Version classiqueVersion mobile

Les esclavages en Méditerranée

 | 
Fabienne P. Guillén
, 
Salah Trabelsi

Les captifs et la piraterie : une réponse à une conjoncture économique déprimée ?

Le cas du Maghreb aux xive et xve siècles

Dominique Valérian

Texte intégral

1Les captifs constituent un cas un peu à part dans la question générale de l’esclavage, dans la mesure où ils ne font pas à proprement parler l’objet d’une traite dans le cas le plus général, mais surtout dans la mesure où un captif n’a pas vocation, en principe, à conserver sa condition servile indéfiniment. Pour autant, les limites ne sont pas toujours nettes : d’une part un captif peut aussi changer de mains et de lieux de détention, au même titre qu’un esclave, et d’autre part il travaille pour son maître pendant la durée de sa captivité et, s’il ne parvient pas à se racheter ou se faire racheter, son statut devient identique à celui de l’esclave.

2Le phénomène est étroitement lié, dans l’histoire de la Méditerranée médiévale et moderne, à celui de la piraterie, même si l’on a aussi des captifs de guerre, notamment en péninsule Ibérique et en Orient à l’époque des Croisades. Le butin humain est sans conteste le plus prisé par les pirates — les autres types de butins étant il est vrai moins éclairés par la documentation, car ils ne donnent qu’exceptionnellement lieu à restitution, donc à réclamation. Il est manifeste qu’il s’agit d’un phénomène aussi endémique que l’est la piraterie. Pour autant, certaines périodes ont été davantage que d’autres marquées par le développement de la piraterie et des captifs, ce qui oblige à replacer le phénomène dans son contexte, politique mais surtout économique et démographique, afin de mieux en comprendre les raisons et les mécanismes.

  • 1 D. Valérian, « La course et la piraterie en Méditerranée occidentale ». C’est également le cas pou (...)
  • 2 M. Mollat, « De la piraterie sauvage à la course réglementée », pp. 7-25.

3On a souvent tendance à considérer la piraterie comme un dérèglement économique dû à une carence du contrôle politique, ce qui peut être parfois le cas, avec notamment des seigneuries pirates qui émergent hors de tout contrôle de l’État. Dans le contexte maghrébin du Moyen Âge, c’est loin d’être la configuration la plus fréquente, et on constate au contraire une implication de l’État, qui va d’une tolérance intéressée, notamment en raison des recettes fiscales induites, à une participation plus ou moins ouverte à l’activité de rapine1. On parlera alors plutôt de course, mais on sait que les frontières entre course et piraterie sont loin d’être étanches2. C’est donc le plus souvent une activité contrôlée et encadrée, qui entre dans des stratégies à la fois politiques et économiques inscrites dans des contextes précis.

UNE NÉCESSAIRE PÉRIODISATION

4La périodisation de la piraterie et du phénomène des captifs se heurte au problème de son évaluation, et donc des sources. Pour simplifier, on peut les diviser en trois catégories :

  • premièrement celles qui nous montrent la piraterie et les captifs du point de vue des acteurs — et elles sont, du côté maghrébin, relativement rares et uniquement de nature textuelle ;
  • deuxièmement celles qui adoptent le point de vue des victimes et de ceux qui entreprennent de les racheter ou d’aider à leur rachat — et on a, du côté chrétien, une abondante documentation, avec parfois des données sérielles relativement continues, pour les deux derniers siècles du Moyen Âge au moins ;
  • troisièmement enfin, la correspondance échangée, soit pour protester contre des actes de piraterie, soit pour tenter de résoudre des problèmes, et en particulier faciliter le rachat des captifs. Le problème de cette dernière catégorie de documents, relativement fournie, est qu’on ne la rencontre en principe que lorsque des relations diplomatiques sont maintenues, c’est-à-dire en temps de trêve, ou dans les périodes de préparation et de négociation de ces trêves, ce qui fait que paradoxalement en temps de guerre ouverte, particulièrement propice à la multiplication des captifs, la documentation disponible nous les montre moins3.
  • 4 L. de Mas Latrie (éd.), Traités de paix et de commerce, p. 8 ; voir également C. Courtois, « Grégo (...)
  • 5 Ghubrînî, ‘Unwān al-dirāya, p. 76.

5La chronologie de la piraterie et du phénomène des captifs peut bien sûr varier d’un port à l’autre, en fonction du contexte politique local, mais on constate certaines grandes tendances à l’échelle du Maghreb. Je partirai du cas de Bougie, ville qui a, dans l’historiographie, une réputation durable de nid de pirates en raison d’un passage souvent cité d’Ibn Khaldûn qui y décrit l’activité de course. Dès le début de son histoire, le port est une base de départ pour des pirates, et on y trouve des captifs, puisque déjà en 1076, soit une dizaine d’année après sa fondation par les Hammadides, une lettre du pape Grégoire VII à l’émir al-Nâsir évoque la présence de captifs dont il demande la libération4. De même, dans la biographie d’un savant rapportée par al-Ghurbînî, on apprend qu’à la fin du XIIe siècle Bougie est un point de départ d’expéditions de razzias en direction du pays des Rûms et qu’on y trouve de nombreux captifs, un marché leur étant spécialement réservé à côté de l’arsenal de la ville — et l’auteur ajoute qu’il en est toujours ainsi à son époque, c’est-à-dire à la fin du XIIIe siècle5. On trouve d’ailleurs mention dans la documentation catalane de rachats de captifs à Bougie dès cette époque, même s’ils restent encore relativement isolés.

  • 6 Archivo de la Corona de Aragón (ACA), ci-après ACA, Cartas Reales Diplomáticas, Jaime II, caja 99, (...)
  • 7 ACA, Cartas Reales Diplomáticas, Jaime II, caja 101, extra series, n° 892, C.-E. Dufourcq (éd.), R (...)

6C’est au début du XIVe siècle que les données commencent à être plus fournies concernant à la fois les attaques pirates bougiotes et les captifs : en 1314 par exemple, 40 sujets du roi d’Aragon captifs à Bougie écrivent à leur souverain pour lui exprimer leur déception devant l’échec de la ratification de la paix, qui compromet leur libération6, et en avril de l’année suivante 38 Catalans sont libérés par le sultan, sans doute ceux là mêmes qui avaient écrit cette lettre7. Pour autant, les mentions de piraterie restent encore relativement rares et isolées dans la première moitié du siècle, et si certaines affaires particulières prennent une proportion importante dans les échanges diplomatiques, c’est peut-être précisément en raison de leur caractère encore exceptionnel.

  • 8 Ibn Khaldûn, Kitāb al-‘Ibar, t. VII, p. 903, Histoire des Berbères, t. III, p. 117. Cette partie d (...)
  • 9 A. Díaz Borrás, « L’estudi de la pirateria a través dels avisaments costaners », p. 277.
  • 10 H. Bresc, « Course et piraterie en Sicile (1250-1450) », p. 753. Voir également F. Maurici, « Le d (...)
  • 11 A. Díaz Borrás, R. Cariñena Balaguer, « Corsaris valencians i esclaus barbarescs », p. 448 ; M. D. (...)

7La situation change radicalement dans les années 1360. Vers 1390, Ibn Khaldûn témoigne ainsi de l’essor de la piraterie dans le port : « Un grand nombre de musulmans, habitants du littoral de l’Ifrīqiya, entreprit alors d’attaquer ces contrées, et l’habitude de faire la course contre les chrétiens s’établit à Bougie, il y a une trentaine d’années8. » Ce constat est confirmé par la multiplication, à partir des années 1370, des documents qui montrent l’ampleur nouvelle du phénomène et la préoccupation grandissante des chrétiens face au problème. Les cas de prises de navires, de razzias, ou les simples avis de présence de navires pirates près des côtes chrétiennes abondent dans les archives de Valence ou de Majorque. Ainsi, à Valence, alors que pendant une grande partie du XIVe siècle la piraterie musulmane est restée limitée et sporadique, entre 1370 et 1430 plus de 50 % des avis concernent des pirates musulmans, le taux dépassant les 90 % entre 1370 et 13909. C’est aussi à cette époque que sont prises des mesures radicales pour permettre à la fois une meilleure circulation des alertes et la protection des côtes, par l’armement de galères et la construction de fortifications et de vigies sur le littoral. En Sicile par exemple, on constate deux générations de tours de guet, d’abord dans les années 1370-1380, puis dans les années 1406-141010. En péninsule Ibérique, des ligues de cités s’organisent à la fin des années 1380, et les villes fournissent des aides pour armer des navires11.

  • 12 D. Valérian, Bougie, port maghrébin, p. 431.

8C’est logiquement au cours de ces années que le nombre de captifs retenus au Maghreb connaît une augmentation considérable, provoquant une réaction de la part des pays chrétiens, à la fois pour lutter contre la piraterie, mener des expéditions punitives sur les côtes africaines et surtout organiser le rachat des captifs. À Bougie, alors que jusqu’en 1375 environ les mentions de captifs sont épisodiques dans la documentation catalane, provençale ou italienne, leur nombre augmente rapidement après cette date : 17 pour la décennie 1370-1379, 28 pour les années 1380, 44 pour les années 1390, 57 pour les années 1400, sans doute en raison d’une razzia spectaculaire effectuée en 1397 à Torreblanca dans le royaume de Valence. Par la suite, le nombre de mentions de captifs diminue progressivement : 35 seulement dans les années 1410, 11 dans les années 1420, 24 pour les années 1430, mais seulement 6 pour la décennie suivante, et par la suite les mentions sont isolées12.

  • 13 A. Díaz Borrás, « L’estudi de la pirateria a través dels avisaments costaners », p. 277.
  • 14 D. Valérian, « La Méditerranée. Rivalités nouvelles sur les marchés de l’Ancien Monde ».

9Globalement, on constate un ralentissement sensible de l’activité pirate, et donc une diminution du nombre de captifs et de rachats, à partir des années 1420. De manière significative, entre 1430 et 1470, la part des musulmans dans les avis de présence pirate le long des côtes valenciennes chute entre 13 et 48 %, la majorité des embarcations étant désormais chrétiennes, notamment génoises — les Catalans étant également très actifs, mais dans d’autres zones13. Dans le même temps, des accords de paix sont signés, souvent après de longues négociations en raison précisément du problème des captifs, et on note une reprise des échanges commerciaux entre l’Europe et le Maghreb, facilitée par les difficultés rencontrées par les marchands latins en Orient, face à la poussée ottomane14.

  • 15 Alger en particulier voit une augmentation de la piraterie au XVe siècle, liée à l’essor du port.

10Cette chronologie de la piraterie bougiote vaut assez largement, avec des nuances15, pour l’ensemble du Maghreb. Elle montre un pic entre les années 1370 et 1420, ce qui invite à s’interroger sur le lien entre la conjoncture de ce demi-siècle et l’accroissement du phénomène des captifs.

LA PIRATERIE ET LES CAPTIFS, UNE RÉPONSE À UNE CONJONCTURE DRAMATIQUE

  • 16 M. Talbi, « Effondrement démographique au Maghreb du XIe au XVe siècle ».
  • 17 J. -N. Biraben, Les Hommes et la peste en France et dans les pays européens et méditerranéens ; A. (...)

11Il faut d’abord relever trois éléments de contexte qui font de cette période un moment de crise sur le plan à la fois démographique et économique. Le Maghreb connaît, depuis au moins le XIe siècle, une phase de dépression démographique durable, dont les causes sont complexes et sont loin d’être totalement élucidées16. Mais dans ce paysage déjà déprimé, le XIVe siècle voit la situation démographique se dégrader encore un peu plus. Il y a tout d’abord, comme dans le reste du bassin méditerranéen, l’arrivée de la peste noire17. Ses effets sur l’ensemble de la région sont difficiles à estimer. M. Talbi évaluait la perte démographique à la moitié de la population. Elle n’a sans doute pas affecté d’une manière égale toutes les régions et toutes les populations, mais les villes en relation avec le reste du monde méditerranéen, notamment les ports, furent certainement les premières à en subir les effets. À cette épidémie, qui connaît plusieurs répliques jusqu’à la fin du Moyen Âge, s’ajoute un long conflit entre les trois puissances qui se partagent le Maghreb au XIVe siècle, qui affecte tout particulièrement les espaces mérinides et abdelwadides, et l’Ouest des domaines hafsides, l’Est n’étant touché que pendant une période assez brève, au milieu du siècle. Pendant plusieurs décennies les armées en campagne parcourent le pays, avec les effets démographiques qui accompagnent toujours ces états de guerre.

  • 18 G. Fourquin, « Une conjoncture dramatique ? », pp. 307-325.

12Les conséquences économiques de cette brutale dépression démographique sont bien connues pour l’Europe chrétienne, où la peste frappe des pays déjà affaiblis par des périodes de disette de plus en plus fréquentes et des difficultés également dans le secteur de l’artisanat et de la banque18. Ce ralentissement économique en Europe n’est pas sans conséquences sur le Maghreb, en tout cas pour sa partie littorale, qui est depuis le XIIe siècle très étroitement imbriquée dans des réseaux de commerce européens. Il en résulte en particulier un effondrement du commerce maritime, qui était très largement pris en main par les marchands et navires chrétiens, d’autant que dans les années 1340 le commerce avec l’Orient mamelouk est de nouveau autorisé par la papauté, ce qui réduit encore un peu plus l’intérêt des marchés maghrébins. Cette crise de l’activité des ports a enfin des répercussions fiscales, dans la mesure où une partie importante des revenus du Trésor provenait des taxes pesant sur le commerce maritime.

  • 19 C’est du moins cette piraterie qui est la plus visible, mais l’absence de relations diplomatiques (...)
  • 20 R. Brunschvig, La Berbérie orientale, t. I, pp. 187 sqq.
  • 21 D. Valérian, « La piraterie maghrébine à la fin du Moyen Âge : une forme maritime du djihâd ? ».

13Autant la situation économique et démographique est profondément déprimée, autant sur le plan politique on assiste à partir des années 1370 à une stabilisation et à un renforcement du pouvoir, au moins dans l’espace hafside qui est, semble-t-il, le plus touché par la recrudescence de la piraterie19. Avec la montée sur le trôle du sultan Abū-l-‘Abbās en 1370, puis avec ses successeurs Abū Fāris (1394-1434) et ‘Uthmān (1435-1488), les Hafsides connaissent une nouvelle période de puissance et d’affirmation du pouvoir de l’État, permettant une reprise en main des régions périphériques, notamment à l’Ouest20. Cette restauration nécessite cependant des ressources fiscales, que ne peut plus fournir en quantité suffisante l’activité commerciale, et oblige à mettre en avant des sources de légitimité, en particulier religieuses. Il y a donc, dans le développement de la piraterie hafside de la fin du XIVe et du début du XVe siècle, une intervention du pouvoir, qui au moins laisse se développer cette activité susceptible de lui apporter des ressources fiscales, le butin étant en principe taxé au taux d’1/5e des prises — sans compter la participation directe éventuelle des souverains — et de lui fournir une légitimité à travers un discours prônant le djihâd contre les infidèles21.

14Ce n’est cependant pas la raison principale du développement de la piraterie, le pouvoir ayant aussi beaucoup à perdre dans cet état de tension internationale qui provoque parfois des réactions brutales de représailles des États chrétiens. La piraterie et la multiplication des captifs sont avant tout une réponse à la situation économique et démographique.

  • 22 F. Braudel, La Méditerranée, t. II, p. 206.

15Traditionnellement, la piraterie est vue comme une forme parasitaire de l’économie, et en particulier du commerce maritime. C’est tout particulièrement vrai dans les périodes de prospérité et de dynamisme des échanges, où elle entrave le négoce, le rendant parfois pratiquement impossible sur certains trajets. Elle peut être cependant considérée aussi comme une forme détournée des échanges économiques, en permettant une circulation contrainte des richesses. Elle est, pour reprendre l’expression de Fernand Braudel, « une forme des échanges forcés en Méditerranée22 », et il n’y a pas au Moyen Âge de réprobation de principe de cette activité, à condition que les victimes soient considérées comme des ennemis — ce qui, dans le cadre des relations entre chrétiens et musulmans, s’étend à toute personne d’un État avec lequel aucun traité de paix n’est signé. En période de dépression économique, comme c’est le cas dans la seconde moitié du XIVe siècle, elle est moins une activité parasitaire du commerce qu’une activité de substitution d’un commerce qui a largement diminué. À cet égard, il est significatif que les pirates bougiotes élargissent leur rayon d’action à partir des années 1370, poussant leurs attaques jusque vers les côtes européennes, ce qui était exceptionnel depuis le XIe siècle. À la dépression économique qui frappe l’Europe viennent s’ajouter les menaces pirates, qui poussent les marchands chrétiens à se détourner des ports maghrébins, obligeant en retour les pirates à rechercher plus loin leurs proies. En outre, les opérations menées le long des côtes européennes permettaient de s’attaquer non seulement aux navires, mais aussi aux littoraux, et donc d’en ramener des captifs en plus grand nombre.

  • 23 Sur cette distinction, voir M. Fontenay, « Esclaves et/ou captifs : préciser les concepts ».
  • 24 D. Valérian, Bougie, port maghrébin, pp. 460-461.

16Ce sont en effet les captifs qui constituent le principal moteur de la piraterie, et leur intérêt économique est multiple. Le captif, il faut le rappeler, est d’abord un esclave temporaire, tant qu’il ne fait pas l’objet d’un rachat23. Pour beaucoup, les durées de captivité peuvent être longues, souvent de plusieurs années24. Pour certains d’entre eux cela signifie même une servitude à vie, parce qu’ils n’ont pas les moyens de se racheter ou de se faire racheter, ou tout simplement parce qu’ils sont vendus et déplacés loin des villes fréquentées par les marchands latins et les rédempteurs, et sont dans l’impossibilité de faire connaître leur sort à leurs proches. Ceux-là n’apparaissent jamais dans la documentation, et il est impossible d’en évaluer l’importance. C’est donc dans les ports, ou dans les villes importantes fréquentées par les Latins, que l’on peut espérer avoir quelques informations sur l’utilisation des captifs.

  • 25 ACA, Cancillería, Rg. 2242, f° 136v (17/4/1399).
  • 26 On estime que le nombre des esclaves s’élevait à 1 million ou 1,25 million entre 1530 et 1780 — ma (...)

17Il est bien sûr difficile d’évaluer leur nombre de manière globale. On dispose bien de quelques données chiffrées, mais dont la valeur n’est pas toujours sûre, et qui surtout sont difficiles à extrapoler. Un document de la chancellerie de la Couronne d’Aragon, daté de 1399, affirme que les chrétiens détenus dans le sultanat de Tunis sont au nombre de 150025. Cela semble bien peu, au regard de la situation à l’époque moderne26. Ce chiffre, difficile à vérifier, englobe toutes les villes susceptibles d’abriter des captifs chrétiens (Tunis, Bône, Collo, Constantine et Alger) — mais la chancellerie ne prend en compte que les captifs dont elle a connaissance, et qui attendent leur rachat. On peut donc considérer qu’ils sont plus nombreux. C’est d’ailleurs ce que suggère Ibn Khaldûn :

  • 27 Ibn Khaldūn, Kitāb al-Ibar, t. VII, p. 903, Histoire des Berbères, t. III, p. 117.

De cette manière Bougie et les autres ports occidentaux [du sultanat hafside] se remplissent de captifs (asrâ) ; les rues de ces villes retentissent du bruit de leurs chaînes, surtout quand ces malheureux, chargés de fers et de carcans, se répandent de tout côté pour travailler à leur tâche journalière27.

  • 28 F. Sevillano Colom, « Demografia y esclavos del s. XV en Mallorca », p. 175.
  • 29 Voir A. Díaz Borrás, « Atención valenciana » et El Miedo al Mediterráneo.

18Il y a là encore sans doute une part d’exagération, mais le témoignage n’est pas pour autant à rejeter. Dans les ports chrétiens, où le phénomène équivalent existe, les captifs/esclaves forment une part non négligeable de la population, et constituent ainsi 10 % de la population à Majorque au XVe siècle, d’après les estimations de F. Sevillano Colom28. Du reste, la mobilisation, notamment financière, des cités maritimes comme Valence, suggère un nombre beaucoup plus considérable de captifs29.

  • 30 ACA, Cartas arabes, caja 2, n° 72, M. Alarcón y Santón, R. García de Linares (éd.), Los documentos (...)
  • 31 Ibn Khaldūn, Histoire des BeniAbd el-Wâd, t. I, p. 180.
  • 32 Leur rôle est essentiel à l’époque moderne. Voir M. Fontenay, « Le Maghreb barbaresque et l’esclav (...)

19Leur rôle dans l’économie peut être fondamental parfois, comme le suggère une lettre du sultan de Tlemcen, en réponse à une demande de Jacques d’Aragon, vers 1320, de libération des captifs sujets de la Couronne. Il affirme que c’est chose impossible, car « dans notre pays les travaux ne sont faits que par les captifs dont la plupart sont artisans dans un grand nombre de branches30 ». De même le chroniqueur abdelwadide Yahyā b. Khaldūn rapporte que le sultan Abū Tashfīn employa, pour satisfaire ses ambitions de bâtisseur, « des milliers d’ouvriers, tant charpentiers que serruriers, peintres et autres, tous pris parmi les prisonniers de guerre chrétiens »31. On est cependant mal renseigné sur l’utilisation de cette main-d’œuvre servile pour les pays du Maghreb, en particulier pour les travaux agricoles qui sont globalement mal connus32.

  • 33 « Per la mortaldat la terra és fort despoblada e per lo cors se poblarà, e.s. millorarà ». Archivo (...)

20Le lien de cause à effet entre les pertes démographiques dues à la peste et l’essor de la piraterie est incontestable, et il est clairement établi par les documents de chancellerie dans le monde latin. Ainsi le gouverneur de Majorque écrit-il, dès 1349, qu’il faut donner la possibilité aux habitants de l’île de faire la course contre les musulmans, de manière contrôlée, car après le passage de la peste la population de l’île a beaucoup baissé, notamment chez les esclaves, et que c’est là un moyen de la repeupler33. Si l’on ne dispose pas d’un témoignage aussi explicite pour le Maghreb, on peut penser que le même raisonnement a été tenu.

  • 34 W. Kaiser, « L’économie de la rançon » ; id. (éd.), Le commerce des captifs, en particulier son in (...)
  • 35 Sur cette question des rachats dans les traités de paix, D. Valérian, « Le rachat des captifs dans (...)
  • 36 « Qu’il ait exercé une charge publique ou qu’il soit un homme du peuple. » Texte arabe et trad. J. (...)
  • 37 Sauf dans les cas où il est autorisé à rentrer dans son pays pour y recueillir l’argent de la ranç (...)

21Le problème de la main-d’œuvre n’est cependant pas seul en cause, et l’intérêt économique des captifs dépasse leur apport en travail. Le ralentissement général de l’économie, et du grand commerce maritime en particulier, entraîne l’essor de la piraterie qui apparaît comme une activité de substitution en temps de crise. Dans les revenus qu’elle apporte, ce que W. Kaiser a justement appelé « l’économie de la rançon » tient une place fondamentale34. On peut discuter l’expression « commerce des captifs » choisie pour le titre de l’ouvrage collectif dirigé par cet auteur, car le captif n’est pas un objet de commerce à proprement parler, à la différence de l’esclave, mais il est incontestable que l’activité de rachat obéit en partie au moins à des règles économiques qui sont proches de celles du commerce. Si en temps de paix ou de trêve il est interdit de capturer une personne — et dans ce cas le captif éventuel doit nécessairement être libéré sans rançon —, les captifs considérés comme « de bonne guerre » sont la propriété légitime de leurs maîtres, et les règles de rachat respectent ces droits de propriété, comme pour toute autre marchandise. Les traités de paix du XVe siècle, qui organisent minutieusement ce rachat des captifs, établissent un équilibre subtil entre le droit de toute personne à se racheter et le droit, tout aussi inaliénable, d’un propriétaire à conserver sa propriété35. Ainsi, celui signé en 1478 entre la couronne d’Aragon et Tunis stipule que si un captif a été pris hors d’une période de trêve, on ne peut forcer son propriétaire à s’en défaire pour quelque somme que ce soit, et quel que soit le statut du captif36. De même, le prix du rachat est fixé par une négociation entre le maître et le captif, qui débouche sur un contrat passé devant notaire, appelé en général contrat de taglia, c’est-à-dire de rançon. Le captif peut ensuite payer progressivement la somme convenue, par son propre travail ou en bénéficiant d’aides extérieures, et est libéré une fois la totalité du montant acquittée37. Enfin, comme pour les autres échanges marchands, on trouve des intermédiaires, qui ont notamment pour rôle de transférer l’argent rassemblé par les proches en vue de permettre le rachat.

  • 38 Voir en particulier les analyses de M. Fontenay, « Esclaves et/ou captifs : préciser les concepts  (...)
  • 39 W. Kaiser, « Introduction », p. 6.
  • 40 Lors des procédures d’échanges de captifs, le nombre de personnes libérées de part et d’autre n’es (...)

22Pour autant — et c’est sans doute une différence fondamentale avec le commerce des esclaves — les lois habituelles du marché ne s’appliquent pas de la même manière que dans le secteur marchand traditionnel38. Tout d’abord, dans la négociation pour la fixation du prix, l’esclave est un objet passif, la transaction se faisant entre le vendeur et l’acheteur, alors que le captif est à la fois l’acteur, l’objet et le bénéficiaire de la transaction. La loi de l’offre et de la demande ne peut donc pas fonctionner de la même manière, puisqu’il faut ajouter à l’équation le désir du captif de se racheter au plus vite, qui constitue une pression incontestable, notamment sur le prix. De même entrent en jeu les capacités — ou les capacités supposées — du captif à payer ou faire payer sa rançon, de sorte que la valeur du captif dépend moins de sa valeur propre (ses qualités et aptitudes à travailler ou à exercer une fonction) que de sa richesse, de celle de ses proches ou de sa capacité à mobiliser une aide extérieure39. Enfin la dimension politique entre en ligne de compte, notamment en période de négociations diplomatiques, ce qui peut contribuer à faire fluctuer les prix40. C’est ce qui explique que dans certains traités tardifs des règles sont instituées, qui font obligation de libérer le captif au prix d’achat initial, afin d’empêcher toute spéculation, sans pour autant léser les intérêts du propriétaire — ce qui pose le problème de la connaissance du prix d’achat initial, surtout lorsque le captif a changé plusieurs fois de maître. Mais cela ne vaut bien sûr qu’en temps de paix.

  • 41 J. W. Brodman, Ransoming captives in crusader Spain, p. 125.
  • 42 M. T. Ferrer i Mallol, « Els redemptors de captius : Mostolafs, eixees o alfaquecs », p. 86.
  • 43 Ainsi on voit le marchand marseillais Bertrand Forbin mener de front les deux activités. D. Valéri (...)
  • 44 C’est ce que montre en particulier D. Coulon pour l’Égypte : voir Barcelone et le grand commerce d (...)

23Les sommes en jeu pour les rachats sont en tout cas considérables, même s’il est impossible d’en évaluer l’importance globale, et nombreux sont ceux qui tirent profit de cette activité. Tout d’abord bien sûr le pirate lui-même, qui vend son captif, dans un port en général, puis éventuellement ceux qui le revendent ailleurs ou plus tard, en en retirant un bénéfice. Ensuite celui à qui le captif paye sa rançon, qui a pu entre-temps faire travailler son captif et peut réaliser une plus-value sur le rachat, sauf quand il en est empêché par des dispositions réglementaires comme les traités. Les sommes sont variables, mais pour le XIVe-XVe siècle elles tournent souvent autour de 100-150 dinars — ce qui, d’après les calculs de J. W. Brodman, représenterait un ou deux ans de revenus d’un laboureur41. Divers intermédiaires peuvent à leur tour retirer un profit, en particulier les marchands qui s’étaient spécialisés dans ces opérations. Ils touchaient une commission, qui en Aragon était fixée par le roi à 10 % du prix du rachat, ou une pièce d’or en cas d’échange42. En outre, ces rédempteurs étaient souvent aussi des marchands, qui profitaient de leur voyage au Maghreb pour effectuer des opérations commerciales43 — en cas de boycott officiel d’un port une opération de rachat était d’ailleurs souvent l’unique moyen d’obtenir une licence pour se rendre dans un port musulman et y commercer44. Enfin une foule d’intermédiaires, dans le port de captivité, tirent des revenus de ces opérations, du directeur de la douane aux canotiers en passant par les témoins et divers officiers du port.

  • 45 A. Zysow, « Khums », Encyclopédie de l’Islam², s. v.
  • 46 M. Gual Camarena (éd.), El primer manual hispánico de mercaderia, pp. 196-197.
  • 47 E. de K. Aguiló, « Mostres de lous passats per la redencio de catius cristians ».

24Outre leur intérêt pour les particuliers, les captifs sont aussi une réponse à la diminution des ressources de l’État en période de crise. On n’a pas trace au Maghreb d’octroi par les sultans ou leurs gouverneurs de licences de courses payantes, comme on en trouve dans le monde chrétien. En revanche, l’État lève partout une taxe sur les prises, qui est en principe d’1/5e, sur le modèle du quint prélevé sur le butin de guerre45. En cas de rachat, le captif libéré doit payer une taxe de sortie, et divers officiers sont aussi rétribués46 : en 1368, dans les comptes d’une mission envoyée à Bougie pour racheter dix captifs, on note 250 dinars versées à l’amiral de la ville et 421 dinars versés aux alcayts et à divers officiers47. Enfin la présence d’une main-d’œuvre servile est, indirectement par les taxes ou directement par les captifs détenus personnellement par le souverain, une source de revenus pour l’État. Dans la lettre de 1349 du gouverneur de Majorque citée plus haut, un des arguments à la demande d’une autorisation de la course est que la diminution de la population de l’île due à la peste, notamment chez les esclaves, a diminué les recettes du Trésor, et que le développement de la course sera une solution à ce problème. Dans le cas de l’Ifrîqiya hafside du dernier quart du XIVe siècle, ces recettes nouvelles sont d’autant plus nécessaires que les sultans sont dans une phase de renforcement de leur pouvoir et ont besoin d’argent pour rétablir leur domination sur le pays, tout en évitant de lever des impôts non coraniques qui saperaient leur légitimité encore fragile.

25Les années 1420 voient une diminution forte de la piraterie et du nombre des captifs dans les terres hafsides. Cette réduction de la violence est en partie le résultat de négociations diplomatiques, notamment avec la Couronne d’Aragon, qui aboutissent à des traités de paix qui interdisent la piraterie et tentent de régler la question du rachat et du retour des captifs. Mais cet apaisement des relations internationales est aussi dû à une modification du contexte politique et économique en Ifrîqiya, et en Méditerranée d’une manière générale. Le pouvoir hafside est désormais bien installé, avec notamment les règnes d’Abû Fâris et de ‘Uthmân. Surtout, on assiste à une reprise économique en Europe — sans doute aussi au Maghreb — et à un nouvel essor du commerce maritime, renforcé au Maghreb par les difficultés qui commencent à se multiplier en Méditerranée orientale en raison de la poussée ottomane. Dès lors le recours à la piraterie et à l’économie de la rançon est moins nécessaire, car d’autres sources de revenus sont possibles, et permettent d’espérer un plus grand profit que celui, toujours aléatoire, issu de la piraterie. Plus encore, celle-ci devient un obstacle au retour d’une activité d’échanges plus pacifique, sans compter que les capacités de représailles des puissances chrétiennes présentaient un risque croissant pour l’économie des régions littorales du Maghreb. Il n’est pas exclu d’ailleurs que dans cette phase de reconversion, les bénéfices tirés de la piraterie et des captifs pendant les décennies précédentes aient été réinvestis dans une économie de commerce plus licite.

26Le cas de la piraterie hafside de la fin du Moyen Âge n’est pas nécessairement représentatif de toutes les formes qu’a pu prendre cette activité au cours de la période — car il reste, de manière endémique, une piraterie hors de tout contrôle de l’État, et quelle que soit la conjoncture politique et économique. Mais ce demi-siècle, qui a vu une explosion du phénomène, montre bien un lien étroit entre d’une part l’essor de la piraterie, et d’autre part une longue phase de dépression démographique et économique, dans laquelle la recherche des captifs apparaît comme une activité de substitution, une réponse à la diminution des revenus du commerce et au manque de main-d’œuvre.

Notes

1 D. Valérian, « La course et la piraterie en Méditerranée occidentale ». C’est également le cas pour le développement de la piraterie dans le cadre du califat omeyyade d’al-Andalus. C. Picard, « Retour sur la piraterie sarrasine ».

2 M. Mollat, « De la piraterie sauvage à la course réglementée », pp. 7-25.

3 M. D. López Pérez, La Corona de Aragón y el Magreb, p. 646.

4 L. de Mas Latrie (éd.), Traités de paix et de commerce, p. 8 ; voir également C. Courtois, « Grégoire VII et l’Afrique du Nord ».

5 Ghubrînî, ‘Unwān al-dirāya, p. 76.

6 Archivo de la Corona de Aragón (ACA), ci-après ACA, Cartas Reales Diplomáticas, Jaime II, caja 99, extra series, n° 728 (c. août 1314), C.-E. Dufourcq (éd.), Recueil de documents, n° 1077.

7 ACA, Cartas Reales Diplomáticas, Jaime II, caja 101, extra series, n° 892, C.-E. Dufourcq (éd.), Recueil de documents, n° 1114 (3/4/1315). Voir aussi ACA, Cancillería, Rg. 24, ff° 126-127 (13/5/1315-28/5/1315), C.-E. Dufourcq (éd.), Recueil de documents, n° 1123, 1124, 1126.

8 Ibn Khaldûn, Kitāb al-‘Ibar, t. VII, p. 903, Histoire des Berbères, t. III, p. 117. Cette partie du texte a dû être écrite vers 796/1393-1394, puisque quelques pages plus loin il clôt provisoirement son récit de la dynastie hafside après la mort d’Abū l-‘Abbās (ibid., p. 124).

9 A. Díaz Borrás, « L’estudi de la pirateria a través dels avisaments costaners », p. 277.

10 H. Bresc, « Course et piraterie en Sicile (1250-1450) », p. 753. Voir également F. Maurici, « Le difese costiere della Sicilia (secoli VI-XV) », pp. 195-201.

11 A. Díaz Borrás, R. Cariñena Balaguer, « Corsaris valencians i esclaus barbarescs », p. 448 ; M. D. López Pérez, La Corona de Aragón y el Magreb, pp. 586 sqq.

12 D. Valérian, Bougie, port maghrébin, p. 431.

13 A. Díaz Borrás, « L’estudi de la pirateria a través dels avisaments costaners », p. 277.

14 D. Valérian, « La Méditerranée. Rivalités nouvelles sur les marchés de l’Ancien Monde ».

15 Alger en particulier voit une augmentation de la piraterie au XVe siècle, liée à l’essor du port.

16 M. Talbi, « Effondrement démographique au Maghreb du XIe au XVe siècle ».

17 J. -N. Biraben, Les Hommes et la peste en France et dans les pays européens et méditerranéens ; A. Saadaoui, « Al-Maġrib al-islāmī fī mūwāğahat-al-tā‘ūn ».

18 G. Fourquin, « Une conjoncture dramatique ? », pp. 307-325.

19 C’est du moins cette piraterie qui est la plus visible, mais l’absence de relations diplomatiques entre les puissances européennes et les Mérinides ou les Abdelwadides peut aussi entraîner une moins grande visibilité de la piraterie dans ces États. Le tableau des captifs montre cependant une nette prédominance de la partie orientale du Maghreb.

20 R. Brunschvig, La Berbérie orientale, t. I, pp. 187 sqq.

21 D. Valérian, « La piraterie maghrébine à la fin du Moyen Âge : une forme maritime du djihâd ? ».

22 F. Braudel, La Méditerranée, t. II, p. 206.

23 Sur cette distinction, voir M. Fontenay, « Esclaves et/ou captifs : préciser les concepts ».

24 D. Valérian, Bougie, port maghrébin, pp. 460-461.

25 ACA, Cancillería, Rg. 2242, f° 136v (17/4/1399).

26 On estime que le nombre des esclaves s’élevait à 1 million ou 1,25 million entre 1530 et 1780 — mais il s’agit d’un chiffre cumulé. Les études sur des ports de course importants comme Alger montrent cependant que la population captive y était particulièrement nombreuse. W. Kaiser, « Introduction », p. 2.

27 Ibn Khaldūn, Kitāb al-Ibar, t. VII, p. 903, Histoire des Berbères, t. III, p. 117.

28 F. Sevillano Colom, « Demografia y esclavos del s. XV en Mallorca », p. 175.

29 Voir A. Díaz Borrás, « Atención valenciana » et El Miedo al Mediterráneo.

30 ACA, Cartas arabes, caja 2, n° 72, M. Alarcón y Santón, R. García de Linares (éd.), Los documentos árabes, n° 91, pp. 184-186.

31 Ibn Khaldūn, Histoire des BeniAbd el-Wâd, t. I, p. 180.

32 Leur rôle est essentiel à l’époque moderne. Voir M. Fontenay, « Le Maghreb barbaresque et l’esclavage méditerranéen aux XVIe et XVIIe siècles », p. 10.

33 « Per la mortaldat la terra és fort despoblada e per lo cors se poblarà, e.s. millorarà ». Archivo del Reino de Mallorca (ARM), ci-après ARM, Governaciò, 4380, ff° 24r-25r, Majorque (10/4/1349), cité par M. D. López Pérez, La Corona de Aragón, p. 583. Entre 1382 et 1408, Martin Ier interdit l’émigration des musulmans hors du royaume, même s’ils ont obtenu pour cela un permis, et plusieurs autres mesures à la même époque vont dans ce sens. L. P. Harvey, The Islamic Spain, p. 135.

34 W. Kaiser, « L’économie de la rançon » ; id. (éd.), Le commerce des captifs, en particulier son introduction, pp. 1-14.

35 Sur cette question des rachats dans les traités de paix, D. Valérian, « Le rachat des captifs dans les traités de paix de la fin du Moyen Âge ».

36 « Qu’il ait exercé une charge publique ou qu’il soit un homme du peuple. » Texte arabe et trad. J. Ribera, « Tratado de paz o tregua », pp. 373-386, art. 11.

37 Sauf dans les cas où il est autorisé à rentrer dans son pays pour y recueillir l’argent de la rançon. Mais dans ce cas en général il laisse en captivité un ou plusieurs de ses proches, souvent de sa famille, en guise de garantie de son retour.

38 Voir en particulier les analyses de M. Fontenay, « Esclaves et/ou captifs : préciser les concepts ».

39 W. Kaiser, « Introduction », p. 6.

40 Lors des procédures d’échanges de captifs, le nombre de personnes libérées de part et d’autre n’est pas toujours équivalent, et donne lieu parfois à de longues négociations dans lesquelles les pressions politiques jouent un rôle essentiel. E. de K. Aguiló, « Incident surgit ab motiu del canvi d’esclaus cristians y moros », à propos d’une négociation pour l’échange de 32 musulmans contre 12 chrétiens, faisant intervenir non seulement le négociateur majorquin, mais aussi les consuls chrétiens présents dans le port de Bougie, qui avaient intérêt à faciliter la transaction pour ramener la paix dans le port.

41 J. W. Brodman, Ransoming captives in crusader Spain, p. 125.

42 M. T. Ferrer i Mallol, « Els redemptors de captius : Mostolafs, eixees o alfaquecs », p. 86.

43 Ainsi on voit le marchand marseillais Bertrand Forbin mener de front les deux activités. D. Valérian, « Les archives de Marseille, sources de l’histoire du Maghreb médiéval », pp. 9-10. Voir également P. L. Malausséna, « Promissio redemptionis : le rachat des captifs chrétiens en pays musulman ».

44 C’est ce que montre en particulier D. Coulon pour l’Égypte : voir Barcelone et le grand commerce d’Orient, p. 32.

45 A. Zysow, « Khums », Encyclopédie de l’Islam², s. v.

46 M. Gual Camarena (éd.), El primer manual hispánico de mercaderia, pp. 196-197.

47 E. de K. Aguiló, « Mostres de lous passats per la redencio de catius cristians ».

© Casa de Velázquez, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search