Version classiqueVersion mobile

Les esclavages en Méditerranée

 | 
Fabienne P. Guillén
, 
Salah Trabelsi

Réseaux et circuits de la traite des esclaves aux temps de la suprématie des empires d’Orient

Méditerranée, Afrique noire et Maghreb (viiie-xie siècles)

Salah Trabelsi

Texte intégral

1Pivot d’un trafic international, les esclaves ont, en tant qu’« article » d’intérêt primordial, fait l’objet d’un commerce très actif orienté vers le sud de la Méditerranée tout au long du Haut Moyen Âge. Il est cependant un paradoxe tenace. Dans ses grandes lignes, l’historiographie est marquée par une interprétation restrictive qui lénifie l’ampleur de ce phénomène.

  • 1 C. Meillassoux, Anthropologie de l’esclavage : Le ventre de fer et d’argent.

2Il est vrai que l’on dispose de bien peu de renseignements sur les débuts de l’irruption des Arabes au Maghreb, au Sahara et aux frontières de l’Occident chrétien. Mais il en va autrement pour les phases ultérieures de consolidation des empires territoriaux. Pour ces périodes, nous disposons de matériaux plus riches et plus suggestifs qui permettent de mieux appréhender l’économie de la traite et la genèse d’un commerce au long cours. Ce qui frappe d’abord, c’est l’expansion remarquable des échanges et la prolifération d’un négoce déployé à une échelle intercontinentale. D’ailleurs, comme le note C. Meillassoux1, un des états intrinsèques à l’esclavage est l’éloignement de son milieu naturel qui est à la base du conditionnement marchand et du dressage de l’esclave par le maître. L’essor des marchés aux esclaves apparaît dès lors comme un facteur de renforcement des pouvoirs territoriaux et d’amplification de la dynamique du commerce et des profits.

3Enfin, il est à noter que, malgré l’abondance des textes et des indices archéologiques et numismatiques, des contraintes objectives persistent ; car tout en envisageant de nous intéresser aux rives orientale et occidentale de la Méditerranée, il serait bien difficile de fixer, de manière précise, les limites chronologiques et géographiques de ce système ; un commerce qui tend à abolir les frontières et à atténuer les différences religieuses, ethniques et raciales.

  • 2 H. Pirenne, Mahomet et Charlemagne ; E. Ashtor, « Quelques observations d’un orientaliste », pp. 1 (...)

4On ne reviendra pas, dans cette brève esquisse, sur les débats anciens et les controverses suscitées par l’hypothèse d’une cassure qu’aurait provoquée, selon H. Pirenne2, l’invasion musulmane. À vrai dire, la question n’est pas là. En tout cas, les sources documentaires laissent supposer que, en temps de paix comme en temps de guerre, l’esclavage avait atteint des paliers élevés. Ni les rivalités politiques et militaires, ni les mesures réglementaires et restrictives ne semblent en avoir durablement entravé le commerce maritime et terrestre. En l’espace de quelques décennies, le trafic atteignit des proportions inégalées. Des régions entières du Maghreb, de l’Afrique subsaharienne et de l’Europe furent transformées en réservoirs d’esclaves. Les pays d’Islam allaient se révéler comme un acteur puissant de l’évolution de la traite des esclaves.

5Il est hors de doute que, malgré les heurts fréquents, diplomatie et négoce avaient constitué un axe majeur dans les stratégies de contacts et de régulation des rapports. Sur le plan des dynamiques internes et externes, les données historiques et chronologiques retracent, a priori, des mouvements heurtés et discontinus qui offrent au regard des réalités diversement appréciables. Nous n’aborderons pas ici l’ensemble des problèmes. Nous tenterons, en revanche, de suivre, tout simplement à partir des indications des sources arabes, les phases initiales d’extension de l’esclavage et d’en évaluer la portée et les significations.

6Les textes apportent en effet des témoignages probants et soulignent une réelle inadéquation entre les faits et la thèse traditionnelle d’une polarisation opposant irrémédiablement les royaumes de l’Occident chrétien aux pays d’Islam. Ils laissent percevoir des échanges au-delà de l’espace méditerranéen et hispano-africain. Ils montrent également que le dynamisme des métropoles orientales avait grandement favorisé l’épanouissement de l’économie de marché. Les connexions des routes et des circuits connurent une extension formidable. La circulation des biens et des hommes se développa à partir d’un réseau complexe de centres urbains, de routes terrestres et maritimes soudant l’Europe au Proche-Orient et le Proche-Orient à l’Afrique subsaharienne. L’expansion à l’Ouest du Bahr al-Rûm, la fondation du royaume d’al-Andalus ainsi que l’essaimage des diasporas musulmanes dans l’Italie méridionale, les Baléares et la Septimanie confortèrent vigoureusement la sphère d’influence des Arabes et des Berbères. En dépit des revers subis dans le Languedoc et le Sud de l’Italie, cette situation eut une incidence décisive sur la demande en main d’œuvre servile et les besoins en armes et en équipements.

7Entre le VIIIe et le Xe siècle, les pays du Maghreb, l’Espagne et l’Égypte s’érigèrent en tête de ligne de la traite et du négoce transfrontalier. Les villes côtières et les centres sahariens jouèrent un rôle capital dans la concentration et la redistribution des esclaves. Ces derniers n’étaient pas seulement recherchés en tant que forces productives. Au-delà de sa valeur d’usage, l’esclave était à la fois marchandise et monnaie d’échange.

8Les entreprises militaires n’étaient pas le seul moyen de se procurer des captifs et des esclaves. Très tôt, le marché prit une ampleur sans pareille. Il serait sans doute spécieux de parler de transformation radicale des structures économiques et sociales. Les esclaves étaient au cœur des enjeux politiques et financiers. Mais le commerce transfrontalier ne se bornait pas qu’aux « marchandises » humaines. La mise en place d’un système rodé d’assurance et de mobilisation du crédit, au moyen de lettres de change et de chèques, contribua à élargir l’horizon du négoce. Sur la foi du voyageur Ibn Hawqal, les marchés du Maghreb étaient bien achalandés et fort rémunérateurs. On y écoulait des articles de haut prix comme l’ambre, la soie, les cotonnades, les étoffes fines, les tapis de cuir et les esclaves africains, européens et grecs. À cela, il faut ajouter les métaux précieux, les besoins des arsenaux et de l’armée.

  • 3 Ibn Hawqal, La Configuration de la terre, t. I, p. 98.

9Les créances et l’argent investis étaient pharamineux. De passage à Audaghust, Ibn Hawqal atteste avoir côtoyé, lui-même, un marchand berbère, Abû Ishâq Ibrâhîm b. ‘Abd Allah qui, explique-t-il, était bénéficiaire d’une reconnaissance de dette évaluée à quarante-deux mille dinars3.

10Bien évidemment, les sources documentaires posent de réels écueils et leur inégale fiabilité nous incite à faire preuve d’une extrême prudence. Il serait sans doute difficile de résoudre le problème complexe de l’authenticité des récits et de l’exactitude des faits. Il est possible, cependant, de croiser les informations des sources arabes et gréco-latines, pour réunir des informations crédibles.

LE POIDS DES ESCLAVES DANS LE COMMERCE MÉDITERRANÉEN MÉDIÉVAL

11Les données fournies par les sources arabes font état de chiffres disparates quant au volume d’esclaves exportés annuellement vers les pays du Levant. M. Talbi, dans sa thèse sur l’histoire des Aghlabîdes d’Ifriqiya, établit une moyenne de quatre cent mille esclaves berbères transférés en Orient pour une période qui couvre à peine un demi-siècle.

12Il n’y a pas de raisons valables de récuser cette estimation qui reste valable même si les textes ne nous permettent pas réellement de procéder à une évaluation quantitative fiable. Mais une chose est sûre. Ce trafic ne fut pas épisodique et les déportations étaient massives ; des dizaines de milliers de personnes étaient déportées annuellement. Les esclaves ne transitaient pas seulement par l’Afrique, l’Asie, les fleuves russes, le Caucase ou la mer Caspienne. Des contingents importants provenaient aussi de l’Ouest et du Nord de l’Europe. Il n’est pas anodin que des érudits aussi atypiques qu’al-Mas’ûdî, Ibn Hawqal, ou Ibrâhîm b. Ya qûb al-’Isrâ’îlî al-Tartûshî eussent été attirés par ce commerce lucratif. Ces explorateurs de talent nous ont laissé des témoignages réunis à partir d’observations directes. Ils livrent des annotations détaillées sur les routes, les comptoirs portuaires, les marchés, le prix des marchandises et les taxes douanières.

13Le cas de l’Espagnol’Ibrâhîm b. Ya ‘qûb est surprenant. Il débuta son voyage comme émissaire officiel du calife omeyyade de Cordoue auprès de l’empereur Othon Ier. Il fut même reçu à la cour impériale de Magdebourg. Mais une fois sa mission accomplie, il parcourut de bout en bout l’Europe en se livrant au commerce des chevaux et des esclaves. Enfin, son grand mérite, c’est de nous avoir laissé des descriptions riches dont il ne subsista, malheureusement, que quelques bribes.

  • 4 M. J. de Goeje, Een belangrjk arabisch over de Slawisch volken omstreeks 965, p. 196 ; A. Miquel, (...)

14C’est aux deux géographes al-Bakrî et al-Qazwînî que nous devons la conservation de quelques fragments du récit perdu de son voyage entrepris vers 354/965, évoquant des contrées comme l’Irlande, le royaume des Francs, la Pologne, Bordeaux, Noirmoutier, Saint-Malo, Rouen, Utrecht, Aix, Mayence, Fulda ou Prague. Prague est décrite comme le foyer central du commerce avec les pays slaves. Là aussi, ce sont les esclaves et les produits de luxe qui figurent en bonne position. Ses marchés étaient le point de rencontre des marchands russes, francs, slaves, musulmans et juifs. Ces derniers s’y rendaient avec des articles orientaux et des drachmes byzantines pour y acheter des esclaves, de l’étain et des fourrures4.

  • 5 A. Miquel, « La relation arabe d’Ibrâhîm b. Ya ‘qûb », pp. 1059-1060 ; Ibn al-Faqîh, Kitâb al-Buld (...)

15La notice relative à Mayence fournit des informations capitales. Dans cette ville, située sur le Rhin et qui relevait du royaume des Francs, « on y voit, explique-t-il, des dirhams frappés à Samarcande, avec le nom du Directeur des monnaies et la date de frappe : 301 et 302. D’après al-Turtushî, ces pièces étaient frappées au temps du Sâmânide Nasr b. Ahmad. Il est extraordinaire qu’on puisse trouver à Mayence, c’est-à-dire à l’extrême bout de l’Occident, des aromates et des épices (‘aqâqîr) qui ne naissent qu’au fin fond de l’Orient, comme le poivre (fulful), le gingembre (zandjabîl), les clous de girofle (qaranful), le nard indien (sunbul), le costus (qust) et le galanga (khûlandjân) : ces plantes sont importées de l’Inde, où elles poussent en abondance5 ». Ce témoignage direct est capital à double titre. D’abord, il corrobore l’intensité des liens durables entre les pays slaves et les Omeyyades d’Espagne. Enfin, il nous restitue des indices patents sur l’animation du commerce et la diversification des voies commerciales entre l’Europe, la principauté samânîde et le califat abbasside.

  • 6 A. Gieysztor, « Les structures économiques en pays slaves », p. 464.

16Il convient évidemment de ne pas se fier aux dates estampillées sur les dirhams pour les corréler à des transactions antérieures au voyage de l’espagnol Ibrâhîm b. Ya ‘qûb à Mayence. En effet, nous ne pourrions pas affirmer que ces pièces étaient encore en cours. Il pourrait s’agir aussi de monnaies périmées, acquises à moindre frais par des marchands pour se procurer à bas prix des produits sur les marchés européens6. Cette hypothèse pourrait bien s’appliquer aussi aux trésors de monnaies musulmanes, exhumés dans l’Europe du Nord et de l’Est et qui s’étalaient sur des périodes allant du calife omeyyade all-Walîd Ier (règne : 705 et 715) jusqu’au règne du calife abbasside al-Mustakfî (944-945).

  • 7 Ibn al-Faqîh al-Hamâdhaânî, Kitâb al-buldân, pp. 270-271.

17En tout cas, il ne serait pas surprenant que Mayence eût été, au même titre que Prague, régulièrement fréquentée par des marchands orientaux. Les pièces de monnaies évoquées et leur datation (301-2/913-14) se rapportent manifestement au règne du quatrième prince samânîde Ahmad b. Ismâ‘îl (règne : 907-914) dont le royaume avait étendu sa domination sur le Khurâsân, la Transoxiane et la Perse orientale. Cette principauté, dont l’autonomie politique et financière fut acquise sous le grand prince Nasr b. Ahmad, bâtit son apogée sur le commerce des esclaves, un élément essentiel des structures économiques du pays. Le géographe Ibn al Faqîh al Hamâdhânî précise, quant à lui, que le commerce des esclaves était solidement mis en place et que des marchands étrangers faisaient la route jusqu’en Irak. Leur présence est confirmée à Bagdâd où ils conduisaient des troupes d’esclaves d’origine slave qui leur servaient aussi d’interprètes7.

  • 8 Monumenta Germaniae Historica Capitularia (MGH), I, 123, n° 44, art. 7.
  • 9 MGH, Scriptores II, p. 369 ; R. Doehaerd, Le Haut Moyen Âge occidental, p. 582.
  • 10 Scriptores rerum Langobardorum et Italicarum, saec. VI-IX, MGH, p. 48 ; R. Doehaerd, Le Haut Moyen (...)
  • 11 Le Charroi de Nîmes, pp. 28-29, 32-33.
  • 12 MGH, Poetae car. Aevi., I, p. 498 ; R. Doehaerd, Le Haut Moyen Âge occidental, p. 314.

18L’importance stratégique des marchés de Mayence est, par ailleurs, affirmée par les sources latines qui la décrivent comme un centre de regroupement des captifs. Toujours à propos de Mayence, les brèves indications du capitulaire8, datant de 805, attestent qu’elle était aussi un marché couru par les marchands francs. Saint Sturm, abbé de Fulda, ajoute des éléments plus précis. Il affirme avoir croisé sur la route de Mayence des cortèges d’esclaves conduits « in superiorem partem eremi9 ». Un autre témoignage est rapporté par le Lombard Paul Diacre qui désigne, au milieu du VIIIe siècle, la Germanie comme un vaste entrepôt d’esclaves destinés aux gens du Midi, « meridianis populis10 ». Ces exportations drainaient des ressources inappréciables. À cela, s’additionnent les taxes des postes de douane et des points de contrôle des passages par les Alpes, la Lombardie et la Marche d’Espagne. Les ports de Provence, Marseille, Arles et Narbonne n’étaient pas en reste. Arles était au cœur des courants d’échanges avec l’Afrique, l’Espagne et Byzance. Sa population comptait, encore au XIIe siècle, des communautés « sarrasines » parfaitement intégrées11. Le poète Théodulfe12 évoque l’or arabe qu’il aurait vu à Marseille, au milieu du IXe siècle, ainsi que des marchandises orientales déchargées à Arles.

  • 13 R. Latouche, Les origines de l’économie occidentale, pp. 80, 103 ; V. Lesne, Histoire de la propri (...)

19La poussée des Francs vers l’Italie lombarde, le Nord et l’Est de l’Europe leur avait offert le moyen de prendre activement part au commerce méditerranéen. Pour s’approvisionner en produits orientaux, il fallait réunir des colonies d’esclaves et spéculer sur les marchés extérieur et intérieur13. Cela explique aussi l’intensification des échanges bilatéraux à partir de Ratisbonne avec les royaumes slaves et la Russie tout au long du IXe et Xe siècle. Les exportations portaient principalement sur les esclaves, les chevaux et la cire en contrepartie des armes et de marchandises de luxe.

  • 14 Flodoard, Historia Remensis Eccllesiae, MGH Scriptorum, pp. 451-466 ; R. Doehaerd, Le Haut Moyen  (...)
  • 15 R. Doehaerd, Le Haut Moyen Âge occidental, p. 93.

20En outre, les besoins en main-d’œuvre étaient pressants d’autant plus que les propriétés agricoles de l’Église14, les domaines de l’État et les terres royales, mises en fermage, nécessitaient des unités incalculables d’ouvriers. Le capitulaire de Villis15 fait explicitement mention d’une ordonnance de Charlemagne enjoignant, à ses officiers, l’achat de troupes d’esclaves pour les travaux agricoles.

  • 16 A. b. Muhammad al-Maqarrî, Nafh al-tîb min ghusn al-Andalus al-Ratîb, p. 145 ; al-Masudî, Murûdj (...)
  • 17 Al-Saqatî, Fî âdâb al-hisba, p. 54.
  • 18 Al-Ghubrînî, ‘Unwân al-Dirâya, p. 45.
  • 19 Al-marrâkushî, Al-Mu‘djib fî talkhîs akhbâr al-Maghrib, p. 347.

21Dans les textes arabes, l’identification du pays franc est cependant flottante. Al-Maqarrî16 explique qu’ils sont souvent en guerre contre les Slaves. Ils en tiraient ainsi de nombreux captifs qu’ils allaient vendre dans l’Andalus. Par ailleurs, les sources arabes précisent que les marchands andalous se rendaient fréquemment dans le Nord de l’Espagne dans le dessein d’acheter des esclaves en Castille et en Aragon17. D’Espagne, les esclaves étaient acheminés vers l’Afrique du Nord. Certains marchés en étaient même saturés. Le grand cadi de la ville de Bédjâya, Ahmad b. Ahmad al-Ghubrînî18 rapporte que l’on y écoulait des quantités si importantes qu’un esclave africain ordinaire était vendu au prix de deux esclaves européens. Chose assez curieuse, parmi les esclaves venus du Nord, il arrivait de voir nommer dans les sources juridiques des esclaves de confession musulmane19.

  • 20 Ibn Hayyân, Kitâb al-Muqtabas, pp. 478, 485 ; P. Chalmeta, « La Méditerranée et al-Andalus de 934 (...)

22Il est clairement établi que les métropoles européennes étaient en liaison avec les grandes cités maghrébines et levantines. Ibn Hayyân signale que des marchands amalfitains avaient été reçus, au Xe siècle, à Cordoue et qu’ils avaient bénéficié d’avantages tangibles20.

23L’on sait, également par la chronique de Frédégaire, que les Francs et les Abbassides avaient entretenu des contacts diplomatiques assez étroits. Le même document nous apprend qu’une ambassade franque s’était rendue, au milieu du VIIIe siècle, auprès du deuxième calife abbasside al-Mansûr (règne : 709-775) dont la mère était une esclave berbère.

  • 21 Frédégaire, Chronique des temps mérovingiens, p. 258.

24Ce fut par le port de Marseille que cette députation embarqua pour se rendre en Orient ; et en 768, trois années plus tard, elle fut de retour à Marseille, où elle aborda accompagnée d’une délégation abbasside. Ce fut également à Marseille que Pépin le Bref fit raccompagner, en grande pompe et chargés de riches présents, les ambassadeurs du calife : « Iterum rex ipsos Saracenos qui ad eum missi fuerunt munera dedit et usque ad Marsilia cum multo honore addocere praecepit. Saraceni uero nauale euectione per mare redeunt ad propria21. » L’on sait également que l’abbaye de Corbie avait bénéficié de privilèges sur les revenus du tonlieu de Fos. En avril 716, le roi Chilpéric II reconduisit les privilèges que Clotaire III lui avait accordés. Ce diplôme royal fut confirmé par Pépin le Bref et par Charlemagne.

25Marseille était un poste de péage abondamment approvisionné en marchandises orientales. Ses liaisons avec le Maghreb, l’Espagne, la Galice et Bordeaux via l’Atlantique sont attestées. Un coup d’œil sur un inventaire des entrepôts royaux montre nettement que l’activité de ce port était loin d’être insignifiante. Il en ressort :

  • 22 L. Levillain, Examen critique des chartes mérovingiennes de l’abbaye de Corbie, pp. 68 et 235-236.

dix mille livres d’huile, trente muids de garum, trente livres de poivre, cent cinquante livres de cumin, deux livres de girofles, une livre de cannelle, deux livres de nard, trente livres de coctus, cinquante livres de dattes, cent livres d’olives, cinquante livres d’hibri, cent cinquante livres de pois chiches, vingt livres de riz, dix livres de piments dorés, dix peaux de scoda, dix peaux de Cordoue, cinquante mains de papyrus22.

26Cet exemple d’inventaire montre, tout autant que les témoignages fournis par Ibrâhîm b. Ya‘qûb, la réciprocité des échanges et le poids des marchandises. Il permet de récuser, du moins partiellement, la thèse réductrice qui, érigeant le règlement monétaire en condition à l’entretien du négoce et à son équilibre, confère aux échanges avec l’Orient un sens unique et un caractère exclusivement monétaire. L’Europe aurait ainsi compensé l’or dépensé pour ses importations à Byzance par l’argent musulman récupéré en contrepartie des esclaves, des armes et du bois précieux.

  • 23 E. Levi Provençal, La Civilisation arabe en Espagne, p. 105.

27Il va sans dire que l’intrusion des Arabes, conjuguée avec les invasions normandes, avait considérablement remodelé le destin du monde méditerranéen. Mais il apparaît clairement qu’« en devenant un lac musulman, la Méditerranée ne devint pas du même coup un lac barbare, une mer obscure et brumeuse23 ».

28Les sources arabes et latines soulignent une imbrication complexe de réseaux, de marchands professionnels d’origine et de fortune diverses. Elles font apparaître des trafiquants occasionnels et des marchands chevillés au commerce au long cours. Ce que l’on entrevoit à travers les textes, c’est l’entrée en scène de corporations de banquiers, de courtiers, d’armateurs, de bailleurs de fonds et de sayârifa experts dans l’attribution des crédits et le transfert des capitaux.

29Ibn Hawqal ne manque pas d’insister sur l’importance des établissements de crédit et des infrastructures routières et maritimes du Maghreb, de l’Espagne et de la Sicile. Tout géographe qu’il était, il ne semble pas non plus avoir été indifférent à l’attrait des gains. Plus que tout autre voyageur, Ibn Hawqal, par sa longue fréquentation des marchands et des courtiers, nous fournit des témoignages édifiants qui illustrent la place des esclaves sur le marché mondial. Recensant les exportations du Maghreb, il signale

  • 24 Ibn Hawqal, La Configuration de la terre, t. I, p. 95.

les beaux esclaves de l’Europe, l’ambre, la soie, les vêtements de laine très fine ou ordinaire, les manteaux de laine, et autres habits de cette étoffe, les tapis de cuir, le fer, le plomb, le mercure, les esclaves importés du pays des Noirs, ainsi que les esclaves provenant de la région des Slaves par le canal de l’Espagne24.

  • 25 Ibn Khurdadhbeh, Kitâb al-masâlik, pp. 92, 112, 153-155.
  • 26 Abraham b. Daûd, Sefer ha-qabbalah [The book of Tradition], pp. 68-69.

30De son côté, le chef du service des renseignements abbasides, Ibn Khurdadhbeh25 parle des esclaves francs. Cet attribut d’Ifrandj est a priori problématique et prête à confusion. Il serait sans doute inexact de le circonscrire au seul royaume des Carolingiens, d’autant plus qu’il s’apparente à un vaste domaine s’étendant jusqu’aux Îles britanniques, à l’Europe continentale et aux territoires du Nord. Le signalement des textes arabes évoque des identités nationales et ethniques complexes. Il est question d’esclaves d’origine slave, franque, basque, normande, lombarde, sicilienne ou galicienne. Ils étaient expédiés le plus souvent en Espagne, au Maghreb, à Tripoli ou à Alexandrie avant d’être réaffectés sur l’ensemble des marchés orientaux. Les recettes afférentes au commerce de l’homme étaient tellement importantes que les circuits d’importation, d’achat et de vente furent promptement l’objet de contrôle par les autorités. Des codes, stipulant un encadrement strict des marchés, étaient mis à la disposition des prévôts et des agents de répression des fraudes. Les droits de douane (mukûs et lawâzim) faisaient l’objet d’un contrôle strict. Ils étaient prélevés dans les ports, les caravansérails et les points de vente par des officiers royaux et des établissements privés. Apparemment, les clivages religieux ne semblent pas avoir dressé des barrières infranchissables. Les textes précisent que dans l’emporium de Sidjilmâssa et en vertu d’un décret califal, la collecte des redevances imposées aux marchands juifs avait été confiée aux frères Joseph et Jacob b. Jau, tous deux juifs et marchands de brocards26.

  • 27 Al-Saqatî, Hisba, p. 109.

31Les marchés brassaient des flux d’esclaves d’origines diverses. Les besoins étaient énormes et « l’article » était bien recherché et fort rémunérateur. Dans son manuel relatif aux règles d’administration des marchés, le juriste andalou al-Saqatî27, parlant de l’origine des esclaves, précise que :

Un article d’exportation bien connu consiste dans les esclaves des deux sexes qui ont été enlevés en France et dans la Galice ainsi que les eunuques slaves. […] Les Espagnols s’en emparent à partir de la moitié septentrionale de leur pays, du côté de la Galice, de la France, de la Lombardie et de la Calabre. Dans ces régions, les prises sont encore nombreuses.

  • 28 Al-bakrî, Masâlik, t. II, pp. 912-914.
  • 29 Ibn Khurdadhbeh, Kitâb al- masâlik, p. 153.
  • 30 M. G. H. Scriptores, t. XV, p. 511 ; M. Rubellin, Église et société chrétienne d’Agobard à Valdès,(...)
  • 31 MGH, SS, III, p. 338 ; MGH, SS, II, c. 7, p. 369 ; P. Chevallard, L’Église et l’État en France au (...)

32Ils étaient exportés en Égypte et jusqu’aux frontières du Khurâsân. Venise, Leucena Verdun28, Langres, Lyon, Narbonne figuraient parmi les routes les plus courues d’Occident29. Les Miracula S. Bertini Sithiensia30 parlent de la présence, à Verdun vers la fin du IXe siècle, de riches negotiatores, spécialisés dans la traite des esclaves dont ils tiraient de gros profits. Il est précisé aussi qu’une partie du « fret » était constitué de castrats. Ainsi Verdun est signalé comme un centre actif de rassemblement des eunuques slaves et anglo-saxons destinés aux pays musulmans. Ils étaient transférés à travers la vallée mosane en direction de Lyon d’où ils rejoignaient Narbonne et Arles. Ce commerce perdura d’autant plus qu’il générait, selon Liutprand31, évêque de Crémone, des gains colossaux : « immensum lucrum ».

  • 32 MGH, Epist., III, p. 183-1855 ; C. Verlinden, L’esclavage dans l’Europe médiévale, t. I, pp. 217, (...)

33D’ailleurs, ce fut de Lyon que, vers 822, l’évêque saint Agobard32 adressa à Louis le Pieux des doléances acerbes contre les marchands du palais. Le prélat contestait les licences royales qui habilitaient des marchands juifs à vendre des esclaves étrangers à l’intérieur comme à l’extérieur du royaume :

Au moment où je venais de dicter ces pages, il nous est arrivé, explique-t-il, fuyant du fond de l’Espagne, c’est-à-dire de Cordoue, un homme qui disait avoir été furtivement enlevé par un juif, à Lyon, il y a vingt ans, n’étant encore qu’un petit enfant, et vendu comme esclave. Il s’est enfui d’Espagne, cette année même, avec un autre chrétien, qui avait été pareillement dérobé à Arles, par un juif, il y a six ans. Sur cela nous avons cherché des personnes qui connussent cet ancien habitant de Lyon ; nous en avons trouvé et il nous a été affirmé que bien d’autres chrétiens ont été volés ou achetés par le même juif pour être revendus. On nous a aussi parlé d’un autre juif qui, cette année même, a enlevé et vendu un enfant. Enfin, on vient de découvrir plusieurs chrétiens qui ont été livrés par d’autres chrétiens à des juifs, et que ceux-ci exercent sur ces esclaves des actions infâmes qu’on aurait honte de décrire.

34A priori, ce n’est pas l’esclavage qui semble inquiéter le prélat. C’est plutôt l’appartenance des marchands à la confession hébraïque et leurs transactions avec les pays d’Islam qui suscitent, manifestement, son courroux. Ce qu’il craignait, c’était de les voir associer des chrétiens aux esclaves « païens ». L’on ne saurait, évidemment, perdre de vue la portée religieuse de ce document d’autant plus qu’il est question de vente, aux musulmans, d’esclaves « purifiés par le baptême du Christ ». Il est clair, en même temps, que l’Église n’avait jamais caché son souci de capter une partie de la main-d’oeuvre servile nécessaire pour les entreprises de défrichement et les travaux des champs.

35Or, l’on sait que le commerce des esclaves était pratiqué par des marchands d’origines confessionnelles disparates. Les textes soulignent aussi le rôle décisif des marchands italiens, vénitiens, génois et amalfitains. Malgré les admonestations sporadiques, ils avaient, impassiblement, poursuivi leurs livraisons vers les ports africains et orientaux.

36Déjà vers 750, le Liber pontificalis nous apprend que le pape Zacharie (741-752) avait racheté aux marchands vénitiens les esclaves qu’ils avaient réunis, à Rome, et qu’ils allaient vendre en Afrique :

  • 33 Liber Pontificalis, t. I, p. 433.

Porro eodem in tempore contigit plures Veneticorum hanc Romanam advenisse in urbem negotiatores ; et mercimonii nundinas propagantes, multitudinem mancipiorum, virilis scilicet et feminini generis, emere visi sunt ; quos in Africam ad paganam gentem, nitebantur deducere33.

  • 34 R. Doehaerd, Le Haut Moyen Âge occidental, p. 280.

37En partance pour Jérusalem, le moine Bernard34 raconte qu’il avait vu, en 870 à Tarente, neuf mille esclaves embarqués à bord de six navires faisant voile vers le Maghreb, Tripoli et Alexandrie.

  • 35 « De S. Elia Juniore Monacho in Aulinis seu Salinis in Calabria », Acta Sanctorum, t. III, pp. 479 (...)
  • 36 Acta Sanctorum, t. III, pp. 479-489.

38Le signalement des esclaves et des marchands nous est parfois dévoilé par des récits de facture hagiographique. Des textes comme les Acta Sanctorum35 fournissent des exemples significatifs. Leur véracité est sans doute incontrôlable. Mais, quoi qu’il en soit, ils présentent à maints égards des modes d’éclairage utiles. Le portrait du moine Jean est à ce titre édifiant. Les hagiographes le louent comme un saint, vénéré par les musulmans et les chrétiens. Il est même auréolé du titre de saint Élie le Jeune de Sicile. Celui-ci lui aurait été attribué sur le Mont Golgotha. Sa biographie, écrite par ses disciples Daniel de Taormina et le moine Sabas36, met en lumière la complexité des faits et l’évidence des communications.

  • 37 Acta Sanctorum, t. III, p. 480 ; M. Amari, Storia dei Musulmani di Sicilia, t. I, pp. 411, 512-519 (...)

39Né à Enna vers 823, saint Élie le Jeune fut victime à deux reprises de l’invasion de la Sicile. Après le débarquement des Arabes en l’an 833 et la prise de Castromaria où s’étaient réfugiés ses parents, il est pris avec deux cent vingt captifs. Mais il est, miraculeusement, sauvé par un navire de Syracuse ; puis il est vendu à un chrétien qui le rend à sa famille en Sicile. En janvier 835, Enna et Castrogiovanni sont de nouveau attaqués par les Aghlabîdes. Il est enlevé, à l’âge de douze ans, et acheté par un marchand sicilien. Ce dernier le conduit en Afrique où il le revend à un marchand chrétien de Tunisie. Au-delà de la légende, le récit offre des indications sur le métier de son patron, un marchand à grand rayon d’action. Étant souvent absent, il initie son jeune esclave au négoce et lui confie la gestion des affaires courantes37.

  • 38 M. Talbi, « Droit et économie en Ifriqiya au IIIe/IXe siècle. Le paysage agricole et le rôle des e (...)
  • 39 S. Trabelsi, « L’esclavage domanial dans le paysage agraire musulman au Moyen Âge ».

40De même, les manuels de Hisba, les recueils de Fatâwî et la littérature narrative arabe revêtent une importance primordiale. Ils livrent, au-delà de leur disparité de genre, d’origine et de date, des indications éclairantes sur le maillage des réseaux routiers et maritimes, le volume des affaires et les mécanismes financiers. Il s’en dégage la nette impression d’une liaison soutenue, et d’une contiguïté réelle de marchands et d’esclaves brassant des langues et des confessions différentes. Les esclaves étaient présents à tous les échelons de la hiérarchie sociale et constituaient le pilier d’une économie bâtie sur leur travail38. Certains étaient enrôlés au service de l’administration publique et militaire. On les voit employés dans les maisons, les domaines agricoles, dans les ateliers de confection artisanale, dans les mines et les chantiers de construction urbaine ou hydraulique39.

  • 40 Al-Wansharîssî, al-Mi‘yâr, t. IX, pp. 140-141.
  • 41 Al-Mâlikî, Riyâdh, t. II, p. 284.
  • 42 Ibid., t. I, p. 206.

41Dans une fatwa attribuée à Ibn Zayd al-Tûnisî, il est question d’une affaire testimoniale concernant un chrétien (nasrânî) qui décède en laissant deux enfants, cent dinars en espèces, du vin d’une valeur de cent dinars et un esclave musulman, valant aussi cent dinars40. Le savant et ascète Ibn al-Labbâd41 (mort en 944) possédait une servante chrétienne nommée Maria. De son côté, l’auteur du Riyâd al-Nufûs42 indique qu’un marchand chrétien du Sahel tunisien vendit à Bahlûl b. Râshid (mort en 800) une quantité d’huile valant quatre dinars. Et que, par déférence à l’égard du saint homme, il en ramena le prix à un dinar.

42Dans les dictionnaires biographiques dédiés aux savants d’Ifriqiya nous relevons des données particulièrement intéressantes. Une fraction des premiers colons arabes installés en Ifriqiya s’était spécialisée dans le négoce. Ils disposaient, pour la plupart, de grands domaines agricoles.

  • 43 Ibid., t. I, p. 365.
  • 44 Ibn Al-Saghîr, Akhbâr al-Imma al-Rustumiyyîn, pp. 82-83, 97, 117.
  • 45 Ibn Khurdadhbeh, Kitâb al-masâlik, pp. 153-5 ; H. Pirenne, Mahomet et Charlemagne, pp. 192-196 ; C (...)
  • 46 Al-Mâlikî, Riyâdh, t. II, pp. 153-154.

43L’on apprend également que l’un des quartiers de Kairouan était appelé Bâb al-Rahâdhina. Ce souk attribué aux Radhanites était tenu par des marchands juifs qui faisaient vendre leurs articles par des enfants, nous dit al-Mâlikî43. Dans la ville de Tahert, où vivait une forte communauté chrétienne, il y avait aussi un marché réservé à des Rahâdhina44. Aux dires d’Ibn Khurdadhbeh, ces Radhânites étaient une corporation de marchands polyglottes qui voyageaient d’Orient en Occident et d’Occident en Orient45. Les routes étaient fréquentées aussi par des pèlerins et des voyageurs. Le pèlerinage donnait lieu à de grandes foires et à l’exposition d’un grand nombre d’esclaves. Ce fut sur le marché du Caire et alors qu’il se rendait à la Mecque, que le cadi d’Ifriqiya, Muhammad b. Muhammad b. Sahnûn46 acheta, auprès d’un marchand espagnol, une esclave nommée Qârâtîs. Le cadi explique que cette jeune esclave avait été arrachée à son pays natal et à ses proches, pour être vendue en Orient.

  • 47 Ibn al-Khatîb, Kitâb al-A‘mâl, p. 221 ; S. D. Goitein, Letters of Medieval Jewish Traders, p. 139.

44Il est établi que le futur calife fatimide al-Mansûr (mort en 953) avait pris part au commerce saharien lorsqu’il était à Sidjilmâssa. Alî, le fils du prince de Denia, Mudjâhid al-Âmirî (mort en 1044) était à la tête d’un trafic maritime qui reliait l’Égypte à l’Espagne. Son navire est signalé à plusieurs reprises au port d’Alexandrie47.

  • 48 Vie de l’Ustâdh Jawdhar.

45La chronique dédiée à la vie de l’eunuque slave al-Ustâdh Djawdhar48 fournit des renseignements édifiants. En dépit de son statut servile, l’eunuque Djawdhar était un homme influent et fortuné. Il avait occupé le poste de Directeur du trésor et du Tirâz, et se vit attribuer un rang prestigieux dans la hiérarchie fatimide. Al-’Ustâdh Djawdhar était également le patron d’une société de transport maritime ; il entretenait des relations étroites avec les Kalibîtes de Sicile d’où il importait du bois et des marchandises de haut prix. Cette activité lui procurait des gains réguliers plus importants que le revenu de tous ses domaines fonciers de Tunisie. L’on ne sait pas, exactement, si ces bateaux lui appartenaient ou s’ils étaient loués. L’allusion faite à un naufrage en mer de l’un de ses navires avec ses chargements ne nous éclaire pas davantage. Il demeurait en Tunisie et avait des commissionnaires qui agissaient en son nom. L’on apprend par ailleurs que l’un de ses mandataires avait reçu, de la part du frère du gouverneur de Sicile, ‘Alî b. al-Hasan (mort en 982), une avance de cent dinars destinée à couvrir les frais additionnels des marchandises embarquées.

46Son biographe rend hommage à son altruisme légendaire et aux aumônes généreuses dont il gratifiait l’État. Le texte nous apprend que, entre 962 et 965, la Sicile avait connu des troubles fomentés par les esclaves chargés de la coupe du bois dans les forêts du Nord-Est de la province. Ils s’étaient enfuis, paralysant massivement ainsi les chantiers du port de Mahdiya et les projets de construction d’une puissante flotte de guerre. Ce fut, en effet, l’esclave Djawdhar qui offrit aux arsenaux la totalité d’une cargaison de bois, permettant ainsi au calife al-Mu’izz (mort en 975) de parer la désertion des esclaves siciliens.

ROUTES DU COMMERCE SAHARIEN

47Les routes et les axes sahariens ont constitué une source capitale pour la pérennité du commerce méditerranéen. Une des conséquences de la conquête de l’Afrique du Nord a été de mettre en exergue la place de la Berbérie dans les réseaux complexes du commerce de l’or et des esclaves entre l’Orient, la Méditerranée occidentale et le Sahara soudanais.

  • 49 Ibn al-Saghîr, Akhbâr, p. 71.

48Les contacts avec les États du Sud du Sahara étaient resserrés. Des ambassades régulières y étaient dépêchées. L’exemple du puissant État de Ghana en est l’illustration la plus parfaite. Le pays était vaste, ses marchés riches et animés. La souveraineté du monarque s’étendait aux grands axes desservant l’Égypte et le Nord de l’Afrique. Selon Ibn al-Saghîr, le jeune prince rostémide Aflah b ‘Abd al-Wahhaâb aurait projeté, vers la fin du VIIIe et le début du IXe siècle, de se rendre à Gao, capitale du royaume de Ghana en passant par Sidjilmâssa et le sud de la Mauritanie. Sans doute, l’héritier du trône n’eût-il pas songé à entreprendre un si long et périlleux périple, si les avantages étaient dérisoires. Dans les années qui suivirent, ce fut Muhamamd Ibn ‘Arafa49, un grand notable et gendre de l’imam Aflah, qui fut envoyé à la cour du roi de Ghana. Cette expédition n’était pas fortuite. Des relations actives unissaient le Maghreb aux souverains de l’Afrique occidentale.

49Ibn al-Saghîr, qui nous offre les témoignages les plus anciens sur les rois de Tahert, nous dit que l’accueil réservé à Ibn ‘Arafa était chaleureux et que la langue parlée par le roi du Ghana semblait familière au chef de la délégation rostémide. La présence d’une forte population africaine à Tahert avait assurément favorisé la diffusion des parlers soudanais.

50Ibn al-Saghîr, qui avait lui-même résidé à Tahert, la décrit comme le foyer d’un commerce florissant ; une cité abondante et fastueuse. Il y régnait, malgré les intrigues secrètes et les heurts déclarés, précise-t-il, une quiétude sereine, une intense activité mercantile et une ardeur avérée pour les sciences spéculatives.

  • 50 Al-yaQûbî, Kitâb al-Buldân, p. 217.
  • 51 Ibn al-Saghîr, Akhbâr, p. 36.

51Sa position avantageuse a fait de Tahert un splendide « Irak du Maghreb50 ». Sa population était composée de groupes berbères musulmans, chrétiens et judaïsés ainsi que de nombreux immigrés orientaux. Selon Ibn al-Saghîr51 : « On ne voyait plus une demeure en ville sans entendre dire : celle-ci est la propriété d’un tel de Kûfa ; celle-là est à un tel de Basra ; quant à cette autre, elle appartient à un tel de Kairouan. »

  • 52 Ibid., pp. 86, 68.
  • 53 Ibn Al-Saghîr, Akhbâr, p. 62.

52Chaque groupe disposait de son propre lieu de culte, de son propre marché et les puissantes familles jouissaient d’une considération sans borne. Il arrivait même que, par déférence, le prévôt de la ville s’interdît d’entrer dans un marché appartenant à un certain Ibn Warda, le chef de la communauté chrétienne, les ‘Adjam52. Il est bien attesté que cet attribut s’applique, naturellement, aux Berbères latinisés et christianisés. Certains d’entre eux avaient constitué de grosses fortunes, fait bâtir de somptueuses maisons, et acheté des esclaves en grand nombre, nous dit Ibn al-Saghîr. Ils avaient également acquis des domaines et financé de gigantesques travaux d’irrigation. De riches propriétaires comme Ibbân, Hamawayh, ‘Abd al-Wâhid possédaient même des châteaux forts53.

  • 54 Ibn al-Saghîr, Akhbâr, p. 36 ; al-Ya‘qûbî, Kitâb al-Buldân, pp. 343-347 ; al-Bakrî, al-masâlik, t. (...)

53Les textes décrivent un va-et-vient incessant des caravanes et des marchands. Idéalement situés, des ports sahariens comme Qastîliya, Gabès, Ouargla, Sidjilmâsa, Ghât, Ghadamès, Tripoli, Fazzân, Zawîla, Gao, Tadmekka, Tombouctou prirent une importance considérable. Ces centres s’imposèrent, durablement, comme des axes incontournables du commerce de l’homme54.

  • 55 Ibn Hawqal, La Configuration de la terre, t. I, p. 65.
  • 56 Ibid., t. I, p. 65

54Tripoli, qui dépendait du gouvernement d’Ifriqiya, était un des centres les plus actifs du commerce caravanier et maritime. De là, les marchandises partaient d’Est en Ouest et d’Ouest en Est. Le transport était effectué par des navires qui y abordaient « nuit et jour à chaque heure du matin et du soir, venant de l’empire byzantin, de la région du Maghreb, apportant toutes sortes de marchandises et de vivres55 ». Le gouvernement faisait payer « des taxes sur les chameaux, les chargements, les ballots, les mulets, les esclaves, les moutons, les ânes et tous les autres effets importés56 ».

  • 57 G. Nachtigal, Sahara et Soudan, t. I, p. 88.

55À l’autre bout de Tripoli, l’économie du Fazzân était basée sur le commerce de l’or, du sel, du cuir, de l’ivoire et des esclaves. C’était à partir de Zawîla que l’on atteignait les centres soudanais. Dans la province de Zawîla, située à trente jours de marche des villes côtières et à peu près du double des villes soudanaises57, on rencontrait des Berbères de confession ibâdite, des Noirs de condition libre, des esclaves, des marchands de Basra, du Khurâsân et de Syrie. Elle était environnée d’oasis, de jardins irrigués et cultivés par des travailleurs dépendants. C’était également le centre de concentration des troupes d’esclaves dirigés vers le Maghreb et l’Égypte.

56À vrai dire, ce fait est attesté depuis les premiers âges de la conquête. Des contingents d’esclaves africains sont signalés lors du débarquement de Mûsâ b. Nusayr en al-Andalus en juin 712. Les captiveries de Zawîla auraient ainsi réuni des dizaines de milliers de miliciens qui passèrent au service des dynasties aghlabide, fatimide, ziride, hafside et beylicale. Sous les Fatimides, ces esclaves étaient cantonnés dans un quartier de Mahdiya, nommé Zawîla. Après la conquête d’Égypte par l’affranchi Djawhar al-Siqillî, des quartiers distincts, abritant des miliciens noirs, furent baptisés également du nom de Bâb Zawîla.

  • 58 L. Pervinquière, La Tripolitaine interdite, pp. 180-181.
  • 59 Ibn Hawqal, La Configuration de la terre, t. I, pp. 80-94 ; al-Bakrî, al-masâlik, t. II, pp. 833-8 (...)

57D’autres informations montrent que les marchands de Ghadamès avaient été soumis par les princes de Tunisie à des redevances payées en partie en esclaves. Jusqu’au décret d’abolition de janvier 1846, ils avaient assuré aux dynasties successives la relève régulière de leurs milices africaines58. Les textes décrivent une constante activité entre le Soudan occidental et les villes méditerranéennes. De là, les pistes conduisaient soit au Maghreb extrême en passant par Sidjilmâssa, soit en Algérie en passant par Ghât, soit vers Tunis et Tripoli en suivant la route de Ghadamès59. Les chargements convoyés en Égypte, par l’oasis de Siwâ’, parvenaient jusqu’en Arabie.

58Le royaume de Kanem était, vraisemblablement, le principal fournisseur d’esclaves d’origine Zaghâwa dont l’islamisation remonte vraisemblablement au IVe/Xe siècle. Les caravanes assemblaient des articles de nature et de volume variables. Après une première étape à Zawîla, et au bout d’un mois, elles remontaient jusqu’à Adjdabiyya avant d’atteindre Qastîliya, province du Djérîd tunisien. En passant par Gafsa puis Gabès, les marchandises arrivaient à Kairouan en moins de cinq jours. Ensuite, la route prenait la direction de Sfax pour ravitailler al-Mahdiya puis Tunis.

59Les sources arabes parlent d’un trafic ininterrompu. Les voies sahariennes ainsi que leurs relais maritimes acheminaient à la fois des marchands et des pèlerins escortés par des esclaves convertis, l’occasion venue, en monnaie d’échange. Deux mois de marche séparaient Kairouan de Sidjilmâssa à partir de Nafzâwa et de Qastîliya. De Sidjilmâssa à Audaghust, la distance était d’environ deux mois. Il fallait dix jours de plus pour atteindre le pays de Ghâna.

  • 60 Ibn Hawqal, La Configuration de la terre, t. I, p. 97.

60Hormis la voie de Sidjilmâssa, le volume des transactions ne semble pas avoir connu un déclin total. Les témoignages des voyageurs du Xe siècle insistent sur la forte ressemblance entre les villes de Sidjilmâssa et de Kairouan du fait de leur richesse et de leur proximité avec le désert. Ils font ressortir les profits drainés par les caravanes venant du Bilâd al-sûdân. Le marchand et géographe Ibn Hawqal60, qui visita la ville (en l’an 350/951), ne manqua pas de montrer sa surprise de voir à Audaghust, chose rare en Orient, un débiteur reconnaître une dette colossale envers un négociant de Sidjilmâssa.

  • 61 Al-Mâlikî, Riyâdh, t. II, p. 366.
  • 62 Al-Mâlikî, Riyâdh, t. I, p. 423.

61Le marché aux esclaves de Kairouan comme celui de Tunis ou de Mahdiya s’appelait souk al-Birka61. D’autres appellations comme souk al-‘Abîd, souk al-Raqîq, souk al-Nikhâsa ou souk al-Djallâba (marché des importateurs ou des maquignons) étaient usitées dans les différentes villes. De nombreux récits nous renseignent sur l’essor du trafic des êtres humains. L’exemple d’Ismâ‘îl b. ‘Ubayd Allah al-Ansârî, un descendant d’une riche famille arabe d’Ifriqiya, nous donne une parfaite illustration du prototype de marchand d’esclaves. Ismâ‘îl disposait d’une grosse fortune. Son opulence lui avait permis de se prévaloir du titre de « Tâdjir Allah ». Il aurait consacré, nous dit-on, une partie de ses gains aux œuvres de charité. On lui attribue la construction d’une mosquée nommée al-Zaytûna, et un marché qui portait son nom, « souk Ismâ‘îl ». L’auteur du Riyâd al-Nufûs62, qui ne tarit pas d’éloge à son endroit, le décrit comme un saint homme et un excellent muhaddith. Il était aussi un marchand spécialisé dans l’exportation des esclaves vers l’Orient.

  • 63 Ibid., t. I, p. 102.

62Al-Mâlikî évoque également le cas d’Ibn Abî ‘Aawâna, un commerçant originaire d’Irak qui détenait un caravansérail, funduq, une maison et toutes sortes de biens à Kairouan. Attiré par les profits du Bilâd al-Sûdân, il équipa une centaine de dromadaires et se lança dans le commerce transsaharien63.

  • 64 IbnIdhârî, al-Bayân al-mughrib fî târikh al-Maghrib, t. I, p. 101.
  • 65 Al-Mâlikî, Riyâdh, t. I, p. 194.
  • 66 Ibid., t. I, p. 278.
  • 67 Ibn Al-qûtiya, Târîkh iftitâh al-Andalus, pp. 94-95.

63La possession de riches terres agricoles et de nombreux esclaves par les grands seigneurs avait parfois de quoi offenser les princes et provoquer des séditions graves. Dans le premier quart du IXe siècle, les membres de l’aristocratie terrienne de Tunisie se dressèrent contre le gouvernement qui venait de confisquer leurs esclaves et mirent à leur tête un puissant seigneur nommé Mansûr al-Tanbûdhî. La révolte s’étendit jusqu’à Kairouan avant d’ébranler le canton de Qastîliya où ‘Amir b. Nâfi‘ se saisit, en mai 825, d’un groupe de mille esclaves noirs armés de leurs haches et de leurs pelles64. Les chroniques parlent aussi de légions nombreuses d’esclaves employés sur de vastes propriétés foncières comme celles, en Tunisie, des citadins Ibn Masrûq65 et du grand cadi Abû Mahriz Muhammad Ibn Kays al-Kinânî66 ou encore les grands domaines en al-Andalus de la famille du célèbre Ibn Hayyân67.

64Les quelques axes que nous venons de scruter dans cet exposé rapide et incomplet nous ont permis d’examiner, à partir de quelques exemples instructifs, l’importance de la traite des esclaves et l’intérêt qu’elle présente pour l’étude des espaces méditerranéen et hispano-africain. Bien évidemment, ce survol mérite d’être plus amplement étayé par une analyse fouillée de la dynamique des échanges véhiculés par la mer Rouge, l’océan Indien, la mer Noire, l’Asie centrale et l’Europe continentale. C’est au prix d’un examen méthodique et approfondi que l’on parviendra, je l’espère, à tirer au clair, loin des certitudes et des simplifications, le poids des traites et de l’esclavage dans l’histoire du Maghreb et du Proche-Orient pré-modernes.

Notes

1 C. Meillassoux, Anthropologie de l’esclavage : Le ventre de fer et d’argent.

2 H. Pirenne, Mahomet et Charlemagne ; E. Ashtor, « Quelques observations d’un orientaliste », pp. 166-94 ; P. Guichard, « Les pays de la Méditerranée occidentale entre le Ve et le Xe siècle. Retour sur la problématique pirennienne », pp. 75-90.

3 Ibn Hawqal, La Configuration de la terre, t. I, p. 98.

4 M. J. de Goeje, Een belangrjk arabisch over de Slawisch volken omstreeks 965, p. 196 ; A. Miquel, La Géographie humaine du monde musulman jusqu’au milieu du XIe siècle…, t. I, p. 318.

5 A. Miquel, « La relation arabe d’Ibrâhîm b. Ya ‘qûb », pp. 1059-1060 ; Ibn al-Faqîh, Kitâb al-Buldân, p. 270 ; Ibn Khurdadhbeh, Kitâb al-masâlik, pp. 153-155 ; A. Vasiliev, Byzance et les Arabes ; R. Doehaerd, Le Haut Moyen Âge occidental, pp. 258, 288 ; L. Levillain, Étude sur l’abbaye de Saint-Denis à l’époque mérovingienne, p. 35.

6 A. Gieysztor, « Les structures économiques en pays slaves », p. 464.

7 Ibn al-Faqîh al-Hamâdhaânî, Kitâb al-buldân, pp. 270-271.

8 Monumenta Germaniae Historica Capitularia (MGH), I, 123, n° 44, art. 7.

9 MGH, Scriptores II, p. 369 ; R. Doehaerd, Le Haut Moyen Âge occidental, p. 582.

10 Scriptores rerum Langobardorum et Italicarum, saec. VI-IX, MGH, p. 48 ; R. Doehaerd, Le Haut Moyen Âge occidental, p. 583.

11 Le Charroi de Nîmes, pp. 28-29, 32-33.

12 MGH, Poetae car. Aevi., I, p. 498 ; R. Doehaerd, Le Haut Moyen Âge occidental, p. 314.

13 R. Latouche, Les origines de l’économie occidentale, pp. 80, 103 ; V. Lesne, Histoire de la propriété ecclésiastique en France, t. I, p. 95 ; R. Doehaerd, Le Haut Moyen Âge occidental, pp. 98-99 ; M. Thevenin, Textes relatifs aux institutions privées et publiques aux époques mérovingienne et carolingienne, p. 89 ; A. Gieysztor, « Les structures économiques en pays slaves », p. 462.

14 Flodoard, Historia Remensis Eccllesiae, MGH Scriptorum, pp. 451-466 ; R. Doehaerd, Le Haut Moyen Âge occidental, p. 92.

15 R. Doehaerd, Le Haut Moyen Âge occidental, p. 93.

16 A. b. Muhammad al-Maqarrî, Nafh al-tîb min ghusn al-Andalus al-Ratîb, p. 145 ; al-Masudî, Murûdj al-dhahab, t. II, p. 44.

17 Al-Saqatî, Fî âdâb al-hisba, p. 54.

18 Al-Ghubrînî, ‘Unwân al-Dirâya, p. 45.

19 Al-marrâkushî, Al-Mu‘djib fî talkhîs akhbâr al-Maghrib, p. 347.

20 Ibn Hayyân, Kitâb al-Muqtabas, pp. 478, 485 ; P. Chalmeta, « La Méditerranée et al-Andalus de 934 à 941 », pp. 341-342.

21 Frédégaire, Chronique des temps mérovingiens, p. 258.

22 L. Levillain, Examen critique des chartes mérovingiennes de l’abbaye de Corbie, pp. 68 et 235-236.

23 E. Levi Provençal, La Civilisation arabe en Espagne, p. 105.

24 Ibn Hawqal, La Configuration de la terre, t. I, p. 95.

25 Ibn Khurdadhbeh, Kitâb al-masâlik, pp. 92, 112, 153-155.

26 Abraham b. Daûd, Sefer ha-qabbalah [The book of Tradition], pp. 68-69.

27 Al-Saqatî, Hisba, p. 109.

28 Al-bakrî, Masâlik, t. II, pp. 912-914.

29 Ibn Khurdadhbeh, Kitâb al- masâlik, p. 153.

30 M. G. H. Scriptores, t. XV, p. 511 ; M. Rubellin, Église et société chrétienne d’Agobard à Valdès, p. 155.

31 MGH, SS, III, p. 338 ; MGH, SS, II, c. 7, p. 369 ; P. Chevallard, L’Église et l’État en France au neuvième siècle, p. 444 ; R. Poupardin, Le Royaume de Provence sous les Carolingiens (855-933), p. 199.

32 MGH, Epist., III, p. 183-1855 ; C. Verlinden, L’esclavage dans l’Europe médiévale, t. I, pp. 217, 223 ; O. Bruand, Voyageurs et marchandises aux temps carolingiens.

33 Liber Pontificalis, t. I, p. 433.

34 R. Doehaerd, Le Haut Moyen Âge occidental, p. 280.

35 « De S. Elia Juniore Monacho in Aulinis seu Salinis in Calabria », Acta Sanctorum, t. III, pp. 479-489.

36 Acta Sanctorum, t. III, pp. 479-489.

37 Acta Sanctorum, t. III, p. 480 ; M. Amari, Storia dei Musulmani di Sicilia, t. I, pp. 411, 512-519 ; J. Gay, L’Italie méridionale et l’Empire byzantin, pp. 255-260 ; G. Da Costa-Louillet, « Saints de Sicile et d’Italie méridionale aux VIIIe, IXe et Xe siècles », pp. 95-105.

38 M. Talbi, « Droit et économie en Ifriqiya au IIIe/IXe siècle. Le paysage agricole et le rôle des esclaves dans l’économie du pays », pp. 185-231.

39 S. Trabelsi, « L’esclavage domanial dans le paysage agraire musulman au Moyen Âge ».

40 Al-Wansharîssî, al-Mi‘yâr, t. IX, pp. 140-141.

41 Al-Mâlikî, Riyâdh, t. II, p. 284.

42 Ibid., t. I, p. 206.

43 Ibid., t. I, p. 365.

44 Ibn Al-Saghîr, Akhbâr al-Imma al-Rustumiyyîn, pp. 82-83, 97, 117.

45 Ibn Khurdadhbeh, Kitâb al-masâlik, pp. 153-5 ; H. Pirenne, Mahomet et Charlemagne, pp. 192-196 ; C. Cahen, « Y a-t-il eu des Radhanites ? », pp. 499-505 ; W. Heyd, Histoire du commerce, pp. 126-128 ; D. Simonsen, « Les marchands juifs appelés Radanites », pp. 141-142 ; M. Lombard, « La route de la Meuse et les relations lointaines des pays mosans entre le VIIIe et le XIe siècle », L’Art Mosan ; J. Jacobi, « Die Râdâniiya », pp. 252-264 ; B. Blumenkranz, Juifs et Chrétiens dans le monde occidental. ; E. Ashtor, « Quelques observations d’un orientaliste », pp. 166-194.

46 Al-Mâlikî, Riyâdh, t. II, pp. 153-154.

47 Ibn al-Khatîb, Kitâb al-A‘mâl, p. 221 ; S. D. Goitein, Letters of Medieval Jewish Traders, p. 139.

48 Vie de l’Ustâdh Jawdhar.

49 Ibn al-Saghîr, Akhbâr, p. 71.

50 Al-yaQûbî, Kitâb al-Buldân, p. 217.

51 Ibn al-Saghîr, Akhbâr, p. 36.

52 Ibid., pp. 86, 68.

53 Ibn Al-Saghîr, Akhbâr, p. 62.

54 Ibn al-Saghîr, Akhbâr, p. 36 ; al-Ya‘qûbî, Kitâb al-Buldân, pp. 343-347 ; al-Bakrî, al-masâlik, t. II, pp. 834, 846, 848, 851, 857, 868, 871 ; al-Idrîsî, Kitâb nuzhat al-mushtâq, t. I, pp. 17-21 ; T. Lewicki, Études maghrébines et soudanaises ; J. Lethielleux, Ouargla, cité saharienne, des origines au début du XXe siècle ; J. Thiry, Le Sahara libyen dans l’Afrique du Nord médiévale.

55 Ibn Hawqal, La Configuration de la terre, t. I, p. 65.

56 Ibid., t. I, p. 65

57 G. Nachtigal, Sahara et Soudan, t. I, p. 88.

58 L. Pervinquière, La Tripolitaine interdite, pp. 180-181.

59 Ibn Hawqal, La Configuration de la terre, t. I, pp. 80-94 ; al-Bakrî, al-masâlik, t. II, pp. 833-894.

60 Ibn Hawqal, La Configuration de la terre, t. I, p. 97.

61 Al-Mâlikî, Riyâdh, t. II, p. 366.

62 Al-Mâlikî, Riyâdh, t. I, p. 423.

63 Ibid., t. I, p. 102.

64 IbnIdhârî, al-Bayân al-mughrib fî târikh al-Maghrib, t. I, p. 101.

65 Al-Mâlikî, Riyâdh, t. I, p. 194.

66 Ibid., t. I, p. 278.

67 Ibn Al-qûtiya, Târîkh iftitâh al-Andalus, pp. 94-95.

© Casa de Velázquez, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search