Version classiqueVersion mobile

Des Empires en carton

 | 
Nadia Vargaftig

Chapitre V. L’ordre règne au Portugal

L’Exposição colonial portuguesa (1934)

Texte intégral

1L’Exposição colonial portuguesa (ECP) s’est tenue dans la capitale industrielle et économique du Nord du Portugal du 16 juin au 30 septembre 1934. Épisode de fondation du régime, l’ECP résume l’état d’esprit colonial et impérial qui prédomine désormais au Portugal. Pourtant, le projet n’est pas né dans le cabinet du ministre des Colonies ou du nouveau Premier ministre, mais dans les milieux négociants de Porto. Enthousiasmés par le succès de l’Exposition coloniale internationale de Paris, ils fondent en juin 1931 le mouvement Pró-Colónias, qui projette de soutenir les initiatives susceptibles de renforcer les liens politiques et commerciaux entre la métropole et ses colonies. Trois années séparent pourtant la fondation de Pró-Colónias de l’inauguration de l’ECP, trois années qui voient, dans un premier temps, les milieux patronaux portuans, bien organisés, imposer l’idée d’une exposition dans la capitale du Nord, excluant rapidement Lisbonne du projet, alors que la logique géographique, politique et historique suggérait qu’un événement de cette envergure se déroulât au bord du Tage. Comment Porto s’est-elle imposée ? Une fois le choix du site déterminé, la mécanique mise en place ne s’arrête plus et élabore un dispositif d’une grande efficacité, capable de mobiliser les forces de la nation, qu’elles soient administratives, intellectuelles, artistiques ou religieuses, autour de la forte personnalité du commissaire Henrique Galvão. Cet engagement autour de l’ECP aboutit finalement à une exposition grandiose, à la fois festive, didactique et politique, dans laquelle le gouvernement de Salazar va très opportunément puiser une part de sa légitimité politique et renforcer son emprise sur la société portugaise.

I. - Pourquoi Porto ?

2Les origines du projet montrent le rôle moteur des élites économiques de Porto, très préoccupées par l’attractivité et la visibilité de leur cité. Aussi les organisations patronales de Porto ont-elles tout fait pour s’assurer que la première exposition coloniale nationale du pays se déroulerait bien sur les rives du Douro.

Entrepreneurs contre fonctionnaires

  • 1 English, 2006.
  • 2 AHU, Sala 3, 1F, NO 101.

3L’organisation initiale du mouvement Pró-Colónias est binaire, puisqu’il se divise en deux commissions, l’une à Porto, l’autre à Lisbonne. La première est dirigée par António Domingues de Freitas, président du Centro comercial do Porto, la seconde par Armando Cortesão, ancien directeur de l’AGC et ancien commissaire de la section portugaise à l’Exposition coloniale d’Anvers. Dans un texte intitulé « Manifesto do movimento Pró-Colónias » et soumis en juin 1931 au ministre des Colonies, les signataires, après avoir rappelé les principes qui fondent l’Acte colonial de 1930, insistent sur la nécessité de rapprocher les Portugais de leurs colonies, afin de créer un vaste courant d’opinion indispensable à une action coloniale crédible sur le plan international. Le mouvement propose donc diverses initiatives de propagande : une exposition coloniale nationale à Porto dès 1932, une Giornata coloniale annuelle inspirée de l’Empire Day1 britannique sur tout le territoire métropolitain, ainsi qu’une exposition internationale à Lisbonne2.

  • 3 Ibid., lettre du secrétaire général du mouvement Pró-Colónias et président de la commission exécuti (...)
  • 4 Ibid., lettre du président de la commission de Porto, A. Domingues de Freitas, au président de la c (...)

4La solidarité entre Lisbonne et Porto vole toutefois rapidement en éclats, lorsque la commission du Nord sollicite un entretien particulier avec le ministre le 16 juillet 1931, sans en avertir son homologue de Lisbonne, et défend la tenue urgente d’une exposition à Porto, ainsi que la nomination dans les plus brefs délais d’un commissaire par le ministre3. Six jours plus tard, Domingues de Freitas informe donc Cortesão du succès de sa démarche et de la décision ministérielle de nommer ce commissaire, accompagnée de la suspension de toute autre activité de propagande en attendant4. La rupture est consommée trois jours plus tard entre les deux commissions, par un courrier de Cortesão à Domingues de Freitas, par lequel il ne cache pas sa colère et sa déception. Il annonce également que la commission de Lisbonne a unanimement décidé de se dissoudre et d’abandonner le mouvement, ajoutant :

  • 5 « Esta deliberação foi tomada em face da orientação assumida pela Comissão do Porto, que desinteres (...)

Cette décision a été adoptée face à l’orientation prise par la commission de Porto, qui, se désintéressant de la réalisation de divers avis et repoussant certaines actions fondamentales, comme le lancement du manifeste au pays […] et l’intensification de la propagande, nous a fait comprendre qu’elle se trouve, principalement, et presque exclusivement, intéressée par l’exposition coloniale qui doit être réalisée à Porto, reléguant sur un plan secondaire tous les autres aspects de ce mouvement, que nous aurions souhaité purement national, et non pas exclusivement régional5.

5Mieux organisées, plus efficaces, plus inquiètes aussi de la tournure prise par la crise, les principales forces économiques de Porto se sont efficacement mobilisées et ont remporté une incontestable victoire sur l’administration et la bureaucratie lisboètes. Fortes de ce premier succès, elles vont tenter de maintenir leur influence dans l’organisation administrative et la préparation technique de la future exposition.

  • 6 ECP, Primeira Exposição colonial portuguesa, p. 6.
  • 7 Sur cette société, voir ci-dessous p. 145.

6Un simple regard sur la composition de la commission d’organisation de l’ECP permet de mesurer cette influence6 : présidée par António de Oliveira Cálem, président de l’Associação comercial do Porto, elle compte parmi ses membres Júlio Garcez de Lencastre, le nouveau directeur de l’AGC, le capitaine Henrique Galvão, ancien directeur des Feiras de Luanda e Lourenço Marques, Francisco Xavier Esteves, représentant de l’Associação industrial portuense, António Domingues de Freitas, pour le Centro comercial do Porto, José da Fonseca Menéses, pour la Liga agrária do Norte, Raul de Sousa Ferreira, pour l’Associação dos comerciantes do Porto, João Mimoso Moreira, pour la division de propagande de l’AGC, Ricardo Spratley, directeur de l’Associação comercial do Porto, Manuel Caetano de Oliveira et Jorge Viterbo Ferreira, pour la Sociedade anónima da Exposição colonial nacional7. Sur les onze membres de la commission, trois seulement représentent l’État : Garcez de Lencastre, Moreira et Galvão. Les autres membres sont des personnalités de premier plan du monde économique portuan, représentant ses principales filières : le vin, avec des noms prestigieux comme Cálem ou Ferreira, l’industrie, le commerce et l’agriculture.

  • 8 Sur le corporatisme de l’État Nouveau, voir Lucena, 1976 ; Patriarca, 1995 ; Pinto, Martinho, 2008, (...)
  • 9 S. v. « Associação comercial do Porto », dans Barreto, Mónica, 1999, pp. 138-139.

7Parmi les organisations représentées, l’Associação comercial do Porto exerce la plus grande influence. Créée en 1834, elle est le symbole du pouvoir de la bourgeoisie portuane. Très influente du temps de la monarchie, elle souffre pendant la période républicaine d’une diminution de son crédit auprès des gouvernements successifs. Plutôt satisfaite des mesures d’ordre financier et politique prises par l’État Nouveau, elle est beaucoup plus réservée face à la tentative de mise en place d’une organisation corporative, souhaitée par Salazar, en particulier celle des grêmios, ces associations patronales soumises au contrôle de l’État8. L’autre source d’inquiétude de l’association réside dans les projets d’autarcie économique, perçus par le nouveau pouvoir comme une solution à la crise mondiale qui touche déjà durement l’activité de Porto, largement tournée vers l’exportation du vin et de la laine. Ce dernier aspect explique naturellement l’intérêt croissant de l’organisation pour les marchés coloniaux9.

8Les milieux patronaux de Porto ont donc tout à gagner de l’organisation dans leur cité d’une exposition destinée à leur servir de vitrine commerciale. Mais si Armindo Monteiro et António Salazar prêtent à ce groupe de pression une oreille aussi attentive, c’est aussi pour de clairs motifs d’opportunité politique. L’ECP constitue en effet un excellent terrain de compromis entre un pouvoir tout juste en place, qui a besoin du soutien des élites économiques, et ces mêmes élites qui tentent de surmonter la crise. Il s’agit également, pour les deux parties, par la séduction comme par la répression, de venir à bout d’une ville qui a souvent fait la démonstration de son caractère rebelle.

Séduire et mater une ville rebelle

  • 10 « salubre função de contrapoder » (Guichard, 1994, p. 561).
  • 11 Sur la politique anticléricale des premières années de la République, voir Wheeler, 1985, pp. 84-88 (...)

9Par son poids démographique et économique, par sa tradition d’opposition, Porto a continué à jouer pendant la dictature salazariste une « salubre fonction de contre-pouvoir10 » par rapport à Lisbonne, cultivant une tradition politique déjà ancienne. Ayant envoyé à la chambre des représentants les trois premiers députés républicains en 1899, puis, douze ans plus tard, le premier député socialiste, Porto a longtemps entretenu l’image d’une cité prolétaire et turbulente. La Première République (1910-1926) n’est pourtant pas parvenue à rallier à sa cause les catégories populaires, lassées par la vie chère, l’absence de politique sociale et urbaine, et les difficultés nées de la participation à la Grande Guerre. Quant aux milieux patronaux, dont le libéralisme avait pourtant facilité l’avènement du nouveau régime, ils n’ont pas davantage adhéré aux décisions des gouvernements républicains, notamment dans le domaine religieux11.

10Après le coup d’État du 28 mai 1926, la ville tente de résister à la mise en place de la dictature militaire : une insurrection républicaine y précède de quelques jours le soulèvement de Lisbonne ; elle est réprimée dans le sang le 8 février 1927. Jusqu’en 1934, la ville demeure encore le théâtre de grèves et de manifestations sporadiques, comme la grève de l’université en 1928, initiée après la fermeture de la faculté des lettres. En 1931, la police intervient brutalement à l’occasion d’une réunion des milieux universitaires, tuant un étudiant dont les funérailles sont l’occasion d’une immense manifestation d’hostilité au régime qui se met alors en place. En 1933, le pouvoir interdit les conférences du professeur de médecine Abel Salazar (1889-1946), qui malgré l’homonymie ne cache pas son opposition au nouvel homme fort du Portugal, avant de l’écarter définitivement de l’université en 1935. Pour contrer ce climat d’hostilité qu’il ne parvient pas totalement à endiguer, l’État Nouveau s’engage progressivement dans une politique urbaine et sociale qui faisait cruellement défaut à la ville jusqu’alors. C’est ainsi que le premier « quartier social » y est construit en 1933, sous la forme d’un programme public d’habitat populaire. La paix sociale a donc un prix que le nouveau pouvoir est prêt à payer, avec l’aide des élites municipales et régionales. La politique urbaine et les perspectives qu’elle ouvre, notamment dans le domaine du tourisme, constituent ainsi une autre mission confiée à l’ECP.

Enjeux urbains et touristiques

11Le Portugal, petit pays à la marge des grands circuits européens et transatlantiques, entend faire connaître son potentiel touristique. L’ECP cherche par conséquent à attirer un public international à Porto, en faisant l’éloge des attractions de la ville, de la région et du pays, mais aussi du nouvel ordre politique qui règne désormais au Portugal. C’est l’objet d’une brochure bilingue intitulée Visitez l’Exposition coloniale portugaise qui aura lieu de juin à septembre 1934, dans la ville de Porto. Dans un mélange de réclame touristique et de propagande politique, le dépliant dresse le portrait d’un pays au charme pittoresque, aux traditions et au folklore vivants, mais aussi un pays en voie de modernisation et en plein réveil. L’exposition est ainsi non seulement supposée faire découvrir le Portugal aux touristes français et francophones, mais aussi leur faire connaître l’État Nouveau et l’œuvre politique de Salazar :

  • 12 Visitai a Exposição colonial, dépliant illustré, 26 cm, textes en portugais et français.

Alors que le moment international s’offre à nous tous plein de doutes et d’incertitudes, de désorganisation et de désordre, d’impuissance à résoudre la crise mondiale, le Portugal, pénétré du sens de sa grandeur, s’est réorganisé dans la Métropole et dans ses Colonies ; il a, par sa Politique, imposé le bon ordre et la discipline – dans la vie sociale, politique, économique et financière.
L’Exposition coloniale portugaise sera une réalité de l’esprit portugais, rénové par un État Nouveau, dans son œuvre coloniale12.

  • 13 Ferro, Salazar. Le Portugal et son chef.

121934 est d’ailleurs l’année de parution en France des entretiens réalisés par le propagandiste António Ferro avec António Salazar, Le Portugal et son chef, précédés d’une note de Paul Valéry13. L’excellente réputation de Salazar auprès de la droite française, conservatrice et fasciste, permet ainsi à l’ECP de communiquer sur les temps nouveaux qui font l’actualité du Portugal et de débarrasser le pays de sa réputation d’instabilité, tant financière que sociale et politique.

II. - Des préparatifs tambour battant

  • 14 Voir chap. iii de cet ouvrage, pp. 111-118.

13C’est à nouveau à Galvão que le ministre Monteiro fait appel pour la direction technique de l’ECP, manifestant ainsi tout le bien qu’il a pensé de son action à la tête des Feiras de Luanda e Lourenço Marques14. Galvão semble mesurer la responsabilité que suppose cette deuxième mission, et va faire preuve, entre sa nomination en août 1933 et la clôture de l’ECP le 30 septembre 1934, d’une activité débordante, veillant scrupuleusement à l’efficacité, à la qualité, tant esthétique que pédagogique des installations, au respect du calendrier et des budgets. Pour atteindre tous ces objectifs, il peut compter sur un appareil juridique et financier rigoureux, mais aussi sur une législation du travail particulièrement favorable.

Un cadre juridique et financier minutieux

  • 15 Voir chap. vii de cet ouvrage, pp. 221-224.

14Le cadre juridique de l’ECP est sobre, comparé par exemple à celui de l’Exposição histórica do mundo português organisée six ans plus tard15, et tient en un seul décret. Signé dix mois seulement avant son inauguration, le décret du 28 août 1933 promulgue, en à peine treize articles, l’organisation de la future exposition,

  • 16 « com critério essencialmente prático, mostrando a extensão, intensidade e efeitos da acção coloniz (...)

selon un critère essentiellement pratique, montrant l’extension, l’intensité et les effets de l’action colonisatrice portugaise, les ressources et les activités économiques de l’Empire et les possibilités de renforcement des relations commerciales entre les diverses parties de la Nation16.

15C’est donc le critère pratique qui doit orienter le commissaire et ses collaborateurs, dans un souci officiel de pédagogie coloniale, tournée vers l’histoire, la géographie et l’économie impériales.

  • 17 Galvão, Primeira Exposição colonial, p. 42.
  • 18 Clarence-Smith, 1985, p. 154.
  • 19 Cortesão, commissaire de la section portugaise lors de l’Exposition coloniale d’Anvers de 1930, se (...)
  • 20 AHU, Casa forte, dossiers nos 929, 930, 932, 944, 961, 962 et 967.
  • 21 Galvão, Primeira Exposição colonial, p. 49.

16Pour atteindre ces objectifs, Galvão dispose d’un budget élevé, quoique très inférieur à celui de la participation portugaise à l’Exposition parisienne de 1931 : un peu plus de 1550000 escudos ont été dépensés pour la conception, la construction, le fonctionnement et la liquidation de l’ECP de Porto, dont 50 % d’origine privée17. À Paris, ce ne sont pas moins de 7 millions d’escudos, intégralement ponctionnés sur le Trésor public, qui ont servi au montage de la section portugaise. On peut trouver deux ordres d’explication à cet écart. Tout d’abord, il est probable que le rapport monétaire entre le franc et l’escudo ait été défavorable au second, même si, au début des années 1930, la politique monétaire de Salazar avait déjà rétabli la stabilité de l’escudo sur le marché des changes18. Toutefois, la participation à une exposition étrangère entraînait certainement des coûts incompressibles liés au change, sans doute accentués par la rémunération de la main-d’œuvre française, plus chère que la portugaise19. D’autre part, la culture financière particulièrement sobre et économe imposée par Salazar aux administrations portugaises explique également cette baisse du budget. Le choix de Galvão apparaît dès lors comme des plus judicieux : les archives de la préparation de l’ECP attestent sa volonté permanente de faire des économies sur chaque dépense, de contrôler personnellement chaque escudo dépensé et de recycler tout le matériel possible20. Le résultat est donc une exposition officiellement déficitaire de… 10 centimes d’escudo21.

  • 22 Ibid., art. 13.
  • 23 AHU, Casa forte, dossier n° 942.
  • 24 Decreto n° 22 987, 28 de Agosto de 1933, art. 3 ; ECP, Primeira Exposição colonial portuguesa, p. 6

17La principale originalité de cette exposition réside dans son financement mixte. Les articles 12 et 13 du décret du 28 août 1933 en détaillent les modalités : l’effort financier consenti par le Trésor public se répartit entre les différentes colonies, qui se voient imposer leur charge sans pouvoir la discuter ou la négocier. Cette disposition illustre les limites de la supposée « autonomie financière » des gouvernements coloniaux instaurée trois ans auparavant par l’Acte colonial22. L’autre moitié de l’investissement doit être réalisée sous la forme d’un prêt consenti par une société anonyme ad hoc, la Sociedade anónima da Exposição colonial nacional. Après la clôture de l’exposition, les actionnaires de cette société, individus et entreprises, ont touché des dividendes s’élevant à 10 % des sommes prêtées, pour la plupart comprises entre 3000 et 50000 escudos23. En entrant dans le capital de l’ECP, la Sociedade anónima da Exposição colonial nacional obtenait par ailleurs deux voix au sein de la commission d’organisation de l’exposition24. Pourtant, ce mode de financement mixte ne sera plus utilisé par la suite : les rapports tendus entre Galvão et les élites économiques locales ainsi que l’affirmation croissante du rôle de l’État dans la vie culturelle du Portugal expliquent probablement cet abandon en faveur d’un investissement exclusivement public à l’occasion de l’EHMP.

  • 25 AHU, Casa forte, dossier n° 988, lettre d’H. Galvão à A. Monteiro, le 4 avril 1934.
  • 26 Cortesão, Relatório do comissário, p. 241.
  • 27 Olivier, Rapport général, vol. 1, pp. 316-319.

18Il semble que le commissaire Galvão ait tenté d’augmenter tardivement les moyens mis à sa disposition. Le 4 avril 1934, à quelques semaines de l’inauguration, il sollicite l’autorisation du ministre Monteiro afin d’organiser une loterie25. Cette forme de financement par souscription est en effet classique dans les grandes expositions, utilisée quatre ans plus tôt à Anvers26, ainsi qu’à Paris en 193127. Les sources et les publications officielles ne mentionnent pourtant pas cette initiative, qui n’a apparemment pas séduit Monteiro.

19Galvão semble toutefois s’être tiré des contraintes budgétaires imposées, ainsi que d’un calendrier assez serré. Il est vrai que le site choisi ne nécessite pas de profondes métamorphoses, contrairement au cas de l’EHMP de 1940.

La variable de la main-d’œuvre ouvrière

  • 28 Galvão, As feiras de amostras coloniais, p. 47.

20La gestion du temps est en effet étroitement liée à celle de l’argent, et déjà en 1932, Galvão mettait en valeur son esprit d’économie, en mentionnant quelques initiatives et en décrivant ses méthodes, notamment dans le domaine des ressources humaines. À Luanda comme à Lourenço Marques, l’emploi systématique de fonctionnaires rémunérés par leurs administrations d’origine, le recrutement gratuit d’individus jugés « oisifs » et de détenus européens avaient permis de faire de substantielles économies en termes de salaires, qui constituent toujours le premier poste de dépenses des expositions28. En 1934, il se félicite à nouveau de sa politique de ressources humaines :

  • 29 « Podemos assegurar, com prova fácil de côlher nas contas de certames anteriores, que em nenhuma Ex (...)

Nous pouvons affirmer qu’en aucune exposition ou foire réalisée jusqu’à présent les salaires n’ont été aussi bas, affirmation facile à vérifier dans les livres de comptes antérieurs. […] Ce mal – car c’est toujours un mal que de ne pas payer dignement – n’a pu être compensé en partie qu’après l’inauguration de l’exposition, et seulement pour le personnel salarié, par la mise en place d’une soupe gratuite qui, le matin et le soir, était distribuée dans un des locaux de l’exposition29.

21La mention de la soupe quotidiennement distribuée pendant les trois mois et demi de l’exposition suggère effectivement un niveau de rémunération extrêmement bas, insuffisant pour assurer des besoins aussi élémentaires que l’alimentation des catégories les plus modestes des travailleurs qui sont pourtant un maillon indispensable de la chaîne de production des expositions. Il a toutefois fallu faire appel à d’autres professions et à d’autres compétences pour monter, en dix mois, une cité éphémère de 10 hectares consacrée à la « vocation coloniale » du Portugal.

Fonctionnaires, intellectuels, ecclésiastiques : mobilisation générale

  • 30 Decreto n° 22 987, 28 de Agosto de 1933, art. 7.
  • 31 Moreira, « As nossas representações coloniais no estranjeiro », dans ECP, O Livro da Exposição, pp. (...)
  • 32 « relíquias do nosso passado colonial » (Cortesão, « Portugal na Exposição de Antuérpia », p. 16).
  • 33 Coimbra, Leitão, Exposição colonial portuguesa, p. 6.

22L’article 7 du décret du 28 août 1933 stipule en effet que toutes les forces de la nation portugaise doivent se mobiliser pour le succès de l’entreprise. Six types différents d’institutions sont évoqués afin de seconder les efforts de la direction technique de l’ECP : les gouvernements des huit colonies et toutes les autorités coloniales, les services et administrations dépendant du ministère des Colonies, les missions religieuses, les établissements d’enseignement colonial, les établissements dépendant du Conselho superior das Belas artes, ainsi que tous les organismes dépendant des ministères de la Marine et de la Guerre30. À ces administrations publiques ou parapubliques, on peut ajouter l’aide de la SGL. Déjà responsable des sections portugaises des expositions d’Anvers en 1885 et de Paris en 188931, la SGL collabore après la première guerre mondiale à la section portugaise de l’exposition d’Anvers de 1930 en assurant sa représentation historique, mettant à disposition des planisphères, des photographies de forteresses et diverses « reliques [du] passé colonial32 » du Portugal. En 1934, elle offre son concours à la direction de l’ECP, mettant à nouveau à disposition son patrimoine historique33.

  • 34 Voir chap. i de cet ouvrage, p. 40.
  • 35 Cortesão, Relatório do comissário, pp. 18-19.
  • 36 Moreira, « A Ia Exposição colonial portuguesa ».
  • 37 BAGC, n° 105, mars 1934, p. 117.
  • 38 Galvão, Exposição do mundo português, p. 3.

23Le montage de l’ECP a permis à certains fonctionnaires coloniaux de se spécialiser dans cette activité. C’est le cas de deux individus : João Mimoso Moreira et Artur d’Almeida d’Eça. Issu de l’administration centrale, Moreira a participé à pratiquement toutes les expositions coloniales portugaises des années 1930. Directeur de la section de propagande de l’AGC depuis sa création34, il seconde Cortesão dans le montage de la section portugaise à l’Exposition d’Anvers de 193035. Après la déchéance de son directeur, il assure la continuité en gardant son poste et en devenant, en 1932 puis en 1934, le bras droit de Galvão à Luanda, Lourenço Marques et Porto. Ses compétences sont très larges : à la fois chargé de la conception intellectuelle et du montage matériel, il assure également une partie de la propagande de l’ECP, en participant à diverses entreprises éditoriales. En janvier 1934, il prononce à la radio une allocution intitulée « La 1re Exposition coloniale portugaise, le grand événement de Porto », dans laquelle il détaille les principales caractéristiques de l’événement qui se prépare36. Il fait également partie de la direction de la revue Ultramar, le bimensuel créé dans le cadre de l’exposition, dont le premier numéro paraît en mars 193437. On le retrouve en 1940, assistant toujours Galvão dans le montage de la section coloniale de l’EHMP38.

  • 39 Id., As feiras de amostras coloniais, p. 81.
  • 40 Ibid., p. 47.
  • 41 BAGC, n° 103, janvier 1934, p. 120.
  • 42 AHU, Casa forte, dossier n° 988, rapport du délégué d’Angola au commissaire de l’ECP, le 29 avril 1 (...)
  • 43 AHU, Casa forte, dossier n° 970, bulletin n° 90.

24Outre-mer, Artur d’Almeida d’Eça a été, comme João Mimoso Moreira, un auxiliaire zélé de Galvão à l’occasion de ses trois commissariats. En 1932, Galvão lui rend un hommage appuyé dans son rapport, où il loue ses capacités d’organisation et ses qualités d’esthète39. Almeida d’Eça a en effet été chargé d’organiser la section coloniale de l’Exposição-feira de Angola, ainsi que son exposition d’art indigène40. Deux ans plus tard, Galvão le fait nommer par le gouverneur d’Angola délégué de sa colonie41. Almeida d’Eça est ainsi le principal interlocuteur du commissaire pour toutes les questions concernant la représentation de cette colonie à Porto. À ce titre, il envoie à Galvão un rapport d’étape très précis sur les actions menées en vue de récolter le matériel zoologique, géologique et ethnographique destiné à Porto42. Pendant la tenue de l’exposition, Almeida d’Eça assure la propagande de sa colonie. Venu en métropole afin de superviser l’installation de la section angolaise, il prononce le 15 août 1934 une conférence, dans le cadre d’une journée de propagande consacrée à l’Angola43.

  • 44 Matos, 2006, p. 59.
  • 45 Cabral, 1991, pp. 30-31.
  • 46 Thomaz, 2001, pp. 74-75, 87.
  • 47 O Século, 3 avril 1934, p. 2.
  • 48 « Os mestiços nas colónias portuguesas » ; « Valor psico-social das raças coloniais ». Voir sa bibl (...)
  • 49 O Século, 24 juin 1934, p. 4 ; Roque, 2010.

25Outre les fonctionnaires, Galvão a pu compter sur la contribution des intellectuels et des universitaires. Parmi ces derniers, le plus connu est sans conteste l’anthropologue de Porto, António Mendes Correia (1888-1960). Ce médecin a fondé en 1918 la Sociedade portuguesa de antropologia e etnologia44 et représente une école d’anthropologie physique largement dépassée ailleurs en Europe et en Amérique du Nord45. Ayant commencé à publier ses travaux avant la première guerre mondiale, il trouve parmi les personnalités du nouveau régime un auditoire conquis par ses théories qui confortent une vision ségrégationniste de la colonisation, très hostile au métissage. Omar Ribeiro Thomaz repère ainsi une profonde coïncidence entre les théories défendues par Mendes Correia et les fondements idéologiques de l’Acte colonial de 193046. Cette coïncidence se manifeste clairement à l’occasion de l’ECP, où il prononce trois conférences à la tribune du premier Congrès national d’anthropologie coloniale47 : « Les métis dans les colonies portugaises », « Valeur psychosociale des races coloniales », et une troisième consacrée à l’activité de l’institut universitaire qu’il dirige par ailleurs48. La teneur des deux premières est explicite quant au type d’anthropologie que pratiquent Mendes Correia et ses élèves à Porto. Sa contribution passe aussi par le prêt du matériel dont il dispose, composé de travaux, de graphiques, de dessins et de crânes en provenance de Timor49.

  • 50 Léonard, 2000.
  • 51 Matos, « La formation de la nation portugaise ».

26La contribution de José Norton de Matos (1867-1955) est plus surprenante que celle de l’anthropologue « officiel » de la doctrine raciale de l’Estado novo d’avant 1945. Ce militaire, administrateur colonial, féru d’histoire, d’économie, mathématicien, professeur de géodésie, est une des figures intellectuelles et politiques les plus importantes de la période50. Républicain convaincu, il exerce une première fois la fonction de gouverneur général d’Angola de 1912 à 1915. De retour à Lisbonne, il est élu député et entre au gouvernement où il cumule les portefeuilles des Affaires étrangères, des Colonies et de la Guerre jusqu’en 1917, défendant alors la participation du Portugal au conflit européen. Pendant le régime de Sidónio Pais, il est contraint à l’exil et exclu de l’armée. Après la mort du dictateur, il réintègre l’armée, est promu général et représente le Portugal aux négociations de Versailles. Il préside à nouveau aux destinées de l’Angola de 1920 à 1924, date à laquelle il est nommé ambassadeur à Londres. Le coup d’État du 28 mai 1926 le contraint une nouvelle fois à l’exil et à la résidence forcée aux Açores de 1927 à 1929. La même année, il est élu à la tête de la franc-maçonnerie portugaise. Juste après, il est invité par le commissaire belge de l’Exposition d’Anvers à prononcer une conférence, le 23 septembre 193051, dans laquelle, laissant de côté les sujets qui l’opposent à Salazar, il dresse de l’Empire portugais un portrait conforme aux principes de l’Acte colonial. En 1931, il est à nouveau contraint à l’exil pendant une année, durant laquelle il dirige l’opposition républicaine socialiste depuis Paris.

  • 52 Id., A acção civilizadora do Exército português no ultramar.
  • 53 Norton de Matos bénéficie du soutien du poète Fernando Pessoa, qui publie une célèbre tribune dans (...)
  • 54 Marques, 1975, pp. 53-55.
  • 55 Ibid., p. 319.

27En 1934, Galvão le sollicite pourtant comme conférencier. Il prononce ainsi une allocution intitulée « L’action civilisatrice de l’armée de terre portugaise outre-mer », publiée ensuite sous la forme d’un opuscule de propagande52. Un an plus tard, la loi du 25 mars 1935 interdit les sociétés secrètes et vise directement la franc-maçonnerie, malgré les protestations publiques du général53, et malgré le fait qu’une proportion importante de la classe politique portugaise soit elle-même maçonne, à commencer par le président de l’Assembleia nacional, José Alberto dos Reis, et le président de la République, Óscar Carmona54. Parmi les députés ayant voté le texte, on trouve un certain Henrique Galvão55. Quelques semaines plus tard, Norton de Matos se trouve mis à la retraite de la fonction publique. Mis au ban de la vie académique et politique portugaise au milieu des années 1930, il n’en met pas moins sa plume et sa réputation au service de la cause coloniale portugaise, quels que soient ses différends avec le nouveau pouvoir. Aussi le retrouve-t-on parmi les personnalités engagées dans les expositions de 1937 et de 1940. Ces contributions pour le moins paradoxales illustrent la communauté de vues entre traditions politiques rivales, lorsqu’il s’agit de la politique coloniale du Portugal. L’ECP devient ainsi la manifestation du consensus impérial qui transcende les courants politiques du pays.

28L’Église catholique n’a pas non plus manqué d’apporter sa contribution au montage de l’ECP. Avant 1934, les expositions coloniales portugaises reflètent les principales évolutions politiques et religieuses du Portugal, notamment la longue transition institutionnelle du régime républicain vers l’État Nouveau ainsi que les remises en cause de la loi de séparation de 1911. À Anvers en 1930, la présence catholique se résume à l’exposition des principales missions portugaises en terres africaines, et le stand des missions est organisé par l’AGC, sous la direction du républicain anticlérical Cortesão, qui rappelle dans le catalogue officiel la stricte séparation entre le gouvernement et l’Église catholique, tout en suggérant déjà que la situation coloniale nécessite quelques ajustements avec la loi :

  • 56 Commissariat de l’Exposition portugaise à Anvers, Catalogue officiel de la section portugaise, p. 5 (...)

Le gouvernement de la République, en régime de séparation d’avec l’Église depuis 1911, tient toutefois à accompagner toutes les œuvres de civilisation et d’humanité. C’est pourquoi il subventionne les missions catholiques tout en laissant à la Hiérarchie ecclésiastique l’administration interne et la discipline56.

  • 57 Commissariat général du Portugal à l’ECI de Paris, Exposition coloniale portugaise à Paris.

29Le contexte colonial autorise ainsi une pratique plus souple de la loi. À Paris un an plus tard, le régime de séparation n’est même plus évoqué, et une quinzaine de missions catholiques comptent parmi les exposants officiels de la section portugaise57.

  • 58 AHU, Casa forte, dossiers nos 968, 970 et 990.
  • 59 Conférence prononcée le 16 juillet 1934 au théâtre du palais des colonies, intitulée « A obra missi (...)
  • 60 Il célèbre une messe le 7 juillet 1934 à la chapelle du palais des colonies ; AHU, Casa forte, doss (...)
  • 61 AHU, Casa forte, dossier n° 968, « Correspondência recebida com resposta até agosto 1934 », lettre (...)
  • 62 Sánchez-Gómez, 2009, p. 677.

30Le tournant se situe très clairement en 1934, un an après l’avènement du salazarisme à la tête du pays. Galvão ne manifeste pas de piété particulière à titre personnel, mais il entretient avec la hiérarchie catholique d’excellentes relations. C’est ce qui apparaît dans sa correspondance chaleureuse avec l’archevêque d’Ossirinco, João Evangelista de Lima Vidal, nommé trois ans plus tôt supérieur des Missions d’outre-mer par Pie XI58. Chargé de coordonner la participation des missions portugaises, il intervient régulièrement, à la fois comme conférencier59, comme officiant60, comme fournisseur de matériel et comme agent d’encadrement des ressortissants des colonies venus pour les besoins de l’exposition. L’archevêque manifeste aussi le souhait d’offrir aux colonisés qui le souhaiteraient une messe dominicale dans l’enceinte de l’exposition. Galvão répond très favorablement à cette requête61. Quant à l’évêque de Porto, il soutient publiquement l’exposition en publiant une encyclique qui encourage les prêtres des paroisses du Nord du pays à accompagner leurs ouailles à l’exposition62.

  • 63 « a única ameaça à consolidação do Estado Novo e uma das alavancas de poder do general Carmona » (P(...)
  • 64 Ferreira, 1990, pp. 185-190.

31Enfin, on ne saurait négliger l’implication de l’armée, acteur essentiel de la colonisation dans ses phases de conquête et de « pacification », notamment en Afrique. L’importance des questions coloniales dans la société portugaise en général et parmi les forces armées en particulier oblige Salazar, personnellement peu soucieux des colonies, à porter une attention soutenue à sa politique outre-mer, afin de s’assurer le soutien ou du moins la neutralité d’une armée à laquelle il doit son arrivée au pouvoir. António Costa Pinto identifie l’armée du milieu des années 1930 comme « la seule menace à la consolidation de l’État Nouveau et l’un des leviers du pouvoir du général Carmona63 », dans un contexte politique encore fragile pour Salazar. Ces incertitudes incitent Salazar à tenter à plusieurs reprises de s’approprier le portefeuille de la Guerre, en vain. Il y parvient finalement en 1936, exerçant dès lors un contrôle direct sur les forces armées jusqu’en 1944. Les années 1934-1937 constituent par conséquent une séquence charnière des relations entre le dictateur et l’armée portugaise, où se joue en réalité la mise au pas d’un corps social en crise. En 1935, l’interdiction de la maçonnerie à laquelle appartiennent de nombreux officiers découle clairement de cette volonté de contrôler l’armée. Cette période se solde en 1937 par une profonde réforme de l’institution militaire, menée par Salazar en personne et principalement destinée à réorganiser l’armée, la purger de ses trop nombreux officiers subalternes, et la réarmer. Tirant prétexte de la guerre civile en Espagne, le pouvoir crée la Legião portuguesa, organisation paramilitaire qui, si nécessaire, pourrait être utilisée contre l’institution militaire et reçoit un accueil glacial de la part des officiers des armées traditionnelles64. Les résistances de l’institution militaire face aux manœuvres de Salazar sont sans effet sur un processus inéluctable de perte d’influence politique au profit d’un chef du gouvernement habile et opportuniste. Il ne saurait être question néanmoins de s’aliéner totalement ce grand corps de la nation : la répartition des rôles avec le général Carmona, président de la République jusqu’à sa mort en 1951, le rappelle. Salazar multiplie aussi les compensations symboliques : derrière l’offensive destinée à exclure l’armée du jeu politique, les manifestations d’hommage et les mesures de prestige se multiplient.

32L’Exposition de Porto de 1934 se déroule au plus fort de la crise qui oppose les militaires à Salazar. Dans ce contexte, les forces armées contribuent d’une part au maintien de l’ordre et d’autre part au caractère solennel de l’exposition. Des contingents coloniaux sont également sollicités en vue d’apporter de la couleur, au sens propre du terme, à la mise en scène de la vie coloniale. Le capitaine Henrique Galvão, militaire de formation, présente certes une personnalité atypique et indépendante qui n’en fait pas le représentant de la corporation des militaires. Il n’en incarne pas moins un possible consensus entre le pouvoir civil qui s’affirme et un pouvoir militaire qui s’efface, mais ne renonce pas à certaines de ses prérogatives, notamment l’action outre-mer. Enfin, l’ECP de Porto voit de nombreux militaires intervenir dans les conférences prononcées sur toute la durée de l’exposition. Ces conférences, toujours radiodiffusées et souvent publiées sous la forme d’opuscules, offrent ainsi une tribune aux militaires qui défendent leur action et leur fonction sociale dans les colonies.

III. - Un incontestable succès populaire…

  • 65 Galvão, Primeira Exposição colonial, p. 37.
  • 66 Miranda, 1992, pp. 259-260.
  • 67 Cette superficie n’est mentionnée que dans une lettre d’H. Galvão au consul d’Argentine à Porto ; A (...)

33Dans son rapport, Galvão considère que le nombre de visiteurs quotidiens s’est élevé à une moyenne de 12000, pour un total évalué à 1300000 individus65. Le recensement de 1930 ayant estimé la population métropolitaine à 6825000 personnes et celui de 1940 à 772200066, cela signifierait que 15 à 20 % de la population métropolitaine auraient parcouru les allées du jardin du palais de cristal de Porto, sur une superficie d’un peu moins de 10 hectares67. Ce chiffre, peu probable en l’état, provient sans doute de l’ambiguïté souvent et volontairement maintenue entre la vente des billets et la fréquentation effective des visiteurs. Même tempéré par cette dernière remarque, le résultat est pourtant là, et le succès populaire de l’ECP incontestable.

Une fête populaire, une liturgie politique

  • 68 Corbin, 1995, pp. 13-18.

34Dès leur origine, les grandes expositions ont été associées à un esprit festif, au fur et à mesure que les sociétés industrielles étaient soumises à l’émergence d’une culture urbaine, à la possibilité de dégager du temps libre et à de nouvelles formes de conception et d’occupation de ce temps68. Les expositions coloniales portugaises et italiennes de l’entre-deux-guerres participent bien entendu de cette dynamique. De nombreuses attractions, parfois très éloignées de la thématique coloniale, occupent ainsi une proportion importante voire considérable de la superficie des expositions. L’ECP de Porto dispose ainsi d’un Luna Park et peut être parcourue par différents moyens de locomotion, comme un petit train électrique, ou bien encore un téléphérique qui profite du dénivelé du site pour offrir une vue panoramique de la baie du Douro aux visiteurs, ajoutant incontestablement une touche d’agrément à cette sortie familiale et renforçant le sentiment de voyager à peu de frais.

  • 69 « de propaganda colonial » (Galvão, Primeira Exposição colonial, p. 25).
  • 70 Ibid., p. 32.

35Divers spectacles et performances artistiques ponctuent la vie quotidienne de l’ECP. L’offre de spectacles se répartit entre deux salles. Le théâtre aménagé à l’intérieur du palais des colonies produit les pièces de théâtre « de propagande coloniale69 » écrites pour l’occasion, des récitals de musique classique ou des exhibitions folkloriques métropolitaines. Les spectacles non européens sont pour leur part réalisés dans le cinéma Balanta installé dans le jardin. Sont ainsi reproduites les hiérarchies culturelles et raciales de la colonisation, répartissant les exhibitions en fonction de leur origine métropolitaine ou coloniale. Autre phénomène présent à Porto, les fêtes sportives croisent à la fois une culture de masse en plein développement dans les sociétés occidentales (la première coupe du monde de football s’est déroulée en Uruguay en 1930), une fascination ancienne pour la « force noire » et pour le corps des colonisés en général, et enfin le goût des régimes fascistes pour l’exercice physique et pour l’hygiène sportive. Ainsi sont organisés un concours de tir, des compétitions de natation et d’aviron, des épreuves sportives réservées aux ressortissants des colonies et des démonstrations de gymnastique et d’exercices militaires par les soldats du Mozambique70.

  • 71 « manifestações de exaltação do espírito colonial » (ibid., p. 31).
  • 72 « de homenagem e de exaltação patriótica » (ibid.).

36Ces aspects ludiques et festifs ne doivent pas faire oublier la dimension liturgique de l’ECP de Porto, qui a manifesté un goût prononcé pour les cérémonies officielles. Galvão, dans son rapport de 1935, qualifie ces cérémonies de « manifestations d’exaltation de l’esprit colonial71 », dans lesquelles il inclut, outre les cérémonies d’inauguration et de clôture, le cortège colonial du 30 septembre, la commémoration de l’anniversaire de la prise de Ceuta, des cérémonies « d’hommage et d’exaltation patriotique72 », devant le Monumento ao esforço colonisador português, ainsi que la commémoration de la victoire de Macontene.

37D’autres éléments font l’objet d’un culte quasi religieux et ancrent la colonisation dans un processus moins politique ou économique que spirituel : les drapeaux, les objets personnels de conquérants, d’explorateurs ou de missionnaires racontent l’épopée portugaise par-delà les mers. On peut penser par exemple aux épées de Joaquim Mousinho de Albuquerque et d’Afonso Henriques, qui trônent côte à côte au centre de la salle d’histoire du palais des expositions de Porto en 1934. Afonso Henriques, ou Alphonse Ier (1109 ?-1185), a été le premier roi du Portugal et est considéré comme un des pères fondateurs de la vieille nation. « Le fondateur », « le conquérant » ou « le grand » sont quelques-uns des titres que l’historiographie nationale lui confère. Sous Salazar, il fait l’objet, avec quelques autres ancêtres, d’un culte intense, où son action contre les Maures est particulièrement mise en valeur. Le voisinage des épées de deux conquérants que sept siècles séparent permet d’établir une parenté symbolique qui enracine la colonisation moderne dans un processus historique et national unique et linéaire, où l’expansion outre-mer n’est que le prolongement de l’affirmation territoriale de la nation contre un ennemi barbare, le musulman du xiie siècle ou le guerrier vatua du xixe siècle. Véritables objets-mémoires, ces armes permettent une incarnation de la colonisation dans des individus aussi mythiques que réels.

La pédagogie coloniale selon Galvão

  • 73 « bastante originalidade de processos para ensinar os menos letrados e os próprios analfabetos » (i (...)
  • 74 « O ressurgimento da política imperial é uma realização do Estado Novo » ; « Portugal pode, se nós (...)

38Tous les discours officiels insistent sur la vocation pédagogique des expositions coloniales, qui doivent compléter les cours d’histoire et de géographie dispensés dans les écoles et les lycées. Cette vocation pédagogique recourt à de nombreux outils, parmi lesquels il faut accorder toute sa place à l’utilisation de l’écrit. On est en effet étonné d’observer, sur les photographies qui nous sont parvenues et à partir de certaines considérations des organisateurs, l’importance de l’élément écrit dans les expositions coloniales, y compris au Portugal où la population alphabétisée dépasse tout juste les 40 % de la population métropolitaine en 1940. Des citations couvrent les murs des salles du palais des colonies, sans compter les innombrables publications, affiches, tracts et brochures, l’ensemble formant un corpus écrit considérable et souvent sousestimé. Galvão ne cache pas sa fierté d’avoir fait preuve de « suffisamment d’originalité dans [s]es procédés pour enseigner aux moins lettrés et même aux analphabètes73 » les rudiments d’une culture coloniale portugaise. Ajoutées les unes aux autres, ces devises constituent le vade-mecum du colonialiste portugais : « Le resurgissement de la politique impériale est une réalisation de l’État Nouveau » ; « Le Portugal peut, si nous le voulons, être une Nation grande et prospère ; et il le sera » ; « L’assistance aux indigènes dans les colonies portugaises est un exemple pour tous les colonisateurs » ; « En tout point des colonies se trouvent une route, un Portugais, un téléphone » ; « Sans une métropole forte, il ne peut y avoir de colonies portugaises » ; « Aucun pays colonial ne peut se comparer au Portugal dans son œuvre de colonisation » ; « Nous avons fait des colonies les provinces du Portugal » ; « Nous avons construit 3750 kilomètres de chemins de fer » ; « Nous avons donné aux indigènes les meilleures conditions de travail » ; « Nous avons diffusé l’instruction dans toutes les colonies » ; « Nous avons pacifié l’ensemble du territoire de l’Empire » ; « Nous avons porté l’occupation portugaise en tout point des colonies74 ». Ces affirmations catégoriques, univoques, faciles à retenir se prouvent ensuite à grand renfort de chiffres, de tableaux, de dioramas et de photographies.

39Diagrammes et graphiques constituent l’autre élément incontournable du dispositif pédagogique des expositions : le visiteur est littéralement écrasé sous l’information chiffrée. Celle-ci porte sur tout : du nombre de colonisés scolarisés aux kilomètres de chemins de fer, en passant par les tonnes de produits échangés ou les montants consentis par les organismes de crédit, la fréquentation touristique et le nombre de vaccins distribués dans la brousse. D’une efficacité difficile à évaluer, les graphiques ont vocation à illustrer et démontrer la viabilité du modèle de colonisation défendu.

  • 75 « acampamento de combate à doença do sono » (Coimbra, Leitão, Exposição colonial portuguesa, p. 18)

40Si l’on étudie le traitement de la politique sanitaire du Portugal, celle-ci se décline sur des supports diversifiés. La thématique est traitée dans la nef centrale du palais des colonies, lieu stratégique et cœur battant de l’exposition. À droite, on peut voir un groupe de mannequins de taille réelle reproduisant un « campement de combat contre la maladie du sommeil75 ». Cette mise en scène grandeur nature permet d’incarner la politique sanitaire portugaise et de lui donner son intensité dramatique. Le choix de la maladie ne semble d’ailleurs pas tout à fait innocent, suggérant l’action non seulement prophylactique, mais aussi stimulante de la présence portugaise en Afrique. Le centre de la section est constitué d’un ensemble de « documents » relatifs à l’organisation et à la diffusion de l’assistance médicale dans les colonies. Dans la partie gauche, des diagrammes, des cartes, des maquettes et des photographies résument l’organisation des services de santé et d’assistance médicale dans les colonies. L’ensemble est complété par la présentation de travaux d’anatomie et d’anthropologie physique sur les ressortissants des colonies. Ainsi, à la reconstitution visuelle et immédiate que forme le groupe de mannequins répondent des documents à caractère administratif et scientifique, l’ensemble offrant une vision exhaustive de l’action sanitaire du Portugal en Afrique, dans ses dimensions à la fois humaine, individuelle et collective.

Charmes et impasses du pittoresque : le genre des colonies

  • 76 « alojados em aldeias ou habitações típicas, continuando na Exposição a sua vida, usos e costumes c (...)

41Le goût de la reconstitution est très présent à Porto, où les possibilités offertes par le site permettent plusieurs reconstitutions de villages africains et timorais, en présence de quelques habitants des colonies venus assurer la « représentation ethnographique » de l’Empire. Un modeste parc zoologique et quelques serres végétales complètent ce dispositif « naturaliste ». L’illusion consiste à faire croire que ces reconstitutions sont la prolongation de la vie outre-mer. Galvão évoque ainsi les différentes « représentations ethnographiques » venues en métropole, des individus « logés dans des villages ou des habitations typiques, prolongeant leur vie à l’exposition, leurs us et coutumes coloniaux76 ». Il s’agit bien d’acclimater des populations exotiques, comme on le ferait avec des plantes et des animaux, afin de garantir le dépaysement du visiteur. On n’échappe pourtant pas aux contradictions du discours colonialiste européen, qui érige le souci d’exactitude ethnographique comme norme absolue tout en s’imposant de répondre aux attentes d’un public perçu comme naïf, infantile et impressionnable. Cette étroite marge de manœuvre explique les outrances subies par certaines catégories de colonisés.

42C’est le cas d’une jeune fille, issue du groupe balanta de Guinée portugaise. Désignée par la presse sous le diminutif de Rosinha, elle fait l’objet d’une véritable campagne médiatique. Élue « reine des colonies » dans le cadre d’un concours de beauté organisé par un quotidien, ce titre lui attire de nombreux commentaires ainsi qu’un traitement particulier de la part de la direction de l’ECP, qui lui autorise quelques sorties en compagnie des régulos, les invités de marque de l’exposition. La description qui est faite de la jeune femme dans un article du Século offre une image édifiante de la représentation de la femme africaine et de son rapport avec le monde de la domination européenne :

  • 77 « A “Rosinha” – formosura negra, que já deu motivo a delito e condenação de um negro, criado entre (...)

« Rosinha » – une beauté noire qui est déjà à l’origine du délit et de la condamnation d’un noir né parmi nous qui l’a embrassée, sans doute nostalgique de cette terre qu’il ne connaît pas – vaut tous les enchantements et les beautés des autres villages réunis. Elle sourit à chacun, comme un enfant choyé, et fait une concurrence énorme au petit nègre Augusto, du village Bijagós. « Rosinha » est de la race balanta, comme tous ceux qui vivent avec elle. Leur chef Mony assure l’ordre, fonction difficile en raison des nombreuses beautés comparables à « Rosinha », bien qu’elle soit la plus belle de toutes. Les hommes mènent leur vie habituelle : ils fument, mangent, dorment et se promènent. Les femmes s’occupent principalement d’elles-mêmes. Elles élaborent des coiffures sophistiquées, enroulant leur courte chevelure crépue dans un mélange de boue et d’huile de palme. Elles se parent de colliers, de bracelets et de bagues de verroterie colorée. Et elles entrouvrent à tout le monde leur bouche vermeille où brillent des rangées de dents blanches comme la neige. […] « Rosinha » est le symbole de l’Afrique, attirante, joyeuse, heureuse, elle répand sa grâce autour d’elle et adore la tranquillité que la protection du blanc lui a offerte, et avec celle-ci, les nouveaux horizons et les vastes perspectives de progrès et d’amélioration sociale77.

  • 78 Ces feuillets ont été reproduits dans Seren, 2001, p. 110.

43Cet extrait décline tous les clichés de la représentation européenne des Africains et des Africaines : leur sensualité, leur goût de la parure, leur indolence voire leur paresse, et bien entendu leur caractère fondamentalement infantile. La libido incontrôlable de cet Africain condamné pour attentat à la pudeur, bien que né et élevé en métropole, renforce cette idée que les races ne répondent pas de la même manière aux injonctions du corps. Enfin, Rosinha n’est pas seulement une jeune femme aux formes généreuses et offertes au regard européen. Elle est l’Afrique tout entière, faible, jeune et féminine, protégée dans une union symbolique par une Europe puissante, expérimentée et virile. Cette union se fonde sur un rapport de soumission mais aussi sur un érotisme que les poses artificielles de la jeune femme sur les clichés officiels viennent renforcer. L’expression mélancolique, boudeuse et fuyante du modèle contredit pourtant très clairement les commentaires du journaliste sur le sourire enfantin et confiant de Rosinha. Quant au jeune Augusto mentionné dans l’article, c’est un petit garçon de 3 ou 4 ans dont les rondeurs enfantines ont également charmé journalistes, visiteurs et visiteuses. Sa silhouette potelée s’est même trouvée reproduite sur du papier à lettres, dans une tentative maladroite de merchandising78. Figures séduisantes, mascottes sensuelles ou gracieuses, Rosinha et Augusto, par leur jeunesse et leur fraîcheur, sont les deux visages d’une Afrique sans passé et offerte au progrès, à condition d’accepter la protection et la tutelle européennes. Ensemble mais séparés, telle semble être la doctrine défendue dans les salles de l’ECP pour définir les relations entre colonisateur et colonisé, quitte à se contredire lorsqu’il s’agit d’évoquer le métissage et la rencontre sexuelle entre hommes et femmes.

Un embarrassant métissage

  • 79 Matos, 2006, pp. 148-153 ; Cabecinhas, Cunha, 2003 ; Neto, 2008.

44Tout d’abord parce que le positionnement de l’État Nouveau sur la question est difficile à suivre. À l’instar des régimes qui l’ont précédé et de la plupart des autres puissances coloniales, il ne pratique pas de ségrégation raciale officielle. Mais les pratiques dénoncent l’inverse, et différentes formes d’exclusion des colonisés sont érigées en véritable système, notamment dans l’accès rendu quasi impossible au statut d’assimilado. Quant aux métis, ils sont mal accueillis dans la société coloniale portugaise, même si le discours officiel est chargé d’ambiguïtés. En effet, le Brésil est souvent présenté comme le modèle de la colonie « réussie », notamment par son caractère métissé, culturellement mais aussi racialement. L’Inde bénéficie également de cette image : Alphonse de Albuquerque, en encourageant les mariages mixtes entre Portugais et Indiennes, serait à l’origine d’une civilisation luso-indienne originale. De même, le Cap-Vert est mis en valeur pour sa culture créole, synthèse originale entre les cultures lusitanienne et africaine. Pourtant, la séquence politique des années 1932-1940 ne voit guère la promotion du métissage auquel on préfère officiellement la ségrégation, dans le domaine matrimonial comme dans l’ensemble de la vie sociale des colonies. Cette posture est soutenue par les anthropologues et les démographes qui justifient scientifiquement les dangers du mélange ethnique entre Portugais et colonisés79. Les statistiques sur la répartition raciale des colonies, dont les organisateurs d’expositions sont très friands, sous-évaluent le nombre de métis, comme le montre une brochure consacrée à la population du Mozambique à l’occasion de l’ECP. L’auteur commence par relativiser le phénomène du métissage du point de vue « qualitatif », soulignant en effet que les métis recensés dans les colonies sont le fruit des amours de femmes africaines avec des hommes métis eux-mêmes, des Indiens ou des « jaunes », mais jamais avec des Européens. Il poursuit sur ce dernier phénomène :

  • 80 « O número de mestiços, filhos de pai europeu, que na colónia nunca atingiu proporções desmedidas, (...)

Le nombre de métis nés de père européen, qui n’a jamais atteint des proportions considérables dans la colonie, tend à disparaître naturellement, les cas d’union entre Européens et femmes indigènes étant actuellement peu fréquents. Le mariage à la mode du pays […] n’existe pas, les cas de concubinage entre colons européens et indigènes commençant également à se faire rares. Il s’en trouve de manière fréquente uniquement dans les points les plus éloignés des centres urbains ou du littoral, dans les régions où, à cause du climat, de la distance ou du manque de moyens de communication et de transports, il n’a pas encore été possible de fixer la femme européenne80.

45En tant qu’héritage culturel et historique séculaire, le métissage permet de promouvoir une civilisation luso-brésilienne ou luso-indienne originale, justifiant ainsi l’apport de la colonisation portugaise à la richesse culturelle du monde. Mais en tant que phénomène social ou biologique, surtout lorsqu’il s’applique aux territoires d’Afrique, il fait l’objet de toutes les inquiétudes et de toutes les condamnations, tant de la part des autorités politiques ou administratives, que de la part des sommités scientifiques nationales.

46Pittoresque, didactique, documentée, émouvante, diverse, l’ECP semble avoir réuni les conditions d’un authentique succès populaire, vérifié par un niveau – officiel – de fréquentation particulièrement élevé. Reste, toutefois, à savoir à qui profitera ce succès. S’engage alors une lutte d’influence entre le commissaire Galvão et le monde économique de Porto, au bénéfice du nouveau régime.

IV. -… récupéré par le nouveau pouvoir

47Unanimement considérée comme un succès, l’ECP de Porto s’est trouvée progressivement confisquée par le nouveau pouvoir en place, dans son organisation, dans ses objectifs et dans ses principes de mise en œuvre, grâce à l’activité tenace du commissaire Galvão, soutenu par le ministre des Colonies Monteiro.

Le ministre et le commissaire au service de la « mystique impériale »

  • 81 Barros, Oliveira, Rosas, 1996, pp. 15-17.
  • 82 À partir de 1951, les théories luso-tropicalistes du sociologue brésilien Gilberto Freyre trouvent (...)
  • 83 Cette information se trouve dans Oliveira, 2000, p. 120, mais n’est pas confirmée dans le rapport d (...)
  • 84 Ibid., pp. 120-126.

48Armindo Monteiro (1890-1955) a été incontestablement le ministre des Colonies le plus marquant de l’entre-deux-guerres au Portugal avec João Belo, décédé prématurément. D’origine modeste, diplômé de la faculté de droit de Lisbonne ainsi que de l’École de guerre, il doit renoncer à la carrière militaire qu’il visait, à la veille de rejoindre son régiment dans les Flandres en 1918, pour des raisons de santé. Il se spécialise dès lors dans les questions de droit financier, choisissant ainsi la même voie que Salazar, qui, né un an avant lui, enseigne alors à l’université de Coimbra. À Lisbonne, il mène longtemps une double carrière d’universitaire et d’administrateur de grandes entreprises dans le privé. Il soutient le coup d’État du 28 mai 1926 et participe à la délégation portugaise qui négocie avec l’Angleterre la dette de son pays. Il se fait apprécier de Salazar lorsque celui-ci, alors ministre des Finances, lui propose de diriger le service des statistiques. L’année suivante, il est promu sous-secrétaire d’État, toujours aux finances, devenant ainsi un proche collaborateur du futur dictateur, qui, à la veille d’élargir ses réformes financières aux territoires coloniaux, l’envoie en mission d’observation en Angola et au Mozambique. De retour d’Afrique, Monteiro s’attelle à la rédaction de l’Acte colonial. Son ascension se poursuit lorsque, le 31 janvier 1931, il obtient le portefeuille des Colonies, qu’il gère jusqu’en mai 193581. Il consacre ces quatre années à la mise en œuvre des orientations de l’Acte colonial en faveur de la centralisation et de la nationalisation de l’Empire, de la réforme administrative et de l’orthodoxie financière. Ce sont aussi des années fondamentales pour l’enracinement de l’idéologie colonialiste au Portugal, telle qu’elle a été développée jusqu’à l’aube des années 195082. De ce point de vue, Monteiro est considéré comme le véritable idéologue de l’Empire. Il est donc bien normal que des événements comme l’ECP de Porto lui soient étroitement associés. Dès sa prise de fonction, il recueille les lauriers de la participation portugaise à l’ECI de Paris, pourtant préparée bien avant son ascension politique. Accompagné d’une prestigieuse délégation, il se rend en effet à Paris en novembre 1931 où il inaugure la « Semaine portugaise » et remet les insignes de la Tour et de l’Épée au maréchal Lyautey83. En 1932, à l’occasion de sa visite officielle en Angola et au Mozambique, il inaugure les Foires de Luanda et de Lourenço Marques, avec le soutien de Galvão qui lui réserve un accueil quasi présidentiel. Enfin, la carrière et la popularité de Monteiro atteignent leur apogée avec l’inauguration de l’ECP. À la fin de l’année 1934, ce capital politique commence à inquiéter Salazar, qui le nomme ministre des Affaires étrangères. Cette apparente promotion a pour effet d’éloigner Monteiro de la vie politique intérieure. L’exil se confirme en 1936 lorsqu’il est nommé ambassadeur du Portugal à Londres84.

  • 85 Voir chap. i de cet ouvrage, pp. 40-43.
  • 86 « resistência passiva » (AHU, Casa forte, dossier n° 968, « Correspondência recebida com resposta a (...)
  • 87 « desde uma questão de gratificações até à questão política » (ibid.).
  • 88 Montoito, 2005, p. 75.

49En 1934, il peut en tout cas compter sur le soutien du commissaire Galvão, qui n’hésite pas, par exemple, à affronter le personnel de l’AGC, dont il déplore la mauvaise volonté, y voyant les tentatives de résistance d’une institution encore trop marquée par ses origines républicaines85. Aussi adresse-t-il une lettre courroucée à l’agent des Colonies Júlio Garcez de Lencastre, par ailleurs président de la commission exécutive de l’ECP, le 16 mars 1934. Il y rappelle que l’AGC a pour mission, depuis son siège à Lisbonne, de répondre aux sollicitations de la direction technique de l’ECP, sise à Porto. Tout en rendant hommage à l’engagement personnel de l’agent, Galvão se plaint de la « résistance passive86 » manifestée par certains fonctionnaires, y décelant des motifs qui vont « de la question des gratifications à la question politique87 », bien conscient de la complexité des enjeux, collectifs et individuels, nationaux et locaux, qui traversent l’organisation de la première grande manifestation de propagande coloniale de l’État Nouveau. À titre tout à fait individuel, l’organisation et le succès de l’ECP constituent en tout cas une étape importante pour Galvão. Les honneurs se succèdent au cours de la décennie : directeur de la radiodiffusion nationale de 1935 à 1941, inspecteur supérieur de l’administration coloniale de 1936 à 1949, il gravit à vive allure les échelons militaires, civils et politiques de l’État Nouveau dans les années 193088, et retrouve une dernière fois la fonction de commissaire d’exposition en dirigeant la section coloniale de l’EHMP en 1940.

  • 89 Galvão, Album comemorativo, p. 17.

50Mais c’est surtout contre les milieux patronaux et négociants de Porto que Galvão porte ses coups. Dans son introduction à l’album commémoratif de l’exposition, Galvão multiplie les hommages au régime, reconnaissant celui-ci comme le seul responsable de son incontestable succès populaire. À ses yeux, elle ne pouvait être organisée à un moment plus opportun de la vie politique et impériale du Portugal, ayant su trouver dans l’opinion la stabilité institutionnelle et la sérénité idéologique indispensables à son déroulement, tout en bénéficiant des effets de l’Acte colonial89. C’est donc au gouvernement qu’il convient de rendre hommage, et à Salazar et à Monteiro que le Portugal doit d’avoir retrouvé les conditions institutionnelles, idéologiques, psychologiques même, lui permettant de faire face à son destin de nation colonisatrice. Le chef du gouvernement et le ministre des Colonies sont ainsi les seuls et uniques auteurs de l’ECP, si l’on en croit Galvão, qui relativise son propre rôle, mais surtout celui des négociants de Porto. Pour Galvão, l’ordre règne désormais au Portugal, et l’ECP en est la preuve éclatante.

« Retour à l’ordre » au Portugal

  • 90 « Cadastrados et gatunos vão ser activamente procurados pela Polícia, que os manterá presos até o t (...)
  • 91 Almeida, 1994 ; Seren, 2001, pp. 80-81.

51Si l’ECP de Porto célèbre le nouvel homme fort du pays et le régime qu’il a mis en place, elle constitue aussi, plus concrètement, une occasion pour les autorités d’organiser et de renforcer ce nouvel ordre dans la capitale du Nord, au passé mouvementé. Ainsi un article du Século annonce-t-il que « les individus fichés et les voleurs seront activement recherchés par la police, qui les gardera en prison jusqu’au terme de l’exposition90 », mesure qui concerne à la fois Porto et Lisbonne. Cette approche à la fois préventive et extensive du maintien de l’ordre indique qu’une vaste opération de police a pu prendre prétexte de ce grand événement culturel et politique pour renforcer le contrôle sur la population des deux grandes villes, principaux foyers ouvriers du pays. En 1934, l’État Nouveau vient tout juste d’obtenir sa légitimité politique par le référendum constitutionnel de 1933, et le nouveau gouvernement est encore loin de faire le consensus en métropole. Certains contre-pouvoirs, comme la maçonnerie, ont encore pignon sur rue, du moins jusqu’à l’année suivante. Le début de l’année a en outre été marqué par des mouvements de grève et de résistance à la mise en place des nouvelles structures corporatives dans les grandes villes du pays, et même par la constitution d’un éphémère soviet dans le port de Marinha Grande, tenu pendant une heure par les insurgés. La Policia de vigilância e de defesa do Estado (PVDE) organise la répression et la déportation de 150 ouvriers vers les camps du Sud de l’Angola et de Tarrafal, dans l’archipel du Cap-Vert91. Le contexte invite donc les nouveaux instruments du contrôle et de la répression à surveiller de près les éléments susceptibles de gâcher la fête.

  • 92 AHU, Casa forte, dossier n° 971, lettre de C. Sena à H. Galvão, le 28 août 1934.

52La direction de l’ECP peut en outre compter sur la bonne volonté de certains citoyens zélés. Ainsi le directeur reçoit-il, le 28 août 1934, la lettre anonyme d’un « ancien colonial » qui dénonce les intentions d’un groupe de subversifs de la ville de Guimarães, dans le Nord, qui projettent l’organisation d’une excursion à Porto à des fins, prétend l’auteur du courrier, de propagande communiste. Cette lettre semble avoir été prise au sérieux, puisqu’elle a bien été transmise aux services de police de Porto92.

53En outre, tout est mis en place pour faire de l’exposition la vitrine des grands principes politiques et idéologiques du nouveau régime, au-delà des questions coloniales. C’est toute une conception de la société portugaise, hiérarchisée, organisée, dénuée de conflits qui en ressort. Galvão offre ainsi une vision particulièrement éloquente du « peuple » portugais telle que l’État Nouveau souhaite la transmettre :

  • 93 « Vieram à exposição cêrca de um milhão e meio de portugueses. Muitos – possivelmente a maioria – v (...)

Près d’un million et demi de Portugais sont venus à l’exposition. Beaucoup d’entre eux – probablement la majorité – sont venus comme pour une fête, animés de cet esprit joyeux et insouciant de ceux qui vont à la kermesse, au théâtre, aux taureaux et au football. Certains disaient : allons voir des nègres ! […] Mais, au passage, ils parcouraient les nefs officielles, ils s’arrêtaient devant les planisphères et les dioramas, lisaient ou se faisaient lire certaines phrases, s’étonnaient devant certains graphiques, s’abandonnaient en toute sincérité devant certaines maquettes93.

54L’idée est celle d’une découverte, et même d’une redécouverte : celle des colonies, du passé et du présent de la nation portugaise, impériale par essence. Hommage à la simplicité et à la naïveté d’un peuple qui se découvre grand et héroïque, ce passage épouse parfaitement la conception défendue par l’État Nouveau d’un peuple portugais humble, ingénu, religieux, travailleur. Cette image du « peuple » se nourrit également d’un certain anti-intellectualisme, qu’exprime le commissaire lorsqu’il se complaît à décrire l’attitude du visiteur idéal :

  • 94 « E o povo humilde desta cidade, a massa anónima que não foi ouvida, nem consultada, que não reclam (...)

Et le peuple modeste de cette ville, la masse anonyme qui n’a été ni entendue, ni consultée, qui n’a réclamé ni droits ni prérogatives, qui n’a invoqué aucun droit et qui n’a pas posé d’entraves, mais qui a compris, mieux que bien d’autres personnes cultivées, que cette exposition lui était consacrée et que c’était à son âme qu’elle s’adressait. Ils sont venus massivement, disciplinés, ordonnés, ingénus, prêts à s’émerveiller face à la surprise de découvrir une dignité inconnue, la leur, une grandeur insoupçonnée94.

55En mettant en valeur cette masse digne et discrète, Galvão règle ses comptes avec les élites à ses yeux arrogantes de Porto. Il impose ainsi le silence à ces négociants et ces industriels, de même qu’il s’offusque des critiques qui émanent d’une intelligentsia qu’il méprise. Les critiques apportées à son exposition viennent, selon lui, des esprits chagrins et passéistes qui ne comprennent rien à la grandeur portugaise. Pour autant, comme il le rappelle, l’exposition coloniale s’adresse à tous :

  • 95 « desde o professor grave que aprendia um novo sentido das cousas portuguesas e meditava, talvez co (...)

[du] grave professeur découvrant un sens nouveau aux affaires portugaises et méditant, sans doute avec quelque tristesse, sur les errances qui l’ont engagé sur de mauvais chemins, au bourgeois enfermé dans sa mentalité excessivement métropolitaine ; de l’intellectuel du continent, dont la culture et l’intelligence, trop soucieuses d’idées et d’idéologies européennes brillantes ou prestigieuses, ont perdu le sens de la nation, au paysan illettré et ingénu ; de l’enfant riche, qui n’apprend pas ce que l’exposition lui a enseigné dans les coûteuses écoles qu’il fréquente, à l’étudiant pauvre de l’école publique.
Tous – d’une manière claire et palpable – ont été envahis d’une bouffée de ce bon orgueil national ; en chacun a été plantée cette semence que d’autres événements et d’autres réalisations devront faire germer, faire vivre et renforcer95.

56Ce passage illustre les conceptions politiques et sociales d’un salazariste enthousiaste : patriotiques et nationalistes bien sûr, mais également anti-intellectuelles, anti-cosmopolites, et sans doute anti-communistes. Il manifeste sa nette préférence pour le bon sens populaire du monde rural, à ses yeux mieux armé intellectuellement que d’autres catégories plus cultivées, car non corrompu par l’air du temps en Europe. L’ECP de Porto porte, selon lui, la semence d’un nationalisme sain, incarné par le « professeur » Salazar.

57La mystique impériale connaît ainsi une première manifestation éclatante à Porto, en 1934, au moment même où l’État Nouveau prend le contrôle de la censure et crée, avec le SPN, une machine de communication politique efficace. Le gouvernement salazariste passe ainsi progressivement d’une posture de soutien bienveillant envers une initiative privée à une implication financière et politique, pour finalement s’attribuer tous les mérites de ce qui apparaît unanimement comme un grand succès public et commercial.

Notes

1 English, 2006.

2 AHU, Sala 3, 1F, NO 101.

3 Ibid., lettre du secrétaire général du mouvement Pró-Colónias et président de la commission exécutive de Porto, A. Domingues de Freitas, au ministre des Colonies, A. Monteiro, le 22 juillet 1931.

4 Ibid., lettre du président de la commission de Porto, A. Domingues de Freitas, au président de la commission de Lisbonne, A. Cortesão, le 22 juillet 1931.

5 « Esta deliberação foi tomada em face da orientação assumida pela Comissão do Porto, que desinteressando-se da execução de vários alvitres nossos e adiando acções fundamentais, como o lançamento do manifesto ao País […] e intensificação de propaganda, nos faz compreender que lhe interessa, principalmente, quasi unicamente, a Exposição Colonial a realisar no Porto, relegando para plano muito secundário todos os outros aspectos dêsse movimento, que nós desejariamos puramente nacional e não exclusivamente regional » (ibid., lettre d’A. Cortesão à A. Domingues de Freitas, le 25 juillet 1931).

6 ECP, Primeira Exposição colonial portuguesa, p. 6.

7 Sur cette société, voir ci-dessous p. 145.

8 Sur le corporatisme de l’État Nouveau, voir Lucena, 1976 ; Patriarca, 1995 ; Pinto, Martinho, 2008, pp. 23-49.

9 S. v. « Associação comercial do Porto », dans Barreto, Mónica, 1999, pp. 138-139.

10 « salubre função de contrapoder » (Guichard, 1994, p. 561).

11 Sur la politique anticléricale des premières années de la République, voir Wheeler, 1985, pp. 84-88 ; Marques, 1991, pp. 493-499.

12 Visitai a Exposição colonial, dépliant illustré, 26 cm, textes en portugais et français.

13 Ferro, Salazar. Le Portugal et son chef.

14 Voir chap. iii de cet ouvrage, pp. 111-118.

15 Voir chap. vii de cet ouvrage, pp. 221-224.

16 « com critério essencialmente prático, mostrando a extensão, intensidade e efeitos da acção colonizadora portuguesa, os recursos e actividades económicas do Império e as possibilidades de estreitamento de relações comerciais entre as várias partes da Nação » (Decreto n° 22 987, 28 de Agosto de 1933, p. 141).

17 Galvão, Primeira Exposição colonial, p. 42.

18 Clarence-Smith, 1985, p. 154.

19 Cortesão, commissaire de la section portugaise lors de l’Exposition coloniale d’Anvers de 1930, se plaint ouvertement de ces écarts de rémunération entre ouvriers belges et ouvriers portugais ; Cortesão, Relatório do comissário, p. 12.

20 AHU, Casa forte, dossiers nos 929, 930, 932, 944, 961, 962 et 967.

21 Galvão, Primeira Exposição colonial, p. 49.

22 Ibid., art. 13.

23 AHU, Casa forte, dossier n° 942.

24 Decreto n° 22 987, 28 de Agosto de 1933, art. 3 ; ECP, Primeira Exposição colonial portuguesa, p. 6.

25 AHU, Casa forte, dossier n° 988, lettre d’H. Galvão à A. Monteiro, le 4 avril 1934.

26 Cortesão, Relatório do comissário, p. 241.

27 Olivier, Rapport général, vol. 1, pp. 316-319.

28 Galvão, As feiras de amostras coloniais, p. 47.

29 « Podemos assegurar, com prova fácil de côlher nas contas de certames anteriores, que em nenhuma Exposição ou feira até agora realizada os vencimentos foram tão baixos. […] Êste mal – porque não pagar condignamente é sempre um mal – apenas pôde ser, em parte, compensado, já depois da Exposição inaugurada, apenas para o pessoal assalariado, pela instituição duma sopa gratuita que, de manhã e à noite, era distribuída num dos recintos da Exposição » (Galvão, Primeira Exposição colonial, p. 22).

30 Decreto n° 22 987, 28 de Agosto de 1933, art. 7.

31 Moreira, « As nossas representações coloniais no estranjeiro », dans ECP, O Livro da Exposição, pp. 17-21.

32 « relíquias do nosso passado colonial » (Cortesão, « Portugal na Exposição de Antuérpia », p. 16).

33 Coimbra, Leitão, Exposição colonial portuguesa, p. 6.

34 Voir chap. i de cet ouvrage, p. 40.

35 Cortesão, Relatório do comissário, pp. 18-19.

36 Moreira, « A Ia Exposição colonial portuguesa ».

37 BAGC, n° 105, mars 1934, p. 117.

38 Galvão, Exposição do mundo português, p. 3.

39 Id., As feiras de amostras coloniais, p. 81.

40 Ibid., p. 47.

41 BAGC, n° 103, janvier 1934, p. 120.

42 AHU, Casa forte, dossier n° 988, rapport du délégué d’Angola au commissaire de l’ECP, le 29 avril 1934.

43 AHU, Casa forte, dossier n° 970, bulletin n° 90.

44 Matos, 2006, p. 59.

45 Cabral, 1991, pp. 30-31.

46 Thomaz, 2001, pp. 74-75, 87.

47 O Século, 3 avril 1934, p. 2.

48 « Os mestiços nas colónias portuguesas » ; « Valor psico-social das raças coloniais ». Voir sa bibliographie dans Matos, 2006, pp. 272-274.

49 O Século, 24 juin 1934, p. 4 ; Roque, 2010.

50 Léonard, 2000.

51 Matos, « La formation de la nation portugaise ».

52 Id., A acção civilizadora do Exército português no ultramar.

53 Norton de Matos bénéficie du soutien du poète Fernando Pessoa, qui publie une célèbre tribune dans le Diário de Lisboa du 4 février 1935 dans laquelle, sans être initié lui-même, il défend l’existence et l’intérêt pour la nation d’une maçonnerie portugaise. Cet article et d’autres textes censurés sont reproduits dans Pessoa, Da República, pp. 405-424.

54 Marques, 1975, pp. 53-55.

55 Ibid., p. 319.

56 Commissariat de l’Exposition portugaise à Anvers, Catalogue officiel de la section portugaise, p. 56.

57 Commissariat général du Portugal à l’ECI de Paris, Exposition coloniale portugaise à Paris.

58 AHU, Casa forte, dossiers nos 968, 970 et 990.

59 Conférence prononcée le 16 juillet 1934 au théâtre du palais des colonies, intitulée « A obra missionária de Portugal » ; AHU, Casa forte, dossier n° 970, bulletin n° 47, le 15 juillet 1934. Il assure une seconde conférence, dont nous ignorons le titre, le 28 juillet 1934 ; AHU, Casa forte, dossier n° 970, bulletin n° 58, le 21 juillet 1934.

60 Il célèbre une messe le 7 juillet 1934 à la chapelle du palais des colonies ; AHU, Casa forte, dossier n° 970, bulletin n° 34, le 7 juillet 1934.

61 AHU, Casa forte, dossier n° 968, « Correspondência recebida com resposta até agosto 1934 », lettre de l’archevêque d’Ossirinco au directeur de l’ECP, le 2 juin 1934 ; AHU, Casa forte, dossier n° 990, réponse non datée du directeur de l’ECP.

62 Sánchez-Gómez, 2009, p. 677.

63 « a única ameaça à consolidação do Estado Novo e uma das alavancas de poder do general Carmona » (Pinto, 2001a, p. 1058).

64 Ferreira, 1990, pp. 185-190.

65 Galvão, Primeira Exposição colonial, p. 37.

66 Miranda, 1992, pp. 259-260.

67 Cette superficie n’est mentionnée que dans une lettre d’H. Galvão au consul d’Argentine à Porto ; AHU, Casa forte, dossier n° 978, lettre du 21 juin 1934.

68 Corbin, 1995, pp. 13-18.

69 « de propaganda colonial » (Galvão, Primeira Exposição colonial, p. 25).

70 Ibid., p. 32.

71 « manifestações de exaltação do espírito colonial » (ibid., p. 31).

72 « de homenagem e de exaltação patriótica » (ibid.).

73 « bastante originalidade de processos para ensinar os menos letrados e os próprios analfabetos » (ibid., p. 14).

74 « O ressurgimento da política imperial é uma realização do Estado Novo » ; « Portugal pode, se nós quisermos, ser uma grande e próspera Nação. Sê-lo-á » ; « A assistência aos indígenas, nas colónias portuguesas, pode constituir exemplo para todos os colonizadores » ; « Em todos os pontos das colónias temos uma estrada, um português, um telefone » ; « Não há colónias portuguesas sem metrópole forte » ; « Nenhum país colonial tem na colonização obra comparável à portuguesa » ; « Fizemos das Colónias Províncias de Portugal » ; « Construímos 3750 quilómetros de caminhos de ferro » ; « Damos aos indígenas as melhores condições de trabalho » ; « Dinfundimos a instrução por todas as colónias » ; « Pacificámos todo o território do Império » ; « Levámos a ocupação portuguesa a todos os pontos das colónias » (« Monumentos, demonstrações culturais, políticas », p. 307).

75 « acampamento de combate à doença do sono » (Coimbra, Leitão, Exposição colonial portuguesa, p. 18).

76 « alojados em aldeias ou habitações típicas, continuando na Exposição a sua vida, usos e costumes coloniais » (Galvão, Primeira Exposição colonial, p. 25).

77 « A “Rosinha” – formosura negra, que já deu motivo a delito e condenação de um negro, criado entre nós, que a abraçou, talvez com saudade da terra que não conhece – vale o encanto e a beleza de todas as aldeias reünidas. Sorri para toda a gente como criança mimada, e faz uma concorrência enorme à popularidade do pretinho Augusto da aldeia bijagoz. É de raça balanta a “Rosinha”, como os que com ela vivem. O régulo Mony assegura a ordem, sempre difícil, porque as beldades como a “Rosinha” são muitas, embora ela seja a mais bela de todas. Os homens fazem a vida usual : fumam, comen, dormem, passeiam. As mulheres cuidam especialmente delas proprias. Armam caprichosos penteados, enrolando a carapinha curta em bolas de barro e oleo de palma. Enfeitam-se com colares, pulseiras e aneis de missanga colorida. E abrem para toda a gente as bôcas vermelhas onde brilham fiadas de dentes brancos como a neve. […] A “Rosinha” é o símbolo da Africa, atraente, alegre, feliz, que espalha graça em redor e adora a tranquilidade, que a protecção do branco lhe deu, e, com ela, outros horizontes, perspectivas largas de progressos e de melhoria social » (« As raças do Império representadas no certâme »).

78 Ces feuillets ont été reproduits dans Seren, 2001, p. 110.

79 Matos, 2006, pp. 148-153 ; Cabecinhas, Cunha, 2003 ; Neto, 2008.

80 « O número de mestiços, filhos de pai europeu, que na colónia nunca atingiu proporções desmedidas, tende naturalmente a desaparecer, sendo hoje pouco frequentes os casos de união entre europeus e mulheres indígenas. O casamento entre estes, à moda do país, […] não existe, começando também a ser raros os casos de mancebia entre colonos europeus e indígenas. Como regra, hoje já só se encontram nos pontos mais afastados dos centros urbanos ou do litoral, nas regiões onde pelo clima, pela distância ou pela falta de meios de comunicação e transporte, não foi ainda possível fixar a mulher européia » (Figueiredo, A Vida social, p. 6).

81 Barros, Oliveira, Rosas, 1996, pp. 15-17.

82 À partir de 1951, les théories luso-tropicalistes du sociologue brésilien Gilberto Freyre trouvent grâce aux yeux du pouvoir, qui engage une réforme administrative consistant principalement à remplacer une terminologie, jugée dépassée et raciste, par une autre ; Castelo, 1999, pp. 87-110.

83 Cette information se trouve dans Oliveira, 2000, p. 120, mais n’est pas confirmée dans le rapport du gouverneur Marcel Olivier.

84 Ibid., pp. 120-126.

85 Voir chap. i de cet ouvrage, pp. 40-43.

86 « resistência passiva » (AHU, Casa forte, dossier n° 968, « Correspondência recebida com resposta até agosto 1934 », lettre d’H. Galvão à J. Cayolla, le 16 mars 1934).

87 « desde uma questão de gratificações até à questão política » (ibid.).

88 Montoito, 2005, p. 75.

89 Galvão, Album comemorativo, p. 17.

90 « Cadastrados et gatunos vão ser activamente procurados pela Polícia, que os manterá presos até o termo do certame » (« Cadastrados et gatunos vão »).

91 Almeida, 1994 ; Seren, 2001, pp. 80-81.

92 AHU, Casa forte, dossier n° 971, lettre de C. Sena à H. Galvão, le 28 août 1934.

93 « Vieram à exposição cêrca de um milhão e meio de portugueses. Muitos – possivelmente a maioria – vieram em ar de festa, com o mesmo espírito alegre e descuidado com que vão ao arraial e ao teatro, aos touros e ao “foot-ball”. Diziam alguns : Vamos ver pretos ! / Mas, de passagem, percorriam as naves oficiais, paravam defronte dos planisférios e dos dioramas, liam ou ouviam ler certas frases, surpreendiam-se perante certos gráficos, rendiam-se francamente diante de algumas “maquettes” » (Galvão, Primeira Exposição colonial, p. 39).

94 « E o povo humilde desta cidade, a massa anónima que não foi ouvida, nem consultada, que não reclamou direitos nem prerogativas, que não invocou direitos nem pôs entraves – mas que compreendeu melhor do que muita gente culta que era para êle a exposição e que era a sua alma que o certame procurava. Vieram em massa, disciplinados, ordeiros, ingénuos, prontos a deslumbrar-se com a surprêsa duma dignidade desconhecida, que era a sua, duma grandeza despercebida, que lhes pertencia » (ibid., p. 30).

95 « desde o professor grave que aprendia um novo sentido das cousas portuguesas e meditava, talvez com certa tristeza, sôbre passos de erradio que tinha calcurreado em caminhos falsos, até ao burguês recolhido na sua mentalidade excessivamente metropolitana ; desde o intelectual continental, cujas cultura e inteligência andam desnacionalizadas e em busca de brios e prestígio em idêas e ideologias europeias, até ao camponês iletrado e ingénuo ; desde a criança rica, que não apprendre as cousas que a Exposição lhe ensinou nas escolas custosas que frequenta ; até ao estudantesito pobre da escola oficial. / A todos – era claro e palpável – varria uma lufada de bom orgulho nacional ; em todos ficava uma semente que outros acontecimentos, outras realizações, hão de fazer germinar, viver e fortificar » (Galvão, Album comemorativo, pp. 27-28).

© Casa de Velázquez, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search