Version classiqueVersion mobile

Des Empires en carton

 | 
Nadia Vargaftig

Chapitre premier. Crises et renouvellements des propagandes coloniales (1918-1928)

Texte intégral

1Lorsque Benito Mussolini et António Salazar accèdent à la présidence du conseil de leurs pays respectifs, ils héritent d’appareils de propagande coloniale déjà anciens et organisés, mais qui n’ont pas su se renouveler avant l’entrée en guerre. Une forte crise s’en suit après 1918, à la fois dans le recrutement des hommes, dans le financement des institutions et dans la mobilisation des opinions en faveur de l’outre-mer. L’heure semble donner la priorité à d’autres horizons, surtout en Italie. Pourtant, Mussolini engage rapidement une politique de fascisation des anciens relais de la pensée coloniale italienne, principalement tournée vers l’Afrique. Cette fascisation se réalise parallèlement à l’affirmation croissante d’une revendication de type révisionniste sur les traités de paix de 1919 et d’un expansionnisme de plus en plus affiché en Afrique orientale. Elle atteint son paroxysme lorsque, en 1928, l’Istituto coloniale italiano devient l’Istituto coloniale fascista. La même année, António Salazar entre au gouvernement comme ministre des Finances. À cette date, l’appareil de propagande coloniale portugais a déjà subi d’importants bouleversements, dont le plus important est sans nul doute la fondation de l’AGC, en 1924. Cette création antérieure permet à Salazar de se fondre dans l’héritage républicain au moins jusqu’en 1930. Ainsi, et selon une procédure bien distincte du cas italien, c’est avant la mise en place de l’Estado novo que sont posées les bases d’une propagande coloniale rénovée.

2On se trouve en effet face à un même phénomène de « modernisation » affichée, mais une modernisation qui répond à des logiques et des enjeux distincts, étroitement liés aux conditions de prise de pouvoir des deux hommes. C’est du moins l’hypothèse qui nous guidera dans ce chapitre, celle du passage tardif de deux modèles dépassés de propagande coloniale à des organisations plus rationalisées. Cette transition apparaît comme une condition préalable au déploiement des grandes expositions de la décennie suivante.

I. - Deux dispositifs en crise (1918-1928)

3Les appareils italien et portugais de propagande coloniale ont été façonnés au tournant du xixe et du xxe siècle, période comprise entre les rivalités africaines nées de la conférence de Berlin et le premier conflit mondial. L’objectif des organisations de culture et de propagande coloniale était alors moins d’éveiller les masses à une « conscience coloniale » que s’assurer l’écoute du pouvoir. En 1918, il est temps pour elles de faire face aux nouvelles conditions de la vie internationale, de rénover leurs pratiques, de moderniser leurs méthodes, d’élargir leur audience bref, d’entrer dans le xxe siècle.

Maillage italien et centralisation portugaise

  • 1 Lejeune, 2002, p. 129.
  • 2 Luigi Federico Menabrea, Luigi Pelloux, Sidney Sonnino et Luigi Luzzatti.
  • 3 Grange, 1994, p. 1053.
  • 4 Ibid., p. 1047.
  • 5 Palma, 1995, p. 12.
  • 6 Grange, 1994, p. 1048.
  • 7 Voir ci-dessous p. 38.
  • 8 Filesi, 1996.

4Les deux dispositifs sont le fruit d’organisations territoriales et de constructions nationales bien distinctes. À l’éclatement géographique des associations italiennes, conséquence d’une unification politique tardive, s’oppose le système centralisé du Portugal. En Italie, les organismes colonialistes remontent, pour les plus anciens, à la fin des années 1860. C’est le cas de la Reale società geografica italiana (RSGI), fondée en 1867 à Turin. Elle suit les changements successifs de capitale pour s’installer définitivement à Rome en 1872. Cette errance géographique illustre deux traits de la RSGI, d’une part ses objectifs affichés de proximité avec le pouvoir central, et d’autre part un recrutement qui se fait largement parmi les agents de la fonction publique et les cadres militaires. Son développement réel date de son emménagement à Rome, grâce à la bonne diffusion de sa revue et à son intégration dans le réseau européen des sociétés de géographie1. Elle produit un savoir scientifique renommé et en assure la diffusion auprès de ses membres. Très proche du monde politique, son conseil compte de nombreux ministres dont quatre Premiers ministres2, et de grands noms du patriciat romain. Il ne faut cependant pas surestimer son influence directe sur les décisions en matière coloniale des gouvernements, ne serait-ce qu’en raison d’une ligne politique très versatile3. À Milan, la Società italiana di esplorazioni geografiche e commerciali a été fondée en 1879 dans le but de défendre les intérêts commerciaux de la bourgeoisie industrielle lombarde. À la veille de la campagne libyenne de 1911, son influence ne dépasse pas ce cercle restreint, et son poids politique est quasi nul4. Ce n’est pas le cas de son homologue napolitaine, la Società africana d’Italia (SAI). Fondée entre 1880 et 1882 afin de défendre l’expansion en Afrique, elle est la seule des trois sociétés à maintenir ce cap après la défaite d’Adoua5. Dans ses activités, la SAI s’implique dans une propagande volontariste et adressée à une opinion élargie, recourant par exemple à la presse locale6. Ce penchant africaniste constant et ce souci précoce de vulgarisation expliquent sa longévité et ses capacités de résistance aux tentatives ultérieures de contrôle par les instances romaines7. À ces trois sociétés est venu s’ajouter en 1906 l’ICI. Sa création semble ouvrir une nouvelle ère dans l’évolution du discours colonialiste italien, par une organisation structurée et une action discrète qui s’appuie sur un recrutement parlementaire et une architecture en sections provinciales8.

  • 9 Grange, 1994, pp. 327-350.
  • 10 Fondée à la fin des années 1880, la Società Dante Alighieri a pour objet la conservation de la lang (...)
  • 11 Ces institutions sont citées par Palma, 1995, p. 15.

5À ce réseau principal s’ajoutent des associations qui militent pour le rayonnement italien dans le bassin méditerranéen et dans le monde, comme la Lega navale9 ou la Società Dante Alighieri10. Viennent enfin s’agréger à cet ensemble des sociétés d’influence locale, mais qui achèvent de constituer ce maillage serré : les Associazioni geografiche comerciali de Bari et Padoue, la Società di studi coloniali de Florence, la Società d’esplorazione comerciale de Gênes et le Comitato per le esplorazioni in Africa de Turin11. De cette toile, riche et diversifiée, il ne faut cependant pas surestimer l’influence ou le degré d’organisation. Elle présente des déséquilibres propres au territoire italien du début du xxe siècle, couvrant davantage le Nord que le Sud de la péninsule, à l’exception de Naples et Bari.

  • 12 La première société de géographie a été fondée à Paris en 1821, suivie jusqu’aux années 1870 d’une (...)
  • 13 Luciano Cordeiro de Sousa (1844-1900) : membre fondateur et secrétaire perpétuel de la SGL jusqu’à (...)
  • 14 Brunschwig, 2009, pp. 29-38.
  • 15 « Premiers » Européens sur le continent africain, les Portugais bénéficieraient d’une légitimité hi (...)
  • 16 Vasconcelos, Exposição de cartografia ; id., Exposição colonial de algodão ; id., Museu colonial.

6Au Portugal, le tableau offre une situation plus simple, tant la culture coloniale et la promotion de l’expansion portugaise dans le reste du monde sont concentrées entre les mains de la SGL. Fondée en 1875, elle détient le quasi-monopole des initiatives en matière de propagande coloniale au Portugal12. Marquée par la personnalité de son fondateur Luciano Cordeiro13, elle s’appuie sur les aspirations africaines des milieux intellectuels, inquiets de la perte du Brésil en 1822 et des nouvelles rivalités coloniales en Afrique14. Dans un premier temps, elle concentre ses efforts sur l’exploration du continent, soutenant par exemple l’expédition d’Alexandre Serpa Pinto (1877-1879) et rendant compte de cette aventure dans sa revue, le Boletim da Sociedade de geografia de Lisboa (BSGL). Soucieuse de lutter contre l’encerclement des colonies portugaises, elle collecte tous les documents destinés à justifier les « droits historiques » des Portugais15. Au tournant du siècle, elle diversifie son activité en organisant des expositions au rayonnement quasi confidentiel : sont ainsi organisées l’Exposition de cartographie nationale, l’Exposition du coton, du caoutchouc, du cacao et du café, enfin l’Exposition des modes de transport dans les colonies16. Elles représentent l’archétype de l’exposition savante, spécialisée, tournée vers un public sélectionné et érudit, l’objectif étant moins de diffuser l’idée coloniale dans la société que de donner aux intellectuels, aux militaires, aux hauts fonctionnaires et aux hommes politiques la culture indispensable à la défense des intérêts portugais sur la scène internationale.

7Malgré des configurations géographiques et institutionnelles distinctes, les deux organisations ont en commun de s’adresser d’abord aux élites, que celles-ci soient politiques, intellectuelles ou militaires. Les bouleversements de la Grande Guerre contraignent les acteurs des deux pays à repenser leurs objectifs, leurs publics et leurs actions.

Les bouleversements de la guerre

  • 17 Pour la première fois, des troupes issues des colonies sont intervenues sur les théâtres européens. (...)
  • 18 Hodeir, Pierre, 1991, pp. 19-20.
  • 19 Ageron, 1984 ; Hodeir, Pierre, 1991, pp. 23-25.
  • 20 MacKenzie, 1984, p. 101.
  • 21 L’entrée du Portugal dans la première guerre mondiale, en mars 1916, aux côtés de l’Entente, a été (...)

8En Europe, les désastres de la guerre ne perturbent que transitoirement la pratique des expositions coloniales, qui reprennent quelques années après la signature des traités de paix. Les combats semblent même avoir renforcé l’attachement des populations européennes à leurs Empires, en raison de la participation des troupes coloniales17. En France, Marseille accueille une Exposition coloniale en 192218, et Paris prépare son exposition, qui ne voit finalement le jour qu’en 193119. En Grande-Bretagne, l’Empire Exhibition de Wembley, à Londres, permet à 27 millions de visiteurs britanniques de communier autour de leur Empire en 192420. La guerre a pourtant profondément modifié la situation des Empires coloniaux, surtout en Afrique, renforçant les domaines britannique et français par le biais des mandats, privant l’Allemagne de ses possessions, et frustrant les projets italiens exprimés dans le pacte de Londres. Les Portugais ont, de leur côté, le sentiment d’avoir chèrement payé le maintien de leur souveraineté en Afrique21. À cette situation internationale s’ajoutent, dans les deux pays, des désordres intérieurs politiques et sociaux graves et durables. Les années qui suivent la fin du conflit voient ainsi s’accumuler les crises, qui n’épargnent pas les institutions de propagande coloniale : crise financière, crise morale et crise institutionnelle. Ainsi le Portugal se réfugie-t-il dans une posture défensive et dans le culte du passé, tandis que des groupes expansionnistes italiens isolés tentent d’élaborer une doctrine coloniale à nouveau audible.

  • 22 Ferreira, 1992, pp. 49-60.
  • 23 Afonso da Costa (1871-1937) est une figure politique marquante de la Première République et de la p (...)
  • 24 Teixeira, 2005, pp. 100-101.
  • 25 Wheeler, 1985, pp. 157-174.
  • 26 Pinto, 2005, p. 27.
  • 27 João, 1998, p. 418.

9La situation internationale du Portugal et en particulier sa présence en Afrique durant les années 1918-1924 sont particulièrement précaires. La délégation portugaise rentre de la conférence de Versailles sans avoir atteint l’ensemble de ses objectifs22. Certes l’Allemagne restitue au Portugal le territoire disputé du Kionga. Certes, le délégué Afonso da Costa23 obtient un niveau de réparations honorable et l’objectif de reconnaissance définitive de la souveraineté portugaise en Afrique est atteint. Le principal revers portugais à Versailles porte moins sur les questions coloniales que sur les relations du pays avec son encombrant voisin espagnol. Malgré sa non-belligérance, c’est la candidature espagnole au comité exécutif de la Société des Nations qui est acceptée à Versailles, terrible camouflet pour le Portugal24. Les sacrifices consentis et les pertes sur les théâtres flamand et africain n’ont pas été justement rétribués aux yeux des Portugais et en particulier d’un état-major convaincu d’avoir été instrumentalisé par le pouvoir républicain. Cette rupture politique se traduit par l’éphémère dictature du général Sidónio Pais dans les années 1917-191825 et par la situation de quasi-guerre civile que connaît le pays en 1918-191926. Dans ce contexte, les enjeux coloniaux sont provisoirement relégués au second plan. La propagande coloniale portugaise demeure aux mains de la SGL qui se limite à perpétuer des commémorations liées aux Découvertes27. Ainsi sont commémorés en 1921 les 400 ans de la mort de Magellan (1480-1521), célébration chargée d’ambiguïté, puisque le navigateur portugais a réalisé la première circumnavigation de l’histoire pour la couronne espagnole. L’année suivante, le gouvernement portugais s’associe aux commémorations d’un anniversaire tout aussi ambigu, celui de l’indépendance de l’ancienne colonie du Brésil. Enfin, en 1924, sont commémorés les 400 ans de la naissance supposée du poète Luis de Camões (1517 ou 1524-1580), l’auteur des Lusiades (1572), l’épopée nationale des Portugais, ainsi que les 400 ans de la mort de Vasco de Gama (1469-1524). La République des années 1918-1924 se montre avant tout soucieuse de créer le consensus autour de figures rassurantes et d’apaiser les esprits.

  • 28 Miège, 1968, pp. 118 sqq.
  • 29 Giorgio Rochat détaille les opérations italiennes en Libye, faisant la distinction entre la Tripoli (...)

10Cette frilosité contraste avec le volontarisme dont font preuve certains colonialistes italiens, dans un contexte pourtant particulièrement adverse où l’anticolonialisme semble traverser l’opinion italienne de l’immédiat après-guerre. Celui-ci n’empêche pas la vigueur de l’appareil rhétorique et idéologique qui se construit durant ces années, en faveur de l’expansion en Afrique orientale, en Afrique du Nord, en Asie mineure ou dans les Balkans. Les lobbies coloniaux fourbissent leurs armes, ajoutant à l’arsenal traditionnel de nouveaux arguments favorables à la présence italienne en Afrique, comme le mythe de la « victoire mutilée » de 1918. Ce « mythe d’annunzien et nationaliste » trouve à partir de 1920 un écho très favorable dans la petite bourgeoisie urbaine et surtout chez les anciens combattants28. Avec la reprise des opérations de « pacification » en Libye à partir de 192229, les questions coloniales entrent de plain-pied dans le débat public et sont finalement prises en charge par les cercles officiels et gouvernementaux, au moment même où les Faisceaux prennent le pouvoir à Rome. Au Portugal, face à un sentiment croissant de menace, c’est dans les services du ministère des Colonies que naît la principale initiative en matière de propagande coloniale.

II. - Grandes manœuvres politiques (1923-1928)

11La prise en charge par des instances gouvernementales d’une partie de la propagande coloniale débute en 1923 en Italie et en 1924 au Portugal. Cette chronologie commune cache toutefois des préoccupations distinctes. Dans le cas italien, la réorganisation du paysage de la propagande coloniale semble étroitement liée à l’installation des Faisceaux au pouvoir après la Marche sur Rome, alors qu’au Portugal, les responsables d’une république aux abois tentent l’impossible pour sauver leur souveraineté en Afrique.

La fascisation de l’Istituto coloniale italiano (1923-1928)

  • 30 Africa italiana, janvier 1941, p. 17 ; De Agostini, La Reale Società geografica italiana, p. 22.
  • 31 Luigi Federzoni (1878-1967) a été engagé volontaire en 1915, puis membre du PNF dès mars 1919. Memb (...)
  • 32 Cesari, LIstituto coloniale fascista, p. 30.
  • 33 Ibid. En 1929, la présidence du conseil quitte le palais Chighi, pour la piazza Venezia. La place d (...)
  • 34 Pier Gaetano, comte de Venino (1878-1955) : issu de la noblesse agraire milanaise, député de droite (...)
  • 35 Venino, « La relazione del Sen. Venino », pp. 491-500.
  • 36 Cesari, LIstituto coloniale fascista, p. 32.

12L’intérêt du nouveau pouvoir pour la propagande coloniale est très précoce. La RSGI voit ainsi ses liens avec le gouvernement se resserrer lorsque celui-ci lui permet en 1926 d’occuper à titre gracieux les hauteurs arborées de la villa Celimontana à Rome30. La présidence de Luigi Federzoni entre 1923 et 1926, proche de Mussolini et futur ministre des Colonies, n’est probablement pas étrangère à ce rapprochement31. Mais c’est surtout l’ICI qui fait l’objet de l’emprise croissante du nouveau pouvoir. Les années d’après-guerre sont très difficiles pour l’institution, qui traverse une grave crise financière et peine à recruter des adhérents. Prenant acte de ces difficultés, le gouvernement nomme en 1923 une commission extraordinaire qui remplace le conseil supérieur démissionnaire32. L’ICI est alors contraint de quitter son prestigieux siège du palais des assurances de la piazza Venezia33 pour prendre ses quartiers au palais de la Consulta, siège du ministère des Colonies. Ce rapprochement géographique avec le pouvoir est renforcé quatre ans plus tard par le décret royal du 27 octobre 1927, qui nomme à la direction de l’ICI, avec le titre de commissaire royal, le sénateur Pier Gaetano Venino34. Celui-ci doit désormais rendre compte des activités de l’institut directement à Mussolini, comme en témoigne la publication de son rapport pour l’année 1929 dans L’Oltremare, le nouvel organe officiel de l’ICI35, qui a absorbé le titre historique de l’institut, la Rivista coloniale, en 192836.

  • 37 « stabiliva di riconoscere come unico Ente costituito a tale scopo l’I.C.F. » (ibid., pp. 34-35).
  • 38 Ibid.
  • 39 Vargaftig, 2013a, pp. 68-69.

13Cette vague de réformes se poursuit avec le premier changement de nom de l’institut, qui devient, en 1928, l’Istituto coloniale fascista (ICF). Toujours en 1928, une circulaire du bureau de presse du ministère des Colonies « établit la reconnaissance de l’ICF comme unique organisme constitué dans ce but [la propagande coloniale] »37. En août de la même année, Victor-Emmanuel III accorde son haut patronage à l’ICF, renforçant davantage les liens de l’organisme avec la tête de l’État38. Désormais, l’histoire de l’ICI, devenu Istituto coloniale fascista, est indissociable de l’histoire du pouvoir fasciste39.

  • 40 Venino, « La relazione del Sen. Venino », pp. 493-494.
  • 41 La section milanaise compte 218 membres en 1928. Venino ne donne pas de chiffre pour Trieste ; ibid(...)
  • 42 Il s’agit de Maurizio Rava, qui fera toute sa carrière dans l’administration coloniale, voir ci-des (...)
  • 43 « la situazione locale » (ibid.).
  • 44 « La Società africana si è fusa con l’ICF », p. 34.
  • 45 L’Africa italiana, bollettino della Società africana d’Italia, année 1930-1931, p. 3.

14Après cette mise sous tutelle, l’ICF entre dans une nouvelle phase de son développement. Les anciennes sections provinciales, moribondes, se trouvent renforcées, d’autres sont créées, soit ex nihilo, soit par la transformation d’institutions existantes. Le sénateur Venino dresse un premier bilan de l’opération40. Trois sections ont été créées en 1928 : celles du Piémont (Turin), des Trois Vénéties (Trieste) et de Lombardie (Milan). Si l’auteur se réjouit du succès de la section turinoise, composée de 518 membres, il admet en revanche des difficultés dans les deux autres et déplore un nombre limité d’adhésions41. Le bilan de l’année 1928 fait également état de la reconstitution d’une section tripolitaine de 275 membres, dont le responsable a été directement nommé par le gouverneur Pietro Badoglio42. L’auteur fait part au président du conseil de son espoir de constituer rapidement des sections en Érythrée et en Somalie, voire en Cyrénaïque, en dépit de « la situation locale43 », en d’autres termes de la difficile guerre de conquête que mène l’Italie dans le territoire. Enfin, le sénateur évoque le cas de la section napolitaine : il s’agit en fait de la tentative de transformation de la SAI en section provinciale de l’ICF44. Deux ans plus tard, les résistances napolitaines ont pourtant raison de la volonté centralisatrice de Mussolini, et la section pour Naples et la Campanie de l’ICF retrouve son autonomie, son nom et sa revue, LAfrica italiana en 193145.

15À cet échec vient s’ajouter une autre déconvenue pour le sénateur, l’impossibilité de faire de l’ICF une organisation de masse. Les statistiques trouvées pour les années 1921-1932 témoignent des difficultés du début de la décennie, du redressement des années 1925-1929 et, finalement, de l’échec de la politique de Venino au bout de cinq ans (tableau 4).

16Les effets des réformes semblent d’abord concluants, grâce en particulier à la création en 1928 d’une nouvelle catégorie de membres : aux membres ordinaires, perpétuels et méritants s’ajoutent à partir de cette date les « membres adhérents ». Venino ventile ces chiffres pour l’exercice 1929 (tableau 5).

Tableau 4. — Membres de l’Istituto coloniale italiano (1921-1928), puis de l’Istituto coloniale fascista (1928-1931)

Années Nombre
1921-1922 1201
1922-1923 1247
1923-1924 905
1924-1925 923
1925-1926 971
1926-1927 1031
1927-1928 2272
1928-1929 6148
1929-1930 4652
1930-1931 2050

Source
ASMAE-MAI, Africa III, 39, statistiques de Guido Cortese, secrétaire général de l’ICF, adressées au cabinet du ministre des Colonies le 11 août 1932.

Tableau 5. — Répartition par catégories des membres de l’Istituto coloniale fascista pour l’année 1929

Types de membres Nombre
Membres méritants (exemptés de cotisation) 23
Membres perpétuels
(cotisation unique de 1000 lires)
148
Membres ordinaires (50 lires par an) 3157
Membres adhérents
(10 lires par an, principalement issus des
organisations de jeunesse)
2820
Total 1929 6148

Source Venino, « La relazione del Sen. Venino », p. 497.

  • 46 Un accord de février 1928 établit cette obligation et accentue la mainmise du pouvoir politique sur (...)
  • 47 Venino, « La relazione del Sen. Venino », p. 491.

17Ce tableau appelle trois commentaires. D’une part, le bon chiffre de 6148 membres, qui correspond à une augmentation de 170 % par rapport à 1928, est clairement lié à la création de la catégorie de membre adhérent, dont le niveau de cotisation est très modeste. En outre, les membres tripolitains du parti fasciste sont obligés d’adhérer à la section locale de l’ICF46, ce qui permet, pour l’année 1929, le report automatique de 275 membres. Troisième remarque, ce chiffre global demeure très en deçà du niveau réclamé par le chef du gouvernement, qui évoquait dans un courrier l’objectif de 2000047. Enfin, les chiffres des exercices 1929-1930 et 1930-1931 révèlent les limites de cette politique, puisque, en deux ans, le nombre d’adhésions retrouve le même niveau qu’avant la réforme et se situe même légèrement en dessous.

18Malgré ces réserves, l’institut a été profondément réformé durant les cinq premières années du régime, faisant l’objet d’une fascisation accélérée dans son fonctionnement, ses pratiques et son recrutement. Au Portugal, Salazar arrive tout juste au pouvoir en 1928, et trouve une institution qui a déjà quatre ans d’existence.

Un héritage : l’Agência geral das colónias

  • 48 Valentim Alexandre estime que la gravité de la crise coloniale qui frappe le régime républicain à p (...)
  • 49 Diplôme législatif colonial n° 43 du 30 septembre 1924, cité dans BAGC, n° 1, juillet 1925, p. 139.
  • 50 Ibid.

19Au milieu des années 1920, les mises en cause des méthodes de colonisation du Portugal se multiplient sur la scène internationale et obligent les gouvernements successifs à réagir48. La réponse se fait notamment sur le terrain de la propagande avec la création de l’AGC instaurée par le décret du 30 septembre 1924 et placée sous la tutelle de la direction générale des services centraux du ministère des Colonies49. Le 3 octobre 1924, l’ingénieur Armando Cortesão (1891-1977) prend ses fonctions à la tête de l’agence et installe ses services le 2 mars 1925 au numéro 34 de la Rua da Prata50, dans le quartier de la Baixa de Lisbonne, à quelques pas du ministère des Colonies.

  • 51 Wheeler, 1985, pp. 216-259.
  • 52 Le contrôle de la main-d’œuvre africaine dans les colonies portugaises a beaucoup attiré l’attentio (...)
  • 53 Alexandre, 2005, p. 74.
  • 54 Metzger, 1994, p. 40.
  • 55 Miège, 1968, p. 159.
  • 56 Documents diplomatiques italiens, s. 7, v. 4, pp. 98-99, cités par Miège, 1968, p. 159.
  • 57 « a demonstração que a grande guerra insofismávelmente fez do enorme valor que as colónias têm para (...)
  • 58 « a opinião internacional tenha os olhos postos em todos os povos coloniais » (ibid.).
  • 59 « Todos estes países sabem que é indispensável criar ou manter um ambiente internacional favorável (...)

20Cette structure nouvelle doit répondre aux difficultés intérieures et extérieures que rencontre alors le Portugal : instabilité politique, coups de force militaires51, déficit budgétaire et mouvements sociaux rythment la vie intérieure portugaise et mettent le régime républicain dans une position de fragilité constante. Sur le plan international, les rapports accusateurs sur la pratique du travail forcé dans les colonies portugaises d’Afrique52 s’empilent sur les bancs de la SDN53, tandis que l’Italie et l’Allemagne mènent des campagnes en faveur d’une nouvelle discussion portant sur les mandats en Afrique. Ainsi, le 12 décembre 1924, Gustav Stresemann, dans un mémorandum adressé à la SDN, demande le retour des anciennes colonies à l’Allemagne54, tandis que les diplomates italiens amorcent une intense campagne auprès de Paris et Londres pour revendiquer leurs « droits à mandats55 ». Ces deux révisionnismes, antagonistes mais complémentaires, constituent une menace sérieuse pour l’intégrité du Portugal en Afrique. En effet, Aristide Briand se déclare prêt à soutenir les revendications italiennes sur des territoires portugais d’Afrique56. Ce n’est donc pas un hasard si les deux sujets – accusations de travail forcé et révisionnismes – apparaissent systématiquement dans les pages du Boletim da Agência geral das colónias (BAGC) des années 1925-1930. Dans son éditorial au premier numéro, Cortesão insiste sur la dimension internationale des missions de l’AGC. Conscient de la « démonstration irréfutable que la Grande Guerre a faite de l’énorme valeur que représentent les colonies pour leurs métropoles respectives57 », il observe que l’« opinion internationale [a] les yeux rivés sur tous les peuples coloniaux58 ». Fort de ce constat, Cortesão assigne à son agence et à sa revue la tâche de défendre le Portugal contre toutes les attaques. Dans un contexte de fortes rivalités coloniales, et face à des « pays [qui] savent tous qu’il est indispensable de créer ou de maintenir un environnement international favorable à l’affirmation et à la défense de leurs droits et prétentions59 », Cortesão veut faire du BAGC la vitrine du Portugal colonial. Dressant le bilan de l’œuvre de propagande coloniale dans son pays, il en souligne les nombreux retards.

  • 60 Cortesão, « Serviços da Agência geral das colónias. Em legítima ».
  • 61 « uma persistente campanha » (ibid., p. 140).
  • 62 Ibid., p. 142.

21En juillet 1926, il dresse le bilan d’une première année d’existence dans un article intitulé « Légitime défense de l’Agence générale des colonies60 », destiné à répondre aux attaques d’« une persistante campagne61 » de dénigrement. Cortesão défend notamment les activités de la section d’information de l’AGC, en tant que comptoir de renseignements généraux sur les colonies62. C’est la même section qui a en charge l’élaboration de données statistiques sur les colonies, ainsi que la publication de travaux divers, budgets, rapports, annuaires, cartes, etc. Enfin, elle se charge de transmettre par télégrammes quotidiens les cotations des matières premières sur la place de Lisbonne aux gouvernements coloniaux. Ce service se présente donc comme un lieu de production et de diffusion d’un savoir essentiellement économique et statistique sur les colonies, à vocation opérationnelle, adressé à un public de commerciaux, d’ingénieurs et d’administrateurs coloniaux.

  • 63 « alguns dos mais palpitantes problemas da nossa vida colonial » (Cortesão, « Dois anos de existênc (...)
  • 64 Cortesão, « Serviços da Agência geral das colónias. Em legítima », p. 148.
  • 65 « os aspectos mais interessantes da vida e progresso das nossas colónias » (ibid.).
  • 66 L’anthropologue Patrícia Ferraz de Matos s’intéresse aux représentations des colonisés dans les fil (...)

22La section de la propagande constitue le pendant culturel de la précédente. Parmi ses prérogatives, la publication du BAGC, consacré à « quelques-uns des problèmes les plus palpitants de notre vie coloniale63 ». Elle est également responsable de la constitution de la bibliothèque et de la salle de lecture de l’agence, ainsi que de l’élaboration de revues de presse nationales et internationales. Des dossiers mensuels sont constitués et mis à la disposition des lecteurs de la bibliothèque, de quelques délégations portugaises sélectionnées, comme celle de Genève, auprès de la SDN, ou encore celles de Paris et Londres, et des gouvernements des huit colonies portugaises64. Cette section a aussi pour vocation de réaliser une propagande en direction de l’opinion, en essayant par exemple d’envoyer dans les colonies des équipes cinématographiques destinées à enregistrer « les aspects les plus intéressants de la vie et de l’évolution [des] colonies » portugaises65. Cortesão regrette de ne pas parvenir à faire aboutir ce projet, qui pâtit selon lui du manque d’intérêt et de l’inertie des gouvernements coloniaux66.

23Toujours dans le domaine de la propagande, Cortesão a à cœur de faire constituer par la troisième section un fonds de matériel d’exposition :

  • 67 « Está a 3a secção também organizando mostruários e colecções de produtos, artefactos, etc., de cad (...)

Actuellement, la 3e section organise aussi des présentoirs et des collections de produits, artefacts, etc., de chaque colonie qui, disposés dans des emballages spécifiques, permanents, puissent être rapidement envoyés vers n’importe quelle exposition coloniale à laquelle le Portugal serait convié, puis retournés à l’AGC, et, une fois remis en état, prêts à être renvoyés vers une nouvelle exposition67.

  • 68 Cortesão, « Serviços da Agência geral das colónias », p. 109.

24En mars 1928, Cortesão dresse un nouveau bilan de trois années d’action et manifeste sa satisfaction dans le secteur de l’information, soulignant que non seulement des particuliers, mais aussi des institutions, des établissements d’enseignement et même des banques ont désormais recours aux services de l’AGC sur des questions à caractère commercial, économique et migratoire68. Le directeur de l’AGC se réjouit également des résultats de la section de propagande : le BAGC forme désormais à ses yeux une collection d’études, de travaux techniques et de commentaires d’une grande valeur.

25En une décennie, le paysage de la propagande coloniale au Portugal et en Italie a subi de profondes transformations. L’ICF est devenu l’arme de la propagande coloniale d’État, tandis qu’au Portugal, la création de l’AGC ébranle le monopole de la SGL. Ces transformations tardent cependant à avoir un effet sur la pratique des expositions, organisées tardivement dans la décennie.

III. - Le poids des inerties

Routine et élitisme à la Sociedade de geografia de Lisboa

26Les expositions coloniales portugaises et italiennes des années 1925-1928 se caractérisent par une facture particulièrement classique, héritée de l’avant-guerre. Cette continuité, surprenante si l’on regarde les métamorphoses réalisées au même moment dans le paysage institutionnel, se retrouve parmi les agents. Au Portugal, la SGL, qui garde pour quelques années encore le monopole de l’organisation des expositions coloniales sur le territoire métropolitain, se contente de prolonger son action d’avant-guerre en proposant à un public toujours très réduit des expositions savantes et pointues. Limitées dans l’espace et le temps, elles s’apparentent davantage à des événements sociaux voire mondains qui n’intéressent qu’une frange de la bonne société lisboète, plutôt qu’à des événements de culture ou de politique coloniale de grande échelle.

  • 69 Le rapport Ross est le résultat de plusieurs semaines d’enquête réalisée par le sociologue, qui con (...)

27À l’occasion de son cinquantenaire en 1925, la SGL réalise diverses cérémonies commémoratives. Un anniversaire est souvent l’occasion d’un bilan. Celui-ci est dressé le 10 novembre 1925 par l’ingénieur Lisboa de Lima, ancien commissaire portugais à l’Exposition de Rio de Janeiro de 1922, lors d’une session commémorative. Il rappelle notamment le rôle de la société dans la défense des intérêts portugais en Afrique contre les révisionnismes italien et allemand et contre les accusations américaines. La société joue un rôle d’information auprès du pouvoir et de l’opinion portugaise concernant les menaces qui pèsent sur Lisbonne. Ainsi mentionne-t-il le rôle de la SGL dans la divulgation au Portugal du rapport d’Edward Ross, le sociologue américain qui dénonce les pratiques de travail forcé dans les plantations d’Angola et du Mozambique69 :

  • 70 « Antes de terminar, não posso deixar de referir que foi ainda por intermédio da Sociedade de Geogr (...)

Avant d’en terminer, je ne manquerai pas de mentionner que ce fut encore par l’intermédiaire de la Société de géographie de Lisbonne que notre pays a pris connaissance du plus récent et du plus virulent des libelles accusateurs récemment déposés contre notre administration coloniale. Je me réfère ici au célèbre rapport du Dr Ross, qu’un groupe de pseudo-antiesclavagistes américains a envoyé, en avril dernier, à la Société des Nations, afin qu’elle en prenne connaissance70.

  • 71 Pereira, 2005, p. 440.
  • 72 Clarence-Smith, 1985, p. 153.
  • 73 Pereira, 2005, p. 435.
  • 74 Nóvoa, 1992, p. 453.

28Ce contexte adverse a nécessité une réorganisation interne de la société, en particulier la création d’une commission de défense des colonies, qui remplit les fonctions d’un service de presse71. Cette création témoigne de l’intérêt croissant des membres du directoire de la SGL pour la propagande auprès de l’opinion, du moins celle qui lit la presse. Les deux expositions présentées au public lisboète cette année-là visent le même objectif : influencer l’opinion et renforcer le rôle de la SGL dans la propagande coloniale nationale. Toujours organisées à partir des collections du Museu etnográfico de la SGL, elles portent sur deux sujets très différents. La première, intitulée « Fétiches », exhibe divers objets de sorcellerie africaine. La seconde est consacrée aux produits d’exportation d’origine coloniale. On est ainsi en présence d’une exposition ethnographique d’un côté, destinée à offrir au public une vision des pratiques religieuses et de la vie spirituelle des peuples sous tutelle, et d’une exposition économique et commerciale de l’autre, destinée à diffuser l’idée de l’efficacité du modèle colonial portugais, fondé sur un pacte colonial rénové72. L’exposition ethnographique relèverait de la proposition coloniale destinée à potentialiser auprès de toutes les classes sociales, auprès d’un public instruit et non instruit une vision nouvelle des colonies73. Cette vision, marquée par le positivisme hérité du xixe siècle, n’a pourtant rien de nouveau en 1925. Il semble en outre difficile de démontrer que ces expositions aient été destinées à un public « non instruit », dans un pays où le taux d’analphabétisme des plus de 7 ans était encore en 1930 de 61,8 %74. Ces expositions manifestent cependant les nouvelles préoccupations de la SGL, qui commence sans doute à ressentir la concurrence de l’AGC et qui met en place en 1927 un nouvel instrument de propagande coloniale : la Semana das colónias, un an après l’instauration, en Italie, de la Giornata coloniale par l’ICI.

Les Giornate coloniali : l’élaboration d’une doctrine colonial-fasciste

  • 75 English, 2006.
  • 76 La dernière Giornata dell’Impero a lieu le 9 mai 1943, alors que tous les territoires africains d’I (...)
  • 77 Moura, 2001, p. 2.

29Inspirées d’une pratique étrangère, celle de l’Empire Day britannique75, les Giornate coloniali italiennes et les Semanas das colónias portugaises se mettent en place à un an d’intervalle et témoignent d’évolutions parallèles dans l’approche de la propagande, plus soucieuse de vulgarisation et de diffusion. Dans leur déroulement, elles consistent en un ensemble de conférences prononcées par des experts de la vie coloniale : ingénieurs, professeurs, hauts fonctionnaires, militaires, etc. Elles connaissent une longévité remarquable, puisqu’elles se déroulent annuellement et sans interruption jusqu’en 1943 en Italie76 et jusqu’en 1977 au Portugal, alors que l’Empire n’existe plus depuis deux ans77. Bien que les objectifs de propagande et de sensibilisation au fait colonial soient communs, les instruments rhétoriques, les thèmes mobilisés et le déroulement diffèrent sensiblement.

  • 78 Istituto coloniale italiano, Giornata coloniale, pp. 49-53.
  • 79 Liffran, 1991 ; Visser, 1992 ; Gentile, 1993 ; Giardina, Vauchez, 2000 ; Malvano-Bechelloni, 2003.
  • 80 Mussolini a l’habileté de confier cette tâche au fasciste radical Roberto Farinacci.

30En Italie, la Prima Giornata coloniale organisée par l’ICI couvre tout le territoire métropolitain. Soixante-seize conférences sont ainsi prononcées le 21 avril 192678. Le choix du Natale romain, jour de la naissance mythique de Rome, ne doit rien au hasard, la référence à l’Antiquité étant déjà un thème central de l’identité nationale italienne79. À cette date, la dictature fasciste est en ordre de marche. Depuis l’affaire Matteotti et le discours de Mussolini du 3 janvier 1925, les « lois fascistissimes » et la répression systématique des oppositions politiques ont solidement installé le totalitarisme fasciste au sommet de l’État. Le dispositif est passé par la mise au pas des fascistes révolutionnaires80, la démobilisation des squadre, l’élimination de l’opposition, la disparition de la presse de gauche, l’épuration de l’administration, l’élimination des syndicats non fascistes, ou encore l’interdiction du droit de grève. Quelques mois plus tard, des lois de « défense de l’État » abolissent les libertés politiques en Italie et interdisent les partis politiques autres que le PNF, achevant l’édifice de la répression.

  • 81 Signé par Briand, Stresemann, Vandervelde et Mussolini en octobre 1925, principalement destiné à ga (...)
  • 82 Duroselle, 1967, p. 48.

31À l’échelle internationale, après les années 1924-1925, caractérisées par une politique étrangère pacifiste incarnée par la signature du traité de Locarno81, la politique étrangère italienne opère un premier retournement, à la fois contre la Yougoslavie, principal rival dans la région balkanique et danubienne, et contre la France, protectrice traditionnelle des pays d’Europe orientale. Les premiers arguments révisionnistes de l’Italie sur le domaine africain se mettent en place au même moment82. À partir de septembre 1925, les revendications des « droits à mandats » italiens sont présentées aux autorités françaises et britanniques. La journée organisée le 21 avril 1926 est donc le reflet et le symptôme de ces temps nouveaux en Italie : consolidation de la dictature et revendications coloniales.

  • 83 Le nationalisme italien, après une phase dite « intellectuelle », de 1896 à 1908, se structure dans (...)
  • 84 Rava fait partie des cinq juifs « aryanisés » sur la volonté expresse de Mussolini, échappant ainsi (...)

32La brochure éditée à l’occasion de la journée reflète ce double contexte. Une longue introduction de Maurizio Rava (1878-1941) définit l’état d’esprit et les objectifs de l’événement. Rava est un juriste, un journaliste et un artiste italien de confession juive. Originaire de Milan, il a été membre de l’Associazione nazionalista italiana dès sa fondation83, puis membre fondateur du Faisceau romain en 1919. Secrétaire général puis vice-gouverneur de Libye (1927-1931), gouverneur de Somalie (1931-1935), général de la Milice, il fait partie de ces fascistes de la première heure qui ont fait leurs armes dans le nationalisme italien d’avant-guerre et élaboré leur doctrine colonialiste lors de la conquête de la Libye84. Son texte s’attarde sur la place de l’Italie dans le concert des nations coloniales et sur les efforts que le pays doit consentir pour atteindre cette conscience coloniale qui obsède tant les colonialistes européens. Le ton est offensif et vindicatif, conforme aux inflexions récentes de la politique étrangère italienne. Selon l’auteur, l’Italie

  • 85 « non vuol defraudare alcuno dai suoi possessi ; ma ramenta a chi osi cianciar d’imperialismo, che (...)

ne veut frustrer personne de ses possessions, mais rappelle à quiconque ose l’accuser d’impérialisme que les colonies germaniques d’Afrique et les autres terres ont été réparties entre tous les alliés, à l’exception d’un seul : celui qui à deux reprises a sauvé la France, et a déterminé, par l’effondrement de l’Empire Habsbourg, la victoire de l’Entente85.

33Et d’ajouter que l’Italie

  • 86 « sopra tutto esige che quando si determinino – come fatalmente si determineranno – mutazioni nella (...)

exige par-dessus tout que lorsque seront déterminées – comme elles ne manqueront pas de l’être – des mutations de la grande carte d’Afrique […] les nations déjà pourvues, pour ne pas dire encombrées, de colonies ne tentent pas, comme par le passé, d’en ajouter à leur place au soleil. Ce serait une tentative inutile et risquée86.

  • 87 L’expression est due à Enrico Corradini, dans sa conférence à l’occasion du congrès de Florence de  (...)

34Le ton est donné : la « nation prolétaire87 » se défendra et défendra sa « place au soleil » en Afrique.

  • 88 Zucco, « Il presente e l’avvenire economico delle colonie italiane », dans Istitutocoloniale italia (...)
  • 89 Il est l’auteur de divers textes destinés aux expositions, comme l’article « Tripolitaine », extrai (...)
  • 90 Cesari, « L’Istituto coloniale italiano ; il suo passato, il suo avvenire », dans Istituto colonial (...)

35La deuxième partie de l’opuscule est un exposé pédagogique succinct des potentialités économiques des possessions italiennes, organisé par territoires, et rédigé par Giovanni Zucco88. Directeur du bureau des études et de la propagande du ministère des Colonies, ce fonctionnaire est un protagoniste important de la propagande coloniale du régime89. La troisième partie est de la plume de Cesare Cesari, membre de l’ICI – puis ICF après 1928 – pendant tout l’entre-deux-guerres. Il s’agit d’une présentation de l’ICI et de son initiative, résultat d’une décision du conseil de l’institut du 13 janvier 192690.

  • 91 Le tableau 6 est réalisé d’après « Oratori della Giornata coloniale », dans Istituto coloniale ital (...)

36La quatrième et dernière partie du volume fournit la liste des 76 orateurs et des villes concernées, présentée de manière synthétique dans le tableau 691.

  • 92 Dans le cadre des négociations entre l’Italie et les alliés, le traité de Londres stipulait que, en (...)
  • 93 Fiume (Rijeka en slovène) constitue le point de fixation des nationalistes au sortir de la première (...)

37La géographie de la journée montre un réseau dense, quadrillant l’ensemble du territoire métropolitain. Dans le détail, cette densité a tendance à faiblir au fur et à mesure que l’on se dirige vers les régions méridionales. La Sardaigne, la Calabre, le Basilicate et les Pouilles n’accueillent en moyenne que deux ou trois conférences. Les régions du Centre de la péninsule (Campanie, les Abruzzes, Molise, Latium, Ombrie, Toscane, Marches) présentent un réseau intermédiaire de quatre à cinq conférences par région, tandis que le Nord est couvert par un maillage serré, au-dessus d’une ligne Gênes-Bologne. Cette décroissance du Nord vers le Sud peut s’expliquer par la conjonction de deux phénomènes : d’une part, la forte urbanisation de l’Italie septentrionale par opposition à un Mezzogiorno plus rural, et d’autre part, les importants écarts de développement socio-économique entre le Nord et le Sud. C’est en effet d’abord aux populations urbaines que la Giornata coloniale s’adresse, pour des raisons à la fois logistiques et politiques, puisque les organisateurs visent un public certes plus populaire qu’auparavant, mais un public de classes moyennes. La carte de la journée dresse ainsi le portrait du public visé : des classes moyennes et urbaines du Nord, d’un niveau scolaire et culturel intermédiaire. On observe également que les intervenants sont nombreux sur la côte orientale de l’Adriatique, de Trieste92 à Zara (Zadar), en passant par Fiume (Rijeka)93 et Pola (Pula). Ces villes contestées, à la population italophone particulièrement nationaliste opposée à des arrière-pays allogènes, sont l’objet de toutes les attentions des colonialistes de l’ICI, qui entendent affirmer leurs droits sur l’Afrique, mais sans oublier de consolider la souveraineté italienne de l’autre côté de l’Adriatique.

Tableau 6. — Les orateurs de la Prima Giornata coloniale italienne, le 21 avril 1926

Tableau 6. — Les orateurs de la Prima Giornata coloniale italienne, le 21 avril 1926

Tableau 6. — Les orateurs de la Prima Giornata coloniale italienne, le 21 avril 1926 (suite)

Tableau 6. — Les orateurs de la Prima Giornata coloniale italienne, le 21 avril 1926 (suite)

Tableau 6. — Les orateurs de la Prima Giornata coloniale italienne, le 21 avril 1926 (suite)

Tableau 6. — Les orateurs de la Prima Giornata coloniale italienne, le 21 avril 1926 (suite)
  • 94 Voir introduction de cet ouvrage, p. 10, note 50.
  • 95 Musiedlak, 2007, p. 107.
  • 96 D. J. Grange insiste sur l’importance de la composante parlementaire de l’ICI de sa fondation en 19 (...)
  • 97 Polezzi, 2003.
  • 98 L’itinéraire et la personnalité de ces deux universitaires sont davantage évoqués au chap. vi de ce (...)

38La liste des orateurs de la journée permet également d’aborder les origines sociales, professionnelles et culturelles ainsi que les parcours politiques des participants. Parmi les éléments les plus frappants, on note la forte représentation des parlementaires. Sur les 76 intervenants, pas moins de 33 députés, ainsi qu’un sénateur, participent au dispositif, soit une proportion de près de 43,5 %. Le sénateur est Enrico Corradini94, figure historique du nationalisme italien d’avant-guerre. Les députés sont ceux de la 27e législature, élue depuis le 6 avril 1924, première Chambre élue après la loi électorale Acerbo, qui a permis à Mussolini de gouverner sans recourir au soutien d’autres partis. Soucieux de promouvoir une nouvelle classe politique en mesure de concrétiser ses projets, le nouveau régime a toutefois eu besoin des élites traditionnelles pour faire fonctionner la vie administrative et politique du pays95. On retrouve dans la liste du 21 avril 1926 ce mélange d’« hommes nouveaux », engagés volontaires en 1915, issus des rangs du squadrisme et des premiers Faisceaux de combat, et d’individus appartenant aux élites traditionnelles96. Cette seconde catégorie est notamment représentée par les hommes évoluant dans le monde académique : 14 professeurs d’université (des historiens, des géographes, des géologues, un économiste, un juriste) ainsi qu’un professeur du secondaire prononcent des conférences, soit près de 20 % du nombre total d’orateurs. On trouve dans ce groupe des noms prestigieux comme celui de Giotto Dainelli (1878-1968). Ce professeur de géologie, voyageur, explorateur, spécialiste des régions balkaniques et de la Dalmatie, présente un profil hybride entre l’aventurier du xixe siècle et le technicien bureaucrate de la période fasciste97. Il a été une des figures les plus respectées de la géographie italienne, vice-président de la RSGI et organisateur de nombreuses expéditions. L’historien Gioacchino Volpe (1876-1971), député et signataire du « Manifesto degli intellettuali fascisti » de 1925, et l’archéologue Biagio Pace (1889-1955) sont également des personnalités de premier plan des sciences historiques italiennes de la période, le premier étant considéré comme un des historiens officiels du régime98.

  • 99 Fondée en 1924, elle fusionne trois ans plus tard avec L’Oltremare.
  • 100 Rivista delle colonie e d’Oriente : rassegna mensile di politica, economia, finanza, industrie, com (...)
  • 101 Quotidien romain, qui paraît de mars 1923 à décembre 1929.
  • 102 Quotidien milanais fondé en 1914 par Mussolini, dirigé par son frère Arnaldo. Organe « officieux » (...)
  • 103 Le quotidien La Vedetta d’Italia fut fondé dès l’occupation des arditi, en 1919.
  • 104 Giornale del Veneto : quotidiano fascista, fondé à Trévise en 1921.
  • 105 Guerri, 1976, pp. 149-153.

39Les métiers de la presse sont les plus représentés, puisque 16 orateurs (21 %) entretiennent un lien avec une publication : des éditorialistes, des correspondants, des journalistes, ainsi que des directeurs de journaux et de revues prononcent une conférence. Parmi les journaux cités, on trouve de nombreuses revues coloniales, comme LIdea coloniale99, la Rivista delle colonie e d’Oriente100, ou encore l’Impero101. De nombreux intervenants collaborent au journal fondé par Mussolini à Milan en 1914, le Popolo d’Italia102. Certains titres régionaux, comme La Vedetta103 de Fiume ou le Giornale del Veneto104 de Trévise, sont étroitement liés au pouvoir fasciste. Parmi les revues, on trouve des revues illustrées, comme la Rassegna italiana, ou bien des revues spécialisées, comme Critica fascista, dirigée par une des personnalités les plus importantes de la liste, Giuseppe Bottai (1895-1959). Volontaire en 1915, il devient après la guerre le correspondant romain du Popolo d’Italia et fonde le Faisceau de la capitale. Élu député fasciste en 1921, son élection est invalidée en raison de son jeune âge, mais il est réélu en 1924. Directeur de Critica fascista à partir de 1923, il s’impose comme une figure incontournable de la vie culturelle fasciste, et comme un des propagandistes les plus zélés du régime et du Duce, principalement comme ministre des Corporations (1929-1932), puis ministre de l’Éducation nationale (1936-1940), après un intermède en Éthiopie comme combattant volontaire et gouverneur civil d’Addis-Abeba105.

  • 106 ASMAE-MAI, Afrique III, dossier n° 156. L’expression quarta sponda désigne la quatrième rive italie (...)

40Les militaires et les hommes ayant connu les combats de la première guerre mondiale, les aventures des arditi à Fiume, ou bien le squadrisme, sont au nombre de 11 (14,5 %). Ce nombre confirme d’une part le poids des militaires dans le colonialisme italien, ce qui n’est ni nouveau ni surprenant, d’autre part le rôle fondateur de l’expérience de guerre et de ses prolongements dans la constitution des nouvelles élites du colonialisme fasciste. D’autres personnalités ressortent de cette liste, comme Giuseppe Bastianini (1899-1961). Son parcours est très proche de celui de Bottai : engagé volontaire à Fiume (il était trop jeune pour être mobilisé en 1915), fondateur des Faisceaux de combat en Ombrie, il fait carrière dans la hiérarchie du PNF, dirigeant les Faisceaux à l’étranger et dans les colonies jusqu’en 1926. Alessandro Melchiori, né en 1901, présente le même profil : engagé à Fiume, fondateur des Faisceaux de Brescia, commissaire provincial du PNF, il s’installe par la suite en Libye, chargé du développement de l’activité touristique sur la « quatrième rive106 ». Très proche d’Emilio De Bono, alors gouverneur de Tripolitaine, on le retrouve plus tard parmi les cadres dirigeants de la Fiera di Tripoli et dans les comités d’organisation des expositions internationales d’art colonial de Rome et de Naples.

  • 107 Après la guerre, il retrouve en 1953 un siège de député de la circonscription de Rome et s’inscrit (...)

41Enfin, relevons dans cette liste les noms d’individus plus tard engagés dans la propagande ou bien dans l’organisation d’expositions coloniales. Outre Melchiori, déjà mentionné, c’est le cas de Maurizio Rava ou bien encore du Napolitain Roberto Cantalupo, né en 1891. Correspondant de guerre sur le front austro-italien, il entre en politique après le conflit, dans les rangs nationalistes. Spécialiste des relations internationales, en particulier avec la France, il adhère au PNF en 1923 et entre au gouvernement comme sous-secrétaire d’État aux Colonies de 1924 à 1926. Il fonde L’Oltremare en 1927, qu’il dirige jusqu’en 1930107.

42Toutes ces personnalités représentent les hommes nouveaux de l’ère fasciste en Italie : jeunes (certains n’ont pas 30 ans), marqués par l’expérience de guerre et l’engagement précoce dans les rangs nationalistes puis fascistes, ils ont connu une ascension fulgurante et expriment à l’occasion de la Giornata coloniale la nouvelle doctrine en matière d’expansionnisme, accompagnant les premiers revirements diplomatiques du Duce et les nouvelles revendications italiennes en Afrique.

  • 108 « prolificare, produrre, conquistare, organizzare » (Corradini, La volontà della vittoria, p. 16).

43L’année suivante, l’expérience est rééditée. À Trieste, la conférence prononcée par le sénateur Corradini le 24 mai 1927 s’intitule « La volonté de victoire ». Elle ne se déroule plus un 21 avril, mais un 24 mai, date anniversaire de l’entrée en guerre de l’Italie aux côtés des forces de l’Entente. Après le Natale et la référence antique, la victoire récente de l’Italie et sa puissance militaire sont le nouveau référent historique des aspirations coloniales du pays. Pour le sénateur toscan, une « volonté de victoire » anime désormais l’Italie et doit s’exprimer par une politique étrangère et coloniale offensive. À ce point de sa démonstration, Corradini déploie le programme colonial de l’Italie nouvelle en quatre objectifs : « proliférer, produire, conquérir, organiser108 » sont les points cardinaux de la politique coloniale fasciste. Ces quatre actions ne sont possibles qu’à condition d’accepter l’existence de certaines « lois immuables » de la vie des hommes et des nations, comme le caractère éternel de la guerre. Corradini conspue l’esprit pacifique de Locarno et la politique de désarmement de Washington et de Genève :

  • 109 « Ginevra, Locarno, Washington altro non sono se non prodotti postbellici, dopo essere stati i prod (...)

Genève, Locarno, Washington ne sont rien d’autre que des produits de l’après-guerre, après avoir été les produits de l’atmosphère morale des anciennes classes dirigeantes européennes, des anciennes classes libérales, démocrates, socialistes, réformistes du parlementarisme européen […]. Mais il existe aujourd’hui une nouvelle classe dirigeante, fasciste, et il existe une nouvelle culture […], qui […] culmine dans l’affirmation axiomatique du droit éternel de la guerre et de la conquête109.

44Les fondements philosophiques et idéologiques du nationalisme fasciste sont repris dans ce discours et adaptés à la cause coloniale. Le droit éternel de la guerre, la lutte pour la survie des nations inspirée du darwinisme social, la dénonciation des postures pacifistes, des idéologies parasites que sont le parlementarisme et le socialisme, sont les arguments d’un orateur auréolé de son passé nationaliste. Affirmation du droit à la guerre et à la conquête, ce discours permet d’opérer une articulation entre le discours expansionniste et nationaliste né de la défaite d’Adoua et l’appareil doctrinal fasciste. Il n’a aucune vocation didactique, mais se place à un niveau avant tout philosophique et idéologique, ce qui le différencie des Semanas das colónias organisées à Lisbonne par la SGL à partir de 1927.

Les Semanas das colónias : l’impérialisme expliqué aux écoliers portugais

  • 110 João Belo (1876-1928) : engagé très jeune dans la marine militaire, il a participé aux campagnes de (...)
  • 111 António Oscár de Fragoso Carmona (1869-1951) est issu d’une famille de militaires. Défenseur de la (...)
  • 112 La réforme du ministère Belo permet à l’école de se dégager en partie de la tutelle de la SGL et de (...)
  • 113 José Capelo Franco e Fragão, premier comte de Penha Garcia (1872-1940), ancien ministre, membre du (...)
  • 114 « O cosmógrafo Fernando Vaz Dourado e a sua obra » ; « A investigação científica em matéria colonia (...)

45Après le bilan du cinquantième anniversaire et les deux expositions de 1925, la SGL souhaite se renouveler dans le domaine de la propagande coloniale et répondre à la création de l’AGC. Les deux institutions vivent du reste en bonne entente, multipliant les collaborations et les hommages réciproques. La Semana das colónias bénéficie ainsi d’une très large couverture dans le BAGC, et Armando Cortesão fait partie des conférenciers de la première édition. Celle-ci se déroule entre le 31 mai et le 4 juin 1927. Le ton, très solennel, est donné à l’occasion de la session d’inauguration, en présence du ministre des Colonies João Belo110 et du président de la République Óscar Carmona111. Le public est principalement composé d’étudiants et de jeunes gens scolarisés à Lisbonne, futurs ingénieurs, fonctionnaires et militaires. L’intérêt pour cette classe d’âge marque un changement de mentalité conforme à l’état d’esprit de la politique du ministre Belo, auteur de nombreuses réformes du programme de formation de l’École supérieure coloniale112. Les éditions de 1927 et 1928 sont comparables dans leur déroulement et leurs principes. Les thèmes abordés dans les conférences sont répartis entre l’histoire, l’économie et la géographie. Ils sont clairement destinés à la constitution d’un argumentaire colonial exhaustif. Par exemple, le programme des conférences prononcées du 23 au 28 mai 1928 est le suivant : « Le cosmographe Fernando Vaz Dourado et son œuvre » par un professeur de Coimbra, « Le développement de la culture indigène dans la politique coloniale moderne » par José de Penha Garcia, membre de la SGL113, « Le réseau ferroviaire du Mozambique en lien avec les possibilités de la colonie » par un ingénieur, « La colonisation des îles de São Tomé e Príncipe » par un officier de l’armée, enfin « La Guinée comme colonie de plantation et de commerce » par Armando Cortesão114. La liste des auteurs témoigne du caractère encyclopédique que prétend avoir la Semana das colónias. Cette institution de vulgarisation coloniale, qui connaît à partir de 1932 un développement considérable et d’échelle nationale, se veut une école de colonialisme, une réserve d’arguments concrets et techniques, mais aussi spirituels et historiques en faveur de la présence portugaise, en Afrique principalement.

46Dans son discours inaugural de 1928, le comte de Penha Garcia définit les champs d’action de la SGL. À l’intérieur du Portugal et des colonies portugaises, la SGL a su

  • 115 « desenvolv[er] e estimul[ar] o estudo dos problemas coloniais, vulgariz[ar] as suas soluções, difu (...)

développe[r] et stimule[r] l’étude des problèmes coloniaux, vulgarise[r] leurs solutions, diffuse[r] le sentiment de la colonisation, crée[r] dans l’opinion publique la conscience des responsabilités qui nous incombent en tant que troisième puissance coloniale dans le monde115.

À l’étranger, la SGL doit être

  • 116 « representante da mentalidade colonial portuguesa, […] sentinela vigilante dos perigos que por vez (...)

le représentant de la mentalité coloniale portugaise, […] la sentinelle vigilante des dangers qui nous menacent parfois, […] le messager de nos gloires passées, de notre effort et de notre travail honnête dans l’œuvre coloniale actuelle116.

Penha Garcia ajoute que la SGL doit tout faire pour

  • 117 « manter a nossa política colonial no campo dos realismos, prevendo e combatendo os perigos das nov (...)

maintenir notre politique coloniale dans le champ des réalismes, anticipant et combattant les dangers des nouvelles théories du droit colonial117.

  • 118 « criada especialmente, com defeituosas bases jurídicas, para resolver as dificuldades de momento d (...)
  • 119 Metzger, 1994, pp. 36-38.

47Ces « nouvelles théories » désignent clairement la politique des mandats, « créée spécialement, sur des bases juridiques défectueuses, afin de résoudre les difficultés momentanées d’un partage embarrassant118 ». La SDN a ainsi nommé la France et la Grande-Bretagne principales puissances mandataires en vue d’administrer les anciens territoires allemands d’Afrique : le Cameroun, le Togo, et l’Afrique-Orientale allemande (actuelle Tanzanie). Le Sud-Ouest africain, actuelle Namibie, a pour sa part été confié à l’Afrique du Sud, dominion britannique. Enfin, la Belgique a également bénéficié du partage en récupérant le territoire du Ruanda-Urundi119. Dans ce contexte de renforcement de la puissance britannique dans le voisinage des possessions portugaises d’Afrique, le Portugal doit, selon Penha Garcia, élaborer son appareil doctrinal afin de se défendre des « dangers » qui pèsent sur l’Empire lusitanien. Dans cet objectif, la SGL doit participer à l’effort national et mobiliser des outils efficaces de propagande, à l’intérieur du pays comme à l’étranger. Les semaines inaugurées en 1927 posent les bases du dispositif sur le front intérieur. Il ne faut cependant pas surestimer la portée de ces premières éditions, encore très limitées géographiquement et surtout socialement. La sensibilisation de la jeunesse aux questions coloniales apparaît néanmoins comme un fait nouveau et notable, sans doute dû à l’influence du ministre Belo.

48Giornate coloniali italiennes et Semanas das colónias portugaises constituent les premières tentatives en vue d’élargir le public de la propagande coloniale dans l’après-guerre. Les Giornate coloniali en Italie reflètent l’installation et la consolidation du régime dans le pays et jouent la partition fasciste dans le domaine colonial et donnent au colonialisme italien de l’entre-deux-guerres ses caractéristiques : agressivité, esprit de revanche et mobilisation des hiérarques. Les Semanas das colónias portugaises sont, quant à elles, le reflet d’une situation politique intérieure plus incertaine : la première édition se déroule un an après le coup d’État militaire du 28 mai 1926, qui ne met fin ni à l’instabilité ministérielle ni aux difficultés financières du pays. Les Semanas das colónias, dans ce contexte instable, sont avant tout un instrument pédagogique adressé à la jeunesse, un manuel de colonialisme, et pas encore un instrument de mobilisation politique au service d’un régime. Ces espaces de réflexion ouvrent la voie aux expositions de la décennie suivante, mais, dans les années 1920, une seule exposition coloniale manifeste une conception partiellement renouvelée de la propagande coloniale : la section coloniale de l’Esposizione coloniale di Torino, en 1928.

Les timides innovations de l’Esposizione coloniale di Torino (1928)

  • 120 La ville a déjà accueilli deux expositions nationales, où la dimension coloniale a pris une place c (...)
  • 121 Emmanuel-Philibert de Savoie (1528-1580) est le fondateur de la dynastie des Savoie en 1559, avec l (...)
  • 122 La bataille de Vittorio Veneto a opposé les troupes italiennes aux troupes autrichiennes, du 24 oct (...)
  • 123 Rivista delle colonie italiane : numero speciale.
  • 124 Camillo Manfroni (1863-1935) a été le directeur de la Rivista delle colonie italiane de 1927 à mars (...)
  • 125 Accornero, 1999.
  • 126 Misiti, 1996.

49Entre avril et octobre 1928, Turin accueille une exposition nationale à l’occasion d’un double anniversaire120. Le berceau de la dynastie des Savoie fête, d’une part, les 400 ans de la naissance du fondateur Emmanuel-Philibert de Savoie (1528-1580)121 et, d’autre part, les 10 ans de la victoire italienne contre l’Autriche à Vittorio Veneto122. Le ministère des Colonies, aidé par ceux de l’Armée et de la Marine, élabore une importante section coloniale. Celle-ci est décrite dans un numéro spécial de la Rivista delle colonie italiane123, l’organe officiel du ministère des Colonies dirigé par un des membres fondateurs de la Lega navale, l’universitaire Camillo Manfroni124. Cristina Accornero, qui étudie l’image du continent africain dans les expositions turinoises de 1884 à 1928, considère que l’Exposition de 1928 annonce les grands dispositifs des années 1930. Elle souligne la nouveauté des techniques d’exposition, la diversité et la modernité des dispositifs didactiques, ainsi que l’attention portée à une reproduction « réaliste » des villages africains125. En réalité, la section se positionne largement dans la lignée des expositions traditionnellement réalisées par l’État unifié, destinées à renforcer son unité nationale126, et de l’Exposition coloniale de Gênes de 1914. Son objectif officiel est de montrer

  • 127 « agli Italiani e agli stranieri che cosa a saputo fare in poco tempo la nostra razza e quali progr (...)

aux Italiens et aux étrangers ce qu’a su faire en peu de temps notre race, ainsi que les progrès réalisés dans chacune des terres lointaines où flotte le glorieux drapeau tricolore127.

  • 128 Giglio, « L’esposizione coloniale di Torino », pp. 153-162.

50Le directeur du Museo coloniale de Rome, Umberto Giglio, décrit la section coloniale128, qui est organisée de telle sorte que le visiteur puisse

  • 129 « rendersi conto, non solo di tutto ció che l’amministrazione e i privati hanno fatto per mettere i (...)

se rendre compte, non seulement de tout ce que l’administration et les particuliers ont fait pour mettre en valeur les quatre colonies, mais aussi de l’importante série d’études géographiques, cartographiques, historiques, juridiques, archéologiques, ethnographiques avec lesquelles les fonctionnaires et les individus ont cherché à illustrer nos possessions129.

  • 130 « riprodotti con somma cura e scrupulosa esatteza, allo scopo di dare una idea approssimativa della (...)

51À ce souci de mettre en valeur la maîtrise politique, la compétence administrative et la connaissance scientifique, s’ajoutent le goût du pittoresque et le choix de mettre en scène des villages africains « reproduits avec un soin immense et une exactitude scrupuleuse, dans le but de donner une idée approximative de la vie des populations indigènes130 » (fig. 1).

52La contradiction entre, d’un côté, le « soin immense » et l’« exactitude scrupuleuse » déployés par le bureau des études et, de l’autre, l’« idée approximative » de la vie africaine à laquelle doit aboutir cette mise en scène souligne les limites de l’exercice, qui consiste à rechercher l’illusion du vrai à travers ces constructions. La théâtralité de la démarche est d’ailleurs totalement assumée, puisque Giglio, cherchant à impressionner ses lecteurs, ajoute :

  • 131 Zaptiés est un terme d’origine turque employé dans les colonies italiennes pour désigner les forces (...)
  • 132 « Ad accrescere l’illusione, pattruglie di zaptie et di ascari delle varie colonie prestano servizi (...)

Afin d’accroître l’illusion, des patrouilles de zaptiés et d’ascaris131 des diverses colonies assurent le service d’ordre et de surveillance. Ne manquent ni les chameliers ni les chameaux, qui assurent également le transport de passagers dans l’enceinte de l’exposition coloniale132.

Fig. 1. — Esposizione coloniale di Torino (1928), vue du « village érythréen » (ASMAE-MAI, Africa III, dossier n° 47)

  • 133 Ibid., p. 160.
  • 134 « sotto il vigile sguardo degli zaptie » (ibid., p. 161).
  • 135 Leprun, 1986, pp. 150-156.
  • 136 « quasi trasformate in un immenso mercato che ricorda da vicino quello di qualche nostra Colonia » (...)

53À y regarder de plus près, on peut fortement douter de l’authenticité de ces villages. Ainsi le village érythréen est-il composé de dix-neuf cabanes différentes, chacune représentant une région, une ethnie et une culture133. Il se résume donc à la juxtaposition d’édifices étrangers les uns aux autres, fiction villageoise sortie de l’imagination des fonctionnaires du ministère des Colonies et dépourvue de toute cohérence morphologique. Le village somalien présente le même patchwork : au milieu des tukuls, les cabanes somaliennes, courent des gazelles et des antilopes. À heures fixes, des musiciens et des danseurs assurent des spectacles, pour le plus grand plaisir des visiteurs et « sous le regard vigilant des zaptiés134 ». Ce choix de mise en scène, peut-être nouveau en Italie, est caractéristique des expositions du xixe siècle, où les « Rue du Caire » et les villages africains ont connu leur apogée entre 1880 et 1900135. Les deux territoires libyens, la Tripolitaine et la Cyrénaïque, sont résumés par quelques édifices : le passé romain de Tripoli est évoqué grâce à la reconstruction de l’arc de Septime Sévère, tandis que la Cyrénaïque est représentée par une tente bédouine. Et comme une exposition coloniale traditionnelle ne saurait se passer d’un souk, celui-ci se trouve sur la place principale de la section coloniale, à l’entrée du pont Victor-Emmanuel III, « pour ainsi dire transformée en un immense marché, qui rappelle à peu près celui de n’importe laquelle de nos colonies136 ». L’approximation de la formule laisse imaginer le caractère bien peu authentique d’un marché qui pourrait se trouver indifféremment à Tripoli, Benghazi, Asmara ou Mogadiscio. Bien que le caractère relativement spectaculaire de ces quatre villages de pacotille ne cache, en réalité, ni la pauvreté ni l’exiguïté de l’Empire italien, jamais une exposition italienne n’est encore allée aussi loin dans la recherche de l’illusion coloniale.

  • 137 « scenografia cinematografica » (Accornero, 1999, p. 83).
  • 138 « [N]umerosi, svariati e moderni dispotivi didattici » (ibid.).

54Par son ampleur et par les moyens déployés, la section coloniale de l’Esposizione coloniale di Torino annonce les manifestations de la décennie à venir, sans présenter toutefois de rupture véritable avec l’avant-guerre. Cristina Accornero insiste certes sur la rigueur nouvelle des critères de classement, sur les efforts déployés en vue de créer l’illusion coloniale, sur une « scénographie cinématographique137 » fondée sur le décor et la possibilité de se promener en chameau, enfin sur des « dispositifs didactiques nombreux, variés et modernes138 ». On ne peut néanmoins pas encore considérer qu’à cette date le régime de Mussolini ait marqué de son empreinte les images et les discours colonialistes.

55Les années 1918-1928 ont été dans les deux pays des années de réorganisation. En Italie, accompagnant l’avènement du régime fasciste entre 1922 et 1926, la modernisation du dispositif de propagande coloniale s’accélère, sans pour autant jamais atteindre le niveau de centralisation et de hiérarchie visé par Mussolini. L’ICF devient en quelques années le pivot du système, officiellement du moins, mais ne parvient jamais à prendre la forme de l’organisation de masse prônée par le Duce. En 1926, l’initiative des Giornate coloniali offre toutefois un nouvel espace d’expression et de diffusion des revendications de l’Italie nouvelle, tandis que l’Esposizione coloniale di Torino permet une transition entre des pratiques antérieures et les grandes expositions des années 1930. Au Portugal, la naissance et l’action de l’AGC en 1924 constituent un tournant dans l’appareil de propagande coloniale, ébranlant le monopole de la SGL dans ce domaine et stimulant de nouvelles réflexions sur la fonction politique et sociale des expositions coloniales. L’État Nouveau de Salazar saura s’appuyer sur ces acquis républicains en matière de propagande. Le processus d’appropriation et de contrôle de la propagande coloniale par les deux régimes n’en est cependant qu’à son début. Il se nourrit, à partir de la seconde moitié des années 1920, de la longue séquence d’expositions internationales consacrées à la colonisation européenne. En choisissant d’y participer, les autorités portugaises et italiennes multiplient les expériences et les occasions de confronter leurs discours, leurs pratiques et leurs méthodes à ceux des puissances à la fois amies et rivales que sont les autres Empires européens.

Notes

1 Lejeune, 2002, p. 129.

2 Luigi Federico Menabrea, Luigi Pelloux, Sidney Sonnino et Luigi Luzzatti.

3 Grange, 1994, p. 1053.

4 Ibid., p. 1047.

5 Palma, 1995, p. 12.

6 Grange, 1994, p. 1048.

7 Voir ci-dessous p. 38.

8 Filesi, 1996.

9 Grange, 1994, pp. 327-350.

10 Fondée à la fin des années 1880, la Società Dante Alighieri a pour objet la conservation de la langue et de la culture italiennes parmi les émigrés ; ibid., pp. 661-675 ; Pisa, 1995.

11 Ces institutions sont citées par Palma, 1995, p. 15.

12 La première société de géographie a été fondée à Paris en 1821, suivie jusqu’aux années 1870 d’une dizaine de sociétés, principalement en Allemagne, en Grande-Bretagne et aux États-Unis. Le dernier tiers du xixe siècle voit se multiplier les fondations en Europe et dans le monde. Avec ce changement d’échelle, les sociétés de géographie changent de statut et de fonction : « sociétés de pensée », elles deviennent l’instrument des rivalités coloniales ; Lejeune, 2002, p. 129.

13 Luciano Cordeiro de Sousa (1844-1900) : membre fondateur et secrétaire perpétuel de la SGL jusqu’à sa mort, il a représenté le Portugal lors de la conférence de Berlin ; Guimarães, 1984, p. 143 ; Vargaftig, 2013b, pp. 173-174.

14 Brunschwig, 2009, pp. 29-38.

15 « Premiers » Européens sur le continent africain, les Portugais bénéficieraient d’une légitimité historique en Afrique. Ces « droits historiques » se heurtent aux dispositions de la conférence de Berlin, qui affirme la nécessité d’une « colonisation effective » et de « l’existence d’une autorité suffisante pour faire respecter les droits acquis, et, le cas échéant, la liberté du commerce et du transit » ; Brunschwig, 2009, p. 64 ; Vargaftig, 2013b, p. 170.

16 Vasconcelos, Exposição de cartografia ; id., Exposição colonial de algodão ; id., Museu colonial.

17 Pour la première fois, des troupes issues des colonies sont intervenues sur les théâtres européens. En France, les contingents coloniaux se sont élevés à 587000 combattants, dont plus de 200000 originaires d’Afrique de l’Ouest, sans oublier les 184000 travailleurs venus en métropole participer à l’effort de guerre. Dans l’Empire britannique, outre la participation des ressortissants des dominions, l’Inde a fourni plus de 950000 soldats. Les effectifs africains des troupes portugaises se sont, quant à eux, élevés à 19500 hommes ; Miège, 1986, pp. 285-288 ; Almeida-Topor, 1993, pp. 85-86 ; Teixeira, 1999, p. 11.

18 Hodeir, Pierre, 1991, pp. 19-20.

19 Ageron, 1984 ; Hodeir, Pierre, 1991, pp. 23-25.

20 MacKenzie, 1984, p. 101.

21 L’entrée du Portugal dans la première guerre mondiale, en mars 1916, aux côtés de l’Entente, a été en partie motivée par les questions coloniales. Néanmoins, Nuno Severiano Teixeira ajoute aux raisons de cette entrée dans le conflit des motifs d’ordre strictement intérieur. Teixeira, 1999.

22 Ferreira, 1992, pp. 49-60.

23 Afonso da Costa (1871-1937) est une figure politique marquante de la Première République et de la première décennie d’opposition à la dictature de Salazar. Il est à l’origine, comme ministre de la Justice (1910-1911), de nombreuses lois, parmi les plus symboliques de la période : expulsion des ordres religieux, légalisation du divorce, état civil. Comme chef du gouvernement de 1913 à 1914, il institue le premier impôt progressif sur le revenu et crée le ministère de l’Instruction publique. Il a été un des artisans de l’entrée du Portugal dans la guerre en mars 1916. Exilé sous la dictature de Sidónio Pais, il représente néanmoins son pays lors des négociations de paix. Son prestige international atteint son apogée lorsqu’il préside l’Assemblée de la SDN à partir de 1926. Il entre en opposition à la dictature puis à l’État Nouveau dès 1927 ; Marques, 2000, pp. 175-176.

24 Teixeira, 2005, pp. 100-101.

25 Wheeler, 1985, pp. 157-174.

26 Pinto, 2005, p. 27.

27 João, 1998, p. 418.

28 Miège, 1968, pp. 118 sqq.

29 Giorgio Rochat détaille les opérations italiennes en Libye, faisant la distinction entre la Tripolitaine et la Cyrénaïque, conquises selon des rythmes différents. La politique de reconquête de la Libye est antérieure à l’avènement du fascisme, puisque les opérations commencent dès janvier 1922. On peut considérer la Tripolitaine comme conquise en 1930. En Cyrénaïque, la résistance senoussie est écrasée en 1931 ; Rochat, 1994, pp. 37-99.

30 Africa italiana, janvier 1941, p. 17 ; De Agostini, La Reale Società geografica italiana, p. 22.

31 Luigi Federzoni (1878-1967) a été engagé volontaire en 1915, puis membre du PNF dès mars 1919. Membre de la milice, puis du Gran consiglio del fascismo, il y vote l’ordre du jour en juillet 1943 contre Mussolini. Ministre des Colonies de 1922 à 1924, ministre de l’Intérieur, puis à nouveau aux Colonies de 1926 à 1928, il accède au Sénat en novembre 1928, qu’il préside de 1929 à 1939. Il préside la RSGI de 1923 à 1926, puis l’Istituto fascista dell’Africa italiana (ancien ICF) de 1937 à 1940 ; Gentile, Campochiaro, 2003, pp. 1065-1066.

32 Cesari, LIstituto coloniale fascista, p. 30.

33 Ibid. En 1929, la présidence du conseil quitte le palais Chighi, pour la piazza Venezia. La place devient dès lors un des principaux lieux de la géographie du pouvoir fasciste dans la ville éternelle ; Musiedlak, 1991.

34 Pier Gaetano, comte de Venino (1878-1955) : issu de la noblesse agraire milanaise, député de droite à partir de 1915, sous-secrétaire d’État aux Colonies (juin 1921-octobre 1922), il rejoint le PNF en 1925 et accède au Sénat en janvier 1929 ; Gentile, Campochiaro, 2003, pp. 2449-2450.

35 Venino, « La relazione del Sen. Venino », pp. 491-500.

36 Cesari, LIstituto coloniale fascista, p. 32.

37 « stabiliva di riconoscere come unico Ente costituito a tale scopo l’I.C.F. » (ibid., pp. 34-35).

38 Ibid.

39 Vargaftig, 2013a, pp. 68-69.

40 Venino, « La relazione del Sen. Venino », pp. 493-494.

41 La section milanaise compte 218 membres en 1928. Venino ne donne pas de chiffre pour Trieste ; ibid.

42 Il s’agit de Maurizio Rava, qui fera toute sa carrière dans l’administration coloniale, voir ci-dessous p. 46.

43 « la situazione locale » (ibid.).

44 « La Società africana si è fusa con l’ICF », p. 34.

45 L’Africa italiana, bollettino della Società africana d’Italia, année 1930-1931, p. 3.

46 Un accord de février 1928 établit cette obligation et accentue la mainmise du pouvoir politique sur l’institut ; Cesari, LIstituto coloniale fascista, p. 35.

47 Venino, « La relazione del Sen. Venino », p. 491.

48 Valentim Alexandre estime que la gravité de la crise coloniale qui frappe le régime républicain à partir de 1924 ne peut s’expliquer exclusivement par la crise économique et financière. Selon lui, des éléments exogènes sont à l’origine de cette crise, comme les « menaces » qui pèsent sur l’Empire africain du Portugal incarnées par le rapport Ross ; Alexandre, 1993a.

49 Diplôme législatif colonial n° 43 du 30 septembre 1924, cité dans BAGC, n° 1, juillet 1925, p. 139.

50 Ibid.

51 Wheeler, 1985, pp. 216-259.

52 Le contrôle de la main-d’œuvre africaine dans les colonies portugaises a beaucoup attiré l’attention des chercheurs, qui y voient souvent une des particularités du colonialisme portugais. Les premiers textes à avoir instauré le travail forcé remontent aux années 1890. Le travail forcé a dès lors toujours eu une base légale dans les colonies portugaises, y compris sous la République. Deux textes figent la condition des Africains au regard du travail en 1926 : le « Statut civil, politique et criminel de l’Indigène » et le « Code du travail de l’Indigène », qui instaurent l’« obligation morale de travailler ». La législation salazariste garde ces principes dans ses textes (Acte colonial, Charte organique) ; Clarence-Smith, 1985, pp. 193-196 ; Cahen, 2000, pp. 337-340 ; Jerónimo, Monteiro, 2012 ; pour une étude de cas consacrée au Mozambique central, et dans une approche d’histoire sociale, voir Allina, 2012.

53 Alexandre, 2005, p. 74.

54 Metzger, 1994, p. 40.

55 Miège, 1968, p. 159.

56 Documents diplomatiques italiens, s. 7, v. 4, pp. 98-99, cités par Miège, 1968, p. 159.

57 « a demonstração que a grande guerra insofismávelmente fez do enorme valor que as colónias têm para as respectivas metrópoles » (Cortesão, « O Boletim da Agência geral das colónias », p. 3).

58 « a opinião internacional tenha os olhos postos em todos os povos coloniais » (ibid.).

59 « Todos estes países sabem que é indispensável criar ou manter um ambiente internacional favorável às afirmação e defesa dos seus direitos e pretensões » (ibid., p. 7).

60 Cortesão, « Serviços da Agência geral das colónias. Em legítima ».

61 « uma persistente campanha » (ibid., p. 140).

62 Ibid., p. 142.

63 « alguns dos mais palpitantes problemas da nossa vida colonial » (Cortesão, « Dois anos de existência », p. 3).

64 Cortesão, « Serviços da Agência geral das colónias. Em legítima », p. 148.

65 « os aspectos mais interessantes da vida e progresso das nossas colónias » (ibid.).

66 L’anthropologue Patrícia Ferraz de Matos s’intéresse aux représentations des colonisés dans les films produits pendant l’État Nouveau ; Matos, 2006, pp. 94-122.

67 « Está a 3a secção também organizando mostruários e colecções de produtos, artefactos, etc., de cada colónia que, dispostos em embalagens especiais, permanentes, possam rapidamente ser enviados a qualquer exposição colonial para que Portugal seja convidado, finda a qual voltarão à AGC, ficando, depois de devidamente beneficiados, prontos a serem enviados a nova exposição » (Cortesão, « Serviços da Agência geral das colónias. Em legítima », p. 149).

68 Cortesão, « Serviços da Agência geral das colónias », p. 109.

69 Le rapport Ross est le résultat de plusieurs semaines d’enquête réalisée par le sociologue, qui conclut à des pratiques de travail forcé par les autorités portugaises, proches de l’esclavage. Remis à la Commission temporaire sur l’esclavage de la SDN, il a connu une grande répercussion internationale ; Alexandre, 1993a, p. 1118.

70 « Antes de terminar, não posso deixar de referir que foi ainda por intermédio da Sociedade de Geografia de Lisboa que o país primeiro conheceu o mais recente, e um dos mais tremendos libelos acusatórios, que, contra a nossa administração colonial ultimamente se tem feito. Quero referir-me ao celebre relatório do Dr Ross, que um grupo de pseudo antesclavagistas americanos, enviou, em Abril último à Sociedade das Nações para por ela ser considerado » (Lima, « Sessão comemorativa do 50o aniversário da SGL », p. 31).

71 Pereira, 2005, p. 440.

72 Clarence-Smith, 1985, p. 153.

73 Pereira, 2005, p. 435.

74 Nóvoa, 1992, p. 453.

75 English, 2006.

76 La dernière Giornata dell’Impero a lieu le 9 mai 1943, alors que tous les territoires africains d’Italie sont occupés par les forces britanniques ; ACS, Segretaria particolare del Duce, carteggio riservato, dossier n° 2411.

77 Moura, 2001, p. 2.

78 Istituto coloniale italiano, Giornata coloniale, pp. 49-53.

79 Liffran, 1991 ; Visser, 1992 ; Gentile, 1993 ; Giardina, Vauchez, 2000 ; Malvano-Bechelloni, 2003.

80 Mussolini a l’habileté de confier cette tâche au fasciste radical Roberto Farinacci.

81 Signé par Briand, Stresemann, Vandervelde et Mussolini en octobre 1925, principalement destiné à garantir les frontières franco-allemandes et belgo-allemandes, le traité ouvre la voie à l’entrée de l’Allemagne à la SDN en septembre 1926. Ce retour de l’Allemagne dans le concert des nations gêne les ambitions italiennes, notamment sur le territoire africain.

82 Duroselle, 1967, p. 48.

83 Le nationalisme italien, après une phase dite « intellectuelle », de 1896 à 1908, se structure dans un mouvement né à Florence en 1910, l’Associazione nazionalista italiana qui se fond en 1923 dans le parti national fasciste ; Grange, 1994, pp. 1000-1021.

84 Rava fait partie des cinq juifs « aryanisés » sur la volonté expresse de Mussolini, échappant ainsi aux mesures antisémites de 1938 ; Adler, 2006 ; Matard-Bonucci, 2007, pp. 481-482.

85 « non vuol defraudare alcuno dai suoi possessi ; ma ramenta a chi osi cianciar d’imperialismo, che le colonie germaniche d’Africa e le altre terre, furon spartite fra tutti gli alleati ad eccezione di un solo : quello che salvó due volte la Francia, e determinó con l’abbattimento dell’Impero Absurgico la vittoria dell’Intesa » (Rava, « La Giornata coloniale », dans Istituto coloniale italiano, Giornata coloniale, p. 7).

86 « sopra tutto esige che quando si determinino – come fatalmente si determineranno – mutazioni nella grande carta, in Africa […], le nazioni giá riche, anzi quasi appesantite, di colonie, non tentino come per il passato di levarle il suo posto al sole. Sarebbe un tentativo inutile e rischioso » (Rava, « Introduzione », ibid., pp. 7-8).

87 L’expression est due à Enrico Corradini, dans sa conférence à l’occasion du congrès de Florence de 1910, transposant la lutte des classes à l’échelle des relations internationales, et appelant à l’émancipation des nations pauvres, comme l’Italie ; Grange, 1994, pp. 1022-1025 ; Castronovo, 1981.

88 Zucco, « Il presente e l’avvenire economico delle colonie italiane », dans Istitutocoloniale italiano, Giornata coloniale, pp. 13-44.

89 Il est l’auteur de divers textes destinés aux expositions, comme l’article « Tripolitaine », extrait de la brochure diffusée à la Cité des informations de l’ECI de Paris, en 1931. Il est également membre du comité exécutif de la MIAC en 1931.

90 Cesari, « L’Istituto coloniale italiano ; il suo passato, il suo avvenire », dans Istituto coloniale italiano, Giornata coloniale, pp. 45-48.

91 Le tableau 6 est réalisé d’après « Oratori della Giornata coloniale », dans Istituto coloniale italiano, Giornata coloniale, pp. 49-53. Les prénoms de Moliandi, De Merzeyak et Vinassa de Regny n’y sont pas mentionnés.

92 Dans le cadre des négociations entre l’Italie et les alliés, le traité de Londres stipulait que, en cas de victoire, l’Italie serait agrandie des régions de Trente et de Trieste, ainsi que de la Dalmatie, autour de Zara. Au moment des négociations de paix, l’Italie ajoute à ses revendications l’annexion de Fiume.

93 Fiume (Rijeka en slovène) constitue le point de fixation des nationalistes au sortir de la première guerre mondiale. Les tensions italo-yougoslaves ont atteint leur apogée au moment de l’occupation de la ville le 12 septembre 1919 par les arditi fondés en novembre 1918 et guidés par l’écrivain Gabriele D’Annunzio. Fiume est finalement déclarée ville libre lors du traité de Rapallo du 12 novembre 1920. Après une période troublée en 1921-1922, le traité de Rome du 27 janvier 1924 met fin définitivement à la question de Fiume, rattachant finalement la ville à l’Italie.

94 Voir introduction de cet ouvrage, p. 10, note 50.

95 Musiedlak, 2007, p. 107.

96 D. J. Grange insiste sur l’importance de la composante parlementaire de l’ICI de sa fondation en 1906 jusqu’à la première guerre mondiale ; Grange, 1994, p. 1095.

97 Polezzi, 2003.

98 L’itinéraire et la personnalité de ces deux universitaires sont davantage évoqués au chap. vi de cet ouvrage, pp. 180-181.

99 Fondée en 1924, elle fusionne trois ans plus tard avec L’Oltremare.

100 Rivista delle colonie e d’Oriente : rassegna mensile di politica, economia, finanza, industrie, commerci ecc. Mensuel fondé à Bologne en 1924, il cesse également de paraître en 1927. La création de L’Oltremare semble avoir bouleversé le paysage des revues coloniales italiennes, dans le sens d’une forte centralisation.

101 Quotidien romain, qui paraît de mars 1923 à décembre 1929.

102 Quotidien milanais fondé en 1914 par Mussolini, dirigé par son frère Arnaldo. Organe « officieux » du gouvernement fasciste à partir de 1922, instrument politique d’équilibre entre les forces fascistes révolutionnaires et les principaux alliés du régime (monarchie, Église, industriels). Le journal a finalement participé à la mise au pas des révolutionnaires. À la fin des années 1920, son tirage quotidien se situe entre 80000 et 90000 exemplaires.

103 Le quotidien La Vedetta d’Italia fut fondé dès l’occupation des arditi, en 1919.

104 Giornale del Veneto : quotidiano fascista, fondé à Trévise en 1921.

105 Guerri, 1976, pp. 149-153.

106 ASMAE-MAI, Afrique III, dossier n° 156. L’expression quarta sponda désigne la quatrième rive italienne de la Méditerranée, c’est-à-dire la côte libyenne.

107 Après la guerre, il retrouve en 1953 un siège de député de la circonscription de Rome et s’inscrit au groupe des « nationalistes monarchistes », puis des « libéraux ». Élu au Parlement européen, il en assure la vice-présidence aux côtés de Robert Schuman.

108 « prolificare, produrre, conquistare, organizzare » (Corradini, La volontà della vittoria, p. 16).

109 « Ginevra, Locarno, Washington altro non sono se non prodotti postbellici, dopo essere stati i prodotti della atmosfera morale delle vecchie classi liberali, democratiche, socialiste, riformiste del parlamentarismo europeo […]. Ma oggi c’è in Italia una nuova classe dirigente, fascista, una nuova cultura […], la quale […] culmina nell’assiomatica affermazione dell’eterno diritto di guerra e di conquista » (ibid., p. 19).

110 João Belo (1876-1928) : engagé très jeune dans la marine militaire, il a participé aux campagnes de conquête du Mozambique aux côtés de Mousinho de Albuquerque (1895). Il a par la suite fait toute sa carrière au Mozambique. Appelé au portefeuille des Colonies le 9 juillet 1926, il exerce cette fonction jusqu’à sa mort, le 2 janvier 1928. Il est à l’origine de nombreuses réformes dans le domaine colonial portugais, réformes qui ne furent pas fondamentalement remises en cause par l’État Nouveau ; Silva, 1992, p. 356.

111 António Oscár de Fragoso Carmona (1869-1951) est issu d’une famille de militaires. Défenseur de la monarchie en 1910, il participe néanmoins à un gouvernement républicain comme ministre de la Guerre du 15 novembre au 18 décembre 1923. Après le coup d’État, il accède à la présidence de la République le 16 novembre 1926, fonction qu’il exerce jusqu’à sa mort. Le couple politique qu’il forme avec Salazar pendant la première moitié du régime a garanti la stabilité politique du pays, en facilitant le soutien des militaires.

112 La réforme du ministère Belo permet à l’école de se dégager en partie de la tutelle de la SGL et de rénover le programme de ses enseignements ; Paulo, 1992, pp. 160-227.

113 José Capelo Franco e Fragão, premier comte de Penha Garcia (1872-1940), ancien ministre, membre du conseil des Colonies, directeur de l’Escola superior colonial, membre de la Commission préparatoire à la participation portugaise à Anvers.

114 « O cosmógrafo Fernando Vaz Dourado e a sua obra » ; « A investigação científica em matéria colonial » ; « O fomento da cultura indígena na moderna política colonial » ; « A rêde ferro-viária de Moçambique em relação às possibilidades da colónia » ; « A colonização das ilhas de S. Tomé e Principe » ; « A Guiné como colónia de plantação e de comércio » (BAGC, n° 36, juin 1928, p. 148).

115 « desenvolv[er] e estimul[ar] o estudo dos problemas coloniais, vulgariz[ar] as suas soluções, difund[ir] o sentimento da colonização, cri[ar] na opinião pública a consciência das responsabilidades que nos cabem como terceira potência colonial do mundo » (Garcia, « Discurso de abertura da Semana das colónias », p. 8).

116 « representante da mentalidade colonial portuguesa, […] sentinela vigilante dos perigos que por vezes nos ameaçam, […] arauto das nossas glórias passadas e do nosso esfôrço e do nosso honesto trabalho na obra colonial presente » (ibid.).

117 « manter a nossa política colonial no campo dos realismos, prevendo e combatendo os perigos das novas teorias de direito colonial » (ibid., p. 9).

118 « criada especialmente, com defeituosas bases jurídicas, para resolver as dificuldades de momento de uma partilha embaraçosa » (ibid., p. 10).

119 Metzger, 1994, pp. 36-38.

120 La ville a déjà accueilli deux expositions nationales, où la dimension coloniale a pris une place croissante, depuis la section africaine de l’Exposition générale de 1884 à la section coloniale de 1911 ; Accornero, 1999 ; Abbattista, 2004.

121 Emmanuel-Philibert de Savoie (1528-1580) est le fondateur de la dynastie des Savoie en 1559, avec l’aide de la couronne espagnole et contre la monarchie française.

122 La bataille de Vittorio Veneto a opposé les troupes italiennes aux troupes autrichiennes, du 24 octobre au 3 novembre 1918.

123 Rivista delle colonie italiane : numero speciale.

124 Camillo Manfroni (1863-1935) a été le directeur de la Rivista delle colonie italiane de 1927 à mars 1929, date de son entrée au Sénat.

125 Accornero, 1999.

126 Misiti, 1996.

127 « agli Italiani e agli stranieri che cosa a saputo fare in poco tempo la nostra razza e quali progressi si siano compiuti in ciascuna delle terre lontane, su qui sventola il glorioso vessillo tricoloro » (« Per l’Esposizione coloniale », p. 4).

128 Giglio, « L’esposizione coloniale di Torino », pp. 153-162.

129 « rendersi conto, non solo di tutto ció che l’amministrazione e i privati hanno fatto per mettere in valore tutte quatro le Colonie, ma anche delle non piccole serie di studi geografici, cartografici, sotrici, giuridici, archeologici, etnografici, coi quali funizionari e privati hanno cercato di illustrare i nostri possedimenti » (ibid., p. 153).

130 « riprodotti con somma cura e scrupulosa esatteza, allo scopo di dare una idea approssimativa della vita delle popolazioni indigene » (ibid., p. 160).

131 Zaptiés est un terme d’origine turque employé dans les colonies italiennes pour désigner les forces de gendarmerie recrutées localement dans les quatre territoires italiens d’Afrique. Leur organisation est proche de celle des carabiniers. Les ascaris sont les troupes militaires érythréennes constituées dès l’origine de la présence italienne en Afrique.

132 « Ad accrescere l’illusione, pattruglie di zaptie et di ascari delle varie colonie prestano servizio di ordine e di vigilanza. Nè mancano cameltieri e cammelli, che fanno servizio di trasporto di passeggeri all’interno della Mostra coloniale » (ibid., p. 154).

133 Ibid., p. 160.

134 « sotto il vigile sguardo degli zaptie » (ibid., p. 161).

135 Leprun, 1986, pp. 150-156.

136 « quasi trasformate in un immenso mercato che ricorda da vicino quello di qualche nostra Colonia » (Giglio, « L’esposizione coloniale di Torino », p. 154).

137 « scenografia cinematografica » (Accornero, 1999, p. 83).

138 « [N]umerosi, svariati e moderni dispotivi didattici » (ibid.).

Table des illustrations

Titre Tableau 6. — Les orateurs de la Prima Giornata coloniale italienne, le 21 avril 1926
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/11623/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/11623/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Titre Tableau 6. — Les orateurs de la Prima Giornata coloniale italienne, le 21 avril 1926 (suite)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/11623/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/11623/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Titre Tableau 6. — Les orateurs de la Prima Giornata coloniale italienne, le 21 avril 1926 (suite)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/11623/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/11623/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Légende Fig. 1. — Esposizione coloniale di Torino (1928), vue du « village érythréen » (ASMAE-MAI, Africa III, dossier n° 47)
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/11623/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 42k

© Casa de Velázquez, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search