Version classiqueVersion mobile

Les esclavages en Méditerranée

 | 
Fabienne P. Guillén
, 
Salah Trabelsi

L’esclavage en Méditerranée et dans l’Atlantique nord (1571-1700)

Brève histoire et comparaison

José Antonio Martínez Torres

Texte intégral

  • 1 F. Braudel, El Mediterráneo y el Mundo Mediterráneo en tiempos de Felipe II, pp. 284-319 ; B. Benn (...)

1Ce travail cherche à atteindre trois objectifs. Le premier consiste à signaler que les attaques livrées en Méditerranée et dans l’Atlantique africain pendant le XVIe et le XVIIe siècle par les corsaires barbaresques contre les principales puissances européennes de l’époque furent à l’origine d’un important trafic d’hommes, d’argent et de marchandises. Le deuxième objectif a pour but de mettre en évidence que le commerce d’esclaves qui s’est produit dans ces eaux, fruit de ce conflit pratiquement incessant, créa un dense réseau d’intermédiaires venus de différentes zones géographiques et aux croyances religieuses diverses qui obtenaient, grâce à toutes ces transactions, d’importants bénéfices économiques. Et pour terminer, avec notre troisième objectif, nous cherchons à mettre en évidence que les chrétiens et les protestants qui décidèrent de pénétrer dans cette géographie ont également exercés la course et la piraterie. Comme on le sait, la victoire chrétienne dans les eaux du golfe de Lepanto (7 octobre 1571) a mis fin à la guerre des grands déploiements et des coûts, mais a également ouvert la voie à une lutte non moins atroce et sans trêve qui dura presque deux siècles1. En conséquence, un grand nombre de Turcs, Berbères, Subsahariens et de Noirs provenant principalement de la côte guinéenne furent capturés lors de spectaculaires opérations prédatrices par des marins portugais, espagnols, italiens, hollandais, anglais et français. Les plus chanceux ont fini leurs jours en réalisant des tâches ménagères pour leurs propriétaires, tandis que d’autres, moins chanceux, construisaient des ponts, des bâtiments civils et gouvernementaux, des défenses côtières, ramaient dans les galères de guerre ou réalisaient d’importants travaux agricoles, miniers, d’élevage et de pêche. Il est très difficile au jour d’aujourd’hui de fournir des chiffres permettant d’évaluer tout ce trafic à « double sens », mais il y a une chose dont nous sommes sûrs : la grande traite atlantique du XVIIIe et XIXe siècle, sans aucun doute la plus connue et la plus étudiée grâce aux solides travaux menés par P. D. Curtin, H. S. Klein, R. Blackburn et D. Eltis, n’est pas apparue du jour au lendemain. En effet, elle a des éléments en commun avec la traite d’esclaves qui s’est produite en Méditerranée et dans l’Atlantique africain pendant le XVIe et le XVIIe siècle.

  • 2 J. H. Elliott, El Conde-Duque de Olivares, pp. 239-250.
  • 3 L. Colley, Captives : Britain, Empire and the World, 1600-1850, pp. 43, 49-50.

2Grâce aux brillantes et pionnières études de Fernand Braudel, nous sommes aujourd’hui en condition d’affirmer que le long conflit mené par l’Espagne et la Turquie, depuis le début du XVIe siècle, pour faire valoir leur hégémonie en Méditerranée et dans l’Atlantique africain a favorisé les échanges commerciaux mais n’a pas éliminé pour autant les déplacements (forcés ou non) de personnes. Les alliés des Turcs dans ce conflit séculaire, les régences barbaresques de Tripoli, Tunis et Alger, et en grande partie également les corsaires marocains des localités de Tétouan et Salé (il s’agissait pour la plupart de la population maure expulsée d’Estrémadure, du Levant et d’Andalousie), décidèrent de ne pas tenir compte des trêves signées par les plénipotentiaires des deux Empires entre 1580 et 1584 car, selon eux, la piraterie et la course n’étaient pas une forme de guerre mais un mode de vie. De la Grèce à l’Islande, en passant par l’Angleterre, un grand nombre de localités côtières de la Méditerranée et de l’Atlantique européen furent dévastées par les corsaires barbaresques lors de coups de mains rapides et efficaces qui ont été divulgués dans de nombreux témoignages littéraires et picturaux. Le cas de Plymouth en est un exemple très représentatif. En effet, en une année seulement, en 1625, les marins du Nord de l’Afrique capturèrent plus d’un millier d’habitants de cette localité du Sud-ouest anglais dans un rayon d’action qui ne dépassait pas les trente milles de côte. Tout comme l’a souligné l’historien britannique J. H. Elliott, la politique de non-belligérance convenue entre Jacques Ier d’Angleterre (1603-1625) et Philippe III d’Espagne (1598-1621) favorisait un rapprochement entre les deux monarchies (grâce à un futur mariage entre le prince de Galles et l’infante Marie, la fille cadette de Philippe III et de Marguerite d’Autriche)2, mais cette politique conduisait l’Angleterre à adopter les mêmes ennemis que l’Espagne. Nous avons des chiffres qui corroborent cette affirmation : entre 1600 et 1640, par exemple, les corsaires barbaresques capturèrent plus de 800 navires anglais et firent environ 13 000 prisonniers. Le harcèlement des côtes anglaises par les marins nord-africains était d’une telle ampleur que Charles Ier (1625-1649) se vit obligé d’instaurer l’impopulaire ship money, taxe destinée à équiper la Marine anglaise pour essayer de freiner ces attaques. Grâce à cette aide économique, à celle de l’Église anglicane (elle recueillit d’importantes aumônes auprès des familles et des amis des prisonniers en faisant appel aux « Barbary horrors » dans les célèbres sermons dominicaux) et à l’affrètement d’une série d’importantes expéditions diplomatiques de libération soutenues par le Privy Council, la monarchie des Stuarts parvint à diminuer un peu les captures de navires et de personnes. Cependant, et malgré toutes ces mesures, entre 1672 et 1682, les corsaires algériens parvinrent encore à s’emparer de 353 bateaux anglais et d’environ sept mille prisonniers. La trace de l’Islam dans l’Angleterre post-élisabéthaine fut plus importante que ce que l’on pensait traditionnellement, tout comme le montrent les pièces de théâtre de l’époque sur la libération de prisonniers dans le théâtre de Covent Garden ou la célébration de naumachies qui opposaient une flotte anglaise fictive à une autre musulmane3.

  • 4 W. Kaiser, « Les “hommes de crédit” dans les rachats de captifs provençaux XVIe-XVIIe siècles », p (...)
  • 5 S. Boubaker, La Régence de Tunis au XVIIesiècle : les relations commerciales avec les ports de l’E (...)

3Des faits comme ceux qui ont été cités auparavant et l’existence de forteresses défensives au plan polygonal avec leurs lourds canons en bronze, leurs tours et murailles disséminées le long de la Méditerranée et de l’Atlantique africain nous permettent d’affirmer que cette vaste géographie, depuis la fin du XVIe siècle jusqu’au dernier tiers du XVIIIe siècle, a assisté à une période de « paix surveillée » qui dura un peu plus de cent ans et pendant laquelle, en même temps que les négociations diplomatiques, la mobilité des personnes était très importante dans les deux sens, ainsi que les relations commerciales, les expéditions corsaires et, par conséquent, les opérations de libération de prisonniers. Nous n’allons pas traiter ici le sujet des libérateurs appartenant au clergé régulier (trinitaires, religieux de l’ordre de Notre Dame de la Merci, des jésuites et surtout des franciscains) ; en effet, ils disposent d’une bibliographie remarquable grâce aux abondants témoignages laissés par les religieux et les prisonniers. Mais nous parlerons cependant brièvement des marchands qui libéraient les esclaves. Les témoignages dont nous disposons indiquent que ces commerçants spécialisés — nombre d’entre eux étaient d’anciens prisonniers, renégats et juifs dans la plupart des cas — connaissaient bien les échanges effectués dans cette étrange et labile frontière méditerranéenne qui allait de la Turquie au Sénégal, en passant par le détroit de Gibraltar. Ils proposaient tous un service plus ou moins rapide (ils ne mettaient pas plus de six mois) à des clients — individuels ou collectifs — qui laissaient habituellement de côté ces démarches délicates et coûteuses (dans de nombreux cas, elles pouvaient être supérieures à 30 % du prix de vente de l’esclave). La confiance des clients potentiels dans leurs capacités pour assurer le transport, et même pour transférer les moyens financiers nécessaires pour effectuer les opérations de libération, était telle que nombre d’entre eux se déplaçaient aux antipodes de leurs lieux de résidence pour réclamer leurs services. W. Kaiser4 et S. Boubaker5, deux historiens qui ont sauvé de l’oubli cette fascinante figure de la frontière méditerranéenne des Temps modernes, complètent nos brèves évocations de cette époque en nous faisant remarquer que le marchand-libérateur avait pour caractéristique principale de ne pas s’impliquer directement dans les négociations de libération qui avaient normalement lieu in situ.

  • 6 M. Greene, « El resurgir islámico : 1500-1700 », pp. 219-250.

4Il est absolument certain que la Méditerranée du XVIIe siècle n’était pas celle du XVIe siècle. Braudel lui même s’est fait l’écho de cela en soulignant que son remplacement par l’Atlantique — le fameux « tournant » qui s’est produit dans les années quatre-vingt du XVIe siècle — la reléguait au deuxième plan dans l’« économie-monde » naissante. L’arrivée de Philippe II sur le trône portugais en 1580, l’arrivée d’importantes expéditions d’or et d’argent d’Amérique et la guerre dans le Nord de l’Europe contre les rebelles de Hollande et Zélande fait définitivement dévier l’économie espagnole vers l’Atlantique. La possibilité de transférer la Cour de Madrid à Lisbonne est un fait qui corrobore une fois de plus ce « tournant atlantique » de la politique extérieure de la monarchie hispanique. Cela dit, ce repliement de la Méditerranée dans l’économie globale ne doit pas être interprété comme un manque de participation. Des études récentes qui traitent du trafic commercial de Smyrne, Livourne et Marseille démontrent justement tout le contraire : la Méditerranée a également partagé cette dynamique économique prospère. Ses actives colonies de marchands européens et musulmans et les importantes routes commerciales qui sillonnaient ses eaux, dont de nombreuses parvinrent à relier l’important triangle formé par les Indes orientales, les Indes occidentales et l’Europe, en témoignent6.

  • 7 W. Kaiser, « Frictions profitables. L’économie de la rançon en Méditerranée occidentale (XVIe-XVII(...)

5Évidemment les différentes sociétés européennes et musulmanes qui vivaient à cette époque sur toute l’étendue de la Méditerranée et de l’Atlantique africain décidèrent, en relançant la piraterie et la course, de s’enrichir avec cet important trafic de marchandises, personnes et argent. En ce qui concerne les assauts réalisés par les marins du Nord de l’Afrique en dehors des limites géographiques de leurs eaux, il ne faut pas oublier que toute une série de pratiques commerciales inhérentes à la navigation (contrats de gains entre le patron et l’équipage, assurances maritimes) ainsi que la commercialisation rapide du butin capturé (or et argent, drogues, épices, aliments, bois tinctorial et de qualité, tissus, cuirs, esclaves) garantirent la continuité dans l’espace et le temps des opérations prédatrices mentionnées auparavant. Il faut dire, d’autre part, que la course réalisée par les marins barbaresques dota les capitaines des navires (il s’agissait pour la plupart de renégats chrétiens appartenant à une classe sociale pauvre) d’une vaste gamme de possibilités et leurs villes-ports d’un « modèle de développement économique » défini où les hommes et les femmes prisonniers étaient des éléments clés qui réalisaient les tâches ménagères, artisanales, agricoles et les activités liées à la pêche. Même s’il est difficile de distinguer la libération des prisonniers et le commerce d’esclaves en général, il est important de signaler que les sources musulmanes de cette époque font déjà la distinction entre l’esclave noir (àbd) et le prisonnier européen (nâçrani). En plus du fait que le prisonnier peut payer lui-même sa rançon grâce à l’argent qu’il a gagné en effectuant des tâches particulièrement importantes, la plus grande différence entre ces deux groupes marginaux réside dans le fait que le prisonnier peut être revendu à un rendement nettement supérieur par rapport au prix d’un esclave. De la même façon, si la rançon convenue pour un prisonnier ne prospérait pas, son propriétaire avait encore l’espoir de le revendre pour une bonne somme. L’importance et la complexité de toutes ces négociations qui avaient lieu en marge des sociétés de la Méditerranée et de l’Atlantique africain de l’Ancien Régime ont conduit certains auteurs à affirmer, à juste titre, qu’il existait une véritable « économie de libération » qui était immergée dans une « économie de circulation » de plus grande importance et envergure7.

  • 8 R. C. Davis, Christian slaves, Muslim master : White slavery in the Mediterranean, the Barbary Coa (...)
  • 9 L. Maziane, Salé et ses corsaires (1666-1727). Un port de course marocain au XVIIesiècle.
  • 10 T. Shuval, La ville d’Alger vers la fin du XVIIIesiècle. Population et cadre urbain, pp. 39-41.

6De manière régulière ou discontinue, contre leur gré ou non, il est certain que 1 000 000 à 1 250 000 Européens vivaient dans les localités barbaresques du Nord de l’Afrique depuis le début du XVIe siècle jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, époque à laquelle l’esclavage européen dans ces territoires devint moins fréquent8. Il est ensuite aboli complètement au début du XIXe siècle. Les historiens qui se sont intéressés à ce groupe marginal sont d’accord sur le fait que la plupart de ces prisonniers étaient des hommes entre deux âges, exerçant des professions ayant un rapport avec l’exploitation et la défense de la mer (pilotes, armateurs de bateaux, fondeurs, pêcheurs, militaires, marins), et qui étaient nés dans les localités côtières de l’Europe méditerranéenne et atlantique. Les marchés de prisonniers les plus importants de la Méditerranée et de l’Atlantique musulman de l’époque étaient ceux de Constantinople, Kios, Tripoli, Tunis, Tabarka, Alger, Mogador, Tétouan, Marrakech, Safi et Salé. En ce qui concerne le marché des prisonniers de cette dernière localité, nous savons, grâce aux recherches effectuées par L. Maziane9, que pendant la plus grande période d’essor de son port, c’est-à-dire du premier tiers du XVIIe siècle jusqu’à la fin de ce siècle, sont arrivés près de 1 500 prisonniers européens par an (125 par mois en moyenne). Ils étaient ensuite distribués vers d’autres marchés de l’intérieur de l’Afrique, Égypte et Asie Mineure. La plupart des acheteurs d’esclaves chrétiens étaient des Maures de Tétouan, Oran, Béjaia et Alger qui avaient été expulsés d’Espagne à la fin du XVe siècle et au début du XVIIe et qui ont hérité cette profession de leurs grands-parents et parents. Dès qu’ils savaient qu’une galère corsaire s’approchait des côtes de Barbarie avec une bonne prise, ils se rendaient depuis leurs villes de résidence jusqu’au port d’amarrage corsaire pour acheter des esclaves et des marchandises volées. Nous ne disposons malheureusement pas de chiffres ni de pourcentages fiables concernant la population dans les villes nord-africaines. Nous manquons de sources et d’études démographiques semblables à celles dont on dispose en Europe et en Amérique. Seule la ville d’Alger fournit quelques chiffres indicatifs à l’historien qui se rapprochent de la structure cosmopolite de sa population. Dans tous les cas, nous savons que pendant le premier tiers du XVIIe siècle, il y avait une population de 100 000 habitants (les prisonniers européens provenant essentiellement des côtes ibériques, françaises et italiennes représentaient le quart de cette population), qui serait ensuite réduite à la moitié, à partir de 1650, suite à un ensemble de causes liées entre elles : baisse des prises corsaires, épidémies de peste (1632, 1642, 1647 et 1654), luttes intestines pour gouverner le territoire entre les clans rivaux, mauvaises récoltes et famines10.

  • 11 J. A. Martínez Torres, Prisioneros de los infieles. Vida y rescate de los cautivos cristianos en e (...)

7Ces chiffres nous conduisent à aborder certaines questions relatives à la vie quotidienne du prisonnier européen dans les populations du Maghreb. Il est vrai qu’il y avait des mauvais traitements physiques et psychiques. Les témoignages religieux, très enclins l’hyperbole, nous en font part en exagérant ces mauvais traitements. D’une certaine manière la raison pour laquelle ils le faisaient est aujourd’hui compréhensible : les rédempteurs avaient besoin de toute l’aumône possible pour légitimer leur louable travail de bienfaisance et d’assistance. Il est également vrai que tous les baños (bagnes) et les cachots d’Afrique du Nord ne respectaient pas les conditions hygiéniques et sanitaires optimales. Cela dit, étant donné ce que nous savons déjà sur les tortures pratiquées sur les musulmans qui travaillaient dans les galères et les mines du Sud de l’Europe, il est inexplicable de continuer à taxer de barbares les autres civilisations pour avoir réalisé des pratiques qui étaient communes à cette époque. La captivité européenne au Maghreb, comme je l’ai déjà expliqué plus en détail précédemment, ne fut pas un phénomène uniforme. Les conditions de vie du prisonnier dépendaient de facteurs aléatoires tels que le sexe, l’âge, le statut socio-économique, le caractère du propriétaire et le lieu de rétention. En insistant un peu sur ce dernier point, il faut dire que pour les Espagnols, ce n’était pas la même chose d’être prisonnier à Alger, Tunis ou au Maroc. Depuis le début du XVIe siècle jusqu’au XIXe siècle, Alger a toujours appliqué une politique d’hostilité ouverte envers la monarchie hispanique. Par conséquent, ils avaient plus de prisonniers espagnols que le reste des villes nord-africaines. Il était donc logique que leurs conditions de réclusion soient plus strictes que celles de la Tunisie ou du Maroc, dont les souverains avaient été des alliés occasionnels du monarque espagnol11.

  • 12 M. Cottias, A. Stella, B. Vincent (dir.), Esclavage et dépendances serviles.
  • 13 S. Bono, Schiavi musulmani nell´Italia moderna, Galeotti, vu cumprá, domestici, p. 35.
  • 14 A. Stella, Histoires d’esclaves dans la péninsule Ibérique, p. 79.

8Au contraire, en ce qui concerne les esclaves turcs, berbères et noirs qui vivaient dans les localités du Sud de l’Europe, et même si nous ne disposons pas encore des données de certains marchés d’esclaves importants, il n’est pas hasardeux d’avancer que l’équivalent du nombre de prisonniers chrétiens au Maghreb était fait prisonnier dans les localités de l’Europe méridionale. En France, en Angleterre et aux Pays-Bas, il y avait également des esclaves noirs, berbères et turcs, mais ils avaient moins d’importance qu’au Portugal, en Espagne et dans les États italiens, où pendant toute la période des Temps modernes ils étaient essentiellement utilisés pour réaliser des tâches ménagères, agricoles, pastorales et minières12. Il est vrai que l’esclavage dans le Sud de l’Europe n’a pas atteint l’ampleur qu’il a connue sur le continent américain à la même époque, mais cela ne signifie pas pour autant que nous devons ignorer son volume. S. Bono, par exemple, estime que le nombre global d’esclaves dans la péninsule Italienne du XVIe siècle au XVIIe siècle devait être proche de 500 00013. A. Stella14, pour sa part, propose, pour les mêmes siècles, un total de 2 000 000. Sans entrer dans des considérations sur la polémique de chiffres entre ces auteurs, il est vrai que nous sommes d’accord avec eux lorsqu’ils affirment qu’il n’est pas possible de définir une frontière décisive pour la traite dans le Sud de l’Europe. En effet, la géographie du commerce des marchandises humaines comprend la Turquie, le Maghreb, la zone du détroit de Gibraltar, la façade atlantique de l’Afrique musulmane et se prolonge même jusqu’à la côte guinéenne.

  • 15 A. de Almeida Mendes, « Les réseaux de la traite ibérique dans l’Atlantique nord (1440-1640) », pp (...)
  • 16 B. Vincent, « L’esclavage moderne en péninsule Ibérique », pp. 445-452.

9Les sources n’aident pas à localiser le lieu de naissance de nombreux esclaves, mais grâce à des témoignages indirects nous savons que la plupart d’entre eux venaient d’Afrique subsaharienne. Les responsables des premiers transferts forcés vers le Sud de l’Europe furent, d’une certaine manière, les Portugais, qui avaient déjà consolidé leur expansion commerciale sur toute la côte occidentale du continent africain au milieu du XVe siècle. De cette manière, Lisbonne, avec un pourcentage de population esclave atteignant pratiquement 10 ou 11 % au XVIe siècle, devint le principal marché qui approvisionnait la péninsule ibérique en marchandise humaine et, à partir de 1520, le monde caribéen, selon A. de Almeida Mendes15. Mais Séville et Málaga pouvaient également être des lieux de débarquement d’esclaves africains en Europe. Les pourcentages de population esclave dont nous disposons, et qui ont été tous élaborés à partir des chiffres de population servile, indiquent que pour Séville, à la fin du XVIe siècle et au début du XVIIe siècle, cette population d’esclave représentait entre 7 et 8 % de la population totale. Pour Málaga, à la même époque, elle représentait entre 10 et 11 % de la population totale16.

  • 17 M. Lobo Cabrera, « Rescates canarios en la costa de Berbería », pp. 591-620.
  • 18 L. A. Anaya Hernández, « Repercusiones del corso berberisco en Canarias durante el siglo XVII : ca (...)

10Un nombre inférieur d’esclaves originaires d’Afrique subsaharienne, en provenance des places fortes et des garnisons portugaises (Arcila, Mogador, Ceuta, Mazagán) et espagnoles (Oran, Mers el-Kébir, Peñón de Vélez de la Gomera, Melilla, Larache) se trouvant au Nord de l’Afrique depuis le début du XVe siècle, arrivaient dans le Sud de l’Europe. Ils pouvaient être nés en Barbarie ou avoir été transférés depuis le monde subsaharien sur les routes caravanières qui traversaient le désert du Sahara et qui, depuis le Moyen Âge, constituaient un des axes les plus importants de la traite. Quoi qu’il en soit, ces esclaves furent acquis par des soldats et des marchands espagnols et portugais à la suite de transactions rapides réalisées avec des musulmans maghrébins. On peut donc affirmer que si l’Afrique subsaharienne était la première zone d’approvisionnement en esclaves, le Nord de l’Afrique occupait la deuxième place. Il s’agissait d’un Nord africain très vaste car il comprenait toute la zone de Tripoli à l’est jusqu’aux îles Canaries, les Açores et Madeira. Comme nous le rappelle M. Lobo Cabrera17 et L. A. Anaya Hernández18, tout ce trafic était fondé sur les cabalgadas. Cette activité lucrative, dont la réussite dépendait de la rapidité et, par conséquent, de l’effet de surprise, avait lieu depuis les places fortes et les garnisons espagnoles et portugaises, comme depuis n’importe quelle île limitrophe à la côte occidentale d’Afrique et sous la juridiction des souverains de la Maison d’Autriche ou d’Avis. Dans presque tous les cas, ce sont les agriculteurs et les pêcheurs musulmans qui étaient capturés car ils étaient les moins protégés. Une fois que le butin humain était conduit aux ports canariens, une expédition qui négociait la liberté des prisonniers en échange d’argent, de marchandises ou d’esclaves noirs (très appréciés pour la récolte de canne à sucre) était affrétée. Environ 25 cabalgadas quittèrent l’île de Gran Canaria en direction de l’Afrique noire au cours du XVIe siècle, tandis que 59 mirent le cap sur les royaumes de Barbarie. Selon les calculs de M. Lobo Cabrera, près de 10 000 esclaves africains furent transportés dans les îles, ce qui fait que entre 10 et 12 % des insulaires étaient noirs, maures et mulâtres.

  • 19 J. A. Martínez Torres, Prisioneros de los infieles. Vida y rescate de los cautivos cristianos en e (...)

11Il est important de mentionner que l’esclavage n’était pas le but fondamental de toutes ces entreprises. La capture et le rachat des esclaves européens réalisés par les Berbères pendant les XVIe et XVIIe siècles constitua un des piliers de l’économie maghrébine, mais lorsque le lucratif binôme guerre corsaire-esclavage se dissocia suite à une série de causes internes (guerres intestines pour la succession, peste, mauvaises récoltes) et externes (guerre et crise politique, économique et démographique surtout au sud de l’Europe), au XVIIIe siècle, les Berbères n’hésitèrent pas à redéfinir et réorienter leurs prises vers un horizon beaucoup plus sûr, l’intérieur de leur continent, où ils firent la même chose mais avec les Noirs des actuels états du Sénégal, de Côte d’Ivoire, du Tchad, du Niger et du Mali19. En ce qui concerne les pillages réalisés par les officiers et les soldats qui faisaient partis des cabalgadas, il faut dire que dans la plupart des cas, aucun d’entre eux n’avait l’intention de garder le prisonnier avec lui pour son usage personnel. L’objectif principal était d’obtenir, dans les plus brefs délais, un solide bénéfice. À cet effet, ils fixaient un prix de rançon évidemment plus élevé que le prix d’achat.

  • 20 R. Pike, Aristócratas y comerciantes. La sociedad sevillana en el siglo XVI, p. 193.

12Le sexe, l’âge, le degré d’instruction et l’état de santé constituaient les grandes variables pour définir le prix d’achat. Les femmes étaient très souvent mieux cotées que les hommes. La préférence pour les femmes est due, entre autres, aux tâches ménagères et sexuelles qu’elles remplissaient. Dans tous les cas, avec la vente d’esclaves sur les marchés et avec leur dispersion dans les différents pays européens méridionaux, il s’est produit un traumatisme de la traite qui n’a pas beaucoup été souligné par l’historiographie spécialisée. Si la rupture que représentent la captivité initiale et l’asservissement postérieur est brutale et dramatique, le moment de l’attribution définitive à un propriétaire ne doit pas être sous-estimé par tous ceux qui souhaitent insister sur ces sujets. La façon de traiter les esclaves, comme nous avons pu le constater dans les documents, dépendait beaucoup de l’éducation et des possibilités économiques du patron. En 1580, par exemple, Diego Bello, un homme résidant à Séville qui venait de rentrer d’un voyage accidenté au Pérou, décida de donner sa liberté à son esclave Tomé pour « les services rendus » pendant le trajet20. Même si nous ne disposons pas de nombreuses études sur cette importante et attrayante ligne de travail, il n’est pas hasardeux de suggérer que les esclaves du monde servile européen ne pouvaient pas compter sur la solidarité qui unissait vraisemblablement leurs compagnons des plantations caribéennes ou brésiliennes, ou les prisonniers qui vivaient dans les bagnes et les cachots des villes d’Afrique du nord.

13Nous pouvons tirer trois conclusions à partir des pages écrites précédemment. La première, que la Méditerranée et l’Atlantique africain du XVIIe siècle, en dépit d’une dynamique économique inférieure à celle de l’Atlantique dans l’» économie-monde » naissante, présentait encore un attrait puissant pour les marchands et les marchands d’esclaves. La deuxième, que la guerre ouverte qui eut lieu au XVIe siècle entre les principales puissances européennes, l’Empire turc et ses alliés, les États barbaresques de Tripoli, Tunisie et Alger, fut remplacée au cours du XVIIe et du XVIIIe siècle par une guerre d’usure ou alternative, la guerre corsaire, à l’origine d’un important trafic de prisonniers dans les deux sens et d’un réseau subsidiaire d’intermédiaires qui s’enrichissaient grâce à ces échanges en reliant les deux rives de la Méditerranée grâce à leurs négoces. Si, tout comme l’a suggéré S. Bono, nous pouvons parler d’un âge d’or de la course barbaresque, de la dernière décennie du XVIe siècle au début de la deuxième moitié du XVIIe siècle, nous pouvons également signaler l’existence d’une autre époque de splendeur des négociations de libération de prisonniers, qui commence à la fin de la première période et qui a pour date limite le moment où l’esclavage chrétien fut aboli dans les villes du Maghreb. La troisième et dernière question sur laquelle nous souhaitons insister est que l’esclavage méditerranéen, qu’il soit européen, musulman ou noir, même s’il n’a jamais atteint l’ampleur de l’esclavage américain, fut également un phénomène aux proportions notables pour l’Europe. Même s’il est difficile de calculer son volume à cause du manque de sources et d’études locales, les témoignages disponibles indiquent que pendant tout le XVIe siècle et le premier tiers du XVIIe siècle, il était supérieur au deuxième. Même si les chiffres globaux dont nous disposons actuellement démontrent qu’il est nettement inférieur à la quantité d’esclaves accueillie par le Nouveau Monde, cela ne justifie pas le peu d’attention portée à ce groupe hétérogène « entre deux mondes » marginalisé dans les manuels et les encyclopédies d’Histoire de l’Europe et ils ne doivent pas non plus être interprétés comme une faible contribution de toutes ces personnes à l’histoire avec un grand H.

Notes

1 F. Braudel, El Mediterráneo y el Mundo Mediterráneo en tiempos de Felipe II, pp. 284-319 ; B. Bennassar, « La Méditerranée aux XVI, XVII et XVIIIe siècles », pp. 213-300.

2 J. H. Elliott, El Conde-Duque de Olivares, pp. 239-250.

3 L. Colley, Captives : Britain, Empire and the World, 1600-1850, pp. 43, 49-50.

4 W. Kaiser, « Les “hommes de crédit” dans les rachats de captifs provençaux XVIe-XVIIe siècles », pp. 291-319.

5 S. Boubaker, La Régence de Tunis au XVIIe siècle : les relations commerciales avec les ports de l’Europe méditerranéenne, Marseille et Livourne.

6 M. Greene, « El resurgir islámico : 1500-1700 », pp. 219-250.

7 W. Kaiser, « Frictions profitables. L’économie de la rançon en Méditerranée occidentale (XVIe-XVIIe siècles) », pp. 689-701.

8 R. C. Davis, Christian slaves, Muslim master : White slavery in the Mediterranean, the Barbary Coast and Italy, 1500-1800, p. 23.

9 L. Maziane, Salé et ses corsaires (1666-1727). Un port de course marocain au XVIIe siècle.

10 T. Shuval, La ville d’Alger vers la fin du XVIIIe siècle. Population et cadre urbain, pp. 39-41.

11 J. A. Martínez Torres, Prisioneros de los infieles. Vida y rescate de los cautivos cristianos en el Mediterráneo musulmán (siglos XVI-XVII).

12 M. Cottias, A. Stella, B. Vincent (dir.), Esclavage et dépendances serviles.

13 S. Bono, Schiavi musulmani nell´Italia moderna, Galeotti, vu cumprá, domestici, p. 35.

14 A. Stella, Histoires d’esclaves dans la péninsule Ibérique, p. 79.

15 A. de Almeida Mendes, « Les réseaux de la traite ibérique dans l’Atlantique nord (1440-1640) », pp. 739-768.

16 B. Vincent, « L’esclavage moderne en péninsule Ibérique », pp. 445-452.

17 M. Lobo Cabrera, « Rescates canarios en la costa de Berbería », pp. 591-620.

18 L. A. Anaya Hernández, « Repercusiones del corso berberisco en Canarias durante el siglo XVII : cautivos y renegados canarios », pp. 125-177.

19 J. A. Martínez Torres, Prisioneros de los infieles. Vida y rescate de los cautivos cristianos en el Mediterráneo musulmán (siglos XVI-XVII), p. 51.

20 R. Pike, Aristócratas y comerciantes. La sociedad sevillana en el siglo XVI, p. 193.

© Casa de Velázquez, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search