Version classiqueVersion mobile

Des Empires en carton

 | 
Nadia Vargaftig

Chapitre VII. Un empire sur le Tage

L’Exposição histórica do mundo português (1940)

Texte intégral

  • 1 « Política do espírito » est une formule forgée par A. Ferro lui-même en vue de désigner son action
  • 2 La PVDE devient en 1945 la PIDE, puis la PIDE-DGS en 1969 ; Léonard, 1996, pp. 121-128.
  • 3 On pense en particulier aux organisations de jeunesse, comme l’Acção Escolar vanguarda, créée en 19 (...)
  • 4 Il exprime le souhait que de grandes commémorations nationales soient organisées dès mars 1938, dan (...)
  • 5 CEC, Comemorações nacionais.
  • 6 Augusto de Castro Sampaio Corte-Real (1883-1971) a été journaliste, écrivain, diplomate et homme po (...)
  • 7 Léonard, 1999, p. 27.

1Six ans après l’ECP de 1934, l’État Nouveau est désormais solidement implanté au Portugal grâce aux séductions de la « politique de l’esprit1 » engagée par António Ferro, conjuguées à la terreur qu’inspire la PVDE2 et à l’encadrement étroit de la société par le biais de diverses organisations3. Le pouvoir salazariste se lance alors dans une série de commémorations d’envergure nationale qui occupent toute l’année 19404. Dans un contexte européen qui ne se prête pourtant guère aux célébrations, le Portugal fête un double anniversaire, celui de la nation portugaise née en 1139 et celui de la « Restauration » de 1640, lorsqu’un terme fut mis à la réunion des couronnes espagnole et portugaise, après soixante années de ce qui est demeuré dans l’historiographie nationaliste portugaise comme une sombre période d’oppression castillane. Ces commémorations, coordonnées par la CEC, ont notamment pris la forme de l’Exposição histórica do mundo português, point d’orgue du dispositif. Celle-ci s’est déroulée dans le quartier de Belém, à l’ouest de Lisbonne, et a été l’occasion d’un profond réaménagement de cette zone abandonnée aux friches industrielles et aux voies ferrées. Occupant une surface de 56 hectares5, dirigée par l’ancien ambassadeur Augusto de Castro6, sa section coloniale a été à nouveau confiée à Henrique Galvão, dont l’expertise dans le domaine semble désormais incontestée. Le nombre de ses visiteurs est estimé à 3 millions7.

2Comme la MTTIO de Naples, l’EHMP de Lisbonne résume la quintessence de la pensée impériale salazariste, même si, officiellement, elle décline l’ensemble de l’identité nationale portugaise. En effet, le plan de l’exposition le montre parfaitement (fig. 12), la section coloniale stricto sensu n’occupe qu’une faible proportion du site, alors que le « centre régional » consacré aux provinces métropolitaines et insulaires, incluant Madère et les Açores, occupe la moitié occidentale du site. Dans ce face-à-face, la partie centrale de l’EHMP est consacrée à l’histoire du Portugal, véritable matrice de cet Empire-nation qui se pense dans l’unité de ses provinces et de ses colonies, du Minho à Timor.

3L’EHMP a été précédée, trois ans plus tôt, par l’Exposição histórica da ocupação : d’envergure et d’ambitions bien plus limitées, s’adressant à un public plus choisi, et ayant connu un succès très mitigé, elle pose toutefois un certain nombre d’éléments, à la fois esthétiques et conceptuels, que l’on retrouve en 1940 à l’occasion de l’EHMP. En outre, elle mobilise un nombre important d’historiens, d’intellectuels et de militaires à nouveau présents dans l’organigramme de l’Exposition de Belém. C’est cette dernière qui constitue toutefois l’apogée politique et culturel du régime, enrôlant toutes les forces de la nation et soignant l’image d’un Portugal à l’abri des désordres du monde et tournant le dos à une Europe qui se déchire. Aussi résume-t-elle toute la doctrine nationale et impériale du salazarisme d’avant-guerre.

I. - Une mauvaise répétition : l’Exposição histórica da ocupação (1937)

Le ministre falot, le commissaire dispendieux

  • 8 Son action a principalement consisté à renforcer les liens économiques entre la métropole et les co (...)
  • 9 BAGC, n° 150, décembre 1937, p. 362.

4L’EHO de 1937 est un projet du successeur d’Armindo Monteiro aux Colonies, Francisco Vieira Machado (1898-1972). Ancien gouverneur du Banco national ultramarino, cadre de l’UN – le parti unique du régime –, il est à la tête du ministère des Colonies depuis janvier 1936. Soucieux de prolonger l’œuvre de Monteiro8 tout en ayant à cœur de s’en démarquer, il tente d’associer son nom à une initiative culturelle, historique et politique. Son projet n’a semble-t-il pas bénéficié du soutien de Salazar. En effet, fait tout à fait exceptionnel, les archives personnelles du dictateur ne gardent aucune trace de l’Exposition de 1937. Le président du conseil a bien visité l’exposition, mais seulement le 4 septembre 1937, à la veille de sa clôture9. Machado a sans doute souffert de l’imposante figure de Salazar, et même de celle du président Carmona, qui s’est construit une solide image d’ami des colonies.

Fig. 12. — EHMP (1940), plan général de l’exposition par le designer Fred Kradolfer (collection Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, Nanterre)

  • 10 BAGC, n° 59, juillet 1930, p. 175.
  • 11 Cayolla, « Um alto serviço ».
  • 12 AHU, Casa forte, dossiers nos 959, 970 et 979, « ECP 1934, correspondance ».

5Il confie la réalisation de son projet à Júlio Cayolla. Collaborateur régulier du BAGC depuis les origines du périodique10, celui-ci a fait partie, en 1932, du groupe de journalistes aux côtés de Monteiro lors de son voyage officiel en Afrique, et a rédigé, à ce titre, les 700 pages du numéro spécial consacré à l’Exposição-feira de Angola11. Depuis 1934, il dirige l’AGC, ayant succédé à Júlio Garcez de Lencastre, nommé gouverneur d’Angola12.

  • 13 TC, dossier n° 151 6 1937 918, « Comissão executiva da EHO », le 28 décembre 1939.
  • 14 AHU, Sala 3, NO 2887, rapport du colonel Eduardo Alfredo de Araújo Barbosa au ministre des Colonies (...)

6L’EHO de 1937 n’est pas demeurée dans les mémoires, ou bien alors sur un mode négatif, en raison du petit scandale financier qui a accompagné son bilan. Officiellement, l’exposition n’a coûté que 963345 escudos, déclarés au Tribunal de contas13. Mais les archives d’outre-mer avancent un tout autre montant, du fait des demandes constantes de rallonge adressées par le commissaire à son ministre de tutelle. En effet, l’EHO a vu son budget s’accroître considérablement tout au long de son organisation. C’est ce qu’indique un rapport consacré aux méthodes de gestion de l’AGC, réalisé dans le courant de l’année 1938, faisant suite à de nombreuses mises en cause de l’agence et de son directeur dans la presse. Ce rapport révèle un ensemble de dysfonctionnements administratifs et financiers impliquant directement la personne de Cayolla. Au terme de l’enquête, sa probité est sauve, mais il apparaît comme un piètre gestionnaire de l’argent public, réclamant régulièrement un effort supplémentaire de la part des gouvernements coloniaux afin de donner à l’EHO le brillant qu’elle mérite à ses yeux. Il semble avoir trouvé en la personne du ministre Machado un supérieur indulgent. Au total, outre les 963345 escudos officiellement inscrits au budget de l’EHO, Cayolla a obtenu 1580000 escudos supplémentaires, soit plus du double du budget déclaré au Tribunal de contas14. Le total des investissements publics s’élève donc, a minima, à 2543345 escudos. Cette gestion hasardeuse de l’argent public n’aura sans doute pas été du goût de Salazar, expliquant d’une part son faible intérêt pour l’exposition et d’autre part la mise à l’écart, trois ans plus tard, de Machado dans l’organigramme de l’EHMP, lui préférant Galvão à la tête de sa section coloniale.

Un hommage aux militaires

  • 15 Joaquim Mousinho de Albuquerque (1855-1902) a marqué son époque par ses exploits africains mais aus (...)
  • 16 Gungunhana ou Gungunhama (ca 1850-1906) est le dernier souverain de l’Empire mozambicain de Gaza. F (...)
  • 17 Carlos Viegas Gago Coutinho (1869-1949), officier de marine, est connu pour avoir, avec Artur de Sa (...)
  • 18 « não resultaram, pois, do acaso ou da prioridade do Descobrimento, mas principalmente de uma espec (...)
  • 19 « [E]sta Exposição colonial de 1937 será, portanto, um importante passo na útil propaganda dos noss (...)
  • 20 « descobrir, ocupar e civilizar » (ibid.).
  • 21 « A história da Colonização dos Portugueses não oferece brecha na sua continuidade » (ibid., p. 145 (...)
  • 22 « o pensamento colonial segue o seu curso imperturbável, por vezes mal compreendido » (ibid.).

7Voulue par le ministre, soutenue du bout des lèvres par Salazar, l’EHO se veut avant tout un hommage à l’œuvre de (re)conquête portugaise en Afrique réalisée par la « génération de 1895 », inspirée par la figure guerrière et mystique de Joaquim Mousinho de Albuquerque (1855-1902)15, le vainqueur du prestigieux empereur Gungunhana, à Chaimite, dans le Sud du Mozambique, le 2 décembre 189516. Le passé plus lointain est toutefois évoqué dans les salles consacrées aux territoires mis en contact avec le Portugal depuis le xve siècle. Les premières salles de l’exposition abritent ainsi une documentation consacrée au Maroc, au Brésil et à l’Orient. D’autres salles privilégient une approche thématique du passé colonial portugais, comme la salle des monuments historiques, littéraires et scientifiques, qui abrite des cartes anciennes, des documents d’archives et des livres précieux, notamment une des premières éditions du poème épique national, Les Lusiades de Luis de Camões (1572). La salle de la Marine, présentée dans le catalogue officiel par le célèbre aviateur Gago Coutinho17, raconte l’histoire d’un peuple de navigateurs inventifs et audacieux, tendant à démontrer que les colonies portugaises actuelles « ne résultent pas du hasard ou de la primauté des Découvertes, mais principalement d’une préparation théorique et pratique particulière18 ». Coutinho suggère ainsi qu’un plan d’expansion a été mûrement réfléchi par des générations de navigateurs, de cosmographes et de pilotes. Dans les mêmes pages, il souligne l’objectif politique et culturel de l’exposition, affirmant que « cette Exposition coloniale de 1937 sera, ainsi, un pas important de la propagande de nos droits à conserver nos Colonies19 », propagande fondée sur la preuve de l’effort séculaire du Portugal à « découvrir, occuper et civiliser20 ». La continuité du destin impérial du Portugal est posée avec plus encore de conviction par le général Teixeira Botelho, qui décrit et commente une des trois salles consacrées aux conquêtes africaines de la fin du xixe siècle. Le général débute sa présentation par un incipit lapidaire : « L’histoire de la colonisation des Portugais n’offre aucune brèche dans sa continuité21 ». Et d’évoquer les heures sombres de la nation, les moments de crise et de recul de la puissance portugaise, où pourtant « la pensée coloniale a suivi son cours imperturbable, sans doute mal compris parfois22 ». Cette continuité, cette résistance de la pensée impériale portugaise à travers les siècles et malgré les péripéties de l’histoire, cette « essence expansionniste » du peuple portugais, se retrouvent toutes, systématisées et décuplées, dans les pavillons, les salles et les allées de l’EHMP de 1940. Le registre choisi, celui de l’émotion, du recueillement et de la communion religieuse, annonce également les grandes cérémonies de 1940.

L’émotion comme ressort scénographique

  • 23 Ibid., p. 2.

8Dès l’entrée du parc Édouard VII où se situe le palais des expositions, un portique figurant la croix de l’Ordre du Christ et la rose des vents des navigateurs accueille le visiteur et donne sa tonalité au reste de l’exposition. Devant le palais, un globe lumineux figure la présence portugaise dans le monde, avec à sa base les symboles de la marine, de la guerre, de la foi et du travail, dressant ainsi le cadre moral et idéologique de l’exposition23. À l’intérieur du palais, les treize salles de l’exposition se succèdent dans un parcours qui a rigoureusement été pensé comme une montée en puissance émotionnelle.

9La scénographie de l’ensemble, particulièrement soignée, fait moins appel à la mémoire et à l’intelligence du visiteur qu’à ses émotions et à ses sensations, privilégiant les itinéraires individuels et héroïques de l’expansion portugaise. Cette progression trouve son acmé dans la salle intitulée Drame de l’occupation et s’achève avec la salle de l’Acte colonial, hymne à l’œuvre de l’État Nouveau et de son chef, représenté par une statue du sculpteur Francisco Franco. Cette statue du chef du gouvernement, revêtu de ses habits académiques, permet de rappeler que Salazar, s’il n’est pas un militaire, appartient néanmoins à une caste, un corps, et que ses armes sont celles du droit et de la loi, qui prolongent celles de la guerre. Quant à la salle du Drame de l’occupation, elle met en scène, par un habile jeu d’ombres et de lumières, un hommage solennel à l’œuvre militaire des Portugais en Afrique. Le catalogue reproduit plusieurs vues d’un groupe sculpté par l’artiste allemand installé au Portugal depuis 1929 Hein Semke (1899-1995), destiné à encenser l’esprit de conquête et de sacrifice des Portugais. Le catalogue commente la mise en scène et décrit les émotions qui doivent étreindre le visiteur, ainsi que l’attitude qu’il doit adopter lorsqu’il est animé de saines convictions patriotiques :

  • 24 « Nesta pequena sala, em que se procurou evocar o drama da nossa acção colonial, criando um ambient (...)

Dans cette petite salle, où l’on a cherché à évoquer le drame de notre action coloniale en créant une pieuse atmosphère de recueillement, le visiteur gardera sans aucun doute un silence respectueux. Son imagination se représentera le sacrifice de tant de vies tombées pour la patrie, le drame intense de ce grandiose holocauste24.

  • 25 Vargaftig, 2014b.

10Pourtant, malgré ce dispositif grandiose25, il semble que le public n’ait pas été au rendez-vous, ne dépassant pas les cercles intellectuels et nationalistes de la capitale, alors que l’exposition affichait une ambition commerciale plus importante, à la hauteur des investissements péniblement arrachés par son directeur technique.

Un échec commercial

  • 26 Voir la revue de presse du BAGC, n° 150, décembre 1937, pp. 311-346.

11Malgré les commentaires enthousiastes de la presse métropolitaine et coloniale26, l’échec commercial de l’EHO n’échappe à personne, probablement à cause de ses procédés scénographiques jugés trop complexes, du dépouillement excessif de certaines de ses salles, et sans doute aussi en raison de l’absence des attractions désormais attendues en ce genre d’occasion, comme la présence de populations colonisées, la reconstitution de l’habitat indigène, l’utilisation de modes de transport modernes ou exotiques, voire l’ouverture de quelques manèges. Un éditorialiste du quotidien angolais le Diário de Luanda, probablement plus protégé des effets de la censure que ses confrères métropolitains, exprime ainsi son admiration pour le contenu, mais aussi ses réserves sur les effets que l’on peut espérer de l’EHO, s’interrogeant :

  • 27 « Teve esta Exposição a freqüência que a sua grandiosidade impunha ? Estamos a crer que não. É admi (...)

Cette exposition a-t-elle rencontré le succès que supposait sa grandeur ? Nous estimons que non. Il est possible d’affirmer que, à l’intérieur du Palais du parc [Édouard VII], ont transité tous ou presque tous les Portugais des « élites » morales et intellectuelles, tous les Portugais munis d’un sens de la patrie parfait et pur. Ils constituent, cependant, en dépit de leur influence naturelle sur la vie de la nation, une lamentable minorité27.

12Malgré ce demi-échec, l’EHO retiendra l’attention en ce qu’elle résume les patrons esthétiques et scénographiques approuvés par le pouvoir de Salazar. On les retrouve trois ans plus tard, appliqués par les organisateurs de l’EHMP, soucieux toutefois d’éviter les errements d’une exposition trop élitiste et trop conceptuelle, en lui ajoutant une forte dimension ludique, commerciale et exotique. D’une manière générale, on en arrive aisément à la conclusion que le registre guerrier n’est pas le champ dans lequel la propagande coloniale portugaise se déploie avec le plus d’aisance, et ne correspond pas, fondamentalement, aux choix idéologiques de Salazar, contrairement à ce qu’on peut déceler au même moment dans l’esthétique fasciste italienne. Une autre différence fondamentale entre l’EHO de 1937 et l’EHMP de 1940 réside dans le changement radical d’échelle et d’ambition politique. Le lien à la capitale est par ailleurs tout autre : l’organisation de l’EHMP se réalise en effet dans le contexte plus large d’une opération de réhabilitation urbaine, qui doit rendre son lustre et son statut de ville impériale à Lisbonne.

II. - La « ville impériale »

  • 28 Couto, 2000, p. 217.
  • 29 « if the imperial city was the centre of the world, the empire was now at the heart of the urban ex (...)

13« Tête énorme d’un pays rabougri28 », Lisbonne porte en elle un héritage colonial à la fois prestigieux et dépassé, visible à travers son architecture manuéline, ses églises baroques, ses jardins botaniques, son parc zoologique fondé en 1883, sa statuaire largement consacrée aux héros des navigations et des Découvertes, sa toponymie ou bien encore ses pratiques de consommation. Il existe en effet un lien essentiel entre l’expérience urbaine et l’expérience impériale à l’époque contemporaine dans certaines villes d’Europe, qui permet d’affirmer que « si la ville impériale était le centre du monde, l’Empire était désormais au cœur de l’expérience urbaine29 » de cités comme Londres, Paris, Bruxelles, Madrid ou Lisbonne. La capitale portugaise incarne en effet brillamment cette rencontre entre l’expérience urbaine et l’histoire impériale, et ce dès le début du xve siècle.

« Qui n’a pas vu Lisbonne n’a pas vu le Portugal »

  • 30 Almeida, Corkill, 2009 ; Cunha, 2001.
  • 31 Damien de Góis (1502-1574) est un diplomate, un voyageur et un historien portugais qui a entretenu (...)

14On pourrait s’inspirer de ce dicton du xvie siècle, qui manifeste la centralité séculaire, pour ne pas dire millénaire, de la capitale dans la vie et la géographie nationales, pour déclarer que « qui n’a pas vu Lisbonne n’a pas vu l’Empire ». Lisbonne a en effet été le point névralgique des Découvertes et de l’expansion portugaises dès le xve siècle, statut jamais contesté jusqu’à l’époque contemporaine. Elle offre par conséquent une physionomie et une identité façonnées par ses liens avec le reste du monde, incarnant ainsi de manière incontestable l’identité nationale et impériale du Portugal30. Point d’arrivée du sucre de Madère, des piments et des esclaves d’Afrique, de l’or de São João da Mina, du coton du Cap-Vert, des tissus et des épices d’Orient, de l’or et du café brésiliens, le port de Lisbonne a vu partir ses navigateurs vers les littoraux atlantiques et indiens, mais aussi vers les Flandres, l’Angleterre et l’Italie. Bénéficiant de l’excellence de sa situation géographique, mais aussi d’une politique volontariste de la part de la couronne, Lisbonne partage avec Séville le statut de « reine de la mer » selon l’humaniste Damien de Góis31. Au xvie siècle, la ville s’est couverte d’entrepôts, de palais, de marchés, mais aussi d’hôpitaux, d’édifices administratifs et financiers. Organisée par Dom Manuel Ier autour de l’actuelle place du Commerce, le Terreiro do Paço, bordant le Tage, Lisbonne est restée résolument tournée vers la mer jusqu’à l’indépendance du Brésil en 1822. L’argent de l’expansion a permis de financer la construction d’édifices de prestige, dont le monastère des hiéronymites et la tour de Belém sont sans doute les plus remarquables. La Lisbonne du xvie continue donc de représenter l’âge d’or du Portugal impérial, avant les « temps obscurs » de l’union avec la couronne d’Espagne (1580-1640). Le second âge d’or de la capitale est lié à l’or brésilien, qui inonde le Portugal à partir des premières années du xviiie siècle et finance la construction de grands ensembles architecturaux. Cet héritage monumental, dont une part importante a été détruite lors du tremblement de terre et du raz-de-marée de 1755, constitue incontestablement un élément fondamental de l’identité lisboète, donc portugaise, que la propagande de l’État Nouveau entend exploiter abondamment.

La vitrine du régime

  • 32 Ibid., p. 276.
  • 33 Sebastião José de Carvalho e Melo, marquis de Pombal (1699-1782), est l’homme politique qui a marqu (...)
  • 34 Pinto, 1999, pp. 42-51.
  • 35 Rafael, 1992-1993, p. 65.
  • 36 « dictator of Lisbon » (ibid., p. 74).
  • 37 Ibid., pp. 65-66.

15Lisbonne n’est toutefois pas seulement faite des vestiges de son passé impérial. La capitale dont hérite le nouveau régime au début des années 1930 est aussi la première ville ouvrière du pays, à la démographie dynamique. Entre 1920 et 1930, sa population passe de 485000 à 585000 habitants32, dans des conditions d’habitat le plus souvent indignes, fruits d’une urbanisation qui n’a jamais fait l’objet de la moindre planification, à l’exception de l’épisode de la reconstruction après 1755, sous l’autorité du marquis de Pombal33. Au xxe siècle, les premiers projets de planification sont antérieurs de quelques années à l’avènement de l’État Nouveau, puisqu’ils remontent à 1926, lorsque sont décidés le prolongement de l’avenida da India le long du Tage et la construction du grand parc de Monsanto. Un premier programme de travaux publics est ensuite adopté en 1931, marquant le début du « cycle du béton armé » de la ville. Mais ce n’est qu’en 1938, sous l’autorité du ministre des Travaux publics Duarte Pacheco (1934-1943), qui occupe conjointement le siège de maire, qu’un vaste plan directeur voit le jour. Dans ses grandes lignes, ce plan consiste à tourner la ville à nouveau vers son fleuve, négligé depuis le xixe siècle, et à rendre à la puissance municipale des prérogatives concentrées depuis longtemps entre les mains des propriétaires privés et des spéculateurs34. Aidé par un arsenal juridique ad hoc, le ministre édile dispose en 1938 de tous les pouvoirs, notamment d’expropriation, pour mener son plan à exécution, avec le soutien indéfectible de Salazar35. L’organisation de l’EHMP a ainsi pu servir de prétexte à l’ensemble des projets du « dictateur de Lisbonne36 » à l’échelle de la capitale. Celui-ci a su en effet profiter du nouvel arsenal juridique pour réaliser un nombre considérable d’expropriations, dont beaucoup n’étaient pas nécessaires à l’exposition, mais prévues dans son plan directeur. C’est ainsi qu’entre 1938 et 1949, la municipalité a acquis près de 70 % des terrains expropriés à Lisbonne37. Les historiens s’accordent donc à affirmer que, si les délais ont été tenus pour l’inauguration de l’EHMP et, d’une manière générale, pour l’ensemble des grandes réalisations de la période, à Lisbonne comme ailleurs en métropole, c’est en grande partie grâce aux méthodes et à l’investissement personnel de Duarte Pacheco, que par ailleurs Salazar n’appréciait que modérément. Sa carrière s’achève brutalement, lorsqu’il disparaît en 1943 dans un accident de voiture.

16C’est dans ce contexte de transformation planifiée du dessin de la ville qu’est décidée l’organisation de l’EHMP. Castro, le commissaire général de l’exposition, revient sur les conditions du choix du lieu :

  • 38 « Pareceu-me desde o primeiro momento que uma Exposição do Mundo Português – quere dizer, uma Expos (...)

Il m’a semblé dès le premier instant qu’une exposition du monde portugais, c’est-à-dire une exposition d’histoire du Portugal, ne pouvait s’éloigner de la vie du Tage, notre route universelle, voie historique de notre immortalité, centre géographique de notre civilisation latine et atlantique38.

  • 39 « terrenos vagos da Junqueira até Belém » (AOS/CO/PC-22, rapport d’A. Ferro à A. Salazar, le 24 fév (...)

17À dire vrai, la localisation de la future exposition n’a en aucun cas été décidée par Castro, qui surestime très largement son influence. La zone choisie est déjà mentionnée dans un rapport préliminaire que Ferro adresse à Salazar le 24 février 1938, dans un périmètre encore approximatif s’étendant sur les « terrains vagues de Junqueira jusqu’à Belém39 ». Mais le voisinage du Tage fait déjà partie intégrante du programme. Le commissaire Castro a pour mission principale de préciser, à l’intérieur de ce vaste périmètre, les contours du futur site. Il s’en explique :

  • 40 « Quando assumi as funções de Comissário da Exposição duas soluções me foram propostas : o enorme, (...)

Lorsque j’assumai les fonctions de commissaire de l’exposition, deux solutions me furent proposées : l’espace immense, inculte et désert situé derrière le monastère des hiéronymites, offrant une localisation magnifique et accessible, ainsi que des conditions panoramiques exceptionnelles, et le terrain vide devant l’église et le monastère jusqu’au Tage, pouvant aller, en largeur, depuis la place Alphonse de Albuquerque jusqu’à la tour de Belém. Pour adopter la première solution, une urbanisation préalable du site était cependant nécessaire, œuvre de longue haleine et impossible à réaliser dans le court espace de temps qui nous sépare du printemps 1940, date des commémorations. Ainsi, seule la seconde solution, le terrain situé devant le monastère des hiéronymites, était possible. Cette solution [était] elle-même conditionnée par quelques démolitions indispensables, déjà plus ou moins prévues dans le plan d’urbanisation de la zone40.

18Les critères de délimitation de la zone d’exposition sont finalement assez simples, une fois posé le lien avec le Tage. La contrainte des délais détermine le choix final, profitant de la politique de planification urbaine déjà engagée par le ministre Duarte Pacheco et soutenue par Salazar :

  • 41 « A Alta visão e decisão do Sr. Presidente do Conselho, a vontade inteligente e inflexível do Sr. M (...)

La haute vision et l’esprit de décision de M. le président du conseil, la volonté intelligente et inflexible de M. le ministre des Travaux publics et le soutien de la chambre municipale ont vaincu toutes les difficultés. Les démolitions et les déplacements seront réalisés à temps. La grande placedevantlemonastèredeshiéronymitess’intégreraàl’expositionetenconsti-tuera l’entrée d’honneur, telle qu’on ne pourrait mieux l’imaginer. […] En 1940, le monastère des hiéronymites regardera à nouveau droit devant lui, sans obstacle, en direction du Tage, son miroir et son complément41.

19Ainsi est résumée la relation que le pouvoir souhaite établir entre son histoire nationale, née sur les rives du Tage, sa géographie impériale centrée sur Lisbonne, et l’action du régime sur la ville. Le choix du site de Belém apparaît comme le résultat de la rencontre entre des ambitions politiques et symboliques, des questions patrimoniales et architecturales, et des contraintes matérielles. Avec plus de temps, la possibilité de réaliser l’exposition derrière le monastère des hiéronymites aurait effectivement permis de faire profiter les visiteurs d’une vue exceptionnelle sur le fleuve. Mais l’essentiel aux yeux du régime était bien de border le fleuve et d’en faire le symbole d’une identité portugaise à nouveau tournée vers l’Atlantique. Lisbonne est bien le centre du monde portugais et se doit par conséquent d’incarner l’esprit national. Pour ce faire, de grands changements semblent nécessaires aux yeux des autorités pour transformer la capitale portugaise en un modèle d’urbanisme impérial, mais aussi d’ordre social et politique.

Commémorer la nation, discipliner la ville

  • 42 « em que jà se visione, pelo menos, a grandeza da obra » (AOS/CO/PC-22, rapport d’A. Ferro à A. Sal (...)
  • 43 « pelos processos modernos utilizados no estrangeiro » (ibid.).

20Avec les grandes commémorations et l’EHMP, la capitale continue d’être l’objet de l’attention du régime, qui entend faire la synthèse entre le passé prestigieux et le présent dynamique de Lisbonne. Le rapport de Ferro du 24 février 1938 donne la mesure des projets de l’État Nouveau pour sa capitale. Entre la restauration du patrimoine historique et la construction d’infrastructures modernes, Lisbonne doit sortir de cette opération métamorphosée, à des fins explicites de propagande. D’une part, le secrétaire à la propagande nationale préconise divers travaux à conclure ou à mener : la restauration du palais baroque de Queluz, à la périphérie de Lisbonne, celle du château médiéval de Saint-Georges, qui domine la ville et offre un des plus beaux points de vue sur les collines et l’embouchure du Tage, ainsi que celle du théâtre São Carlos, sur la grande place du Rossio. D’autre part, il suggère d’accélérer la construction des nouveaux « quartiers sociaux », ainsi que celle d’hôpitaux. Pour ces derniers, Ferro précise que les travaux devront être suffisamment avancés « afin que, du moins, on ait une vision de la grandeur de l’œuvre42 ». L’important n’est donc pas que ces hôpitaux soient opérationnels à partir de 1940, mais surtout qu’ils manifestent l’engagement sanitaire et social de l’État Nouveau aux yeux des visiteurs étrangers. Ferro insiste également sur la nécessité de détruire les bidonvilles de Lisbonne, tout comme ceux de Porto. Cette dernière préoccupation s’accompagne de tout un arsenal de mesures destinées à rendre la ville plus policée et plus conforme à l’image propre et pittoresque que Ferro souhaite diffuser : répression de la mendicité et du tapage nocturne, entretien des rues et attention portée à la présentation des vendeurs de journaux et des cireurs de chaussures, amélioration de l’éclairage des rues et mise en valeur, « par les procédés modernes utilisés à l’étranger43 », des principaux monuments de la ville. Autant d’actions destinées à donner de Lisbonne l’image d’une ville hygiénique, moderne, respectueuse de son passé impérial, soucieuse de ses habitants et accueillante pour les étrangers. Dans ce but, toute la nation, du chef du gouvernement à l’ouvrier du bâtiment, doit se mobiliser.

III. - Une cause nationale

  • 44 Les archives de Salazar conservent en effet des rapports officieux de commissaires, comme ceux d’Ar (...)

21À titre personnel, António de Oliveira Salazar était peu familier des problématiques et des réalités coloniales. Ministre des Colonies de manière transitoire, son intérêt pour les questions ultramarines a été avant tout motivé par la nécessité de tenir l’Empire comme entité politique unique et homogène et de sauver les finances angolaises d’une tutelle internationale. Il n’a nourri aucune passion particulière pour l’outre-mer, qu’il n’a d’ailleurs jamais visité. Il semble avoir pourtant suivi avec intérêt la préparation et la tenue de la plupart des expositions coloniales portugaises. Ses archives personnelles le montrent en effet attentif à deux paramètres : la bonne gestion de l’argent public et les effets des expositions sur l’image du Portugal, de l’État Nouveau et de lui-même44.

Salazar

  • 45 Léonard, 1999, p. 36.

22L’EHMP de 1940 est toutefois la seule exposition qui résulte directement de sa volonté personnelle. Salazar exprime publiquement son projet pour la première fois dans une « note officieuse », publiée le 27 mars 1938 dans le quotidien lisboète Diário de Notícias. L’ensemble du programme ainsi que les objectifs idéologiques du projet se trouvent ainsi posés par la plus haute autorité de l’État, et l’article va servir, pendant plus de deux années, de feuille de route à l’ensemble des forces politiques, culturelles et artistiques de la nation, toutes engagées dans ce projet pharaonique. La guerre européenne puis mondiale limite cependant considérablement l’impact de l’exposition à l’échelle internationale, accentuant davantage l’isolement portugais, mais aussi le sentiment partagé par la nation de vivre un destin unique45. La note du 27 mars 1938 s’inspire largement du rapport rédigé le 24 février précédent par Ferro, qui est le véritable chef d’orchestre du programme de l’année 1940. Ce rapport de 17 pages détaille les grands projets et les objectifs politiques du dispositif :

  • 46 « Dar um tónico de alegria e confiança em si próprio ao povo português, triste, arrastado, fatalist (...)

Offrir une cure de joie et de confiance en soi au peuple portugais, triste, alangui, fataliste, à travers l’évocation de huit siècles de son Histoire qui ont été, parallèlement, huit siècles d’Histoire du monde ;
Montrer la fermeté et l’éternité de notre indépendance à travers l’évocation de la Restauration de 1640 ;
Amener nos services, par la création d’un climat d’enthousiasme créateur, à accélérer le rythme des travaux en cours, à en initier d’autres, si possible, […] dans le but de souligner les capacités de réalisation du Portugal, ses services rendus à la civilisation, et le contraste impressionnant entre ses ressources, toujours minimes, et les résultats obtenus46.

  • 47 Léonard déconstruit le discours de l’Exposition de 1940, destiné à intégrer Salazar dans une galeri (...)
  • 48 « inspirador e organizador supremo » (Castro, A Exposição do mundo português, p. 15).

23Partiellement réalisé, ce programme détermine l’état d’esprit de l’année 1940 au Portugal et donne le coup d’envoi d’une opération de propagande et de grands travaux sans précédent dans le pays. Durant toute la durée des préparatifs et des festivités, Salazar suit méticuleusement l’avancement du projet, n’hésitant pas, si nécessaire, à intervenir personnellement, à trancher un certain nombre de conflits entre individus ou entre institutions. Cet engagement, conjugué à la puissance de la machine de propagande mise en mouvement par les services de Ferro, offre à Salazar l’occasion de renforcer son capital politique, puisque l’ensemble du dispositif est destiné à valoriser sa figure et son œuvre47. Salazar revêt ainsi les habits de sauveur de la nation, en tant qu’« inspirateur et organisateur suprême48 » des festivités de 1940. Parmi ses soutiens, c’est dans la hiérarchie catholique qu’il trouve le plus fervent d’entre eux, le cardinal patriarche de Lisbonne.

La caution de l’Église

  • 49 Manuel Gonçalves Cerejeira est la figure la plus marquante de l’Église portugaise au xxe siècle, ac (...)

24Pour renforcer le poids symbolique et spirituel de son projet, Salazar peut en effet compter sur son ami des bancs de la faculté, Manuel Gonçalves Cerejeira (1888-1977), cardinal patriarche de Lisbonne depuis 192949. Celui-ci apporte la caution de l’Église portugaise, dans un contexte de rapprochement continu entre l’État Nouveau et l’Église romaine. En effet, lorsque le cycle des commémorations nationales débute le 2 juin 1940, le Portugal vient tout juste de normaliser ses relations avec le Vatican par la signature d’un concordat.

  • 50 Ferreira, 1990 ; id., 1995.
  • 51 Id., 1990, p. 406.
  • 52 C’est dans cette localité du centre du Portugal que trois jeunes bergers ont assisté, entre mai et (...)
  • 53 « separação concordatária » (Cruz, 1988b, p. 12).

25La Première République portugaise a en effet porté de sérieux coups à l’hégémonie catholique dans le pays. Le personnel républicain et anticlérical arrivé au pouvoir après le 5 octobre 1910 prend en effet des mesures radicales de laïcisation de la vie politique et sociale, qui passent par la promulgation le 20 avril 1911 d’une loi de séparation de l’Église et de l’État50. Face à ces offensives républicaines, les élites catholiques se réorganisent et trouvent dans les cercles étudiants de l’université de Coimbra et du Centro académico da democracia cristã deux figures déterminantes pour l’histoire politique et religieuse du Portugal contemporain : le laïc António de Oliveira Salazar et l’ecclésiastique Manuel Gonçalves Cerejeira. L’Église catholique retrouve en fait très vite son influence : dès le lendemain de la première guerre mondiale, les institutions catholiques redeviennent audibles dans la vie politique nationale, et les relations diplomatiques avec le Vatican sont rétablies en 191951. Les crises répétées qui agitent le régime républicain permettent aux catholiques, renforcés par le miracle de Fatima de 191752, de retrouver leur influence. Cette influence est telle que, une fois le régime renversé par les militaires en 1926, c’est dans les cercles catholiques que ceux-ci vont chercher les gouvernants dont ils ont besoin, parmi lesquels António Salazar lui-même. Arrivé au pouvoir, celui-ci ne remet cependant pas en cause la totalité de l’acquis républicain et maintient notamment la séparation, choisissant de négocier avec le Saint-Siège un régime que Manuel Braga da Cruz qualifie d’habile « séparation concordataire53 ».

  • 54 Cahen, 2000, p. 310.
  • 55 Le patronage définit l’ensemble des privilèges concédés par le Saint-Siège à une autorité politique (...)
  • 56 Sur les longues négociations entre le Portugal et le Vatican, voir Cruz, 1988b, pp. 51-92 ; Reis, 2 (...)

26Dans les colonies, l’alliance entre le régime né du coup d’État de 1926 et l’Église se déploie sans entraves, chaque partie y trouvant son intérêt. En effet, les accords internationaux de la fin du xixe siècle et les dispositions du traité luso-britannique de 1891 ont affirmé la liberté religieuse en Afrique, offrant à l’islam mais aussi à de nombreuses Églises protestantes l’occasion de manifester leur vitalité dans les territoires d’outre-mer, surtout au Mozambique. Cette situation menace très sérieusement à la fois les objectifs nationalistes de Lisbonne et les intérêts spirituels de Rome, Michel Cahen n’hésitant pas à évoquer pour cette colonie une « situation de grande faiblesse » de la confession catholique dans les années de transition entre la dictature militaire et l’instauration de l’Acte colonial54. À cela s’ajoutent les effets de la loi de séparation appliquée à partir de 1913 aux territoires portugais d’Afrique et du Timor. Mettant un terme au Padroado dans ces territoires, la séparation accélère encore l’implantation d’un personnel catholique missionnaire non portugais envoyé par Rome, ce que Lisbonne considère comme une menace pour son emprise politique55. Face à ce double processus de « décatholicisation » et de « dénationalisation » du christianisme en Afrique portugaise, l’État portugais n’attend pas le concordat de 1940 pour promulguer des lois destinées à défendre les missionnaires catholiques et portugais contre les autres cultes et les autres nations. Tout au long des années 1920, avant comme après le coup d’État du 28 mai 1926, ces textes se succèdent, mettant à mal le principe de séparation. Ainsi le décret signé par João Belo le 13 octobre 1926 sur le statut des missions catholiques, suivi des accords d’avril 1928 et avril 1929 relatifs au patronage d’Orient ont-ils permis à l’État portugais de retrouver une partie de ses anciennes prérogatives liées au Padroado en échange d’une meilleure reconnaissance de l’Église en métropole. Il faut toutefois attendre le concordat et l’accord missionnaire du 7 mai 1940 pour que ces dispositions soient adoptées en total accord avec le Saint-Siège56.

  • 57 Message reproduit dans BAGC, n° 187, janvier 1941, pp. 89-102.
  • 58 BAGC, n° 145, juillet 1937.
  • 59 Il s’agit principalement des pavillons de la fondation, de la formation et de la conquête, de l’ind (...)
  • 60 AOS/CO/PC-22, A. Ferro, « Relatório sôbre as projectadas comemorações de 1939-1940 », le 24 février (...)

27Les commémorations qui suivent le concordat de quelques semaines sont l’occasion de sceller cette entente renouvelée, en réalité jamais sérieusement menacée. Pie XII (1939-1958) envoie même un message personnel de félicitations à l’occasion du début des commémorations57. Sans exercer de fonction officielle dans l’organigramme, Cerejeira est de toutes les cérémonies et de toutes les inaugurations, célébrant les nombreuses messes et bénédictions qui ponctuent les festivités, comme il l’avait d’ailleurs déjà fait en 1937 lors de l’inauguration de l’EHO58. L’Exposition de Belém, dont l’espace se déploie symboliquement autour du monastère des hiéronymites, donne le ton et dicte l’état d’esprit des commémorations. Or, si l’Église et les missions n’y bénéficient pas d’un pavillon exclusif, le catholicisme est omniprésent, comme si chaque étape de la vie nationale, correspondant à chacun des pavillons de la section historique59, était intrinsèquement guidée par une essence catholique portugaise, sans qu’il soit possible de séparer identité nationale et identité religieuse. La vie catholique trouve ainsi quelques lieux d’expression privilégiés dans le cadre de l’exposition, comme la maison de saint Antoine et la section coloniale. Saint Antoine de Padoue, patron de Lisbonne, est l’objet d’un culte populaire célébré le 13 juin. Les festivités lisboètes de l’année 1940 ont ainsi été particulièrement soignées60, et la maison du saint reproduite à l’EHMP représente la religiosité populaire du Portugal, fortement encouragée par le pouvoir. Mais c’est surtout dans le cadre de la section coloniale que l’action catholique est particulièrement bien identifiée par un pavillon des missions, qui fait également office de lieu de culte.

Des décrets et des escudos

  • 61 Júlio Dantas, médecin des armées, bibliothécaire et archiviste, homme politique conservateur et nat (...)

28Sur les six textes produits, arrêtés du président du conseil ou décrets du président de la République (tableau 12), cinq légifèrent sur l’organigramme des festivités de 1940 et de l’EHMP, nommant les membres de la CEC et son président l’homme de lettres Júlio Dantas (1876-1962)61, ainsi que le commissaire Castro.

Tableau 12. — Textes légiférant sur l’organisation des commémorations nationales et de l’EHMP

Textes

Commémorations

Arrêté du 11 avril 1938a

Constitution de la CEC

Arrêté du 2 juin 1938b

Avenant à l’arrêté du 11 avril 1938

Décret du 28 octobre 1938c

Nomination définitive et attributions
de la CEC

Décret du 5 novembre 1938d

Nomination du président de la CEC

Décret du 26 décembre 1938e

Nomination du commissaire général
de l’EHMP

Décret-loi du 2 février 1939f

Approbation du protocole additionnel
au contrat liant l’État
et les compagnies de gaz et d’électricité

a Ce décret est reproduit dans Revista dos centenários, n° 1, janvier 1939, p. 25.
b Ibid.
c Ibid., pp. 25-29.
d Ce décret est reproduit dans Revista dos centenários, n° 2, février-mars 1939, p. 24.
e Ibid.
f Ibid., pp. 24-25.

  • 62 « Resolução definitiva do caso da Tôrre de Belém » (AOS/CO/PC-22, A. Ferro, « Relatório sôbre as pr (...)

29Quant au dernier décret, il concerne l’occupation du sol, illustrant ainsi, comme dans le cas de la MTTIO de Naples, le poids des enjeux fonciers. Ce texte donne valeur de loi à un protocole signé entre l’État et les compagnies de gaz et d’électricité portugaises, sommées de libérer l’espace qu’elles occupent à Belém et de transférer leurs installations avant le mois de mai 1940. En effet, la mise en valeur du site de Belém, riche de son monastère et de sa tour, souffre considérablement, depuis des années, d’un voisinage que déplore déjà Ferro dans son rapport du 24 février 1938. Parmi les seize travaux à réaliser dans le cadre des commémorations nationales, la « résolution définitive du cas de la tour de Belém62 » figure en troisième position :

  • 63 « A questão da transferência do gazómetro para outro local arrasta-se há muito tempo sem resultado. (...)

La question du transfert du gazomètre vers un autre local se traîne depuis longtemps, sans résultat. On ne peut concevoir que, à l’heure où se dérouleront les commémorations de dates aussi significatives dans notre Histoire, par lesquelles nous prétendons exalter la valeur de notre race, son effort par les navigations et les conquêtes, ce magnifique monument, unique en son genre, ne soit pas définitivement libéré de ce voisinage humiliant et honteux, qui le couvre de charbon depuis près d’un demi-siècle. Le prolongement de cet état de fait donnerait, devant des étrangers, une triste idée de la mentalité portugaise, celle d’une lamentable indifférence pour notre patrimoine historique63.

  • 64 AHMOPTC, F8E/1-10, « Lisboa – zona marginal de Belém », s. d. (ca 1938).

30Des clichés du ministère des Travaux publics attestent en effet l’état d’abandon de la zone de Belém avant l’Exposition de 1940 (fig. 13)64. On y aperçoit clairement la tour de Belém, cernée par les bâtiments et les cheminées industrielles. Vraisemblablement prise à l’occasion des premiers travaux préparatoires – le groupe d’une vingtaine de personnes pouvant être constitué d’ingénieurs, d’architectes et d’une partie de la CEC –, cette image témoigne de l’effort immense, en termes d’aménagement urbain, qui a été consenti à la fin des années 1930 pour la ville de Lisbonne. La raison d’État, défendue par des individus zélés comme Augusto de Castro et surtout Duarte Pacheco, bien équipés sur le plan juridique, a ainsi permis la construction dans les temps de l’EHMP.

  • 65 Acciaiuoli, 1998, p. 193.
  • 66 AHU, Sala 6, NO 538, lettre du président de la CEC au ministre des Colonies, le 13 novembre 1939.
  • 67 Galvão, Portugal 1940, p. 18.
  • 68 AHU, Sala 6, NO 538, lettre du président de la CEC au ministre des Colonies, le 13 novembre 1939.

31Quant à son coût, il est rarement abordé par les historiens, en raison de la grande discrétion des sources à ce sujet. Margarida Acciaiuoli affronte la question, en s’appuyant sur un article du Diário de Lisboa, daté du 6 décembre 1940, qui évoque une dépense totale de 35520000 escudos65. Un autre montant, plus probable, est cependant mentionné dans les archives du ministère des Colonies, révélant un investissement total de 47 millions d’escudos pour la totalité de l’exposition66. Sur ce total supposé, Galvão précise, pour sa part, qu’il a disposé de 5 millions d’escudos pour monter sa section coloniale67. Sur ces 5 millions, les gouvernements coloniaux ont apporté une contribution de 3800000 escudos, le solde ayant vraisemblablement été versé par le ministère des Finances68. Outre l’effort des agents de l’État Nouveau, comme Castro, Ferro, Galvão ou Pacheco, le projet de l’EHMP a pu compter sur la mobilisation de nombreux groupes, tant culturels que professionnels, qui ont contribué à l’élaboration et à la construction du site.

Fig. 13. — Le site de Belém avant les travaux de l’EHMP, vue est-ouest, photographie non datée précisément (ca 1938) [AHMOPTC]

Fig. 13. — Le site de Belém avant les travaux de l’EHMP, vue ouest-est, photographie non datée précisément (ca 1938) [AHMOPTC]

Fig. 13. — Le site de Belém avant les travaux de l’EHMP, vue sud-nord, photographie non datée précisément (ca 1938) [AHMOPTC]

Classiques et modernes sous Salazar

  • 69 Cette société a été le foyer de la réaction au projet architectural de l’EHMP. Son président, le co (...)
  • 70 Ibid., p. 222.

32D’un point de vue artistique et culturel, l’EHMP est considérée par les historiens de l’art et de la pensée comme le moment ultime où se sont exprimées les sensibilités modernistes qui s’étaient manifestées au lendemain de la première guerre mondiale. La production architecturale et figurative de l’EHMP résonne ainsi du clivage entre « classiques » et « modernes » à la fin des années 1930. Épisode de fortes tensions politiques, institutionnelles et esthétiques, entre le SPN et la conservatrice Sociedade nacional de belas artes69, l’EHMP apparaît davantage comme un point d’arrivée que comme un point de départ du modernisme portugais, son chant du cygne, qui précède une période de glaciation de la politique culturelle du régime70.

  • 71 Id., 1980, p. 37.
  • 72 Portela, 1982, p. 76.
  • 73 Ibid., p. 75.

33Douze architectes, dix-neuf sculpteurs et quarante-trois peintres ont été sollicités par le commissariat de l’exposition71. La section coloniale et le pavillon de la colonisation ont ainsi bénéficié de la contribution des architectes Carlos Ramos (1897-1969, pavillon de la colonisation) et Jorge Segurado (1898-1990, section coloniale), du peintre Almada Negreiros (auteur des panneaux du pavillon de la colonisation72), ou du paysagiste Fausto Sampaio (1893-1956, dont 91 toiles représentant des scènes de l’Empire portugais ont été réparties dans l’ensemble de la section coloniale). Parmi les sculpteurs, on retient les noms de Leopoldo de Almeida (1898-1975), coauteur avec l’architecte en chef de l’exposition, Cottinelli Telmo, du Padrão dos descobrimentos, encore visible aujourd’hui à Belém, ainsi que Francisco Franco (1885-1955), auteur de la statue Soberania (« Souveraineté ») et du portrait de Salazar portant sa toge académique, déjà produit pour l’Exposition de Paris de 1937 et exposé à toute occasion depuis73. Enfin, le graphiste suisse Fred Kradolfer (1903-1968), maître incontesté de la publicité artistique au Portugal, est l’auteur du plan de l’EHMP (fig. 12).

  • 74 « filho de S. Tomé e neto de Angola » (Ambrósio, 1979, p. 10).
  • 75 Preto, Salazar e a sua época.
  • 76 Medina, 1978, pp. 145-146.

34Parmi ces individus se détache la figure de José de Almada Negreiros. Ce « fils de S. Tomé et petit-fils d’Angola74 » est né dans l’île de São Tomé en 1893, dans une des plus grandes plantations de cacao de l’île, la Roça Saudade, qu’il quitte à l’âge de 2 ans pour Lisbonne. Il est le fils d’António Lobo Almada Negreiros, fonctionnaire colonial passionné par l’Empire, écrivain, poète et journaliste, auteur d’œuvres littéraires et d’opuscules consacrés à l’Afrique. Sa mère, Elvira Freire Sobral, est la fille naturelle d’un Portugais de Santarém et d’une Angolaise née à Benguela. Son grand-père maternel a été un des colons européens les plus puissants et influents d’Afrique portugaise durant le dernier quart du xixe siècle. L’ancrage colonial et africain de l’artiste ne doit cependant pas nous inciter à surinterpréter son œuvre : ayant perdu sa mère à l’âge de 3 ans, n’ayant pour ainsi dire jamais vécu avec son père, dont on sait cependant qu’il suivait l’activité littéraire, Almada Negreiros ne s’est jamais considéré comme un artiste « colonial » ou « africain ». Il a néanmoins collaboré aux trois principales expositions coloniales portugaises des années 1930, témoignant d’une part de son intérêt pour la propagande politique et d’autre part de son adhésion, même tiède, au nouveau régime. Sur l’échiquier politique, il se situe dans un premier temps à proximité de l’extrême droite nationale syndicaliste, collaborant au journal Revolução et illustrant même en 1933 un violent opuscule de Rolão Preto contre Salazar75. Il met cependant rapidement son talent à la disposition du nouveau gouvernement. Proche de Ferro, avec lequel il partage la même sensibilité moderniste, on lui doit l’introduction du futurisme au Portugal. Au début des années 1930, il évolue entre les cercles philo-fascistes et les groupes plus officiels du salazarisme animés par Ferro76. En une décennie, il cède aux séductions du pouvoir et de l’académisme. Ainsi, lui qui avait rédigé en avril 1916 un « Manifesto anti-Dantas », dénonciation provocatrice de l’académisme et de l’immobilisme bourgeois de la vie culturelle portugaise incarnés à ses yeux par Júlio Dantas, collabore treize ans plus tard au projet de la CEC, que préside le même Dantas. Son parcours illustre et résume le dévoiement du projet artistique moderniste au Portugal, enterré en grande pompe à Belém. Ainsi le décor fastueux de l’EHMP abrite-t-il les images et les messages de la doctrine nationale, servie par de nombreux intellectuels et universitaires, dont certains surmontent leur aversion pour la dictature afin de célébrer, malgré tout, la vocation impériale de leur petit pays.

Partisans et opposants

  • 77 Voir chap. v de cet ouvrage, pp. 148-149.
  • 78 Rolo, 2004.
  • 79 CEC, Congresso do mundo português.
  • 80 « O mestiçamento nas colónias portuguesas », « Factores degenerativos na população portuguesa e seu (...)

35Dans ses conceptions intellectuelles et culturelles, l’EHMP regroupe les individus qui font autorité dans tous les domaines. On retrouve ainsi sans surprise l’anthropologue de Porto António Mendes Correia, qui avait tant contribué au programme scientifique de l’ECP de 193477. Devenu maire de Porto en 1936, charge qu’il occupe jusqu’en 1942, il siège à ce titre à la CEC78. Il contribue également au Congresso nacional de ciências da população, l’un des dix congrès organisés dans le cadre de l’EHMP79. On repère dans les titres des trois conférences qu’il y prononce les mêmes analyses eugénistes que six ans auparavant : « Le métissage dans les colonies portugaises », « Facteurs dégénératifs dans la population portugaise et moyens de les combattre », et « L’élément portugais dans la démographie brésilienne »80.

  • 81 Cortesão, Cartilha do povo.
  • 82 Pour une chronologie précise de l’année 1940 dans la vie de Cortesão, Pedroso, 1987, pp. 85-91.
  • 83 Il s’agit sans doute de la plus grave crise du « règne » de Salazar, confronté à la candidature à l (...)

36La participation de l’historien Jaime Cortesão (1884-1960) s’avère en revanche plus surprenante et donne une idée du consensus qui règne autour de l’Empire portugais. Républicain, démocrate, député de Porto en 1915, il publie en 1916, à la demande du ministre de la Guerre José Norton de Matos, une brochure de propagande en faveur de l’intervention du Portugal aux côtés de la Grande-Bretagne81. En 1917, il se porte volontaire pour le front français, où il est envoyé comme médecin militaire. Gazé, il rentre au Portugal en 1918, où il reçoit la Croix de guerre, mais subit rapidement les persécutions politiques de la dictature de Sidónio Pais. Après la guerre, il accède à la direction de la Bibliothèque nationale du Portugal en 1919, à l’âge de 35 ans. Son engagement politique et intellectuel dans les années 1920 et 1930 est considérable. En 1927, il doit s’exiler à la suite du coup d’État de 1926 et anime depuis Paris l’opposition à la dictature militaire, puis à Salazar. Après la proclamation de la république en Espagne, il s’y installe et professe à l’université de Séville. En 1939, lorsque les troupes de Franco pénètrent dans Barcelone, il rejoint à nouveau la France, Paris d’abord, puis Biarritz. Après la défaite militaire de la France, il tente un retour au Portugal mais, appréhendé par la PVDE à la frontière espagnole, il retrouve rapidement les cachots de la forteresse de Peniche dans le centre du pays puis ceux de la prison d’Aljube à Lisbonne. Libéré par la PVDE le 19 octobre 1940, il trouve le temps de parcourir les allées de l’EHMP et même d’y prononcer deux conférences au Congresso do mundo português qui y est organisé82. Au lendemain de cette étrange journée, officiellement banni par le gouvernement, il quitte le Portugal pour Rio de Janeiro, où il mène une intense activité d’enseignant, de propagandiste et d’éditorialiste. Il ne rentre définitivement au Portugal qu’en 1957, trois ans avant sa mort. Il y connaît une dernière fois la prison en 1958, à l’âge de 74 ans, en pleine crise politique du régime83, pour être finalement libéré sous la pression des campagnes de presse organisées au Brésil.

37Sa participation au congrès de 1940 peut difficilement être interprétée comme une compromission politique, mais plutôt comme l’occasion de faire entendre sa voix d’opposant dans son propre pays, juste avant l’exil. Pourtant, c’est bien une contribution et même une caution que cet intellectuel de renom offre au régime qu’il combat par ailleurs. Fonctionnaires, artistes, hommes d’Église, universitaires et intellectuels ont ainsi été enrôlés dans la célébration de la nation et de l’Empire portugais en 1940. Mais l’engagement ne s’arrête pas à ces catégories sociales et professionnelles. La mobilisation des ouvriers, en particulier ceux du bâtiment sans lesquels aucun pavillon ne pourrait sortir de terre, préoccupe également le commissaire Castro et le secrétaire à la propagande Ferro.

Le chantier de tout un pays

  • 84 AOS/CO/PC-22, A. Ferro, « Relatório sôbre as projectadas comemorações de 1939-1940 », le 24 février (...)
  • 85 « Trabalhos preparatórios para as construções ».

38La question de la disponibilité de la main-d’œuvre, en particulier dans le secteur de la construction, s’est effectivement posée avec acuité. Le pays accuse un retard industriel important par rapport à d’autres pays d’Europe occidentale, et les autorités craignent de manquer d’une main-d’œuvre adaptée aux ambitions du gouvernement en matière de construction et de restauration pour les festivités de 1940. Le problème est déjà posé par Ferro dans son rapport du 24 février 1938. Il y souligne la nécessité de mettre en place des normes de travail exceptionnelles destinées à augmenter les rendements. Ces normes concerneraient autant les services bureaucratiques que le régime de la main-d’œuvre84. Treize mois plus tard, les capacités du secteur du bâtiment sont toujours au cœur des préoccupations du commissaire Castro. Dans son rapport d’étape à Salazar du 27 mars 1939, il s’étend longuement sur la question de la mobilisation, des conditions de travail et de rémunération des ouvriers du site, dont le chantier s’est ouvert le 15 février précédent85 :

  • 86 Soit un million d’escudos. Un conto équivaut à 1000 escudos.
  • 87 Il s’agit de la principale compagnie de transports urbains de Lisbonne, encore en activité aujourd’ (...)
  • 88 « Segundo uma informação técnica, qualquer dêstes pavilhões se pode construir em quatro meses, […] (...)

Selon une information technique, chacun des pavillons peut être construit en quatre mois […]. Le problème se résume par conséquent à étudier la capacité industrielle que l’on peut attendre du pays dans le secteur de la construction.
Chaque année, on édifie à Lisbonne un volume de construction qui correspond à un montant de cent mille contos86, ce qui permet d’envisager la possibilité de mobiliser, sans recourir à aucune mesure spéciale, la main-d’œuvre nécessaire.
Nous estimons que, pour les travaux de moindre envergure, il serait possible de mobiliser entre trois et quatre mille ouvriers et apprentis, en les recrutant dans les régions qui souffrent le plus de la crise du travail. Dans cette hypothèse, nous envisageons la possibilité de les installer dans les maisons de la propriété du duc de Cadaval, à Pedrouços, qui nous ont été prêtées par la chambre municipale de Lisbonne dans ce but, et d’autres installations sont à l’étude. Un service de transports est envisagé avec la compagnie Carris de Ferro87 et avec la société Estoril, afin de permettre le déplacement des ouvriers du centre de Lisbonne vers Belém. La sécurité sociale et l’assistance sanitaire des travailleurs sont également à l’étude88.

  • 89 AOS/CO/PC-22, A. Ferro, « Relatório sôbre as projectadas comemorações de 1939-1940 », le 24 février (...)
  • 90 Rosas, 1986, pp. 93-94.

39Ainsi, et contrairement à Ferro un an plus tôt, Castro estime qu’aucune mesure particulière au regard du droit du travail ne doit être envisagée, à condition de drainer toute la force de travail disponible du pays vers le site de Belém. Cette différence de point de vue s’explique probablement par le fait que le commissaire de l’EHMP oublie – ou feint d’oublier – les autres projets liés aux commémorations, comme les plans de restauration de châteaux et d’autres édifices historiques, la construction de l’aéroport de Lisbonne, de la route Lisbonne – Cascais, d’un certain nombre d’hôpitaux et de quartiers populaires, ou bien encore du stade de Benfica89. Son optimisme va de pair avec une plus grande préoccupation pour les conditions de vie des ouvriers et une vision plus large de la situation sociale du pays, notamment cette « crise du travail », ce chômage qui ne dit pas son nom et qui s’est abattu sur les ouvriers portugais avec la crise économique de 192990. Pourtant, avec à peine quelques semaines de retard sur le programme, et malgré la guerre qui fait trembler l’Europe depuis septembre 1939, l’EHMP est inaugurée le 23 juin 1940, en présence des plus hautes instances de l’État portugais : le président Carmona, le Premier ministre Salazar, le cardinal patriarche Cerejeira et tout le gouvernement, réunis pour une fête qui se prolonge jusqu’au 2 décembre 1940. Fermant les yeux sur le conflit européen, tout le pays célèbre sa grandeur séculaire.

IV. - L’aveuglement impérial

40L’EHMP raconte l’histoire exceptionnelle d’un petit pays ayant résisté aux appétits musulmans puis castillans, ayant bâti son indépendance et sa puissance par son audace, et ayant trouvé en la personne de Salazar son nouveau guide protecteur en ces temps troublés de rivalités et de guerres intereuropéennes. Cette narration se déploie dans les différents secteurs de l’exposition, consacrés à l’histoire et à la vie des régions métropolitaines, insulaires et ultramarines, mais aussi aux communautés portugaises éparpillées dans le monde et aux héritages de la présence lusitanienne au Brésil. C’est tout une géopolitique, symbolique et complexe, qui se déploie ainsi, dans laquelle l’Empire occupe une place plus ambiguë que six ans auparavant, lors de l’ECP de Porto, partageant le haut de l’affiche avec le folklore et la culture populaire métropolitaine mise en scène dans le « Centre régional », si cher à Ferro. Pourtant, dans cette économie générale, les colonies demeurent un élément central de l’identité nationale salazariste, entre les héritages prestigieux de l’Empire asiatique et les nouvelles promesses de richesse du continent africain.

Perles d’Asie, filons d’Afrique

  • 91 Pélissier, 1993, p. 8.
  • 92 Alexandre, 1993b.

41L’éclatement géographique caractérise l’Empire portugais tel qu’il se présente entre les deux guerres mondiales. Aux colonies héritées du « premier Empire » centré sur l’Asie et sur le commerce des épices seraient venues s’ajouter les colonies dites du « troisième Empire », centré sur l’Afrique et né de la perte des colonies sud-américaines, qui formaient pour leur part le cœur du « deuxième Empire ». Cette succession schématique de séquences impériales hermétiques les unes aux autres est désormais fortement mise en cause par les historiens. En effet, le contact des Portugais avec l’Afrique est bien antérieur à leur présence en Asie, et d’autre part le continent africain a été un pivot indispensable du commerce luso-asiatique, sans parler de son rôle comme pourvoyeur de main-d’œuvre de l’Empire luso-brésilien, par la traite et l’esclavage. Ainsi les territoires impériaux portugais ont-ils constamment interagi91. Le regard des élites portugaises sur l’Afrique a néanmoins clairement subi une évolution radicale entre l’indépendance du Brésil de 1822 et l’Acte colonial de 1930 : au rêve d’inventer un « nouveau Brésil », riche, puissant, socialement et racialement original, s’est ajoutée la volonté de résister à la poussée des rivaux européens dans le cadre du scramble des années 1870-191492. Les manières de se représenter les huit territoires de l’Empire portugais contemporain sont tributaires de cette longue histoire. En outre, cet héritage s’articule avec les stéréotypes occidentaux attachés à chaque civilisation : rigueur chinoise, paresse et gaîté africaines, et mystère indien s’élaborent et se consolident dans les représentations impériales portugaises de la période. En outre, les colonies sont également perçues en fonction de leur rôle dans l’économie impériale, ce qui explique l’importance quantitative et qualitative des discours et des images consacrés aux deux grandes colonies africaines, l’Angola et le Mozambique, riches de leur potentiel humain, agricole, minier et commercial.

  • 93 On pense notamment au concours du « village le plus portugais », organisé par le SPN de Ferro, ains (...)

42Ainsi, les choix scénographiques de la section coloniale de l’EHMP de Lisbonne confirment-ils la supériorité culturelle des deux colonies asiatiques. Macao et les territoires indiens sont en effet les deux seules colonies à être représentées dans le jardin colonial sous la forme de « rues » (fig. 14), les ressortissants africains et timorais étant réunis dans des « villages » de cases (fig. 15). La distinction est ainsi suggérée entre civilisations urbaines et rurales, les premières étant implicitement supérieures aux secondes, quoique la propagande officielle portugaise valorise considérablement, en métropole, le « village portugais » et l’identité rurale du pays93. Mais ce qui vaut pour la métropole ne vaut pas toujours pour les colonies : l’image des territoires et des peuples d’Afrique apparaît clairement moins valorisée dans ses manifestations culturelles. En revanche, les cinq territoires d’Afrique incarnent plus explicitement la richesse, du moins la promesse de richesse, de l’Empire portugais.

  • 94 « a menos conhecida das nossas colónias » (BAGC, août-septembre 1930, p. 209).
  • 95 Schouten, 2001.
  • 96 Ibid., p. 162.
  • 97 « joias preciosas do nosso passado histórico, que merecem o nosso carinho, mas cujo desenvolvimento (...)

43Quant à la partie orientale de l’île de Timor, aux confins de l’Asie et de l’Océanie, c’est « la moins connue de[s] colonies94 » portugaises. Son statut est ambigu : héritage de l’ancien Empire portugais d’Asie, cette colonie ne bénéficie pas pour autant de l’image positive et prestigieuse des deux autres colonies d’Orient encore portugaises au xxe siècle. La raison est certainement à rechercher du côté des campagnes militaires encore nécessaires afin de « pacifier » définitivement le pays. La présence de deux régulos ayant apporté leur soutien militaire aux gouverneurs portugais dans les années 1912-1914 confirme ce sentiment mêlé des Portugais à l’égard d’une « vieille » colonie encore rebelle. Prestigieuse car séculairement portugaise, elle demeure stigmatisée dans le regard portugais par un « retard » de civilisation95. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si les populations timoraises font l’objet, à partir du milieu des années 1930, de nombreuses études d’anthropologie physique de la part d’António Mendes Correia, qui observe ces indigènes in vivo à l’occasion de leur venue en métropole en 1934 et en 194096. Les trois colonies d’Asie sont pourtant considérées par Penha Garcia, directeur de la SGL en 1930, comme des « bijoux précieux de notre passé historique, qui méritent toute notre affection, mais dont le développement obéit à des critères différents de celui de notre œuvre africaine97 ».

Fig. 14. — EHMP (1940), rue de Macao (Exposição do mundo português, rua de Macau), photographie prise le 13 octobre 1940 (archives du quotidien O Século, image cédée par l’IANTT)

Fig. 15. — EHMP (1940), section coloniale, village guinéen (Exposição do mundo português, Secção colonial, aldéia da Guiné), photographie prise le 13 octobre 1940 (archives du quotidien O Século, image cédée par l’IANTT)

44Aux « perles » asiatiques de l’Empire s’opposent les territoires d’Afrique. Dans la section, l’ordonnancement des pavillons suit une logique surprenante. Les trois pavillons de la section sont en effet respectivement consacrés à la Guinée portugaise, aux colonies insulaires et aux deux grands territoires du continent africain. Les trois territoires regroupés dans le pavillon des colonies insulaires sont les îles du Cap-Vert, l’archipel de São Tomé e Príncipe et la partie orientale de l’île de Timor, défiant toute logique géographique, mais répondant, selon l’organisateur Galvão, aux contraintes d’espace et de budget disponibles.

Le poids des mythes

  • 98 « Roma-imperial tinha o seu mar, um mar próprio, em propriedade quase exclusiva : o Mediterrâneo. F (...)

La Rome impériale avait sa propre mer, propriété pour ainsi dire exclusive : la Méditerranée. Nous, les Portugais, avons réduit cette mer romaine à sa situation contemporaine de mer intérieure, dévoilant et ouvrant au monde l’océan Atlantique d’abord, suivi des océans Indien et Pacifique. Sans l’ouverture, au xixe siècle, du canal de Suez – déjà rêvé des Portugais et des Vénitiens au xvie siècle –, la Méditerranée, impasse sans issue, serait, encore aujourd’hui, à peine un vaste lac intérieur98.

  • 99 Nous n’avons trouvé aucun élément biographique sur ce personnage, sollicité par la puissante Liga a (...)
  • 100 Ribeiro, 2004, pp. 72-151.
  • 101 Le Portugal existe dans ses frontières approximatives depuis 1139 et l’arrivée sur le trône d’Alpho (...)
  • 102 « uma feira onde só se vende história » (França, 1982, p. 153).
  • 103 Il s’agit de la fin de la période d’union des couronnes ibériques (1580-1640), qui a vu le roi Phil (...)

45Ainsi est résumé le passage d’une hégémonie maritime à une autre, une transition économique et politique qui s’opère au xvie siècle avec ce que l’on nomme les Grandes Découvertes initiées par les Portugais et les Espagnols. Ce texte, qui introduit le Congresso de agricultura colonial, prononcé le 27 août 1934 à Porto par Manuel de Figueiredo99, est un exemple parmi d’autres de l’historiographie officielle et nationale des Découvertes. Décrivant le passage d’un monde clos méditerranéen à un vaste monde atlantique, les Portugais y apparaissent comme les éclaireurs des mers et les héritiers des Romains. La geste des Découvertes fonde ainsi à la fois l’identité nationale et l’essence impériale d’un « petit pays » qui peine à trouver sa place dans le concert européen et à se penser comme un « centre » à l’échelle du monde100. Contrairement à l’Italie, le Portugal a la « chance » d’être un État-nation ancien, le plus ancien d’Europe dans ses frontières contemporaines101. Ce donné historique réel permet à la propagande de l’État Nouveau de multiplier les références à un passé impérial qui autorise de nombreux développements sur l’originalité et l’ancienneté de l’expansion portugaise outre-mer, présentée à l’origine comme le prolongement de la « reconquête » de la péninsule Ibérique sur l’Islam. Comme dans le cas italien, continuité et linéarité permettent de dresser des parallèles audacieux entre l’expansion voulue par l’Infant Henri à l’aube du xve siècle et le projet impérial de Salazar. L’historien de l’art José Augusto França définit ainsi l’Exposition de 1940 comme « une foire où l’on ne vend que de l’histoire102 ». Comme l’exposition qui se déroule au même moment à Naples, elle se décompose en diverses sections, dont la première est consacrée à la narration du « destin impérial » portugais. On retrouve le même discours téléologique. Les pavillons qui se succèdent racontent l’histoire d’une vieille nation, scandée par des temps forts : sa fondation, sa consolidation, son expansion, son indépendance vis-à-vis de l’Espagne103, sa domination outre-mer, enfin la gloire retrouvée sous le nouveau régime.

Grands hommes et anonymes : la gloire en commun

  • 104 Caldeira, 1995.
  • 105 Léonard, 1999.

46Dans un article destiné à évaluer la production, l’influence et les canaux de diffusion du discours historique sous l’État Nouveau, Arlindo Caldeira fait quelques observations sur le rapport qu’entretient le régime avec le passé. Parmi les caractéristiques de ce lien, il souligne la mise en valeur du héros individuel comme incarnation de l’essence de la nation. Les héros du panthéon salazariste sont des hommes d’action, militaires ou politiques, souvent habités d’une spiritualité quasi mystique. Citant un discours de Salazar, Caldeira recense sept personnages, au premier rang desquels Henri le Navigateur, incarnation du rêve impérial portugais et de ses réalisations104. Yves Léonard s’est penché sur la parenté symbolique élaborée à l’occasion des commémorations de 1940 entre Salazar et Henri : leur vie discrète et ascétique, leur simplicité, leur piété et leur soumission aux grands desseins de la nation relient ces deux personnages que cinq siècles séparent105.

  • 106 Margarido, 1975.

47Aussi trouve-t-on des images et des références à l’Infant de Sagres dans la plupart des expositions portugaises, à l’étranger, en métropole ou dans les colonies. Ses portraits les plus fameux circulent d’un site à l’autre, notamment une statue en pied, dont la présence est avérée à Anvers en 1930, à Paris en 1931 puis en 1937, à Naples en 1934, à New York en 1939, enfin à l’EHMP en 1940. Elle fait systématiquement pendant à une statue d’Alphonse de Albuquerque, figure guerrière de la conquête et « inventeur », selon la doctrine officielle, du modèle de colonisation du Portugal. À ces deux figures s’ajoutent celles de l’écrivain Luis de Camões et du navigateur Vasco de Gama, qui reposent dans l’église du monastère des hiéronymites, au cœur du monument qui signe dans la pierre l’âge d’or de l’expansion et de la puissance portugaises dans le monde, et qui organise l’espace de l’Exposition de 1940. Le choix de Camões, préféré à son contemporain Fernão Mendes Pinto (1509-1583), auteur d’une Peregrinação (« Pérégrination ») et autre témoin des aventures maritimes du xvie siècle, ne doit rien au hasard, si l’on en croit Alfredo Margarido. Cette œuvre, publiée seulement en 1614, ne cache pas les inquiétudes de son auteur face aux premières manifestations de l’impérialisme portugais et aux premiers faits de violence coloniale auxquels il assiste. Pour cette raison, la cour de Jean II lui aurait, dès l’époque, préféré Camões, le chantre de l’épopée impériale, dont l’œuvre confirme sans ambiguïté les Portugais dans leurs droits de conquérants. Trois siècles plus tard, Mendes Pinto ne fait toujours pas l’objet du même culte officiel que son contemporain106.

  • 107 Thomaz, 2001, pp. 73-74.
  • 108 Léonard, 2004.
  • 109 BAGC, n° 187, janvier 1941, numéro spécial consacré aux commémorations.

48Mais l’Empire portugais est aussi l’affaire de tous. Et là interviennent des conceptions culturelles et anthropologiques propres aux Portugais. Dans le pays, une école anthropologique étudie depuis le dernier tiers du xixe siècle la « psychologie ethnique » du peuple lusitanien. Depuis cette période s’est ainsi élaborée l’image du « bon peuple portugais ». Selon cette école, l’identité nationale se fonderait sur un certain nombre d’invariants culturels, encore étudiés au xxe siècle par l’anthropologue Jorge Dias, élève de Mendes Correia107. La propagande de l’État Nouveau, par le biais du Secretariado da propaganda nacional, s’est attachée à diffuser, à l’étranger comme à l’intérieur du pays, l’image du Portugais travailleur, humble, attaché à sa terre et à sa patrie, routinier, pieux, bon et naïf. C’est le même peuple qui fait la grandeur du Portugal outre-mer. Aux conquérants d’avant-hier – Alphonse de Albuquerque – et d’hier – Mousinho de Albuquerque – succèdent les colonisateurs d’aujourd’hui qui, à la sueur de leur front, font prospérer l’Empire et donnent à l’entreprise coloniale une dimension spirituelle. Dans les expositions, ces anonymes sont encensés et leurs qualités se déclinent dans les diverses sections. Ainsi les « vieux colons » de l’Empire font-ils l’objet d’un hommage appuyé108. Yves Léonard a étudié la venue d’une soixantaine d’entre eux, originaires d’Angola, largement couverte par une presse dithyrambique. Le BAGC consacre des dizaines de pages à la venue en métropole de ces héros et à l’accueil chaleureux qu’ils ont reçu, tant de la part des autorités que de la part de l’opinion publique109.

Un « paradis clair et triste »

  • 110 Saint-Exupéry, Lettre à un otage, cité par Léonard, 1999, p. 27.
  • 111 CEC, boîte n° 23, rapport du président de la CEC au chef de cabinet de Salazar, le 2 octobre 1939, (...)
  • 112 Ibid., p. 5.
  • 113 « Ainda mais durante a guerra ! », Diário de Notícias, 26 mars 1940, reproduit dans Castro, Exposiç (...)

49Le caractère intempestif et même déplacé de l’exposition portugaise aux portes d’une Europe qui se déchire a été maintes fois souligné, y compris par ses contemporains. Les commentaires mélancoliques d’Antoine de Saint-Exupéry, en transit à Lisbonne vers les États-Unis du 16 novembre au 21 décembre 1940, évoquent un « paradis clair et triste110 », résument l’image d’un Portugal sourd et aveugle au reste du monde, drapé dans le culte de sa grandeur passée. La guerre est même l’occasion pour les chantres du salazarisme de célébrer la sagesse d’un chef qui préserve son pays des tourments d’un monde hostile. La question de savoir si le Portugal doit mettre un terme aux célébrations planifiées est néanmoins posée le 2 octobre 1939 dans le rapport qu’adresse le président de la commission exécutive Júlio Dantas au chef de cabinet de Salazar. À cette date, 20 millions d’escudos ont déjà été dépensés pour le montage de l’EHMP111. Pour cette raison, Dantas milite en faveur du maintien de l’ensemble du programme112. Ce maintien est conditionné par quelques aménagements destinés à circonscrire les commémorations à leur dimension politique, en laissant de côté certains projets jugés trop ludiques et en renonçant à la dimension internationale de l’événement. Les économies ainsi dégagées doivent compenser les effets de la guerre sur l’économie portugaise, comme l’inflation des prix. Convaincu par ces arguments, Salazar décide de maintenir les célébrations et même d’en faire un motif supplémentaire de fierté nationale dans une Europe en feu. Aussi le commissaire Castro publie-t-il dans le Diário de Notícias du 26 mars 1940 une tribune au titre explicite : « Plus que jamais pendant la guerre113 ! ». Déplorant le conflit et déclarant tout le mal qu’il pense de la guerre, il ajoute :

  • 114 « Sob o ponto de vista das compensações materiais […], a situação criada às Comemorações pela aguda (...)

Du point de vue des compensations matérielles, […] la situation qui s’impose aux Commémorations par la crise internationale aiguë dans laquelle se débat le monde est certainement un mal, dont nous devons anticiper et accepter les contingences. Mais, du point de vue spirituel, à la lumière de la vérité nationale que nous voulons proclamer, la guerre ajoute une opportunité incontestable, d’ordre international, que nous ne devons pas éviter, mais bien au contraire dont il convient de profiter solennellement, afin de porter, le plus loin possible, la preuve, le témoignage et l’engagement de cohésion, de foi et de génie universel que les Commémorations signifient.
Dans une Europe fragilisée par les luttes matérielles, il ne sera pas inutile de démontrer la suprématie de l’Esprit. Dans un Monde divisé par les dissensions de la force et par le paroxysme de la violence, il ne sera pas déplacé d’affirmer l’existence et la confiance dans le Droit. Au moment où les frontières tombent comme des châteaux de cartes sous le tumulte des ambitions et où la carte des nations se redessine à la dynamite, la démonstration pacifique et unanime de la grande réalité d’une Patrie, immuable à travers les siècles, représente la victorieuse proclamation d’un solide Exemple National, qui ne saurait laisser indifférent114.

  • 115 Léonard, 1993, p. 60.
  • 116 AOS/CO/PC-22, dossier n° 7, « Vinda a Portugal de missões especiais e extraordinárias de Governos e (...)

50On repère facilement sous le style ampoulé et l’usage abusif des majuscules dont Castro est coutumier l’ambition de diffuser l’image d’un Portugal solide et éternel dans un monde en révolution. Fustigeant l’emploi de la force, Castro reprend à son compte l’appareil idéologique de l’État Nouveau, celui d’une identité portugaise fondée sur la civilisation, le Droit et l’Esprit par opposition aux ambitions vaines et triviales de puissances européennes à la dérive. Avec seulement quelques semaines de retard, l’inauguration de l’EHMP a donc bien lieu115. Elle réunit toutes les sommités politiques et religieuses de l’État Nouveau, en présence de représentations diplomatiques clairsemées d’une quarantaine de nations, dont les principaux belligérants116.

  • 117 Rosas, 1988, p. 113.
  • 118 Casablanca, film de M. Curtiz, avec I. Bergman et H. Bogart, 1942. Sur le Portugal et Lisbonne pend (...)

51C’est dans ce contexte paradoxal que 3 millions de visiteurs parcourent pendant un peu plus de cinq mois les allées d’une exposition unanimement jugée comme brillante. Sur ces 3 millions, combien de réfugiés européens en transit vers les États-Unis, le Brésil ou l’Argentine sont venus assister à ce triomphe dérisoire ? Lisbonne a en effet changé de physionomie avec le déclenchement de la guerre et surtout la défaite de la France : des milliers de réfugiés traversent les Pyrénées et l’Espagne pour tenter leur chance depuis un des derniers ports accessibles d’Europe occidentale. La prudence de Salazar, inquiet des rumeurs d’invasion allemande avec l’aide de l’Espagne franquiste, et sa déclaration de neutralité dès le 1er septembre 1939117 font de la capitale portugaise une ville où trafics, espions et tractations secrètes évoquent la Casablanca de Michael Curtiz118.

Notes

1 « Política do espírito » est une formule forgée par A. Ferro lui-même en vue de désigner son action.

2 La PVDE devient en 1945 la PIDE, puis la PIDE-DGS en 1969 ; Léonard, 1996, pp. 121-128.

3 On pense en particulier aux organisations de jeunesse, comme l’Acção Escolar vanguarda, créée en 1933 et ancêtre de la Mocidade portuguesa de 1936, aux organisations paramilitaires comme la Legião portuguesa (1936), ainsi qu’à des organisations de loisirs comme la Fundação nacional para a alegria no trabalho (1935) ; ibid., pp. 139-148.

4 Il exprime le souhait que de grandes commémorations nationales soient organisées dès mars 1938, dans une « note officieuse » publiée dans la presse quotidienne ; Salazar, « Independência de Portugal », pp. 2-7.

5 CEC, Comemorações nacionais.

6 Augusto de Castro Sampaio Corte-Real (1883-1971) a été journaliste, écrivain, diplomate et homme politique. Il rédige ses premières chroniques pour le quotidien O Século, avant de diriger le Diário de Notícias à partir de 1919. Il embrasse la carrière diplomatique à partir de 1924 et occupe son premier poste à Londres, puis auprès du Saint-Siège où il se distingue en négociant les accords sur le Padroado português do Oriente signés en 1928. La même année, il rejoint Bruxelles, où il contribue à la participation portugaise à l’Exposition coloniale d’Anvers. En 1931, il quitte Bruxelles pour Rome, où il facilite à nouveau la participation portugaise à la MIAC de Naples en 1934. Il retrouve en 1935 son poste à Bruxelles, qu’il quitte à la fin de l’année 1938 pour assumer la fonction de commissaire général de l’EHMP, puis retourner à son premier métier.

7 Léonard, 1999, p. 27.

8 Son action a principalement consisté à renforcer les liens économiques entre la métropole et les colonies, en accentuant la dépendance économique et en légiférant sur les implantations industrielles dans les colonies, les cultures obligatoires, le travail forcé, la réforme fiscale, le protectionnisme des marchés coloniaux ; s. v. « Machado, Francisco Vieira », dans Brito, Rosas, 1996, pp. 535-536.

9 BAGC, n° 150, décembre 1937, p. 362.

10 BAGC, n° 59, juillet 1930, p. 175.

11 Cayolla, « Um alto serviço ».

12 AHU, Casa forte, dossiers nos 959, 970 et 979, « ECP 1934, correspondance ».

13 TC, dossier n° 151 6 1937 918, « Comissão executiva da EHO », le 28 décembre 1939.

14 AHU, Sala 3, NO 2887, rapport du colonel Eduardo Alfredo de Araújo Barbosa au ministre des Colonies, novembre 1938, vol. 1, fos 51-53.

15 Joaquim Mousinho de Albuquerque (1855-1902) a marqué son époque par ses exploits africains mais aussi comme administrateur du Mozambique. C’est avec la victoire de Chaimite en 1895 qu’il accède à la légende et reçoit de nombreux honneurs officiels. Très critique à l’égard de la politique coloniale de la monarchie, affecté par une campagne dénonçant ses agissements inhumains en Afrique, et rendu amer par les intrigues autour de sa personne, il se suicide en 1902 ; en 1935, il a déjà fait l’objet d’une modeste exposition hommage organisée à Lisbonne par l’AGC.

16 Gungunhana ou Gungunhama (ca 1850-1906) est le dernier souverain de l’Empire mozambicain de Gaza. Fait prisonnier après la victoire de Chaimite, il est transporté à Lisbonne, puis Monsanto, et finit sa vie aux Açores.

17 Carlos Viegas Gago Coutinho (1869-1949), officier de marine, est connu pour avoir, avec Artur de Sacadura Freire Cabral, traversé l’océan Atlantique en 1922, reliant Lisbonne à Rio de Janeiro.

18 « não resultaram, pois, do acaso ou da prioridade do Descobrimento, mas principalmente de uma especial preparação teórica e prática » (AGC, Catálogo da Exposição histórica da ocupação, vol. 1, p. 121).

19 « [E]sta Exposição colonial de 1937 será, portanto, um importante passo na útil propaganda dos nossos direitos a conservar as Colónias » (ibid., p. 122).

20 « descobrir, ocupar e civilizar » (ibid.).

21 « A história da Colonização dos Portugueses não oferece brecha na sua continuidade » (ibid., p. 145).

22 « o pensamento colonial segue o seu curso imperturbável, por vezes mal compreendido » (ibid.).

23 Ibid., p. 2.

24 « Nesta pequena sala, em que se procurou evocar o drama da nossa acção colonial, criando um ambiente de piedoso recolhimento, o visitante manterá por certo um respeitoso silêncio. Á sua imaginação deve representar-se o sacrifício de tantas vidas tombadas pela Pátria, o drama intenso dêsse holocausto grandioso » (ibid., p. 233).

25 Vargaftig, 2014b.

26 Voir la revue de presse du BAGC, n° 150, décembre 1937, pp. 311-346.

27 « Teve esta Exposição a freqüência que a sua grandiosidade impunha ? Estamos a crer que não. É admissível a afirmação de que, pelo interior do Palácio do Parque, transitaram todos ou quási todos os portugueses das “elites” morais e intelectuais, todos os portugueses possuidores dum perfeito e desanuviado sentido patriótico. Estes, porém, a despeito do seu natural predomínio na vida da nação, constituem uma lamentável minoria » (« Um acontecimento », Diário de Luanda, 20 septembre 1937, reproduit ibid., p. 341).

28 Couto, 2000, p. 217.

29 « if the imperial city was the centre of the world, the empire was now at the heart of the urban experience » (Driver, Gilbert, 1999, p. 3).

30 Almeida, Corkill, 2009 ; Cunha, 2001.

31 Damien de Góis (1502-1574) est un diplomate, un voyageur et un historien portugais qui a entretenu une correspondance avec de nombreux intellectuels de la Renaissance européenne, dont Luther, Melanchthon et Érasme. Sa correspondance, ses traductions et ses écrits témoignent des effets des Découvertes sur la puissance et sur la vie intellectuelle de son pays. Il défend ardemment l’expansion portugaise, au nom de l’évangélisation des peuples entrés en contact avec les Européens. Il manifeste également dans sa production littéraire un profond intérêt pour le christianisme éthiopien, ce qui entraîne la mise à l’index d’une partie de ses ouvrages.

32 Ibid., p. 276.

33 Sebastião José de Carvalho e Melo, marquis de Pombal (1699-1782), est l’homme politique qui a marqué le xviiie siècle portugais. De petite noblesse, il accède en 1738 à des charges nationales, d’abord comme diplomate. Entre 1750 et 1777, il gouverne le Portugal en tant que ministre de D. José Ier, mais passe les cinq dernières années de sa vie en exil. Il applique à son pays une politique proche du « despotisme éclairé » que l’on retrouve alors ailleurs en Europe. Son legs est considérable, de l’organisation militaire et commerciale de l’Empire à la reconstruction de Lisbonne après le tremblement de terre de 1755.

34 Pinto, 1999, pp. 42-51.

35 Rafael, 1992-1993, p. 65.

36 « dictator of Lisbon » (ibid., p. 74).

37 Ibid., pp. 65-66.

38 « Pareceu-me desde o primeiro momento que uma Exposição do Mundo Português – quere dizer, uma Exposição da História de Portugal – não poderia afastar-se da vida do Tejo, nossa estrada universal, caminho histórico da nossa imortalidade, centro geográfico da nossa civilização latina e atlântica » (« O pensamento e o programa da Exposição », article paru dans les quotidiens nationaux le 3 février 1939, reproduit dans Castro, A Exposição do mundo português, p. 16).

39 « terrenos vagos da Junqueira até Belém » (AOS/CO/PC-22, rapport d’A. Ferro à A. Salazar, le 24 février 1938).

40 « Quando assumi as funções de Comissário da Exposição duas soluções me foram propostas : o enorme, inculto e deserto espaço que fica por trás dos Jerónimos, oferecendo um local magnífico, acessível e condições panorâmicas excepcionais – e o terreno livre em frente da Igreja e do Mosteiro até ao rio, que poderia ir, em largura, desde a Praça Afonso de Albuquerque até à Tôrre de Belém. Para adoptar a primeira destas soluções era, porém, necessária uma prévia urbanização do local, obra demorada e impossível de realizar dentro do curto espaço de tempo que nos resta até à Primavera de 1940, data das Comemorações. Só, portanto, a segunda solução – o terreno diante dos Jerónimos – era possível. Mas essa mesma solução condicionada a algumas demolições indispensáveis, já previstas mais ou menos no plano de urbanização daquela zona » (« O pensamento e o programa da Exposição », article paru dans les quotidiens nationaux le 3 février 1939, reproduit dans Castro, A Exposição do mundo português, pp. 16-17).

41 « A Alta visão e decisão do Sr. Presidente do Conselho, a vontade inteligente e inflexível do Sr. Ministro das Obras Públicas e o apoio da Câmara municipal venceram tôdas as dificuldades. As demolições e remoções vão ser antecipadas. A grande praça em frente dos Jerónimos ficará integrada na Exposição e será o seu grande átrio de honra, como melhor não se poderia sonhar. […] Em 1940 os Jerónimos voltarão a olhar de frente, sem embaraços, o Tejo, seu espelho e seu complemento » (ibid., pp. 17-18).

42 « em que jà se visione, pelo menos, a grandeza da obra » (AOS/CO/PC-22, rapport d’A. Ferro à A. Salazar, le 24 février 1938, p. 9, nous soulignons).

43 « pelos processos modernos utilizados no estrangeiro » (ibid.).

44 Les archives de Salazar conservent en effet des rapports officieux de commissaires, comme ceux d’Armando Cortesão pour l’Exposition d’Anvers, Henrique Galvão pour l’ECP de Porto, António Eça de Queiroz pour celle de Naples, et Augusto de Castro pour l’EHMP ; AOS/CO/ UL-1B, AOS/CO/PC-12A et AOS/CO/PC-22.

45 Léonard, 1999, p. 36.

46 « Dar um tónico de alegria e confiança em si próprio ao povo português, triste, arrastado, fatalista, através da evocação dos oito séculos da sua História que fôram, simulteneamente, oito séculos da História do Mundo ; / Mostrar a firmeza e a eternidade da nossa independência através da evocação da Restauração de 1640 ; / Levar os serviços, pela formação dum clima de entusiasmo criador, a acelerar o ritmo dos trabalhos que tenham em mãos, a iniciar outros […] no objectivo de sublinhar a capacidade realizadora de Portugal, os seus serviços à Civilização, e o contraste impressionante entre os nossos recursos, sempre diminutos, e os resultados obtidos » (AOS/CO/PC-22, A. Ferro, « Relatório sôbre as projectadas comemorações de 1939-1940 », le 24 février 1938).

47 Léonard déconstruit le discours de l’Exposition de 1940, destiné à intégrer Salazar dans une galerie de personnages historiques mythiques, depuis le fondateur de la nation Alphonse Henri jusqu’au roi caché DomSébastien, en passant par Henri le Navigateur ; Léonard, 1993, pp. 100-115.

48 « inspirador e organizador supremo » (Castro, A Exposição do mundo português, p. 15).

49 Manuel Gonçalves Cerejeira est la figure la plus marquante de l’Église portugaise au xxe siècle, acteur central des grandes réformes ecclésiales du pays et des relations entre l’Église et l’État, grâce notamment à sa longévité à la tête du diocèse de Lisbonne et à sa très longue amitié avec Salazar ; Matos, 2001.

50 Ferreira, 1990 ; id., 1995.

51 Id., 1990, p. 406.

52 C’est dans cette localité du centre du Portugal que trois jeunes bergers ont assisté, entre mai et octobre 1917, à plusieurs apparitions de la Vierge, leur délivrant un message pour la paix, pour la prière et contre le communisme. Ce miracle est un des événements les plus marquants du catholicisme portugais au xxe siècle ; ibid.

53 « separação concordatária » (Cruz, 1988b, p. 12).

54 Cahen, 2000, p. 310.

55 Le patronage définit l’ensemble des privilèges concédés par le Saint-Siège à une autorité politique laïque en échange de l’entretien par cette dernière des établissements ecclésiastiques situés sur son territoire. Concrètement, le roi nomme aux bénéfices les plus importants et perçoit une bonne partie des revenus ecclésiastiques. Le Padroado portugais tire son origine de la prise de Ceuta en 1415, suivie de l’érection du diocèse en 1417, et des bulles de 1452 et 1454 qui concèdent au roi Alphonse V le patronage ecclésiastique sur les évêchés africains puis asiatiques. Cependant le Portugal perd rapidement les moyens d’assurer son engagement missionnaire, et le Saint-Siège n’a de cesse de contourner le Padroado pour installer sa propre juridiction dans les diocèses d’outre-mer, au moyen de la congrégation de Propaganda Fide à partir de 1622 et de la création de vicariats apostoliques concurrents des diocèses. La situation s’aggrave avec le lent démantèlement de l’Empire colonial portugais : de nombreux évêchés ultramarins sont confrontés à une double autorité ecclésiastique et à un clergé non portugais mis en place par le Saint-Siège. L’institution est sauvée par un accord bilatéral en 1886, ne laissant l’intégralité des droits de Padroado qu’aux diocèses où demeurent effectivement de nombreux fidèles portugais, alors que dans les autres, le roi est dépouillé de ses droits en l’absence manifeste du clergé portugais. L’indépendance de l’Inde porte le coup final au Padroado : en 1950, le Portugal renonce à ses droits sur les Églises des Indes ; Boxer, 1969 ; Xavier, 2008.

56 Sur les longues négociations entre le Portugal et le Vatican, voir Cruz, 1988b, pp. 51-92 ; Reis, 2006, pp. 140-180.

57 Message reproduit dans BAGC, n° 187, janvier 1941, pp. 89-102.

58 BAGC, n° 145, juillet 1937.

59 Il s’agit principalement des pavillons de la fondation, de la formation et de la conquête, de l’indépendance, des découvertes et de la colonisation ; « Exposição do mundo português ».

60 AOS/CO/PC-22, A. Ferro, « Relatório sôbre as projectadas comemorações de 1939-1940 », le 24 février 1938.

61 Júlio Dantas, médecin des armées, bibliothécaire et archiviste, homme politique conservateur et nationaliste, il occupe dans les années 1920 plusieurs postes ministériels. Dès les années 1890, il s’essaie également à la création littéraire sous toutes ses formes. Il incarne aux yeux des modernistes un académisme moribond.

62 « Resolução definitiva do caso da Tôrre de Belém » (AOS/CO/PC-22, A. Ferro, « Relatório sôbre as projectadas comemorações de 1939-1940 », le 24 février 1938).

63 « A questão da transferência do gazómetro para outro local arrasta-se há muito tempo sem resultado. Não se concebe que, quando se realizarem as comemorações de tão significativas datas da nossa História, nas quais se pretende exaltar o valor da raça, o seu esfôrço nas navegações e conquistas, aquele belíssimo monumento, único no seu género, não esteja definitivamente livre da vergonhosa e humiliante vizinhança que há perto de meio século o encarvôa. A continuação dêste estado de coisas daria, perante estrangeiros, uma triste idea da mentalidade portuguesa, dum lamentável desapêgo ao nosso património histórico » (ibid.).

64 AHMOPTC, F8E/1-10, « Lisboa – zona marginal de Belém », s. d. (ca 1938).

65 Acciaiuoli, 1998, p. 193.

66 AHU, Sala 6, NO 538, lettre du président de la CEC au ministre des Colonies, le 13 novembre 1939.

67 Galvão, Portugal 1940, p. 18.

68 AHU, Sala 6, NO 538, lettre du président de la CEC au ministre des Colonies, le 13 novembre 1939.

69 Cette société a été le foyer de la réaction au projet architectural de l’EHMP. Son président, le colonel Ressano Garcia, a réalisé un cycle de conférences hostiles au « groupe de Ferro », accusant les protégés du secrétaire à la propagande d’être des « communistes », des « ennemis de la civilisation chrétienne », des « révolutionnaires sociaux, sans idéal, sans Dieu, sans morale », des « juifs » devant être bannis du Portugal, comme ils l’ont été dans l’Allemagne d’Adolf Hitler, l’idole du colonel. Malgré le succès public des conférences et leur publication dans le périodique des jésuites Brotéria, Garcia perd sa bataille, et avec lui l’académisme portugais, du moins en 1940 ; França, 1991, pp. 51-53.

70 Ibid., p. 222.

71 Id., 1980, p. 37.

72 Portela, 1982, p. 76.

73 Ibid., p. 75.

74 « filho de S. Tomé e neto de Angola » (Ambrósio, 1979, p. 10).

75 Preto, Salazar e a sua época.

76 Medina, 1978, pp. 145-146.

77 Voir chap. v de cet ouvrage, pp. 148-149.

78 Rolo, 2004.

79 CEC, Congresso do mundo português.

80 « O mestiçamento nas colónias portuguesas », « Factores degenerativos na população portuguesa e seu combate », et « O elemento português na demografia do Brasil » (cités par Matos, 2006, p. 273).

81 Cortesão, Cartilha do povo.

82 Pour une chronologie précise de l’année 1940 dans la vie de Cortesão, Pedroso, 1987, pp. 85-91.

83 Il s’agit sans doute de la plus grave crise du « règne » de Salazar, confronté à la candidature à la présidence de la République du général d’opposition Humberto Delgado (1906-1965), à laquelle Galvão n’est pas totalement étranger d’ailleurs. L’État Nouveau a alors dû mobiliser tous les moyens d’intimidation, de répression et de fraude électorale pour écarter cette menace. Delgado finit par choisir l’exil en 1959 et soutient Galvão lors de sa tentative de coup d’État du Santa Maria en 1961. Il meurt assassiné en Espagne par des agents de la PIDE le 13 février 1965.

84 AOS/CO/PC-22, A. Ferro, « Relatório sôbre as projectadas comemorações de 1939-1940 », le 24 février 1938.

85 « Trabalhos preparatórios para as construções ».

86 Soit un million d’escudos. Un conto équivaut à 1000 escudos.

87 Il s’agit de la principale compagnie de transports urbains de Lisbonne, encore en activité aujourd’hui.

88 « Segundo uma informação técnica, qualquer dêstes pavilhões se pode construir em quatro meses, […] O problema reduz-se portanto ao estudo da capacidade industrial que, no ramo de construção, se pode esperar no País. / Edifica-se em Lisboa, anualmente, um volume de construção correspondente à cifra de cem mil contos, o que faz prever a possibilidade de se conseguir, sem recorrer a nenhuma medida especial, a mão de obra necessária. / Julgamos que para os trabalhos de menor responsabilidade se poderão mobilizar entre três a quatro milhares de operários e de serventes, deslocando-os das regiões que sofrem maior crise de trabalho. Para essa ipótese está já prevista a organisação de instalações nas casas da Quinta do Duque de Cadaval, em Pedrouços, que nos foram cedidas pela Câmara Municipal de Lisboa para êsse efeito, e estudamos nêste momento outras instalações. Um serviço de transportes está estudado com a Companhia Carris de Ferro e com a Sociedade Estoril, de forma a permitir a deslocação dos operários do centro de Lisboa para Belém. O Seguro social e a Assistência sanitária trabalhadora estão também estudados » (AOS/CO/PC-22, rapport d’A. de Castro à A. Salazar, le 27 mars 1938).

89 AOS/CO/PC-22, A. Ferro, « Relatório sôbre as projectadas comemorações de 1939-1940 », le 24 février 1938.

90 Rosas, 1986, pp. 93-94.

91 Pélissier, 1993, p. 8.

92 Alexandre, 1993b.

93 On pense notamment au concours du « village le plus portugais », organisé par le SPN de Ferro, ainsi qu’à la section régionale de l’EHMP, qui reproduit la vie rurale des provinces portugaises ; Ó, 1999.

94 « a menos conhecida das nossas colónias » (BAGC, août-septembre 1930, p. 209).

95 Schouten, 2001.

96 Ibid., p. 162.

97 « joias preciosas do nosso passado histórico, que merecem o nosso carinho, mas cujo desenvolvimento obedece a critério diferente do da nossa obra africana » (Garcia, « Alguns conceitos fundamentais », p. 163).

98 « Roma-imperial tinha o seu mar, um mar próprio, em propriedade quase exclusiva : o Mediterrâneo. Fomos nós, portugueses, que reduzimos êsse mar romano à situação em que se encontra, de mar interior, desvendando e abrindo ao Mundo, o Atlântico, primeiro, o Índico e o Pacífico, depois. Sem a abertura, no século xix, do Canal de Suez – sonho já dos Portugueses e venezianos do século xvi – o Mediterrâneo, beco sem saída, seria ainda hoje, apenas, um grande lago interior » (Figueiredo, O significado histórico, p. 3).

99 Nous n’avons trouvé aucun élément biographique sur ce personnage, sollicité par la puissante Liga agrária do Norte pour prononcer le discours inaugural du Congresso de agricultura colonial. Dans cette conférence, il développe la thèse d’un Empire portugais historiquement et politiquement indivisible, appelé à jouer un rôle de premier plan dans la production agricole mondiale, dont l’ambition doit être le resserrement des liens économiques entre la métropole et ses colonies.

100 Ribeiro, 2004, pp. 72-151.

101 Le Portugal existe dans ses frontières approximatives depuis 1139 et l’arrivée sur le trône d’Alphonse Henriques ou Alphonse Ier (1109 ?-1185), vainqueur sur les Maures à la bataille d’Ourique. L’existence « officielle » du pays date de 1143, lorsque le royaume de Léon reconnaît le Portugal par le traité de Zamora.

102 « uma feira onde só se vende história » (França, 1982, p. 153).

103 Il s’agit de la fin de la période d’union des couronnes ibériques (1580-1640), qui a vu le roi Philippe II d’Espagne, puis ses fils Philippe III et IV régner sur le Portugal après la « disparition » du roi Dom Sébastien à la bataille de Ksar el-Kébir en 1578. Cette période est perçue dans l’histoire nationale et nationaliste portugaise comme une occupation, voire une usurpation, et la date de 1640 célébrée comme le retour à l’indépendance.

104 Caldeira, 1995.

105 Léonard, 1999.

106 Margarido, 1975.

107 Thomaz, 2001, pp. 73-74.

108 Léonard, 2004.

109 BAGC, n° 187, janvier 1941, numéro spécial consacré aux commémorations.

110 Saint-Exupéry, Lettre à un otage, cité par Léonard, 1999, p. 27.

111 CEC, boîte n° 23, rapport du président de la CEC au chef de cabinet de Salazar, le 2 octobre 1939, p. 3.

112 Ibid., p. 5.

113 « Ainda mais durante a guerra ! », Diário de Notícias, 26 mars 1940, reproduit dans Castro, Exposição do mundo português, pp. 33-39.

114 « Sob o ponto de vista das compensações materiais […], a situação criada às Comemorações pela aguda crise internacional em que se debate o Mundo é certamente um mal, cujas contingências temos antecipadamente de aceitar. Mas, sob o aspecto espiritual, à luz da verdade nacional que queremos proclamar, a guerra acrescenta uma oportunidade incontestável, de ordem externa, que longe de devermos evitar, nos cumpre solenemente aproveitar, para levarmos, o mais longe possível, a prova, o testemunho e o compromisso de coesão, de fé e de génio universal que as Comemorações significam. / Numa Europa enfraquecida pelas lutas materiais não será inútil demonstrar uma supremacia do Espírito. Num Mundo dividido pelas dissenções da fôrça e pelo paroxismo da violência não será descabido afirmar a existência e a confiança do Direito. Num momento em que as fronteiras caem, como castelos de cartas, sob o vendaval das ambições e o mapa das nações se refaz à dinamite, a pacífica, unânime, demonstração da grande realidade duma Pátria, representa a vitoriosa proclamação dum sólido Exemplo Nacional, que não pode ser indifferente » (ibid., pp. 35-36).

115 Léonard, 1993, p. 60.

116 AOS/CO/PC-22, dossier n° 7, « Vinda a Portugal de missões especiais e extraordinárias de Governos estrangeiros », rapport du ministère des Affaires étrangères à Salazar, juin 1940.

117 Rosas, 1988, p. 113.

118 Casablanca, film de M. Curtiz, avec I. Bergman et H. Bogart, 1942. Sur le Portugal et Lisbonne pendant la seconde guerre mondiale, voir Couto, 2000, pp. 270-273 ; Telo, 1987 ; Carrilho, 1989 ; Rosas, 1990. Sur la question spécifique de l’accueil des enfants réfugiés, voir Vargaftig, 2001.

Table des illustrations

Légende Fig. 12. — EHMP (1940), plan général de l’exposition par le designer Fred Kradolfer (collection Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, Nanterre)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/11653/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Légende Fig. 13. — Le site de Belém avant les travaux de l’EHMP, vue est-ouest, photographie non datée précisément (ca 1938) [AHMOPTC]
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/11653/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. 13. — Le site de Belém avant les travaux de l’EHMP, vue ouest-est, photographie non datée précisément (ca 1938) [AHMOPTC]
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/11653/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende Fig. 13. — Le site de Belém avant les travaux de l’EHMP, vue sud-nord, photographie non datée précisément (ca 1938) [AHMOPTC]
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/11653/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Fig. 14. — EHMP (1940), rue de Macao (Exposição do mundo português, rua de Macau), photographie prise le 13 octobre 1940 (archives du quotidien O Século, image cédée par l’IANTT)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/11653/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Légende Fig. 15. — EHMP (1940), section coloniale, village guinéen (Exposição do mundo português, Secção colonial, aldéia da Guiné), photographie prise le 13 octobre 1940 (archives du quotidien O Século, image cédée par l’IANTT)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/11653/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 38k

© Casa de Velázquez, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search