Version classiqueVersion mobile

Le sentiment national dans l’Europe méridionale aux xvie et xviie siècles

 | 
Alain Tallon

Mystique royale et « sentiment national » ?

Les visions du frère Fiacre de Sainte-Marguerite

Royal Mystique and «National Feeling»? The Visions of Frère Fiacre de Sainte-Marguerite

¿Mística real y «sentimiento nacional»? Las visiones del hermano Fiacre de Sainte-Marguerite

Denis Crouzet

Résumé

Un manuscrit de 315 folii numérotés, conservé au département des manuscrits de la BNF, donne un étonnant récit « des visions et des songe et des révélasions de dieu et de la saincte vierge et des saincts et des ange et des homme dans leglise militant arivé en la personne de frere fiacre de saincte marguerite, augustin des chausse indigne ». En effet, durant une cinquantaine d’années, Denis Antheaulme, né le 21 février 1609 et entré en religion le 20 mai 1632, quêteur du couvent de Notre-Dame des Victoires de Paris, vécut dans un univers visionnaire au centre duquel se trouvait le roi de Dieu donné, Louis XIV. Une autre figure de la monarchie du second xviie siècle surgit ainsi, celle d’une monarchie merveilleuse, miraculeuse, appréhendée au sein d’un processus de fusion mythique entre le pouvoir souverain et le peuple qu’il gouverne. Louis XIV s’y impose comme un nouveau Christ, un roi né d’une grâce, détenteur d’une vertu qui fait que les Français ne peuvent en retour que s’identifier pleinement à leur roi, vivant pour sa gloire et sa défense dans leur engagement contre les adversaires de l’État royal. Les visions du frère Fiacre de Sainte-Marguerite évoquent ainsi l’ébauche d’une « conscience nationale » qui voulait prendre sa dynamique dans une émotion sacrée de la France en gloire par les actes d’une monarchie sainte et providentielle.

Texte intégral

  • 1 On peut supposer qu’y sont intégrés des fragments de notations antérieurement rédigés, mais rien n’ (...)

1Les lignes qui suivent reposent sur un manuscrit de 315 folii numérotés, conservé au département des manuscrits de la BNF, divisé en six livres débutant par le même titre : « ... des visions et des songe et des révélasions de dieu et de la saincte vierge et des saincts et des ange et des homme dans leglise militant arive en la personne de frere fiacre de saincte marguerite, augustin des chausse indigne ». Ce texte, dont l’orthographe est souvent presque phonétique, est tenu comme un journal, avec indication des années, mois, jours, et il fut mis en forme en avril 1672, sur la demande des confesseurs de son auteur, un augustin déchaussé du couvent de Notre-Dame des Victoires de Paris, avec un suivi chronologique qui est parfois irrégulier et peut-être quelques incertitudes sur le plan de la datation1...

  • 2 Ch.-G. Balthasar, Histoire religieuse de l’Église Notre-Dame des Victoires de Paris, p. 28. Sur le (...)

2Denis Antheaulme, est né le 21 février 1609 à Marly-la-Ville. Son entrée en religion fit suite, selon son récit, à une révélation qu’il eut à l’âge de 12 ans après une rencontre avec deux frères franciscains. A 15 ans, il partit pour Paris où il travailla d’abord chez un potier d’étain dans le faubourg Montmartre, proche du couvent des Augustins déchaussés. Il prononce ses vœux le 20 mai 1632, devenant le frère Fiacre de Sainte-Marguerite et se plaçant donc sous la protection de saint Fiacre, dont le tombeau miraculeux se trouvait dans le diocèse de Meaux, et de sainte Marguerite martyre victorieuse du démon et ayant refusé de trahir sa religion. Après son entrée en religion, frère Fiacre fut d’abord cuisinier au couvent de Lyon, puis quêteur du couvent de Notre-Dame des Victoires de Paris, jusqu’à sa mort le 16 février 1684. Afin d’indiquer que ce personnage fut apprécié par ses contemporains comme une figure de sainteté, peut être référé un indice témoignant de la reconnaissance publique de grâces mystiques qui lui étaient attribuées : des images le représentant ayant été placées, dans une fin protectrice, dans les voitures de louage parisiennes, celles-ci auraient, après sa mort, pris le nom de « fiacre2 ».

  • 3 C. Kubler, Visions et révélations du frère Fiacre de Sainte-Marguerite, t. I, p. 10. Voir aussi L. (...)

3Le fait important, qui aide à mieux assimiler la tonalité particularisée de la piété mystique du frère Fiacre et sa relation à une « conscience nationale », serait à relier aux origines mêmes du couvent de Notre-Dame des Victoires. Après des lettres patentes octroyées à l’ordre en 1607 par Henri IV et une installation initiale dans le diocèse de Grenoble au monastère de Villars-Benoît, une première fondation parisienne avait été engagée grâce à une donation, en 1609, de Marguerite de Valois alors malade, sous l’invocation de la Sainte- Trinité, mais qui fut révoquée en 1613. Huit déchaussés, appuyés par Paul de Gondi, louèrent ensuite une petite maison, à l’extérieur de Paris, près de la porte Montmartre, avant d’acheter un terrain à l’intérieur même de la capitale en 1626 et de demander à Louis XIII de se déclarer fondateur d’un nouvel établissement. Le roi, désireux de montrer sa reconnaissance à la Vierge Marie après la chute de La Rochelle le 30 novembre 1628, accepta la sollicitation, à la condition que le couvent serait dédié à Notre-Dame des Victoires3. Le 9 décembre 1629, il posa la première pierre de l’édifice. Il y a donc, d’emblée, un lien étroit qui unit le couvent à la monarchie, à son roi et à sa vocation guerrière.

  • 4 Cité dans C. Kubler, Visions et révélations du frère Fiacre de Sainte-Marguerite, t. I, p. 8. Les v (...)
  • 5 Ch.-G. Balthasar, Histoire religieuse de l’Église Notre-Dame des Victoires de Paris, p. 10.
  • 6 Voir M. Le Pée, Le néantisme de sainte Thérèse d’Avila ; et C. Slade, St. Therese d’Avila. Sur les (...)
  • 7 C. Kubler, Visions et révélations du frère Fiacre de Sainte-Marguente, t. III, pp. 346-347.
  • 8 Ibid., t. II, pp. 21-22, en 1636, le 1er décembre, le jour de la fête de saint Louis évêque. Frère (...)
  • 9 Ibid., t. II, pp. 62 et 215.
  • 10 Ibid, t. II,p. 42.
  • 11 Ibid., t II, pp. 155-156.
  • 12 Ibid., t. I, p. 23.
  • 13 Pour une approche de la mystique dans la France du premier xviie siècle, la littérature est immense (...)

4Le manuscrit visionnaire du frère Fiacre, s’il est avant tout la relation d’une expérience de foi dans le cours de laquelle l’augustin déchaussé s’identifie lui-même à Abraham et Moïse en revendiquant de « gouter la mane selest4 », s’il est avant tout l’expression d’une tension d’élévation de l’âme à Dieu, d’un endormissement spirituel du cœur « avec luy5 », s’il est encore imprégné d’une joie de l’emportement divin qui peut aller jusqu’à la « pamoyson » dans un « brasier ardent », n’est pas sans devoir être rapporté à une influence dominante qui est celle de la spiritualité thérésienne6. Fiacre voit le sang et l’eau cou- 1er des pieds, des mains, de la tête et de la bouche de Jésus, des quatre côtés de Jésus, comme coulent les quatre fleuves autour de l’Arbre de Vie qui se trouve au paradis. Il se voit rejoignant le Christ sur la croix dans une union qui atteint un de ses temps paroxystiques le jour de Pâques 1663, quand il affirme que, de même que le Christ a voulu épouser la sainte Croix pour racheter les péchés des hommes, il a voulu que « je » épouse la sainte Croix et que « je » ai deux mères : la Vierge dans le ciel tout d’abord, et la Croix sur terre ensuite7. Le Christ lui apparaît, dans son humanité, soit sous la figure d’un pauvre entraperçu fugacement dans Paris8 soit dans une vision lumineuse de brillance et de beauté, portant une couronne d’épines qui sont les portes mêmes du paradis9. Le sang du Christ est pour lui comme un onguent pour l’humanité, un baume guérisseur. La Vierge est aussi fort présente dans ses visions. Elle porte, écrit-il, une couronne de cristal close comme les rois de France10 et sertie de pierres précieuses, elle est vêtue d’une robe blanche à demi plissée, son visage est grand et ovale, et elle a « le cor le mieux fay que lhomme puisse voirre ». Des lumières sortent de ses yeux et elle se révèle souvent entourée des saints du paradis, assise sur un trône impérial « a la fason de unne grende chaise a bras11 ». Surgissent dans les temps des apparitions visionnaires encore les archanges saint Michel, saint Gabriel et saint Raphaël, les chérubins et les séraphins, saint Denis, sainte Thérèse d’Avila – frère Fiacre a le cœur transpercé comme la sainte par un chérubin12 –, saint Ignace de Loyola, saint Augustin, saint Vincent de Paul, saint Thomas de Villeneuve, saint Jean-Baptiste de la Salle, saint Charles Borromée, saint Augustin, saint Nicolas de Myre, saint Nicolas de Tolantin, sainte Monique, sainte Catherine de Sienne, sainte Claire... Le paradis est aussi vu dans ses beautés indicibles. Et, durant les séquences visionnaires, le démon se rencontre encore sous la figure du diable lui-même. L’augustin déchaussé vit dans une posture d’intimité discontinue avec l’Au-delà, une intimité qui envahit ses nuits, mais peut aussi se montrer dans le cours de ses promenades dans Paris ou dans la France de ses pèlerinages13.

5Mais frère Fiacre, sur un plan parallèle et selon un jeu constant de déplacement de perspectives, subit la rencontre avec un champ visionnaire particularisé qui l’introduit dans un autre champ que celui d’une religion de l’extase contemplative. Il faut donc ici en venir, une fois cette rapide présentation donnée, à la question de la rencontre de frère Fiacre avec un problématique « sentiment national », tout en soulignant de manière préliminaire que ce « sentiment » devrait être resitué dans le cadre contraignant des données de l’imaginaire identitaire du XVIIe siècle : c’est-à-dire qu’il faudrait le saisir comme une émotion induite par une conscience d’appartenance à une histoire providentielle dont le royaume de France a ressenti devoir être le lieu d’accomplissement, sous le regard protecteur de Dieu. La conscience donc d’une sacralité de l’histoire française.

Un ami de Dieu pour la France et son roi

  • 14 Sur cette « histoire sainte » qui est d’abord celle des Français, A. Tallon, Conscience nationale e (...)
  • 15 A. Dupront, « Sacre, autorité, pouvoir », p. 329.

6Frère Fiacre se fait et se représente, dans la mémoire qu’il livre de ses visions, comme le truchement entre Dieu et la royauté française, reconsacrant le lien mystique entre la dynastie et Dieu qui est un lien eschatologique puisque le sang des Bourbons se trouve ainsi, dans le présent, comme innervé d’une puissance de protection et de désignation extraordinaires. Il se veut l’instrument d’expression d’un langage d’images et de mots qui impliquent la monarchie dans une durée sacrale voulue par Dieu, dans ce qui est une nouvelle histoire sainte suggérant au roi de France de lutter contre tous les ennemis des peuples du royaume et lui donnant toujours, après quelques vicissitudes, la victoire sur eux. Une histoire sainte qui tente ainsi de recapter, dans son développement immédiat, l’histoire « rêvée de la France », la nation la plus chrétienne du monde, la nation du peuple le plus proche de Dieu. Et cette réappropriation se fait dans la personne même de l’héritier ou du détenteur de la Couronne donnant sa grandeur à la France en ce que, selon une tradition analysée par Myriam Yardeni, il est appelé, selon l’augustin déchaussé, à faire participer celle-ci de la liaison mystique qu’il entretient avec Dieu14. La monarchie du XVIIe siècle est, dans le manuscrit du frère Fiacre, une monarchie qui est merveilleuse, miraculeuse, appréhendée au sein d’un processus de fusion mythique entre le pouvoir souverain et le peuple qu’il gouverne. Un roi nouveau Christ, un roi né d’une grâce, qui le fait détenteur d’une « virtus » avant même le cérémonial du sacre, une virtus qui semble « le souffle même du règne, force en prise directe à la source, celle de la puissance divine » pour citer Alphonse Dupront15. Une virtus qui fait que les Français ne peuvent en retour que s’identifier pleinement à leur roi, vivant pour sa gloire et sa défense dans leur engagement contre les adversaires de l’État royal.

  • 16 Cité dans A. Y. Haran, Le lys et le globe, pp. 170-173, qui s’appuie sur V. Marchetti, « Le Roi-Enf (...)
  • 17 J.-A. Guiot, Abrégé de la vie du vénérable frère Fiacre, p. 56. Voir aussi J. Dupuis, Frère Fiacre (...)
  • 18 J.-B. Laure, Histoire de Notre-Dame des Grâces de Cotignac.
  • 19 C. Kubler, Visions et révélations du frère Fiacre de Sainte-Marguerite, t. I, pp. 11-18.

7Frère Fiacre intègre en effet son expérience visionnaire initiale dans la conjoncture de paroles et de révélations mystiques qui ont précédé la conception et la naissance du dauphin Louis et qui participèrent de la formation de ce qu’Alexandre Yali Haran nomme l’image « christomimétique » du futur souverain. Celles de Marguerite du Saint-Sacrement qui se voue à l’adoration de l’Enfant-Jésus à partir de 1635 en priant le fils de la Vierge Marie de donner enfin, après la longue stérilité royale – 16 années –, un héritier au trône de France16. Celles encore d’un berger de Sainte-Geneviève-des-Bois qui prédit le jour exact de l’accouchement17... Pour frère Fiacre, la décision de prier pour la fin de la stérilité de la reine, telle qu’il l’inscrit dans la mémoire dont il charge son manuscrit, est antérieure : elle daterait des mois suivant sa prise d’habit. Un mal de tête le saisit alors, qui va durer sept ans, et c’est après qu’Anne d’Autriche a demandé que des médicaments lui soient apportés, qu’il aurait révélé avoir été inspiré divinement de prier Dieu, en associant la Vierge à ses oraisons, pour qu’un dauphin soit enfin donné à la France. C’est seulement au bout de sept années de prières qu’il finit par informer en effet son confesseur du travail d’oraison qu’il accomplit journellement ainsi pour le roi et la reine. Dieu, selon ce que l’augustin déchaussé dit avoir déclaré à ce dernier le 30 septembre 1637, veut qu’il soit rapporté à la reine qu’elle doit faire dire trois neuvaines en l’honneur de la Sainte Vierge, à Notre-Dame de Grâce en Provence18, à Notre-Dame de Paris et à Notre-Dame des Victoires du couvent des Augustins déchaussés de Paris. De grandes violences en son âme se déroulent pour qu’il soit parlé à la reine de cette révélation, qu’elle en soit avertie19.

  • 20 Sur le rôle du Père Bernard, dit le « Pauvre prêtre », fils de l’avocat Etienne Bernard de Dijon, v (...)

8Mais ses supérieurs émettent des réserves face à cette exigence et, le 3 novembre, ils lui demandent de solliciter de la mère du Christ un témoignage de la volonté de Dieu. La Vierge, alors, lui apparaît le lendemain, fête de saint Charles Borromée, une heure après minuit. Frère Fiacre entend, alors qu’il stationne devant une croix, un petit enfant crier. Il voit la mère de Dieu dans une lumière, couronnée d’une couronne impériale comme celle du pape, tenant un enfant entre ses bras. Elle lui affirme que l’enfant n’est pas le Christ, mais le petit enfant que Dieu veut donner à la France. Cette vision, qui dure une quinzaine de minutes, est suivie par une deuxième vision identique, à cette différence qu’est aussi présent le Christ tout couvert de plaies. Ce qui lui confirme que l’enfant tenu par la Vierge n’est pas son fils. Vers trois heures et demie du matin, une troisième vision et vers quatre heures, une quatrième vision. À chaque fois, la Vierge renouvelle son exigence que l’avertissement déjà sollicité soit référé à la reine. De plus, elle montre à frère Fiacre une figuration de l’image de Notre-Dame de Grâce et de l’église du couvent, qu’il n’avait jamais vues auparavant, afin qu’il puisse ainsi donner la preuve de la réalité de ses « apparitions » à ses supérieurs. C’est seulement dans ce contexte que ceux-ci décident de donner avis des visions au cardinal de la Rochefoucauld, qui fait venir frère Fiacre auprès de lui20.

  • 21 Dès le 11 décembre 1637, il avait voué son royaume à la Vierge.
  • 22 C. Kubler, Visions et révélations du frère Fiacre de Sainte-Marguerite, t. II, p. 236. Et frère Fia (...)

9Le roi lui-même, ensuite, est mis au courant par le jésuite Sirmond, et frère Fiacre commence à dire ses neuvaines le 8 novembre, les terminant le 5 décembre. Anne d’Autriche accouchera d’un fils le 6 septembre 1538, neuf mois jour pour jour après la fin des trois neuvaines. Louis XIII renouvelle son vœu, on le sait, de consacrer le royaume de France à la Vierge21 le 15 août 1638, mais pour remercier la mère du Christ de la naissance du dauphin et des révélations accordées au frère Fiacre, il fait avec la reine une visite d’action de grâces à Notre-Dame des Victoires. Il reconnaît ainsi la protection que l’augustin déchaussé avait su obtenir pour son sang. Un grand tableau sera, de plus, offert cinq ans plus tard par Anne d’Autriche à l’église de Notre-Dame de Grâce en Provence, que frère Fiacre portera lui-même, ainsi qu’un ex-voto à Notre-Dame de Lorette22. Frère Fiacre apparaît donc, parmi d’autres mais avec une reconnaissance directe par le roi et la reine, comme un des acteurs de l’imaginaire christomimétique qui vint se fixer sur le dauphin, voulu par la grâce divine et donné par la médiation de la Vierge au royaume de France.

  • 23 Ibid., t. II, pp. 83-84.
  • 24 Ibid., t. II, pp. 229.
  • 25 Ibid., t. III, p. 350.
  • 26 Ibid., t. II, p. 235.
  • 27 Ibid., t. II, p. 233 ; après la longue maladie de son noviciat qui avait purgé son corps et son âme (...)
  • 28 Ibid., t. III, p. 347.
  • 29 Ibid., t II, p. 219.

10Plus tard, dans la mise en chronique de son parcours mystique, frère Fiacre expliquera ce qu’est un roi dans les desseins divins tels qu’ils lui ont été annoncés. Dieu est le conseil des rois et des peuples, et il veut que les peuples et les rois lui obéissent. Les rois sont parcourus par une inspiration intérieure qui leur vient immédiatement de Dieu et qui doit les porter à éprouver pour leur peuple le même amour que Dieu ressent à leur égard ; Dieu les protège en leurs corps et en leurs biens. Et le Christ ne considère pas ses peuples comme des esclaves mais comme les enfants de son père. Les rois sont les dieux de la terre et ne doivent donc pas traiter leurs sujets avec des coups de bâtons23... Néanmoins, pour ce qui est du jeune Louis, il est comme le fils de la Vierge... Il est placé sous la sauvegarde directe de Dieu ou de l’ange tutélaire qui veille à sa vie et à son royaume24. Il sera, en 1667, figuré encore comme le Tobie de Dieu donné25. En 1658, frère Fiacre reviendra sur ses trois neuvaines, en soulignant qu’elles ont produit « le premier palmier ou biein le premier olivier de la France en la nessance de nostre roy louis quatorsse de dieu donné26 ». Et ces trois premières neuvaines que Dieu lui a inspirées, et qu’il a comme conduites lui-même, ont été comme trois globes de feu qui ont ensuite éclairé frère Fiacre pour guider le monde de manière droite, pour ramener vers le salut les âmes des dévoyés. Elles lui ont révélé qu’il avait reçu une mission de Dieu27. Sa propre identification d’une vocation prophétique personnelle est donc étroitement associée à cet influx divin dont le dauphin, selon ses révélations, est parcouru. Frère Fiacre est donc assuré d’une désignation médiatrice, et il le sera toujours plus au fur et à mesure qu’il se saura et se comprendra comme une sphère de communication et de diction de la volonté divine : « je vous et di que dieu me fesoite congnoistre ses volontee et quy la pour la conduicte de la France ». Le roi, écrira-t-il plus tard, dispose de deux conseils, l’un sur terre, l’autre au ciel. Celui de la terre, il en est le maître, tandis que celui du ciel est le conseil de Dieu, le conseil que Dieu distribue selon sa volonté. De même que le roi peut avoir un ami intime à qui il révèle ses pensées secrètes et ses sentiments, de même Dieu a sur terre des amis « perticullier ». Frère Fiacre se sent et se sait un de ces amis de Dieu28. En septembre 1663, frère Fiacre reviendra encore sur ces jours au cours desquels il a pris connaissance de la grâce que Dieu, par l’intermédiaire de la Vierge, faisait à la France de la naissance d’un dauphin. Dieu lui a aussi représenté, écrira-t-il, les roses qui pouvaient sortir du roi de Dieu donné. De même il a su que les premières années du jeune roi allaient être agitées d’un « feureusse orage ». Durant cette période, Dieu et le Christ souffriraient par la méchanceté des hommes29. L’important demeure que la Vierge lui a montré l’enfant en lui disant qu’il n’était pas son propre fils, mais l’enfant qu’elle voulait donner à la France.

11Mais, s’il est désormais régulièrement sollicité par des dames pour dire des prières conjuratoires de leur stérilité et si sa vocation miraculeuse est donc reconnue, il n’en est pas moins vrai que, dans son univers visionnaire, surgissent des jeux d’images qui continuent à faire surgir en lui des instants au cours desquels il est un médiateur entre Dieu et le roi de France ; un roi en qui, à ses yeux, s’incarne l’État de France. La sursacralisation christique de la personne royale se prolonge dans une puissance prophétique qui fait participer le roi donné de Dieu d’un monde sur-réel, vécu intérieurement par l’augustin déchaussé à travers une sorte de filmographie anticipatrice des grands événements où doit se jouer la destinée de la royauté et de la France.

  • 30 Ibid, t. II, p. 234.

12Dans les années qui suivent, frère Fiacre continue en effet à vivre des temps privilégiés de communication divine. Il reçoit alors une prescience de l’histoire qui est impliquée, dans la conscience qu’il a de lui-même, par des mouvements de déplacement. L’histoire de la grâce divine extraordinaire, qui désormais l’investit, est l’histoire d’une itinérance qui fait que Dieu le promène par tous les royaumes du monde, en Allemagne lors de la signature de la paix de Munster, en Pologne pour défendre une terre chrétienne menacée, et surtout en France et sur les frontières du royaume pour y assiéger ou défendre des villes. Son cœur, partout où il se trouve, est accompagné du cœur de Dieu, et se « repose sur le ceur de dieu30 ». Cette histoire qu’il visionne est une histoire dans laquelle le jeune Louis est d’autant plus protégé par Dieu que Dieu lui commande de protéger le peuple de France contre tous ceux qui, à l’intérieur du royaume comme à l’extérieur, menacent sa cohésion et son identité. Le royaume, dans l’écriture de l’augustin déchaussé, est en péril. Et c’est de ce péril contre lequel Dieu le met en garde pour qu’il mette lui-même en garde la royauté. Les dangers et les succès, les bonheurs et les malheurs qu’encourt Louis le Dieu donné seront ainsi présagés.

  • 31 Ibid., t. II, pp. 44-45.
  • 32 Ibid., t II, p. 47.

13Ce n’est pas la mort de Louis XIII, en 1643, qui ressuscite l’animation de la conscience politico-prophétique de frère Fiacre telle qu’elle s’était exprimée en 1637, mais ce sont les tensions qui se manifestent à partir de 1647. Maladie de l’enfant-roi tout d’abord, puis questions gravitant autour de la paix ou de la guerre avec l’Espagne. Le 10 novembre 1647, frère Fiacre a ainsi la vision de la reine régente lui apparaissant dans la nuit et l’appelant à implorer Dieu et la Vierge pour le roi malade. Son confesseur l’autorise alors à prier pour la santé du roi. Et, quelque temps après, Anne d’Autriche demande à frère Fiacre d’aller, de sa part, accomplir un vœu et de faire une neuvaine dans l’église Notre-Dame de Chartres. Un vœu et une neuvaine dont elle avait fait la promesse pour le roi, alors qu’il « estoit abandone des medecin, et que l’on n’avoistte pleus que esperance que a Dieu et a la vierge31 ». Dans le pèlerinage qu’il réalise sur la fin du mois de décembre, frère Fiacre reçoit de Dieu la détermination de prier non seulement pour le roi mais aussi pour la paix du royaume. Et Anne d’Autriche le convoque une nouvelle fois pour lui demander de repartir pour Chartres, pour, cette fois-ci, concentrer ses oraisons sur la paix. Et, alors qu’il passait la nuit au couvent de Clairefontaine, la nuit de la Saint-Étienne, Dieu lui fait voir un ambassadeur extraordinaire que le roi d’Espagne s’apprêtait à envoyer en France pour traiter de la paix. Un ambassadeur qui vint deux mois après32. Sans que la paix ne soit entérinée toutefois.

Dans les secrets des troubles et de la gloire de la France

14Durant les temps qui suivent, les désordres intérieurs français sont comme projetés dans l’imaginaire onirique de frère Fiacre. Revient au premier plan de son regard visionnaire le motif d’une histoire sainte.

15Car c’est la Fronde parlementaire qui lui est présagée, quand, le jour des rois 1648, c’est-à-dire un an avant le départ de la cour pour Saint-Germain, frère Fiacre a, dans son sommeil, la vision de la reine régente « extremement afflige » et lui parlant d’une voix intelligible en lui racontant ses « douleurs » face au royaume déchiré par les troubles. Anne d’Autriche lui déclare ainsi :

  • 33 Ibid., t. I, p. 47.

Mon frere, ille fault que nous aionsse recourse a dieu et à la saincte vierge. Vous voier leta et lesse afferre du royaume. Pour moy, je n’ay poinct daultre recour que a dieu et a la saincte vierge. Je trouveray bon que nous faisions trois neusseinne de la vierge, unne a l’eglise nostre-dame de charte et les aultre a devosion33.

  • 34 Ibid., t. II, p. 49.

16Désormais, le motif principal qui envahit les apparitions est celui de la paix de la France troublée de l’intérieur comme de l’extérieur. Les visions prennent alors la forme de mises en garde contre l’ennemi espagnol qui feint vouloir la paix mais prépare et anime la guerre en espérant profiter des divisions de la Fronde. Le 19 janvier 1649, en dormant, frère Fiacre voit Philipe IV qui envoie à Barcelone des ambassadeurs secrets pour traiter de la paix avec les Français. Il voit même les copies des missives « en lettre italienne » qui contenaient les propositions avancées par les deux parties. Dieu, qui est le père de la France comme de l’Espagne, ajoute-t-il, lui a révélé ne pas être disposé à ce que l’Espagne ravisse la Catalogne à la France. Il y eut effectivement une « trahison » espagnole que frère Fiacre qualifie de honteuse et qui fut en effet mise à jour par l’ambassadeur de France34. La nouvelle de l’échec de ces tractations parvint à Paris le 7 octobre 1649.

  • 35 Ibid., t. II, p. 48.
  • 36 Ibid., t. II, p. 50.

17Ensuite c’est la paix intérieure qui est l’objet des visions, durant l’année 1649, une année au cours de laquelle frère Fiacre rapporte qu’il raconte à Dieu les biens et les grâces qu’il lui a faits en lui faisant connaître le temps qu’il désirait pour donner la paix à la France. Le 28 novembre 1648, une apparition première introduit l’augustin déchaussé dans cette séquence, quand il a une vision « intérieure et extérieure » de la régente, dans sa cellule, à deux heures et demi après minuit. A ses yeux, il ne s’est pas agi « d’une reveri ou un mansonge », car l’expérience du temps lui a montré que les choses annoncées se sont accomplies : en l’occurrence, la future paix de Saint-Germain du Ier avril 1649 qui mit fin à la Fronde parlementaire. Dès le 15 janvier 1649, il a la vision de trois personnes, le duc d’Orléans, le prince de Condé, et l’abbé la Rivière lui demandant de prier pour la paix de la France35. Puis, il voit, toujours dans son sommeil, les gens du Parlement faisant fortifier Paris, du côté de la porte Saint-Michel. À nouveau, Dieu lui fait ensuite connaître « par grâce particulière », par deux fois la nuit du 11 mars, les négociations de la paix qui se déroulent à la fois à Rueil et à Saint-Germain, quand il se trouve transporté de sa chambre au château de Saint-Germain aux côtés des « Messieurs » du Parlement. Il se voit aussi entrant peu après avec ces derniers dans Paris, en compagnie du roi, par la rue Saint-Honoré36, l’accompagnant jusqu’à la Sainte-Chapelle pour rendre grâce à Dieu et à la Vierge. Une nouvelle révélation la nuit du 29 mars : une anticipation de la rentrée de Louis XIV dans sa capitale, le 18 août.

  • 37 Ibid., t. II, p. 52, qu’il est difficile d’identifier.

18L’ennemi de la France est à la fois un ennemi intérieur et extérieur. Et c’est plus ouvertement que l’univers visionnaire en vient à s’articuler à l’affirmation de la « conscience nationale » telle qu’elle a été précédemment définie comme une émotion liée à l’imaginaire d’une sainteté du royaume de France, dans une chronologie qui perd toutefois une totale fiabilité. Le 17 juin 1649, Dieu donne à l’augustin déchaussé « en lumière » des secrets, écrit-il : en dormant, il aperçoit les armées du roi et de l’archiduc Léopold, le fils de Ferdinand III. Entre trente et quarante mille hommes pour l’armée ennemie, qui est la cible de « grans cors de canon et de mousquetade ». Il assiste ainsi à une grande victoire française, qui est due à la résistance opposée par la cavalerie royale. Le lendemain, ses supérieurs l’envoient à la cour pour parler à la reine de cette vision anticipatrice37. Il se rend à Amiens, où il rencontre le comte d’Harcourt à qui il explique l’enseignement de sa vision : en l’occurrence, qu’il remporterait victoire sur les Espagnols « avecque grand honneur et à la gloire de la Frence ». Le capitaine, le jour même, partit pour aller investir Cambrai, qu’il ne peut prendre, en raison, selon la narration de frère Fiacre, de la trahison « de quelque mauvaies francois » qui laissèrent entrer volontairement dans la ville des secours espagnols. Dieu, ajoute-t-il, lui a commandé d’écrire pour rendre témoignage de ce qu’il protège la France. S’il n’y a pas eu succès, cela a été de la faute des hommes, à cause de leur infidélité à leur roi et à l’État de France. Se détache désormais, dans l’écriture de frère Fiacre, la distinction de ces « mauvais Français », qui sont les ennemis du roi et de la régente et qui acceptent de combattre en s’appuyant sur des forces ennemies qu’ils invitent à envahir le royaume. Le vrai Français est celui qui a conscience d’une identité l’obligeant à lutter pour l’union et l’intégrité du peuple. Qui a la conscience de l’appartenance à une destinée de gloire et de grandeur l’engageant aux côtés de son roi parce que Dieu a donné à la France ce roi pour la guider et protéger.

19Une autre vision intervient alors, qui s’impose pour expliquer l’échec de l’opération sur Cambrai. Le 24 juin, c’est une vision de bataille remportée par le roi contre l’archiduc Léopold qui surgit ; mais, en fin de compte, le combat est suspendu par les anges gardiens de France et d’Espagne qui retiennent les bras des généraux. Les deux armées se replient, l’ange-gardien de France précédant l’armée française. « Et dieu me fy voirre ses ange lumineux des ieuxse et corporel et davvatage ». Image des deux armées se retirant de devant Cambrai. Ce qui présage et explique l’inachèvement de la campagne. La France a donc son ange gardien, qui travaille à la sauvegarde du royaume comme y travaille aussi l’ange gardien du roi. Mais les sujets du roi ont aussi leurs propres anges gardiens

  • 38 Ibid., t. II, p. 229.

affecsionne a la parsonne de nose rois et a la conservasion de leur et tas. Les eunse vonste a la gere, et les aultre vonste au piee des aultelle pour y offrire leur veus et leur prier38.

20Puis, le champ visionnaire en revient à la crise intérieure du royaume, quand le 20 septembre, à la nuit, c’est le roi Louis XIV lui-même qui, pour une première fois, apparaît à frère Fiacre avec quelques-uns de ses proches :

  • 39 Ibid.

Et biein, mon frere, ne voule vous pase prier dieu pour moy et pour la France. Ne voyer vous pase comme elle est agité et troublé39 ?

  • 40 Ibid., t. II, p. 56.

21Le roi embrasse avec joie et allégresse l’augustin déchaussé, qui lui rappelle que la Vierge a pris le royaume sous sa protection, qu’il n’a pas à éprouver de la crainte pour la destinée du royaume. Il lui affirme surtout qu’il est l’enfant de la Vierge. Un Christ terrestre qui est à la tête d’un royaume protégé divinement. Après cette apparition, frère Fiacre se sent obligé de faire une neuvaine à Notre-Dame de Montaigu. Surgit une certitude qui rejoint la perspective d’une sainteté de l’histoire française opérant dans l’histoire même de son roi saint. Frère Fiacre, à travers les événements qui lui sont préannoncés et qu’il voit ensuite se réaliser, exprime son assurance que Dieu soutient la France « sur ses deux doist, comme sans conparison40 ». Un surenchantement de la personne royale est ainsi, comme par effet de miroir, projetté dans un surenchantement de la France, vouée à une protection divine suréminente, particularisée par rapport aux autres nations de la terre dans ce qu’elle ne peut avoir qu’une histoire extraordinaire. Une France portée et supportée par Dieu.

  • 41 Ibid., t. II, p. 65.

22Le sentiment national, tel que frère Fiacre le transcrit, se donne à comprendre comme une émotion mystique qui joue entre l’exaltation d’une sainteté royale et l’authentification d’une proximité merveilleuse de la France avec Dieu. Il est comme dicté au roi et à la France dans les révélations que frère Fiacre reçoit, dans la mesure où Dieu fait de la France une terre qui ne pourra que triompher de tous les périls rencontrés. Le 4 novembre, Dieu est à nouveau glorifié pour sa bonté et pour « estre le pere des roys et de la France » et pour avoir averti frère Fiacre, dans son sommeil, qu’une révolte se tramait clandestinement dans Paris du côté des Frondeurs. Le 7 décembre, l’augustin déchaussé comprend qu’il s’agit d’une tentative d’assassinat contre le conseiller Broussel, qui visait à soulever le peuple de Paris et de France. Mais, par une grâce particulière et extraordinaire, Dieu a permis que l’apostume se crève. La nuit du 6 janvier 1630, jour des Rois, vers trois heures du matin, frère Fiacre prend encore connaissance d’une rumeur courant dans le palais du roi. Il voit aussi des escadrons de gens de guerre en embuscade. Il a l’explication de son songe douze jours plus tard, le 18 janvier, lorsqu’il reçoit l’information de l’emprisonnement de Condé, Conti et Longueville. C’est Dieu qui, à ses yeux, a permis leur incarcération au bois de Vincennes, pour le bien et repos de l’État de France41. Dans l’histoire, il n’y a pas de place pour la rébellion, qui est vouée à l’échec parce qu’elle est le fait d’une action d’ambition humaine contre l’ordre d’un État dont le roi de Dieu donné est le guide.

23Une image singulière surgit ultérieurement, le 12 février vers 4 heures du matin, à frère Fiacre dormant : l’image d’un courrier partant pour l’Espagne, monté sur un cheval extrêmement beau, et qu’il voit transporté jusqu’au bois de Vincennes, du côté de la « porte de derrière ». Frère Fiacre le contemple élevé en l’air dans une nuée et y caracolant avec grande allégresse. Il semble à l’augustin déchaussé que le cavalier, alors, est assis sur une colonne parsemée de lys : une extrémité de la colonne reposait sur la selle du cheval, le cavalier se tenant sur l’autre, portant le lys de justice à la main. Cette première apparition a lieu dans la cellule de frère Fiacre. Elle est suivie par une seconde, qui l’emmène dans un espace situé entre le bois de Vincennes et Picpus. Là il se retrouve en compagnie de nombreux Parisiens contemplant le cheval gambadant et caracolant. Le cavalier, applaudi pour les exploits accomplis sur sa monture, salue la foule. Frère Fiacre se dit « ravi dadmirasion de voir ses chose contre lordiner », de pouvoir observer ce cavalier se mouvant comme une « hirondelle ». Ce sont trois promenades aériennes qui se succèdent, la première conduisant le cavalier du bois de Vincennes jusqu’à Paris, la seconde jusqu’à la Bastille, la troisième jusqu’à Notre-Dame « la ou le cavaliervin a tonber comme un ecler, san brui ny fraieur ». Frère Fiacre se demande comment interpréter sa vision : le cavalier, songe-t-il, est peut-être un second ange du ciel, ou l’ange gardien de la France... Il lui semble bien que la France possède ainsi un ange qui veille sur sa destinée et qui se montre aux Français pour les inciter à être fidèles à leur roi.

  • 42 Ibid., t. II, pp. 67-68.

24Le Ier février 1650, c’est un peu le même montage symbolique qui envahit et anime l’univers subjectif du frère Fiacre, mais dans le cadre d’une vision cette fois-ci diurne. Il s’agit du jour où le roi et la reine partirent de Paris pour Rouen, pour ce qui fut appelé le « voyage de Normandie ». Frère Fiacre, relatant avoir été inspiré alors par Dieu d’aller prier pour leurs majestés, sortit de son couvent et s’engagea dans la rue Saint-Honoré à proximité du Palais royal. Passant par la grande porte du Palais royal sur les dix heures du matin, la porte par laquelle le roi devait sortir, ce fut miraculeusement qu’il eut avertissement du « voyage de Normandie » qui devait débuter sous peu. Il vit en effet l’archange Gabriel sur un chariot triomphant, « tout lumineux et replendissant, pleus bau ni que le soleil, ny que la leunne, ny que les etoile ». Le chariot était attelé à des chevaux blancs magnifiques, blancs comme neige. L’archange était revêtu de ses habits nuptiaux, une robe blanche à demi plissée, il était ceint d’une écharpe bleue, sa chevelure était blonde et blanche « a demi crespeu et gaudronner », sa face brillait comme le soleil, « bel et vermeile a demi potele, couverte de vermilion », et il tenait le lys de justice à la main. Il précédait le carrosse du roi. Une seconde vision fait aussitôt voir à Fiacre le roi et la reine sortant de leur palais, suivant le chariot de l’archange. L’univers de lumière qui caractérise Gabriel se communique aux personnes des majestés royales dont les visages sont dépeints brillants, rayonnants et resplendissants de gloire. Dieu, de plus, fait à frère Fiacre contempler le cœur des souverains « toust epanois du feu de gloire avecque un amour et pour dieu, et pour les créateurs ». Il y a, et Dieu veut le faire comprendre selon lui à l’augustin déchaussé, un « eta de la gloirre et du cor et de lame de leur mages té » qui légitime la conduite des hommes qui leur a été divinement donnée. Cet état de gloire se montre alors dans une image qui survient : tous les sujets du roi, prosternés à ses pieds et à demi morts, courbés et inclinés, la face contre terre, demandent pardon à leur souverain pour leurs rebellions42. Évocation certes du retour imminent de la Normandie au loyalisme, mais aussi représentation d’une identité française qui ne pourra que se retrouver, que faire retour à elle-même dans la fidélité à son roi.

  • 43 Ibid., t. I, p. 34.
  • 44 Ibid., t. Ii, p. 72 ; voir O. Ranum, La Fronde, pp. 312-313. Auparavant frère Fiacre avait parlé du (...)

25Cet état de gloire explique la vision qui se produit durant la nuit du Ier juillet. La nuit précédant la levée du siège de Guise, le roi, d’apparence joyeuse, apparaît dans la chambre de frère Fiacre, qui le questionne sur les causes de sa satisfaction. Il n’obtient pas de réponse, mais Dieu les transporte soudain tous deux sur le lieu même du siège, entre la ville et les retranchements espagnols. Dès que les ennemis les aperçoivent tous deux, ils plient bagages. Et frère Fiacre de conclure que non seulement l’événement est arrivé – Turenne et l’Archiduc ayant été peu après repoussés par le maréchal du Plessis-Praslin43 –, mais que les choses se sont faites à la gloire de Dieu et de la France44. La France vue comme une nation qui participe dans les faits mêmes de son roi, d’une gloire partagée qui est un don de Dieu. Et qui est d’autant plus un don de Dieu qu’elle a été révélée merveilleusement.

Les « vrais francois » et leur ennemi

26L’Espagne en vient à envahir l’imaginaire visionnaire de l’augustin déchaussé, qui tend lui-même à se voir plus comme un acteur de la gloire française que comme un spectateur.

  • 45 Sur ce risque d’altération du naturel français par l’Espagnol et ses alliés qui sont des traîtres, (...)
  • 46 Sur cet épisode, des données dans O. Ranum, La Fronde, p. 278, permettent de corriger les informati (...)

27Et c’est sans doute quelques jours plus tard, dans la nuit du 12 juillet, que frère Fiacre passe comme un palier dans son engagement mystique au service de cette gloire de Dieu et de la France, derrière l’enfant-roi. Une première vision lui donne connaissance des secours demandés par les princes à l’Espagne, c’est-à-dire à ceux qui sont qualifiés de « nose anemis jure ». Ces princes ont préféré mettre plus, selon frère Fiacre, leurs espérances dans les hommes que dans Dieu. Bordeaux a été le théâtre de leurs entreprises. Dieu lui a montré que ces princes ne sont que des « bestes », préférant les créatures au Créateur. Ils cherchent à abaisser et « abastardirre » la France45. Mais rien n’y fera, car Dieu a enseigné à frère Fiacre qu’il préfère le « biein publique au bien particulier ». Comme le soleil dissipe les nuages qui empêchent la clarté de ses rayons de se répandre, Dieu les dissipera. Et le roi est au royaume ce que Dieu est au monde ; il est le soleil de la France qui va défaire les nuages ou « la grosse vapeur » qui obscurcit le royaume et rendre à celui-ci son rayonnement dans la justice. Frère Fiacre écrit qu’il a vu par anticipation les événements qui ont eu Bordeaux pour théâtre et qui ont vu les Espagnols arriver dans la ville sur plusieurs vaisseaux, être reçus par la princesse de Condé et le duc de Bouillon. Les « vrais francois » furent surpris quand ils virent les Espagnols hisser leur étendard sur une porte de la ville. Se formèrent deux partis, selon ce qu’écrit l’augustin déchaussé, l’un en faveur de l’Espagne, l’autre de la France, et ce fut le Parlement, « quy est le supor des roys et les pere des peuple », qui, contemplant les « nasions estranger » se promener dans la place publique de la ville comme dans les places de Madrid, rendit un arrêt commandant aux Espagnols de sortir de l’enceinte de la ville. Le 12 juillet, ces derniers obtempérèrent, « au grand contentement de la France46 ». S’il y a une « conscience nationale » dans l’imaginaire du frère Fiacre, cette conscience est bien à appréhender comme une conscience sacrée qui veut voir une France atemporelle, unie dans son roi, libérée des menaces qui pèsent sur son intégrité et sauvée par la protection de Dieu.

28La lutte contre l’Espagne, ennemie héréditaire de la France et de ses rois, fait de plus en partie du monde onirique de l’augustin déchaussé. Frère Fiacre se voit en effet, dans une seconde vision nocturne du 12 juillet, transporté de sa chambre jusqu’à l’Hôtel de Longueville, se retrouvant au milieu de deux armées, celle du roi d’Espagne et celle du roi de France. Cette fois-ci, Louis XIV lui donne un ordre : prendre les armes pour la défense de la France. Il lui met même l’épée au côté, et lui attribue une enseigne à tenir dans une main. Surpris, frère Fiacre éprouve le sentiment que les armes sont chose « indigne de sa profesion », et il le dit au roi, soulignant qu’il pourrait porter les armes seulement s’il était question de faire la guerre aux Turcs. Mais il ne s’en tient pas à cette déclaration de principe et ajoute, que puisque le roi le veut, il obtempérera. Plus encore, il incite par sa parole le roi à passer à l’action en s’adressant à lui :

  • 47 C. kubler, Visions et révélations du frère Fiacre de Sainte-Marguerite.

Osa, voyons se que nous ferons. Vous voier que nosse anemisse sonst trois contre un, voies a donner ordre a vose affer, car le temps du comba prese47.

  • 48 Sur cette question de l’engagement du roi sur les champs de bataille, voir J. Cornette, Le roi de g (...)
  • 49 C. kubler, Visions et révélations du frère Fiacre de Sainte-Marguerite, t. II, pp. 73-74. Sur l’ide (...)

29Le combat commence, et c’est l’armée étrangère qui a le dessus jusqu’à ce que Dieu, par cette grâce que frère Fiacre qualifie toujours de particulière et extraordinaire, envoie un secours céleste. Faible sur le plan des forces militaires, la France toutefois, sous la conduite de son roi, est protégée par Dieu. Car l’augustin déchaussé voit apparaître l’archange Gabriel monté sur un cheval, revêtu de ses habits blancs, armé de flèches et muni d’un carquois, tenant une épée à la main. Il le voit marcher à la tête des généraux français contre les ennemis rebelles à l’État royal. Une heure de bataille, et les ennemis qui n’en progressent pas moins jusqu’à ce que le roi, la tête découverte et les bras nus, l’épée à la main, se mette lui-même à les combattre48. Et alors, c’est la déroute de ceux-ci à laquelle frère Fiacre assiste, une victoire à la gloire de Dieu et de la France. Un roi qui est comparé à un petit lion ou petit Alexandre49. Un roi dont l’augustin déchaussé a donc reçu l’enseignement qu’il doit se vouer personnellement à prendre les armes et à affronter l’adversaire de la France sur les champs de bataille. Un roi d’une guerre qui est une guerre sacrée parce qu’elle est voulue par Dieu et qu’elle a pour enjeu la France agressée par l’ennemi héréditaire. Un roi qui accomplit l’histoire voulue par Dieu dans l’actualisation d’un désir de violence.

  • 50 C. Kubler, Visions et révélations du frère Fiacre de Sainte-Marguerite, t. II, p. 91. Sur l’Ange ga (...)

30Puis, c’est la nuit du 16 au 17 novembre, sur les quatre heures du matin, que l’intimité onirique de frère Fiacre avec un roi entreprenant une guerre pour la défense de son royaume est théâtralisée à nouveau. Louis XIV se présente à lui, le prenant par la main, et le conduit en pleine campagne, en compagnie de courtisans marchant vite. Frère Fiacre parvient à s’adresser au roi pour lui dire de marcher moins vite et lui demander la permission de lui mettre un chapeau sur la tête à cause des frimas « quy vous pouroist fere mal ». Une symbolique de cette protection qu’il revendique d’exercer par effet de la volonté divine sur la royauté. L’explication de la vision lui vient, ensuite, vers dix heures du matin quand, étant allé demander l’aumône au palais du roi, un gentilhomme l’avertit qu’est arrivé au petit matin un courrier du Cardinal annonçant que l’armée de l’archiduc, commandée par Turenne, a été défaite. Quatre mille ennemis, note-t-il, jonchent le sol de la Champagne50.

  • 51 C. kubler, Visions et révélations du frère Fiacre de Sainte-Marguerite, t. II, pp. 107-108.

31Les batailles royales se succèdent ensuite comme dans un théâtre imbriquant les plans solidaires de la gloire de Louis XIV et de celle du royaume de France, les visions étant toutefois toujours placées par frère Fiacre sous l’invocation de la gloire de Dieu, de la Vierge et des saints. Si en 1651, le quêteur du couvent Notre-Dame des Victoires a la vision de la libération des princes, le 7 avril 1652, Dieu lui fait voir par anticipation, durant la nuit, le combat de l’armée royale contre l’armée des princes ; un combat qui eut lieu le lendemain à Gien et qui vit Turenne, rallié à la cause royale, tenir en échec Condé. C’est l’occasion pour frère Fiacre, tout en soulignant que Dieu lui a donné la grâce d’une connaissance extraordinaire des affaires de France, d’écrire que ce ne sera que lorsque Dieu distinguera l’obéissance revenue des peuples, des princes et des parlements, qu’il commencera à rengainer l’épée qu’il tient dans son bras droit, son bras gauche portant le laurier51. Frère Fiacre oppose alors la conduite de Dieu, toujours manifeste et claire, et celle des hommes plus obscure que la nuit. Il recourt à une image. Pour l’instant, confie-t-il, la poire n’est pas encore mûre ; viendra le temps où Dieu fera connaître sa volonté. Il faut, en attendant, que le monde fasse pénitence. Et ses révélations lui ont fait savoir que la justice de Dieu passe par-dessus les forces des hommes. C’est lorsque même « nose » rois sont affaiblis, que Dieu leur vient en aide, par la

  • 52 Ibid.

force des ange de la Frence et par les force des ange du ciel que dieu a anvoier du ciel, pour combattre la force des anemis de la frence et les force des preince de nostre France52.

32Frère Fiacre relate le pèlerinage qu’il s’est engagé à accomplir à la basilique de Saint-Denis, en expiation de la bataille qui s’est donnée à Saint-Denis le dimanche d’avant la Pentecôte et qui a vu la méchanceté des hommes profaner à la fois la terre consacrée du sang du saint martyr et le temple consacré par Dieu lui-même « par sa min et la min des ange ». Il s’agit, bien sûr, d’une allusion à la prise de Saint-Denis par l’armée du prince de Condé. Frère Fiacre marchera en faisant amende honorable, la corde au cou, depuis son couvent jusqu’à Notre-Dame des Vertus où il communiera ; puis il ira jusqu’au sanctuaire dans lequel les rois de France sont inhumés. Il récitera l’office des morts en chemin, nu-pieds et tête nue, pour toutes les personnes qui ont été ou sont tuées ou assassinées durant les combats. Dans la basilique de Saint-Denis, il adorera le Saint-Sacrement. Et il dira à Dieu :

  • 53 Ibid.

Et hiein, mon dieu, voysi le moindre de vos serviteur quy se viein prosterner devent vous. Vous m’ave donne vostre sain espri le jour de la pantecot pour voire les maleur des inpi de nostre France. Vous meve fay voire les chemise sanglant et les reuseaulx de sang decouler du de puise les faubours de paris jusque ause pie de vose autel des église de sin deni, et jusque au pie des secppeucre des cendre de nose rois53...

  • 54 Ibid., t. II, pp. 122-123, Voir C. Beaune, Naissance de la nation France, p. 106.

33Pénitence et expiation, dans la basilique du saint qui demeure donc, dans l’écriture de frère Fiacre et malgré une évolution récemment analysée par Jean-Marie le Gall, considéré à la fois comme le patron des rois de France et du peuple de France, le patronius regis et regni54.

  • 55 C. Kubler, visions et révélations du frère Fiacre de Sainte-Marguerite, t. II, pp. 119-120.
  • 56 C’est entre le 27 mai et le 7 juin que l’armée de Condé est défaite lors du siège d’Etampes. Condé (...)

34Le 30 mai 1652, vers trois heures et demi du matin, Dieu fait voir à frère Fiacre l’armée des princes et celle du roi se déplaçant en pleine campagne ; lors des premières escarmouches, l’armée royale est saisie d’épouvante, soit en raison de la puissance de l’armée rebelle, soit parce que Dieu fait contempler à l’augustin déchaussé l’armée de secours envoyée en France par le duc de Lorraine. Puis frère Fiacre assiste au Conseil de guerre tenu par le roi dans son cabinet, qui décide d’une trève de huit jours, « ou biein un acomodement ou unne petite paix55 ». Dans le cours d’une deuxième vision, frère Fiacre est le témoin d’un second conseil qui admet le principe de la signature d’articles de paix qui ne seront pourtant que « de peu de durer entre le roy et les preince ». Se promenant ensuite à proximité de l’armée royale, près d’Étampes, il peut voir plusieurs officiers du roi se dirigeant vers l’armée des princes en criant : « la paix est faict, et du roy et des preince, dieu merci ». L’augustin déchaussé apprend que, de fait, il y a une trêve qui a été accordée par les parties, mais pour peu de temps comme il l’a pressenti, l’armée du duc de Lorraine se retirant vers Villeneuve-Saint-Georges56.

  • 57 C. Kubler, Visions et révélations du frère Fiacre de Sainte-Marguerite, t. II, pp. 123-124, « An fi (...)

35Le 2 juillet 1652, nouvelle apparition des armées des princes et du roi, campées à Epinay-sur-Seine et à Saint-Cloud, s’apprêtant à se battre au matin. Le roi, quant à lui, se trouve installé à Saint-Denis. Au Conseil, auquel frère Fiacre assiste encore, il est résolu d’aller attaquer ceux qui sont désignés comme les « anemis de leta » qui, installés à Paris et comme se substituant au roi de Dieu donné, « fesois les peti dieuxse et les peti rois sans royaume ». L’armée royale, selon ce que frère Fiacre contemple, est divisée en deux contingents et les premières escarmouches débutent entre Saint-Cloud et Paris, l’armée des princes étant acculée vers la porte Saint-Antoine. Le combat, comme il surgit dans la vision, est donné rudement. Frère Fiacre voit beaucoup de tués de part et d’autre : « et larme des preince estoit du de puis la bastille jusque a la croix de bois, quy est au bouct du faubour saint anthoinne57 ».

  • 58 Ibid., t. II, pp. 172-180.
  • 59 E. Labrousse, L’entrée de Saturne au Lion, f°51 : « Quand le cercle sera plein, lecipse se obcursir (...)

36Dans les mois qui suivent la bataille de Paris et surtout avec le retour de Mazarin dans la capitale qui met fin aux séquences frondeuses, il y a une césure dont se lamente frère Fiacre. Il se dit privé par Dieu de la connaissance des affaires de France. Il est privé à la fois de la présence du roi du ciel et du roi de France58. Il s’impose la pénitence, mais aussi consacre un temps de son écriture pour traiter de la vie du jeune roi Louis XIV, dont il rappelle qu’il est de Dieu donné, et que Dieu a « un soin tres perticulier de luy ». Le roi de la terre doit se savoir comme conduit extraordinairement par Dieu. Il est, pour frère Fiacre, dans un au-delà de l’ordre humain, parce qu’il « aparu comme un gean, tanto comme un lion, tanto comme un agnau ». De même que les géants abattent les villes et les montagnes d’un seul coup, de même il a abattu les montagnes et les villes. À présent, les montagnes et les rivières cherchent encore à borner sa puissance. Mais Louis XIV demeure protégé par Dieu qui a mis, de sa propre main, le lys, le roseau et la palme dans ses mains. Dieu, qui tient « entre ses bras » la vie et la mort des hommes l’a préservé quand la mort a voulu l’engloutir à Calais, alors qu’il était malade. Certes un léger brouillard subsiste du côté de la Flandre – allusion à Condé réfugié aux Pays-Bas espagnols –, mais les vapeurs, d’ordinaire, ne durent pas longtemps quand elles cherchent à étouffer le soleil. La victoire royale fait comme partie d’une destinée inévitable qui verra la France, grâce aux victoires de son roi, retrouver la paix et sa grandeur. Les révoltes sont vouées à l’échec parce que rien ne résiste à la clarté de la vie si sainte et juste de Louis le Dieu donné. Dieu, selon ce que frère Fiacre écrit en 1653, a protégé Louis XIV dans les guerres du Poitou et de Bordeaux. Les rebelles ont été confondus et ils seront confondus tous bientôt comme ont été confondus les rebelles des Pays-Bas. L’augustin déchaussé ferait aussi allusion ici, dans cette image d’un soleil temporairement obscurci par des vapeurs, à l’entrée de Saturne au Lion. Il aurait une connaissance certaine de la littérature astrologique qui traitait de l’éclipse du soleil59 prévue pour le 12 août 1654.

  • 60 Ibid., t. II, p. 171.

37Le temps de l’émotion visionnaire reprend alors. Le 7 novembre 1653, vers trois heures du matin, le roi se montre enfin, transporté par les anges depuis Châlon-en-Champagne jusqu’à la chambre de frère Fiacre : il lui dit que, s’il n’a pas eu de ses nouvelles, c’est de sa faute. Le roi lui prend la main et l’emmène à la maison familiale à six lieues de Paris. Son père reçoit le roi, lui donne du pain, du fromage et des œufs. Son père est dit être le pauvre de Dieu. Puis c’est le retour à Paris, et le roi l’entretient du bien et du mal qui lui étaient arrivés dans sa campagne militaire. Dans le cours d’une deuxième vision, Louis XIV lui apparaît avec un visage à la beauté sans pareille. Frère Fiacre se voit lui prédisant la victoire, qui est confirmée ensuite le 25 novembre quand Sainte-Ménehould est prise60.

Un quatrième archange pour la défense de la France

  • 61 Ibid., t. II, pp. 182-184.

38Mais une inflexion se produit. La guerre du roi, guerre aussi des Français fidèles à leur souverain et à la France, devient en effet la propre guerre de frère Fiacre de Sainte-Marguerite, dans les voyages nocturnes qu’il accomplit. Le 28 juin 1654, il se retrouve transporté devant la citadelle et ville de Stenay, à proximité aussi de Sedan, y parvenant fatigué. Il assiste au combat de l’armée de Flandre contre le prince de Condé et les Espagnols. C’est le moment où frère Fiacre établit une relation allégorique : on le sait, Louis XIV avait été sacré à Reims le 7 juin 1654. L’onction sainte est source de succès pour l’armée du roi, car elle a « gresse les arme de la France contre celle despagne », elle a avivé l’amour des Français contre les « anemis de la France61 ». Il y a une réalité dont il faut avoir conscience, qui établit un lien entre les Français et leur roi et qui est un don de la providence : « ille est vray que nous avonse reçu la grâce de dieu. Nous resemblonse a des peti dieu et a des peti lionse ». Une manière d’identification, dans la lutte, entre le roi et ses sujets, qui traduit la reconnaissance, de la part du quêteur du couvent de Notre-Dame des Victoires, d’une grâce qui s’étend du roi de France aux Français eux-mêmes. La « conscience nationale » serait, si on pénètre dans cet imaginaire, donc bien l’imaginaire d’un influx sacré, d’une émotion suggérant une identité d’histoire. Sur les lieux de la rencontre, après avoir vu le bel ordre de l’armée française, frère Fiacre fait le tour de la ville avec le roi. L’ennemi les aperçoit et entreprend d’avancer dans leur direction. Louis XIV se retrouve pris entre deux feux, entre Stenay et l’armée du prince. Mais dans la vision de frère Fiacre, à nouveau, joue cette empathie mystique du roi et des Français qui sont à ses côtés. Le roi cristallise en lui les vertus de ses sujets ; il est ses sujets, et ses sujets sont animés d’une conscience d’être français :

  • 62 Ibid.

Nose soldar fransois, voyante le reon du soleille de la France seclore a leur jeusse, le soleil a commance a darde ses reonsse sur nos generausse fransois, et lecla du soleille de nostre France etoit sy gran, quy la fait prende les arme a touse les soldat fransois62.

39Les canons sont dirigés à la fois contre Stenay et contre l’armée de Condé qui est à l’approche de l’armée royale. Après un combat de trois heures, frère Fiacre peut enfin assister à la victoire française. Une victoire qui lui sera effectivement confirmée le 6 août 1654, après un siège de six semaines. Mais c’est Dieu qui a conduit les armées françaises...

  • 63 Ibid., t. II, p. 187, la date de la levée du siège est le 23 août. Il faut noter que la lutte du ro (...)

40Frère Fiacre n’hésite pas, dans les semaines qui suivent, à participer de cet élan des soldats français combattant derrière leur roi agissant sous la conduite de Dieu. Le 23 juillet 1654, il se voit transporté au siège d’Arras : il entre en ville grâce à une porte souterraine et prend son poste de défense comme les autres. Au moment où, fatigué par son voyage, il entreprend de se reposer, les Espagnols attaquent son poste de garde. C’est à la fois une compagnie d’infanterie et une compagnie de cavalerie qui le prennent pour cible. Il se dit d’autant plus surpris qu’il n’avait jamais, sauf une fois, porté les armes. Frère Fiacre avait communié la veille et avait prié pour la conservation de l’armée de Flandres. Les Espagnols lèveront significativement, écrit-il après avoir relaté son acte de résistance visionnaire, le siège le jour de la saint-Louis, le 25 août63.

  • 64 T. Campanella, Monarchie d’Espagne et monarchie de France, pp. 398-401.

41Et encore une fois, frère Fiacre chante la divine conduite de Dieu guidant le jeune monarque qui lui apparaît comme une belle aurore se levant pour son royaume et ses sujets. Une supériorité de la France, dans la geste de son roi et de ses sujets, est mise alors en valeur, dans cette année d’éclipse qui inquiète certains : « O quy ly a biein diferan, mon pauvre sateurne, de conbate pour lespagne ou pour la France ». Le soleil de la France, écrit-il, éclaire mieux que celui d’Espagne. La gloire de la France face à l’Espagne relève d’une grâce supérieure de Dieu, dont Dieu informe l’augustin déchaussé à travers ses visions des batailles royales. D’autant que frère Fiacre se remémore encore une vision qu’il avait eue le 12 août, jour de la sainte Claire, mais aussi – et il ne le dit pas explicitement – jour qui devait être celui de l’éclipse du soleil. Alors qu’il faisait ses dévotions aux Capucins de Paris, il rencontra un homme venant de la cour qui lui demanda de faire prier sa sainte communauté pour que Dieu bénisse les armées du roi. Ceci parce que la résolution avait été prise d’attaquer les lignes espagnoles le 15 août. De retour dans sa communauté, il transmit le message à son supérieur. Le soir, faisant son oraison mentale, il vit soudain la Vierge revêtue d’une robe blanche à demi plissée, d’une grandeur de six pieds, et d’une beauté sans égale. Le visage de la mère du Christ était souriant. La vision le retira de ses angoisses touchant à l’issue du combat en préparation. Puis lors de son oraison du soir, il fut à nouveau transporté en direction d’Arras. Il se vit s’installant au bord des tranchées des ennemis et poursuivant là son oraison. Il n’était pas seul, car la Vierge se tenait à ses côtés. Après quelque temps, il leva les yeux vers le ciel et s’adressa à Dieu en ces termes : « seigneur dieu, seigneur des arme du cielle et de la tere, vous tene la victoire entre vosse mainse. Vous save a quy vous la voule donner ». Et Dieu ne demeura pas silencieux, car il répondit que la victoire irait à « la France ». La Vierge alors disparaît, mais Dieu fait voir à frère Fiacre la mère du Christ accompagnée de saintes se promenant sur les bords des fossés d’Arras, puis mettant des palmes sur les têtes des généraux et soldats français. Alors qu’il en arrivait à la fin de son oraison, ce fut saint Michel, l’archange protecteur du royaume de France, qui se montra entre les murailles d’Arras et les lignes espagnoles les plus proches. L’archange Gabriel fut aussi présent en ces instants de la vision. La Vierge, quant à elle, protégeait les lignes de défense de l’armée française qui se trouvaient du côté de Péronne. C’est la force des prières de la mère du Christ et des anges qui ont fait que Saturne a finalement levé le siège. « O, mon pauvre Sartune, que pouvesse vous esperer avec vose trente mille homme den vose tranche d’ara ? » En arrière-plan de la vision du frère Fiacre, il faudrait deviner un contre-discours face aux prédictions qui annonçaient la fin des temps aux lendemains de l’éclipse, pour 1656. Car, au contraire de ce qui pouvait être pronostiqué, l’augustin déchaussé non seulement montre un royaume de France patronné et protégé par une société céleste d’intercesseurs, mais aussi gouverné et défendu par un roi qui est un soleil et qui, par ses victoires contre les ennemis, va faire venir un âge d’or, repoussant les influences néfastes de Saturne. Un parallèle pourrait être établi avec les assertions de Tommaso Campanella, qui avait, tout en exaltant l’idée d’une monarchie solaire, affirmé que l’astrologie ne jouait pas en faveur de l’Espagne64.

  • 65 Hugues de Lionne rencontra don Luis de Haro à Madrid en juillet 1656.
  • 66 C. Kubler, Visions et révélations du frère Fiacre de Sainte-Marguerite, t. II, pp. 211-212 et pp. 2 (...)

42Il faut attendre deux années pour que reprennent les notations concernant la guerre contre l’ennemi espagnol. En 1656, le 11 novembre, frère Fiacre écrit que la France s’est humiliée pour faire la paix, mais que l’Espagne, qui « se anfle du debri de la France », n’a pas daigné écouter Lionne envoyé en Espagne pour négocier la paix65. Sa mémoire le renvoie alors à sa vision de 1649, lorsque le roi était malade et que la reine lui avait demandé d’aller en pèlerinage à Chartres. La nuit de fête de saint Étienne, il avait vu l’ambassadeur de France et celui d’Espagne négocier la paix ; mais rien de concret n’avait suivi comme cela a été dit. Et l’augustin déchaussé se lamente en exposant les raisons de la poursuite de la guerre. Il y a d’un côté le péché de l’Espagne, le péché des Espagnols qui ne sont des chrétiens qu’à demi convertis, écrit-il en reprenant un vieux stéréotype qui avait été cultivé durant les guerres du xvi e siècle. Mais il y a aussi le péché de la France, qui aurait pu, en janvier 1648, faire une paix générale à Münster et qui ne l’a pas faite. Une France qui avait même englouti une partie de l’Espagne et qui l’a ensuite vomie. « O, France, o, Espagne, toute deux ambisieusse, vous ave la gaurge troppe grosse. Vouse vouse voule en gloutire toute deux66 ». Il y a le risque, si les choses continuent ainsi, que Dieu n’autorise que ses « gro dragon » ne se lèvent contre les deux royaumes du côté de la Barbarie.

  • 67 Ibid., t. II, pp. 231-232.
  • 68 Ibid., t. III, p. 247.

43Les temps se chevauchent. Le 23 juin 1653, il avait été donné à frère Fiacre d’apercevoir dans la campagne une multitude de gens déguisés « comme des etranger » qui parlaient avec d’autres personnes inconnues et déguisées. Tous cherchaient à se cacher de lui, mais intervint alors le roi de France qui fit faire leur procès par le Parlement. Cette vision était demeurée mystérieuse. Mais elle trouve son explication, aux yeux de l’augustin déchaussé, le 10 octobre 1656 avec la découverte de la trahison de Saint-Quentin, quand le cardinal de Mazarin eut connaissance des agissements du sieur de Chenailles et de son projet de rendre la ville à Condé et à l’Espagne. Dieu peut ainsi faire connaître plusieurs années à l’avance les événements à venir... Le 11 mars 1658, une autre annonce de trahison est évoquée : la vision de deux mécontents tramant une machination néfaste, le sieur de Rivier, et le sieur de Fare, qui étaient les lieutenants de feu monsieur de Belbreunne, gouverneur de Hesdin. Dieu transporte frère Fiacre de sa chambre jusqu’à Hesdin, avec la mission d’empêcher les ennemis de rentrer en ville. Il se voit luttant de toutes ses forces contre « la ne mi de leta », mais sans parvenir à triompher d’eux. Il doit revenir dans sa chambre. Suit un long récit des conditions des pourparlers secrets qui amènent à la vente de la place et l’occupation de Hesdin par le prince de Condé et les Espagnols (le 26 avril)67. Même si Condé est un très grand capitaine, même s’il a vaillamment servi la France jadis, il s’est laissé, à l’initiative de « sertin libertin » séduire par la monarchie espagnole ; s’il a parfois été protégé par des anges, il faut souligner qu’en ayant été rebelle à son roi, il a été rebelle contre Dieu. Dieu qui se sert des rebelles pour châtier les peuples68.

  • 69 Ibid., t. III, pp. 254-256.
  • 70 Ibid., t. III, pp. 268-269, où il évoque ce voyage, le 14 juin 1662, en affirmant que Dieu « présid (...)

44À la date enfin du Ier mars 1660, frère Fiacre reproduit une lettre qu’il a adressée au procureur général des Augustins déchaussés de France. Il y raconte ses actions de grâce, vœux, prières, neuvaines, pèlerinages, à l’occasion de la paix entre France et Espagne, après la ratification du traité des Pyrénées le 7 novembre 1659. C’est une longue séquence de persévérance qui s’achève à ses yeux, car il dit avoir évoqué au révérend Père augustin qu’il avait, 16 ans auparavant, accompli un pèlerinage à Notre-Dame de Grâce comprenant deux volets. Il l’avait réalisé, d’une part, en action de grâce de la naissance du roi, et d’autre part, pour demander la paix entre l’Espagne et la France. Il relate ses vœux, dont une promesse faite, pour le cas où la paix serait signée, de se rendre à nouveau à Notre-Dame de Grâce et à Lorette. Mais l’engagement de frère Fiacre en faveur de la paix avec l’Espagne ne s’est pas limité à ces actions de grâce. Le manuscrit remémore qu’en juillet 1658, le roi malade reçut les derniers sacrements à Paris. Dieu fit connaître à frère Fiacre dormant, le jour précédant le déclenchement de la maladie, le danger que courait Louis XIV. Le roi lui apparut pour le prier de le recommander à Dieu et à Notre-Dame de Chartes. Un homme inconnu, dans le même temps, vint lui faire la même sollicitation en lui affirmant être envoyé par Dieu et la reine pour lui « recommander le roy en danger de mort ». Frère Fiacre lui a fait aussi la promesse de faire pèlerinage à Chartres, à la sainte chapelle de Chartres et il va parler à la reine elle-même de son projet. Celle-ci lui demande de partager ses dévotions en deux parties : d’une part, faire des actions de grâce à Dieu et à la Vierge pour la guérison du roi, et d’autre part, prier la Sainte-Trinité de donner la paix avec Espagne. Frère Fiacre, alors, partit et demeura trois jours à Chartres. Il consacra un jour à la paix et deux au recouvrement de la santé de Louis XIV. Il fit vœu, en l’honneur de Dieu et de Notre-Dame de Chartres, de prier Dieu et la Vierge durant deux années, pour la paix. Si Dieu l’octroyait dans le cours de ces deux années à venir, il se rendrait lui-même successivement à Notre-Dame de Chartres, à Notre-Dame de Grâce en Provence, et Notre-Dame de Lorette69. Ses prières et ses vœux, affirme-t-il alors, ont été exhaussés avec le traité des Pyrénées70.

  • 71 Ibid., t. III, p. 280. Frère Fiacre revient encore sur cette vision et sur ce que saint Michel et s (...)
  • 72 Ibid., t. III, p. 344.

45Il faut attendre ensuite le 16 mai 1667 pour qu’une vision avertisse frère Fiacre, alors qu’il se trouvait devant le crucifix de sa chambre priant pour le départ du roi vers la Flandre, que les archanges Gabriel et Michel ont les personnes sacrées du roi, de la reine et du dauphin sous leur protection. Les deux archanges sont des guides dans la campagne militaire qui débute et ils ont pris l’armée royale sous leur protection71. Car Louis XIV et ses soldats combattent pour les « interes » de Dieu et du roi contre les hérétiques, « pour rande la justice a ceux quille apartieinne72 ». Il y a aussi neuf chœurs d’anges qui surgissent autour des souverains. Le 22 mai, Dieu fait connaître à frère Fiacre le jour exact du départ de l’armée royale. Et, dans un autre contexte, mais toujours pour cause des péchés de France et d’Espagne, frère Fiacre avance que l’histoire recommence.

46Tout se passe comme au temps où il priait pour le roi durant sa minorité, mais le 22 mai 1667, dans Notre-Dame de Paris, s’il se sent ému d’implorer pour la France, Dieu lui parle intérieurement :

  • 73 lbid., t. III, p. 346.

Je veu a presan que vous soiesse le tutuler et le protecteur de la France et celuy de ses armee, set a dire selon la chere fragille des home, car ille napartiein qua dieu et a la ste vierge et ausse sainctz et aisse stz angee a este tutuler des rois et de leur royaume et de leure armee et de leurville73.

  • 74 Ibid., t. III, pp. 413-415.
  • 75 Ibid., t. III, p. 387.
  • 76 Ibid., t. III, pp. 390-391.
  • 77 Ibid., t. III, p. 407.

47Il a le désir de devenir lui-même comme un ange gardien terrestre de la France, comme l’incarnation même de cette conscience française qui vit au rythme des actions de gloire de son roi et qui est censée se donner tout entière à cette gloire providentielle. S’il voit l’armée passant le Rhin le 12 juin, les visions de la guerre royale s’arrêtent et ne reprennent que sur la fin d’avril 1672, quand il est averti que la marche du roi en Hollande se marquerait par la prise de quinze villes74. Elles sont entre-temps supplantées par des apparitions de saints, de la Vierge, du Christ, au point que l’augustin déchaussé peut, en février 1664, écrire qu’il voit continuellement les saints et les anges voltiger autour de lui...75 ou qu’il accomplit un mariage spirituel avec le cœur de Dieu et avec le cœur de sainte Thérèse d’Avila76. Prédomine alors, dans son écriture, l’amour de Dieu qui l’irrigue d’un désir de la mort à lui-même dans ces spirales visionnaires77.

  • 78 Ibid., t. III, p. 427.
  • 79 Ibid, t. III, pp. 429-430. Cambrai tombe le 17 avril 1677. « O, heureusse France, que tu es heureus (...)
  • 80 Ibid., t. III, pp. 446-447.
  • 81 Ibid., t. III, p. 432.

48Les années passent. Le 28 février 1677, frère Fiacre voit le roi quittant Saint-Germain pour aller assiéger Valenciennes78, puis le 28 avril de la même année, c’est du siège de Cambrai dont il est le spectateur, le roi étant toujours accompagné des deux archanges79. Le 30 septembre 1681, frère Fiacre sera transporté à Provins, en compagnie des archanges Gabriel et Michel, et il sera averti de la prise de Strasbourg80. Il y aura encore la vision du désinvestissement de la place de Saint-Omer assiégée par le prince d’Orange, grâce à l’intervention des deux archanges81, et enfin il y aura, dans la nuit du 12 mars 1683, le transport de l’augustin déchaussé en Hollande, aux côtés du roi lors du siège de Maastricht, avec une victoire obtenue cette fois-ci grâce aux archanges Michel, Gabriel, et Raphaël. Frère Fiacre se voit alors confronté aux ennemis de l’État, selon sa formulation. Il peut admirer l’attaque lancée par le roi, « nostre grand monarque, le casque an teste et les bras retrouse jusque coutre, lepe flanboiant a la tacque du fu... et alors nos canons fransois commancar a tirer contre lanpreur et les holandois. » À ce moment, frère Fiacre se voit prenant comme arme la sainte Croix, et marchant en tête de l’armée française contre les ennemis de « nostre eta ». Il se donne à voir tel un quatrième archange. S’étant mis à l’abri des canons, il se contemple encore encourageant de la voix les soldats français. Il dit avoir pris le roi sous sa sauvegarde et l’avoir présenté à la Vierge et aux anges du paradis. Et ce fut seulement alors que les trois archanges se mirent de la partie en combattant « contre les anemi de leglise et de leta de la France ».

  • 82 Ibid., t. III, pp. 462-464, avec le récit d’une vision de combat sur la mer océane.

49Une fois cette vision relatée, frère Fiacre en vient à méditer sur l’histoire, ou plutôt sur l’histoire providentielle d’un royaume de France qui est l’histoire à venir : quand les ennemis de la France seront vaincus, grâce à l’assistance divine qui s’attache au fils aîné de l’Église, Louis XIV sera en mesure enfin de tourner ses forces contre le Turc. Il y a, certes, tous les princes de l’Europe qui font des préparatifs pour se liguer contre le roi de France, sur mer et sur terre, mais il ne faut pas craindre l’issue des événements, car Dieu assiste le roi, et « dieu est tout, quand dieu es pour nous, nous ne creingnons riein82 ».

  • 83 Ibid., t. III, p. 465.
  • 84 Cette hantise de la lutte contre le Turc rejoint ce qui a été une des premières aspirations de frèr (...)
  • 85 A. Y. Haran, dans cette perspective (Le lys et le globe, pp. 303-304), cite plusieurs textes contem (...)

50Et l’ultime vision relatée dans le manuscrit, toutefois, lui fait voir le ciel obscurci de deux armées d’oiseaux de proie, vautours contre choucas, quarante mille volatiles armés de becs d’une grosseur extraordinaire et se battant les uns contre les autres. Des choucas finissent par tomber dans sa chambre à sa grande terreur83. Frère Fiacre y lit l’annonce de la menace turque sur Vienne, en signe des péchés des hommes. S’impose, quand le livre des révélations et visions de l’augustin déchaussé se clôt, comme un certain pessimisme, qui fait dire à frère Fiacre qu’il appréhende encore une cruelle guerre de la part des Impériaux, des Espagnols et des Hollandais contre « nous », mais qu’il espère « que dieu sera pour nous et pour la France ». Comme s’il avait eu conscience que son rêve d’une France unissant enfin les peuples de l’Europe chrétienne contre le Turc n’était pas d’actualité84. Mais il n’en est pas moins vrai que l’univers visionnaire qui s’est imposé au quêteur du couvent de Notre-Dame des Victoires pendant une cinquantaine d’années, de manière plus ou moins irrégulière ou saccadée, et qui le faisait se vouer à la protection d’un roi et d’un peuple empathiquement unis pour assumer une protection divine merveilleuse – un univers visionnaire dans lequel la « conscience nationale » voulait prendre sa dynamique dans une émotion sacrée de la France en gloire, de la France qui est une monarchie sainte –, n’en visait pas moins, quand les troubles subis parles royaumes catholiques pour leurs péchés seraient achevés, à retrouver une conscience de l’ universitas christiana tendue vers la croisade contre l’infidèle85...

Bibliographie

Balthasar, Charles Georges, abbé –, Histoire religieuse de l’Église Notre-Dame des Victoires de Paris et de l’Archi-confrérie du Très-saint et immaculé Cœur de Marie, Paris, A. Bray, 1855.
Beaune, Colette, Naissance de la nation France, Paris, Gallimard, 1985.

Bergamo, Mino, La science des saints. Le discours mystique au xviie siècle en France, Grenoble, Millon, 1992.

Blond, Louis, abbé –, Notre-Dame des Victoires. Histoire ancienne, histoire moderne. Description de l’Église, Paris, Éd. Franciscaines, 1936.

– Notre-Dame des Victoires et le vœu de Louis XIII, Paris, Les Éditions des Presses modernes, 1938.

Campanella, Tommaso, Monarchie (d’Espagne et monarchie de France, éd. Germana Ernst, Paris, Presses Universitaires de France, 1997.

Certeau, Michel de, La fable mystique (xvie-xviie siècles), Paris, Gallimard, 1982.

Chelan, P., Les vœux de la France à la Reyne sur sa grossesse, Paris, E. Martin, 1638.

Cognet, Louis, Les origines de la spiritualité française au xvii e siècle, Paris, La Colombe, 1949.

– De la dévotion moderne à la spiritualité moderne, Paris, Fayard, 1958.

Cornette, Joël, Le roi de guerre. Essai sur la souveraineté dans la France du Grand Siècle, Paris, Payot, 1993.

Dagens, Jean, Bibliographie chronologique de la littérature de spiritualité et de ses sources (1501-1610), Paris, Desclée de Brouwer, 1952.

Darricau, Raymond, « La sainteté en France au XVIIe siècle (1590-1715) », dans Histoire et sainteté. Actes de la Cinquième rencontre d’Histoire religieuse (Angers, 17 octobre 1981), Angers, Presses de l’université d’Angers, 1982, pp. 65-94.

Delumeau, Jean, Rassurer et protéger. Le sentiment de sécurité dans l’Occident d’autrefois, Paris, Fayard, 1989.

Diefendorf, Barbara B., From Penitence to Charity. Pious Women and the Catholic Reformation in Paris, Oxford – New York, Oxford University Press, 2004.

Dupront, Alphonse, « Sacre, autorité, pouvoir. Profil d’anthropologie historique », dans Le sacre des rois. Actes du Colloque international d’histoire sur les sacres et couronnements royaux (Reims, 9-12 octobre 1975), Paris, Les Belles Lettres, 1985, pp. 315-342.

Dupuis, José, Frère Fiacre de Sainte Marguerite, prieur des rois (1609-1684), Paris, Les Editions des Presses modernes, 1939.

Guiot, Joseph André, abbé –, Abrégé de la vie du vénérable frère Fiacre, augustin déchaussé, contenant plusieurs traits d’histoire et faits remarquables arrivés sous le règne de Louis XIII et Louis XIV. Ceux aussi relatifs à son Ordre et à sa Maison, sous Louis XV, Louis XVI et Napoléon, Paris, A. Leclerc, 1805.

Haran, Alexandre Yali, Le lys et le globe. Messianisme dynastique et rêve impérial en France aux xvi e et xviie siècles, Seyssel, Champ Vallon, 2000.

Krumenacker, Yves, L’école française de spiritualité. Des mystiques, des fondateurs, des courants et leurs interprètes, Paris, Éd. du Cerf, 1988.

Kubler, Cécile, Visions et révélations du frère Fiacre de Sainte Marguerite, augustin déchaussé de Paris, mémoire de maîtrise sous la direction de Denis Crouzet, Université de Paris IV – Sorbonne (1996-1997), Ircom (3 vol.).

Labrousse, Élisabeth, L’entrée de Saturne au Lion. L’éclipse de Soleil du 12 août 1654, La Haye, M. Nijhoff, 1974.

Laure, Jean-Baptiste, chanoine –, Histoire de Notre-Dame des Grâces de Cotignac (Provence), Marseille, Impr. Marsellaise, 1886.

Le Pée, M., Le néantisme de sainte Thérèse d’Ávila, Paris, 1947,

Marchetti, Valerio, « Le Roi-Enfant. Chronologie et géographie d’un culte monarchique », dans Alain Boureau et Claudio Sergio Ingerflom (éd.), La royauté sacrée dans le monde chrétien (Royaumont, mars 1989), Paris, École des Hautes Études en Sciences Sociales, 1992, pp. 105-112.

Marin, Louis, Le portrait du roi, Paris, Éd. de Minuit, 1981.

Morgain, Stéphane-Marie, Pierre de Bérulle et les Carmélites de France. La querelle du gouvernement (1583-1629), Paris, Éd. du Cerf, 1995.

Orcibal, Jean, La rencontre du Carmel thérésien avec les mystiques du Nord, Paris, Presses Universitaires de France, 1959.

Ranum, Orest, La Fronde, Paris, Seuil, 1993.

Renaudin, Paul, Un maître de la mystique français : Benoît de Canfield, Paris, Éd. Spes, 1956.

Sainte-Claire, Gabriel de, Le dévot frère Fiacre, augustin déchaussé, Paris, 1711.

– La vie du vénérable frère Fiacre, augustin déchaussé, contenant plusieur traits d’histoire et faits remarquables arrivez, sous les règnes de Louis XIII et Louis XIV, Paris, J. Jombert, 1722.

Slade, Carole, St. Teresa d’Ávila. Author of a Heroic Life, Berkeley, University of California Press, 1995.

Tallon, Alain, Conscience nationale et sentiment religieux en France au xvi e siècle. Essai sur la vision gallicane du monde, Paris, Presses Universitaires de France, 2002.

Vermeylen, Alphonse, Sainte Thérèse en France au XVIIe siècle (1600-1660), Paris-Louvain, Publications de l’université de Louvain, 1958.

Yardeni, Myriam, La conscience nationale en France pendant les guerres de Religion (1559-1598), Louvain-Paris, Éd. Nauwelaerts – Béatrice-Nauwelaerts, 1971.

Notes

1 On peut supposer qu’y sont intégrés des fragments de notations antérieurement rédigés, mais rien n’est assuré. Des répétitions indiqueraient l’existence d’un pré-texte.

2 Ch.-G. Balthasar, Histoire religieuse de l’Église Notre-Dame des Victoires de Paris, p. 28. Sur le personnage même de frère Fiacre de Sainte-Marguerite, sont essentielles les recherches menées actuellement par Cynthia Cupples.

3 C. Kubler, Visions et révélations du frère Fiacre de Sainte-Marguerite, t. I, p. 10. Voir aussi L. Blond, Notre-Dame des Victoires de Paris et le vœu de Louis XIII ; et Id., Notre-Dame des Victoires de Paris.

4 Cité dans C. Kubler, Visions et révélations du frère Fiacre de Sainte-Marguerite, t. I, p. 8. Les volumes II et III contiennent la transcription du manuscrit. Les références qui sont données suivent la pagination de ces deux volumes et non pas celle du manuscrit. Il y eut, assez précocement, un discours hagiographique qui s’inspira probablement du manuscrit, avec par exemple, G. de Sainte-Claire, Le dévot frère Fiacre, augustin déchaussé ; et Id., La vie du vénérable frère Fiacre.

5 Ch.-G. Balthasar, Histoire religieuse de l’Église Notre-Dame des Victoires de Paris, p. 10.

6 Voir M. Le Pée, Le néantisme de sainte Thérèse d’Avila ; et C. Slade, St. Therese d’Avila. Sur les recroisements, voir J. Orcibal, La rencontre du Carmel thérésien avec les mystiques du Nord ; et A. Vermeylen, Sainte Thérèse en France au xviie siècle.

7 C. Kubler, Visions et révélations du frère Fiacre de Sainte-Marguente, t. III, pp. 346-347.

8 Ibid., t. II, pp. 21-22, en 1636, le 1er décembre, le jour de la fête de saint Louis évêque. Frère Fiacre faisait la quête à côté de la fontaine Saint-Séverin : il voit un jeune homme tout nu, sans chemise ni pourpoint, demandant l’aumône. Au moment où il traverse pour lui parler, ce dernier disparaît. Frère Fiacre erre à sa recherche par les carrefours et le retrouve une heure après, au milieu de la rue Galande. Il lui tend du pain et du vin et lui donne la moitié de son manteau. Le jeune homme disparaît. Frère Fiacre pense avoir vu l’apparition de Jésus-Christ dans ce pauvre.

9 Ibid., t. II, pp. 62 et 215.

10 Ibid, t. II,p. 42.

11 Ibid., t II, pp. 155-156.

12 Ibid., t. I, p. 23.

13 Pour une approche de la mystique dans la France du premier xviie siècle, la littérature est immense. On peut toutefois citer, entre autres ouvrages, M. Bergamo, La science des saints ; L. Cognet, Les origines de la spiritualité française au XVIIe siècle ; et Id., De la dévotion moderne à la spiritualité moderne ; Y. Krumenacker, L’école française de spiritualité ; P. Renaudin, Un maître de la mystique française : Benoît de Canfield ; M. de Certeau, La fable mystique ; J. Dagens, Bibliographie chronologique de la littérature de spiritualité et de ses sources ; S.-M. Morgain, Pierre de Bérulle et les Carmélites de France ; et B. B. Diefendorf, From Penitence to Charity. Il me semble toutefois qu’avec frère Fiacre sont perceptibles des résurgences très proches des expressions mystico-prophétiques du XVIe siècle espagnol, comme l’induisent les travaux de Richard Kagan.

14 Sur cette « histoire sainte » qui est d’abord celle des Français, A. Tallon, Conscience nationale et sentiment religieux en France, pp. 27-53. Sur la liaison mystique de cette conscience, M. yardeni, La conscience nationale en France pendant les guerres de Religion, p. 21.

15 A. Dupront, « Sacre, autorité, pouvoir », p. 329.

16 Cité dans A. Y. Haran, Le lys et le globe, pp. 170-173, qui s’appuie sur V. Marchetti, « Le Roi-Enfant ». La mystique prit connaissance que la reine Anne était enceinte le 15 décembre 1637. Marie de Médicis envoya au carmel, après la naissance de Louis, une statuette en argent représentant son fils, qui reçut les attributs de la sacralité enfantine de jésus : un sceptre brisé dans la main gauche et un cœur dans la main droite. Voir encore P. Chelan, Les vœux de la France à la Reyne sur sa grossesse.

17 J.-A. Guiot, Abrégé de la vie du vénérable frère Fiacre, p. 56. Voir aussi J. Dupuis, Frère Fiacre de Sainte-Marguerite. Sinon, l’action du frère Fiacre est ignorée par les historiens à l’exception d’une référence dans R. Darricau, « La sainteté en France au xviie siècle », p. 79.

18 J.-B. Laure, Histoire de Notre-Dame des Grâces de Cotignac.

19 C. Kubler, Visions et révélations du frère Fiacre de Sainte-Marguerite, t. I, pp. 11-18.

20 Sur le rôle du Père Bernard, dit le « Pauvre prêtre », fils de l’avocat Etienne Bernard de Dijon, voir Ch.-G. Balthasar, Histoire religieuse de l’Église Notre-Dame des Victoires de Paris, pp. 2-15.

21 Dès le 11 décembre 1637, il avait voué son royaume à la Vierge.

22 C. Kubler, Visions et révélations du frère Fiacre de Sainte-Marguerite, t. II, p. 236. Et frère Fiacre ajoute qu’en 1660 il a été sollicité par la reine de prier pour un dauphin : « je fy a leur memme trois neusienne ; leunne aloneur de dieu, et la segonde aloneur de la tres ste vierge, et la troissiemme a loneur de ste therese. Et la reine a coucha de un fis den la nee que lon appelle monseigneur de dofin... » (ibid., t. II, pp. 239-240). Le 13 décembre 1660, frère Fiacre revient sur ce thème. Il a été prié par la reine de commencer une neuvaine en l’honneur de Notre-Dame de Bonne Nouvelle, dans l’abbaye Saint-Victor de Paris. Cette neuvaine débuta le jour de la fête de la présentation de Vierge, le 21 novembre. La reine lui demanda une seconde neuvaine en l’honneur de Notre-Dame des Victoires du couvent de Paris, qui fut commencée le 8 décembre, jour de la fête de la sacrée Conception de la Vierge, qui fut interrompue parce que frère Fiacre tombe malade le troisième jour, mais qu’il reprit. La nuit du sixième au septième jour de la neuvaine, frère Fiacre eut une vision qui lui vint de Dieu. Dieu lui annonça qu’il allait donner pour une seconde fois des enfants à la France. Frère Fiacre se rendort, puis un quart d’heure après est réveillé. Une voix lui dit qu’il est un temps pour prier et un temps pour dormir. La Vierge lui apparaît, tenant un enfant, en compagnie de sainte Thérèse : elle lui tend et donne l’enfant (ibid., t. III, pp. 262-265-). Fiacre reviendra encore sur cette naissance ultérieurement (ibid., t. III, pp. 314-315).

23 Ibid., t. II, pp. 83-84.

24 Ibid., t. II, pp. 229.

25 Ibid., t. III, p. 350.

26 Ibid., t. II, p. 235.

27 Ibid., t. II, p. 233 ; après la longue maladie de son noviciat qui avait purgé son corps et son âme et l’avait préparé à brûler d’un grand amour pour Dieu.

28 Ibid., t. III, p. 347.

29 Ibid., t II, p. 219.

30 Ibid, t. II, p. 234.

31 Ibid., t. II, pp. 44-45.

32 Ibid., t II, p. 47.

33 Ibid., t. I, p. 47.

34 Ibid., t. II, p. 49.

35 Ibid., t. II, p. 48.

36 Ibid., t. II, p. 50.

37 Ibid., t. II, p. 52, qu’il est difficile d’identifier.

38 Ibid., t. II, p. 229.

39 Ibid.

40 Ibid., t. II, p. 56.

41 Ibid., t. II, p. 65.

42 Ibid., t. II, pp. 67-68.

43 Ibid., t. I, p. 34.

44 Ibid., t. Ii, p. 72 ; voir O. Ranum, La Fronde, pp. 312-313. Auparavant frère Fiacre avait parlé du « voyage de Bourgogne » et de la venue du roi devant Bellegarde (21 avril).

45 Sur ce risque d’altération du naturel français par l’Espagnol et ses alliés qui sont des traîtres, M. Yardeni, La conscience nationale en France pendant les guerres de Religion, pp. 274-277. Un certain parallèle peut être ici évoqué avec les conclusions de M. Yardeni sur la propagande royaliste entre 1589 et 1598 : Henri IV, un « roi qui symbolise non seulement la grandeur de la France, mais encore l’amour qui doit dorénavant lier tous les membres de la nation française » (ibid., pp. 329-330).

46 Sur cet épisode, des données dans O. Ranum, La Fronde, p. 278, permettent de corriger les informations reçues ou mémorisées par frère Fiacre... L’entrée du roi a lieu le 5 octobre après des péripéties que frère Fiacre occulte.

47 C. kubler, Visions et révélations du frère Fiacre de Sainte-Marguerite.

48 Sur cette question de l’engagement du roi sur les champs de bataille, voir J. Cornette, Le roi de guerre, pp. 178-207.

49 C. kubler, Visions et révélations du frère Fiacre de Sainte-Marguerite, t. II, pp. 73-74. Sur l’identification de Louis XIV à Alexandre, voir L. Marin, Le portrait du roi, pp. 251-260.

50 C. Kubler, Visions et révélations du frère Fiacre de Sainte-Marguerite, t. II, p. 91. Sur l’Ange gardien, voir J. Delumeau, Rassurer et protéger, pp. 293-299.

51 C. kubler, Visions et révélations du frère Fiacre de Sainte-Marguerite, t. II, pp. 107-108.

52 Ibid.

53 Ibid.

54 Ibid., t. II, pp. 122-123, Voir C. Beaune, Naissance de la nation France, p. 106.

55 C. Kubler, visions et révélations du frère Fiacre de Sainte-Marguerite, t. II, pp. 119-120.

56 C’est entre le 27 mai et le 7 juin que l’armée de Condé est défaite lors du siège d’Etampes. Condé se replie ensuite en direction de Paris.

57 C. Kubler, Visions et révélations du frère Fiacre de Sainte-Marguerite, t. II, pp. 123-124, « An fin, pour concleusion de ses choses que dieu ma fay voire dan set nuict si du deussiemme jour du mois de juliet de la present anee, ille me semble pres que dieu me veille donner lecrersicement dan se renconte, de lesplicasion de la vision que je eu an la nee mil ci cens cinquant, le doussiemme jour du mois de Feuvrier, touchant la vision de ce cavalier frensois quy se promenoist an lere au desu un bau cheval. Ses promenade estoit du depuise le bois de Vinsieinne jusque a la bastille. Je croy que voyla unne bonne parti de nostre songe et de nostre vision explique, touchant se cavalier fransois quy voltigoit an lere du de puise le bois de vinsieinne jusque a paris, lore que monsieur le preince de conde et de conti, son frere, et monsieur de longueville, estois prisonnier au bois de vinsieinne ». Le beau cavalier serait donc le roi. Frère Fiacre revient encore sur cette vision, ibid., t. II, pp. 128-129.

58 Ibid., t. II, pp. 172-180.

59 E. Labrousse, L’entrée de Saturne au Lion, f°51 : « Quand le cercle sera plein, lecipse se obcursira, et alore, letandar blan fera disiper le cercle bleu et rouge, et le blan nous demeura. Et voyla des chose etrange que sateurne vœu toussiours gronde et ne vœu pase sa sugetirre a mars. Mais mars asugetira toussiour sateurne a ses lois ». Dès 1650, frère Fiacre fait référence à cette menace saturnienne (C. Kubler, Visions et révélations du frère Fiacre de Sainte-Marguerite, t. II, pp. 86-87). Le 2 novembre les affaires de France le préoccupent à travers la vision d’« un soleil de justice » épanouissant ses fleurs sur le beau parterre de Paris ; mais se montrent deux nuages de grosse vapeur voulant, comme Saturne, empêcher que le soleil du ciel répande ses rayons au soleil de la terre. Frère Fiacre entendit Dieu parler à Saturne : Saturne est pour les mélancoliques et le soleil est pour les justes. Saturne, créé par Dieu, doit obéir au soleil et ne pas mettre de désordre au ciel, ne pas gronder au ciel et sur terre. Pourquoi Saturne veut-il arrêter le cours du soleil et de la lune ? Il ferait mieux de se rapprocher du soleil, puissance de bonté, que d’encourager les désordres : « voier, sateurne, si vous plai, et considérer les pauvre inosan qui onst perdu le jugement... pour lester le cours du soleil et de la lune justes ».

60 Ibid., t. II, p. 171.

61 Ibid., t. II, pp. 182-184.

62 Ibid.

63 Ibid., t. II, p. 187, la date de la levée du siège est le 23 août. Il faut noter que la lutte du roi pour la protection de la France est aussi, dans le monde de frère Fiacre, dédoublée dans une lutte de la foi de l’Église catholique contre des ennemis, soit le Turc par exemple (ibid., pp. 190-192), soit le réformé : en 1656, le 12 avril, frère Fiacre apprend ainsi que l’armée du roi de Pologne a chassé les Suédois et se rappelle une vision advenue lors du carême dernier. Cette vision lui est confirmée le 14 mai : c’est la mère de Dieu et l’archange saint Michel qui ont triomphé des ennemis de l’Église (ibid., pp. 205-207).

64 T. Campanella, Monarchie d’Espagne et monarchie de France, pp. 398-401.

65 Hugues de Lionne rencontra don Luis de Haro à Madrid en juillet 1656.

66 C. Kubler, Visions et révélations du frère Fiacre de Sainte-Marguerite, t. II, pp. 211-212 et pp. 223-224. La vision dans la 24e oraison « de ma solitude du caremme 1657 » fait intervenir un troisième acteur dans cette paix impossible. C’est l’empereur qui veut brouiller la carte de la paix de la France. Cela fait deux jours et deux nuits que frère Fiacre prie pour la paix. Dieu le Fils lui a dit que Dieu le Père était fâché contre l’empereur, qui cherchait à rallumer la guerre entre France et Espagne. Frère Fiacre vit en l’air et des côtés d’Espagne et d’Allemagne des signes épouvantables, des croix se battant contre des piques et des mousquets. Pour lui, il s’agit d’un tableau d’une Église catholique menacée par les infidèles. Mais, en relisant plus tard cette oraison, il trouvera avoir en réalité prophétisé la mort de l’empereur (l’oraison est en date du Ier avril et l’empereur meurt le 2).

67 Ibid., t. II, pp. 231-232.

68 Ibid., t. III, p. 247.

69 Ibid., t. III, pp. 254-256.

70 Ibid., t. III, pp. 268-269, où il évoque ce voyage, le 14 juin 1662, en affirmant que Dieu « préside » au milieu de son cœur comme les matelots « président » au milieu de leur vaisseau dans les plus grandes tempêtes. Du commencement de son voyage à Rome et Lorette jusqu’à sa fin, il a dû affronter le démon : il a vécu un martyre spirituel dans les combats « des home et du diable et de la chere ». Durant sa visite en l’église de Notre-Dame de Brou, en Bresse, il fut poussé par le démon et tomba d’une hauteur de six pieds, se rompant une côte. Quinze jours après, le démon lui apparut dans son sommeil pour lui dire que son pèlerinage était désormais empêché par son état de santé ; frère Fiacre lui répondit qu’il le poursuivrait « la mort sur le bord des lèvres ». Et le diable se mit en colère contre lui et commanda à d’autres diables de lui briser encore une fois la même côte. Mais il y eut alors l’intervention de la Vierge reprochant au démon de susciter encore les Turcs et infidèles pour prendre l’augustin déchaussé en esclavage et le noyer dans les rivières et de chercher aussi à le faire tomber du haut des montagnes de Savoie. Frère Fiacre eut ensuite deux « belles » visions devant le saint Sacrement et un tableau figurant la Vierge. L’image de la Vierge, après qu’il se soit incliné devant elle, lui rendit son salut par deux grandes lumières dardant leur rayon sur sa tête. Un quart d’heure après, le même événement recommença. L’augustin déchaussé relate être ensuite tombé en extase « physique », c’est-à-dire en ravissement intérieur : son âme était aimée dans Dieu comme les fleuves et les rivières tombent dans la mer, sans pouvoir distinguer l’eau de rivière de celle de la mer. L’amour se dilatait en lui, se promenant autour de son cœur comme les anges se promènent à l’entour du cœur de fils de Dieu...

71 Ibid., t. III, p. 280. Frère Fiacre revient encore sur cette vision et sur ce que saint Michel et saint Gabriel lui dirent les 16 et 22 mai : « Ses deux archanges on ete donne et anvoiee du cielle anpire au roy nostre tobii de dieu donne, louis quatorsse du non, pour este conduy a la meson anseieinne de fransois, promie du non ; roy de France, et a la meson de maris theresse, reine de France, epousse de louis quatrosse son nepoux. Et comme tobi suivoiste lange quy le conduisoite a aller chercher la flamme que dieu luy voulloite donner, et ausy, dieu a donne ses deux stz archange au roy et a la reine, pour lassiter a aller chercher et a recouvrire son peis et le biein patrimoinne de la reine son nepoux, au peis de breban et dartois ». Ces deux archanges, frère Fiacre les voit combattant.

72 Ibid., t. III, p. 344.

73 lbid., t. III, p. 346.

74 Ibid., t. III, pp. 413-415.

75 Ibid., t. III, p. 387.

76 Ibid., t. III, pp. 390-391.

77 Ibid., t. III, p. 407.

78 Ibid., t. III, p. 427.

79 Ibid, t. III, pp. 429-430. Cambrai tombe le 17 avril 1677. « O, heureusse France, que tu es heureusse en core unne fois, et puisse que dieu et le cielle et les angee conbate pour toy ! Je reviein toussiours a la conservasion de nostre roy, louis quatorsse de dieu donne par sa misericorde, pour le biein de la France. O, bonne France, que tu es heureusse davoire un dieu donne pour de defande conte tousse les anemis de leglise chatolicque, et contre la messon dautriche et les aultre anemis de leta ! Sa ninporte, mon dieu, ille sonste tousse contre nostre roy, et nostre roy luy seulle contre tousse. Et dieu et les sains et les angee sonst a ses cote, quy nconbate pour luy. Dieu, asurement, aimee le roy et son royaume, et puisse que le roy defan son neglise, themoins la holande qui lavoiste pri et retabli la religion, mais le roy despangne la detruite par la gere quy la declare a la France. Sa ninporte, le roy a toussiours ete victorieux contre ses anemis, et le sera toussiours quand ses deseins serons juste comme ille sonst a presant a na parence ».

80 Ibid., t. III, pp. 446-447.

81 Ibid., t. III, p. 432.

82 Ibid., t. III, pp. 462-464, avec le récit d’une vision de combat sur la mer océane.

83 Ibid., t. III, p. 465.

84 Cette hantise de la lutte contre le Turc rejoint ce qui a été une des premières aspirations de frère Fiacre quand, dans le cours de l’année 1642, il dit avoir eu l’obsession de l’idée de rejoindre le père Archange de Lille parti en mission en Barbarie le 12 janvier 1641. Une obsession peut-être martyrologique qui reproduit le rêve qui fut celui de Thérèse d’Avila et de son frère, de partir en terre infidèle subir une mort héroïque. Il n’obtint pas de réponse favorable de ses supérieurs. Il recourt alors à Dieu, à la Vierge et à Denis et ses compagnons. Il accomplit un pèlerinage à Montmartre, le 11 mai, se disant animé de la même intention que Denis en Afrique. Mais la nuit du 12, la réponse de Dieu est négative : saint Denis lui apparaît dans son sommeil, « tout revetu de blan, la face bel comme un ange, un bau visage blan et vermeil, les cheveux lon et blan, et la barbe grandre et blanche de la fason comme lon la depin dordiner an nevecque ». C’est pour lui communiquer que Dieu n’est pas favorable au projet, car frère Fiacre ne sait ni le latin ni l’anglais : « ses pourquoy ne songer pleus a sela, demeures a ses cartier de la fason que dieu le veu, et fere chose qui sera agreable a dieu » (ibid., t. II, pp. 35-36).

85 A. Y. Haran, dans cette perspective (Le lys et le globe, pp. 303-304), cite plusieurs textes contemporains qui prédisent à Louis XIV son devoir de détruire l’empire turc, comme les Prophéties divines tirées du Pseaume LXXI de David et appliquées à la personne du Roy., par F.P. religieux de St François, à Paris, Chez Gilles André, 1660.

© Casa de Velázquez, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search