépense en ville81.

48Les simples indemnisations peuvent s’avérer tout aussi difficiles à obtenir. En 1934, le ministre Monteiro en personne doit intervenir auprès du directeur Galvão afin que les Guinéens soient en partie indemnisés du manque à gagner occasionné par leur séjour en métropole. Le 9 novembre 1934, plus d’un mois après la fermeture de l’exposition, le chef de cabinet du ministre adresse la requête suivante à l’ancien directeur de l’ECP :

  • 82 « Encarrega-me S. Exa o Ministro das Colónias de informar V. Exa que os indígenas das aldeias da Gu (...)

Son Excellence le ministre des Colonies me charge d’informer Votre Excellence que les indigènes des villages de Guinée qui ont figuré à l’exposition si dignement dirigée par Votre Excellence sollicitent avant leur embarquement que leur soient concédés des soldes pour les prestations réalisées durant l’exposition, alléguant que, durant tout le temps passé sur le Continent, ils n’ont naturellement pas pu cultiver leurs terres et craignent à présent d’avoir faim.
Son Excellence le ministre considère comme juste cette prétention et sollicite de Votre Excellence toute l’attention qu’elle mérite82.

49Dans ce cas particulier, la direction de l’ECP n’avait donc pas prévu la moindre rémunération, ni même la moindre indemnisation pour les 63 Guinéens, venus sans contrat. Notons par ailleurs que, le 9 novembre 1934, ceux-ci se trouvent encore à Lisbonne et n’ont toujours pas regagné leurs foyers.

  • 83 Tous ces exemples ont été extraits de AHU, Casa forte, dossier n° 968.

50Outre les versements en numéraire, les participants peuvent faire l’objet d’un certain nombre de rétributions en nature : alcool et tabac sont régulièrement distribués à Porto par la direction. Des entreprises, mues par l’intérêt commercial autant que par une sympathie peut-être sincère pour ces « invités » disciplinés, leur offrent, par l’intermédiaire de la direction, des objets aussi divers que chapeaux, chaussures, yoyos et biscuits, les enfants étant particulièrement choyés. De même, le théâtre São João de Porto offre une matinée cinématographique au personnel et aux ressortissants des colonies au début du mois de septembre 193483.

Retour

  • 84 Ibid., lettre d’E. Lopes à J. Cayolla, agent intérimaire des colonies, le 15 octobre 1934.
  • 85 Ibid., lettre d’E. Lopes à J. Cayolla, agent intérimaire des colonies, le 22 octobre 1934.

51Le retour des colonisés dans leurs foyers peut rencontrer des complications et des retards importants. En 1934, la direction de l’ECP de Porto ne manifeste pas le même zèle à renvoyer ses « invités » chez eux qu’à les faire venir en métropole quelques mois plus tôt. La majorité des colonisés ont quitté Porto le 2 octobre, mais, comme le justifie le secrétaire général de l’ECP Lopes, une dizaine d’entre eux sont encore restés huit jours de plus afin de participer aux travaux de liquidation du site, et permettre ainsi le départ rapide de leurs compagnons. Il fournit cette explication le 15 octobre 1934 au ministre Monteiro, qui s’émeut du sort des Guinéens et souhaite savoir dans quelles conditions ces individus sont demeurés à Porto84. Une autre correspondance confirme que, le 22 octobre, les trois artisans recrutés par la CM et leurs familles sont encore en transit entre Porto et Lisbonne85.

52Une fois décidé, le retour doit se réaliser à l’économie, comme le démontre une démarche du directeur de l’ECP auprès du maire de Lisbonne. Galvão s’adresse en effet à celui-ci le 20 septembre 1934, dix jours avant la fermeture de l’exposition, afin de lui proposer d’« héberger » une partie des colonisés dans les installations du parc Édouard VII de la capitale :

  • 86 « Nos primeiros dias do próximo mês, em virtude do clima de Lisboa ser mais temperado que o do Port (...)

Durant les premiers jours du mois prochain, le climat de Lisbonne étant plus tempéré que celui de Porto, les indigènes africains qui ont pris part à la Ire Exposition coloniale portugaise doivent se rendre à Lisbonne où ils séjourneront jusqu’à leur date d’embarquement.
Puisqu’il s’avère nécessaire de les loger à Lisbonne, et que par ailleurs, dans cette hypothèse, il serait du plus grand intérêt que le public de Lisbonne puisse les voir, je viens solliciter auprès de Votre Excellence l’autorisation d’installer dans le parc Édouard VII, en un lieu approprié, trois villages indigènes.
La chambre municipale de Lisbonne toucherait sur les recettes d’entrée 50 centimes par billet vendu86.

  • 87 AHU, Casa forte, dossier n° 967, facture du 27 octobre 1934.

53Aux contraintes climatiques et sanitaires s’ajoute donc l’exigence de réaliser des économies sur les finances de l’exposition, tout en donnant l’impression d’assouvir la curiosité du public de Lisbonne, privé d’exposition. L’exhibition du groupe, dont on ignore le nombre, a semble-t-il eu lieu, comme en atteste une facture datée du 27 octobre 1934 destinée à la construction des trois villages sollicités87.

  • 88 Guido Abbattista a prolongé l’enquête dans un ouvrage récent et confirme qu’à la fin du mois d’avri (...)
  • 89 ASN, Cabinet du préfet, dossier n° 879, rapport de V. Tecchio au préfet, le 16 janvier 1943 ; ACS, (...)
  • 90 Voir ci-dessous pp. 270-271.
  • 91 ASN, Cabinet du préfet, dossier n° 879, note du directeur général des services de la guerre, minist (...)

54Les délais de départ de l’ECP de Porto ne sont pourtant qu’anecdotiques, si on les compare à la mésaventure absurde et tragique des 56 Éthiopiens venus à Naples à l’occasion de la MTTIO. Deux documents racontent cette odyssée dont nous ignorons le terme88. Ils sont dus au commissaire Tecchio, chargé par les circonstances de gérer un site qui connaît un destin bien différent de ce qui était prévu, en raison des développements du conflit. Le retour des Libyens ne semble pas avoir posé de problème, en raison de la proximité géographique et sans doute de la possibilité, pendant quelques semaines, de traverser encore la Méditerranée. Le retour en Éthiopie, en Érythrée et en Somalie semble en revanche s’être avéré impossible dès juin 1940, puisqu’il nécessitait de passer par l’Égypte sous protection britannique. Otages de cette situation géopolitique, les Africains de la Corne se retrouvent bloqués à Naples. En janvier 1943, Tecchio prend l’initiative de s’adresser conjointement au ministère de l’Afrique italienne et au préfet de Campanie pour leur rappeler les termes d’une situation qui dure depuis bientôt trois ans89. Face à une situation sociale proche du soulèvement chez des Africains manifestement à bout90, Tecchio sollicite leur évacuation vers un lieu moins exposé aux bombardements alliés qui ont commencé à frapper la ville dès 1940. Le 29 janvier 1943, une note du cabinet du ministre de l’Intérieur fait savoir au préfet de Naples que des mesures sont envisagées en vue de leur transfert vers la ville de Treia, dans les Marches, au sud d’Ancône91. À partir de là, nous perdons la trace de ces 56 victimes de la situation coloniale et de la guerre mondiale.

55De ce que l’on peut reconstituer de la vie des colonisés aux expositions, on retiendra l’inégalité des traitements en fonction du statut social, du rang sur l’échelle établie des civilisations et des races, et de la fonction dans l’économie de l’exposition. Toutefois, l’impression générale est celle d’un traitement dur, infantilisant et suspicieux, qui n’a pu qu’engendrer chez les individus les moins bien lotis frustration, colère et sentiment d’humiliation. Dès lors, on ne peut que s’interroger sur les manifestations de résistance à la discipline de l’exposition, lieu de mise en scène d’une « rencontre coloniale » pacifique et ancrée dans l’idée de mission civilisatrice, où la parole colonisée est prisonnière du discours et du scénario écrit de l’exposition coloniale.

IV. - Modes d’action : des voies détournées

Dramaturgie de la « rencontre coloniale »

56Au Portugal, les interactions décrites dans la presse entre colonisés et visiteurs le sont toujours sur le mode de l’entente et de la soumission volontaire des premiers. Curiosité réciproque et esprit d’ouverture éclairent ces moments. L’arrivée et le départ du groupe de Guinéens à Porto en 1934 illustrent cet état d’esprit officiel. Premiers arrivés, ils débarquent à Lisbonne le 7 mai 1934, soit près de trois semaines avant l’ouverture officielle de l’ECP, sans doute afin de participer à la construction de leur propre village. Arrivés à Porto le lendemain, ils parcourent la ville en tramway et suscitent, sur le chemin qui les mène de la gare au palais des colonies, la curiosité du public :

  • 92 « Pelas ruas do trajecto, uma curiosidade enorme por parte da população, pouco habituada a vêr gent (...)

Dans les rues du trajet, une immense curiosité de la part de la population, peu habituée à la vue de noirs habillés de manière aussi variée et exotique. Les indigènes, également pris de curiosité, jetaient leurs regards étonnés sur tout et sur tous92.

57Plus loin, l’article décrit un nouvel épisode de curiosité, de la part cette fois des ouvriers :

  • 93 « Os trabalhadores do Palácio, que não puderam reprimir a sua curiosidade, deixaram por momentos os (...)

Les ouvriers du palais, qui n’ont pu réprimer leur curiosité, ont laissé leur travail un instant et sont venus voir les indigènes, leur vie pittoresque et leurs coutumes typiques93.

  • 94 La saudade, qui signifie approximativement « mal du pays », « nostalgie », est un terme central de (...)

58Quelques semaines plus tard, la curiosité a cédé la place à la saudade et au carinho94 d’une ville qui s’est attachée à « ses Guinéens », lesquels quittent également Porto les larmes aux yeux, si l’on en croit la presse qui s’attarde sur ces adieux déchirants :

  • 95 « Dez mulheres – Inês, Nene, Maria (I), Isabel, Emília, Antónia, Amélia, Maria (II), Helena e Verme (...)

Dix femmes – Inês, Nene, Maria (I), Isabel, Emília, Antónia, Amélia, Maria (II), Helena et Vermelho – et neuf hommes – Santos, Bakara, Antonino, Hongo, Augusto, Mário, Barril, Comprido et Manuel – ainsi que le petit Augusto, la mascotte des nègres de l’exposition, ont pris possession, au milieu du vacarme, de leurs places dans un wagon de 3e classe, spécialement réservé pour leur voyage.
Isabel pleurait d’émotion, anticipant sans doute le mal du pays.
Le petit Augusto, qui ne s’était pas très bien porté ces derniers temps, souriait.
Parmi le public accouru pour le départ, de nombreuses femmes.
Et ces femmes, que la grâce de certaines jeunes Guinéennes et du petit Augusto avait séduites, embrassaient le petit, lui offrant des jouets et des bracelets, qu’il recevait en battant des mains et en gazouillant de contentement. Ses parents, un peu tristes, se détachaient du reste des deux douzaines de nègres, par leur superbe plastique95.

59Ces deux extraits ont clairement vocation à montrer les effets bénéfiques de l’Exposition de Porto, qui a permis, si l’on en croit ces témoignages, de passer d’une curiosité bienveillante à un attachement profond, toujours dans le respect des hiérarchies culturelles et raciales, entre deux groupes apparemment et également heureux de cette expérience. Les sources manuscrites nous livrent cependant une version plus nuancée de l’attitude des colonisés.

Réserve, résistance, rébellion

  • 96 « pedidos constantes dos indígenas Bijagós – facto que os caracterisa » (AHU, Sala 6, NO 538, rappo (...)
  • 97 Ibid., rapport de L. Danilo Barreiros, délégué du gouvernement de Macao, le 11 août 1940.

60En 1940, les rapports des délégués portugais nommés par les gouvernements coloniaux insistent dans l’ensemble sur l’excellent comportement des colonisés : la correction des Mozambicains et des Angolais ainsi que la réserve polie des Timorais sont à peine tempérées par les « demandes constantes des indigènes Bijagos – trait qui les caractérise96 » selon leur responsable, ainsi que les difficultés rencontrées par les Chinois à s’habituer à la qualité de la nourriture portugaise97. D’une manière générale, l’alimentation apparaît comme une préoccupation constante de la part des commissaires et de leurs collaborateurs, tant sont décrits les menus et les ingrédients qui constituent l’ordinaire des Africains.

  • 98 « é notevolmente superiore alla normale razione dei cittadini italiani » (ASN, Cabinet du préfet, d (...)
  • 99 « I nativi – che avrebbero l’obbligo per contratto di essere adibiti ai proprie mestieri – si sono (...)

61En janvier 1943, dans les circonstances surréalistes du séjour sans fin des 56 ressortissants d’AOI à Naples, le commissaire Tecchio s’attarde sur ses efforts en vue d’assurer aux Africains retenus une alimentation variée et consistante. Aux yeux du commissaire, cette alimentation « est notablement supérieure à la ration normale des citoyens italiens98 », comme il le souligne lui-même. Et le commissaire de détailler les approvisionnements hebdomadaires d’ovins et les rations supplémentaires d’huile, de riz, de pâtes, de poisson, de lait, de thé, etc.99. Dans ces circonstances, il comprend d’autant moins l’ingratitude des individus dont il a la garde depuis bientôt trois années. En effet, ceux-ci parviennent à manifester leur mécontentement, leur sentiment de frustration, voire de révolte, par des biais détournés, mais avec des résultats très efficaces. Tecchio témoigne ainsi de la dégradation des relations entre les Africains et la direction de la MTTIO :

  • 100 Ibid.

Les natifs – supposés, par contrat, n’être employés qu’à leurs propres métiers – se sont toujours refusés à accomplir le moindre service, même au bénéfice de leur propre communauté, par paresse et indolence naturelles.
L’oisiveté volontaire, la cohabitation entre groupes différents du point de vue de la race et de la religion, la nostalgie de l’Afrique, les difficultés d’acclimatation et celles dérivant de la situation de guerre, ajoutées aux défauts typiques de leur race, ont fait de ces natifs des individus intolérants, hypercritiques, intempérants, sollicitant en permanence les améliorations les plus fantaisistes, mécontents de tout, dénués de toute gratitude pour les mesures exceptionnelles adoptées par les instances gouvernementales à leur égard, prompts à présenter chaque jour, avec cette insolence tellement orientale, des réclamations et des prétextes dont l’inconsistance et l’inauthenticité sont perceptibles par quiconque ayant quelque expérience des gens d’Afrique100.

62Le commissaire s’offusque ici de l’ingratitude de ces sujets, incapables à ses yeux de reconnaître les bienfaits consentis par la mère patrie à leur égard. Ne comprenant pas cette attitude face à la quantité et à la qualité des repas servis, au respect des interdits religieux, au paiement régulier des soldes, il explique cette mauvaise volonté par les circonstances, mais aussi par des caractères raciaux et culturels, n’hésitant pas à les inclure dans la vaste catégorie des « Orientaux ». Ce témoignage raciste n’en demeure pas moins une source éclairante sur les formes de résistance mobilisées par des individus pris en otages par la guerre. Certains, ajoute-t-il, vont encore plus loin en refusant de s’abriter pendant les bombardements alliés, malgré les avertissements, les menaces et les sanctions de la direction. Cette attitude extrême, au risque de leur propre vie, témoigne des tensions excessivement vives entre ces reclus et leurs gardiens.

  • 101 « continui scioperi, rivolte ed […] anche diserzioni » (ASMAE-MAI, Africa III, dossier n° 41, « Azi (...)
  • 102 Matos, 2006, pp. 186-187.
  • 103 AHU, Casa forte, dossier n° 971, lettre d’H. Galvão au directeur de la police criminelle de Porto, (...)

63Ce refus d’obéir ou de se soumettre à certaines demandes n’est d’ailleurs pas exceptionnel, y compris lorsque le contexte est moins dramatique. En 1927, dans le cadre d’une exposition anthropologique organisée par le zoo de Berlin, les ressortissants d’Afrique italienne s’étaient rebellés contre un traitement manifestement indigne, occasionnant des « grèves continuelles, des révoltes et […] même des désertions101 ». Patrícia Ferraz de Matos rapporte également qu’en 1932, les Guinéens venus à Lisbonne à l’occasion de l’Exposição industrial portuguesa avaient refusé de participer à la construction de leur village, pratique du reste habituelle dans les expositions. Orfèvres, tisserands ou céramistes, ils avaient estimé que cette tâche ne leur incombait en aucune façon, n’étant ni maçons ni ouvriers du bâtiment102. Quant à Pedro Oliveira Lima, originaire du Cap-Vert et venu à Porto en 1934, on ne saura jamais ce qui lui a valu une convocation de la police, transmise au directeur Galvão. En effet, celui-ci annonce le 9 octobre 1934 au directeur de la police d’investigation criminelle de Porto que le ressortissant en question est reparti le 6 octobre avec ses compatriotes vers son archipel et ne peut donc pas se présenter au commissariat103.

  • 104 AHU, Casa forte, dossier n° 978, note de la direction de l’ECP à l’AGC, le 30 juillet 1934.
  • 105 Ibid.
  • 106 Vargaftig, 2014c, pp. 349-352.

64Le malaise des colonisés peut également se manifester par le souhait d’avancer leur retour. C’est le cas des 7 Macanais venus à Porto en 1934, qui obtiennent satisfaction en retournant chez eux dès le début du mois d’août104. Quelques jours auparavant, pour une cause inconnue, le Cap-Verdien João Pereira Varela quittait également Lisbonne pour São Vicente avec 50 escudos en poche105. Les photographies tempèrent également une partie des commentaires enthousiastes et des versions officielles : le regard gêné de Rosinha soumise à des poses artificiellement aguichantes en 1934106, la timidité du fils de D. Francisco da Costa Aleixo sous la caresse du président Carmona, ou la lassitude de cette femme du Mozambique à son arrivée à Lisbonne confirment les sentiments de grande solitude et de désarroi qui ont pu envahir ces acteurs malgré eux (fig. 17 et 20).

Fig. 20. — Africaine exprimant la nostalgie de l’Afrique à son arrivée en métropole, après avoir été envoyée par la CM pour représenter le territoire de Manica et Sofala (Africana expressando saudades da sua África à chegada à metrópole, tendo sido deslocada para representar o território de Manica e Sofala administrado pela CM), photographie non datée précisément (ca 1940) [Arquivo histórico da Companhia de Moçambique, image cédée par l’IANTT]

65La pièce qui se joue entre visiteurs et colonisés a été écrite par les organisateurs, qui tentent d’en maîtriser les dialogues et l’intrigue. Toutefois, ces acteurs, souvent soumis, parfois rebelles, ne parviennent pas toujours à surmonter la violence : violence de deux dictatures qui surveillent, contrôlent et excluent les éléments susceptibles de gâcher la fête, violence de deux systèmes coloniaux qui jouent sur tous les ressorts de la séduction et de la démonstration pour fabriquer une altérité coloniale elle-même destinée à renforcer une identité nationale. Les contradictions et les limites de l’exercice parviennent cependant à affleurer derrière l’enthousiasme des discours officiels. Du côté des colonisés, on s’étonnera de l’hétérogénéité de l’expérience. Enrichissante pour certains, en particulier au sens économique, elle fut l’occasion d’une étrange odyssée et d’une rencontre arrangée avec les métropolitains, où tout ne fut pas négatif. Il ne faut cependant pas se laisser impressionner par quelques itinéraires individuels qui n’occultent pas le caractère violent et traumatisant que ces migrations de plusieurs milliers de kilomètres ont pu prendre pour la majorité. Le choc climatique, la tuberculose et la pneumonie, qui se terminent parfois à l’hôpital voire à la morgue, la confrontation, parfois festive, mais souvent brutale, avec la société métropolitaine, la soumission au regard amusé du visiteur ou curieux du chercheur, le contrôle des horaires et du régime alimentaire, l’interdiction de quitter les lieux sans encadrement, l’obligation de se prêter plusieurs fois par jour à des spectacles ou des mises en scène, toutes ces contraintes se sont exercées sur les corps et les esprits et ont contribué à faire des expositions coloniales des espaces d’enfermement et de mise sous tutelle. Les itinéraires individuels ou collectifs que les sources nous ont permis de reconstituer témoignent ainsi, à leur échelle, de la violence inhérente au processus colonial.

Notes

1 Guido Abbattista préfère au terme « zoo humain » la formule d’« ethno-exposition vivante ». Il s’agit à ses yeux d’une « complexe opération bio-politique », qui mêle le spectacle de masse hérité du xixe siècle à des pratiques plus anciennes (traite atlantique, esclavage, triomphe antique) dans le but d’énoncer un discours de pouvoir et de contrôle sur les civilisations non occidentales ; Abbattista, 2013, pp. 31-32.

2 Liauzu, 1992, p. 198.

3 Estoile, 2008, p. 37.

4 Pélissier, 2004, pp. 237-244.

5 IANTT, Arquivo histórico da Companhia de Moçambique, dossier n° 2166.

6 EAFIT, Prima Mostra Internazionale, p. 287 ; id., Seconda Mostra internazionale, p. 29.

7 « chocante » (AHU, Sala 6, NO 538, lettre du chef de cabinet du ministre des Colonies aux responsables des délégations coloniales, le 27 août 1940).

8 Ibid., lettre du fonctionnaire responsable des Angolais au chef de cabinet du ministre des Colonies, le 29 août 1940.

9 Le terme « landin » ne correspond à aucune réalité ethnique, mais désigne globalement chez les Portugais les populations Nguni du Sud du Mozambique, dont la langue est le shi-landin. L’usage en a fait le terme qui désigne l’ensemble des contingents militaires du Mozambique : de même que tous les tirailleurs n’étaient pas sénégalais en AOF, tous les landins n’appartenaient pas à ce groupe linguistique et ethnique.

10 En français dans le texte.

11 « Os soldados de Moçambique são altos, musculosos e apresentam-se bem uniformizados e calçados. É impresionante verificar como se transformaram, assim, em dedicados servidores de Portugal, os descendentes directos dos guerreiros audaciosos […] que lutaram com as tropas brancas em Marraquene, Magul, Coolela e Manjacase, ás ordens do régulo Gungunhana, e que se confessaram vencidos […] quando, em Chaimite, o seu chefe foi dominado pelo heroïsmo de Mouzinho. / Hoje, os landins constituem o escol das nossas tropas coloniais. […] A tropa negra, sempre rodeada por muito povo, que, de quando em vez a aplaudia, com vivo entusiasmo, desfilou pelas ruas da cidade, até o Depósito militar colonial, onde ficou aquartelada, afim de tomar parte na parada do dia 27, depois do que seguirá para o Porto, onde há-de figurar na Exposição Colonial. / Causou sensação o facto dos soldados negros se fazerem acompanhar por um pequenito de 3 anos – a sua “mascotte” – que, fardado e de vermelho “cofio” na cabeça, marchava na rectaguarda, com aprumo irrepreendivel » (« Uma Companhia de Landins de Moçambique e a banda da Companhia indigena de Luanda chegaram, ontem, a Lisboa, a bordo do paquete “João Belo” antes de seguirem para o Porto. Tomam parte na parada do dia 27 », O Século, 18 mai 1934, p. 2)

12 Olivier, Rapport général, vol. 7, p. 200.

13 Sur les sorties, voir ci-dessous p. 259.

14 « fazer ver aos régulos, chefes, e a alguns do seu povo, a beleza de Portugal, da Metrópole, cabeça do Império » (Indústria portuguesa, n° 52, juin 1932, p. 27, cité par Matos, 2006, p. 183).

15 « A Direcção das Feiras de Amostras Coloniais promoverá a ida a Luanda e LM [sic], durante as Feiras, não só dos colonos de todos os pontos das Colónias mas ainda dos chefes indígenas mais influentes » (Règlement des Feiras de Luanda e Lourenço Marques, n° 16, reproduit dans Galvão, As feiras de amostras coloniais, p. 26).

16 Ibid., p. 83.

17 Voir chap. iii de cet ouvrage, pp. 106-108.

18 « ridurre al minimo indispensabile l’intervento d’indigeni » (ASMAE-MAI, Africa III, dossier n° 47, « Programa di massima relativo alla partecipazione del Governo generale della Libia alla Mostra triennale d’oltremare », juin 1938, pp. 12, 14).

19 « le migliori condizioni di igiene e di sorviglianza » (ASMAE-MAI, Africa III, dossier n° 47, « Bando di concorso per un progetto di massima della mostra dell’AOI », Naples, juin 1938).

20 « No Palácio de Cristal, os recem-chegados foram recebidos pelo sr. Tenente Henrique Galvão, que tomou imediatas providências para a sua instalação e, sobretudo, para evitar o seu contacto com os operários que trabalham no certame » (O Século, 8 mai 1934, p. 2).

21 Voir ci-dessous p. 254.

22 AHU, Sala 6, NO 538, lettre de M. Sá e Mello, commissaire adjoint à l’EHMP, au chef de cabinet du ministre des Colonies, le 1er avril 1940.

23 O Século, 18 mai, 19 et 20 juin 1934.

24 « Um grupo de indígenas do Sul (do Quipungo, Muilas ou Gambos, de preferência homens, mulheres e crianças escolhidos entre os de maior pitoresco pelos adornos, penteados e tatuagens) com os seus adornos, utensílios e armas – 15 indivíduos ; / Uma família de Cabindas, Mahungos, Amboins ou Luenas, até oito indivíduos, com os seus adornos e utensílios. De preferência artífices ferreiros, ceramistas, tecelões ou qualquer outro ofício típico. Também teria interêsse a família de um “dembo” ou tocadores de marimbas. / Uma família de bochimanes : 3 a 4 indivíduos. – Total 33 indivíduos » (AHU, Sala 6, NO 538, lettre de M. Sá e Mello au gouverneur général d’Angola, le 20 novembre 1939).

25 « curiosos exemplares da etnografia angolana, com os seus adornos e penteados interessantissimos, para a feitura dos quais veio uma cabelereira » (ibid., rapport d’A. Augusto Gonçalves de Melo, délégué du gouvernement d’Angola, au ministre des Colonies, le 26 juillet 1940).

26 « Veio um grupo de quarenta chopes formado por trinta homens, entre tocadores de timbila (marimbas) e dançarinos ; cinco mulheres e cinco crianças. As orquestras bachopes são a expressão mais apurada da música indígena, da mesma forma que das populações daquêle nosso território são aquêles os que melhor traduzem o génio musical dos “bantu”. […] Do grupo maconde (Nyassa) são 6. / Os três homens apresentem nitidamente, na tatuagem, a marca tribal. Um deles representa os famosos “fúndi uá machano” ou sejam os escultores Maconde de madeira e marfim. / As três mulheres representam, por sua vez, uma das mais típicas e reduzidas indústrias indígenas femininas : o fábrico de cestos e esteiras. / Assim, o grupo de indígenas moçambicanos dos territórios sob a administração directa do Estado que estão na Secção colonial da Exposição do Mundo português é formado por duas das mais representativas sub-raças bantús que povoam aquela parcela no Império português » (ibid., rapport du délégué du Mozambique, G. Abranches da Cunha, au ministre des Colonies, le 20 août 1940) ; la définition des ethnies du Mozambique est développée dans Rita-Ferreira, 1975.

27 « um tanto coercitivo » (AHU, dossier n° 988, rapport d’A. Almeida d’Eça à H. Galvão, le 20 avril 1934).

28 Sur les questions financières, voir ci-dessous pp. 264-266.

29 « Quando se tratou de arranjar os artífices da Zambézia, logo estes declararam desejar levar consigo as famílias embora limitadas à mulher e um filho, pois o mesmo lhes tinha sido permitido por ocasião da Exposição do Porto […] Se à última hora se lhes negasse esta regalia não desejariam ir e impossível seria procurar a tempo outros competentes ainda que se admitisse a hipótese de se conformarem com as novas condições impostas » (IANTT, Arquivo histórico da Companhia de Moçambique, archives administratives, office n° 372-AH2, rapport du gouverneur du territoire de la CM à l’administrateur délégué de Lisbonne, le 8 mai 1940).

30 « desapareceram » (AHU, Sala 6, NO 538, télégramme du gouverneur de l’Inde au chef de cabinet du ministre des Colonies, le 6 avril 1940).

31 « situação internacional » (ibid., lettre du délégué de la CEC au chef de cabinet du gouverneur de l’Inde, le 1er juin 1940).

32 Estoile, 2008, p. 37.

33 AHU, Sala 6, NO 538, rapport d’A. Gonçalves de Melo, délégué de la colonie d’Angola, au ministre des Colonies, le 26 juillet 1940.

34 « em comparação com outros indígenas que também vinham no vapor » (ibid., rapport de G. Abranches da Cunha, délégué du Mozambique, au ministre des Colonies, le 20 août 1940).

35 « Como se tratava não de indígenas de civilização primitiva e rudimentar mas sim de pessoas habituadas às comodidades vulgares, e o barco trazia nos seus porões mil e quinhentos trabalhadores ou serviçais destinados às minas de Batávia, numa aglomeração impossível de ser descrita, foi necessário resolver-se o assunto » (ibid., rapport de L. Danilo Barreiros, délégué de Macao, au ministre des Colonies, le 11 août 1940).

36 Ibid.

37 « virtude rudimentar indumentária rigor clima » (AHU, Casa forte, dossier n° 988, télégramme du gouverneur de Guinée portugaise à l’AGC, le 26 avril 1934).

38 AHU, Casa forte, dossier n° 978, lettre d’E. Lopes aux pompes funèbres Castilho, le 9 juillet 1934.

39 « visto que é possível que alguns deles não se agüentem com a viagem » (AHU, Casa forte, dossier n° 988, rapport d’A. Almeida d’Eça au directeur H. Galvão, le 29 avril 1934).

40 « Os indígenas que, de todas as províncias ultramarinas vêm tomar parte na Exposição, elementos de documentação etnográfica e de ligação entre as várias regiões que constituem o Império português, estão-me confiados sob todos os aspectos, sendo um dêles – e não menos importante, a assistência sanitária. São pobres, as verbas orçamentais da Exposição são mais do que modestas ; a caridade da Santa Casa pode estender-se a todos os Portugueses, sem distinção de raças, sem distinção de côres. / É o que venho solicitar a V. Exa, que representa a mais elevada organisação de assistência do país ; o internamento dos nossos indígenas que encontrarão não só a assistência do corpo como do espírito, pelo exemplo, pelo carinho, pela humanidade » (AHU, Casa forte, dossier n° 968, lettre d’H. Galvão à l’administrateur de la Santa Casa da Misericórdia de Porto, le 31 mai 1934).

41 « o que prova, ou o mal estar geral da população, ou uma seleção pouco feliz » (AHU, Casa forte, dossier n° 101, rapport d’E. Lopes à H. Galvão, le 26 février 1935).

42 Ibid.

43 « E o que, sintetisando, se me oferece dizer a V. Exa que, melhor do que eu, sabe avaliar, quanto esfôrço, quanta dedicação, quanto carinho, por vezes exagerado, conseguiram que os indígenas tivessem, sob todos os aspectos, uma assistência que, certamente, não teem nas suas terras » (ibid.).

44 AHU, Sala 6, NO 538, lettre du chef de cabinet du ministre des Colonies à tous les délégués des gouvernements coloniaux, le 3 septembre 1940.

45 Ibid., rapport du délégué du gouvernement de Macao, le 6 septembre 1940.

46 Ibid.

47 Ibid., rapport du délégué du gouvernement du Mozambique, le 20 août 1940.

48 Ibid., lettre du délégué du gouvernement de Guinée au chef de cabinet du ministre des Colonies, le 25 septembre 1940.

49 « mais ou menos com o cerimonial da sua terra » (O Século, 10 juillet 1934, p. 6, nous soulignons).

50 AHU, Casa forte, dossier n° 968, lettre de J. Alves, responsable des missions du Saint-Esprit à la direction, le 11 juillet 1934, et réponse d’E. Lopes, le 15 juillet 1934.

51 Voir chap. v de cet ouvrage, pp. 156-157.

52 « Os indígenas, que aqui estão representando as nossas colónias, irão às festas d’essa Vila como simples espectadores, ou assistentes, não fazendo quaisquer exibições » (AHU, Casa forte, dossier n° 971, lettre d’H. Galvão au maire de Póvoa de Varzim, le 26 juillet 1934).

53 AHU, Casa forte, dossier n° 970, bulletins n° 73 du 28 juillet, n° 82 du 1er août, n° 84 du 2 août 1934, et n° 87, s. d.

54 « Desde que estão em Belém sentem-se muito satisfeitos com o explendido tratamento que alí têm » (AHU, Sala 6, NO 538, rapport de G. Abranches da Cunha au ministre des Colonies, le 20 août 1940).

55 « mais ou menos semelhantes » (ibid., rapport de J. da Costa Freitas au ministre des Colonies, le 15 août 1940).

56 « sem dúvida boas, não são de modo nenhum extraordináriamente superiores às que estavam habituados, como a algumas pessoas tenho ouvido dizer » (ibid.).

57 « Vivem numa casa, cuja superfície deve medear entre 36 e 40 metros quadrados, 14 indivíduos, sendo 5 mulheres e 9 homens. 7 camas para toda esta gente – dormindo, portanto, dois em cada cama – É preciso notar que em cada cama mal cabe um homen. São camas para creanças e não para um adulto, quanto mais para dois. / Somente 3 bacias, sem lavatórios, sem toalhas, sem sequer um bocadinho de sabão, jà que os fundos da Exposição não podiam suportar o avultado custo de um sabonete. / Em Cabo Verde, o pobre e o rico têm a sua mesa para as suas refeições e na Metrópole não lhes é dado esse direito, isto é, retrogradaram aos primitivos costumes em que o homem não sabia talhar ainda um bocado de madeira. / As camas dão impressão miserável, – até parece impossível ! – sem lençois, sem travesseiros, sem nada !!! / A casa, se este nome se lhe pode dar, tem por fonte de arejamento uma retrete. As raparigas, solteiras, sejam elas quem fôrem – não me interessando a sua conduta, – vivem em promiscuidade com os rapazes – bela lição e exemplo de moral. / Cadeiras, nem sequer uma. Servem simultaneamente de assento e leito as camas (berços). A agua para beber é-lhes fornecido [sic] por um balde e uma caneca ! / Por deficiência de camas, um dorme no chão e outros dormem sôbre as táboas – esplêndido – Têm apenas dois bacios, sendo um para 9 homens e outro para 5 mulheres. – deve ser bem higiénico tudo isso » (AHU, Casa forte, dossier n° 963, lettre de P. Bettencourt à H. Galvão, le 17 juillet 1934).

58 « O que acontece […] na metrópole residem naturais de Cabo Verde, alguns com destacante posição social que decerto repararão com mágua nas condições da instalação » (ibid., note de M. Machado Saldanha à H. Galvão, s. d.).

59 Premier bilan de l’Exposition coloniale, tract reproduit dans Pierre, 1980, pp. 198-199.

60 AHU, Sala 6, NO 538, lettre du gouverneur de Goa au ministre des Colonies, le 13 mars 1940.

61 Birmingham, 2000, pp. 167-168.

62 Capela, 1973, p. 18.

63 Voir chap. iii de cet ouvrage, pp. 113-114.

64 AHU, Casa forte, dossier n° 968, lettre de remerciement d’E. Lopes au représentant de la maison de vins de Porto Morgado da Silva, le 27 juin 1934.

65 AHU, Casa forte, dossier n° 945, ordre de service, n° 34, le 11 août 1934.

66 « vinho de pasto » (AHU, Casa forte, dossier n° 970, bulletin n° 77, 30 juillet 1934).

67 « representações étnicas » (ibid.).

68 « para a respectiva propaganda » (AHU, Casa forte, dossier n° 968, lettre du directeur de la Federação dos vinicultores do Centro e do Sul à H. Galvão, le 9 juillet 1934).

69 « mais adequados ao gosto dos indígenas » (ibid.).

70 Ibid., réponse du 11 juillet 1934.

71 « [M]ais uma vez » (AHU, Casa forte, dossier n° 945, ordre de service, n° 19, le 11 juillet 1934).

72 « é absolutamente prohibido fornecer vinho e bebidas alcoólicas a todo e qualquer indígena. / A não observância desta disposição, que a mais elementar compreensão da disciplina impõe, implicará o encerramento do stand onde se falte a essa observânçia » (ibid.).

73 AHU, Casa forte, dossier n° 968, note d’E. Lopes à Moura Coutinho, le 5 juillet 1934.

74 Ibid., lettre d’H. Galvão à la chambre municipale de Póvoa de Varzim, le 14 juillet 1934.

75 ACS, MAI, dossier n° 55, fascicule n° 4, « Militari indigeni già in servizio alla Mostra triennale (1946-1950) », lettre de V. Tecchio au ministère de l’Afrique italienne, le 29 janvier 1943.

76 De capital majoritairement britannique, la CM détermine ses budgets en livres sterling.

77 « Vão a Lisboa voluntariamente e até com satisfação, independentemente de qualquer contrato ou salário, apenas lhes tendo sido fornecido por esta Direção vestuário adequado e mantas para a viagem, conforme as instruções por V. Exa verbalmente dadas. Fiz-lhes, no entanto, ver que a Companhia os alojarà e alimentarà durante a sua permanência na metrópole e que certamente não deixarà de os gratificar, observações estas com que V. Exa sem dúvida se dignarà concordar » (IANTT, Arquivo histórico da Companhia de Moçambique, dossier n° 2166, office n° 370-AH1, rapport d’A. de Barros Lima, directeur des affaires indigènes, au directeur de l’exploitation, Beira, le 23 avril 1940).

78 Du moins durant la seconde partie, à partir de Hong Kong, voir ci-dessus pp. 254-255.

79 AHU, Sala 6, NO 538, lettre du gouverneur d’Inde portugaise, A. Barbosa, au ministre des Colonies, le 23 mars 1940.

80 Ibid., rapport d’A. Gonçalves de Melo au ministre des Colonies, le 26 juillet 1940.

81 Ibid.

82 « Encarrega-me S. Exa o Ministro das Colónias de informar V. Exa que os indígenas das aldeias da Guiné que figuraram na Exposição que Exa tão dignamente dirigiu, pedem antes de embarcar, que lhes sejam concedidos abonos pelos serviços prestados na mesma Exposição, alegando que, durante todo o tempo que estiveram no Continente, não poderam, como é óbvio, cultivar a suas terras, prevendo portanto a fome. / S. Exa o Ministro considera esta pretensão justa e chama para ela toda a atenção de V. Exa » (AHU, Casa forte, dossier n° 979, lettre d’E. Correio de Barros, représentant le chef de cabinet du ministre des Colonies, à H. Galvão, le 9 novembre 1934).

83 Tous ces exemples ont été extraits de AHU, Casa forte, dossier n° 968.

84 Ibid., lettre d’E. Lopes à J. Cayolla, agent intérimaire des colonies, le 15 octobre 1934.

85 Ibid., lettre d’E. Lopes à J. Cayolla, agent intérimaire des colonies, le 22 octobre 1934.

86 « Nos primeiros dias do próximo mês, em virtude do clima de Lisboa ser mais temperado que o do Porto, devem seguir para Lisboa onde se depararão até as datas de embarque, os indígenas africanos que tomaram parte na 1a Exposição Colonial portuguêsa […] Como se torna necessário alojà-los em Lisboa e como em tal hipótese ha o maior dos interesses em permitir que o público de Lisboa os possa ver, venho rogar a V. Exa, autorisação para instalar no Parque Eduardo VII, em logar apropriado, três aldeias indígenas. / Das receitas de entradas caberiam á Camara Municipal de Lisboa 50 centavos por bilhete vendido » (ibid., lettre d’H. Galvão au maire de Lisbonne, le 20 septembre 1934).

87 AHU, Casa forte, dossier n° 967, facture du 27 octobre 1934.

88 Guido Abbattista a prolongé l’enquête dans un ouvrage récent et confirme qu’à la fin du mois d’avril 1944, ils se trouvaient toujours à Naples, tout en ignorant le terme de cette mésaventure ; Abbattista, 2013, pp. 397-405.

89 ASN, Cabinet du préfet, dossier n° 879, rapport de V. Tecchio au préfet, le 16 janvier 1943 ; ACS, MAI, dossier n° 55, fascicule n° 4, « Militari indigeni già in servizio alla Mostra triennale (1946-1950) », note de V. Tecchio au cabinet du ministre de l’Afrique italienne, le 29 janvier 1943.

90 Voir ci-dessous pp. 270-271.

91 ASN, Cabinet du préfet, dossier n° 879, note du directeur général des services de la guerre, ministère de l’Intérieur, au préfet de Naples, le 28 janvier 1943.

92 « Pelas ruas do trajecto, uma curiosidade enorme por parte da população, pouco habituada a vêr gente negra com as mais variadas e exóticas vestimentas. Os indígenas, presos também de curiosidade, olhavam tudo e todos com quási manifestações de espanto » (BAGC, n° 108, juin 1934, p. 158).

93 « Os trabalhadores do Palácio, que não puderam reprimir a sua curiosidade, deixaram por momentos os seus trabalhos e vieram vêr os indígenas, na sua vida pitoresca e nos seus costumes típicos » (ibid.).

94 La saudade, qui signifie approximativement « mal du pays », « nostalgie », est un terme central de la culture portugaise et contribue largement à une vision stéréotypée du peuple lusitanien, en lien avec la tradition chantée du fado ; carinho peut être traduit par « tendresse » ou « affection », dans sa dimension familiale, qui renvoie ici explicitement à une construction luso-tropicaliste des relations du Portugal avec ses terres et ses peuples colonisés ; Castelo, 1999 ; Couto, Enders, Léonard, 1997.

95 « Dez mulheres – Inês, Nene, Maria (I), Isabel, Emília, Antónia, Amélia, Maria (II), Helena e Vermelho – e nove homens – Santos, Bakara, Antonino, Hongo, Augusto, Mário, Barril, Comprido e Manuel – sem falar no pequenino Augusto, a mascotte da pretalhada da Exposição, tomaram, no meio de grande algarazza, os seus lugares numa carruagem de 3a classe, especialmente destinada a transportá-los. Isabel chorava de comoção, talvez de antecipada saudade. O Augustinho, que tinha passado, nos últimos tempos, mal disposto, sorria. Entre o público que havia acorrido ao bota-fora, destacavam-se as senhoras. E as senhoras, que a graça de algumas raparigas guinenses e do Augustinho cativara desde muito, beijavam o miúdo, presenteando-o com brinquedos e pulseiras, que êle recebia, batendo palmas de contente e chalreando, numa grande festa. O pai e a mãe, um pouco tristes, destacavam-se pela plástica soberba, no conjunto daquelas duas dezenas de pretos que iam partir » (BAGC, n° 110-111, août-septembre 1934, p. 227).

96 « pedidos constantes dos indígenas Bijagós – facto que os caracterisa » (AHU, Sala 6, NO 538, rapport d’A. do Sacramento Monteiro, délégué du gouvernement de Guinée, le 11 août 1940).

97 Ibid., rapport de L. Danilo Barreiros, délégué du gouvernement de Macao, le 11 août 1940.

98 « é notevolmente superiore alla normale razione dei cittadini italiani » (ASN, Cabinet du préfet, dossier n° 879, rapport de V. Tecchio au préfet, le 16 janvier 1943).

99 « I nativi – che avrebbero l’obbligo per contratto di essere adibiti ai proprie mestieri – si sono sempre rifiutati di prestare qualsiasi lavoro, anche se relativo alla stessa comunità, per naturale pigrizia e abulia. / Lozio volontario, la coabitazione di nuclei differenti per razze e religione, la nostalgia dell’Africa, le difficoltà di acclimatazione e quelle derivanti dalla situazione di guerra, aggiunti ai tipici difetti della razza, hanno fatto di questi nativi degli elementi insofferenti, litigiosi, ipercritici, incontinenti, in costante sollecitudine dei miglioramenti più disparati, scontenti di tutto, privi di ogni comprensione per le non comune provvidenze adotate dagli organi governativi nei loro confronti, pronti ad avvanzare ognie giorno con petulanza tipicamente orientale reclami e pretese, la cui inconsistenza e falsità è ben nota a chiunque abbia esperienza delle genti d’Africa » (ibid.).

100 Ibid.

101 « continui scioperi, rivolte ed […] anche diserzioni » (ASMAE-MAI, Africa III, dossier n° 41, « Azione culturale », lettre du conseiller de l’ambassade italienne à Berlin à la direction générale des valeurs du ministère des Échanges et des Valeurs, le 11 février 1938).

102 Matos, 2006, pp. 186-187.

103 AHU, Casa forte, dossier n° 971, lettre d’H. Galvão au directeur de la police criminelle de Porto, le 9 octobre 1934.

104 AHU, Casa forte, dossier n° 978, note de la direction de l’ECP à l’AGC, le 30 juillet 1934.

105 Ibid.

106 Vargaftig, 2014c, pp. 349-352.

Table des illustrations

Légende Fig. 16. — EHMP (1940), cortège du monde portugais, le régulo D. Pedro VII (Cortejo do mundo português), photographie prise le 30 juin 1940 (archives du quotidien O Século, image cédée par l’IANTT)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/11658/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende Fig. 17. — EHMP (1940), le chef de l’État fait une caresse au fils aîné du régulo de Timor (O chefe do Estado afaga o filho primogénito do régulo de Timor), photographie prise le 7 septembre 1940 (archives du quotidien O Século, image cédée par l’IANTT)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/11658/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Légende Fig. 18. — EHMP (1940), section coloniale, mariage de deux Noirs (Cerimónia do casamentos de negros, na secção colonial da Exposição do mundo português), photographie prise le 22 août 1940 (archives du quotidien O Século, image cédée par l’IANTT)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/11658/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Fig. 19. — Vaccin anti-pneumonique des indigènes du Mozambique à leur arrivée à Lisbonne (Vacina anti-pneumónica dos indígenas de Moçambique, à sua chegada a Lisboa), photographie prise le 26 mai 1934 (archives du quotidien O Século, image cédée par l’IANTT)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/11658/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Légende Fig. 20. — Africaine exprimant la nostalgie de l’Afrique à son arrivée en métropole, après avoir été envoyée par la CM pour représenter le territoire de Manica et Sofala (Africana expressando saudades da sua África à chegada à metrópole, tendo sido deslocada para representar o território de Manica e Sofala administrado pela CM), photographie non datée précisément (ca 1940) [Arquivo histórico da Companhia de Moçambique, image cédée par l’IANTT]
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/11658/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 22k

© Casa de Velázquez, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search