Version classiqueVersion mobile

Des Empires en carton

 | 
Nadia Vargaftig

Chapitre VI. Vie et mort d’une capitale d’empire

La Mostra triennale delle terre italiane d’oltremare de Naples (1940)

Texte intégral

  • 1 Labanca, 2002, p. 192.
  • 2 L’illustrazione italiana, p. 697.
  • 3 MacKenzie, 1984, p. 108.

1Le 9 mai 1940, Naples fête les quatre ans de la proclamation de l’Empire qui a suivi l’entrée dans Addis-Abeba des troupes de Pietro Badoglio1. Le roi-empereur Victor-Emmanuel III inaugure en grande pompe la Mostra triennale delle terre italiane d’oltremare (MTTIO), dont la fermeture est initialement prévue pour le 15 octobre de la même année. Finalement, l’entrée en guerre de l’Italie le 10 juin 1940 interrompt brutalement cette fête impériale, fermant les portes de cette enceinte implantée dans l’ancien bourg agricole de Castellana, à l’ouest de la métropole napolitaine, dans la banlieue ouvrière de la région de Fuorigrotta. Les travaux eux-mêmes ont duré un peu plus de 500 jours, comme aime à le rappeler la propagande afin de souligner le caractère démesuré du projet2. De ce chantier sort un complexe gigantesque de 100 hectares, comparable par sa superficie à l’ECI de Paris (110 hectares), et même supérieur à l’Empire Exhibition de Wembley (89 hectares)3, qui aurait sans doute permis, sans la guerre, à l’Italie d’attirer l’attention européenne sur ses capacités coloniales.

  • 4 Voir chap. iv de cet ouvrage, pp. 124-130.

2La « préhistoire » de la MTTIO remonte aux initiatives de l’EAFIT, lorsque celle-ci se propose d’organiser la première exposition d’art colonial, qui se déroule à Rome en 1931. Bien des péripéties politiques et administratives mènent à la décision officielle de faire de l’événement, devenu napolitain en 1934, une exposition triennale, dont la maîtrise revient finalement aux intérêts de l’État et du parti fascistes4. Le caractère grandiose de la MTTIO plonge toutefois ses racines dans le printemps de l’année 1936, lorsque l’Empire devient une réalité politique et administrative, dans le contexte de la campagne d’Éthiopie et de la mobilisation totale de la société italienne contre la politique de sanctions votée par l’assemblée générale de la SDN. Ce contexte immédiat se conjugue à la politique urbaine que le régime applique à la ville de Naples, afin de faire de l’ancienne capitale des Bourbons la nouvelle capitale du nouvel Empire. Ce « tournant » de la politique extérieure et intérieure du régime fait alors entrer le pays dans sa phase la plus radicale. La préparation, le montage et la construction de la MTTIO en témoignent à divers titres : d’une part dans ses aspects organisationnels, à travers la mise à l’écart définitive de l’EAFIT et la nomination d’un fasciste de la première heure à la tête du projet, d’autre part dans la soumission de toute la société locale aux intérêts et aux priorités du projet, enfin à travers l’élaboration d’un discours impérial particulièrement abouti.

I. - En prélude : le printemps éthiopien de 1936

  • 5 Sindacato fascista romano degli autori e scrittori, Il libro coloniale del tempo fascista.

3Organisées respectivement à Rome et à Florence au printemps de l’année 1936, deux expositions reflètent les événements militaires et politiques majeurs de la première moitié d’une année marquée depuis l’automne 1935 par le début de la campagne d’Éthiopie, la laborieuse victoire italienne, la mobilisation et l’enrôlement de toute la société face aux sanctions, enfin la proclamation de l’Empire le 9 mai 1936. La première, organisée par le Sindacato fascista romano degli autori e scrittori, bénéficie du haut patronage de Victor-Emmanuel III ainsi que du soutien matériel des ministères des Colonies et de la Presse et de la Propagande. Intitulée Il libro coloniale del tempo fascista5 (« Le livre colonial sous l’ère fasciste »), elle se déroule au palais des expositions de Rome et rassemble 3000 livres, cartes et imprimés consacrés à l’activité italienne outre-mer. Elle bénéficie de la contribution de 61 organismes et institutions (tableau 10), parmi lesquels de nombreux ministères, tous les instituts coloniaux du pays, les sociétés de géographie, des universités, des musées, des chambres de commerce, des congrégations religieuses, autrement dit toutes les entités engagées dans la vie coloniale sous ses aspects économiques, sociaux, médicaux, scientifiques, spirituels ou intellectuels.

  • 6 « La lotta fra Italia e Affrica [sic] dura da trenta secoli. Fu Roma a vincervi Annibale, a imprigi (...)

4Aux 60 entités répertoriées dans ce tableau s’ajoute la Società italiana anti-schiavista, depuis longtemps engagée en faveur d’une intervention italienne contre les pratiques jugées inhumaines de l’Empire éthiopien. Or, c’est notamment le thème de l’esclavagisme « féodal » abyssin qui a motivé la campagne de 1935-1936. Aucune documentation ne permet d’évaluer la fréquentation de l’exposition, dont l’attrait peut néanmoins sembler a priori limité, l’essentiel ayant consisté en une succession de vitrines de livres, de journaux et de publications diverses, au potentiel scénographique limité. Une mise en vitrine attire toutefois l’attention du visiteur, celle qui exhibe la tenue d’apparat du ras éthiopien Mulughietà, ministre de la Guerre du Négus, chef de la plus importante armée du front Nord, tué le 27 février 1936 par les troupes de Badoglio. La présentation, solennellement encadrée par deux soldats, un zaptié et un ascari, illustre d’une part le respect rendu à l’ennemi vaincu lorsque sa valeur militaire le justifie et d’autre part le recours conventionnel des fascistes aux références romaines (fig. 6). L’emprunt aux traditions militaires antiques est d’ailleurs explicitement assumé dans l’introduction au catalogue de l’exposition : « La lutte entre l’Italie et l’Afrique dure depuis trente siècles. Rome y a vaincu Hannibal, capturé Jugurtha, soumis les Ptolémée6 ». Ainsi les Abyssins sont-ils perçus comme les descendants des Carthaginois, des Numides et des Ptolémaïques et ne sont que les perdants d’une lutte millénaire où Rome et ses descendants fascistes sont destinés à gagner par les armes et par la civilisation.

Tableau 10. — Organisations participant à l’Exposition Il libro coloniale del tempo fascista, printemps 1936

Organisations

Nombre

Musées et bibliothèques

5

Chambres de commerce,
organisations professionnelles, entreprises

6

Hôpitaux, cliniques et instituts de pathologie

3

Organisations militaires et paramilitaires

4

Congrégations et communautés religieuses

12

Gouvernements coloniaux
et administrations locales

5

Instituts coloniaux et sociétés de géographie

16

Universités et organismes de formation

3

Ministères et administrations centrales

6

Source
Sindacato fascista romano degli autori e scrittori, Il libro coloniale del tempo fascista, pp. IX-X.

  • 7 Società Dante Alighieri, Catalogo della Mostra dell’Etiopia italiana.

5Au même moment, Florence accueille une exposition consacrée à l’Éthiopie italienne, dans les salles du palais Nonfinito qui abrite depuis 1924 le Museo nazionale di antropologia ed etnologia de Florence7. Organisée par l’antenne florentine de la Società Dante Alighieri, inaugurée le 23 mai 1936, dix-huit jours après l’entrée des troupes de Badoglio dans Addis-Abeba, cette exposition est une initiative du président de la section florentine de la Dante, le colonel Gaetano Marchese. Réalisée sous la pression de l’actualité militaire, elle n’a pu voir le jour dans des délais aussi brefs que grâce au soutien de nombreuses personnalités et institutions, auxquelles un hommage est rendu :

Fig. 6. — Exposition Il libro coloniale del tempo fascista (1936), manteau du ras Mulughietà (ASMAE-MAI, Africa III, dossier n° 47)

  • 8 « Se la nostra idea ha potuto uscire dal limbo delle buone intenzioni per diventare realtà concreta (...)

Si notre idée a pu émerger des limbes des bonnes intentions pour devenir une réalité concrète en moins de deux semaines, nous le devons à S. E. Marzano, préfet de Florence, à M. Felicioni, président général de la Dante Alighieri, au secrétaire fédéral [du Partito nazionale fascista] Ricciardi Pollini, ainsi qu’au recteur de l’université de Florence, le professeur De Vecchi.
Nous remercions le professeur Puccioni, directeur de l’Institut anthropologique, qui nous a soutenus à l’aide de sa grande compétence scientifique, les ministres, les autorités militaires, l’ensemble des exposants, ainsi que le comité d’organisation8.

  • 9 Vial, 2003, pp. 136-138.

6Ces longs remerciements témoignent de l’engagement conjoint des hommes politiques, des militaires, des intellectuels et des fonctionnaires autour de ce modeste projet. Ils soulignent à nouveau la force du consensus qui entoure la campagne militaire, renforcé par le sentiment d’injustice dû aux sanctions9. Cette exposition de circonstance permet ainsi la rencontre des objectifs nationalistes de la Dante avec les intérêts de politique intérieure du parti, représenté par le secrétaire fédéral, ceux du gouvernement, représenté par le préfet de Toscane et les ministres, et ceux des universitaires et des militaires, tous engagés dans l’organisation d’une exposition qui reflète parfaitement l’atmosphère de propagande intense des années 1935-1936. Précipitamment montée, cette exposition ne trompe pourtant personne : dans le détail du catalogue, l’essentiel des objets exposés sont en réalité d’origine érythréenne ou somalienne, rendant manifeste le caractère récent et superficiel de l’implantation italienne en Abyssinie. Sur dix salles, une seule est réellement consacrée à l’Éthiopie, évoquant la campagne militaire tout juste achevée. L’organisation de cette exposition relève bien davantage de la formule incantatoire que de la volonté de représenter une réalité qui n’existe pas, celle d’une Éthiopie italienne à peine sortie de la guerre de conquête.

7Les deux expositions du printemps 1936, très secondaires en termes de fréquentation et d’impact culturel, servent prioritairement des objectifs politiques : faire-valoir du régime et du Duce, elles sont avant tout destinées à occuper l’espace politique et à faire entrer l’Éthiopie dans la nouvelle géographie impériale du fascisme. Quatre ans plus tard, c’est à Naples que cette géographie va se déployer avec un faste incomparable.

II. - Naples, reine de la Méditerranée

8Le choix de Naples comme site des grandes expositions coloniales italiennes remonte au début des années 1930 et procède de la décision de Mussolini de réorganiser la géographie des expositions nationales en favorisant la cité, victime d’une grave crise urbaine et sociale.

Rationaliser la géographie des mostre

  • 10 Voir chap. iv de cet ouvrage, p. 124.

9Au cours des années 1930, la ville de Naples émerge comme pôle culturel et comme vitrine officielle de la vie coloniale italienne. Ainsi Mussolini souhaite-t-il intégrer Naples dans la géographie des mostre de l’entre-deux-guerres jusqu’alors réparties entre Venise, Milan et Rome. Sa volonté apparaît dès le début de l’année 1932, au moment d’envisager la seconde exposition internationale d’art colonial10. Dès le premier semestre de l’année 1933, la volonté de Mussolini de faire de Naples la capitale coloniale de l’Italie semble arrêtée, comme en atteste la lettre qu’adresse le haut-commissaire Pietro Baratono aux autorités politiques et aux principales institutions culturelles locales. Cette lettre, véritable feuille de route de la seconde édition de la MIAC, traduit l’état d’esprit du Duce dans les termes suivants :

  • 11 « E’ intendimento di S. E. il Capo del Governo che, durante lo svolgimento della Mostra, Napoli si (...)

Son Excellence le chef du gouvernement souhaite que, durant la tenue de l’exposition, Naples soit en mesure de s’affirmer dans le domaine touristique, à l’aide d’un programme varié de manifestations, afin de conserver, après l’exposition, la visibilité d’une plate-forme qui centralise et lance les grandes initiatives tournées vers les colonies11.

10L’objectif de servir les ambitions touristiques de Naples, mais aussi d’associer la ville à la nouvelle vie coloniale italienne est donc clairement affiché. Le 5 septembre suivant, Enrico Fellicella, président de la SAI, traduit à nouveau cette pensée dans un rapport qu’il adresse au secrétaire fédéral du PNF, Natale Schiassi. Reprenant textuellement les paroles du haut-commissaire Baratono, il ajoute :

  • 12 « Bisogna in altri termini, reclamizzare e mantenere accesa in Napoli l’idea coloniale e abituare i (...)

En d’autres termes, il convient de propager et de maintenir allumée l’idée coloniale à Naples, d’habituer les habitants des colonies à l’idée que Naples est le centre vers lequel ils doivent se tourner en vue de développer des relations avec l’Italie12.

  • 13 Varvaro, 1990.

11Bien des motifs peuvent être à l’origine de ce choix : la volonté de rééquilibrer la géographie italienne au profit d’un Mezzogiorno marginalisé et souffrant d’une image culturellement et anthropologiquement négative, peut-être aussi le choix d’incarner la nouvelle politique coloniale du régime marquée par l’expansionnisme et le révisionnisme dans une ville à la fois prestigieuse historiquement et culturellement riche, mais écartée de la vie économique nationale. D’une manière générale, Mussolini a entretenu avec Naples une relation privilégiée, faisant de cette ville une des vitrines de son volontarisme politique et urbanistique13.

Répondre à la crise urbaine

  • 14 « valvola di sicurezza » (Brancaccio, 1987, p. 103).
  • 15 Galasso, 1987, p. XXII.
  • 16 Michele Castelli est un ancien commissaire civil et l’ancien préfet de Fiume. Pietro Baratono a éga (...)
  • 17 « promuovere e coordinare tutte le attività, dirette al sollecito miglioramento delle condizioni ec (...)
  • 18 Mascilli Migliorini, 1987, p. 204.
  • 19 Ibid.
  • 20 Brancaccio, 1987, pp. 105 et 111.

12L’ancienne cité des Bourbons accuse en effet depuis l’unification du royaume un retard important dans son développement économique et social par rapport aux cités industrielles du Nord et même par rapport à Rome, qui profite de son statut de capitale politique et administrative. Sous-industrialisée, Naples ne parvient pas à absorber les masses de migrants ruraux qui continuent d’affluer de tout le Sud de la péninsule. Cette situation s’aggrave au début des années 1920 lorsque les restrictions américaines aux flux migratoires européens coupent la « valve de sécurité14 » que constituait jusqu’alors l’émigration vers l’Amérique du Nord. Cette croissance démographique incontrôlée se conjugue au sous-emploi et à des politiques urbaines extrêmement défaillantes depuis le début du xxe siècle pour aboutir à une situation sociale explosive. Seule l’économie de guerre à partir de la campagne d’Éthiopie, suivie de la participation à la guerre d’Espagne et de l’entrée dans le second conflit mondial, finit par surmonter cette récession, de manière d’ailleurs transitoire et artificielle15. Pourtant, depuis l’arrivée de Mussolini au pouvoir, les fascistes n’ont pas ménagé leur peine pour stimuler l’activité industrielle et édilitaire de la ville. Ce volontarisme se manifeste dès août 1925, lorsqu’est créée la fonction de haut-commissaire à la ville et à la région de Naples, institution inédite dans l’appareil administratif italien qui témoigne d’une part du caractère particulièrement préoccupant de la situation économique, urbaine et sociale de Naples, et d’autre part de l’intérêt des fascistes pour la métropole. Le poste, successivement occupé par Michele Castelli (1925-1932) et Pietro Baratono (1932-1935)16, est destiné à « promouvoir et coordonner toutes les activités tournées vers l’amélioration rapide des conditions économiques et sociales, la réorganisation et l’accroissement des services publics17 » et permet la transition entre des autorités locales tardivement ralliées au fascisme et un pouvoir central soucieux d’implanter sa doctrine et ses méthodes dans le Mezzogiorno18. Luigi Mascilli Migliorini admet que l’instauration du haut-commissariat a permis de débloquer un certain nombre de projets de planification urbaine en attente depuis de nombreuses années19 et d’occuper par conséquent une classe ouvrière qui souffre cruellement du chômage. En effet, un recensement daté de 1931 comptabilise plus de 60000 chômeurs sur une population de 831780 habitants20, soit un taux de chômage de 7,2 % de la population totale. Dans ces conditions, il n’est pas étonnant de constater l’importance de la question de l’emploi dans les décisions relatives à la MTTIO.

Lutter contre le chômage

13Le 19 février 1937, le préfet de Naples Giovanni Marziali reçoit une pétition signée par 73 personnes et destinée à attirer l’attention des plus hautes autorités de l’État sur le sort des habitants du quartier de Fuorigrotta, à l’ouest de la ville, pressenti pour accueillir le site de la future exposition, alors prévue pour 1938. Face à la concurrence – réelle ou fantasmée – d’autres quartiers de la ville, un groupe d’individus rédige un long texte demandant que la future exposition se déroule à Fuorigrotta. Les arguments « positifs » en faveur de Fuorigrotta sont classiques : la beauté du site, la proximité d’une gare sur la voie ferrée Naples – Rome desservant un vaste réseau métropolitain, ainsi que l’accès aux rivages méditerranéens feraient de ce quartier le site idéal de la future exposition. Quant aux arguments « négatifs », ils s’appuient sur le constat du délabrement urbain et social d’un quartier oublié de longue date par les autorités locales :

  • 21 « le strade sono perfettamente impraticabili ed il popolo (in maggior parte poverissimo perché la z (...)

les routes sont absolument impraticables et le peuple (en majeure partie extrêmement pauvre, car la région ne dispose d’aucune industrie) vit dans des taudis parfois pires que les tukuls abyssins, à proximité de routes fangeuses, souvent dépourvus d’égout, bref dans un environnement où la misère et l’absence totale des normes les plus élémentaires d’hygiène favorisent notablement le développement de la tuberculose (en particulier infantile), qui fait sa moisson de victimes à un rythme véritablement impressionnant21.

  • 22 « per sottrarre diverse migliia [sic] di abitanti alla miseria ed alla disoccupazione, perché il NO (...)

14Sans nous attarder sur le caractère cocasse, cynique ou rhétorique de la comparaison que font les habitants de Fuorigrotta de leurs conditions de vie avec celles des Éthiopiens, il est tout à fait probable que ce tableau soit proche de la vérité et souligne de réels besoins en aménagements d’une marge urbaine à l’abandon. La suite du texte est à l’avenant, insistant sur l’enclavement du quartier, sans craindre la contradiction avec ce qui précède sur son intégration exceptionnelle. De ces conditions résulteraient, selon la pétition, un exode important des catégories moyennes et un niveau de chômage très élevé. Car la construction du site de la future exposition est perçue comme une promesse de travail et d’occupation. Les auteurs de la pétition concluent leur missive par le souhait que le préfet et le Duce soient sensibles aux conditions de vie des habitants de Fuorigrotta, « afin de soustraire des milliers d’habitants à la misère et au désœuvrement, puisque QUATRE-VINGT-DIX pour cent de la population de Fuorigrotta sont composés d’ouvriers du bâtiment au chômage22 ». Cette pétition n’est certes pas à l’origine du choix final, aucune source ne faisant état d’une réelle hésitation sur le site napolitain. Elle manifeste cependant l’importance de l’exposition aux yeux d’un groupe en termes d’activité.

  • 23 Ibid., lettre de D. Razza au préfet G. Marziali et au commissaire V. Tecchio, le 23 mai 1938. Sur l (...)
  • 24 Vial, 2003, pp. 150-155.

15La question de l’occupation de la main-d’œuvre est également à l’origine d’une lettre datée du 23 mai 1938 que Domenico Razza, secrétaire local de la Confederazione fascista dei lavoratori dell’agricoltura, adresse au préfet Marziali et au commissaire Vincenzo Tecchio. Razza y plaide en faveur de l’emploi prioritaire des agriculteurs de la région, pénalisés par les expropriations et par l’emprise foncière croissante de l’EMTTIO23. Le secrétaire poursuit en regrettant que le bureau des embauches de la Mostra favorise ostensiblement les travailleurs de l’industrie et demande à ses interlocuteurs de faire en sorte que la priorité soit donnée aux ouvriers agricoles. Si nous ignorons l’issue de cette démarche, elle illustre à nouveau les espoirs – et les déceptions – attachés au projet napolitain, ainsi que sa fonction de régulation sociale : stimuler l’emploi et offrir une activité rémunérée à une population qui souffre de la crise économique et des effets de la politique d’autarcie du régime, loin de faire l’unanimité dans une ville portuaire24. La nature des relations du pouvoir fasciste avec Naples, ses élites et sa population, constitue en effet une autre clé pour comprendre l’intérêt de Mussolini pour la métropole.

Inventer une capitale d’Empire

  • 25 Lancaster, 2005, p. 222.
  • 26 Brancaccio, 1987, p. 109.
  • 27 Ibid., p. XXXIII.

16Les rapports des Napolitains avec le fascisme, qu’il s’agisse du mouvement d’origine, du parti ou du régime, ont longtemps été teintés de méfiance voire d’hostilité. Bien que Naples ait constitué le point de départ de la Marche sur Rome, les milieux commerçants et patronaux napolitains de tradition libérale ont tardé à se rallier au fascisme25. Après l’affaire Matteotti et le tournant de janvier 1925, on peut considérer que le monde industriel et entrepreneurial napolitain finit par embrasser la cause fasciste au nom de l’ordre politique et social26. Cela étant, Naples fait l’objet sur toute la durée du Ventennio d’un encadrement politique particulièrement soigné. La fonction de haut-commissaire est ainsi venue s’ajouter à celles du préfet, du secrétaire fédéral du PNF et aux autorités municipales pour garder l’œil sur une ville qui continue d’abriter un certain nombre d’opposants au régime, comme l’historien Benedetto Croce, l’homme politique Giovanni Amendola, ou bien de jeunes intellectuels communistes comme Emilio Sereni27. La nomination à la préfecture de Marziali participe de cette politique : cet ancien combattant mutilé de guerre, inscrit au Faisceau florentin dès 1920, protagoniste de la Marche sur Rome et général de la Milice, a entamé une carrière préfectorale à partir de 1927, qui l’a mené de Terni à Milan, en passant par Bolzano, Palerme et Naples. Il fait partie de ces « hommes nouveaux » qui ont contribué à la fascisation de l’administration italienne pendant le Ventennio.

  • 28 Zaghi, 1973, p. 441.
  • 29 Galasso, 1987, p. 225.
  • 30 Brancaccio, 1987, p. 119.

17Autour de l’année 1932, lorsque le haut-commissaire Castelli, jugé trop proche de la vieille aristocratie conservatrice, est remplacé par Baratono, la ville connaît une nouvelle période de grands travaux qui concernent principalement son port. Les préparatifs de la campagne d’Éthiopie et la décision de faire de Naples l’unique port d’embarquement des 570000 soldats et des tonnes de matériel militaire nécessaires à la campagne28 ont ainsi contribué à renforcer l’image d’une ville tournée vers la Méditerranée et l’Afrique, grand port militaro-colonial et base du commerce impérial de la nation29. Dans ce contexte, la seconde édition de la MIAC entre les murs du Maschio Angioino en 1934, suivie du projet d’exposition triennale dans le quartier de Fuorigrotta, renforcent cette image de capitale d’Empire que les élites locales et les autorités nationales s’emploient conjointement à élaborer. Naples atteint la consécration politique en 1938, à l’occasion de la visite officielle d’Adolf Hitler, accueilli avec les honneurs d’un roi le 5 mai. Pourtant, en 1940, le constat est plus que mitigé : si Naples a incontestablement connu une période de prospérité et surtout d’amélioration des conditions de vie de ses habitants, si l’ancienne capitale des Deux-Siciles a accédé au rang de métropole nationale et de pont vers l’Afrique et l’Orient, ces mutations n’ont pas accru entre 1920 et 1940 le poids relatif de Naples dans le tissu économique italien30. La MTTIO a toutefois constitué un des chantiers les plus importants et les plus emblématiques de la période.

III. - Un triomphe avorté

L’emprise du parti et le primat de la raison d’État

  • 31 Voir chap. iv de cet ouvrage, pp. 126-128.
  • 32 Dormagen, 2008b, p. 288.
  • 33 Aurelio Padovani (1888-1926) est le fondateur du Faisceau napolitain. Il joue un rôle déterminant e (...)
  • 34 Ibid., p. 101.
  • 35 Varvaro, 1990, p. 207.

18Le montage de l’Exposition d’art colonial de Naples de 1934 a constitué un moment important dans le processus de confiscation par l’État et le parti fascistes de la maîtrise du programme esthétique et politique de l’événement31. Six ans plus tard, l’emprise mussolinienne s’est encore renforcée : le choix de Vincenzo Tecchio comme commissaire de la MTTIO, préféré à Alessandro Melchiori, le candidat « naturel » de l’EAFIT, peut ainsi être perçu comme le signe de la déchéance politique de De Bono et de l’ascension d’un fasciste révolutionnaire rentré dans le rang, « ancien squadriste ayant accompli le parcours classique des hiérarques fascistes32». Cet avocat de formation, ancien combattant, compte parmi les membres fondateurs du fascisme napolitain, dans l’entourage d’Aurelio Padovani33, dont il fut le bras droit, jusqu’à ce que ce dernier quitte le PNF en 1923. Ce squadriste de la première heure a ensuite dirigé d’une main de fer le Faisceau napolitain, avant de connaître une éclipse politique. Élu député en 1929, il travaille inlassablement à sa réhabilitation, qu’il obtient lors d’une entrevue avec Mussolini le 22 juin 1933. À la veille de l’entrée en guerre de l’Italie aux côtés de l’Allemagne, à la tête de l’EMTTIO, il fait en outre partie des conseils d’administration de la Navalmeccanica et d’Alfa Romeo34. Homme de pouvoir et d’appareil, il n’a cessé d’alterner les responsabilités politiques locales (secrétaire fédéral), nationales (député), les charges corporatives (vice-président du Consiglio provinciale delle corporazioni), tout en gérant magistralement ses propres affaires. À la fin des années 1930, il est ainsi parfaitement intégré dans les réseaux d’affaires et les milieux politiques napolitains, ce qui explique sans doute que le choix de Mussolini se soit porté sur lui35.

  • 36 ASMAE-MAI, Africa III, dossier n° 47.
  • 37 Voir ci-dessous pp. 178-179.

19Son pouvoir de décision à la tête de la MTTIO se trouve en réalité fortement réduit, puisqu’il appartient, par exemple, à chaque gouvernement colonial d’élaborer le programme et d’envisager le contenu des pavillons. L’organigramme qu’il a été possible de reconstituer à partir des archives du ministère de l’Afrique italienne suggère, en effet, un simple rôle de coordinateur des projets36. Sa fonction semble surtout avoir été celle d’un chef de chantier, soumis à des impératifs de calendriers extrêmement contraignants37. Tecchio lui-même n’est pas à l’abri du contrôle exercé par la préfecture de Naples, de plus en plus attentive à la loyauté, à l’engagement et à la conformité idéologique du personnel de la MTTIO. Ainsi doit-il répondre le 28 mai 1938 à une enquête sur la composition du personnel d’encadrement. Le commissaire se soumet à l’exercice, soulignant notamment que parmi les 35 individus qui composent la direction du commissariat, on compte 100 % de membres du parti fasciste, dont 7 squadristes inscrits antérieurement à la Marche sur Rome, 2 participants à la dite Marche, 6 anciens combattants de 1915 dont 2 mutilés de guerre, un volontaire de la campagne d’Éthiopie, ainsi qu’un volontaire en Espagne. Malgré ces entraves et cette surveillance, il dispose, pour mener à bien son chantier, d’un soutien politique et d’un appui juridique importants, complétés par un budget considérable.

  • 38 « alla possibilità di espansione e di sviluppo della Mostra » (Décret-loi du 23 septembre 1938, pré (...)
  • 39 « é autorizzato ad eseguire le espropriazioni dei terreni necessari alla Mostra » (ibid., art. 4).
  • 40 Ibid.
  • 41 Ibid.
  • 42 Ibid., art. 6.
  • 43 Ibid., art. 10.
  • 44 Ibid., art. 8.
  • 45 Décret-loi royal du 6 mai 1937, n° 1 756, art. 2.
  • 46 Loi du 30 décembre 1936, n° 77, article unique.

20La MTTIO a nécessité la promulgation de cinq textes, décrets royaux ou lois d’origine parlementaire, déterminant le statut, la composition, le financement, le patrimoine, les objectifs et les modalités d’action d’une société anonyme créée le 6 mai 1937 et chargée d’organiser le futur dispositif (voir tableau 11). À l’exception des éléments relatifs au financement et au patrimoine de la société, étudiés plus loin, l’essentiel des articles porte sur sa composition et la répartition de ses services et responsabilités. Dans cet arsenal juridique, le décret-loi du 23 septembre 1938 déclare d’utilité publique les travaux de la MTTIO et définit les modalités d’expropriation du site de la future exposition, dont le préambule mentionne la nécessité urgente et absolue d’accélérer les travaux et d’envisager « l[es] possibilité[s] d’expansion et de développement de l’exposition38 ». Concrètement, cela signifie que Tecchio « est autorisé à exécuter les expropriations nécessaires à l’exposition39 » qui n’entreraient pas dans le cadre des concessions de terrain40, bénéficiant pour ce faire du soutien du préfet de la province, qui dispose des moyens juridiques destinés à abréger les délais d’expropriation41. Outre ces facilités, l’EMTTIO bénéficie d’un certain nombre d’exonérations fiscales sur le matériel de construction42 et sur les actes notariés43. Enfin, la société a la possibilité de bénéficier de l’assistance juridique de l’État en cas de litige avec des particuliers44. Cet arsenal juridique illustre l’importance que prend le projet aux yeux des plus hautes autorités de l’État. Les questions foncières ne doivent pas entraver la bonne marche et la perspective d’une exposition dont l’inauguration, initialement prévue en 193845, a déjà été repoussée d’un an46, et n’a finalement été possible qu’en mai 1940.

Tableau 11. — Textes légiférant sur l’organisation de la MTTIO

Textes

Dispositions

Décret royal du 6 mai 1937

Constitution de l’EMTTIO

Loi du 30 décembre 1937

Conversion en loi, avec modifications, du
décret royal du 6 mai 1937

Décret royal du 4 avril 1938

Statuts de l’EMTTIO

Décret-loi royal du 23 septembre 1938

Déclaration d’utilité publique des travaux de
la MTTIO

Loi du 30 janvier 1939

Conversion en loi du décret royal du
23 septembre 1938

Source
Textes reproduits dans Mongiello, 1981, pp. 119-133.

  • 47 Décret du 4 avril 1938, n° 2 215, « Statuto dell’Ente autonomo in Napoli “Mostra triennale delle te (...)

21Les 75 millions et demi de lires qui constituent le patrimoine de l’EMTTIO sont détaillées dans l’article 3 du décret du 4 avril 1938. L’État y contribue via ses deux principaux gouvernements coloniaux : le gouvernement général d’Afrique-Orientale italienne investit 10 millions de lires et celui de Libye, 5 millions. À ces 15 millions s’ajoutent les contributions de la commune et de la province de Naples, ainsi que diverses subventions de conseils, de corporations et d’organismes publics ou privés liés à l’organisation fasciste et corporative locale. Un rapport des archives préfectorales de Naples détermine le montant des subventions versées par la commune, la province et le Consiglio campano delle corporazioni, qui totalisent 25500000 lires de subventions publiques connues. Pour avoir une estimation exacte de ce montant, déjà gigantesque, il faudrait lui ajouter la somme des contributions de diverses organisations privées et publiques, que nous n’avons pas trouvée. Le statut de ces investisseurs inconnus évolue en fonction des parts engagées47.

  • 48 Galopin, 1997, p. 155.
  • 49 Voir chap. v de cet ouvrage, pp. 145-146.
  • 50 Décret-loi royal du 6 mai 1937, art. 5.
  • 51 ASN, Cabinet du préfet, dossier n° 879, « 1936-1945, divers », rapport du chef du service des étude (...)
  • 52 Olivier, Rapport général, vol. 1, pp. 316-319.

22Enfin, la MTTIO bénéficie d’une troisième source de financement, très répandue en Europe : l’émission de bons-tickets à lots, pour un montant maximum prévu de 35 millions de lires. Cette « institution providentielle48 », refusée à Galvão en 193449, est rendue accessible à l’EMTTIO par l’article 5 du décret de fondation50, qui lui offre ainsi la possibilité d’émettre des bons-tickets à lots, distribués par un consortium d’organismes de crédit napolitains, sous la responsabilité du Banco di Napoli. Dans un rapport adressé au ministre des Colonies, daté du 29 décembre 1936, le chef du service des études et de la propagande décrit en détail les modalités du projet. Pour un maximum de 35 millions de lires, le consortium napolitain est appelé à distribuer des bons d’un montant de 25 ou 50 lires, offrant, outre trois entrées gratuites à l’exposition, des réductions pour les transports ferroviaires, maritimes et aériens, mais aussi dans les hôtels, les restaurants, les pôles d’attraction de Naples et de Rome, choisissant ainsi de faire profiter la capitale d’un flux touristique potentiellement considérable. Enfin, l’acquisition de ces bons permet de participer à une loterie dont les prix vont de 1000 à 100000 lires51. L’auteur du rapport mentionne à titre d’exemple l’Exposition coloniale internationale de Paris de 1931, qui a recouru au même schéma, ce qui aurait permis la vente de 130 millions d’entrées52.

Vingt mois de chantier, deux mois de fonctionnement

  • 53 ASN, Cabinet du préfet, dossier n° 879, « 1936-1945 », rapport du 10 janvier 1940 au préfet.

23Malgré les facilités juridiques et financières évoquées ci-dessus, le chantier de la MTTIO rencontre un certain nombre de difficultés matérielles et administratives, notamment au début de l’année 1940, quelques semaines seulement avant l’inauguration officielle de la MTTIO. Le 10 janvier 1940, une note est ainsi adressée au préfet Marziali qui fait état de l’effondrement, la veille, de quatre arcades d’un des pavillons en construction, blessant trois ouvriers. L’auteur de la note rapporte en outre que de nombreuses voix se sont élevées pour dénoncer les conditions dans lesquelles le chantier est mené, notamment la précipitation des travaux, le choix de matériaux inappropriés et l’absentéisme du personnel d’encadrement. Enfin, l’auteur déplore la poursuite obstinée du chantier sous la pluie, qui empêcherait la consolidation de la maçonnerie et menacerait à terme la solidité des édifices. Ce bref document s’achève sur l’inquiétude qu’un accident plus grave ne se produise à l’avenir, y compris après l’inauguration de l’exposition53.

  • 54 « segondo notizie confidenziali » (ibid., rapport anonyme à B. Mussolini, le 5 mars 1940).
  • 55 Ibid. ; note du chef de cabinet du ministre de l’Intérieur au préfet G. Marziali, le 13 mars 1940.
  • 56 Ibid., réponse du préfet G. Marziali au chef de cabinet du ministre de l’Intérieur, le 16 mars 1940
  • 57 ASN, Cabinet du préfet, dossier n° 879, « 1936-1943 », correspondance entre le cabinet du ministre (...)

24Malgré la teneur très alarmiste du rapport, il semble qu’aucune mesure n’ait été prise par le préfet, puisque celui-ci reçoit deux mois plus tard une nouvelle note, cette fois de la part du cabinet du ministre de l’Intérieur, accompagnée d’un second rapport daté du 5 mars 1940. Ce rapport adressé anonymement au Duce conclut, « selon des sources confidentielles54 », qu’une partie des travaux serait menée sans rigueur et sans conscience, laissant à nouveau planer le doute sur la solidité et la durabilité de certaines constructions55. Interrogé par son supérieur hiérarchique et par le chef du gouvernement en personne, le préfet ne peut se dérober cette fois et affirme que les travaux avancent certes à un rythme accéléré, mais qu’aucun incident sérieux n’est à déplorer. Il ajoute qu’à l’occasion de ses propres visites du chantier, il a pu constater personnellement que l’écroulement partiel d’un échafaudage quelques jours auparavant avait été provoqué par des pluies abondantes56. L’hiver humide de Naples permet ainsi au préfet de protéger un commissaire soupçonné de mener les travaux en dépit des règles élémentaires de sécurité. Dans ce contexte, Tecchio tente même de faire retarder la date d’inauguration de la MTTIO via le préfet Marziali. La réponse ne se fait guère attendre : pas question pour Mussolini de renoncer à la date symbolique du 9 mai57. Le respect impératif des délais imposé par Mussolini à Tecchio est bien à l’origine de pratiques dangereuses couvertes par les autorités locales, qui font fi de la sécurité des ouvriers et même des futurs visiteurs. Tecchio ne peut ainsi pallier le manque de temps ou d’argent, pas plus que les caprices du ciel ne sont de son ressort. Il a en revanche la possibilité de recourir à la variable d’ajustement traditionnelle dans ce genre de situation : la force de travail, ses conditions de recrutement, de vie et de rémunération.

  • 58 SAI, dossier no C4, « Esposizione triennale delle terre italiane d’oltremare », n. d.

25Une note anonyme et non datée, mais sans doute rédigée au tournant des années 1937-1938, évoque la question. Dans cette description très fouillée, qui aborde les objectifs, les moyens techniques et scénographiques, l’organisation interne ainsi que les contenus de chaque section de la future exposition, l’auteur estime que sera nécessaire à sa réalisation l’équivalent d’au moins un million de journées de travail58. Les archives du cabinet du préfet Marziali montrent que les conditions de travail ont largement laissé à désirer durant les derniers mois de travaux, comme l’indiquent les rapports anonymes déjà cités ainsi que certains courriers, toujours anonymes, dénonçant les méthodes employées par le commissaire Tecchio pour combler son retard. Il apparaît clairement à la lecture de ces documents que celui-ci a pris de nombreuses libertés avec les conditions de sécurité des ouvriers, voire des visiteurs. Mais ces écrits ne peuvent être totalement lavés du soupçon de malveillance à l’encontre d’un personnage qui ne fait pas l’unanimité à Naples.

  • 59 ASN, Cabinet du préfet, dossier n° 879, « Visitatori Mostra oltremare – prospetti ingresso », rappo (...)

26Dans ces conditions, le calendrier est finalement respecté, et l’exposition inaugurée le 9 mai 1940. L’événement aurait accueilli, entre cette date et le 31 mai suivant, 446124 visiteurs, soit une moyenne de 19397 individus par jour, avec des pics à 63154 et 50295 visiteurs les dimanches 12 et 26 mai59. Une projection à chiffres constants pouvait laisser espérer aux organisateurs une fréquentation totale, du 9 mai au 15 octobre 1940, de 3103520 individus. Mais le 10 juin 1940, tout juste un mois après l’inauguration de l’exposition, l’Italie abandonne sa neutralité bienveillante à l’égard de l’Allemagne pour s’engager militairement à ses côtés. Dans ces circonstances, la MTTIO, initialement prévue jusqu’au 15 octobre 1940, est prématurément fermée le même jour.

  • 60 ASN, Cabinet du préfet, dossier n° 879, « 1937-1945 », correspondance de V. Tecchio avec le préfet, (...)

27Il est frappant de constater que durant la période comprise entre le début du mois de septembre 1939 et cette date, le conflit semble totalement absent des préoccupations des acteurs et des commentateurs de la future exposition coloniale italienne. Ni les archives ni les sources imprimées n’évoquent les interactions possibles et même inévitables entre la situation de guerre en Europe, la mobilisation italienne en vue du conflit et les préparatifs de la MTTIO. Les campagnes et les victoires allemandes sur le front occidental sont naturellement et abondamment commentées dans la presse, et la mobilisation préoccupe la société italienne, mais la rumeur du conflit semble singulièrement s’arrêter aux portes de Fuorigrotta. En revanche, l’entrée en guerre de l’Italie et conséquemment la fermeture du site napolitain posent de nombreux problèmes au commissaire Tecchio, notamment la question du sort qu’il doit réserver à la cinquantaine de ressortissants érythréens, éthiopiens et somaliens venus assurer la représentation ethnographique de la MTTIO et bloqués en métropole pendant toute la durée de la guerre60.

28Cinq cents jours de chantier ont fait sortir de terre un dispositif de propagande exceptionnel, qui a bénéficié de l’engagement des intellectuels et des architectes italiens.

Intellectuels et universitaires au rapport

  • 61 Voir chap. i de cet ouvrage, pp. 49 et 55.
  • 62 Matard-Bonucci, 2008b, p. 126.
  • 63 Ibid., p. 125.
  • 64 Commissariat italien à l’ECI de Paris, Guide officiel de la section italienne, p. VIII.
  • 65 Comité exécutif italien, Le Sahara italien, p. 55.
  • 66 Società Dante Alighieri, Catalogo della Mostra dell’Etiopia italiana, p. 14.

29La MTTIO bénéficie de la collaboration scientifique d’intellectuels renommés, qui n’en sont parfois pas à leur coup d’essai en 1940. C’est le cas de Biagio Pace et de Lidio Cipriani. L’archéologue et historien sicilien Biagio Pace (1889- 1955) a alors déjà une certaine expérience de la propagande coloniale. En effet, ce spécialiste de la Sicile byzantine avait prononcé une conférence dans la ville de Catane à l’occasion de la première édition de la Giornata coloniale de 192661. C’est un fasciste de la première heure, qui a mené parallèlement à son cursus académique la carrière exemplaire du hiérarque local : membre du PNF dès 1921, il est élu député de Sicile trois ans plus tard. Quant au Florentin Lidio Cipriani (1894-1962), c’est une des figures les plus importantes de la vie scientifique toscane et italienne. Directeur de l’Istituto e Museo nazionale di antropologia ed etnologia de Florence, infatigable explorateur de l’Afrique puis de l’Asie, il fait partie quelques années plus tard du comité de rédaction de la revue raciste La Difesa della razza et figure parmi les signataires du « Manifesto della razza ». Marie-Anne Matard-Bonucci rappelle qu’il a théorisé très tôt l’infériorité de la race africaine dans ses écrits62. Il possède par ailleurs un richissime fonds photographique, dans lequel le périodique raciste puise abondamment63. Ses collections d’objets et de photographies ainsi que sa réputation scientifique en font une personnalité active et précieuse dans l’organisation de nombreuses expositions. Dès 1931, il fait partie des exposants de la section italienne de l’Exposition coloniale internationale de Paris64. En 1934, il rédige le chapitre consacré à l’anthropologie dans le catalogue de la section italienne de l’Exposition du Sahara65. Enfin, il fait partie des collectionneurs qui ont mis leur matériel à la disposition de la Mostra dell’Etiopia italiana organisée par la Società Dante Alighieri de Florence66. Pace et Cipriani sont des universitaires qui se sont mis à la disposition des commissaires d’exposition en divulguant leurs connaissances et en prêtant leurs collections d’objets à des fins autant didactiques que politiques.

  • 67 Zaghi, L ultima spedizione.
  • 68 Id., Le origini della Colonia Eritrea.
  • 69 Gioacchino Volpe (1876-1971) est un des artisans du renouveau historiographique italien de l’entre- (...)
  • 70 L’Enciclopedia italiana est un projet éditorial monumental initié en 1925 par le philosophe fascist (...)
  • 71 MTTIO, Prima Mostra, p. 31.

30Le cas de Carlo Zaghi (1910-2004) est plus équivoque. Cet historien spécialiste de la Révolution française, du jacobinisme italien et de la période napoléonienne a également consacré une partie de ses recherches à l’Afrique coloniale italienne. Plus jeune que ses deux collègues évoqués ci-dessus, il fait l’essentiel de sa carrière après la seconde guerre mondiale. Sa première publication date toutefois de 193067, et il écrit en 1934 un opuscule consacré aux origines de la colonie italienne d’Érythrée. Cet ouvrage a bénéficié du soutien financier du bureau des études et de la propagande du ministère des Colonies68. À partir de 1937, il fait partie de l’équipe enseignante de la Scuola romana di storia moderna e contemporanea dirigée par Gioacchino Volpe, historien officiel du régime de Mussolini69. En 1938, sa collaboration à l’une des vitrines culturelles les plus marquantes du régime, l’Enciclopedia italiana Treccani, signale, à défaut d’une adhésion de fond, du moins un sens très poussé du compromis politique70. En 1940, il s’installe à Naples où il participe à la conception de deux pavillons de la MTTIO, celui des pionniers et explorateurs italiens et celui du travail italien en Afrique71. Après la guerre, il retourne à Naples où il concilie sa carrière académique avec une activité de journaliste aux côtés de l’historien Benedetto Croce. Les compromissions du jeune historien avec le pouvoir fasciste dans les années 1930 sont incontestables : sa proximité avec Volpe, sa participation à l’Enciclopedia italiana Treccani et sa contribution scientifique à la MTTIO de Naples en témoignent. La carrière et le parcours de Zaghi illustrent les ambivalences de l’engagement de certains intellectuels auprès d’un pouvoir auquel ils n’adhèrent sans doute pas idéologiquement, mais avec lequel ils acceptent de composer pour exercer leur métier et exister socialement. Tremplin social, la MTTIO l’a incontestablement été pour les membres de la nouvelle école architecturale née à Naples dans les années 1930.

La vitrine d’une architecture parthéno-fasciste

  • 72 Alberto Calza Bini (1881-1957) fait également partie des fondateurs de l’Istituto nazionale di urba (...)
  • 73 Gustavo Giovannoni (1873-1947) a présidé une commission de planification urbaine à Naples, dont les (...)
  • 74 Mario De Renzi (1897-1967) est également l’auteur de la façade du palais des expositions de Rome po (...)
  • 75 Luigi Piccinato (1899-1983) est un élève de Marcello Piacentini, qui s’est d’abord spécialisé dans (...)
  • 76 Marcello Canino (1895-1970) est d’origine napolitaine et collabore étroitement avec De Renzi entre  (...)
  • 77 Gambardella, 1987, p. 27.
  • 78 MTTIO, Prima Mostra, pp. 111, 185, 175.
  • 79 Ibid., pp. 12, 21, 31, 37, 137.
  • 80 Siola, 1990, p. 92.
  • 81 MTTIO, Prima Mostra, p. 67.
  • 82 Carlo Cocchia (1903-1989) est d’origine napolitaine et s’est formé à la peinture futuriste, avant d (...)
  • 83 MTTIO, Prima Mostra, pp. 105, 107, 182.
  • 84 Siola, 1990, pp. 123, 128.
  • 85 Lucarelli, Iuliano, Mignozzi, 2006, p. 10.

31En 1940, la MTTIO mobilise la fine fleur de l’école napolitaine d’architecture. En effet, parallèlement à l’action urbaine du haut-commissaire, dont les effets commencent à être visibles au milieu des années 1930, la ville assiste à la création de la Scuola superiore di architettura, qui devient en 1935 une des facultés de l’université de Naples. On trouve parmi ses enseignants de grands noms de l’architecture napolitaine, comme Alberto Calza Bini, fasciste de la première heure et secrétaire du Sindacato fascista architetti72, Gustavo Giovannoni73, Mario De Renzi74, Luigi Piccinato75, Marcello Canino76 et Roberto Pane77. Parmi les enseignants de la faculté d’architecture, nombreux sont ceux qui ont collaboré à la construction de la MTTIO, comme Piccinato, Canino et Pane. Piccinato a ainsi collaboré à l’aménagement du parc animalier et à la répartition des fontaines dans les espaces extérieurs, ainsi qu’à la construction du théâtre Il Mediterraneo78. Canino est l’auteur des pavillons de la section historique consacrés à l’Empire maritime de Rome, aux républiques maritimes, aux pionniers italiens en Afrique, aux conquêtes coloniales et aux forces armées italiennes79. On lui doit également l’aménagement de la piazza dell’Impero, et même son réaménagement en 195280. Quant à Pane, il est l’auteur du pavillon de la civilisation catholique, également dans le secteur historique81. Enfin, Carlo Cocchia82, un des premiers élèves sortis de la faculté d’architecture de Naples, a participé à l’aménagement des espaces verts, ainsi qu’à la construction de plusieurs bâtiments de loisirs et de services, comme les serres et l’aquarium, les restaurants, ainsi qu’à celle de l’exèdre monumentale83. Comme Canino, Cocchia intervient à nouveau en 1952 à l’occasion de la première campagne de réhabilitation du site84. La MTTIO a ainsi permis l’émergence d’un groupe de jeunes architectes napolitains bien décidés à affirmer leur style et leur école, tout en assumant leur adhésion aux cadres et aux patrons esthétiques du fascisme. Ils ont profondément influencé l’objectif initial du régime de faire de Naples un port méditerranéen par excellence, tourné vers la ville et vers l’outre-mer85. Vitrine des grandes orientations architecturales fascistes, la MTTIO fait incontestablement partie des grands programmes urbanistiques du Ventennio. Elle doit aussi offrir une expérience sensible et esthétique tout à fait nouvelle, dans le prolongement de la Mostra della Rivoluzione fascista de 1932.

IV. - Scénographies fascistes et mythologies impériales

  • 86 Andreotti, 1992 ; Schnapp, 1992.

32Libero Andreotti et Jeffrey Schnapp ont montré le caractère à la fois monumental et tumultueux de cette dernière exposition, organisée en vue de plonger le visiteur dans un état de grande agitation et par là d’annihiler toute possibilité de distance critique par rapport au contenu proposé86. La qualité esthétique doit donc contribuer à l’émotion du visiteur tout en délivrant un message politique fort et univoque.

Ordre et beauté

  • 87 MTTIO, Prima Mostra.
  • 88 « [D]estinate ad ospitare tutte le specie di maggiore interesse, originarie o ambientate nelle nost (...)
  • 89 Bonneuil, Bourguet, 1999.

33À son entrée, le visiteur voit de prime abord des espaces extérieurs aménagés avec soin et des jardins composés d’un mélange d’essences méditerranéennes et tropicales. Plus de 290000 mètres carrés, plus du quart de la superficie totale de l’exposition, ont ainsi été réservés à l’élément végétal87. S’y ajoutent les nombreuses serres disposées sur le site, « destinées à abriter toutes les espèces d’intérêt majeur, originaires ou acclimatées dans nos terres d’outre-mer88 » et reproduisant tous les biotopes de l’Empire italien. L’attention portée aux éléments végétaux manifeste ainsi la volonté de synthèse entre un art de vivre européen et méditerranéen, celui des jardins et des parcs d’agrément, et l’attrait pour une flore tropicale domestiquée, métaphore de la colonisation89. Le regard se porte ensuite sur l’ensemble des édifices qui bordent les allées, dont les partis pris architecturaux témoignent des orientations esthétiques et politiques des organisateurs. On observe un très faible recours à la reconstitution des bâtiments non européens sur le site napolitain, à l’exception du village de la section d’AOI et de quelques références discrètes à l’architecture arabo-musulmane. Les bâtiments nobles, qui abritent les sections et les salles prestigieuses consacrées à l’histoire, la géographie ou à la mission civilisatrice, sont de source européenne. Les photographies d’extérieurs privilégient des vues désertes du site, de vastes perspectives, des esplanades et des horizons lointains, bordés par le cadre naturel du relief volcanique de la région, laissant peu de place à l’imprévu ou à la spontanéité (fig. 7). Le caractère monumental, imposant et solennel de l’exposition est largement privilégié par rapport à sa dimension ludique ou quotidienne, comme en témoigne le petit nombre de photographies des espaces de loisirs ou de restauration, pourtant essentiels dans l’économie de la MTTIO.

Fig. 7. — MTTIO (1940), vue extérieure du site (ASMAE-MAI, Africa III, dossier n° 42)

34En entrant dans les salles des pavillons, le visiteur est confronté à un agencement d’objets hétéroclites, qui incarnent toutes les facettes de la colonisation que cherchent à mettre en valeur les organisateurs. Les rares photographies prises de l’intérieur des pavillons attestent le manque d’unité des choix scénographiques, qui reflète la diversité des organisateurs et le rôle de simple coordinateur joué par le commissaire Tecchio : la section économique mobilise une abondance d’objets, d’informations, de chiffres et de supports visuels, tandis que la section historique ménage des temps, des pauses, des respirations dans la visite, avec des salles presque vides qui invitent à la contemplation de l’œuvre et de la mission civilisatrices de l’Italie.

35La dimension sonore remplit une importante fonction d’agrément, comme le montre un extrait du guide officiel de la MTTIO. Évoquant les parcs, les jardins et les fontaines du site, le guide décrit l’effet attendu sur le visiteur :

  • 90 « L’acqua scorre, sprizza, canta dapertutto : e la Triennale, oltre che la Città del lavoro, della (...)

L’eau coule, jaillit, chante de toutes parts : et la Triennale, Cité du travail, de l’histoire et de l’art, prend aussi le titre de ville radieuse des eaux et des fontaines. Fontaines sonores, jeux, miroirs et jets d’eau offrent de toutes parts, sur les places et le long des allées, une note de vivacité cristalline et de fraîcheur [… ]90.

  • 91 Carli, 2003.
  • 92 ASMAE-MAI, Africa III, dossier n° 47, « Eritrea », p. 3.
  • 93 MTTIO, Prima Mostra, p. 51.

36L’enregistrement sonore permet d’offrir au visiteur quelques « morceaux choisis » de la colonisation. La démarche répond à la fois à une volonté pédagogique de rendre accessible un patrimoine parlé et chanté, notamment est-africain, et à l’envie de plonger le visiteur dans un état émotionnel proche de l’hypnose. Déjà en 1932, la Mostra della Rivoluzione fascista qui célébrait les dix ans de la Marche sur Rome avait recouru à ce procédé : la salle consacrée aux martyrs du fascisme y proposait un montage sonore consistant en la répétition en boucle du mot Giovinezza, titre de l’hymne fasciste91. En 1940, les responsables de l’exposition de l’AOI ont été sensibles à cette démarche à la fois émotionnelle et pédagogique en sollicitant l’intérêt du visiteur pour les parlers, les dialectes et le patrimoine musical de la corne est-africaine. Le programme de l’exposition consacrée à l’Érythrée prévoit en effet la constitution d’une discothèque destinée à mettre en valeur la diversité chorale et musicale de la région92. L’enregistrement sonore remplit également sa mission de propagande politique et de témoignage historique dans le cadre de la section consacrée aux conquêtes militaires. Un exposé enregistré du maréchal Pietro Badoglio y décrit les étapes de la campagne d’Éthiopie : la voix du héros, incarnation de la victoire fasciste sur la barbarie abyssine, mobilise une opinion publique déjà largement subjuguée depuis le tournant de la campagne de 1935. Le même procédé est utilisé dans la tour du parti fasciste, qui expose les grands moments de l’histoire italienne depuis la Marche sur Rome. Dans la salle consacrée à la campagne d’Éthiopie et aux sanctions de la Société des Nations, des enregistrements des discours de Mussolini et de la reine Hélène, qui fut la première femme à faire don de son alliance pour la cause, replongent le visiteur dans l’atmosphère fébrile et consensuelle de l’époque93.

« Le tour du monde en un jour »

  • 94 Greenhalgh, 1988, p. 87.

37À cette sollicitation des sens que constitue l’exposition s’ajoute son rapport à l’espace. Les grandes expositions disposent en effet de vastes superficies qui permettent la déambulation des visiteurs. L’image traditionnellement attachée à l’espace de l’exposition est celle du « tour du monde en un jour », formule qui a fait florès après l’Exposition parisienne de 1931. Cette métaphore trouve son origine dans une répartition des salles et des pavillons suivant une logique géographique et concevant le site occupé comme la représentation miniaturisée du domaine impérial. C’est la section coloniale de l’Exposition universelle de Paris de 1889 qui aurait été la première, selon l’historien Paul Greenhalgh, à adopter cette conception, devenue depuis une véritable norme scénographique des expositions coloniales94. Cette présentation territoriale de la vie coloniale n’est cependant pas exclusive et peut se doubler d’autres approches, comme l’approche diachronique, ou thématique, à travers les grands types d’activités économiques, sociales et culturelles.

  • 95 L’ECI de Paris a occupé une superficie de 60 hectares. En 1939, la Foire internationale de New York (...)

38La MTTIO, profitant d’une superficie exceptionnelle – supérieure à celle de l’Exposition parisienne de 1931, mais très inférieure à celles des expositions américaines95 –, superpose les trois approches pour offrir au visiteur trois sections distinctes, auxquelles s’ajoutent les espaces ludiques, les espaces de services et les sites de fouilles archéologiques (fig. 8). L’exposition débute par une section historique, qui retrace les grandes étapes de l’expansion « italienne » depuis le mythe fondateur de l’Énéide jusqu’à la campagne d’Éthiopie. Elle est suivie d’une section géographique, qui propose une présentation successive des territoires sous tutelle italienne, incluant les îles du Dodécanèse, la concession italienne du port chinois de T’ien-tsin, et l’Albanie tout juste conquise. Enfin la section économique présente les activités de production et d’échange en lien avec l’Empire mais aussi les activités à caractère social, religieux et culturel de l’Italie dans ses colonies.

  • 96 « Il parco faunistico e l’acquario tropicale ».

39N’oublions pas, enfin, l’emprise des infrastructures ludiques de l’exposition : deux théâtres, dont un à ciel ouvert et d’une capacité de 15000 places (l’Arena flegrea), une piscine, de nombreux restaurants, une piste pour autos tamponneuses et un parc zoologique de 12 hectares96. Le guide officiel souligne le double intérêt de ce parc :

  • 97 « anzitutto perchè è uno zoo specializzato, destinato cioè a mostrare, nella maniera più completa, (...)

[d]’une part parce que c’est un zoo spécialisé, c’est-à-dire destiné à montrer exclusivement et de la manière la plus complète la faune de notre empire colonial ; et d’autre part parce que, pour la première fois en Italie, les diverses espèces sont méthodiquement ordonnées suivant une succession logique97.

Fig. 8. — MTTIO (1940), plan d’ensemble (Prima Mostra triennale delle terre italiane d’oltremare, Napoli, 9 maggio-15 ottobre 1940-XVIII, Naples, Raimondi, 1940, p. 4)

Secteur historique : 1. – Expansion romaine en Méditerranée, en Afrique, en Asie ; 2. – Républiques maritimes et Marines italiennes du xixe siècle ; 2bis. – Galère de Marco Querini ; 3. – Pionniers et explorateurs italiens en Afrique ; 4. – Conquêtes coloniales ; 5. – Forces armées : armée de terre, aéronautique, marine ; 6. – Partito nazionale fascista (tour).

Secteur géographique : 7. – Afrique-Orientale italienne ; 7A. – Secteur ethnographique, villages indigènes ; 7B. – Labeur italien en Afrique ; 8. – Libye ; 9. – Îles italiennes d’Égée ; 10. – Expansion italienne en Orient ; 11. – Civilisation catholique en Afrique ; 12. – L’Albanie dans la civilisation méditerranéenne.

Secteur de la production et du travail : 13. – La race ; 14. – Culture et propagande ; 15. – Livre et journal ; 16. – Santé (médecine, hygiène, vétérinaire) ; 17. – Chasse et zootechnie ; 18. – Pêche ; 19-20. – Colonisation ; 21. – Horticulture et culture fruitière ; 22. – Céréales ; 23. – Plantes coloniales ; 24. – Machines agricoles ; 25-26. – Tour publicitaire ; 27. – Sylviculture et bois, papier et imprimerie ; 28. – Technique ; 29. – Électrotechnique ; 30. – Fibres textiles ; 31. – Ameublement ; 32. – Habillement ; 33. – Produits alimentaires ; 34. – Moteurs ; 35. – Chemins de fer ; 36. – Transports automobiles ; 37. – Radio-transmissions ; 38. – Travaux publics et matériaux de construction ; 39-40. – Industries minières et d’extraction ; 41. – Postes, télégraphes et téléphones ; 42. – Ports et phares ; 43. – Marins ; 44. – Services aériens ; 45. – Services maritimes ; 46. – Commerce ; 47. – Crédit.

Art, archéologie, attractions et sections diverses : 48. – Théâtre et palais des arts ; 49. – Restaurateurs ; 50. – Piscine ; 51. – Cafés, débits de boissons ; 52. – Arène, théâtre pour les masses ; 53. – Voie des Fontaines ; 54. – Exèdre ; 55. – Autos tamponneuses.

Zone archéologique : 56. – Cryptoportique ; 57. – Aqueduc romain ; 58. – Musée des fouilles ; 59. – Voie romaine ; 60. – Temple votif ; 61. – Aquarium tropical ; 62. – Serres botaniques ; 63. – Restaurant, pizzeria ; 64. – Théâtre pour enfants ; 65. – Parc zoologique ; 66. – Parc d’attractions.

Services : A.– Entrées ; B.– Bureaux de l’exposition ; C.– Services publics (postes, télégraphes, téléphones, offices de tourisme, banques, etc.) ; D.– Stations de train, services au public, cinéma, tourisme, spectacle ; E.– Magasin ; F.– Station du téléphérique de Pausilippe ; G.– Billetterie.

  • 98 « un preciso itinerario » (ibid.).
  • 99 « Il parco faunistico e l’acquario tropicale ».
  • 100 « selezionati tra i più caratteristici e spettacolari » (MTTIO, Prima Mostra, p. 105).

40Exhaustivité, méthode et logique ont ainsi dicté les ambitions de l’exposition en matière zoologique. Les organisateurs ont profité de la topographie naturelle du site pour y installer des espaces en terrasses reliées entre elles par des escaliers et des sentiers permettant de suivre un « itinéraire précis98 », depuis les grands pachydermes jusqu’aux quadrumanes, en passant par les fauves, les palmipèdes, les reptiles, les girafes et les mouflons. Plus d’un millier d’animaux sont ainsi présents à Naples, résultat de nombreuses missions de capture lancées partout en Afrique italienne99. Cette collection, dont il n’a pas été possible de connaître le destin après la fermeture du site le 10 juin 1940, est encore complétée par un aquarium tropical, le seul dont nous ayons connaissance parmi les expositions coloniales portugaises et italiennes de l’entre-deux-guerres. L’aquarium de la MTTIO est un petit édifice couvert de mosaïques, qui abrite des espèces de la mer Rouge, de l’océan Indien ainsi que des lacs et des fleuves de l’outre-mer italien, un total de plusieurs centaines d’animaux, « sélectionnés parmi les plus caractéristiques et les plus spectaculaires100 ». À l’instar du reste de l’exposition, des procédés « modernes » d’illumination et de refroidissement des eaux ont été élaborés, dans un environnement véritablement féerique si l’on en croit les auteurs du guide officiel :

  • 101 « Il buio delle sale, attraverso le quali circola il pubblico, rende maggiormente chiare le visioni (...)

L’obscurité des salles à travers lesquelles circule le public rend magistralement claires les visions des fonds marins, et le parcours du public est signalé par un subtil fil lumineux de couleur bleue, suspendu au plafond101.

  • 102 « candide costruzioni basse, agili palme dattilifere, caffè arabi, il suk tripolino, i crocchi bedu (...)
  • 103 « Ma, se questa è la cornice, diremo, pittoresca, i settori della Mostra raccolgono una messa in va (...)

41Autre attraction, le souk tripolitain qui, en 1940, constitue toujours le clou du gouvernement de la Libye. On perçoit cependant chez les organisateurs un certain embarras entre les contraintes commerciales et la volonté de proposer au visiteur une section rigoureuse, rationnelle et affranchie de la quête de pittoresque. Le guide officiel témoigne de cette difficulté. La présentation de la section libyenne commence par faire l’éloge des « maisons blanches et basses, [d]es palmes agiles chargées de dattes, [d]es cafés arabes, [du] souk tripolitain, [d]es cercles bédouins, [d]es tours des marabouts isolés et [d]es voûtes des mosquées des villes, desquelles le minaret pittoresque s’élance vers le ciel telle une gigantesque aiguille d’acier102». On retrouve dans cet extrait l’ensemble des poncifs de l’orientalisme. Mais le texte se poursuit par le refus de la « couleur locale » et revendique la rigueur de la présentation libyenne : « Mais si le cadre est, dirons-nous, pittoresque, les différents secteurs de l’exposition mettent solidement en valeur notre belle colonie de la quatrième rive103 », à l’aide d’une présentation systématique du territoire libyen, par la géographie, la préhistoire, l’ethnographie, l’histoire et enfin l’œuvre de développement italienne. L’exigence de pittoresque se heurte donc aux impératifs didactiques.

42La situation se complique encore pour les organisateurs de l’exposition libyenne lorsqu’ils planifient la section touristique. Celle-ci doit en effet inclure un café arabe, élément central de l’image touristique du pays :

  • 104 « Tale locale costruito […] sulla linea di quello di Suk el-Mucir, ma possibilmente più ampio e con (...)

Un tel lieu, construit […] dans les grandes lignes [du café] du Souk el-Macir, mais dans la mesure du possible en plus vaste et avec un aménagement intérieur plus commode, ne pourra que rencontrer la plus grande faveur du public (en particulier s’il fonctionne comme à Tripoli, avec des danses et des musiques indigènes), notamment parce que ce type exotique de café-concert n’est pas très connu en Italie. Naturellement, thé et café turcs devront être servis dans ce local, au moyen d’un personnel de couleur ; ces consommations pourraient être comprises dans le billet d’entrée. En outre, un restaurant communiquera avec les locaux du café, typique et caractéristique, exclusivement arabe, dans lequel seront servis les plats traditionnels de la cuisine indigène, dont le fameux « couscous ». Il serait opportun que la préparation du « couscous » soit visible par le public104.

43Authentiques mais aménagés, pittoresques mais agencés selon les critères du spectacle touristique, les espaces de restauration sont élaborés en vue d’attirer le public non pas sur une base didactique ou ethnographique, mais délibérément ludique.

La géographie impériale fasciste : domination, ségrégation

  • 105 « the prototypes for imperial sections of all international events following it, including those in (...)
  • 106 « physical encyclopædia » (ibid.).
  • 107 Cooper, Stoler, 1997, p. 7 ; Sibeud, 2004.

44Le genre de la grande exposition né à Londres en 1851 compte parmi ses fonctions premières celle de donner du sens à l’activité, à l’inventivité et à la créativité des hommes. Le classement, progressivement perfectionné, prolonge ainsi l’utopie rationaliste d’un monde parfaitement connu, ordonné et in fine contrôlé, héritage de l’esprit encyclopédique du xviiie siècle. Sections, classes, groupes et sous-groupes forment l’armature conventionnelle de toutes les grandes expositions : des arborescences plus ou moins complexes aident le visiteur à se retrouver dans une profusion volontairement orchestrée d’informations, d’objets, de vitrines, d’échantillons, etc. Dans le cas d’une exposition coloniale, cette ambition taxinomique est encore renforcée par les enjeux politiques de domination qui la sous-tendent. Paul Greenhalgh fait remonter à l’Exposition parisienne de 1889 le procédé consistant à ordonner la présentation de tous les aspects de l’Empire, créant « les prototypes des sections impériales de tous les événements internationaux suivants, y compris ceux de Grande-Bretagne105 ». L’exposition devient ainsi une « encyclopédie physique106 » capable de donner une vision globale et rationnelle d’un monde encore sauvage, inexploré et hostile. Politiquement, la mise en ordre par le discours et par le classement constitue la manifestation de la volonté de contrôler des mondes, des territoires et des hommes dont l’infériorité culturelle ou technique présumée justifie la prise en charge, que celle-ci soit violente ou pacifique. En outre, la plupart des acteurs et des institutions de la colonisation ont eux-mêmes produit des catégories susceptibles de faciliter le contrôle sur les populations colonisées. Le droit, l’administration, la médecine, l’activité missionnaire, la politique scolaire et les sciences « coloniales » ont été les auxiliaires d’un large processus de mise sous tutelle dans lequel campagnes militaires et maintien de l’ordre ne constituaient qu’une modalité de contrôle parmi d’autres. L’élaboration de catégories, qu’elles soient sociales, raciales, religieuses ou économiques, jamais fixées mais soumises aux besoins des colonisateurs, constitue dès lors une forme de gouvernement colonial107.

45Les colonies italiennes se répartissent en deux groupes : les colonies européennes que sont les îles du Dodécanèse et l’Albanie après sa conquête en 1939, et les colonies africaines constituées de deux sous-ensembles, la Libye et l’AOI, sans oublier la petite concession italienne du port chinois de T’ien-tsin. Les premiers territoires n’ont pas la même importance dans l’impérialisme colonial fasciste. Ils permettent cependant d’élaborer un discours sur l’identité méditerranéenne de son Empire. La taxinomie mise en place dans la section géographique de la MTTIO de 1940 offre une image très aboutie des conceptions à l’œuvre dans le colonialisme fasciste postérieur à la conquête de l’Éthiopie.

  • 108 « avvicendarsi, spesso tumultuoso, di razze e di eventi, sul margine delle sabbie desertiche, sconv (...)
  • 109 « il tristo periodo della dominazione musulmana » (ibid., p. 81).
  • 110 « immenso sviluppo dato in quest’ultimo ventennio alla Colonia dall’Italia fascista in ogni campo » (...)

46La Libye, constituée de la Tripolitaine et de la Cyrénaïque, est traitée comme le modèle de la colonie en voie de modernisation, rendue possible par la présence de populations suffisamment avancées sur l’échelle de la civilisation pour intégrer les bienfaits de la mission civilisatrice, mais aussi par le volontarisme fasciste qui se déploie dans tous les domaines. C’est du moins le cas en Tripolitaine, espace modèle érigé en laboratoire de la colonisation fasciste. L’image présentée est celle d’une colonie marquée par une longue histoire de dominations, de laquelle résulte une « alternance, souvent tumultueuse, de races et d’événements, sur les marges des sables désertiques, ravagées par les ouragans du ghibli108 ». À ce passif historique et géographique, à ces héritages contradictoires et parfois néfastes – il est question plus loin dans le guide de « la triste période de la domination musulmane109 » – s’oppose le portrait d’une Libye modernisée par l’« immense élan donné depuis vingt ans à la colonie par l’Italie fasciste dans chaque domaine110 ». Sur les trois parties qui constituent le pavillon, les deux premières présentent les données historiques, géographiques et ethnographiques du terrain libyen. La troisième est consacrée à l’entreprise fasciste réalisée sur la « quatrième rive ». Cette section se termine en apothéose sur une présentation de l’activité du PNF dans la colonie. Promise au développement commercial, au rapprochement inéluctable avec la métropole, la Libye rêvée des fascistes n’est pas sans rappeler l’Algérie des Français : une colonie de peuplement et un morceau de métropole de l’autre côté de la Méditerranée.

  • 111 Il s’agit de l’Érythrée, de la Somalie, de l’Harar, du Choa (Addis-Abeba), du Galla Sidamo, et de l (...)
  • 112 « opere compiute e in corso » (Tarquini, « La Mostra triennale d’oltremare », p. 743).
  • 113 « [L]’ambiente forse più interessante e pittoresco del settore geografico è costituito dai villaggi (...)
  • 114 « capanne costruite espressamente da indigeni e dora ospitati nella Mostra, dove svolgono la loro v (...)

47Le traitement des territoires d’Afrique orientale répond à une logique différente. Ce sont des terres de conquête et de pouvoir exercé sans partage sur des peuples racialement inférieurs. L’organisation du pavillon de l’AOI marque cette dimension impériale : l’atrium d’entrée, intitulé « Salon empire », est orné de fresques qui établissent le parallèle entre l’Empire romain et l’Empire fasciste. Une longue passerelle permet d’accéder à une salle de présentation générale, dans laquelle une vaste maquette de l’AOI, d’une superficie de 80 mètres carrés, présente les principales caractéristiques morphologiques de la colonie. Les six autres salles sont respectivement consacrées à chacun des six territoires de l’AOI111, selon un même modèle d’organisation : l’environnement physique et naturel, les aspects ethniques et historiques, et enfin l’œuvre de colonisation italienne. La difficulté pour les organisateurs provient clairement des maigres résultats dont ils disposent en termes de développement et d’investissement. Cette lacune se traduit par le caractère très évasif des guides officiels lorsqu’ils évoquent l’œuvre italienne dans cette partie du continent africain, y compris en Érythrée ou en Somalie, qui sont pourtant de « vieilles » colonies par rapport à l’Éthiopie tout juste conquise. L’accent est donc mis sur la qualité des salles consacrées à l’ethnographie et à la culture matérielle des sujets de cette partie de l’Empire. L’article de la Rivista delle colonie consacré à la MTTIO passe ainsi rapidement sur les « œuvres réalisées et en cours112 » du régime (travaux publics, routes, production agricole, fermes types) pour s’attarder plus volontiers sur les villages indigènes qui font face au pavillon de l’AOI (fig. 9). « [L]’espace probablement le plus intéressant et le plus pittoresque du secteur géographique est constitué des villages indigènes113 », poursuit l’article, évoquant la reconstruction d’un palais de Gondar, d’une église copte et de « cabanes construites pour l’occasion par des indigènes logés à l’exposition, où ils mènent leurs activités d’artisans, apportant ainsi une touche africaine à tout ce petit univers qui constitue nos nouvelles terres d’outre-mer114 ». Manifestement, le pittoresque vient au secours des organisateurs, lorsque ceux-ci disposent d’un matériel limité à exposer. On note en outre l’amalgame commodément réalisé entre les vieilles colonies que sont l’Érythrée et la Somalie et les nouveaux territoires, camouflant habilement la faible œuvre de « civilisation » réalisée en Afrique orientale.

Fig. 9. — MTTIO (1940), village de l’Afrique-Orientale italienne (L’illustrazione italiana, 2 juin 1940, p. 839. Collection Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, Nanterre)

  • 115 « inutile retaggio della guerra di Libia » (Labanca, 2002, p. 179).
  • 116 Cacace, Mammarella, 2010, p. 121.
  • 117 Commissariat italien à l’ECI de Paris, Guide officiel de la section italienne, p. 13.
  • 118 Ibid.
  • 119 « vigile scolta di civiltà latina nel Mediterraneo orientale » (MTTIO, Prima Mostra, p. 101).
  • 120 « nel suo aspetto eterno » (ibid., p. 117).
  • 121 « [i]n una Mostra come questa che mette cosí bene in rilievo le varie tappe della civiltà mediterra (...)
  • 122 « nella sua storia di difesa della romanità contro la ondata asiatica » (« La triennale d’oltremare (...)
  • 123 « vigile sentinella avanzata dell’Italia fascista in Oriente » (Tarquini, « La Mostra triennale d’o (...)

48Les quatorze îles du Dodécanèse, officiellement appelées « îles italiennes de l’Égée », ont été conquises en même temps que la Libye lors de la guerre contre l’Empire ottoman. La plus importante en est Rhodes. À cet « héritage inutile de la guerre de Libye115 » s’ajoute l’Albanie, annexée en avril 1939 et devenue protectorat italien après la déchéance du roi Zog. Cette annexion a surtout répondu à des nécessités stratégiques de la politique de puissance italienne, dans le cadre de l’alliance avec l’Allemagne. En réponse à l’annexion de la Tchécoslovaquie, l’Italie souhaitait en effet se ménager une position plus favorable à un mois des négociations du Pacte d’acier116. La petite concession italienne du port de T’ien-tsin remonte, quant à elle, à la fin de la révolte des Boxeurs, en 1901. De statuts politiques et administratifs très divers, ces trois territoires sont tous représentés à Naples en 1940. Les îles de l’Égée et l’Albanie renforcent la dimension culturelle et historique de l’impérialisme italien en insistant sur ses racines gréco-latines et chrétiennes. En 1931 déjà, Rhodes avait vu sa représentation abritée dans un pavillon évoquant « une autre phase de l’histoire coloniale italienne, celle du Moyen Âge117 », à travers une reproduction de l’auberge des Chevaliers de saint Jean, symbole explicite de la lutte de la chrétienté contre l’islam118. En 1940, on retrouve les mêmes accents guerriers, Rhodes étant présentée comme la « sentinelle vigilante de la civilisation latine en Méditerranée orientale119 », dans le cadre d’un conflit culturel qui oppose l’Europe à l’Asie, la chrétienté à l’islam. L’Albanie est traitée dans le même registre, celui de la résistance à la menace musulmane en Europe. Bien que le guide de la MTTIO précise que l’Albanie n’est pas une colonie au sens strict, un pavillon lui est consacré. Intitulé « L’Albanie dans la civilisation méditerranéenne », il inclut ce territoire balkanique dans une identité chrétienne et occidentale, « dans sa dimension éternelle120 ». Un article de la Rivista delle colonie confirme ce sentiment : « [d]ans le cadre d’une exposition comme celle-ci, qui met si bien en valeur les diverses étapes de la civilisation méditerranéenne, l’Albanie ne pouvait être absente121 ». Le protectorat est présenté comme l’avant-poste de la lutte qui oppose la civilisation, incarnée par Rome et l’Europe, à la barbarie asiatique et musulmane. Des maquettes et des panneaux documentent l’évolution de l’Albanie depuis César jusqu’à Mussolini, inventant l’identité italienne de l’Albanie et son « histoire dans la défense de la romanité contre la vague asiatique122 ». Quant à la concession italienne de T’ien-tsin, « vigilante sentinelle avancée de l’Italie fasciste en Orient123 », elle permet d’évoquer les liens anciens entre l’Italie et l’Extrême-Orient, la figure de Marco Polo et l’aventure de la navigation italienne.

  • 124 Del Boca, 1995.

49De cet ensemble, on retiendra une impression paradoxale, dans la mesure où le classement colonial qui se réalise dans la section géographique de la MTTIO est présenté en l’absence manifeste de références à la politique raciale mise en place en AOI124. À l’échelle de l’ensemble de l’exposition, la politique raciale fasciste n’est abordée que dans une salle du pavillon consacré à la politique sanitaire, culturelle et à la propagande coloniale. Le guide officiel, qui présente une vision exhaustive de l’exposition, propose une description très vague et largement « hors sujet » de cette salle. La politique raciale est abordée dans le cadre plus général de la politique démographique fasciste en métropole, de la conquête de l’Empire et de sa domination en Afrique orientale. Les rapports raciaux et la défense du « prestige » italien, véritable obsession du fascisme des années qui précèdent la guerre, ne peuvent être compris sans ces données :

  • 125 « La razza italiana viene difesa e potenziata dal Regime nella sua integrità fisica e spirituale e (...)

[l]e Régime défend et renforce la race italienne, tant dans son intégrité physique et spirituelle que du point de vue de son nombre ; démographiquement exubérante, elle a conquis l’Empire, le peuple et le met en valeur, tout en maintenant à l’égard des indigènes une attitude, à la fois humaine dans sa forme et intransigeante dans ses fondements, de nette domination et de prestige racial125.

  • 126 « Italia in armi […] che diciotto anni di Regime fascista e di volontà di potenza hanno esaltato si (...)

50Le contenu de la salle reprend les grandes idées de l’extrait ci-dessus, en commençant par mettre en valeur la politique nataliste du régime en métropole, ses résultats démographiques, ses conséquences géopolitiques et ses effets outre-mer. L’intérêt de cette exposition réside dans l’articulation entre la politique menée en métropole – signalée par les mesures natalistes et par des photographies d’enfants joyeux et en bonne santé, de clichés représentant l’« Italie en armes […] que dix-huit années de Régime fasciste et de volonté de puissance ont élevée jusqu’à la conquête de l’Empire126 » –, le peuplement européen qui résulte de cette conquête, et, seulement à la fin de l’exposition, marginalement, la politique de ségrégation raciale mise en place par le régime, évoquée dans des termes évasifs :

  • 127 « Questione del meticciato – leggi che lo combattono – disciplina delle razze – rapporti tra coloni (...)

Question du métissage – lois qui le combattent – discipline des races – rapports entre colonisés et colonisateurs – reproduction d’une effigie du Duce, sculptée dans la roche, dans le style sommaire et ingénu des artistes de la légion127.

  • 128 Barrera, 1996.
  • 129 Del Boca, 1996b, pp. 425, 431.

51Le changement de ton est brutal avec le lyrisme qui précède, et la présentation de ce qui est supposé constituer le cœur de cette salle, la politique raciale du régime dans ses colonies, est pour le moins succincte et allusive. Naturellement, aucune mention n’est faite des pratiques pourtant répandues de concubinage plus ou moins servile entre colons européens et femmes indigènes, désignées par la formule du « madamisme », comme si celles-ci disparaissaient sous les vertus performatives de la loi128. Vitrine de la norme sexuelle et impériale du régime, la MTTIO exclut la femme colonisée d’un univers colonial italien blanc et viril. On sait pourtant que d’innombrables clichés érotiques et pornographiques de femmes des colonies d’Italie ont circulé dans les années 1930, d’abord parmi les soldats, puis dans l’ensemble des cercles masculins italiens, dans les colonies comme en métropole, montrant à quel point le corps féminin a pu être l’objet et le support d’une domination coloniale et sexuelle dans l’Empire italien comme dans l’ensemble des Empires européens129. L’Exposition napolitaine se doit avant tout de refléter la situation idéale d’une ségrégation absolue au service du prestige de l’Italie fasciste, incarnée par ses héros masculins.

V. - Pionniers, martyrs, soldats et colons

Mare Nostrum

  • 130 Mariella Cagnetta souligne la centralité du motif romain impérial dans le régime, mais rappelle aus (...)
  • 131 Romke Visser considère pour sa part que les célébrations de 1911, qui coïncident à la fois avec les (...)
  • 132 Dans son fameux ouvrage, Emilio Gentile définit la « religion fasciste » comme le résultat de la re (...)
  • 133 Visitée par plus d’un million de personnes, elle est décrite par Romke Visser comme une « énorme ex (...)
  • 134 Foro, 2003, pp. 121-131.

52L’importance du mythe romain dans la doctrine, la culture et l’esthétique fascistes, bien au-delà de la simple utilisation opportuniste ou symbolique, a été soulignée depuis longtemps par les historiens de l’Antiquité130. Le mythe de la « Troisième Rome », motif déjà mobilisé du temps du Risorgimento italien et des premières aventures coloniales de l’État unitaire131, a été repris avec une emphase jamais atteinte par la politique culturelle du fascisme, à des fins de mobilisation totale des Italiens. Aucun espace de la politique menée par le régime n’a échappé à ce phénomène, orchestré par Mussolini et son entourage, depuis la bataille du grain jusqu’aux campagnes natalistes en passant par la politique étrangère132. Cette récupération des valeurs supposées de la civilisation romaine (goût de l’ordre, sévérité, sacrifice de l’individu au bénéfice de la collectivité, piété et loyauté) s’impose naturellement dans les expositions organisées par le pouvoir et évolue au gré des circonstances politiques et des nécessités du moment. Ainsi, après la fondation de l’Empire en mai 1936, le parallèle est encore accentué entre la matrice romaine et sa manifestation contemporaine, entre Auguste et Mussolini : cette identification se déploie à l’occasion de l’Exposition augustéenne de 1937 organisée à Rome et destinée à célébrer les 2000 ans de la naissance de l’empereur romain133. L’année suivante, pour répondre aux contraintes nées de la nouvelle législation raciale, c’est notamment chez les auteurs classiques latins que la revue La Difesa della razza va puiser ses arguments antisémites et racistes134. Dès lors, la MTTIO de 1940, en gestation depuis 1934, ne peut échapper à cette omniprésence de l’Antiquité romaine dans l’environnement politique et culturel italien.

  • 135 Cederna, 1991, p. 65.
  • 136 « Strade, acquedotti, terme : tre grandi opere con cui Roma ha voluto essere presente nella rassegn (...)

53L’archéologie a été une des disciplines les plus investies par le pouvoir, qui a mené en métropole, mais aussi dans les colonies, des campagnes plus ou moins heureuses de fouilles et de réhabilitation aux objectifs politiques explicites. En métropole, et notamment dans la capitale, il s’agit de signer dans la pierre la filiation esthétique et idéologique entre la Rome des Césars et celle de Mussolini. Ce projet se traduit notamment par le tracé de « l’énorme fleuve de macadam » qu’est la via dei Fori imperiali135. Dans les colonies méditerranéennes, en Libye mais aussi à Rhodes, cet objectif se double de l’ambition d’affirmer une présence ancienne sur le pourtour méditerranéen et donc de se réapproprier symboliquement cette mer intérieure. À Naples, des fouilles archéologiques ont été réalisées à l’occasion des travaux de terrassement de la partie septentrionale du site de la MTTIO : une voie romaine, la via Putoleana, un mausolée, des thermes et les vestiges d’un aqueduc ont ainsi été mis au jour pendant le chantier. L’occasion est trop belle pour les organisateurs de renforcer le parallèle entre l’impérialisme d’hier et celui d’alors. Un article de L’illustrazione italiana s’en félicite : « routes, aqueducs, thermes : trois grandes réalisations à travers lesquelles Rome a voulu être présente dans cette exposition des forces nouvelles de l’expansion impériale d’Italie136 ».

Fig. 10. — MTTIO (1940), couverture du catalogue officiel (Wolfsonian-FIU)

  • 137 ASMAE-MAI, Africa III, dossier n° 47, « Mostra triennale delle terre italiane d’oltremare », rappor (...)
  • 138 Cederna, 1991, p. 60.
  • 139 MTTIO, Prima Mostra.

54Dans la section géographique de la MTTIO, l’exposition du gouvernement de la Libye met en valeur non seulement le patrimoine archéologique de la Tripolitaine, mais aussi les efforts du régime et les résultats des campagnes de fouilles sur la rive sud137. Pas moins de huit salles sont consacrées à l’archéologie, affirmant d’une part l’ancienneté des liens qui unissent la péninsule italienne à sa « quatrième rive », mais aussi la réappropriation d’un patrimoine tombé dans l’oubli. Ainsi est célébré le « retour » de l’Italie en Libye après les temps obscurs et les invasions barbares qui ont suivi la décadence romaine d’Occident. Le parallèle est tentant avec les destructions systématiques réalisées dans la capitale, qui n’ont pas épargné les quartiers médiévaux et les bâtiments de la Renaissance, considérés comme de simples couches de sédiments à gratter en vue de retrouver les racines antiques de Rome138. Une fois débarrassée du souvenir de ces temps « obscurs » ou « barbares », la vertu romaine peut reprendre ses droits. Cette idée est exprimée sur la couverture du catalogue de la MTTIO, qui aurait également servi d’affiche à l’exposition : un pied massif enjambe une mer intérieure pour se poser sur sa rive méridionale, dans un geste viril et décidé de réappropriation symbolique et militaire139 (fig. 10).

  • 140 Le secteur historique correspond aux six premiers pavillons.

55C’est naturellement la section historique, située dans sa partie orientale, qui délivre le message le plus explicite sur le rapport au passé qu’entretient l’impérialisme fasciste. Cette section n’occupe qu’une petite surface du site, pas plus du huitième (fig. 8)140. Elle constitue néanmoins le prologue indispensable au visiteur soucieux de saisir l’essence de la colonisation italienne. Guides, articles et catalogues insistent tous sur ce point. Ainsi la section historique

  • 141 « viene logicamente e storicamente a formare non solo il monumentale vestibolo d’ingresso, ma la ne (...)

constitue logiquement et chronologiquement l’entrée monumentale [de l’exposition], mais aussi la base nécessaire à toute l’illustration et toute la documentation du travail italien sur les terres d’outre-mer141.

56L’expansion coloniale italienne y est présentée à travers ses étapes marquantes, qui constituent autant d’ères, d’âges et de cycles d’un unique impérialisme italique. La section débute par le pavillon de Rome, où l’accent est mis sur l’impérialisme maritime, et se poursuit avec l’évocation d’un autre impérialisme méditerranéen, celui des républiques maritimes, héritières de la civilisation romaine et fer de lance de la lutte chrétienne contre la menace musulmane en Europe. Un immense saut est ensuite réalisé dans le temps, avec le pavillon des pionniers et explorateurs italiens en Afrique,

  • 142 « illustri ed oscuri italiani, esploratori, geografi, naturalisti, mercanti e missionari che attrav (...)

illustres ou obscurs Italiens, explorateurs, géographes, naturalistes, marchands et missionnaires qui à travers les siècles, souvent au sacrifice de leur propre vie, ont grandement contribué à la connaissance et à l’exploration du continent noir, en particulier des possessions coloniales italiennes142.

  • 143 « dello sbarco ad Assab alla entrata trionfale delle truppe in Addis Abeba » (ibid., p. 37).
  • 144 La bataille de Zama est un épisode décisif de la deuxième guerre punique (202 av. J.-C.) ; Lépante (...)

57De l’Antiquité à 1940, la section embrasse les siècles pour décrire un mouvement perçu comme homogène et irrésistible d’élargissement des horizons et des connaissances européennes en Afrique, dans lequel les Italiens ont toute leur part. De l’exploration à la conquête, le pas est franchi avec le pavillon des conquêtes coloniales, présentées comme la suite logique, nécessaire et fatale de l’histoire nationale, « du débarquement d’Assab à l’entrée triomphale des troupes dans Addis-Abeba143 ». Le lien entre le passé et le présent est explicitement posé dans la dernière salle du pavillon, consacrée à la campagne d’Éthiopie, où une carte lumineuse représentant les phases militaires de la conquête et commentée par la voix de Badoglio en personne est entourée de cinq bas-reliefs évoquant les batailles de Zama et de Lépante, la campagne de Crimée et la victoire de Vittorio Veneto, autant de temps forts et d’affirmations de la grandeur militaire des « Italiens » à travers les siècles, contre des ennemis qui ont pour seul point commun de s’être mis au travers de l’affirmation ou de l’expansion légitime de l’Italie144.

58Ce très large cadre chronologique et cette mise en scène racontent l’histoire d’une expansion linéaire et millénaire, en réalité tout droit sortie de l’imagination des organisateurs. Motif central de l’appareil de justification de la colonisation italienne, le passé romain est complété par un autre dispositif de justification, celui de l’effort, du travail, du lavoro des Italiens dans la découverte et l’exploitation des autres continents par les Européens. Est ainsi dressé le portrait du colonisateur type que l’Italie des Faisceaux souhaite former outre-mer.

Travail et conquête

  • 145 Voir chap. i de cet ouvrage, p. 47.
  • 146 Castronovo, 1981, p. 329.
  • 147 « l’Africa non italiana » (MTTIO, Prima Mostra, p. 57).

59Les propos qui définissent l’idéal type du colonisateur italien sont souvent empruntés à un registre guerrier et viril. La colonisation de l’Italie fasciste est celle d’un « grand peuple », conquérant et populeux. Ce choix rompt avec l’image de l’Italien brava gente, amical et avenant outre-mer. Guerrier, le peuple italien qui colonise est aussi laborieux. C’est le sens que l’on peut donner à la notion de « nation prolétaire » forgée par Enrico Corradini145. Le courage et le volontarisme font le lien entre ces deux caractères du peuple italien lorsqu’il quitte la péninsule. Un portrait flatteur du peuple « travailleur » est ainsi dressé dans le pavillon du travail italien en Afrique. Cette notion de lavoro italiano est souvent invoquée en contexte colonial, car elle permet de défendre l’idée qu’un peuple puisse être culturellement, anthropologiquement voire génétiquement colonisateur sans pour autant être à la tête d’un vaste empire. En encensant la contribution des Italiens à la connaissance, au développement et à l’exploitation du continent africain, les organisateurs de la MTTIO soulignent aussi l’injustice dont souffrent l’Italie et les Italiens, mal servis depuis le scramble par rapport à d’autres nations, ploutocrates et capitalistes. La Grande-Bretagne et la France sont implicitement désignées dans ce raisonnement146. Ce dispositif dresse aussi le portrait d’un peuple désintéressé, qui ne ménage pas ses efforts et contribue au progrès de l’« Afrique non italienne147 ». Le pavillon organisé par aires géographiques – Suez, l’Égypte et le Soudan, l’Angola, le Mozambique, l’Afrique du Sud, Djibouti, le Congo belge, le Kenya, le Tanganyika, Ténériffe, l’Algérie, le Maroc, le Sénégal, la Tunisie, Tanger – n’épargne aucune puissance européenne présente en Afrique, soulignant ainsi la « dette » de chacune à l’égard du peuple italien.

60Un autre aspect important réside dans la mise en valeur d’expériences individuelles mais aussi collectives : explorateurs, scientifiques, militaires, médecins, missionnaires, ingénieurs et techniciens sont certes individuellement encensés, mais la masse des ouvriers, des laboureurs et des marchands est également mise en valeur. L’objectif rhétorique est ainsi clairement affirmé dans le catalogue officiel :

  • 148 « Questa rassegna, accanto alle varie Mostre che compongono la Triennale d’Oltremare, contribuisce (...)

Cet ensemble, mis à côté des diverses sections qui composent la Triennale d’outre-mer, contribue à compléter de manière significative le panorama destiné à démontrer au monde les très grandes qualités et aptitudes colonisatrices de la race italienne148.

  • 149 Ibid., pp. 52-53.
  • 150 Tarquini, « La Mostra triennale d’oltremare », p. 741.

61Mais la colonisation est aussi une affaire de conquête. Héritiers des légionnaires romains, les Italiens de l’ère fasciste sont des conquérants qui prennent par les armes les terres qui leur sont dues, en vertu du droit de l’histoire et du droit du plus fort. La prise d’Addis-Abeba et la proclamation de l’Empire en mai 1936 donnent corps à une rhétorique martiale déjà en place depuis le début des années 1930, mais jusqu’alors dépourvue d’une authentique épopée moderne. Tout change à partir de 1936, et en 1940 l’Exposition napolitaine n’en finit pas de proclamer la puissance retrouvée de Rome et le fait que les Italiens renouent – enfin – avec leur histoire et leur destin. La mise en valeur de l’armement et de la stratégie des états-majors italiens dans le pavillon des conquêtes coloniales permet à la fois de valoriser l’armée et de préparer l’opinion à la guerre, après l’avoir accoutumée à l’autarcie économique. De même, la participation à la guerre d’Espagne est longuement évoquée dans la tour du parti fasciste qui rend hommage aux volontaires149. En outre, des prises de positions clairement anglophobes et francophobes se manifestent dans certains pavillons italiens : toujours dans la tour du parti fasciste, la salle dite des « renoncements » évoque les heures noires du colonialisme italien, depuis l’humiliation de la crise tunisienne avec la France jusqu’à la « victoire mutilée » à Versailles en 1919150. Le pavillon du travail italien en Afrique souligne l’injustice dont aurait été victime une Italie engagée dans le processus de progrès et de civilisation en Afrique, mais bien mal récompensée. Enfin, l’évocation de l’épisode des sanctions votées par l’assemblée générale de la Société des Nations renforce le consensus politique et l’image d’une Italie drapée dans son droit et humiliée par les nations trop bien servies lors du scramble.

  • 151 « L’esperimento sanzionista » (MTTIO, Prima Mostra, p. 51).

62La cinquième salle de la tour du PNF, intitulée « [l]’expérience des sanctions151 », élabore ainsi une mise en scène particulièrement baroque de l’épisode : un autel symbolisant la patrie, des visages et des mains de femmes et d’épouses dans un geste d’offrande de leurs bagues de fiançailles, l’écho des discours enregistrés du Duce et de la reine, qui fut la première à donner sa bague à la cause éthiopienne, une allégorie sculptée de l’Italie prisonnière d’un anneau où sont représentés les drapeaux des nations qui ont voté les sanctions – dont la Grande-Bretagne et la France, mais aussi le Portugal – forment un dispositif scénographique particulièrement difficile à reconstituer mais clairement élaboré en vue de prolonger le sentiment de communauté et de digne isolement de l’Italie engagée dans l’autarcie économique et la conquête impériale.

  • 152 MTTIO, Prima Mostra, p. 42.

63Un dernier dispositif évoque avec emphase l’« incident de Ual-Ual » du 5 décembre 1934, qui a vu s’opposer des troupes italiennes indûment présentes sur place à des Éthiopiens, ayant servi de casus belli entre l’Italie et l’Éthiopie. En 1940, l’arbre de la localité est ainsi déraciné et transporté à Naples afin de trôner au centre d’une salle consacrée à la campagne éthiopienne dans le pavillon des conquêtes coloniales152. Un cliché reproduit dans L’illustrazione italiana permet de visualiser l’effet de cette greffe et de lire à côté de l’arbre une immense inscription murale en caractères pseudo-romains et sans ponctuation ou presque, qui proclame (fig. 11) :

  • 153 « Italia proletaria e fascista Italia di Vittorio Veneto e della Rivoluzione in piedi ! Fa che il g (...)

Italie prolétaire et fasciste Italie de Vittorio Veneto et de la révolution en marche ! Que le cri de ta volonté remplisse le ciel cri de réconfort pour tes soldats d’Afrique d’encouragement pour tes amis et d’avertissement pour tes ennemis de par le monde cri de justice cri de victoire153.

64Le dispositif est complété dans une autre salle par des trophées pris à l’ennemi comme le trône du ras Tafarí et divers objets ayant appartenu à des chefs militaires abyssins. La conquête militaire ainsi mise en exergue se trouve dès lors complétée par l’autre face de la colonisation : la civilisation par le travail missionnaire, qui offre en outre un espace de consensus politique avec le monde catholique.

Mission et civilisation : l’engagement de l’Église catholique

  • 154 « la storia di una lunga sostanziale collaborazione, punteggiata da alcuni scontri e tensioni » (Mi (...)
  • 155 Certains gestes de bonne volonté avaient déjà été consentis dans les années 1920 par un pouvoir fas (...)
  • 156 « una fase di competizione per il controllo dell’ethos nazionale » (Traniello, 1995, p. 269).
  • 157 Officiellement fondée en 1922, année du pontificat de Pie XI, l’Azione cattolica italiana se déploi (...)
  • 158 La nature et le degré de proximité des relations entre le Vatican et le régime fasciste opposent le (...)
  • 159 Concernant la campagne d’Éthiopie, Agostino Giovagnoli qualifie la position de Pie XI d’« assez pru (...)

65Giovanni Miccoli définit les rapports du fascisme et de l’Église catholique comme l’« histoire d’une longue et substantielle collaboration, ponctuée de quelques conflits et tensions154 ». La signature des accords du Latran le 11 février 1929 a ainsi constitué un temps fort de ces relations. Ces accords mettent fin à la Question romaine et permettent à l’Église catholique de faire un retour triomphal dans la société italienne155. Composés d’un traité diplomatique reconnaissant l’existence et l’organisation de l’État du Vatican, d’un concordat et d’une convention financière, ces accords sont très favorables à l’Église. Le concordat ouvre notamment la voie à une véritable confessionnalisation des structures politiques et civiles italiennes, affirmant la catholicité essentielle de l’Italie et proclamant le caractère sacré de Rome. Définissant par la loi la place du catholicisme dans la vie nationale, ils ouvrent cependant « une phase de compétition pour le contrôle de l’ethos national156 ». Ainsi, heurts et controverses n’ont pas toujours pu être évités, portant successivement sur la question de l’encadrement de la jeunesse, sur le périmètre d’intervention de l’Azione cattolica italiana157, sur les choix diplomatiques de Mussolini à partir de 1936 ou sur la législation antisémite de 1938158. Mais des compromis ont été trouvés à chaque crise, et bon gré mal gré l’Église s’est accommodée d’un État jaloux de son primat politique, ne trouvant par exemple rien à redire à la campagne d’Éthiopie ou à l’intervention dans le conflit civil espagnol159.

Fig. 11. — MTTIO (1940), pavillon des conquêtes coloniales, évocation de l’« incident de Ual-Ual » (Rivista municipale, bollettino statistico della comune di Napoli, avril-mai 1940, p. 48)

  • 160 EAFIT, Prima Mostra.
  • 161 « Panorama della II mostra d’arte coloniale ».
  • 162 Sindacato fascista romano degli autori e scrittori, Il libro coloniale del tempo fascista.

66Dès lors, l’Église catholique apporte sa caution au régime. Cette caution s’est notamment manifestée par une implication croissante des institutions catholiques dans les expositions coloniales, qui accordent pour leur part une place de plus en plus importante à la dimension spirituelle et confessionnelle du fait colonial. À la MIAC de 1931, parmi les quarante-trois salles et les quatre galeries du palais de la via Nazionale, aucune mention n’est faite de l’activité missionnaire ou du catholicisme160. Le contexte de crise ouverte entre le Vatican et le gouvernement fasciste autour de l’Azione cattolica explique sans doute cette absence. Trois ans plus tard, l’Exposition de Naples consacre le troisième étage du Maschio Angioino à l’œuvre missionnaire catholique dans le monde, y exposant à la fois des objets d’« art indigène » et des documents illustrant l’action des missionnaires italiens dans les colonies italiennes161. Le fait missionnaire est ainsi intégré au corpus des expositions coloniales du régime. Cette entrée est confirmée deux ans plus tard, lorsque l’Exposition Il libro coloniale del tempo fascista de Rome consacre une de ses premières salles aux martyrs italiens de l’œuvre de propagation de la foi catholique dans le monde162. Organisée par le Sindacato fascista romano degli autori e scrittori, l’exposition bénéficie du patronage officiel du ministère des Colonies, qui s’associe par conséquent à cet hommage aux figures italiennes de l’évangélisation de l’Afrique.

  • 163 Matard-Bonucci, 2008b.

67En 1940, l’union avec l’institution catholique est la plus manifeste et la plus consensuelle. En s’engageant directement dans l’organisation de la MTTIO, l’Église catholique fait le choix de s’associer à une entreprise de propagande politique monumentale, organisée par un gouvernement qui a promulgué quelques années auparavant des lois raciales visant les juifs en métropole et les Noirs dans les colonies et instaurant un dispositif d’apartheid en Afrique orientale163.

  • 164 « ardita sintesi, che vuol essere al tempo stesso prova storica e celebrazione, poema e preghiera » (...)
  • 165 « subordinata alle direttive ed ai criteri della Sacra Congregazione di Propaganda Fide » (ASMAE-MA (...)
  • 166 « questa opera feconda, che non si è limitata a portare tra i popoli selvaggi la conoscenza del Ver (...)
  • 167 « Richieste a farsi per tutti i vicariati e le prefetture apostoliche del territorio dell’impero » (...)

68L’activité missionnaire s’incarne dans le pavillon de la civilisation catholique en Afrique. Pensée comme une « synthèse ardente, qui prétend être à la fois preuve historique et célébration, poème et prière164 », l’exposition, « subordonnée aux directives et aux critères de la Sainte Congrégation de la Propagande165 », présente « cette œuvre féconde, qui ne s’est pas limitée à porter parmi les peuples sauvages la connaissance de la Parole Chrétienne, mais leur a donné accès aux progrès réalisés dans le reste du monde civilisé166 ». L’articulation entre parole évangélique et mission civilisatrice offre ainsi un socle commun qui permet à l’Église et l’État italien de collaborer à la fabrication d’un message catholique colonial qui met de côté les contentieux. La lecture d’un projet rédigé par les services du commissaire Tecchio permet de repérer les grandes lignes de la future exposition et le rôle attribué à la congrégation de la Propaganda Fide. La dernière page du rapport dresse la liste des « Requêtes à adresser à tous les vicariats et préfectures apostoliques du territoire de l’Empire167 ». Le Vatican offre donc en 1940 une contribution active à la MTTIO de Naples, couronnant par là une décennie de collaboration et désignant le terrain colonial, en particulier africain, comme un espace de consensus avec le pouvoir fasciste. Au Portugal aussi, la question coloniale constitue un terrain d’entente entre une Église malmenée par la République et un régime dirigé par un catholique fervent.

Notes

1 Labanca, 2002, p. 192.

2 L’illustrazione italiana, p. 697.

3 MacKenzie, 1984, p. 108.

4 Voir chap. iv de cet ouvrage, pp. 124-130.

5 Sindacato fascista romano degli autori e scrittori, Il libro coloniale del tempo fascista.

6 « La lotta fra Italia e Affrica [sic] dura da trenta secoli. Fu Roma a vincervi Annibale, a imprigionarvi Giugurta, a sottomettervi i Tolomei » (ibid., p. XI).

7 Società Dante Alighieri, Catalogo della Mostra dell’Etiopia italiana.

8 « Se la nostra idea ha potuto uscire dal limbo delle buone intenzioni per diventare realtà concreta in meno di due settimane, la dobbiamo a S. E. Marzano, prefetto di Firenze, all’on. Felicioni, presidente generale della “Dante Alighieri”, al Segretario Federale dott. Ricciardi Pollini, al magnifico Rettore dell’Università di Firenze, prof. De Vecchi. / Ringraziamo il prof. Puccioni, Direttore dell’Istituto Antropologico, che ci ha sorretti con la sua alta competenza scientifica, i Ministri, le Autorità Militari, gli espositori tutti, infine il Comitato ordinatore » (ibid., p. 5).

9 Vial, 2003, pp. 136-138.

10 Voir chap. iv de cet ouvrage, p. 124.

11 « E’ intendimento di S. E. il Capo del Governo che, durante lo svolgimento della Mostra, Napoli si debba affermare turisticamente anche con un variato programma di manifestazioni, in modo da conservare, anche dopo la Mostra, la efficienza di una piattaforma di raccolta e di rilancio di grandi iniziative volte alle Colonie » (SAI, dossier no C7, lettre du haut-commissaire P. Baratono adressée au secrétaire fédéral, au recteur de l’Orientale, au commissaire extraordinaire de la commune, au commissaire au tourisme, au président de la SAI, le 25 juillet 1933).

12 « Bisogna in altri termini, reclamizzare e mantenere accesa in Napoli l’idea coloniale e abituare i residenti delle colonie all’idea che Napoli é il centro al quale essi devono far capo per sviluppare le relazioni con l’Italia » (ibid., rapport d’E. Fellicella à N. Schiassi, le 5 septembre 1933).

13 Varvaro, 1990.

14 « valvola di sicurezza » (Brancaccio, 1987, p. 103).

15 Galasso, 1987, p. XXII.

16 Michele Castelli est un ancien commissaire civil et l’ancien préfet de Fiume. Pietro Baratono a également exercé la fonction de préfet à Novare et Florence avant d’occuper la fonction de haut-commissaire ; Brancaccio, 1987, p. 111.

17 « promuovere e coordinare tutte le attività, dirette al sollecito miglioramento delle condizioni economiche e sociali, al riordinamento ed incremento dei pubblici servizi » (Sirocco, 1972, p. 209).

18 Mascilli Migliorini, 1987, p. 204.

19 Ibid.

20 Brancaccio, 1987, pp. 105 et 111.

21 « le strade sono perfettamente impraticabili ed il popolo (in maggior parte poverissimo perché la zona é priva d’industrie) vive in tuguri talvolta peggiori dei tucul abissini, in strade fangose spesso prive di fogne, in ambienti infine dove la miseria e l’asenza totale delle più elementari norme d’igiene favoriscono notevolmente lo sviluppo della tuberculosi (specialmente infantile), mietento vittime che aumentono con ritmo veramente impressionante » (ASN, Cabinet du préfet, dossier n° 879, « 1936-1945 », pétition adressée au préfet G. Marziali, le 19 février 1937).

22 « per sottrarre diverse migliia [sic] di abitanti alla miseria ed alla disoccupazione, perché il NOVANTA per cento della popolazione di Fuorigrotta é composta di operai edili impossibitati a trovar lavoro » (ibid.).

23 Ibid., lettre de D. Razza au préfet G. Marziali et au commissaire V. Tecchio, le 23 mai 1938. Sur l’EMTTIO, voir ci-dessous p. 176.

24 Vial, 2003, pp. 150-155.

25 Lancaster, 2005, p. 222.

26 Brancaccio, 1987, p. 109.

27 Ibid., p. XXXIII.

28 Zaghi, 1973, p. 441.

29 Galasso, 1987, p. 225.

30 Brancaccio, 1987, p. 119.

31 Voir chap. iv de cet ouvrage, pp. 126-128.

32 Dormagen, 2008b, p. 288.

33 Aurelio Padovani (1888-1926) est le fondateur du Faisceau napolitain. Il joue un rôle déterminant en Campanie lors de la Marche sur Rome. En 1923, il quitte le PNF, manifestant son hostilité au processus d’institutionnalisation du mouvement. Il meurt accidentellement le 16 juin 1926 ; cette figure du « fascisme de gauche » est plus proche du chef de bande ou de l’aventurier ultra-violent que du leader syndicaliste révolutionnaire ; Fatica, 1978, pp. 95-97.

34 Ibid., p. 101.

35 Varvaro, 1990, p. 207.

36 ASMAE-MAI, Africa III, dossier n° 47.

37 Voir ci-dessous pp. 178-179.

38 « alla possibilità di espansione e di sviluppo della Mostra » (Décret-loi du 23 septembre 1938, préambule, reproduit dans Mongiello, 1981, p. 130).

39 « é autorizzato ad eseguire le espropriazioni dei terreni necessari alla Mostra » (ibid., art. 4).

40 Ibid.

41 Ibid.

42 Ibid., art. 6.

43 Ibid., art. 10.

44 Ibid., art. 8.

45 Décret-loi royal du 6 mai 1937, n° 1 756, art. 2.

46 Loi du 30 décembre 1936, n° 77, article unique.

47 Décret du 4 avril 1938, n° 2 215, « Statuto dell’Ente autonomo in Napoli “Mostra triennale delle terre italiane d’oltremare” », art. 2 et 3.

48 Galopin, 1997, p. 155.

49 Voir chap. v de cet ouvrage, pp. 145-146.

50 Décret-loi royal du 6 mai 1937, art. 5.

51 ASN, Cabinet du préfet, dossier n° 879, « 1936-1945, divers », rapport du chef du service des études et de la propagande au ministre des Colonies, le 29 décembre 1936.

52 Olivier, Rapport général, vol. 1, pp. 316-319.

53 ASN, Cabinet du préfet, dossier n° 879, « 1936-1945 », rapport du 10 janvier 1940 au préfet.

54 « segondo notizie confidenziali » (ibid., rapport anonyme à B. Mussolini, le 5 mars 1940).

55 Ibid. ; note du chef de cabinet du ministre de l’Intérieur au préfet G. Marziali, le 13 mars 1940.

56 Ibid., réponse du préfet G. Marziali au chef de cabinet du ministre de l’Intérieur, le 16 mars 1940.

57 ASN, Cabinet du préfet, dossier n° 879, « 1936-1943 », correspondance entre le cabinet du ministre de l’Intérieur et le préfet G. Marziali, les 13 mars et 16 mars 1940.

58 SAI, dossier no C4, « Esposizione triennale delle terre italiane d’oltremare », n. d.

59 ASN, Cabinet du préfet, dossier n° 879, « Visitatori Mostra oltremare – prospetti ingresso », rapport au préfet, le 18 mai 1940.

60 ASN, Cabinet du préfet, dossier n° 879, « 1937-1945 », correspondance de V. Tecchio avec le préfet, les 16-28 janvier 1943 ; ACS, Ministero dell’Africa italiana, dossier n° 55, lettre de V. Tecchio au ministère de l’Afrique italienne, le 29 janvier 1943.

61 Voir chap. i de cet ouvrage, pp. 49 et 55.

62 Matard-Bonucci, 2008b, p. 126.

63 Ibid., p. 125.

64 Commissariat italien à l’ECI de Paris, Guide officiel de la section italienne, p. VIII.

65 Comité exécutif italien, Le Sahara italien, p. 55.

66 Società Dante Alighieri, Catalogo della Mostra dell’Etiopia italiana, p. 14.

67 Zaghi, L ultima spedizione.

68 Id., Le origini della Colonia Eritrea.

69 Gioacchino Volpe (1876-1971) est un des artisans du renouveau historiographique italien de l’entre-deux-guerres en faveur d’une interprétation fasciste de l’histoire nationale. De sensibilité nationale libérale, il se rapproche du fascisme au début des années 1920 et collabore au Popolo d’Italia puis à la revue Gerarchia. Proche de Giovanni Gentile, il dirige la Scuola romana di storia moderna e contemporanea à partir de 1926. Collaborateur à l’Enciclopedia italiana Treccani, il en rédige les articles consacrés à l’histoire du fascisme ; De Felice, 1985, pp. 190-230 ; Baioni, 2006, pp. 102-116 et 179-192.

70 L’Enciclopedia italiana est un projet éditorial monumental initié en 1925 par le philosophe fasciste Giovanni Gentile et l’éditeur Giovanni Treccani, également sénateur. Destiné à présenter une synthèse de la culture fasciste en regroupant tous les intellectuels du pays, sous couvert de neutralité politique, il s’agit d’un des instruments les plus importants de la politique culturelle du régime. Quelques non-fascistes et de rares antifascistes figurent parmi les 3272 collaborateurs, mais la teneur générale de l’ouvrage exprime exclusivement l’idéologie fasciste. Trente-six volumes ont été publiés entre 1929 et 1937, suivis d’un premier appendice en 1938. C’est dans ce dernier volume que Zaghi rédige la notice consacrée à l’histoire coloniale ; Turi, 2002, pp. 41-61.

71 MTTIO, Prima Mostra, p. 31.

72 Alberto Calza Bini (1881-1957) fait également partie des fondateurs de l’Istituto nazionale di urbanistica ; s. v. « Calza Bini, Alberto », dans Olmo, 2003, vol. 1, pp. 376-377.

73 Gustavo Giovannoni (1873-1947) a présidé une commission de planification urbaine à Naples, dont les préconisations n’ont finalement jamais été mises en pratique ; Gambardella, 1987, pp. 25-28.

74 Mario De Renzi (1897-1967) est également l’auteur de la façade du palais des expositions de Rome pour la Mostra della Rivoluzione fascista de 1932 ; Carli, 2003, pp. 102-105.

75 Luigi Piccinato (1899-1983) est un élève de Marcello Piacentini, qui s’est d’abord spécialisé dans l’aménagement des jardins, puis en urbanisme. Il est l’auteur, avec Piacentini, du plan régulateur de Rome de 1929 ; s. v. « Piccinato, Luigi », dans Olmo, 2003, vol. 3, pp. 1970-1971.

76 Marcello Canino (1895-1970) est d’origine napolitaine et collabore étroitement avec De Renzi entre 1930 et 1932 ; s. v. « Canino, Marcello », ibid., vol. 1, p. 390.

77 Gambardella, 1987, p. 27.

78 MTTIO, Prima Mostra, pp. 111, 185, 175.

79 Ibid., pp. 12, 21, 31, 37, 137.

80 Siola, 1990, p. 92.

81 MTTIO, Prima Mostra, p. 67.

82 Carlo Cocchia (1903-1989) est d’origine napolitaine et s’est formé à la peinture futuriste, avant de bifurquer vers l’architecture ; s. v. « Cocchia, Carlo », dans Olmo, 2003, vol. 1, p. 460.

83 MTTIO, Prima Mostra, pp. 105, 107, 182.

84 Siola, 1990, pp. 123, 128.

85 Lucarelli, Iuliano, Mignozzi, 2006, p. 10.

86 Andreotti, 1992 ; Schnapp, 1992.

87 MTTIO, Prima Mostra.

88 « [D]estinate ad ospitare tutte le specie di maggiore interesse, originarie o ambientate nelle nostre terre d’oltremare » (ibid., p. 109).

89 Bonneuil, Bourguet, 1999.

90 « L’acqua scorre, sprizza, canta dapertutto : e la Triennale, oltre che la Città del lavoro, della storia e dell’arte, potrebbe esser chiamata la festosa città delle acque e delle fontane. Fontane sonore, giochi, specchi, zampilli d’acqua mettono ovunque, nei piazzali e lungo i viali, la loro nota di cristallina vivacità e di freschezza » (ibid.).

91 Carli, 2003.

92 ASMAE-MAI, Africa III, dossier n° 47, « Eritrea », p. 3.

93 MTTIO, Prima Mostra, p. 51.

94 Greenhalgh, 1988, p. 87.

95 L’ECI de Paris a occupé une superficie de 60 hectares. En 1939, la Foire internationale de New York s’est déployée, quant à elle, sur une superficie d’environ 500 hectares ; Findling, 1990, p. 261 ; Rasmussen, Schroeder-Gudehus, 1992, p. 201.

96 « Il parco faunistico e l’acquario tropicale ».

97 « anzitutto perchè è uno zoo specializzato, destinato cioè a mostrare, nella maniera più completa, la sola fauna del nostro impero coloniale ; in secondo luogo, perchè, per la prima volta in Italia, le varie specie sono ordinate metodicamente in logica successione » (MTTIO, Prima Mostra, p. 113).

98 « un preciso itinerario » (ibid.).

99 « Il parco faunistico e l’acquario tropicale ».

100 « selezionati tra i più caratteristici e spettacolari » (MTTIO, Prima Mostra, p. 105).

101 « Il buio delle sale, attraverso le quali circola il pubblico, rende maggiormente chiare le visioni dei fondi marini, ed il percorso del pubblico è indicato da un sottile filamento luminoso azzuro, sospeso al soffitto » (ibid., p. 106).

102 « candide costruzioni basse, agili palme dattilifere, caffè arabi, il suk tripolino, i crocchi beduini, le torri dei marabutti sperduti e le volte delle moschee urbane, su cui il suggestivo minareto si aguzza verso il cielo com un titanico ago d’acciaio » (ibid., p. 77).

103 « Ma, se questa è la cornice, diremo, pittoresca, i settori della Mostra raccolgono una messa in valore sostanziale di questa nostra colonia bellissima della quarta sponda » (ibid.).

104 « Tale locale costruito […] sulla linea di quello di Suk el-Mucir, ma possibilmente più ampio e con una più utile disposizione dei posti a sedere, non potrà che incontrare il massimo favore (specialmente se lo si farà funzionare come a Tripoli, con danze e musiche indigine) anche perchè questo tipo esotico di caffè concerto non è molto conosciuto in Italia. / Naturalmente nel locale si dovranno mescere – a mezzo di personale di colore – tè e caffè turchi la cui consumazione potrebbe venire compresa nel bibglietto d’ingresso. / Inoltre, in comunicazione ai locali del predetto caffè, figurerà anche un ristorante tipico, caratteristico, esclusivamente arabo nel quale saranno serviti i piatti tradizionali della cucina indigena, fra cui il famoso “cuscus”. Non sarà inopportuno che la preparazione del “cuscus” sia visibile al pubblico » (ASMAE-MAI, Africa III, dossier n° 47, « Mostra Triennale delle terre italiane d’oltremare », rapport intitulé « Programma di massima relativo alla partecipazione del governo della Libia alla Mostra triennale delle terre d’oltremare – Napoli – 1940 », juin 1938, p. 13).

105 « the prototypes for imperial sections of all international events following it, including those in Britain » (Greenhalgh, 1988, p. 87).

106 « physical encyclopædia » (ibid.).

107 Cooper, Stoler, 1997, p. 7 ; Sibeud, 2004.

108 « avvicendarsi, spesso tumultuoso, di razze e di eventi, sul margine delle sabbie desertiche, sconvolte dagli uragani del ghibli » (MTTIO, Prima Mostra, p. 77).

109 « il tristo periodo della dominazione musulmana » (ibid., p. 81).

110 « immenso sviluppo dato in quest’ultimo ventennio alla Colonia dall’Italia fascista in ogni campo » (ibid., p. 78).

111 Il s’agit de l’Érythrée, de la Somalie, de l’Harar, du Choa (Addis-Abeba), du Galla Sidamo, et de l’Amhara.

112 « opere compiute e in corso » (Tarquini, « La Mostra triennale d’oltremare », p. 743).

113 « [L]’ambiente forse più interessante e pittoresco del settore geografico è costituito dai villaggi indigeni » (ibid.).

114 « capanne costruite espressamente da indigeni e dora ospitati nella Mostra, dove svolgono la loro vita di artigiani, dando cosí un colore africano a questo piccolo mondo delle nostre nuove terre d’oltremare » (ibid.).

115 « inutile retaggio della guerra di Libia » (Labanca, 2002, p. 179).

116 Cacace, Mammarella, 2010, p. 121.

117 Commissariat italien à l’ECI de Paris, Guide officiel de la section italienne, p. 13.

118 Ibid.

119 « vigile scolta di civiltà latina nel Mediterraneo orientale » (MTTIO, Prima Mostra, p. 101).

120 « nel suo aspetto eterno » (ibid., p. 117).

121 « [i]n una Mostra come questa che mette cosí bene in rilievo le varie tappe della civiltà mediterranea, non poteva rimanere assente l’Albania » (Tarquini, « La Mostra triennale d’oltremare », p. 746).

122 « nella sua storia di difesa della romanità contro la ondata asiatica » (« La triennale d’oltremare », p. 58).

123 « vigile sentinella avanzata dell’Italia fascista in Oriente » (Tarquini, « La Mostra triennale d’oltremare », p. 744).

124 Del Boca, 1995.

125 « La razza italiana viene difesa e potenziata dal Regime nella sua integrità fisica e spirituale e nel numero ; demograficamente esuberante, ha conquistato l’Impero, lo popola e lo valorizza, mantenendo di fronte alle razze indigene un atteggiamento, altrettanto umano nella forma quanto instransigente nella sostanza, ni netto predominio e prestigio razziale » (MTTIO, Prima Mostra, p. 145).

126 « Italia in armi […] che diciotto anni di Regime fascista e di volontà di potenza hanno esaltato sino alla conquista dell’Impero » (ibid., p. 146).

127 « Questione del meticciato – leggi che lo combattono – disciplina delle razze – rapporti tra colonizzati e colonizzatori – riproduzione dell’effigie del Duce, scolpita nella roccia, dalla sommaria ingenuità artistica dei legionari » (ibid., p. 147).

128 Barrera, 1996.

129 Del Boca, 1996b, pp. 425, 431.

130 Mariella Cagnetta souligne la centralité du motif romain impérial dans le régime, mais rappelle aussi que cette matrice est un héritage de la période du Risorgimento et de l’Italie libérale ; Cagnetta, 1979, pp. 15-33.

131 Romke Visser considère pour sa part que les célébrations de 1911, qui coïncident à la fois avec les 50 ans de l’Unité et avec la campagne libyenne, constituent une première manifestation de ce « culte de la romanité » dans sa version systématique ; Visser, 1992, p. 7.

132 Dans son fameux ouvrage, Emilio Gentile définit la « religion fasciste » comme le résultat de la rencontre entre romanité, christianisme et patriotisme risorgimental ; Gentile, 1993.

133 Visitée par plus d’un million de personnes, elle est décrite par Romke Visser comme une « énorme exposition de reproductions archéologiques et de maquettes de monuments romains, présentés comme “preuves” de la grandeur de Rome et de la valeur éternelle de sa civilisation » ; Visser, 1992, p. 16.

134 Foro, 2003, pp. 121-131.

135 Cederna, 1991, p. 65.

136 « Strade, acquedotti, terme : tre grandi opere con cui Roma ha voluto essere presente nella rassegna delle nuove forze dell’espanzione imperiale d’Italia » (L’illustrazione italiana, p. 808).

137 ASMAE-MAI, Africa III, dossier n° 47, « Mostra triennale delle terre italiane d’oltremare », rapport intitulé « Programma di massima relativo alla partecipazione del governo della Libia alla Mostra triennale delle terre d’oltremare – Napoli – 1940 », juin 1938, pp. 6-7.

138 Cederna, 1991, p. 60.

139 MTTIO, Prima Mostra.

140 Le secteur historique correspond aux six premiers pavillons.

141 « viene logicamente e storicamente a formare non solo il monumentale vestibolo d’ingresso, ma la necessaria base di tutta l’illustrazione e documentazione del lavoro italiano nelle Terre d’Oltremare » (ibid., p. 13).

142 « illustri ed oscuri italiani, esploratori, geografi, naturalisti, mercanti e missionari che attraverso i secoli hanno, spesso col sacrificio della vita, apportato tanto cospicuo contributo alla conoscenza ed alla esplorazione del continente nero ed in particolare dei possedimenti coloniali italiani » (ibid., p. 33).

143 « dello sbarco ad Assab alla entrata trionfale delle truppe in Addis Abeba » (ibid., p. 37).

144 La bataille de Zama est un épisode décisif de la deuxième guerre punique (202 av. J.-C.) ; Lépante est une victoire chrétienne, principalement due à la flotte vénitienne, contre l’Empire ottoman (1571) ; la guerre de Crimée a opposé une coalition regroupant Ottomans, Français, Britanniques et Piémontais à l’Empire russe (1853-1856) ; Vittorio Veneto est la victoire italienne sur l’Empire austro-hongrois à la fin de la première guerre mondiale (octobre-novembre 1918).

145 Voir chap. i de cet ouvrage, p. 47.

146 Castronovo, 1981, p. 329.

147 « l’Africa non italiana » (MTTIO, Prima Mostra, p. 57).

148 « Questa rassegna, accanto alle varie Mostre che compongono la Triennale d’Oltremare, contribuisce a completare significativamente il panorama destinato a dimostrare al mondo le altissime qualità e attitudini della stirpe italiana alla colonizzazione » (ibid.).

149 Ibid., pp. 52-53.

150 Tarquini, « La Mostra triennale d’oltremare », p. 741.

151 « L’esperimento sanzionista » (MTTIO, Prima Mostra, p. 51).

152 MTTIO, Prima Mostra, p. 42.

153 « Italia proletaria e fascista Italia di Vittorio Veneto e della Rivoluzione in piedi ! Fa che il grido della tua decisione riempia il cielo e sia di conforto ai soldati che attendono in Africa di sprone agli amici e di monito ai nemici in ogni parte del mondo grido di giustizia grido di vittoria » (L’illustrazione italiana).

154 « la storia di una lunga sostanziale collaborazione, punteggiata da alcuni scontri e tensioni » (Miccoli, 1985, p. 116).

155 Certains gestes de bonne volonté avaient déjà été consentis dans les années 1920 par un pouvoir fasciste soucieux de s’attirer les grâces des catholiques, comme le décret du 30 avril 1923 rendant obligatoire la présence du crucifix dans les salles de classe et la loi Gentile sur l’école introduisant les cours d’instruction religieuse dans le cursus scolaire obligatoire ; ibid., p. 119.

156 « una fase di competizione per il controllo dell’ethos nazionale » (Traniello, 1995, p. 269).

157 Officiellement fondée en 1922, année du pontificat de Pie XI, l’Azione cattolica italiana se déploie dans quatre branches (hommes, femmes, jeunes gens, jeunes filles) ; parfaitement organisée à la fin des années 1920, elle concurrence sérieusement les organisations fascistes. Le premier semestre de l’année 1931 est marqué par des affrontements directs entre jeunes catholiques et jeunes fascistes. En septembre, une nouvelle « mise au point » limite dès lors son périmètre d’action.

158 La nature et le degré de proximité des relations entre le Vatican et le régime fasciste opposent les historiens. Renzo De Felice voit dans les accords du Latran la possibilité pour l’Église de maintenir des institutions destinées à former la future classe dirigeante catholique, appelée à pallier la vacance du pouvoir après la chute du fascisme. Guido Verucci adopte une position intermédiaire en affirmant que l’alliance a incontestablement pris la forme d’une « convergence » et d’une « interpénétration réciproque » entre les deux institutions, mais à aucun moment celle d’une « assimilation complète » ou d’une « identification » entre Église et fascisme ; De Felice, 1968, pp. 416-417 ; Miccoli, 1985, p. 116 ; Verucci, 1988, p. 118. Ces positions historiographiques sont présentées de manière synthétique par Malgeri, 1995, p. 171.

159 Concernant la campagne d’Éthiopie, Agostino Giovagnoli qualifie la position de Pie XI d’« assez prudente », jusqu’au discours du 27 août 1935, explicitement favorable à l’intervention italienne. Quant à l’épiscopat italien, il s’est engagé avec encore plus d’enthousiasme dans la campagne nationale en faveur de l’intervention militaire en Afrique orientale ; Giovagnoli, 1991, pp. 123-129.

160 EAFIT, Prima Mostra.

161 « Panorama della II mostra d’arte coloniale ».

162 Sindacato fascista romano degli autori e scrittori, Il libro coloniale del tempo fascista.

163 Matard-Bonucci, 2008b.

164 « ardita sintesi, che vuol essere al tempo stesso prova storica e celebrazione, poema e preghiera » (MTTIO, Prima Mostra, p. 69).

165 « subordinata alle direttive ed ai criteri della Sacra Congregazione di Propaganda Fide » (ASMAE-MAI, Africa III, dossier n° 47, projet « Civiltà cristiana in Africa », p. 9).

166 « questa opera feconda, che non si è limitata a portare tra i popoli selvaggi la conoscenza del Verbo Cristiano, ma ha recato tra di essi il progresso realizzato nel resto del mondo civile » (MTTIO, Prima Mostra, p. 69).

167 « Richieste a farsi per tutti i vicariati e le prefetture apostoliche del territorio dell’impero » (ASMAE-MAI, Africa III, dossier n° 47, projet « Civiltà cirstiana in Africa », p. 13).

Table des illustrations

Légende Fig. 6. — Exposition Il libro coloniale del tempo fascista (1936), manteau du ras Mulughietà (ASMAE-MAI, Africa III, dossier n° 47)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/11648/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende Fig. 7. — MTTIO (1940), vue extérieure du site (ASMAE-MAI, Africa III, dossier n° 42)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/11648/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Légende Fig. 8. — MTTIO (1940), plan d’ensemble (Prima Mostra triennale delle terre italiane d’oltremare, Napoli, 9 maggio-15 ottobre 1940-XVIII, Naples, Raimondi, 1940, p. 4)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/11648/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Légende Fig. 9. — MTTIO (1940), village de l’Afrique-Orientale italienne (L’illustrazione italiana, 2 juin 1940, p. 839. Collection Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, Nanterre)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/11648/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Légende Fig. 10. — MTTIO (1940), couverture du catalogue officiel (Wolfsonian-FIU)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/11648/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende Fig. 11. — MTTIO (1940), pavillon des conquêtes coloniales, évocation de l’« incident de Ual-Ual » (Rivista municipale, bollettino statistico della comune di Napoli, avril-mai 1940, p. 48)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/11648/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 48k

© Casa de Velázquez, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search