Version classiqueVersion mobile

Les esclavages en Méditerranée

 | 
Fabienne P. Guillén
, 
Salah Trabelsi

Rachat (« rédemption »), fortification et diplomatie dans la steppe

La place de l’Empire de Moscou dans la traite des esclaves en Eurasie

Christoph Witzenrath

Texte intégral

  • 1 M. Khodarkovsky, Russia’s Steppe Frontier.

1Si la quantité, sans aucun doute impressionnante, des personnes réduites en esclavage en Eurasie reste dans beaucoup de cas peu sûre et parfois controversée, le phénomène en lui-même a connu depuis longtemps des interprétations de la plus haute importance historique et politique. Catherine II, Nicolas Ier, Staline et d’autres ont profité du mythe du Russe réduit en esclavage par les Tatars de la Crimée pour leur propagande, ce qui, entre autres, a abouti à la déportation des Tatars de la Crimée en 1944. Récemment, dans son étude fondamentale sur les relations de la Russie avec les peuples de la steppe, l’historien M. Khodarkovsky a soutenu que l’esclavage a retardé l’urbanisation de la Russie1. Pourtant, c’est justement l’époque des XVIe et XVIIe siècles qui se distingue par une vague sans égal de fondations de villes, et il peut être démontré que l’esclavage a renforcé l’importance des villes et de l’État dans le Sud.

  • 2 H. İnalcık et D. Quataert (éd.), An Economic and Social History of the Ottoman Empire 1300-1914, p (...)
  • 3 H. İnalcık, The Ottoman Empire. The Classical Age 1300-1600, p. 131 ; D. Kołodziejczyk, « Slave Hu (...)
  • 4 A. Fisher, « Chattel Slavery in the Ottoman Empire », pp. 25-45.
  • 5 B. L. Davies, Warfare, state and society on the Black Sea steppe, 1500-1700, p. 25. C’était une gr (...)
  • 6 H. İnalcık et D. Quataert (éd.), An Economic and Social History of the Ottoman Empire 1300-1914, p (...)
  • 7 B. Baranowski a calculé une moyenne de 20 000 Polonais enlevés par an ce qui, pendant la période d (...)

2La fiabilité des données sur les captifs et les esclaves dans la région de la mer Noire varie beaucoup. D’après le rapport du staroste de Bar, Bernard Pretwicz, dans les années 1550, le sultan ottoman tirait de la traite dans les ports d’Akkerman et d’Očakiv un revenu annuel de plusieurs centaines de milliers d’akçe. L’historien turc H. İnalcık a trouvé des chiffres remarquablement semblables pour Caffa, le marché le plus important de la région : dans ce port la taxe annuelle pour les transactions d’esclaves s’élevait à 620 000 akçe en 1520 et à 650 000 akçe en 15292. Il estime la recette totale que l’Empire ottoman tirait de la traite au milieu du XVIe siècle à environ 100 000 florins, ce qui équivaut à 6 millions d’akçe3. La satiété du marché aux esclaves de Caffa atteignit, surtout en 1578 pendant la guerre entre les Tatars de la Crimée et l’Empire ottoman d’une part et Moscou de l’autre, un niveau très élevé, les percepteurs recouvrant presque 4,5 millions d’akçe uniquement à Caffa. Comme, cette année-là, la taxe la plus élevée pour une traite était d’un montant de 255 akçe, au moins 17 500 esclaves furent vendus4. Un seul historien jusqu’à présent a entrepris de calculer le nombre des esclaves selon les rapports des voevodas (gouverneurs) moscovites. Ceux-ci n’étaient pas enclins à exagérer puisque chaque personne kidnappée faisait apparaître sous un jour défavorable ce dont ils étaient capables. A. A. Novosel’skii, qui a écrit peu d’années après la déportation des Tatars de Crimée dans le Kazakhstan, s’est fié aux rapports des années 1630 et 1640, qu’il avait à portée de main, pour évaluer à 150 000 ou 200 000 le nombre total des personnes enlevées pendant la première moitié du XVIIe siècle5. H. İnalcık, adoptant les résultats de A. A. Novosel’skii, parvenait à une totalité de plus de 10 000 esclaves, que l’Empire ottoman importait chaque année de Pologne et de Lituanie, de l’Empire moscovite et des régions circassiennes du Caucase6. Pourtant quelques commentateurs objectent, non sans raison, qu’une grande partie de ces individus venait de la région caucasienne, tandis que d’autres concluent de ces mêmes nombres que les pertes démographiques de la Pologne-Lituanie et de l’Empire moscovite s’élevaient à 10 000 par an, c’est-à-dire à deux millions en l’espace de deux siècles (1500 à 1700)7.

  • 8 V. Ostapchuk, « The Human Landscape of the Ottoman Black Sea », pp. 23-95.
  • 9 J. Korpela, dans sa contribution pour la conférence « Slavery, Ransom and Liberation in Russia and (...)

3Par principe, de tels ordres de grandeur doivent être traités avec précaution. Mais les discours nationaux en Pologne, en Ukraine et en Russie se servent d’une manière significative et peu assurée de ces captifs et, ce faisant, ont tendance, sans aucun esprit critique, à s’octroyer le monopole de la souffrance. Pourtant, les héros souvent cités de la byliny traditionnelle ukrainienne, les Cosaques, ont eux-mêmes commencé à prendre des esclaves quand, dans les deux premières décennies du XVIIe siècle, avec leurs flottilles, ils ont attaqué Azov, les villes de Crimée et même des villes éloignées telles que Trabzon et Kilia, Sinope et Varna, sur les côtes sud et ouest de la mer Noire, ou quand ils ont terrorisé les faubourgs d’Istanbul8. En outre, les indices s’accumulent selon lesquels Moscou aurait réduit en esclavage les populations autochtones finlandaise et biélorusse, ces derniers notamment pendant la guerre de Treize Ans (1654-1667)9.

  • 10 V. Ostapchuk, « The Human Landscape of the Ottoman Black Sea in the Face of the Cossack Naval Raid (...)

4Le mythe veut que les « agresseurs turco-tatars » aient envahi la Russie avec préméditation. Pourtant, s’il y avait un déséquilibre, une prépondérance de nomades esclavagistes, cela était dû surtout à la puissance extraordinaire, à l’intégration et à la longévité de l’Empire ottoman dans la région de la mer Noire, qui, depuis la conquête des villes côtières du Nord après 1475 était considérée comme le « lac ottoman ». La conquête ottomane du bassin fertile du Danube avait intégré économiquement la région en permettant le ravitaillement d’Istanbul et d’autres parties de l’Empire par ce nouveau grenier à blé. Pour les Tatars de Crimée, ce tournant avait pour conséquence la perte sensible de revenus en ce qu’ils ne pouvaient plus désormais approvisionner en blé les villes de la côte septentrionale. Leur khan, fait prisonnier par les troupes ottomanes et leur alliés temporaires, les beys tatares, avait racheté sa vie et son trône en renonçant aux recettes fiscales portuaires10.

  • 11 B. L. Davies, Warfare, state and society on the Black Sea steppe, 1500-1700, p. 9 ; J. Ochmański, (...)

5Cherchant des moyens de s’intégrer à l’économie ottomane en plein essor, les Tatars de Crimée comptèrent désormais sur l’alliance avec le sultan, qui les laissait plus ou moins libres dans leurs propres entreprises. Le patronage lâche d’Istanbul permettait à leur khan d’intervenir avec plus d’insistance dans les activités politiques de la steppe et, entre autres, de s’assurer le soutien des nomades Nogai dans le but d’être reconnu héritier légitime des khans de la Horde d’Or. Quant à l’économie, c’était surtout au moyen de la traite des esclaves qu’ils pouvaient profiter de cette alliance. Car les guerres maritimes et la navigation commerciale à la manière méditerranéenne demandaient des quantités de rameurs de plus en plus importantes ; en outre, de grandes aires de l’économie ottomane reposaient sur le travail des esclaves, et dans la province et la capitale, les ménages des élites, qui faisaient avancer l’intégration politique et sociale de l’Empire, avaient besoin d’esclaves « socialement morts » et donc loyaux. Entre 1470 et 1510, il y eut presque chaque année des raids tatars en Podolie, Volhynie, Małopolska jusque dans les environs de Cracovie, Rus’Czerwona et de la Biélorussie lituanienne. En 1498, une armée ottomane envahit la Małopolska et Mazovie et fit jusqu’à 10 000 prisonniers11.

6Un mobile supplémentaire des raids tatars peut être avancé dans l’alliance contractée par le roi Casimir IV de Pologne et la Grande Horde contre Ivan III de Moscou. Cela ajoute deux points chauds à la carte contextuelle de la capture et de la traite d’esclaves en Europe du Nord-Est et dans la steppe eurasienne. En raison de son alliance avec les Tatars de Crimée, Moscou s’imposa enfin dans sa lutte persistante avec la Pologne-Lituanie pour l’hégémonie dans les principautés occidentales de la Rus’. Ses acquisitions, la région de Novgorod au Nord, et, au Sud, la principauté de Riazan’, une région au sol noir fertile traditionnellement « pillée » à cause des raids nomades et qui devenait rapidement son nouveau grenier à blé, éveillaient son appétit de colonisation jusque dans la steppe et les vastes espaces riches en fourrures du Nord de l’Asie.

  • 12 Conference report : « Availing of Nomadic Military Power — Stratagems and Pitfalls : Iran and adja (...)
  • 13 M. Khodarkovsky, Russia’s Steppe Frontier, pp. 30-34.

7Derrière ces évènements, deux évolutions à plus long terme ont eu une influence décisive sur les résultats de la lutte pour l’hégémonie dans la steppe : l’expansion économique et militaire de l’Europe et le déclin du pouvoir des nomades. La première s’est faite sentir, outre dans le commerce de blé et de fourrures, dans les effets de la révolution militaire du XVIIe siècle : les mineurs européens ont largement contribué à la conquête de Kazan et les profils creusés à la Vauban ont renforcé la sécurité des forteresses à remblai dans la steppe. La dernière a créé pour peu de temps de bonnes conditions pour « l’évènement géopolitique le plus important du XVIIe siècle », c’est-à-dire l’expansion de la Russie dans l’Asie septentrionale et dans la steppe. Moscou a tiré largement profit du fractionnement des groupes nomades de la steppe eurasienne, en dissolution croissante depuis que les Mongols et leurs successeurs les avaient intégrés au XIIIe et XIVe siècle. Cette situation a été décrite récemment d’une part comme agency autonome des groupes nomades qui poursuivaient leurs propres objectifs et qu’un pouvoir régional sédentaire pouvait difficilement contrôler12 ; on a également fait remarquer que les nomades étaient toujours en « quête d’autorité », parce que de petits groupes consentaient à des confédérations libres en élisant et en acceptant un khan tant qu’il leur convenait13. L’extrême rapidité et mobilité, la plus grande densité de tir et la précision de visée du militaire nomade étaient aux XVIe et XVIIe siècles un défi pour les militaires formés à la manière européenne.

8En qualité d’ancien vassal de l’Empire mongol rompu à la politique de la steppe, Moscou profita habilement de ces bouleversements en entraînant de plus en plus les tribus nomades et sédentaires dans sa sphère d’influence. Cette ingérence dans la politique de la steppe par un agent autonome dont le pouvoir augmentait, si prudente qu’elle fût, alarma le vieux partenaire, le khan de Crimée, qui venait de vaincre la Horde d’Or et changeait alors d’alliance en faveur de la Pologne-Lituanie, laquelle, après la perte de Smolensk (1514), était disposée à entamer des négociations.

  • 14 B. L. Davies, Warfare, state and society on the Black Sea steppe, 1500-1700, p. 15 ; V. D. Smirnov(...)

9En 1532 le khan de Kazan, Sahib Girei, monta sur le trône de Bakhchisarai, ayant contracté avec le sultan une alliance stable jusqu’à sa mort en 1551. Celle-ci permettait à Istanbul de garder l’équilibre entre la Pologne-Lituanie et Moscou au moyen d’invasions alternatives adaptées à la force momentanée des adversaires et exécutées en des territoires choisis de sorte que le sultan pouvait en rejeter toute responsabilité14. L’écrivain ottoman Evliya Çelebi a baptisé cela le stratagème de Selim Ier. C’est pourquoi les Tatars de la Crimée attaquèrent en 1549 la Volhynie, bien que la Pologne-Lituanie fût formellement toujours leur alliée. Les invasions des Tatars dans l’Empire moscovite, surtout dans les régions de la Moyenne-Volga, augmentèrent en nombre et en étendue puisque le khan avait intérêt à garder un Girei sur le trône de Kazan et à empêcher les Moscovites de s’emparer de la ville. En 1541, lui-même essaya d’attaquer les parties centrales de l’Empire moscovite et en 1536/1537 puis en 1545, il assista son neveu Safaa Girei, khan de Kazan, dans ses campagnes contre Moscou.

  • 15 H. İnalcik, « The Khan and the Tribal Aristocracy. The Crimean khanate under Sahib Giray I », pp. (...)

10Les attaques de la part de Kazan intensifièrent le conflit entre Moscou et la Crimée, mettant en évidence que la sécurité des parties centrales de l’Empire moscovite dépendait d’une solution définitive concernant Kazan. C’est pourquoi, après la mort de Safaa Girei en 1549, Ivan IV réinstalla sa marionnette Schah Ali à Kazan, provoquant ainsi une nouvelle guerre avec le parti de la Crimée (1549-1552). La crise alarma les autorités ottomanes à Caffa, qui informèrent Süleyman Ier que Sahib Girei était hors de contrôle, renforcé par l’appui des Nogai. Sur ce, la Sublime Porte se rangea derrière les chefs des grandes familles nobles de la Crimée qu’elle avait jusqu’alors contribué à neutraliser ; ceux-ci, se rebellant contre le régime autocratique de Sahib Girei, intronisèrent à sa place Devlet Girei15. En 1552, une grande campagne des Tatars criméens fut repoussée par les troupes de Moscou, si bien qu’Ivan IV fut enfin libre de s’emparer de Kazan. Les nobles des Nogai dépendirent dès lors du tsar de Moscou, ce qui rendit possible la conquête d’Astrakhan (1554-1556).

  • 16 A. Kappeler, The Russian Empire : a Multi-Ethnic History.
  • 17 M. P. Romaniello, Absolutism and Empire. Governance on Russia’s early modern frontier, p. 138.

11Récemment, A. Kappeler a défini la conquête de Kazan comme le début de la période impériale en Russie16. Cet événement a fait naître aussi une nouvelle idéologie, au centre de laquelle se trouvaient les prisonniers et les esclaves. En tout état de cause, celle-ci se manifeste pour la première fois par des documents matériels dans le contexte des événements de Kazan. Ainsi en 1552, le métropolite de Moscou insistait, dans plusieurs lettres adressées au tsar Ivan IV, sur le fait que celui-ci, en vertu des pouvoirs de sa charge, avait l’obligation de libérer les prisonniers de Kazan pour sauver leurs âmes parce qu’on les forçait à se convertir à l’Islam. Une Histoire de Kazan de l’époque, et dont la rédaction est attribuée à un prisonnier russe, dénonce les mauvais traitements infligés aux prisonniers russes à Kazan tout en louant l’intervention « sage » du tsar Ivan. À la manière d’un mythe d’origine, l’auteur parle du khan de Kazan comme d’un dragon fabuleux ayant kidnappé et dévoré des chrétiens de la Rus’. Cette image, peu flatteuse pour les Kazaniens, souvent reprise par la suite, fait allusion au patron de la ville de Moscou, saint Georges le tueur de dragons qui, en même temps, était un défenseur de la foi et un exemple des vertus princières : derrière cette figure, c’est celle du tsar qui se dessine pour le lecteur russe. D’ailleurs, les représentations de Saint Georges combattant le dragon se trouvent maintes fois reprises dans les chroniques sibériennes, dans le contexte de l’esclavage et de ses pratiques. De l’importance du problème de l’esclavage témoigne également le fait que Varsonofii, qui accompagnait l’évêque Guri nommé en 1555 à Kazan, s’était sauvé après trois ans d’esclavage en Crimée et parlait la langue tatare17.

12Malgré quelques attaques contre la Pologne-Lituanie, Devlet Girei entendait avant tout châtier Moscou par des représailles. C’est pourquoi entre 1555 et 1572, accompagné de ses fils, il conduisit à plusieurs reprises de grandes armées tatares dans l’Empire moscovite. Ces invasions causaient des ravages considérables. Celle de 1571 est exemplaire : les Tatars brûlèrent une grande partie de Moscou et, à ce qu’on dit, tuèrent 80 000 personnes, en emmenant 150 000 comme prisonniers. Cependant, l’invasion de 1572 se soldant par une défaite retentissante des Tatars près de Molodoi, les agressions s’arrêtèrent jusqu’à la mort de Devlet. C’est seulement son troisième successeur qui ressuscita les prétentions sur Astrakhan et Kazan. Infructueuses à ce moment-là, on peut deviner que les véritables mobiles de ces nouvelles attaques étaient d’imposer des paiements de tribut, de prendre des esclaves pour les vendre et d’arrêter la colonisation moscovite de la steppe.

  • 18 B. L. Davies, Warfare, state and society on the Black Sea steppe, 1500-1700, p. 23 ; A. A. Novosel(...)
  • 19 D. Kołodziejczyk, « Slave Hunting and Slave Redemption as a Business Enterprise : the Northern Bla (...)
  • 20 A. Dzubiński, « Handel niewolnikami polskimi i ruskimi w Turcji w XVI wieku i jego organizacja », (...)

13Même sans les provocations d’Ivan IV, les tentatives d’expansion de la Pologne-Lituanie à sa frontière sud et la politique d’équilibre de la Sublime Porte, on aurait eu à déplorer de grands prélèvements de population liés à l’esclavage, qui est, on le comprend, lié à la dépendance de l’économie criméenne de la traite d’esclaves et dont la conséquence est cette multitude de petits raids. Cependant, on ne doit pas oublier que cette guerre à basse intensité (low-intensity war) était menée par des nomades qui n’avaient à attendre du développement de l’agriculture que des restrictions à leurs possibilités d’action. Comme tous ceux qui n’avaient pas de fortifications à leur portée, ils vivaient constamment sous la menace de ces raids qui entravaient la colonisation et la croissance agricole. Les colonies de moyenne et grande dimension avaient besoin de fortifications importantes, que certaines d’entre elles ne pouvaient pas payer. Au surplus, les raids continus au sud de l’Oka compromettaient la réputation de Moscou et forçaient à engager des moyens pour le paiement des rançons. La plupart de ces petits raids étaient entrepris par les chambuly, comme on les appelait, et qui, bien que ne réunissant que quelques centaines d’hommes, pouvaient causer des dégâts considérables. Ainsi, lors d’une attaque des villages Iarok et Krivec à l’ouest de Kozlov à l’été 1643, 600 Tatars et 200 Cosaques de Zaporogue tuèrent 19 hommes et kidnappèrent 262 autres personnes de nationalité russe, presque toutes des femmes et des enfants, pour les vendre sur les marchés d’esclaves en Crimée18. Ces petits raids, nommés beş baş (littéralement : cinq têtes), étaient exécutés avant tout par les Tatars Nogai et Bucak, et cela également en Pologne-Lituanie ; ils étaient entrepris sans tenir trop compte de la situation politique du moment et étaient très difficiles à prévenir pour les troupes frontalières. Si Moscou ou la Pologne-Lituanie payaient un tribut considérable aux petits nobles tatars et à leur suite, cela pouvait bien diminuer la fréquence des raids, sans pour autant offrir de garantie certaine. Les périodes de faiblesse du contrôle ottoman et des régimes de Crimée — qui auraient pu empêcher les raids et les provocations envers leurs voisins au Nord — mais également les famines, les mauvaises récoltes et les guerres civiles stimulaient ces guerres infimes. Selon Pretwicz, les commerçants ottomans en étaient d’ailleurs coresponsables, parce qu’ils mettaient à la disposition des Tatars des chevaux, des armes et des crédits ; ce qui montre que les invasions avaient en premier lieu des raisons économiques. Les commerçants accompagnaient les troupes jusqu’à leur camp de base, d’où les chambuly se répandaient en éventail pour ratisser la région et où, après leur retour, on se retrouvait pour distribuer le butin19. A. Dzubiński a estimé en gros qu’en Pologne-Lituanie le nombre des personnes réduites en esclavage par ces raids se montait à 1 000 par an20.

  • 21 B. L. Davies, Warfare, state and society on the Black Sea steppe, 1500-1700, p. 25. Par exemple, l (...)

14Deux changements importants de la politique de Moscou sont liés étroitement aux raids d’esclavage. Les régions frontalières méridionales, qui avaient été négligées par le gouvernement pour recouvrer les territoires perdus à l’Ouest, furent dévastées dès 1632 par une vague croissante d’invasions tatares. De 1632 à 1646 le district de Kursk au Sud-Ouest perdit à lui seul 15 115 habitants, dont le plus grand nombre ne fut pas tué, mais probablement kidnappé, ce qui était dans l’intérêt des Tatars et répondait à leur tactique éprouvée d’éviter le combat et, ce faisant, le risque de perdre leur butin humain21. En 1633, le nouveau gouvernement envoya ses troupes dans le Sud, où ils barrèrent d’abord les chemins d’invasion le long des lignes de partage des eaux de la steppe, surnommés shliakhy. La première de ces fortifications composées de villes de garnison, d’abattis frontaliers et de remblais était située près de Kozlov et barrait l’accès aux Nogai. Elle servit de modèle pour d’autres barrages dans lesquels Moscou en 1637 investit la somme énorme de 111 000 roubles. Ces fortifications, d’abord isolées, furent peu à peu reliées entre elles en une vingtaine d’années, jusque dans les années cinquante, de sorte qu’il y eut dans la steppe un rempart, la « ligne de Bielgorod », qui s’étendait sur plus de 1 800 kilomètres de la frontière de Pologne à l’Oural.

  • 22 B. L. Davies, Warfare, state and society on the Black Sea steppe, 1500-1700.

15C’est pourquoi à partir de 1654 environ, il n’y eut plus de risque d’invasions sauf par de tout petits groupes et, évidemment, pour les colonies situées au-delà de la nouvelle ligne de fortification. Les nouvelles provinces rapportaient des recettes plus conséquentes puisque la population du Sud-Ouest s’éleva bientôt à 850 000 habitants22. Cependant, le foyer des conflits se déplaça peu à peu à l’extrémité occidentale de la ligne de Bielgorod, là où il était possible de la contourner. Le risque existait surtout lorsque les Cosaques de Zaporogue s’alliaient avec les Tatars. En 1648, lors d’un interrègne en Pologne-Lituanie, les Zaporogues s’étaient insurgés et avaient formé l’« État de Hetman » sous Bogdan Khmelnytskyï. Semblables aux mercenaires européens, ils servaient d’habitude ceux qui les payaient, même si beaucoup d’entre eux aspiraient à obtenir la condition de noble polonais. Mais le Parlement noble de Pologne, le Sejm, s’efforçait, après chaque traité de paix, de diminuer leur effectif et leur solde ; malgré ces efforts, il restait toujours un grand nombre d’hommes armés en quête de revenus et de reconnaissance. Les rebelles de Hetman, trop faibles pour empêcher leurs alliés, les Tatars, de réduire en esclavage leur propre population, se sentirent menacés lorsque la Pologne-Lituanie consolida sa position et cherchèrent, naturellement, des alliés. Les Tatars, quoique disposés à accepter, étaient peu fiables, d’autant que l’armée polonaise avait accru sa puissance. Les premiers succès, militaires et politiques, de Khmelnytskyï étaient dus au fait que la population ne pouvait choisir qu’entre deux maux : l’esclavage ou le soutien aux rebelles ; mais quand la participation non négligeable des Tatars à l’esclavage fut devenue manifeste et le régime incapable d’intervenir, la population de Hetman se révolta de plus en plus souvent contre lui. De son côté, Moscou, qui n’avait pas encore fini ses projets de fortification, gardait ses distances. Malgré les appels des Cosaques à leurs frères orthodoxes, soutenus par le clergé de Kiev, le tsar hésitait à cause des impondérables d’une telle alliance, de son manque de confiance dans les Cosaques et aussi la conviction qu’on avait à Moscou, depuis le Temps des Troubles, que les Ruthènes et les Cosaques n’étaient pas de véritables chrétiens orthodoxes.

  • 23 Alanovich, « Pereselenie ukraincev c Rossiiu nakanune osvoboditel’noi voiny 1648-1654 gg. », A. N. (...)

16Ce fut seulement la menace désespérée et digne de foi de Khmelnytskyï de se rallier aux Tatars, de se convertir à l’Islam et d’attaquer ensuite les territoires moscovites pour prendre des esclaves, qui fit pencher la balance à Moscou, marquant ainsi définitivement l’histoire de l’Europe orientale aussi bien que la culture impériale de la Russie. Avec l’appui des États (zemskij sobor) le tsar Alexis lança une grande attaque de décharge contre la Lituanie, qui permit ensuite aux nombreux propriétaires fonciers moscovites — parmi lesquels se trouvaient également des nobles tatars — de remédier au manque de main-d’œuvre dans leurs propriétés par des prisonniers de guerre, de sorte que les prix pour les kholopy, des laboureurs asservis pour cause de dettes, diminuèrent. La Guerre de Treize Ans dans le Nord-Ouest, à partir de 1654, et les changements territoriaux qui s’en suivirent aboutirent à une nouvelle répartition des pouvoirs dans l’Europe de l’Est et assirent la volonté de Pierre le Grand de faire figurer ses domaines parmi les grandes puissances. La lutte contre les Tatars avait été, pendant des siècles, le fondement de l’identité des nobles russes. De plus, il s’ensuivit plusieurs grandes vagues de migration, volontaire ou forcée, de Ruthènes et de Cosaques, qui, désormais, se nommeraient Ukrainiens, et cherchaient protection près des fortifications moscovites23. On peut avancer, et avec raison, que la fortification de la steppe frontalière, qui était une réaction à l’extension de l’activité esclavagiste et aux conflits générés par le droit de disposer de la steppe, avait aussi créé les conditions pour l’expansion et la consolidation de l’idéologie impériale de la Russie.

  • 24 G. V. Sidorenko, « Die frühesten Skulpturen des christlichen Russlands : berittene und bewaffnete (...)
  • 25 RGADA f. 210 no. 791 (1677-78), ll. 46-102.

17La culture de l’Empire moscovite de l’époque était étroitement liée au problème des prisonniers et de leur rachat, et ce sous plusieurs formes, qui se dessinent à partir de la deuxième moitié du XVIe siècle, après la conquête de Kazan. De tout temps, la vénération des saints a été la caractéristique la plus frappante de la piété russe. Cependant, la représentation du saint le plus estimé, saint Nicolas, diffère nettement, en Russie, de celle des autres confessions chrétiennes. Même des sculptures récentes représentent le saint portant l’épée et la maquette d’une ville : il s’agit de toute évidence d’un palladium, c’est-à-dire un gage de sauvegarde d’une ville, ce qui est l’une des diverses fonctions de saint Nicolas en Russie. La question se pose de savoir où et comment ces changements de l’iconographie du saint ont eu lieu ? Déjà le grand-duc Dimitri Donskoï (1350-1389) avait consacré une tour du mur du Kremlin à saint Nicolas et construit une ligne de défense autour de Moscou composée de monastères voué au culte du saint. Et l’on connaît au moins une icône locale de saint Nicolas à Zaraisk dans la principauté de Riazan. En revanche, les premiers indices d’un culte populaire très répandu du saint n’émergent qu’au XVIe siècle, acmé des raids esclavagistes, lorsque apparaissent, d’abord dans la région de Novgorod pour se répandre ensuite dans l’Empire entier, des copies d’une statue en bois de Mozhaisk, ville autrefois lituanienne à l’ouest de Moscou, qui figure le saint en armes. En tenant compte de la réticence de l’Église orthodoxe envers les reproductions des saints en trois dimensions, ces statuettes indiquent un degré extrême de vénération populaire24. Des esclaves libérés de l’époque font savoir dans leurs requêtes qu’ils s’étaient adressés à cette icône spéciale du saint ; d’autres parlent d’un « Nicolas miraculeux », sans donner plus de détails. Affranchis, beaucoup d’entre eux n’étaient pas capables de tenir leurs promesses et faisaient appel à la chancellerie militaire qui distribuait des icônes. Pendant le règne de Fédor Alekseevich, cinq des huit pétitions identifiées à ce jour, et qui en réclament une parmi 300 icônes au moins, nomment saint Nicolas, quand elles citent un saint particulier25.

  • 26 M. Stössl, Verbotene Bilder, pp. 97, 135-142. L’icône originale de Mozhaisk est en bois sans peint (...)
  • 27 F. Lanzi, G. Lanzi, M. J. O’Connell, Saints and Their Symbols : Recognizing Saints in Art and in P (...)
  • 28 M. P. Romaniello, Absolutism and Empire. Governance on Russia’s Early Modern Frontier, p. 41. Voir (...)

18Encore plus difficiles à reconnaître comme indices du lien entre saint Nicolas et le rachat d’esclaves sont les trois boules et les trois raies sur les omophoria des icônes du saint au XVIe siècle26. Les trois boules sont le signe distinctif des prêteurs sur gages et l’attribut le plus important de saint Nicolas, indiquant les trois sacs d’argent qu’il a fait parvenir aux filles d’un débiteur appauvri ou bien trois dignitaires byzantins, accusés à tort de trahison, qu’il a libérés, ce qui a fait de lui le patron des prisonniers27. L’omophorion que l’évêque porte sur les épaules symbolise l’agneau, dont le sang fut étalé sur les portes des Israélites pour que l’Ange de la mort passe devant sans s’arrêter dans la nuit de l’Exode, et, en même temps, l’Agneau de Dieu, Jésus Christ, qui a racheté le genre humain. En effet, à Byzance, c’était d’abord l’évêque qui était obligé de racheter les prisonniers ; ce qui était une réaction aux invasions arabes et rompait avec la loi romaine qui retirait tous leurs droits aux citoyens faits prisonniers à l’étranger. Dans le monastère grec de Saint-Nicolas, contigu à la rue et à la tour du Kremlin du même nom, logeaient des commerçants grecs fortement engagés dans le rachat de prisonniers et, partant, protégés par l’Église. Les rues du centre de Moscou où se trouvait pendant un certain temps la chancellerie des Affaires étrangères, premier lieu d’accueil pour les esclaves rachetés, portaient le nom du saint. Le renouvellement du culte populaire de saint Nicolas, aussi bien que d’autres traits de la culture religieuse de l’Empire en changement, évoquait protection, rachat et fertilité ou renouvellement dans le domaine de l’agriculture. Il n’est pas sûr que la vénération de saint Nicolas ait été fondée, dès l’origine, sur ces éléments ; notamment si la seule preuve de l’image du saint guerrier, la statue de Mozhaisk, ne peut être datée avant le temps des invasions tatares. C’est pourquoi le lien entre conquête et rachat, entre défense et rédemption était au moins aussi facile à retenir que le miracle de l’icône du saint (et des icônes de quelques autres saints) pendant la conquête de Narva en 1558 : selon toutes les versions des chroniques elle « prit feu » et encouragea ainsi les assiégeants à « reconquérir » une autre ville de la Rus’, que les incroyants avaient faite « prisonnière »28. Le rachat, la conquête et des réseaux symboliques se trouvent également dans le culte de la « Sagesse Divine » dont nous n’approfondirons pas ici la matière complexe.

  • 29 E. Mulcahy, Some Modern British Theologians, 1988-1998, p. 424.
  • 30 Voir Настольная книга.

19Depuis le synode de Cent Chapitres (Stoglav), le rachat était une obligation du tsar lui-même. Ces stipulations se retrouvent littéralement dans le Code de 1649, qui, dans la plupart des provinces, fut la base de la juridiction jusqu’au début du XIXe siècle. Le chapitre relatif à ce sujet était le seul à user de notions et de justifications religieuses. Il faut souligner que le mot qui est employé pour le rachat, isklupenie, est, tout comme le français « rédemption », dérivé du langage des marchés aux esclaves mais aussi de la libération du peuple israélite, guidé par Dieu pour échapper à l’esclavage en Égypte29. Dans l’usage des orthodoxes russes le mot désigne également le sacrifice du Christ rédempteur auquel renvoie l’omophorion30.

  • 31 Rossiiskii gosudarstvennii arhiv drevnih aktov (RGADA), f. 210 d. 773 l. 182.
  • 32 R. Hellie (trad. et éd.), The Muscovite Law Code of 1649 [Ulozhenie], chap. viii, art. 1-7.
  • 33 S. O. Shmidt, « Russkie polonianniki v Krymu i sistema ih vykupa v seredine xvi v », pp. 30-34, ic (...)
  • 34 RGADA, f. 210 d. 1398 (1689-1696), ll. 143-67.
  • 35 M. N. Berezhkov, « Russkie plenniki i nevol’niki v Krymu », pp. 342-372, ici : p. 365 sqq ; Novose (...)
  • 36 E. G. Friedman, Spanish Captives in North Africa in the Early Modern Age, p. 134 sqq.
  • 37 B. J. Boeck, « Identity as Commodity : Tournaments of Value in the Tatar Ransom Business », pp. 25 (...)

20L’exploitation des documents de la chancellerie du Service militaire ne permet pas encore de se faire une idée précise du rachat. Dans les cas jusqu’à présent examinés, la chancellerie, qui était chargée de distribuer la rançon et le salaire à ceux qui avaient « supporté la captivité », s’occupait avant tout de rassembler des informations sur le temps que les prisonniers rachetés avaient passé au service du tsar avant leur captivité. En cas d’absence de ces informations — par exemple, si une armée entière avait capitulé, et si, par conséquent, les documents étaient tombés entre les mains de l’ennemi, comme en 1659 à Konotop — les enquêtes et les auditions se prolongeaient, parce que les aspects de sécurité étaient plus importants que la disposition à l’assistance. Dans la plupart des dossiers des années 1670 à 1680, le prix du rachat n’est pas indiqué par les rapatriés, mais seulement par les commerçants. Ainsi, en 1677, le commerçant grec Kostiantin Kostantin Samoilov de Sprovat’ia en Dobrenskie arriva à Moscou avec sept prisonniers pour lesquels il avait payé des sommes très différentes : pour un noble de rang moyen, il avait payé à son détenteur 140 roubles ; pour un Cosaque du Don 120 roubles, pour un dragon de Romanov jusqu’à 150 roubles, pour un dragon de Sevsk 133 roubles 26 altyn 4 dengi, pour un débiteur-esclave de Novgorod Seversk 234 roubles, pour Agaf’ia, la femme d’un pope à Rylsk, 54 et pour Akulina, la femme d’un dragon, 75 roubles31. Les prisonniers libérés prétendaient ne pas savoir combien le commerçant avait payé pour eux, ce qui était peut-être dû au désir de convaincre les autorités qu’ils avaient besoin d’assistance ou, tout simplement, au handicap de la langue. Or, comme il arrive souvent dans les sources juridiques russes, les décisions des autorités ne sont pas consignées, ce qui pourrait indiquer un arrangement à l’amiable. Il se peut aussi que la chancellerie ne fût pas prête à payer la somme entière ; le Code de 1649 fixait la rançon maximale remboursable pour un soldat simple à 25 roubles32. Une rémunération additionnelle de deux ou trois roubles pour l’intermédiaire, et la somme reçue ne suffisait évidemment pas ; la plus grande partie de la dette devait être réglée à titre privé, surtout si le prix convenu était élevé, comme dans le cas d’un canonnier de Voronezh, qui avait fait fortune dans le commerce et qui devait payer 700 roubles33. Quelquefois la chancellerie délivrait un sbornaia pamiat, une attestation qui permettait à l’ancien prisonnier endetté ou à un de ses parents de faire une collecte34. En 1644, la Trésorerie ne paya en tout que 8 500 roubles de rançon, ce qui semble indiquer que les canaux privés étaient plus importants35. L’ignorance des prix manifestée par les prisonniers rachetés pourrait s’expliquer aussi par le fait que les rançons qui devaient être versées pour les personnes des rangs inférieurs étaient fixées selon des tarifs réguliers, réciproquement reconnus sans aucune convention écrite36. Cette supposition est confirmée par un cas qui eut lieu dans les années 1680, quand la chancellerie de l’Extérieur donna carte blanche à un envoyé qui devait se rendre à la cour du khan de Crimée pour payer 120 roubles pour les membres du service militaire, 80 roubles pour les paysans mâles et 60 pour les femmes37.

21Évidemment, la garantie légale des rançons avait pour conséquence une hausse des prix, ce qui se voit dans les pratiques qui étaient courantes aux marchés des esclaves et que B. Boeck a décrites sous la notion de « carrousel de la valeur ». Puisque les marchands d’esclaves du Sud n’avaient guère la possibilité de vérifier le rang social et les biens de leurs prisonniers, ils étaient obligés de recourir au pouvoir ou à la violence physique sur la personne détenue dans le cas où ils la soupçonnaient d’être capable de payer plus que les 300 levkas par exemple que le Turc Asman d’Istanbul paya pour un lieutenant. Les prisonniers essayaient donc souvent de cacher leur vrai rang afin d’éviter de perdre des sommes énormes. C’est pourquoi les intermédiaires et les propriétaires infligeaient souvent la torture pour leur arracher ces informations. Ils commençaient par une somme beaucoup trop haute, laquelle était diminuée graduellement durant un procès long et douloureux. Les prisonniers devaient craindre d’être vendus dans des régions de l’Empire ottoman encore plus éloignées de la patrie que la Crimée, et leurs chances de retour s’amenuisaient alors de façon dramatique. Leur identité était indécise, entre l’état d’esclave et le retour au rang ancien (liminal identity), de sorte qu’ils finissaient par se disposer à payer la rançon. Le manque d’informations rendait cette transaction difficile et risquée pour le marchand d’esclaves et dangereuse pour sa marchandise.

  • 38 RGADA, f. 210 d. 1194 l. 52 ; ibid., d. 1355 l. 1 ; ibid., d. 773 l. 177.

22La traite d’esclaves dans la steppe était le résultat des conditions et changements politiques et économiques auxquels les peuples de la steppe étaient confrontés depuis la fin du XVe siècle. La chasse aux esclaves par les nomades et les Tatars de Crimée a presque complètement suspendu la communication à travers la steppe, bien que des contacts diplomatiques entre Moscou ou la PologneLituanie et la Crimée aient toujours été maintenus. Mais dès les années 1450, alors que la traite moderne des esclaves commençait de s’établir, le commerce général ne maintenait plus les volumes d’autrefois, parce que cette nouvelle activité économique était d’autant plus profitable pour les nomades et pour les Tatars, qu’elle s’intégrait facilement dans l’économie interne de la puissance ottomane. Dans la ville portuaire d’Azov à l’embouchure du Don, les autres marchandises avaient presque disparu. Les commerçants suprarégionaux, au contraire, étaient forcés de déplacer leurs routes de commerce et d’éviter la steppe, comme le montrent les notes de l’époque sur les intermédiaires de rançon grecs. Ils préféraient faire des détours à travers la Valachie, la Hongrie, la Pologne, voire par Vienne, et, au retour, ils passaient par L’viv et Kiev pour atteindre Moscou38.

  • 39 B. J. Boeck, Shifting Boundaries on the Don Steppe Frontier : Cossacks, Empires and Nomads to 1739(...)

23Même le rachat des prisonniers rapportait gros. C’est pourquoi les commerçants d’Istanbul, pendant leurs voyages fréquents à Moscou, amenaient souvent et en nombre considérable des prisonniers, comme certains documents le montrent pour les années 1680. Dans certains cas, le rachat des prisonniers qui était effectué en coopération avec les chancelleries permettait même de développer et de consolider la puissance d’un dirigeant local par des relations transnationales, dont l’Ataman des Cosaques du Don, Minaev, est une preuve éclatante. Celui-ci disposait d’un réseau étendu de liaisons qui embrassait les deux aspects du rachat, avec les parents de sa femme tatare de Kouban, actifs comme intermédiaires de rachats, aussi bien qu’avec des boyards et d’autres dignitaires de Moscou, qui lui confiaient les négociations sur le rachat de leurs parents. Même si ses partisans estimaient aussi ses qualités de chef de paix et de guerre, les revenus et les informations qu’il recevait de ce réseau du rachat contribuèrent beaucoup au fait qu’il put exercer sa fonction, élective rappelons-le, durant un temps exceptionnellement long39.

24L’Empire de Moscou, de son côté, ne se contenta pas, pendant de longs siècles de démêlés avec diverses formes de l’esclavage, de consolider sa frontière de la steppe par des fortifications, assurant ainsi la sécurité et la prospérité des provinces du Sud ; il développa, dans le même temps, une grande partie des formes représentatives de sa culture et de son idéologie impériales, utilisant les motifs de l’Exode de l’Ancien Testament et la traditionnelle vénération des saints pour mobiliser le peuple dans son soutien au tsar et à l’orthodoxie russe. La recherche historique ne s’en trouve peut-être qu’aux prodromes des recherches sur l’histoire de l’Europe de l’Est et de ces développements, pourtant étroitement liés à la traite des esclaves.

Notes

1 M. Khodarkovsky, Russia’s Steppe Frontier.

2 H. İnalcık et D. Quataert (éd.), An Economic and Social History of the Ottoman Empire 1300-1914, p. 283.

3 H. İnalcık, The Ottoman Empire. The Classical Age 1300-1600, p. 131 ; D. Kołodziejczyk, « Slave Hunting and Slave Redemption as a Business Enterprise : the Northern Black Sea Region in the Sixteenth to Seventeenth Centuries », pp. 149-159, ici : p. 154.

4 A. Fisher, « Chattel Slavery in the Ottoman Empire », pp. 25-45.

5 B. L. Davies, Warfare, state and society on the Black Sea steppe, 1500-1700, p. 25. C’était une grande partie de la population moscovite établie dans la région centrale de la terre noire qui approchait, au moment du recensement de 1678, d’un total de 850 000 personnes. Le total de la population de la Russie européenne s’élevait alors à 10,5 millions de personnes environ ; en 1600 il avait atteint à peu près 7 millions (11 à 12 millions d’après A. I. Kopanev). B. A. Rybakov (éd.), Istoriia SSSR s drevneishih vremen do konca xviii veka, pp. 200, 269 ; I. E. Vodarskii, Naselenie Rossii za 400 let (xvi-nachalo xx vv.), p. 27 ; J. H. L. Keep, Soldiers of the Tsar : Army and Society in Russia 1462 - 1874, p. 88.

6 H. İnalcık et D. Quataert (éd.), An Economic and Social History of the Ottoman Empire 1300-1914, p. 285.

7 B. Baranowski a calculé une moyenne de 20 000 Polonais enlevés par an ce qui, pendant la période de 1500 à 1644, faisait une perte totale d’un million environ. B. L. Davies, Warfare, state and society on the Black Sea steppe, 1500-1700, p. 25. D. Kołodziejczyk, « Slave Hunting and Slave Redemption as a Business Enterprise : the Northern Black Sea Region in the Sixteenth to Seventeenth Centuries », p. 151.

8 V. Ostapchuk, « The Human Landscape of the Ottoman Black Sea », pp. 23-95.

9 J. Korpela, dans sa contribution pour la conférence « Slavery, Ransom and Liberation in Russia and the Steppe Area ». R. I. Frost, The Northern Wars, p. 185 ; H. Sahanovich, Neviadomaia vaina 1654-1667, p. 74. En 1655, le patriarche Nikon soutint le nombre imaginaire de 300 000 sujets biélorusses dans ses terres ; sans doute, y avait-il des personnes qui s’étaient enfuies devant les combats sans être déportés. B. N. Floria, « Proekt antituretskoi koalicii serediny xvi v. », pp. 71-86, ici : pp. 72, 74, 79. B. L. Davies, Warfare, state and society on the Black Sea steppe, 1500-1700, p. 31 sqq.

10 V. Ostapchuk, « The Human Landscape of the Ottoman Black Sea in the Face of the Cossack Naval Raids », pp. 27-37.

11 B. L. Davies, Warfare, state and society on the Black Sea steppe, 1500-1700, p. 9 ; J. Ochmański, « Organizacja oborony w Wielkim Ksȩstwie Litewskim przed napadami tatarów krymskich w xv i xvi w », pp. 349-398, ici : p. 362.

12 Conference report : « Availing of Nomadic Military Power — Stratagems and Pitfalls : Iran and adjacent areas in the Islamic period », février 2008, Halle (Saale), H-Soz-u-Kult 25.07.2008.

13 M. Khodarkovsky, Russia’s Steppe Frontier, pp. 30-34.

14 B. L. Davies, Warfare, state and society on the Black Sea steppe, 1500-1700, p. 15 ; V. D. Smirnov, Krymskoe hanstvo pod verhovenstvom Ottomanskoi Porty do nachala 18 veka, pp. 397-406 ; I. B. Grekov, « K voprosu o haraktere politicheskogo sotrudnichestva Osmanskoi imperii i Krymskago hanstva v vostochnoi Evrope v xvi-xvii vv », B. A. Rybakov, Rossiia, Pol’sha, pp. 299-314, ici : pp. 309-311.

15 H. İnalcik, « The Khan and the Tribal Aristocracy. The Crimean khanate under Sahib Giray I », pp. 445-466, ici : p. 464.

16 A. Kappeler, The Russian Empire : a Multi-Ethnic History.

17 M. P. Romaniello, Absolutism and Empire. Governance on Russia’s early modern frontier, p. 138.

18 B. L. Davies, Warfare, state and society on the Black Sea steppe, 1500-1700, p. 23 ; A. A. NovoselSkij, Bor’ba moskovskogo gosudarstva s tatarami v pervoi polovine XVII v., p. 317 sqq.

19 D. Kołodziejczyk, « Slave Hunting and Slave Redemption as a Business Enterprise : the Northern Black Sea Region in the Sixteenth to Seventeenth Centuries », p. 153 sqq.

20 A. Dzubiński, « Handel niewolnikami polskimi i ruskimi w Turcji w XVI wieku i jego organizacja », pp. 36-49. Voir aussi Hensel, « Jazyr z ziem dawnej Rzeczyposplitej », p. 54. D. Kołodziejczyk, « Slave Hunting and Slave Redemption as a Business Enterprise : the Northern Black Sea Region in the Sixteenth to Seventeenth Centuries », p. 153.

21 B. L. Davies, Warfare, state and society on the Black Sea steppe, 1500-1700, p. 25. Par exemple, la perte totale des Russes dans les attaques tatares se montait à 2 280 personnes, dont 37 tuées, en 1637 ; à 5 750 personnes, dont 20 tuées, en 1645.

22 B. L. Davies, Warfare, state and society on the Black Sea steppe, 1500-1700.

23 Alanovich, « Pereselenie ukraincev c Rossiiu nakanune osvoboditel’noi voiny 1648-1654 gg. », A. N. Baranovich, (éd.), Vossoedinenie Ukrainy s Rossiei, 1654-1954, pp. 78-104, ici : pp. 90-95 ; M. Trunov, « K materialam po istorii zaseleniia cherkasami Voronezhskogo kraia », pp. 110-112 ; M. Hrushevsky, History of Ukraine-Rus’, pp. 311-315 ; B. L. Davies, Warfare, state and society on the Black Sea steppe, pp. 101 sqq, 172.

24 G. V. Sidorenko, « Die frühesten Skulpturen des christlichen Russlands : berittene und bewaffnete Heilige als Beschützer der Stadt und Befreier vom Tatarenjoch », pp. 95-105 ; A. V. Ryndina, « Die “geschnitzte Ikone” im russischen Sakralraum », pp. 106-117.

25 RGADA f. 210 no. 791 (1677-78), ll. 46-102.

26 M. Stössl, Verbotene Bilder, pp. 97, 135-142. L’icône originale de Mozhaisk est en bois sans peinture et sans boules, mais trois raies sont sculptées dans le devant de l’omophorion.

27 F. Lanzi, G. Lanzi, M. J. O’Connell, Saints and Their Symbols : Recognizing Saints in Art and in Popular Images, p. 113. Selon Настольная книга священнослужителя (http://www.magister.msk.ru/library/bible/comment/nkss/nkss17.htm, accès le 4 mars 2009), ni boules ni raies n’étaient prescrites sur la partie de devant ; de nos jours, elles sont encore moins nécessaires et, à ma connaissance, il n’y a aucun exemple contemporain de boules.

28 M. P. Romaniello, Absolutism and Empire. Governance on Russia’s Early Modern Frontier, p. 41. Voir aussi P. Bushkovitch, Religion and Society in Russia : The sixteenth and seventeenth Centuries, p. 106 sqq.

29 E. Mulcahy, Some Modern British Theologians, 1988-1998, p. 424.

30 Voir Настольная книга.

31 Rossiiskii gosudarstvennii arhiv drevnih aktov (RGADA), f. 210 d. 773 l. 182.

32 R. Hellie (trad. et éd.), The Muscovite Law Code of 1649 [Ulozhenie], chap. viii, art. 1-7.

33 S. O. Shmidt, « Russkie polonianniki v Krymu i sistema ih vykupa v seredine xvi v », pp. 30-34, ici : pp. 30, 32 sqq.

34 RGADA, f. 210 d. 1398 (1689-1696), ll. 143-67.

35 M. N. Berezhkov, « Russkie plenniki i nevol’niki v Krymu », pp. 342-372, ici : p. 365 sqq ; Novoselskii, Bor’ba, p. 436. Les sommes indiquées ne reflètent probablement que la pratique des chancelleries puisque le total des versements se composait de contributions variées.

36 E. G. Friedman, Spanish Captives in North Africa in the Early Modern Age, p. 134 sqq.

37 B. J. Boeck, « Identity as Commodity : Tournaments of Value in the Tatar Ransom Business », pp. 259-266, ici : p. 260.

38 RGADA, f. 210 d. 1194 l. 52 ; ibid., d. 1355 l. 1 ; ibid., d. 773 l. 177.

39 B. J. Boeck, Shifting Boundaries on the Don Steppe Frontier : Cossacks, Empires and Nomads to 1739 ; RGADA f. 210 d. 1398 (1689-1696) ll. 143-167.

Auteur

Université d’Aberdeen

© Casa de Velázquez, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search