Version classiqueVersion mobile

Des Empires en carton

 | 
Nadia Vargaftig

Chapitre III. Les colonies par elles-mêmes

Les foires d’outre-mer (1926-1939)

Texte intégral

1Répondant à des logiques locales et à une chronologie spécifique, les foires commerciales et industrielles organisées dans les territoires ultramarins italiens et portugais doivent être appréhendées comme des événements à la fois autonomes et soumis aux évolutions internes aux métropoles. L’articulation d’enjeux très locaux, notamment urbains, à des enjeux d’échelle impériale en rend l’étude particulièrement utile si l’on veut appréhender le phénomène des expositions dans sa polysémie. L’étude de ces foires permet en outre de poser le pied sur ces territoires lointains, qui constituent le cœur de la propagande coloniale, tout en offrant des espaces où cette propagande se déploie régulièrement. Il faut mettre l’accent sur les forts enjeux économiques de ces foires mais aussi sur la distance, qu’elle soit géographique et matérielle ou culturelle et symbolique, qui sépare les métropoles de leurs colonies. Lisbonne et Rome ne maîtrisent que très superficiellement le tissu économique, l’organisation spatiale ou les structures sociales de Macao, de la Tripolitaine, de l’Angola ou du Mozambique, et les foires commerciales apparaissent dès lors comme une tentative souvent vaine d’embrasser et de maîtriser des territoires trop vastes et/ou trop éloignés.

  • 1 « presumably a combination of the British community and educated and comercial middle class of Beng (...)
  • 2 MacKenzie, 1984, p. 99.
  • 3 Alves, Pires, Macau e a sua Primeira Exposição, p. 28.
  • 4 AHD, Sala 9, NO 605, dossier n° 50 ; dossier n° 47-E.

2À l’échelle européenne, les foires organisées outre-mer ne constituent pas une nouveauté en cette seconde moitié des années 1920. C’est à nouveau dans l’espace impérial britannique que l’on trouve les exemples les plus aboutis et les plus anciens de foires d’outre-mer. John MacKenzie mentionne les nombreuses foires qui se sont tenues dans les dominions comme dans les territoires sous tutelle. Parmi les dominions, la Nouvelle-Zélande, Le Cap, Sydney, Melbourne, Kimberley, Brisbane et Johannesburg ont accueilli des foires et des expositions. Dans les territoires coloniaux, elles ont été organisées à Calcutta, à Bombay, en Sierra Leone, à la Jamaïque, à Zanzibar et en Tasmanie1, atteignant parfois une envergure considérable. MacKenzie estime ainsi que l’Exposition de Calcutta de 1883 aurait été visitée par plus d’un million d’individus, « combinaison probable entre la communauté britannique et les élites intellectuelles et commerciales du Bengale, que les Britanniques avaient largement favorisées2 ». En territoire français, des foires ont également été organisées, comme à Hanoï en 1902 et en 19253. D’autres foires ont eu lieu au Congo belge, les archives diplomatiques portugaises attestant le projet d’une foire commerciale à Élisabethville pour l’année 19314.

3Les premières foires commerciales et industrielles d’outre-mer portugaises et italiennes ont été organisées en 1926, suggérant que les premières difficultés de la crise économique des années 1930 sont en réalité apparues dès la seconde moitié des années 1920. Ces foires sont en effet présentées, pour la plupart, comme une réponse à la crise commerciale qui voit d’une part les cours des matières premières chuter et d’autre part les marchés métropolitains devenir incapables d’absorber la production nationale, obligeant producteurs et négociants à se tourner de plus en plus vers les marchés coloniaux. La première foire commerciale qui se déroule en territoire ultramarin portugais est cependant un cas très particulier. En effet, la Feira industrial de Macau doit apporter des solutions à un contexte doublement critique, du point de vue économique et politique, dans le cadre des relations de l’enclave sino-portugaise avec la Chine et avec le port britannique de Hong Kong.

I. - Exister en Extrême-Orient : la Feira industrial de Macau (1926)

4En novembre 1926, le gouvernement de Macao inaugure une foire industrielle. Il s’agit d’une initiative locale et indépendante de la métropole, trop éloignée pour exercer sur cette colonie un contrôle étroit et régulier.

Le poids de l’éloignement

  • 5 « Ninguém, ou quase ninguém, no nosso país teve conhecimento dêsse admirável certame, resultante do (...)

5La Feira industrial de Macau s’est déroulée dans une des colonies les plus lointaines du Portugal. Son catalogue, rédigé en portugais et en anglais, est constitué de deux parties. La première est consacrée à la foire elle-même, à son organisation, son déroulement et son bilan financier ; la seconde décrit le nouveau port de Macao, gagné sur la mer, dont les travaux ont été entrepris en 1919. Tout tend à démontrer que cette foire est une initiative bien plus tournée vers le monde anglo-saxon, en particulier les acteurs économiques de Hong Kong, que vers les forces économiques de la métropole, où l’écho de la foire est minime. Ainsi, un journaliste de Porto, cité dans le BAGC, déplore-t-il : « Personne, ou presque personne dans notre pays n’a eu connaissance de cette admirable exposition, résultat des efforts herculéens de quelques Portugais qui se trouvent dans notre lointaine possession5 ». La métropole n’a en effet manifesté aucun intérêt pour cette foire, qui s’est pourtant déroulée dans une des plus anciennes et des plus prestigieuses possessions portugaises.

  • 6 Bradshaw, Ling, Roberts, 2006, p. 31.
  • 7 Ibid., pp. 277-282.

6L’évêché de Macao date en effet de 1576 et exerce sa juridiction sur l’ensemble de la Chine et du Japon6. Au début du xxe siècle, le statut juridique de Macao est régi par l’accord sino-portugais de 1887 et par le traité de Pékin de 1888. Si l’enclave se trouve bien sous administration portugaise, un désaccord sur les limites du territoire perdure entre les autorités chinoises et portugaises7, envenimant les relations sino-portugaises. L’autorité portugaise à Macao, isolée de sa métropole, doit donc gérer seule une triple précarité : outre les difficiles relations avec le voisin chinois, Macao est confrontée à la déprise économique, ainsi qu’à de graves et régulières difficultés d’ordre public.

Une triple précarité : tensions internationales, crise économique et instabilité sociale

  • 8 S. v. « Macau », dans Barreto, Mónica, 1999, p. 404.
  • 9 « Suplantadas pelos comerciantes chineses, as velhas famílias macaenses, simbolicamente lidagas à m (...)
  • 10 Cabral, Lourenço, 1997, p. 537.
  • 11 Bergère, Bianco, Domes, 1990, pp. 149-150.
  • 12 Cabral, Lourenço, 1997, p. 538.

7Depuis le début du xxe siècle, l’enclave portugaise doit résister à un environnement complexe, qui résulte de la combinaison entre la situation révolutionnaire en Chine, les tensions sociales qui agitent le port de Hong Kong et une situation économique déclinante. Macao a en effet longtemps été la plaque tournante de nombreux trafics (tabac, opium, coolies). Or, depuis le milieu du xixe siècle et l’installation des Anglais à Hong Kong en 1840, la colonie sino-portugaise souffre de la rivalité d’un port en eaux profondes, de l’autre côté du delta de la rivière des Perles, et ne survit que grâce à ses activités liées au jeu, à la prostitution et à la consommation d’opium. Entre les deux guerres, près de 90 % des recettes de l’administration proviennent des monopoles publics sur le jeu et l’opium8, en dépit de la propagande des autorités destinée à lutter contre cette image négative, et du traité signé avec la Grande-Bretagne en 1925 interdisant le trafic d’opium à grande échelle. Valentim Alexandre décrit ainsi la décadence de la société et de la culture sino-portugaises à partir de la seconde moitié du xixe siècle : « Supplantées par les commerçants chinois, les anciennes familles macanaises, symboliquement reliées à la métropole, tombent en décadence, se voyant pour une partie d’entre elles obligées d’émigrer vers Hong Kong ou Shanghai9 ». Or ce sont ces familles qui assuraient le lien avec la métropole. Délaissée par sa tutelle, Macao n’échappe dès lors plus aux convulsions politiques et sociales qui agitent la région depuis la fin du xixe siècle, depuis la révolte des Boxeurs de 1899 jusqu’à la chute du régime impérial en 1911 et la proclamation de la république en 1912. L’enclave connaît ainsi une succession d’insurrections entre 1922 et 192510, nationalistes et antiportugaises, réplique du mouvement social qui touche toutes les grandes villes chinoises, dont Hong Kong et Canton, le « Mouvement du 30 mai », suivi de la plus longue grève qu’ait connue la Chine, de juin 1925 à octobre 192611. João de Pina Cabral et Nelson Lourenço ajoutent que, depuis que l’administration portugaise a expulsé les mandarins en 1846 et décidé de gouverner seule sa colonie, inaugurant ainsi la véritable « période coloniale » du territoire, Macao a été, à intervalles réguliers, frappée par des soulèvements très violemment réprimés. Cette conflictualité inhérente à la vie sociale et aux rapports ethniques à Macao expliquerait, selon les deux chercheurs, l’instabilité politique et sociale chronique de l’île12.

8Dans ce contexte difficile, l’administration locale, soumise à la contestation par Canton des termes du traité de Pékin, à l’agitation sociale et au recul économique, décide de reprendre la main en 1919, en engageant d’importants travaux dans le port, afin de permettre une reprise des activités commerciales. En effet, ces grands travaux permettent une extension de la superficie du territoire macanais, fournissant un incontestable appel d’air à une population qui croît rapidement. La foire de 1926 doit ainsi faire la démonstration d’un renouveau commercial et urbain, mais aussi social et politique.

Un succès mitigé

  • 13 Alves, Pires, Macau e a sua Primeira Exposição, p. 24.
  • 14 Ibid.
  • 15 Ibid., p. 6.
  • 16 Ibid., pp. 22-23.

9Envisagée dès 1923, la Feira industrial de Macau n’a finalement vu son organisation se mettre en place qu’au début de l’année 1926, sous le contrôle du gouverneur Hugo de Lacerda. Elle est inaugurée le 7 novembre 1926, avec quelques semaines de retard, en raison d’un typhon qui s’est abattu sur le chantier au mois de septembre13. Officiellement, 12000 personnes assistent à l’inauguration du site14, qui couvre une surface de huit hectares, dans la zone centrale de Monhá, et profite de l’existence d’un lac au cœur de l’enceinte, spécialement aménagé et embelli pour l’occasion. Les organisateurs visent une clientèle internationale faisant escale à Hong Kong pour remplir leurs objectifs de fréquentation. La construction d’un hippodrome, inauguré en mars 1926, atteste l’importance des activités de loisirs dans le port sino-portugais15. La description dans le catalogue officiel des principales attractions de la ville (patrimoine architectural, rues commerçantes) ainsi que l’inventaire des structures d’accueil et de loisir (hôtels, théâtres, transports)16 soulignent encore le poids du tourisme dans la vie économique de l’enclave. Le site de la foire abrite 60 pavillons, aux styles architecturaux éclectiques, du « style oriental » aux styles portugais, anglais ou hollandais. Outre ces installations, la foire dispose d’une offre ludique variée : cinéma, théâtre, grande roue, manèges divers, promenades en bateau sur le lac et stands forains composent un Luna Park particulièrement adapté à un territoire dont l’essentiel des ressources provient du tourisme et du divertissement.

  • 17 Ibid., p. 27.
  • 18 Ibid., p. 26.

10Les conditions d’accueil des exposants sont très avantageuses, puisque ceux-ci ne sont soumis à aucune taxe, Macao étant un port franc17. Les exposants originaires de l’archipel bénéficient en outre de la gratuité des terrains, des installations et de la surveillance des objets exposés. La foire a ainsi pu attirer un total de 597 exposants, dont 540 originaires de Macao, soit une proportion qui dépasse les 90,5 %18. Le public, semble-t-il, n’a pas manqué :

  • 19 « as admissões excederam toda a expectativa, se as compararmos às de outros certames em iguais circ (...)

les admissions ont dépassé toute prévision, si on les compare à celles d’autres événements dans des circonstances identiques, comme la Foire d’Hanoï de 1925, qui n’a pas accueilli plus de 93000 personnes19.

Les statistiques officielles font état du bilan suivant (tableau 7).

Tableau 7. - Les entrées à la Feira industrial de Macau

Types dentrées

Nombre

Billets uniques

157 000

Billets permanents
(donnant droit à trois entrées par jour)

104 652

Entrées gratuites les jours de fête

12 500

Entrées gratuites les deux derniers jours

15 152

Source
A
lves, Pires, Macau e a sua Primeira Exposição, p. 28.

  • 20 AGC, « Província de Macau », p. 170.
  • 21 Commissariat portugais à l’Exposition universelle de Paris, L’Empire portugais colonial.

11Les auteurs de ce bilan arrivent ainsi à un total de 289000 personnes, ou plutôt de billets distribués. Poursuivant les approximations, ils supposent qu’environ 50000 personnes sur ce total étaient d’origine étrangère, la visite des étrangers ayant été effectivement facilitée par l’organisation d’excursions depuis Hong Kong. Ces chiffres, impossibles à vérifier, semblent peu réalistes si on les rapporte à la population totale de l’île. En effet, une brochure publiée en 1927 par l’AGC estime la population macanaise à 170000 habitants, qui aurait ainsi presque doublé depuis le dernier recensement, datant de 192020. En 1937, une brochure de l’Exposition de Paris évalue pour sa part cette population à un peu plus de 157000 habitants21. En admettant que la population macanaise s’élève à ce dernier chiffre, est-il envisageable que 289000 personnes différentes, soit presque le double de la population, aient vu cette exposition ? Certains visiteurs sont donc venus à plusieurs reprises profiter des rives du lac, des attractions et des festivités, en particulier à l’occasion des journées gratuites. Quant au bilan comptable, il laisse entrevoir une exposition légèrement bénéficiaire, fait suffisamment rare selon les auteurs pour être souligné :

  • 22 « Vê-se pois que foi animador o resultado financeiro da Exposição. Quasi todas estas iniciativas cu (...)

On constate que le résultat financier de l’Exposition est encourageant. Presque toutes ces initiatives sont coûteuses, et les dépenses dépassent fréquemment les recettes consignées. La Foire de Philadelphie, qui a eu lieu à la même époque, a accusé un déficit énorme, qui a atteint les 5 millions de dollars. Il ne saurait bien sûr y avoir de comparaison possible entre ces deux foires, ce cas n’étant évoqué qu’afin de confirmer notre assertion22.

12La Feira industrial de Macau témoigne de la marge d’autonomie des gouvernements locaux les plus éloignés, en butte à un contexte régional hostile, qui les dépasse et les menace. Elle n’en demeure pas moins, dans ses objectifs, une démonstration de force industrielle et commerciale, et, sur le plan politique, une tentative quelque peu désespérée du gouvernement d’affirmer auprès de la population chinoise de l’enclave que le drapeau portugais continue de flotter sur l’île et ses dépendances. Cette même année 1926, Benito Mussolini réalise son premier voyage en terre libyenne, dans le but d’affirmer la souveraineté italienne sur les territoires nouvellement (re)conquis. Du succès de cette visite officielle naît dans l’esprit du gouverneur de Tripolitaine Emilio De Bono l’idée d’une foire, destinée à affirmer le pouvoir colonial italien sur sa jeune colonie nord-africaine.

II. - Ressusciter la « quatrième rive » : la Fiera di Tripoli (1927-1938)

13Si la Feira industrial de Macau est une initiative autonome par rapport à Lisbonne, celle de Tripoli a, au contraire, été réalisée sous le regard de Rome et avec le patronage de Mussolini, ainsi que le rapporte le gouverneur De Bono en personne. Lors de sa visite en Libye, Mussolini aurait fait allusion à l’intérêt politique et économique des foires et des expositions, suscitant l’enthousiasme du gouverneur, qui restitue ce dialogue :

  • 23 « – Bravo, – allora io esclamai – ed io che intendevo di indirne una a Tripoli ! – A Tripoli, sí, l (...)

– Bravo !, m’exclamai-je, et moi qui avais justement l’intention d’en organiser une à Tripoli !
– À Tripoli, oui, c’est bien, répondit immédiatement le Duce, et je la soutiendrai.
– Excellent, répliquai-je, je te remercie et je te prie d’en accepter dès aujourd’hui le haut patronage.
– Accepté.
C’est ainsi que, selon son habitude, le chef du gouvernement conclut ce bref échange23.

14Ainsi se construit la légitimité politique de la Foire tripolitaine, dans le style décidé et direct des hommes d’action, tels que les valorise la rhétorique fasciste. Le choix de restituer ces paroles, authentiques ou non, vise à mettre l’accent sur l’intérêt de Mussolini, son implication personnelle, et par conséquent celle de l’État et du parti, pour l’initiative. Dans sa conception même, la Fiera di Tripoli est donc non seulement destinée à agir à un niveau local, dans le cadre de la politique urbaine du gouvernement, mais aussi à renforcer les liens entre la métropole et sa « quatrième rive ».

Une vitrine pour l’action urbaine

  • 24 Ancienne rue el-Garbi, rebaptisée Corso Sicilia autour des années 1923-1924, dans le cadre d’une va (...)
  • 25 Ibid., p. 495.
  • 26 Henneberg, 2005, pp. 155-165 ; McLaren, 2002.

15Tripoli a été l’objet, tout au long de la période coloniale italienne, d’une attention constante de la part des autorités coloniales, qui aspiraient à en faire la vitrine de l’œuvre italienne en Afrique. Dans un tissu urbain complexe et ancien, composé d’une mosaïque de groupes religieux et ethniques, dont les autorités souhaitent à la fois exploiter le potentiel touristique et contrôler la dynamique sociale, la foire se situe dans une zone encore vide qui borde le Corso Sicilia, ancienne rue el-Garbi24. Alors que la première édition de la foire est décidée, l’effort d’équipement de la part du gouvernement est considérable. Celui-ci supervise en effet la construction d’un gazomètre au nord de la ville, la multiplication des adductions d’eau, la construction d’égouts et le renforcement du réseau routier interne et externe à la ville25. Dans ce contexte, la Fiera di Tripoli apparaît comme la vitrine idéale de ce volontarisme édilitaire. Elle est également perçue par ses promoteurs comme un lieu de représentation de la ville coloniale idéale. Ces fonctions politiques et symboliques, perceptibles dans l’organisation spatiale et dans le fonctionnement interne de la foire, ont été l’objet d’études approfondies de la part de Krystyna von Henneberg et Brian McLaren, qui ont, l’un et l’autre, souligné le parfait ordonnancement de l’espace, l’alternance des pavillons d’architecture occidentale et orientale, supposée représenter l’entente entre colonisés et colonisateurs, mais aussi la supériorité de l’État colonisateur et sa volonté de contrôler les hommes et les activités de la colonie26.

Contrôler et éduquer les Tripolitains

16Emilio De Bono exprime clairement la fonction que la foire doit remplir auprès des populations locales. Elle doit en effet,

  • 27 « accopiando l’utile al dilettevole, richiama[re] gli indigeni ad osservare intanto i prodotti dei (...)

joignant l’utile à l’agréable, invite[r] les indigènes à observer les produits du travail italien, leur donne[r] une vision exacte de ce que sont le commerce et l’industrie27.

17Espace de représentation, la foire se veut aussi lieu d’apprentissage de l’italianité et d’accès à des valeurs considérées comme occidentales, comme la création de richesses par le commerce, l’industrie et l’innovation, activités absentes, aux yeux du gouverneur, dans la culture nord-africaine. Enfin, la majesté imposante des pavillons métropolitains, comme celui de la ville de Rome, est supposée imposer aux colonisés le respect qu’ils doivent à leurs occupants, tandis que la reconstitution d’une médina de pacotille, à quelques mètres de la vraie médina de Tripoli, permet aux touristes italiens et étrangers de goûter les charmes de la vie orientale. En 1928, le propagandiste Angelo Piccioli insiste sur l’importance de la foire pour l’édification scientifique, morale et politique des Tripolitains et de tous les habitants de la région :

  • 28 « Grandissimo […] è stato il valore dimostrativo della Fiera verso gli indigeni. Mentre gli europei (...)

La valeur démonstrative de la Foire a été […] considérable vis-à-vis des indigènes. Tandis que les Européens s’attardaient dans la zone folklorique, les indigènes se tenaient durant des heures et des heures devant les stands des automotrices et des pompes ; ce qui démontre que la « machine », comme les Arabes ont l’habitude d’appeler tout ce qui fonctionne par mécanisme, a cessé d’être l’objet d’une indifférence sceptique, mais est entrée dans le domaine plus actif de leur examen scrupuleux et intelligent. Beaucoup d’entre eux étaient venus à Tripoli pour la première fois ; ils sont repartis vers la solitude de la Djeffara et vers les pentes du Djebel les yeux éblouis par tant de merveilles28.

18Cet extrait confirme que les populations locales étaient effectivement sollicitées non seulement comme acteurs dans la partie « folklorique » mais aussi comme spectateurs de la foire, destinée à les convertir à la religion du progrès et de la technique. Dans la suite de l’article, Piccioli livre longuement son analyse du rôle politique que doit jouer l’événement :

  • 29 « La conquista della Colonia è ormai compiuta ; ed è definitiva. Ma noi sapiamo che la vittoria del (...)

La conquête de la Colonie est désormais achevée ; et elle est définitive. Nous savons toutefois que la victoire des armes ne contient ni n’atteint à elle seule l’entière victoire ; si la force fonde la domination, elle n’en assure pas la pérennité. Il faut conquérir les esprits ; il faut unir les intérêts. La soumission simple et muette des nouveaux sujets ne peut ni ne doit nous suffire. Nous ne sommes ni des patrons distants, ni des exploiteurs cupides.
Mise en valeur du pays et attachement raisonné de l’indigène à notre œuvre : tel est donc l’objet de notre nouvelle conquête. Lentement aux yeux des ignorants, si vite à l’échelle de l’histoire, en tout cas avec une croissante facilité, les indigènes viennent à nous, adoptent nos méthodes, soutiennent nos ambitions ; en une année seulement, le progrès social est visible et perceptible.
Nous devons leur donner, avec la majesté de notre effort laborieux, le sens d’une reconquête stable, d’une volonté de domination qui ne se contente pas d’affirmer, mais qui construise et qui consolide […] la réalité de l’occupation29.

19Le message porté par la foire à la fin des années 1920 est donc clairement et explicitement adressé aux Tripolitains et aux Libyens en général, qui, en parcourant les allées du site, doivent assister au triomphe, non pas militaire, mais désormais symbolique, de la « mère patrie ». Pour garantir un succès total à l’événement, encore faut-il attirer les entreprises métropolitaines de l’autre côté de la Méditerranée et renforcer les liens commerciaux entre la métropole et sa colonie.

Renforcer les relations Rome – Tripoli

  • 30 « l’incremento del traffico, lo sviluppo agricolo e industriale e […] il movimento turistico nella (...)
  • 31 EAFIT, La Fiera di Tripoli, p. 2.
  • 32 Piccioli, « La Fiera di Tripoli », p. 518.

20C’est l’autre objectif de la foire : l’instauration et la consolidation des relations commerciales entre la métropole et sa colonie la plus proche, par l’échange de marchandises, par la constitution d’un marché et par la mise en place d’une intense activité touristique. Ainsi en 1935, le décret royal statuant définitivement sur les missions de l’Ente autonomo Fiera internazionale di Tripoli (EAFIT) mentionne-t-il « l’accroissement du trafic, le développement agricole et industriel et […] le mouvement touristique de la Libye30 ». Dès la première édition de la foire en 1927, l’enjeu touristique est une préoccupation importante des organisateurs, bien décidés à faire de la Tripolitaine une destination incontournable en Méditerranée. Plus tard, le catalogue de l’édition de 1936 vante, en italien, en français, en anglais et en allemand, les mérites de la région, promettant « tout le charme de l’Afrique ainsi que le confort de l’Europe31 ». À partir de 1930, des accords sont signés entre l’EAFIT et l’ENIT. L’EAFIT obtient alors du ministère des Communications des réductions de 50 % sur les transports pour la période du 15 octobre au 31 mai de chaque année, proposées aux touristes italiens et étrangers en provenance d’Italie et débarquant à Tripoli32. Le tableau 8 des fréquentations touristiques mensuelles de l’année 1934 confirme les ambitions touristiques de la foire.

  • 33 Vargaftig, 2015, pp. 244-246.

21Si la courbe est inversement proportionnelle à celle des températures de la région, les mois de juillet, août et septembre étant à la fois les plus chauds et les moins fréquentés de l’année, les deux mois d’activité de la foire, toujours situés entre février et avril, coïncident avec le pic touristique, sans que l’on puisse réellement déterminer si la foire profite d’un afflux déjà existant ou si elle le stimule. L’évolution sur ses douze années de fonctionnement montre toutefois une entreprise florissante33.

Tableau 8. - Mouvement touristique à Tripoli, 1934

Mois

Journées passées à Tripoli

Janvier

1 267

Février

2 215

Mars

4 740

Avril

6 212

Mai

3 775

Juin

1 406

Juillet

951

Août

945

Septembre

967

Octobre

1 235

Novembre

1 852

Décembre

2 340

Source
ASMAE-MAI, Africa III, dossier n° 34.

  • 34 Piccioli, « La Fiera di Tripoli », p. 502.

22Devenue permanente et annuelle par un décret du 7 novembre 192734, la Fiera di Tripoli connaît une croissance régulière jusqu’en 1938, que l’on peut repérer à certains critères, comme les surfaces aménagées, les nombres d’exposants et de visiteurs ou bien encore la participation de nations étrangères (tableau 9).

  • 35 « La Foire de Tripoli », dans Commissariat italien à l’ECI de Paris, Guide officiel de la section i (...)
  • 36 Le rapprochement diplomatique avec l’Allemagne à partir de 1936 trouve son origine d’une part dans (...)
  • 37 « vigorosa reazione all’iniquo asedio economico perpetrato ai nostri danni » (Piccioli, « La Fiera (...)
  • 38 « della Vittoria e dell’Impero » (ibid., p. 558).
  • 39 EAFIT, XII Manifestazione internazionale, p. 15.
  • 40 Après la seconde guerre mondiale, d’autres foires de produits métropolitains portugais sont organis (...)

23L’impression de croissance est générale, en dépit du « creux » des années 1931- 1932, qui coïncide avec le début de la crise mondiale et l’Exposition de Paris. En douze éditions, l’EAFIT devient une entreprise prospère, qui diversifie son activité au début des années 1930 et se fait connaître en métropole en organisant les deux Expositions internationales d’art colonial de 1931 et 1934. La foire devient elle-même internationale à partir de 1930 et profite de l’Exposition de Paris l’année suivante pour faire sa réclame : dans le guide de la section italienne, la foire est présentée comme « l’un des événements les plus importants dans le champ international des foires et des expositions périodiques35 », formule très exagérée au regard de la réalité. La liste des nations présentes à Tripoli entre 1930 et 1938 reflète surtout l’évolution des options politiques du régime, caractérisées d’une part par l’absence constante de la Grande-Bretagne, et d’autre part par les deux participations de l’Allemagne à partir de 1937, qui suivent la signature du traité d’amitié germano-italien du 1er novembre 1936 et la constitution de l’axe Rome-Berlin36. Tout au long des années 1930, et en particulier à partir de 1936 et de la campagne contre l’Éthiopie, de l’épisode des sanctions de la SDN, de la prise d’Addis-Abeba et de la proclamation de l’Empire le 9 mai 1936, la foire résonne des échos de la politique internationale de l’Italie. Ainsi Piccioli voit-il dans le succès de la dixième édition en 1936, en pleine crise des sanctions, une « réaction vigoureuse à l’inique attaque économique perpétrée à nos dépens37 ». L’édition de 1937 est par conséquent celle « de la Victoire et de l’Empire38 », inaugurée par Mussolini en personne le 17 mars, à l’occasion de son second voyage officiel39. La présence physique du Duce est le symbole ultime de l’appropriation par la puissance italienne des terres d’outre-mer et l’affirmation de cette appropriation aux yeux du monde. C’est aussi dans le cadre d’une visite officielle, celle du ministre des Colonies Armindo Monteiro, que se déroulent, dans le domaine africain du Portugal, les deux foires commerciales de Luanda et de Lourenço Marques en 1932, deux ans après les grandes réformes administratives et juridiques de l’Empire portugais, portées par l’Acte colonial de juillet 1930. Plus modestes et moins marquantes, d’autres foires africaines suivront jusqu’à l’aube des années 196040.

Tableau 9. - La Fiera di Tripoli : évolution et données statistiques

Tableau 9. - La Fiera di Tripoli : évolution et données statistiques

Source
Estimations synthétisées à partir de l’article de Piccioli, « La Fiera di Tripoli », pp. 497-566, et des
catalogues des années 1927, 1936, 1937 et 1938.
a Il s’agit de la superficie occupée par les pavillons et les stands, le reste étant consacré aux jardins, aux attractions de plein air et aux voies de circulation.
b À ne pas confondre avec les participations d’entreprises étrangères individuelles, principalement
allemandes, hongroises, suisses, tchécoslovaques, autrichiennes et américaines ; EAFIT, XII Manifestazione internazionale e intercolonia, p. 54.
c Un article d’A. Piccioli ne fait état que de 1812 entreprises ; Piccioli, « La seconda sagra del lavoro nazionale a Tripoli ».

III. - L’acte colonial en pratique : les foires d’Afrique portugaise (1932-1938)

24Les foires qui se tiennent dans les capitales des deux grandes provinces d’Afrique portugaise en 1932 répondent à une double conjoncture : les premiers effets de la crise sur l’économie impériale portugaise et la volonté affichée de l’État Nouveau de faire de l’Empire portugais une réalité politique conforme aux dispositions de l’Acte colonial. Les foires suivantes, qui se déroulent en 1935 et 1937 à Benguela, puis en 1938 à Luanda, n’atteignent pourtant pas l’ampleur de celles de 1932. Au début des années 1930, le commissaire choisi par Monteiro incarne parfaitement la nouvelle doctrine coloniale du pays et s’impose comme figure montante de la propagande impériale portugaise jusqu’au tournant des années 1940.

L’homme de la situation : Henrique Galvão

  • 41 Marques, 2000, pp. 378-380.
  • 42 L’intégralisme lusitanien est un mouvement monarchiste, traditionaliste et corporatif qui a joué un (...)
  • 43 Ferreira, 1990, p. 156.
  • 44 À ce titre, il est plusieurs fois récompensé au concours de littérature coloniale organisé par l’AG (...)
  • 45 L’œuvre littéraire d’Henrique Galvão a été en partie inventoriée par l’anthropologue brésilien Thom (...)
  • 46 Montoito, 2005, pp. 50-51.
  • 47 Voir chap. ii de cet ouvrage, pp. 84-85.
  • 48 Montoito, 2005, pp. 57-58.
  • 49 Ces expositions sont étudiées aux chap. v et vii de cet ouvrage.

25La carrière d’Henrique Galvão (1895-1970) connaît en effet à partir de 1932 une ascension fulgurante, dans laquelle l’organisation de nombreuses expositions coloniales a joué un rôle non négligeable. Avant de devenir à la fin des années 1940 un opposant au salazarisme, Galvão est au début des années 1930 un officier de 35 ans, obsédé par la grandeur du Portugal et de son Empire. Il a déjà derrière lui une carrière d’administrateur dans les colonies, et surtout de conspirateur politique en métropole. Cette carrière a débuté en décembre 1917 à l’occasion du coup d’État de Sidónio Pais, auquel il participe comme jeune cadet de 22 ans. Neuf ans plus tard, il soutient le coup d’État du 28 mai 1926 et défend la dictature militaire, les armes à la main, lorsque celle-ci est menacée par les révoltes républicaines de Porto et Lisbonne, le 7 février 192741. Estimant alors que le nouveau pouvoir manque de fermeté et de sévérité à l’égard de ses opposants, il se rapproche des cercles nationalistes et intégralistes portugais42 ; il fait partie, en août 1927, de la conspiration demeurée sous le nom de « conspiration des Fifis »43, du nom de ses deux meneurs, les commandants Filomeno da Câmara et Fidelino de Figueiredo, tentative échouée de renversement du gouvernement en place. Il est alors déporté en Angola avec les autres conjurés. Ce premier contact avec l’Afrique, ses richesses naturelles et en particulier les possibilités qu’offre le continent au chasseur passionné qu’il devient, en font l’un des partisans de l’Empire les plus ardents, prêt à prendre les armes ou la plume pour défendre la grandeur de sa nation outre-mer. Poète, dramaturge, romancier44, son abondante production littéraire porte très largement sur l’Afrique, et en particulier sur l’Angola45, qu’il représente comme député à partir de 1945. Avant cela, profitant du retour en grâce de Filomeno da Câmara qui accède au haut-commissariat en Angola en 1929, il devient son directeur de cabinet, puis est nommé gouverneur du district de Huila, dans le Sud du territoire46. Après s’être disputé avec son protecteur, cet homme au caractère tranché rentre à Lisbonne et milite en faveur des mesures préconisées par Salazar dans les colonies, quelques semaines avant l’adoption de l’Acte colonial. Galvão fait alors partie de la frange la plus radicale en matière coloniale, refusant tout compromis avec les « humanitaires » de la Société des Nations ou les missionnaires étrangers qui dénoncent les conditions de travail, de recrutement et de vie des autochtones. Il voit en Salazar et Monteiro les hommes providentiels qui réunissent toutes les chances de salut pour cet Empire qu’il défend dans le journal qu’il fonde en 1931, Portugal colonial. C’est en tant que directeur de cette publication qu’il s’exprime au Congrès international de la presse coloniale à l’Exposition de Paris sur la question du travail des Africains47. Son engagement pour la promotion et la propagande de l’Empire colonial portugais à l’étranger, en métropole et dans les colonies, date donc du début des années 1930 et coïncide avec le début de sa période salazariste48. C’est dans ce contexte et à ce stade d’une carrière déjà bien remplie que le ministre des Colonies lui offre une première opportunité d’exercer ses talents d’organisateur à l’occasion des Feiras de Luanda e Lourenço Marques de 1932. Fort de cette première expérience, il reprendra du service à l’occasion des Expositions de Porto en 1934 et de Lisbonne en 194049, dont il dirige la section coloniale. Il constitue de ce fait une des figures les plus importantes de la propagande coloniale portugaise des années 1930. Une fois nommé commissaire des foires, il prend à cœur son rôle et entend rétablir les colonies et l’Empire au cœur de l’économie et de la politique portugaises.

Répondre à la crise, tester la « mystique impériale »

  • 50 Le BAGC consacre deux numéros spéciaux à ce voyage : le numéro d’octobre 1932 décrit le voyage du m (...)

26Les foires de 1932 constituent, à plusieurs titres, une étape marquante de la politique coloniale de Lisbonne. D’abord parce qu’elles manifestent, contrairement à la Feira industrial de Macau, dont nous avons souligné les spécificités locales, la première initiative de propagande politique du nouveau régime dirigée vers l’outre-mer. À l’instar de la Fiera di Tripoli, cette séquence, qui voit se succéder l’Exposição-feira de Angola du 25 juin au 4 juillet 1932 et celle de Lourenço Marques du 15 au 25 août, est liée à une visite officielle, celle du ministre des Colonies Armindo Monteiro, artisan de la politique coloniale de ces années et corédacteur de l’Acte colonial de juillet 1930. Cette visite est présentée dans les discours officiels comme un des actes fondateurs de la nouvelle politique coloniale d’un régime encore en gestation50. C’est le sens qu’Henrique Galvão entend donner à cette visite, en la situant dans une dynamique de renouveau :

  • 51 « A viagem do Senhor Ministro das Colónias a Angola e Moçambique, com a realização das Feiras de Am (...)

Le voyage de Monsieur le ministre des Colonies en Angola et au Mozambique et la réalisation des Foires d’échantillons et des Conférences commerciales de Luanda et Lourenço Marques inaugurent une nouvelle phase, non seulement dans le cadre de notre Politique Coloniale, mais aussi dans celui de toute la Politique Économique de la Nation51.

  • 52 Ibid.
  • 53 Ibid.

27Malgré le caractère solennel de l’affirmation, malgré les conventions rhétoriques consistant à présenter tout événement officiel comme inédit ou fondateur, cette séquence s’insère clairement dans une volonté de rapprochement entre Lisbonne et ses deux « grandes » colonies. Car les deux foires doivent d’abord offrir une solution à la crise mondiale, dont les effets commencent à se faire sentir tant en métropole qu’outre-mer. En effet, la métropole peine à placer ses produits sur le marché mondial, notamment le vin, le textile ou d’autres marchandises semi-industrielles (chaussures, papier, savon, céramique, etc.). Dans une étude statistique, João Mimoso Moreira, chef du service de propagande de l’AGC, déplore que ces produits, surtout le vin, ne parviennent pas à être commercialisés en Angola et au Mozambique, malgré les vastes possibilités que représentent ces territoires52. Il regrette aussi que, réciproquement, les importateurs portugais préfèrent des cafés brésiliens, vénézuéliens, guatémaltèques, voire des cafés issus des colonies françaises et hollandaises, au café produit en Angola53. Le même constat s’applique à d’autres produits, comme le tabac, les plantes oléagineuses ou les céréales. Il importe donc aux yeux des autorités de Lisbonne de faciliter la rencontre entre les acteurs économiques de métropole et ceux des colonies, et de rationaliser les échanges commerciaux au profit d’une seule entité, l’Empire tel qu’il existe désormais dans l’Acte colonial.

28Ces foires, qui coïncident avec la présence du ministre Monteiro en terre d’Afrique comme messager du projet salazariste, doivent faciliter un rapprochement commercial souhaité par tous les acteurs économiques, mais aussi, et peut-être surtout, contribuer à la construction d’une entité politique qui n’a que trop tardé à émerger. Elles sont aussi l’occasion, très concrètement, de rétablir l’autorité de Lisbonne sur deux capitales dont la loyauté, tant du côté des administrations que du côté des colons portugais, est jugée suspecte au début de la décennie.

Rétablir l’autorité de Lisbonne

29Et c’est là le second objectif : un vrai rapprochement politique. Galvão se réjouit que les deux foires marquent une étape historique dans cette refondation :

  • 54 « Portugal começa a cumprir, finalemente, o seu destino económico de grande potência colonial, cami (...)

Le Portugal commence à accomplir, enfin, son destin économique de grande puissance coloniale, sur le chemin d’une réalité qui se nomme Empire, en coordonnant la politique économique de chacune des parcelles impériales pour en faire un Tout uni, solidaire, dans une communauté d’objectifs, d’intérêts et d’orientation54.

30Les obstacles sont pourtant nombreux. La distance géographique, mais aussi politique et culturelle qui sépare la métropole de ses colonies se répercute ainsi sur l’organisation et le montage des foires. Les collaborations qu’elles supposent ne sont pas exemptes de heurts ou de crispations, avec les administrations, mais aussi avec les sociétés locales. Déjà à Luanda, Galvão décrit sans détour l’atmosphère des premiers jours qui ont suivi son arrivée :

  • 55 « Os primeiros trabalhos de que teve que ocupar-se foram os tendentes a neutralizar a intriga que a (...)

Le premier travail auquel il a fallu nous consacrer a été de nous efforcer de neutraliser les intrigues qui menaçaient de division des éléments qu’il fallait absolument réconcilier en vue d’une action commune – intrigues que l’on aurait évitées à la satisfaction générale si certaines manifestations intempestives de vanité avaient été sacrifiées et si les directives et les idées exprimées dans le plan et les dispositions réglementaires envoyés à Luanda en temps utile avaient été appliquées.
Heureusement, dans cette ville tous les éléments animés par la volonté de travailler et d’agir se sont facilement détournés du virus politique qu’une demi-douzaine de petits connétables brouillons ont prétendu disperser sur les foires55.

  • 56 Il s’agit d’un mouvement sécessionniste blanc d’origine maçonnique mené par les élites de Luanda (f (...)

31Nous n’en savons guère plus sur l’épisode auquel le commissaire fait ici allusion. Rappelons simplement que les foires se déroulent tout juste un an après la sédition d’une partie des élites politiques et militaires de Luanda56, et que le salazarisme rassemble encore des opposants au sein de la communauté blanche de la capitale angolaise. L’Exposição-feira de Angola et son directeur ont donc pour mission, entre autres, d’affirmer l’autorité de Lisbonne en luttant contre les forces susceptibles de menacer l’unité de l’Empire récemment réaffirmée dans l’Acte colonial. La fonction politique de la foire est ici explicite, et le choix d’une personnalité comme Galvão, ancien gouverneur du district de Huila, connaisseur du terrain africain, fervent partisan de l’unité impériale et du « redressement national » engagé par Salazar, semble avoir été heureux.

32Mais c’est surtout à Lourenço Marques que Galvão décrit ses difficultés et doit faire face à des tracas administratifs ainsi qu’au manque d’enthousiasme des élites économiques locales :

  • 57 « A população encarava o acontecimento com indiferença ; uma grande parte do comércio e da indústri (...)

La population envisageait l’événement avec indifférence, et une grande partie du secteur du commerce et de l’industrie avec scepticisme. La Foire, dans sa phase d’installation, a servi à plusieurs reprises de prétexte à des manifestations, au sein d’une minorité, d’une certaine aigreur à l’encontre de la métropole, aigreur qui, face à l’effort fourni en vue de démontrer son intérêt pour la colonie et de s’en approcher, n’était pas justifiée57.

  • 58 « População mais fria, que dessa frieza tira um motivo de elegância, não seria de esperar dela aque (...)
  • 59 Sur l’histoire contemporaine du Mozambique et les compagnies à charte, voir Newitt, 1995, pp. 361-3 (...)

33Galvão, avec une franchise plutôt rare, n’occulte pas les résistances locales à la reprise en main voulue par Salazar et son ministre des Colonies, et dresse un portrait sans concession de la situation politique des capitales angolaise et mozambicaine. C’est surtout à Lourenço Marques qu’il rencontre une hostilité manifeste, ce qui le mène à juger la communauté blanche d’Afrique-Orientale portugaise comme une « population plus froide [que celle d’Angola], et qui tire de cette froideur un motif de coquetterie. On ne saurait attendre d’elle cet enthousiasme spontané, ce patriotisme exubérant et chaleureux qui caractérise les colons d’Angola58 ». Plusieurs motifs peuvent expliquer le jugement contrasté que porte Galvão sur les colons angolais et mozambicains. D’une part, sa meilleure connaissance de l’environnement angolais, où il a passé plusieurs années d’abord comme exilé politique puis comme chef de district, explique une partie des propos positifs qu’il tient sur les colons de ce territoire. D’autre part, son nationalisme l’incite à être plus sévère envers la communauté blanche du Mozambique, très influencée par le voisin sud-africain, par les missions protestantes britanniques et par un environnement plus international que celui qui prévaut en Angola. Une pointe d’anglophobie est perceptible lorsqu’il évoque la « froideur » des colons mozambicains, tandis que le voisinage français ou belge semble moins dommageable pour la communauté blanche d’Angola. Enfin, la présence sur le sol mozambicain d’une grande compagnie à capitaux internationaux, la Companhia de Moçambique, qui administre l’immense concession du territoire du Manica et Sofala depuis 1892, heurte certainement la sensibilité patriotique du capitaine. Comme Salazar, il juge très sévèrement la politique de concessions menée par une monarchie criblée de dettes au début des années 189059. Moins « national », moins « portugais », le Mozambique ne trouve donc pas la même grâce que l’Angola aux yeux d’Henrique Galvão. Mais quelques pages plus loin, il se contredit en rendant un hommage appuyé à la collaboration, à l’engagement et au patriotisme des hommes de Lourenço Marques :

  • 60 « entre êsses homens sôbre os quais tem pesado muitas vezes, injustamente, a acusação de desnaciona (...)

Parmi ces hommes, sur lesquels a pesé, plusieurs fois et injustement, l’accusation d’être dénationalisés, nous avons rencontré en ces journées fébriles toutes les vertus, toute la chaleur et tout l’enthousiasme des meilleurs Portugais60.

34Sévère à l’encontre du monde entrepreneurial de Lourenço Marques, le commissaire des foires n’épargne pas davantage les administrations de la capitale mozambicaine, à l’origine selon lui de nombreux dysfonctionnements, retards et mésententes dans le montage de la seconde foire. Il reproche notamment aux douanes leur lenteur dans la mise en place des exonérations fiscales qui devaient bénéficier aux industriels et aux commerçants métropolitains venus présenter leurs produits en Afrique. Galvão retrouve sa plume acérée pour brocarder la lenteur et la paresse intellectuelle à ses yeux inhérentes à la fonction publique, qu’elle soit coloniale ou fiscale :

  • 61 « Decerto o não fizeram por má vontade, nem por espírito de resistência contra um acontecimento que (...)

Certes ils ne l’ont pas fait par mauvaise volonté, ni même par esprit de résistance à l’encontre d’un événement qui, s’il ne provoquait pas le moindre enthousiasme, ne suscitait pas non plus en eux la moindre antipathie. Les difficultés ont surtout résulté d’une manière d’être bureaucratique, engourdie et excessivement formaliste, d’un mécanisme qui, décidément, n’était ni capable ni fait pour agir vite61.

  • 62 Ibid. ; Matos, 2006, pp. 181-189.
  • 63 Galvão, As feiras de amostras coloniais, p. 27.
  • 64 « em ambas as Colónias, as feiras foram visitadas pela maior parte da sua população branca » (ibid. (...)

35Une autre manière d’appréhender l’implication des acteurs locaux réside dans le nombre d’entreprises représentées : 258 entreprises métropolitaines se sont fait représenter à Luanda, et 247 d’entre elles ont ensuite suivi le comité d’organisation jusqu’à Lourenço Marques, en dépit de la tenue au même moment de l’Exposição industrial portuguesa de Lisbonne62. À Luanda, la section coloniale a également accueilli 260 entreprises angolaises, offrant un équilibre parfait entre la section métropolitaine et la section coloniale. En revanche, l’échec est cuisant à Lourenço Marques, où seulement 30 entreprises mozambicaines se sont fait représenter, réduisant considérablement la surface de la section coloniale. Concernant la participation métropolitaine, on ne saurait dire si elle fut aussi satisfaisante que l’affirme le directeur : officiellement, celui-ci se réjouit de la présence des 260 firmes portugaises, malgré, dit-il, les entraves de la bureaucratie coloniale, la tenue de l’Exposição industrial portuguesa et les difficiles conditions de voyage des marchandises63. Mais si l’on compare cette contribution à celle des entreprises italiennes à la Fiera di Tripoli, la marge de progression est encore vaste pour le Portugal : 518 entreprises métropolitaines et coloniales ont été représentées à Luanda, seulement 288 à Lourenço Marques, tandis que les éditions les plus modestes de la Fiera di Tripoli ont rassemblé plus de 1100 exposants. Cet écart s’explique d’abord par les contraintes liées aux distances et aux conditions de transport. En outre, l’appareil industriel portugais n’est pas comparable à celui de l’Italie, et il se peut que, finalement, les 258 exposants métropolitains constituent un contingent fort respectable. Concernant la fréquentation, nous manquons d’éléments solides pour évaluer le succès public des foires de 1932, Galvão se contentant d’affirmer que, « dans les deux colonies, les foires ont été visitées par la majeure partie de leur population blanche64 », information aussi téméraire qu’impossible à vérifier.

Les foires angolaises de 1935-1938

  • 65 « Ia Exposição provincial de Benguela » ; « Exposição provincial em Angola ».
  • 66 « um notável documentário da capacidade do colono, do indígena, da riqueza económica que um e outro (...)
  • 67 « Exposição provincial em Angola », p. 139.
  • 68 « alguns milhares de europeus » (ibid.).
  • 69 Ibid., p. 140.

36Après la double édition de 1932, quelques foires locales sont organisées en Angola jusqu’en 1940, principalement dues au volontarisme de quelques administrateurs. Il faut attendre les années 1950 pour voir des foires de produits portugais à nouveau organisées dans les deux grandes colonies africaines sur le modèle de celles de 1932. Les foires de Benguela (1935, 1937) ainsi que celle de Luanda (1938) répondent à des initiatives locales : limitées à l’échelle provinciale pour Benguela et à celle de la colonie pour Luanda, elles s’adressent en priorité aux acteurs de l’économie angolaise, et se réalisent de manière indépendante par rapport à Lisbonne. La première Exposição provincial de Benguela, inaugurée le 21 octobre ou le 21 septembre 1935, selon des sources divergentes65, en présence du gouverneur général d’Angola, le colonel Lopes Mateus, et du gouverneur de la province, le capitaine Eurico Nogueira, est présentée dans un article du BAGC comme un « notable documentaire de la capacité du colon, de l’indigène, et de la richesse économique que l’un et l’autre développent66 ». Elle a été montée par l’intendant du district de Huambo et le président de l’Associação comercial do planalto. Des trains spéciaux ont été affrétés par la Compagnie des chemins de fer de Benguela67, afin de drainer un public local important. En revanche, les deux compagnies maritimes portugaises, la Companhia nacional de navegação et la Companhia colonial de navegação, n’ont pas jugé opportun de faciliter les voyages depuis la métropole, limitant ainsi l’impact de l’exposition. Simultanément, une foire est organisée dans la ville de Nova Lisboa, à l’intérieur des terres, afin d’attirer un maximum d’Européens de la province. L’exposition est ainsi inaugurée en présence de « quelques milliers d’Européens68 ». Ce succès provoque une certaine jalousie de la part des commerçants et des producteurs des autres provinces, comme celle de Huila, dont la capitale Sá da Bandeira souhaite accueillir une exposition provinciale. À notre connaissance, celle-ci n’a pas eu lieu69.

  • 70 « Exposição documentária da Provincia de Benguela », p. 114.

37En revanche, le 28 mai 1937, date anniversaire du coup d’État en métropole, est inaugurée à Benguela une exposition documentaire, abondamment illustrée par des photographies, des graphiques, des statistiques relatives à la politique scolaire, aux infrastructures, aux projets d’urbanisme, à la vie municipale, aux transports, aux stations météorologiques, etc.70. La province de Benguela a semble-t-il été dirigée par un gouverneur soucieux d’information, de propagande et de diffusion d’un discours positif sur l’action de l’État Nouveau et des Portugais en terre africaine. C’est donc davantage au volontarisme de quelques-uns qu’à une action concertée entre Lisbonne et sa colonie que l’on doit ces deux expositions provinciales.

  • 71 Il en a effectué deux, en 1938 et 1939, qui ont été, à deux reprises, l’occasion de multiplier les (...)
  • 72 Govêrno geral de Angola, Album comemorativo.
  • 73 Chaque gouverneur général bénéficiait, dans le cadre de ses prérogatives, de la possibilité de publ (...)
  • 74 « e noutros países estrangeiros » (id., Album comemorativo, p. 6).
  • 75 « elemento essencial para o êxito de um tal empreendimento » (id., Exposição-Feira de Angola, p. 3)
  • 76 « uma notável melhoria de situação económica » (ibid.).
  • 77 Règlement de l’Exposição-Feira de Angola, art. 1, reproduit ibid., p. 4.
  • 78 Ibid., p. 121.

38Ce n’est pas le cas de l’exposition inaugurée le 15 août 1938 à Luanda par le président de la République Carmona, à l’occasion de son premier voyage officiel en Afrique portugaise71. Comme en 1932, la visite d’une personnalité de premier plan est à l’origine d’une exposition-foire qui aurait attiré, si l’on en croit les chiffres officiels, près de 70000 visiteurs72, jusqu’à la fermeture du site le 18 septembre 1938. Si l’initiative de l’exposition revient au gouverneur général d’Angola, qui signe l’arrêté du 16 octobre 193773, Lisbonne n’a pas été insensible à l’intérêt de l’opération. C’est ainsi que Manuel Múrias, le directeur de l’Arquivo colonial, prononce sur place une conférence dans le cadre de l’exposition, qui bénéficie de la couverture TSF (télégraphie sans fil), ainsi que de la production d’un film de propagande destiné à être diffusé en métropole, dans les colonies, au Brésil « et dans d’autres pays étrangers74 ». Cette exposition-foire est placée sous le signe du progrès : c’est en effet au terme de l’électrification de Luanda qu’elle se déroule, « élément essentiel au succès complet d’une telle initiative75 ». Elle est également présentée dans un contexte de « notable amélioration de la situation économique76 » et vise deux objectifs : l’un de propagande, mettre en valeur l’œuvre des individus et des organismes dans la vie économique et sociale de l’Angola, et l’autre plus opérationnel, offrir aux agriculteurs, aux commerçants et aux industriels l’opportunité de faire des affaires77. Ce double objectif est à l’origine de la double appellation « exposition-foire » choisie pour désigner l’initiative. Les cinq provinces de la colonie participent à l’exposition : la province de Luanda est représentée par 31 pavillons, 11 pour celle de Benguela et 5 pour celles respectivement de Malanje et Bié78. La conception de l’exposition-foire vise l’exhaustivité : à ses dimensions politique et économique s’ajoute en effet un caractère festif, que l’on repère à l’aide d’un certain nombre d’attractions (feux d’artifice et bar-dancing). Sa portée demeure cependant limitée à la colonie et ses confins immédiats.

39Il est difficile de mesurer l’impact des foires qui se sont déroulées dans les colonies portugaises et italiennes entre 1926 et 1939. Si la Fiera di Tripoli a permis une rencontre entre les acteurs économiques de métropole et de Tripolitaine, son succès vient surtout de l’engagement considérable des autorités locales qui l’investissent comme vitrine et comme mise en scène du pouvoir colonial et urbain. La relative proximité géographique a sans doute également facilité cette croissance. Dans les territoires sous tutelle portugaise, les cas se révèlent plus divers, entre Macao, très éloignée et soumise aux effets des événements qui marquent alors la région, et l’Afrique portugaise, où l’impact économique des foires semble dans l’ensemble avoir été limité. Les deux foires de 1932 ont certes réussi à mobiliser acteurs métropolitains et coloniaux, surtout à Luanda, mais elles n’ont pas connu de prolongement institutionnel, pas plus que les foires suivantes organisées en Angola ne semblent avoir profondément influencé la vie économique de la colonie. Elles témoignent de ce fait des difficultés de la métropole à maîtriser réellement ses colonies, y compris dans le domaine de la propagande et de la mobilisation politique.

Notes

1 « presumably a combination of the British community and educated and comercial middle class of Bengal that the British had largely brought into being » (MacKenzie, 1984, p. 100). Pour une cartographie des foires et des expositions coloniales dans le monde britannique, voir Dalziel, 2006, p. 96 ; concernant l’Exposition de Johannesburg en 1936, Robinson, 2003.

2 MacKenzie, 1984, p. 99.

3 Alves, Pires, Macau e a sua Primeira Exposição, p. 28.

4 AHD, Sala 9, NO 605, dossier n° 50 ; dossier n° 47-E.

5 « Ninguém, ou quase ninguém, no nosso país teve conhecimento dêsse admirável certame, resultante do esfôrço hercúleo de alguns portugueses que se encontram naquela nossa remota possessão » (BAGC, n° 26, août 1927, p. 201).

6 Bradshaw, Ling, Roberts, 2006, p. 31.

7 Ibid., pp. 277-282.

8 S. v. « Macau », dans Barreto, Mónica, 1999, p. 404.

9 « Suplantadas pelos comerciantes chineses, as velhas famílias macaenses, simbolicamente lidagas à metrópole, entram em decadência, vendo-se por grande parte obrigadas a emigrar para Hong Kong e Xangai » (Alexandre, 1999, p. 205).

10 Cabral, Lourenço, 1997, p. 537.

11 Bergère, Bianco, Domes, 1990, pp. 149-150.

12 Cabral, Lourenço, 1997, p. 538.

13 Alves, Pires, Macau e a sua Primeira Exposição, p. 24.

14 Ibid.

15 Ibid., p. 6.

16 Ibid., pp. 22-23.

17 Ibid., p. 27.

18 Ibid., p. 26.

19 « as admissões excederam toda a expectativa, se as compararmos às de outros certames em iguais circunstâncias como seja a Feira de Hanoi de 1925 em que as entradas não foram além de 93000 pessoas » (ibid., p. 28).

20 AGC, « Província de Macau », p. 170.

21 Commissariat portugais à l’Exposition universelle de Paris, L’Empire portugais colonial.

22 « Vê-se pois que foi animador o resultado financeiro da Exposição. Quasi todas estas iniciativas custam caras e as despesas excedem freqüentemente as receitas consignadas. / A Feira de Filadelfia que se realisou na mesma época acusou um déficit enorme que ascendeu a 5 milhões gold dollars. É claro que não há comparação possível entre as duas feiras, citando-se apenas o facto para confirmar a asserção que se faz » (Alves, Pires, Macau e a sua Primeira Exposição, p. 34).

23 « – Bravo, – allora io esclamai – ed io che intendevo di indirne una a Tripoli ! – A Tripoli, sí, la capisco – risposte subito il Duce – e la aiuterò. – Benissimo – replicai – grazie e ti prego sin d’ora di accettarne l’Alto Patronato. – Accettato. – Cosí, secondo il suo abito, conchiuse il breve dialogo il Capo del Governo » (citation d’E. De Bono par Piccioli, « La Fiera di Tripoli », p. 500) ; Angelo Piccioli a dirigé le bureau des études et de la propagande du gouvernement de Libye de 1926 à 1931. On le retrouve par la suite à la tête du bureau des études et de la propagande du ministère de l’Afrique italienne. Il devient ensuite rédacteur en chef de la revue Gli Annali dell’Africa italiana, créée en 1938, et qui paraît jusqu’en 1943.

24 Ancienne rue el-Garbi, rebaptisée Corso Sicilia autour des années 1923-1924, dans le cadre d’une vaste opération d’italianisation des principales voies de la ville ; Dumasy, 2006, p. 623.

25 Ibid., p. 495.

26 Henneberg, 2005, pp. 155-165 ; McLaren, 2002.

27 « accopiando l’utile al dilettevole, richiama[re] gli indigeni ad osservare intanto i prodotti dei lavori italiani, d[are] loro una visione esatta di ció che sono il commercio e l’industria » (Piccioli, « La Fiera di Tripoli », p. 499).

28 « Grandissimo […] è stato il valore dimostrativo della Fiera verso gli indigeni. Mentre gli europei si attardavano nella zona folkloristica, gli indigeni sostavano ore ed ore annanzi agli stands delle automotrici e delle pompe ; il che dimostra che la machina – come gli arabi sogliono chiamare tutto ciò che ha del congegno – cessava di essere un motivo di scettica indifferenza, ma entrava nel patrimonio più attivo del loro esame scrupuloso ed intelligente. Per la prima volta, molti di essi erano venuti a Tripoli ; e ripartivano per la solitudine della Gefara e verso le pendici del Gebel con gli occhi abbagliati dalle meraviglie » (id., « La seconda sagra del lavoro nazionale a Tripoli »).

29 « La conquista della Colonia è ormai compiuta ; ed è definitiva. Ma noi sapiamo che la vittoria delle armi, da sola, non contiene e non attinge tutta la vittoria ; se la forza fonda il dominio, non è la forza che ne assicura la durata. Bisogna conquistare le anime ; bisogna vincolare gli interessi. La semplice e muta sottomissione dei nuovi sudditi non può né deve bastarci. Noi non siamo né padroni distanti, né sfruttatori cupidi. / Messa in valore del paese, attaccamento raggionato dell’indigeno alla nostra opera : questo è dunque l’oggetto della nuova conquista. Lentamente agli occhi degli inesperti, prestissimo riguardo alla storia, in ogni caso con una facilità crescente, gli indigeni vengono a noi, adottano i nostre metodi, secondano le nostre intenzioni ; a solo qualche anno d’intervallo, il progresso sociale è visibile e sensibile. / Noi dobbiamo dare ad essi, con la imponenza del nostro sforzo operoso, il senso di una riconquista stabile, di una volontà di dominio non limitata ad affermare soltanto, ma vólta a costruire, a suggellare […] la realtà dell’occupazione » (ibid.).

30 « l’incremento del traffico, lo sviluppo agricolo e industriale e […] il movimento turistico nella Libia » (Statut de l’EAFIT, décret royal n° 1718 du 23 août 1935, art. 2, Gazzetta ufficiale, n° 230, 2 octobre 1935, p. 4791).

31 EAFIT, La Fiera di Tripoli, p. 2.

32 Piccioli, « La Fiera di Tripoli », p. 518.

33 Vargaftig, 2015, pp. 244-246.

34 Piccioli, « La Fiera di Tripoli », p. 502.

35 « La Foire de Tripoli », dans Commissariat italien à l’ECI de Paris, Guide officiel de la section italienne, p. 9.

36 Le rapprochement diplomatique avec l’Allemagne à partir de 1936 trouve son origine d’une part dans la politique de sanctions appliquée par l’assemblée générale de la SDN à l’encontre de l’Italie, et d’autre part dans l’intervention des deux pays aux côtés des troupes franquistes en Espagne. Dès mars 1936, l’Italie avait refusé pour sa part de s’associer aux éventuelles mesures de la SDN à l’encontre de l’Allemagne lorsque celle-ci avait remilitarisé la Rhénanie. Ce rapprochement a largement été facilité par la politique du nouveau ministre des Affaires étrangères de Mussolini, son gendre Galeazzo Ciano ; Collotti, Labanca, Sala, 2000, pp. 337-347.

37 « vigorosa reazione all’iniquo asedio economico perpetrato ai nostri danni » (Piccioli, « La Fiera di Tripoli », p. 556).

38 « della Vittoria e dell’Impero » (ibid., p. 558).

39 EAFIT, XII Manifestazione internazionale, p. 15.

40 Après la seconde guerre mondiale, d’autres foires de produits métropolitains portugais sont organisées à Luanda et Lourenço Marques en 1954, 1956, 1963.

41 Marques, 2000, pp. 378-380.

42 L’intégralisme lusitanien est un mouvement monarchiste, traditionaliste et corporatif qui a joué un rôle important dans l’instauration de l’ordre militaire dès les années 1920 et après le coup d’État du 28 mai 1926. Son rôle fut bien plus limité dans l’instauration du régime salazariste. Le mouvement s’est en effet rapidement divisé sur la question du soutien à Salazar, une partie importante des intégralistes suivant Rolão Preto et Alberto Monsaraz dans la Ligue du 28 mai et dans le national-syndicalisme proche du fascisme italien ; Pinto, 1994, pp. 23-30 et 82-107.

43 Ferreira, 1990, p. 156.

44 À ce titre, il est plusieurs fois récompensé au concours de littérature coloniale organisé par l’AGC : en 1933 pour O velo d’Oiro, en 1937 pour O sol dos trópicos. En 1934, il est même lauréat du concours dans deux catégories distinctes, pour son recueil de nouvelles Terras do feitiço et pour son étude consacrée à la chasse Da vida e da morte do Bichos ; Pinto, 2002, pp. 210-215.

45 L’œuvre littéraire d’Henrique Galvão a été en partie inventoriée par l’anthropologue brésilien Thomaz, 1997, pp. 355-357.

46 Montoito, 2005, pp. 50-51.

47 Voir chap. ii de cet ouvrage, pp. 84-85.

48 Montoito, 2005, pp. 57-58.

49 Ces expositions sont étudiées aux chap. v et vii de cet ouvrage.

50 Le BAGC consacre deux numéros spéciaux à ce voyage : le numéro d’octobre 1932 décrit le voyage du ministre depuis Lisbonne jusqu’en Angola, en passant par Madère et les îles de São Tomé e Príncipe, et celui de décembre est consacré à la partie mozambicaine de sa visite officielle.

51 « A viagem do Senhor Ministro das Colónias a Angola e Moçambique, com a realização das Feiras de Amostras e Conferências Comerciais de Luanda e Lourenço Marques, inauguram uma fase nova, não só na nossa Política Colonial, mas também em tôda a Política Económica da Nação » (Feira de amostras de produtos portugueses em Angola e Moçambique, Catálogo).

52 Ibid.

53 Ibid.

54 « Portugal começa a cumprir, finalemente, o seu destino económico de grande potência colonial, caminhando para a realidade Império, isto é, coordenando a política económica de cada uma das parcelas imperiais para um Todo unido, solidário, comum nos objectivos, nos interêsses e na orientação » (ibid.).

55 « Os primeiros trabalhos de que teve que ocupar-se foram os tendentes a neutralizar a intriga que ameaçava dividir elementos que era necessário congraçar para uma acção comum – intriga que se teria evitado com vantagem para tudo e para todos, sacrificando-se certos assomos extemporâneos de vaidade e acentuando-se as directrizes e as ideias expressas no Plano e Disposições regulamentares que, em tempo, tinham sido enviados para Luanda. / Felizmente nesta cidade todos os elementos de trabalho e acção facilmente se isolaram do tóxico político que meia dúzia de condestáveis baratos e desarrumados pretenderam esbandalhar às feiras » (Galvão, As feiras de amostras coloniais, pp. 44-45).

56 Il s’agit d’un mouvement sécessionniste blanc d’origine maçonnique mené par les élites de Luanda (fonctionnaires, magistrats, militaires, commerçants), qui ont tenu la capitale du 20 mars au 10 avril 1930 contre le gouverneur militaire Filomeno da Câmara, spécialiste des pronunciamentos en métropole, et fondateur d’un mouvement proche du fascisme italien, la Croisade Nun’Alvares. Au bout de 21 jours, le ministre des Colonies, qui est alors António de Oliveira Salazar, lui retire sa charge. L’année suivante, c’est sur l’île de São Tomé que le pouvoir de Lisbonne est menacé par une sédition européenne ; Janeiro, 1998 ; Nascimento, 1998.

57 « A população encarava o acontecimento com indiferença ; uma grande parte do comércio e da indústria locais com cepticismo. A Feira de Amostras, na sua fase de instalação, foi muitas vezes o pretexto para se manifestar, por parte duma minoria, um certo azedume contra a Metrópole que, decididamente, perante o esfôrço que se estava fazendo, no momento em que ela procurava, praticamente, demonstrar o seu interêsse pela Colónia e aproximá-la de si, não era justo » (Galvão, As feiras de amostras coloniais, p. 158).

58 « População mais fria, que dessa frieza tira um motivo de elegância, não seria de esperar dela aquele entusiasmo expontâneo e vivo, aquele patriotismo exuberante e quente que é próprio dos colonos de Angola » (ibid.).

59 Sur l’histoire contemporaine du Mozambique et les compagnies à charte, voir Newitt, 1995, pp. 361-374. La Companhia de Moçambique a fait l’objet d’études partielles et désormais anciennes, notamment Vail, 1976 ; Neil-Tomlinson, 1987.

60 « entre êsses homens sôbre os quais tem pesado muitas vezes, injustamente, a acusação de desnacionalisados, encontramos nestes dias febris todas as virtudes, todo o calor e todo o entusiasmo dos melhores portugueses » (Galvão, As feiras de amostras coloniais, p. 162).

61 « Decerto o não fizeram por má vontade, nem por espírito de resistência contra um acontecimento que, se não lhes merecia o menor entusiásmo também não lhes suscitava a menor antipatia. As dificuldades resultaram sobretudo duma maneira de ser burocrática, entorpecida e demasiadamente formalista, dum mecânismo que, decididamente, não podia, nem sabia, nem estava para andar de pressa » (ibid., p. 158).

62 Ibid. ; Matos, 2006, pp. 181-189.

63 Galvão, As feiras de amostras coloniais, p. 27.

64 « em ambas as Colónias, as feiras foram visitadas pela maior parte da sua população branca » (ibid., p. 87).

65 « Ia Exposição provincial de Benguela » ; « Exposição provincial em Angola ».

66 « um notável documentário da capacidade do colono, do indígena, da riqueza económica que um e outro desenvolvem » (« Ia Exposição provincial de Benguela », p. 97).

67 « Exposição provincial em Angola », p. 139.

68 « alguns milhares de europeus » (ibid.).

69 Ibid., p. 140.

70 « Exposição documentária da Provincia de Benguela », p. 114.

71 Il en a effectué deux, en 1938 et 1939, qui ont été, à deux reprises, l’occasion de multiplier les cérémonies de propagande en faveur de l’État Nouveau. Carmona a été, bien plus que Salazar, un promoteur zélé de la métropole auprès des populations d’Afrique, en particulier auprès des colonies blanches, souvent d’esprit très indépendant, voire autonomiste, par rapport à la métropole.

72 Govêrno geral de Angola, Album comemorativo.

73 Chaque gouverneur général bénéficiait, dans le cadre de ses prérogatives, de la possibilité de publier des arrêtés dans les journaux officiels de chaque colonie. Cet arrêté est reproduit dans id., Exposição-Feira de Angola, p. 3.

74 « e noutros países estrangeiros » (id., Album comemorativo, p. 6).

75 « elemento essencial para o êxito de um tal empreendimento » (id., Exposição-Feira de Angola, p. 3).

76 « uma notável melhoria de situação económica » (ibid.).

77 Règlement de l’Exposição-Feira de Angola, art. 1, reproduit ibid., p. 4.

78 Ibid., p. 121.

Table des illustrations

Titre Tableau 9. - La Fiera di Tripoli : évolution et données statistiques
Légende SourceEstimations synthétisées à partir de l’article de Piccioli, « La Fiera di Tripoli », pp. 497-566, et descatalogues des années 1927, 1936, 1937 et 1938.a Il s’agit de la superficie occupée par les pavillons et les stands, le reste étant consacré aux jardins, aux attractions de plein air et aux voies de circulation.b À ne pas confondre avec les participations d’entreprises étrangères individuelles, principalementallemandes, hongroises, suisses, tchécoslovaques, autrichiennes et américaines ; EAFIT, XII Manifestazione internazionale e intercolonia, p. 54.c Un article d’A. Piccioli ne fait état que de 1812 entreprises ; Piccioli, « La seconda sagra del lavoro nazionale a Tripoli ».
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/11633/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 66k

© Casa de Velázquez, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search