Version classiqueVersion mobile

Ausiàs March

 | 
Marina Mestre Zaragozá

Introduction

Texte intégral

1Ausiàs March est unanimement reconnu comme le plus grand poète de langue catalane de tous les temps. Son œuvre poétique a suscité l’admiration de ses contemporains et a traversé les siècles jusqu’à nos jours, inspirant les plus grands poètes ibériques, tel Garcilaso de la Vega au xvie siècle.

2Mais si l’œuvre est connue, l’homme l’est moins. Les seuls témoignages qui nous restent sont ceux des documents d’archives (jugements, testament…) ainsi que des échanges poétiques avec des écrivains valenciens.

3On sait qu’il est né aux alentours de 1400, probablement à Gandia, au sein d’une famille noble et lettrée : son père, Pere March, et son oncle, Jaume March, étaient déjà des poètes reconnus. Il accompagna le roi Alphonse le Magnanime dans certaines de ses entreprises méditerranéennes mais rentra à Valence dans la première moitié des années 1420 pour ne plus en repartir. Seigneur de Beniarjò, de Pardines et Verniça, il épousa Joana Martorell (sœur de Joanot Martorell, auteur du Tirant lo Blanc) en 1437, puis, après le décès de celle-ci, Joana Escorna en 1443. Il mourut le 3 mars 1459 à Valence, sans laisser d’héritier légitime. On ignore ce que furent ses études et ses lectures, la bibliothèque qu’on lui connaît par son testament étant seulement un indice. On peut certes tout supposer à partir de son rang social et des lectures que laisse transparaître son œuvre, mais l’on n’en sait guère plus.

4 Cette impression de clair-obscur se retrouve encore dans la perception que l’on a de son œuvre poétique. Bien qu’elle nous soit parvenue de façon très complète et, somme toute, fiable, elle suscite une admiration qui est souvent le fait d’une distance respectueuse. En effet, Ausiàs March passe pour être un poète obscur et difficile. On pourrait y voir trois raisons.

5La première est, sans doute, l’éloignement dans le temps : March composa ses poèmes entre 1425 et 1458, c’est-à-dire en plein Siècle d’or valencien, durant cette période que l’on qualifie d’Humanisme catalan en raison des nombreuses traductions de textes de l’Antiquité classique circulant dans tout le royaume d’Aragon et des contacts entre l’Aragon et l’Italie, encore plus étroits depuis l’établissement de la cour d’Alphonse le Magnanime à Naples.

6La deuxième raison tient à la langue marchienne. Certes, Ausiàs March est le premier à avoir employé le catalan pour écrire de la poésie, jusque-là écrite en occitan. Mais, si son vocabulaire reste accessible pour un lecteur catalanophone cultivé, sa syntaxe est souvent déroutante et, au-delà d’éventuels problèmes de transmission, certains vers restent énigmatiques même pour les spécialistes, souvent réduits à proposer de simples hypothèses de lecture. Les éditions de divulgation, facilement trouvables, qui modernisent la graphie et proposent parfois des notes explicatives, ne parviennent pas toujours à contrer le découragement du lecteur qui aborde March pour la première fois.

  • 1 Voir Josep Torras i Bages, La tradició catalana, Barcelone, 1892 ; Amédée Pagès, Auzias March et se (...)

7Mais la troisième raison est sans doute la plus décisive : Ausiàs March a la réputation d’être un poète-philosophe, un poète métaphysique dont la doctrine semble obscure au lecteur d’aujourd’hui. Cette réputation date de ses contemporains, qui appréciaient davantage la « substance » de sa poésie que le simple plaisir que pouvait procurer sa lecture. Ainsi, depuis le travail pionnier de Josep Torras i Bages, qui relança au xixe siècle les études marchiennes, March a été considéré comme étant profondément nourri de philosophie scolastique à tel point que l’on a pu considérer que sa poésie était, essentiellement, une vulgarisation de l’anthropologie thomiste1. Or, si cette influence est importante, elle a entraîné une focalisation sur cette seule dimension : la question des influences philosophiques de March a longtemps dominé les études marchiennes et reste encore de nos jours très importante. Cette perspective n’est pas sans fondement. En effet, le sujet essentiel de la poésie marchienne étant l’amour, pour l’homme cultivé du xve siècle qu’était March la philosophie thomiste était un matériau essentiel pour penser le monde et l’homme qui aime. Mais ce matériau n’était ni unique ni exclusif, et l’influence d’une philosophie plus proche géographiquement, celle de Ramon Llull, a été soulignée dès les années soixante-dix.

  • 2 A. Pagès, Auzias March et ses prédécesseurs, pp. 431-432.
  • 3 Marie-Claire Zimmermann, La solitude d’Ausiàs March, thèse inédite soutenue en 1984, p. 1396.
  • 4 Ibid., p. 4.

8Ce sont là, sans doute, des questions importantes, et nous aurons à y revenir. Mais une telle approche aurait pu présenter l’inconvénient de faire disparaître le poète derrière le prétendu philosophe. Or, même parmi les tenants les plus convaincus du thomisme marchien, les puissants accents personnels de la voix poétique marchienne sont parvenus à se faire entendre. Ainsi, Amédée Pagès termine son livre Ausiàs March et ses prédécesseurs en concluant au manque d’originalité de March après avoir pourtant souligné par ailleurs le ton très personnel de sa poésie2. Cette attention portée à la dimension plus proprement poétique s’intensifiera avec le cours des années : tout en s’interrogeant toujours sur les influences reçues, des critiques postérieurs, tels Manuel de Montoliu, Pere Ramírez Molas ou Pere Bohigas y seront de plus en plus attentifs, mais c’est Marie-Claire Zimmermann qui, dans les années quatre-vingt, entreprend de lire la poésie marchienne comme un tout, de l’intérieur, pour mieux cerner la profonde originalité de cette voix poétique qui dit « moi »3. Cette perspective lui a permis d’avoir été la première à proposer une interprétation d’ensemble de l’œuvre marchienne fondée sur la lecture du texte lui-même, sur l’analyse de ses procédés poétiques et sur sa cohérence interne. Par ce travail minutieux sur le corps même du texte, elle a pu mettre en relief ce qui, à notre avis, reste la raison d’être centrale de la poésie marchienne, à savoir, la quête ontologique et l’affirmation du moi. Avec elle, nous pensons que la poésie marchienne est l’écriture poétique d’une quête ontologique : « À nos yeux, s’il y a poésie, il y a implication de l’être total, et nécessairement par les mots. Pour nous, toute poésie est ontologique ou bien elle n’est pas4 ».

9Depuis le travail de Marie-Claire Zimmermann, la critique semble avoir un peu mis de côté la question de la scolastique, qui est désormais reçue presque toujours comme une évidence, pour s’intéresser à des questions plus particulières ou à l’analyse de poèmes précis. Bien que la question des sources reste très présente, les perspectives de lecture se sont élargies, mais il n’y a pas eu depuis d’études consacrées à l’interprétation de l’ensemble de la poésie marchienne comprise comme un tout. En revanche, nous disposons d’une foison d’articles ou de chapitres d’ouvrages s’attachant à mettre en lumière des aspects particuliers, tels le sénéquisme de March, les sources aristotéliciennes de tel poème, le stoïcisme de tel autre, etc. Si elle n’a pas manqué de signaler des aspects fondamentaux de la poésie marchienne, la critique la plus récente est ainsi constituée d’une multiplicité d’études ponctuelles sur des thèmes qui semblent davantage se juxtaposer (quand elles ne semblent pas tout simplement se contredire) que se compléter. On peut se demander dans quelle mesure les modalités actuelles de la recherche, qui imposent des formats courts et des temps brefs, sont responsables de cet état de l’art. Mais, quoi qu’il en soit, le fait est que les très nombreux travaux disponibles forment une mosaïque dont la cohérence peut échapper.

10Une dernière raison, extérieure à l’œuvre marchienne, vient conditionner la perception que le lecteur peut avoir de sa poésie. Il s’agit de la division de l’œuvre du poète en chants d’amour, de mort, moraux et chant spirituel (cv) fixée en 1539 par Jeroni Figueres, l’un des premiers éditeurs de March. Ce critère d’organisation thématique de la poésie marchienne s’est doublé d’un critère chronologique établi par Amédée Pagès lors de son travail d’édition. Malgré leurs limites et les réserves que la chronologie fixée par Amédée Pagès a pu soulever, ces deux critères organisationnels restent des repères fort utiles pour le travail des chercheurs marchiens, mais ils peuvent aussi contribuer à renforcer le sentiment d’éclatement du sens de l’ensemble de la poésie marchienne en fixant ainsi une sorte de classement thématique de la poésie marchienne qui laisse entendre son hétérogénéité.

11Ainsi interrogée et appréhendée, l’œuvre marchienne peut apparaître davantage comme un kaléidoscope que comme une entreprise poétique cohérente. Dans ce contexte, notre travail a l’ambition de proposer une réflexion d’ensemble sur la poésie marchienne, une clé de lecture qui souligne, depuis une perspective et une approche qui nous est propre, la profonde cohérence de cette poésie. Nous chercherons à montrer qu’il n’existe aucune solution de continuité entre le March qui dit « je » et le March qui écrit de longs poèmes théoriques si souvent qualifiés de didactiques, mais que ces deux types d’écriture répondent à une seule et même finalité. Notre lecture de March ne prétend pas être exhaustive mais elle a néanmoins l’ambition de proposer une compréhension d’ensemble de son œuvre — comme ont pu le faire avant nous Amédée Pagès, Pere Bohigas, Manuel de Montoliu, Marie-Claire Zimmermann ou, dans une certaine mesure, Robert Archer. Pour cela, nous nous sommes fixé deux impératifs.

12Le premier était de nous interdire d’oublier l’écriture poétique au profit de rapprochements érudits mais pas toujours éclairants, sans pour autant négliger les matériaux doctrinaux à partir desquels elle est construite. En effet, il n’est pas question pour nous de nier les matériaux philosophiques ou littéraires de la poésie de March, ni l’intérêt de les mettre en évidence, au contraire. Tout auteur emploie naturellement les références culturelles de son époque, qu’elles soient plus ou moins explicites. Pascal écrivait dans ses Pensées :

Qu’on ne dise pas que je n’ai rien dit de nouveau : la disposition des matières est nouvelle ; quand on joue à la paume, c’est une même balle dont joue l’un et l’autre, mais l’un la place mieux.

  • 5 Pascal, Pensées, Pensée 22, texte établi par Léon Brunschvicg, Paris, GF Flammarion, 1976, pp. 54-5 (...)

J’aimerais autant qu’on me dît que je me suis servi des mots anciens. Et comme si les mêmes pensées ne formaient pas un autre corps de discours, par une disposition différente, aussi bien que les mêmes mots forment d’autres pensées par leur différente disposition5.

  • 6 A. Pagès, Auzias March et ses prédécesseurs, pp. 431-443 ou plus récemment Lola Badia, « Ausiàs Mar (...)

13La balle est grosso modo la même depuis les débuts de notre culture occidentale, c’est-à-dire depuis la Grèce antique. Mais le fait de la placer différemment en fonction de l’époque met en relief les problèmes qui se posent à cette époque, ces interrogations qui la rendent différente de la précédente et qui appellent des solutions nouvelles. March construit sa poésie à partir des matériaux théoriques de son temps, des matériaux doctrinaux et philosophiques qui ont nourri sa pensée : Aristote, saint Thomas et, une référence écrasante à notre sens mais que l’on ne signale que depuis peu, saint Augustin. Il faut pourtant se garder de disséquer sa poésie sous prétexte d’une recherche de références communes, d’échos et de sources possibles car, de la sorte, on ne parviendrait qu’à la faire disparaître sous le flot de références qui l’auraient nourrie : une telle méthode n’a pas manqué, on l’a vu, d’amener les plus grands critiques à affirmer le manque d’originalité de March6. S’il est certes essentiel d’identifier et de replacer dans leur contexte les références et les sources d’Ausiàs March, ce travail doit être rigoureusement mis au service d’une meilleure appréhension de la force de l’œuvre marchienne. Il doit permettre de mieux cerner ce qui fait de March un grand poète capable d’employer les matériaux intellectuels de son temps pour créer une œuvre profondément originale, universelle et intemporelle.

14Notre deuxième impératif, en quelque sorte corollaire du premier, était de toujours lire March comme un poète. En effet, si Ausiàs March est sans conteste le plus grand poète de langue catalane, c’est parce qu’il se détache très nettement de ceux qui le précèdent comme de ceux qui le suivent. Il innove dans le domaine esthétique, comme l’a montré Marie-Claire Zimmermann dans ses travaux, mais aussi dans un domaine plus théorique, non pas dans les matériaux intellectuels employés, qu’il ne modifie pas, qu’il ne rénove pas, mais dans les problèmes qu’il est amené à poser par sa poésie. Malgré l’incontestable arrière-fond philosophique de sa poésie, March n’est pas un philosophe en ce sens qu’il ne propose pas de « système » philosophique, ni même une pensée non systématique mais nouvelle. Nous n’avons donc pas cherché à en faire un philosophe stricto sensu. Mais il n’est pas non plus, loin s’en faut, un simple divulgateur qui n’aurait fait que recouvrir de miel la dureté de la vérité scolastique : s’il n’écrit pas en tant que philosophe, on sait désormais que la raison d’être de son écriture poétique est la quête ontologique du moi : les interrogations qui informent son écriture sont profondément philosophiques. Il importe donc de déceler les enjeux et les cheminements philosophiques de l’écriture marchienne tout en respectant scrupuleusement leurs modalités poétiques. Parce qu’il est essentiel pour nous de ne jamais dénaturer son écriture, c’est donc toujours en tant que poète que nous l’aborderons, mais en tant que poète qui pose, au moyen de métaphores et de procédés poétiques qui lui sont propres, de véritables problèmes philosophiques. Nous nous inscrivons donc par là en quelque sorte, et dans une certaine mesure, dans la tradition inaugurée par Josep Torras i Bages qui voit en March un poète philosophe.

15Nous allons donc, par ce travail, chercher à mettre en lumière ces interrogations philosophiques, posées et explorées au moyen d’une écriture poétique propre. Parce que la question centrale de cette poésie est la quête ontologique du moi poétique, la question de l’être, de sa place dans le monde et de sa façon d’y être constituent le fondement de l’expérience poétique du moi. Tout au long de son cheminement poétique, le moi pose et repose des questions qui se résument toutes en un seul problème, l’expérience douloureuse des limites de l’anthropologie chrétienne médiévale au sein de laquelle pense March. Il n’est question dans cette poésie que d’un moi qui se cherche. On peut dès lors considérer la poésie marchienne comme l’exploration poétique incessante d’une question philosophique essentielle : celle de la nature de l’homme. Or, parce qu’il se pense — à partir de l’anthropologie et de la cosmogonie scolastique et chrétienne — en tant qu’individu composé d’un corps tout-puissant et d’une âme, le moi marchien ne peut que constater son inadéquation. Son corps tout-puissant bouleverse un univers chrétien où tout doit rester à sa place en vue d’une réunion future avec le Créateur. Parce qu’il ne parvient jamais à respecter cet ordre, parce qu’entraîné par son amour, le moi ne trouve plus de place dans son univers de référence, il aboutit, irrémédiablement, à une impasse : c’est là la source de cette angoisse totale, irréductible, récurrente, obsessionnelle qui est la chair même de l’écriture marchienne.

16Malgré son urgence, ce problème ne trouve jamais de réponse théorique chez March car celui-ci ne dispose pas d’autres matériaux philosophiques que ceux qui amènent le moi contre le mur de l’angoisse. En tant que poète, il n’a ni les moyens ni l’ambition d’apporter des réponses théoriques. Et pourtant, le cri d’angoisse que constitue son écriture ne reste pas vain car c’est en tant que poète qu’il bâtira une réponse proprement grandiose. La grandeur de sa poésie, ce qui lui confère cette beauté rude et violente si caractéristique, c’est d’être parvenue à poser, au moyen de ces images sombres et puissantes qui lui sont propres, les failles et les insuffisances de l’anthropologie médiévale, mais c’est aussi, et peut-être surtout, d’avoir réussi, par ces mêmes procédés poétiques, à y apporter une réponse poétique d’une puissance inégalée.

Notes

1 Voir Josep Torras i Bages, La tradició catalana, Barcelone, 1892 ; Amédée Pagès, Auzias March et ses prédécesseurs, Paris, Champion, 1912.

2 A. Pagès, Auzias March et ses prédécesseurs, pp. 431-432.

3 Marie-Claire Zimmermann, La solitude d’Ausiàs March, thèse inédite soutenue en 1984, p. 1396.

4 Ibid., p. 4.

5 Pascal, Pensées, Pensée 22, texte établi par Léon Brunschvicg, Paris, GF Flammarion, 1976, pp. 54-55.

6 A. Pagès, Auzias March et ses prédécesseurs, pp. 431-443 ou plus récemment Lola Badia, « Ausiàs March i l’enciclopèdia natural : dades científiques per a un discurs moral », p. 54, dans Rafael Alemany (éd.), Ausiàs March. Textos i contextos, Barcelone, Publicacions de l’Abadia de Montserrat, 1997, pp.31-57.

© Casa de Velázquez, 2014

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search