Version classiqueVersion mobile

Le sentiment national dans l’Europe méridionale aux xvie et xviie siècles

 | 
Alain Tallon

Résumés

Résumés

Texte intégral

1Tamar Herzog
Être espagnol dans un monde moderne et transatlantique
La manière d’identifier les étrangers et de les distinguer de natifs (aussi bien appelés « Espagnols ») est au centre de cet article. En analysant la situation en Castille et en Amérique à l’époque moderne jusqu’aux guerres d’indépendance, mon intention est tout d’abord d’examiner la relation entre les débats autour du statut de natif en Castille (jusqu’au xviie siècle) et en Espagne (au xviiie siècle), leur mise en œuvre et leur évolution en Amérique espagnole, puis de démontrer la nature complexe des catégories d’appartenance à l’époque moderne. Ces catégories distinguaient clairement les vassaux des natifs et soutenaient que l’attribution des droits et privilèges dans le royaume dépendaient de la naturaleza (le statut de natif) et non du vasselage. De la même manière, elles finissaient par établir une relation directe entre appartenance locale (vecindad) et naturaleza. L’évolution en Amérique confirme ces conclusions et démontre que, dans les colonies, les critères castillans furent utilisés d’une manière différente dans quelques cas et similaire dans d’autres.

2Arlette Jouanna
Le thème de la liberté française dans les controverses
Politiques au temps des guerres de Religion
La division religieuse a provoqué en France, dans la seconde moitié du xvie siècle, une interrogation sur l’identité française et sur sa capacité à résister aux forces d’éclatement. À partir du vieux thème de la « liberté franque », caractérisée, à l’extérieur, par l’indépendance à l’égard des puissances étrangères et, à l’intérieur, par l’exigence de consentement des sujets à l’impôt, des penseurs ont tenté de forger un sentiment national susceptible de transcender les différences confessionnelles. Trois étapes se distinguent dans la constitution de l’image du « bon Français » : l’argumentation formulée par les conjurés d’Amboise en 1560, incriminant la tyrannie des Guises, ces « étrangers » qui veulent dénaturer les lois du royaume ; les prises d’armes du prince de Condé en 1567 et 1568, légitimées par la défense du « bien public », entendu comme un patrimoine national ; enfin, la polémique postérieure à la Saint-Barthélemy, accusant les conseillers italiens du roi de vouloir abolir la liberté des Français. Ces efforts pour mettre l’amour de la liberté au cœur de l’identité française seront mis en échec à la fin des guerres civiles par une autre image du « bon Français », défini par son obéissance au roi.

3Gianvittorio Signorotto
Identité et intérêts dans l’Italie des potentats
L’article porte sur l’Italie des anciens États à la lumière des réflexions actuelles sur la « construction » de l’identité qui, en général, ne prennent pas en compte les particularités culturelles et politiques de l’Ancien Régime. On n’étudie pas ici le sentiment de l’appartenance italienne par opposition à d’autres nationalités ; on s’attache plutôt aux diverses perceptions identitaires qui coexistent dans le contexte de l’affirmation des dynasties de la Renaissance puis de l’« époque espagnole ». Le sentiment d’appartenance qui s’exprime socialement dans le microcosme des corporations et des confréries (les unes et les autres profondément marquées par le sentiment religieux et les pratiques pieuses) est étroitement lié à l’affirmation de nouvelles identités sous l’impulsion des élites urbaines et des pouvoirs princiers. Pour rendre compte de cette complexité, il est nécessaire de remonter aux mémoires basées sur des traditions religieuses, politiques et administratives souvent négligées par une historiographie centrée sur les questions de la conscience nationale et de la construction de « l’État moderne ». On constate ainsi que la dynastie princière, pour constituer un nouveau « corps » politique unifié, feint de dialoguer avec les sentiments d’appartenance et les intérêts des représentations des citoyens ou des territoires, en un processus de consolidation réciproque (la politique extérieure comme domaine d’affirmation de la souveraineté mérite une attention particulière). Les États régionaux de la péninsule parviennent de cette manière à une stabilité politique durable, malgré des résistances parfois très importantes. Enfin, on étudie le lien organique entre le Siège apostolique, les maisons régnantes et les aristocraties italiennes ; celles-ci se caractérisent également par leur identité « romaine » qui se perpétue en dépit de conflits juridictionnels intermittents, ce qui aura d’importantes conséquences politiques.

4Jean-Pierre Dedieu
Comment l’État forge la nation
L’Espagne du xvi
e siècle au début du xixe siècle
Comment s’est formé le territoire actuel de l’Espagne ? Plus que par agrégation, par ségrégation. L’Espagne actuelle est ce qui reste une fois la monarchie hispanique amputée du Portugal, des Pays-Bas, de l’Italie et finalement de l’Amérique. L’unité de ce noyau résiduel repose sur l’intensité des liens directs que les élites qui y résidaient purent établir avec le souverain. Directs grâce à la taille du territoire, qui permettait de se passer de relais (à la différence de l’Italie ou de l’Amérique). Réseaux dont l’intensité atténua progressivement les frontières des royaumes qui en son sein restèrent assez vivaces pour qu’il faille attendre la Restauration pour qu’une constitution intitule le souverain roi d’Espagne et non des Espagnes.

5Bertrand Haan
L’affirmation d’un sentiment national espagnol face à la France du début des guerres de Religion
Dans ses royaumes espagnols, Philippe II a cherché tout au long de son règne à renforcer un sentiment national en exploitant sa rivalité avec la France. Mettant à profit les troubles civils et religieux de la monarchie voisine, il s’est attaché à apparaître comme le premier d’entre les princes chrétiens et le seul véritable souverain luttant contre le protestantisme, flattant le sentiment d’élection de ses sujets espagnols. Ce relatif succès ne doit cependant pas être interprété comme le seul fruit des efforts du pouvoir royal. Il semble aussi bien s’expliquer par des réflexes assez spontanés de xénophobie et, de rejet, à l’égard d’un peuple français contaminé par l’hérésie ; historiquement, de plus, c’est d’abord sur la frontière, en Navarre, en Aragon et en Catalogne, qu’une identité s’est forgée dans une résistance face à la monarchie française. Ainsi, pour qu’une identité nationale prenne corps, il semble que sa définition au plan individuel ou régional et sa formulation par le pouvoir royal doivent coïncider ; elle ne peut naître que de leur interaction, non d’une initiative venue des cercles dirigeants.

6Jean-François Dubost
Enjeux identitaires et politiques d’une polémique
Français, Italiens et Espagnols dans les libelles publiés en France en 1615
Les libelles publiés en France à l’occasion des mariages espagnols de 1615 ont contribué au renforcement d’un sentiment identitaire français. La régence de Marie de Médicis, période de forte explosion pamphlétaire, est aussi un moment décisif dans la gestation d’une authentique opinion publique : les libelles publiés en 1615 peuvent donc être crédités d’un réel impact sur la manière dont les Français se voient par opposition à leurs voisins latins. Les stéréotypes véhiculés par ces textes présentent Espagnols et Italiens à la fois comme des doubles inversés du « bon Français » et comme les modèles du « mauvais Français ». Ils postulent une hiérarchisation des peuples fondée sur une argumentation de type physiognomonique et mésologique par laquelle les Français sont assimilés au peuple noble par excellence. Par sa double qualité d’étrangère et de femme soumise à ses passions, Marie de Médicis est dénoncée comme principe corrupteur introduit au cœur même de la monarchie. En faisant de la reine mère un double inversé de la nation-mère, les libelles de 1615 formulent déjà le thème des « anti-France » appelé à la fortune que l’on sait dans la littérature politique ultérieure.

7Pablo Femández Albaladejo
Entre « goths » et « montagnards »
Avatars d’une première identité espagnole
Españoles montañeses (Espagnols montagnards) a été l’expression par laquelle, à partir du xviie siècle, on a désigné de façon générique les habitants du Nord de l’Espagne, en particulier dans l’espace compris entre les Asturies et la province de Guipúzcoa. L’appellation impliquait une sorte d’élément sur-identitaire, au sens où, comme l’a dit Julio Caro Baroja, ces Espagnols étaient considérés comme « les plus espagnols des Espagnols ». Les españoles montañeses ou montesinos acquièrent une place privilégiée dans l’imaginaire identitaire espagnol de l’Ancien Régime. En concurrençant, voire en remplaçant la traditionnelle identité des Goths, ils apparaissent parfois comme l’origine de l’Espagne. Grâce à une historiographie militante, la province de Guipúzcoa et la Seigneurie de Biscaye devinrent le bastion par excellence de ces montañeses, au cours d’un processus dont la singularité fut accentuée par les changements politiques du xviiie siècle et dont les conséquences se prolongèrent jusqu’aux guerres carlistes du xixe siècle. Le fort contraste entre cette caractérisation et la situation actuelle des territoires basques mérite toute l’attention des historiens.

8Jean-Frédéric Schaub
Le sentiment national est-il une catégorie pertinente pour comprendre les adhésions et les conflits sous l’Ancien Régime ?
L’évidence de l’identité nationale est aujourd’hui soumise à une double offensive. Sur le plan politique et institutionnel, l’échelle régionale et l’échelle européenne se sont consolidées, y compris dans des pays non fédéraux, tels que l’Espagne et le Royaume-Uni. Sur le plan de la recherche en histoire, les grands récits de la genèse et de la consolidation de l’État-nation se trouvent aujourd’hui concurrencés par d’autres approches des processus de politisation et de socialisation aux époques moderne et contemporaine. Mais la critique efficace des illusions du discours national ne peut pleinement satisfaire la nécessité de comprendre les formes d’adhésion aux structures collectives. De ce point de vue, le cas espagnol offre un exemple limite, dans la mesure où les efforts conjugués du régionalisme et de la critique intellectuelle ont fini par exclure le terme España du vocabulaire spontané. La communication précise le sens que les acteurs des xvie et xviie siècles pouvaient donner aux expressions España, Great Britain et France. Elle propose de réfléchir, enfin, aux formes d’identification de l’Europe occidentale comme siège de la civilité par opposition à la barbarie externe.

9Adriano Prosperi
Aux origines d’une identité nationale. l’Italie entre l’Antiquité et les « barbares » dans l’historiographie de l’humanisme et de la Contre-Réforme
Aux origines de l’idée et du sentiment d’italianité, on trouve une relation héréditaire et sans solution de continuité avec la Rome antique. Cela permit à Dante Alighieri d’insérer sans difficulté Virgile, Caton et Marc Aurèle dans la vision chrétienne de l’au-delà. La diffusion d’un héritage de mythes et d’images liés à l’epos troyen, eut lieu par des voies qui n’ont pas été encore totalement analysées. Cependant, avec la culture humaniste inaugurée par Pétrarque, apparut l’idée d’une Italie héritière de la grandeur de Rome et la conscience d’une fracture entre le passé et le présent. À partir de là, se constitua une histoire moderne de l’Italie aux xve et xvie siècles, dominée par deux thèmes : la décadence de la grandeur antique et l’espoir d’une renaissance. Il existe une très riche tradition historique autour de ces questions, avec des auteurs comme Flavio Biondo, Leonardo Bruni ou Lorenzo Valla. Ce furent également les thèmes de la réflexion politique et historique de Machiavel au moment le plus grave de la crise du xvi e siècle. Le renouveau des études sur la réalité italienne concrète eut lieu en plein xvie siècle, sous le signe de l’hégémonie papale et catholique comme en témoigne l’œuvre de fray Leandro Alberti.

10Cesare Vasoli
Unité ou éclatement de l’Italie ? Un historien de la contreréforme, Scipione Ammirato et sa réplique à Machiavel
Scipione Ammirato fut un remarquable écrivain, historien et penseur politique de l’époque de la Contre-Réforme, bien connu des spécialistes des origines et des évolutions de la raison d’État à la fin du xvie siècle. Dans cet article, néanmoins, nous n’étudierons que quelques-uns des témoignages des Opuscules (recueillis et publiés de nombreuses années après sa mort, entre 1636 et 1642), consistant en une polémique avec Machiavel. En effet, dans certaines pages des Discours, celui-ci aurait accusé l’Église romaine d’avoir été le principal obstacle à l’unification de l’Italie sous un seul pouvoir politique et d’être, par conséquent, responsable de son déclin. Ammirato expose les raisons qui, selon lui, contredisent un tel jugement. Mais surtout, il insiste sur la complexité de l’explication des causes historiques qui, après la chute de l’Empire romain, provoquèrent et entretinrent la division politique en Italie. Il en vient à la conclusion qu’une réunificatión aurait eu de très graves conséquences, extrêmement négatives et préjudiciables.

11Richard L. Kagan
Nation et patrie dans l’historiographie de l’époque autrichienne
On analysera ici l’emploi de termes tels que « nation » et « patrie » par les historiens des xvie et xviie siècles. À partir notamment des textes d’Esteban de Garibay, Juan de Mariana, Antonio de Herrera y Tordesillas, Jerónimo de Zúrita ainsi que d’autres historiens liés à la Couronne d’Aragon, on montrera que « nation » et « patrie » n’ont pas été des concepts opposés. Au contraire, dans l’usage des historiens de l’époque moderne, « nation » et « patrie » étaient des termes plastiques n’ayant pas de définition précise. On observe également une harmonisation progressive de « nation » – lié au concept encore abstrait d’Espagne, ou à celui de monarchie – et de « patrie », qui renvoyait aux différents royaumes d’Aragon, de Castille, de Galice, de Valence, etc.

12Chantal Grell
Annius De Viterbe et le roman des origines en France et en Espagne
Les généalogies fabuleuses d’Annius de Viterbe, publiées à Rome en 1498, qui permettaient aux différentes nations européennes de se trouver des ancêtres au lendemain du déluge, ont connu des succès divers en Europe au XVIe siècle et, notamment, en France et en Espagne, ici considérées. Introduites en France par Jean Lemaire de Belges au début du siècle, ces généalogies connurent leur heure de gloire avec l’épanouissement du mythe gaulois, dans les années 1550-1560. En Espagne, en revanche, leur succès fut immédiat. Les vingt-quatre rois d’Annius permettaient non seulement de simplifier une histoire des origines sur laquelle des générations avaient déjà beaucoup brodé mais, en outre, ils constituaient un argument décisif en faveur des Espagnols dans leur lutte pour la primauté contre leurs rivaux français. Tous les historiens firent leur cette liste, sans trop y regarder. La critique historique, en dépit des réserves multiples énoncées ici et là, eut peu de prise sur les « forgeries » d’Annius car il s’agissait d’un faux de « qualité » qui répondait aux interrogations du temps et satisfaisait aussi l’orgueil des différents États à même, désormais, d’affirmer leur noblesse et leur autonomie par rapport à l’histoire romaine et, plus généralement, leur identité face à l’Italie humaniste.

13Gigliola Fragnito
« Zurai non legger mai più » . Censure littéraire et pratiques linguistiques dans la péninsule italienne
En raison de la diffusion de la Réforme en Italie et de l’intérêt suscité par le débat religieux dans toutes les couches de la société, Rome fit de l’inaccessibilité du patrimonium fidei à la masse des fidèles un objectif fondamental. L’Inquisition et l’index des livres interdits ont progressivement réduit les espaces conquis par la langue vulgaire et qui avaient permis aux laïcs, aux clercs et aux religieux de suppléer l’ignorance croissante du latin. Décidée à combattre deux principes sur lesquels les protestants basaient la rénovation spirituelle – la connaissance de l’Écriture et l’intelligibilité des pratiques religieuses –, l’Église interdit, outre la lecture de la Bible et des textes pieux à contenu biblique, la rédaction de commentaires bibliques, d’œuvres théologiques et de controverses en italien. De cette façon, elle finit par éloigner les Italiens d’une expérience consciente de la foi et d’une approche personnelle de la connaissance de Dieu, ce qui détermina certains des caractères propres à l’identité religieuse, morale et civile de la nation. L’article retrace les étapes d’un projet pédagogique qui visait à contrôler plus étroitement les esprits et les consciences des fidèles, les maintenant dans le rôle d’éternels enfants.

14Sylvio Hermann de Franceschi
Les irrémédiables brisures de la chrétienté de l’histoire.
Paolo Sarpi entre idée italienne et idéal chrétientaire
Le présent article se veut une contribution à l’histoire, encore à faire, de l’idée de chrétienté. On a choisi ici d’aborder la question de la Christianitas par l’entremise d’un exemple, celui de Paolo Sarpi (1552-1623), théologien vénitien qui, pour n’avoir jamais officiellement renoncé à son appartenance confessionnelle à la catholicité, n’en a pas moins défendu des positions antiromaines lors du conflit de l’Interdit vénitien (1606- 1607). Dans le discours sarpien, hanté par le fantôme d’un pontificat post-tridentin pétri de théocratie, il y a la volonté d’en finir avec une idée de chrétienté désormais frappée d’inéluctable péremption. Ainsi s’estompe le rêve chrétientaire de salvifique communauté pour laisser place à une nécessité de sécurité collective fondée sur le système de la balance des forces. Pour Sarpi, Christianitas est un concept historiographique, catégorie datée, donc, qui renvoie à une réalité révolue.

15Denis Crouzet
Mystique royale et « sentiment national » ?
Les visions du frère Fiacre de Sainte-Marguerite
Un manuscrit de 315 folii numérotés, conservé au département des manuscrits de la BNF, donne un étonnant récit « des visions et des songe et des révélasions de dieu et de la saincte vierge et des saincts et des ange et des homme dans leglise militant arivé en la personne de frere fiacre de saincte marguerite, augustin des chausse indigne ». En effet, durant une cinquantaine d’années, Denis Antheaulme, né le 21 février 1609 et entré en religion le 20 mai 1632, quêteur du couvent de Notre-Dame des Victoires de Paris, vécut dans un univers visionnaire au centre duquel se trouvait le roi de Dieu donné, Louis XIV. Une autre figure de la monarchie du second xviie siècle surgit ainsi, celle d’une monarchie merveilleuse, miraculeuse, appréhendée au sein d’un processus de fusion mythique entre le pouvoir souverain et le peuple qu’il gouverne. Louis XIV s’y impose comme un nouveau Christ, un roi né d’une grâce, détenteur d’une vertu qui fait que les Français ne peuvent en retour que s’identifier pleinement à leur roi, vivant pour sa gloire et sa défense dans leur engagement contre les adversaires de l’État royal. Les visions du frère Fiacre de Sainte-Marguerite évoquent ainsi l’ébauche d’une « conscience nationale » qui voulait prendre sa dynamique dans une émotion sacrée de la France en gloire par les actes d’une monarchie sainte et providentielle.

16Myriam Yardeni
Religion et sentiment national en France aux xvie et xviie siècles
Jusqu’aux guerres de Religion, sentiment national et catholicisme vont de pair en France. À la base de ce sentiment national se trouve la triple élection du peuple français, du roi et du pays. Comme les huguenots ne peuvent pas accepter cette triple élection collective et catholique, ils mettent désormais l’accent sur leur patriotisme et leur fidélité au roi, et aussi, après la Saint-Barthélemy, sur leurs droits de sujets naturels. Au xviie siècle, l’élection et le patriotisme se cristallisent de plus en plus dans la personne du roi. Quand le roi – et pas seulement la France – devient « tout catholique », les protestants, séparés du roi et de la nation, commencent à mettre en évidence les motifs bibliques du Royaume céleste, de l’étranger dans son pays et du pélerin-voyageur pour faciliter la séparation qu’ils pressentent déjà.

© Casa de Velázquez, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search