Version classiqueVersion mobile

Les esclavages en Méditerranée

 | 
Fabienne P. Guillén
, 
Salah Trabelsi

La traite d’esclaves en mer Noire (première moitié du xve siècle)

Annika Stello

Texte intégral

  • 1 P. -H. Dopp, L’Égypte au commencement du XVesiècle, p. 64. Voir aussi p. 15 : « Ancores le souldai (...)

1Jusqu’à Caffa en Crimée, disait Emanuel Piloti dans son traité commencé en 1420 et adressé en 1441 au pape Eugène IV, le sultan mamelouk d’Égypte envoyait ses facteurs pour acheter des esclaves tatares, circassiens et russes de l’arrière-pays criméen et les emmener en bateau à Alexandrie. Toujours selon Piloti, ces bateaux transporteurs appartenaient le plus souvent à des marchands génois : « Jusques à celles pars le souldain du Cayre mande ses facteurs et fait achatter esclaves, lezquelx n’ont nesune aultre voye de monter en mer se non que en la cité de Gaffa. Et […] lez vient à chargier sur naves de trèsfaulx et trèsmavais [sic] crestiens, et lez apportent en Alexandrie, ou vrayment à Damiata, et de là au Cayre1 ». Piloti, marchand vénitien de Crète, parlait en connaissance de cause : il était passé par Caffa lors d’un de ses voyages en Égypte où il avait vécu pendant plusieurs décennies, et y avait séjourné pour quelques temps.

  • 2 C. Kohler, « Documents relatifs à Guillaume Adam, archevêque de Sultanieh, puis d’Antivari » ; T. (...)
  • 3 « Sed hoc flagitium non perpetrant mercatores superius nominati ut plurimum, sed maxime Januenses, (...)

2Son récit correspond exactement aux plaintes de Guillaume Adam, faites presque un siècle auparavant, qui accusait les Génois d’assurer, par leur commerce d’esclaves, le ravitaillement des armées mameloukes, au dam des croisés occidentaux. Ce dominicain, qui avait été envoyé du pape en Perse, puis évêque de Smyrne et archevêque de Sultaniya2, considérait la traite d’esclaves comme un crime commis principalement par les Génois, en particulier par la famille des Salvaigo. Selon lui, ces malfaiteurs ne faisaient que nuire, par ces actes contre Dieu, à l’Église, et soutenir les Sarrasins, ces ennemis de la croix et persécuteurs de la foi. La tête de ce clan des Salvaigo, Segurano, se révélerait aussi être l’aide des Sarrasins, plus que quiconque autre chrétien avant lui, tant il aidait cette « secte pestifère » en apportant des milliers de garçons et autres chrétiens pour leurs armées3.

  • 4 Voir A. Ehrenkreutz, « Strategic Implications of the Slave Trade between Genoa and Mamluk Egypt », (...)

3Deux sources arabes viennent encore appuyer ces dires : un décret du sultan mamelouk Baibars de 1260 et un traité entre Byzance et le sultan Qala’un de 1281, qui montrent tous les deux l’importance du flux d’esclaves des régions situées au-delà des Détroits vers l’Égypte4.

  • 5 Ce manque d’intérêt, qui est d’ailleurs encore plus remarquable dans le domaine de l’histoire des (...)
  • 6 À ce sujet, voir notamment les éditions de M. Balard (dans les séries Gênes et l’Outre-Mer et Nota (...)
  • 7 Voir K. Fleet, European and Islamic trade in the early Ottoman state ; H. İnalcık, The Customs Reg (...)

4Cet ensemble de sources donne l’image d’une traite qui emmène un nombre considérable d’esclaves de la mer Noire et ce, presque toujours sur une seule route, celle de Caffa par Pera/Constantinople à Alexandrie. La traite serait effectuée la plupart du temps par les Génois au service de, ou du moins en collaboration avec les sultans mamelouks. Cette image n’a jamais été remise en question, d’autant moins que l’histoire de la traite d’esclaves en mer Noire au Moyen Âge a généralement suscité bien moins d’intérêt que celle des pays méditerranéens au sens strict du terme5. Souvent, cette image a donc seulement été reprise et à l’occasion enrichie par quelques détails, notamment des chiffres concrets tirés des minutes notariales déterrées dans les archives au cours des dernières décennies6. Si l’on considère l’ensemble des sources disponibles — fragmentées, certes, et presque exclusivement occidentales, la documentation ottomane conservée ne remontant qu’aux années 14807 — on obtient pourtant une image bien plus complexe.

5Ici sera utilisé l’exemple des registres de la massaria génoise de Caffa, sur lesquels l’auteur travaille dans le cadre de sa thèse. Après une brève présentation de cette source, on traitera des points suivants : la source ; la taxation de la traite d’esclaves à Caffa ; l’importance quantitative de la traite ; la taille des cargaisons d’esclaves ; les marchands d’esclaves ; et les routes de la traite.

  • 8 Ils se trouvent aujourd’hui dans les archives d’État de Gênes (ci-après ASG) dans le fonds San Gio (...)
  • 9 Voir M. Balard, « Esclavage en Crimée et source fiscales génoises au XVe siècle », p. 78.
  • 10 N. Iorga, Notes et extraits, pp. 7-39, en particulier p. 24.
  • 11 M. Balard, La Romanie génoise, p. 828 sqq. ; id., « Esclavage en Crimée et source fiscales génoise (...)

6D’abord la source. Les registres de la massaria de Caffa sont les livres de comptes de l’administration génoise à Caffa8, des livres rédigés plus ou moins pour une année chacun. Il n’en existe plus que relativement peu pour une source sérielle : dans les archives de Gênes, on trouve encore trois registres de la fin du XIVe siècle, les registres des années 1410, 1420, 1422-1424, 1442, 1446, quelques registres des années 1450 et 1460, ainsi qu’une série du début des années 14709. L’existence de ces registres, qui sont les livres de comptes de l’administration génoise en Crimée, est bien connue depuis le début du XXe siècle : déjà dans un recueil de sources pour l’histoire des Croisades de l’historien roumain N. Iorga, publié en 1899, s’en trouvent quelques extraits, dont un concernant la traite d’esclaves10. Bien que ces registres contiennent une abondance de données sur divers sujets, puisqu’ils conservent la comptabilité quasi totale de Caffa et en partie aussi celle des autres comptoirs génois en mer Noire pour leurs périodes respectives, ils n’ont été exploités que rarement et souvent de façon superficielle, pour appuyer des hypothèses formées à partir d’autres sources. Même M. Balard dans sa grande œuvre La Romanie génoise, et une vingtaine d’années plus tard dans un article traitant exclusivement et explicitement de ces registres, n’en retient que des chiffres généraux, sans trop s’attarder sur les difficultés que présentent les détails qui s’y trouvent aussi11.

7Par leur nature, ces livres à grand format contiennent pour la plupart des entrées brèves, réduites aux informations indispensables : qui doit payer, ou a déjà payé, quelle somme à la commune de Caffa, et pour quoi. Puisque les scribes de la massaria tenaient les registres en partie double, selon la coutume italienne, on trouve presque toujours deux entrées pour une même transaction — entrées qui sont souvent écrites loin l’une de l’autre, mais qui parfois donnent la possibilité de corriger ou compléter la première avec des informations supplémentaires de la deuxième.

  • 12 Pour ce procédé, appelé sindicatio, voir S. P. Karpov, « I Genovesi nel Mar Nero : alti magistrati (...)

8En ce qui concerne les informations relatives aux divers droits sur le commerce d’esclaves, les entrées sont particulièrement raccourcies car il s’agit d’informations reportées : l’Officium Sancti Antonii, responsable pour le contrôle de tout le commerce d’esclaves à Caffa, tenait une comptabilité à part qui malheureusement ne nous est pas parvenue. De cette comptabilité seulement l’essentiel était reporté dans le livre de comptes central de la colonie destiné, lui, à être envoyé à la mère-patrie Gênes afin d’y rendre possible la révision et le jugement annuels de l’administration génoise en Romanie12. Dans ce cadre général, le degré de détails donnés varie d’entrée à entrée et dépend aussi du scribe.

9Que peut-on donc tirer de ces registres pour élargir l’image de la traite des esclaves des régions septentrionales de la mer Noire et du Caucase ?

  • 13 Quelques exemples : ASG SG, sala 34, 590/1226 (Massaria Caffa, ci-après MC, 1381), f° 7v° ; 590/12 (...)
  • 14 L’explication de capita comme « captifs » que donne C. Verlinden (« Medieval “Slavers” », p. 3), e (...)
  • 15 C’est ce que M. Balard (« Esclavage en Crimée et source fiscales génoises au XVe siècle », p. 78 s (...)

10Hormis quelques mentions d’esclaves qui apparaissent pour une raison ou une autre comme débiteurs du compte de la commune et qui apparemment habitent à Caffa13, ce sont surtout les données relatives aux taxes levées sur le commerce, ou plus exactement sur l’exportation d’esclaves qui jouent le rôle clé. Et dès lors, les difficultés commencent. Des taxes, il y en a plusieurs à Caffa, elles changent au cours du temps, elles s’appliquent différemment à certains groupes d’esclaves à ce qu’il paraît, et il n’est pas aisé de dire si ces différences de traitement dépendent de l’origine de l’esclave, de son sexe, son âge, ou s’il s’agit carrément parfois de passagers libres. Car la terminologie ne permet que rarement une différenciation sûre ; souvent, il n’est question que de capita, de « têtes » en général, qui peuvent être aussi bien esclaves qu’hommes libres14. De même pour les différents droits levés sur le commerce : on trouve les termes Cabella capitum sarracenorum, cabella sclavorum et sclavarum, introytus capitum sarracenorum ou tolta sclavorum, avec ou sans l’ajout de (Officii) Sancti Antonii. Tous ces termes sont souvent utilisés comme synonymes, mais les sommes à payer ne sont pas constantes, et il existe apparemment plusieurs taxes différentes. Des années 1380 jusqu’en 1410 les choses sont encore relativement simples : les marchands d’esclaves doivent payer deux droits séparés avant de partir de Caffa, à savoir 33 aspres et 8 aspres par tête transportée. Mais dans les registres des années 1420, le tableau change considérablement. D’abord, les 33 plus 8 aspres apparaissent encore, mais à côté d’autres redevances, avant de disparaître complètement. Ces autres redevances sont réparties en quatre montants divers, qui semblent s’appliquer selon des catégories différentes d’esclaves ou de passagers. Mais il est impossible de discerner clairement ces catégories, et donc de calculer, à partir du résultat annuel de la vente aux enchères de la cabella, le nombre minimum d’esclaves mis en bateau à Caffa dans l’année15.

11Néanmoins, on peut tirer de ces registres des informations fiables sur les transports eux-mêmes. Une analyse systématique des huit registres encore existants des années 1410 à 1446 montre un total de 245 transports d’hommes dont le statut d’esclaves est confirmé, passant par Caffa. Il y avait probablement quelques transports supplémentaires, mais qui ne sont pas indubitablement identifiables, étant donné le manque de spécifications précises dans les entrées du scribe de la massaria. Cela correspond à une moyenne de 24 à 25 transports par an, dont la plupart se font en été, entre les mois de mai et de novembre. Le nombre d’esclaves par bateau varie entre 1 et 175, mais les cargaisons avec plus de quarante esclaves sont rares ; la plupart des bateaux ne chargent qu’une vingtaine d’esclaves au grand maximum. Ce constat reste valable pour toute la période examinée.

  • 16 Les registres de la massaria font voir, par exemple, le cas d’un marchand grec qui avait essayé, e (...)
  • 17 Voir par exemple J. Heers, Esclaves et domestiques au Moyen Âge, p. 86 sqq.
  • 18 Et ce à plus forte raison encore si l’on considère que les esclaves débarqués en Égypte ne viennen (...)

12Ces chiffres ne se concilient guère avec ce que postulent la plupart des études sur le trafic d’esclaves vers l’Égypte ou encore vers l’Italie. Bien que le petit nombre d’esclaves par bateaux arrivant en Italie soit un fait généralement accepté, il n’en est pas ainsi pour les transports vers l’Égypte. Mais le problème central est le nombre total d’esclaves embarqués à Caffa. De l’abondante œuvre de C. Verlinden aux diverses études de M. Balard des années 1980, les chercheurs ont estimé à partir du revenu annuel de la vente des gabelles, et en concordance d’ailleurs avec le récit de Piloti, qu’un minimum de plusieurs milliers d’esclaves partaient chaque année de Caffa pour aboutir dans les grands ports méditerranéens, et surtout en Égypte. Or, la comptabilité de l’Officium Sancti Antonii de Caffa, reportée dans le livre central de la colonie, ne nous en fait apercevoir que quelques centaines par an. Comment expliquer cet écart ? Certes, les données de la massaria de Caffa sont incomplètes ; elles ne permettent pas de compter la totalité des esclaves taxés, d’autant moins que l’on trouve dans ces mêmes registres les preuves de fraude régulière, punie sévèrement mais néanmoins existante16. Toutefois, il paraît peu probable qu’une estimation de ces chiffres flous puisse doubler ou tripler le nombre d’esclaves partant de la mer Noire, d’autant que les esclaves féminines, qui pour la plupart partaient vers l’Europe de l’Ouest17, y sont comprises. Par conséquent, on peut avancer avec quelque certitude que les esclaves exportés des régions pontiques étaient bien moins nombreux que souvent estimés18.

  • 19 Voir J. Heers, Esclaves et domestiques au Moyen Âge, pp. 176 sqq.
  • 20 Sur l’existence de marchands spécialisés, voir entre autres S. Raiteri, « La schiavitù nelle colon (...)

13En outre, les esclaves ne représentent généralement qu’une partie de la cargaison. La traite n’apparaît donc que comme une affaire parmi d’autres, lucrative peut-être, mais exercée à l’occasion et non régulièrement19. La question de savoir si la traite d’esclaves en Méditerranée orientale en général et vers l’Égypte en particulier était effectuée par des marchands d’esclaves spécialisés a été discutée assez souvent et sans qu’on arrive à un consensus20. Le tableau que dessinent les registres de la massaria de Caffa montre plutôt un commerce actif passant par Caffa, mais où malgré leur valeur commerciale élevée les esclaves ne jouent pas le rôle principal qui leur a souvent été attribué.

  • 21 S. Simonsohn, The Apostolic See and the Jews, n° 630, pp. 731-733 ; F. Müller, Franken im Osten, p (...)

14Mais qui sont les marchands d’esclaves ? Ici encore, les registres de la massaria donnent des informations importantes. Loin d’être complètes à chaque fois, les entrées de la trésorerie de Caffa mentionnent toutefois un grand nombre de patrons de navire et de commerçants. Parmi les quelque 170 marchands d’esclaves dont on apprend le nom, 34 sont apparemment Génois ou Liguriens, 4 Vénitiens, et 36 Italiens d’origine inconnue, en tout donc 74 Italiens — un peu moins que la moitié. Le deuxième grand groupe est formé de marchands grecs, qui, au nombre de 38, représentent un autre quart du total. Ensuite, viennent les nommés sarraceni, des musulmans en l’occurrence, en tout 27, dont 9 sont originaires de la côte micrasiatique et 4 du Nord-Est de la région pontique, tandis qu’on ignore la provenance des 13 autres. S’y ajoutent encore 17 marchands portant des noms très déformés et écrits avec une orthographe variable ; ici, il s’agit probablement d’hommes d’origine arménienne ou tatare, dont les noms sonnaient tellement étranges à l’oreille du scribe italien qu’il n’était capable de les transcrire que de manière très approximative. Puis, on trouve encore quatre noms de commerçants peut-être bulgares et un désigné rubeus, russe. De ces marchands, une trentaine seulement apparaît plus d’une fois dans le contexte du commerce d’esclaves, et ce souvent au cours de la même année. À noter d’ailleurs qu’il n’y a que 3 marchands d’esclaves juifs, apparaissant tous les trois dans le registre de 1446. On peut se demander alors d’où vient le motif de la pétition faite au pape Martin V en 1425, qui demandait l’interdiction aux juifs du Levant de vendre des esclaves chrétiens aux mécréants21.

15Mais toutes ces données restent approximatives et sont à traiter avec précaution, car dans la plupart des cas, les seuls noms ne suffisent pas pour identifier avec certitude la nationalité, le lieu ou la région d’origine de la personne en question, et les informations supplémentaires pour combler cette lacune n’existent que rarement. Néanmoins, elles donnent un aperçu de la diversité des marchands d’esclaves, mieux que les actes notariaux ne sont capables de le faire. Du fait qu’ils sont composés par des notaires italiens et suivant les coutumes et le droit occidentaux, ils contiennent majoritairement des contrats avec au moins une partie italienne. Or, les marchands sarrasins peuvent très bien mener leurs propres affaires sans la participation des Italiens, affaires qui par conséquent n’apparaissent pas dans les documents notariaux. Bref, les données de la massaria de Caffa démentent encore une fois le récit d’Emanuel Piloti, du moins en partie. Tandis que celui-ci parle de marchands génois ou égyptiens exclusivement, nous les retrouvons certes ici, mais à côté d’une quantité non négligeable d’Italiens d’origines diverses, de Grecs et d’autres habitants de la région pontique qui, eux, ont peu intérêt à vendre leur marchandise, c’est-à-dire les esclaves, vers l’Égypte. En outre, vu que le nombre total d’esclaves partant de Caffa chaque année est loin d’être aussi important que Piloti le prétend, on peut se demander si l’Égypte mamelouke s’approvisionnait vraiment à peu près complètement par la voie Caffa-Constantinople-Alexandrie. Quand bien même tous les esclaves exportés de Caffa finiraient en Égypte, ce commerce régulier, mais en aucune manière primordial pour la vie économique du bassin pontique, ne serait pas un monopole génois ni même européen occidental, mais plutôt un commerce en plusieurs étapes et avec plusieurs intermédiaires.

  • 22 Voir H. Inalcık, « The question of the closing of the Black Sea », p. 90.
  • 23 Voir M. Balard, La Romanie génoise, p. 130 sqq.

16Ceci nous amène à la question des routes de transport. Ici encore, les registres de la massaria nous livrent des informations supplémentaires par rapport à ce que l’on peut trouver ailleurs. Souvent, les entrées concernant les droits levés sur le transport d’esclaves mentionnent le lieu de provenance du bateau ou des esclaves en question, ou bien la destination du transport, mais rarement les deux. On voit se dessiner un tableau où l’écrasante majorité des bateaux jetant l’ancre à Caffa vient de la côte méridionale de la mer Noire : le port le plus souvent mentionné parmi les lieux de provenance est Sinope en Asie Mineure, mais également Bursa (Brousse), l’ancienne capitale de l’Empire ottoman redevenue un marché important sous le règne de Mehmed I22. Des navigateurs viennent aussi régulièrement des cités de Samastris (Amasra), Simisso (Samsun) et Castamena (Kastamonu), ce qui semble naturel puisque les deux premières au moins hébergent aussi des comptoirs génois avec un consul à leur tête23. Dans une moindre mesure, les esclaves taxés à Caffa viennent des régions septentrionales de la mer Noire, outre quelques mentions isolées de lieux de la région caucasienne dans l’Est du bassin pontique. De même, parmi les destinations dominent encore une fois les ports de la côte micrasiatique, en premier lieu Sinope et Simisso. On devine donc un axe principal de la traite qui, curieusement, va de l’Asie Mineure à la Crimée avec retour en Asie Mineure.

  • 24 Voir par exemple ASG SG 590/1226bis (MC 1386), f° 323r. Voir M. Balard, « Gênes et la mer Noire », (...)

17Cet étrange constat reste jusqu’à présent sans explication. D’abord, un nombre considérable d’études ne le mentionnent même pas. Ensuite, celles qui en parlent donnent des explications peu satisfaisantes. Un élément souvent avancé est le monopole sur le commerce d’esclaves en mer Noire auquel les Génois aspiraient dès leur entrée en mer Noire en 1261. Mais ils ne réussirent jamais à atteindre ce monopole. Tout au plus avaient-ils obtenu, depuis la deuxième moitié du XIVe siècle, que tout navire marchand navigant en mer Noire septentrionale dût passer par Caffa et y payer les droits sur les marchandises à bord24. Mais cette mesure était dirigée principalement contre le commerce de Tana, ce marché sur la mer d’Azov longtemps contrôlé par les Vénitiens et donc rival de Caffa, et a priori ne touchait pas la navigation en mer Noire méridionale. D’ailleurs, ce droit était difficilement contrôlable et dès les années 1420, il ne fut quasiment plus respecté. Ceci n’explique donc pas pourquoi bon nombre des marchands d’esclaves semblent effectuer un transport aller-retour des esclaves. Il doit y avoir une création de plus-values, mais il est impossible de savoir en quoi elle consiste.

  • 25 C. Verlinden, « Encore la traite des esclaves et les traitants italiens à Constantinople », p. 107

18La route de Caffa à Constantinople ou Pera, en revanche, est quelque peu sous-représentée dans les registres de la massaria, si l’on pense encore une fois au récit de Piloti et aux travaux de C. Verlinden et autres. Ce dernier écrivait encore en 1989 que Pera ou Constantinople représentaient « des lieux obligatoires de passage pour les esclaves qui, des colonies italiennes de la mer Noire, étaient acheminés vers l’Égypte mamelouke et dans une moindre mesure vers l’Europe méditerranéenne chrétienne25 ». Si les esclaves tatares, russes et caucasiens du pourtour de la mer Noire étaient vraiment quasiment tous emmenés sur les îles de la mer Égée pour être ensuite redistribués vers l’Europe occidentale et le Proche-Orient, les mentions de bateaux à destination de Constantinople devraient être plus nombreuses dans les livres de comptes de la commune de Caffa, comme c’est le cas pour les transports d’autres biens. Or, on n’en trouve que très peu, et jamais une destination au-delà des Détroits. Pour ces destinations éloignées, on peut imaginer que le scribe à Caffa ne les trouvait seulement pas dignes de mention, puisqu’elles étaient loin de Caffa et qu’on ne pouvait y aller qu’en passant par Pera ou Constantinople. Nonobstant, une partie considérable des esclaves partant de Caffa ne passait évidemment pas par les Détroits, mais était débarquée dans les ports de l’Asie Mineure.

19Cela mène à deux suppositions possibles : la première, que les esclaves, une fois arrivés en Asie Mineure, y étaient vendus directement et restaient plus ou moins dans la région. La deuxième, qu’on leur faisait traverser l’Anatolie par la voie terrestre, justement pour éviter les problèmes du passage des Détroits dans une situation politique instable, du temps où l’expansion ottomane rendait de plus en plus difficile le commerce naval des Occidentaux entre mer Noire et mer Égée. Cette deuxième possibilité semble plus plausible que la première. Non seulement elle pourrait expliquer pourquoi tant d’esclaves étaient débarqués au sud de la mer Noire où il ne pouvait y avoir une demande assez grande pour rendre ce commerce lucratif. Mais elle pourrait aussi concilier, dans une certaine mesure, la perception subjective de Piloti, imprégnée de son identité de chrétien occidental, avec les données d’une source économique plus « objective ». Car il est tout à fait possible que les esclaves, menés par la voie terrestre à travers la Turquie actuelle jusqu’à la côte méditerranéenne de la Syrie ou du Sud de l’Asie Mineure, y aient été embarqués de nouveau pour arriver à la fin de leur odyssée en Égypte mamelouke, où le sultan les achetait à haut prix et où Piloti les voyait.

20En conclusion, on se rend compte que les idées reçues sur la traite d’esclaves des régions pontiques méritent tout au moins une certaine reconsidération à la lumière de sources non encore suffisamment exploitées. En comparant les données des actes notariaux qui contiennent beaucoup de détails sur des cas particuliers, les récits de voyage et autres textes « littéraires » qui donnent des couleurs manquant aux sources économiques et notariales, et la documentation fiscale et commerciale bien plus sèche, mais tout de même riche d’informations, la traite d’esclaves en mer Noire apparaît assez complexe. Le nombre d’esclaves trafiqués est impossible à estimer avec exactitude, en partie parce que le statut des hommes concernés n’est pas toujours clair, mais semble être considérablement moins élevé qu’il n’est souvent estimé. Les marchands forment un groupe hétérogène dont les Génois et autres chrétiens font aussi bien partie que les musulmans et les Grecs, sans qu’il soit possible de parler d’un monopole pour l’une ou l’autre nation ou religion. Et finalement, les routes de la traite sont diverses et soulèvent, pour chaque question résolue, de nouvelles questions — des questions qui restent sans réponse satisfaisante jusqu’à présent.

Notes

1 P. -H. Dopp, L’Égypte au commencement du XVe siècle, p. 64. Voir aussi p. 15 : « Ancores le souldain envoye ses facteurs et serviteurs en ès parties de Caffa, et achectent esclaves charcas, tartres, roux, ainsi qu’il leur vient par les mains. »

2 C. Kohler, « Documents relatifs à Guillaume Adam, archevêque de Sultanieh, puis d’Antivari » ; T. Kaeppeli, Scriptores Ordinis Praedicatorum, pp. 81-82.

3 « Sed hoc flagitium non perpetrant mercatores superius nominati ut plurimum, sed maxime Januenses, nec omnes Januenses, sed potissime ille, caput peccati, Seguranus Salvatici et illi qui de sua domo sunt et parentela, […] non ad aliud videtur intendere, nisi quomodo possit per hec opera, Deo contraria, Ecclesiam confundere et Sarracenos, inimicos crucis et persecutores nostre fidei, roborare. […] Promotorem eciam se exhibuit eorundem, sic quod numquam aliquis fuit ante eum non Sarracenus existens, qui tantam illam sectam pestiferam auxerit et promoverit, portando eis predictorum puerorum christianorum et aliorum multa milia, ad exercendam miliciam […] » (A. Guillaume, « De modo sarracenis extirpandi », p. 525). Le récit des années 1430 par l’espagnol Pero Tafur qui voyagea dans une très grande partie du monde connu à l’époque, confirme l’importance du marché d’esclaves de Caffa, sans être aussi ferme sur le rôle des Génois dans ce commerce. Voir J. de la Espada (éd.), Andanças é viajes de Pero Tafur, pp. 161-162.

4 Voir A. Ehrenkreutz, « Strategic Implications of the Slave Trade between Genoa and Mamluk Egypt », p. 342 ; C. Verlinden, « Mamelouks et traitants », pp. 738-739 ; id., « Medieval “Slavers” », pp. 10-11 ; id., Wo, wann und warum, pp. 17-18. En revanche, d’autres récits de voyageurs occidentaux, tel Bertrandon de la Broquière, sujet du duc de Bourgogne, l’Allemand Johann Schiltberger ou encore l’Italien Giosafat Barbaro, ne parlent guère ou pas du tout du commerce d’esclaves en mer Noire.

5 Ce manque d’intérêt, qui est d’ailleurs encore plus remarquable dans le domaine de l’histoire des Mongols / Tatares en Crimée et dans le Qiptchak, est probablement lié au fait que la mer Noire représente la limite géographique et linguistique de plusieurs disciplines historiques. Voir P. Jackson, « The Mongol Empire, 1986-1999. The state of research ».

6 À ce sujet, voir notamment les éditions de M. Balard (dans les séries Gênes et l’Outre-Mer et Notai Genovesi in Oltremare), L. Balletto (Liber officii provisionis Romanie et des actes notariés dans la série Notai Genovesi in Oltremare) et G. Balbi / S. Raiteri (Notai genovesi in Oltremare).

7 Voir K. Fleet, European and Islamic trade in the early Ottoman state ; H. İnalcık, The Customs Register of Caffa, 1487-1490.

8 Ils se trouvent aujourd’hui dans les archives d’État de Gênes (ci-après ASG) dans le fonds San Giorgio (ci-après SG) : ASG SG, sala 34, 590/1225 à 590/1262.

9 Voir M. Balard, « Esclavage en Crimée et source fiscales génoises au XVe siècle », p. 78.

10 N. Iorga, Notes et extraits, pp. 7-39, en particulier p. 24.

11 M. Balard, La Romanie génoise, p. 828 sqq. ; id., « Esclavage en Crimée et source fiscales génoises au XVe siècle ».

12 Pour ce procédé, appelé sindicatio, voir S. P. Karpov, « I Genovesi nel Mar Nero : alti magistrati di Caffa fronte alle accuse », p. 586 ; G. Balbi, « La massaria genovese di Alessandria d’Egitto nel quattrocento », p. 345 ; A. Roccatagliata, « La gestione della memoria documentaria di Caffa genovese », p. 254 ; A. Boldorini, Caffa e Famagosta nel Liber Mandatorum, doc. 94, 96, 101, 136.

13 Quelques exemples : ASG SG, sala 34, 590/1226 (Massaria Caffa, ci-après MC, 1381), f° 7v° ; 590/1226bis (MC 1386), f° 190r° ; 590/1230 (MC 1422), f° 156r° ; 590/1233 (MC 1441), f° 44r° ; 590/1234 (MC, 1446-1), f° 124r°.

14 L’explication de capita comme « captifs » que donne C. Verlinden (« Medieval “Slavers” », p. 3), est incorrecte. Même si depuis l’Antiquité l’identification de captif avec esclave était en usage dans la terminologie latine, elle ne peut s’appliquer ici, comme le prouvent des expressions comme capita liberorum, « têtes d’hommes libres ».

15 C’est ce que M. Balard (« Esclavage en Crimée et source fiscales génoises au XVe siècle », p. 78 sqq.) a essayé de faire, mais sans bien tenir compte du changement de la taxation à partir de 1420, qui rend cette méthode impossible.

16 Les registres de la massaria font voir, par exemple, le cas d’un marchand grec qui avait essayé, en 1386, d’exporter un certain nombre d’esclaves du port de Tana sans faire escale à Caffa et sans y payer les droits sur le commerce d’esclaves ; les marins qui le dénoncent auprès de l’administration de Caffa reçoivent un tiers de la valeur de sa cargaison en récompense (ASG SG 590/1226bis, f° 323r°). Un cas semblable est mentionné en 1425, quand le consul génois de Tana fait avertir ses compatriotes à Caffa de la présence d’un certain nombre de « têtes » transportés sur un bateau vénitien (ASG SG 590/1264 (MC 1424), f° 85v°).

17 Voir par exemple J. Heers, Esclaves et domestiques au Moyen Âge, p. 86 sqq.

18 Et ce à plus forte raison encore si l’on considère que les esclaves débarqués en Égypte ne viennent pas forcément tous des régions pontiques, mais qu’il peut y avoir, sur un même bateau arrivant à Alexandrie, des esclaves venus de la mer Noire et des esclaves des Balkans, embarqués en chemin à Gallipoli ou ailleurs pour compléter une cargaison destinée aux mamelouks. Voir C. Verlinden, « Medieval “Slavers” », p. 9 ; id., Wo, wann und warum, p. 23.

19 Voir J. Heers, Esclaves et domestiques au Moyen Âge, pp. 176 sqq.

20 Sur l’existence de marchands spécialisés, voir entre autres S. Raiteri, « La schiavitù nelle colonie genovesi del Levante nel Basso Medioevo », p. 715 ; H. Köpstein, Zur Sklaverei im ausgehenden Byzanz, p. 92 ; C. Verlinden, « La colonie vénitienne de la Tana, centre de la traite des esclaves », p. 7. Contre la thèse d’une spécialisation des marchands, voir par exemple R. Delort, « Quelques précisions sur le commerce des esclaves à Gênes », p. 245 sqq. ; J. Heers, Esclaves et domestiques au Moyen Âge, p. 175 ; M. Balard, « Notes sur l’activité maritime des Génois à Caffa », p. 384.

21 S. Simonsohn, The Apostolic See and the Jews, n° 630, pp. 731-733 ; F. Müller, Franken im Osten, p. 359 ; C. Verlinden, « Mamelouks et traitants », p. 739.

22 Voir H. Inalcık, « The question of the closing of the Black Sea », p. 90.

23 Voir M. Balard, La Romanie génoise, p. 130 sqq.

24 Voir par exemple ASG SG 590/1226bis (MC 1386), f° 323r. Voir M. Balard, « Gênes et la mer Noire », p. 47 ; Ş. Papacostea, « “Quod non iretur ad Tanam”. Un aspect fondamental de la politique génoise dans la mer Noire », p. 204.

25 C. Verlinden, « Encore la traite des esclaves et les traitants italiens à Constantinople », p. 107.

Auteur

Université de Trêves

© Casa de Velázquez, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search