Version classiqueVersion mobile

Les esclavages en Méditerranée

 | 
Fabienne P. Guillén
, 
Salah Trabelsi

Le premier Atlantique portugais entre deux Méditerranées

Comment les Africains ont développé le Vieux Monde (xve-xvie siècles)

Antonio de Almeida Mendes

Texte intégral

MURS DE LA MÉDITERRANÉE

  • 1 Voir les récits du chroniqueur Gomes Eanes de Zurara, Crónica da Tomada de Ceuta et Crónica de Dom (...)

1En 1415, l’Europe a, ou aurait, changé de murs. Le 22 août 1415, une armada forte de 250 navires et de plusieurs milliers de mercenaires recrutés dans tout l’Occident — 50 000 hommes selon les sources — quitte l’Algarve et débarque, à l’aurore, sur les côtes méditerranéennes du Maroc. En quelques heures, la ville de Ceuta est saccagée et une partie de sa population musulmane massacrée ou réduite en captivité. Trois jours plus tard, la grande mosquée almoravide de la ville est consacrée en église et un Te Deum est célébré dans la nouvelle mosquée-église de Santa Maria de Africa en présence des princes héritiers du Portugal1. Pour l’historiographie classique, la Reconquista chrétienne au Maroc ne faisait que prolonger outre-mer des siècles de conflits entre chrétiens et musulmans en Europe du Sud ; et, dans le même temps, ce détachement des Ibériques de la Méditerranée inaugurait la dérive océane du Portugal. Le particularisme ibérique se construira dans l’Atlantique. L’Histoire les a institués en tant que pionniers des nouvelles dynamiques atlantiques, entérinant par la même occasion la fin de l’histoire pour les trois quarts de l’humanité (l’Afrique et l’Asie) et la domination économique, financière et politique de l’Occident et de leurs colonies américaines sur le monde.

  • 2 O. Ribeiro, Portugal, o Mediterrâneo e o Atlântico : esboço de relações geográfica.
  • 3 V. Magalhães Godinho, A Economia dos descobrimentos henriquinos ; F. Themudo Barata, Navegação, co (...)
  • 4 L. F. Thomaz, « A estrutura política e administrativa do Estado da Índia no séc. XVI » ; A. M. Hes (...)

2Le cours de cette histoire mérite d’être reconsidéré. La conquête de Ceuta marque-t-elle un virage structurel, ou s’inscrit-elle dans une gestion de la conflictualité autour du détroit de Gibraltar — plate-forme de la course portugaise et musulmane au XIVe siècle — et dans une tentative de contrôle des circuits de l’or africain ? En 1967, le géographe O. Ribeiro définissait la nature duale du Portugal ; pays aux frontières maritimes essentiellement atlantiques mais qui s’inscrivait, du point de vue humain et historique, dans une définition méditerranéenne2. V. M. Godinho, F. T. Barata ou L. Adão da Fonseca prolongèrent la réflexion sur le décloisonnement du mare nostrum en inscrivant l’évolution des économies et des sociétés ibériques dans une histoire articulée entre de multiples Méditerranées — l’Algarve portugais, l’Andalousie castillane, le Levant espagnol, l’Adriatique et la mer Tyrrhénienne, le Maghreb et le Mashrek —, façonnées sur le plan économique par les communautés marchandes génoises, catalanes, flamandes, séfarades, maghrébines ou anglaises3. Au-delà de la construction de ces nations marchandes et de ces réseaux transnationaux, il fallait apporter des réponses neuves à des problématiques anciennes : pourquoi une expansion portugaise, et comment un royaume aux moyens humains et financiers réduits put-il maîtriser des territoires immenses ? Les historiens des sociétés méridionales se sont attachés à situer les concepts d’« État moderne », de « nation », d’« empire », de « centre » ou d’« études coloniales ». L. F. Thomaz, pour l’Orient, A. M. Hespanha, pour le Brésil, ou J. -F. Schaub, pour l’Europe du Sud, ont ainsi souligné les dynamiques de discontinuité dans les pratiques de contrôle et la complémentarité des processus de décision et d’organisation dans l’Atlantique portugais. L’empire portugais engloba des structures administratives et politiques polymorphes qui conduisent à définir la structure impériale portugaise non en termes de conflits entre le pouvoir métropolitain et les pouvoirs locaux, ou entre Castillans et Portugais, mais sur la base de la négociation, de l’intégration et de la fragmentation4.

  • 5 A. M. Hespanha, As vésperas do Leviathan — instituções e poder político. Portugal — Século XVII ; (...)
  • 6 C. Boxer, O Império marítimo português, 1415-1825 ; J. Elliott, Empires of the Atlantic World : Br (...)
  • 7 J. Baschet, La civilisation féodale. De l’an mil à la colonisation de l’Amérique.

3Nous sommes désormais bien armés pour penser l’Empire portugais, moins l’Atlantique portugais5. Les courants de l’histoire connectée, comparée ou diasporique, qui constituent le corps de cette nouvelle histoire atlantique, ont profondément renouvelé les études impériale et atlantique6. Les notions de circulation, d’interaction, l’interculturel et le transcontinental s’invitent dans l’univers de l’historien du fait colonial, procurant la sensation d’une proximité des mondes et d’une fluidité des circulations. Les bornes chronologiques et géographiques des recherches atlantistes traduisent souvent des traditions historiographiques cloisonnées en aires culturelles et trop souvent réduites à un amalgame d’histoires nationales. Ainsi l’expansion européenne dans l’Atlantique continue à être lue comme une épopée de notre temps, qui relierait le cours des histoires de l’Europe et des Afriques et des Amériques des XVIIIe-XIXe siècles et légitimerait in fine la domination du Nord sur le Sud7. Comment inscrire cette histoire dans une localité et une temporalité, avec ses ruptures et ses continuités ?

  • 8 J. K. Thornton, Africa and Africans in the Formation of the Atlantic World, 1400-1680 ; J. K. Thor (...)

4L’Atlantique portugais ne se confond pas avec l’Empire portugais, puisque les Portugais menèrent des actions hors d’espaces géographiques et économiques sous contrôle portugais. De même, le choix d’Atlantique portugais, plutôt qu’africain ou créole, renvoie à une certaine lecture des relations entre les Européens, les populations natives ou les communautés métissées dans l’Atlantique mais aussi au sein des sociétés coloniales telles qu’elles se mettent en place à partir du XVe siècle. Si les ethnonymes « Portugais », « Africain », « Créole » ne recouvrent pas les mêmes réalités dans le cadre atlantique, brésilien, ouest-africain ou métropolitain, ils participent néanmoins d’une même construction de la race et de la perception que les autres firent de l’identité portugaise. Qu’est-ce qu’être Portugais dans l’Atlantique, dans les présides du Maroc ou dans un entrepôt guinéen ? Dans cet article, je n’aborderai cette question que par les marges pour m’intéresser aux interactions entre les acteurs européens, africains, nord-africains, luso-africains et américains. Les initiatives coordonnées des agents marchands, les flux de main-d’œuvre, libre ou contrainte, contribuent à poser les bases d’une première civilisation atlantique du travail. L’histoire partagée et juxtaposée des acteurs du premier Atlantique, située et historicisée entre Europes du Sud et Afriques de l’Ouest permet une autre interprétation que celle de l’opposition entre deux mondes. Les marges africaines, notamment nord-africaines, furent aux XVe-XVIe siècles des lieux de construction de pratiques commerciales, politiques ou administratives inédites mais aussi un espace d’invention de nouvelles sociétés urbaines et proto-industrielles. Le décryptage des initiatives marchandes et militaires de la Couronne portugaise et de leurs partenaires nord-africains et africains colonisés mais non intégrés montre une histoire imbriquée entre les continents européen et africain8.

  • 9 A. Games, The Web of Empire. English cosmopolitans in an age of Expansion 1560-1660 ; G. Ungerer, (...)

5Je partirai des espaces et des acteurs de l’Atlantique marocain et mauritanien pour repenser les flux et reflux dans la Méditerranée occidentale, qui est celle de la première modernité atlantique9. Restés anonymes ou sortis de l’oubli des archives, esclaves, marchands, marins, militaires ou interprètes participèrent aux côtés des découvreurs, des capitaines et des souverains à la construction d’une histoire commune à la Méditerranée ; européenne, nord-africaine et/ou africaine.

DES RIVES DU MAROC ET DU SAHEL AUX VILLES DE LA MÉDITERRANÉE

  • 10 J. Goody, L’Orient en Occident.

6L’entreprise des Portugais au Maroc n’inaugure pas tant la route de l’Ouest, des Amériques et de l’Asie, qu’un siècle de domination économique de l’Atlantique nord par les Portugais. Ceuta est la première étape d’une entreprise d’occupation, humaine, spirituelle et culturelle, de l’Afrique du nord et de ses frontières subsahariennes. L’expansion portugaise prépare une modernité qu’il s’agit de ne pas confondre avec l’occidentalisation du monde. La connaissance des vents, des courants et des instruments de la navigation hauturière permet la rencontre. Ces techniques et savoirs sont une transmission à la chrétienté romaine de l’héritage intellectuel des mondes musulmans et juifs. Il ne s’agit pas ici de poser la modernité ou la continuité de l’expérience ibérique avant et après l’Atlantique : il n’y eut pas de coupure dans l’héritage culturel et économique médiéval commun à l’Occident et à l’Orient10 et le mare clausum méditerranéen ne fait pas place à un Atlantique instable où tout est éternellement nouveau. Les textes antiques, les portulans majorquins ou les informations sur la terre du Prêtre Jean circulent dans le Levant espagnol ou dans l’Algarve, en hébreu ou en arabe, avant d’être traduits en latin, la langue de communication en Europe au Moyen Âge. Quelques années plus tard, dans les présides et les entrepôts édifiés sur les rivages du Maroc et de la Mauritanie, l’arabe et le berbère seront les langues de l’échange et de la médiation, les langues des intermédiaires que les Portugais vont rencontrer à leur arrivée dans l’Atlantique.

  • 11 J. Tolan, Cultures en conflit et en convergence : L’Europe latine et le monde arabe au Moyen Âge.
  • 12 Alvise Cada Mosto, Voyages en Afrique noire d’Alvise Ca’da Mosto : 1455 et 1456, p. 50.

7L’Atlantique tel qu’il fait irruption dans l’imaginaire des Temps modernes cesse de recouvrir un concept géographique vague — une étendue d’eau située à l’ouest de la Méditerranée, un espace dans lequel on peut naviguer et dans lequel on peut se trouver — pour désigner un monde connu dans lequel les hommes partagent des référents. Au contraire de ce que nous connaissons dans l’actualité, l’Europe et l’Afrique maintinrent à l’époque moderne une vision floue des frontières territoriales, humaines et religieuses. Les musulmans englobaient les Occidentaux sous l’appellation de « Francs ». Pour désigner les habitants de l’Afrique, les chrétiens du Moyen Age ne parlaient pas de musulmans ou d’Africains mais employaient des vocables ethniques : « Sarrasin », « Arabe » ou « Maure ». Au XVe siècle, le terme « Maure » était employé dans une acception étendue désignant indistinctement les Africains au nord et au sud du Sahara, la négritude des Subsahariens étant soulignée par l’ajout de l’adjectif noir (negro) qui renvoyait au phénotype11. En 1455, Alvise Ca’da Mosto entre en contact avec les « Arabes d’Afrique », les habitants de l’actuelle Mauritanie, des Berbères « maigres, de taille médiocre [qui] portent leurs cheveux crépus sur les épaules comme les Allemands, si ce n’est que leurs cheveux sont noirs et qu’ils les enduisent chaque jour de graisse de poisson, dont l’odeur est incroyablement nauséabonde, mais qu’ils tiennent pour fort raffinée »12. C’est la première rencontre d’un navigateur chrétien avec les Arabes de l’Atlantique : la découverte commence, sans peur et sans haine mais avec étonnement face à l’apparence et à l’étrangeté de ces hommes et de ces femmes.

  • 13 D. Nirenberg, Violence et minorités au Moyen Âge ; S. B. Schwartz, All can be saved. Religious tol (...)

8L’édification de présides et de fortins sur le littoral atlantique du Maroc et de la Mauritanie accompagne la création d’un État bureaucratique moderne. La formation du royaume du Portugal sur une base militaire plus que par assimilation de communautés territoriales préexistantes, d’une part, et la précocité de la détermination des frontières terrestres avec les royaumes péninsulaires d’autre part, contribuèrent à faire du royaume portugais un des royaumes les plus centralisés qui émergèrent en Europe occidentale à l’orée du XVe siècle13. Les Portugais avaient profité des guerres intestines de la dynastie des Mérinides pour prendre pied au Maroc. L’abandon de l’idée de conquête territoriale des terres d’Islam dans les années 1540 préfigure la fin d’une stratégie impériale de conquête ou d’imposition d’un modèle centralisateur global à l’échelle de l’Empire portugais, quand bien même ce modèle eût existé : la dissémination des terres et la difficulté à intégrer des espaces politiquement et culturellement disparates rendaient la tâche difficile. Le combat de raison, les trêves et les pactes qui marquent les rapports entre l’Europe et le Maghreb et l’Afrique subsaharienne traduisent une reconnaissance par les Portugais des pouvoirs politiques africains, accompagnée d’un transfert de l’autorité royale vers les îles-entrepôts atlantiques et les factoreries portugaises du littoral africain.

  • 14 C. Moatti, W. Kaiser et C. Pébarthe, Le monde de l’itinérance en Méditerranée, de l’Antiquité à l’ (...)

9Le succès de l’entreprise coloniale portugaise dans l’Atlantique nord reposa sur la capacité de l’appareil d’État à contrôler le prélèvement des taxes (le quint et la vingtaine) et de droits de douane, la production de monnaie, les flux humains, marchands dans l’Atlantique nord et finalement à mobiliser les capitaux privés des places d’Europe du Nord vers l’Atlantique portugais. En 1471, D. Afonso V ajoutait au titre de roi du Portugal et des Algarves celui officiel de rei do Algarve dalém mar em África, ce qui valait reconnaissance de la domination du Portugal sur les présides marocains de Ceuta, Tanger, Ksar-el-Kébir et Arzila par Moulay Cheikh, héritier de la dynastie wattasside au pouvoir. En 1486, D. João II se fit reconnaître roi des deux Algarves et de la Guinée, pays des deux ors. La titulature ébauche un programme politique et économique transcontinental : les présides portugais sur les côtes du royaume de Marrakech et du Sous formaient une première frontière, un chapelet de places fortes d’où l’influence portugaise devait rayonner jusqu’à l’intérieur du pays. Avec les îles atlantiques, l’« Algarve de l’outre-mer », Algarve de além mar, le Maroc, et la « Guinée des deux ors », ou pays des Noirs qui s’étendait des rivages du Sénégal à l’actuelle Sierra Leone, constituaient un carrefour-monde relié, culturellement et économiquement, au monde méditerranéen et aux marchés d’Europe du Nord. Outre-mer Portugais, Génois, Castillans, Flamands, Allemands, musulmans, Berbères, juifs, Africains cohabitèrent, s’affrontèrent, dialoguèrent et communiquèrent dans leurs langues respectives : portugais, arabe, berbère, wolof ou dans une langue « créole » de l’échange. La gestion de l’hinterland fut laissée aux potentats locaux, aux caïds arabes, alformas (intermédiaires) et linguas musulmans, berbères ou africains selon les espaces de rencontre. Dans l’Atlantique, les circuits euro-africains et interafricains prolongeaient les circuits médiévaux méditerranéens et transsahariens. L’entente luso-marocaine fut la locomotive du développement de l’Europe du Sud et très vite c’est une gestion intégrée de la main-d’œuvre qui se mit en place entre les mondes chrétiens et musulmans, fondée sur l’itinérance et la gestion centralisée des flux migratoires entre les deux espaces14. Jusqu’au milieu du XVe siècle, les campagnes militaires et les razzias terrestres menées sous la conduite du gouverneur de Ceuta, Duarte de Meneses, et de ses successeurs alimentent les marchés du travail de Valence, de Cadix et des villes de l’Algarve en captifs maures et africains. Juifs, musulmans et Africains apportent leur contribution à l’aventure en tant qu’individus plus qu’en tant que juifs ou musulmans, sans renier leur appartenance culturelle, ce qui déclenche à terme une hostilité à leur égard et une politique de différenciation.

10L’intégration à la société portugaise des composantes juive, musulmane et africaine dessine dès le XVe siècle un monde du travail ibérique et maghrébin multiple du point de vue religieux et racial. Le problème de main-d’œuvre, qui touchait les deux rives de la Méditerranée, et la grande dépression démographique causée par la peste noire avaient poussé Européens et musulmans à aller puiser dans les réserves humaines de la frontière subsaharienne, alimentant une économie de razzia, de rapt et de déprédation. Femmes et enfants, dont beaucoup avaient été en contact avec des espaces de culture musulmane, constituèrent entre 1510-1530 près des deux tiers des entrées humaines dans le port de Lisbonne. La création de la Casa da Mina e da Guiné, institution qui centralisa tous les aspects de l’économie de l’outre-mer, entérina une gestion centralisée des flux humains et marchands entre la métropole et l’outre-mer. Les licences permettaient de ficher et de documenter les candidats à la migration. Elles permettaient aussi de savoir où ils se trouvaient et de mettre en place un système de contrôle. Les registres comptables conservés à Lisbonne décrivent un monde de circulations croisées extrêmement réglementé : les convois d’esclaves et de captifs croisaient ceux des jeunes hommes qui partaient chercher fortune outre-mer ou fuyaient un vieux monde intolérant. Esclaves, captifs, mais aussi ambassadeurs, étudiants ou marchands « africains » débarquèrent en Europe avec un bagage culturel qui ne s’évapora pas à leur arrivée mais qui fit racine. Cette circulation entre l’Afrique et l’Europe se double d’un trafic intra-méditerranéen qui alimente depuis Lisbonne les villes du Sud de l’Europe en travailleurs manuels, en domestiques, servantes et concubines. En Europe, l’afflux d’esclaves, de captifs et d’étrangers redessine profondément le marché du travail urbain et y crée de nombreuses tensions. Les vendeuses ambulantes blanches réagissent par la violence à cet afflux d’esclaves qui constituent une menace pour leur quotidien. Certaines activités de Lisbonne, souvent les plus ingrates et les plus pénibles, deviennent alors l’apanage des esclaves noires. Les conditions d’existence et de travail de ces esclaves et de ces « salariés », les rapports maîtres/esclaves, patrons/serviteurs n’étaient pas seulement définis par leur statut de marchandise ou leur force de travail mais aussi par un rapport à l’altérité. Dénigrés et sujets à la violence arbitraire, les juifs, musulmans et Africains de la métropole ne sauraient néanmoins être considérés comme un Autre puisqu’ils faisaient alors partie intégrante des sociétés de l’Europe moderne.

TRAITES DANS L’ATLANTIQUE NORD ET RECONFIGURATIONS MÉDITERRANÉENNES

  • 15 Oasis de la Cyrénaïque qui était le débouché des caravanes transsahariennes provenant de la Boucle (...)
  • 16 H. Bresc, Un monde méditerranéen. Économie et société en Sicile. 1300-1450.

11Avec la découverte et l’occupation vint le temps de la traite et du resgate, de la négociation et de l’échange. Sur le plan étymologique, le terme portugais trato désigne à la fois l’acte d’échanger des marchandises, quelles qu’elles soient, mais aussi l’acte de dialoguer et d’entrer en contact. Aux XIIe et XIIIe siècles, une première traite des Noirs reliait les deux rives de la Méditerranée, entre le Maghreb et le Sud de l’Europe d’un côté ; Barca, Majorque et la Sicile de l’autre. Les routes africaines du commerce transsaharien sont relativement bien connues : elles reliaient le cœur du continent africain (la Sénégambie, la Boucle du Niger jusqu’au Darfour) et les ports du littoral maghrébin. Les pistes Tahert-Sijilmasa-Awdaghost-Ghana à l’ouest, Tahert-Ouargla-Tadmekka-Gao au centre et Tripoli-Zawila-Kawar-Kanem à l’est ont uni le Maghreb à des groupes soninké présents entre Awdaghost et Ghana. La majorité des captifs alimenta le marché maghrébin, mais aussi l’autre rive : des esclaves noirs des Monts de Barca15 se retrouvent entre les XIIIe et XVe siècles sur les marchés de Lagos, de Barcelone, de Valence ou de Palerme, où H. Bresc dénombre la vente de 84 hommes noirs et de 37 femmes noires des Monts de Barca entre 1440-146016.

  • 17 M. Lobo Cabrera, La esclavitud en las Canarias orientales en el siglo XVI (Negros, Moros y Morisco (...)
  • 18 Calculs réalisés à partir des sources publiées par V. Cortés Alonso, La esclavitud en Valencia dur (...)

12Ces premiers circuits organisés entre les îles canariennes et les ports de la péninsule Ibérique et entre rives chrétiennes et musulmanes de la Méditerranée préfiguraient un trafic d’une plus grande ampleur sur les littoraux mauritaniens et guinéens qui s’intégra à l’économie locale. Les champs des îles de Madère, des Açores et des Canaries allaient être les greniers des comptoirs européens. À partir du milieu du XVe siècle, le transfert organisé de milliers d’esclaves africains vers la péninsule Ibérique s’organise sur le modèle du commerce des captifs et s’articule sur les rivages sahariens à la traite transsaharienne arabo-berbère. En 1441, les Portugais Antão Gonçalves et Nuno Tristão s’aventurèrent avec leur caravelle au-delà de la « Rivière de l’Or », sur les rivages de l’actuel Sahara occidental, et capturèrent « onze Maures et une Mauresque noire » qui furent ramenés à Lagos. Le vendredi 8 août 1444 eut lieu à Lisbonne le débarquement du premier convoi composé de 235 Africains. La première traite atlantique constitua le maillon d’une chaîne entre les traites méditerranéennes médiévales, la traite transsaharienne et les traites transatlantiques modernes. L’avancée des caravelles ibériques dans l’Atlantique nord fut d’abord marquée par la conquête brutale des îles des Canaries17. Les incursions portugaises et espagnoles se multiplient à partir des années 1420 et aboutissent à l’extermination quasi complète des 80 000 indigènes à la fin du XVe siècle. Les hommes furent tués lors des combats, les femmes et les enfants déportés vers la péninsule Ibérique. Parmi un échantillon de 515 esclaves guanches qui, entre 1489 et 1497, entrèrent à Valence, 47 % étaient des femmes âgées de 17 à 30 ans, 32 % des petites et des jeunes filles de 6 à 16 ans, 11 % des garçons âgés de 2 à 16 ans et 10 % des hommes âgés de 17 à 30 ans18. À partir du milieu du XVe siècle, les Portugais bâtissent des entrepôts en Mauritanie, au milieu du désert : d’Arguin, du rio de São João ou Anterote partent annuellement vers la péninsule Ibérique 2 000 à 3 000 esclaves noirs ; les volumes variant mois après mois en fonction des prises effectuées dans l’intérieur de l’Afrique par des armées de razzieurs berbères et arabo-musulmans. Le nombre d’esclaves qui annuellement étaient exportés par l’Atlantique devait correspondre aux caravanes d’esclaves circulant entre le Bilâd al-Sûdân et le Maroc.

  • 19 Pour les pages suivantes, on renverra à A. de Almeida Mendes, Esclavages et traites modernes : le (...)
  • 20 Y. Ould Al Bara, Fiqh, société et pouvoir : étude des soucis et préoccupations sociopolitiques des (...)
  • 21 J. L. de Azevedo, Épocas de Portugal económico.
  • 22 Duarte Pacheco Pereira, Esmeraldo de Situ Orbis, p. 39.
  • 23 « Intermédiaires » en langue arabe. On retrouve le terme chez V. Fernandes, Description de la Côte (...)
  • 24 Le caïd de Safi avait eu jusqu’en 1500 l’autorisation d’envoyer annuellement un navire de marchand (...)
  • 25 Certains juifs avaient quitté l’Espagne et le Portugal pour s’installer dans les places d’Afrique (...)

13La reconstruction minutieuse, esclave par esclave, du circuit négrier qui, entre le début et le milieu du XVIe siècle, unit le port de Lisbonne, l’entrepôt saharien d’Arguin et le commerce interafricain des esclaves est riche d’enseignements19. Édifié à partir de 1440 sur une petite île rocailleuse déserte située au large des littoraux de l’actuelle Mauritanie, l’entrepôt fut un marché très actif des esclaves, de l’or et des poissons. Les Portugais y entrèrent en contact avec des communautés marchandes berbères homogènes qui s’étaient structurées autour du commerce à longue distance de certaines marchandises (esclaves, or, sel, cola) et d’une économie de prédation20, sorte de « communication interprovinciale » entre le Portugal et les rivages sahéliens. Les présides marocains ou les comptoirs mauritaniens ne furent pas des enclaves dans lesquelles les Européens vivaient en marge de la société et se préservaient de la culture musulmane. Portugais et Arabes se rencontrèrent selon des codes de civilité très précis. Entre 1444 et 1456, moins de 1 000 esclaves noirs avaient quitté les rivages de la Mauritanie et de Haute-Guinée. Autour de 1456, Alvise de Ca’da Mosto estimait les arrivées annuelles à 700-800 esclaves. Entre 1486 et 1493, on comptabilise près de 3 539 entrées d’esclaves, soit une moyenne annuelle de 440 esclaves21. Ces esclaves dits de « Jalofo et Mandinga »22 sont majoritaires à Lisbonne, à Séville et à Valence comparativement aux esclaves « Bénin », « Mina » ou « Congo » embarqués dans le golfe de Guinée ou au Congo. Pendant plus d’un demi-siècle (1470-1540), l’entrepôt d’Arguin fut la principale porte de sortie des esclaves d’Afrique vers le Portugal. Le dénombrement des arrivées d’esclaves à Lisbonne montre que dans un laps de temps de 20 ans (1499-1520), 10 000 « pièces » d’esclaves étaient, au bas mot, arrivés à l’entrepôt ; sur un demi-siècle peut-être 20 000 à 25 000 esclaves furent déportés depuis Arguin vers le Portugal. L’approvisionnement de l’entrepôt d’Arguin en « marchandise » humaine, mais aussi en or, varia, d’année en année, en fonction de ce qui se passait au-delà du désert, à des centaines de kilomètres, dans l’arrière-pays africain. La traite de l’entrepôt d’Arguin et les expéditions vers le Portugal furent dépendantes des contextes politique et économique régionaux et des livraisons des intermédiaires berbères (auxquels les Portugais donnaient le nom d’alformas23), des caïds musulmans24 et des intermédiaires juifs qui contrôlaient l’approvisionnement du comptoir en textiles produits dans les comptoirs marocains (haïks, hambels…)25. Un monde complexe, en réseau, fait d’étapes, de multiples networks et intermédiaires africains, musulmans, juifs, berbères se met en place. Les Portugais effectuaient le troc esclaves contre marchandises dans quatre centres de traite : la baie de Saint-Jean (dans le village de Awguej), à Tofia, Cabo da Area et Anterote (à proximité de Nouakchott), situés respectivement à 17, 24, 39 et 51 lieues d’Arguin. Dans ces interfaces commerciales, par le commerce on apprenait à connaître l’autre. Le commerce rendait tolérant, et tolérables aussi la souffrance, les cris des femmes, des hommes et des enfants que l’on enfermait dans des cellules avant la traversée.

14À Arguin et sur les rivages de Mauritanie, un personnel compétent triait, classait, évaluait d’un côté ; chassait, sélectionnait, marchandait les candidats à l’embarquement. Les transactions se faisaient pièce par pièce, esclave par esclave, et donnaient lieu à de longs marchandages entre Portugais et intermédiaires arabes. On parlait affaires, on se querellait et on faisait ses comptes : l’échange sous-tendait un équilibre délicat entre les différentes parties, fait de rivalités, d’exigences et de concessions. Une fois l’accord signé, le vendeur musulman faisait son « marché » parmi les articles disponibles dans le fort, en respectant les ordres de parité fournis par une table des équivalences entre « articles » et « étalon-or ». Rédigée en langue arabe et en langue portugaise, cette table était affichée dans la salle dite « des échanges » où elle était visible par tous. Elle constituait d’une certaine façon le cadre légal de la transaction. Nous étions dans une économie de l’échange immédiat. Chaque article avait une valeur d’usage exclusive qui correspondait à une valeur monétaire exprimée en étalon-or. La lettre de change s’était imposée comme moyen de paiement dans les foires d’Europe. En Afrique, les tissus de coton, la barre de fer et l’or furent les principaux moyens de transaction du pays. Le déficit de métaux en Europe plaçait les marchands européens en situation d’infériorité. L’esclave-marchandise de référence — un esclave jeune, sain et en bonne santé — avait une valeur fixe de 15 doublons d’or. Les femmes et les hommes avaient la même valeur de troc ; les enfants âgés de moins de 7 à 8 ans ne valaient plus qu’entre 40 et 50 % de cette même valeur étalon (soit de 6 à 7 doublons d’or) ; les « vieux » esclaves, âgés de plus de 36 ans, ne valaient plus que 65 % de cette valeur-étalon (soit 5 doublons d’or). Ce système de troc homme-doublon d’or était calqué sur le système de rachat en vigueur dans les places du Maroc.

  • 26 J. de Abreu Figanier, História de Santa Cruz do Cabo Gué (Agadir). 1505-1541.
  • 27 A. W. Massing, « The Wangara, an Old Soninke Diaspora in West Africa ? », pp. 281-308.

15L’activité négrière de l’entrepôt portugais connaît un pic au tournant du XVIe siècle en relation avec une série de facteurs politiques, religieux et sociaux africains, de niveau régional ou local, qui au tournant du XVIe siècle influèrent sur les flux, le déroulement des échanges et les routes internes de la traite. Au plan interrégional, les marchands arabes et berbères jouèrent un rôle de médiateurs entre Européens et Africains, imposèrent aux Européens un choix précis d’articles de traite, et exigèrent avec le temps un échange esclaves contre céréales. La transformation de la demande était une conséquence directe des périodes de sécheresse qui touchaient l’espace sahélien et nord-africain au début du XVIe siècle. Les Portugais, eux-mêmes dépendants de l’Andalousie pour l’approvisionnement en blé de la métropole et des îles atlantiques, ne purent alimenter le marché nord-africain. Au même moment, les défaites militaires portugaises dans les présides de l’Atlantique (Agadir, Safi, Azemmour, Alcácer Ceguer et Arzila) et les attaques des pirates des Canaries contre les possessions portugaises au Maroc finirent par fragiliser le commerce portugais. La chute d’Agadir, en 1541, fut un choc considérable pour le Portugal26. Durant le gouvernement de Gil Sardinha (1545-1549), près de 300 esclaves furent ainsi capturés par des Canariens. Pour les contrer, les Portugais envoyèrent en 1550 deux caravelles commandées par Francisco Luís Neto et Diogo Velho. Les exportations d’esclaves vers la métropole baissèrent de façon drastique. Entre juin 1549 et novembre 1550, en près d’un an et demi, le gouverneur du fort envoya moins de 600 esclaves à Lisbonne contre plus de 2 000 annuellement dans les années 1520. Le trafic régional était au point mort et Arguin voit son rôle décliner au détriment de l’entrepôt de Santiago du Cap-Vert qui se rattache en droiture aux « Rivières du Sud » (Guinée Bissau et Guinée Conakry). Ouadane, qui fut l’un des centres culturel et commercial saharien parmi les plus importants de la fin du XVe siècle, comptant jusqu’à 3 000 habitants, entra en déclin. Aux dires de Jean-Léon l’Africain, qui visita la ville au XVIe siècle, les savants et les commerçants musulmans avaient alors massivement quitté la ville pour Tombouctou et Gao, deux centres qui alimentaient les routes commerciales orientales vers Ghadamès (Libye), Tunis et l’Empire ottoman. Les intermédiaires arabo-berbères se détournèrent de l’entrepôt portugais pour se rediriger vers le Maghreb et vers Agadir, nouant un trafic intense avec des commerçants juifs portugais installés dans les oasis de l’intérieur. Les marchands mandés migrèrent, semble-t-il, d’Awkar (Mauritanie) vers le sud et le royaume du Mali, où ils fondèrent les villes de Odienné et Boron (dans l’actuelle Côte-d’Ivoire)27.

  • 28 D. T. Niane, Histoire des Mandingues de l’Ouest. Le royaume du Gabou.
  • 29 V. Cortés Alonso, La esclavitud en Valencia durante el reinado de los Reyes Católicos (1419-1516),(...)

16Dans l’espace subsaharien, l’expansion de l’Islam et des Mandingues28 vers la Boucle du Niger et la Sénégambie aboutissent au XVe siècle à la création d’un vaste espace culturel et commercial. Dans la Boucle du Niger, sous le règne de Sonni Ali, dans les années 1468-1473, le royaume musulman du Songhay étendit sa domination à Tombouctou et à Djenné. La richesse du royaume reposait sur le commerce de longue distance de l’or et du sel mais également sur la guerre. L’Askiya Muhammad, successeur de Sonni Ali, qui occupa le pouvoir de 1493 à 1528, créa un vaste empire qui engloba une partie de l’actuelle Mauritanie, le Bas-Sénégal, l’Aïr et le Bornou. Adepte de la doctrine islamique, Askiya Muhammad engagea une série de guerres de conquête, notamment contre les Mossi qui résistèrent victorieusement. En décembre 1514, une jeune esclave originaire du pays mandingue fut vendue à Valence. Son nom africain, Moro, indiquait qu’elle était probablement d’ethnie mossi ou qu’elle parlait le moré. Cette même année, Leonor, âgée de 28 ans, rapporta qu’elle fut faite prisonnière par d’autres Noirs « en pays Mantinga » et revendue à des Blancs qui la transportèrent en Espagne29.

  • 30 J. Boulègue, Le Grand Jolof (XIIIe-XVIesiècles).

17Sur les littoraux sénégambiens, le royaume wolof du Kajoor, avec lequel les Portugais étaient en contact depuis le milieu du XVe siècle, connut une croissance continue grâce au commerce atlantique. Les revenus tirés des échanges avec les Portugais, chevaux contre esclaves, permirent au Damel, souverain musulman à la tête du royaume, de dominer les royaumes voisins, notamment le royaume de Bezeguiche, situé sur la presqu’île lébou du Cap-Vert (Sénégal), qui n’entretenait pas de relations avec les Européens. La domination du roi du Kajoor sur la presqu’île du Cap-Vert est une réalité en 1515 et le rattachement de la presqu’île lébou au royaume du Kajoor se serait produit entre 1480 et 151530. L’origine lébou de beaucoup d’esclaves arrivés à Arguin est probable si l’on s’en tient aux textes portugais qui mentionnent, au début du XVIe siècle, les activités d’un chef militaire nommé Dama (on reconnaît le Damel), un « chef de la région de la côte », qui était à la tête d’une véritable armée de cavaliers, les Narzigues, qui dévastaient les villages de la presqu’île du Cap-Vert et alimentaient en esclaves le fort portugais. Au Nord, dans les royaumes de Siin et Saalum, la dynastie d’origine malinké des Gelwaar introduit à son accession au pouvoir, en 1490, de nouvelles castes, et s’allia avec les grandes familles wolof et sereer, organisant un pouvoir centralisé qui tirait ses ressources en grande partie de l’exportation de captifs razziés lors de guerres.

  • 31 A. Á. de Almada fait du jagarafe un « capitaine-général ». A. Á. de Almada, Tratado Breve dos rios (...)
  • 32 J. Boulègue, Le Grand Jolof (XIIIe-XVIesiècles), p. 92.

18À Arguin, un « jagarafe des Noirs » présidait aux échanges entre Portugais et Africains. Il tenait le rôle d’un ambassadeur, d’un médiateur commercial, d’un chef militaire qui recouvrait les tributs et représentait les intérêts économiques du souverain africain dans le comptoir portugais31. Le jagarafe parlait le portugais, l’arabe et les langues des ethnies wolofs et peulhes de l’espace sénégambien. Au contact du Sahara et de l’Afrique subsaharienne, les intermédiaires berbères ibadites assuraient la liaison entre les Européens et les Africains. Parmi les principaux acteurs, Bucar Benança, marchand de Oualata ; Almansour et Mafamede Benamen, alformas musulmans ; Byaire, l’alforma des Berbères, et enfin Ayce Acem, interprète officiel d’Arguin, marquèrent une présence assidue entre 1505 et 1515. Les échanges commerciaux et les circuits intérieurs de la traite, entre la Sénégambie et les régions environnantes, étaient assurés par les Dioula et Wangara, nom donné par les Soudanais, les Portugais et les Arabes à des marchands de langue malinké et soninké, mais aussi des luso-africains, particulièrement mobiles, qui s’appuyaient sur des réseaux familiaux transfrontaliers et leur connaissance des espaces32. La coopération entre tous les acteurs était étroite et elle supposait sans doute la préexistence de circuits de traites de jeunes filles et de garçons pour des emplois domestiques ou à des fins d’exploitation par le travail agricole et artisanal sur les marchés de Haute-Guinée, ou à l’intérieur du continent africain. On assiste ainsi à un emboîtement de réalités politiques, économiques et religieuses diverses.

MARGES ET CIRCULATIONS INVERSÉES

  • 33 A. Boucharb, Os Pseudo-mouriscos de Portugal no séc. XVI : estudo de uma especificidade a partir d (...)

19Les esclaves africains qui arrivaient à Arguin étaient présentés comme païens par leurs vendeurs, ce qui était supposé offrir un argument commercial à une clientèle réservée sur l’introduction de musulmans dans les foyers chrétiens de la péninsule Ibérique. Au Portugal, ce sont essentiellement des jeunes femmes et des adolescents qui seront employés comme domestiques ou serviteurs dans les villes et campagnes portugaises et castillanes. Devenus chrétiens par le baptême, instruits des rudiments de la prière en latin ou affublés d’un nom portugais, les esclaves africains ont, dès lors, multiplié les façons d’être chrétien tout comme les musulmans et les crypto-musulmans du Portugal accommodèrent les façons d’être musulman. Flux migratoires subsahariens et mobilités marocaines se concentrent dans l’espace euro-méditerranéen. Dès la fin du XVe siècle, la Couronne portugaise autorisait les hommes de Safi à venir au Portugal contre le paiement d’un impôt de 300 mikhtals d’or, redevable chaque année. Ces circulations transatlantiques découlaient de transferts saisonniers d’hommes et de femmes qui, à l’arrière-saison, partaient au Portugal comme ils partaient au Sénégal, chercher un emploi. Elles s’inscrivaient dans des configurations migratoires circulaires traditionnelles entre des zones rurales marginales et des villes au Maroc. À Lisbonne, des familles entières se retrouvèrent et se sédentarisèrent, d’autres se formèrent au sein de communautés ambulantes et composites. Une migration organisée, de type communautaire, de migrants se déplaçant depuis les présides portugais d’Agadir, Azemmour, Tanger ou Safi vers les centres urbains portugais cohabita avec des parcours plus individuels de Marocains cherchant à passer sur l’autre continent. La communauté marocaine du Portugal, dont les membres se dénommaient eux-mêmes Mouriscos, put compter jusqu’à 20 000 membres au milieu du XVIe siècle33. Le recours à la mobilité géographique comme mécanisme économique si présente en péninsule Ibérique ne disparaît pas dans le milieu africain. Pour ces hommes, le Portugal pouvait être une « terre de liberté » et le monde luso-marocain était perçu comme une totalité, un ensemble territorial et économique qui leur était ouvert.

20La vitalité retrouvée des villes d’Afrique du Nord sous l’effet de l’essor du commerce luso-marocain et intra-africain transforme l’espace portugais en une importante source d’émigration vers le Sud. Des quartiers des grandes villes de l’Europe du Sud voient une partie de leur population active s’exiler outre-mer pour des séjours temporaires, mais qui souvent se prolongent toute une vie. Le peuplement et la colonisation des îles atlantiques des Canaries, de Madère, des Açores et du Cap-Vert sont le produit de l’introduction définitive de renégats, de prisonniers, d’exclus religieux (juifs) et de captifs depuis la métropole et les côtes marocaines ou guinéennes. Ces îles allaient être des laboratoires pour penser dès la fin du XVe siècle la continuité territoriale entre la métropole et des colonies outre-mer, mais aussi pour organiser des déplacements d’hommes et de marchandises à travers l’Atlantique, condition essentielle à la pérennité et au développement de nouvelles sociétés et économies.

21Le droit de déplacer des hommes ou des marchandises n’impliquait pas toutefois la liberté de s’installer ou de commercer. En 1469, le roi Afonso V concéda le monopole de la navigation et du commerce à Fernão Gomes, honorable citoyen de Lisbonne, et se réserva l’exclusivité de l’exploitation du poivre et de l’or. Dans cette moitié de l’Atlantique qui revenait de droit à la personne du roi, nul ne pouvait circuler sans l’octroi d’une licence royale « temporaire ». Toute transgression était punie de la peine de mort et de la perte des biens. En 1517, le pardon était accordé, contre le versement de 10 cruzados à l’Hôpital de Todos-os-Santos de Lisbonne, à tous les chrétiens qui s’étaient lancés en Guiné et qui reviendraient au royaume. Ces mesures visaient à limiter la contrebande mais surtout à encadrer la concession de la « naturalité » aux descendants des colons nés outre-mer. Le concept juridique de naturalité était central dans les royaumes de la péninsule Ibérique (Aragon, Castille ou Portugal) pour penser les droits et les devoirs des hommes, mais aussi le gouvernement du souverain sur le peuple d’un même pays. La naissance en métropole s’accompagnait de droits et de devoirs, dont étaient exclus les étrangers.

  • 34 J. Correia, L’implantation de la ville portugaise en Afrique du Nord : de la prise de Ceuta jusqu’ (...)

22Dans les présides d’Afrique du Nord, les Portugais se réservent un espace en marge de la ville musulmane entre la mer et l’hinterland. À Safi, la typologie de la ville portugaise et son bâti autour de la rua direita — l’église, les douanes (alfândega), le fort ou maison du gouverneur et la maison de la monnaie — témoignent d’un monde portugais structuré comme un espace de conquête territoriale34 mais aussi pensé comme une porte ouverte sur le monde de l’économie coloniale. L’inquisition et les persécutions en péninsule Ibérique conduisirent de nombreux juifs séfarades à traverser la mer. Puis vint l’heure des pêcheurs de l’Algarve, de Lagos à Tavira, qui, délaissant la pêche côtière et la Méditerranée convoitée par les Ottomans et autres pirates, instaurent un pont alimentaire entre les marchés aux poissons de Lisbonne et les pêcheries du cap Blanc et du banc d’Arguin. Mulets jaunes, émissoles et requins de diverses qualités emplissent par milliers les cales des caravelles où sur le pont l’on entasse aussi les esclaves. Ils se retrouvent dès les années 1460 sur les étals du cosmopolite Mercado da Ribeira où s’activent au quotidien plus de 70 revendeuses et une multitude de marchandes ambulantes, majoritairement originaires d’Afrique occidentale. Cette pêche intensive pré-industrielle mobilisa des investissements et des moyens de production importants. Elle reposa sur l’introduction des bateaux à voile latine par les Portugais et Canariens et la transformation des techniques traditionnelles de pêche et de conservation du poisson en usage dans le littoral mauritanien et sud-marocain.

23Les caravelles portugaises avaient été les instruments de la conquête des mers, de la circulation des hommes, de la main-d’œuvre, de la technique et donc du développement d’un marché économique mondialisé entre les espaces européen et nord-africain. Au Maroc, entre négociation et conflit, intolérance et coexistence, les Portugais développèrent également, en partenariat avec les agents politiques et économiques locaux, une industrie spéculative de l’habillement, qui s’articula avec une industrie textile intensive dans le nord de l’Europe et sur les marges orientales de la Méditerranée. Les pièces de vêtements traditionnels confectionnés au sein de grandes manufactures marocaines inondèrent la Mauritanie sahélo-berbère et les royaumes noirs islamisés de la frontière subsaharienne. Safi fut le cœur de cette industrie spéculative de l’habillement : djellabas, burnous, bérets, tapis, pagnes et surtout haïks furent produits à grande échelle avec le recours à une importante main-d’œuvre servile ou non. Les haïks, drapés dont s’enveloppaient traditionnellement les femmes arabo-musulmanes ou berbères, étaient l’objet d’un commerce intense entre l’Afrique blanche et noire, antérieur à l’arrivée des Portugais. La production textile nord-africaine était une activité artisanale et urbaine, très vulnérable à la conjoncture, aux fluctuations des prix et à la disponibilité des stocks. Les descendants des Morisques expulsés d’Espagne s’étaient reconvertis dans l’activité textile. De nombreux conversos portugais occupaient également une place prépondérante dans ce trafic. Abraham Benzameiro administrait le commerce colonial portugais au Maroc. Sa famille était directement impliquée dans le commerce des esclaves et la production textile. En 1514, Izaque Benzameiro et son associé Mair Lévi font confectionner 2 000 gallabya à Safi qu’ils exportent vers Arguin. Le coton brut est importé de Cadix mais surtout de Bristol, qui s’était spécialisé dès le XIVe siècle dans la production de coton bon marché.

24Cette économie était fondée sur l’échange direct, en « face à face » : les produits devenaient des marchandises du fait de l’échange. Elle demandait des investissements importants, des conditions naturelles, un savoir-faire pour le tissage, la filature, les motifs ou la teinture et une main-d’œuvre locale qualifiée et nombreuse. Les tissus étaient traités contre des armes et du blé, deux produits qui faisaient l’objet de prohibitions, et dont l’importation était assujettie à des mesures répressives. En amont, la commercialisation à l’échelle locale était souvent assurée par les marchands itinérants berbères, juifs et mandingues. Le système bancaire développé en Italie ou en Flandres, les évolutions des techniques de travail et de production dans les villes du Nord, les progrès de la technologie navale portugaise étaient porteurs d’une mutation structurelle. Ils permettaient de financer des réserves de coton ou de laine pour plusieurs années, de produire à la chaîne et à coûts contrôlés des milliers de pièces de toiles et d’approvisionner en toute sécurité et à intervalles réguliers les centres marocains en toiles, laines et draps ordinaires de Southampton, Londres, Bristol, Galway, Douai, Bretagne, Brabant, d’Egypte ou de Tunisie, etc. et en plantes tinctoriales d’Asie et d’Amérique : le bois-brésil ou l’indigo du Brésil, l’urzela des Açores et du Cap-Vert ou la laque d’Inde.

25La domination des courants marins, des vents, de la navigation hauturière, des escales dans l’Atlantique marocain permit aux Portugais d’établir un commerce de cabotage circulaire entre les ports marocains, les îles atlantiques portugaises et les ports européens. Les îles des Canaries, de Madère et des Açores furent conquises, colonisées et peuplées grâce à l’introduction de migrants et de céréales depuis le sud de la péninsule et les rivages du Maroc. Plusieurs années s’écoulèrent, pendant lesquelles les côtes marocaines furent méticuleusement mises en carte. Des présides et des fortins furent érigés à Arguin (1440) en Mauritanie ; à Alcácer Ceguer (1458), Arzila (1471), Safi (1508), Mazagan (1513) au Maroc. L’énumération de ces premières positions coloniales portugaises confirme l’attrait exercé par l’autre rive. Les économies sahélo-maghrébines et de l’Europe du Sud étaient désormais reliées par des routes maritimes balisées et un système intégré : l’Atlantique nord. L’unification économique de ce nouvel espace régional s’accompagna ainsi de la collaboration au sein des classes marchandes de musulmans, de juifs et de chrétiens. Les rives occidentales du Maghreb et du Sahara étaient intégrées à l’Europe. L’or et les esclaves remontaient d’Afrique subsaharienne vers les rivages de la Méditerranée chrétienne et musulmane le long des pistes transsahariennes.

26À terme, les marchés européens de production de matière première furent isolés des marchés de transformation maghrébins alors que l’évolution des sociétés européennes et africaines fut étroitement liée. L’augmentation des capacités de production en Europe s’accompagna de l’exploitation extrême de la main-d’œuvre humaine dans les centres textiles européens et dans les manufactures marocaines. L’industrie de l’habillement était un service d’État : les manufactures appartenaient aux chérifs, lesquels avaient délégué leur financement et entretien à des juifs. À terme, l’économie marocaine se retrouva largement dépendante de l’extérieur pour ses approvisionnements en textiles mais aussi pour la distribution massive de la production, qui dépendaient de la paix, de la faiblesse des droits de douane et surtout des oscillations du marché négrier. Les Portugais « traitaient » des étoffes et des vêtements contre des esclaves et de l’or africains, objets constants des demandes et des exigences portugaises. L’État portugais, malgré ses efforts, ne réussit jamais à contrôler les étapes et les flux des marchés des esclaves et des métaux, en partie parce que ses représentants ne purent qu’occasionnellement prendre part aux razzias et aux guerres entre musulmans et non-musulmans dans l’intérieur de l’Afrique et durent s’en remettre à leurs partenaires arabo-musulmans et berbères. L’entrepôt portugais d’Arguin, situé au large du Sahara, fonctionna pendant un siècle (1440-1540) comme une plate-forme d’échange et de redistribution. Le troc d’ustensiles de cuivre, étoffes européennes ou vêtements marocains contre esclaves ou or africains s’effectuaient sur les bases d’une économie monétaire : les marchandises manufacturées ou humaines avaient individuellement une valeur d’échange étalon fixée en doubles d’or. Le trafic n’était pas de tout repos mais au final le profit compensait largement les risques et la contrebande. Le commerce ne doit pas faire oublier les facteurs religieux et culturels qui ont été plus déterminants que ne veulent bien l’admettre la plupart des chercheurs en sciences sociales. Les luttes entre factions et clans familiaux royaux au Maroc, l’expansion arabe en territoire berbère en Mauritanie, les persécutions contre les marchands séfarades renforcèrent le sentiment d’insécurité et déstructurèrent l’économie locale et la traite arabo-berbère qui reposait sur un équilibre habile entre chrétiens, musulmans, Berbères, Africains et juifs. Dans la tentative de conquête militaire et culturelle des espaces de l’Atlantique nord, la religion et la langue conquérante des Portugais jouèrent un rôle important. Mais le facteur économique fut tout aussi important : l’entrée en scène des marchands portugais s’accompagna d’une révolution structurelle en Afrique du Nord. En retour, l’Europe connut une révolution conjoncturelle : les prix de la main-d’œuvre ont plus que doublé à Lisbonne entre 1500 et 1530. L’échec des Portugais à imposer par la conquête une langue, une religion et un modèle économique équitable a débouché sur l’évacuation des présides marocains dans les années 1540. Le rêve marocain du Portugal et le rêve européen des Maghrébins s’est effacé devant le rêve guinéen des Portugais.

  • 35 J. C. Schmitt, L’invention de l’anniversaire.

27À partir d’un échantillon de 1 248 esclaves dont nous pouvons fournir le sexe et l’âge, les décomptes faits par les facteurs portugais montrent que les femmes et les enfants constituèrent la grande majorité des esclaves au départ d’Arguin. Plusieurs raisons peuvent être évoquées : les enfants et les femmes, surtout lorsque ces dernières avaient des nourrissons ou des enfants en bas âge, étaient des prises faciles pour les razzieurs. Après des jours de marche à travers le désert dans des conditions extrêmes, avec des étapes marquées dans les oasis et les puits d’eau, les littoraux de Mauritanie et le fort d’Arguin étaient le terminus des caravanes et le point d’enchevêtrement d’intérêts complexes. À l’arrivée dans l’entrepôt d’Arguin, les esclaves étaient soigneusement examinés par les Portugais et répartis par tranches d’âge en hommes (homens), femmes (mulheres), enfants (moços et moças) et nourrissons (crianças de mimo). L’âge que l’on donnait à un esclave ne résultait pas d’une connaissance précise de l’année de naissance, elle était fixée par les Portugais en fonction des « quatre âges de la vie » : enfance, jeunesse, âge mûr et vieillesse. Une division arbitraire qui reposait sur une classification physique (la présence ou non de pilosité chez les jeunes hommes par exemple) et physiologique qui reprenait l’image chrétienne de la croissance, de l’apogée et du déclin35. Au moment de la transaction finale, une vive négociation s’engageait alors entre les deux parties : les esclaves étaient troqués pièce par pièce contre des marchandises entreposées dans des caisses en bois. Les articles de la traite entraient dans trois grandes catégories : textiles, harnachements pour les chevaux, ustensiles de cuivre et de laiton.

  • 36 A. Teixeira da Mota, « Esclaves noirs à Valence de 1445 à 1482 », pp. 195-210.

28À leur arrivée à Lisbonne, les esclaves étaient conduits dans les entrepôts de la Casa da Mina e da Guiné, comptés, inspectés et évalués par un almoxarife des esclaves qui fixait leur valeur en réaux. Promenés nus et en file indienne à travers les rues du centre-ville pendant une demi-journée, les esclaves étaient ensuite mis en vente sur la Praça dos Escravos de Lisbonne, qui se trouvait près de l’actuel Campo das Cebolas, sur les rives du Tage. Des courtiers portugais, spécialisés dans l’achat et la revente, achetaient des lots entiers d’esclaves (constitués parfois de plus d’une centaine d’individus), qu’ils réexpédiaient par mer vers Séville ou Valence, où ils possédaient des succursales, dirigées par des agents locaux, voire par des familiers ou des congénères portugais. L’Algarve, terre pauvre en hommes et en ressources, devint dès le milieu du XVe siècle une terre d’arrivée d’esclaves maures et de maures noirs et une plaque tournante de la réexportation vers Séville et Valence. Entre 1445-1482, plus de 1 300 esclaves ont transité de Lagos, Tavira et Lisbonne jusqu’à Valence36.

29Le Génois Bartolomeo Marchionni incarne ces grands négociants-argentiers de la traite précoce qui apparaissent dans le paysage de la Méditerranée. En 1480, il reçoit d’Isabelle et de Ferdinand d’Aragon le monopole de l’approvisionnement en esclaves noirs des royaumes d’Aragon. Entre 1486 et 1495, il acquiert le contrat des « Rivières de Guinée du Cap-Vert » en Sénégambie et celui « des Fleuves des Esclaves » dans le golfe de Guinée. Entre 1486 et 1493, ses facteurs enregistrent l’entrée de 3 589 esclaves dans l’entrepôt de Lisbonne. Les trois quarts de ces esclaves sont réexportés vers Valence. À partir de 1492, ses petits-neveux Gaspar et Luís Morelli reprennent l’activité familiale. Entre 1507 et 1516, Gaspar et Luís Morelli exportèrent près de 1 500 esclaves vers les propriétés latifundiaires canariennes, mais aussi vers l’île caribéenne d’Hispaniola.

LIENS ET LIEUX DE CIVILISATION

30Le rêve de conquête des Européens est au commencement, comme dans toute genèse : les nouveaux arrivants donnent les noms aux terres, aux îles, aux embouchures des fleuves, puis administrent les mondes découverts en leur apportant leur civilisation et en détruisant celle de l’Autre. Les colonisations des Canaries entre 1479 et 1493 et d’Hispaniola entre 1493 et 1511 par les conquistadores castillans s’accompagnent de la disparition des populations indigènes natives, de l’évangélisation des survivants au sein des premières villes coloniales d’outre-mer, notamment à Santo Domingo (1502). Au même moment, les Portugais « découvrent » l’Afrique. Les Européens interviennent alors dans les civilisations ouest-africaines sans les modifier par un apport massif de population ; ils interagissent avec les « barbares » avant de s’approprier la culture, la langue et les pratiques de ces « autres ». Ce qui caractérise durablement la première expérience portugaise, c’est une situation d’infériorité humaine et donc militaire. Dans les places fortes de Ceuta, Safi, Azemmour, Mazagan, Tanger, Agadir, à Arguin, sur le littoral mauritanien, ou sur les littoraux de Guinée, les gouverneurs, les fonctionnaires royaux et les marchands portugais côtoyèrent les interprètes linguistiques et les intermédiaires arabes, berbères, juifs et africains, fréquentèrent les concubines africaines, les esclaves baptisés, les mulâtres libres et les noirs libérés.

  • 37 A. de Almeida Mendes, Aspects de l’expansion portugaise en Afrique occidentale.

31L’aventure africaine ne fut pas à l’origine une aventure coloniale moderne mais une entreprise d’État promue par une classe marchande nationale et par la dynastie des Avis, qui envisagea l’aventure au Maroc puis en Guinée comme une fin plus que comme un moyen, comme une entreprise nécessaire à la consolidation de l’indépendance du royaume portugais. Elle se mua en expérience post-moderne lorsque les agents privés et les compagnies marchandes européennes firent de l’Atlantique nord le centre du commerce mondial et prirent à leur compte les risques de l’exploration et de la colonisation. À la fin du XVIe siècle, dans ses marges africaines, la monarchie catholique s’employa à réinventer des liens de domination avec la métropole. Philippe II (1598-1620) exhorta ainsi les vizinhos portugais de Cacheu — Blancs, Noirs, Métis — à reconnaître l’autorité royale en la personne des représentants de l’État et à respecter les liens historiques de vassalité qui les unissaient à société métropolitaine. Les vizinhos de Cacheu prirent les armes contre le gouverneur et le facteur, invoquant leur volonté de se gouverner par eux-mêmes selon les règles de leur communauté. Ni sujets du Portugal ni sujets des Africains, les filhos da terra et les brancos da terra avaient alors fait un premier pas vers l’autonomie ; vers l’autonomie plutôt que vers la liberté. Les brancos da terra, les « Blancs du pays », ne contestaient pas leur appartenance historique à la nation portugaise, mais ils contestaient leur intégration politique à la monarchie catholique37. Le maintien d’un nom patronymique portugais génération après génération, la transmission de père en fils étaient une manière d’afficher une identité culturelle et historique valorisée par rapport à des sociétés ouest-africaines fragmentées du point de vue ethnique et politique, et qui, sur le long terme, présentèrent une tripartition rigide entre hommes libres, « gens de castes » et esclaves aussi rigide que celle en vigueur en péninsule Ibérique. Les terres d’Afrique ne rendaient pas plus libre que les terres d’Europe.

32Ce qui se construit alors dans ce premier Atlantique, c’est une zone de libre échange et de partage entre les Européens, les Africains et leurs descendants. L’expérience d’un vécu local partagé, qui ne fut pas borné par des frontières culturelles, religieuses ou politiques, influa sur la formation des empires portugais et espagnols. Le Portugal et la Castille avaient au départ les mêmes rêves de conquête spirituelle et territoriale. Le rêve africain et américain des Ibériques fut tué par la technologie, les armes, la pensée rationnelle, le cartésianisme ou la religion qui empêchent de croire aux dieux du paganisme, à la magie ou à la différence dans l’universel. Les expériences ibériques en Afrique et en Amérique firent longtemps figure de réussite auprès des autres nations européennes et les sociétés nées de ces rencontres n’inventèrent pas le « Métis » mais des hommes aux statuts ambigus et aux identités incertaines — esclaves, captifs mulâtres, grumetes ou tangomaos — qui se considéraient comme faisant partie d’une même civilisation. Ce n’est qu’avec l’affirmation du système américain et caribéen de la plantation esclavagiste au XVIIIe siècle et au XIXe siècle que le Métis se voit attribuer une identité raciale. À l’orée des Temps modernes, de part et d’autre de l’Atlantique, Européens et Africains avaient conscience d’appartenir à des civilisations extérieures les unes aux autres.

Notes

1 Voir les récits du chroniqueur Gomes Eanes de Zurara, Crónica da Tomada de Ceuta et Crónica de Dom Pedro de Meneses.

2 O. Ribeiro, Portugal, o Mediterrâneo e o Atlântico : esboço de relações geográfica.

3 V. Magalhães Godinho, A Economia dos descobrimentos henriquinos ; F. Themudo Barata, Navegação, comércio e relações políticas : os portugueses no Mediterrâneo ocidental (1385-1466) ; L. Adão da Fonseca, Navegación y corso en el Mediterráneo Occidental. Los Portugueses a mediados del siglo XV, et id., Portugal entre dos mares.

4 L. F. Thomaz, « A estrutura política e administrativa do Estado da Índia no séc. XVI » ; A. M. Hespanha, « A constituição do Império Português. Revisão De Alguns Enviesamentos Correntes », pp. 163-188 ; J. -F. Schaub, « La catégorie “études coloniales” est-elle indispensable ? », pp. 625-646.

5 A. M. Hespanha, As vésperas do Leviathan — instituções e poder político. Portugal — Século XVII ; J. P. Greene, Negotiated Authorities : Essays in Colonial Political and Constitutional History.

6 C. Boxer, O Império marítimo português, 1415-1825 ; J. Elliott, Empires of the Atlantic World : Britain and Spain in America 1492-1830 ; F. Bethencourt et L. F. de Alencastro, L’empire portugais face aux autres empires (XVe-XIXe siècles) et F. Bethencourt et D. Ramada Curto, Portuguese Oceanic Expansion, 1400 ? -1800 ; S. Gruzinski, Les quatre parties du monde. Histoire d’une mondialisation ; J. -P. Zúñiga, « L’Histoire impériale à l’heure de l’“histoire globale”. Une perspective atlantique » ; C. Vidal et F. -J. Ruggiu, Sociétés, colonisations et esclavages dans le monde atlantique. Historiographie des sociétés américaines des XVIe-XIXe siècles.

7 J. Baschet, La civilisation féodale. De l’an mil à la colonisation de l’Amérique.

8 J. K. Thornton, Africa and Africans in the Formation of the Atlantic World, 1400-1680 ; J. K. Thornton et L. M. Heywood, Central Africans, Atlantic Creoles, and the foundation of the Americas, 1585-1660 ; S. Subrahmanyam, Explorations in Connected History. From the Tagus to the Gange.

9 A. Games, The Web of Empire. English cosmopolitans in an age of Expansion 1560-1660 ; G. Ungerer, The Mediterranean apprenticeship of Bristish slavery.

10 J. Goody, L’Orient en Occident.

11 J. Tolan, Cultures en conflit et en convergence : L’Europe latine et le monde arabe au Moyen Âge.

12 Alvise Cada Mosto, Voyages en Afrique noire d’Alvise Ca’da Mosto : 1455 et 1456, p. 50.

13 D. Nirenberg, Violence et minorités au Moyen Âge ; S. B. Schwartz, All can be saved. Religious tolerance and Salvation in the Iberian Atlantic World.

14 C. Moatti, W. Kaiser et C. Pébarthe, Le monde de l’itinérance en Méditerranée, de l’Antiquité à l’époque moderne. Procédures de contrôle et d’identification.

15 Oasis de la Cyrénaïque qui était le débouché des caravanes transsahariennes provenant de la Boucle du Niger.

16 H. Bresc, Un monde méditerranéen. Économie et société en Sicile. 1300-1450.

17 M. Lobo Cabrera, La esclavitud en las Canarias orientales en el siglo XVI (Negros, Moros y Moriscos).

18 Calculs réalisés à partir des sources publiées par V. Cortés Alonso, La esclavitud en Valencia durante el reinado de los Reyes Católicos (1419-1516), doc. 99, p. 232.

19 Pour les pages suivantes, on renverra à A. de Almeida Mendes, Esclavages et traites modernes : le temps des empires ibériques, entre Moyen Âge et Modernité, entre Méditerranée et Atlantique (XVe-XVIIe siècles). Une histoire globale ?.

20 Y. Ould Al Bara, Fiqh, société et pouvoir : étude des soucis et préoccupations sociopolitiques des théologiens-légistes (fuqaha) à partir de leurs consultations juridiques (fatawa) du XVIIe au XXe siècle.

21 J. L. de Azevedo, Épocas de Portugal económico.

22 Duarte Pacheco Pereira, Esmeraldo de Situ Orbis, p. 39.

23 « Intermédiaires » en langue arabe. On retrouve le terme chez V. Fernandes, Description de la Côte d’Afrique de Ceuta au Sénégal, pp. 94-95. Lire J. A. Frago Gracia, « Arabismos saharianos (Alforma, Alformaje, Alformar) en el español de Canarias », pp. 149-152.

24 Le caïd de Safi avait eu jusqu’en 1500 l’autorisation d’envoyer annuellement un navire de marchandises à Arguin. Cité par B. Rosenberger, « Aspects du commerce portugais avec le Maroc (XVe-XVIe siècles) », pp. 71-84.

25 Certains juifs avaient quitté l’Espagne et le Portugal pour s’installer dans les places d’Afrique du Nord. Voir B. Rosenberger, « Le rôle des juifs hispaniques dans l’adaptation du Maroc à son temps (1493-1603) », p. 126.

26 J. de Abreu Figanier, História de Santa Cruz do Cabo Gué (Agadir). 1505-1541.

27 A. W. Massing, « The Wangara, an Old Soninke Diaspora in West Africa ? », pp. 281-308.

28 D. T. Niane, Histoire des Mandingues de l’Ouest. Le royaume du Gabou.

29 V. Cortés Alonso, La esclavitud en Valencia durante el reinado de los Reyes Católicos (1419-1516), pp. 461 et 435.

30 J. Boulègue, Le Grand Jolof (XIIIe-XVIe siècles).

31 A. Á. de Almada fait du jagarafe un « capitaine-général ». A. Á. de Almada, Tratado Breve dos rios de Guiné, p. 260 et 267.

32 J. Boulègue, Le Grand Jolof (XIIIe-XVIe siècles), p. 92.

33 A. Boucharb, Os Pseudo-mouriscos de Portugal no séc. XVI : estudo de uma especificidade a partir das fontes inquisitoriais.

34 J. Correia, L’implantation de la ville portugaise en Afrique du Nord : de la prise de Ceuta jusqu’au milieu du XVIe siècle.

35 J. C. Schmitt, L’invention de l’anniversaire.

36 A. Teixeira da Mota, « Esclaves noirs à Valence de 1445 à 1482 », pp. 195-210.

37 A. de Almeida Mendes, Aspects de l’expansion portugaise en Afrique occidentale.

Auteur

Université de Nantes, CIRESC

© Casa de Velázquez, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search