Version classiqueVersion mobile

Le sentiment national dans l’Europe méridionale aux xvie et xviie siècles

 | 
Alain Tallon

Religion et sentiment national en France aux xvie et xviie siècles

Religion and National Feeling in France in the 16th and 17th Centuries

Religión y sentimiento nacional en Francia en los siglos xvi y xvii

Myriam Yardeni

Résumé

Jusqu’aux guerres de Religion, sentiment national et catholicisme vont de pair en France. À la base de ce sentiment national se trouve la triple élection du peuple français, du roi et du pays. Comme les huguenots ne peuvent pas accepter cette triple élection collective et catholique, ils mettent désormais l’accent sur leur patriotisme et leur fidélité au roi, et aussi, après la Saint-Barthélemy, sur leurs droits de sujets naturels. Au xviie siècle, l’élection et le patriotisme se cristallisent de plus en plus dans la personne du roi. Quand le roi – et pas seulement la France – devient « tout catholique », les protestants, séparés du roi et de la nation, commencent à mettre en évidence les motifs bibliques du Royaume céleste, de l’étranger dans son pays et du pélerin-voyageur pour faciliter la séparation qu’ils pressentent déjà.

Texte intégral

  • 1 J. R. Strayer, « France. The Holy Land », pp. 2-16 ; et A. Tallon, Conscience nationale et sentimen (...)
  • 2 M. Yardeni, « La notion de peuple élu ».

1Jusqu’aux guerres de religion, identité française et sentiment national ont pour base commune la sensation, voire, la certitude d’une triple élection divine, celle des rois de France, vrais héritiers du roi David, celle de la France, la nouvelle Canaan, et celle des Français, le nouveau peuple élu1. Le concept de sentiment national contient encore beaucoup d’autres éléments comme le patriotisme, la xénophobie ou l’amour de la liberté, que seule la France, telle qu’elle est, ou plutôt, telle qu’elle fut jusqu’ici, peut assurer. À l’époque des guerres de Religion, l’élection est encore inextricablement liée à la religion catholique. Parallèlement, on peut déjà percevoir les signes avant-coureurs de la sécularisation de cette élection dans le camp protestant, qui évoluera avec la philosophie des Lumières et explosera avec le message « universaliste » de la Révolution française2. Une évolution qui passe aussi par le transfert de la triple élection du xvie siècle à l’élection presque exclusive du roi de France au xviie siècle.

2Au xvie siècle, le rôle du roi de France est prépondérant, mais il n’éclipse pas encore les motifs du peuple élu et du pays de Canaan. Car, seuls les rois de France

  • 3 P. de Belloy, Examen du discours publié, p. 209.

depuis nostre grand Roy Clovis... ont eu, comme par succession héréditaire le divin et sacré pouvoir de guérir les malades des escrouelles, par le seul attouchement de leur main3

3comme l’explique le catholique politique et royaliste Pierre de Belloy.

  • 4 G. Corrozet, Trésor de l’histoire de France, p. 25.

4Il est notoire qu’il s’agit d’un don spécial et divin qui commémore les miracles qui ont eu lieu à l’occasion du sacre de Clovis « concrétisé » par la Sainte Ampoule. D’autres miracles commémorent le souvenir de la première série de miracles, car il se trouve qu’à chaque sacre d’un roi de France [la fiole] « se trouve pleine, et aussi à mesure qu’ils défaillent et viennent à mourir, elle diminue », comme le relate Gilles Corrozet4.

5Ces miracles scellent l’union entre le royaume de France et la religion catholique comme l’explique Gabriel de Saconay « praecenteur et conte de l’Église de Lyon », dans le sommaire de son De la providence de Dieu sur les rois de France tres chrestiens, par laquelle sa saincte religion catholique ne defaudra en leur Royaume :

  • 5 G. de Saconay, De la providence de Dieu sur les rois de France, voir sommaire du présent traicté.

Que les Roys de France ont esté esleuz de Dieu par dessus tous autres, pour estre par eux sa saincte religion Catholique conservée et maintenue5...

  • 6 « ... Retenons l’ancienne gloire et reputation françoise, mesme en ce où elle a surpassé toutes les (...)

6Cette élection, illustrée par les attributs qui s’ajoutent au titre de roi de France, à savoir très chrétien et Fils aîné de l’Église constitue aussi la base d’un sentiment national authentique qu’éprouvent certains ligueurs, pour lesquels la grandeur de la France est la conséquence de cette union entre le royaume et la religion catholique6. Et il ne s’agit pas d’une invention ligueuse. Dès le début des guerres de Religion on rappelle

  • 7 M. de Flavin, Remonstrance de la vraye religion, p. 20.

le pacte et la confédération que Dieu a faits avec les rois de France, de laquelle confédération la grace de l’unction et guerison des maladies données eusdits Roys semblent estre les arres7.

  • 8 Discours sur les calomnies, p. 64.

7C’est à cause de son catholicisme que le peuple français est devenu le nouveau peuple élu de Dieu : « Le peuple de France Catholique est à présent le peuple de Dieu comme le peuple d’Israël l’estoit », comme le précise un anonyme8. De là aussi les dangers qui guettent les nouveaux élus,

  • 9 C. Marchant, Remonstrance aux Françoys, p. 13, r°.

car il semble auiourd’huy que nostre Dieu pour les mespris que nous avons de luy et de ses parolles, nous veuilles faire ce qu’il prédisoit pour un temps aux Juifs... le Royaume de Dieu vous sera osté et sera donné à une nation qu’en fera les fruits9.

8Car, jusqu’à la pénétration des hérésies, il est clair que :

  • 10 Remonstrance très docte envoyée aux catholiques Françoys, p. 4.

Dieu n’a jamais tant faict pour toutes les autres nations que pour la France, la favorisant de prérogatives singulières, l’élevant sur tous les autres Empires et Royaumes en gloire et honneur, voire plus que le Royaume d’Israël10...

  • 11 M. Yardeni, La conscience nationale en France, pp. 29-36.
  • 12 « ... Ils seroient traistres à leur patrie, car ils la spolieroient du tiltre de tres chrestien, le (...)
  • 13 Sur la sainteté de Clovis, voir J. Savaron, La saincteté du roy Louys, dict Clovis ; C. Beaune, « S (...)

9Le troisième volet de l’élection, la France avec ses richesses, la variété de ses paysages, son climat doux et agréable, la beauté de ses sites constitue bien sûr un élément de base de tout patriotisme au xvie siècle. Cette France fait la délectation non seulement des poètes, mais aussi des économistes11. Ce qui importe dans cette élection c’est qu’elle est une fonction directe de la catholicité de la France, du moins, pour les propagandistes de la Ligue12. Bien évidemment, ce type de conscience nationale n’est pas et ne peut être celui des huguenots. Le défilé de saints, à commencer par Saint Rémi, et passant par Clovis même13 et la longue chaîne de miracles catholiques les repoussent profondément. Ce qui ne veut pas dire qu’ils n’éprouvent pas eux-aussi un sentiment national authentique. Mais c’est une conscience nationale d’un autre gabarit, dépourvu de tout sentiment d’élection. Le vide laissé par la disparition de l’élément d’élection est rempli chez eux par le patriotisme, voire, le patriotisme civique.

  • 14 « ... Dès la création du monde jusques à présent en si grand nombre de règnes et monarchies qui ont (...)

10Mais auparavant, les protestants doivent éclaircir, pour eux-mêmes et pour leurs protagonistes, leur position face au problème de l’élection, qu’ils repousseront en fin de compte vigoureusement, bien qu’au début on peut encore saisir quelques hésitations et essais de transfert vers d’autres domaines, plus politiques, plus étatiques. Ainsi, pour Charles Dumoulin, c’est la durée de la monarchie française qui représente l’élection et la providence divines14. Car, c’est la monarchie la plus proche de celle des juifs,

  • 15 Ibid., p. 2.

il n’y eut oncques et n’a encores aucun règne plus semblable à celuy de Judée du Roy David, et ses successeurs, que celuy de France, pour le regard de la succession, et légitime dévolution de la couronne d’iceluy15.

11Pour le célèbre jurisconsulte François Hotman, avant l’infiltration de l’influence néfaste du droit romain d’une part, et de la religion catholique romaine de l’autre, la Gaule Françoise fut la continuation directe, voire, la réincarnation du royaume saint de Dieu. Mais c’est plutôt l’autre solution, c’est-à-dire la rejection totale de toute élection collective et nationale qui prévaut dans la pensée et la sensibilité protestantes, comme l’explique un anonyme :

  • 16 La Restauration de l’Estat François, p. 57.

Aussi que nous ignorons la vocation et les temps de Dieu, et n’y a point aujourd’huy d’élection affectée à certaine nation, la porte est ouverte à tous16.

12Ce sera aussi l’avis de l’un des plus grands théologiens protestants du xviie siècle, Moyse Amyraut :

  • 17 M. Amyraut, Discours de l’élévation de la foy, p. 76.

En un mot le salut n’est ni pour les Italiens, ni pour les François, en tant qu’ils sont ou François ou Italiens, mais seulement pour les vrais Chrestiens. Et les vrais Chrestiens sont ceux là les seuls qui ont à cœur la religion chrestienne avec connoissance17.

  • 18 J. Calvin, Leçonde M. Jean Calvin sur le livre des prophéties de Daniel.

13Les liens qui réunissent les huguenots à la France passent par conséquent par d’autres canaux et tout d’abord par celui du patriotisme. De plus, il ne faut pas oublier que peuvent coexister, chez les protestants aussi bien que chez les catholiques, deux courants et deux prises de position diamétralement opposés à l’égard du patriotisme. Ainsi, pour Calvin, Viret et Farel la patrie joue somme toute un rôle secondaire, bien que Calvin ne cache pas sa nostalgie pour la France quand il parle (en 1559) de « l’espace de vingt six ans entiers comporté l’absence de mon pais... duquel la beauté, la plaisance attire à soy plusieurs estrangers de regions fors lointaines ». Il avoue même qu’il est « fort désireux d’y retourner18 ». Mais, comme précise Viret, la vocation précède la patrie :

  • 19 P. Viret, Admonition et consolation aux fidèles, p. 18.

Abraham... ne sortit pas temerairement et sans délibération de la terre des Chaldéens, et du milieu des idolâtres... Il a fermé les yeux à toutes les raisons que la chair luy pouvoir mettre en avant. Il n’a regardé qu’à la seule volunté et à la vocation et promesse de Dieu19.

  • 20 « . Nous devons penser nostre patrie, estre par tout. Car c’est contre la religion chrestienne, se (...)

14La patrie se trouve là où siège la vraie religion. Plusieurs ligueurs enragés tirent les mêmes conclusions quant à la primauté de la religion sur la patrie20. Pourtant, les textes qui exaltent l’amour de la patrie en tant que devoir religieux dépassent de loin quantitativement ceux qui cherchent à établir un ordre de préférence entre religion et patrie au bénéfice de Dieu.

  • 21 H. Baron, The Crisis of the Early Italian Renaissance ; J.G.A., Pocock, The Machiavellian Moment ; (...)
  • 22 Sur le gallicanisme et son rôle dans le sentiment national français, voir surtout A. Tallon, Consci (...)

15En effet, au xvie siècle, un peu aussi sous l’influence de l’humanisme italien21, le patriotisme devient à la fois un devoir religieux et une vertu civique, même si le dosage entre les deux varie d’un camp à l’autre. Chez les catholiques ligueurs « patriotes », c’est toujours la religion qui doit nourrir l’amour de la patrie. Le patriotisme des politiques est toujours teinté de gallicanisme et de raison d’État22. Chez les huguenots, et en premier lieu chez les monarchomaques, les fonctions civiques du patriotisme l’emportent de loin. Distinctions qui joueront un rôle important au cours du xviie siècle.

16Le patriotisme catholique des modérés aussi bien que celui des « enragés » ont beaucoup de motifs communs comme l’attachement au lieu de naissance, à l’environnement naturel et familial :

  • 23 Discours sommaire des causes..., p. 30.

Ce qui a tousjours convié les Catholiques à procurer ce bien à leur patrie, estoit premièrement la cognoissance de la vérité, et le devoir de leurs consciences, puis l’affection qu’ils portaient à la France commune patrie, comme héritiers des biens et de la fidelle volonté que leurs predecesseurs lui ont portée, et comme y ayans leurs familles, parens et amys23...

17Conserver la patrie telle qu’elle est représente pour eux aussi un acte de patriotisme. Comme l’explique Sorbin, grand admirateur de la Saint-Barthélemy :

  • 24 A. Sorbin, Lee vray resveille matin des calvinistes et publicains françois, p. 48-a.

Vous sçavez bien que ce n’est assez d’avoir le corps au milieu du pays, et le cueur et l’affection esloignée loin de son utilité et profit24.

18Car, la religion catholique fait partie de cet environnement naturel, familial et français. Un catholique modéré, mais pas politique explique :

  • 25 Lettre d’un catholique françoys. p. civ.

Je suis François, venu de François qui n’ont jamais séparé l’amour de leur vie ny leurs interets du bien de leur pays ny de la liberté. A celui tout ce que je suis, tout ce que je respire, et tout ce que je vis est tellement conjoint et ung, que je ne désire plus estre quant je la verray faillir. Je suis aussi de religion catholique, qui plustost que rien changer de ceste creance, j’ayme mieux mille fois mourir25...

19Il ne fait pas de doute que pour ces catholiques modérés, ligueurs, ligueurs enragés et plus tard dévots, l’aliénation des calvinistes n’est pas seulement un fait religieux, mais aussi un fait et un acte national.

  • 26 « Tous ensemble nous rendons grâces à Dieu de la félicité qu’il nous aura donnée, voyans à l’entour (...)
  • 27 « ... Permission n’est pas approbation. Dieu permet et laisse vivre les pecheurs et toutes fois ne (...)
  • 28 R. Zuber, « Tombeaux pour des Pithou », pp. 331-342.
  • 29 Voir notamment S.-H. Kim, Michel de l’Hópital ; D. Crouzet, La sagesse et le malheur ; et Th. Waneg (...)
  • 30 II suffit à cet égard de parcourir les Mémoires-journaux de P. de L’Estoile ou bien l’Histoire Univ (...)

20Les catholiques « politiques » ne se distinguent pas des autres catholiques seulement à cause de leur conception de l’État, de leur raison d’État ou de leur gallicanisme. Pour eux, les huguenots restent des Français à part entière26, dont ils espèrent la conversion27, mais en attendant, ils inventent quelque chose qui est plus qu’un Realpolitik avant la lettre, ils jettent les bases d’une Realideologie. Pourtant, l’authenticité de leur catholicisme ne fait pas de doute. Bien plus. Ils vivent intensivement et sincèrement leur religion comme l’a montré Roger Zuber28. Leur père spirituel est le chancelier de L’Hospital et c’est un sujet sur lequel il ne faut plus revenir29. Tout au long des guerres de Religion, c’est à leur patriotisme, royalisme et gallicanisme à toute épreuve que l’on associe le plus un sentiment national au sens moderne du terme30.

21Pourtant, les protestants dont le patriotisme est de souche différente contribuent non moins que les catholiques politiques à l’élaboration d’un sentiment national moderne, il est vrai, d’un tout autre genre. Parfois, ce sont les adversaires qui saisissent le mieux la quintessence des innovations de leurs protagonistes. C’est aussi le cas pour ce qui est du patriotisme et du sentiment national chez les huguenots à l’époque des guerres de Religion et parfois même au-delà, jusqu’à la paix d’Alès.

22Pierre Charpentier, apologiste acharné de la Saint-Barthélemy s’indigne sincèrement quand il constate :

  • 31 P. Charpentier, Advertissement sainct et chrestien sur le port des armes, p. 97a.

Eh bien, il refusent de s’enfuir suivant le conseil de Jesus Christ et disent qu’ils sont François, qu’ils n’en peuvent estre demembrez sinon de leur gré31.

  • 32 « ... Ce Royaume, qui tousjours a eu reputation d’estre l’un des plus beaux, plus riche et plus opu (...)
  • 33 Parmi les théoriciens modernes du nationalisme, c’est surtout Anthony D. Smith qui met en évidence (...)
  • 34 M. Yardeni, conscience nationale en France pendant les guerres de Religion.
  • 35 A. Jouanna, Le devoir de révolte.

23En effet, chez les calvinistes se développent des liens « verticaux » qui les relient directement à la patrie. Non seulement des liens affectifs et sentimentaux, idéalisation de la beauté et de la richesse du pays32 – qui existent bien sûr aussi chez les catholiques – mais aussi des liens politiques et ethniques33, qui se regroupent autour du concept des droits des sujets naturels. Ce qui paraît en 1561 lors de la conjuration d’Amboise une propagande intelligente et effective, à savoir que la prise d’armes destinée à libérer le roi « captif » des mains des Guise, n’était pas seulement un acte de patriotisme34 mais devient lentement une réalité, du moins dans le camp huguenot. L’argument majeur est que les protestants sont prêts à tout souffrir pour leur foi, mais ils sont prêts à se lever dès que le royaume, synonyme de patrie, est en danger. Bien sûr, une bonne partie de cette argumentation est aussi liée à ce qu’Arlette Jouanna appelle le devoir de révolte35.

  • 36 Pour un renouvellement du sujet, voir P.A Mell et (dir.), Et de sa bouche sortait un glaive. Nous t (...)
  • 37 Par exemple, dans la célèbre formule de Théodore de Bèze : « Je dis donc, que les peuples se sont p (...)

24Le massacre de la Saint-Barthélemy apporte cette sensation d’appartenance à la patrie, voire, d’avoir sa part dans sa possession, à son paroxysme. Ceci, non seulement dans le cadre des théories politiques monarchomaques36, à savoir que ce sont les peuples qui créent les rois, et non pas les rois les peuples37. Les huguenots sont Français parce qu’ils descendent de l’ancienne souche des Franco-Allemands et non pas parce qu’ils sont sujets du roi de France.

  • 38 Bien que Mellet ne l’inclut pas parmi ses sources majeures (P. A. Mellet (dir.), Et de sa bouche so (...)

25C’est Pierre Fabre, qui appartient lui aussi au courant monarchomaque38 qui prend la plume pour répondre aux allégations de P. Charpentier. D’abord, c’est la religion qui commande l’amour de la patrie et sa défense :

  • 39 P. Fabre, Response au cruel et pernicieux conseil, pp. 37 et 65.

Jésus Christ qui a ordonné les royaumes, et qui nous commande d’aimer le pays de nostre naissance, de le défendre et maintenir, nous donne en main les armes charnelles et terriens pour les prendre, nous en servir et en user... L’amour et l’affection que nous portons à la patrie est incroyable et digne d’estre cogneu à la postérité39...

26Mais parallèlement à la religion il y a aussi le fait

  • 40 Ibid., p. 36.

qu’on veut oster nostre patrie qui nous est plus chère que la vie, en laquelle il a pleu à Dieu nous faire naistre citoyens40.

27L’emploi du mot citoyen n’est pas un hasard si on pense aux longs passages que Fabre consacre à la tradition humaniste et civique, quand il évoque les exemples de plusieurs héros mythologiques et historiques de l’Antiquité

  • 41 Ibid., p. 22.

et autres bons citoyens, qui sont grandement louez de tous, pour s’estre vertueusement opposez à telles tyrannies et desordres survenues en la patrie41.

28Feint ou authentique, c’est un patriotisme, voire un sentiment national moderne et sécularisé.

  • 42 A. d’Aubigné, Libre discours sur l’estat présent des Églises réformées de France, p. 168,
  • 43 C. Saumaise, Traité de l’Autorité Royale, p. 4.

29La sécularisation du sentiment national dans le camp protestant est aussi une conséquence du fossé qui se creuse entre la monarchie catholique entourée de mystères et de miracles et la monarchie où les sujets, et pas forcément les citoyens, jouissent de droits innés et naturels. Dans le même temps, c’est aussi la seule réponse possible à la catholisation du sentiment national. Quand Agrippa d’Aubigné dit qu’il « n’y a eu que des Princes imbecilles d’aage ou de sens qui ayent trouvé impossible de maintenir deux sectes contraires en leur Estat » c’est déjà la désacralisation totale de la monarchie française. Et comme exemple, il cite les « Empires Assyrien, Perse, Grec et Romain où il y avoit presque autant de Religions et de Dieux que de villes42 ». Pour sa part, Saumaise rappelle qu’il « y a plusieurs États dans le monde, et mesme des États florissans qui ne sont ni Chrétiens ni Catholiques43 ».

  • 44 Voir par exemple S. et L. Sainte marthe, Histoire généalogique de la Maison de France.

30Avec les changements qui surviennent dans l’idée de l’élection au cours du XVIIe siècle, c’est-à-dire le transfert de la triple élection à l’élection seule du roi44, le sentiment national catholique se sécularise lui aussi. Évidemment, comme il n’y a pas de monocausalité en histoire, beaucoup d’autres facteurs jouent aussi un rôle non négligeable dans ce processus. Néanmoins, la déification du roi reste l’un des facteurs-clé pour la compréhension de ce changement.

31Bien sûr, Dieu intervient encore activement dans l’histoire de la France. On sait que :

  • 45 P. Duval, Recherche curieuse des Annales de France, pp. 197 et 79.

Les affaires du Roy Charles estoient presque désespérées quand la Providence divine luy envoya « Jeanne la Pucelle » et qui peut revoquer en doute que la proposition de la conversion du Roy ne soit une marque de l’amour que Dieu portoit à la France et à sa personne45.

  • 46 S. Dupleix, Histoire générale de France, t. III, p. 746.
  • 47 Parmi ces exceptions, voir J. Savaron, La saincteté du roy Louys dict Clovis ; et J. Bignon, La gra (...)
  • 48 Voir M. Yardeni, « Le christianisme de Clovis », pp. 164-168.
  • 49 A. Haran, Le lys et le globe.

32Indirectement, même la Saint-Barthélemy porte l’empreinte divine, car « Dieu a permis aussi qu’il [Coligny] fut puni en son corps par tous les éléments » pense Scipion Dupleix46. Mais à de rares exceptions près47, les miracles accomplis à l’occasion du sacre de Clovis disparaissent lentement de presque toutes les Histoires de France48. D’autres mythes et d’autres croyances prennent leur place, mieux adaptés à la nouvelle image des rois de France et le rôle qu’ils ont à jouer dans la destinée de l’Univers49.

  • 50 R. Sauzet, Contre-Réforme et Réforme catholique en Bas-Languedoc ; D. Richet, De la Réforme à la Ré (...)

33Comme on le sait, Richelieu écarte les héritiers spirituels et les descendants des politiques de l’avant-scène. Le catholicisme des dévots se spiritualise50. L’exclusion des protestants de la communauté nationale sur le plan émotionnel et idéologique continue. Avec la disparition des politiques, les huguenots cessent d’être des frères chrétiens, partie intégrale de la communauté nationale. Aliénation fortement vécue aussi dans le camp protestant.

34Au cours de la première moitié du xviie siècle, la diversité des religions en France pour les catholiques est encore une plaie plutôt esthétique qui défigure la belle unité nationale. Mais, dès que l’élection et le patriotisme glissent vers un nouveau sentiment national, ou la grandeur et la gloire militaires jouent un rôle de plus en plus prépondérant, tout s’organise autour de la personne du roi. À vrai dire, le processus commence déjà avec le règne d’Henri IV et atteint son point culminant à la naissance miraculeuse de Louis le Dieudonné :

  • 51 G. de Lobéran De Montigny, Les grandeurs de la Maison de France, Epistre au Roy. Sur les origines d (...)

C’est Dieu, Sire, qui vous a fait naistre le plus grand des Rois, le premier des Chrestiens [...] par miracle, après vingt trois ans de vœux, de prières, de larmes, d’un Père triomphant, d’une Mère auguste et de tous vos fidèles sujets [...] il n’est pas possible qu’un Prince de tant de larmes et de tant de vœux ne soit le plus grand, le plus victorieux, et le plus triomphant de tous les Monarques de l’Univers. En effet, dès cette miraculeuse naissance, Dieu vous a pris par la main, et vous disposa entre celles de la Victoire51.

35Parfois les Français trouvent eux aussi une petite place dans cette avalanche de gloire et de miracles.

  • 52 G. de Lobéran de Montigny, Les grandeurs de la Maison de France, p. 4.

La piété des François et leur zèle à la religion chrestienne leur a fait partager avec leurs souverains le glorieux titre de Très Chrestien52.

  • 53 La Vaux propose un traitement différentiel : ne pas les admettre aux hautes charges et les occuper (...)
  • 54 « Les tolerez par les puissances souveraines ne peuvent pas les accuser d’injustice, quand elles ne (...)

36Jusqu’à la fin des années soixante-dix, l’exclusion des huguenots n’est pas encore totale53, mais la révocation se profile déjà dans les consciences54. Pour certaines composantes de la grandeur, comme le commerce ou le colonialisme, on a encore besoin d’eux. Dans cette perspective, même le rêve de l’unité religieuse est momentanément transposé à Madagascar, néanmoins avec des allusions très explicites quant aux protestants.

Il falloit avoir en veüe de rendre ceste isle toute françoise, et des mœurs, et de langage et de ne faire à la fin qu’un peuple des deux nations, qui n’adoreroient qu’une mesme Religion, et ne reconnoistreroient qu’un mesme Prince, il ne falloit espérer ce grand succès par d’autres moyens que par des Colonies,

  • 55 F. Charpentier, Relation de l’établissement d’une compagnie françoise, p. 102.

37comme l’explique François Charpentier55, pour qui la francisation de l’Univers devient impérative :

  • 56 Ibid., p. i.

La Nation Françoise ne peut estre renfermée dans l’enclos de l’Europe, il faut qu’elle s’étende jusqu’aux parties du Monde les plus esloignées, il faut que les Barbares esprouvent à l’avenir la douceur de sa domination et se polissent à son exemple56.

  • 57 J. Orcibal, Louis XIV et les protestants.

38C’est déjà le Grand Dessein si pertinemment analysé par Jean Orcibal57, où catholicisme à la Louis XIV et monarchie universelle se confondent :

  • 58 G. de Lobéran de Montigny, Les grandeurs de la Maison de France, pp. 76 et 77.

A ces beaux titres [du roi de France] se joint celuy de Catholique, et de très catholique, qui veut dire universel originairement [...] il y a quatre cens ans cette belle vérité, que nostre Monarque François est tenu pour le plus digne des Rois et le Roy des Rois. Cela veut dire le plus relevé, le plus excellent, et qui mérite d’estre Roy de tout l’Univers58.

  • 59 P. Bayle, Ce que c’est que la France toute catholique.
  • 60 P. Hay du Châtelet, Traitté de politique de la France, pp. 72-73.
  • 61 « ... Ils ne laissent pas d’estre encore à redouter, il leur reste le souvenir de leur audace et de (...)

39Dans cette France toute catholique, pour reprendre la célèbre formule de Pierre Bayle59, la place des protestants dans l’État devient de plus en plus problématique, malgré le fait qu’ils ne constituent plus aucun danger, de l’avis des catholiques mêmes60, bien qu’on essaye encore de faire revivre les anciennes menaces qu’ils représentaient dans le passé61.

  • 62 E. Labrousse, Essai sur la Révocation de l’édit de Nantes, pp. 81-91.
  • 63 Plus tard, il se convertira au catholicisme. Sur ce personnage, voir R.J. M. Schoor, The Irenical T (...)
  • 64 « Je ne sçay que c’est que de la puissance des peuples sur les Rois, comme quelques uns en ont escr (...)
  • 65 Ibid., p. 65.

40Probablement, dans la vie réelle et les contacts quotidiens entre voisins, les exceptions à ces suspicions, aliénations, voire haines n’étaient pas rares62. Mais, les textes donnent parfois l’impression que deux peuples étrangers vivent sous la domination d’un même roi sur le territoire de la France. Une mentalité de minorité se développe chez les protestants et le problème de leur patriotisme et de leur sentiment national émerge inévitablement. On peut démêler quelques échos lointains des thèses monarchomaques chez Brachet de la Milletière pendant les Croisades du Midi63. Mais, s’il parle encore de contrat et de droits naturels, ce ne sont plus les droits innés des « citoyens » d’un P. Fabre, mais plutôt ceux des sujets du roi de France, dont il ne conteste d’aucune manière la souveraineté absolue64. Un roi, entouré de sujets animés « d’un vray amour de la personne du Prince et de son Estat65 ».

  • 66 D. Blondel, Modeste déclaration de la sincérité et vérité des Églises réformées de France, p. 3.

41Durant cette dernière guerre de Religion, on peut déjà entrevoir les contours des grands changements qui interviendront dans les décennies à venir par exemple chez David Blondel, qui, hanté par « la haine à laquelle nostre profession est exposée66 », essaye de démontrer que les huguenots ne méritent pas qu’on les dédaigne et les haïsse. Il parle de

  • 67 Ibid, p. 8.

nostre fidelité au roy, nostre affection à la France pour tous offices de bonne, sincère et estroite correspondance avec nos consujets, pour obtenir d’eux l’entretien de l’union du royaume67.

42Instinctivement, il sent le danger que représente la nature des mauvaises relations avec les « consujets ».

  • 68 M. Amyraut, Apologie pour ceux de la religion. Sur les sujets d’aversion que plusieurs pensent avoi (...)
  • 69 « ... Nous sçavons pourtant qu’elle est quasi partout l’inclination des peuples et que si l’autorit (...)
  • 70 Id., Discoursde la souveraineté des roys.
  • 71 – La Monarchie, telle qu’elle est en ce Royaume, c’est à dire absolue et sans limitation, ne laisse (...)
  • 72 Ibid., p. 49. Ailleurs, il explique : « Surtout, ceux qu’on appelle reformez se portent de ce costé (...)

43M. Amyraut est aussi attentif à la haine qu’éveillent « ceux de la religion » dans leur entourage proche. C’est pour parer à cette aversion qu’il publie son Apologie pour ceux de la religion68. Deux éléments apparemment contradictoires se mêlent harmonieusement dans cette apologie. D’une part, il comprend que le bien-être des protestants dépend de la bonne volonté du roi69, et il consacre même un traité à la souveraineté des rois70. Souveraineté absolue en France mais plus souple en Angleterre, selon les traditions et l’histoire des deux pays71. D’autre part, on retrouve dans l’Apologie les vestiges d’un certain « libéralisme » à l’ancienne. En tant que « François, ceux de la religion ne sont point dignes de l’aversion de qui que ce soit72 ».

  • 73 M. Amyraut, Apologie pour ceux de la Religion, y. 52.

Nous sommes comme chacun sçait originaires du pays, ainsi que les autres [...] si l’amour de la patrie s’étend jusques aux costaux et aux rivières, et aux campagnes de nostre habitation, les affections qu’elle engendre doivent se porter plus directement sur les hommes mesmes, puisque ce sont eux qu’à proprement parler font la patrie et l’Estat, beaucoup plus que les choses insensibles et inanimées73.

  • 74 Ibid., p. 53.

44C’est aussi, en quelque sorte, la continuation de ce sentiment d’appartenance à une même entité nationale qui caractérisait jadis les politiques. De plus, avec un sens de réalisme inné, Amyraut ajoute qu’« il n’y a aucune famille de nostre profession qui ne soit meslée avec d’autres qui n’en sont pas74 ».

  • 75 Factum, p. 7,
  • 76 « ... Il le faut avouer franchement, nous avons très mal mesnagé la bonne volonté de nostre Roy, ca (...)

45Parallèlement, la mentalité de minorité et les réactions de minorité s’enracinent elles aussi dans les consciences et comportement des huguenots, car ils sont « bien advertis que le seul moyen de leur subsistance estoit dans la bienveillance de leur Prince », comme le dit crûment un anonyme75. Désormais, on reconnaît aussi et on condamne sans équivoque les anciens péchés commis contre le roi et son État76.

46Mieux que quiconque, c’est l’un des pasteurs de Charenton, Charles Drelincourt qui représente le plus explicitement ces nouvelles tendances. Quand on accuse les huguenots de ne pas reconnaître les vrais intérêts du royaume et de s’opposer à la paix avec l’Espagne, Drelincourt se rebiffe :

  • 77 Ch. Drelincourt, Recueil de Sermons sur divers personnages de l’Ecriture Sainte, Sermon IV. Exhorta (...)

N’y a t-il pas dans les frontières de ce Royaume des personnes de nôtre Religion, qui soufrent de cette longue guerre aussi bien que les autres sujets du Roy [...] Quand pas un de notre communion ne sufriroit, tous les François, bien que d’autre créance que nous, ne sont-ils pas nos frères et nos compatriotes77.

47Drelincourt comprend qu’il faut absolument gagner la grâce du roi et conseille à ses coreligionnaires :

  • 78 Ibid., p. 250.

Rendons-nous recommandable à nôtre Prince par une fidélité inviolable, et par une obéissance sincères à tous ses ordres et à tous ses commandemens... Ne laissons passer aucune occasion de servir la personne sacrée du Roy et de contribuer au bien et à la gloire de son Empire. Par ce moyen nous obligerons Sa Majesté à nous continuer sa protection royale78...

  • 79 Ibid., p>. 251.

48Quant à ses compatriotes, Drelincourt, un peu trop optimiste, pense que « par ce moyen non seulement nous leur fermerons la bouche, mais nous gagnerons leurs coeurs79 ».

  • 80 Ibid., p. 494.

49Chez Drelincourt, sentiment national, patriotisme, culte du roi et instinct d’auto-défense se confondent. En même temps, le patriotisme est aussi, comme chez presque tous les autres chefs du troupeau protestant, un devoir religieux : « il faut qu’il y ait au dedans de nos cœurs des flammes plus pures et plus constantes. Prions80... ».

  • 81 Ibid., p. 580.

50Somme toute, c’est grâce au roi que les protestants peuvent traverser cette grande ville de Paris « où il y a tant de personnes animées contre notre religion qui nous haïssent d’une pleine de violence » et arriver sains et saufs à Charenton. « Un miracle semblable à celuy des enfants d’Israël lorsqu’ils passèrent à pié sec à travers la mer rouge81 ».

51Mais, au fond de son cœur, Drelincourt n’est pas dupe et il prépare en quelque sorte ses coreligionnaires à renoncer à leur patrie, en relativisant son importance pour le chrétien. Dans l’un de ses recueils de Prières et Méditations, on peut lire une prière Pour celuy qui est bany de son païs :

  • 82 Ch. Drelincourt, Le triomphe de l’Église, p. 16.

O mon Dieu [...] Ce ne me sera une chose nouvelle de me voir en un païs étranger, car même en pais natal j’estois voyageur et étranger comme jadis mes pères. Tu as voulu me rendre conforme aux anciens Patriarches qui ont tous fait profession d’estre estrangers et pélerins sur la Terre82.

52La conclusion de Drelincourt est claire : la vraie patrie d’un chrétien c’est le royaume du ciel. En effet, le problème de la patrie et du patriotisme le hante. Dans l’un de ses plus fameux ouvrages, les Consolations chrétiennes, il revient à plusieurs reprises sur ce problème. Dans cet ouvrage, le Pasteur console le Fidèle dans les situations difficiles dans lesquelles il peut se trouver. L’une de ces « visites », la huitième du premier volume s’intitule : « Consolation pour le Fidèle qui est chassé et bany de son païs, en haine de la Religion ». Le Fidèle se plaint :

  • 83 Id., Les visites charitables, t. I, p. 260.

J’ay toujours regardé mon Prince comme l’image vivante de Dieu que j’adore et luy ay rendu une fidélité inviolable [...]. Il est bien dur de quiter un païs où l’on a toutes ses habitudes et toutes ses commoditez, où l’on possède quelques maisons et quelques héritages83.

  • 84 Un thème qui revient dans plusieurs de ses sermons, voir Id., La bourgeoise du ciel.

53Somme toute, un patriotisme assez édulcoré. On serait porté à dire qu’il date d’avant l’ère du sentiment national et du patriotisme civique. C’est comme si Drelincourt cherchait à détacher le Fidèle des chaînes de son patriotisme pour le préparer à son inévitable destin84. Mais, en tant que Pasteur, il peut aussi avouer son admiration simple et sincère pour la France, un royaume béni du ciel, qui jouit de toutes les richesses possibles.

  • 85 Id., Les visites charitables, t. IV, p. 229.

Cet admirable Royaume n’a pas seulement moyen de nourrir et de vêtir ses habitans : mais il a aussi de quoy fourrir à ses voisins85...

  • 86 Ph. Benedict voit une preuve de ce patriotisme dans les portraits du roi que possédaient les messin (...)

54Français pas comme les autres, les huguenots ont encore et tout de même un trait commun avec leurs frères ennemis catholiques : leur admiration pour le roi86. Dans les victoires et les défaites, ils se réjouissent et s’attristent comme leurs « combourgeois » catholiques.

55Les sentiments et les idéologies font partie de la longue chaîne de facteurs qui constituent et expliquent l’histoire. Ces facteurs concordent et s’enchaînent en un « perpetuum mobile » d’harmonie et d’interdépendance. L’évolution de l’un ou de plusieurs de ces facteurs cause une transformation dans tous les autres facteurs. Pas de répit dans l’histoire.

56J’ai essayé d’arrêter ce mouvement perpétuel pour deux grandes périodes de l’Histoire de France que sont les guerres de Religion et l’ère de l’absolutisme. Le patriotisme et le sentiment national changent d’une époque à l’autre et d’un camp à l’autre. Mais, derrières ces changements se profile un facteur qui reste prédominant deux siècles durant, et dans les deux camps adverses : c’est la religion.

57La religion engendre le type de sentiment national qui puise ses racines dans la triple élection de la France, de ses rois et de ses sujets. Une élection qui, en certaines circonstances et conditions, peut mener à un nationalisme de droite. D’autre part la religion, surtout celle des monarchomaques, dans des conditions et des circonstances différentes, triomphera avec l’universalisme très français de la Révolution de 1789 et conduira à un nationalisme démocratique plutôt de gauche. Les éléments qui composent ces deux types de sentiment national, voire, ces deux types de nationalisme se définissent, se renforcent puis s’éclipsent du moins pour un certain temps avec la Réforme, les guerres de Religion et l’absolutisme, pour réapparaître plus tard, parfois revigorés, transformés et parfois même difficilement identifiables.

Bibliographie

Sources

Amyraut, Moyse, Discours de l’élévation de la foy et de l’abaissement de la raison en la créance de mystéries de la religion, Saumur, J. Lesnier, 1640.

– Apologie pour ceux de la Religion. Sur les sujets d’aversion que plusieurs pensent avoir contre leurs personnes et leur créance, Saumur, I. Desbordes, 1647.

– Discours de la souveraineté des roys, Charenton, L. Vendosme, 1650.

Anonyme, Apologie de l’édit du roy sur la pacification de son royaume contre la remonstrance des estats de Bourgongne, Anvers, Silvius, 1564.

Anonyme, Sommaire discours des causes de tous les troubles de ce royaume, procédentes des impostures et conjurations des hérétiques et des rebelles. Ensemble le fidelle et loyal devoir des catholiques envers le Roy, Paris, P. l’Huillier, 1573.

Anonyme, Discours sur les calomnies imposées aux Princes et Seigneurs Catholiques par les Politiques de nostre temps, s. 1., 1588.

Anonyme, Factum, s. 1., 1661.

Anonyme, Lettre d’un catholique françoys, Paris, 1586.

Anonyme, Les raisons pour lesquelles Henry de Bourbon, soy disant Roy de Navarre ne peult et ne doit estre receu, approuvé ne recogneu Roy de France, Paris, chez Robert Nivelle et Rolin Thierry, 1591.

Anonyme, Remonstrance très docte envoyée aux catholiques français par un catholique anglois, Paris, A. Du Breuil, 1589.

Anonyme, Remonstrances aux catholiques de tous les estats de France pour entrer en l’association de la Ligue, s. L, 1586.

Anonyme, La Restauration de l’Estat François, s. L, 1588.

Arnault D’Andilly, Antoine, et Pierre Du Fresne-Forget, La fleur du lys qui est un discours d’un François retenu dans Paris, sur les impietez et desguisements contenus au manifeste d’Espagne, s. 1., 1593.

Aubigné, Agrippa d’, Libre discours sur l’estat présent des Églises réformées de France..., s. 1., 1619.

Bayle, Pierre, Ce que c’est que la France toute catholique sous le règne de Louis le Grand, S. Omer, 1685 (rééd. Elisabeth Labrousse, Hélène Himelfarb et Roger Zuber, Paris, J. Vrin, 1973).

Belloy, Pierre de, Examen du discours publié contre la maison royaile de France, et particulièrement contre la branche de Bourbon, seule reste d’icelle, sur la loy salique, & succession du royaume. Par un catholique apostolique, romain, mais bon françois, et très-fidèle subjet de la couronne de France, La Rochelle, Pierre Haultin, 1587,

Bèze, Théodore de, Du droit des magistrats sur leurs subjets, s. 1.1575 (rééd. Paris, EDHIS, 1977).

Bignon, Jérôme, De l’excellence des Roys et du Royaume de France, traitant de la puissance, premier rang et prérogatives des roys de France par dessus les autres et des causes d’icelles, Paris, H. Drouart, 1610.

– La grandeur de nos roys et de leur souveraine puissance, Paris, chez Pierre Chevalier, 1615.

Blondel, David, Modeste déclaration de la sincérité et vérité des Églises réformées de France opposée aux invectives de Messieurs l’évesque de Lusson, Sedan, Impr. de J. Jannon, 1619.

Calvin, Jean, Leçon de M. Jean Calvin sur le livre des prophéties de Daniel, recueillies fidèlement par Jean Budé et Charles de jouviller ses auditeurs et translatées de latin en françois, éd. Jean Bude et Charles de Jonvillier, Genève, Impr, François Perrin, 1569.

Charpentier, François, Relation de l’établissement dune compagnie française pour le commerce des Indes orientales, Paris, S. Cramoisy, 1665.

Charpentier, Pierre, Advertissement sainct et chrestien sur le port des armes, Paris, Chez Sébastien Nivelle, 1575.

Codurc, Philippe, Traicté de l’obéissance des chrestiens envers leurs magistrats et princes souverains, Paris, chez Siméon Piget, 1645.

Corrozet, Gilles, Trésor de l’histoire de France, Paris, F. Clousier, 1639.

Drelincourt, Charles, La bourgeoisie du ciel, ou sermon sur l’apótre Saint Paul ans Philippiens, Charenton, L, Vendosme, 1651.

– Recueil de Sermons sur divers personnages de l’Écriture Sainte, Genève, J.A. et S. de Tournes, 1664.

– Les visites charitables ou les consolations chrétiennes pour toutes sortes de personnes affligées, Genève, J.A. et S. de Tournes, 1667-1669 (5 vol.).

– Le triomphe de l’Eghse sous la Croix ou la gloire des Martyres..., Genève, Jean Antoine et Samuel de Tournes, 1670 (irc éd. Genève, P. Aubert, 1629).

Dumoulin, Charles, La première partie du Traité de l’origine, progrès et l’excellence du royaume et monarchie des Françoys et couronne de France, Lyon, à la Salamandre, 1561.

Dupleix, Scipion, Histoire générale de France avec l’estat de l’Église et de l’empire (depuis Pharamond jusques à Henry III), Paris, Claude Sonnius, 1638-1644 (3 vol.).

Duval, Pierre, Recherche curieuse des Annales de France, où par une méthode historique sont descrites les actions plus signalées de nos Roys..., Paris, G. Clousier, 1640.

Fabre, Pierre, Response au cruel et pernicieux conseil de Pierre Charpentier, chiquaneur, tendant à fin (d’empescher la paix et nous laisser la guerre, traitté duquel on apprendra en quel cas il est permis à l’homme chrestien de porter les armes, s. 1., 1575.

Flavin, Melchior de, Remonstrance de la vraye religion au Roy Tres Chrestien Charles IX, Paris, N. Chesneau, 1562.

Froumenteau, Nicolas, Le secret des finances de France descouvert et departi en trois livres, Paris, 1581.

Hay du Châtelet, Paul, Traitté de la politique de la France, Cologne, P, du Marteau, 1677.

L’Estoile, Pierre de, Mémoires-journaux... depuis la réduction de Paris (22 mars 1594) jusques a la fin de l’an 1597, Paris, Foulcaut, 1825.

– Journal de l’Estoile pour le règne de Henri III (1574-1589), éd. Louis-Raymond Lefèvre, Paris, Gallimard, 1943.

– Journal pour le règne de Henri IV (1589-1610), éd. par Louis-Raymond Lefèvre, Paris, Gallimard, 1948 (2 vol.).

La Guesle, Jacques de, Recueil de ce qui a esté dit lors de la publication de l’Edict d’union faicte en Parlement le jeudi du présent mois de Juillet, s. 1., 1588.

La Milletière, Théophile Brachet de, Discours des vrayes raisons pour lesquelles ceux de la Religion en France peuvent et doivent en bonne conscience resister par armes à la persécution ouverte que leur font les ennemis de leur religion et de l’Estat, par un des députez, de l’assemblée de La Rochelle, s. 1., 1622.

La Vaux, de, La France invincible ou discours remarquable et désintéressé touchant les moyens de rendre la France tranquille et heureuse, Paris, 1661.

Lobéran de Montigny, Gabriel de, Les grandeurs de la Maison de France, Paris, L. Bilaine, 1667.

Marchant, Clément, Remonstrance aux François sur les vices qui de ce temps règnent en tous estats, avec le remède d’iceux, Paris, chez Nicolas Chesneau et Jean Poupy, 1576.

Meynier, Bernard, De l’exécution de l’édit de Nantes et le moyen de terminer dans chaque province le grand différend et ses principaples suites..., Paris, 1667.

Saconay, Gabriel de, De la providence de Dieu sur les rois de France tres chrestiens, par laquelle sa saincte religion catholique ne defandra en leur Royaume, et comme les Gotz Arriens, et les Albigeois, en ont été par icelle dechassés, Lyon, M. Jove, 1568.

Sainte Marthe, Scévole et Louis, Histoire généalogique de la Maison de France avec les illustres familles qui en sont descendues, Paris, A. Pacard, 1619.

Saumaise, Claude, Traité de l’Autorité Royale, dédié au Roy, Paris, J. Cusson, 1691 (traduit du traité de Claude Saumaise, Defensio Regia pro Carolo I, Leyde, 1649).

Savaron, Jean, La saincteté du roy Louys dict Clovis, Paris, chez Pierre Chevalier, 1621.

Sorbin, Arnaud, Le vray resveille matin des calvinistes et publicains françois, Paris, G. Chaudière, 1576.

Viret, Pierre, Admonition et consolation aux fidèles qui délibèrent de sortir d’entre les papistes pour éviter l’idolaterie, contre les tentations qui leur peuvent advenir, et les dangers ausquelz, ils peuvent tomber, en leur issu, s. 1. [Genève], 1547.

Bibliographie

Baron, Hans, The Crisis of the Early Italian Renaissance, Princeton, Princeton University Press, 1966.

Beaune, Colette, « Saint Clovis. Histoire, religion et sentiment national en France à la fin du Moyen Âge », dans Bernard Guenée (éd.), Le métier d’historien an Moyen Âge, Paris, Publications de la Sorbonne, 1977, pp. 139-156.

Benedict, Philip, The Faith and Fortunes of France’s Huguenots (1600-1685), Aldershot, Ashgate, 2001.

Burke, Peter, The Fabrication of Louis XIV, New Haven – Londres, Yale University Press, 1992.

Crouzet, Denis, La sagesse et le malheur. Michel de L’Hospital, chancelier de France, Seyssel-Paris, Champ Vallon – Presses Universitaires de France, 1998.

Dessert, Daniel, Louis XIV prend le pouvoir. Naissance d’un mythe, Bruxelles, Éditions Complexes, 1989.

Diefendorf, Barbara B., « An Age of Gold? Parisian Women, the Holy League, and the Roots of Catholic Renewal », dans Michael Wolfe (éd.), Changing Identities in Early Modern France, Durham-Londres, Duke University Press, 1997.

Ferrier-Caverivière, Nicole, L’image de Louis XIV dans la littérature française de 1660 à 1715, Paris, Presses Universitaires de France, 1981.

Goubert, Pierre, Lavènement du Roi-Soleil, Paris, Julliard, 1967.

Hankins, James (éd.), Renaissance Civic Humanism. Reappraisals and Reflections, Cambridge, Cambridge University Press, coll. « Ideas in Context » (57), 2000.

Haran, Alexandre, Le lys et le globe. Messianisme dynastique et rêve impérial en France aux xvi e et XVIIe siècles, Seyssel, Champ Vallon, 2000.

Jouanna, Arlette, Le devoir de révolte. La noblesse française et la gestation de l’État moderne (1559-1661), Paris, Fayard, 1989.

Kim, Seong-Hak, Michel de l’Hópital. The Vision of a Reformist Chancellor during the French Religious Wars, Kirksville, Truman State University, coll. « Sixteenth Century Essays and Studies » (36), 1997.

Labrousse, Élisabeth, Essai sur la Révocation de l’édit de Nantes : une foi, une loi, un roi ?, Paris-Genève, Labor et Fides – Payot, coll. « Histoire et société » (7), 1985.

Mellet, Paul-Alexis, Et de sa bouche sortait un glaive. Les monarchomaques au xvie siècle (Tours, mai 2003), Genève, Droz, 2006.

Meyer, Jean, La naissance de Louis XIV, Bruxelles, Éditions Complexes, 1989.

Orcibal, Jean, Louis XIV et les protestants. La cabale des accomodeurs de religion, la caisse des conversions, la révocation de l’édit de Nantes, Paris, J. Vrin, 1951.

Pocock, John Greville Agard, The Machiavellian Moment. Florentine Political Thought and the Atlantic Republican Tradition, Princeton, Princeton University Press, 1975.

Renaudet, Augustin, Préréforme et humanisme à Paris pendant les premières guerres d’Italie (1494-1517), Paris, Librairie d’Argences, 1953 (1rc éd. Paris, H. Champion, 1916).

Richet, Denis, De la Réforme à la Révolution. Études sur la France moderne, Paris, Aubier, 1991.

Sauzet, Robert, Contre-Réforme et Réforme catholique en Bas-Languedoc au XVIIe siècle. Le diocèse de Nîmes au xviie siècle, Louvain, Nauwelaerts, 1979.

Schoor, Robertus Josephus Maria, van de, The Irenical Theology of Théophile Brachet de La Milletière (1588-1665), Leyde – New York, E.J. Brill, coll. « Studies in the History of Christian thought » (59), 1995.

Smith, Anthony D., The Ethnic Origin of Nations, Oxford, Basil Blackwell, 1986.

Strayer, Joseph R., « France. The Holy Land, the Chosen People and the most Christian King », dans Theodore K. Rabb et Jerrold E. Seigel (éd.), Action and Conviction in Early Modern Europe. Essays in Memory of E.H. Harbison, Princeton, Princeton University Press, 1969.

Tallon, Alain, Conscience nationale et sentiment religieux en France au xvi e siècle. Essai sur la vision gallicane du monde, Paris, Presses Universitaires de France, 2002.

Thou, Jacques-Auguste de, Histoire universelle depuis 1545 jusqu’à 1607,

Londres, s. n., 1734.

Wanegffelen, Thierry (éd.), De Michel de l’Hospital à l’édit de Nantes. Politique et religion face aux églises, Clermont-Ferrand, Presses Universitaires Blaise-Pascal, 2002.

Yardeni, Myriam, La conscience nationale en France pendant les guerres de Religion Louvain-Paris, Ed. Nauwelaerts – Béatrice-Nauwelaerts, 1971.

– « Dix années de patriotisme (1585-1594) », dans Henri IV, le roi et la reconstruction du royaume. Actes du colloque (Pau-Nérac, 14-17 septembre 1989), Pau, J. et D. Éditions, 1990, pp. 59-71.

– « Le christianisme de Clovis aux xvie et xviie siècles », dans Olivier Guyotjeannin (éd.), Clovis chez les historiens, Paris-Genève, Droz, Bibliothèque de l’École des Chartes (154), 1996, pp. 153-172.

– « La notion de peuple élu dans le patriotisme français du xvie au xviie siècle », dans Id., Enquêtes sur l’identité de la « nation France *. De la Renaissance aux Lumières, Seyssel, Champ Vallon, 2005, pp. 112-125.

Zuber, Roger, « Tombeaux pour des Pithou. Frontières confessionnelles et unité religieuse (1590-1600) », dans Mélanges sur la littérature de la Renaissance. À la mémoire de V.L. Saulnier, Genève-Paris, Droz – H. Champion, 1984, pp. 331-342 ; repris dans Marie-Madeleine Fragonard et Pierre Eugène Leroy (éd.) Les Pithou. Les lettres et la paix du royaume (Troyes 13- 15 avril 1998), Paris, Honoré Champion 2003, pp. 153-168.

Notes

1 J. R. Strayer, « France. The Holy Land », pp. 2-16 ; et A. Tallon, Conscience nationale et sentiment religieux en France, pp. 27-162.

2 M. Yardeni, « La notion de peuple élu ».

3 P. de Belloy, Examen du discours publié, p. 209.

4 G. Corrozet, Trésor de l’histoire de France, p. 25.

5 G. de Saconay, De la providence de Dieu sur les rois de France, voir sommaire du présent traicté.

6 « ... Retenons l’ancienne gloire et reputation françoise, mesme en ce où elle a surpassé toutes les autres nations. Elle les a aussi excellé et surpassé en ce qu’elle a esté tousjours extremement dediée et merveilleusement affectionnée à la Religion Catholique, n’ayant jamais delaissé la foy.., », J. de La Guesle, Recueil, p. 22 ; A. Tallon, Conscience nationale et sentiment religieux en France, p. 81. Voir aussi M. Yardeni, « Dix années de patriotisme », pp. 59-71.

7 M. de Flavin, Remonstrance de la vraye religion, p. 20.

8 Discours sur les calomnies, p. 64.

9 C. Marchant, Remonstrance aux Françoys, p. 13, r°.

10 Remonstrance très docte envoyée aux catholiques Françoys, p. 4.

11 M. Yardeni, La conscience nationale en France, pp. 29-36.

12 « ... Ils seroient traistres à leur patrie, car ils la spolieroient du tiltre de tres chrestien, le plus beau de tous » (Les raisons pour lesquelles Henry de Bourbon, soy disant Roy de Navarre ne peult et ne doit estre receu, p. 18.)

13 Sur la sainteté de Clovis, voir J. Savaron, La saincteté du roy Louys, dict Clovis ; C. Beaune, « Saint Clovis » ; et M. Yardeni, « Le christianisme de Clovis », pp. 153-172.

14 « ... Dès la création du monde jusques à présent en si grand nombre de règnes et monarchies qui ont esté, n’en y en oncques et n’en y a aucun, qui dès et depuis son érection, introduction et assiette de son estat y ait si longuement perseverée, que celui de France, combien que plusieurs foys par cy devant, et encores naguères de nostre temps par deux foys ayt esté en dangier imminent de ruyne, et suppression » (Ch. Dumoulin, La première partie du Traité de l’origine, pp. i-2).

15 Ibid., p. 2.

16 La Restauration de l’Estat François, p. 57.

17 M. Amyraut, Discours de l’élévation de la foy, p. 76.

18 J. Calvin, Leçonde M. Jean Calvin sur le livre des prophéties de Daniel.

19 P. Viret, Admonition et consolation aux fidèles, p. 18.

20 « . Nous devons penser nostre patrie, estre par tout. Car c’est contre la religion chrestienne, se passionner tellement de l’amour de sa patrie, que pour icelle nous metions en arrière l’amour que nous devons porter à notre Seigneur » (P. Charpentier, Advertissement sainct et chrestien sur le port des armes, p. 56). Et pour une variante ligueuse : « La religion et la saincte loy de Dieu, pour lesquelles sans doubte nous devons mespriser l’honneur, le bien, la patrie, la liberté et la vie mesme, quand l’occasion y eschoit » (Remonstrances aux Catholiques..., p. 17).

21 H. Baron, The Crisis of the Early Italian Renaissance ; J.G.A., Pocock, The Machiavellian Moment ; J. Hankins (éd.), Renaissance Civic Humanism ; et A. Renaudet, Préréforme et humanisme à Paris.

22 Sur le gallicanisme et son rôle dans le sentiment national français, voir surtout A. Tallon, Conscience nationale et sentiment religieux en France, qui soutient la thèse que l’indépendance gallicane garantit la continuité de l’histoire nationale non moins que la monarchie.

23 Discours sommaire des causes..., p. 30.

24 A. Sorbin, Lee vray resveille matin des calvinistes et publicains françois, p. 48-a.

25 Lettre d’un catholique françoys. p. civ.

26 « Tous ensemble nous rendons grâces à Dieu de la félicité qu’il nous aura donnée, voyans à l’entour de nous, non l’insolence de ces Espagnols pleins de pompe et de vent, mais la douceur de nos parens et l’aggreable compagnie de ceux qui sont nay en mesme ville que nous... » (A.A rnault et P. Du Fresne-Forget, La fleur du lys, p. 298).

27 « ... Permission n’est pas approbation. Dieu permet et laisse vivre les pecheurs et toutes fois ne les approuve pas » (Apologie de l’Edit du Roy, s. 1., 1564, p- 89).

28 R. Zuber, « Tombeaux pour des Pithou », pp. 331-342.

29 Voir notamment S.-H. Kim, Michel de l’Hópital ; D. Crouzet, La sagesse et le malheur ; et Th. Wanegffelen (éd.), De Michel de L’Hospital à l’édit de Nantes.

30 II suffit à cet égard de parcourir les Mémoires-journaux de P. de L’Estoile ou bien l’Histoire Universelle de Jacques-Auguste de Thou.

31 P. Charpentier, Advertissement sainct et chrestien sur le port des armes, p. 97a.

32 « ... Ce Royaume, qui tousjours a eu reputation d’estre l’un des plus beaux, plus riche et plus opulent du monde... sa beauté tres exquise gist en ce qu’il est orné d’une parfaite abondance, variété et beauté de toutes choses... » (N. Froumenteau, Le secret des finances de France, p. ii, r°).

33 Parmi les théoriciens modernes du nationalisme, c’est surtout Anthony D. Smith qui met en évidence ses racines éthniques. Voir son The Ethnic Origins of Nations, pp. 21-22.

34 M. Yardeni, conscience nationale en France pendant les guerres de Religion.

35 A. Jouanna, Le devoir de révolte.

36 Pour un renouvellement du sujet, voir P.A Mell et (dir.), Et de sa bouche sortait un glaive. Nous tenons à remercier M. Mellet d’avoir mis à notre disposition son Introduction à ces actes.

37 Par exemple, dans la célèbre formule de Théodore de Bèze : « Je dis donc, que les peuples se sont point issus des magistrats, ains que les peuples auxquels il a pleu de se laisser gouverner par un Prince, ou par quelques seigneurs choisis sont plus anciens que leurs magistrats, et par conséquent, les peuples ne sont pas creez pour les magistrats, mais au contraire les magistrats pour les peuples » (Th. de Bèze, Du droit des magistrats, p. 13).

38 Bien que Mellet ne l’inclut pas parmi ses sources majeures (P. A. Mellet (dir.), Et de sa bouche sortait un glaive, Introduction).

39 P. Fabre, Response au cruel et pernicieux conseil, pp. 37 et 65.

40 Ibid., p. 36.

41 Ibid., p. 22.

42 A. d’Aubigné, Libre discours sur l’estat présent des Églises réformées de France, p. 168,

43 C. Saumaise, Traité de l’Autorité Royale, p. 4.

44 Voir par exemple S. et L. Sainte marthe, Histoire généalogique de la Maison de France.

45 P. Duval, Recherche curieuse des Annales de France, pp. 197 et 79.

46 S. Dupleix, Histoire générale de France, t. III, p. 746.

47 Parmi ces exceptions, voir J. Savaron, La saincteté du roy Louys dict Clovis ; et J. Bignon, La grandeur de nos roys et de leur souveraine puissance.

48 Voir M. Yardeni, « Le christianisme de Clovis », pp. 164-168.

49 A. Haran, Le lys et le globe.

50 R. Sauzet, Contre-Réforme et Réforme catholique en Bas-Languedoc ; D. Richet, De la Réforme à la Révolution, Études sur la France moderne, chap. i : « La Contre-Réforme catholique en France dans la première moitié du xvii e siècle », pp. 85-95- ; et B. Diefendorf, « An Age of Gold ? ».

51 G. de Lobéran De Montigny, Les grandeurs de la Maison de France, Epistre au Roy. Sur les origines du culte Louis XIV, voir parmi d’autres : P. Goubert, L’avènement du Roi-Soleil ; N. ferRier-Caverivière, L’image de Louis XIV dans la littérature française ; J. Meyer, La naissance de Louis Xvi ; D. Dessert, Louis XIV prend le pouvoir ; et P. Burke, The fabrication of Louis XIV.

52 G. de Lobéran de Montigny, Les grandeurs de la Maison de France, p. 4.

53 La Vaux propose un traitement différentiel : ne pas les admettre aux hautes charges et les occuper aux médiocres et « de leur permettre d’exercer les fonctions méchaniques, en les maintenant au surplus dans toutes les libertez et seuretez publiques » (La Vaux, La France invincible, p. 28). P. Hay Du Châtelet, plus combatif suggère la révocation de l’édit de Nantes, mais pas l’expulsion (Traitté de politique de la France, pp. 75-76).

54 « Les tolerez par les puissances souveraines ne peuvent pas les accuser d’injustice, quand elles ne veulent plus les tolerer : en fait de tolerance, le passé n’est pas la règle de l’avenir... l’avenir doit corriger le passé » (B. Meynier, De l’exécution de l’édit de Nantes, p. 373). Pour sa part, Hay du Chatelet pense que « Les huguenot sont mal fondez de faire tant de bruit et tant de parade de l’édit de Nantes ; ils l’ont extorqué par violence et l’espée à la main, ce n’estoit cependant qu’un intérim, en attendant qu’ils s’éclaircissent de la vérité » (P. Hay du Châtelet, Traitté de politique de la France).

55 F. Charpentier, Relation de l’établissement d’une compagnie françoise, p. 102.

56 Ibid., p. i.

57 J. Orcibal, Louis XIV et les protestants.

58 G. de Lobéran de Montigny, Les grandeurs de la Maison de France, pp. 76 et 77.

59 P. Bayle, Ce que c’est que la France toute catholique.

60 P. Hay du Châtelet, Traitté de politique de la France, pp. 72-73.

61 « ... Ils ne laissent pas d’estre encore à redouter, il leur reste le souvenir de leur audace et de leurs rebellions passées. Ils regardent les villes qu’ils avoient envahies, et dont il a fallu les chasser par la force des armes, comme si elles estoient leur propre héritage et qu’on les eust injustement arrachées de leurs mains, ils ont dans le cœur la mesme haine qu’ils avoient contre l’ordre et contre la discipline, et leur esprit est tousjours porté à la révolte, à la confusion, et à l’anarchie » (P. Hay du Châtelet, Traitté de politique de la France, p. 68).

62 E. Labrousse, Essai sur la Révocation de l’édit de Nantes, pp. 81-91.

63 Plus tard, il se convertira au catholicisme. Sur ce personnage, voir R.J. M. Schoor, The Irenical Theology of Théophile Brachet de La Milletière.

64 « Je ne sçay que c’est que de la puissance des peuples sur les Rois, comme quelques uns en ont escrit... ce droit et puissance qu’on imagine appartenir aux peuples est un monstre que l’affection de party a fait enfanter à quelques esprits eschauffez » (Th. Brachet de la Milletière, Discours des vray es raisons, p. 38).

65 Ibid., p. 65.

66 D. Blondel, Modeste déclaration de la sincérité et vérité des Églises réformées de France, p. 3.

67 Ibid, p. 8.

68 M. Amyraut, Apologie pour ceux de la religion. Sur les sujets d’aversion que plusieurs pensent avoir contre leurs personnes et leur créance.

69 « ... Nous sçavons pourtant qu’elle est quasi partout l’inclination des peuples et que si l’autorité supérieure ne le retenoit, icy comme ailleurs, nous éprouverions le desavantage qu’il y a d’habiter parmy les gens mal affectionnés, quand la balance n’est pas égale » (M. Amyraut, Apologie pour ceux de la Religion, p. 5).

70 Id., Discoursde la souveraineté des roys.

71 – La Monarchie, telle qu’elle est en ce Royaume, c’est à dire absolue et sans limitation, ne laissera pas de juger, qu’il est juste et raisonnable qu’en Angleterre elle soit bornée » (M. Amyraut, Apologie pour ceux de la Religion, p. 90).

72 Ibid., p. 49. Ailleurs, il explique : « Surtout, ceux qu’on appelle reformez se portent de ce costé là [France] avec une merveilleuse affection, parce que l’obéissance à leur souverain ne leur semble pas une loy si necessaire et si fondamentale à l’Estat, qu’ils la tiennent essentielle à la Religion Chrestienne... Il ne faut donc jamais craindre qu’ils manquent de fidélité à leurs Princes, tandis qu’ils ne changeront point de Religion, tandis qu’ils entendront la Parole de Dieu, d’où ils l’ont tirée » (M. Amyraut, Discours de la souveraineté des roys, note 70, pp. 182-183) .

73 M. Amyraut, Apologie pour ceux de la Religion, y. 52.

74 Ibid., p. 53.

75 Factum, p. 7,

76 « ... Il le faut avouer franchement, nous avons très mal mesnagé la bonne volonté de nostre Roy, car il ne s’est presque présenté occasion de brouiller et de troubler l’Estat que ceux de la Religion en l’ayent embrassée... » (Ph. Codurc, Traicté de l’obéissance des Chrestiens, p. iii, v°), ou bien : « Il faut que nous commencions à reconnoître nostre faute » (ibid., p. i, r°).

77 Ch. Drelincourt, Recueil de Sermons sur divers personnages de l’Ecriture Sainte, Sermon IV. Exhortation à prier Dieu pour la paix entre les deux Couronnes, pp. 246-248.

78 Ibid., p. 250.

79 Ibid., p>. 251.

80 Ibid., p. 494.

81 Ibid., p. 580.

82 Ch. Drelincourt, Le triomphe de l’Église, p. 16.

83 Id., Les visites charitables, t. I, p. 260.

84 Un thème qui revient dans plusieurs de ses sermons, voir Id., La bourgeoise du ciel.

85 Id., Les visites charitables, t. IV, p. 229.

86 Ph. Benedict voit une preuve de ce patriotisme dans les portraits du roi que possédaient les messins protestants : « Paintings of the kings were the most common of these [specially commissioned portraits] – in the great majority oft he cases... this-was Louis XIII or the young Louis XIV. These portraits were thus generally expressions of loyalty to the reigning monarch » (The Faith and fortunes of France’s Huguenots, p. 204).

© Casa de Velázquez, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search