Version classiqueVersion mobile

Les esclavages en Méditerranée

 | 
Fabienne P. Guillén
, 
Salah Trabelsi

Captif ou Esclave ? Entre marché d’esclaves et marché de captifs en Méditerranée médiévale

Youval Rotman

Texte intégral

1Le rapport entre captivité et esclavage tient une place centrale dans les études sur l’esclavage. Depuis l’Antiquité, les captifs en général, et les prisonniers de guerre en particulier, constituent l’une des sources principales d’approvisionnement pour les marchés d’esclaves. Toutefois, les deux termes, captif et esclave, ne se recouvrent pas complètement. D’un côté, l’esclavage avait toujours d’autres sources hormis la guerre et la capture. De l’autre côté, la captivité n’amenait pas forcement à la réduction en esclavage et à la vente du captif par la suite. Le captif pouvait également être racheté, échangé, rançonné, et ainsi affranchi avant sa vente comme esclave. Ce sujet a été récemment traité par une publication de l’École française de Rome : Le Commerce des captifs. Les intermédiaires dans l’échange et le rachat des prisonniers en Méditerranée, XVe-XVIIIe siècle. Parue en 2008, elle réunit des études, sous la direction de W. Kaiser. Elles soulignent le rôle central que la capture et le rachat jouaient dans les rapports politiques et économiques en Méditerranée à l’époque moderne. La possibilité de la rançon paraît être le critère principal qui distingue le captif de l’esclave, et la perte de liberté de la réduction en esclavage. Dans leurs contributions, W. Kaiser et M. Fontenay ont ainsi établi une distinction entre la « valeur d’usage » du captif et sa « valeur d’échange ». La première dépend des règles du marché d’esclaves, tandis que la seconde est déterminée par les règles d’un autre marché — celui de la rançon, autrement dit, les sommes que l’on est prêt à verser pour la restitution des captifs à la liberté. Pour qu’un marché de rachat existe, il est clair qu’entre les deux valeurs, la deuxième doit être supérieure. De plus, le rachat dépend, également, de la volonté et de la capacité économique à payer la rançon.

  • 1 Pour l’époque des Croisades, voir Y. Friedman, Encounter between enemies.

2Dans cette contribution, je voudrais précisément m’intéresser à la distinction entre captif et esclave, ainsi qu’au rapport entre « valeur d’échange » et « valeur d’usage ». Je voudrais montrer qu’une telle distinction n’est pas toujours possible à établir et qu’elle dépend de critères économiques qui touchent le marché international d’esclaves. Je me limiterai au monde méditerranéen médiéval oriental et à ses marchés, notamment ceux de Byzance et des califats abbaside et fatimide. Ces trois rivaux politiques partageaient une dynamique économique et politique dans laquelle la capture, la perte de liberté et la réduction en esclavage remplissaient la même fonction économique. Mon analyse traitera des conditions politiques et économiques de cette situation dans le cadre de la dynamique internationale médiévale entre le VIIIe et le XIe siècle, donc avant l’arrivée des Croisés en Méditerranée orientale1.

  • 2 « Loin de l’image d’une confrontation entre ennemis religieux se dégage plutôt celle d’une économie (...)

3Tandis que certaines études avancent une théorie économique basée sur la dynamique de la rançon2, je voudrais montrer pourtant que la rançon ne constitue pas toujours un élément économique déterminant, et qu’en Méditerranée médiévale son rôle économique était secondaire par rapport à celui de la vente du captif. Une telle analyse permettrait, de plus, de tirer des conclusions générales quant au rapport entre raisonnement économique et conditions politiques. En un mot, je voudrais confronter le raisonnement d’un marché de rançon avec celui d’un marché d’esclaves concurrent.

4L’histoire de la capture en Méditerranée médiévale montre qu’on ne peut pas écarter l’économie de marché de la discussion du sort du captif. La politique internationale s’avère être une conséquence de la situation économique internationale, mais également une cause déterminante. En effet, la situation économique et la situation politique n’ont pas un rapport de cause à effet. Quant à l’esclave, la guerre et l’importation ne peuvent pas être considérées comme deux moyens distincts pour se procurer des esclaves. Comme je vais le montrer par la suite, ces deux moyens, en se recouvrant, suggèrent que la distinction entre esclave et captif n’est pas toujours possible à établir et qu’elle dépend du contexte politique et également du contexte économique dans lesquels on en traite.

LE SORT DES CAPTIFS DANS LES GUERRES ARABO-BYZANTINES

  • 3 Pour les esclaves importés de l’Éthiopie : F. Preisigke, « Ein Sklavenkauf des 6. Jahrhunderts », p (...)

5Parmi les quatre moyens principaux de se procurer des esclaves : la guerre, l’importation, l’esclavage de naissance et la vente de soi-même, deux intéressent la scène internationale. La guerre constitua, depuis l’Antiquité, la source principale d’approvisionnement en esclaves des sociétés méditerranéennes, et continua à l’être sous l’Empire romain, complétée par l’importation d’esclaves de l’Éthiopie, de l’Inde et du Caucase3. Toutefois, ces deux moyens dépendaient, l’un des victoires de l’Empire, l’autre de sa richesse. Ces deux facteurs se sont trouvés mis en défaut pendant l’Antiquité tardive, et notamment au VIIe siècle, quand l’Empire a dû affronter les conquêtes sassanides et ensuite les musulmanes qui l’ont privé de ses provinces les plus riches et des deux tiers de sa population. De plus, au cours de ce siècle et du siècle suivant, l’Empire, qu’on appelle désormais byzantin, a subi des échecs militaires récurrents.

  • 4 Y. Rotman, « Byzance face à l’Islam arabe VIIe-Xe siècles », pp. 767-788 ; A. Kolia-Dermitzaki, « S (...)

6Cependant, les guerres continues fournissaient des prisonniers de guerre pour les deux côtés parallèlement. Le sort de ces prisonniers n’est pas toujours connu. Si avant le VIIIe siècle, la plupart d’entre eux, byzantins comme arabes, sont mis en vente ou réduits en esclavage au service des souverains des deux côtés, depuis le milieu de ce siècle, plus précisément à partir de 769, les prisonniers des guerres entre Byzance et le Califat ne sont plus mis automatiquement en vente, mais le plus souvent sont gardés pour des échanges éventuels des prisonniers de guerre4. Tandis que des cas de rachats individuels à titre privé existaient auparavant, ils ne se sont pas développés en une coutume d’échange de prisonniers de guerre entre Byzance et le Califat avant 769, date du premier échange entre les deux États.

  • 5 A. J. Toynbee, Constantine Porphyrogenitus and his World, pp. 390-393 ; A. Kolia-Dermitzaki, « Some (...)
  • 6 Y. Rotman, « Byzance face à l’Islam arabe VIIe-Xe siècles », pp. 773-778.
  • 7 Développé depuis Ambroise de Milan, De officiis II, XV, chap. lx-lxi ; XXVIII, chap. cxxxvicxliii ; (...)
  • 8 R. B. Serjeant, « The Sunnah Jâmi’ah, Pacts with the Yathrib : Analysis and Translation of the Docu (...)

7Les échanges de prisonniers de guerre sont documentés par les historiographes byzantins et arabes, qui ne spécifient que rarement le nombre de captifs échangés5. Cette coutume s’est développée sous la pression de la dimension religieuse de ce conflit et de la responsabilité des États byzantin et arabe, devenus des communautés religieuses de chrétiens et de musulmans respectivement, de sauver les leurs de l’ennemi infidèle6. Des deux côtés, on peut trouver les origines de cette coutume dans l’Antiquité tardive. Dans le champ byzantin, il s’agit du devoir ecclésiastique de racheter le captif chrétien de l’ennemi infidèle7. Dans le champ arabe, le document appelé « la Constitution de Médine » a fait de l’acte de rachat tribal, un acte collectif et public en réunissant les différentes tribus de Yathrib8.

  • 9 V. Beševiliev, Die protobulgarischen Inschriften, p. 190 sqq., en suivant A. Kolia-Dermitzaki, « So (...)
  • 10 M. McCormick montre d’après les Vies slavonnes des frères Constantin-Cyril et Methodios que les sai (...)
  • 11 Leges militares (version B), chap. xlviii, dans A. Korzenszky, Jus Graecoromanum, p. 89.

8La même coutume est attestée sur le front byzantin, notamment en Europe de l’Est. L’inscription de 816 commémorant l’échange de prisonniers de guerre entre les Byzantins et les Bulgares en témoigne9. De même, les missions impériales pour racheter des Byzantins auprès des Rus révèlent une politique impériale du rachat des captifs de guerre10. Quant aux prisonniers de guerre capturés par les Byzantins, les traités militaires byzantins des VIIIe et Xe siècles le soulignent explicitement : ils ne doivent plus être réduits en esclavage et vendus ensuite par les chefs militaires, mais doivent être amenés à l’empereur et gardés dans l’optique d’un échange éventuel11.

  • 12 P. Peeters, Saint Romain le néo-martyr (1 mai 780) d’après un document géorgien, An. Boll., pp. 393 (...)
  • 13 A. Vasiliev, Byzance et les Arabes, p. 408, qui cite al-Mas‘udi.
  • 14 Hârûn Ibn. Yah raconte l’histoire de sa captivité (entre 880-890 ou entre 912-913) dans un passa (...)
  • 15 Le Diwan d’Abû Firâs al-Hamdânî, poète arabe du IVe siècle de l’Hégire (Xe siècle de J.-C.). Voir a (...)
  • 16 M. Canard, « Quelques “à-côtés” de l’histoire des relations entre Byzance et les Arabes », pp. 98-1 (...)

9Du côté arabe, la même dynamique est révélée par les sources byzantines, notamment l’historiographie et l’hagiographie. La Vie de Romain, le néomartyr, par exemple, écrite en arabe et préservée dans sa traduction géorgienne, relate comment Romain fut enlevé par des bandes sarrasines autour de 771. Arrivé à Bagdad, il y passa neuf ans en prison avec d’autres captifs byzantins12. Le deuxième échange documenté entre Byzance et le Califat se passa en 79713. S’agissait-il d’un personnage légendaire ou non, ce récit fait une référence au fait que, dans le Califat abbasside, les captifs byzantins sont gardés pour un échange éventuel. Le sort des prisonniers de guerre arabes du côté byzantin n’était point différent comme le montrent les sources historiographiques, voire les témoignages laissés par les prisonniers eux-mêmes. Hârûn ibn Yahyâ, par exemple écrit l’histoire de sa capture à Ascalon et de son emprisonnement à Constantinople14. De même, Abû Firâs consacre ses célèbres Poèmes byzantins à son emprisonnement à Byzance entre 962 et 96615. La littérature arabe d’époque abbasside en parle aussi, mentionnant les envoyés officiels du calife qui arrivent à Constantinople pour effectuer des actes de rachat de la même manière que les envoyés expédiés par l’empereur byzantin pour racheter des captifs byzantins16.

  • 17 A. Vasiliev, Byzance et les Arabes, p. 201 d’après Al-Tabarî, Ta’rîkh ak-Rusul wa’l-Mulûk, III, p. (...)

10Dans tous ces exemples, la restitution du captif, par échange ou rachat, se présente comme un acte public qui s’inscrit dans le cadre des relations internationales et apparaît a priori comme détaché des règles du marché d’esclaves. Pourtant, tous les prisonniers de guerre n’étaient pas gardés pour être échangés ou rachetés. Certains d’entre eux étaient réellement vendus comme esclaves. Ainsi le relate Al-Tabarî au sujet de l’échange de 845 quand, du fait du nombre des prisonniers byzantins, inférieur au nombre des prisonniers arabes chez les Byzantins, le calife ordonna de racheter les esclaves byzantins déjà vendus à Bagdad et à Raqqa pour égaliser leur nombre et fit sortir lui-même les femmes byzantines de son propre harem17.

  • 18 Sylloge Tacticorum quae olim « inedita Leonis Tactica » dicebatur, chap. l (en suivant A. Kolia-Der (...)

11Le parallèle byzantin est souligné par la Tactica de Léon VI (866-912) : quand on ne prévoit pas un échange on peut disposer des captifs à son gré18. La conséquence était les razzias exercées sur la population arabe en Méditerranée pour les vendre à Byzance. Les victimes de ces actes de razzia étaient parfois aussi proposées à leurs familles pour toucher la rançon. Les guerres dans les Balkans fournissaient également au marché byzantin des esclaves. La guerre apparaît ainsi avoir un aspect, voire un objectif, économique.

12On peut donc conclure que le sort des captifs de guerre à cette époque pouvait être l’échange à titre public, la réduction en esclavage à titre privé, et la rançon à titre privé ou public. Pourtant, si le rachat, l’échange et la vente se distinguent ainsi comme trois destinées différentes des captifs, la raison en est-elle la différence entre valeur d’échange et valeur d’usage ? En fait, si on distingue entre les captifs gardés à titre public et ceux qui ne sont pas gardés, on remarque que les premiers étaient échangés ou rançonnés par la puissance publique, tandis que les derniers étaient vendus en esclavage par les soldats ou rachetés par leurs proches. C’était exactement le sort des victimes de la piraterie méditerranéenne à la même époque.

LA PIRATERIE — UNE NOUVELLE PRATIQUE DANS LA MÉDITERRANÉE MÉDIÉVALE

13La piraterie apparaît comme une activité menée à titre privé et dont l’objectif s’avère strictement économique : tirer profit de la saisie de tout ce qui a une valeur marchande. C’est un phénomène antique qui prend une dimension nouvelle à l’époque médiévale à cause de la configuration géopolitique en Méditerranée. La division de l’espace méditerranéen entre Byzance, les royaumes lombards d’Italie, le califat abbaside, et à partir des IXe et Xe siècles également la Crète arabe, le califat fatimide et l’émirat aghlabide de Sicile, faisait des eaux méditerranéennes un champ de bataille pendant toute l’époque concernée ; et elle a aussi créé un vide politique qui offrait des conditions optimales pour les activités de la piraterie maritime. Pourtant, il y avait aussi des raisons purement économiques qui encourageaient l’installation de la piraterie dans la Méditerranée comme manière rentable de se procurer des esclaves, surtout pour les marchés arabes.

  • 19 Y. Rotman, Les esclaves et l’esclavage : de la Méditerranée antique à la Méditerranée médiévale VIe(...)

14Dans une étude antérieure j’ai expliqué la politique byzantine au sujet du marché des esclaves dans le cadre de la concurrence entre Byzance, le califat abbaside et le califat fatimide autour de l’approvisionnement en esclaves blancs d’Europe du Nord-Est19. Mon propos à présent est de montrer que la réalité politico-économique a joué un rôle déterminant dans le rapport entre valeur d’usage et valeur d’échange. Le commerce ne pouvait pas combler la demande pour ce type de marchandise, et le résultat était à la fois le prix élevé de l’esclave blanc sur les marchés arabes ainsi que les actes de piraterie dans l’optique de ces mêmes marchés. La piraterie se dirigea donc du Nord au Sud, et fut, cela est bien entendu, encouragée par les prix élevés qui en ont fait une activité économique particulièrement rentable.

  • 20 Y. Rotman, Byzance face à l’Islam, pp. 778-798.

15La piraterie est bien documentée dans les sources de l’époque, surtout dans les sources littéraires, notamment dans l’historiographie de l’époque et l’hagiographie byzantine dont le cadre fut les régions méditerranéennes20. Les victimes de la piraterie n’étaient pas libérées par les échanges publics de prisonniers de guerre qui avaient lieu entre l’État byzantin et le Califat. Leur destinée était donc le plus souvent l’esclavage. Toutefois, il existait des moyens privés pour racheter ces captifs. Si la littérature de l’époque en fait mention, les sources documentaires en offrent des références supplémentaires.

LA RANÇON DES CAPTIFS

  • 21 Actes d’Iviron, n° 16 (de 1010).
  • 22 Hagios Nikolaos der Heilige Nikolaos in der griechischen Kirche, pp. 183-197, § 8 sqq ; pp. 151-182 (...)

16Iviron I, n° 16, est un document daté de 1010 de vente de terre en Thessalie par une femme au monastère d’Iviron pour quinze nomismata21. Comme tous les autres documents de vente d’Iviron, il nous est parvenu parce qu’il a été conservé dans les archives du monastère, pour attester le fait que cette terre a été légalement acquise. Le document porte la signature de la propriétaire et celles des témoins. Ce qui en fait un document exceptionnel pour notre propos est la mention de la raison de la vente. La propriétaire, une veuve, l’a spécifiquement écrit : elle doit vendre ce lot de terre parce qu’elle a besoin d’argent pour payer la rançon de son fils enlevé par les pirates arabes. En fait, des agents byzantins privés circulaient entre Byzance et les terres sous domination musulmane pour racheter des victimes de la piraterie arabe. Ce document n’est pas la seule source qui en parle. La littérature byzantine aussi en fait mention en décrivant ces actes de rançon en tant qu’actes de piété. Ainsi, les Miracles de Nicolas de Myra présentent le saint voyageant en terre musulmane pour récupérer les Byzantins enlevés par les pirates22.

17Ces références témoignent de l’existence d’un « marché de rançon » aux Xe et XIe siècles. La question de la différence entre « valeur d’échange » et « valeur d’usage » est donc tout à fait pertinente pour l’époque concernée. Si la « valeur d’échange » dépasse la « valeur d’usage », la rançon peut devenir l’objectif de ces actes de rapts. Il y a donc lieu d’examiner les prix de la rançon pour les comparer aux prix des esclaves.

  • 23 Y. Râgîb, Actes de vente d’esclaves et d’animaux d’Égypte médiévale ; E. Ashtor, Histoire des prix (...)
  • 24 Ibn Butlân, Risâla fî shirâ al rakik wa-taklîb al-‘abîd [Sur la manière d’acheter les esclaves et d (...)
  • 25 Des esclaves perses étaient vendues au XIIe siècle pour dix à treize dinars et des esclaves nubienn (...)
  • 26 S. D. Goitein qui estime le prix moyen d’une esclave à vingt dinars, ne fournit pas d’estimation po (...)

18Les deux tableaux ci-dessous (tableau 1A et 1B, pp. 32-33 et 34-35) regroupent les mentions des prix pour les êtres humains dans les régions de la Méditerranée orientale entre le IXe et le XIe siècle, d’après les documents de l’époque ainsi que les références dans la littérature. Ils sont organisés par région et offrent des données qui permettent de comparer le rapport entre « valeur d’usage » et « valeur d’échange » dans leur rapport avec les marchés arabes. J’ai suivi les études de Y. Râgîb et E. Ashtor sur les prix des esclaves en Égypte, et celle de C. Morrison et J.-C. Cheynet pour Byzance, en ajoutant les prix des esclaves et les montants de la rançon que j’ai relevés dans les textes grecs de l’époque et dans les documents juifs de la Geniza du Caire23. Deux premières remarques s’imposent : premièrement, on ne perçoit pas de changement dans le prix des esclaves à travers le temps. De plus, sans tenir compte des rançons de dignitaires, on ne voit pas de différence significative entre les prix des esclaves et les prix de la rançon des captifs si on compare les prix versés dans la même région dans ces deux situations. La différence entre les prix des esclaves indiqués dans les documents d’Égypte édités par Y. Râgîb peut être attribuée aux origines différentes des esclaves, ainsi qu’aux « vices » de l’esclave en question, spécifiés dans les documents, et qui en font baisser le prix. D’après la description détaillée des caractères des esclaves d’origines différentes donné par Ibn Butlân pour le marché du Caire au milieu du XIe siècle, il est clair que les esclaves originaires d’Égypte, du Maghreb, d’Afrique Noire, et d’Europe avaient des prix différents24. Les prix les plus élevés étaient versés pour les esclaves blancs. Les esclaves désignés comme jaunes, que Y. Râgîb traduit par « blancs », pouvaient être des Européens, mais également, selon le même auteur, des esclaves d’Afrique du Nord qui étaient distingués par la couleur de leur peau. La même différence est attestée par les documents de la Geniza25. L’âge, le sexe, la profession, déterminaient également la valeur de l’esclave. Cependant, si on peut caractériser un prix « ordinaire » en Égypte à l’époque fatimide pour un esclave blanc originaire des régions méditerranéennes, on peut conclure qu’il valait autour de trente dinars pour un homme et entre dix-huit et trente dinars pour une femme26.

  • 1 nom : nomisma se divise en 12 milliarises (voir E. Schilbach, Byzantinische Metrologie, pp. 169 sqq(...)

Tableau 1A.— Prix des esclaves dans les régions méditerranéennes aux IXe et XIe siècles1

Tableau 1A.— Prix des esclaves dans les régions méditerranéennes aux IXe et XIe siècles1

a Theophanes Confessor, Chronographia.
b Prochiros Nomos, dans Jus Graecoromanum, pp. 107-228 et pp. 395-410.
c Suntagma tôn theiôn kai tôn ierôn kanonôn ; Les Regestes des Actes du Patriarcat de Constantinople.
d S. D. Goitein, A Mediterranean Society : The Jewish Communities of the Arab World as portrayed in the Documents of the Cairo Geniza, pp. 136-140, particulièrement p. 139 et p. 434, n. 64. et id., « Slaves and Slavegirls in the Cairo Geniza Records », Arabica, pp. 1-20.
e D’après S. D. Goitein, l’estimation donnée dans le contrat de mariage est le double du prix de marché : A Mediterranean Society : The Jewish Communities of the Arab World as portrayed in the Documents of the Cairo Geniza, p. 137.
f J. Mann, The Jews in Egypt and in Palestine under the Fâtimid Caliphs : A contribution to their Political and Communal History based chiefly on Geniza material hitherto unpublished, t. II, p. 88.
g Ibn Al-Adîm, Zubdat al-Halab fî ta’rîkh Halab, S. Zaka’r, t. II, p. 155. La traduction française est donnée par M. Canard, Histoire de la dynastie des Hamdanides de Jazîra et de Syrie, pp. 831-835.

  • 2 Pour les prix de rançon des dignitaires, j’ai suivi les références données dans le tableau 13 de J. (...)

Tableau 1B. — Prix des rançons des captifs aux IXe et XIe siècles2

Tableau 1B. — Prix des rançons des captifs aux IXe et XIe siècles2

a Actes d’Iviron, n. 16 (de 1010).
b J. Mann, The Jews in Egypt, t. II, p. 87 sqq., pp. 289-291 ; Id., Texts and Studies in Jewish History and Literature, t. I, p. 346-356 ; A. Cowley, « Bodleian Geniza Fragments », pp. 250-256.
c J. Mann, The Jews in Egypt, t. II, pp. 88-89.
d J. Mann, Texts and Studies, t. I, pp. 354-356.
e Al-tabarî, Ta’rîkh, t. XXX, p. 262.
f Ibn al-Qalânisî, Ta’rîkh Dimashq, Damas, 1983, p. 50-52, en suivant, M Canard, Les sources arabes…, p. 300.
g Ibn Al-Adîm, Zubdat al-Halab, I, 205, en suivant T. Bianquis, Damas et la Syrie sous la domination fatimide (359-468/969-1076) : Essai d’interprétation de chroniques arabes médiévales, p. 317. Ibn al-Adîm, Ta’rîkh Dimashq, p. 50-52, en suivant M. Canard, Les sources arabes, p. 300.
h PO 47 : 350-351, en suivant J.-C. Cheynet et C. Morrisson, « Prices and Wages in the Byzantine World », p. 845.
i Bar Hebraeus, p. 217-218, en suivant J.-C. Cheynet et C. Morrisson, « Prices and Wages in the Byzantine World », p. 845.
j Al-Muqaddasî, Ahsan al-takâsîm fî ma ‘rifat al-aqâlîm, p. 177 dans id., The Best Divisions for Knowledge of the Regions, pp. 148-149.
k Les Récits édifiants de Paul, évêque de Monembasie, et d’autres auteurs, chap. viii, 3.
l Bios kai politeia, chap. lxx-lxxii.
m Cité par M. Amari, Storia dei Musulmani di Sicilia, p. 202.
n Bios kai politeia, chap. lxx-lxxii.

  • 27 Voir aussi la rançon des mille nomismata qu’Alexis Comnène paie en 1073 pour racheter son frère Isa (...)
  • 28 J. Mann, The Jews in Egypt and in Palestine under the Fâtimid Caliphs, p. 88.
  • 29 Ibn Al-Adîm, Zubdat al-Halab, t. I, p. 155.

19Quant à la rançon, on perçoit une différence immense entre les sommes exigées pour racheter des dignitaires et celles demandées pour des captifs quelconques. Pour racheter les dignitaires, les sommes pouvaient atteindre à des milliers de pièces d’or27. Quant à la rançon des captifs inconnus, les sources byzantines et arabes sont consistantes : le prix du rachat de trois captifs en Palestine, en Égypte et en Ifriqiya était de cent pièces d’or28. Le fait que ce prix soit répété dans toutes les sources peut indiquer un topos littéraire. Or, le même prix est également indiqué dans les documents de la Geniza de la même époque, dont l’objectif était la collecte de rançon. En fait, les prix des esclaves en Égypte, en Palestine et en Ifriqiya correspondaient aux prix des réfugiés en Syrie donnés dans le traité d’Alep de 969 : trente dinars par homme, vingt dinars par femme, et quinze dinars par enfant29.

  • 30 La question d’équivalence monétaire n’est pas facile à résoudre (voir les tableaux 2A et 2B pp. 42- (...)
  • 31 J. Mann, Texts and Studies, t. I, pp. 354-356.

20Quant à Byzance, si on établit une équivalence entre la nomisma et le dinar, les esclaves y valaient moins : autour de vingt nomismata pour un homme30. Le fragment Taylor-Schechter 28, f° 1, indique que le prix du rachat d’un captif auprès des Byzantins arriva à 25 dinars31. Il paraît donc que la différence, significative dans les marchés des captifs, n’était pas celle entre le prix d’achat et le prix de rachat, ou entre « valeur d’usage » et « valeur d’échange », mais entre les prix des esclaves à Byzance et leur prix sur les marchés arabes (en Égypte, Syrie, Palestine et Ifriqiya). Je laisse hors de cette discussion le rachat des hauts dignitaires dont la rançon ne peut pas être considérée comme une somme caractéristique d’un marché d’échange éventuel. Comment donc expliquer l’absence de différence entre « valeur d’usage » et « valeur d’échange » d’un côté, et la différence entre le prix des esclaves à Byzance et dans le Califat de l’autre ? Je voudrais proposer une explication qui reliera les deux questions.

VALEUR D’ÉCHANGE

  • 32 Tous les cas dans lesquels les captifs n’étaient pas rachetés mais réellement vendus, comme le révè (...)
  • 33 T.-S. 28, f° 1, dans J. Mann, Texts and Studies, t. I, pp. 354-356 ; T.-S. 10 J 278, dans J. Mann, (...)
  • 34 Bios kai politeia tou, chap. lxx-lxxii. Voir G. Da Costa-Louillet, Saints de Sicile et d’Italie mér (...)
  • 35 T.-S. 10 J 272 dans J. Mann, The Jews in Egypt, t. II, pp. 347-349.

21Bien qu’on n’ait pas les moyens d’évaluer la popularité des actes de rachat à Byzance, on peut conclure que les actes d’enlèvement étaient plus fréquents que les actes de rachat des personnes enlevées32. Les documents de la Geniza révèlent la même situation dans le monde musulman, en Égypte et en Palestine33. On peut chercher la raison en partie dans le fait que le rachat n’était pas toujours vu favorablement. Nil de Rossano, par exemple, s’oppose au voyage du métropolite calabrais, Vlaton (Blattôn), pour racheter ses ouailles parce que cet acte oblige à des négociations avec les infidèles. Cependant, il envoie lui-même cent nomismata à l’émir de Palerme pour racheter trois moines de son monastère34. Au même siècle en Palestine, le Gaon Solomon ben Yehuda refuse son aide pour racheter des captifs juifs. Suite à la rage que son refus entraîne dans la communauté juive de Jérusalem, il est obligé de quitter la ville et rentre à Ramlah35.

  • 36 Voir plus haut note c du tableau 1A (p. 33).
  • 37 Les Récits édifiants de Paul, évêque de Monembasie, et d’autres auteurs, chap. viii, 3.

22L’acte de vente d’un lot de terre pour quinze nomismata, cité ci-dessus, de la veuve qui veut racheter son fils, soulève la question de la capacité économique à racheter un membre de la famille enlevé par des pirates36. Le document en question ne fournit aucune référence sur les autres ressources économiques de cette mère, ou sur son niveau socio-économique. Il est clair, pourtant, qu’il était assez aisé pour elle de racheter son fils. En même temps, la somme n’était pas disponible et elle devait mettre en vente au moins une partie de sa propriété (nous n’avons pas d’information sur ses autres terres, ni sur l’existence d’autres actes de vente dans le même objectif). C’est un exemple, donc, d’un propriétaire qui n’avait pas sous la mains de moyens pour payer la rançon. Dans les Récits édifiants de Paul de Monembasíe un moine doit ramasser l’argent nécessaire pour racheter trois moines enlevés du monastère dans le Péloponnèse37. Le prix de trente-trois et un tiers nomismata par personne n’était pas une somme négligeable.

  • 38 J. Mann, The Jews in Egypt, t. I, p. 87 sqq. ; id., t. II, p. 87 sqq. et pp. 240-241.

23Le fait que le montant d’un rachat était très difficile à réunir est rapporté par l’historiographie et attesté dans les correspondances entre les juifs d’Égypte et de Palestine à ce sujet. J. Mann a traité le thème du rachat des captifs juifs victimes des corsaires arabes par leur coreligionnaires en Égypte38. Les documents qu’il a publiés, datés des XIe et XIIe siècles et conservés dans la Geniza du Caire, parlent d’enlèvements de juifs byzantins par des pirates qui portent des noms arabes. Les victimes sont amenées dans les ports égyptiens. Le rachat des captifs par leurs coreligionnaires est bien connu à cette époque comme un acte public, pour lequel de l’argent est collecté. Les documents offrent, de plus, des renseignements précieux qui révèlent les conditions sociales et économiques des captifs, de leurs familles et de ceux de leurs coreligionnaires qui se précipitaient pour les racheter.

  • 39 Une lettre de remerciement est MS. Adler, 2804 f° 7, dans J. Mann, The Jews in Egypt, t. II, pp. 89 (...)
  • 40 Dans une lettre de 1028, trois cents personnes de la communauté juive d’Alexandrie se portent garan (...)
  • 41 T.-S. 16. 251, dans J. Mann, The Jews in Egypt, pp. 92-93.
  • 42 A. Cowley, « Bodelian Geniza Fragments », T.-S. 28, f° 1, dans J. Mann, Texts and Studies, pp. 354- (...)

24La plupart de ces documents sont des lettres adressées à la communauté juive de Fustât soit pour demander de l’argent, soit pour remercier les contributions offertes par cette riche communauté au rachat de juifs byzantins enlevés par des corsaires arabes39. La même procédure se répète dans la plupart de ces documents : la communauté juive locale (souvent à Alexandrie ou à Damiette) s’organise pour un rachat collectif. Les chiffres varient de sept à vingt captifs juifs amenés par bateau. Dans tous ces documents, la communauté juive locale se présente comme n’ayant pas les moyens de payer la rançon, mais se porte garante auprès des marchands pour empêcher la vente des captifs. Ceux-ci sont alors entretenus par leurs coreligionnaires en attendant le versement de la rançon40. Pour cela la communauté locale s’adresse aux riches juifs des communautés d’autres villes (comme celle de Fustât). Un document relate comment parfois l’un des captifs est envoyé dans son pays d’origine pour récupérer la rançon pour le groupe entier41. D’après ces lettres, la rançon des captifs pesait très lourd sur leurs coreligionnaires. Le rachat devait s’organiser le plus vite possible avant que les victimes ne soient mises en vente sur le marché42.

  • 43 T.-S. 13 J 2025, dans J. Mann, The Jews in Egypt, t. I, p. 88.
  • 44 L’objectif de cette mention n’est pas spécifié, le document étant à demi effacé. Vingt pièces d’or (...)
  • 45 Mishnah, Gittin, 4 : 6 ; voir E. Bashan, Sheviya and Pedut : Captivity and Ransom in Mediterranean (...)

25Mais, les marchands pouvaient, en fait, demander le prix qu’ils voulaient, comme en atteste un des documents43. Le nombre des captifs dans cette lettre n’a malheureusement pas survécu. Les captifs, parmi eux une jeune fille juive, étaient battus et mis au travail. Le marchand demandait deux cents cinquante pièces d’or, en spécifiant qu’un esclave byzantin chrétien (eved edomi) valait vingt pièces d’or44. La communauté juive n’avait pas les moyens de payer et arguait d’une loi halakhique du IIe siècle selon laquelle on ne pourrait pas racheter de captifs pour plus de leur valeur (c’est-à-dire leur valeur comme esclaves)45. La lettre spécifie aussi qu’une partie des captifs étaient envoyés ailleurs par le fils du marchand.

  • 46 T.-S. 10 J 278, J. Mann, Texts and Studies, pp. 363-365.

26Le destin qui attendait les captifs s’ils n’étaient pas rachetés est décrit dans une lettre touchante adressée à Yehuda bn. Sa ‘adya, le chef de la communauté juive de Fustât et rédigée probablement par les captifs eux-mêmes46. Attaqués en mer par les pirates arabes, ils sont emmenés en Égypte et achetés par des musulmans et des chrétiens. Mais le chef de la communauté juive locale intervient auprès des autorités, qui ordonnent aux acheteurs de rendre leurs nouveaux esclaves aux pirates dans les cinq jours. Et puisque la communauté n’a les moyens ni de les racheter ni de les entretenir, ils s’adressent à Yehuda bn. Sa ‘ adya le Naguid, chef de la communauté juive de Fustât. Quant aux pirates arabes, soucieux de disposer de leurs captifs afin de mener une autre razzia à Byzance, ils envisagent soit de vendre ces captifs à des musulmans et à des chrétiens, soit de les tuer, s’ils ne sont pas rachetés dans le délai fixé.

  • 47 De même dans T.-S. 28, f° 1, J. Mann, Texts and Studies, t. I, pp. 354-356 : la communauté juive a (...)
  • 48 MS. Adler 2804, J. Mann, The Jews in Egypt, t. II, p. 89.

27La communauté juive demandait donc une préemption pour l’achat, et la recevait même sans avoir les moyens financiers47. En tout état de cause, tous les documents montrent clairement que le prix de la rançon égalait le prix de vente, et que les communautés locales n’avaient pas les moyens de racheter un groupe de quelques personnes. Valeur d’usage et valeur d’échange s’égalaient donc à cause des difficultés économiques à effectuer le rachat. Autrement dit, a priori les pirates pouvaient demander une somme élevée, mais même le prix d’usage, c’est-à-dire le prix des captifs vendus comme esclaves, était trop aisé à obtenir pour organiser la rançon. Il faut préciser qu’au prix du rachat demandé par les pirates s’ajoutait une taxe48.

UNE DYNAMIQUE ÉCONOMIQUE ENTRE MARCHÉS DIFFÉRENTS

  • 49 Ibid.
  • 50 Ibid., p. 149 sqq.
  • 51 Ibid., p. 151 sqq.

28Dans son livre Christian Slaves. Muslim Masters, R. Davis révèle toute une dynamique économique qui détermina le commerce d’esclaves en Méditerranée entre les XVIe et XVIIIe siècles49. Le trafic se déroula du Nord au Sud et fut basé sur la piraterie venue de l’Afrique du Nord. Les victimes furent des habitants de l’Espagne, du Portugal, de Provence, mais plus souvent de l’Italie, enlevés pendant les raids des corsaires et vendus sur les marchés maghrébins. Dans les deux derniers chapitres, Davis traite des possibilités de la rançon. Depuis la fin du XIIe siècle, des fraternités religieuses fondées pour cette cause collectaient les sommes nécessaires pour racheter des chrétiens et les rendre à leur pays d’origine. Les plus connues étaient celles des ordres franciscains, trinitaires et mercédaires, respectivement fondés au XIIe et XIIIe siècle50. Elles n’étaient pourtant pas les seules. Davis décrit des organisations publiques des villes italiennes qui jouaient aussi un rôle actif dans le rachat, quoique n’arrivant pas à fournir une réponse adéquate aux rapts des corsaires au XVIe siècle, époque à laquelle ce phénomène devenait très répandu. Les trinitaires et les mercédaires fonctionnaient comme des organisations économiques qui offraient leurs services à des villes comme Venise pour racheter les leurs51. D’après l’analyse de Davis, le rachat semblait une affaire rentable, qui gérait les donations d’un côté, et fournissait des captifs rachetés en tant que protégés aux donateurs de l’autre côté. La signification chrétienne attribuée à ces activités de charité s’avéra être le catalyseur de ce système de rachat.

  • 52 Ibid., p. 169.
  • 53 Le prix de vente était même déterminé par les possibilités éventuelles de rançon (Ibid., pp. 61-63)
  • 54 R. C. Davis, Christian Slaves, Muslim Masters, pp. 167-169. Voir les articles passionnants de W. Ka (...)
  • 55 C. Manca, Il modelo di sviluppo economico delle città marittime barbaresche dopo Lepanto ; voir par (...)

29Pour comprendre le raisonnement économique de cette dynamique, il est simplement suffisant d’examiner les prix. Davis cite un document qui relate comment le Pacha et les janissaires d’Alger ont acheté des esclaves pour le prix de quinze à vingt scudi par esclave pour les offrir ensuite au rachat pour cent scudi par personne52. Les prix des actes de rançon que Davis cite étaient non seulement considérables, mais dépassaient largement les prix que ces captifs pouvaient apporter en étant vendus en esclavage53. Autrement dit, la valeur d’échange surpassait la valeur d’usage, ce qui mit en route cette dynamique économique basée sur l’échange. Cependant, ce « marché d’échange » était conditionné non seulement par une possibilité économique des villes italiennes de gérer une économie de rachat, mais de plus par une possibilité d’en profiter54. Dans une étude fondamentale sur l’économie comparative des marchés barbaresque et italien, C. Manca montre que la capacité de l’échange et ces conditions économiques étaient aussi déterminées par le rapport économique entre deux marchés déterminés55. Une demande pour la marchandise humaine existait, cela est clair, dans les marchés de l’Afrique du Nord, mais était complétée par les moyens de gérer et d’opérer le rachat.

  • 56 Voir la conclusion de C. Manca, Il modelo di sviluppo economico delle città marittime barbaresche d (...)
  • 57 Voir l’analyse économique de C. Manca des rachats menés par le Gonfalone entre 1586-1589 (Il modelo (...)

30Ces moyens étaient plus considérables que les moyens d’achat. Autrement dit, la valeur d’échange était plus grande que la valeur d’usage également parce que le marché qui incitait à l’échange avait des moyens économiques plus grands que ceux du marché qui demandait l’usage ; autrement la valeur d’usage aurait égalé valeur d’échange. La dynamique commerciale de l’échange s’opérait donc dans le cadre d’une différence économique entre deux marchés56. En fait, le retour dans leur pays d’origine de ceux parmi les captifs qui étaient rachetés, produisait un transfert économique en monnaie du Nord au Sud de la Méditerranée ainsi qu’un transfert supplémentaire, et pas moins considérable, au profit des agences qui géraient les rachats. Comme le montrent C. Manca et R. C. Davis, ces transferts étaient beaucoup plus significatifs que l’enlèvement des captifs (c’est-à-dire « valeur d’usage »)57. Le commerce des captifs dans la Méditerranée à l’époque moderne se déroulait ainsi non seulement en vue du rapport entre deux marchés distincts, mais également en vue du rapport entre marché d’usage et marché d’échange. Le principe du commerce des captifs dans la Méditerranée médiévale s’avéra être différent.

LES CONDITIONS ÉCONOMIQUES DU MARCHÉ D’ÉCHANGE

  • 58 Ibn Hawkal, Kitâb Sûrat al-ard [Configuration de la Terre], p. 205. Michel le syrien, Chronique, t. (...)
  • 59 Al-Muqaddasî, Ahsan al-tak’âsîm, p. 177.

31L’objectif des navires byzantins n’était pas différent de celui des corsaires arabes ; l’enlèvement des habitants des régions littorales pour leur valeur marchande58. D’après la description au même siècle d’Al-Muqaddasî, cela était aussi leur valeur d’échange. Dans son œuvre, La meilleure répartition pour la connaissance des provinces, il relate comment les navires byzantins amènent des captifs qu’ils offrent soit pour un échange des leurs, soit pour un échange d’argent ou de bijouterie59. Le prix demandé était, comme est indiqué dans les lettres de la Geniza, cent dinars pour trois captifs. Ces chiffres ne sont pas suffisants pour analyser la valeur économique du rachat, mais doivent être estimés par rapport au pouvoir d’achat des marchés byzantin et fatimide. L’absence d’une telle étude comparative du pouvoir dans la Méditerranée orientale à la même époque m’a amené à comparer les prix et les salaires à Byzance d’un côté et en Égypte de l’autre dans les deux tableaux suivants (tableau 2A, pp. 42-43 et tableau 2B, p. 43).

  • 60 W. Scheidel, « Real wages in early economics : Evidence for living standards from 1800 BCE to 1300 (...)

32Deux chercheurs se sont récemment intéressés à la question des rapports entre le pouvoir d’achat des aliments et le salaire quotidien à Byzance et en Égypte au Moyen Âge, et ont avancé deux analyses différentes60. Sans comparer les deux, je cherche à estimer le pouvoir de payer la rançon des captifs à Byzance et en Égypte contre les prix et les salaires indiqués ci-dessous par le tableau 2A (pp. 42-43). Le tableau 2B (p. 43) présente les prix et les salaires indiqués par le tableau 2A, proportionnellement aux prix des esclaves et des captifs, ce qui permettra de réfléchir au problème des prix des esclaves et des rançons des captifs.

33À Byzance, le prix moyen de l’esclave était autour de vingt nomismata, ce qui égalait le salaire annuel d’un fonctionnaire et le salaire de deux à six ans et demi d’un ouvrier quotidien. Vingt nomismata égalaient le prix de 240 modioi thalassioi de blé (= 3072 kg). Ce prix égalait 297 waibat de blé (soit 3614 kg). Cette analyse limitée aux prix et aux salaires par rapport aux prix des esclaves montre donc que malgré les prix élevés des esclaves, comme ceux du blé en Égypte, le pouvoir d’achat en Égypte dépassait le pouvoir d’achat à Byzance.

  • 3 Y. Râgîb, Actes de vente et d’animaux ; E. Ashtor, Histoire des prix et salaires ; C. Morrisson, J. (...)

Tableau 2A. — Prix et salaires à Byzance et en Égypte aux IXe-XIe siècles3

Tableau 2A. — Prix et salaires à Byzance et en Égypte aux IXe-XIe siècles3

a N. Oikonomides, « Quelques boutiques de Constantinople au Xe
siècle : prix, loyers, imposition », pp. 345-356.
b J.-C. Cheynet, E. Malamut, C. Morrisson, « Prix et salaires à Byzance (Ve-XVe siècles) », pp. 356-365 ; E. Schilbach, Byzantinische Metrologie, p. 96. Un modios thalassios faisait 16,6 litres et 12,8 kg (un ratio de 1,3 kg/ l).
c En suivant J.-C. Cheynet, E. Malamut, C. Morrisson, « Prix et salaires à Byzance (Ve-XVe siècles) », pp. 362-363 plutôt que E. Schilbach.
d E. Ashtor, Histoire des prix et salaires, pp. 124-130 ; W. Hinz, Islamische Masse und Gewichte : Umgerechnet ins metrische System, pp. 30-52. Une waiba faisait 12,168 kg.
e De 50 % en grande cherté à minimum de 600 % pendant la crise économique de 1024-1025 : E. Ashtor, Histoire des prix et salaires, pp. 124-126.
f E. Ashtor, Histoire des prix et salaires, p. 90 sqq. Sans tenir compte des salaires des soldats, des fonctionnaires, des dignitaires et des salariés dans le service privé qui touchaient leur salaire en rogai (émoluments) et en modioi :
J.-C. Cheynet, C. Morrisson, « Prices and Wages in the Byzantine World », p. 859 sqq.

g 3 folles est le salaire d’un jour de travail dans un atelier à Constantinople (La Vie d’Auxence par Syméon Metaphrastes PG 114 : 1384A) = ¼ keration = 1/96 nomisma par jour = 0.25 nomisma pour 24 jours de travail.
h En suivant B. Milanovic, « An Estimate of Average Income and Inequality in Byzantium around Year 1000 », pp. 449-470, p. 455 qui cite G. Ostrogorsky, History of the Byzantine state, p. 246.
i
Voir S. D. Goitein, A Mediterranean Society, pp. 92-98.

Tableau 2B. — Prix et salaires proportionnels aux prix des esclaves à Byzance et en Égypte aux IXe-XIe siècles

Tableau 2B. — Prix et salaires proportionnels aux prix des esclaves à Byzance et en Égypte aux IXe-XIe siècles

34Si on compare les prix des esclaves en Égypte à ceux pratiqués à Byzance et indiqués par le tableau 2A, on peut voir immédiatement que, pour la plupart, ils étaient plus élevés en Égypte de 50 %. Cependant, la différence des salaires entre ces deux régions pouvait encore dépasser ce ratio. Ce fait explique pourquoi les Byzantins préféraient parfois offrir leurs captifs au rachat plutôt que les emmener vendre à Byzance. Ils pouvaient en gagner plus, et malgré les difficultés de la plupart des habitants, ils pouvaient plus facilement trouver d’éventuels acheteurs ou racheteurs pour leurs captifs.

  • 61 Par rapport à cent dinars, la rançon habituelle de trois captifs : T.-S. 12. 338, dans J. Mann, The (...)
  • 62 T.-S. Loan 28, f° 1, dans J. Mann, Texts and Studies, t. I, pp. 354-356.

35Toutefois, les difficultés économiques à racheter les captifs faisaient que la valeur d’échange égalait la valeur d’usage comme indiqué par le tableau ci-dessus. En fait, dans d’autres cas, les Byzantins préféraient amener leurs captifs à Byzance. Un document de la Geniza relate le sort d’un navire byzantin qui emmenait, entre autres, trois juifs habitants de pays musulmans enlevés par les Byzantins. Les pirates arabes, qui les ont capturés en mer, emmènent les captifs en Égypte et les livrent aux mains de la communauté locale en demandant cinquante dinars61. Un autre document est une lettre émouvante d’un chef de communauté juive de Palestine qui relate l’enlèvement des plus de deux cents juifs de Palestine emmenés ensuite à Byzance (Edom)62. Leurs familles n’avaient pas les moyens de les racheter tous, et n’ont pu récupérer que deux cents personnes pour la somme de cinq mille dinars.

36Le prix de vingt cinq dinars par personne était plus modeste que le prix d’un esclave en Palestine. Il représentait la moyenne entre le prix en Palestine et le prix à Byzance. Mais même ce prix ne pouvait pas garantir le retour de tous les captifs, et montre le manque de moyens de la plupart de la population. Ce fait est indiqué dans la plupart des documents de la Geniza ci-dessus cités qui traitent de ce sujet. Or, si les moyens de rachat étaient aussi limités dans le califat fatimide qu’à Byzance, comment peut-on expliquer la différence dans le prix des esclaves ?

LES CONDITIONS ÉCONOMIQUES ET POLITIQUES DU MARCHÉ D’USAGE

  • 63 Y. Rotman, Les esclaves et l’esclavage, pp. 109-122.
  • 64 Ibn Khurdâdhbeh, Kitâb al-Masâlik wa’l mamâlik, p. 155 (130).
  • 65 Theophanes Confessor, Chronographia, p. 487.

37À partir du VIIIe siècle, Byzance a tout fait pour contrôler le trafic en esclaves en Méditerranée. Ce contrôle s’est réalisé à la fois par le système douanier byzantin et par les décrets impériaux63. Le contrôle douanier obligeait les marchands qui passaient par les territoires byzantins à payer une dîme pour toute espèce de marchandise64. La marchandise humaine (c’est-à-dire les esclaves) était l’objet de ce contrôle comme le montre une vexation byzantine spéciale pour les marchands d’esclaves qui ne passaient pas par les stations douanières principales65.

  • 66 Dans les édits byzantino-vénitiens de 876, 945, 960 et 992 : G. L. Friedrich Tafel, G. Martin Thoma (...)

38Le fait que ces mesures visaient spécifiquement la circulation des esclaves est attesté aussi par les accords que Byzance signa en mer Noire et mer Adriatique. La correspondance impériale ainsi que les décrets byzantino-vénitiens et les traités russo-byzantins en font mention66. L’interdiction de la vente d’esclaves aux marchands venus du monde arabe y est répétée à plusieurs reprises. Ces mesures avaient deux raisons. Premièrement, gagner la concurrence entre les marchés byzantins et les marchés arabes sur le même type de marchandise : les esclaves importés de l’Europe de l’Est. Deuxièmement, établir une hégémonie commerciale en Méditerranée. Les mesures politiques et économiques prises par Byzance empêchaient les marchands venus du monde arabe de se procurer des esclaves dans les ports byzantins et italiens, et peuvent expliquer, il me semble, la différence de 50 % entre le prix des esclaves blancs sur les marchés byzantins et leur prix sur les marchés arabes. La demande pour les esclaves en Égypte était difficile à satisfaire.

LA PIRATERIE ET LA GUERRE COMME MOYENS ÉCONOMIQUES

39La piraterie apparaît donc comme une manière très efficace de combler la demande d’esclaves des marchés arabes, qui étaient prêts à payer un prix considérablement plus cher par rapport aux marchés byzantins pour ce type de marchandise. Quant à la différence dans le prix de l’esclave entre ces deux marchés, si on se rend compte du fait qu’il n’y avait pas de différence dans les deux marchés entre le prix d’achat et le prix de rachat, on peut conclure que la demande pour les esclaves était tellement grande que la demande du rachat ne pouvait pas la dépasser. La valeur d’usage déterminait ainsi la valeur d’échange. Ceux qui voulaient racheter leurs proches se trouvaient en compétition sur le marché d’esclaves parce que le prix, « valeur d’usage », dépassait ordinairement leurs moyens.

  • 67 Le sac de Thessalonique est décrit par Ioannes Cameniates, De expugnatione Thessalonicae, chap. xxx (...)
  • 68 M. Canard, « La prise d’Héraclée et les relations entre Hârûn al-Rashîd et l’empereur Nicéphore Ier(...)

40En outre, comme l’historiographie et les documents médiévaux le montrent, il est impossible de distinguer entre les actes de piraterie exercés par des pirates à titre privé et les razzias exercées par les forces militaires arabes ou byzantines. En fait, à partir du VIIIe siècle, la forme de la guerre entre Byzance et le Califat change, et les razzias deviennent non seulement une stratégie, mais aussi un objectif. Le sac de Thessalonique en 904, par exemple, est commis par une force maritime égyptienne67. En effet, il ne s’agit pas uniquement de piraterie maritime, mais aussi des razzias organisées et exercées par les infanteries. Cela devient une stratégie des forces arabes aux IXe et Xe siècles, qui lancent des razzias sur les villes byzantines en Asie Mineure, et reculent après avoir capturé la population locale. Il en est de même, par exemple, pour l’attaque d’Héraclée et la réduction de sa population en esclavage68. Cette stratégie, on l’a vu, est partagée également par les forces byzantines, et son objectif est, comme les actes de la piraterie à titre privée, l’enlèvement des habitants. En fait, le sort des captifs ne dépendait pas de la nature de l’opération parce qu’il n’existait pas de différence entre la valeur d’usage du captif et sa valeur d’échange ; il ne s’organisait pas des actes de razzia et de piraterie dont le but fût le rachat.

  • 69 Constantine Porphyrogenitus, De cerimoniis aulae byzantinae, dans id., Opera omina, chap. il (p. 69 (...)

41Les captifs amenés au souverain n’étaient pas mis en vente, ils attendaient d’être rachetés ou échangés par leur État d’origine. Le même destin attendait les captifs des forces arabes comme des forces byzantines. De plus, à Byzance, les captifs musulmans pouvaient également être libérés s’ils se décidaient à faire défection en s’intégrant à Byzance en tant que chrétiens69. Les captifs de guerre gardés après leur capture attendaient donc l’échange, le rachat ou la libération.

  • 70 Voir plus haut n. 18 (p. 29).

42Quant aux captifs qui n’étaient pas amenés au souverain dans l’optique d’un échange éventuel, les soldats pouvaient en disposer après la capture70. En ce cas, il n’y avait aucune différence entre le sort de ces captifs de guerre et le sort des captifs de la piraterie. Malgré le fait que ces opérations s’exerçaient à titre public, les victimes étaient, soit mises à la vente, soit offertes au rachat. Dans les deux cas, ils rapportaient les mêmes prix. Une même destinée attendait les victimes des actes de piraterie à titre privé. La guerre dans la Méditerranée orientale du IXe au XIe siècle ressemblait à la piraterie car elle poursuivait un objectif semblablement économique. Combler la demande du marché d’esclaves apparaît donc comme la cause de toute une dynamique internationale, à la fois économique et politique, commune à toutes les parties. Le marché d’échange, ne pouvant pas être compétitif, dépendait complètement du marché d’usage. Et le captif n’offrait pas d’importance économique autre que sa valeur d’esclave. Une « économie de la rançon » existait bel et bien à l’époque concernée, mais dans la Méditerranée de Byzance et du Califat elle paraissait dépendante des règles d’une économie de l’esclavage.

Notes

1 Pour l’époque des Croisades, voir Y. Friedman, Encounter between enemies.

2 « Loin de l’image d’une confrontation entre ennemis religieux se dégage plutôt celle d’une économie de la rançon qui produit une redistribution de richesses au détriment des victimes et de leurs proches et au bénéfice de ceux qui alimentent ce commerce par leurs compétences, leurs contacts et leurs services, et ceci largement à l’intérieur de l’espace européen. » W. Kaiser (dir.), Le commerce des captifs, p. 14. Voir aussi id., « Frictions profitables. L’économie de la rançon en Méditerranée occidentale (XVIe-XVIIe siècles) », pp. 689-701 ; M. Fontenay, « L’esclavage en Méditerranée occidentale au XVIIe siècle », pp. 11-50, « Corsaires de la foi ou rentiers du sol ? Les chevaliers de Malte dans le “corso” méditerranéen au XVIIe siècle », pp. 361-384, et également « Esclaves et/ou captifs : préciser les concepts », pp. 15-24.

3 Pour les esclaves importés de l’Éthiopie : F. Preisigke, « Ein Sklavenkauf des 6. Jahrhunderts », pp. 415-424 ; pour l’importation des esclaves de l’Inde : Digeste, XXXIX, 4, 16, 7 ; pour l’importation des eunuques du Caucase : Procopius Caesariensis, Opera omnia, et De bello Persico, II, chap. xv ; l’importation des esclaves par la mer Rouge au VIe siècle est relatée par Cosmas Indicopleustes, Topographie chrétienne, pp. 29-30.

4 Y. Rotman, « Byzance face à l’Islam arabe VIIe-Xe siècles », pp. 767-788 ; A. Kolia-Dermitzaki, « Some Remarks on the Fate of Prisoners of War in Byzantium (9th-10th Centuries) », pp. 583-620.

5 A. J. Toynbee, Constantine Porphyrogenitus and his World, pp. 390-393 ; A. Kolia-Dermitzaki, « Some Remarks on the Fate of Prisoners of War in Byzantium (9th-10th Centuries) », pp. 583-620 ; M. Campagnolo-Pothitou, « Les échanges de prisonniers entre Byzance et l’Islam aux IXe et Xe siècles », pp. 1-55 ; R. Guemara, « La libération et le rachat des captifs. Une lecture musulmane », pp. 333-344.

6 Y. Rotman, « Byzance face à l’Islam arabe VIIe-Xe siècles », pp. 773-778.

7 Développé depuis Ambroise de Milan, De officiis II, XV, chap. lx-lxi ; XXVIII, chap. cxxxvicxliii ; voir W. Klingshirn, « Charity and Power : Caesarius of Arles and the Ransoming of Captives in Sub-Roman Gaul », pp. 183-203 ; J. Albert Harrill, The Manumission of Slaves in Early Christianity ; C. Osiek, « Ransom of Captives : Evolution of a Tradition », pp. 365-386.

8 R. B. Serjeant, « The Sunnah Jâmi’ah, Pacts with the Yathrib : Analysis and Translation of the Documents comprised in the So-called “Constitution of Medina” », pp. 1-42.

9 V. Beševiliev, Die protobulgarischen Inschriften, p. 190 sqq., en suivant A. Kolia-Dermitzaki, « Some Remarks on the Fate of Prisoners of War in Byzantium (9th-10th Centuries) », p. 607 et n. 98.

10 M. McCormick montre d’après les Vies slavonnes des frères Constantin-Cyril et Methodios que les saints restituent à deux reprises des prisonniers de guerre byzantins capturés par les Russes : voir M. Mccormick, Origins of the European Economy. Communications and Commerce, A. D. 300-900, p. 188 et p. 190 ; Léon Choerosphaktes est envoyé par Léon VI aux Bulgares pour qu’ils relâchent leurs prisonniers byzantins : A. Kolia-Dermitzaki, « Some Remarks on the Fate of Prisoners of War in Byzantium (9th-10th Centuries) », pp. 606-612.

11 Leges militares (version B), chap. xlviii, dans A. Korzenszky, Jus Graecoromanum, p. 89.

12 P. Peeters, Saint Romain le néo-martyr (1 mai 780) d’après un document géorgien, An. Boll., pp. 393-427. I. Sevcenko, « Hagiography of the Iconoclast Period », pp. 113-133.

13 A. Vasiliev, Byzance et les Arabes, p. 408, qui cite al-Mas‘udi.

14 Hârûn Ibn. Yah raconte l’histoire de sa captivité (entre 880-890 ou entre 912-913) dans un passage cité dans le Kitâb al-A‘lâq al-nafîsa d’Ibn Rusta, pp. 119-127.

15 Le Diwan d’Abû Firâs al-Hamdânî, poète arabe du IVe siècle de l’Hégire (Xe siècle de J.-C.). Voir aussi L. Simeonova, « In the Depths of Tenth-Century Byzantine Ceremonial : the Treatment of Arab Prisoners-of-War at Imperial Banquets », pp. 75-104.

16 M. Canard, « Quelques “à-côtés” de l’histoire des relations entre Byzance et les Arabes », pp. 98-119 ; id., « Deux épisodes des relations diplomatiques arabo-byzantines au Xe siècle », pp. 51-69 ; A. Vasiliev, Byzance et les Arabes, pp. 196-197 ; R. Guemara, « La libération et le rachat des captifs. Une lecture musulmane », pp. 333-344.

17 A. Vasiliev, Byzance et les Arabes, p. 201 d’après Al-Tabarî, Ta’rîkh ak-Rusul wa’l-Mulûk, III, p. 1353 et app. p. 314 ; voir d’autres cas : M. Canard, « Les sources arabes de l’histoire byzantine aux confins des Xe et XIe siècles », pp. 286-314 ; voir aussi Y. Râgîb, « Les esclaves publics aux premiers siècles de l’Islam », pp. 7-30.

18 Sylloge Tacticorum quae olim « inedita Leonis Tactica » dicebatur, chap. l (en suivant A. Kolia-Dermitzaki, « Some Remarks on the Fate of Prisoners of War in Byzantium (9th-10th Centuries) », pp. 585-586.

19 Y. Rotman, Les esclaves et l’esclavage : de la Méditerranée antique à la Méditerranée médiévale VIe-XIe siècles, p. 104 sqq.

20 Y. Rotman, Byzance face à l’Islam, pp. 778-798.

21 Actes d’Iviron, n° 16 (de 1010).

22 Hagios Nikolaos der Heilige Nikolaos in der griechischen Kirche, pp. 183-197, § 8 sqq ; pp. 151-182, chap. xlii-xliii. Voir A. Kazhdan, Hagiographical notes, pp. 176-181. Pour d’autres cas, voir n. 33 et 34 (pp. 36-37).

23 Y. Râgîb, Actes de vente d’esclaves et d’animaux d’Égypte médiévale ; E. Ashtor, Histoire des prix et des salaires dans l’Orient médiéval ; J.-C. Cheynet, E. Malamut, C. Morrison, « Prix et salaires à Byzance (Ve-XVe siècles) », pp. 339-374. J.-C. Cheynet, C. Morrison, « Prices and Wages in the Byzantine World », pp. 815-878.

24 Ibn Butlân, Risâla fî shirâ al rakik wa-taklîb al-‘abîd [Sur la manière d’acheter les esclaves et de déceler leur défauts corporels], pp. 354-358 et pp. 371-378. Ici d’après la traduction de ces paragraphes donnée dans B. Lewis, Race et couleur en pays d’Islam, pp. 140-147.

25 Des esclaves perses étaient vendues au XIIe siècle pour dix à treize dinars et des esclaves nubiennes de quinze à vingt : voir S. D. Goitein, A Mediterranean Society, pp. 137-138.

26 S. D. Goitein qui estime le prix moyen d’une esclave à vingt dinars, ne fournit pas d’estimation pour des esclaves hommes, qui sont absents de ses documents. Toutefois, d’après son analyse, les esclaves hommes étaient plus chers : S. D. Goitein, « Slaves and Slavegirls in the Cairo Geniza Records ».

27 Voir aussi la rançon des mille nomismata qu’Alexis Comnène paie en 1073 pour racheter son frère Isaac aux Turcs, et aux Antiochiens en 1075 : Nicéphore Bryennios, Histoire, pp. 155 et 207, en suivant C. Morrisson et J.-C. Cheynet, « Prices and Wages in the Byzantine World », p. 845. Nous sommes bien informés sur le sort des dignitaires arabes capturés par les Byzantins : voir plus haut n. 15 (p. 28). Sur leur traitement dans le palais byzantin voir : L. Simeonova, « In the Depths of Tenth-Century Byzantine Ceremonial : the Treatment of Arab Prisoners-of-War at Imperial Banquets ».

28 J. Mann, The Jews in Egypt and in Palestine under the Fâtimid Caliphs, p. 88.

29 Ibn Al-Adîm, Zubdat al-Halab, t. I, p. 155.

30 La question d’équivalence monétaire n’est pas facile à résoudre (voir les tableaux 2A et 2B pp. 42-43). Les deux monnaies, dinar et nomisma, étaient divisés en 24 carats (qîrât ou keration) et gardèrent un poids de 4,233-4,55 grammes jusqu’en 1092. Sous Nicéphore Phocas (963-969) se créa une nouvelle monnaie, le nomisma tetarteron, qui était titrée à 22 carats, de 98 % de finesse, et de 4,13 grammes environ : J.-C. Cheynet, E. Malamut, C. Morrison, « Prix et salaires à Byzance (Ve-XVe siècles) », p. 342 ; C. Morrison, Byzantine Money : Its Production and Circulation, pp. 921-924 ; Pour la dévaluation du nomisma au cours du XIe siècle voir C. Morrison, Byzantine Money : Its Production and Circulation, Table 5, p. 931 ; S. D. Goitein, A Mediterranean Society, t. I, p. 359 ; M. McCormick, Origins of the European Economy, p. 344 sqq. Le poids des dinars fatimides varie pour la plupart entre 4,1 à 4,3 grammes, tandis que leur finesse varie de 97 à 98 % : A. S. Ehrenkreutz, « The Crisis of dînâr in the Egypt of Saladin », pp. 178-184, table 1, p. 179, et « Studies in the Monetary History of the Near East in the Middle Ages II. The Standard of fineness of western and eastern dînârs before the Crusades », pp. 243-277 ; W. A. Oddy, « The Gold Contents of Fatimid Coins Reconsidered », pp. 99-118 en suivant W. C. Schultz, « The Monetary history of Egypt, 642-1517 » ; S. D. Goitein, « The Exchange Rate of Gold and Silver Money » dans A Mediterranean Society, pp. 368-392.

31 J. Mann, Texts and Studies, t. I, pp. 354-356.

32 Tous les cas dans lesquels les captifs n’étaient pas rachetés mais réellement vendus, comme le révèle par exemple la Vie d’Elie le Jeune, Vita di Sant’Elia il Giovane ; et plus haut n. 17 (p. 29).

33 T.-S. 28, f° 1, dans J. Mann, Texts and Studies, t. I, pp. 354-356 ; T.-S. 10 J 278, dans J. Mann, The Jews in Egypt, t. II, pp. 363-365.

34 Bios kai politeia tou, chap. lxx-lxxii. Voir G. Da Costa-Louillet, Saints de Sicile et d’Italie méridionale, p. 152, n. 2.

35 T.-S. 10 J 272 dans J. Mann, The Jews in Egypt, t. II, pp. 347-349.

36 Voir plus haut note c du tableau 1A (p. 33).

37 Les Récits édifiants de Paul, évêque de Monembasie, et d’autres auteurs, chap. viii, 3.

38 J. Mann, The Jews in Egypt, t. I, p. 87 sqq. ; id., t. II, p. 87 sqq. et pp. 240-241.

39 Une lettre de remerciement est MS. Adler, 2804 f° 7, dans J. Mann, The Jews in Egypt, t. II, pp. 89-90. Une autre : A. Cowley, « Bodelian Geniza Fragments ». La Geniza contient, il est bien entendu, uniquement des documents qui sont arrivés à Fustât.

40 Dans une lettre de 1028, trois cents personnes de la communauté juive d’Alexandrie se portent garantes jusqu’à collecte de la rançon : A. Cowley, « Bodelian Geniza Fragments ».

41 T.-S. 16. 251, dans J. Mann, The Jews in Egypt, pp. 92-93.

42 A. Cowley, « Bodelian Geniza Fragments », T.-S. 28, f° 1, dans J. Mann, Texts and Studies, pp. 354-356.

43 T.-S. 13 J 2025, dans J. Mann, The Jews in Egypt, t. I, p. 88.

44 L’objectif de cette mention n’est pas spécifié, le document étant à demi effacé. Vingt pièces d’or étaient en fait le prix d’un esclave à Byzance. La mention peut être partie d’une négociation autour du prix de la rançon.

45 Mishnah, Gittin, 4 : 6 ; voir E. Bashan, Sheviya and Pedut : Captivity and Ransom in Mediterranean Jewish Society (en hébreu) ; Y. Friedman, « The “Great Precept” of Ransom. The Jewish Perspective », pp. 161-172.

46 T.-S. 10 J 278, J. Mann, Texts and Studies, pp. 363-365.

47 De même dans T.-S. 28, f° 1, J. Mann, Texts and Studies, t. I, pp. 354-356 : la communauté juive a fait appel auprès des autorités de la ville et a obtenu l’annulation de la vente effectuée des captifs juifs ainsi qu’un délai pour ramasser l’argent nécessaire afin de les racheter. Voir aussi T.-S. 13 J 14, J. Mann, The Jews in Egypt, t. II, p. 87.

48 MS. Adler 2804, J. Mann, The Jews in Egypt, t. II, p. 89.

49 Ibid.

50 Ibid., p. 149 sqq.

51 Ibid., p. 151 sqq.

52 Ibid., p. 169.

53 Le prix de vente était même déterminé par les possibilités éventuelles de rançon (Ibid., pp. 61-63).

54 R. C. Davis, Christian Slaves, Muslim Masters, pp. 167-169. Voir les articles passionnants de W. Kaiser et G. Bonaffini sur la gestion de cette économie de rachat : W. Kaiser, « Les “hommes de crédit” dans les rachats de captifs provençaux », pp. 291-319, qui révèle le marché du crédit mis en place pour le rachat des captifs par des hommes d’affaire à Marseille ; G. Bonaffini, « Intermediari del riscato degli schiavi siciliani nel Mediterraneo (secoli XVII-XIX) », pp. 251-266 avec en appendice (pp. 264-266) le montant des intérêts pris pour payer le rachat à Palerme à partir de 1799 (autour de 33 %).

55 C. Manca, Il modelo di sviluppo economico delle città marittime barbaresche dopo Lepanto ; voir particulièrement le chap. x : « Il prezzo dei riscatti ».

56 Voir la conclusion de C. Manca, Il modelo di sviluppo economico delle città marittime barbaresche dopo Lepanto, p. 182.

57 Voir l’analyse économique de C. Manca des rachats menés par le Gonfalone entre 1586-1589 (Il modelo di sviluppo economico delle città marittime barbaresche dopo Lepanto, pp. 176-182).

58 Ibn Hawkal, Kitâb Sûrat al-ard [Configuration de la Terre], p. 205. Michel le syrien, Chronique, t. III, p. 100 (XII, chap. xxi)

59 Al-Muqaddasî, Ahsan al-tak’âsîm, p. 177.

60 W. Scheidel, « Real wages in early economics : Evidence for living standards from 1800 BCE to 1300 CE, pp. 17-19, par rapport à B. Milanovic, « An Estimate of Average Income ». Mes chiffres dans le tableau 2A des salaires et des prix de blé sont un peu différents, bien qu’ils proviennent des mêmes travaux (E. Ashtor, S. D. Goitein, C. Morrisson et J.-C. Cheynet). Voir le verrier dont le salaire spécifié dans un contrat de 1057 pour un an de travail est de cinq dirhams par jour et un déjeuner d’un dirham de valeur.

61 Par rapport à cent dinars, la rançon habituelle de trois captifs : T.-S. 12. 338, dans J. Mann, The Jews in Egypt, t. II, pp. 240-242.

62 T.-S. Loan 28, f° 1, dans J. Mann, Texts and Studies, t. I, pp. 354-356.

63 Y. Rotman, Les esclaves et l’esclavage, pp. 109-122.

64 Ibn Khurdâdhbeh, Kitâb al-Masâlik wa’l mamâlik, p. 155 (130).

65 Theophanes Confessor, Chronographia, p. 487.

66 Dans les édits byzantino-vénitiens de 876, 945, 960 et 992 : G. L. Friedrich Tafel, G. Martin Thomas (éd.), Urkunden zur Ältern Handels-und Staatsgeschichte der Republik Venedig, p. 5, n° 7 ; p. 16, n° 12 ; p. 17, n° 13 ; M. Pozza, G. Ravegnani (éd.), Pacta Veneta : I trattati con Bisanzio 992-1198. Dans les deux traités russo-byzantins de 911 et 944 : The Russian Primary Chronicle : Laurentian Text, pp. 65 et 77 ; I. Sorlin, « Les traités de Byzance avec la Russie au Xe siècle », pp. 313-360 ; pp. 447-475.

67 Le sac de Thessalonique est décrit par Ioannes Cameniates, De expugnatione Thessalonicae, chap. xxxv sqq. ; A. Vasiliev, Byzance et les Arabes, p. 166 sqq. ; V. Christides, The Conquest of Crete, pp. 159-161. Sur l’authenticité de ce texte, voir A. Kazhdan, « Some Questions Addressed to the Scholars who Believe in the Authenticity of Kaminiates’Capture of Thessalonica », pp. 301-314.

68 M. Canard, « La prise d’Héraclée et les relations entre Hârûn al-Rashîd et l’empereur Nicéphore Ier ».

69 Constantine Porphyrogenitus, De cerimoniis aulae byzantinae, dans id., Opera omina, chap. il (p. 695) ; I. Bekker (éd.), Theophanes Continuatus. Al-masudi, Les prairies d’or, chap. lx. M. Canard, « Quelques “à-côtés” de l’histoire des relations entre Byzance et les Arabes », p. 109.

70 Voir plus haut n. 18 (p. 29).

Notes de fin

1 nom : nomisma se divise en 12 milliarises (voir E. Schilbach, Byzantinische Metrologie, pp. 169 sqq. et pp. 185 sqq. Voir aussi J.-C. Cheynet, E. Malamut, C. Morrison, « Prix et salaires à Byzance (Ve-XVe siècles) »).

2 Pour les prix de rançon des dignitaires, j’ai suivi les références données dans le tableau 13 de J.-C. Cheynet et C. Morrisson, « Prices and Wages in the Byzantine World », p. 845.

3 Y. Râgîb, Actes de vente et d’animaux ; E. Ashtor, Histoire des prix et salaires ; C. Morrisson, J.-C. Cheynet, « Prices and Wages in the Byzantine World » ; J.-C. Cheynet, E. Malamut, C. Morrisson, « Prix et salaires à Byzance (Ve-XVe siècles) ».

Table des illustrations

Titre Tableau 1A.— Prix des esclaves dans les régions méditerranéennes aux IXe et XIe siècles1
Légende a Theophanes Confessor, Chronographia.b Prochiros Nomos, dans Jus Graecoromanum, pp. 107-228 et pp. 395-410.c Suntagma tôn theiôn kai tôn ierôn kanonôn ; Les Regestes des Actes du Patriarcat de Constantinople.d S. D. Goitein, A Mediterranean Society : The Jewish Communities of the Arab World as portrayed in the Documents of the Cairo Geniza, pp. 136-140, particulièrement p. 139 et p. 434, n. 64. et id., « Slaves and Slavegirls in the Cairo Geniza Records », Arabica, pp. 1-20.e D’après S. D. Goitein, l’estimation donnée dans le contrat de mariage est le double du prix de marché : A Mediterranean Society : The Jewish Communities of the Arab World as portrayed in the Documents of the Cairo Geniza, p. 137.f J. Mann, The Jews in Egypt and in Palestine under the Fâtimid Caliphs : A contribution to their Political and Communal History based chiefly on Geniza material hitherto unpublished, t. II, p. 88.g Ibn Al-‘Adîm, Zubdat al-Halab fî ta’rîkh Halab, S. Zaka’r, t. II, p. 155. La traduction française est donnée par M. Canard, Histoire de la dynastie des Hamdanides de Jazîra et de Syrie, pp. 831-835.
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/1121/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Titre Tableau 1B. — Prix des rançons des captifs aux IXe et XIe siècles2
Légende a Actes d’Iviron, n. 16 (de 1010).b J. Mann, The Jews in Egypt, t. II, p. 87 sqq., pp. 289-291 ; Id., Texts and Studies in Jewish History and Literature, t. I, p. 346-356 ; A. Cowley, « Bodleian Geniza Fragments », pp. 250-256.c J. Mann, The Jews in Egypt, t. II, pp. 88-89.d J. Mann, Texts and Studies, t. I, pp. 354-356.e Al-tabarî, Ta’rîkh, t. XXX, p. 262.f Ibn al-Qalânisî, Ta’rîkh Dimashq, Damas, 1983, p. 50-52, en suivant, M Canard, Les sources arabes…, p. 300.g Ibn Al-‘Adîm, Zubdat al-Halab, I, 205, en suivant T. Bianquis, Damas et la Syrie sous la domination fatimide (359-468/969-1076) : Essai d’interprétation de chroniques arabes médiévales, p. 317. Ibn al-‘Adîm, Ta’rîkh Dimashq, p. 50-52, en suivant M. Canard, Les sources arabes, p. 300.h PO 47 : 350-351, en suivant J.-C. Cheynet et C. Morrisson, « Prices and Wages in the Byzantine World », p. 845.i Bar Hebraeus, p. 217-218, en suivant J.-C. Cheynet et C. Morrisson, « Prices and Wages in the Byzantine World », p. 845.j Al-Muqaddasî, Ahsan al-takâsîm fî ma ‘rifat al-aqâlîm, p. 177 dans id., The Best Divisions for Knowledge of the Regions, pp. 148-149.k Les Récits édifiants de Paul, évêque de Monembasie, et d’autres auteurs, chap. viii, 3.l Bios kai politeia, chap. lxx-lxxii.m Cité par M. Amari, Storia dei Musulmani di Sicilia, p. 202.n Bios kai politeia, chap. lxx-lxxii.
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/1121/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Tableau 2A. — Prix et salaires à Byzance et en Égypte aux IXe-XIe siècles3
Légende a N. Oikonomides, « Quelques boutiques de Constantinople au Xesiècle : prix, loyers, imposition », pp. 345-356.b J.-C. Cheynet, E. Malamut, C. Morrisson, « Prix et salaires à Byzance (Ve-XVe siècles) », pp. 356-365 ; E. Schilbach, Byzantinische Metrologie, p. 96. Un modios thalassios faisait 16,6 litres et 12,8 kg (un ratio de 1,3 kg/ l).c En suivant J.-C. Cheynet, E. Malamut, C. Morrisson, « Prix et salaires à Byzance (Ve-XVe siècles) », pp. 362-363 plutôt que E. Schilbach.d E. Ashtor, Histoire des prix et salaires, pp. 124-130 ; W. Hinz, Islamische Masse und Gewichte : Umgerechnet ins metrische System, pp. 30-52. Une waiba faisait 12,168 kg.e De 50 % en grande cherté à minimum de 600 % pendant la crise économique de 1024-1025 : E. Ashtor, Histoire des prix et salaires, pp. 124-126.f E. Ashtor, Histoire des prix et salaires, p. 90 sqq. Sans tenir compte des salaires des soldats, des fonctionnaires, des dignitaires et des salariés dans le service privé qui touchaient leur salaire en rogai (émoluments) et en modioi :J.-C. Cheynet, C. Morrisson, « Prices and Wages in the Byzantine World », p. 859 sqq.
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/1121/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Tableau 2B. — Prix et salaires proportionnels aux prix des esclaves à Byzance et en Égypte aux IXe-XIe siècles
URL http://books.openedition.org/cvz/docannexe/image/1121/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 164k

© Casa de Velázquez, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search