Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les esclavages en Méditerranée

 | 
Fabienne P. Guillén
, 
Salah Trabelsi

Esclaves et captifs en Russie et en Asie Centrale (xvie-xixe siècles)

Alessandro Stanziani

Texte intégral

  • 1 M. Fontenay, « Pour une géographie de l’esclavage méditerranéen aux Temps modernes ».

1Parmi les principales modalités de mise en esclavage, deux sont mentionnées de manière systématique dans les textes anciens, médiévaux et modernes : la dette (au sens large du terme, comme obligation envers un individu, un clan, une institution) et les captifs de guerre. Dans une première approximation, on pourrait affirmer que la première forme de mise en esclavage est interne à une société ou un groupe donné, tandis que la seconde modalité intervient entre des acteurs appartenant à des groupes (clans, pays) différents. Dans ce contexte, la différence entre un esclave et un captif de guerre est particulièrement intéressante ; par exemple, M. Fontenay suggère d’associer l’esclave à la valeur d’usage et le captif à la valeur d’échange1.

2Or autant ces taxinomies et définitions sont pertinentes sur le plan heuristique, autant elles demandent à être vérifiées empiriquement. Par exemple, les captifs entrent souvent dans la catégorie d’esclave et peuvent dès lors être vendus ; en même temps, ce changement de catégorie exige l’autorisation des autorités du clan ou de l’État censées gérer les captifs. C’est aussi dire que la limite entre esclave et captif est mobile et négociable entre les propriétaires d’esclaves et les élites institutionnelles. L’issue de ces négociations change suivant le contexte historique.

3Il en va de même dans les relations entre esclaves issus des razzias et des opérations militaires et esclaves liés à une forme de dette. L’intégration sociale des esclaves liés aux razzias et aux opérations militaires n’est pas la même dans la Rome ancienne, dans l’Empire ottoman et dans les royaumes swahilis des côtes d’Afrique orientale ; la notion de citoyenneté intervient dans le premier cas seulement, l’assimilation à la famille d’accueil et, le plus souvent, la non-transmissibilité du statut d’esclave aux descendants jouant un rôle important dans les deux autres cas mentionnés.

  • 2 M. Klein (éd.), Breaking the chains, Slavery, bondage and emancipation in Modern Africa and Asia ; (...)

4Finalement, l’obligation, l’origine de l’esclavage pour dette, couvre des situations extrêmement hétérogènes pouvant aller de la soumission volontaire à l’asservissement involontaire, des modalités monétaires aux remboursements en travail. La mise en esclavage volontaire est endogène dans de très nombreuses sociétés en Afrique, Inde et Asie du Sud-Est et elle n’est interdite que par la sharia en terre d’Islam, dans la chrétienté occidentale (mais elle est par contre admise par l’Église orthodoxe sous la forme de l’obnoxatio)2.

  • 3 Les contrats d’indenture dans l’Empire anglais et leur équivalent français, le contrat d’engagemen (...)

5La Russie et l’Asie centrale offrent un cas historique tout à fait particulier, quoique peu étudié, pour répondre à ces questions. Les esclaves d’abord : le peu de travaux historiographiques sur ce sujet assimilent les kholopy russes à des esclaves. Au contraire, nous estimons que, hormis un pourcentage limité (environ 10 %) de kholopy héréditaires, cette catégorie exprime une forme temporaire de la dépendance, proche des formes répandues en Inde, Chine, Afrique, mais aussi dans les colonies européennes (contrats d’indenture et d’engagement)3. Mais si tel est le cas, alors il n’est pas possible de conclure, comme R. Hellie, que la Russie constitue une exception majeure dans l’histoire de l’humanité, comme étant le seul pays où la mise en esclavage aurait été pratiquée par des gens appartenant au groupe techniquement dominant sur d’autres du même groupe. Suivant notre approche, nous sommes dans des formes de mise en asservissement temporaire, comme il en existe dans maint autres pays à cette même époque (XIVe-XVIIIe siècles).

6De même, les captifs de guerre sont extrêmement répandus en Russie et en Asie centrale. En ce cas non plus, nous ne sommes pas dans une configuration extraordinaire à cette époque, reflet de l’instabilité politique des steppes et de l’Europe orientale. Au contraire, les captifs de guerre et les royaumes nomades sont assez communs à l’époque médiévale tardive et à l’époque moderne, en tout état de cause, bien plus que les historiographies postérieures des États-nations n’ont voulu le montrer. Esclavage et captivité intéressent le monde commun aux Mongols, Berbères, Safavides, Ottomans, Chinois, Africains et Européens ; l’opposition entre captif et esclave est donc à étudier dans sa construction et dans sa mise en pratique dans chaque contexte. Ceci d’autant plus que les textes juridiques et les définitions légales des acteurs ne sont pas tout, et l’application de ces normes est aussi importante. Nous montrerons qu’en Russie, non seulement les nobles et les « bourgeois », mais aussi les paysans et les travailleurs font un large usage des normes définissant les « véritables propriétaires » et leurs droits. Ils mobilisent ces normes afin de contester tel ou tel titre de propriété et, à partir de là, leurs propres obligations envers leurs maîtres. Les droits des paysans sont nettement inférieurs à ceux des autres couches sociales sans être pour autant inexistants. Ce résultat nous conduit à des conclusions plus générales : la première est que, plutôt qu’opposer des systèmes dits « d’Ancien Régime » aux autres et mettre l’accent sur des ruptures institutionnelles (l’abolition du servage), il vaut mieux prendre en considération l’évolution lente des marchés (du travail en particulier) et de leurs institutions, avec des permanences fortes, mais aussi des facteurs de souplesse.

  • 4 Polnoe sobranie zakonov Rossiskoi Imperii, dorénavant PSZ, trois séries : série 1 : 1649-1825, 46 (...)

7Notre travail s’appuie sur des sources de l’époque et des matériaux d’archives russes (RGADA : archives russes des actes anciens), avec de nombreuses décisions judiciaires. À cela, il faut ajouter la collection des lois, décrets et « haute » jurisprudence (134 volumes en trois séries)4. Cet article est organisé de la manière suivante : la première section étudie la présence d’esclaves et de captifs au sein de l’Empire russe. La deuxième section analyse les kholopy, c’est-à-dire des formes de dépendance pouvant aller de la domesticité jusqu’à l’esclavage ; ces contrats sont répandus en Russie jusqu’au début du XVIIIe siècle. La troisième section envisage la mise en place progressive des règles en matière d’asservissement, tandis que la quatrième section en étudie l’application et, à partir de là, le changement de statut juridique des kholopy et des paysans. La conclusion essaie de placer les formes d’esclavage et d’asservissement en Russie et en Europe orientale dans un cadre encore plus général qui évoque à la fois d’autres formes de l’esclavage et les formes du travail dit « libre » en Occident pendant l’époque étudiée.

ESCLAVES ET CAPTIFS AU CARREFOUR DES EMPIRES

  • 5 H. İnalcık, « Servile labour in Ottoman Empire », pp. 39-40 ; Y. Seng, « Fugitives and factotums : (...)
  • 6 Sbornik Imperatorskogo Russkogo Istoricheskogo Obshchestvo, pp. 42-43, 52-53, 104-107, 115-121, 14 (...)
  • 7 E. Toledano, Slavery and abolition in the ottoman Middle East, p. 8.
  • 8 T. Barrett, « Lines of uncertainty : the frontier of the north Caucasus », pp. 578-601.
  • 9 E. Toledano, Slavery and abolition in the ottoman Middle East, p. 81 ; O. L. Barkan, « Le servage (...)

8Au sein de l’Empire russe, les esclaves les mieux connus sont ceux qui sont vendus aux Ottomans. Dès les années 1570, environ 20 000 esclaves par an sont vendus à Caffa, sur la mer Noire5. Comme dans la plupart des systèmes esclavagistes et des marchés d’esclaves, l’Empire russe aussi s’appuie sur la présence de formes d’esclavage déjà pratiquées par les populations locales6. Les esclaves en provenance de Géorgie et du Caucase arrivent dans l’Empire ottoman à travers la mer Noire et la Méditerranée. Pendant les trois premiers quarts du XIXe siècle, entre 16 000 et 18 000 esclaves sont importés chaque année7. Ils constituent les élites des esclaves au sein de l’Empire ottoman ; il s’agit souvent de femmes qui finissent dans les harems. Les enfants sont vendus par leur propre famille à des intermédiaires qui les transportent ensuite en territoire ottoman. Du fait des pressions anglaises, ce marché est temporairement suspendu en 1854-1855 ; cependant, les conflits entre les Russes et les Caucasiens provoquent aussitôt un afflux considérable de réfugiés caucasiens (entre 500 000 et 1 million) avec leurs esclaves (10 %) entre 1854 et 18658. Ces entrées massives modifient le marché des esclaves : désormais il ne s’agit plus de fillettes ou d’esclaves domestiques destinés aux hauts fonctionnaires, mais aussi d’esclaves agricoles, ces derniers étant pratiquement inconnus jusqu’alors dans l’Empire ottoman (à l’exception de l’Égypte et Anatolie orientale)9. Il faut désormais l’intermédiation des chefs réfugiés pour conclure ces marchés.

  • 10 Materialy po istorii Uzbeskoi, Tadzhikskoi I [Matériaux pour l’histoire de l’Uzbekistan, Tazhikist (...)
  • 11 R. Hellie, Slavery in Russia, pp. 68-69.

9À côté de ce trafic, des captifs et prisonniers de guerre donnent également vie à des situations d’esclavage. Parmi les prisonniers de guerre, les Russes sont eux-mêmes pris en esclavage, surtout par les Tatars et parfois par les Ottomans. Des règles fixent les critères de rachat et de rédemption de ces captifs dont on fait état encore vers le milieu du XVIIe siècle. Ainsi, en 1661, des Kalmyks acceptent de libérer des Russes qu’ils avaient eux-mêmes acquis des Tatars et en 1678 de retourner des Russes qu’ils avaient eux-mêmes pris comme captifs10. Inversement, les Russes prennent eux-mêmes des prisonniers de guerre ; suivant le droit de l’époque, ces captifs sont destinés aux élites, comme aides fonctionnaires ou domestiques. Ils peuvent rester en service au maximum pendant la vie du maître auquel ils sont confiés ; cependant, ils peuvent être aussitôt libérés en cas d’accord de l’État russe avec la puissance à laquelle ils appartiennent. De même, en cas de conversion à la religion orthodoxe, ils peuvent être affranchis (sans que cet acte ne soit obligé). Cependant, plusieurs sources font état des difficultés de la part des autorités moscovites à faire respecter ces normes et donc l’asservissement temporaire des captifs de guerre. En particulier, après la guerre de Treize Ans, les nobles auxquels les captifs lituaniens et polonais prêtent leur service ne les enregistrent pas et tendent, dans les faits, à les transformer en véritables esclaves11.

  • 12 A. Fisher, « Muscovy and the Black sea trade », pp. 582-593.
  • 13 Id., « Muscovy and the Black sea trade ».
  • 14 A. L. Khoroshkevich, Russkoe gosudarstvo v sisteme mezhdunarodnykh otnoshenii kontsa xv-nachala xv (...)
  • 15 P. de Aleppo, The travels of Macarius, pp. 28, 76.

10Jusqu’au début du XVIIe siècle, les Russes et surtout les Cosaques alimentent la vente de captifs, souvent appartenant à d’autres populations slaves et qui sont vendus aux Tatars. Environ 2 000 esclaves slaves sont par la suite revendus par les Tatars de Crimée aux Ottomans. Les Tatars les achètent en partie auprès des Russes et en partie font eux-mêmes des razzias12. Avec la prise de la mer Noire par les Ottomans, ce commerce se développe au point que pendant les seules années 1570, environ 20 000 esclaves par an sont vendus sur la place de Caffa13. Ensuite, avec la défaite des Tatars, ce sont les Russes qui vendent ces derniers aux Ottomans. Après la guerre de Treize Ans (1654-1667), un nombre important de Lituaniens font l’objet de ce commerce ou bien deviennent kholopy en Russie14. En 1655, des Polonais, Lituaniens et autres, aussi bien adultes qu’enfants, sont mis en vente dans les rues de Moscou15.

  • 16 D. Brion Davis, Slavery and human progress.

11En résumé, de véritables esclaves et captifs sont présents en Russie. Comme dans la plupart des autres situations historiques connues, leur origine se rattache aux razzias que l’incertitude des confins rend faciles et profitables ou bien aux opérations militaires proprement dites. Sur le plan géopolitique, ces formes d’esclavage se rattachent à la décadence de Byzance et Venise et à l’expansion de l’Empire ottoman, puis de la Russie, mais, aussi, aux conflits qui déchirent l’Europe au xviie siècle16. Il reste à savoir si, à côté de ces formes d’esclavage liées aux razzias et aux hiérarchies impériales, il existait en Russie d’autres formes d’esclavage, notamment par dette, sous forme de service et qui concernaient non seulement des ethnies « autres » mais aussi des Russes mêmes.

LES KHOLOPY : ESCLAVES, SERFS OU INDENTURED ?

  • 17 M. F. Vladimirskii-budanov, Obzor istorii russkogo prava.
  • 18 Entsiklopedicheskii slovar’Brokgauz-Efron [Encyclopédie Brokgauz-Efron], entrée Krest’ianie (« pay (...)
  • 19 R. Hellie, Slavery in Russia ; E. I. Kolycheva, Kholopstvo i krepostinichestvo, konets xv-xvi vek, (...)

12Dans la langue russe, du XIVe au XVIe siècle, krepost’indique un acte légal concernant une vente, une propriété, un crédit. Cet acte est le plus souvent identifié avec le document qui prouve les droits du propriétaire foncier sur le paysan. Tant que cet acte et l’obligation du paysan restent valables, ce dernier voit sa mobilité réduite. À côté des paysans ayant ces obligations, d’autres sont considérés comme étant starinnye, c’est-à-dire établis depuis longtemps et, en tant que tels, sans obligation (dans le sens de krepost’) envers le propriétaire noble. Cependant, ils doivent prouver cette condition par un document donné par l’administration étatique17. C’est là un tournant majeur : krepost’indique à la fois le contrat entre le paysan et le noble et l’attestation de sa validité donnée par l’État. Ces deux éléments permettent d’accorder au krepost’une valeur à la fois contractuelle et administrative18. Or, en tant que tel, dans les textes officiels adoptés à partir de cette époque et jusqu’au fameux Ulozhenie de 1649 (généralement considéré comme l’institutionnalisation du servage en Russie), le mot krepost’n’est pas associé aux paysans en général, mais à une catégorie particulière d’acteurs, les kholopy, et à un genre de contrat (kholopstvo). L’Ulozhenie de 1649 y consacre une section entière (chap. xx)19.

  • 20 R. Hellie, « Recent soviet historiography », pp. 1-36 ; H. Leventer, « Comments on Richard Hellie’ (...)

13R. Hellie avait initialement traduit kholopstvo par bondage, mais, par la suite, il lui préfère le terme slavery. H. Leventer a contesté cette traduction en soulignant que les kholopy russes ne transmettent pas leur statut aux enfants, que leur propre asservissement est temporaire et que les kholopy peuvent même accumuler et transmettre leurs biens. De ce fait, il estimait que kholop correspondait plutôt au mot anglais servant. R. Hellie a répliqué qu’en langue russe kholop est bien synonyme de rab (« esclave ») et que les conditions des kholopy sont différentes de celles des esclaves anciens et des esclaves américains mais elles sont tout à fait compatibles avec d’autres formes de l’esclavage20.

  • 21 M. Poe, « What did Russians mean when they called themselves slaves of the tsar ? », pp. 585-608.

14La traduction de kholop par « esclave » est en partie justifiée par le fait que, lorsque Pierre le Grand abolit cette figure juridique, les textes de l’époque associent le kholopost’ aux esclaves (rab). Cependant, cette association d’idées date du début du XVIIIe siècle et a lieu dans un contexte particulier (celui des réformes de Pierre le Grand). À ce moment-là, le mot rab sert à désigner une forme de dépendance sans valeur juridique précise, dans la mesure où l’esclavage proprement dit est officiellement interdit et où le mot rab vise à désigner soit l’esclavage ancien, soit celui qui est cité dans la Bible, soit, finalement, la relation symbolique qu’entretiennent les nobles à l’égard du tsar21.

  • 22 Sur 2499 documents recensés où le mot kholop ou kholopostvo apparaît, 2116 se réfèrent au kabal’no (...)
  • 23 Dokumenty i dogorovnye gramoty velikikh i udel’nykh kniazei xiv-xvi vv. [Documents et actes édités (...)
  • 24 V. M. Paneiakh, Kholopstvo v pervoi polovine xvii veke ; V. M. Paneiakh, « Ulozhenie 1597 g. o kho (...)
  • 25 En 1609 cet engagement volontaire est réduit de 6 mois à 5 et en 1649 à 3 mois (Akty istoricheskie (...)
  • 26 V. M. Paneiakh, « Ulozhenie 1597 g. o kholopstve », p. 161.
  • 27 Id., Kabal’noe kholopstvo na Rusi v xvi veke, pp. 127-128.
  • 28 M. Vladimirskii-Budanov, Khristomatiia, pp. 29-30, 41.

15Essayons plutôt de comprendre la signification et le contenu du mot kholop au fil des siècles précédant son abolition officielle. Depuis le XVe siècle au moins, ce mot apparaît dans des sources tout à fait hétérogènes : certains Sudebniki (précis de lois), des cas judiciaires, mais aussi, des actes privés, des contrats, mémoires, comptes de domaines, enregistrements auprès des notaires, etc. Ces textes ne parlent jamais du kholopost’et du kholopstvo en général, mais le qualifient : starinnoe kholopstvo (c’est-à-dire « de deuxième génération »), polnoe kholopstvo (« plein »), dokladnoe (« enregistré »), dolgovoe kholopstvo (« obligé », « endetté »), zhiloe kholopstvo (« limité à une période de temps »), dobrovol’noe (« volontaire »), kabal’noe (« limité au service »), ce dernier étant de loin la formule la plus répandue (entre 80 et 92 % des contrats connus de kholopstvo suivant les époques)22. Cette arborescence est significative : elle indique moins le statut formel d’un acteur qu’un ensemble de contrats. Prenons la forme la plus répandue de ces contrats, le kabal’noe kholopstvo qui apparaît dans des textes de loi, dans des litiges, dans des contrats entre particuliers, dans des testaments et dans des inventaires de domaines23. Tous ces documents évoquent la durée du service et la possibilité de transformer un contrat sur six mois ou un an en un contrat de service illimité24. Cependant, cette pratique est interdite au début du XVIIe siècle25. Le code de 1550 tient à souligner que les kabal’nye ne sont pas des dolgovye (« endettés ») et, au cours des années suivantes (1586 et 1597) de nouvelles dispositions confirment que les kabal’nye ne peuvent rester obligés, au maximum, que pour la durée de la vie de leur créancier et que ce dernier ne peut pas céder le kabal’noe et ses obligations à qui que ce soit, ni sous forme de vente ni sous forme de succession. De toute façon, les kabal’nye ne sont censés rembourser aucune dette26. Cette dernière disposition pourrait certes être interprétée comme le désir de maintenir en esclavage le kholop ; mais il est tout aussi légitime de l’interpréter comme une disposition visant précisément à exclure cette forme de dépendance. Le lien avec les dispositions précédentes semblerait plutôt confirmer cette dernière interprétation. Cette conclusion trouve confirmation dans les contrats retrouvés qui, tous, continuent d’indiquer la durée de l’engagement, le plus souvent limitée à un an27. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle celui qui est traduit par R. Hellie comme « esclavage pour dette » (dolgovoe kholopostvo), se réfère en réalité, tout d’abord, suivant les Sudebnik de 1550 et 1589, aux prestations en travail dues par tous ceux qui ont été condamnés et ne peuvent pas dédommager leur victime. Cependant, ce n’est là qu’un cas particulier, car de manière générale, le 1er octobre 1560, interdiction est faite aux créanciers de faire signer au débiteur une clause de ce type (obligations en service) dans leur engagement contractuel28.

16Il reste à examiner les formes les plus extrêmes de kholopstvo, c’est-à-dire le « plein » (pol’noe) et l’héréditaire. Le premier est très ancien ; on en identifie trois sources principales : le kholop demande lui-même à être inclus dans cette catégorie comme forme de remboursement d’une dette envers les autorités publiques ; à la suite d’un mariage entre un kholop femme et un homme libre, fait sans autorisation de l’ayant droit de la femme, le mari devient pol’noe kholop. La troisième source de pol’noe kholopstvo se trouve dans des contrats de service domestique. En principe ces contrats sont de durée illimitée ; cependant, on n’a retrouvé ces contrats qu’entre 1430 et 1554 et aucun par la suite. L’hypothèse la plus répandue est que ces formes de dépendance tendent à se transformer en d’autres formes de kholopstvo, surtout temporaires.

17Le kholopstvo héréditaire (Starinnoe kholopstvo) est celui qui semble se rapprocher le plus de l’esclavage proprement dit. Il exprime la condition de ceux dont les parents étaient kholopy. Il est possible de transférer ce genre de kholopy dans les testaments, sous forme de dot, de don. Dans les contrats examinés par R. Hellie, entre 1430 et 1598, on compte 5 575 kholopy dont 483 héréditaires. Cependant, les kabal’nye knigi à la fin du XVIIe siècle, sur l’ensemble des kholopy enregistrés à cette époque (2 168), en indiquent 418 héréditaires. Les sources disponibles ne permettent pas, pour l’instant, de dire si ce pourcentage plus élevé à cette époque témoigne d’un phénomène conjoncturel ou d’une tendance de longue durée pour la raison simple que ces types d’engagement sont interdits par les décrets de 1586 et 1593.

  • 29 V. M. Paneiakh, Kabal’noe kholopstvo na Rusi v xvi veke ; A. I. Iakovlev, Kholopstvo.

18Cependant, A. Iakovlev et plus récemment V. Paneiakh ont trouvé des litiges et des contrats portant sur des starinnye kholopy même après l’abolition officielle de ce contrat, en plein XVIIe siècle29. C’est-à-dire que, malgré l’interdiction officielle, plusieurs seigneurs essaient de transformer des formes d’asservissement contractuel (le kholopstvo temporaire) en des formes d’esclavage proprement dit. L’attention que les autorités consacrent à ces formes illégales de l’esclavage et leurs tentatives de les frapper s’expliquent par les mêmes raisons qui les avaient portées à les interdire. En interdisant le véritable esclavage, les dirigeants de l’État cherchent à limiter le pouvoir des seigneurs sur les paysans et, à partir de là, à renforcer l’autorité étatique vis-à-vis des grands propriétaires. Aussi, les kholopy sont exemptés d’impôt, quoique cela réduise les recettes de l’État. En troisième lieu, au moment ou le kholopstvo héréditaire est interdit, le krepost’ sur les paysans est renforcé, dans le sens où ces derniers sont soumis à des formes de dépendance légale à l’égard des propriétaires fonciers et de l’État. C’était là une mesure visant à renforcer la situation des petits propriétaires et encourager leur alliance avec l’État.

  • 30 R. Hellie, Slavery in Russia, p. 75 ; A. I. Iakovlev, Kholopstvo i kholopy v moskovskom gosudarstv (...)
  • 31 Opisanie dokumentov i bumag, khraniashchikhsia v moskovskom arkhive ministerstva iustitsii.

19Le résultat de ces mesures est important : plutôt que l’exclusion d’une partie de la population de tout droit civil (comme c’est le cas pour l’esclavage), la solution consiste à attribuer des droits fortement différenciés aux différentes couches de la population et à séparer cette dernière en des groupes légalement distincts. Les paysans voient leurs droits fortement limités, au moment même où l’esclavage héréditaire est aboli et qu’il est interdit aux citadins de se soumettre à toute forme, même volontaire, de krepost’ et, encore plus, de kholopstvo. De nombreux textes de loi définissent ceux qui ont le droit de signer, en tant que créancier, un contrat de ce genre et ceux qui ont le droit de s’y engager. Ainsi, en 1641, sont exclus des créanciers ayant droit à des prestations en travail, tous les tiaglye liudi (gens soumis aux tiaglo, l’unité d’imposition), donc paysans et artisans, plus ceux qui paient les impôts, prêtres, artillerie, domestiques des monastères30. Inversement, dès 1590 les citadins urbains soumis à impôt (posad) ont l’interdiction d’offrir ces formes de service en travail ; en 1628 cette interdiction est élargie aux mousquetaires, militaires, et à tous les rangs intermédiaires du service civil et militaire. Bien entendu, l’interprétation de ces normes pose problème, dans la mesure où les catégories cernées sont générales et, de ce fait, dans le cas de professions telles que barbier, couturier, trappeur, petit artisan, etc., la question se pose de savoir s’ils sont ou pas légitimes à s’engager dans des contrats de kholopstvo. Les nombreuses pétitions envoyées à la chancellerie concernée de la part de ces catégories mettent en évidence leur implication dans ces contrats, leur désir de pouvoir continuer à s’engager comme kholopy, mais aussi leur usage du droit afin de remettre éventuellement en discussion les prétentions de leur co-contractant31.

  • 32 P. I. Ivanov, Alfavitnyi ukazatel’ familii i lits, upominaemykh v boiarkikh knigach, khraniashchik (...)
  • 33 R. Hellie, Slavery in Russia, p. 211.

20De ce point de vue, la section n. 20 et ses 119 articles que l’Ulozhenie de 1649 consacre aux kholopy ne font que reproduire en bonne partie les dispositions des textes précédents. Ils indiquent tout d’abord, pour ceux qui ne font pas face à leurs obligations légales (dettes, pénalités, amende, vol, etc.), la quantité de travail qu’il faut rendre afin de rembourser leur dette ou, de manière générale, pour faire face à leur obligation. Ensuite, une fois ce travail accompli, le créancier ramène le débiteur dans le bureau du gouverneur qui l’affranchit de toutes ses obligations. La section 20 de l’Ulozhenie évoque les conditions de sortie du kholopstvo, les différents articles parlant à la fois de dettes et de krepost’, ce dernier conçu en tant que titre justificatif de la dette. Finalement, le cœur des dispositions de la section 20 de l’Ulozhenie écarte ces dispositifs des normes les plus répandues dans les systèmes esclavagistes. Les kholopy ont liberté de mariage et cet acte est inviolable. Bien entendu, la femme d’un kholop obligé à résidence jusqu’à l’extinction de sa dette est obligée de même. Cependant, la dot de la femme du kholop revient, à la mort de ce dernier, à la famille de la femme et non pas au créancier-propriétaire32. Aussi, le propriétaire foncier et le maître des kholopy n’ont aucune obligation alimentaire ou de soin envers les kholopy âgés, mais, au contraire, l’obligation d’alimentation fait partie de l’engagement du maître pendant la durée du contrat proprement dit. Finalement, le kholop peut être pris comme témoin dans des procès, ce qui veut dire que lui est reconnue la personnalité morale et juridique33.

  • 34 E. I. Kolycheva, Kholopstvo i krepostinichestvo, konets xv-xvi vek ; V. M. Paneiakh, Kholopstvo v (...)
  • 35 R. Hellie, Slavery in Russia, pp. 423-424.

21Dans l’ensemble, lorsque, en 1725, Pierre le Grand abolit la condition et le contrat de kholopstvo, 10 % de la population est concernée34. Les 2 500 contrats et documents retrouvés sont presque tous (92 %) de la seule région de Novgorod et signés (80 % des cas) entre 1581 et 1603. Selon les calculs de R. Hellie, il s’agit dans 23 % des cas d’hommes seuls, dans 60,4 % de couples sans enfant, le reste étant représenté par un couple avec un enfant mineur (1,6 %), des veufs (4 %) ou des veuves (3,7 %), des femmes mariées (2,5 %) ou non (4,2 %) et le reste pas connu. Dans une large majorité des cas, les kholopy ont entre 10 et 34 ans, cependant, environ 10 % ont entre 10 et 14 ans, auxquels il faut en ajouter autant pour la tranche comprise entre 5 et 9 ans. Finalement, les hommes constituent au moins les 2/3 et souvent la quasi-totalité des kholopy tout au long de la période étudiée (XVIe-fin XVIIe siècle)35. La quasi-totalité des kholopy sont des domestiques et sont très rarement assignés à des travaux agricoles. Mais qui sont les kholopy, quel est leur statut légal et quelles sont leurs obligations ?

  • 36 A. Kussmaul, Servants in husbandry.

22Les contrats disponibles mettent en évidence qu’environ 20 % des kholopy ont entre 5 et 14 ans et sont placés en situation de service par leurs parents, avec un contrat d’un an souvent renouvelable, mais aussi sur des durées assez longues. Ces contrats sont signés par la population urbaine la plus démunie et se développent surtout au tournant des XVIe et XVIIe siècles, c’est-à-dire à un moment de grave crise économique. Il s’agit en quelque sorte de placer des enfants comme domestique afin d’assurer leur survie. De ce point de vue, le contrat de kholopstvo ayant pour objet des enfants trouve une motivation semblable (quoique des modalités juridiques et des conditions institutionnelles différentes) à plusieurs contrats de ce genre répandus à cette même époque en France et, en partie, en Angleterre (servants in husbandry)36.

  • 37 Sur l’Inde voir G. Prakash, « Terms of Servitude : The colonial Discourse on Slavery and Bondage i (...)
  • 38 R. Steinfeld, The invention of free labor, p. 11 ; D. Galenson, White servitude in colonial Americ (...)
  • 39 P. C. Emmer (dir.), Colonialism and migration ; indentured labour before and after slavery ; M. Kl (...)
  • 40 R. Steinfeld, The invention of free labor ; D. Galenson, White servitude in colonial America ; D. (...)

23Les autres contrats de kholopstvo se réfèrent à des adultes travaillant comme domestiques ; le prêt est parfois à l’origine de ces contrats, mais, plus souvent, le prix indiqué, assez dérisoire, laisse plutôt penser aux gages des domestiques. Compte tenu de ces éléments, il est possible de conclure que la plupart des aspects du kholopstvo (surtout avec le déclin des formes héréditaires) collent assez bien avec des formes d’endettement et de limitation à la mobilité, tels que les formes d’asservissement contractuel répandues à cette même époque en Inde en Chine37. Dans tous ces cas, il s’agit de formes d’asservissement temporaire rentrant dans un cadre de contrats qui, sur le plan juridique, sont considérés comme passés entre contractants « libres » et de plein gré. La liberté d’engagement n’exclut pas pour autant des formes d’asservissement, voire de reconduction de ces contrats pouvant aller sur plusieurs décennies, voire tout au long de la vie de « l’endetté ». Cependant, dans la quasi-totalité des contrats retrouvés, cette condition ne se transmet pas aux descendants et c’est là une différence essentielle avec l’esclavage ancien et nord-américain. De ce point de vue, il s’agit de contrats qui se rapprochent de l’indenture dans l’Empire britannique. Comme R. Steinfeld l’a démontré, jusqu’aux années 1830-1840, ce contrat est considéré comme une forme d’engagement volontaire et, en tant que tel, il se place à l’opposé du travail forcé (en bonne partie identifié avec l’esclavage et le servage). Le caractère volontaire de l’engagement n’exclut pas des conditions d’exploitation assez rudes38. Ce n’est pas un hasard si, même lorsque ce contrat disparaît pour les Européens émigrant aux États-Unis (avant le milieu du XIXe siècle), il ne cesse de se développer pour tous ces engagés et coolies chinois, indiens, africains, etc. travaillant dans les colonies des puissances européennes après l’abolition formelle de l’esclavage39. C’est-à-dire que ces formes d’asservissement (bondage) volontaire témoignent, par leur existence même, de la variété des formes d’engagement au travail et de la continuité, plutôt que de l’opposition, entre ces formes, allant de l’esclavage statutaire et héréditaire jusqu’à arriver au travail dit « libre ». En effet, l’asservissement volontaire aurait été impossible à définir sans l’existence des Master and Servant Acts et ses variantes impériales assimilant le salarié moins à celui que nous connaissons de nos jours qu’au travail domestique hérité des époques préindustrielles. L’indentured est une forme particulière de servant40. Les fugitifs (apprentis, domestiques, indentured) sont certes rattrapés et soumis à des règles pénales et policières ; cela est vrai aussi pour les paysans et pour les kholopy russes et pour les « endettés » et « asservis » africains, chinois ou indiens. Cependant, à la différence de ces autres figures, les kholopy ne sont que rarement destinés aux travaux agricoles. Pour quelles raisons ?

  • 41 R. Hellie, Slavery in Russia ; id., Enserfment and military change in Muscovy.
  • 42 E. Toledano, Slavery and abolition ; O. L. Barkan, « Le servage existait-il en Turquie ? ».
  • 43 P. C. Emmer (dir.), Colonialism and migration ; M. Klein (éd.), Breaking the chains.

24Une réponse immédiate consisterait à dire que les formes esclavagistes et les kholopy sont rares dans l’agriculture russe parce que cette fonction est remplie, à l’échelle massive, par le servage. Il y aurait donc un lien de complémentarité entre deux formes du travail forcé qui, dans son ensemble, constituerait dès lors un des traits dominants de l’histoire russe41. Par cette complémentarité entre formes différentes de travail non-libre, la Russie se rapprocherait de l’Empire ottoman (esclaves du palais et formes d’asservissement agraire)42, voire même des États-Unis (indentured pour les travaux domestiques, esclaves pour l’agriculture). Une autre réponse consisterait à considérer esclavage et servage non pas comme complémentaires, mais comme des substituts. Lorsque l’esclavage décline le servage s’affirme. En ce cas, la Russie se rapprocherait plutôt de l’essor de l’indenture en Asie du Sud-Est après l’abolition de l’esclavage43.

25Or, sur le plan empirique, comme nous l’avons vu, les kholopy se développent aux XVIe et XVIIe siècles et disparaissent au début du XVIIIe siècle. À ce moment-là, on enregistre un asservissement de plus en plus dur de la paysannerie. Ce qui semblerait confirmer la deuxième thèse évoquée. Cependant, avant de pencher pour cette conclusion, nous pouvons essayer de regarder de près le statut juridique et les conditions de la masse paysanne. Que veut dire être « asservi » en Russie, à cette époque ?

  • 44 D. Kaiser, The growth of law in medieval Russia ; D. Grekov, Sudebniki xv-xvii vekov.
  • 45 Cadastres documents (Pistsovye knigi) RGADA, de nombreux fonds, parmi lesquels f. 1239, opis’3, ch (...)
  • 46 R. Hellie, Enserfment and military change in Muscovy, p. 142 ; D. Morrison, Trading peasants and u (...)
  • 47 RGADA, fonds 615. J. Bushnell, « Did Serf Owners Control Serf Marriage ? », pp. 419-445.
  • 48 D. Moon, « Peasant migration and the settlement of Russian frontiers », pp. 859-893 ; W. Sunderlan (...)

26Il est nécessaire d’examiner de près les conditions légales auxquelles la population rurale était assujettie en Russie, à commencer par les limites à ses déplacements. Or, ces limites commencent à être édictées dès le milieu du XVe siècle (1455-1462), par rapport aux paysans des monastères. Ces dispositions entrent ensuite dans le Sudebnik des lois de 155044 et sont donc adoptées par l’État et étendues à l’ensemble des paysans en relation avec une opération particulière, à savoir la tentative des dirigeants de la Moscovie d’établir un cadastre45. L’adoption, en 1592-1593, d’une loi sur le cadastre est en effet aussitôt suivie par l’interdiction faite aux paysans (le mot est toujours le même !) de bouger, même pendant les mois d’hiver, afin de permettre l’identification des propriétés et de la population résidente. L’État veille au respect de ces dispositions et effectivement les déplacements de familles paysannes sont encore assez importantes pendant la première moitié du XVIIe siècle. Les archives notariales, celles des institutions locales et des domaines mettent en évidence le grand nombre d’autorisations de déplacements, individuels ou en famille46, et de mariages en dehors du domaine du propriétaire47, accordées tout au long de cette période. En effet, les paysans tendent à se déplacer soit des domaines plus petits vers les domaines les plus grands, soit vers les nouvelles régions annexées. Dans le premier cas, les grands propriétaires contestent les droits des petits propriétaires sur les paysans « fugitifs » ; dans le deuxième cas, ce sont même les autorités tsaristes, centrales et locales, qui ont à protéger les déplacements en vue de la colonisation. C’est pourquoi les nombreux propriétaires n’ont guère d’autre solution que de faire adopter des normes sur les « fugitifs » et sur les compensations dues, non pas pour arrêter ces déplacements, mais au mieux, pour en négocier les conditions, aussi bien avec les paysans que, surtout, avec les autres propriétaires et avec les autorités tsaristes. Ces dispositions sur les déplacements rentrent donc dans un accord entre les exigences fiscales et militaires de l’État russe et le besoin de reconnaissance de la part des propriétaires de province et des élites non nobles de l’administration48.

  • 49 Ulozhenie, chap. xi, no 10.
  • 50 Des milliers de certificats sont délivrés chaque année : RGADA, fonds 615.

27C’est dans ce contexte qu’intervient le fameux Ulozhenie de 1649. Nous trouvons (chap. xi) une section consacrée aux paysans fugitifs. Un bon nombre d’articles sont consacrés aux preuves que les nobles doivent apporter afin de les récupérer. À ce sujet, le texte ne se réfère nullement aux titres de propriété sur les paysans (comme ce serait le cas en présence de servage ou d’esclavage formalisés), mais aux attestations cadastrales concernant les domaines nobles. C’est-à-dire que, comme c’était le cas pour les autres textes adoptés dès le milieu du XVIe siècle, ce document vise avant tout à imposer aux nobles une certification étatique de leurs droits de propriété sur la terre qu’il faut détenir afin de pouvoir la transmettre avec la population qui y réside et pouvoir revendiquer toute sorte de crédit, prestation en travail, etc. Ce qui explique que, dans le texte, l’accent soit moins mis sur les sanctions contre les paysans fugitifs que contre les nobles qui les auraient accueillis49. Ce qui explique aussi pourquoi les paysans qui s’établissent sur un domaine continuent de signer un contrat avec le seigneur. Ce contrat est d’ordre statutaire, au sens où il s’appuie sur un statut légal juridique différent pour le maître et pour le paysan. Ce statut différent est source d’inégalité, de dépendance et d’une forme particulière d’asservissement. Le fait que les normes définissent les propriétaires et évitent de parler de « serfs », n’empêche pas l’asservissement, mais en assouplit les caractères. Cet élément va jouer un rôle crucial dans le fonctionnement et dans l’évolution du monde russe. Ainsi, dans le cadre offert par ces dispositions, les propriétaires continuent à autoriser à une très grande échelle aussi bien les mariages hors domaine50 que les émigrations de familles entières. Les déplacements sont aussi encouragés par les autorités tsaristes en vue de la colonisation.

  • 51 Les rapports des gouverneurs font état de la spécialisation région par région de ces activités (RG (...)
  • 52 E. I. Indova, « O rossiskikh manufakturakh vtoroi poloviny xviii v. », pp. 248-345.
  • 53 RGADA, fondw 291, plusieurs dossiers, cité in E. Kimerling Wirtschafter, Structures of society, n. (...)

28À côté de ces déplacements d’un domaine à l’autre ou vers les régions frontalières, il faut prendre également en considération ceux entre les campagnes et les villes. En ce cas aussi, ce serait une erreur que de sous-estimer cette mobilité. Elle se fait assez souvent dans le cadre des différents domaines, agraires et industriels, possédés par le même propriétaire. Ce dernier place alors une partie de ses paysans dans les ateliers et usines. Cette dynamique, assez importante51, soutient l’évolution des secteurs agricole, proto-industriel et industriel en Russie du XVIIe au XIXe siècle52. Au-delà de ces transferts enregistrés, plusieurs déplacements sont illégaux soit parce que les paysans n’ont pas eu l’autorisation du propriétaire, de la commune rurale et/ou des autorités rurales, soit parce que, l’ayant reçue, les paysans s’établissent en ville sans se déclarer et sans payer d’impôt. Même si les commerçants locaux protestent, les municipalités se font concurrence pour faire établir des salariés et des petits marchands et acceptent de ne pas les enregistrer officiellement, à la condition qu’ils paient un impôt forfaitaire53.

29En résumé, les normes disciplinant la mobilité des paysans visent à trouver des modalités de circulation propres à concilier les intérêts différents des petits et grands propriétaires, de l’État et des municipalités, de l’agriculture, de l’industrie et du commerce. Dans ce contexte, le titre de « véritable propriétaire » et, à partir de là, la possibilité de posséder et transmettre des domaines habités constituent un enjeu crucial. À ce propos, le Ulozhenie de 1649 n’arrive pas à résoudre le principal problème pour lequel il avait été adopté, c’est-à-dire, la mise en place d’accords coopératifs entre les propriétaires visant à contrôler la main-d’œuvre.

L’USAGE DU DROIT

  • 54 R. Steinfeld, The invention of free labor.
  • 55 Voici quelques exemples : L. Benton, Law and colonial culture ; M. Craton, Empire, enslavement and (...)

30L’appropriation des règles de droit de la part des acteurs économiques et sociaux fait l’objet d’un nombre impressionnant de travaux en histoire, droit, sociologie et anthropologie. L’analyse des conflits judiciaires a contribué à renouveler l’histoire de l’indenture54 et celle de l’esclavage55. L’usage que les esclaves, les marrons, les indentured font du droit est assez important et remet en discussion l’idée d’une dépendance illimitée. Le pluralisme juridique donne une image plus souple de ces systèmes et conduit à en voir l’abolition moins comme une rupture que comme une étape dans un processus de longue durée.

  • 56 E. Kimerling Wirthschafter, Structures of society ; V. Martin, Law and custom in the Steppe ; J. B (...)
  • 57 De nombreux litiges dans ce domaine dans R. Hellie, Slavery in Russia, pp. 194-198 ; Russkaia isto (...)

31Pour la Russie, un intérêt grandissant envers le droit et son usage par les acteurs économiques et sociaux s’est développé, surtout pour la dernière période tsariste (à partir de 1864, réformes légales en Russie et introduction d’un véritable système hiérarchisé de justice jusqu’à 1914)56. Au contraire, l’analyse du droit à l’époque du « servage » demeure quasiment inconnue. Cette approche mérite d’être révisée. Nous disposons en effet d’importants documents d’archive concernant les litiges judiciaires impliquant aussi bien les kholopy que les paysans. Il est possible de distinguer deux objet principaux des litiges concernant les kholopy : d’une part, ceux qui surviennent entre plusieurs « ayants droit » et d’autre part ceux entre ces derniers et les kholopy. Relativement au premier aspect, une question se pose concernant ceux qui auraient établi de bonne foi un contrat de kholopstvo avec quelqu’un qui en avait déjà signé un auparavant. Il s’agit légalement de « fugitifs ». Initialement, au début du XVIe siècle, la Russkaia pravda (article 118) considère que le premier ayant droit peut récupérer le fugitif, mais doit dédommager l’acquéreur de bonne foi et il est en tout cas responsable des actes du kholop. Au contraire, le Sudebnik de 1550 adopte le principe du caveat emptor : l’acquéreur d’un titre sur un kholop ne peut pas être dédommagé, surtout s’il a été négligent dans la garde du kholop57. Finalement, l’Ulozhenie de 1649 reviendra au principe précédent. En tout cas, il est nécessaire que le plaignant fasse reconnaître ses prétentions sur la base de documents écrits.

  • 58 A. K. Leontev, Obrazovanie prikaznoi sistemy, pp. 179-192 en particulier.

32À côté de ces conflits entre ayants droit, des litiges surgissent entre ces ayants droit et les obligés. Ces derniers contestent tout aussi bien l’obligation originale que sa rédemption. Ces conflits sont si importants qu’il existe, dès la fin du XVIIe siècle, un kholopii prikaz (chancellerie), pour résoudre les questions dans ce domaine58. Parmi les litiges les plus fréquents, nous trouvons ceux concernant le type de kholopstvo. L’interdiction du kholopstvo héréditaire, vers la fin du XVIIe siècle, s’accompagne en effet de la continuation de cette pratique. De nombreux cas sont alors portés devant le tribunal, soit par les kholopy même (le plus souvent les enfants de kholopy), soit par leurs nouveaux maîtres qui revendiquent leurs droits. Ces litiges confirment que les kholopy ont des chances juridiques nettement inférieures à celles des « ayants droit » sans être nulles pour autant. En même temps, cette mobilisation des droits est possible car elle rencontre les intérêts à la fois d’autres seigneurs ou prétendant aux droits sur des kholopy, soit de l’État lui-même, pour les raisons évoquées plus haut.

FORMES D’ASSERVISSEMENT ET DYNAMIQUES INSTITUTIONNELLES

33La Russie ne constitue pas une exception du point de vue des formes de l’esclavage proprement dit : l’esclavage pratiqué sur des Russes mêmes est exceptionnel, mais il est répandu par rapport à des captifs de guerre, certaines minorités ethniques pratiquant également l’esclavage. Il s’agit d’une société avec des esclaves mais non pas d’une société esclavagiste. La présence de captifs de guerre renvoie à la difficile mise en place des États territoriaux en Eurasie ; cependant, ce parcours ne saurait être envisagé comme l’opposition entre les pouvoirs nomades « barbares » et les États territoriaux « policés ». Cette opposition découle d’une construction historiographique propre aux États territoriaux. En réalité, les captifs en Eurasie participent d’une évolution plus importante : l’origine et le trafic de captifs rentrent dans le cadre de relations commerciales et d’une évolution géopolitique complexe.

34Les axes est-ouest (le long des routes de la soie) et celles nord-sud (d’Asie centrale vers la mer Noire et de là vers la Méditerranée) cèdent progressivement la place à des relations entre la Moscovie en expansion, les pouvoirs khanates et l’Empire ottoman. Cette évolution a été souvent interprétée comme une expression du déclin de la Méditerranée au profit de l’Atlantique. La disparition des trafics de captifs et d’esclaves suivant les routes de la soie et puis du nord vers la Méditerranée exprimeraient le déclin de Venise et Gênes dans la mer Noire, celle de l’Empire byzantin et, inversement, l’expansion des pouvoirs « barbares » de l’Europe du Nord. Ceci au moment où l’Europe occidentale se tournait vers l’Atlantique et donnait vie à une nouvelle économie-monde. Cette histoire, maintes fois racontée, n’est guère confirmée par la perspective qui est la nôtre, moins européocentrique, et qui met en évidence l’importance des pouvoirs mongols sur la très longue durée, l’interaction entre la Russie, l’Europe et l’Empire ottoman, l’ouverture de routes commerciales nouvelles, qui accompagnent une poussée économique et démographique de ces régions se révèlant bien plus importante que ne le laissaient supposer les anciennes estimations.

35En même temps, ce résultat est obtenu par un effacement des pouvoirs nomades, par une pression accrue sur les minorités (surtout les Circassiens expulsés vers l’Empire ottoman) et par un nouvel ordre intérieur dans lequel les captifs rentrent dans une catégorie plus générale de kholopstvo. Les kholopy, qu’on aurait du mal le plus souvent à identifier avec des esclaves (surtout avec les esclaves nord-américains), sont soumis à des formes de dépendance rarement héréditaires (sans que ces dernières soient exclues non plus). Il s’agit de formes de dépendance souvent proches de l’indenture et des asservissements pour dettes. Même si les conditions réelles de ces travailleurs ne se distinguent guère de celles des salariés proprement dits, voire des esclaves, la différence dans leur qualification juridique est essentielle. Elle met en évidence des relations complexes, de continuité plutôt que de rupture et d’opposition entre asservissement, esclavage et travail « libre ». C’est là un principe général, valable en Russie comme dans d’autres pays. Ainsi, l’indenture anglo-saxonne et l’engagement français se définissent à partir des contrats « ordinaires », Master and Servant Act et Apprenticeship, d’une part, louage de service et apprentissage, d’autre part. Ces contrats aussi prévoient des sanctions pénales, la récupération des « fugitifs » et un statut juridique différent entre le master (ou le maître) et le servant (ou le domestique). C’est pourquoi il est normal que indenture et servant (dans l’Empire britannique) louage de service et engagement (dans les colonies françaises) constituent deux variantes d’une seule et même notion juridique du travail. Ce constat est vrai aussi pour les kholopy russes ; les contrats de crédit et ceux d’apprentissage ne se distinguent guère du kholopstvo.

36Si ni les kholopy ni les esclaves proprement dits ne constituent une « spécificité » russe, faudrait-il chercher cette dernière dans le servage ? Ce dernier constitue-t-il une variante de l’esclavage ? La disparition des kholopy et leur fusion avec les paysans ne signifie nullement la mise en esclavage de ces derniers. Seulement, des asservis (le plus souvent des domestiques), exemptés d’impôts, sont transférés dans des catégories plus générales, soit population urbaine, soit « paysannerie ». Pour leur part, le servage et l’asservissement ne correspondent pas à l’image stéréotypée que nous en avons depuis le XVIIIe siècle. Les « serfs » ne sont jamais définis comme tels dans les règles de droit tsaristes, sauf dans les années qui précèdent l’acte d’émancipation de 1861. Ce qui a été appelé le « deuxième servage » en Europe orientale et en Russie constitue donc une forme de dépendance statutaire et contractuelle à la fois, jamais institutionnalisée en tant que telle, qui s’affaiblit progressivement au XVIIIe et au XIXe siècle. Ces formes de dépendance sont sans doute extrêmes et plus dures par rapport à celles que connaissent les paysans de l’Europe « occidentale ». Une bonne partie des paysans des domaines privés ne change jamais de domaine et vit dans des conditions pénibles de soumission. En même temps, si réduits soient-ils, les droits de ces acteurs ne sont pas nuls ; ils peuvent attaquer en justice les propriétaires, en particulier leur droit de propriété. Avec l’aide des autorités tsaristes, ces droits et, à partir de là, les chances juridiques et économiques de ces acteurs augmentent même pendant la première moitié du XIXe siècle.

37Il s’agit donc là d’une forme extrême d’un modèle plus général, consistant à limiter le déplacement des travailleurs et des paysans, à les soumettre à des sanctions pénales, à leur donner un statut juridique autre que celui de leurs maîtres et employeurs qui, lui, est répandu partout, dans le monde « occidental » et dans ses colonies, en Asie, Afrique et Amérique, du XVIIe jusque vers la fin du XIXe siècle. Les droits et actifs juridiques et économiques de tous ces asservis sont moindres par rapport à ceux des travailleurs « libres », à leur tour disposant à cette même époque de droits nettement inférieurs à ceux qui leur seront attribués au XXe siècle. C’est non seulement l’indentured, mais aussi le servant, l’engagé et le domestique qui ont un statut juridique autre que celui de leur employeur. La Russie constitue donc le cas extrême d’un monde où les contraintes imposées aux travail et à sa circulation sont partout importantes, où le statut juridique du salarié et du paysan est inférieur à celui du maître. Dans ce monde, l’éventail des formes du travail du point de vue de la « liberté » exprime une continuité, des gradations, mais non pas l’opposition entre travail libre et travail forcé.

Notes

1 M. Fontenay, « Pour une géographie de l’esclavage méditerranéen aux Temps modernes ».

2 M. Klein (éd.), Breaking the chains, Slavery, bondage and emancipation in Modern Africa and Asia ; M. Bush, Servitude in modern times.

3 Les contrats d’indenture dans l’Empire anglais et leur équivalent français, le contrat d’engagement, prévoient que « l’émigrant » ou « colon » travaille pour son maître pendant plusieurs années (entre cinq et sept) en échange des anticipations des frais de transport de la part de ce dernier. Le « colon » peut être vendu à d’autres maîtres.

4 Polnoe sobranie zakonov Rossiskoi Imperii, dorénavant PSZ, trois séries : série 1 : 1649-1825, 46 vv. Spb, 1830 ; série 2 : 1825-1881, 55 vv. Spb, 1830-1884 ; série 3 : 1881-1913, SPB 33 vv 1885-1916.

5 H. İnalcık, « Servile labour in Ottoman Empire », pp. 39-40 ; Y. Seng, « Fugitives and factotums : slaves in early 16th-century Istanbul », pp. 136-169 ; W. G. Clarence-Smith, Islam and the abolition of slavery.

6 Sbornik Imperatorskogo Russkogo Istoricheskogo Obshchestvo, pp. 42-43, 52-53, 104-107, 115-121, 146-157.

7 E. Toledano, Slavery and abolition in the ottoman Middle East, p. 8.

8 T. Barrett, « Lines of uncertainty : the frontier of the north Caucasus », pp. 578-601.

9 E. Toledano, Slavery and abolition in the ottoman Middle East, p. 81 ; O. L. Barkan, « Le servage existait-il en Turquie ? », pp. 54-60.

10 Materialy po istorii Uzbeskoi, Tadzhikskoi I [Matériaux pour l’histoire de l’Uzbekistan, Tazhikistan et Turkmenistan soviétiques], pp. 386-397.

11 R. Hellie, Slavery in Russia, pp. 68-69.

12 A. Fisher, « Muscovy and the Black sea trade », pp. 582-593.

13 Id., « Muscovy and the Black sea trade ».

14 A. L. Khoroshkevich, Russkoe gosudarstvo v sisteme mezhdunarodnykh otnoshenii kontsa xv-nachala xvi v., pp. 30-32.

15 P. de Aleppo, The travels of Macarius, pp. 28, 76.

16 D. Brion Davis, Slavery and human progress.

17 M. F. Vladimirskii-budanov, Obzor istorii russkogo prava.

18 Entsiklopedicheskii slovar’Brokgauz-Efron [Encyclopédie Brokgauz-Efron], entrée Krest’ianie (« paysan »), p. 681. Aussi : Slovar’russkogo iazika xviii veka [Dictionnaire de langue russe du XVIIIe siècle], entrée krepostnoi.

19 R. Hellie, Slavery in Russia ; E. I. Kolycheva, Kholopstvo i krepostinichestvo, konets xv-xvi vek, V. M. Paneiakh, Kholopstvo v pervoi polovine xvii veke.

20 R. Hellie, « Recent soviet historiography », pp. 1-36 ; H. Leventer, « Comments on Richard Hellie’s “Recent soviet…” », pp. 64-67 ; R. Hellie, « Reply », pp. 68-75.

21 M. Poe, « What did Russians mean when they called themselves slaves of the tsar ? », pp. 585-608.

22 Sur 2499 documents recensés où le mot kholop ou kholopostvo apparaît, 2116 se réfèrent au kabal’noe (R. Hellie, Slavery in Russia, p. 33). Des exemples de contrats concernant des kholopy sont conservés à la Bibliothèque Saltykov-Shchedrin à Saint-Pétersbourg, section des manuscrits « Obshchee sobranie gramot », nos 1727, 1937, 1941, 2017, 2019, 2348, 2406, 2635, 2672, 3026, 3081, 3392, 3475, 3486.

23 Dokumenty i dogorovnye gramoty velikikh i udel’nykh kniazei xiv-xvi vv. [Documents et actes édités par des princes, XIVe-XVIe siècles], p. 409, n. 98.

24 V. M. Paneiakh, Kholopstvo v pervoi polovine xvii veke ; V. M. Paneiakh, « Ulozhenie 1597 g. o kholopstve », pp. 154-189.

25 En 1609 cet engagement volontaire est réduit de 6 mois à 5 et en 1649 à 3 mois (Akty istoricheskie, sobrannye i izdannye arkheograficheskoiu kommissieiu, 5 vv.), n. 85.

26 V. M. Paneiakh, « Ulozhenie 1597 g. o kholopstve », p. 161.

27 Id., Kabal’noe kholopstvo na Rusi v xvi veke, pp. 127-128.

28 M. Vladimirskii-Budanov, Khristomatiia, pp. 29-30, 41.

29 V. M. Paneiakh, Kabal’noe kholopstvo na Rusi v xvi veke ; A. I. Iakovlev, Kholopstvo.

30 R. Hellie, Slavery in Russia, p. 75 ; A. I. Iakovlev, Kholopstvo i kholopy v moskovskom gosudarstve xvii v., p. 316.

31 Opisanie dokumentov i bumag, khraniashchikhsia v moskovskom arkhive ministerstva iustitsii.

32 P. I. Ivanov, Alfavitnyi ukazatel’ familii i lits, upominaemykh v boiarkikh knigach, khraniashchikhsia v l-m otdelenii moskovskogo arkhiva ministerstva iustitsii.

33 R. Hellie, Slavery in Russia, p. 211.

34 E. I. Kolycheva, Kholopstvo i krepostinichestvo, konets xv-xvi vek ; V. M. Paneiakh, Kholopstvo v pervoi polovine xvii veke.

35 R. Hellie, Slavery in Russia, pp. 423-424.

36 A. Kussmaul, Servants in husbandry.

37 Sur l’Inde voir G. Prakash, « Terms of Servitude : The colonial Discourse on Slavery and Bondage in India », pp. 131-149. Sur l’Empire ottoman et la manière de traduire les termes arabes, E. Toledano, Slavery and Abolition in the ottoman Middle East ; W. Clarence Smith, Islam and the Abolition of Slavery. Sur la qualification des différentes formes d’asservissement en Chine, H. T. Zurndorfer, Change and Continuity in Chinese local History, en particulier chap. v.

38 R. Steinfeld, The invention of free labor, p. 11 ; D. Galenson, White servitude in colonial America : an economic analysis.

39 P. C. Emmer (dir.), Colonialism and migration ; indentured labour before and after slavery ; M. Klein (éd.), Breaking the chains, Slavery, bondage and emancipation in Modern Africa and Asia.

40 R. Steinfeld, The invention of free labor ; D. Galenson, White servitude in colonial America ; D. Northrup, Indentured labor in the age of imperialism.

41 R. Hellie, Slavery in Russia ; id., Enserfment and military change in Muscovy.

42 E. Toledano, Slavery and abolition ; O. L. Barkan, « Le servage existait-il en Turquie ? ».

43 P. C. Emmer (dir.), Colonialism and migration ; M. Klein (éd.), Breaking the chains.

44 D. Kaiser, The growth of law in medieval Russia ; D. Grekov, Sudebniki xv-xvii vekov.

45 Cadastres documents (Pistsovye knigi) RGADA, de nombreux fonds, parmi lesquels f. 1239, opis’3, chast 17, 69-72, 74, 76, 86-87 ; f. 396, opis’2, ch. 5 (1616-1732), f. 1209, opis’1, ch. 1-3, opis’2, ch. 1-2, opis’16-72.

46 R. Hellie, Enserfment and military change in Muscovy, p. 142 ; D. Morrison, Trading peasants and urbanization in 18th century Russia. RGADA, fonds 294, opis’2.

47 RGADA, fonds 615. J. Bushnell, « Did Serf Owners Control Serf Marriage ? », pp. 419-445.

48 D. Moon, « Peasant migration and the settlement of Russian frontiers », pp. 859-893 ; W. Sunderland, « Peasants on the move : state peasant resettlement in Imperial Russia », pp. 472-485 ; S. I. Bruk, V. M. Kabuzan, « Dinamika chislennosti i rasselenie russkogo etnosa », pp. 9-25.

49 Ulozhenie, chap. xi, no 10.

50 Des milliers de certificats sont délivrés chaque année : RGADA, fonds 615.

51 Les rapports des gouverneurs font état de la spécialisation région par région de ces activités (RGADA pour la région de Pétersburg : fonds 1281, opis’6 ; pour Smolensk, opis’6 ; Moscou, opis’5 ; Vladimir, opis’4. Kaluga, opis’6).

52 E. I. Indova, « O rossiskikh manufakturakh vtoroi poloviny xviii v. », pp. 248-345.

53 RGADA, fondw 291, plusieurs dossiers, cité in E. Kimerling Wirtschafter, Structures of society, n. 85, p. 181. Sur les serfs qui font du commerce et leur inscription sur les guildes urbaines, voir RGADA, fonds 1287, opis’3, plusieurs delo.

54 R. Steinfeld, The invention of free labor.

55 Voici quelques exemples : L. Benton, Law and colonial culture ; M. Craton, Empire, enslavement and freedom ; M. Galanter, Law and society in modern India ; P. Craven et D. Hay, Masters, servants and magistrates in Britain and the Empire ; A. Watson, Slave law in the Americas.

56 E. Kimerling Wirthschafter, Structures of society ; V. Martin, Law and custom in the Steppe ; J. Burbank, Russian peasants go to court. L’historiographie russe offre plus de précisions sur la période précédant l’émancipation : N. N. Efremova, Sudoustroistvo Rossii ; E. A. Pravilova, Zakonnost’i prava lichnosti.

57 De nombreux litiges dans ce domaine dans R. Hellie, Slavery in Russia, pp. 194-198 ; Russkaia istoricheskaia biblioteka, pp. 106-107, n. 298-299.

58 A. K. Leontev, Obrazovanie prikaznoi sistemy, pp. 179-192 en particulier.

Auteur

ENS-Cachan-EHESS

© Casa de Velázquez, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540